Vous êtes sur la page 1sur 278

Finance and business intelligence

FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

COMPTABILITE FINANCIERE
Manuel et applications
Selon le Système Comptable Financier

Rédigé par : ASSAD Chabane


Fondateur du cabinet FINABI SARL, membre du Conseil National de
Comptabilité chargé de la refonte comptable, ancien Directeur
Financier et Directeur Général.

1
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Présentation de l’entreprise :
Finance and Business Intelligence est une entreprise de conseil
spécialisée dans le Contrôle de Gestion et la Finance d’Entreprise.
Notre premier segment stratégique est la mise en place de comptabilité
analytique selon les standards internationaux (méthode du coût
complet, partiel et ABC). Le spectre de nos interventions englobe la
fiabilisation des données historiques de la comptabilité financière à la
conception et la mise en place du modèle de calcul des coûts. Le
deuxième segment stratégique est la fiabilisation des informations
financières prévisionnelles. La norme d’audit internationale 810 est
claire ; Toute information comptable prévisionnelle doit être réalisée
au diapason du référentiel comptable appliqué à savoir le Système
Comptable Financier. Notre rôle est que vos prévisions budgétaires ou
celles incluses dans votre Business Plan respectent strictement les
règlementations comptable, financière et fiscale et épousent votre
stratégie. Le troisième segment stratégique de notre cabinet est la
finance d’entreprise en assistant nos clients à l’analyse financière de
leurs états financiers, l’optimisation de leur trésorerie et la mise en
place de tableaux de bord financiers constitués d’indicateurs de
performance pertinents et nécessaires à l’atteinte de leurs objectifs.
Notre mission est de fiabiliser les données opérationnelles, les
transformer en informations économiques utiles à la prise de décision.

2
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Notre Credo, réduire les coûts (Cost Killing) de nos clients tout en
préservant voire en augmentant la croissance de leur activité.

3
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Sommaire
Introduction générale 3
Premier chapitre : Principes comptables et notions 5
fondamentales
I. Etude critique du Système Comptable Financier 9
II. Définition de la comptabilité 23
III. Les principes comptables 25
Deuxième chapitre : Le système comptable 33
I. Définition 33
II. Les particularités de l’information comptable 33
III. Les supports comptables 34
3.1. Le journal 34
3.2. Le grand livre 34
3.3. La balance 34
3.4. Le bilan 38
3.5. Le compte de résultat 41
Troisième chapitre : Les comptes 46
I. La notion de compte 46
II. Présentation et terminologie 47
III. Le plan des comptes 49
Quatrième chapitre : l’enregistrement comptable des 53
opérations en cours d’exercice
I. Constitution des entreprises 53
II. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) 59
III. Les achats 70
IV. Les emballages 87
V. Les ventes 98
VI. Les réductions sur les achats et ventes 107
VII. Les charges du personnel (la paie) 118
VIII. La trésorerie 126
IX. Les immobilisations corporelles et incorporelles 140
Cinquième chapitre : les opérations d’inventaire 154
I. Stock : inventaire permanent ou intermittent 154

4
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

II. Amortissements 161


III. La dépréciation d’actifs immobilisés 177
IV. Les provisions pour risques et charges 199
V. Correction d’erreurs et seuil de significativité. 217
Sixième chapitre : présentation des états financiers 231
I. Le bilan 231
II. Le tableau de compte résultat 246
III. Le tableau de flux de trésorerie 254
IV. Le tableau de variation de capitaux propres 270
V. L’annexe 276
CONCLUSION 278

5
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

INTRODUCTION GENERALE

L’origine de la comptabilité remonte à l’apparition de l’art de


l’écriture. Les textes les plus connus sont des inventaires comptables
datant de plus de 4000 ans. Ce n’est qu’au XVème siècle qu’une
formalisation a été faite avec la naissance de la comptabilité dite à
partie double et la publication du premier ouvrage traitant de la
comptabilité par le moine franciscain Luca Pacioli, intitulé « traité
d’arithmétique, de géométrie, des propositions et de la
proportionnalité », ainsi que celui du « Parfait négociant » de Savary
(1675), qui recueille les pratiques commerciales et comptables de
l'époque. Le XIXème siècle voit enfin le développement de
l'enseignement des disciplines comptables grâce à des professeurs
illustres tels que Jean-Baptiste Say. Ce dernier développe notamment
un traité de comptabilité commerciale dans le deuxième volume du
Cours d'économie politique qu'il professe au Conservatoire national
des Arts et Métiers (CNAM). On peut noter également l'apparition de
manuels généraux, comme celui de Trévery, ou spécialisés, tels que le
Traité de comptabilité agricole de Mignot.

De tout temps, l’Humanité n’a cessé d’optimiser son organisation pour


garantir son bonheur. La réflexion économique sert justement à
assurer l’aisance des individus dans une nation. De ce fait, des

6
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

théories économiques furent élaborées dans le but d’atteindre cet


objectif. La comptabilité sert à « chiffrer » l’impact des décisions
économiques. Ainsi, des comptabilités financière et analytique est de
mesurer les choix stratégiques au niveau de l’entreprise (aspect micro
économique) et la mission de la comptabilité nationale est d’évaluer
les décisions stratégiques au niveau de l’Etat (aspect
macroéconomique). Naguère, les entreprises étaient cloisonnées,
primitives et familiales. Aujourd’hui, elles sont mondiales,
développées et anonymes. La comptabilité doit suivre, elle ne peut
plus rester une technique fantasmant les mathématiques et la règle
figée. Il est impératif qu’elle s’ « intellectualise », qu’elle soit enrobée
de théorie et que la règle devienne flexible.

Werner Sombart économiste et sociologue allemand disait déjà en


1916 que : « Le capitalisme et la comptabilité en parties doubles ne
peuvent absolument pas être dissociés ; ils se comportent l’un vis-à-
vis de l’autre, comme la forme et le contenu.». L’Algérie est rentrée
dans l’économie de marché, le langage comptable doit changer pour
s’adapter aux besoins informationnels des utilisateurs.

Le but de ce livre est d’éclairer d’abord les professionnels et les


étudiants sur les liens entre les normes IFRS et le Système Comptable
Financier. Ensuite, un manuel de comptabilité financière est proposé

7
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

reprenant les règles de comptabilisation et d’évaluation, la nouvelle


nomenclature comptable et des illustrations chiffrées afin de répondre
aux besoins des comptables. Enfin, des cas d’application sur les
opérations d’inventaire sont traités, analysés et commentés en fin
d’ouvrage.
Aussi, l’ambition de notre travail est de répondre aux interrogations
suivantes :

- Pourquoi la solution proposée à savoir le Système Comptable


et financier est-elle optimale mais nécessite d’être révisée ?
- Comment comptabiliser les opérations courantes selon le
Système Comptable Financier ?
- Comment effectuer les travaux d’inventaire selon le Système
Comptable Financier ?
- Comment déterminer le seuil de significativité nécessaire pour
corriger les erreurs fondamentales et primordial pour arbitrer
entre les règles applicables et celles qu’on peut simplifier ?
- Comment élaborer les états financiers selon le référentiel
comptable ?

8
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Premier chapitre : Principes comptables et notions


fondamentales

I. Etude critique du Système Comptable et Financier

1. Cadre juridique

Le cadre juridique du nouveau système comptable financier dénommé


SCF est constitué des trois textes suivants :

A. Loi n° 07-11 du 25 novembre 2007 portant système comptable


financier

La loi définit la comptabilité financière et le champ d’application du


système comptable. En outre, elle annule le Plan Comptable National
(PCN), introduit les hypothèses sous-jacentes et les caractéristiques
qualitatives de l’information financière. Enfin, elle dénombre et
détaille les états financiers.

B. Décret exécutif du 26 mai 2008 :

Le décret confirme le cadre conceptuel des normes comptables


algériennes. Ainsi, les définitions des éléments (actifs, passifs,
charges, produits et capitaux propres) sont apportées. La notion de
contrôle économique est expliquée dans le cadre des états financiers
9
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

consolidés. Enfin, le listage des normes algériennes est communiqué


dans le décret en précisant qu’elles seront détaillées dans l’arrêté
ministériel.

C. Arrêté du 26 juillet 2008 :


Il fixe les règles de comptabilisation et d’évaluation apportées par les
nouvelles normes algériennes, le contenu des états financiers ainsi que
la nomenclature comptable et les règles de fonctionnement des
comptes.
En définitives, après lecture approfondie du SCF, on détecte l’origine
internationale de ce référentiel. En effet, les normes algériennes ne
sont qu’une « batterie » de fiches de lectures des normes IAS/IFRS
annexées d’une nomenclature comptable inspirée largement du Plan
Comptable Général (PCG) français. D’où les questions suivantes :
 Quelles sont les différences entre les normes « brutes » et les
normes algériennes ?
 Quelles sont les raisons pragmatiques de ce choix prudent ?

2. Différences entre les normes IAS/IFRS et les nouvelles


normes algériennes
A. Destination des normes
Les normes IAS/IFRS ne sont pas destinées aux comptables
opérationnels. Les utilisateurs de ce référentiel sont les normalisateurs
10
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

nationaux des pays membres et les chercheurs comptables qui


essaiment les normes dans les multinationales pour faire des états
financiers de qualité afin d’optimiser leur utilisation par les
actionnaires. Deux principaux « produits finis » sont élaborés par
l’IASB à savoir des règles de comptabilisation et des informations à
fournir. Le but de ce référentiel est de nourrir les utilisateurs en
informations financières détaillées et exhaustives. La technique
comptable est négligée c'est-à-dire il ne légifère pas sur la
nomenclature comptable et les schémas comptables. Il délègue cette
tache aux normalisateurs nationaux de pays membre et les chercheurs
comptables. Ces derniers doivent adapter la technique comptable pour
traduire en écritures comptables les normes IFRS. Ainsi, permettre
aux comptables opérationnels de saisir les opérations quotidiennement
en gardant les mêmes réflexes professionnels.

Le nouveau système comptable et financier est justement le fruit de


cette adaptation des normes IFRS car il permet et de tenir une
comptabilité quotidienne (une nomenclature comptable est proposée
dans la deuxième partie de l’arrêté) et il satisfait l’objectif d’informer
qualitativement l’utilisateur (la première partie de l’arrêté est
constituée des règles de comptabilisation inspirées intégralement des
normes internationales). Cette méthodologie est adéquate pour un
pays en voie de développement ou l’économie n’a pas encore atteint

11
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

un niveau de maturité suffisant pour affranchir les comptables de la


tradition de tenir une comptabilité générale définie, réglementée et
validée par le ministère des finances.

B. Volume des normes

Les normes IFRS souffrent d’inflation. Le texte est formé de plusieurs


milliers de pages. La rédaction respecte une forme rigoureuse,
juridique et feutrée. Lire cette armada de définitions, de règles et
d’informations à fournir nécessite un investissement temporel, une
compétence et une passion de la recherche comptable.

Le comptable opérationnel est frustré par cette complexité qu’il juge


déroutante et stérile. C’est pour cette raison que le nouveau système a
« extrait » que la sève des normes IFRS. L’essentiel pour maîtriser le
changement et permettre la diffusion des normes algériennes.

C. L’objectif des normes :

L’objectif des normes IFRS est de fournir des informations financières


aux actionnaires des grandes entreprises cotées en bourse. Les
multinationales ont intérêt à implémenter ces normes car le retour sur
investissement est significatif. En effet, un reporting comptable
pertinent et fiable inspire la confiance des actionnaires et donne une

12
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

crédibilité aux entreprises. Ainsi, elles préservent leurs investisseurs et


attirent des actionnaires potentiels.

Le secteur économique en Algérie est encore primitif. Le marché


financier est dans un état embryonnaire. L’objectif du Système
Comptable Financier est d’assurer aux entreprises algériennes
principalement des petites moyennes entreprises (PME) et des
entreprises de taille moyenne (ETE) d’appliquer un référentiel
comptable inspiré des normes internationales. Cette mise à niveau de
la comptabilité est au diapason de la volonté stratégique des pouvoirs
publics mais il est nécessaire d’insister sur le fait que les utilisateurs
des états financiers sont essentiellement les banques (notre économie
est financée par le secteur bancaire) et l’Etat car il est le pourvoyeur
de fonds de la majorité des entités en Algérie.

Cette différence n’est pas néfaste parce qu’un reporting de qualité


impliquera un financement plus déontologique des banques. Ces
dernières pourront faire confiance aux analyses financières des états
financiers élaborés selon le Système comptable et financier. Ainsi, les
PME performantes et portant des projets rentables auront du crédit et
les banquiers cesseront de demander des garanties excessives. La
valeur ajoutée de ce changement de référentiel pour les pouvoirs
publics est selon une recherche récente plus importante que pour

13
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

l’actionnariat privé. La raison est que l’actionnaire des entreprises


publiques est l’Etat. Ce dernier récolte le financement en imposant le
« peuple » donc les pouvoirs publics ont besoin d’informations qui
traduisent la réalité économique afin d’apporter les actions correctives
adéquates. De cette manière, l’argent des contribuables sera optimisé
et préservé.

3. Les principales évolutions par rapport au Plan


Comptable National 1975

3.1 Evolution conceptuelle


Le Système Comptable Financier introduit la notion de cadre
conceptuel. Ce dernier est une sorte d’ossature théorique de la
comptabilité qui l’intellectualise et fait d’elle une science. En effet, le
cadre conceptuel a comme objectifs :

 Définir les concepts de base de la comptabilité


 Aider les normalisateurs nationaux à l'élaboration et à la révision
des normes ;
 Aider les préparateurs, les auditeurs et les utilisateurs des états
financiers établis conformément aux nouvelles normes algériennes à
préparer, contrôler et interpréter ces états financiers ;
 Dans le cas d’absence ou d’insuffisance d’une norme, il devient
source d’inspiration afin de proposer un traitement comptable adéquat

14
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

aux principes comptables « sacralisés » à savoir l’image fidèle et la


prééminence de la réalité économique sur l’aspect juridique.

Il est structuré selon la hiérarchie suivante :

a. L’objectif des états financiers

L'objectif des états financiers est de fournir une information sur la


situation financière, la performance et les variations de la situation
financière d'une entreprise (la trésorerie), qui soit utile à un large
éventail d'utilisateurs pour prendre des décisions économiques.

Les utilisateurs des états financiers comprennent les investisseurs


actuels et potentiels, les membres du personnel, les prêteurs, les
fournisseurs et autres créanciers, les clients, les Etats et leurs
organismes publics et la « société civile ». La logique du SCF va dans
le sens où, comme c’est l’investisseur qui constitue la partie qui a le
plus besoin d’informations financière ; répondre à ses besoins signifie
la satisfaction de tous les autres utilisateurs de l’information
financière.

15
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

b. Hypothèses de base et caractéristiques qualitatives de


l’information

Hypothèses de Comptabilité d'engagement


base

Continuité d'exploitation

Intelligibilité

Pertinence (importance relative)

Caractéristiques
qualitatives Fiabilité (image fidèle, substance prime sur le
juridique, neutralité, prudence, exhaustivité)

Comparabilité (permanence des méthodes)

L’information comptable doit présenter ces qualités, néanmoins


certaines contraintes doivent être respectées pour que cette
information soit pertinente et fiable.

Célérité : l'information peut perdre sa pertinence si elle est fournie


avec un retard indu. La direction doit trouver un équilibre entre les
mérites relatifs d'une information prompte et ceux d'une information
16
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

fiable. Pour atteindre l'équilibre entre pertinence et fiabilité, la


considération dominante doit être de satisfaire au mieux les besoins
des utilisateurs en matière de prises de décisions économiques.

Rapport coût/avantage : le rapport coût/avantage est une contrainte


générale plutôt qu'une caractéristique qualitative. Les avantages
obtenus de l'information doivent être supérieurs au coût qu'il a fallu
consentir pour la produire.

Equilibre entre les caractéristiques qualitatives : en pratique, la


recherche d'un équilibre ou d'un arbitrage entre les caractéristiques
qualitatives est souvent nécessaire. L'importance relative des
caractéristiques dans les divers cas est une affaire de jugement
professionnel.

Cependant la plus grande valeur ajoutée conceptuelle apportée par le


cadre est les définitions modernes et économiques des éléments
entrant dans l’évaluation de la situation financière à savoir les actifs,
les passifs et les capitaux propres. Quant aux éléments contribuant à
l’évaluation de la performance à travers le compte de résultat, ils sont
composés des charges et des produits.

17
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3.2. Evolution technique

Le PCN souffre également d’une insuffisance technique corrigée par


le SCF. Ces améliorations peuvent être résumées dans les points
suivants :

3.2.1 Les documents de synthèse

Antérieurement, dans le PCN, les entités devaient fournir un niveau


d’information normalisé et identique. Ainsi, les entreprises
importantes donnaient des informations superficielles et les petites
entreprises étaient alourdies par un reporting excessif. Le système
comptable financier introduit la notion d’importance relative qui
implique la personnalisation de chaque entité de ses documents de
synthèse. Le niveau d’information dépend de la taille de la société et
des besoins des utilisateurs. Cette logique atteint même le bilan et le
compte de résultat dont les rubriques sont dynamiques et doivent
respecter certaines contraintes.

Le bilan : La forme du bilan fait référence aux données de l'exercice


précédent. Pour permettre de faire la comparaison. L'actif fait
apparaître les masses comme les actifs non courants (immobilisés), les
actifs courants (circulants), les dettes ou créances à long terme et les
dettes ou créances à court terme. Au niveau du bilan, la situation
économique est privilégiée à la situation patrimoniale.
18
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Enfin, quelques nouvelles rubriques ont été ajoutées au bilan :


 Ecart d’évaluation (compte de capitaux propres) ;
 Autres profits ou pertes imputés sur capitaux propres ;
 Impôts différés actif et impôts différés passifs ;
 Plus-values ou moins-values sur cession d’actif non courants.

Le tableau de compte résultat (TCR) : La forme du TCR fait


référence également aux données de l’année antérieure. Le TCR fait
une distinction entre le résultat courant et le résultat financier et fait
référence à certains soldes intermédiaires reconnus au niveau
international. La notion de résultat hors exploitation disparaît. De cette
manière, la transparence est automatique et le risque de manipulation
diminue.

Apports du tableau de flux de trésorerie (TFT) et des notes annexes :


Le SCF impose en plus du bilan et du tableau de compte de résultat,
un tableau de flux de trésorerie et des notes annexes. Le TFT explique
la variation de la trésorerie de l’entité en précisant la variation
opérationnelle, d’investissement et de financement. Ce document
enlève le voile de l’engagement de la comptabilité et permet de tenir
un discours pédagogique avec les utilisateurs. En effet, le TFT parle
un langage simple, celui de l’argent. Les notes annexes sont un
foisonnement d’informations chiffrées et narratives pour pallier aux
données rudimentaires du bilan, du tableau de compte de résultat, du

19
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

tableau de flux de trésorerie et du tableau de variation de capitaux


propres.

3.2.2 Les règles de comptabilisation et d’évaluation

 Recours à la juste valeur pour l’évaluation de certains actifs et


passifs (la majorité des instruments financiers, les actifs agricoles
et les immeubles de placement) ;

 Recours à la notion d’actualisation pour l’évaluation des prêts,


créances et emprunts

 Critères stricts de constatation des provisions pour charges ;

 Critères de comptabilisation et l’évaluation des immobilisations


corporelles (notion de contrôle économique et non de patrimoine) ;

 Calcul des amortissements, reflet de l’usure économique ;

 Réévaluation autorisée des immobilisations librement par les


entités à chaque fois que la juste valeur s’éloigne significativement
de la valeur comptable. Il y a lieu de signaler que le traitement de
référence est le coût amorti

 Interdiction des provisions réglementées ;

 Constatation de perte de valeur sur actif (dépréciation d’actifs).


Une révolution par rapport au PCN qui réduisait cette notion aux
stocks et aux créances.

20
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 Charges immobilisées (non activation des frais d’établissement,


charges à repartir sur plusieurs exercices et primes de
remboursement des obligations) ;

 Ecart de conversion actif, passif ;

 La technique de Transfert de charges est proscrite ;

 Les erreurs et le changement de méthode comptable sont imputés


sur les capitaux propres d’ouverture de l’exercice de détection ou
de changement dans le cas où les « anomalies » sont jugées
significatives ;

 Comptabilisation des gains et de pertes de change comme des


produits et charges financières ;

 Technique de report variable pour comptabiliser les impôts


différés.

3.3 Evolution informationnelle


Le nouveau système comptable financier a comme philosophie
d’informer qualitativement les actionnaires. Ce postulat précisé dans
le cadre conceptuel exige des entreprises un effort de récolte des
informations. En effet, les nouvelles normes algériennes sont un
magma informationnel et une batterie de règles de comptabilisation et
d’évaluation afin d’assurer que ces informations fournies soient
fiables, pertinentes, intelligibles et comparables.

21
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

L’impact de cette logique se fait sentir sur tous les états financiers.
D’abord, le bilan et le compte de résultat s’affranchissent de la rigidité
du PCN et leurs rubriques deviennent dynamiques et spécifiques à la
situation et à la performance de l’entité. Ensuite, la trésorerie, naguère
méprisée par la comptabilité, est expliquée par le tableau de flux de
trésorerie. Ce dernier justifie la variation et nourrit les utilisateurs en
informations efficaces sur la trésorerie d’exploitation,
d’investissement et de financement. Enfin, le détail des rubriques du
bilan, de compte de résultat du tableau de flux de trésorerie et du
tableau de variation de capitaux propres est donné par les notes
annexes aux états financiers dans la deuxième partie. En outre,
l’annexe recense dans sa première partie un aspect purement
pédagogique en expliquant à l’utilisateur des états financiers les choix
comptables et les estimations effectuées par les préparateurs des états
financiers. La troisième partie concerne les parties liées (les opérations
avec les filiales, les actionnaires, les dirigeants et les entités
associées). La quatrième partie est ouverte, toute information
significative doit être fournie.

22
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

II. Définition de la comptabilité


Longtemps considérée uniquement comme une technique auxiliaire
d’économie ou de droit, la comptabilité fait l’objet depuis quatre
décennies de réflexions critiques et de recherches théoriques. Ces
travaux ont souvent posé le problème du statut de la comptabilité en
attribuant le caractère scientifique à cette discipline. Néanmoins, la
comptabilité demeure encore définie par référence à son rôle ou à son
utilité sociale. Aussi, la présentation de la comptabilité consiste à lui
donner une définition la plus complète possible puis à en préciser les
finalités.

Les entreprises évoluent dans un environnement de plus en plus


complexe et turbulent. Les décisions qui étaient par le passé plus ou
moins faciles à prendre dans un environnement simple et stable,
présentent actuellement plus de difficultés dans cet environnement
risqué. Toute décision, qu’elle soit interne ou externe, nécessite la
prise en compte des différentes facettes de cet environnement.
L'information prend ainsi une importance accrue pour une bonne prise
de décision car « celui qui détient l’information détient le pouvoir ».
La qualité des décisions est fortement corrélée avec la qualité de
l'information fournie. Les informations comptables et financières
occupent une place dans le monde de la gestion et des affaires.

La comptabilité peut être perçue comme « un ensemble des comptes


établis et tenus selon des règles. Elle est donc un système d'information
23
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

obéissant à des conventions et des normes socialement définies et ne


peut exister et se développer que dans des sociétés humaines complexes
ayant atteint un assez haut degré d'organisation »1.

Outre cette optique réglementaire, la comptabilité peut être définie


comme «un langage qui permet de communiquer des informations sur
la situation économique des entreprises. Comme tout langage, la
comptabilité reflète l’environnement socioculturel et économique de
son pays. Le modèle comptable ne nous donne qu’une présentation de
la réalité qui résulte d’un rapport de force entre les différents acteurs de
la vie de l’entreprise. La comptabilité permet de mesurer la richesse
produite par l’entreprise, mais également d’en contrôler son partage
entre les salariés par le biais de la participation, l’Etat avec les impôts,
les actionnaires avec les dividendes »2.

