Vous êtes sur la page 1sur 10

MECANIQUE DE SOL

Notions fondamentales et methodes de dimensionnement en Mécanique des


sols

Dr.Ing. TRABELSI Houcem


Maître assistant - Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax

Dr.Ing. Souissi Salma


Maître assistant - Ecole Nationale d’Ingénieurs de Gabes
Copyright 
c 2020 TRABELSI Houcem

First printing, January 2020


Table des matières

Table des figures 7


1 Les Essais in situ 9
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1 Essai pressiométrique MÉNARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.1 Origine et développement du pressiomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.1.2 Principe de l’essai pressiométrique Ménard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.1.3 Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.1.4 Réalisation du sondage pressiométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.1.5 Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.2 Essai de pénétration statique (Cone Penetration Test - CPT) . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.1 Domaine d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.2 Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.3 Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.2.4 Réalisation de l’essai de penetration statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.2.5 Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3 Pénétromètres dynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3.1 Pénétromètres dynamiques, type A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.3.2 Pénétrométre dynamique type B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.4 Essai de pénétration au carottier S.P.T(Standard penetration test) . . . . . . . . . . . . . . 21
1.4.1 Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.4.2 Appareillge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

2 Contraintes et déformations dans les sols. 23

3 Contraintes et déformations dans les sols. 43


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.1 Compressibilité des sols : Essai oedométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.1.1 Hypothèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.1.2 Dispositif expérimental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.1.3 Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.1.4 Caractéristiques de compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.1.5 Détermination de la pression de consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.2 Résistance au cisaillement des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.2.1 Critères de rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.2.2 Essai de cisaillement direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.2.3 Essai triaxial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.2.4 Résistance au cisaillement des sables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.2.5 Résistance au cisaillement des argiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

4 Calcul des tassements et théorie de consolidation. 61


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.1 Calcul des tassements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.1.2 Tassement instantané . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.1.3 Caractéristiques de la compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.1.4 Clasification des sols vis-à-vis de la compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.1.5 Tassement de consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

3
4.2 Théorie de consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.2.2 Consolidation verticale : Théorie de Terzaghi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.2.3 Equation de la consolidation verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.2.4 Solution analytique de l’équation de la consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
4.2.5 Mesure experimentale du coefficient de consolidation . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
4.2.6 Effet du mode de construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.2.7 Consolidation secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.3 Consolidation radiale : Théorie de Barron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.3.1 Equation de la consolidation tridimensionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.3.2 Equation de la consolidation radiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

5 Fondations superficielles 85
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
5.1 Types de fondations superficielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.1.2 Facteurs de choix du type de fondation : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.1.3 Utilisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
5.1.4 Eléments à calculer lors d’un dimensionnement d’une semelle de fondation isolée . . 87
5.1.5 Conditions de profondeur à cause du gel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.1.6 Méthodes de fixation d’une colonne sur/dans une semelle : . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.1.7 Questions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.1.8 Lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.1.9 Fonctions à remplir par les fondations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.2 Définition de la contrainte de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.3 Capacité portante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.3.1 Comportement d’une fondation superficielle : Phénomène de rupture . . . . . . . . . 92
5.3.2 Capacité portante à partir des essais en laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5.3.3 Capacité portante à partir des essais in situ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.4 Evaluation des tassements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5.4.1 Pression de contact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5.4.2 Calcul des tassements à partir des résultats d’essais de laboratoire . . . . . . . . . . 100
5.4.3 Calcul des tassements à partir des résultats d’essais au pressiomètre Ménard . . . . 101

6 Ouvrage de soutènement. 107


Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
6.1 Dénition des forces de poussée et de butée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
6.1.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
6.1.2 Relation fondamentale entre pressions latérales et déplacements . . . . . . . . . . . 109
6.2 Coefficients de pousséeet de butée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
6.2.1 Cas géostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
6.2.2 Cas général d’un massif de sol pulvérulent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
6.3 Calcul des forces de poussée et de butée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
6.3.1 Méthode de Rankine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Bibliographie 120
Table de figures

5
Table des figures

1.1 Schéma de principe d’un pressiomètre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11


1.2 Schéma d’un pressiomètre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3 Courbe pressiométrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.4 Dispositif de l’essai de pénétration statique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.5 Evolution de la résistance à la pénétration en fonction de la profondeur. . . . . . . . . . . . 17
1.6 Schéma de principe d’un pénétromètre dynamique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.7 Dispositif de l’essai pénétromètre dynamique type A. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.8 Dispositif de l’essai pénétromètre dynamique type B. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

3.1 a) Cellule oedométrique ; b)Bâti de chargement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44


