Vous êtes sur la page 1sur 80

ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

SOMMAIRE

REMERCIEMENTS..................................................................................................................................II
AVANT PROPOS.....................................................................................................................................III
SIGLES ET ABREVIATIONS.................................................................................................................IV
LISTE DES TABLEAUX..........................................................................................................................V
INTRODUCRION.....................................................................................................................................1
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL...................................................2
I. HISTORIQUE ET STATUT JURIDIQUE DU BNETD................................................................2
II. POLITIQUE DE QUALITE.......................................................................................................3
III. FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DU BNETD......................................................3
CHAPITRE II : DESCRIPTION ET METHODE D’ETUDE DU PROJET..............................................5
I. CONTEXTE DE L’ETUDE ET PROBLEMATIQUE...................................................................5
II. OBJECTIF DU PROJET D’ETUDE ET TRAVAIL A FAIRE..................................................5
III. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE.............................................................................6
IV. METHODE DE TRAVAIL........................................................................................................7
CHAPITRE III : ETUDE DE LA VOIRIE ET AMENAGEMENT DES ABORDS..................................9
I. DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE EN LARGEUR......................................................9
II. DIMENSINNEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE...............................................................10
III. AMENAGEMENT DES ABORDS..........................................................................................15
IV. GEOMETRIE ROUTIERE.......................................................................................................18
CHAPITRE IV : ETUDE DES TERRASSEMENTS...............................................................................25
I. TERRASSEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE.......................................................................25
II. TERRASSEMENT DE LA PLATE-FORME..........................................................................26
III. BORDEREAU DE CUBATURE DES TERRASSEMENTS GENERAUX............................26
IV. QUANTITES DES MATERIAUX DU CORPS DE CHAUSSEE...........................................27
CHAPITRE V: ETUDE D’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES ET DES EAUX PLUVIALES...29
I. GENERALITES SUR LES PROCEDES ET SYSTEMES D’ASSAINISSEMENT....................29
II. ETUDE DU RESEAU D’EVACUATION DES EAUX PLUVIALES....................................35
III. ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES...............................................................................53
CHAPITRE VI : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF DU PROJET..............................................60
CONCLUSION........................................................................................................................................62
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...............................................................................................LXIII
LISTE DES ANNEXES........................................................................................................................LXIV

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
I
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

REMERCIEMENTS

Bien avant de commencer, nous tenons à remercier toutes les personnes qui de près ou de loin
ont contribué à l’élaboration de ce rapport. Nous remercions particulièrement monsieur
Kinapara COULIBALY Directeur Général du BNETD qui nous a permis d’effectuer notre stage
au sein de ce bureau d’étude. Nous tenons également à témoigner notre reconnaissance à tout le
personnel du BNETD en particulier :
 M. COULIBALY Zoumana Chef de service Routes, Rails, Port et Aéroport;
 M. KOUASSI Kouassi Valentin pour sa franche collaboration ;
 M. SEKA Achy Sévérin pour sa franche collaboration
Nous témoignons également nos reconnaissances à M. N’ZI JUSTE-CLAIRE  Enseignant
Chercheur de l’INP-HB pour son encadrement
Aussi, remercions-nous tout le personnel de l’Ecole Supérieure des Travaux Publics (ESTP).
Enfin, nous disons un grand merci à tous nos enseignants et nos amis stagiaires pour leur
collaboration et leur soutien tout au long de ce stage.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
II
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

AVANT PROPOS

L’un des objectifs majeurs de tout gouvernement est d’assurer à sa jeunesse, une formation
de qualité afin que celle-ci soit apte à contribuer au développement économique du pays. C’est
le cas de la Côte d’ivoire qui depuis son indépendance s’engage fortement dans la formation de
ses étudiants. Ainsi fut créé le 4 septembre 1996 par le décret n°96-678, l’Institut National
Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INP-HB) qui résulte de la fusion de quatre (04)
grandes écoles notamment l’INSET, l’ENSTP, l’ENSA et l’IAB. Il comprend aujourd’hui (8)
école à savoir :

 Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres (EFCPC);


 Ecole Supérieure d’Agronomie (ESA) ;
 Ecole Supérieure de Commerce et Administration des Entreprises (ESCAE),
 Ecole Supérieure d’Industrie (ESI) ;
 Ecole Supérieure des Mines et Géologies (ESMG) ;
 Ecole Doctorale Polytechnique (EDP) ;
 Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE)
 Ecole Supérieure des Travaux Publics (ESTP) où nous suivons notre formation de
technicien supérieur.
Dans le but de donner une formation de qualité aux étudiants, la cellule pédagogique de
l’ESTP, en plus des cours théoriques, permet à ceux-ci de réaliser un projet de fin d’étude.
L’enjeu de celui-ci est de permettre la découverte du monde professionnel et la mise en
application des connaissances théoriques. C’est dans ce contexte que nous avons eu à effectuer
notre projet de fin d’étude au sein du BNETD. Les études se sont déroulées dans la période
du13 Mars au 28 Juin 2017 soit une durée de trois mois.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
III
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

SIGLES ET ABREVIATIONS
CBR : Californian Bearing Ratio
EFCPC : Ecole de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres
ENSA : Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie
ENSTP : Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics
INSET : Institut Supérieur de l’Enseignement Technique
ESA : Ecole Supérieure d’Agronomie
ESCAE : Ecole Supérieure du Commerce et Administration des Entreprises
ESI : Ecole Supérieure d’Industrie
ESMG : Ecole Supérieure des Mines et Géologie
ESTP : Ecole Supérieure des Travaux Publics
IAB : Institut d’Agronomie de Bouaké
INP-HB : Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny
LBTP : Laboratoire du Bâtiment et des Travaux Publics
BNETD : Bureau National d’Etude Technique et de Développement
SGBCI : Société Générale de Banque en Côte d’Ivoire

DBO5 : demande biologique en oxygène à cinq jours


DCO : Demande Chimique en Oxygène
TN: Terrain Naturel
VRD : Voiries et Réseaux Divers
RRAP : Routes Rails Ports et Aéroports

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
IV
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Largeur des voies et des trottoirs.............................................................................................9
Tableau 2 : Classe de trafic en fonction du nombre de véhicule (source : catalogue LBTP)...................11
Tableau 3 : Les différentes catégories de sol en fonction de l’indice CBR (source : catalogue LBTP)....12
Tableau 4 : Les informations nécessaires au choix de la structure de chaussée........................................13
Tableau 5 : les différentes fiches et les fiches communes.........................................................................13
Tableau 6 : Les différentes structures de chaussée possible......................................................................14
Tableau 7 : Conditions de mise en œuvre de la couche de base................................................................15
Tableau 8 : Quantités de bordures............................................................................................................17
Tableau 9 : Normes ICTAAL et ICTARN................................................................................................18
Tableau 10 : Bordereau de cubature des rues...........................................................................................26
Tableau 11 : Bordereau de cubature des plateformes..............................................................................27
Tableau 12 : Récapitulatif des cubatures de terrassements.......................................................................27
Tableau 13 : Volume des matériaux constituant le corps de chaussée......................................................28
Tableau 14 : Tableau récapitulatif et comparatifs des avantages et inconvénients des filières
d’assainissement.......................................................................................................................................31
Tableau 15 : Maillons des différentes filières d’assainissement...............................................................33
Tableau 16 : Conditions de réalisation des différentes filières..................................................................33
Tableau 17 Durée de vie des différentes filières.......................................................................................34
Tableau 18 : les avantages et les inconvénients des divers systèmes d’assainissement............................35
Tableau 19 : Détermination des tronçons, altitudes, longueurs, pentes des collecteurs............................40
Tableau 20 : Coefficient de ruissellement élémentaire............................................................................41
Tableau 21 : les différents coefficients équivalents..................................................................................42
Tableau 22: Débits de pointe et temps de concentrations des différents tronçons du bassin versant........44
Tableau 23 :Formules de calcul de bassins associé...................................................................................44
Tableau 24 : Débits de pointe et temps de concentrations des associations en série (+) et en parallèle (//)
des tronçons du bassin..............................................................................................................................45
Tableau 25 : Résultats du dimensionnement des collecteurs....................................................................49
Tableau 26 : Vérification de l’auto-curage des collecteurs.......................................................................52
Tableau 27 : Les différentes quantités de caniveau...................................................................................53
Tableau 28 : vitesse d’accumulation de boue en fonction de la température............................................55
Tableau 29 : taux d'accumulation des boues "S" en Litres (Franceys, Pickford J. & Reed R., 1995).......55
Tableau 30 : Tableau : capacité à prévoir pour les fosses septiques des habitations isolées.....................57
Tableau 31 : Tableau récapitulatif des dimensions de la fosse..................................................................58
Tableau 32 : Devis quantitatif et estimatif................................................................................................60
Tableau 33 : Récapitulatif des devis.........................................................................................................61

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
V
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : présentation du site du projet.........................................................................................6


Figure 2 : Schéma d’estimation de la période de retour...............................................................38
Figure 3 : Coupe transversale du collecteur................................................................................46
Figure 4 : schéma illustrant les dimensions de la fosse septique..................................................58

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
VI
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

INTRODUCRION

La forte poussée démographique des villes africaines après l’indépendance a entrainé des
problèmes de logements et d’urbanisation non maitrisés. La Côte d’Ivoire notre pays n’est
malheureusement pas en marge de cette situation. Pour résoudre ces problèmes l’Etat de Côte
d’Ivoire a entrepris de vastes programmes immobiliers en vue de relever le défi : UN
IVOIRIEN, UN TOIT mais la difficulté économique dans laquelle est plongé le pays rend ce
rêve difficilement réalisable. Des structures privées essaient d’aider l’Etat à transformer ce rêve
en une réalité en menant quelques actions dans ce domaine. C’est dans cette optique que la
Société Générale de Banque en Côte d’Ivoire (SGBCI) a envisagé un projet de construction de
logements.
Sachant qu’aucune zone ne peut être habitée ou même fréquentée sans être viabilisée, il est
important d’associer des Ingénieurs et Techniciens à ce projet. C’est dans ce cadre que nous
avons été associés aux études de voirie et réseaux divers (VRD) de ce site pendant notre projet
de fin d’études. Ces études concernent la voirie et l’assainissement qui sont indispensables au
bon fonctionnement de la cité. Dès lors, les questions suivantes se posent : comment aménager
le réseau de voirie afin d’assurer le confort et le bon drainage des eaux ? Quels aménagements
faut-il adopter pour l’assainissement des eaux usées ? Quel sera le montant du projet?
Pour répondre à ces interrogations, notre rapport sera divisé en six (06) chapitres que sont :
Chapitre I : présentation de la structure d’accueil ;
Chapitre II : description et méthode d’étude du projet ;
Chapitre III: étude de la voirie et aménagement des abords ;
Chapitre IV : étude des terrassements ;
Chapitre V: étude du réseau d’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales;
Chapitre VI : devis quantitatif et estimatif du projet.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
1
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

I. HISTORIQUE ET STATUT JURIDIQUE DU BNETD

En 1960, le jeune Etat Ivoirien devait se doter de moyens de conception pour stimuler et
coordonner son développement. Dans le domaine des études, il créa le BNETD (Bureau
National d'Etudes Techniques de Développement), une grande innovation qui se révéla grâce
aux hommes qui l'animèrent, un moyen puissant et très efficace de l'intervention de l'Etat.
Créé par décret du 31 juillet 1964, le BNETD ne deviendra véritablement opérant qu'en 1966.
Les études menées par le BNETD permirent à l'AURA (Atelier d'Urbanisme de la Région
d'Abidjan) d'encadrer le développement rapide de la capitale, en s'appuyant sur un schéma.
Ce premier BNETD disparut suite au remaniement ministériel de 1977 où apparaissait un
nouveau Ministère : celui des Travaux Publics, des Transports, de la Construction et de
l'Urbanisme. Ce Ministère mit en place deux structures :
- le Bureau Central d'Etudes Techniques (BCET) né des cendres du BNETD devrait assurer les
mêmes objectifs.
- la Direction et Contrôle des Grands Travaux (DCGTX) qui finalement donna la mouture
définitive de l'actuel BNETD (Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement).
C’est ainsi que fut créé, par décret N° 78-660 du 04 août 1978, la Direction et le Contrôle des
Grands Travaux (DCGTx) sous la forme d’un établissement public à caractère administratif.
Le décret N°94-508 du 14 septembre 1994 transforme la DCGTx en société d’Etat avec un
capital de deux milliards de francs CFA (2 000 000 000 F CFA) compte tenu de la diversité de
ses interventions et l’élargissement de son champ d’action. Le 14 septembre 1996, a été signé le
décret N° 96-676 portant changement de dénomination de la DCGTx, et le plaçant sous la tutelle
de la primature. Dès lors, la DCGTx devient le Bureau National d’Etudes Techniques et de
Développement (BNETD) et s’impose comme un instrument privilégié du gouvernement en
matière d’assistance, conseil et de maîtrise d’œuvre des grands projets d’investissement, avec
pour vocation de fournir un appui central en matière de programmation et de choix des
investissements et également d’assurer la gestion d’une base de données technique, économique
et financière nationale.
Dirigé à sa création par des coopérants français, le BNETD va progressivement se tourner vers
les compétences nationales pour assurer sa mission de développement national.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
2
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

II. POLITIQUE DE QUALITE

Le Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement (BNETD) offre une gamme de


produits qui découle de ses missions et qui porte sur :
 les études,
 le suivi et le contrôle,
 la production d'informations géographiques,
 l'assistance et le conseil,
 la vente d'informations,
 le renforcement de capacités.

III. FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DU BNETD

Situé à Abidjan dans la commune de Cocody, en bordure de la lagune ébrié, avec une vue
superbe sur la commune du Plateau ; le BNETD dispose d’un effectif total de plus de 1087
agents dont 509 cadres de haut niveau et 252 techniciens supérieurs.
Sa haute direction est composée des entités suivantes :
  un Conseil d’Administration,
  une Direction Générale,
  une Direction Générale Adjointe,
  un Secrétariat Général,
  un collège d'inspecteurs,
 les conseillers spéciaux,
 les Directeurs,
  les conseillers techniques,
 les antennes régionales.
En termes d’organisation, le BNETD est subdivisé en départements, et services. Une mission
bien déterminée est assignée à chacune de ces entités qui possèdent les compétences requises
pour réaliser les objectifs du BNETD. L’organigramme ci-après permet de présenter son
organisation générale :

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
3
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

CHAPITRE II : DESCRIPTION ET METHODE D’ETUDE DU PROJET

I. CONTEXTE DE L’ETUDE ET PROBLEMATIQUE

Vue les difficultés de logement et de déplacement à l’intérieur des villes de la Côte d’Ivoire, la
SGBCI soucieuse du problème de retard et de confort de ses agents, dans son nouveau système
de fonctionnement a envisagé un projet de construction de logements pour ces agents afin de
leur permettre d’acquérir des habitations descentes. Ceci facilitera non seulement le transport
collectif des agents mais aussi d’accroître leurs conditions de vie. Parmi ces projets figure le
présent projet dont la première pierre a été posée le samedi 23 Juillet 2016 à Akouédo dans la
ville d’Abidjan.