La comptabilité financière ou générale est « celle utilisée par les


entreprises privées et publiques pour l'enregistrement des opérations
commerciales. Elle est née du développement des relations
marchandes et répond à un besoin d'information économique de tous
les partenaires des entités concernées. Dans un contexte de

1
M. CAPRON, La comptabilité en perspective, Edit la découverte, Paris, 1993, p.3.
2
G. HEEM, Lire les états financiers en IFRS, Edit d’Organisation, Paris, 2004, p.24
24
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

mondialisation, elle fait l'objet d'une harmonisation et d'une


normalisation croissante »3.

D'autres types de comptabilité existent (comptabilité analytique,


comptabilité publique, comptabilité nationale). Mais, dans le cadre de
notre recherche nous allons nous limiter à la comptabilité générale ou
la comptabilité financière. La comptabilité analytique fera l’objet
d’une autre recherche bientôt !

Dans le contexte algérien, le nouveau système comptable financier


définit la comptabilité comme étant « un système d’organisation de
l’information financière permettant de saisir, classer, évaluer,
enregistrer des données de base chiffrées, et présenter des états
reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et
du résultat de l’entité à la date de clôture, aussi elle permet
d’effectuer des comparaisons périodiques et d’apprécier l’évolution
de l’entité dans une perspective de continuité d’activité »4.

III. Les principes comptables


La comptabilité financière ne représente pas l’entreprise dans toute sa
complexité. Elle n’en fournit que des images, qui s’intitulent bilan,
compte de résultat, tableau de flux de trésorerie. Les images
comptables obéissent à des postulats, des hypothèses, des choix et des
conventions d’observation, de quantification et de saisie du réel très

3
Idem, p.598.
4
Nouveau système comptable financier (Juillet 2008),
25
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

spécifiques désignés sous le vocable générique et ambigu de «


principes » de la comptabilité. Ces principes sont nés historiquement
de la pratique comptable mais sont reconnus par la doctrine et, depuis
peu, ont fait l’objet de tentatives de normalisation et de
réglementation.

La présentation de ces principes a commencé par évoquer le célèbre


principe de la partie double, puis le traitement des principes de
quantification et enfin les principes d’observation5. Mais cette
présentation est également assez arbitraire car elle n’implique ni
chronologie, ni hiérarchie réglementaire ou doctrinale.

1) Le principe de la partie double


Ce principe règle la saisie de l’information en comptabilité. Chaque
opération effectuée par l’entreprise doit conduire à son enregistrement
dans un ou plusieurs comptes au même montant au débit et au crédit.

2) Les principes de quantification ou de mesure

Il faut quantifier les opérations à enregistrer. Pour cela la comptabilité


a recours à la monnaie, au critère de valeur historique et à
l’application du principe de non compensation et de prudence.

5
Cette classification, comme toute classification, est quelque peu arbitraire. Ainsi, le
principe de continuité dont nous faisons un principe d’observation est aussi un
principe de quantification. De même, le principe de la partie double que nous isolons
des autres principes est aussi, d’une certain façon, un principe d’observation
puisqu’il implique une appréhension sélective du réel.
26
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

a) Le principe de quantification monétaire ou de l’unité monétaire


La nécessité d’une unité de mesure unique pour enregistrer les
transactions d’une entreprise est à l’origine du choix de la monnaie
comme unité de mesure de l’information véhiculée par les états
financiers. Seules les transactions et événements susceptibles d’être
quantifiées monétairement sont alors comptabilisés. Cependant, les
informations non quantifiables mais pouvant avoir une incidence
financière doivent également être mentionnées dans les états
financiers (au niveau de l’annexe, la notion d’actifs et de passifs
éventuels).

b) Le principe du coût historique :


Sous réserves de dispositions particulières, les éléments d’actifs, de
passifs, de produits et de charges sont enregistrés en comptabilité et
présentés dans les états financiers à leur coût historique, c'est-à-dire
sur la base de leur valeur à la date de leur constatation sans tenir
compte des effets de variations de prix ou d’évolution du pouvoir
d’achat.

c) Le principe de prudence
La prudence est la prise en compte d’un degré raisonnable de
précaution dans l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les
estimations dans des conditions d’incertitude, de sorte que les actifs
ou les produits ne soient pas surévalués et que les passifs ou les
charges ne soient pas sous-évalués. Sa mise en œuvre évite le risque

27
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

de transfert sur l’avenir d’incertitudes présentes, susceptibles de


grever la situation financière ou la performance de l’entité. Toutefois,
l’application du principe de prudence ne doit pas conduire à la
création de réserves occultes ou de provisions excessives.

d) Le principe de non compensation


En vertu de ce principe, les opérations sont enregistrées sans
compensation, ni entre les postes du bilan, ni entre les comptes de
charges ou de produits. A ce titre, il est interdit de présenter en net les
dettes et les créances, même à l’égard du même tiers.

3) Les principes d’observation

En comptabilité, les principes d’observation sont les principes qui sont


directement liés à l’analyse et à la mesure du patrimoine de
l’entreprise ainsi qu’à sa variation périodique appelée résultat.

e) Le principe de l’entité

L’entité est considérée comme un ensemble autonome, distinct de ses


propriétaires. La comptabilité d’une entité repose sur une nette
séparation entre sa situation financière et celle des personnes
physiques ou morales qui la dirigent ou qui ont contribué à sa
constitution et à son développement.

Les états financiers de l’entité prennent en compte uniquement l’effet


de ses propres transactions et des seuls événements qui la concernent.
La comptabilité financière est donc fondée sur la séparation entre les
28
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

actifs, passifs, charges et produits de l’entité et ceux des participants à


ses capitaux propres ou actionnaires.

f) Le principe de périodicité

La vie de l’entreprise est découpée en périodes ou exercices


comptables. En général, ces périodes sont égales et correspondent à un
an. Cette exigence de découpage ne résulte pas des choix des
comptables, mais plutôt des dispositions juridiques et fiscales. Ainsi,
le code de commerce exige un inventaire annuel et le code fiscal un
dépôt annuel de déclaration du résultat. Pour remédier à cette
contrainte, les entreprises préparent des comptes intermédiaires.

L’acceptation de ce principe exige encore l’acceptation du principe de


rattachement des faits comptables à une période déterminée (le
principe de la comptabilité d’engagement). Les dates d’encaissement
ou de paiement ne sont pas des critères de rattachement. Le
rattachement est fait par référence à un critère juridique. Les produits
et les charges, par exemple, sont comptabilisés au fur et à mesure
qu’ils sont acquis ou qu’ils sont engagés juridiquement. Du moment
où la vie de l’entreprise est découpée en périodes qui correspondent à
des exercices, il faut avoir une indépendance entre les exercices.
Chaque exercice supporte les charges et les produits qu’il génère.

29
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

g) Le principe de continuité d’exploitation

La création d’une entreprise a un objectif donné. Ce qui suppose que


l’entreprise ne va pas cesser son activité dans l’immédiat, mais qu’elle
va continuer de fonctionner pour permettre la réalisation de ses projets
et de ses activités en cours.

A la fin de chaque période, il faut préparer les états financiers en


supposant que l’entreprise continuera ses activités. En conséquence,
ce principe légitime quelques pratiques comptables comme la
répartition des produits et des charges entre les exercices, le recours au
coût historique comme critère d’évaluation, le règlement des dettes et
l’encaissement des créances dans le futur.

4) Autres principes

Il existe d’autres principes, comme le principe de l’image fidèle, le


principe de la permanence des méthodes comptables, le principe de
l’importance relative et le principe de l’intangibilité du bilan
d’ouverture.

a) Le principe de l’image fidèle

L’image fidèle est l’objectif que doivent satisfaire les états financiers
de l’entité. Ces derniers doivent être en mesure de donner des
informations pertinentes sur la situation financière, la performance et
la variation de la situation financière de l’entité. Ainsi, pour les
besoins de la prise de décision, les états financiers garantissent la
30
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

transparence sur la réalité de l’entité en présentant une information


complète et utile. La recherche de l’image fidèle implique notamment
le respect des règles et des principes comptables. Dans le cas
exceptionnel où l’application d’une règle comptable se révèle
impropre à donner une image fidèle de l’entité, il doit y avoir
dérogation. Il est alors nécessaire de mentionner dans l’annexe aux
états financiers les motifs de cette dérogation6.

b) Le principe de la permanence des méthodes

Selon ce principe, l’entreprise doit utiliser les mêmes méthodes


d’évaluation et de présentation d’un exercice à un autre. Donc, la
cohérence des informations comptables au cours des périodes
successives impliquent la permanence dans l’application des règles et
des procédures. Ce principe résulte de l’exigence de la cohérence et la
comparabilité, la comparaison entre les entreprises ou la comparaison
au niveau de l’entreprise d’une période à une autre.

c) Le principe de l’importance relative

Une information est significative si sa dissimulation peut avoir une


incidence sur les décisions économiques prises par les utilisateurs sur
la base des états financiers7. Aussi, les montants non significatifs
peuvent être regroupés avec des montants correspondant à des
éléments de nature ou de fonction similaires.
6
J.F.des ROBERT et autres, op.cit, 2004, p.13
7
Idem, p.20
31
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

d) Le principe de l’intangibilité du bilan d’ouverture

Le bilan d’ouverture d’un exercice doit correspondre au bilan de


clôture de l’exercice précédent 8

8
Ce principe reste fondamental même si les normes IFRS semblent s’en éloigner un
peu, notamment en cas de première application, d’imputation directe sur les réserves
dans le cas de changement de méthode ou dans le cas de correction d’erreur
fondamentale
32
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Deuxième chapitre : Le système comptable

I. Définition

Le système comptable peut être défini comme étant un ensemble de


principes ou d’éléments mis dans un certain ordre et enchainés de telle
sorte à produire des résultats. Ces résultats sont généralement les états
financiers. Des documents qui donnent une information complète sur
la santé de l’entreprise.

II. Particularités des informations comptables


Les informations comptables à enregistrer ont un certain nombre de
particularités :
· Date (le jour de l'événement comptable)
· Nature (le type d'opération : ventes, achat,
règlement, etc.)
· Montant exprimé en dinars.
Information
· Le tiers ou la contrepartie concernés (clients,
comptable
fournisseurs, banque, salariés, services
externe
fiscaux, etc.)
· Document justificatif
· L'activité de l'entreprise qui est à l'origine de
l'opération

La comptabilité financière enregistre essentiellement des transactions


avec des tiers extérieurs à l'entreprise, mais aussi des informations
internes.

33
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La comptabilité de gestion (analytique) alimente le système


d’information de comptabilité financière pour mesurer le coût
d’acquisition dans tous les secteurs d’activité. Le coût de production
des produits dans l’industrie. Les travaux en cours et les
immobilisations en cours dans le BTPH.

III. Les supports comptables


3.1. Le journal
Le journal est un agenda dans lequel toutes les opérations sont
enregistrées au fur et à mesure qu’elles sont effectuées et suivant un
ordre chronologique. Il est présenté sous la forme suivante :

3.2. Le grand livre

Le grand livre est l’ensemble des comptes ouverts dans une entreprise.

3.3. La balance

La Balance est un tableau dans lequel sont inscrits tous les comptes
d'une entreprise et pour chacun d'eux le total des DÉBITS, le total des
CRÉDITS, et le montant du solde (débiteur ou créditeur).

34
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Puisque chaque débit dans un compte entraîne pour la même somme


un crédit dans un autre compte, dans une balance : le total général
des débits est égal au total général des crédits.
Résultat = Actif - (Capital + Dettes)
Résultat = Produits - Charges
De ces deux égalités, nous pouvons conclure
Actif - (Capital + Dettes) = Produits - Charges
Actif + Charges = Produits + Capital + Dettes
Soldes débiteur = Soldes créditeurs

Exemple de balance (nomenclature du SCF)


N° Intitulés des comptes Soldes Soldes
comptes débiteurs créditeurs
101 Capital 4 500 000,00
103 Prime d’émission 120 000,00
Ecart d’évaluation sur instruments
104 financiers 60 000,00
105 Ecart de réévaluation 702 000,00
106 Réserves 4 450 000,00
120 Résultat de l’exercice 978 000,00
Produits différés – subventions
131 d’équipement 160 000,00
134 Impôts différés passif 438 000,00
Provisions pour charges (plus d’un
1581 an) 135 000,00
Autres provisions pour charges (plus
1588 d’un an) 96 000,00
163 Emprunts obligataires (plus d’un an) 1 200 000,00
Emprunts obligataires (moins d’un
163 an) 1 300 000,00
35
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Emprunts auprès d’établissement de


164 crédit (facilité de caisse) 150 000,00
Dettes de location financement (plus
167 d’un an) 600 000,00
Dettes de location financement
167 (moins d’un an) 150 000,00
168 Autres emprunts (plus d’un an) 1 440 000,00
168 Autres emprunts (moins d’un an) 420 000,00
203 Frais de développement 360 000,00
205 Concessions, brevets, licences 390 000,00
208 Autres immobilisations incorporelles 450 000,00
211 Terrains 300 000,00
213 Constructions 1 800 000,00
Installations techniques, matériels et
215 outillages industriels 6 000 000,00
218 Autres immobilisations corporelles 1 500 000,00
261 Titres de participation 6 600 000,00
Titres immobilisés (droit de
271 propriété) 900 000,00
Amortissements frais de
2803 développement 180 000,00
Amortissements concessions,
2805 brevets, licences 210 000,00
2813 Amortissements constructions 660 000,00
Amortissements installations
techniques, matériels et outillages
2815 industriels 1 950 000,00
Amortissements autres
2818 immobilisations corporelles 600 000,00
Dépréciation des autres immobilisations
2908 incorporelles 150 000,00
31 Matières premières 510 000,00
331 Produits en cours 240 000,00
36
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

355 Produits finis 900 000,00


Perte de valeur sur matières
391 premières 15 000,00
395 Perte de valeur sur produits finis 12 000,00
401 Fournisseurs 381 000,00
Fournisseurs débiteurs, avances et
409 acomptes versés 60 000,00
411 Clients 1 200 000,00
416 Clients douteux ou litigieux 60 000,00
418 Clients – Facture à établir 120 000,00
421 Personnel – rémunérations dues 420 000,00
431 Sécurité sociale 120 000,00
432 Autres organismes sociaux 60 000,00
444 Etat, impôt sur les résultats 78 000,00
445 Etat, TVA à décaisser 252 000,00
467 Créditeurs divers 36 000,00
Provisions – passif courant (moins
481 d’un an) 24 000,00
486 Charges constatées d’avance 36 000,00
487 Produits constatés d’avance 45 000,00
Pertes de valeur sur comptes de
491 clients 30 000,00
500 Valeurs mobilières de placement 360 000,00
502 Actions propres 240 000,00
512 Banque 96 000,00
Totaux 22 122 000,00 22 122 000,00

Dans une balance : le total général des soldes débiteurs est égal au
total général des soldes créditeurs.

37
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3.4 Le bilan

Le bilan est une photographie du patrimoine économique de


l'entreprise à un moment donné (à la clôture de l'exercice en général).
Il se présente sous la forme d'un tableau en deux parties : l’une
représente l’Actif et l’autre est divisée entre le passif et les capitaux
propres.

L’actif est une ressource contrôlée par l’entreprise par le fait


d’événements passés et qui procure à l’entreprise des avantages
économiques. En d’autres termes, l’actif est soit de la trésorerie ou
une valeur économique qui probablement se transformera en flux de
trésorerie. Les actifs sont subdivisés en courants et non courants selon
la logique suivante :

Actif courant est toute ressource réalisée dans le cycle d’exploitation


normale ou dans les douze mois qui suivent l’arrêté des comptes. En
outre les actifs détenus pour des raisons spéculatives sont considérés
circulants. Enfin, le dernier niveau d’actif courant est la trésorerie ou
quasi trésorerie (les placements à court terme inférieurs à une année).
Les autres actifs sont non courants.

Le passif est une obligation actuelle de l’entité générée par le fait


d’avènement passée et dont l’extinction cause une sortie d’avantage

38
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

économique. En d’autres termes, les passifs sont les engagements


envers les tiers. La même analyse sur les actifs courants et non
courants doit être faite pour diviser les passifs en courants et non
courants.
Les capitaux propres sont les intérêts résiduels de tous les actifs après
déduction des passifs. En d’autres termes, les capitaux propres sont les
richesses « nettes » des actionnaires dans l’entité.
L’ensemble des moyens financiers sont constitués des passif +
capitaux propres

L’ensemble des richesses constitue les actifs du bilan.

Donc on a l’équation suivante : Richesses = Ressources financières


Actif = Passif + Capitaux propres

1) Présentation simplifiée

Actif (richesses) Bilan Moyens financiers


Actif non courant Capitaux propres (passifs internes)
Immobilisations incorporelles Capitale
Immobilisations corporelles Réserves
Immobilisations financières Résultat +/-

Actif courant Dettes non courantes (passifs


Stocks et en-cours externes)
Créances Dettes financières
Valeurs mobilières Autres dettes
Disponibilités
Dettes courantes (passifs externes)
Dettes financières
Autres dettes

Total général Total général

39
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

EXEMPLE
Le 02 janvier 2018, quatre associés créent un PME.
Ils constituent une SARL au capital 800 000 DZD et apportent :
- du mobilier : 125 000
- des rayonnages : 28 000
- du matériel informatique : 120 000
- un stock de marchandises : 200 000
- des liquidités : 327 000

Avant de commencer son activité ; la société, en tant que personne


morale indépendante de ses créateurs, doit dresser un état de sa
situation. Il s’agit d’un bilan de départ.
Corrigé
Actif Bilan au 02janvier 2018 Moyens financiers

Actif non courant Capitaux propres (passifs internes)


Immobilisations incorporelles Capital : 800 000
Immobilisations corporelles : 273 000 Réserves
(Mobilier, rayonnage et matériel informatique) Résultat +/-
Actif courant
Stocks et en-cours : 200 000 Dettes non courantes (passifs externes)
Créances Dettes financières
Valeurs mobilières Autres dettes
Disponibilités : 327 000
Dettes courantes (passifs externes)
Dettes financières
Autres dettes

Total général : 800 000 Total général : 800 000

40
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Nous vérifions les relations suivantes :


Total actif = total moyens financiers
800 000 = 800 000

Eléments actifs - éléments passif = capitaux propres


800 000 - 0 = 800 000 DZD

Les capitaux propres ne sont constitués que du montant des apports des
propriétaires formant le capital. En effet, La société n’a pas dégagé de
résultat (bénéfice ou perte) puisqu’elle n’a pas encore commencé son
activité. La valeur du patrimoine est égale à 800 000 DZD.

3.5. Le tableau de compte de résultat

Définition

Le compte de résultat décrit pour une période donnée (l’exercice) la


performance de l’entreprise. Il est établi à la fin de l’exercice. Le
compte de résultat permet de connaître :

- Les charges de l’exercice qui sont définies selon le cadre conceptuel


comme des appauvrissements causés par la diminution d’actifs,
l’apparition ou l’augmentation des passifs ;

- les produits qui sont définis selon le cadre conceptuel comme des
enrichissements générés par des augmentations d’actifs ou diminution
de passifs.

41
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Le résultat de l’exercice par différence entre le total des produis et le


total des charges ;
Produits - Charges =résultat

Le résultat est le fruit de l’activité de l’entreprise. Il permet de savoir


si l’entreprise s’est enrichie (bénéfice) ou appauvrie (perte) :

Si produits > charges bénéfice

Si produits < charges perte

Présentation et structure simplifiée du compte de résultat

Le compte de résultat est un tableau scindé en deux parties :

La partie gauche regroupe les charges ou l’ensemble de


consommations de l’exercice ou encore les emplois de l’activité.

La partie droite regroupe les produits ou l’ensemble des ressources de


l’activité de l’exercice.

Le classement à l’intérieur de chaque partie est articulé en rubriques et


en postes.

42
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Le Système Comptable Financier a prévu trois grandes familles de


charges et de produits classées en cinq rubriques symétriques, afin de
faire apparaître trois activités distinctes :
 Les charges et produits d’exploitation : les achats, le personnel,

les servies, les subventions d’exploitation, les impôts et les autres


produits et charges d’exploitation
 Les charges et les produits financiers : dont les gains et les pertes

de change.
 Les charges et les produits extraordinaires (à préciser) : les

catastrophes naturelles et les expropriations.


Le résultat
Le résultat de l’exercice (bénéfice ou perte) est placé du côté opposé à sa
nature afin d’équilibrer le compte de résultat.la bénéfice est placé du cotes
des charges, la perte est placée du cotes des produits.
Total des charges + bénéfices = total général
Total des produits + perte = total général

Présentation simplifiée
Charges Tableau de compte résultat Produits
Charges ordinaires Produits ordinaires
Charges financières Produits financiers
Charges extraordinaires Produits extraordinaires
Impôt sur les bénéfices
Résultat de l’exercice (bénéfice) Résultat de l’exercice (perte)
Total Total

43
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple

Au cours de l’exercice N, la PME a acheté des tables pour 250 000


DZD. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 850 000 DZD. Elle a
consommé pour 190 000 DZD de charges de personnel et 1 200 DZD
d’intérêts relatifs à un découvert bancaire passager. Les charges de
transport durant la période ont été de 75 000 DZD. Le stock final de
tables s’élève à 150 000 DZD. Le stock initial était de 200 000 DZD
(voir bilan de départ). A la clôture de l’exercice, l’entreprise doit
dresser un compte de résultat afin de récapituler les charges de
l’exercice, et calculer le résultat. Grâce au compte de résultat, nous
savons que le résultat dégagé par l’activité de l’entreprise est un
bénéfice de 283 800 DZD (obtenu par différence entre le total des
produits 850 000 et le total des charges 566 200). Le compte de
résultat explique également comment le résultat s’est formé, en
comparent les rubriques symétriques relatives à chaque activité :

 Activité d’exploitation : 850 000-565 000 = 285 000 (l’activité


principale de l’entreprise est rentable).
 Activité financière : 0-1 200 = (1 200). L’activité financière est
déficitaire)
 activité exceptionnelle : nulle
D’où une performance globale : 285 000 – 1 200 = 283 800 (bénéfice)

44
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

CHARGES EXERCICE PRODUITS EXERCICE


N N

Charges d’exploitation 565 000 Produits d’exploitation850 000


Consommation de marchandises 300 000 Ventes de marchandises850 000
Autres achats et charges 75 000
Externes
Charges de personnel 190 000
Produits financiers
Charges financières (Intérêt) 1 200

Charges extraordinaires Produits extraordinaires

Total des charges 566 200

Bénéfices 283 800

Total charge 850 00 Total produits 850 000

45
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Troisième chapitre : Les comptes et le principe de la partie


double

I. La notion de compte

Nous savons que les faits comptables influent sur le patrimoine en


générant ou non un résultat. Or, il est impossible matériellement
d’enregistrer directement les opérations comptables au bilan et au
compte de résultat. Ceci entraînerait d’innombrables erreurs et
obligerait la modification continuelle des tableaux de synthèse.

Le SCF a prévu d’enregistrer les faits comptables dans des tableaux


intitulés comptes ; l’article du SCF définit le compte comme (la plus
petite unité retenue pour le classement et l’enregistrement des
mouvements comptables).

Le compte est un (outil pratique) qui est spécialisé dans un type


d’opérations, par exemple les opérations bancaires. Il permet de suivre
en détail l’évolution en termes monétaires d’un élément du patrimoine
ou d’un élément de l’activité de l’entreprise.

46
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

II. Présentation et terminologie


1) présentation

Le compte se présente sous la forme d’un tableau à deux colonnes.


Par convention, pour tous les comptes, qu’ils soient de bilan ou de
gestion (compte de résultat) ;
 la partie gauche s’intitule débit
 la partie droite s’intitule crédit

Une présentation schématique, dite en T est utilisée dans les ouvrages


de compatibilité ou pour effectuer des exercices par mesure de
simplification.
Débit Crédit

La présentation la plus courante en comptabilité informatisée est la suivante :

Dates libellés débit Crédit

Chaque compte est identifié par un numéro et un intitulé

2) les soldes :
Un solde est la différence entre le total des sommes portées au débit et
le total des sommes portées au crédit au cours d’une période donnée :

47
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Total débit –Total crédit = solde

Un solde n’est jamais négatif, c'est-à-dire précédé du signe(-)


Un solde peut avoir trois natures différentes, selon l’importance des
totaux :

Total débit = Total crédit alors solde nul

Total débit > Total crédit alors solde débiteur

Total crédit > Total crédit alors solde créditeur

Le solde renseigne d’un compte à une date donnée. C’est le solde de chaque
compte qui est repris en repris en fin d’exercice pour établir le compte de
résultat et le bilan.