3.2 Principe de l’essai odométrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.3 Courbe de compressibilité :a) Représentation (e, σv ) ; b)Représentation (σv ; Δh h0 ) ; c)Représentation
(e; logσv ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.4 Détermination de la pression de consolidation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5 Critère de Mohr-Coulomb. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.6 Critère de Tresca. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.7 a,c)Principe de l’essai ; b) Dispositif expérimental : Appareil de cisaillement direct à la boite
de Gasagrande. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.8 exemple de résultats expérimentaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.9 Principe de l’essai. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.10 Différentes parties de la cellule triaxiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.11 a) Principe de l’essai consolidé drainé ; b) Caractéristiques de résistance au cisaillement d’un
sol ; Essai CD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.12 a) Représentation géométrique du chemin de contraintes ; b) Représentation du critère de
Mohr-Coulomb dans le plan (p,q). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.13 a) Principe de l’essai consolidé non drainé ; b) Caractéristiques de résistance au cisaillement
d’un sol ; Essai CU. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.14 a) Principe de l’essai non consolidé non drainé ; b) Caractéristiques de résistance au cisaille-
ment d’un sol ; Essai UU. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.15 Relation entre Cu et (Ct , ϕt ). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.16 Caractéristique de résistance au cisaillement effective des argiles. . . . . . . . . . . . . . . . 59

4.1 Etats de déformations du sol sous l’effet d’une charge appliquée ; b) Evolution des tassements
au cours du temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.2 Distribution simplifiée de la contrainte sous la fondation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.3 Distribution simplifiée du facteur d’influence en fonction de la profondeur. . . . . . . . . . . 64
4.4 Mode de déformations du sol selon le type de chargement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.5 Coefficient de correction du tassement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.6 a) Méthode du point milieu ; b) Méthode des tranches. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.7 Méthode des tranches. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.8 Courbe de consolidation type. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.9 Modèle analogique de la consolidation primaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.10 Drainage d’une couche d’argile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.11 Isochrones des surpressions interstitielles, a) drainage mono face, b)drainage double face
(couche ouverte). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4.12 Drainage d’une couche ouverte avec variation de la pression intertitiel au cours du temps. . 74
4.13 a) Distribution des surpressions interstitielles : Isochrones des surpressions interstitielles ; b)
Degré de consolidation moyen en fonction du facteur temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

7
.

4.14 a) Méthode de la racine carrée ; b) Méthode du logarithme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76


4.15 Traçage et correction de courbe de consolidation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
4.16 Variation de l’indice des vides en fonction de log t. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.17 Réseau de drains verticaux sous un remblai. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
4.18 Degré de Consolidation moyen en fonction du facteur temps (voir tableau 4.4). . . . . . . . 80

5.1 a) Fondation avec fixation par fût ; b) Fondation avec fixation par bloc. . . . . . . . . . . . 89
5.2 Différents types de fondations superficielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.3 Définition de la contrainte de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.4 Essai de chargement d’une semelle isolée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5.5 a) Rupture localisée d’une semelle : poinçonnement. b) Rupture généralisée d’une semelle :
basculement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5.6 Solution de Terzaghi Solution de Mayerhof . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5.7 Mécanisme de rupture sous une semelle filante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5.8 Principe de superposition de Terzaghi (Capacité portante) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5.9 Valeurs de NC et Nq recommandées par Terzagui et Peck. Les valeurs de Nγ sont dues à
Meyerhof. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
5.10 a) Fondation soumise à un effort excentré ; b) Fondation soumise à un effort incliné . . . . . 96
5.11 Fondation en présence d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.12 Fondation sur sol stratifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.13 Profil de la pression limite équivalente et/ou de la résistance de pointe équivalente . . . . . 98
5.14 Définition de la résistance de pointe (ou de cône) équivalente pour les fondations superfi-
cielles et profondes (fascicule 62-V, 1993) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5.15 Tassement et pression de contact d’une fondation souple et une fondation rigide . . . . . . . 100
5.16 Tassements élastiques de deux semelles rigides filantes de largeurs différentes . . . . . . . . 100
5.17 Coefficient de correction du tassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
5.18 Coefficient de majoration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
5.19 Calcul du module déviatorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
5.20 Coefficient de correction du tassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

6.1 a) Sollicitations exercées sur un mur de soutènement, b) Relation force-déplacement pour


un écran rigide en translation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
6.2 Répartition de la poussée selon le type de déplacement de l’écran. . . . . . . . . . . . . . . . 110
6.3 Coefficient K0 de pression latérale des terres au repos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
6.4 États de contraintes de poussée et de butée pour un sol pulvérulent, dans le cas géostatique. 113
6.5 Évolution du rapport σh /σv en fonction de la déformation latérale Δh à l’appareil triaxial.
a) Chemin de contrainte σv = C te jusqu’a rupture, b)Courbe effort-deformation à l’appareil
triaxial. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
6.6 État de contraintes de poussée pour un sol fin (argile) dans le cas géostatique. a) Comporte-
ment non drainé b) Comportement drainé c) calcul de la profondeur z pour la quelle σh = 0
d) calcul de la contrainte horizontales en comportement drainé. . . . . . . . . . . . . . . . . 116
6.7 Coefficients de poussée et de butée pour un massif de sol pulvérulent à surface inclinée. . . 116
6.8 Hypothèse de la méthode de Rankine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
6.9 Force de poussée exercée par un massif pulvérulent saturé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
6.10 Coefficients de poussée et de butée pour un massif de sol pulvérulent à surface inclinée. . . 119