II. OBJECTIF DU PROJET D’ETUDE ET TRAVAIL A FAIRE

1. Objectif du projet d’étude

L’objectif de ce projet est de faire l’Avant-Projet Détaillé (APD), l’édition des plans des VRD et
l’évaluation économique du projet afin de rechercher la meilleure intégration possible de
l’opération dans son environnement général (paysage naturel, milieu bâti, contexte socio-
économique) et de limiter les coûts d’investissement sans pour autant négliger les problèmes
d’ordres techniques.

2. Travail à faire

A partir du fond de plan topographique qui nous a été remis et établi à l’échelle 1/500 sur
lequel figurent les lots et en tenant compte des diverses contraintes socio-économiques, il nous
est demandé de :
 dimensionner les structures de chaussées des voies de desserte ;
 concevoir un plan d’aménagement des abords des voies de ladite cité ;
 concevoir un plan de terrassement général du site du projet ;
 concevoir un plan d’assainissement du site (dimensionnement et implantation des
ouvrages de drainage) :
 évaluer les détails quantitatifs et estimatifs du projet.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
5
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

III. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

1. Situation géographique de la zone d’étude

Ce projet concerne un espace d’environ quatre hectares (4 ha) situé au Sud de la Côte d’Ivoire à
Abidjan plus précisément dans le quartier Akouédo en allant à Bingerville.

Figure 1 : présentation du site du projet

2. Climat et pluviométrie

La ville jouit d'un climat de type équatorial, chaud et humide, qui comporte une grande saison
des pluies (Mai-Juin-Juillet), une petite saison des pluies (Septembre-Novembre) et deux saisons
sèches. La grande saison sèche commence à partir de Décembre et se termine en fin Mars.
Les précipitations sont abondantes et varient entre 1 500 et 2 500 mm d'eau par an. En saison
des pluies, il peut pleuvoir sans cesse pendant plusieurs jours à la suite ou alors pleuvoir
intensément pendant une heure, suivi par un très fort ensoleillement. La température varie entre
21 et 35°C et le degré d'hygrométrie (humidité) annuel moyen est supérieur à 80 % (Tastet,
1979).

3. Géologie

La Côte d’Ivoire est occupée dans sa partie sud par le bassin sédimentaire d’âge Crétacée -
Quaternaire qui s’étend de Fresco à la frontière sud du pays. Il s’étend sur environ 40 km.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
6
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Le district d’Abidjan appartient à ce bassin sédimentaire qui présente une géologie simple :
sables et vases quaternaires, des sables argileux avec quelques niveaux d’argiles bariolées du
Continental Terminal et des calcaires gréseux du crétacée (Tastet, 1979).
C’est une région pourvue essentiellement en sable, pauvre en graveleux et en roches massives.

4. Topographie

Le site de ce projet présente de fortes pentes allant de 0 à 30% ce qui montre que la zone est très
accidentée. La carte isocline (en annexe 1) montre clairement les pentes du site.

5. Type de logement et habitants

Le présent projet vise essentiellement à la construction de villas basses de quatre pièces chacune
et seront occupées par des agents de la SGBCI.

IV. METHODE DE TRAVAIL

1. Donnée technique du projet

Comme données nous avons :


 Un plan de masse : c’est un plan aménagé par l’urbaniste en vue de donner au projeteur
les différents aménagements à faire. Celui-ci concerne les logements, l’emprise des voies
et les espaces verts, etc.
 Un plan d’état des lieux réalisé à l’échelle 1/500 par un topographe, il s’agit des levées
de points topographiques de la zone d’étude. Il comprend les courbes de niveau et la
délimitation de la zone d’étude sur un support numérique (voir en annexe 2).
Nous avons élaboré notre plan de travail en fusionnant ces deux plans à l’aide du logiciel
COVADIS 10.1 selon les étapes suivantes :
 Ouvrir les deux plans ;
 Copier le plan de masse sur le même support que le plan de levées topographiques ;
 Ajuster les deux plans pour leur donner les mêmes dimensions et la même direction ;
 Déplacer le plan de masse et le superposer sur le plan d’état des lieux.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
7
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2. Analyse parcellaire du projet

Le présent projet consiste à faire l’aménagement d’une surface d’environ quatre hectares (4ha)
composée de voies de dessertes et de logements.

3. Méthodologie pour la conception

Pour mener à bien cette étude nous avons :


- Consacré la première semaine de travail à consulter les sites internet ainsi que certains
documents de l’entreprise pour se procurer des informations pouvant servir à la
réalisation du projet ;
- Utilisé un ordinateur portable équipé de logiciels (Covadis 10.1 et Autocad 2008) et
connecté à l’internet pour l’élaboration des plans et la rédaction du rapport ;
- Mené des échanges avec notre maître de stage dans le but de vérifier les hypothèses que
nous avons émises lors de l’étude ;
- Consacré la dernière semaine de travail à l’élaboration du rapport qui comporte les
différents résultats issus de l’étude et une synthèse.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
8
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

CHAPITRE III : ETUDE DE LA VOIRIE ET AMENAGEMENT DES ABORDS

La voirie a pour objet la desserte de zones urbaines, industrielles ou commerciales. Elle doit être
étudiée de manière à remplir pleinement ce rôle. Le tracé, les caractéristiques dimensionnelles et
la qualité de ses constituants sont déterminées tout en garantissant la sécurité et le confort des
usagers. Elle participe également à l’aménagement des ensembles urbanisés.

I. DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE EN LARGEUR

1. Largeur de la chaussée et des trottoirs

En ce qui concerne le dimensionnement de la chaussée en largeur, il faut noter que nous n’avons
pas fait de dimensionnement en tant que tel car sur la parcelle du projet, l’architecte-urbaniste
avait déjà fait des réservations prenant en compte les contraintes posées par le maître d’ouvrage.
Le dimensionnement en largeur de la chaussée a donc été fait en fonction des emprises réservées
par l’urbaniste pour recevoir les routes et leurs dépendances ainsi que les réseaux divers.
En tenant compte des contraintes spatiales, nous avons élaboré le tableau ci-dessous donnant la
largeur des voies et des trottoirs :

Tableau 1 : Largeur des voies et des trottoirs 


Emprises réservées Largeurs des Largeurs des Espaces réservés aux
(m) voies (m) trottoirs (m) réseaux divers (m)
12 2×3.5 2×1 3
9 2×3 2×0.5 2
8 2×3 0 2
6 2×3 0 0
13 2×3.5 2x1 4

2. Dimensionnement des parkings

Les parkings servent au stationnement des véhicules, ils constituent un complément


indispensable de la voirie et des bâtiments. Les dimensions des places sont fixées en fonction
des gabarits des véhicules, du mode de stationnement et de la largeur des voies de desserte dans
le but de favoriser la fluidité du trafic et la sécurité des véhicules qui y sont stationnés.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
9
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Pour ce projet, nous tenons à souligner qu’aucune zone n’a été prévue pour l’aménagement des
parkings. Chaque habitant devra alors se trouver une place à l’intérieur de son lot pour le
stationnement de son véhicule.

II. DIMENSINNEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE

Le dimensionnement d’une structure de chaussée routière consiste à déterminer la nature et


l’épaisseur des couches qui la constituent afin qu’elle puisse résister aux diverses agressions
auxquelles elle sera soumise tout au long de sa vie.
La structure d’une chaussée routière doit résister à diverses sollicitations, notamment celles dues
au trafic et elle doit assurer la diffusion des efforts induits par ce même trafic dans le sol de
fondation. Pour un bon dimensionnement un certain nombre de données doit être pris en
compte. Il s’agit :
 du trafic ;
 de l’environnement climatique et hydrologique (la région) ;
 des propriétés mécaniques des matériaux de chaussée.

1. Détermination du trafic

Le trafic est le nombre de véhicules enregistrés sur une route pendant une période donnée. Il
détermine la constitution de la chaussée (nature et épaisseur des couches constitutives du corps
de chaussée) et le nombre de voies de circulation

Partant du fait que les voies de ce projet soient des voies tertiaires et d’une analyse des
caractéristiques (population cible et types de bâtiment) de la cité à construire nous avons émis
l’hypothèse suivant laquelle le trafic susceptible d’être obtenu sur les différentes rues est faible
et appartient à la classe T1 du tableau élaboré par le LBTP pour le dimensionnement des
structures de chaussée en fonction du trafic.

Tableau 2 : Classe de trafic en fonction du nombre de véhicule (source : catalogue LBTP)
Classe de Nombre journalier de Nombre cumulé de Nombre cumulé d’essieux de 8,2
trafic véhicules poids lourds Tonnes ou 11,5 Tonnes
T1 100≤T<300 1.105≤T<5.105 6.105≤T<3.106
T2 300≤T<1000 5.105≤T<1,5.106 3.106≤T<1.107

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
10
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

T3 1000≤T<3000 1,5.106≤T<4.106 1.107≤T<2.107


T4 3000≤T<6000 4.106≤T<1.107 2.107≤T<6.107
T5 6000≤T<12 000 1.107≤T<2.107 6.107≤T<1.107

2. Détermination des caractéristiques géotechniques du sol de plateforme du


projet

Le CBR est une grandeur utilisée pour caractériser un sol ou un matériau élaboré en tant que
support ou constituant de la structure de chaussée. Ainsi, pour faciliter son utilisation, le LBTP
a fait une étude des différentes plates-formes et a élaboré un catalogue donnant une
classification des différents types de sols en cinq (05) catégories distinctes selon leur portance,
c’est-à-dire en fonction de leur indice CBR, celui-ci étant en fonction des conditions de
compactages que l’on suppose réalisables sur chantier et de la teneur en eau maximum que
pourra atteindre ce sol sous la chaussée. Le tableau suivant donne les différentes catégories de
sol en fonction de l’indice CBR.

Tableau 3 : Les différentes catégories de sol en fonction de l’indice CBR (source : catalogue
LBTP)

Catégories de sols de plate-forme Intervalle des valeurs de CBR correspondante


S1 0 < CBR < 5
S2 5 ≤ CBR < 10
S3 10 ≤ CBR < 15
S4 15 ≤ CBR < 30
S5 CBR ≥ 30

Nous tenons à souligner que nous n’avons pas fait d’étude pour déterminer le CBR car il fait
partir des données du projet. Pour ce projet, le CBR est supérieur à 15 MPa (CBR = 20 MPa).
Le sol de plateforme appartient donc à la classe S4 du catalogue LBTP.

3. Détermination de la région

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
11
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

En plus de la classe du trafic et celle du sol de la plate-forme, le LBTP a aussi fait la répartition
de la Côte d’Ivoire en sept (7) régions selon les caractéristiques géologiques et climatiques de
ces régions. Cette classification nous a permis de choisir la structure de la chaussée en fonction
du matériau disponible dans la région correspondante. Le site du projet étant situé à Abidjan, il
fait partir de la région R1 (voir la carte de régionalisation donnée par le LBTP en annexe 3).

4. Détermination de l’épaisseur minimale de la structure de chaussée

Il existe plusieurs méthodes telles que :


 La méthode des indices groupes qui dépend essentiellement du trafic et des données
géotechniques telle que la consistance du sol (granulométrie et limite de liquidité des
matériaux) ;
 La méthode CBR qui utilise les résultats de l’essai CBR.
Pour la détermination de l’épaisseur minimale de la structure de chaussée nous avons utilisé la
méthode CBR car elle est mieux adaptée par rapport aux autres méthodes de calcul à cause de
l’insuffisance de données.
Cette méthode est utilisée pour le calcul de l’épaisseur de la structure de chaussée depuis la
surface supérieure du sol support jusqu’à la couche de roulement. Elle s’exprime de la manière
suivante :

p
e=
100+150

I CBR +5
2

Avec :
 P : poids par essieu standard (en Côte d’Ivoire cette valeur est prise égale 13 tonnes par
essieu)
 ICBR : indice CBR
En prenant la valeur du CBR = 20 MPa, nous avons obtenu une épaisseur minimale de 20 cm.

5. Choix de la structure de chaussée

Les informations nécessaires au choix de la structure de chaussée sont consignées dans le


tableau suivant :
Tableau 4 : Les informations nécessaires au choix de la structure de chaussée

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
12
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Région Catégorie de sol Classe du trafic Epaisseur minimale


R1 S4 T1 20 cm

A l’aide du tableau ci-dessus nous avons procédé comme suit pour déterminer la structure de la
chaussée :
 Choisir les fiches LBTP respectives correspondantes à la classe du trafic, la catégorie du
sol de plateforme, et la région du projet ;
 Déterminer les fiches communes aux trois choix ci-dessus ;
 Choisir la structure de chaussée correspondante au matériau le plus économique.
Le tableau suivant donne les différentes fiches respectives et les fiches communes :

Trafic Catégorie de sol Région fiche commune


Numéros des 1 ;2 ;3 ;6 ;9 ;10 ;1 1 ;2 ;3 ;6 ;9 ;10 ;1 9 ;10 ;11 9 ;10 ;11
fiches 1 1
Tableau 5 : les différentes fiches et les fiches communes 
Les fiches communes à ces quatre paramètres sont les fiches 9 ; 10 et 11. Les différentes
structures de chaussée possible sont consignées dans le tableau suivant :

Fiches Couches de fondation Couches de base Couche de Trottoirs


roulement
9 Sable argileux 10 cm Sable argileux Sand Asphalt 3cm Sand Asphalt
ciment 15 cm 3cm
10 Sable argileux 10 cm Sable bitume 10 Sand-Asphalt 3cm Sand Asphalt
cm 3cm
11 Sable argileux ciment Sable argileux Sand-Asphalt 3cm Sand Asphalt
10 cm ciment 15 cm 3cm
Tableau 6 : Les différentes structures de chaussée possible
Après analyses des différentes structures de chaussées nous optons pour la chaussée de la fiche
N°9 car elle répond parfaitement aux caractéristiques des matériaux en place et est beaucoup
plus économique.