3) La clôture et la réouverture du compte


A la fermeture du compte, le solde se trouve du côté opposé à celui de sa
nature de manière à respecter l’égalité :
Total débit = Total crédit
À la réouverture du compte, le solde se trouve toujours du côté de sa nature.
Exemple :

D caisse C D fournisseurs C

1 500 1 000 4 000 9 500


800 200 2 500
3 700 400 2 000

SD : 4 400 SC : 1 000

48
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III. Le plan des comptes

Le plan de comptes est la liste intégrale des comptes fournie par le Système
comptable financier.
1. Les classes :

Le plan de comptes de la comptabilité financière se structure en 7 classes. Le


cadre de la comptabilité générale s’organise en :

Comptes de bilan (classe 1…classe 5)

3 PARTIES Comptes de gestion (classe 6 et 7)

Comptes spéciaux (classe 0 pour la comptabilité


« Matière », classe 8 pour les Soldes Intermédiaires de
Gestion et la classe 9 pour la comptabilité analytique

comptabilité générale
Comptes de bilan Comptes de gestion

Classe 1 : comptes de capitaux Classe 6 : comptes de charges


Classe 2 : comptes d’immobilisations Classe 7 : comptes de produits
Classe 3 : comptes de stocks et d’en-cours
Classe 4 : comptes de tiers
Classe 5 : comptes financiers

49
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Actif immobilisé Actif capitaux


Classe 2 Casse 1

Actif circulant +bénéfice(120)


-perte(129)
(classes 3.4.5)
Passifs
(classes
gfjuk 1.4.5)

Total Total

50
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2. Les règles de la codification

a) principes

Le 1er chiffre indique la classe à laquelle appartient le compte :

2 Comptes d'immobilisations.

Le 2ème chiffre exprime une division de la classe et constitue le


numéro des comptes principaux :

21 Immobilisations corporelles

Le 3ème chiffre précise une subdivision du compte à deux chiffres :

2 11 Terrains

Si besoin est, un compte à trois peut être subdivisé en comptes à


quatre chiffres.

2 111 Terrains nus

Le Système comptable financier précise que lorsque les comptes


prévus par SCF ne suffisent pas à l'entreprise pour enregistrer
distinctement toutes ses opérations, elle peut ouvrir toutes
subdivisions nécessaires.
b) particularités

Les comptes ayant un zéro (...1) final au troisième rang ou suivants


sont des comptes de regroupement :

411 Clients et comptes rattachés.


51
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Les numéros des comptes d'amortissement contiennent un huit (8) au


deuxième rang :

281 Amortissements des immobilisations corporelles

Les numéros des comptes de pertes de valeur contiennent un neuf (9)


au deuxième rang :

291 Pertes de valeur des immobilisations corporelles.

Le neuf (…9) au troisième rang d'un compte indique que celui-ci


fonctionne en sens inverse.
600 Achats de marchandises consommées
609 RRR obtenus sur achats de marchandises.

Il existe certaines analogies et symétries :

65 autres charges opérationnelles.


75 autres produits opérationnels.
31 stocks de matières premières.
601 matières premières consommées

52
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Quatrième Chapitre : L’enregistrement des opérations en


cours d’exercice
I. La constitution des entreprises
I.1 Constitution de la Société en Nom Collectif (SNC)

Une société en nom collectif est une société dans laquelle tous les
associés ont la qualité des commerçants et répondent indéfiniment et
solidairement des dettes sociales. La société en nom collectif est
désignée par une dénomination sociale et qui doit être précédée ou
suivie immédiatement des mots : « société en nom collectif ».
Exemple :
Messieurs Lyes, Omar, tous les deux commerçants décident de s’associer
avec effet au 1er janvier 2018. Monsieur Lyes apporte son patrimoine net
évalué à 300 000 DZD (50 000 DZD de stocks de marchandises, 80 000
DZD de créances clients, 200 000 DZD de liquidité déposée en banque et
des dettes fournisseurs à hauteur de 30 000 DZD). Omar apporte
également son patrimoine net d’une valeur de 100 000 DZD (70 000
DZD de matériels, 90 000 DZD de stocks de matières premières, 50 000
DZD d’espèces et 110 000 DZD de dettes bancaires)

53
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation
Les écritures comptables de constitution de toutes les sociétés font la
distinction entre la promesse d’apport et la réalisation des apports.

Janvier 2018
4561 Opérations sur le capital- associé Lyes 300 000
4562 Opérations sur le capital- associé Omar 100 000
101 Capital C capital social 400 000
Constitution de la SNC
Omar et Lyes (promesse
d’apports)
Janvier 2018
30 Stock de marchandises 50 000
411 Clients 80 000
512 banque 200 000

401 Fournisseurs 30 000


4561 Capital Opérations sur le 300 000
capital- associé
Omar
Apports de LYES

Janvier 2018
2154 Matériel 50 000
31 Stock de matières premières 80 000
53 caisse 200 000

164 Emprunt bancaire 30 000


4562 Opérations sur le capital- 300 000
associé Omar
Apports d’OMAR

54
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

I.2 Constitution de la société à responsabilité limitée (SARL ou


EURL) :

Une société à responsabilité limitée (SARL) est une entreprise créée


par une ou plusieurs personnes qui ne supportent les pertes qu’à
concurrence des apports contrairement à la SNC dont laquelle les
associés engagent leurs propres patrimoines.
Lorsque la société ne comporte qu’un seul associé, celle-ci est
dénommée associé unique (EURL). Il n’y a pas de capital minimum
mais les notaires continuent à exiger 100 000 DZD de capital
minimum. Il doit être divisé en parts sociales égales.

En matière comptable, la pratique est sensiblement la même que celle


exposée ci-dessus pour les sociétés en nom collectif. Il est conseillé
d’accueillir les apports en nature et en numéraire dans des comptes
différents.

Exemple
Messieurs Djellal et Amine décident de créer une SARL au capital de
800 000 (800 parts sociales de 100 DZD) le 1er janvier 2018.

Djellal détient 30% de l’entreprise et les apports sont les suivants :


- des stocks de marchandises : 90 000 DZD
- un matériel : 100 000 DZD
- Liquidité déposée à la banque : 50 000 DZD

55
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Amine détient 70 % de la société et les apports sont les suivants :


- fonds commercial : 260 000 DZD
- des espèces : 300 000 DZD

Comptabilisation :

1er janvier 2018


45610 associé Djellal- apports en numéraire 50 000
45611 associé Djellal- apports en nature 190 000
45620 Associé Amine- apports en numéraire 300 000
45621 associé Amine- apports en nature 260 000
101 Capital social 800 000
Constitution de la SARL Djellal et Amine
(promesse d’apports)

1er janvier 2018


512 Banque 50 000
45610 associé Djellal- apports en numéraire 50 000
30 Stock de marchandises 90 000
2154 Matériel 100 000
45611 associé Djellal- apports en nature 190 000
Apports Djellal

1er janvier 2018


53 Caisse 300 000
45620 associé Amine- apports en numéraire 300 000
207 Fonds commercial 260 000
45621 associé Amine- apports en nature 260 000
Apports Amine

56
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

I.3 Constitution d’une société par action (SPA)

Le capital d’une société anonyme est divisé en actions détenues par


des associés qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leurs
apports. Le nombre d’actionnaires ne peut pas être inférieur à sept et
le capital minimum est de 1 000 000 DZD. Les frais de constitution,
de transformation et de premier établissement doivent être
comptabilisés en charges selon le Système Comptable Financier. Les
apports en nature doivent immédiatement libérés alors que les apports
en numéraire doivent être libérés du quart lors de la constitution, le
solde devant être appelé dans un délai de cinq ans.
Exemple
La société SMATCH est une société par action constituée le 1er janvier
2019. Le capital est de 20 000 000 DZD divisé en 2 000 actions. La
valeur nominale de chaque action est de 10 000 DZD.
- Madame Nawel a apporté un immeuble évalué à 5 000 000 DZD
(dont 1 000 000 pour le terrain).
- Les dix autres actionnaires qui ont permis chacun d’apporter
1 500 000 DZD en numéraire. Le versement initial de chacun a été
fixé à 750 000 DZD. Le reste ultérieurement.
Le montant des frais d’établissement (frais d’acte) s’est levé à 500 000
DZD.

57
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :

1er janvier 2019


45610 Actionnaires, compte d’apport en nature 5 000 000
45611 Actionnaires, compte d’apport en7 500 000
numéraire (10*750 000)
109 Actionnaires, capital souscrit, non appelé 7 500 000
101 Capital social 20 000 000
Constitution de la SPA SMATCH
(promesse d’apports)

1er janv 2019


211 Terrain 1 000 000
213 Construction 4 000 000
45610 Actionnaires, compte d’apport 5 000 000
en nature
Apports de Nawel

1er janv 2019


512 Banque 7 000 000
622 Honoraires 500 000
45611 Actionnaires, compte d’apport 7 500 000
en numéraire
Apports en numéraires et frais

Lors de la libération du capital restant, on passe l’écriture infra sur les


cinq ans ultérieurs :

45611 Actionnaires, compte d’apport numéraire 7 500 000


109 Actionnaires, capital souscrit, non appelé 7 500 000
512 Banque 7 500 000
45611 Actionnaires, compte d’apport 7 500 000
numéraire
Appel reste du capital

58
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

II. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La taxe sur la valeur ajoutée est un impôt indirect créé à l’origine en


France en 1953 et 1955. La TVA a ensuite été adoptée par un grand
nombre de pays dont l’Algérie. Cette section est consacrée à l’étude
des mécanismes comptables fondamentaux de cette taxe.

La TVA est une taxe générale de consommation qui s'applique aux


opérations revêtant un caractère industriel, commercial, artisanal ou
libéral. De ce fait, sont exclues du champ d'application de la TVA, les
opérations présentant un caractère agricole ou de service public non
commercial.

La TVA est une taxe entièrement supportée par le consommateur. Elle


est néanmoins régulièrement perçue chaque fois qu'une transaction
imposable est effectuée.

Lorsqu'une personne est assujettie à la TVA, elle peut déduire de la


TVA qu'elle réclame à ses clients, celle qui lui est facturée par ses
fournisseurs ou qu'elle paie à l'importation. Finalement, elle ne devra
verser au Trésor que la différence entre la TVA perçue de ses clients
et la TVA payée à ses fournisseurs ou à l'importation de biens. Dans la
mesure où le montant de la taxe payée en amont est supérieur à celui
de la TVA due, il y a un crédit de TVA que l'assujetti pourra
récupérer.
59
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

A ce propos, il convient de noter que si le principe général retenu en


matière de TVA, consiste à admettre la déductibilité de la taxe ayant
grevé tous les éléments du prix de revient d'une opération taxable, il
reste qu'il existe un certain nombre d'exceptions. L'article 41, du code
des Taxes sur le chiffre d'affaires, précise les cas de non déductibilité.

CARACTERISTIQUES DE LA TAXE SUR LA VALEUR


AJOUTEE
La taxe sur la valeur ajoutée présente les caractéristiques suivantes :
 C'est un impôt réel ;
 C'est un impôt indirect ;
 C'est un impôt ad valorem ;
 C'est un impôt établi suivant le mécanisme des paiements
fractionnés ;
 C'est un impôt qui repose sur le mécanisme de déductions ;
 C’est un impôt neutre.

A - TVA, impôt réel


La taxe sur la valeur ajoutée frappe l'utilisation des revenus, c'est à
dire la dépense ou la consommation finale des biens et services. A la
différence de l’impôt direct qui, lui, frappe le revenu lui-même.

60
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

B - TVA, impôt direct

Elle est payée au Trésor, non pas directement par le consommateur


final qui est le redevable réel, mais par l'entreprise, qui est le
redevable légal, qui assure la production et la distribution des biens et
services.

C - TVA, impôt ad valorem

La taxe sur la valeur ajoutée est perçue en proportion de la valeur des


produits et non en référence à la qualité physique du produit (volume
ou quantité).

D - Un impôt établi suivant le mécanisme des paiements


fractionnés

En effet, à chaque stade de distribution, la TVA frappe seulement la


valeur ajoutée conférée au produit, de telle sorte qu'à la fin du cycle
suivi par ce produit, la charge fiscale globale correspond à la taxe
calculée sur le prix de vente au consommateur.

E- Un impôt qui repose sur le mécanisme de déductions


A ce titre, le redevable doit, aux divers stades du circuit économique :

61
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Calculer la taxe exigible sur les ventes ou prestations de services,


- Déduire de cet impôt, la taxe qui a grevé les éléments constitutifs de
son prix de revient
- Verser au Trésor la différence entre la taxe collectée et la taxe
déductible.

F- TVA, impôt neutre

En effet, la TVA est neutre sur le résultat des redevables légaux car
elle est supportée par le consommateur final redevable réel.

Les taux de la TVA

Les taux de la TVA sont actuellement fixés à:

 9% (taux réduit) pour les biens et services qui représentent un


intérêt particulier sur le plan économique, social ou culturel.
 19% (taux normal) pour les opérations, services et biens qui ne
sont pas expressément soumis au taux réduit de 9%.

Le fait générateur de la TVA

Le fait générateur d'un impôt est l'évènement qui donne naissance à la


créance du redevable envers le Trésor. L'exigibilité est le droit que

62
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

peut réclamer le trésor auprès du redevable, à partir d'une période


donnée, pour exiger le paiement de la taxe.

A l’intérieur : L'exigibilité est constituée :

Pour les ventes et opérations assimilées : par la livraison matérielle


ou juridique de la marchandise. Toutefois, pour la vente de l'eau
potable par les organismes distributeurs, le fait générateur est
constitué par l'encaissement total ou partiel du prix.

Pour les travaux immobiliers : par l'encaissement total ou partiel du


prix. Il faut entendre par encaissement, toutes sommes perçues au titre
d'un marché de travaux quel qu'en soit le titre (avance, acomptes,
règlements pour soldes).
Pour les entreprises étrangères exerçant en Algérie, le fait générateur
est constitué par l'encaissement total ou partiel du prix. Cependant, à
l'achèvement des travaux, le fait générateur est constitué par la
réception définitive de l'ouvrage réalisé et ce, pour le montant de la
taxe encore exigible après cette date.
Pour les livraisons à soi-même :

 en ce qui concerne les biens meubles taxables, par la


livraison, entendue comme étant la première utilisation
du bien ou la première mise en service.
63
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 en ce qui concerne les biens immeubles taxables, par la


première utilisation des biens.

Pour les prestations de services : par l'encaissement total ou partiel


du prix. En ce qui concerne les spectacles, jeux et divertissements
de toute nature, la TVA est exigible, à défaut d'encaissement, lors de
la délivrance du billet. Toutefois, les entrepreneurs de travaux et les
prestataires de services peuvent être autorisés à se libérer d'après les
débits, auquel le fait générateur est constitué par le débit lui-même.

A l’importation :

Le fait générateur est constitué par le dédouanement des marchandises.


Le débiteur de la taxe est le déclarant en douane.

A l’exportation :

Le fait générateur des produits taxables destinés à l'exportation est


constitué par leur présentation en douane. Le débiteur de cette taxe est
le déclarant en douane. Il est précisé, à cet égard, que le principe est
l'exemption des biens destinés à l'exportation.

64
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :

Jeu des comptes :


a) Comptabilisation de la TVA sur acquisition ou livraison à soi-
même d’immobilisations

Le prix d’achat ou le coût de production comprend la TVA non


déductible (s’il y a lieu)
La TVA déductible constitue une créance sur le trésor public et doit
être enregistrée au débit du compte 445– Etat, taxe sur le chiffre
d’affaires ou si on s’inspire de la nomenclature du PCG français
44562 –Etat, TVA déductibles du sur immobilisations.

b) Comptabilisation de la TVA sur les opérations de gestion :


charges et produits :

Les achats de biens et de services sont comptabilisés hors TVA


déductibles. La TVA sur les achats et les services est enregistrée au
compte 445– Etat, taxe sur le chiffre d’affaires ou si on s’inspire de
la nomenclature du PCG français 44566- Etat, TVA déductibles sur
autres biens et services.

Les ventes de biens et de services sont comptabilisées hors TVA


collectée. Cette dernière constitue une dette envers le trésor public
enregistrée au compte 445– Etat, taxe sur le chiffre d’affaires ou si

65
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

on s’inspire de la nomenclature du PCG français 44571- Etat, TVA


collectée.

c) Comptabilisation de la liquidation ou du paiement :

En fin de période d’imposition (mois ou trimestre), le compte TVA


collectée est débité pour solde par le crédit du compte 44551- Etat,
TVA à décaisser. Le compte 44551- Etat, TVA à décaisser est ensuite
débité par le crédit du compte TVA déductible au titre du mois
considéré. Ces virements sont faits en principe une fois en une seule
écriture.

Ultérieurement, le compte TVA à décaisser sera débité pour solde par


le crédit d’un compte de trésorerie. En cas de crédit de TVA (TVA
déductibles > TVA collectées), la différence est virée au compte
44567- Etat, crédit de TVA à reporter.

Applications

Exemple 1 :
Début 2018, l’entreprise AKLI achète une machine industrielle, prix
HT est de 200 000 DZD. Le taux de TVA est de 19%, règlement par
chèque bancaire dans un mois après la livraison.

Début 2018
2154 Matériel industriel 200 000
44562 TVA déductible sur immobilisations 38 000
404 Fournisseurs d’immobilisations 238 000
Achat machine industrielle
66
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

février 2018
404 Fournisseurs d’immobilisations 238 000
512 Banque 238 000
Chèque n°

Exemple 2 :
Facture de marchandises reçues du fournisseur djeloul, règlement en
espèce le jour même : 10 000 DZD HT, le taux de la TVA est de 19%.

380 Achat de marchandises 10 000


44566 TVA déductible sur autres biens et services 1 900
53 Caisse 11 900
Facture n°

30 Stock de marchandises 10 000


380 Achat de marchandises 10 000
Entrée en magasin

Exemple 3
Une entreprise de logiciels facture à son client une application
informatique qui permet la gestion des ressources humaines. Montant
HT du logiciel est de 1 000 000 DZD, le taux de TVA est celui en
vigueur à savoir 19%. Le paiement se fera dans 03 mois après la
facturation par chèque bancaire.

67
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

411 Clients 1190 000


706 Vente de services 1000 000
44571 Etat, TVA collectée 190 000
Facture n°

Trois mois plus tard


512 Banque 1190 000
411 Clients 1190 000
Chèque n°

Exemple 4
On relève de la comptabilité de l’entreprise AMINE les
renseignements suivants :
Mars 2018 Montants hors taxes TVA (19%)

Règlement de services consommés 200 000 38 000


Acquisition d’une immobilisation 3 000 000 570 000
Achat de marchandises 500 000 95 000
Ventes du mois 7 000 000 1 330 000

Calcul de la TVA à payer en mars 2018 :


TVA collectée en mars + 1 330 000
TVA sur services en mars - 38 000
TVA sur achats en mars - 95 000
TVA déductibles sur acquisitions - 570 000
Solde + 627 000

68
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Enregistrement dans les comptes clôture mois de mars 2018 :


Avril 2018
44571 Etat, TVA collectée 1330 000
44562 Etat, TVA déductibles sur immobilisations 570 000
44566 Etat, TVA déductibles sur autres biens et 133 000
services
44551 Etat, TVA à décaisser 627 000

Règlement le 13 Avril 2018 (avant le 20 du mois suivant la clôture)


par chèque bancaire
13 Avril 2010
44551 Etat, TVA à décaisser 627 000
512 Banque 627 000

69
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III-Les achats

III.1 La facture

Toute opération d’achat et de vente est justifiée par une facture. Tout
événement qui remet en cause les conditions portées sur la facture fait
l’objet d’une facture d’avoir.

Document établi pat le fournisseur, lors de la vente, à


son client. Elle mentionne les informations suivantes :

- L’identité du vendeur et de l’acheteur ;


- Référence de la facture ;
La facture - Le détail de marchandises et de services ;
- Leur montant HT, les réductions de prix acquises à
la date de vente, la TVA et le montant TTC.
- La date de paiement, ainsi que les conditions
d’escompte applicables en cas de paiement anticipé
- Les identifiants et numéros fiscaux de l’acheteur et
du vendeur ;
- Numéros des registres de commerce de l’acheteur et
du vendeur ;

70
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr
SARL MONTEC Facture N°102
6, rue Krim BELKACEM Le 03 juin 2018
16 000 Alger
N° et identifiant

DOIT : SPA MEHDI


7, rue ABANE Ramdane
16000, Alger
N° et identifiant

N° de la commande : 001
Référence Désignation Quantité Prix unitaire Montant

N101 Clavier 100 500 50 000


R 261 Souris 1200 350 420 000
S 841 Clé USB 400 600 240 000

Montant HT : 710 000 DZD


71
Remise : 10 000 DZD

Net commercial HT : 700 000 DZD

TVA : 19%

Montant TTC : 833 000 DZD

Règlement :
30 jours à la fin du mois
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III.2 Comptabilisation des stocks

Définition
Les stocks sont des actifs courants dont les caractéristiques sont les
suivantes :
 Biens ou « des services » destinés à être vendus

 Biens ou de services en cours de production en vue d’une telle vente ;

 Des matières premières ou fournitures devant être consommées au


cours du processus de production ou de prestation de services.

Un élément sera comptabilisé en stock lorsque :

 L’essentiel des risques et avantages attachés à la propriété de cet


élément est transféré à l’entreprise ;

 L’entreprise dispose d’un niveau de contrôle équivalent à celui


attaché à la propriété de l’actif ;

 Le coût peut être évalué de façon fiable ;

 Les avantages économiques futurs associés bénéficieront à l’entreprise.

A. Évaluation comptable des stocks

Les stocks sont évalués au plus faible de leur coût et de leur valeur de
réalisation nette.

72
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

1) Les stocks de matières premières


Les stocks d’approvisionnement sont évalués au coût historique 9qui
correspond au coût d’achat auquel sont ajoutés les frais nécessaires
pour mettre les stocks à l’endroit et dans l’état où ils se trouvent.
FINABI intervient dans le calcul du coût des matières. En effet,
dans la mesure des stocks selon le SCF, la comptabilité analytique
alimente la comptabilité financière. Il faut incorporer toutes les
charges directes liées à l’achat et les charges indirectes du centre
principal approvisionnement selon une unité d’œuvre qu’il y a lieu de
définir en interne.

Éléments du coût d’acquisition


Le coût d’acquisition comprend :

 le prix d’achat, les droits de douanes et taxes non-


récupérables ;

 les frais de transport, de réception et autres coûts directement


liés à l’acquisition des éléments achetés selon des clés de
répartition reflétant la consommation de ressources de chaque
livraison ;
Les charges indirectes du centre d’analyse

9
La notion du coût historique est subtile. Dans le cas d’une mesure
d’accompagnement (matière gratuite), le coût historique est la juste valeur i.e. le
prix qui aurait été payé si la matière première a été acquise. Idem, dans le cas d’un
échange de matières premières, il faut consommer la matière cédée et comptabiliser
à la juste valeur la matière première reçue en contrepartie.
73
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

« approvisionnement » selon une unité d’œuvre définie en


interne ;

 les rabais, remises et ristournes sont déduits du coût


d’acquisition ;

 les subventions perçues sont à déduire du coût des stocks ;

2) Les stocks de produits


Les stocks de produits sont évalués au coût de transformation.

Le coût de transformation comprend :

 La consommation des matières premières imputée


comptablement à la valeur calculée par le système de
comptabilité analytique. Considéré par la comptabilité de
gestion comme une charge directe dans le calcul du coût de
production.