——— —————————————————— 8 —————————————————————


H.Trabelsi Notions fondamentales de mécaniques des sols
Chapitre 1

Les Essais in situ

Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1 Essai pressiométrique MÉNARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.1.1 Origine et développement du pressiomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.1.2 Principe de l’essai pressiométrique Ménard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.1.3 Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.1.4 Réalisation du sondage pressiométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.1.5 Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Détermination du module pressiométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.2 Essai de pénétration statique (Cone Penetration Test - CPT) . . . . . . . . 15
1.2.1 Domaine d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.2 Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2.3 Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.2.4 Réalisation de l’essai de penetration statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.2.5 Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3 Pénétromètres dynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3.1 Pénétromètres dynamiques, type A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Réalisation de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.3.2 Pénétrométre dynamique type B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Appareillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Réalisation de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.4 Essai de pénétration au carottier S.P.T(Standard penetration test) . . . . . 21
1.4.1 Principe de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.4.2 Appareillge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Réalisation de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

9
Chapitre 1. Les Essais in situ.
1.1. ESSAI PRESSIOMÉTRIQUE MÉNARD

Introduction
Longtemps les essais in situ en géotechnique ont souffert d’un manque de crédibilité
auprès des élites scientifiques universitaires qui ont toujours préféré les essais de laboratoire
pour lesquels les conditions d’essai sont parfaitement connues et le contrôle des mesures est
optimal. Cette vision pourrait faire croire à une perfection illusoire des essais de laboratoire
pour lesquels on oublie que le sol a sa propre histoire avant d’arriver au laboratoire. Il est
soumis à des conditions de prélèvement, de transport, de conservation qui le transforment
si bien qu’il arrive plus ou moins altéré sur la presse triaxiale ou l’œdomètre.
La reconnaissance géotechnique permet de déterminer les éléments nécessaires à la
conception et au dimensionnement des ouvrages. Cette reconnaissance est constituée par
des essais in situ ainsi que des essais de laboratoire. Les essais in situ consistent à faire des
sondages avec ou sans extraction d’échantillons. Ces derniers peuvent servir pour les essais
au laboratoire. Les essais in-situ les plus utilisés dans les pays francophones (Notament la
tunisie) sont l’essai Pressiométrique Ménard et l’essai au pénétromètre statique. Les autres
essais, tels que le pénétromètre dynamique et le "Standard Pénétration Test" sont plus
fréquents dans les pays anglo-saxons. Enfin, l’essai au scissomètre est utilisé, généralement,
pour tester les sols fins mous ou peu compacts, dans lesquels les essais au pénétromètre
ou parfois au pressiomètre sont peu représentatifs. Le calcul des fondations est basé sur le
résultat de ces essais et ceci en utilisant des relations plus au moins empiriques. Dans ce
qui suit, on présente les essais in-situ les plus répandus.

1.1 Essai pressiométrique MÉNARD


Introduction
Quand, dans un sol, la contrainte de cisaillement dépasse une certaine valeur critique,
le sol cède et se rompt. En géotechnique, on s’intéresse davantage à la résistance au ci-
saillement des sols parce que, dans la plupart des fondations ou des ouvrages en terre, la
rupture est produite par l’application de contraintes de cisaillement excessives. La résis-
tance au cisaillement des sols constitue une part importante de la plupart des problèmes
de construction, et particulièrement des problèmes de fondation. La capacité portante des
semelles et des pieux, la stabilité des talus naturels des excavations des barrages et des
remblais la poussée des terre naturels, des excavations, des barrages et des remblais, la
poussée des terres contre les murs de soutènement et les tunnels, etc. sont fonction des
caractéristiques de la résistance au cisaillement des sols. Il est difficile de définir la résis-
tance au cisaillement des sols de façon rigoureuse, car le terme inclut à la fois un concept
de rupture et un concept de déformation excessive.
L’utilisation des méthodes numériques comme les calculs aux éléments finis, s’est lar-
gement développée en mécanique des sols depuis une vingtaine d’années. Cependant, la
"facilité " d’utilisation de ces outils numériques ne doit pas occulter les difficultés liées à
une modélisation correcte des sols. Au delà du problème du choix d’une loi de compor-
tement adaptée au problème à traiter, la détermination des valeurs des paramètres de
cette loi reste une étape primordiale pour la modélisation en géotechnique. Ces paramètres
peuvent être identifiés à partir d’essais de laboratoire et/ou d’essais in-situ. Dans certaines
conditions, le prélèvement d’échantillons nécessaire à la réalisation d’essais en laboratoire
n’est pas possible ; l’état de contrainte, de pression, de température du matériau après
prélèvement ne sont pas représentatifs du comportement en place de celui-ci. Dans ce cas,
l’utilisation d’essais sur site est une étape nécessaire, et l’exploitation de ceux-ci un point
fondamental d’une caractérisation correcte du sol.

——— —————————————————— 10 —————————————————————


H.Trabelsi Notions fondamentales de mécaniques des sols

Vous aimerez peut-être aussi