6. Caractéristiques des matériaux utilisés

Les matériaux utilisés pour les différentes couches doivent avoir des spécifications
recommandées par le catalogue du LBTP :

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
13
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

 Couche de fondation :
Le sable-argileux utilisé pour la couche de fondation doit avoir :
 un indice CBR minimum de 25 MPa ;
 un indice de plasticité inférieur ou égal à 15 ;
 le tamisat à 0.08 mm inférieur ou égal à 20% et un gonflement maximum de 3%.
Le compactage se fera par couche successive d’épaisseur maximale et minimale respective 25
cm et 10 cm à 95% de l’optimum Proctor (OPM).
 Couche de base
Les conditions de mise en œuvre de la couche de base sont consignées dans le tableau ci-
dessous :

Désignation Caractéristique
Teneur en matière organique 0.5 % maximum
Indice de plasticité 15-20 maximum
Teneur en fine < 0.08 mm 20-40 maximum
Sable-argileux Limite de liquidité 40 maximum
Coefficient d’uniformité 5 minimum
Compactage 95 % OPM
Nature CPA 325
Dosage minimal 3%
Ciment
Tableau 7 : Conditions de mise en œuvre de la couche de base

III. AMENAGEMENT DES ABORDS

L’aménagement des abords consiste à définir les types de bordures (les bordures de trottoirs ou
bordures-caniveaux) et à tracer les limites des différentes chaussées. Le plan d’aménagement de
la voirie est donné en annexe 4.

1. Définition

Une bordure est un petit muret de hauteur variable servant à délimiter la route et à canaliser
l’eau. Elles sont à la limite des chaussées en milieu urbain. Les bordures-caniveaux, situées à la
limite du revêtement, présentent une surface concave permettant de laisser l’eau s’écouler plus
efficacement. Il existe plusieurs types de bordures et de bordures-caniveaux ; les sous-sections
suivantes décrivent les grandes familles.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
14
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2. Différents types de bordure de trottoir

2.1. Les bordures surélevées

Les bordures surélevées ont 150 mm de hauteur apparente. On les rencontre surtout en milieu
urbain où elles peuvent être intégrées au trottoir. Ce type de bordure est surtout utilisé pour
retenir les véhicules sur la chaussée et ainsi protéger les piétons. Pour une question de sécurité,
une telle bordure ne doit pas être installée devant une glissière de sécurité. (Norme sur les
constructions routières, tome II, chapitre 4).

2.2. Bordures abaissées

Les bordures abaissées ont 100 mm de hauteur apparente. Elles sont conçues pour être installées
sur des voies de circulation à vitesse rapide. Ce type de bordure est surtout utilisé pour diriger
les eaux de pluies vers les puisards et pour délimiter la chaussée. Il est possible de l’installer
devant une glissière de sécurité si la face de l’élément de glissement est à une distance maximale
de 20 cm de la face apparente de la bordure. Ce type de bordure est couramment utilisé pour
les grandes routes. (Norme sur les constructions routières, tome II, chapitre 4).

2.3. Les bordures arasées

Les bordures arasées ont une valeur qui tourne au tour de 50 mm de hauteur. Elles sont
généralement situées devant les entrées charretières résidentielles et commerciales afin de
permettre aux véhicules de les franchir tout en gardant une partie de la capacité d’écoulement
d’eau. On les utilise aussi pour les musoirs divergents en zones urbaine. (Norme sur les
constructions routières, tome II, chapitre 4).

3. Les bordures-caniveaux

3.1. Bordure de caniveau franchissable

Les bordures-caniveaux franchissables sont généralement utilisées en remplacement des


bordures afin d’améliorer la capacité de canalisation de l’eau de ruissellement. Leur hauteur
peut varier selon la vitesse maximale permise sur la route et elles sont fréquemment utilisées

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
15
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

lorsque le profil en long de la chaussée a une faible pente. Leur avantage est de permettre
facilement l’accès à une éventuelle propriété riveraine ; elles sont aussi plus rigides et plus
stables. (Norme sur les constructions routières, tome II, chapitre 4).

3.2. Bordure de caniveau non franchissable

Les bordures-caniveaux non franchissables sont généralement utilisées en remplacement des


bordures afin d’améliorer la capacité de canalisation de l’eau de ruissellement. Leur hauteur
peut varier selon la vitesse maximale permise sur la route. Elles sont fréquemment employées
lorsque le profil en long a une faible pente. (hydraulic perfomance of Curb and Gutter
Inlets).

4. Quelques exemples de bordures et de bordures-caniveaux

4.1. Les bordures


 Les bordures de trottoir de type T qui sont plus spécialement destinées aux voiries urbaines.
Les bordures T1 et T2 sont les plus fréquemment utilisées mais il existe également des
bordures T3 et même T4, plus hautes.
 Les bordures de type A1 et A2 sont des bordures d’accotement franchissables.
 Les bordures I1 – I2 – I3 et I4 sont des bordures destinées à la délimitation des îlots
directionnels. Les bordures I1 et I3 sont simplement posées sur la chaussée alors que les
bordures I2 et I4 sont encastrées.
 Les bordures P1 – P2 et P3 sont des bordures inclinées ou arrondies utilisées pour délimiter
des espaces de stationnement, des allées piétonnes, des espaces verts, des terrains de
loisirs, de sports.

4.2. Les bordures-caniveaux


 Les bordures CS1 – CS2 – CS3 et CS4 sont des caniveaux à simple pente destinés à être
utilisés, soit avec des bordures de type A, soit avec des bordures de type T. Les bordures
CS1 et CS2 sont les plus fréquemment utilisées.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
16
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

 Les bordures AC1 et AC2 sont des bordures d’accotement franchissables avec caniveau
simple pente intégrée ;
 Les bordures CC1 et CC2 sont des caniveaux à double pente ;

5. Choix des bordures

Pour ce projet nous optons pour l’utilisation des bordures de :


 Type T2 car elles sont mieux adaptées pour séparer la chaussée des lots ;
 Type A2CS2; nous les utiliserons pour assurer la collecte des eaux de ruissellement
Les différentes quantités obtenues sont consignées dans le tableau suivant :
Types de bordures Quantités (ml)
A2CS2 398.92
T2 135.16
Tableau 8 : Quantités de bordures

IV. GEOMETRIE ROUTIERE

La géométrie routière est l’ensemble des techniques ou outils mathématiques permettant de


définir les caractéristiques de la route, et de la représenter sans ambigüité de façon à assurer aux
usagers confort et sécurité. Dans la pratique pour représenter la route on utilise le tracé en plan,
le profil en long et les profils en travers en s’appuyant sur des normes existantes (ICTAAL et
ICTARN) consignées dans le tableau ci-après.

1. Caractéristiques de la voirie

Une voirie est caractérisée par :


 Son profil en travers (nombre de voie, type de voie) ;
 Sa capacité ;
 Son type de trafic (trafic, nature du trafic, etc.);
 La nature du revêtement et la structure des chaussées ;
 Sa vitesse de référence qui est de 40 km/h pour ce projet.

Tableau 9 : Normes ICTAAL et ICTARN


PARAMETRES SYMBOLE Vr = 40

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
17
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

ET UNITE Km/h

Dévers maximal δM (%) 7

Minimal absolu (dévers δM) RHm 40

Minimal normal(Dévers) RHN(δ%) 120 (5%)


TRACE Rayon en plan
250
EN PLAN RH(m) Au dévers minimal RH’’(2.5%)
(2.5%)

Non déversé RH’ 400

Déclivité maximale en rampe πm(%) 8

Chaussée Minimal
RVm1 500
unidirectionnelle absolu

Route à quatre(4)
Minimal
voies ou à RVN1 1500
normal
Rayon en angle deux(2) chaussées
PROFIL saillant RV (m)
Chaussées Minimal
EN LONG RH(m) RVm2 500
bidirectionnelles absolu
(route à 2 ou 3 Minimal
RVN2 1600
voies) normal

Minimal absolu
Rayon en angle RVm’ 500
rentrant RV’ (m)
Minimal normal RVN’ 1500

Rayon assurant la distance de visibilté de RVD (m)


2500
dépassement minimale sur à 2 ou 3 voies

2. Tracé en plan de l’axe des voies

Le tracé en plan d’une route est la projection verticale de son axe sur un plan horizontal. Ce
tracé est composé d’un ensemble d’alignements droits raccordés par des courbes et
éventuellement de courbes de raccordement progressifs (clothoïdes). La mise en place du tracé
en plan passe impérativement par la recherche de tracé.
Notons aussi qu’en voirie l’adaptation au site nous impose parfois des tracés sinueux.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
18
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2.1. La recherche du tracé en plan

La recherche de tracé a été faite sur un fond de plan altimétrique à l’échelle 1/500. Elle consiste
à joindre les origines des différents axes à leur fin en tenant compte des contraintes
topographiques, environnementales et urbanistiques.
Elle a pour but de trouver le meilleur tracé possible qui permettra d’optimiser les coûts du
projet et d’assurer la sécurité des usagers tout en respectant les normes conformes au tracé
routier.

2.2. Le tracé définitif

Le tracé définitif est le tracé obtenu après raccordement des différents alignements droits et
insertions des clothoïdes. Il a été réalisé à partir du logiciel Covadis 10.1.
Nous tenons à faire remarquer que la majeure partie de notre tracé est en arc car cela est
fonction du type d’aménagement réalisé par l’urbaniste. (Voir plan d’implantation des voies en
annexe 5).

2.3. Conception du tracé en plan sur le logiciel COVADIS 10.1

Pour effectuer le tracé en plan des voies sur le logiciel Covadis 10.1, nous avons suivi la
procédure suivante :
 Démarrer le logiciel Covadis par un double clic sur l’icône COVADIS pour
AUTOCAD 2008 figurant sur le bureau ;
 Importer l’état des lieux sur le logiciel COVADIS pour AUTOCAD 2008;
 Tracer l’axe des différentes voies à l’aide de la commande Ligne ou Polygone du
logiciel Autocad ; 
 Afficher la barre d’outil projet linéaire par profils types située dans le module Covadis
VRD ;
 Faire les raccordements si nécessaire avec la barre d’outils construction de
l’axe ;
 Définir l’axe à l’aide de la commande nouveau projet ;
 Tabuler l’axe en plan avec le menu déroulant Tabulation (tabuler l’axe) ;

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
19
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Dans le cas de cette étude, la distance entre deux (2) tabulations est de 10 m outre les tabulations
effectuées aux points spécifiques.
Une fois ces opérations terminées, nous passons au tracé du profil en long des voies.

2.4. Résultats

Le plan d’implantation obtenu après tracé est donné en annexe 5.

3. Profils en long

Le profil en long est une coupe longitudinale dans l’axe de la chaussée. Il est composé d’une
succession de pentes et de rampes raccordées par des paraboles. Les pentes des profils en long
sont généralement inférieures à 10%.
Il comprend deux tracés superposés que sont le profil en long terrain naturel (profil TN) et profil
en long projet (la ligne rouge).

3.1. Profil en long TN

Le profil en long TN est une coupe longitudinale du terrain naturel sur un plan vertical portant
les altitudes des points se trouvant sur l’axe du futur réseau à projeter.
3.2. Profil en long projet

La ligne rouge du projet (voir plan des profils en long en annexe 6) représente les altitudes de
l’axe de la chaussée terminée.
Pour éviter les mouvements de terre trop importants, nous avons suivi dans la mesure du
possible le terrain naturel (à condition que les conditions de sécurité et de confort soient
remplies). Dans le cas contraire, la route est en remblai (au-dessus du terrain naturel) ou en
déblai (en dessous du terrain naturel).
Par ailleurs, il est important de souligner que pour les voies urbaines, le profil en long diffère
assez peu de celui des routes en rase campagne, mais il est souvent soumis à des contraintes
plus sévères. Il doit assurer :
- Un écoulement parfait des eaux de ruissellement ;
- Une desserte correcte des riverains.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
20
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

3.2.1. Ecoulement des eaux


Le profil en long des fossés et des caniveaux est lié à celui de la route. Pour donc permettre un
bon écoulement des eaux de ruissellement, nous avons évité les paliers de grande longueur et les
pentes inférieures à 0.5 %. Notons également qu’aux carrefours, la continuité du profil en long
pose des problèmes délicats. Nous avons donc évité les discontinuités de pente sur la voie
principale et ménagé l’écoulement des eaux. Pour ce faire nous avons fait une ceinture de la cité
à laquelle sont raccordées les différentes amorces.

3.2.2. Déclivités
Selon la catégorie des voies, on peut admettre des pentes de 4 à 8 %. En site urbain, on ne doit
pas dépasser ce maximal, sauf en relief difficile où pour des voies de desserte on peut tolérer des
pentes de 10 à 14%. C’est le cas de ce projet où la pente maximale vaut 13.36 % le fait que
nous soyons dans un cas de terrain accidenté.
Pour ce projet la conception du profil en long a été faite à partir du logiciel COVADIS 10.1.

3.3. Méthodologie pour la conception du profil en long sur le


logiciel COVADIS 10.1

La conception des profils en long avec le logiciel COVADIS 10.1 se déroule comme suit avec le
sous module COVADIS VRD:
- Nouveau profil en long, pour tracer le profil en long TN ;
- Alignement droit, pour tracer les AD projet ;
- Raccordement parabolique, Tangente-tangente-rayon, puis on insère les
raccordements en respectant les normes techniques ;
- Création d’une courbe projet, et on sélectionne les alignements droits et les
raccordements ;
- Listing du profil en long puis listing du calcul, pour afficher respectivement les
informations sur le profil en long TN et la ligne projet.

3.4. Résultats

Les résultats obtenus à partir du logiciel sont donnés en annexes 6.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
21
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

4. Profil en travers

Les profils en travers sont des coupes verticales perpendiculaires à l’axe du projet. Leur
établissement permet en général le calcul des mouvements de terres (cubatures) et, par exemple,
permet de définir le tracé idéal d’un projet de manière à rendre égaux les volumes de terres
excavés avec les volumes de terre remblayés. On distingue deux types de profils en travers : le
profil en travers type et le profil en travers courant.
Le choix des profils en travers doit permettre le bon écoulement des eaux de ruissellement de la
chaussée. Pour cela nous avons adopté les devers suivant :
 2 ,50 % pour la chaussée ;
 2,00 % pour les accotements.
Les différents profils en travers type utilisés sont consignés sur la page suivante:

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
22
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

4.1. Profil en travers courant

Ce sont des coupes transversales effectuées perpendiculairement à l’axe du profil en long. Ici la
distance entre deux profils est de 10 m. Pour les tracés des profils en travers courants, il est
recommandé de lever sur chaque profil le maximum des points possibles, et chercher leurs
altitudes. Ils permettent de déterminer les différentes quantités de terre à mettre en mouvement.