 Les coûts directement liés aux unités produites (tel que la main
d’œuvre directe) ;

 Les frais généraux de production fixes et variables qui sont


encourus pour transformer les matières premières en produits
finis. FINABI intervient dans le calcul du coût de
transformation des produits. En effet, dans la mesure des
stocks selon le SCF, la comptabilité analytique alimente la
comptabilité financière. Dans ce cas, les frais fixes et

74
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

variables du centre de principal « production » doivent


être affectés selon une unité d’œuvre définie en interne
(généralement, le coût horaire de la main d’œuvre directe
si l’industrie est manuelle et nombres d’heures/machine si
l’activité est automatisée.) Si les sous-produits sont non
significatifs. Ils sont mesurés à la valeur de vente nette et cette
valeur est réduite du coût du produit principal.
L’affectation de frais généraux fixes de production aux coûts de
transformation est fondée sur la capacité normale de production. Il est
possible de retenir la capacité réelle de production si elle est proche de
la capacité de production normale. En cas de production
anormalement élevée, l’évaluation des stocks ne doit pas tenir compte
de l’accroissement de production au-delà des coûts fixes de
production. En cas de production anormalement faible, l’évaluation
des stocks doit se faire sur la base initiale de façon à allouer
l’ensemble des charges fixes réellement dépensées. Les frais généraux
non affectés sont constatés en charges.

Décidemment, la comptabilité analytique continue à alimenter la


comptabilité financière. Cette règle signifie que la méthode du
coût complet « consacrée » par la comptabilité de gestion doit être
appliquée par les entreprises industrielles cependant adoucie pour
ne pas altérer le coût des produits par l’imputation rationnelle des
charges fixes.

75
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Sont exclus du coût de production :

 Les frais de distribution ;

 Les coûts de gaspillage ;

 les frais d’administration ;

 les coûts de stockage à moins qu’ils ne soient nécessaires.

Les charges d’emprunt peuvent être incluses dans le coût des stocks
mais sous certaines conditions (le stock doit être qualifié c'est-à-dire il
nécessite une longue durée de fabrication)

Ça devient une noria ! L’assertion décrite en comptabilité


analytique : « il ne faut pas confondre coût de production et coût de
revient » est imposée par cette règle. Le coût de revient qui incorpore
les frais de distribution, les frais d’administration, le coût de stockage
lié à la distribution est la base de calcul du prix de vente. La production
stockée ne doit pas être altérée par ces charges. En outre, le gaspillage
est une perte selon la logique économique. Son incorporation dans le
coût de production et même dans le coût de revient est injustifiée.
L’indicateur de performance d’un centre de profit ROCE10 ne doit pas
être « gonflé » par le gaspillage en le facturant au client. Le pilotage de
la performance induit la lutte contre le gaspillage. La comptabilité
financière inspirée par la comptabilité analytique sur la mesure des

10
La rentabilité économique est le rapport entre le résultat opérationnel net de
l’impôt sur le résultat et les capitaux investis (immobilisations nette + BFR)
76
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

stocks invite les contrôleurs de gestion à développer des mécanismes et


des recommandations afin d’utiliser les ressources d’une manière
efficiente.

Exemple pédagogique 01
La société ABC a engagé durant l’année 2018 les frais suivants dans
le cadre de son activité de production de biens :

■ Achat matières premières : 200 000


■ Droits de douane : 50 000
■ TVA (dont 20 000 non récupérable) : 41 650
■ Remise obtenue : 5 000
■ Frais financiers : 2 000
■ Frais de personnel (dont 80 000 relatifs à la main d’œuvre de
production) : 100 000
■ Amortissements d’équipements industriels : 30 000
■ Amortissements bâtiments de l’usine : 20 000
■ Amortissements divers (siège de la société) : 10 000
■ Frais commerciaux : 5 000
■ Frais généraux de production : 25 000
Le niveau réel de production est de 10 000 unités alors que la capacité
réelle de production est estimée à 20 000 unités. Les stocks de début
d’exercice sont nuls, et la société n’a réalisé aucune vente.
1. Quel est le coût d’acquisition des matières premières ?
2. Déterminer le coût de transformation ?
77
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3. Déterminer le coût des stocks de produits finis ?


4. Passer les écritures comptables adéquates ?
Solution
1. Le coût d’acquisition des stocks (matières premières) :
Coût d’acquisition =200 000 + 20 000 + 50 000 – 5 000 =265 000
DZD ; les frais d’approche sont constitués des droits de douanes et des
taxes non récupérables mois la remise obtenue.

381 Achat de matières premières 265 000


44566
TVA déductible sur autres biens et services 21 650
401 Fournisseurs de biens et services 286 650

31 Stock de matières premières 265 000


381 Achat de matières premières 265 000

2. Le coût de transformation :
Coût de transformation = 80 000 + 30 000 x 50% + 20 000 x 50% +
25 000 x 50% = 117 500 DZD

Les charges indirectes fixes ne sont incorporées qu’à hauteur de


50% car le niveau réel de production est égal à la moitié de la
capacité réelle de production

3. Le coût des stocks de produits finis

Coût du stock de produits finis = Coût d’acquisition+ Le coût de


transformation
Coût du stock de produits finis = 265 000 + 117 500
78
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Coût du stock de produits finis = 382 500 DZD


Enregistrement dans les comptes :

601 matières premières consommées 265 000


31 Stock de matières premières 265 000
355 Stock de produits finis 382 500
72 Production stockée 382 500

B. Les formules de déstockage

La nouvelle norme algérienne sur les stocks distingue deux formules


de déstockage :

1) Formule du Coût Moyen Pondéré


Elle consiste à faire la moyenne pondérée du coût des éléments
existants en début de période et du coût des éléments achetés ou
produits au cours de la période. Cette moyenne peut être calculée
périodiquement ou lors de la réception de chaque nouvelle livraison.

2) Formule du FIFO
Elle consiste à affecter aux éléments de stocks vendus ou consommés
le coût des plus anciens éléments en stock. Le coût des stocks à la
clôture sera celui des plus récents articles achetés ou produits.

Méthode supprimée : la formule du LIFO qui suppose que les


éléments du stock qui ont été acquis ou fabriqués les derniers sont
vendus les premiers. Le coût des stocks à la clôture sera celui des

79
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

derniers achetés ou premiers vendus. Il est important de signaler


que la méthode du LIFO est proscrite car la tendance des prix des
matières premières est inflationniste. Pour éviter de traduire dans
les comptes une information sur les stocks éloignée de la réalité du
marché, cette méthode de déstockage a été abrogée par le SCF.
L’argument utilisé par certains pédagogues pour justifier cette
règle en donnant comme argument pédagogique que si la société
déstocke par le LIFO, elle se retrouvera avec un stock périmé ou
un stock mort est non pertinent. Il ne faut pas confondre gestion
de stock et processus informationnel. Avez-vous vu un magasinier
déstocké une palette par le coût moyen pondéré ? Gérer son stock
par le FIFO est une évidence managériale mais pour informer les
utilisateurs, les méthodes de déstockage sont des conventions
comptables, les sociétés sont libres d’utiliser le FIFO ou le Coût
moyen pondéré cependant le choix est permanent dans le cas de
changement de méthode, l’impact du changement doit être
accueilli en fonds propres.

Exemple pédagogique 02
La société ABC utilise pour sa fabrication une matière M.
Le stock au 1er janvier 2018 de cette matière M était de 100 unités à
3 200 DZD.
Les entrées suivantes ont été constatées au cours de l’année 2018 :
■ 1er mars : 250 unités pour 852 500 DZD ;

80
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

■ 1er juillet : 200 unités pour 686 000 DZD ;


■ 1er octobre : 100 unités pour 346 000 DZD ;
■ 1er décembre : 50 unités pour 173 500 DZD.
Les sorties suivantes ont été constatées au cours de l’exercice 2018 :
■ 1er avril : 230 unités ;
■ 1er septembre : 120 unités ;
■ 1er novembre : 100 unités.

Le stock final en quantité peut être évalué à :


100 + 250 + 200 + 100 + 50 – 230 – 120 – 100 = 250 unités.

L’évaluation du stock au 31/12/2018 peut être effectuée selon


différentes méthodes :
a) Méthode FIFO : Premier entré premier sorti
Le stock final se compose des derniers lots entrés :
■ 1er juillet : 100 unités à 3 430 DZD ;
■ 1er octobre : 100 unités à 3 460 DZD ;
■ 1er décembre : 50 unités pour 3 470 DZD.
Soit : 50 x 3 470 + 100 x 3 460 + 100 x 3 430 = 862 500 DZD
Le stock final peut être évalué à 862 500 DA.
b) Méthode du coût moyen pondéré :
b). 1. Méthode du CMP sur une durée moyenne de stockage :
On peut considérer que la durée moyenne de stockage est de trois
mois et demi :
81
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

■ Stock moyen : (100 + 250) / 2 = 175 unités


■ Entrées de l’année : 600 unités
■ Durée de stockage : (12 x 175) / 600 = 3 mois et demi
Il faut donc reprendre les entrées de la dernière période (du
15/09/2018 au 31/12/2018).
Coût moyen de ces entrées : (100 x 3 460 + 50 x 3 470) / (100 + 50) =
3 463,33
Stock final : 3 463, 33 x 250 = 865 833 DA

C. Évaluation et dépréciation des stocks à l’inventaire

L’évaluation des stocks à l’inventaire se fait à la valeur la plus faible


entre leur coût et la valeur réalisable nette. La perte de valeur pour
dépréciation des stocks n’est pas selon le SCF une provision mais une
diminution du stock comptabilisé en charge au titre de l’exercice. La
reprise de perte de valeur sera comptabilisée en produit par la
diminution de la dépréciation comptabilisée antérieurement.

1) Les stocks d’approvisionnements


Évaluation de la valeur réalisable nette (VRN) :
Pour les stocks de marchandises : la valeur de marché.
Pour les stocks de matières premières : le coût de remplacement.

Lorsque la valeur réalisable nette des stocks des matières


premières devient inférieure à leurs coûts et que le coût des
82
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

produits finis atteint un niveau supérieur à leur VRN, on doit


constater une dépréciation des stocks de matières premières. Dans
le cas où la VRN du stock des produits finis est supérieure au coût
de ces derniers, aucune perte de valeur ne doit être comptabilisée
sur les matières premières.

Toute perte de valeur sur stock doit être comptabilisée en charges.

Si la valeur réalisable nette a augmenté, on procède à une reprise du


montant déprécié à hauteur de la valeur la plus faible du coût et de la VRN.

2) Les stocks de produits


La valeur réalisable nette des stocks de produits est évaluée au prix de
vente. Lorsque la valeur réalisable nette devient inférieure au coût, on
procède à une dépréciation.

Toute dépréciation est constatée en charges par la constatation d’une


perte de valeur pour dépréciation des produits finis.

Si la valeur réalisable nette a augmenté, on procède à une reprise du


montant déprécié à hauteur de la valeur la plus faible du coût et de la
valeur réalisable nette.

83
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple pédagogique 03
Calcul de la valeur réalisable nette

Quelle est la valeur de réalisation nette d’un produit dont le coût d’en-
cours de production est de 200 000 DZD, le coût d’achèvement sera
de 5 000 DZD et les frais de distribution de 1500 DZD ?

Solution
La VRN est de 200 000 + 5 000— 1 500 = 203 500 DZD

Exemple pédagogique 04 :

La société MENRAD fabrique 3 types de produits :

Type de produit 1 2 3
Unités au 31.12.18 1 000 1 500 2 000
Prix de vente 31.12.18 (DZD) 20 22 40
Coûts (DZD)
Matières premières 8.50 11.00 15.10
Frais de personnel 7.40 8.50 8.40
Frais généraux directs 2.20 4.00 5.50
Frais d’administration 2.00 3.00 4.00
Frais de commercialisation 1.00 2.00 4.00

Quelle est la valeur des stocks au 31/12/2018 sachant que la société


MENAD applique le nouveau système comptable ?

84
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Solution :

Type de produit 1 2 3
Coûts :
Matières premières 8.50 11.00 15.10
Frais de personnel 7.40 8.50 8.40
Frais généraux directs 2.20 4.00 5.50
Total 18.10 23.50 29.00

Valeur nette réalisable (DA)


Prix de vente – 19.00 20.00 36.00
Frais commercialisation
Montant de la dépréciation - 3,5 -
Valeur retenue dans les stocks 18.10 20.00 29.00
(dépréciation)
Unités 1 000 1 500 2 000
TOTAL 18 100 30 000 58 000
Total valeur des stocks au
31/12/18 est 106 100 DA

85
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Enregistrement dans les comptes au 31/12/2018 :

685 Dotation aux pertes de valeur sur actifs courants 5 250*


395 Pertes de valeur sur stocks de produits 5 250

* perte de valeur = 3,5*1500

Exemple pédagogique 05
Au 31/12/2018, nous avons :
■ Coût d’acquisition des stocks de matières premières : 1 200 000
DZD ;
■ Coût de production des produits finis : 1 700 000 DZD ;
■ Valeur de réalisation nette (VRN) des produits finis : 1 500 000
DZD ;
Pour quelle valeur les stocks de matières premières figureront-ils au
bilan sachant que :
■ Hypothèse 1 : la valeur réalisable nette des matières premières
est de 1 000 000 DZD
■ Hypothèse 2 : la valeur réalisable nette des matières premières
est de 1 300 000 DZD
■ Hypothèse 3 : la valeur réalisable nette des produits finis est de
1 800 000 DA et la valeur réalisable nette des matières premières
est de 800 000 DZD.

86
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Solution
Hypothèse 1 : dépréciation des stocks de produits finis et des stocks
de matières premières à la VNR.
Hypothèse 2 : dépréciation à la VNR des stocks de produits finis.
Hypothèse 3 : aucune dépréciation n’est effectuée. Même sur les
matières premières car l’intention économique est de transformer
la matière première en produits finis. Le fait que la VRN des
produits finis est supérieure au coût de production, dans lequel on
incorpore la consommation de matières premières, est
récupérable. Donc, aucune raison de déprécier les matières
premières.

IV. Les emballages

Les emballages commerciaux sont destinés à contenir les


marchandises et produits livrés à la clientèle : bouteilles, bidons,
caisses, cartons, boites…etc.
Suivant l’usage qui en fait, on distingue trois sortes d’emballages :

Les emballages perdus ne sont pas repris par le vendeur. Le prix de


la marchandise comprend la valeur de l’emballage (en conséquence, il
n’y a pas de compte ventes d’emballages perdus).

87
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Les emballages récupérables sont livrés avec la marchandise mais ils


sont repris par le vendeur. Lors de la vente des marchandises, ils
peuvent être consignés ou prêtés.

Les emballages à usage mixte sont ceux qui sont indifféremment


destiné soit être vendus en même temps que les marchandises, soit être
consignés ou prêtes aux clients.

1) les acquisitions d’emballages


Les emballages récupérables définis précédemment sont classés en
deux catégories :

- Les emballages récupérables identifiables considérés comme des


immobilisations (emploi intermédiaire). Ils peuvent être individualisés
à l’aide de marques, de numéros…etc.

- Les emballages récupérables non identifiables considérés comme


des approvisionnements (emploi définitif) ce sont ceux qui sont
fongibles ou dont l’identification présente trop de difficultés.
En conséquence, suivant le cas, une acquisition d’emballage peut
mettre en jeu un compte d’approvisionnement ou un compte
d’immobilisations.

88
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

1.1 Comptes d’approvisionnements

3261-emballages perdus.
3265-emballages récupérables non identifiables.
3267-emballages à usage mixte.

Toutes les règles étudiées par ailleurs concernant les achats et les
stocks s’appliquent à ces emballages.

2.2 compte d’immobilisations

2186- emballages récupérables identifiables.


Toutes les règles qui seront étudiées dans le chapitre sur les
immobilisations à l’instar de celles concernant les acquisitions, les
amortissements, les pertes de valeur, les cessions d’immobilisation
s’appliquent à ces emballages.

Remarque : notons la présence du 6 en troisième position du numéro


de compte des approvisionnements et en quatrième position du
numéro de compte d’immobilisation, ce que nous retrouverons pour
tous les comptes relatifs aux emballages. Cette adaptation de la
nomenclature est inspirée du PCG français vu la similitude
significative entre les deux plans comptables.

89
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2) comptabilisation, chez le client, des emballages à


rendre

Les facturations sont faites sans exprimer de TVA sur les prix de
consignation.
Cette règle est d’application générale.

2.1 Consignation

Exemple : AMINE reçoit de son fournisseur ADEL la facture


suivante :

Marchandises (brut) 100 000.00 DZD


Remise 10% 1000.00 DZD

90 000.00 DZD
TVA 19,00 % 17 100 DZD

107 100 DZD


Emballages : 10 palettes À 1100 DZD l’une 11 000.00

TOTAL A PAYER 118 100.00 DZD

Le flux des emballages accompagne le flux des marchandises. Le


client note l’entrée de ce flux comme il note l’entrée des
marchandises. La dette envers le fournisseur est égale au prix net de la
marchandise augmenté de la valeur des emballages.

En fait ; les emballages appartenant toujours aux fournisseurs, il en


résulte une créance du client sur son fournisseur qu’il pourra réaliser
90
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

lorsque les emballages seront rendus. D’où l’enregistrement au débit


d’un compte 4096-fournisseurs, créances pour emballages à rendre.
Dans ce numéro, le 9 en troisième position exprime qu’il s’agit d’un
compte à solde de sens contraire à celui de son compte de
rattachement.

380 Achat de marchandises 90 000


44566 Etat, TVA déductible sur autres biens et services 17 100
4096 fournisseurs, créances pour emballages à rendre 11 000
401 Fournisseurs de stock et services 118 100

30 Stock de marchandises 90 000


380 Achat de marchandises 90 000

2.2 Retour :

a) Première hypothèse : au prix de consignation


AMINE retourne les mêmes emballages à ADEL dans les délais
prévus. Il reçoit ensuite une facture d’avoir de 11 000 DZD.
La créance du client sur le fournisseur n’est plus liée aux emballages,
d’où l’écriture :

401 Fournisseurs de stock et services 11 000


4096 fournisseurs, créances pour emballages 11 000
à rendre
Le compte fournisseurs n’a plus pour le client qu’un crédit de
107 100 DZD ou nul s’il y a eu règlement.

91
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

B) Deuxième hypothèse : à prix de reprise inférieur au prix de


consignation

AMINE retourne les emballages à ADEL, mais le montant de la


facture d’avoir est de 10 000 DZD, soit 1000 DZD par emballage.

Le fournisseur se fait payer 11 000 DZD et ne rembourse que 10 000


DZD ; il considère qu’en fournissant les emballages pour la livraison
des marchandises il a rendu un service à son client. AMINE devra
noter cette consommation de service ou emploi définitif. Le système
comptable financier a prévu le compte de charges 6136 locations,
malis sur emballages.
Cette location est soumise à TVA et diminue le montant net de la
facture d’avoir adressée au client :

TVA sur malis sur emballage = 1000- (1000/19%)

401 Fournisseurs de stock et de services 10 000


6136 Location, malis sur emballage 840,33
44566 Etat, TVA déductibles sur autres biens et services 159,67
4096 Fournisseurs créances pour emballage à 11 000
rendre

2.3 Non-retour :

AMINE ne rend pas les emballages à ADEL ; considérons qu’il s’agit


d’emballages récupérables non identifiables.

92
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Dans ce cas, le client ne recevra pas de facture d’avoir. La dette


envers le fournisseur (11 000 DZD) ne diminuera pas. Las emballages
ne sont plus à rendre, en fait, ils sont achetés par le client.il faut
solder le compte 4096 et constater l’achat d’emballages. On
remplace un compte par un autre (virement comptable). Une facture
est adressée au client qui mentionne la TVA sur les emballages
vendus.

3265 Achat d’emballages récupérables non 9 243,7


identifiables
44566 Etat,
Etat,
TVA TVAdéductibles
déductibles
sur sur
autres
autres
biens et et 1756,3
biens services
services
4096 Fournisseurs créances pour 11 000
emballage à rendre

Le compte 2186 serait débité s’il s’agissait d’emballages identifiables.


Si les emballages sont détruits ou inutilisables, ils peuvent être
enregistrés au compte 6586- Emballages perdus.

3. Comptabilisation, chez le fournisseur, des emballages


Consignés :

3.1 Consignation
Exemple
NADIR adresse à son client SADEK la facture suivante :
Marchandises 200 000 DZD
TVA 19% 38 000 DZD

238 000 DZD

93
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Emballages consignés 15 000 DZD


Total à encaisser 253 000 DZD

Le flux des emballages accompagne le flux des marchandises. Le


fournisseur note le départ de ce flux (ou passif) comme il note la sortie
des marchandises. La facture lui procure une créance (ou actif) de 253
000 DZD sur son client. Les emballages consignés restent la propriété
du fournisseur, leur départ avec consignation fait naitre une dette
puisqu’il faudra rendre la consignation, lors du retour.
D’où l’enregistrement au crédit d’un compte 4196 – clients, dettes
pour emballages consignés.
Notons également, comme pour le 4096, le 9 en troisième position.

411 Clients 253 000


700 Vente de marchandises 200 000
44571 Etat, TVA collectée 38 000
4196 Clients, dettes pour emballage 15 000
consignés

3.2 Retour :

a) Première hypothèse : au prix de consignation


SADEK retourne les mêmes emballages dans les délais prévus.
NADIR lui adresse une facture d’avoir de 15 000 DZD.

94
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La dette du fournisseur à l’égard du client n’est plus liée aux


emballages, d’où l’écriture :

4196 Clients, dettes pour emballages consignés 15 000


411 Clients 15 000

b) Deuxième hypothèse : à un prix de reprise inférieur au prix de


consignation

SADEK retourne les emballages mais la facture d’avoir émise par


NADIR ne prévoit qu’un remboursement de 14 000 DZD.
C’est le fournisseur, cette fois, qui fait payer au client le prix du
service rendu, en mettent des emballages à sa disposition. Le prix du
service rendu est une ressource produite par le fournisseur. Le système
comptable financier n’a prévu aucun compte mais on peut utiliser le
compte de produit 708- Produits des activités annexes.
La facture d’avoir doit faire apparaître la TVA sur 15000-14 000=1000
DZD
1000 – (1000/19%)= 159,33 DZD

4196 Clients, dettes pour emballage consignés 15 000


411 Clients 14 000
44571 Etat, TVA collectée 159,33

708 Produits des activités ordinaires 841,67

95
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3. 3 Non-retour
a) Premier cas : emballages non identifiables

SADEK conserve les emballages. NADIR ne lui adressera pas de


facture d’avoir. Les emballages seront payés par le client en même
temps que les marchandises. Le client devient propriétaire des
emballages. Pour le fournisseur, il n’y a plus d’emballages
consignés.il doit enregistrer la vente des emballages et cela en faisant
apparaître une TVA collectée de : 15 000 – (15 000/19%) = 2 395
DZD
D’où l’enregistrement :

4196 Clients, dettes pour emballage consignés 15 000


44571 Etat, TVA collectée 2 395
708 Produits des activités annexes 12 605
(vente d’emballage)

B) Deuxième cas : emballages identifiables


Puisqu’il s’agit d’immobilisations, leur non-retour se traduit par une
cession d’élément d’actif immobilisé et elle doit être traitée comme
telle (outre le solde du compte 4196) en ce qui concerne :
- Les amortissements,
- La comptabilisation de la cession,
- La taxe sur la valeur ajoutée.

96
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Remarque : le prêt d’emballages ne donne pas lieu à un


enregistrement dans les comptes. Il est bon, cependant, de noter sur un
carnet spécial les sorties et les retours d’emballages prêtés.

97
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

V. Les ventes

1. Conditions de comptabilisation d’une vente

Les produits des activités ordinaires provenant de la vente de biens


doivent être comptabilisés lorsque les conditions suivantes sont
satisfaites :
- l'entreprise a transféré à l'acheteur les risques et avantages
économiques importants inhérents à la propriété des biens ;
- l'entreprise ne continue ni à être impliquée dans la gestion, telle
qu'elle incombe normalement au propriétaire, ni dans le contrôle
effectif des biens cédés ;
- le montant des produits des activités ordinaires peut être évalué
de façon fiable ;
- il est probable que des avantages économiques associés à la
transaction iront à l'entreprise ;
- les coûts encourus ou à encourir concernant la transaction
peuvent être évalués de façon fiable.

