Vous êtes sur la page 1sur 2

Nom …Tia-Maria Daou………………………………………………………………………… No…7……………

Classe : 1S1
QUESTIONS DE GENRE ET DROITS DES FEMMES p. 180-181
5
[…] La majorité des pères trouve plus confortable de se rallier à terme au modèle dominant quand ils ont la chance
d'avoir une partenaire féminine au foyer. La responsabilisation des femmes dans le domaine domestique n'est ainsi
une question ni de propension naturelle ni de choix réfléchi, mais l'effet récurrent du modèle archaïque encore
vivace dont nous avons démontré le mécanisme de mise en place.
10 Cela est vrai aussi en Suède. Contrairement aux idées reçues, si le gouvernement compte bien 50 % de femmes et
le Parlement 40 %, celles-ci continuent d'être dominées dans la sphère domestique où elles effectuent 47 heures de
travail contre 18 par semaine pour les hommes, mais aussi dans le monde du travail, tant sur le plan des salaires que
pour l'accès aux postes de responsabilité ". Même dans un couple dont l'homme est au chômage, ce sont elles qui
prennent en charge la majorité des tâches ménagères ", ce qui conforte l'analyse ci-dessus.
15 Comme on peut le constater par cet inventaire incomplet mais significatif, violences et discriminations de tous
ordres sont toujours la règle, y compris dans les pays considérés comme les plus développés sur le plan
économique, même si les revendications des femmes pour approcher de l'égalité s'y font entendre librement et si
des efforts sont consentis officiellement en ce sens. Il est donc ironique que, dans les pays européens où il y a tant
de pierres d'achoppement, l'application aux femmes des droits de l'homme passe pour n'être qu'un simple vœu
20pieux, ou même une hypocrisie des gouvernants, alors que cette même application est présentée par ceux qui en
récusent le principe dans d'autres régions du monde comme le choix fondamental qu'aurait fait une autre culture.
Or, on le voit, ce n'est ni l'un ni l'autre. Un même système global de représentation des rapports homme-femme (un
même système culturel donc) a bien cours partout. L’extension aux femmes des droits de l'homme, dont nous avons
dit qu'elle procède d'un objectif universel né de la pure raison, ne peut que se réaliser à des vitesses différentes en
25raison des résistances au modèle tant de ceux qui occupent la position dominante, y compris dans les sociétés de
très grande pauvreté, que de celles qui ont intériorisé la situation qui leur est faite. En ce sens, le combat féministe
n'est pas, ne peut pas être, un combat « féminin » comme le dit justement Christine Delphy 31 mais celui de
l'humanité.

Un paradoxe contre-productif
À côté des violences et des discriminations, il convient de souligner un paradoxe particulièrement
30contreproductif. En effet, on découvre depuis peu que l'amélioration du sort fait aux femmes n'est pas seulement un
impératif d'ordre éthique et philosophique, mais aussi un impératif économique. D'après une étude de la Banque
mondiale présentée à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies sur l'égalité entre les sexes en juin 2000,
l'expérience montre qu'une société qui accorde plus de droits aux femmes et surtout leur permet l'accès à
l'éducation, améliore la productivité économique à long terme et la santé globale de la population 32. L'éthique et
35l'économique se rejoignent ce point pour le bien de l'économie. […]
Françoise Héritier, Masculin / Féminin II, Dissoudre la hiérarchie, 2002.

A partir de ce document extrait de l’œuvre de Françoise Héritier, Masculin / Féminin II, Dissoudre la hiérarchie, (2002), dites
quelle est la thèse que défend l’auteure ? Développez un seul axe (2 arguments), sans introduction ni conclusion.
40
Dans cet extrait, Françoise Héritier tient les gouvernements idéalises grâce à leurs économies développés
responsables envers leur hypocrisie et ironie en regard aux droits de la femme. En effet, l’emploi de mais fut
répète dans plusieurs propositions subordonnées d’opposition dans les lignes 8 et 25 ainsi que les adverbes
d’opposition (contrairement…) désignent le paradoxe et l’injustice que l’auteur évoque dans ce texte
argumentatif. En addition, l’utilisation des termes comme “passe pour n’être qu’un” montre la dégradation du
droit de la femme dans les gouvernements ainsi que l’injustice dans l’application de l’égalité des sexes
mentionnés au début de l’extrait. D’emblée, le narrateur met en évidence les aspects positifs de l’application des
droits des femme en montrant que les femmes jouent un grand rôle dans le fleurissement économique et que
l’acquisition des droits des et leur application ont un effet positif sur l’économie contrairement aux stéréotypes
de la société et les avis dattes qui défendent que les femmes n’aient pas de rôles économiques.

Vous aimerez peut-être aussi