4.2. Profil en travers type

Le profil en travers type est un dessin qui montre les différents aspects d’une route, ainsi que les
renseignements relatifs à cette route. Il comprend généralement une chaussée composée comme
suit :
- Une couche de roulement (3 cm);
- Une couche de base (15 cm);
- Une couche de fondation (10 cm);
Pour la conception des profils en travers type avec le logiciel COVADIS 10.1 on utilise les
commandes suivantes :
- Génération des profils en travers type, pour définir la géométrie et la structure des
demi-profils types ;
- Affectation des demi-profils en travers types, pour affecter les deux profils types le
long des voies ;
- Calculer le projet ;
- Listing général ;
- Dessiner les profils en travers projet.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
24
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

CHAPITRE IV : ETUDE DES TERRASSEMENTS

Les terrassements généraux peuvent être définis comme étant l’ensemble des travaux qui ont
pour objet de mettre le terrain naturel en état de recevoir les ouvrages et les différents réseaux
publics.

I. TERRASSEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE

Le terrassement du corps de chaussée consiste à faire ressortir les volumes de déblais, de


remblais et de terre végétale à décaper.

1. Décapage de la terre végétale

Avant tous les travaux de terrassement, on doit débarrasser le sol de toute la terre végétale, des
détritus, des matières organiques qui pourraient s’y trouver. Son épaisseur est de 20 cm et sa
mise en réserve est recommandée, car elle servira ultérieurement pour la conception des espaces
verts, aires de jeu etc.
On peut évaluer de manière approximative le volume de la terre végétale à l’aide des formules
suivantes :
Vtv = Sd.e
S d = Ld . L A

Avec :
- e (m): Epaisseur de la couche de terre végétale ;
- Vtv (m3) : Volume de terre végétale  décapée ;
- Sd (m2) : Surface de décapage de terre végétale ;
- Ld (m) : Distance horizontale mesurée entre les deux entrées du profil ;
- LA (m) : Longueur d’application.

2. Calcul des cubatures de terrassements

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
25
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Il s’agit de l’évaluation des quantités de déblais et de remblais sur l’emprise de la voie, ainsi que
les volumes des différentes couches de chaussée. Par définition, les déblais représentent le
décaissement d’un relief dans le but d’imposer une altitude projet au relief. Sur le profil en long
d’une voie, on dira qu’une zone de ce profil est en déblai lorsque la ligne projet est en dessous
de celle du terrain naturel et en remblai, lorsque la ligne projet est au-dessus du terrain naturel.

II. TERRASSEMENT DE LA PLATE-FORME

Le terrassement de la plateforme a pour but de créer des plates-formes sur lesquelles seront
édifiés les bâtiments et les autres ouvrages. Les études de terrassement et le calcul des cubatures
se sont effectués à partir du logiciel COVADIS 10.1 à l’aide des commandes suivantes :
- Covadis VRD multi plates-formes ;
- Nouveau projet ;
- Types de plates-formes (bâtiments, espaces verts ou parkings) ;
- Matériaux des structures (pour les parkings);
- Styles d’étiquettes (surface et volume des déblais/remblais, volume de décapage, etc.);
- Cocher la commande Calcul automatique
- Nouvelle plate-forme.
Le plan de terrassement est consigné en annexe 7.

III. BORDEREAU DE CUBATURE DES TERRASSEMENTS GENERAUX

Le bordereau de cubature des terrassements généraux est un document dans lequel figurent les
quantités des terrassements généraux. Ces quantités sont :
- Le volume de déblai (VD) ;
- Le volume de remblai (VR).
- Le volume de décapage (Vd)
Les résultats obtenus sont consignés dans les tableaux suivants :
Tableau 10 : Bordereau de cubature des rues
Volumes de
Volume de Volume de
terre végétale
déblais (m3) remblais (m3)
(m2)
Rue 1 605,51 255,13 4853,6
Rue 2 164,54 49,2 1626,17

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
26
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Rue 3 177,35 29,83 1106,24


Rue 4 84,29 33,03 807,73
Rue 5 357,27 15,52 1009,92
Rue 6 191,01 77,79 1228,4
Rue 7 2,81 6,78 98,77
Rue 8 3,07 9,81 93,94
Rue 9 10,88 12,03 269,83
Rue 10 1,55 7,09 93,62
Rue 11 18,33 14,34 188,19
Rue 12 0,2 248,22 218,74
Rue 13 0 83,22 183,75
Rue 14 0 71,05 119,68
total 1616,81 913,04 11898,58

Tableau 11 : Bordereau de cubature des plateformes


Terrassement plateforme surface de
Volume de terre végétale
Volume de déblais (m3)
remblais (m3) décapée (m2)
ilot 1 154,66 347,27 1563,05
ILOT 2 697,78 142,29 2545,6
ILOT 3 32,86 760,74 2468,05
ILOT 4 638,57 341,69 253,365
ILOT 5 33,06 889,45 1664,05
ILOT 6 534,21 101,73 2221,75
ILOT 7 2913,26 2962,56 2199
TOTAL 5004,40 5545,73 12914,87

Le récapitulatif des cubatures de terrassements est donné par le tableau ci-dessous :


surface de terre
Volume
Volume déblais (m3) végétale décapée
remblais (m3)
(m2)
RUE 1616,81 913,04 11898,58
Plateforme 5004,40 5545,73 12914,87
TOTAL 6621,209326 6458,773776 24813,445
Tableau 12 : Récapitulatif des cubatures de terrassements

IV. QUANTITES DES MATERIAUX DU CORPS DE CHAUSSEE

Les volumes des matériaux constituant le corps de chaussée ont été déterminés à partir du
logiciel COVADIS 10.1. Les résultats sont consignés dans le tableau ci- après : 

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
27
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

VOLUME MATERIAUX (m3)


COUCHE DE COUCHE COUCHE DE
ROULEMENT DE BASE FONDATION
RUE 1 183,36 728,04 485,97
RUE 2 47,3 183,93 112,11
RUE 3 42,67 165,94 101.15
RUE 4 30,51 121,16 80,77
RUE 5 38,15 151,49 100,98
RUE 6 46,41 184,26 122,85
RUE 7 3,95 14,81 9,15
RUE 8 3,74 0,2 8,64
RUE 9 10,41 40,47 24,67
RUE 10 3,74 14,04 14,05
RUE 11 7,11 28,23 18,83
RUE 12 8,26 32,81 21,87
RUE 13 6,94 27,56 18,37
RUE 14 4,52 17,95 11,97
TOTAL 437,07 1710,89 1131,38
Tableau 13 : Volume des matériaux constituant le corps de chaussée

 Détermination de la quantité de ciment pour la stabilisation de la couche de base :

La quantité de ciment est obtenue à partir de la formule suivante:

Soit : Pc: poids de ciment;

gd sable argileux: densité sèche de sable argileux (gd sable argileux = 2,2 t/m3)

V sable argileux : volume de sable argileux ;

Ic : indice de compactage (Ic = 95%)

Pc =γ d Sable argileux × 3 % ×V Sableargileux × I c

Après application de la formule nous avons obtenu 102.884 tonnes soit 2058 paquets de ciment.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
28
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

CHAPITRE V: ETUDE D’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES ET DES EAUX


PLUVIALES

I. GENERALITES SUR LES PROCEDES ET SYSTEMES


D’ASSAINISSEMENT

1. Définition

L’urbanisation entraîne une imperméabilisation du sol qui provoque des ruissellements


importants (cause d’érosion nuisible aux constructions) ou la stagnation de l’eau (dangereuse
pour l’hygiène) pour lutter contre ces dégradations, l’on fait appel à l’assainissement.
L’assainissement défini par « l’instruction relative à l’assainissement des agglomérations de
1977 » est l’ensemble des techniques mises en place pour assurer la collecte , le traitement et
l’évacuation de l’ensemble des eaux pluviales et usées ainsi que leur rejet dans les exutoires
naturels sous des modes compatibles avec les exigences de la santé publique et de
l’environnement.
Dans une agglomération, l’assainissement se décompose en deux grandes parties ;
 Le drainage des eaux pluviales ;
 L’évacuation des eaux usées industrielles et domestiques.

2. Caractéristique des effluents

2.1. Eaux pluviales

Les eaux de ruissellement sont, en principe peu polluées, mais l’eau qui ruisselle en début de
précipitation est chargée de poussières, de déchets et produits chimiques découlant de l’activité
humaine.
Cette eau peut également être chargée en déchets solides au moment des premières pluies de la
saison humide ou dans certains quartiers. En zone urbaine, les eaux pluviales transportent de
nombreux résidus spécifiques hydrocarburé, gomme de pneu, etc…
Les débits sont très variables et dépendent du climat, de la nature du sol et de la topographie.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
29
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2.2. Eaux usées domestiques

Les eaux usées domestiques comportent les eaux usées ménagères (eaux grises) et les
déjections humaine (eaux noires ou eaux vannes).
 Les eaux ménagères renferment une pollution peu concentrée qui dépend des modes de
vies et quantités d’eau consommée.
 Les eaux noires ou eaux vannes présentent des dangers importants pour l’hygiène :
propagation des maladies par contamination du sol donc des sources
d’approvisionnement, prolifération d’insectes, de rongeurs, de vermine. Les déchets
peuvent être dispersés sur place, à condition de prendre certaines précautions ou évacués
par réseau.

3. Les systèmes d'évacuation des eaux

Trois grands systèmes d'évacuation des eaux usées et eaux pluviales sont essentiellement à
retenir:
 L'assainissement autonome ou individuel ;
 L’assainissement semi-collectif.
 L'assainissement collectif

3.1. Assainissement autonome

Il s’agit de technologies qui permettent dans une concession le stockage des eaux usées (par ex.
les latrines simples). Le stockage peut être doublé d’un prétraitement (comme les fosses
septiques). Ces installations nécessitent le plus souvent des vidanges périodiques et un
acheminement des boues de vidange vers des stations de dépotage et de traitement.
Les systèmes individuels constituent l’essentiel des solutions alternatives et représentent un
investissement direct de l’usager pour ses propres besoins.
Les solutions individuelles les plus simples s’appuient sur la capacité du sol à absorber et à
éliminer la pollution.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
30
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

3.2. Assainissement semi-collectif

Il s’agit de technologies, de type mini réseau, qui permettent de regrouper les eaux usées
produites à l’échelle d’un quartier ou de quelques maisons. Les eaux usées ainsi collectées
peuvent faire l’objet d’un traitement sur place ou être acheminées directement vers une station
de traitement.

3.3. Assainissement collectif

Il s’agit des réseaux d’égouts auxquels sont directement connectés les ménages. Ces réseaux
acheminent les eaux usées vers des stations de traitement qui réduisent la teneur en polluants des
effluents, avant rejet dans le milieu naturel.
Les filières d’assainissements collectifs sont utilisées sous divers systèmes (réseaux) :
 Le système unitaire
 Le système séparatif
 Le système pseudo séparatif
La construction d’un réseau présente un investissement important pour la collectivité. Ce réseau
entraîne une concentration de la pollution en aval et implique le traitement des effluents.
Un réseau ne pourra fonctionner que si le débit est suffisant pour que l’écoulement se fasse dans
de bonnes conditions. On estime qu’il faut que le débit d’effluents rejetés soit au moins de 50 à
80 l / hab / jour, ce qui correspond à une consommation en eau de 80 à 100 l/ hab/ jour et que la
densité soit supérieure à 100 habitants par hectares.
Tableau 14 : Tableau récapitulatif et comparatifs des avantages et inconvénients des filières
d’assainissement.
Filières Atouts Contraintes

Assainissement Coûts d’investissements faibles, Coûts de vidange, risques


non collectif construction et réparation possibles avec des sanitaires liés aux boues si
matériaux locaux, techniques maîtrisables elles ne sont pas traitées ;
localement (ne nécessitent pas d'expertise risques de pollutions
technique lourde). souterraines
Source d’eau permanente non indispensable

Assainissement Coûts d'investissement et de Conception et construction


semi collectif fonctionnement moyens ; nécessitent l’appui

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
31
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Confort important ; d’experts ;


Extension possible en cas d'évolution de la Entretien et maintenance
population ; nécessitent une main-
Evacuation permanente de la d’œuvre qualifiée.
pollution loin du lieu de vie
des populations.

Assainissement Confort important ; Coûts d’investissements


Collectif Longue durée de vie du dispositif ; très élevés ;
Evacuation permanente de la pollution loin Conception et construction
du cadre de vie des populations ; nécessitent l’appui d’une
Adapté pour les zones de fortes densités et expertise de haut niveau ;
de production importante d’eaux usées. Entretien et maintenance
nécessitent une main-
d’œuvre qualifiée.

4. Maillons d’assainissement

Quelle que soit la filière d’assainissement considérée, on divise généralement l’assainissement


liquide selon trois maillons que parcourent successivement les eaux usées et les excrétas.
Chaque maillon vise des objectifs différents, mais complémentaires et met en œuvre une
approche spécifique pour les atteindre.
- Maillon amont (accès et recueil)
Ce maillon regroupe les technologies avec lesquelles l’usager est en contact direct. Ces
technologies permettent de recueillir les eaux usées et de les stocker temporairement et
éventuellement de les traiter en partie. Nous avons par exemple les latrines, les fosses septiques,
etc.
- Maillon intermédiaire (évacuation et transport)
Ce maillon regroupe les technologies qui permettent de transporter les eaux usées et les excrétas
hors du domicile de l’usager, en direction des sites de dépôt et de traitement. Il s’agit par
exemple des camions-vidangeurs, des réseaux d’égouts, etc.
- Maillon aval (dépotage et traitement)
Ce maillon regroupe les technologies qui permettent le dépôt des eaux usées, des excrétas et des
boues de vidange, ainsi que leur traitement pour en diminuer la charge polluante et

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
32
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

éventuellement leur valorisation. Le tableau suivant donne quelques technologies de la filière et


du maillon considérés :
Assainissement non Assainissement semi- Assainissement
collectif collectif collectif

Maillon amont Toilette simple, latrine Toilette à chasse d’eau Toilette à chasse
VIP puisard, fosse manuelle ou mécanique, d’eau mécanique.
septique, tranchées fosse
d’infiltration, toilette à septique, bac dégraisseur.
chasse d’eau.