Les ventes à l’étranger ne présentent pas de particularités notables par


rapport aux ventes sur le territoire national.
Les produits provenant de ventes ou de prestations de service et autres
activités ordinaires sont évalués à la juste valeur de la contrepartie
reçue ou à recevoir à la date de la transaction.

98
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

En règle générale, la date de comptabilisation est celle de la


facturation. Toutefois, si la date de transfert économique du bien est
antérieure ou ultérieure à la date de facturation alors il faut
comptabiliser la vente à la date de transfert économique.
Le produit de vente doit être comptabilisé net de toutes les réductions
commerciales (remises, ristournes ou rabais) et de toutes les
réductions financières (escompte de règlement).

2. Analyse comptable
La comptabilisation s’opère à l’aide de comptes de produits (70 :
ventes), de comptes de trésorerie (512 : banques ou 530 : caisse) en
cas de vente au comptant ou de comptes de tiers (411 : clients) en cas
de vente à crédit.

Transaction vente comptabilité du vendeur

Actif -Si vente à crédit : compte de tiers (créances) 411 : clients


(débit) -Si vente au comptant : de trésorerie (512, 517 ou 530)
Analyse
comptable Produit et -Créations de valeur dans le cadre de l’activité normale et
dette fiscale courante :
(crédit) Compte 70.ventes de produits fabriqués, prestations de
services, marchandises (montant HT).
-compte 44571- TVA collectée pour la dette de TVA.
Ecriture
411 Client Montant TTC
Ou 51 et 53
70 Ventes Montant HT
44571 Etat, TVA TVA
collectée
Comptes spécifiques Les comptes de ventes, avec les subdivisions prévus par le
SCF (voir ci-dessous).

99
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Subdivision des comptes de vente

70 : ventes de produits fabriqués, prestations de services, marchandises


700 Ventes de marchandises
701 Ventes de produits finis
702 Ventes de produits intermédiaires
703 Ventes de produits résiduels
704 Vente de travaux
705 Vente d'études
706 Autres prestations de services
708 Produits des activités annexes
709 Rabais, remises et ristournes accordés

Lorsque la distinction n’est pas significative, les comptes 701et 702


peuvent être regroupés dans un seul compte 701- Ventes de produits
finis et intermédiaires.
C’est le degré d’élaboration des produits qui commande la classification
intermédiaire, finie et résiduelle.
Les comptes 600 et 700 sont symétriques (ce qui permet de les
comparer afin de calculer un résultat sur l’activité de négoce).
Le compte 708 concerne notamment les produits des locations, de mise
à disposition de personnel, les emballages… etc. (lorsque ces activités
ne constituent pas l’activité principale de l’entreprise).

100
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3. Complément

Les prestations sont comptabilisées en produits au moment de leur


achèvement (qui coïncide en général avec la facturation). Les
prestations continues sont à rattacher aux différents exercices
concernés Selon la méthode à l’avancement (cette contrainte pèse sur
les «opérations de fin d’exercice »).

4. Applications

Exemple 01

L’entreprise AHMED SARL a réalisé les opérations suivantes en


février 2018 (TVA à 19% ; les ventes s’accompagne de l’octroi d’un
crédit.

Enregistrer ces factures dans le livre-journal de l’entreprise AHMED


SARL (on Négligera les écritures relatives aux règlements).

101
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Numéro Date Nom Numéro Objet de la facture Montant


de De client de HT
facture compte (en DZD)

001 231 5 FARID 4110 Réparation Microprocesseur 2 000

001 232 9 Méga- News 4112 Vente écran 17 pouces 3 400

001 233 11 Déchets-Info 4114 Matériaux au rebut 5 00

001 234 12 Nacer SPA 4113 Vente imprimante laser 4 000

001 235 14 Amel SPA 4111 Vente de scanner 5 000

001 236 16 Bilal 4117 Vente extension disque 2 500

001 237 19 Nacer SPA 4113 Réparation de scanner 1 000

001 238 21 Mourad SPA 4115 Réparation micro 1 200

AV 139 24 Méga- News 4112 Retour écran défectueux 3 400

001 239 26 Malek SPA 4119 Vente circuits imprimés 2 800


assemblés

SOLUTION

5 Février
4110 CLIENT FARID 2 380,00
706 Prestations de services 2 000
44571 Etat, TVA collectée 380
FACTURE n°001 231

102
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

9 Février
4112 CLIENT Méga- News 4 046
7001 Ventes de marchandises-Ecrans 3 400
44571 Etat, TVA collectée 646
FACTURE n°001 232

11 Février
4114 CLIENT Déchets-Info 595,00
703 Ventes de produits résiduels 500
44571 Etat, TVA collectée 95
FACTURE n°001 233

12 Février
4113 CLIENT Nacer SPA 4 760
7002 Ventes de marchandises- 4 000
imprimantes laser
44571 Etat, TVA collectée 760
FACTURE n°001 234

14 Février
4111 CLIENT Amel SPA 5 950
701 Ventes de produits finis 5 000
44571 Etat, TVA collectée 950
FACTURE n°001 235

16 Février
4117 CLIENT Bilal 2 975,00
7003 Ventes de marchandises- 2 500,00
Extension disque dur
44571 Etat, TVA collectée 475
FACTURE n°001 236

103
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

19 Février
4113 CLIENT Nacer SPA 1 190,00
706 Présentations de services 1 000,00
44571 État, TVA collectée 190
FACTURE n°001 237

21 Février
4115 CLIENT Mourad SPA 1 428,00
706 Prestations de services 1 200
44571 Etat, TVA collectée 228
FACTURE n°001 238

24 Février
7001 Ventes de marchandises- Ecrans 3 400
44571 Etat, TVA collectée 646
4112 Clients Méga- News 4 046
FACTURE n° AV 139

26 Février
4119 CLIENT Malek SPA 3 332
702 Ventes de 2 800
produits d’intermédiaires
44571 Etat, TVA collectée 532
FACTURE n°001
239

Exemple 02 : Constatation des ventes avec escomptes de règlement


La société CAPEX, représentant exclusif algérien d’un groupe
industriel italien spécialisé dans la fabrication de machines agricoles
dotées d’une technologie avancée, vend à l’un de ses clients de la
région centre une moissonneuse-batteuse d’une valeur égale à

104
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2 000 000 DZD avec les conditions de vente suivantes : 2 / 15. Elle lui
accorde donc une réduction financière de 2% si le règlement a lieu
dans les 15 jours. L’aspect fiscal est négligé.
Comment comptabiliser la vente selon le SCF?
Solution
Dans ce cas, la société CAPEX accorde un crédit gratuit de 15 jours à
son client. Au moment de la vente, l’écriture est la suivante :

411 Client 1 960 000


700 Ventes de marchandises 1 960 000
Facture N° …

Si le client paie dans les 15 jours, il va débourser 1 960 000 DZD.


L’écriture sera alors :

512 Banque 1 960 000


411 Clients 1 960 000
Règlement

Par contre, si le client paie après les 15 jours de délai, il paiera 2 000 000
DZD. La différence de 40 000 DZD est alors un produit financier pour
CAPEX.

512 Banque 1 960 000


411 Clients 1 960 000
768 Autres produits financiers 40 000
Règlement

105
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple 03 : Comptabilisation des prestations de services

Avant de partir en congé annuel, Monsieur Mourad décide le 1-Déc-18


d’acheter un billet d’avion afin d’effectuer un voyage à destination du
Pérou prévu le 10-Jan-2019, pour la coquette somme de 100 000 DZD.

Question :

La compagnie de transport doit-elle enregistrer le produit à la


date d’achat du billet ? Commentez ?

Solution :

Au 1-Déc-18, aucun produit n’est enregistré dans le compte de résultat


car la prestation de services (transport aérien) n’étant pas encore
rendue. Mais, en même temps, le mouvement de trésorerie de 100 000
DZD lié au paiement du billet est comptabilisé au débit d’un compte
de trésorerie par le crédit d’un compte de dettes étant donné que la
compagnie a encaissé le prix du billet sans avoir fourni le service
correspondant :

512 Banque 100 000


419 Avance reçue du client (tiers Mourad) 100 000

106
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

En 2019, les comptables de la compagnie aérienne devront s’assurer


de bien retraiter le compte de dettes « avance reçue du client » et de le
transférer dans les produits du compte de résultat lorsque le produit
sera définitivement acquis et le service rendu, le plus souvent au début
de voyage, précisément au moment où le client présente son billet à
l’embarquement.

419 Avance reçue du client (tiers Mourad) 100 000


706 Prestation de services 100 000
Règlement

VI. Les réductions sur achats et ventes :

Dans le cadre de relations commerciales habituelles, des réductions


de prix sont couramment pratiquées .Elles peuvent prendre la forme
de réductions de nature financière (escomptes) déjà étudiées infra ou
de nature commerciale (rabais, remises, ristournes).

Elles se greffent sur une transaction de base (l’achat/vente) pour en


modifier le montant et s’analysent toujours en une diminution :
- de la valeur créée chez le vendeur (diminution de produits ou
augmentation de charges) ;
- de la valeur consommée chez l’acheteur (diminution de charges ou
augmentation de produits).

107
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Les réductions peuvent figurer sur la facture classique initiale ou sur


une facture particulière : La facture d’avoir.

A. classification des réductions

Réductions à caractère commercial

Elles relèvent de la politique commerciale des tiers.

Rabais : réduction pratiquée exceptionnellement sur le prix de vente


préalablement convenu pour tenir compte, par exemple, d’un défaut
de qualité.
Remise : réductions pratiquées habituellement sur le prix de vente en
considération, par exemple, de l’importance de la vente ou de la
profession du client.
Ristourne : réduction de prix calculée sur l’ensemble des opérations
faites avec le même tiers pour une période déterminée.

Réductions à caractère financier : les escomptes de règlement


Elles concernent la politique financière des fournisseurs. Les
escomptes sont accordés en cas de paiement à une date antérieure à
celle prévu par les conditions générales de vente appliquées au client.

108
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

B. Pièces comptables

Type de réduction Pièces comptables concernées

Rabais
Remises Figurent sur une facture classique en
diminution du prix de vente hors taxe.

Ristournes Facture d’avoir (envoyée par le fournisseur


en faveur du client)

Escomptes Facture classique ou facture d’avoir


ultérieure.

C. Terminologie

Présentation d’une facture classique comportant à la fois des


réductions commerciales et une réduction financière.

Montant brut HT
- Rabais ou remise

= Net commercial
- Escompte

= Net financier
+ TVA (taux appliqué)
Au net financier

=NET à PAYER

109
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Analyse comptable

1. Réductions à caractère commercial figurant sur une facture


classique

- Chez l’acheteur, les comptes 38 ou 61 et 62 sont débités pour le


NET COMMERCIAL ;
- Chez le vendeur, les comptes 700 à 708 sont crédités pour le
NET COMMERCIAL (la dette et la créance sont diminuées,
d’autant, avec modification du montant de la TVA).

2. Réductions à caractère commercial figurant sur une facture


d’avoir

Remarques
- Les comptes 609 et 709 fonctionnent en sens inverse du compte de
rattachement.
- Ils peuvent être codifiés de la même façon que les comptes de
rattachement.

Exemples
6090- PRR obtenus sur achats de marchandises
7091- PRR accordée sur ventes de produits finis

110
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

vendeur Acheteur

Analyse débit - diminution du chiffre d’affaires - Si la facture d’avoir s’accompagne d’un chèque :
Comptable Antérieur. trésorerie.
- diminution de la TVA collectée - Sinon, diminution de la dette envers le fournisseur.
Initialement.
crédit -Si la facture d’avoir s’accompagne d’un chèque : - diminution des consommations de biens antérieures.
trésorerie. - diminution de la TVA déductible initialement.
- Sinon, diminution de la créance sur le client.

Ecriture
PRR accordée par 401 Fournisseurs
709 l’entreprise HT Ou51 Ou Trésorerie TTC
44571 Etat, TVA collectée TVA 609 PRR obtenus sur achats HT
411 CLIENT TTC 44566 Etat, TVA déductible TVA
Ou trésorerie Sur ABS

Comptes spécifiques 709-Rabais, remises et ristournes accordés par 609-Rabais, remises et ristournes obtenus sur achats.
l’entreprise.

111
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

APPLICATION
Les opérations suivantes se sont déroulées au mois de mars 2018 entre
le fournisseur Farid et son client Mourad (TVA au taux normal,
conditions de vente : crédit de tente jours à compter de la date de
facturation). Le client est négociant : il achète pour revendre en l’état.

06 mars : facture n°301 ; vente de produits finis : montant brut HT 200


000 DZD ; remises de 1% et 2% (deux remises en cascade).

08 mars : facture n°302 ; vente de marchandises : montant brut HT 50


000 DZD : remise de 2% ; escompte de règlement de 3%.

12 mars : facture d’avoir AV 01 : ristourne de 4 % accordée sur le


chiffre d’affaires du mois de février N ; montant du chiffre d’affaires
TTC : 500 000 DZD.

14 mars : facture n° 303 ; ventes de produits finis : montant brut HT


80 000 DZD ; remise de 1%. La facture comporte également un rabais
de 2% accordé sur la facture n°303 et calculé sue le net commercial.

21 mars : facture d’avoir AV 02 : au titre d’un escompte accordé sur la


facture n° 301 pour paiement anticipé : 3%.

112
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

28 mars : facture d’avoir AV 03 : pour remise supplémentaire de 1,5%


sur la facture 303 du 14 mars, nette taxe.
1. Présenter les décomptes des calculs figurant sur chaque facture.
2. Présenter les enregistrements dans le livre journal de Farid et
dans celui de Mourad.

1. Décomptes de factures :

Facture 301 du 6/03 Facture 302 du 8/03


Montant HT 200 000 Montant HT 50 000
Remise 1% - 2 000 Remise 2% - 1 000
Net com. 49 000
1er net com. 198 000
Remise 2% - 3 960 Escompte 3% - 1 470
Net com. 194 040
Net financier. 47 530
TVA 19 % + 38 867,6
Net à payer 230 907,8 TVA 19% 9 030,7
Net à payer 55 560,7

Facture AV 01du 12/03


Ristourne 4% Facture AV 02 du 21/03
Base HT : 500 000 * 1/1,19 Escompte accordé sur la facture
Rist 4% 16 806,72 301 du 6 mars
3% * 194 040 = 5 821,2
TVA 19% 3 193.28 TVA 19 % + 1106

Ristourne TTC 20 000,00 Escompte


5 675,02 TTC 6 927,22

113
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Facture 303 du 14/03 Facture AV 03 du 28/03


Montant HT 80 000 Remise 1,5% sur la facture 303
Remise 1% - 8 000 du 14 mars :
1,5% * 70 560 = 1 058,40
1er net com. 72 000 TVA 19 % + 201,1
Rabais 2% Net de taxe. 1 259,5
s/fact 303 - 1 440

Net com. 70 560


TVA 19% + 13 406,4

Net à payer 83 966,4

2. enregistrement au livre journal : Comptabilité de Farid


(fournisseur)

6 mars 2018
41101 Client Mourad 230 907,8
701 Ventes de produits finis 194 040
44571 Etat, TVA collectée 38 867,6
FACTURE N°301

8 mars 2018
512 Banques 55 560,7
700 Ventes de marchandises 47 530
44571 Etat, TVA collectée 9 030,7
FACTURE N°302

12 mars 2018
709 Rabais, remises et ristournes accordés par 16 806,72
l’entreprise
44571 Etat, TVA collectée 3 193.28
41101 Client Mourad 20 000
FACTURE n°AV 01

114
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

14 mars 2018
41101 Client Mourad 83 966,4
701 Ventes de produits finis 70 560
44571 Etat, TVA collectée 13 406,4
FACTURE
N°303

21 mars 2018
701 Vente de produits finis 5 821,2

44571 Etat, TVA collectée 1106


41101 Client Mourad 6 927,22
FACTURE N°AV 02 /facture 301

21 mars 2018
512 Banque 223 980,6
41101 Client Mourad 223 980,6
FACTURE N°AV 02

28 mars 2018
709 Rabais, remises et ristournes accordés par 1 058,4
l’entreprise
44571 Etat, TVA collectée 201,1

41101 Client Mourad 1 259,5


FACTURE n°AV
03/facture 303

3. enregistrement au livre journal : Comptabilité de Mourad (client)


On suppose que le Mourad utilise l’inventaire intermittent pour suivre
ses stocks

115
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

6 mars 2018
380 Achats de marchandises 194 040
44566 Etat, TVA déductible sur autres biens et 38 867,6
services
40101 Fournisseur Farid 230 907,8
FACTURE N°301

08 mars 2010
380 Achats de marchandises 47 530
44566 Etat, TVA déductible sur autres biens et 9 030,7
services
512 Banques 55 560,7
FACTURE N°302

12 mars 2018
40101 Fournisseur Farid 20 000
609 Rabais, remises, et ristournes obtenus 16 806,72
44566 Etat, TVA déductible 3 193.28
FACTURE
N°AV01

14 mars 2018
380 Achats de marchandises 70 560
44566 Etat, TVA déductible sur autres biens et 13 406,4
services
40101 Fournisseur Farid 83 966,4
FACTURE n°303

21 mars 2018
40101 Fournisseur Farid 6 927,22
380 Achat de marchandises 5 821,2
44566 Etat, TVA déductible sur 1 106
autres biens et services
FACTURE N°AV02
116
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

21 mars 2018
40101 Fournisseur Farid 223 980,6
512 Banque 223 980,6
FACTURE N°AV 02

28 mars 2018
40101 Fournisseur Farid 2 259,5
609 Rabais, remises, et ristournes Obtenus
sur achats de marchandises 1 058,4
44566 Etat, TVA déductible sur autres biens et 201,1
services
FACTURE N°AV03

117
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

VII. Les charges du personnel


La rémunération du facteur travail représente un coût pour
l’employeur. L’essentiel de coût constitue les charges de personnel.
Ce dernier est un ensemble de personnes dont chacune est liée à
l’entité par un contrat de travail
Les charges de personnel liées aux salaires d’une entreprise sont
constituées de :

Le salaire brut Les charges liées à la


sécurité sociale
Partie essentielle des charges de personnel
Calculées à partir du montant
Salaire du poste + Heures supplémentaires +
des salaires « cotisable» selon le
+ avantages en nature + primes taux en vigueur.

Les principaux comptes relatifs aux salaires et aux cotisations sociales


sont les suivants :
Les comptes de charges
Les comptes de tiers
631 Rémunérations du personnel 421 Personnel, rémunérations dues
Rémunérations de l'exploitant 422 Fonds des œuvres sociales
634 individuel Personnel, avances et acomptes
635 Cotisations aux organismes sociaux 425 accordés
Charges sociales de l'exploitant 426 Personnel, dépôts reçus
636 individuel
427 Personnel, oppositions
637 Autres charges sociales 428 Personnel, charges à payer et
638 Autres charges de personnel produits à recevoir
431 Sécurité sociale
432 Autres organismes sociaux
438 Personnel, autres charges et
produits à payer

118
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

1) Les éléments de calcul du salaire :

Tout employeur doit établir un bulletin de paie pour chaque salarié et


le lui remettra au moment de versement de chaque paie.

Les éléments de calcul du salaire sont les suivants :

Salaire brut Salaire du poste + Heures supplémentaires


+ avantages en nature + primes

Cotisations sociales Contribution du salarié au financement


salariales de la sécurité sociale (actuellement, le
taux est de 9% sur le salaire cotisable)

Salaire net de Salaire brut – cotisations sociales


cotisations

Autres retenus Impôt sur le revenu global (IRG),


Acomptes, oppositions sur salaire

Net à payer Montant que l’employeur doit régler au


salarié.

119
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2) La comptabilisation des salaires


Le compte « Personnel – rémunérations dues » est crédité des
rémunérations brutes à payer au personnel par le débit des comptes de
charges intéressés (631 Rémunérations du personnel).

Il est débité :
- du montant des avances et acomptes versés au personnel par le
crédit du compte 425 « Personnel – avances et acomptes accordés »;

- du montant des oppositions notifiées à l’entité à l’encontre des


membres de son personnel par le crédit du compte 427 – « Personnel
– oppositions » ;

- de la quote-part des charges sociales incombant au personnel par le


crédit des comptes 43 « Organismes sociaux et comptes rattachés » ;

- des impôts retenus sur salaires (IRG) par le crédit du compte 442
« Etat, impôts et taxes recouvrables sur des tiers » ;

- du montant des règlements effectués au personnel par le crédit d’un


compte de trésorerie.

Exemple 01

L’entreprise Farid vous fournit les éléments relatifs à la paie de mois


de mars 2018 :
- Acomptes versés : 150 000 DZD

120
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Salaires bruts : 2 200 000 DZD


- Heures supplémentaires : 600 000 DZD
- Cotisations sociales salariales : 200 000 DZD
- Cotisations sociales patronales : 400 000 DZD
- Impôt sur revenu global (IRG) : 350 000 DZD
3 mars 2018
425 Personnel, avances et acomptes accordés 150 000
512 Banque 150 000

22 mars 2018
631 Rémunérations du personnel 2800 000
421 Personnel, rémunération due 2800 000

22 mars 2018
421 Personnel, rémunération due 700 000
431 Sécurité sociale (salariés) 200 000
425 Personnel, avances et 150 000
acomptes accordés
442 Etat, impôts et taxes 350 000
recouvrables sur des tiers

22 mars 2018
635 Cotisations aux organismes sociaux 400 000
431 Sécurité sociale (patronale) 400 000

30 mars 2018
421 Personnel, rémunération due 2100 000
512 Banque 2100 000
P/salaires

121
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Avril 2018
442 Etat, impôts et taxes recouvrables sur 350 000
des tiers
431 Sécurité sociale (salariés+ patronale) 600 000
512 Banque 950 000
P/IRG+CNAS

Exemple 2

Présenter la paie du salarié ci-dessus désigné, pour le mois de juin 2018 :

Désignation Menrad

Fonction Commercial
Situation familiale Célibataire

Salaire de base 60 000 DZD


Heures supplémentaires 3 300 DZD
I.E.P 2 000 DZD
Prime de Rendement Individuelle 3 000 DZD
(P.R.I) 6 147 DZD
Cotisations sociales salariales 9 % 12 145 DZD
Impôt sur le revenu global selon barème

Menrad a reçu un acompte de 20 000 DZD le 5 juin 2018, en espèces.


Menrad doit faire l’objet d’une opposition sur salaire de 12 000 DZD
à cause d’un cachet humide qu’il lui a été confié par l’entreprise et
qu’il a égaré.

122
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Travail à faire
- Etablir le bulletin de paie de Menrad et passer l’enregistrement
comptable de la paie dans le journal.
- Calculer et comptabiliser les charges patronales le 24 juin 2018
- Comptabiliser le paiement du salaire le 30 juin par virement
postal.
- Comptabiliser le paiement des charges fiscales et parafiscales par
chèque bancaire le 15 juillet 2018
1) Bulletin de paie :

Eléments de la rémunération Assiette Gains Retenues


Salaire de base 60 000
Heures supplémentaires 3 300
I.E.P 2 000
P.R.I 3 000
Sécurité sociale 9% 6 147
IRG Salaire 12 145
Acompte 20 000
Opposition 12 000
Net à payer 18 008

Assiette sécurité sociale 68 300


Assiette IRG 62 153

2) Comptabilisation
5 juin 2018
425 Personnel, avances et acomptes accordés 20 000
512 Banque 20 000

123
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

24 juin 2018
631 Rémunérations du personnel 68 300
421 Personnel, rémunération due 68 300

24 juin 2018
421 Personnel, rémunération due 50 292
431 Sécurité sociale (salariés) 6 147
425 Personnel, avances et acomptes 20 000
accordés
427 Personnel, oppositions 12 000
442 Etat, impôts et taxes 12 145
recouvrables sur des tiers

Comptabilisation des charges patronales

24 juin 2018
635 Cotisations aux organismes sociaux 17 758
431 Sécurité sociale (patronale) 17 758*

* cotisation sociale patronale : 68 300 x 26% = 17 758

Paiement des salaires

30 juin 2018
421 Personnel, rémunération due 18 008
517 Autres organismes 18 008
financiers(PTT)

124
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Paiement des charges fiscales et parafiscales


15Juillet 2018
431 Sécurité sociale 23 905
442 Etat, impôts et taxes recouvrables sur des tiers 12 145
512 Banque 36 050

125
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

VIII. La trésorerie

D’après l’approche comptable, la situation de la trésorerie consiste à


suivre les soldes des comptes « 512. Banque », « 515. Trésor public et
établissements publics », « 517. Autres organismes financiers » et
« 53. Caisse ».

