Vous êtes sur la page 1sur 8

100

60 40

10 10

2 1
80

3 4

120

1- Détermination de la contrainte de cisaillement dans chaque boulon


- Schéma statique

Ro

Mo

- Equilibre statique

𝑅𝑜 + ⃗⃗⃗𝑃 = ⃗⃗⃗0
Suivant y, on a : ⃗⃗⃗⃗

D’où : ⃗⃗⃗⃗
𝑅𝑜 = - ⃗⃗⃗𝑃

𝑅𝑜 = P = 4.104 N

La somme des moments par rapport à O donne : 𝑀𝑜 – P.d = 0

D’où : 𝑀𝑜 = P.d = 4 x 103 Nm


- Réaction tangentielle

Soient :

 𝑅𝑖 les efforts normaux dans chaque boulon


 𝑇𝑖 les efforts tangentiels dans chaque boulon
 𝐹𝑖 les résultantes de ces deux efforts

2 1

3 4
 ∑ 𝑅𝑖 = 𝑅𝑜

Puisqu’on a des boulons identiques et équidistants par rapport à O, on trouve :


𝑅𝑜
𝑅𝑜 = 4R donc Ri=
4

𝑅𝑖 = 104 N

 ∑ 𝑇𝑖 𝑟𝑖 = 𝑀𝑜 =4 x 𝑇𝑖 r

Tel que r = √402 + 30² = 50


𝑀𝑜 4 𝑥 103
𝑇𝑖 = =
4𝑟 4 𝑥 50 𝑥 103

𝑇𝑖 = 2x 104 N
Par résolution graphique

2 1

3 4
𝐹1 = 𝐹4 = 2,72 x 104 N

𝐹2 = 𝐹3 = 1,61 x 104 N

- Contrainte de cisaillement dans chaque boulon


𝐹𝑖
𝜏𝑖 = 𝜙²
𝑛𝜋
4

Où n représente le nombre de plan de cisaillement, n = 2


𝐹1
𝜏1 = 𝜏4 = 𝜙²
et
𝑛𝜋
4

𝐹2
𝜏2 = 𝜏3 = 𝜙²
𝑛𝜋
4

Après application numérique, on obtient :


𝑁
𝜏1 = 𝜏4 = 6,72 𝑥 104 𝑚2
𝑁
𝜏2 = 𝜏3 = 4,01 𝑥 104 𝑚2

2- Détermination de la classe de boulon convenable


- Résistance au cisaillement des boulons

𝜏𝑒𝑑 √3 𝛾𝑀𝑜
≤1
𝑓𝑦

𝑓𝑦
𝜏𝑒𝑑 ≤
√3 𝛾𝑀𝑜

𝑓𝑦 ≥ 𝜏𝑒𝑑 √3 𝛾𝑀𝑜
𝑓𝑦 ≥ 67,2 x √3 x 1

𝑓𝑦 ≥ 116,39 N / mm²

En se référant à l’Eurocode EN 1993-1-8 : 2005, la classe de boulon qui répond à cette condition est
la classe 4.6 dont la limite d’élasticité est 𝑓𝑦𝑏 = 240 N/mm² et la résistance à la traction est

𝑓𝑢𝑏 = 400N/mm².

Si on veut éviter le glissement, on pourrait choisir des boulons HR de classe 8.8.


3- Vérification de l’assemblage
- Cheminement des charges

- Modes de ruine
 Cisaillement des boulons
 Pression diamétrale des boulons
 Cisaillement de bloc
- Vérification du cisaillement par plan de cisaillement

𝐹𝑉,𝐸𝑑 ≤ 𝐹𝑉,𝑅𝑑
Avec : 𝐹𝑉,𝐸𝑑 = 2720 daN

𝐴
𝐹𝑉,𝑅𝑑 = 𝛼𝑣 𝑓𝑢𝑏
𝛾𝑀2

Où : 𝛼𝑣 = 0,6

𝑓𝑢𝑏 = 400N/mm²

A= 𝐴𝑠 = 157mm²

𝛾𝑀2 = 1,25

𝐹𝑉,𝑅𝑑 =6029 daN


Ainsi : 𝐹𝑉,𝐸𝑑 ≤ 𝐹𝑉,𝑅𝑑

Donc il n’y a pas de risque de cisaillement.

- Résistance à la pression diamétrale

𝐹𝑉,𝐸𝑑 ≤ 𝐹𝑏,𝑅𝑑
𝑘1 𝛼𝑏 𝑓𝑢𝑝 𝑑 𝑡𝑝
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐹𝑏,𝑅𝑑 = 𝛾𝑀2

Où :
𝑒2
 𝑘1 = inf (2,8 – 1,7 ; 2,5)
𝑑𝑜
120−60
Tel que : 𝑒2 = 𝑒1 = 2
= 30mm ≤ 4t+40mm = 80mm

𝑘1 = inf (2,97 ; 2,5)


𝑓𝑢𝑏
 𝛼𝑏 = inf (𝛼𝑑 ; 𝑓𝑢𝑝
; 1)

𝑒1 30
𝛼𝑑 = 3𝑑𝑜
= 3𝑥18 = 0,56

𝑓𝑢𝑏 = 400N/mm²

𝑓𝑢𝑝 = 360N/mm²

𝛼𝑏 = inf (0,56 ; 1,1 ; 1)


2,5 𝑥 0,56 𝑥 360 𝑥 16 𝑥10
Finalement, on a : 𝐹𝑏,𝑅𝑑 = 1,25

𝐹𝑏,𝑅𝑑 = 6451,2 daN ≥ 𝐹𝑉,𝐸𝑑

On déduit qu’il n’y a pas risque de rupture par pression diamétrale.

- Vérification au cisaillement de bloc

𝑉𝐸𝑑 ≤ 𝑉𝑒𝑓𝑓,𝑅𝑑

Pour un groupe de boulons soumis à un effort excentré, la résistance de calcul au cisaillement de


bloc est :
𝐴𝑛𝑡 1 𝐴𝑛𝑣
𝑉𝑒𝑓𝑓,𝑅𝑑 = 0,5 𝑓𝑢𝑝 + 𝑓𝑦𝑝
𝛾𝑀2 √3 𝛾𝑀𝑜

Avec :

 𝐴𝑛𝑡 : Aire de la section nette soumise à la traction


𝑑𝑜 18
𝐴𝑛𝑡 = 𝑡𝑢 (𝑝2 + 𝑒2 − 3 2
) = 10 (60 +30 – 3 2
)

𝐴𝑛𝑡 = 630mm²

 𝛾𝑀2 = 1,25
 𝑓𝑦𝑝 = 235 N/mm²
 𝐴𝑛𝑣 : aire de la section nette soumise au cisaillement

𝐴𝑛𝑣 = 𝑡𝑢,𝑏1 (𝑒1,𝑏 + 𝑝1 − 1,5 𝑑𝑜 ) = 10 (30+80-1,5*18)

𝐴𝑛𝑣 = 830N/mm²

 𝛾𝑀𝑜 =1

D’où :
0,5 𝑥 360𝑥630 235 𝑥 830
𝑉𝑒𝑓𝑓,𝑅𝑑 = +
1,25 √3 𝑥 1

𝑉𝑒𝑓𝑓,𝑅𝑑 = 20333daN
𝑃 4000
Tandis que : 𝑉𝐸𝑑 = 2
= 2
= 2000𝑑𝑎𝑁

𝑉𝐸𝑑 ≤ 𝑉𝑒𝑓𝑓,𝑅𝑑

Il n’y a pas de risque de cisaillement de bloc.