Maillon Vidange manuelle, Mini-réseau (simplifié, Réseau d’évacuation


intermédiaire camion vidangeur décanté) conventionnel

Maillon aval Station de traitement Station de traitement Station de traitement


des boues de vidange. intensif ou extensif, intensif ou extensif
décentralisé. centralisé.

Tableau 15 : Maillons des différentes filières d’assainissement (Source : Stratégie Municipale
Concertée)

5. Choix du type de filière d’assainissement

Le choix de la filière d’assainissement s’est fait selon les critères techniques, financiers et la
durée de vie. Les conditions de réalisation des différentes filières sont consignées dans les
tableaux suivants :
Tableau 16  : Conditions de réalisation des différentes filières (Source : Stratégie Municipale
Concertée)
Assainissement non collectif Assainissement semi-collectif Assainissement collectif

Possible uniquement si : Possible uniquement si : Possible uniquement si :


- un espace supérieur à 2 m2 est - un espace supérieur à 2 m2 - la consommation d’eau est
disponible dans la parcelle. est disponible dans la supérieure à 50 l/j/habitant ;
parcelle ; - pente naturelle supérieure
- la consommation d’eau est à 1 % ;
supérieure à 40 l/j/habitant ; -Compétence locale élevée
- capacité d'investissement en gestion technique et

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
33
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

> 195.000 FCFA / ménage. financière ;


- capacité d'investissement
> 325.000 FCFA / ménage.

Tableau 17 Durée de vie des différentes filières (Source : Stratégie Municipale Concertée)
Filière d’assainissement Durée de vie

Assainissement non collectif 10 à 20 ans

Assainissement semi-collectif 10 à 20 ans

Assainissement collectif 20 à 50 ans

Après analyse des différents tableaux précédents nous retenons le système d’assainissement non
collectif.

6. Types de réseau

Il existe trois systèmes de collecte des eaux usées et des eaux pluviales :
 Le système unitaire : réseau unique où transitent les eaux usées et les eaux pluviales
vers un exutoire, avec ou sans traitement ;
 Le système séparatif : composé de deux réseaux, l’un déversant les eaux pluviales dans
un émissaire naturel, l’autre collectant les eaux usées pour les amener généralement à
une station d’épuration.
 Le système pseudo-séparatif : dans lequel les eaux provenant des propriétés (eaux
usées et eaux des toitures) sont recueillies dans le réseau eaux usées tandis que les eaux
de ruissellement provenant des espaces publics le sont par un réseau pluvial ce système
ne nécessite qu’un branchement par parcelle.

6.1. Etude Comparative des différents systèmes d’assainissement

Cette étude permet de faire ressortir les avantages et les inconvénients des divers systèmes
d’assainissement énumérés dans le tableau ci-dessous. Nous nous sommes focalisés uniquement
sur les deux systèmes les plus utilisés.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
34
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Tableau 18 : les avantages et les inconvénients des divers systèmes d’assainissement
SYSTÈME UNITAIRE SYSTÈME SEPARATIF
Simple et comporte un canal Faible débit à traiter
AVANTAGES économique à la construction. Fonctionnement régulier de
la station d'épuration
Exploitation économique.
Collecteurs obligatoirement enterrés. Système encombrant avec
Section du collecteur importante. ses deux réseaux.
Auto-curage non assuré en saison
sèche.
Recours à des chasses automatiques.
INCONVENIENTS Nécessité des déversoirs pour réduire
le débit à traiter. Qualité des effluents
variable. Station d'épuration très
chère. Irrégularité de fonctionnement
de la station.

6.2. Choix du système d’assainissement

Pour ce projet, aucune surface n’a été prévue pour la construction de station d’épuration. Nous
optons donc pour un assainissement autonome pour la gestion des eaux usées.
Les eaux pluviales seront directement acheminées vers un exutoire naturel (talweg naturel).

II. ETUDE DU RESEAU D’EVACUATION DES EAUX PLUVIALES

La méthodologie utilisée pour mener à bien cette étude est la suivante :


 Choix du type de réseau ;
 Analyse du sens d’écoulement des eaux ;
 Prise en compte de la nature du sol et sa protection superficielle ;
 Evaluation des débits et choix des sections.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
35
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

1. Choix et tracé du réseau de drainage

1.1. Choix du tracé du réseau de drainage

Un réseau de drainage des eaux pluviales est un système d’ouvrages hydrauliques qui assure
l’évacuation des eaux de ruissellement issues des eaux pluviales. Le drainage des eaux peut se
faire au travers d’un réseau à ciel ouvert ou un réseau enterré.
Pour ce projet nous aurons à faire un réseau à ciel ouvert et recouverts de caillebotis mais dans
les zones de traversé nous réaliserons des « dalots de traversée ».

1.2. Détermination du sens d’écoulement des eaux

L’eau s’écoule de façon gravitaire, c’est à dire du point le plus haut vers le point le plus bas.
Ainsi à partir des différents profils en long des voies et du plan de terrassement nous avons
déterminé le sens d’écoulement des eaux pluviales sur le site du projet. Ce qui nous a permis de
positionner les différents collecteurs.

2. Méthodes de calcul des débits d’eaux pluviales

L’évaluation des débits à évacuer se fait essentiellement avec les méthodes suivantes pour les
bassins de petites surfaces :
 La méthode rationnelle ;
 La méthode superficielle de Caquot qui est la plus utilisée.
Dans ce projet, nous avons utilisé la méthode de Caquot.

2.1. Utilisation de la méthode de Caquot

Cette méthode repose sur la conservation des volumes mis en jeu durant l’intervalle de temps
séparant le début de l’averse et l’instant où on observe le débit de pointe. Elle prend en compte :
 Un effet de capacité du bassin versant et du réseau ;
 La variation du temps de concentration en fonction du débit de pointe.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
36
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Son domaine d’application est le suivant :


 Pente (i) comprise entre 0,2 et 5 % ;
 Coefficient de ruissellement (C) compris entre 0,2 et 1 ;
 Superficie (A) du bassin versant inférieure à 3 km2
Le débit maximum est donné par la formule suivante :
Q p=K c × I um ×C v × A w ×m
Avec :
- Qp : débit de pointe (m3/s) ;
- Im : pente moyenne du bassin suivant la ligne d’écoulement (m/m) ;
- A : superficie du bassin versant (m2) ;
- C : coefficient de ruissellement ;
- Kc, u, v, w : coefficients régionaux relatifs à la pluviométrie à déterminer en fonction de
la zone (trois zones en Côte d’Ivoire) et de la période de retour.
b
M (0.84 × 1+0.29 b
)
m=( )
2
L
M =max ⁡( ; 0,8)
100× √ A

Avec : A (ha) la superficie et L (m) la longueur hydraulique

2.2. Détermination des paramètres de calcul de débit de pointe

2.2.1. Choix de la période de retour

Le choix de la période de retour est subjectif, car il se base sur des choix politiques et
économiques. Plus la période de retour est importante, plus le débit de dimensionnement est
important. Il s’agit donc de faire un compromis entre le coût du réseau et le coût de réparation
du réseau si le dimensionnement du réseau est faible. Ce qui pourrait être analysé par le schéma
suivant :

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
37
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Figure 2 : Schéma d’estimation de la période de retour

La période de retour retenue pour le dimensionnement du réseau d’eau pluviale est de deux ans
(T = 2 ans).
Nous tenons à souligner que la période de retour retenue fait partir des données du projet.

2.2.2. Détermination des coefficients régionaux relatifs à la pluviométrie

A partir de la période de retour et des données relatives à la régionalisation des averses nous
avons déterminé le tableau ci-dessous donnant les coefficients régionaux relatifs à la
pluviométrie.

PARAMETRES
PERIODE DE RETOUR K
I=a.Tc b U V W
T=1/F
a(F) b(F)

REGION I 10 ans 460 -0.37 1.58 0.17 1.12 0.85

5 ans 418 -0.37 1.42 0.17 1.12 0.85

2 ans 365 -0.37 1.22 0.17 1.12 0.85

1 an 310 -0.37 1.01 0.17 1.12 0.85

REGION II 10 ans 570 -0.48 2.24 0.23 1.16 0.82

5 ans 518 -0.48 2.01 0.23 1.16 0.82

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
38
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2 ans 460 -0.48 1.75 0.23 1.16 0.82

1 an 375 -0.48 1.38 0.23 1.16 0.82

REGION III 10 ans 532 -0.46 2.03 0.22 1.15 0.83

5 ans 472 -0.46 1.77 0.22 1.15 0.83

2 ans 397 -0.46 1.45 0.22 1.15 0.83

1 an 330 -0.46 1.17 0.22 1.15 0.83

Tableau : Coefficients relatifs à la pluviométrie


La période de retour étant deux ans (T = 2 ans) les coéfficients retenus sont

PARAMETRES
PERIODE DE RETOUR K
I=a.Tc b U V W
T=1/F
a(F) b(F)

2 ans 365 -0.37 1.22 0.17 1.12 0.85

2.2.3. Détermination des tronçons, altitudes, longueurs, pentes des collecteurs

Les tronçons sont obtenus en fonction de différents collecteurs et les changements de direction.
Les différentes informations sont consignées dans le tableau suivant :

Côtes tronçons Dénivelée Longueur


Tronçons Pentes
s (m) (m)
Amont Aval
Tronçons 1 119,19 117,54 1,65 73,98 0,022
Tronçons 2 117,54 115,24 2,3 76,23 0,030
Tronçons 3 116,02 114,79 1,23 56,83 0,022
Tronçons 4 115,07 114,79 0,28 30,55 0,009
Tronçons 5 115,07 113,69 1,38 54,6 0,025
Tronçons 6 116,02 114,79 1,23 57,28 0,021
Tronçons 7 115,07 114,79 0,28 32,93 0,009
Tronçons 8 115,07 113,69 1,38 57,07 0,024
Tronçons 9 113,66 111,72 1,94 61,55 0,032
Tronçons 10 112,52 111,72 0,8 52,95 0,015
Tronçons 11 112,52 111,44 1,08 45 0,024
Tronçons 12 113,66 111,72 1,94 61,72 0,031
Tronçons 13 112,52 111,72 0,8 54,13 0,015

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
39
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Tronçons 14 112,52 111,44 1,08 50 0,022


Tronçons 15 110,87 107,45 3,42 49,81 0,069
Tronçons 16 107,49 107,45 0,04 21,91 0,002
Tronçons 17 109,18 107,83 1,35 105,54 0,013
Tronçons 18 114 110,87 3,13 88,06 0,036
Tronçons 19 119,02 115,54 3,48 149 0,023
Tronçons 20 114,93 109 5,93 163,75 0,036
Tronçons 21 109,2 106,81 2,39 138,27 0,017
Tableau 19 : Détermination des tronçons, altitudes, longueurs, pentes des collecteurs

2.2.4. Détermination des bassins versants

 Définition
Un bassin versant est une surface topographique délimitée par les lignes de crêtes, dont les eaux
alimentent un seul exutoire commun. Ainsi à partir des lignes de crêtes, des côtes de
terrassement et les sens d’écoulement des eaux obtenus et en tenant compte de la convergence
des eaux, nous avons délimité ces surfaces topographiques.
Dans le cadre de cette étude, nous allons considérer comme sous bassin versant pour chaque
linéaire de rue, l’emprise de la route et les blocs d’ilots qui longent cette rue.
Pour ce projet nous avons un seul exutoire donc un bassin versant que nous avons subdivisé en
vingt et un (21) sous bassins versants.

 Détermination des surfaces des différents bassins versants

Il existe plusieurs méthodes pour la détermination des surfaces de bassin versant notamment :
 La décomposition de la surface en figures géométriques simples ;
 La méthode informatique après numérisation de la carte ;
 La méthode du quadrillage.

La méthode informatique après numérisation du plan est celle que nous avons utilisée pour la
détermination des surfaces de bassins versants et cela à partir de la commande aire du logiciel
AUTUCAD 2008.
2.2.5. Détermination des coefficients de ruissellement élémentaires

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
40
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Chaque surface élémentaire (voirie revêtue, surface bâtie, surface non bâtie, espace vert) est
caractérisée par son coefficient de ruissellement. Les coefficients de ruissellement élémentaires
correspondant aux principaux types de revêtements sont consignés dans le tableau suivant :

Coefficient de
Nature de revêtement ruissellement
Toiture métallique 1,00
Cours imperméabilisées 0,90
Rue et trottoirs bitumés 0,90
Espace vert 0,20
SOL SABLEUX
Voirie non revêtue 0,30
Cours non imperméabilisées 0,10
Surface non revêtue >0,10
SOL ARGILO-SABLEUX
Voirie non revêtue 0,80
Cours non imperméabilisées 0,60
Surface non revêtue 0,30
SOL ARGILO-LATERITIQUE
Voirie non revêtue 0,80
Cours non imperméabilisées 0,80
Surface non revêtue 0,40
Tableau 20 : Coefficient de ruissellement élémentaire. ( Source : Guide des VRD Gérard
Karsenty)

Pour le calcul des coefficients équivalents nous utilisons la formule suivante :

C eq=
∑ Ci× Ai
∑ Ai
Après détermination des surfaces et des différents coefficients élémentaires nous avons élaboré
le tableau ci-dessous donnant les différents coefficients équivalents :

Numéro SURFACES TOTAL


SURFACES (m2) COEFFICIENT
des (m2)
EQUIVALENT
Tronçons LOTS RUES A(m2) A (ha)

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
41
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

1 1125,140 587,550 1712,690 0,171 0,966


2 1060,210 634,060 1694,270 0,169 0,963
3 821,080 337,530 1158,610 0,116 0,971
4 426,660 208,530 635,190 0,064 0,967
5 836,960 278,610 1115,570 0,112 0,975
6 1600,820 228,030 1828,850 0,183 0,988
7 457,330 226,300 683,630 0,068 0,967
8 793,490 365,130 1158,620 0,116 0,968
9 848,080 356,390 1204,470 0,120 0,970
10 682,390 326,830 1009,220 0,101 0,968
11 600,850 314,740 915,590 0,092 0,966
12 737,510 389,940 1127,450 0,113 0,965
13 696,450 346,360 1042,810 0,104 0,967
14 582,440 305,730 888,170 0,089 0,966
15 1012,670 297,100 1309,770 0,131 0,977
16 241,690 217,180 458,870 0,046 0,953
17 1268,440 882,630 2151,070 0,215 0,959
18 3408,770 238,650 3647,420 0,365 0,993
19 7401,21 972,300 8373,510 0,837 0,988
20 4703,93 620,200 5324,130 0,532 0,988
21 4369,91 909,11 5279,02 0,527902 0,983
Tableau 21 : les différents coefficients équivalents 