Le comptable doit comptabiliser les règlements et les encaissements


réalisés à l’aide des instruments de paiement (espèces, chèques,
virements et effets de commerce). En outre, il doit vérifier la
concordance des comptes « 51 » et « 53 » tenus par l’entreprise avec
ceux tenus par les institutions financières (banques, trésor public et
PTT). Enfin, il doit placer les surplus de trésorerie et faire face aux
insuffisances de liquidité.

A/ Les pièces comptables


La pièce de caisse :
La pièce de caisse ou reçu est un justificatif interne établi par une
entité à la suite d’un encaissement ou d’un paiement effectué par
espèces.
Le chèque :
Le chèque bancaire ou postal est un écrit par lequel une personne, le
tireur donne ordre à son banque ou au centre de paiement de la poste

126
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

de payer à vue une somme déterminée à une autre personne le


bénéficiaire.
Le virement :
Le virement consiste à transférer des fonds d’un compte bancaire ou
postal à un autre compte bancaire ou postal. Le virement peut être
externe ou interne c'est-à-dire soit comme direct de payer un créancier
ou pour transférer des fonds d’un compte de trésorerie de l’entité vers
un autre compte de la même entreprise.

 Comptabilisation

Les comptes retenus par le Système Comptable Financier sont les


suivants :

Encaissement :

A débiter A créditer

512Banque Encaissement de créance,


517 Autres organismes financiers vente au comptant
" CCP "' (par exemple : 411 client,
530 Caisse 70. Ventes…etc.)
.
Décaissement :

A débiter A créditer
Paiement d’une dette de stock 512 Banque
, de services, salariale... 517 Autres organismes financiers
(Exemple 40. Fournisseurs ou 530 Caisse
42 Personnel).
127
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple

Durant le mois de mai 2018, l’entreprise Kamel effectue les opérations


suivantes :
- Le 7 mai : achat d’une imprimante au comptant contre remise d’un
chèque bancaire d’un montant de 40 000 DZD HT. Le taux de TVA
est de 19%.

- Le 12 mai : achat de marchandises en espèces d’un montant de


20 000 HT. Le taux de TVA est de 19%.

- Le 17 mai : l’entreprise effectue un virement postal de 75 000 DZD


à son fournisseur Menrad pour solde de compte.

- 22 mai : vente de marchandises au comptant contre remise de


chèque. Le prix de vente est de 32 000 DZD HT. Le taux de TVA est
de 19%.
- 25 mai : achat d’une étude sur les sols payée en espèces, valeur
15 000 DZD HT. Le taux de TVA est de 19%.

07 mai 2018
218 Autres immobilisations corporelles 40 000
44562 TVA déductible sur immobilisations 7 600
512 Banque 47 600
Chèque N°

128
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

12 mai 2018
380 Achat de marchandises 20 000
44566 TVA déductibles sur autres biens et services 3800
530 Caisse 23 800
Pièce de Caisse N°

12 mai 2018
30 Stock de marchandises 20 000
380 Achat de marchandises 20 000
Bon de livraison N°

17 mai 2018
40101 Fournisseur Menrad 75 000
517 Autres organismes financiers (CCP) 75 000
Virement N°

22 mai 2018
512 Banque 38 080
700 Vente de marchandises 32 000
44571 TVA Récoltée 6 080
Chèque N°

25 mai 2018
617 Etudes et recherches 15 000
44566 TVA déductibles sur autres biens et services 2 850
530 Caisse 17 850
Pièce de caisse N°

129
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

B/ Les effets de commerce

 Le principe de règlement par effet de commerce :

La création d’un effet de commerce transforme une créance classique


en une créance mobilisable, c'est-à-dire négociable auprès d’une
banque.
La lettre de change et le billet à ordre sont des effets de commerce
dont les caractéristiques juridiques différent :

Lettre de Acte de commerce par


change nature. A travers cet
instrument commercial, le
créancier invite le débiteur
Effets de
à payer sa dette.
commerce
Billet à Acte civile, sauf si la lettre
ordre revêt un caractère
commercial. Le billet à
ordre est une promesse de
payer du débiteur

Dans la pratique des affaires, la lettre de change appelée parfois traite


est largement utilisée que le billet à ordre, probablement du fait de sa
qualité d’instrument commercial par nature.

La lettre de change est un écrit par lequel un fournisseur appelé tireur


donne l’ordre à son client appelé tiré de payer à un bénéficiaire une

130
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

somme déterminée. Le bénéficiaire peut être un tiers ou le fournisseur


soi-même.
Le billet à ordre est un écrit par lequel un client appelé souscripteur
s’engage à payer à l’ordre d’un fournisseur appelé bénéficiaire un
montant déterminé. Seulement deux personnes sont concernées par le
billet à ordre contrairement à la lettre de change. Le billet à ordre est
un engagement de payer du client alors que la lettre de change est
initiée par le fournisseur qui invite le client à payer.

 Comptabilisation à la création des effets de commerce :

Au débit du compte 413. Clients-


Chez le fournisseur Effets à recevoir à la date
d’acceptation. La créance devient
mobilisable.

Chez le client Au crédit du compte 403. Fournisseurs-


Effets à payer ; engagement de payer.

Exemple

Durant le mois d’avril 2018, l’entreprise ALMO effectue les


opérations suivantes :

- Le 5 avril, envoi par l’entreprise d’une lettre change à son client


Lyes, montant 20 000 DZD, échéance 30 avril 2018.

131
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Le 7 avril, le client Lyes envoie à l’entreprise ALMO un billet à


ordre de 25 000 DZD. Le client s’engage de payer le montant cité
supra en règlement d’une facture antérieure.

- Le 14 avril, le client Lyes accepte la lettre de change tiré par son


fournisseur ALMO.

Chez le client Lyes

07 avril 2018
401 Fournisseurs 25 000
403 Fournisseurs- effets à payer 25 000
Fournisseur ALMO-
Billet à ordre N°

14 avril 2018
401 Fournisseurs 20 000
403 Fournisseurs- effets à payer 20 000
Fournisseur ALMO –
Lettre de change N°

Chez le fournisseur ALMO :

07 avril 2018
413 Clients-Effets à recevoir 25 000
411 Clients 25 000
Client Lyes- Billet
à ordre N°

14 avril 2018
413 Clients-Effets à recevoir 20 000
411 Clients 20 000
Client Lyes lettre
de change N°
132
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 Le paiement des effets de commerce :


Le tiré ou souscripteur donne ordre à sa banque de payer les effets de
commerce à l’échéance. Lors de la réception de l’avis de débit,
l’entreprise solde le compte 403 pat le crédit du compte bancaire.

Exemple

L’entreprise Lyes, reçoit le 4 mai l’avis de débit d’un montant de 25


000 DZD concernant l’échéance du billet à ordre émis le 14 avril.

04 mai 2010
403 Fournisseurs- effets à payer 25 000
512 Banque 25 000
Avis de débit N°

 L’encaissement des effets de commerce :

L’encaissement des effets de commerce se fait par l’intermédiaire


d’une banque. L’opération est effectuée en deux étapes :

Avant échéance :

Les effets sont remis à la banque accompagnés d’un bordereau de


remise à l’encaissement. L’entreprise débite le compte «511. Valeurs à
l’encaissement » afin de suivre la circulation de l’effet et crédite le
compte « 413. Clients-Effets à recevoir »

133
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Après échéance :

La banque adresse à son client un avis d’encaissement de la valeur et


lui précise les informations suivantes :
Net encaissé = valeur nominale – (commissions + TVA)
Schéma comptable

512 Banque Net encaissé


627 Services bancaires et assimilés Commissions
44566 TVA sur autres biens et services TVA
5110 Valeurs à l’encaissement Valeur nominale

Exemple
L’entreprise ALMO remet à l’encaissement le 28 avril sa lettre de
change de 20 000 DZD. Le 4 mai, sa banque lui adresse un avis de
crédit dont le décompte est le suivant : Net encaissé : 19 702,5 DZD,
commissions : 250 DZD HT, TVA : 19%

28 avril 2018
5110 Valeurs à l’encaissement 20 000
413 Clients- effets à recevoir 20 000
Bordereau
d’encaissement N°

04 mai 2018
512 Banque 19 702,5
627 Services bancaires et assimilés 250
44566 TVA sur autres biens et services 47,5
511 Valeurs à l’encaissement 25 000

134
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 L’escompte des effets de commerce :

En cas de besoin de trésorerie, les banques proposent aux entreprises


une formule de financement du poste clients en utilisant la technique
de l’escompte. L’opération consiste à céder les effets à la banque
avant échéance contre remise de liquidité minorée des agios,
commissions et TVA. Ce procédé est analysé commercialement
comme une vente des effets à la banque. Toutefois, le Système
Comptable Financier considère l’escompte comme un emprunt qui
finance l’exploitation et propose le schéma comptable suivant :

Au moment de la remise des effets à l’escompte

5111 Valeurs à l’escompte Valeur


nominale
411 Clients- Valeur
nominale
Bordereau d’escompte N°

Au moment de l’escompte des effets :

512 Banque Net escompté


661 Intérêts bancaires Agios
627 Services bancaires et assimilés Commissions
44566 TVA sur autres biens et services TVA
519 Emprunts bancaires courants Valeur
(escompte) nominale

135
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Au moment de l’échéance des effets c'est-à-dire à l’encaissement des


effets par la banque, l’entreprise passe l’écriture suivante :

28 avril 2010
519 Emprunts bancaires courants (escompte) Valeur
nominale
5111 Valeurs à l’escompte Valeur
nominale
Bordereau d’escompte

C/ Les états de rapprochement


L’état de rapprochement permet de façon extra comptable de vérifier
la concordance des comptes entre le compte banques (512) et le relevé
« physique » tenu par la banque.
Les banques et les entreprises ont des comptabilités réciproques au
même titre que les comptabilités client- fournisseur.

512 Banques Compte de l’entreprise

SD : X SC : X

Dans l’entreprise A la banque


NOSTRO VOSTRO
La réciprocité des comptes permet de vérifier régulièrement les
enregistrements comptables (mensuellement et à fortiori annuellement
au moment de l’inventaire.
136
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

L’état de rapprochement s’établit suivant quatre étapes :

1. Vérifier le solde initial des comptes réciproques

En cas de différence, pointer les comptes les montants à l’origine de


cet écart.

2. Reporter dans l’état de rapprochement le solde final des comptes


réciproques. Ensuite, effectuer un pointage sur les postes autres que
ceux entrant en compte dans les soldes initiaux.

Après pointage, il faut inscrire :


- au compte 512 Banques : les opérations non comptabilisées mais
enregistrées sur le relevé :
- au compte entreprise à la banque (relevé) : les opérations
comptabilisées dans les comptes de l’entreprise mais pas sur le
relevé.

3. En fin d’état, les soldes doivent être égaux.

4. Enregistrer au journal les opérations omises.

Exemple :

L’entreprise ALMO reçoit de sa banque CPA Algérie le relevé du


mois de mars 2018 dont le solde est créditeur à hauteur de 28 000
DZD. A la même date, l’entreprise ALMO constate que le solde de
son compte « 512.Banque » est débiteur de 14 000 DZD.

Cependant, l’entreprise constate les écarts suivants :


- Le virement bancaire du client MOURAD d’un montant de 12 000
DZD n’a pas été comptabilisé dans le compte banque de
l’entreprise.

137
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Des agios de 1 500 DZD pour l’utilisation d’une ligne d’escompte


ont été portés sur le relevé mais non constatés dans la comptabilité
de l’entité ALMO
- Le chèque N° 002 adressé à SONELGAZ d’un montant de 3 500
DZD n’est pas encore recensé sur le relevé bancaire.

Compte banque dans l’entreprise

Débit Crédit

Solde au 31 /03 14 000


Virement MOURAD 12 000
Agios 1 500
Solde corrigé
24 500

Compte envoyé par la banque

Débit Crédit

Solde au 31 /03 28 000

Chèque 002 3 500


Solde corrigé
24 500

138
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :

31 mars 2018
512 Banque 12 000
411 Clients- 12 000
VIR N°

31 mars 2018
661 Charges d’intérêts 1 500
512 Banque 1 500
AGIOS

139
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

IX. Les immobilisations corporelles et incorporelles

1. Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur


économique positive pour l’entité, c’est-à-dire un élément générant
une ressource que l’entité contrôle du fait d’événements passés et dont
elle attend des avantages économiques futurs.
2.Une immobilisation corporelle est un actif non monétaire physique
détenu, soit pour être utilisé dans la production ou la fourniture de
biens ou de services, soit pour être loué à des tiers, soit à des fins de
gestion interne et dont l’entité attend qu’il soit utilisé au-delà de
l’exercice en cours. Exemples : terrains, bâtiments, machines…etc.
3. Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire sans
substance physique détenu, soit pour être utilisé dans la production ou
la fourniture de biens ou de services, soit pour être loué à des tiers,
soit à des fins de gestion interne et dont l’entité attend qu’il soit utilisé
au-delà de l’exercice en cours. Exemples : logiciels, licences,
brevets…etc.
1. Acquisition et production d’immobilisations :
Les immobilisations corporelles ou incorporelles répondant aux
conditions de définition et de comptabilisation doivent être évalués
initialement à leur coût historique.
A leur date d'entrée dans le patrimoine de l'entité, la valeur des actifs
est déterminée dans les conditions suivantes :

140
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- les actifs acquis à titre onéreux sont comptabilisés à leur coût


d'acquisition ;
- les actifs produits par l'entité sont comptabilisés à leur coût de
production ;

- à la juste valeur si l’actif est acquis gratuitement ;


- en cas d’échange d’actifs, à la juste valeur dans le cas où les actifs
sont dissemblables et à la valeur comptable nette de l’actif cédé dans
le cas d’actifs semblables.
Les coûts d’emprunt pour financer l’acquisition ou la production d’un
actif éligible, immobilisation incorporelle ou corporelle peuvent être
inclus dans le coût de l’actif lorsqu’ils concernent la période de
production de cet actif, jusqu’à la date d’acquisition ou de réception
définitive. Deux traitements sont donc autorisés : comptabilisation des
coûts d’emprunt en charges ou incorporation au coût de l’actif. Un
actif éligible est un actif qui exige une longue période de préparation
ou de construction avant de pouvoir être utilisé ou vendu. Le
traitement retenu doit être appliqué, de façon cohérente et permanente,
à tous les coûts d’emprunts directement attribuables à l’acquisition ou
la production de tous les actifs éligibles de l’entité. La méthode
comptable adoptée pour les coûts d’emprunt doit être explicitement
mentionnée en annexe.

141
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Acquisition d’immobilisations
Le coût d’acquisition d’une immobilisation corporelle est constitué :

- de son prix d’achat, y compris les droits de douane et taxes non


récupérables, après déduction des remises, rabais commerciaux et
escomptes de règlement ;
- de tous les coûts directement attribuables engagés pour mettre l’actif
en place et en état de fonctionner selon l’utilisation prévue par la
direction.
- de l’estimation initiale des coûts de démantèlement, d’enlèvement et
de restauration du site sur lequel elle est située, en contrepartie de
l’obligation encourue, soit lors de l’acquisition, soit en cours
d’utilisation de l’immobilisation.

Point de départ de l’attribution des coûts :


Les coûts sont attribués au coût de l’immobilisation à compter de la
date à laquelle la direction a pris − et justifie au plan technique et
financier − la décision de l’acquérir ou de la produire pour l’utiliser ou
la céder ultérieurement, et démontre qu’elle générera des avantages
économiques futurs.
Coûts non attribuables au coût d’acquisition sont :
1. Tous les coûts qui ne font pas partie du prix d’acquisition de
l’immobilisation et qui ne peuvent pas être rattachés directement aux
coûts rendus nécessaires pour mettre l’actif en place et en état de

142
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

fonctionner conformément à l’utilisation prévue par la direction, sont


comptabilisés en charges.
2. Les coûts cessent d’être activés lorsque l’immobilisation est en
place et en état de fonctionner selon l’utilisation prévue par la
direction. En conséquence, les coûts supportés lors de l’utilisation
effective ou du redéploiement de l’actif sont exclus du coût de cet
actif.
3. Les opérations qui interviennent avant ou pendant la construction
ou l’aménagement d’une immobilisation corporelle et qui ne sont pas
nécessaires afin de mettre l’immobilisation en place et en état de
fonctionner conformément à l’utilisation prévue par la direction sont
comptabilisées en charges.

2. Comptabilisation par composants :

Lorsque des éléments constitutifs d’un actif sont exploités de façon


indissociable, un plan d’amortissement unique est retenu pour
l’ensemble de ces éléments.
Cependant, si dès l’origine, un ou plusieurs de ces éléments ont
chacun des utilisations différentes, chaque élément est comptabilisé
séparément et un plan d’amortissement propre à chacun de ces
éléments est retenu.
Les éléments principaux d’immobilisations corporelles devant faire
l’objet de remplacement à intervalles réguliers, ayant des utilisations

143
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

différentes ou procurant des avantages économiques à l’entreprise


selon un rythme différent et nécessitant l’utilisation de taux ou de
modes d’amortissement propres, doivent être comptabilisés
séparément dès l’origine et lors des remplacements.

Production d’immobilisations
Le coût d’une immobilisation produite par l’entité pour elle-même est
déterminé en utilisant les mêmes principes que pour une production
stockée. Il peut être déterminé par référence au coût de production des
stocks si l’entité produit des biens similaires pour la vente.

Le coût de production d’une immobilisation corporelle est égal au


coût d’acquisition des matières consommées augmenté des
autres coûts engagés, au cours des opérations de production, c’est-à-
dire des charges directes et indirectes qui peuvent être
raisonnablement rattachées à la production du bien ou du service. La
comptabilité analytique continue à alimenter la comptabilité financière
comme décrit dans la section concernant les stocks.

Les charges directes sont les charges qu’il est possible d’affecter, sans
calcul intermédiaire, au coût d’un bien ou d’un service déterminé. (…)
La quote-part de charges correspondant à la sous activité n’est pas
incorporable au coût de production.

144
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple 01

La société ANTIC acquiert une immobilisation dans les conditions


suivantes :
1er mars N Facture pour un matériel HT : 97 500 DZD.
Un escompte de 10% est accordé par le
fournisseur LIES
5 mars N Facture du transitaire pour les droits de douane 14 000 DZD
HT
7 mars N Facture de la SPA MENRAD pour transport, 2 440 DZD
installation et montage HT
8 mars N Facture de la SARL HICHEM pour formation 610 DZD
du technicien, soit HT

Les opérations sont soumises à la TVA au taux normal à savoir 19%


Cette acquisition a été financée par un emprunt de 100 000 DZD dont
les intérêts ont été calculés au taux annuel de 5%.

1. Déterminer le coût d’acquisition de ce bien en justifiant les


éléments qui le composent.

2. Comptabiliser ces opérations.

145
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr
Prix d’achat 97 500  Les frais de formation du
Escompte obtenu - 9 750 personnel sont exclus du
Droits de douane 14 000 coût d’acquisition.
Frais de transport 2 440  Les coûts d’emprunt
Coût d’acquisition 104 190 également car l’actif n’est
pas éligible (actif qui exige
une longue période de
préparation ou de
construction avant de
pouvoir être utilisé ou
vendu).

Comptabilisation
1/3/N
2154 Matériels et outillages industriels 87 750
44562 TVA déductible sur 16 672,5
immobilisations

404 Fournisseurs d’immobilisations 104 422,5


Facture matériel 5/3/N
2154 Matériels et outillages industriels 14 000
44562 TVA déductible sur immobilisations 2 660

404 Fournisseurs d’immobilisations 16 660


Facture transitaire 7/3/N
2154 Matériels et outillages industriels 2 440
44562 TVA déductible sur immobilisations 463,6
404 Fournisseurs d’immobilisations 2 903,6
Facture SPA MENRAD 8/3/N
628 Autres services extérieurs 610
44566 TVA déductible sur autres biens et services (TVA, 9%) 54,9
401 Fournisseur HICHEM 664,9
Facture SARL HICHEM
(formation)

146
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Complément : coûts directement attribuables, coûts exclus des coûts


des immobilisations
Exemples de coûts directement attribuables

Sont considérés comme directement attribuables :


- le coût des rémunérations et autres avantages au personnel résultant
directement de la construction ou de l’acquisition de l’immobilisation ;
- les coûts de préparation du site et les frais de démolition nécessaires à la mise
en place de l’immobilisation
- les frais de livraison et de manutention initiaux ;
- les frais de transport, d’installation, de montages nécessaires à la mise en état
d’utilisation des biens ;
- les coûts liés aux essais de bon fonctionnement, déduction faite des revenus
nets provenant de la vente des produits obtenus durant la mise en service (tels
que des échantillons) ;
- les honoraires de professionnels comme les architectes, géomètres, experts,
évaluateurs, conseils…
Exemples de coûts qui ne font pas partie des coûts des immobilisations

Ne font pas partie des coûts des immobilisations :


- les coûts d’ouverture d’une nouvelle installation ;
- les coûts d’introduction d’un nouveau produit ou service (incluant les coûts
de publicité et de promotion) ;
- les coûts de relocalisation d’une affaire dans un nouvel emplacement ou avec
une nouvelle catégorie de clients (incluant le coût de la formation du
personnel) ;
- les coûts administratifs et autres frais généraux à l’exception des coûts des
structures dédiées ;
- le coût de formation du personnel ;
- les coûts des rémunérations et autres avantages au personnel ne résultant pas
directement de la construction ou de l’acquisition de l’immobilisation.
Cas des droits de mutation, honoraires, commissions et frais d’actes
La définition nouvelle des coûts directement attribuables à l’acquisition ou la
construction de l’actif inclut les droits de mutation, honoraires ou commissions
et frais d’actes.

147
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple 02

La société Djamai réalise l'acquisition d'un ensemble immobilier et


effectue les dépenses suivantes :
01/04/N Prix d'achat hors taxe du 50 000 DZD (1) HT - TVA au
terrain (1) taux normal
Prix d'achat de la 250 000 DZD (2) non soumis à
construction (2) TVA
02/04/N Droits d'enregistrement 5 610 DZD (3) concernent la
(2) (3) construction
Honoraires du notaire (1) 4 272 DZD
Frais d'acte (2) 1 080 DZD
05/04/N Commissions de 7 620 DZD
l’agence (1)

Déterminer le coût d’acquisition de ce bien et comptabiliser les


opérations
Les droits de mutation, honoraires ou commissions et frais d’actes doivent
être rattachés au coût d’acquisition de l’immobilisation,

Rattachement au coût d’acquisition


Construction Terrain
Prix d’achat terrain 50 000
Prix d’achat construction 250 000
Droits d'enregistrement 5 610
Honoraires du notaire (1) 3 560 (1) 712
Frais d'acte (2) 900 (2) 180
Commissions de l’agence (3) 6 350 (3) 1 270
Totaux 266 420 52 162

(1) 4 272 DZD répartis au prorata des prix d’achat respectifs


(2) 1 080 DZD répartis au prorata des prix d’achat respectifs
(3) 7 620 DZD répartis au prorata des prix d’achat respectifs

148
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :
1/4/N
211 Terrains 50 000
213 Constructions 250 000
44562 TVA déductible sur immobilisations 9 500
404 Fournisseurs d’immobilisations 309 500

2/4/N
211 Terrains (712 + 180) 892,00
213 Constructions (5 610 + 3 560 + 900) 10 070,00
44562 TVA déductible sur immobilisations (sur 811,26
4 272)
404 Fournisseurs d’immobilisations 11 773,68

5/4/N
211 Terrains 1 270,00
213 Constructions 6 350,00
44562 TVA déductible sur immobilisations (sur 1 447,80
7 620)
404 Fournisseurs d’immobilisations 9 067,8
Commission

Exemple 03

Traitement de l’escompte dans le coût d’acquisition

Vous travaillez dans la société IRONKAB. Celle-ci a acquis une


machine-outil le 1/09/N

Comptabiliser la facture ci-dessous.

