Vous êtes sur la page 1sur 7

PROCEDES DE SOUDAGE

LE SOUDAGE A
L’ARC SUBMERGE
« S.A.W »

M.K. BENCHARIF VINÇOTTE INTERNATIONAL ALGERIE MAI 2007


LE SOUDAGE A L’ARC SUBMERGE « S.A.W »

1. Description générale
Il s’agit d’un procédé où toutes les
manœuvres en cœurs de soudure sont
indépendantes de toute intervention humaine.
L’arc s’établit entre un fil et la pièce à souder,
cet arc étant protégé par un flux granuleux
s’écoulant au fur et à meure de l’avancement
de la soudure. Ce flux joue le rôle de
l’enrobage des électrodes manuelles.
..............
Les bords du joint sont fondus
simultanément par un ou plusieurs fils
électrodes nus fournissant l’apport de métal.
L’arc de soudage jaillit au travers d’un flux
spécial mis partiellement en fusion par la
chaleur dégagée; il est donc invisible. Le
métal se solidifie sous la protection d’un
laitier qui après refroidissement et récupération de la poudre non fondue, se détache facilement
...........
laissant apparaître un cordon de très bel aspect. Le courant est amené au moyen de glissières au
voisinage de l’extrémité du fil, ce qui permet d’utiliser de forts densités de courant sans crainte de
voir rougir le fil.

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007


V
LE SOUDAGE A L’ARC SUBMERGE « S.A.W »

2. Avantages et inconvénients du procédé


Les avantages du procédé sont:
- régularité du travail
- vitesse d’exécution
- réduction de main d’œuvre
- Augmentation de la pénétration et dès lors réduction des angles et profondeur de chanfreinage.
- introduction d’éléments améliorants par le flux
- soudage de forts épaisseurs (avec 1 seul fil électrode, on peut déposer un cordon de l’ordre de
12 mm d’épaisseur.

Les inconvénients du procédé sont:

- réglages de la machine délicats


- flux contaminable surtout dans le cas où celui-ci contient des éléments d’alliage
- joint invisible pendant l’opération
- préparation particulièrement soignée
- soudage en position horizontale; toutefois à l’heure actuelle on parvient à souder en corniche et
même en position verticale.
- propriétés mécaniques quelquefois quelconques en fonction de l’importance du dépôt.

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007


V
LE SOUDAGE A L’ARC SUBMERGE « S.A.W »

3. Variantes de machines
Certaines machines sont pourvues de plusieurs fils-électrodes
a. Connectés en parallèle aux bornes d’une même source de courant et placés l’un derrière l’autre
(en « tandem ») ou de part et d’autre de l’axe du joint (en « transverse »); la distance qui les
sépare est de ± 7 mm.
b. Écartés de 25 à 35 mm, placés en tandem et connectés chacun à 1 source de courant séparée
c. connectés chacun à l’une des bornes d’une source de courant unique. L’arc éclate entre ces
deux fils électrodes et la pièce est en dehors du circuit de soudage. Ce procédé est caractérisé
par le fait que la dilution est faible, ce qui le rend intéressant dans les techniques de
rechargement.
Enfin, le fil peut être remplacé par un feuillard ( ruban) lorsqu’on désire recouvrir d’acier
inoxydable des tôles épaisses (cladding). L’arc électrique sautille alors d’une extrémité à l’autre
de la section transversale.
4. Technique du soudage
Il y a lieu de prévoir un support pour la première passe où quelques cordons sont généralement
déposés par le procédé M.I.G, ou à l’arc électrique dans le chanfrein ou directement à revers.
Le chanfrein est rempli par des passes multiples à la machine automatique. Les dernières
passes, dites « d’aspect » sont effectuées en augmentant la tension (volts) de manière à obtenir
un cordon plus large t moins bombé. La vitesse d’avance varie selon les paramètres adoptés.
Son ordre de grandeur est de 30 à 100 cm et même 150 cm/min en fonction de l’épaisseur. En
général cette vitesse est de l’ordre de 40 à 45 cm/min.

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007


V
LE SOUDAGE A L’ARC SUBMERGE « S.A.W »

5. Fil et flux. Classification


Suivant ASME II Part C – SFA 5.17, les électrodes sont classées sur la base de leur composition
chimique.
Les flux sont classés sur base des propriétés mécaniques du métal déposé obtenu en
combinaison avec une électrode bien spécifiée.
Pour les électrodes la désignation est réalisée comme suit :
- E : électrode
- les lettres L, M, ou H donnant indication, respectivement d’une teneur basse, moyenne, ou
élevée en manganèse.
- 1 ou 2 chiffres donnant la composition nominale en C
- éventuellement la lettre K que l’acier a été calmé au silicium.
Pour les flux, la désignation est la suivante :
- F : flux
- 1 chiffre désignant la tension de rupture minimum en 10 000 psi
- la lettre A ou P; A: métal déposé brut de soudage (as welded conditions)
P : après traitement thermique (postweld heat treatment)
- 1 chiffre désignant les exigences de résilience (ou la lettre Z si sans prescriptions d’exigences)
La désignation du flux doit être accompagnée de la désignation du fil avec lequel il est combiné
pour obtenir les propriétés énoncées.

Exemple en slide suivant

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007


V
LE SOUDAGE A L’ARC SUBMERGE « S.A.W »

Exemple de désignation de combinaison fil flux : F 6 A 0 – E H 14


(Selon ASME II : Part C – SFA 5.17)

F : flux
6 : tension de rupture minimum du métal déposé = 60 000 psi
A : brut de soudure
0 : résilience : énergie minimum de 27 J à – 18°C
E : électrode
H : haute teneur en manganèse (1,7 à 2,2%)
14 : teneur en carbone nominale : 0,14%

Pour plus de détails en ce qui concerne les prescriptions et recommandations quant à


la désignation, la fabrication, la caractérisation, les propriétés mécaniques, ............se
référer à la norme précitée

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007


FIN
Merci de votre
attention

Vinçotte International Algérie M.K. BENCHARIF Mai 2007