2.3. Détermination des temps de concentration

Le temps de concentration est le temps d’entrée ou temps d’écoulement de l’eau en surface,


entre le point le plus éloigné du bassin versant et son arrivée à l’exutoire.
Il est déterminé par la formule suivante :
Tc = 0, 0176 x L0.69 x A0.184 x Qp0.354 x I-0.41
Avec :
Tc = temps de concentration en mn
L = Longueur du plus long chemin hydraulique en m
I = pente du bassin versant en m/m
A = la superficie du bassin versant en ha
Qp = le débit de pointe en m3/s

2.4. Evaluation des débits dans chaque sous bassin

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
42
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

A partir de la méthode superficielle nous avons établi une fiche de calcul sur le logiciel EXCEL
pour déterminer les différents débits générés par chaque tronçon et les différents temps de
concentrations. Les résultats sont consignés dans le tableau suivant :

Numéro des surfaces total coefficient Longueu Pentes


M m QP TC
Tronçons A (ha) équivalent r (m) (m/m)

1 0,171 0,966 73,980 0,022 1,788 1,040 0,143 2,348


2 0,169 0,963 76,230 0,030 1,852 1,027 0,146 2,094
3 0,116 0,971 61,610 0,022 1,810 1,035 0,102 2,196
4 0,064 0,967 36,430 0,009 1,445 1,120 0,057 2,392
5 0,112 0,975 59,980 0,025 1,796 1,038 0,102 2,008
6 0,183 0,988 61,610 0,021 1,441 1,121 0,166 2,018
7 0,068 0,967 36,430 0,009 1,393 1,134 0,061 2,446
8 0,116 0,968 59,980 0,024 1,762 1,045 0,105 2,042
9 0,120 0,970 66,800 0,032 1,925 1,013 0,110 1,952
10 0,101 0,968 58,330 0,015 1,836 1,030 0,085 2,553
11 0,092 0,966 50,000 0,024 1,652 1,069 0,087 1,845
12 0,113 0,965 66,800 0,031 1,989 1,002 0,102 1,982
13 0,104 0,967 58,330 0,015 1,806 1,036 0,087 2,565
14 0,089 0,966 50,000 0,022 1,678 1,063 0,083 1,949
15 0,131 0,977 49,810 0,069 1,376 1,139 0,153 1,048
16 0,046 0,953 21,910 0,002 1,023 1,263 0,036 3,602
17 0,215 0,959 120,260 0,013 2,593 0,914 0,137 4,360
18 0,365 0,993 88,060 0,036 1,458 1,116 0,325 1,878
19 0,837 0,988 149,000 0,023 1,628 1,074 0,587 3,031
20 0,532 0,988 163,750 0,036 2,244 0,961 0,385 2,887
21 0,5278 0,983 138,27 0,017 1,903 1,017 0,355 3,576
Tableau 22: Débits de pointe et temps de concentrations des différents tronçons du bassin
versant

2.5. Calcul des débits équivalents des sous bassins versants

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
43
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

L’application de la formule superficielle à un groupement de sous-bassins hétérogènes de


paramètres individuels Ai, Ci , Ii , Li , Qpi nécessite l’emploi des formules d’équivalence pour les
paramètres A, C , I et M du groupement.
Les formules d’équivalence différentes pour les bassins en séries et les bassins en parallèles sont
exprimées dans le tableau ci-après :

Association en
Paramètres d’équivalence Association en série
parallèle
Aéq : Surfaces équivalentes Aeq =∑ Ai Aeq =∑ Ai
Céq: Coefficient de ruissellement ∑ Ci× Ai ∑ Ci× Ai
C eq= C eq=
équivalent ∑ Ai ∑ Ai
2
∑ Li
Iéq : pente équivalente
I eq =
[ ]L
∑ Ii
√i
∑ Li
I eq=
∑ I i × Q pi
∑ Q pi
L(Q pimax )
Méq : allongement équivalent M eq = I eq=
∑ Ai √∑ A i
Tableau 23 :Formules de calcul de bassins associé

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
44
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Le tableau suivant présente les différents débits obtenus après association des sous bassin
versant.
Notons que : le symbole + signifie association en série et // signifie association en parallèle.
Surfaces
Numéros des Coefficients Longueur Pentes
totales M m QP TC
Tronçons équivalents s (m) (m/m)
(ha)
T1 0,17 0,97 73,98 0,022 1,788 1,040 0,143 2,348
S1 = T3 + T1 0,29 0,97 135,59 0,022 2,530 0,921 0,196 3,525
S2 = S1 + T6 0,47 0,98 197,2 0,022 2,876 0,881 0,287 4,379
S3 = S2 + T9 0,59 0,97 264 0,024 3,436 0,828 0,332 5,119
S4 = S3 + T12 0,70 0,97 330,8 0,025 3,945 0,789 0,370 5,818
S5 = S4+T16 0,75 1,00 397,6 0,026 4,594 0,749 0,384 6,498
T 18 0,36 0,99 88,06 0,036 1,458 1,116 0,325 1,878
S 6 = T 18 + t15 0,50 0,99 137,87 0,044 1,958 1,007 0,393 2,319
S7 = T4 +T7 0,13 0,97 72,86 0,009 2,006 0,999 0,094 3,756
S 8 = S7 +T10 0,23 0,97 131,19 0,011 2,719 0,899 0,142 4,933
S9 = S8 + T 13 0,34 0,97 189,52 0,012 3,264 0,843 0,185 5,981
T2 0,17 0,96 76,23 0,030 1,852 1,027 0,146 2,094
S 10 = T 2 +T5 0,28 0,97 136,21 0,028 2,570 0,916 0,199 3,179
S 11 = S10 +T8 0,40 0,97 196,19 0,027 3,114 0,857 0,248 4,106
S 12 = S11 + T11 0,49 0,97 246,19 0,026 3,523 0,821 0,282 4,808
S13 = S12 + T14 0,58 0,97 296,19 0,025 3,899 0,793 0,312 5,510
S14 = S13 +T17 0,79 0,81 346,19 0,025 3,889 0,793 0,335 6,402
S15 = S14 + S9 1,13 0,86 642,38 0,025 6,045 0,680 0,414 9,672
S 16 = S15+ S5 1,88 0,92 1039,98 0,025 7,588 0,629 0,635 12,644
S17 = S6 // S16 2,37 0,68 1039,98 0,025 6,749 0,655 0,635 13,236
T19 0,84 0,99 149,000 0,023 1,628 1,074 0,587 3,031
S18 = T19 + T20 1,37 0,99 312,75 0,029 2,67 0,90 0,78 4,58
T21 0,53 0,98 138,27 0,017 1,90 1,02 0,35 3,58
Tableau 24 : Débits de pointe et temps de concentrations des associations en série (+) et en
parallèle (//) des tronçons du bassin

3. Dimensionnement des collecteurs

Pour le dimensionnement des collecteurs, nous avons tenu compte de la vitesse d’écoulement
des eaux dans les canaux (cette vitesse doit être normalement inférieure à 4 m/s), de la pente du
terrain, du débit de transit et du coefficient de rugosité du béton Ks (Ks = 75).
Pour ce qui est de la forme des collecteurs, nous avons opté pour les canaux de section
trapézoïdale, car en plus d’être résistant, ils sont faciles à entretenir.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
45
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Figure 3 : Coupe transversale du collecteur

La formule retenue pour le calcul des canaux à ciel ouvert est celle de MANNING
STRICKLER. A partir des formules suivantes, nous avons déterminé les caractéristiques des
caniveaux :
8 1
K' 3 2
Q= .b . I
n
Q
K '= 8/ 3
K .b . I 1/ 2

1 1
V =Ks . I 2 . RH 2

Sm =h(m . h+b)

Pm =b+2 h √ m2 +1
Sm
R Hm=
Pm
Avec :
- Q : Débit de pointe des différents collecteurs en (m3/s) ;
- I : Pente du collecteur ;
- V : Vitesse d’écoulement en (m/s) ;
- B : Grande base en (m) ;
- b : Petite base en (m) ;
- h : Hauteur de remplissage en (m) ;
- m : Pente des berges ;
- KS : Coefficient de rugosité de STRICKLER ;

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
46
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

- K’ : Paramètre lié à Q, K, b et I ;


- Pm : Périmètre mouillé en (m) ;
- Sm : Surface mouillée en (m2) ;
- RHm : Rayon hydraulique en (m).
Notons que pour le choix des sections des collecteurs nous nous sommes servis de l’abaque
des collecteurs normalisés (voir en annexe 8) et en fonction du taux de remplissage qui doit
être inférieur à 85%.
Après application des formules précédentes et d’une fiche de calcul établi sur Excel, nous
avons déterminé les différents collecteurs et les valeurs des hauteurs de remplissage (T)
ainsi que celles des vitesses d’écoulement. Les résultats obtenus sont consignés dans les
tableaux ci-après.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
47
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Numéro k1 < k' < k2 y1/b < y <y2/b Taux de


Pentes H V
des QP section b M Ks K' y/b y Sm Ph Rh remplissage
(m/m) max K1 K2 y1/b y2/b (m/s)
Tronçons (%)
T1 0,143 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,2261 0,223 0,2262 0,5 0,505 0,50 0,17 0,06 0,69 0,09 2,27 42,71
S1 0,196 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,3130 0,3112 0,3148 0,63 0,635 0,63 0,22 0,08 0,77 0,10 2,45 53,76
S2 0,287 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4603 0,4582 0,4622 0,825 0,83 0,83 0,28 0,11 0,91 0,12 2,67 70,34
S3 0,332 0,024 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,5099 0,5067 0,5108 0,885 0,89 0,89 0,30 0,12 0,95 0,12 2,85 75,44
S4 0,370 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,5988 0,5955 0,5998 1 1,005 1,00 0,33 0,12 1,00 0,12 2,97 66,17
S5 0,384 0,026 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,6106 0,6471 0,6515 1,06 1,0605 1,06 0,35 0,13 1,04 0,13 3,07 69,98
T 18 0,325 0,036 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4085 0,4073 0,4112 0,76 0,765 0,76 0,26 0,10 0,86 0,11 3,32 64,81
S6 0,393 0,044 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4438 0,4423 0,4463 0,805 0,81 0,81 0,27 0,10 0,90 0,12 3,76 68,64
S7 0,094 0,009 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,2366 0,236 0,2393 0,52 0,525 0,52 0,18 0,07 0,70 0,09 1,45 44,41
S8 0,142 0,011 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,3208 0,3183 0,3219 0,64 0,645 0,64 0,22 0,08 0,78 0,10 1,74 54,61
S9 0,185 0,012 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4007 0,3997 0,4035 0,75 0,755 0,75 0,26 0,10 0,86 0,11 1,92 63,96
T2 0,146 0,030 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,1996 0,1976 0,2007 0,46 0,465 0,46 0,16 0,06 0,66 0,09 2,56 39,31
S 10 0,199 0,028 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,2827 0,2797 0,2832 0,585 0,59 0,59 0,20 0,07 0,74 0,10 2,68 49,94
S11 0,248 0,027 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,3599 0,3583 0,362 0,695 0,7 0,70 0,24 0,09 0,82 0,11 2,79 59,29
S12 0,282 0,026 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4141 0,4112 0,415 0,765 0,77 0,77 0,26 0,10 0,87 0,11 2,85 65,24
S13 0,312 0,025 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,4656 0,4622 0,4662 0,83 0,835 0,83 0,28 0,11 0,91 0,12 2,88 70,76
S14 0,335 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,5478 0,5453 0,5494 0,94 0,945 0,94 0,31 0,12 0,96 0,12 2,88 62,21
S15 0,414 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,6732 0,669 0,6734 1,085 1,09 1,09 0,36 0,14 1,05 0,13 3,03 71,78
S16 0,635 0,025 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,5554 0,5673 0,5715 0,965 0,97 0,97 0,40 0,19 1,23 0,15 3,44 66,92
S17 0,635 0,025 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,5572 0,5715 0,5757 0,97 0,975 0,97 0,40 0,19 1,23 0,15 3,43 67,26
T19 0,587 0,023 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,5347 0,5341 0,5382 0,925 0,93 0,93 0,38 0,18 1,19 0,15 3,26 64,15
S18 0,779 0,029 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,6364 0,6357 0,64 1,045 1,05 1,05 0,43 0,21 1,29 0,16 3,77 72,45
T21 0,528 0,017 60x60 0,515 0,142 0,5 75 0,3142 0,3124 0,3159 0,635 0,64 0,64 0,33 0,18 1,18 0,16 2,86 65,66
Tableau 25 : Résultats du dimensionnement des collecteurs

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
48
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

4. Vérification de l’auto-curage
Cette étape consiste à vérifier si la section de caniveau choisie est capable de se curer sans
l’action de l’homme.
QP
Elle consiste donc à vérifier si la vitesse d’écoulement pour un débit Q10 = est supérieur à
10
0,6 m/s (V > 0,6 m/s).
Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau après 

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
49
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Numéro y1/b<y10/b conclusion