149
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

SA OUTIL’INDUSTRIE le 1/09/N

Facture N° 314 IRONKAB

Machine-Outil 18 500.00
Frais de transport 500.00
Frais d’installation 1 000.00
Total HT 20 000.00
Escompte 1% 200.00
Net Financier 19 800.00
TVA 19% 3 762
Net à payer TTC 23 562
Corrigé :

Avant le 01/01/2010 (pour mémoire) selon le PCN

Ticket comptable N° 165


le 1/09/2009
Facture 314 OUTIL’INDUSTRIE
Comptes Libellé Débit Crédit
243 F. Outil’indus 20 000.00
770 F. Outil’indus 200.00
457 F. Outil’indus 3 366
485 F. Outil’indus 23 166
Total 23 666,00 23 666,00
Après le 01/01/2010 Selon le SCF

Ticket comptable N° 165


le 1/09/N
Facture 314 OUTIL’INDUSTRIE
Comptes Libellé Débit Crédit
215400 F. Outil’indus 19 800.00
445620 F. Outil’indus 3 762
512 F. Outil’indus 23 562

Total 23 562 23 562

150
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple 04

Ventilation des immobilisations en composants avec commissions


Une construction a été acquise par la société Djamel pour un coût de
200 000 DZD HT. La toiture de la construction à une durée de vie de
10 ans et son coût est estimé à 50 000 DZD alors que la durée de vie
du reste de l’immeuble est de 20 ans. Les frais d’honoraires et de
commissions se sont élevés à 10 000 DZD.

1. justifier la nécessité de ventiler cette immobilisation en composants.

2. expliquer le traitement des frais d’honoraires et de commissions.

3. comptabiliser cette acquisition.

IMMO SUD le 1/03/2010

Facture 468 MAT INDUS

Immeuble 200 000.00


Commissions 10 000.00
Net H.T. 210 000.00
TVA 19% 39 900.00
Net à payer TTC 249 900.00

Corrigé
1. Le NSCF impose cette décomposition lorsque les composants ont
des durées d’utilisation différentes.
2. Les commissions sont ventilées au prorata des montants.

151
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3. Comptabilisation de l’acquisition
1/09/N
21311 Constructions (structure proprement dite) 157 500
(150 000 + (10 000 x 150 000 / 200 000))
21312 Constructions (toiture) 52 500
(50 000 + (10 000 x 50 000/200 000)
44562 TVA déductible sur immobilisations 39 900
40400 Fournisseurs d’immobilisations 249 900
Acquisition
immeuble

Exemple 05

La société DJEMAI a engagé les dépenses suivantes pour la


production d'une machine-outil complexe :

Charges Charges fixes


variables
Matières consommées 50 000 DZD
Charges directes de production (1) 54 600 DZD 12 500 DZD
Quote-part de charges indirectes de 14 940 DZD
production
(1) dont 1100 DZD d’administration générale
Durant la période de production, l’activité globale de la société
FARID a représenté seulement 90% de son activité normale.

D'autre part, pour financer cette production, l'entreprise a dû


emprunter une somme de 100 000 DZD au taux de 12 %. La période

152
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

de fabrication a duré 4 mois (du 1er avril N au 31 juillet N). Le bien est
mis en service le 1er août N. L’entreprise clôture son exercice chaque
31 décembre.

1. Déterminer le coût de production de ce bien en justifiant ses


composantes et comptabiliser cette opération en considérant l’actif
éligible
2. Préciser les incidences fiscales à envisager.

Coût de production et comptabilisation :

Matières consommées 50 000


Charges directes de production :
Variable : 54 600 – 1 100 53 500
Fixes: 12 500 x 90% 11 250
Quote-part de charges indirectes de production 14 940 x 90% 13 446
Charges financières (option en considérant 100 000 x 12% 4 000
l’actif éligible) x 4/12
Coût de production 132 196

1/8/N
2154 Matériels industriels 132 196,00
44562 TVA déductible sur immobilisations 25 117,24
(132 196 x 19%)
722 Production d’immobilisations 132 196,00
corporelles
44571 TVA collectée 25 117,24

153
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Cinquième chapitre : les opérations


d’inventaire
I. Stocks : inventaire permanent ou intermittent
1. Inventaire intermittent
L’inventaire intermittent consiste à évaluer en fin d’exercice, à la fin
de l’exercice comptable, la valeur du stock final après avoir fait un
inventaire physique. Les différents comptes de stocks n’enregistrent
aucun mouvement en cours de l’exercice. Le stock final au dernier
jour de l’exercice N devient le stock initial au premier jour de
l’exercice N+1. A l’inventaire, il faut annuler les stocks initiaux, créer
les stocks finaux, intégrer dans le compte de résultat les variations des
stocks pour les produits finis afin de prendre en compte pour le calcul
du résultat la consommation des biens achetés et la production des
produits fabriqués.
Comptabilisation
A/ Approvisionnements et marchandises consommées
■ Au cours de la période :

38 Achats stockés X
401, 51 ou 53 Fournisseurs, banque ou caisse X

X : matières premières ou marchandises achetées

154
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

■ A la clôture :
a. Annuler les stocks existants en début de période :

60 Achats consommés Y
30, 31 ou 32 Marchandises, matières Y
premières ou autres
approvisionnements

Y : stock initial consommé

b. constater le stock de fin de période (après inventaire):

30, 31 ou 32 Marchandises, matières premières ou autres Z


approvisionnements
38 Achats stockés Z

Z : stock final

c. solder le reliquat des comptes 38 par le débit des comptes 60 :

60 Achats consommés X-Z


38 Achats stockés X-Z

B/ Produits fabriqués ou en cours :


■ Au cours de la période : ne rien faire
■ En fin de période :

155
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

a. Annuler les stocks existants en début de période :

72 Production stockée ou déstockée X


33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de X
services ou produits finis

X : Stock initial annulé


b. constater le stock de fin de période (après inventaire):

33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de services ou Y


produits finis
72 Production stockée ou déstockée Y

Y : stock final

2. Inventaire permanent :
L’inventaire comptable permanent est une organisation des comptes
de stocks qui par l’enregistrement des mouvements, permet de
connaitre de façon constante, en cours d’exercice, les existants chiffrés
en quantités et en valeurs.
En principe, l’inventaire permanent est tenu en comptabilité
analytique. Cependant, il est possible de tenir l’inventaire comptable
permanent en comptabilité générale.

156
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :
A/ Approvisionnements et marchandises consommées :
■ Au cours de la période :

38 Achats stockés X
401, 51 ou 53 Fournisseurs, banque ou caisse X

X : Stock acheté
Entrée au magasin :

30, 31 ou 32 Marchandises, matières premières ou autres X


approvisionnements
38 Achats stockés X

X : Stock acheté
Sortie du magasin :

60 Achats consommés Y
30,31 ou 32 Marchandises, matières premières ou Y
autres approvisionnements

Y : coût d’achat de la matière première consommée ou de la


marchandise vendue

411 ou 512 Clients ou banques Z


700 Vente de marchandises Z

Z : prix de vente

157
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

■ En fin de période :
Evaluation extra comptable et enregistrement des écarts afin de porter la
valeur comptable à la valeur physique.
Ecart justifié et expliqué
Si inventaire extra comptable < valeur comptable alors l’écriture
comptable est la suivante :

60 Achats consommés EJ
30, 31 ou 32 Marchandises, matières EJ
premières ou autres
approvisionnements

EJ : Ecart justifié

Si inventaire extra comptable > valeur comptable alors l’écriture


comptable est la suivante :

30, 31 ou 32 Marchandises, matières premières ou autres EJ


approvisionnements
60 Achats consommés EJ

EJ : Ecart justifié

Ecart non justifié et non expliqué :

- Si inventaire extra comptable < valeur comptable alors l’écriture


comptable est la suivante :

158
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

657 Charges exceptionnelles de gestion courante ENJ


30, 31 ou 32 Marchandises, matières premières ENJ
ou autres approvisionnements
ENJ : Ecart non justifié

- Si inventaire extra comptable > valeur comptable :

30, 31 ou 32 Marchandises, matières premières ou autres ENJ


approvisionnements
757 les produits exceptionnels sur ENJ
opération de gestion

ENJ : Ecart non justifié


B/ Produits fabriqués ou en cours :
■ Au cours de la période :
Entrée au magasin :

33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de services ou X


produits finis
72 Production stockée ou déstockée X

X : coût de production des produits finis fabriqués


Sortie du magasin :

72 Production stockée ou déstockée Y


33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de Y
services ou produits finis
Y : coût de production des produits vendus

159
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

411 ou 512 Clients ou banques Z


701 Vente de produits finis Z
Z : prix de vente

■ En fin de période :
Evaluation extra comptable et enregistrement des écarts afin de porter
la valeur comptable à la valeur physique.
- Si inventaire extra comptable < valeur comptable (mali d’inventaire)
Alors l’écriture comptable adéquate est la suivante :

72 Production stockée ou déstockée EJ


33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de EJ
services ou produits finis

EJ : Ecart justifié
- Si inventaire extra comptable > valeur comptable (boni d’inventaire)
alors l’écriture comptable adéquat est la suivante :

33,34 ou 35 En cours de biens, en cours de services ou EJ


produits finis
72 Production stockée ou EJ
déstockée
EJ : Ecart justifié.
Dans le cas où l’écart n’est pas justifié, on passe toujours par les
comptes 657 et 757.

160
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

II. Amortissements
L’amortissement peut se définir selon trois aspects :
Constatation d’un amoindrissement de la
Aspect comptable valeur d’un élément actif résultant de
l’usage, du temps, du changement
technique, juridique ou de toute autre cause
dont les effets sont jugés irréversibles.

L’amortissement reflète l’usure, la dépréciation


Aspect
normale et la destruction économique de l’actif
économique
en contre partie des avantages économiques
générés

L’amortissement est considéré comme une


Aspect financier charge non décaissable donc il participe
dans l’autofinancement de l’entreprise
nécessaire à renouveler des
investissements

Ainsi, selon l’approche comptable, un actif amortissable est un actif


dont l’utilisation par l’entité est déterminable. L’utilisation pour une
entité se mesure par la consommation des avantages économiques
attendus de l’actif. Elle peut être déterminable en termes d’unités de
temps ou d’autres unités d’œuvre lorsque ces dernières reflètent plus
correctement le rythme de consommation des avantages économiques
attendus de l’actif.

L’utilisation d’un actif est déterminable lorsque l'usage attendu de


l'actif par l'entité est limité dans le temps. Cet usage est limité dès lors
que l’un des critères suivants, soit à l’origine, soit en cours

161
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

d’utilisation, est applicable : physique, technique, juridique. Ces


critères ne sont pas exhaustifs. Si plusieurs critères s’appliquent, il
convient de retenir l’utilisation la plus courte résultant de l’application
de ces critères. Les principes suivants sont appliqués : Le montant
amortissable est réparti de façon systématique sur la durée d’utilité de
l’actif, en tenant compte de la valeur résiduelle probable de cet actif à
l’issue de sa période d’utilité pour l’entité et dans la mesure où cette
valeur résiduelle peut être déterminée de façon fiable. La valeur
résiduelle est le montant net qu’une entreprise s’attend à obtenir pour
un actif à la fin de sa durée d’utilité après déduction des coûts de
sortie attendus. Cette valeur est le plus souvent insignifiante, sauf dans
le cadre de certaines opérations particulière telles que par exemple les
concessions ou les projets à durée déterminée.

Exemple 1 : Base amortissable et valeur résiduelle

L’entreprise ABC a acquis et mis en service le 01/04/N un véhicule


pour un montant de 1 400 000 DZD HT. Elle a l’habitude de conserver
ses véhicules quatre ans et de les revendre pour 15 % de leur valeur
d’achat HT moyennant des frais évalués à 10 000 DZD. Le mode
d’amortissement pratiqué est le linéaire.
Votre travail : établir le plan d’amortissement de ce bien.

162
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Plan d’amortissement du véhicule Analyse


Exercice comptable = année civile
Valeur HT 1 400 000 DZD Durée d’utilisation 4 ans :
Durée d’utilisation : 4 ans
Valeur résiduelle 200 000: DZD Base amortissable 1 200 000 DZD
Mode d’amortissement : linéaire.
Date d’achat 01/04/N: Unité d’œuvre : Valeur résiduelle :
Date de mise01/04/N Mode Linéaire (1 400 000 x 0,15) – 10 000 = 200 000
en service : d’amortissement : Base amortissable :
Base Amortissements 1400 000 – 200 000 = 1200 000
Exercice V.N.C.
amortissable Dotation Cumulés 1ère annuité :
N 1 200 000.00 225 000.00 225 000.00 1 175 000.00 (1200 000 x 0.25) x 9/12 = 225 000.00
N+l 1 200 000.00 300 000.00 525 000.00 875 000.00 V.N.C en N :
N+2 1 200 000.00 300 000.00 825 000.00 575 000.00 1 400 000 – 225 000 = 1 175 000
N+3 1 200 000.00 300 000.00 1 125 000.00 275 000.00 2ème annuité :
1 200 000 x 0.25 = 300 000.00
N+4 1 200 000.00 75 000.00 1 200 000.00 200 000.00
V.N.C en N +1 :
1 175 000 - 300 000 = 875 000.00
ou 1400 000 - 525 000 .00 = 875 000.00
Dernière annuité :
(1 200 000 x 0.25) x 90/360 = 75 000.00
V.N.C en N +4 : 1400 000 - 1200 000 = 200 000

163
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Comptabilisation :

01 avril N
2182 Matériel roulant 1 400 000
512 Banque 1 400 000
Acquisition voiture

31décembre N
681 Dotations aux amortissements 225 000
28182 Amortissements 225 000
Amortissement N

31 décembre N+1, N+2 et N+3


681 Dotations aux amortissements 300 000
28182 Amortissements 300 000
Amortissement N+1/N+2/7+3

31 décembre N+4
681 Dotations aux amortissements 75 000
28182 Amortissements 75 000
Amortissement N+4

2.1 Règles de gestion :

Le montant amortissable = coût historique – valeur résiduelle nette


Amortissement = le montant amortissable/ durée d’utilité
Durée d’utilité <= durée de vie de l’immobilisation
Si la durée d’utilité = durée de vie alors la valeur résiduelle nette = 0
Si la durée d’utilité < durée de vie alors la valeur résiduelle nette > 0

Le mode d'amortissement d’un actif est le reflet de l’évolution de la


consommation par l’entité des avantages économiques de cet actif :
mode linéaire, mode dégressif ou mode des unités de production
164
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(capacitaire). Si cette évolution ne peut être déterminée de façon


fiable, la méthode linéaire est adoptée.

- l’amortissement linéaire conduit à une charge constante sur la durée


d’utilité de l’actif ;
- le mode dégressif conduit à une charge décroissante sur la durée
d’utilité de l’actif ;
- le mode des unités de production donne lieu à une charge basée sur
l’utilisation ou la production prévue de l’actif.

Exemple 02 : modes d’amortissement

La société DJEMAI a établi pour plusieurs immobilisations les plans


d’amortissement suivants :

Les plans d’amortissement Analyse des modalités

Ordinateur d’occasion
Prix d’achat 9: 040,00 Durée d'utilisation 4 :ans base amortissable :
Date d'acquisition 01/10/N
: Unité d’œuvre Néant
: 20 000
Date de mise en service 01/10/N
: Mode amortissement Linéaire
:
Amortissements
Exercice Base amortissable
Dotation Cumulés
V.N.C. durée d’amortissement :
N 20 000,00 1 250,00 1 250,00 18 750,00 4 ans
N+l 20 000,00 5 000,00 6 250,00 13 750,00
N+2 20 000,00 5 000,00 11 250,00 8 750,00 mode d’amortissement :
N+3 20 000,00 5 000,00 16 250,00 3 750,00
N+4 20 000,00 3 750,00 20 000,00 0,00 Linéaire

Peugeot 807
Base amortissable (2) 2 800
: 000 : base amortissable :
2 800 000

165
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Unité d’œuvre Km parcouru

:
Unité d’oeuvre : selon le Km
Date de mise en20 mars N Mode d’amortissement Selon
: U.O. parcouru
service :
Base Amortissements
Exercice Kilométrage V.N.C.
amortissable Dotation Cumulés
N 2 800 000 10 000 233 300 233 300 2 566 700
mode d’amortissement :
N+l 2 800 000 20 000 466 700 700 000 2 100 000 capacitaire
N+2 2 800 000 30 000 700 000 1400 000 1 400 000
N+3 2 800 000 30 000 700 000 2 100 000 700 000
N+4 2 800 000 30 000 700 000 2 800 000 0
Machine d’occasion
Base amortissable (2) : 128 000 base amortissable :
Date d'acquisition : 15 mars N Unité d’œuvre Nbre de
: pièces128 000
Date de mise en service : 20 mars N Mode Selon U.O.
d’amortissement :
Amortissements Unité d’œuvre :
Exercice Base amortissable Nbre pièces V.N.C.
Dotation Cumulés selon le nombre de pièces
N 128 000 500 000 35 555 35 555 92 445
N+l 128 000 500 000 35 556 71 111 56 889
N+2 128 000 300 000 21 333 92 444 35 556 mode d’amortissement :
N+3 128 000 300 000 21 334 113 778 14 222 Capacitaire
N+4 128 000 200 000 14 222 128 000 0

Pour la Peugeot 807, que doit faire l’entreprise si le kilométrage parcouru


se révèle sensiblement différent des prévisions incluses dans le plan
d’amortissement ? Par exemple, fin N+1, compte tenu d’une augmentation
du volume d’activité, on estime que les 90 000 km restants seront réalisés en
deux ans (45 000 km par an).
Modification du rythme d’amortissement

Le kilométrage pris en compte a été estimé à l’origine. Toute modification


de l’utilisation prévue se traduit par une modification du plan
d’amortissement.
Dans l’hypothèse évoquée, le plan d’amortissement se présenterait comme
suit :

166
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Peugeot 807
Base KilométragAmortissements V.N.C.
Exercice
amortissable e Dotation Cumulés
N 2 800 000 10 000 233 300 233 300 2 566700 Estimation
N+l 2 800 000 20 000 466 700 700 000 2 100 000 initiale
N+2 2 800 000 45 000 1 050 000 17 50000 1 050 000
N+3 2 800 000 45 000 1 050 000 28 00000 0 Estimation
révisée
Exemple 03 : amortissement dégressif

Le 01/01/2019, une entreprise achète une voiture pour 2.000.000 DZD


destinée aux services commerciaux. La durée d’utilité est égale à 5 ans
et il n’y a aucune valeur résiduelle. Il s’avère que la voiture se
consomme plus rapidement les premières années.

Calculer l’amortissement selon la méthode dégressive, coefficient


égal à 40% ?
Calculer l’amortissement selon la méthode SOFTY (Sum Of The
Year Digits)?

Solution :

1/Les amortissements selon la méthode du coefficient

Année Coefficient Charge VCN


Dotation 2019 40% 800 000 1200 000
Dotation 2020 40% 480 000 720 000
Dotation 2021 40% 288 000 432 000
Dotation 2022 50% 216 000 216 000
Dotation 2023 50% 216 000 0

167
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2/ Les amortissements selon la méthode SOFTY (Sum Of the Year


Digits)

On calcule le digit à savoir = 2000000/(1+2+3+4+5) = 133 333,33

Année Unité Charge VCN


Dotation 2019 5 666 666,67 1 333 333,33
Dotation 2020 4 533 333,33 800 000,00
Dotation 2021 3 400 000 400 000,00
Dotation 2022 2 266 666,67 133 333,33
Dotation 2023 1 133 333,33 0

Exemple 04
Amortissement selon les unités de production (capacitaire)

Une compagnie aérienne acquiert un avion pour le prix de 10.000.000


EUR, cours du jour
1 EUR = 100 DZD. Sa durée de vie est estimée à 20 ans. Cette
compagnie a pour habitude de céder ses avions après 5 à 10 ans
d’utilisation.

Au moment de l’acquisition, la compagnie estime conserver l’avion 5


ans et le revendre à l’issue de cette période au de 800.000.000 DZD.
L’entité estime que la dépréciation subie par l’avion est
proportionnelle au kilométrage parcouru. En 5 ans, l’avion devrait
effectuer 3.000.000 Km.

Au 31/12//N, les hypothèses initiales restent inchangées et l’avion a


parcouru 450 000 Km.
168
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Au 31/12/N+1, la compagnie révise ses hypothèses e la manière


suivante :

- La durée d’utilisation sera de 07 ans


- La valeur résiduelle est estimée à 650 000 000 DZD
- Le kilométrage total attendu de l’avion devrait s’élever à
4.000.000 Km
- le kilométrage effectué au N+1 est de 550 000 Km

Travail à faire : déterminer le montant des amortissements au


titre de N et N+1 ?

Hypothèse significative : il n’y a pas de composants

Solution
N : (1.000.000.000 – 800.000.000) *450.000/3.000.000 = 30.000.000 DZD
N+1 : (1.000.000.000- 650.000.000-30.000.000)*550.000/(4000.000 –
450.000) = 49 577 500 DZD
Le mode d’amortissement, la durée d’utilité et la valeur résiduelle
appliqués aux immobilisations corporelles et incorporelles doivent être
réexaminés périodiquement ; en cas de modification importante du
rythme attendu d’avantages économiques découlant de ces actifs, les

169
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

prévisions et estimations antérieures sont modifiées pour refléter ce


changement de rythme.

Lorsqu’un tel changement s’avère nécessaire, il est comptabilisé


comme un changement d’estimation comptable et la dotation aux
amortissements de l’exercice et des exercices futurs sont ajustés.

Exemple 05 : changement de durée d’utilité


Une entreprise possède un matériel acquis pour 120.000 DZD
le 01/07/2016. La durée d’utilisation avait à l’époque été estimée à 8 ans.
Les amortissements suivant ont été pratiqués :

 En 2016: (120.000/8) *6/12 = 7500


 En 2017: 120.000/8 = 15 000
 En 2018 : 120.000/8 = 15 000

À la clôture de l’exercice 2019, il apparaît que compte tenu de


l’utilisation intensive de l’équipement, sa durée de vie sera plus
vraisemblablement de 05 ans. La durée d’utilisation restante est donc
d’une année et demie au 31/12/2019.

Quels sont les traitements comptables à opérer à la date de clôture


de l’exercice 2009 ?

Solution
La somme des dotations aux amortissements des années 2016, 2017,
2018 est de 37 500 DZD donc la VNC = 82 500 DZD. Le changement
170
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

est effectué en 2019 alors il faut changer la dotation de 2019 et les


années ultérieures.
La nouvelle dotation à partir de l’année 2019 est de 82 500/ 2,5 =
33 000 DZD.
31 décembre 2019 et 2020
681 Dotations aux amortissements 33 000
2815 Amortissements 33 000
Amortissement matériel

31 décembre 2021
681 Dotations aux amortissements 16 500
2815 Amortissements 16 500
Amortissement matériel

Compléments

A/ Les terrains et les constructions constituent des actifs distincts et


sont traités distinctement en comptabilité même s’ils sont acquis
ensemble ; les constructions sont des actifs amortissables, alors que les
terrains sont généralement des actifs non amortissables.

B/ L’impact fiscal

L’amortissement n’est plus défini comme une perte de valeur


(approche patrimoniale), mais comme la répartition d’un coût global
en fonction de son utilisation (approche économique). De plus, la
durée d’amortissement n’est plus « conventionnelle », mais elle tient
compte de la réalité économique de l’entité : la manière dont celle-ci
pense utiliser l’immobilisation. Cette remarque explique aussi le fait

171
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

que le plan d’amortissement n’est plus figé une fois pour toutes au
moment de l’acquisition du bien, mais au contraire il peut être modifié
si l’utilisation du bien est différente de celle qui était prévue
initialement.

Principe général : pour les amortissements, il convient de bien distinguer


maintenant l’amortissement comptable et l’amortissement fiscal des
immobilisations.