Pentes H k1 < k' <k2 y10/b Y10 Sm Ph Rh V(m/s)
des Qp/10 section b M Ks K' <y2/b V > 0,6
(m/m) max
Tronçons K1 K2 y1/b y2/b
T1 0,014 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0226 0,0211 0,0227 0,105 0,11 0,1075 0,04 0,013 0,414 0,031 1,09 ok
S1 0,020 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0313 0,0313 0,0313 0,135 0,135 0,135 0,05 0,016 0,433 0,037 1,23 ok
S2 0,029 0,022 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0460 0,0447 0,0467 0,17 0,175 0,1725 0,06 0,020 0,459 0,045 1,39 ok
S3 0,033 0,024 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0510 0,0509 0,053 0,185 0,19 0,1875 0,06 0,022 0,469 0,048 1,52 ok
S4 0,037 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,0599 0,0593 0,0615 0,205 0,21 0,2075 0,07 0,023 0,468 0,050 1,61 ok
S5 0,038 0,026 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,0611 0,0637 0,066 0,21 0,215 0,2125 0,07 0,024 0,472 0,051 1,65 ok
T 18 0,033 0,036 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0409 0,0407 0,0427 0,16 0,165 0,1625 0,06 0,019 0,452 0,043 1,72 ok
S6 0,039 0,044 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0444 0,0427 0,0447 0,165 0,17 0,1675 0,06 0,020 0,455 0,044 1,95 ok
S7 0,009 0,009 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0237 0,0227 0,0243 0,11 0,115 0,1125 0,04 0,013 0,417 0,032 0,71 ok
S8 0,014 0,011 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0321 0,0313 0,0331 0,135 0,14 0,1375 0,05 0,016 0,435 0,037 0,88 ok
S9 0,019 0,012 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0401 0,0387 0,0407 0,155 0,16 0,1575 0,05 0,019 0,448 0,042 0,99 ok
T2 0,015 0,030 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0200 0,0195 0,0211 0,1 0,105 0,1025 0,03 0,012 0,410 0,029 1,24 ok
S 10 0,020 0,028 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0283 0,0277 0,0295 0,125 0,13 0,1275 0,04 0,015 0,428 0,035 1,34 ok
S 11 0,025 0,027 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0360 0,0349 0,0368 0,145 0,15 0,1475 0,05 0,017 0,441 0,039 1,42 ok
S 12 0,028 0,026 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0414 0,0407 0,427 0,16 0,165 0,1625 0,06 0,019 0,452 0,043 1,48 ok
S13 0,031 0,025 40x40 0,34 0,15 0,4 75 0,0466 0,0447 0,0467 0,17 0,175 0,1725 0,06 0,020 0,459 0,045 1,50 ok
S14 0,034 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,0548 0,0528 0,055 0,19 0,195 0,1925 0,06 0,022 0,458 0,047 1,53 ok
S15 0,041 0,025 40x50 0,33 0,14 0,5 75 0,0673 0,066 0,0683 0,22 0,225 0,2225 0,07 0,025 0,478 0,052 1,65 ok
S16 0,064 0,025 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,0555 0,055 0,0572 0,195 0,2 0,1975 0,08 0,035 0,581 0,060 1,83 ok
S17 0,064 0,025 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,0557 0,055 0,0572 0,195 0,2 0,1975 0,08 0,035 0,581 0,060 1,83 ok
T19 0,059 0,023 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,0535 0,0529 0,055 0,19 0,195 0,1925 0,08 0,034 0,576 0,059 1,74 ok
S18 0,078 0,029 50x60 0,415 0,142 0,6 75 0,0636 0,0615 0,0638 0,21 0,215 0,2125 0,09 0,038 0,593 0,064 2,04 ok
T21 0,035 0,017 60x60 0,515 0,142 0,5 76 0,0208 0,0195 0,0211 0,1 0,105 0,1025 0,05 0,028 0,622 0,044 1,25 ok
Tableau 26 : Vérification de l’auto-curage des collecteurs

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
50
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
51
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Les différentes quantités de caniveau obtenues sont consignées dans le tableau suivant :
Désignation SECTIONS QUANTITES (ml)
Caniveaux 40X 40 732.07
40X50 53.96
50X60 331.94
Dalots de traversé 40x40 37.96
50x60 70.18
Tableau 27 : Les différentes quantités de caniveau

III. ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES

1. Principe de conception

Les principes qui guident la conception des fosses septiques sont :


- de fournir une durée de rétention suffisante pour que les eaux usées qui arrivent dans la
fosse puissent déposer leurs matières solides et se stabiliser ;
- d'assurer la stabilité du liquide, ce qui favorise le dépôt ou la flottaison des matières
solides ;
- de faire en sorte qu'il n'y ait pas d'obstruction et d'assurer une ventilation suffisante
pour les gaz.

2. Dimensionnement des fosses septiques

La capacité utile Cu d'une fosse septique dépend de plusieurs paramètres dont :


 le nombre d'usagers "P" ou de préférence la capacité d'accueil de la maison (nombre de
chambres). En effet une grande habitation peut être construite pour une famille réduite
puis occupée par une famille importante, la fosse septique mise en place étant toujours la
même.
 le taux d'accumulation "A" des boues : on peut estimer en moyenne 0.18 à 0.30
litre/usager/jour le volume occupé par les boues.
 la fréquence de vidange "V" : elle est directement liée à la production des boues, à
leur temps de séjour (minimum 2 ans) et à l'encombrement maximum de la profondeur
utile de la fosse (pas plus de 50% de la hauteur d'eau).

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
52
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Plusieurs méthodes sont utilisées pour déterminer la capacité d'une fosse septique installée à la
sortie des maisons résidentielles ou des établissements publics. Nous nous intéresserons
particulièrement à la dernière méthode pour déterminer les dimensions de la fosse.
Pour le calcul de la capacité de la fosse nous avons émis les hypothèses suivantes:
 Nombre d’habitants par villa : P = 10 personnes
 Quantité d’eau rejetée par habitant par jour (Q) = 120 L / P /Jour
 Temps de rétention des déchets : R = 1 jour
 Nombre d'année entre les vidanges ; N = 2 ans
 Température à l’intérieur de la fosse est supérieure à 20°C

2.1. Méthode de PICKFORD

L'approche adoptée pour le dimensionnement est d'estimer la boue accumulée dans le bassin
entre deux périodes de vidange en permettant un long temps de digestion et en donnant une
dimension de bassin avec une période de rétention adéquate pour un dépôt efficace des solides et
une bonne formation de boues et de l'écume.
Ainsi la capacité utile du bassin est égale à la capacité nécessaire pour le stockage de la boue et
de l'écume (bassin A) plus la capacité nécessaire pour la rétention et le dépôt des eaux usées de
la couche supérieure juste avant la vidange (bassin B) :
C= P x N x F x S + P x R x Q

 Volume de la rétention

Si la fosse septique reçoit des eaux ménagères et des eaux vannes, la totalité de l'eau rejetée par
la maison représente en général une part importante de l'eau fournie par le réseau de distribution.
La capacité minimale nécessaire pour une rétention de 24 heures est donnée par la
formule:

A=PxRxQ

Où A = volume pour une rétention de 24 heures ;


P = nombre de personnes desservies par la fosse septique ;
Q = Débit évacué (l/p/jour) ;
R = temps de rétention minimum requis pour le dépôt des solides ;
AN  A = 10 X 1 X 120

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
53
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

A = 1200 litres soit 1.2 m3


 Volume nécessaire à l'accumulation des boues et de l'écume
Le volume nécessaire à l'accumulation des boues et de l'écume dépend de plusieurs facteurs.
PICKFORD a proposé la formule suivante :

B=PxNxFxS

B = capacité d'accumulation des boues et de l'écume (en litres) ;


N = nombre d'années entre deux vidanges des boues ( 2 ans);
F = facteur qui relie la vitesse de digestion à la température et à la périodicité des vidanges.
S = taux d'accumulation des boues et de l'écume après une digestion active, dépend des
matériaux utilisés pour le nettoyage anal et du volume des eaux usées reçues par le bassin.
Pour la détermination du volume nécessaire à l’accumulation des boues et de l’écume.
Tableau 28 : vitesse d’accumulation de boue en fonction de la température

Nombre d'année entre les vidanges Valeur de F


Température

>20°C >10°C <10°C


toute année toute année toute année
1 1,3 1,5 2,5
2 1 1,15 1,5
3 1 1 1,27
4 1 1 1,15
5 1 1 1,06
6 OU PLUS 1 1 1
Donc F = 1
Tableau 29  : taux d'accumulation des boues "S" en Litres (Franceys, Pickford J. & Reed R.,
1995).
Matériel utilisé pour W.C. ou déchets de latrine Eaux usées domestiques
la toilette anale avec les eaux vannes
Eau, papier léger 25 40
Feuilles, papier dur 40 55

sable, pierre, par terre 55 70


AN : B = 10 x2 x 1 x40 = 800 litres soit B = 0,8 m3

 Capacité totale de la fosse septique

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
54
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

C = A+B
C = 1.2 + 0.8 = 3.00 m3 soit 3000 litres
La capacité totale retenue à partir de la méthode de PICKFORD est de 3.00
m3

2.2. Méthode préconisée par la Banque Mondiale

Cette méthode prend en compte le volume de stockage des boues en plus de la capacité de la
fosse. Aussi, cette méthode considère que la capacité de la fosse vaut trois fois le débit
journalier d'eaux usées (Capacité = 3 fois débit journalier d'eaux usées).
Selon l’OMS la capacité de la fosse est déterminée par la formule suivante :
C = 3P.R.Q
Avec C = volume utile de la fosse
P = nombre de personnes utilisant la fosse
R = temps de rétention (minimum 1 jour)
Q = volume d'eaux usées par personne par jour (l/p/j)
AN : C = 3 x 10 x 1 x 120 = 3600 l
La capacité de chaque force sera donc de 3600 l. soit 3.6 m3

3. Dimension des fosses

Les dimensions des bassins sont choisies pour donner la capacité minimum requise. Mais elles
dépendent aussi d'autres aspects tels que la facilité de construction et de maintenance ou l'usage
de standards de construction.
Les dimensions minimum recommandées des bassins selon WEDC en 1979 sont indiqués ci-
dessous :

Nombre maximal Capacité nominale Dimensions recommandées (en mètre)


Largeur longueur Profondeur Profondeur
des usagers de la fosse (en
du liquide totale
litres)
4 1900 0.90 1.80 1.20 1.50
6 2280 0.90 2.10 1.20 1.50
8 2850 1.05 2.10 1.20 1.50
10 3420 1.05 2.25 1.35 1.65
12 4180 1.20 2.55 1.35 1.65

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
55
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

14 4940 1.20 3.00 1.35 1.65


16 5700 1.35 3.00 1.35 1.65
Tableau 30 : Tableau : capacité à prévoir pour les fosses septiques des habitations isolées
( source cours de VRD , ENSTP , 1990).

Les fosses auront des formes rectangulaires divisées en deux compartiments pour aider à
réduire la turbulence due à l'entrée des eaux usées. Alors la longueur du premier compartiment
(L1) égale deux fois longueur (L2) du deuxième compartiment (l1 = 2l2).

Pour déterminer les dimensions extérieures de la fosse rectangulaire, nous avons émis des
hypothèses et procédé de la manière suivante :

 Calcul de la profondeur totale de la fosse (Ht)


La formule de calcul est la suivante
Ht = Hu + 0,3 m
Avec Hu = 1,3 m où Hu est la profondeur utile.
Ht = 1,3 + 0.3 = 1,6 m

 Calcul de la largeur (L) de la fosse


Connaissant le volume (la capacité) de la fosse nous pouvons déduire la largeur de la fosse :
V = L × Ɩ × Ht ; avec l = 3 L
V = 3Ɩ × Ɩ × Ht = 3Ɩ2 × Ht
V
L=
√ 3 Ht
3,6
AN : L =
√ 3 × 1,6
= 0,87 m

L = 0,87 m
 Calcul de la longueur du deuxième compartiment de la fosse (l2)
L2 = l = 0,87 m
 Calcul de la longueur du premier compartiment de la fosse (l1)
l1 = 2l2
AN : l1 = 2 x 0,87 = 1,74 m
Tableau 31 : Tableau récapitulatif des dimensions de la fosse
premier compartiment Deuxième compartiment Profondeur Longueu Capacité
totale r totale totale
Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
56
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

l1(m) V1 (m3) L1(m) l2 V2 (m3) L2 (m) Ht (m) Lt (m) C (m3)


1,74 2,4 0.87 0,87 1,2 0,87 1,6 2,61 3,6

Figure 4 : schéma illustrant les dimensions de la fosse septique

4. Fréquence de vidanges

La fréquence de vidange est liée directement à la production de boues.


 la hauteur maximale autorisée de boue (Hbmax) dans la fosse septique est au voisinage de

1
50 % de la hauteur utile de la fosse : (Hbmax = Hu) ;
2
 le taux d’accumulation de boue(Ta) est: Ta = 65 à 180 l/hab. /an (pour ce projet nous
supposons que Ta = 85 l/hab/ans) ;
 Volume utile (Vu) : Vu = Hu × Su = 1.6 × 2.61 × 0.87 = 3.63 m3 = 3630 l ;
 Fv = fréquence de vidange en année.

La fréquence de vidange est donnée par la formule suivante :


VU
𝑭𝒗 =
2. P . Ta
Avec p : nombre d’habitants

3630
AN : Fv = = 2.14 ans
2× 10× 85
Fv ≈ 2 ans

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
57
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Les fosses seront donc vidangées chaque 2 ans.

5. Mise en place et exploitation des fosses septiques

Lors de la mise en place, les précautions suivantes sont nécessaires :


 éviter la contamination de l’eau souterraine par l’azote organique ou ammoniac contenu
dans les eaux usées : pour cela, faire très attention à la nappe phréatique en respectant la
profondeur recommandée ;
 Procéder à chaque fois, au décolmatage naturel du sol en suscitant les activités
biologiques des bactéries du sol ;
 Pour assurer un fonctionnement efficace et durable des fosses septiques, il faudrait
pendant son exploitation veiller à :
 vérifier annuellement le niveau des boues et désobstruer les conduites de ventilation ;
 curer puis vidanger chaque trimètre les dispositifs annexes de la fosse,
 vidanger la fosse chaque 2 ans de fonctionnement : Ne jamais vidanger la totalité des
boues dans le premier compartiment. Il est recommandé de laisser environ 20 % des
boues digérées qui serviront par la suite d’ensemencement des boues fraiches en
microorganismes. Le second compartiment peut être totalement vidangé.

CHAPITRE VI : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF DU PROJET

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
58
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Le DQE (Devis Quantitatif et Estimatif) est un document établi sous forme d’article qui permet
la confection du bordereau de prix, pour faciliter les comparaisons entre les propositions. Il
spécifie le type et la quantité de matériaux et tout autre renseignement sur l’évaluation
financière des travaux.

Pour plus de détails sur l’évaluation quantitative et financière du projet, le tableau de bordereau
de prix ci-dessous donne le récapitulatif et le détail des coûts des différents corps d’états du
projet :

Tableau 32 : Devis quantitatif et estimatif

PRIX
N° DES UNITAIRE PRIX TOTAL
DESIGNATION UNITES QUANTITES
PRIX (FCFA (FCFA HTVA)
HTVA)
SERIE 000: INSTALLATION GENERALE DE
000 Fft 1 30000000 30000000
CHANTIER
 TOTAL SERIE 000 30000000
 SERIE 100 - DEGAGEMENT DES EMPRISES
100 Débroussaillage m2 24813,445 236 5855973,02
2
101 Décapage de terre végétale sur 20 cm m 24813,445 450 11166050,25
 TOTAL SERIE 100 17022023,27

 SERIE 200 - TRAVAUX PRELIMINAIRES TERRASSEMENTS GENERAUX

6458,7737
200 Remblais provenant de déblais m3 3500 22605708,22
8
201 Déblai mis en dépôt hors site d'emprunt m3 162,435 3000 487305
 TOTAL SERIE 200 23093013,22
 SERIE 300 - TRAVAUX DE VOIRIE
Réglage et compactage de l'arase des
301 m2 11898,58 300 3569574
terrassements
Fourniture et mise en oeuvre du sable
302 argileux sur 10 cm pour la couche de m3 1131,38 5500 874610
fondation
Fourniture et mise en oeuvre du sable
303 argileux sur 15 cm pour la couche de m3 1710,89 5500 9409895
base
Stabilisation au ciment de la couche de
304 kg 102900 270 27783000
base à 3%
Fourniture et mise en œuvre de cut-
305 back 0/1 à 1,200 kg/m2 pour couche m2 14081,52 1200 16897824
d'imprégnation
Fourniture et mise en oeuvre de
306 l'émulsion de bitume à 300 g/m2 pour m2 14081,52 483 6801374,16
couche d'accrochage
307 Sand-Asphalt (épaisseur 3 cm) m2 10926,75 3450 37697287,5

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
59
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

 TOTAL SERIE 300 108381545


 SERIE 400 : ASSAINISSEMENT ET DRAINAGE
  Bordures        
401 A2CS2 ml 398,92 18000 7180560
402 T2 ml 135,16 9500 1284020
  Caniveaux-dalots de traversé        
403 a- Caniveaux en BA 40x40 de type SIBM ml 732,07 43000 31479010
404 b- Caniveaux en BA 40x50 de type SIBM ml 53,96 45200 2438992
405 c- Caniveaux en BA 50x60 de type SIBM ml 331,94 48000 15933120
406 d-dalot de traversé 40x40 ml 37,96 145000 5504200
407 e-dalot de traversé 50x60 ml 70,18 150000 10527000
408 tranchée pour pose de caniveau ml 1226,11 2500 3065275
 TOTAL ASSAINISSEMENT ET DRAINAGE  77412177

Tableau 33 : Récapitulatif des devis

MONTANT
RECAPITULATIF PAR SERIE
(fcfa)
SERIE 000: INSTALLATION GENERALE DE CHANTIER 30000000
SERIE 100 - DEGAGEMENT DES EMPRISES 17022023,3
SERIE 200 - TRAVAUX PRELIMINAIRES TERRASSEMENTS GENERAUX 23093013,2
SERIE 300 - TRAVAUX DE VOIRIE 108381545
SERIE 400 : ASSAINISSEMENT ET DRAINAGE 77412177
MONTANT TOTAL HTVA 255905183

TVA (18%) 46062933

MONTANT TTC 301972335

CONCLUSION

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
60
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Au terme de cette étude, il est important de savoir que ce projet est d’une importance capitale
dans la mesure où il permettra d’aider un certain nombre de personnes à obtenir des logements
décents ce qui constitue un appui au programme du gouvernement « un Ivoirien un toit) ».
Cette action mérite donc d’être encouragée et soutenue.

Les études réalisées ont consisté à élaborer à partir des données et des réalités du terrain des
plans d’aménagement du site. Cet aménagement concernait la voirie et les réseaux divers
(drainage et assainissement).

Après les études, il est important de retenir que les voies aménagées sont bidirectionnelles avec
des largeurs variables en fonction des emprises. La structure de chaussée est constitué de 3 cm
pour la couche, 15 cm pour la couche de base et 40cm pour la couche de fondation. Aussi les
dévers adopté sont de 2,5% pour la chaussée et pour l’accotement. Les abords seront aménagés
avec des bordures du type A2CS2 et T2.

En ce qui concerne le drainage des eaux pluviales on utilisera des caniveaux de section 40×40,
40×50 et 50×60 et pour l’assainissement des eaux usées on utilisera des fosses septiques de
surface 1,51 m2.

Le montant nécessaire à la réalisation de tous ces travaux s’élève à 301 972 335 de francs CFA.

Il est important de retenir que ce projet nous a été bénéfique, car il nous a permis de confronter
nos connaissances théoriques aux réalités de la vie professionnelle, de maîtriser les techniques
du dessin et la conception assistés par ordinateur (DAO/CAO).Il nous a aussi permis de
développer les aptitudes du travail en équipe. Par ailleurs, il est important de souligner que nous
avons eu des difficultés au niveau des données du projet et au niveau de la validation des plans.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
61
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Pour l’élaboration de ce rapport, nous avons bénéficié de la documentation ci-dessous :

 GERARD KARSENTY, Guide pratique des VRD et aménagements extérieurs, 2004 ;

 CATALOGUE DE STRUCTURE TYPE LBTP, SEPTEMBRE 1977 ;

 M. J.P THIERY, cours de VRD _ ENSTP édition 1990.

 Guide de formation COVADIS réseau d’assainissement et COVADIS VRD plateforme


[2008] ; 95 pages ;
 M.KERLOCH BRUNO (CETE-NORD PICARDIE), Guide de dimensionnement des

réseaux d’assainissement des agglomérations.

 M. N’ZI JUSTE-CLAIRE, Cours de VRD_ ESTP / TSRT3

 Edwige Elèves Techniciens Supérieurs en Equipement, Projet de Fin d’Etudes de

Technicien Supérieur, Yamoussoukro, ESTP, 2013 

 CISSE Souleymane et N’GORAN Abboh Rachel Elèves Techniciens Supérieurs en

Equipement, Projet de Fin d’Etudes de Technicien Supérieur, Yamoussoukro, ESTP,

2013; 

 Norme sur les constructions routières, tome II, chapitre 4

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

LISTE DES ANNEXES


Annexe 1 : carte isocline ;

Annexe 2 : plan d’état des lieux ;

Annexe 3 : carte de régionalisation donnée par le LBTP ;

Annexe 4 : plan d’aménagement de la voirie ;


Annexe 5 : plan d’implantation des voies ;
Annexe 6 : plan des profils en long ;
Annexe 7 : plan de terrassement;

Annexe 8 : Abaque des collecteurs normalisés ;

Annexe 9 : plan de drainage.

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXIII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 1 : carte isocline 

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXIV
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 2 : plan d’état des lieux

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXV
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 3 : carte de régionalisation

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXVI
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 4: plan d’aménagement de la


voirie

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXVII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 5 : plan d’implantation des


voies 

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXVIII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 6 : plan des profils en long 

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXIX
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 7 : plan de terrassement

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXX
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 8 : Abaque des collecteurs


normalisés

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXI
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

Annexe 9 : plan de drainage

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS..................................................................................................................................II
AVANT PROPOS.....................................................................................................................................III
SIGLES ET ABREVIATIONS.................................................................................................................IV
LISTE DES TABLEAUX..........................................................................................................................V
INTRODUCRION.....................................................................................................................................1
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL...................................................2
I. HISTORIQUE ET STATUT JURIDIQUE DU BNETD................................................................2
II. POLITIQUE DE QUALITE.......................................................................................................3
III. FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DU BNETD......................................................3
CHAPITRE II : DESCRIPTION ET METHODE D’ETUDE DU PROJET..............................................5
I. CONTEXTE DE L’ETUDE ET PROBLEMATIQUE...................................................................5
II. OBJECTIF DU PROJET D’ETUDE ET TRAVAIL A FAIRE..................................................5
1. Objectif du projet d’étude...........................................................................................................5
2. Travail à faire.............................................................................................................................5
III. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE.............................................................................6
1. Situation géographique de la zone d’étude.................................................................................6
2. Climat et pluviométrie................................................................................................................6
3. Géologie.....................................................................................................................................6
4. Topographie................................................................................................................................7
5. Type de logement et habitants....................................................................................................7
IV. METHODE DE TRAVAIL........................................................................................................7
1. Donnée technique du projet........................................................................................................7
2. Analyse parcellaire du projet......................................................................................................8
3. Méthodologie pour la conception...............................................................................................8
CHAPITRE III : ETUDE DE LA VOIRIE ET AMENAGEMENT DES ABORDS..................................9
I. DIMENSIONNEMENT DE LA CHAUSSEE EN LARGEUR......................................................9
1. Largeur de la chaussée et des trottoirs........................................................................................9
2. Dimensionnement des parkings..................................................................................................9
II. DIMENSINNEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE...............................................................10
1. Détermination du trafic............................................................................................................10
2. Détermination des caractéristiques géotechniques du sol de plateforme du projet....................11
3. Détermination de la région.......................................................................................................12
4. Détermination de l’épaisseur minimale de la structure de chaussée..........................................12

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXIII
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

5. Choix de la structure de chaussée.............................................................................................13


6. Caractéristiques des matériaux utilisés.....................................................................................14
III. AMENAGEMENT DES ABORDS..........................................................................................15
1. Définition..................................................................................................................................15
2. Différents types de bordure de trottoir......................................................................................15
2.1. Les bordures surélevées....................................................................................................15
2.2. Bordures abaissées............................................................................................................15
2.3. Les bordures arasées.........................................................................................................16
3. Les bordures-caniveaux............................................................................................................16
3.1. Bordure de caniveau franchissable....................................................................................16
3.2. Bordure de caniveau non franchissable.............................................................................16
4. Quelques exemples de bordures et de bordures-caniveaux.......................................................17
4.1. Les bordures.....................................................................................................................17
4.2. Les bordures-caniveaux....................................................................................................17
5. Choix des bordures...................................................................................................................17
IV. GEOMETRIE ROUTIERE.......................................................................................................18
1. Caractéristiques de la voirie......................................................................................................18
2. Tracé en plan de l’axe des voies...............................................................................................19
2.1. La recherche du tracé en plan...........................................................................................19
2.2. Le tracé définitif...............................................................................................................19
2.3. Conception du tracé en plan sur le logiciel COVADIS 10.1.............................................20
2.4. Résultats...........................................................................................................................20
3. Profils en long...........................................................................................................................20
3.1. Profil en long TN..............................................................................................................20
3.2. Profil en long projet.........................................................................................................21
3.2.1. Ecoulement des eaux.................................................................................................21
3.2.2. Déclivités..................................................................................................................21
3.3. Méthodologie pour la conception du profil en long sur le logiciel COVADIS 10.1..........21
3.4. Résultats...........................................................................................................................22
4. Profil en travers........................................................................................................................22
4.1. Profil en travers courant....................................................................................................24
4.2. Profil en travers type.........................................................................................................24
CHAPITRE IV : ETUDE DES TERRASSEMENTS...............................................................................25
I. TERRASSEMENT DU CORPS DE CHAUSSEE.......................................................................25

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXIV
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

1. Décapage de la terre végétale...................................................................................................25


2. Calcul des cubatures de terrassements......................................................................................25
II. TERRASSEMENT DE LA PLATE-FORME..........................................................................26
III. BORDEREAU DE CUBATURE DES TERRASSEMENTS GENERAUX............................26
IV. QUANTITES DES MATERIAUX DU CORPS DE CHAUSSEE...........................................27
CHAPITRE V: ETUDE D’ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES ET DES EAUX PLUVIALES
................................................................................................................................................................. 29
I. GENERALITES SUR LES PROCEDES ET SYSTEMES D’ASSAINISSEMENT....................29
1. Définition..................................................................................................................................29
2. Caractéristique des effluents.....................................................................................................29
2.1. Eaux pluviales...................................................................................................................29
2.2. Eaux usées domestiques....................................................................................................30
3. Les systèmes d'évacuation des eaux..........................................................................................30
3.1. Assainissement autonome.................................................................................................30
3.2. Assainissement semi-collectif...........................................................................................31
3.3. Assainissement collectif....................................................................................................31
4. Maillons d’assainissement........................................................................................................32
5. Choix du type de filière d’assainissement.................................................................................33
6. Types de réseau.......................................................................................................................34
6.1. Etude Comparative des différents systèmes d’assainissement.........................................34
6.2. Choix du système d’assainissement..................................................................................35
II. ETUDE DU RESEAU D’EVACUATION DES EAUX PLUVIALES....................................35
1. Choix et tracé du réseau de drainage.........................................................................................36
1.1. Choix du tracé du réseau de drainage................................................................................36
1.2. Détermination du sens d’écoulement des eaux.................................................................36
2. Méthodes de calcul des débits d’eaux pluviales.......................................................................36
2.1. Utilisation de la méthode de Caquot.................................................................................36
2.2. Détermination des paramètres de calcul de débit de pointe..............................................37
2.2.1. Choix de la période de retour....................................................................................37
2.2.2. Détermination des coefficients régionaux relatifs à la pluviométrie..........................38
2.2.3. Détermination des tronçons, altitudes, longueurs, pentes des collecteurs..................39
2.2.4. Détermination des bassins versants...........................................................................40
2.2.5. Détermination des coefficients de ruissellement élémentaires..................................41
2.3. Détermination des temps de concentration.......................................................................42

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXV
[Promotion 2014-2017]
ETUDE DE VOIRIE ET RESEAUX DIVERS DE LA CITE SGBCI A AKOUEDO

2.4. Evaluation des débits dans chaque sous bassin.................................................................43


2.5. Calcul des débits équivalents des sous bassins versants....................................................44
3. Dimensionnement des collecteurs.............................................................................................46
III. ASSAINISSEMENT DES EAUX USEES...............................................................................53
1. Principe de conception..............................................................................................................53
2. Dimensionnement des fosses septiques....................................................................................53
2.1. Méthode de PICKFORD...................................................................................................54
2.2. Méthode préconisée par la Banque Mondiale...................................................................56
3. Dimension des fosses................................................................................................................56
4. Fréquence de vidanges..............................................................................................................58
5. Mise en place et exploitation des fosses septiques....................................................................59
CHAPITRE VI : DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF DU PROJET..............................................60
CONCLUSION........................................................................................................................................62
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES...............................................................................................LXIII
LISTE DES ANNEXES........................................................................................................................LXIV
Y

Rapport réalisé par SILUE Zosséhé Amadou élève Technicien Supérieur en Routes et Transports
LXXVI
[Promotion 2014-2017]