Amortissement comptable Amortissement fiscal


Base d’amortissement
Valeur brute – Valeur résiduelle11 Valeur brute
Durée d’amortissement
Durée moyenne d’usage fixées par la
Durée d’utilisation profession théoriquement et arbitraires
dans la pratique
Mode d’amortissement
Choisi par l’entreprise : rythme de
Linéaire ou dégressif sous certaines
consommation des avantages
conditions
économiques

Dans le cas où il y a divergence entre les deux amortissements, fiscal et


comptable :
 si amortissement fiscal > amortissement comptable  amortissement
dérogatoire ; Genèse d’un passif d’impôt différé

 si amortissement comptable > amortissement fiscal  réintégration


fiscale. Genèse d’un actif d’impôt différé

11
A prendre en compte si la valeur résiduelle est significative et mesurable de manière fiable.
Se pose en particulier la question de la base d’amortissement des immeubles pour lesquels la
valeur résiduelle peut être élevée. L’administration fiscale ne s’est pas prononcée encore sur
ce sujet.
172
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Positions comptable et fiscale pour les immobilisations non décomposables :

Position comptable Position fiscale


Immobilisation non décomposable
Amortissement sur durée d’usage, avec
constatation éventuelle d’un
Principe général : amortissement sur la
amortissement dérogatoire.
durée d’utilisation
La durée d’utilisation n’est pas
acceptée comme durée d’usage.

C/ Analyse par composants

Lorsque des éléments constitutifs d’un actif sont exploités de façon


indissociable, un plan d’amortissement unique est retenu pour
l’ensemble de ces éléments. Cependant, si dès l’origine, un ou
plusieurs de ces éléments ont chacun des utilisations différentes,
chaque élément est comptabilisé séparément et un plan
d’amortissement propre à chacun de ces éléments est retenu.

Les éléments principaux d’immobilisations corporelles devant faire


l’objet de remplacement à intervalles réguliers, ayant des utilisations
différentes ou procurant des avantages économiques à l’entreprise
selon un rythme différent et nécessitant l’utilisation de taux ou de
modes d’amortissement propres, doivent être comptabilisés
séparément dès l’origine et lors des remplacements.
Positions comptable et fiscale pour les immobilisations décomposables :

173
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Position comptable Position fiscale


Structure ou composant principal
Amortissement sur la durée
Amortissement sur la durée d’usage,
d’utilisation
Composants de 1ère catégorie (pièces subsidiaires)
Non alignement de la position fiscale
Amortissement sur la durée sur la position comptable :
d’utilisation amortissement sur la durée
d’utilisation
Composants de 2ème catégorie (grosses réparations
Amortissement sur la durée Ces composants ne sont pas reconnus
d’utilisation (période séparant deux sur le plan fiscal, seule la constitution
révisions) de provisions est admise.

Exemple 06 : amortissement par composants

Une entreprise a acquis le 1er janvier N, une immobilisation pour un


coût global de 600 000 DZD HT (TVA au taux de 19 %). Elle a
identifié un composant significatif devant faire l’objet d’un
remplacement à intervalle régulier. La décomposition du bien est donc
la suivante :
- composant A : 60 000 DZD HT. Ce composant doit être remplacé
tous les 3 ans, sa durée d’utilisation est donc de 3 ans ;
- composant B (structure) : 540 000 DZD HT, durée d’utilisation 6
ans.
Compte tenu de l’utilisation prévue du bien, l’entreprise considère que le
rythme de consommation des avantages économiques des composants A et
B est linéaire.

174
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Fin N+2, le composant A est remplacé pour un coût de 66 000 DZD


HT. L’entreprise clôture ses comptes le 31 décembre de chaque année.

Questions :
1°) Présentez le plan d’amortissement du bien et l’impact dans le
compte de résultat de l’opération ci-dessus
2°) Présentez les écritures comptables aux 31 décembre N et N+2
Solution

Composant B Composant A Composant A Impact sur


Structure renouvellement le résultat
N 540 000/6 = 60 000/3 = - 110 000
90 000 20 000
N+1 90 000 20 000 - 110 000
N+2 90 000 20 000 - 110 000
N+3 90 000 66 000/3 = - 112 000
22 000
N+4 90 000 22 000 - 112 000
N+5 90 000 22 000 - 112 000
Totaux 540 000 60 000 66 000 - 666 000

2°) Ecritures comptables:

1er janvier N
21… Composant A 60 000
21… Composant B 540 000
44562 Etat, TVA déductible sur immobilisations 114 000

404 Fournisseurs d’immobilisations 714 000


Acquisition du bien et décomposition
175
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

31/12/N
6810 Dotations aux amortissements 110 000
28… Amortissement composant A 20 000
28… Amortissement composant B 90 000

31/12/N+2
6810 Dotations aux amortissements 110 000
28… Amortissements composant A 20 000
28… Amortissements composant B 90 000

6811 Dotations aux dépréciations 0


28… Amortissements composant A 60 000
21… Composant A 60 000
Sortie de l’actif du composant remplacé
21… Composant A 66 000
44562 Etat, TVA déductible sur immobilisations 12 540
404 Fournisseurs d’immobilisations 78 540
Remplacement du composant

176
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III. La dépréciation d’actifs immobilisés


La dépréciation d’un actif est la constatation que sa valeur
recouvrable est devenue inférieure à sa valeur nette comptable. Si la
valeur recouvrable d’une immobilisation devient inférieure à sa valeur
nette comptable après amortissements, celle-ci est ramenée à la valeur
recouvrable par la constatation d’une perte de valeur.

La valeur nette comptable d’un actif correspond à sa valeur brute


(historique) diminuée des amortissements cumulés et des
dépréciations antérieures.

La valeur recouvrable est le montant le plus élevé entre la valeur


réalisable nette (la valeur vénale) et de la valeur d’utilité (valeur
d’usage).

III.1 Règles de gestion :

La valeur recouvrable = max (valeur réalisable nette, valeur


d’utilité)

La valeur réalisable nette : Montant qui peut être obtenu de la vente


d’un actif lors d’une transaction dans des conditions de concurrence
normale entre des parties bien informées et consentantes, après
déduction de tous les coûts de cession

177
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La valeur d’utilité : valeur actualisée des flux de trésorerie futurs


estimés attendus de l’utilisation continue d’un actif et de sa sortie à la
fin de sa durée d’utilité. L’entité doit apprécier à chaque clôture des
comptes et à chaque situation intermédiaire, s’il existe un indice
quelconque montrant qu’un actif a pu perdre notablement de sa valeur.
Lorsqu’il existe un indice de perte de valeur, un test de dépréciation
est effectué : la valeur nette comptable de l’actif immobilisé est
comparée à sa valeur recouvrable. Si la valeur recouvrable d'un actif
immobilisé devient inférieure à sa valeur nette comptable, cette
dernière, si l’actif continue à être utilisé, est ramenée à la valeur
recouvrable par le biais d'une dépréciation.

Toutefois, lorsque la valeur recouvrable n'est pas jugée notable, c’est à


dire de manière significative, inférieure à la valeur nette comptable,
cette dernière est maintenue au bilan.
La comptabilisation d’une dépréciation modifie de manière
prospective la base amortissable de l’actif déprécié.
III.2 Algorithme de dépréciation
Tous les actifs peuvent être dépréciés. La présente étude privilégiera le cas
des immobilisations puisque la norme doctrinale (IAS 36) porte
essentiellement sur ces actifs.

178
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La dépréciation est la constatation de la perte de valeur d’un actif.


Cette perte de valeur peut être définitive ou réversible.

A chaque clôture (ou situation intermédiaire), l’entreprise doit


apprécier si les éléments d’actif ont perdu de la valeur. Il faut donc
réaliser ce que l’on appelle des tests de dépréciation. Ces derniers
vont consister à comparer la valeur comptable des éléments d’actif
à leur valeur recouvrable. Auparavant, il conviendra de rechercher
s’il y a des indices de perte de valeur.
Pour apprécier s'il existe un quelconque indice qu'un actif ait pu
perdre de la valeur, une entreprise doit au minimum considérer les
indices suivants :
 Externes : valeur de marché, changements importants, taux
d’intérêt ou de rendement ;
 Internes : obsolescence ou dégradation physique, changements
importants dans le mode d’utilisation, performances inférieures
aux prévisions.

Si les indices sont constatés pour un actif, il y a alors lieu d’effectuer


un test de dépréciation par :
- détermination de la valeur recouvrable
- comparaison de cette valeur recouvrable à la valeur nette comptable
La procédure peut être résumée comme suit :

179
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Valeur de vente (réalisable) nette (VV)


La valeur réalisable nette est le montant
qui pourrait être obtenu, à la date de
clôture, de la vente d’un actif lors d’une
transaction conclue à des conditions
normales de marché, net des coûts de
sortie (1)
Valeur d’utilité (VU) (2) et (3)
La valeur d’utilité d’un actif est la valeur
des avantages économiques futurs
attendus de son utilisation et de sa sortie.
Elle est calculée à partir des estimations
de ces avantages économiques (cash-
flow) futurs attendus
Valeur comptable (VC)
Valeur net comptable dans les comptes au
moment du test.

180

Max [valeur réalisable nette ; valeur


d’utilité].
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Remarques

(1) Les coûts de sortie sont les coûts directement attribuables à la


sortie d’un actif, à l’exclusion des charges financières et de la charge
d’impôt sur le résultat.
Les coûts directement attribuables à la sortie d’un actif peuvent être
des coûts externes et internes à l’entreprise permettant de mettre l’actif
en état d’être vendu. Il en est ainsi des frais d’actes, des frais de timbre
et taxes similaires liées à la transaction, des coûts d’enlèvement de
l’actif et des coûts marginaux directement engagés pour mettre l’actif
en état d’être vendu.

(2) Comment se détermine la valeur d’utilité ?

Les flux nets de trésorerie attendus - Dans la généralité des cas, la


valeur d’utilité est déterminée en fonction des flux nets de trésorerie
attendus.
Les textes actuels ne précisent pas comment doivent être déterminés
les flux de trésorerie, laissant toute latitude en ce domaine aux
entreprises. Dans la prochaine publication nous allons encadrer le
calcul des flux de trésorerie en précisant notamment :
- les règles d’actualisation à appliquer ;
- la définition de l’ensemble d’actifs générateur de trésorerie.

181
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Autres critères pouvant être retenus - Si les flux de trésorerie ne


sont pas pertinents pour l’entreprise, d’autres critères peuvent être
retenus pour évaluer les avantages futurs attendus et, notamment, le
potentiel de services attendu. Cette possibilité de déroger aux flux nets
de trésorerie attendus sera utilisée, en particulier, pour les actifs de
support tels que les sièges sociaux.

En tout état de cause, les critères et la méthode de calcul des avantages


économiques futurs retenus pour un actif doivent être appliqués de façon
permanente à chaque évaluation de la valeur d’utilité de cet actif.

(3) La notion d’unités génératrices de trésorerie :


Utilité - En pratique, il est rare qu’un actif pris isolément soit
susceptible de générer des entrées de trésorerie ; la détermination de la
valeur d’utilité donc de la valeur recouvrable de cet actif s’avère donc
délicate, voire impossible. C’est pour cette raison que la norme
algérienne sur la dépréciation préconise de déterminer les flux de
trésorerie non pas au niveau de chaque actif pris individuellement,
mais au niveau de l’ensemble d’actifs dont l’utilisation génère des
entrées de trésorerie. Cet ensemble s’intitule « unité génératrice de
trésorerie » (UGT) et c’est à ce niveau qu’est effectué le test.

182
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Cette notion n’existe pas en droit comptable algérien, mais on peut


légitiment penser qu’elle fera son apparition dans notre référentiel,
compte tenu de la convergence déjà amorcée entre les normes
internationales et les normes algériennes (notion citée dans le
Nouveau Système Comptable Financier). Les travaux de révision
déclenchés par le Conseil National de Comptabilité doit prendre en
considération cette insuffisance.

Définition - Une unité génératrice de trésorerie est le plus petit groupe


identifiable d’actifs dont l’utilisation continue génère des entrées de
trésorerie qui sont largement indépendantes des entrées de trésorerie

générées par d’autres actifs ou groupes d’actifs (IAS 36 § 6).

Exemple :

Une ligne de production a été considérée comme une unité génératrice


de trésorerie ; elle est constituée de deux machines (A et B).
La ligne de production est susceptible de générer des entrées de
trésorerie (chiffre d’affaires) et des sorties de trésorerie (coûts
d’exploitation de la ligne - matières premières, main d’œuvre…, hors
dotation aux amortissements). L’estimation de ces entrées en
trésorerie générées individuellement par chaque machine est
impossible.

183
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III.3 Comptabilisation
Dans le cas où la valeur recouvrable < la valeur comptable nette alors
une perte de valeur égale à la différence entre les deux valeurs doit
être comptabilisée.

31 décembre N
681 Dotations aux pertes de valeur X
29… Pertes de valeur sur X
immobilisations
Perte de valeur
X : montant de la dépréciation

III.4 Applications :
Exemple 01 : test de dépréciation

Analysez les valeurs ci-dessus et concluez sur la nécessité de


constituer une dépréciation en justifiant votre décision.
Valeur comptable nette de l’actif = 140 et :

Valeur recouvrable Dépréciation Valeur bilan


VV = 160
VU = 130
VV = 120
VU = 130
VV = 120
VU = 100
VV = 120
VU = 150
184
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Solution :

Valeur comptable nette de l’actif = 140

Valeur recouvrable Dépréciation Valeur bilan


VV = 160 VR = 160 0 140
VU = 130
VV = 120 VR = 130 140 – 130 = 10 140 – 10 = 130
VU = 130
VV = 120 VR = 120 140 – 120 = 20 140 – 20 = 120
VU = 100
VV = 120 VR = 150 0 140
VU = 150

Exemple 02 : Dépréciation d’une immobilisation non amortissable

La société DJEMAI a acquis au prix de 9 000 000 DZD un terrain


constructible en 2016 sur lequel elle envisage de construire un
bâtiment administratif.
A la clôture 2018, compte tenu de difficultés financières, le projet n’a
pas encore été réalisé et il est même possible qu’il soit annulé. Aucune
décision n’est encore prise mais les informations suivantes ont été
réunies par le comptable de cette entreprise :

- Le prix de cession d’une vente éventuelle, estimé par un expert,


serait égal à 8 500 000 DZD. La vente de ce terrain occasionnerait des
frais (remise en état, frais d’agence) estimés à 5% du prix de vente.
185
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- La valeur d’utilité du terrain, calculée en fonction des flux nets de


trésorerie attendus s’élève à 7 500 000 DZD.

1. Existe-t-il un indice de perte de valeur pour ce terrain ?


2. Effectuez le test de dépréciation au 31/12/2018. Concluez sur la
dépréciation éventuelle.
3. Présentez le(s) enregistrement(s) comptable(s) nécessaire(s).
4. Qu’adviendra-t-il si le terrain est cédé ?

Solution :

1. Indice de perte de valeur :


Il existe un indice de perte de valeur au regard de la valeur de marché
(indice externe). On peut également retenir l’éventuel changement de
l’utilisation du terrain.

2. Test de dépréciation au 31/12/2018 et dépréciation éventuelle

Il consiste à comparer la valeur comptable du terrain (9 000 000 DZD)


avec la valeur actuelle. Cette dernière est la plus élevée de la valeur
vénale et de la valeur d’usage, soit :
- valeur de vente nette : 8 500 000 x 95% = 8 075 000DZD.
- valeur d’utilité : 7 500 000 DZD.
La valeur recouvrable est donc égale à la valeur de vente nette (8 075
000 DZD) et il faut constater une dépréciation dont le montant sera : 9
000 000 – 8 075 000 DZD = 925 000 DZD.
186
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

3. Enregistrement(s) comptable(s) nécessaire(s).

31/12/N
6811 Dotations aux dépréciations des immobilisations 925000
incorp. et corp.
2911 Dépréciation des terrains 925000
Dotation de l’exercice

Remarque :
On remarquera l’intitulé des comptes dans lesquels l’expression
ancienne « provision pour dépréciation » a été remplacée par
« dépréciation ». L’utilisation de l’expression « Provision » est
réservée au passif du bilan, les diminutions d’actifs sont intitulées «
Dépréciation » afin d’éviter l’ambiguïté conceptuelle.

- le terme « Provisions » est exclusivement réservé au passif du bilan


et désigne, en remplacement des actuelles provisions pour risques et
charges.
- le terme « Dépréciation », en remplacement des anciennes provisions
pour dépréciation, s’applique aux diminutions de valeur d’actifs.

4. Qu’adviendra-t-il si le terrain est cédé ?

Lors de la sortie de cet actif, il faudra reprendre la dépréciation


constatée au 31/12/N. On utilisera le compte 7816 « Reprises sur
dépréciations des immobilisations incorporelles et corporelles ».

187
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple 03
Achat d’une machine-outil en début N pour 20 000 DZD HT, amortie
sur 5 ans en linéaire. À la fin de l’année suivante (N+1), les
innovations techniques ont rendu cette machine obsolète. Sa valeur
d’utilité n’est plus estimée qu’à 10 500 DZD, alors que sa valeur de
vente nette est de 9 500 DZD.

Votre travail en N+1 :

1. calculer la dépréciation pour N+1,


2. comptabiliser la dotation aux amortissements et la dépréciation pour
N+1,

Corrigé

1. dépréciation :
Amortissement (N) : 20 000 x 20% = 4 000
Valeur nette comptable : 20 000 – 4 000 = 16 000

Amortissement (N+1) : 20 000 x 20% = 4 000


Valeur nette comptable : 20 000 – 8 000 = 12 000
Valeur recouvrable (N+1) : 10 500 [valeur la plus élevée entre la
valeur d’utilité (10 500 DZD) et la valeur de vente nette (9 500DZD)]
Dépréciation : VNC– Valeur actuelle = 12 000 - 10 500 = 1 500

188
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2. comptabilisation :

31/12/N+1
6810 Dotations aux amortissements des immobilisations 4 000
corporelles
2815 Amortissements du matériel 4 0000
industriel
Constatation de
l’amortissement

31/12/N+1
6811 Dotations aux dépréciations des immobilisations corporelles 1 500
2915 Dépréciations du matériel industriel 1 500
Constatation de la perte de valeur

L’amortissement à partir de l’année N+2 est égal à la nouvelle VNC/Durée d’utilité


restante i.e. 10 500/3 = 3 500

Exemple 04
Dépréciation définitive d’une immobilisation amortissable

Le 1er juillet 2006, la société ABC a fait l’acquisition au comptant


pour 1 500 000 DZD HT, d’un four à silice équipé d’une turbine de
combustion. Cet équipement avait une durée prévisionnelle
d’utilisation de 10 ans soit 20 000 heures de fonctionnement (durée
technique fournie par le fabricant).
Cet équipement était amortissable linéairement sur une durée
d’utilisation normale de 2 000 heures par an. L’usure précoce du
revêtement intérieur du four et la surchauffe engendrée au niveau de la

189
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

turbine font qu’à compter du 1er janvier 2019, l’entreprise ABC a


décidé de réduire de moitié le temps d’utilisation du four (soit 1 000
heures par an). La valeur comptable de cet équipement après
amortissement avant dépréciation éventuelle s’établit à 1 125 000
DZD au 31 décembre 2018.

1. Peut-on dire que cet équipement est déprécié ?


2. Comment doit-on déterminer cette éventuelle dépréciation ?
3. Présentez les enregistrements comptables nécessaires au 31
décembre 2018.
4. Quelles seront les conséquences de cette dépréciation sur plan
d’amortissement de l’équipement ?
Corrigé :

1. Peut-on dire que cet équipement est déprécié ?

Oui. La perte de valeur est due des performances inférieures aux


prévisions (indice interne).

2. Comment doit-on déterminer cette éventuelle dépréciation ?


La diminution de moitié des performances de l’équipement a pour
conséquence de diminuer d’autant les avantages économiques
attendus. La valeur doit donc être dépréciée de moitié soit :
1 125 000 x 50% = 562 500 DZD.
190
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La nouvelle valeur comptable est donc égale à 562 500 DZD.


3. Présentez les enregistrements comptables nécessaires du 01 juillet
2007 au 31 décembre 2018.

Comptabilisation

01/07/2016
215 Installations techniques, matériel et outillage 1500 000
industriels
44562 TVA déductible sur immobilisations 285 000
512 Banque 1785 000
Acquisition four à silice

31/12/2016
6810 Dotations aux amortissements. 75 000
2815 Amortissement des matériels indus. 75 000
Dotation de l’exercice

31/12/2017 et 2018
6810 Dotations aux amortissements 150 000
2815 Amortissement des matériels indus. 150 000
Dotation de l’exercice

191
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

31/12/2018
6811 Dotations aux dépréciations des immobilisations. 562 500
2915 Dépréciation des matériels indus. 562 500
Perte de valeur (baisse de performance)

4. Quelles seront les conséquences de cette dépréciation sur plan


d’amortissement de l’équipement ?
La valeur nette comptable au 1er janvier 2019 est désormais égale à
562 500 DZD et constitue la base d’amortissement pour les exercices
restant. La dépréciation modifie la base d’amortissement de manière
prospective. Ainsi, l’amortissement à partir de 2010 est égale à
562 500/7,5 = 75 000 DZD
31/12/2019,…
6810 Dotations aux amortissements 75 000
2815 Amortissement des matériels indus. 75 000
Dotation de l’exercice

Complément
A chaque arrêté des comptes, l’entité apprécie s’il existe un indice
montrant qu’une perte de valeur comptabilisée pour un actif au cours
d’exercices antérieurs n’existe plus ou a diminué. Si un tel indice
existe, l’entité estime la valeur recouvrable de l’actif. La perte de
valeur constatée sur un actif au cours d’exercices antérieurs est reprise
en produit dans le compte de résultat lorsque la valeur recouvrable de
cet actif redevient supérieure à sa valeur comptable.

192
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La valeur comptable de l’actif est alors augmentée à hauteur de sa valeur


recouvrable, sans toutefois pouvoir dépasser la valeur comptable nette
d’amortissements qui aurait été déterminée si aucune perte de valeur
n’avait été comptabilisée pour cet actif au cours des exercices antérieurs.

Comptabilisation :

29… Dépréciation des immobilisations corporelles X


78 Reprise de perte de valeur. X
Dotation de l’exercice
X : montant de la reprise de perte de valeur

Exemple : reprise de perte de valeur


Les dirigeants de la société AMAN ont acquis un matériel industriel le
1/1/N pour 10 000 DZD HT. Ce bien est amorti sur 5 ans selon le
mode linéaire. Les hypothèses suivantes sont définies :
Les valeurs recouvrables en fin d’année sont respectivement de N à
N+3 : 8 000 DZD, 5 100 DZD, 4 500 DZD. 2 400 DZD.
Le plan d’amortissement d’origine a été établi et votre travail porte sur
le suivi de l’immobilisation de N à N+4.

Pour chaque exercice :

- compléter la ligne correspondante du tableau,


- justifier l’obligation éventuelle de constater une dépréciation,
- présenter les enregistrements comptables nécessaires au 31/12,
- justifier la situation comptable à la fin de l’exercice concerné.
193
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Corrigé :

Suivi comptable de l’immobilisation


VNC plan Calcul de Amortissements Valeur recouvrable Dépréciation
Fin VNC
d’origine (1) l’amortissement Dotations Cumulés estimée Dot./Repr. Cumulée
N 8 000 10 000 / 5 2 000 2 000 8 000 0 0 8 000
N+1 6 000 10 000 / 5 2 000 4 000 5 100 900 900 5 100
N+2 4 000 5 100 / 3 1 700 5 700 4 500 (2) - 600 300 4 000
N+3 2 000 4 000 / 2 2 000 7 700 2 400 (3) 0 300 2 000
N+4 0 2 000 2 000 9 700 0 0 300 0

(1) il s’agit de la VNC de fin de période conforme au plan d’amortissement théorique d’origine.
(2) 10 000 – 5 700 = 4 300, on reprend la dépréciation jusqu’à la VNC d’origine : 4 000 DZD
(3) 10 000 – 7 700 = 2 300 ; on garde la dépréciation à 300 DZD ; VNC d’origine 2 000 DZD

194
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Calculs et traitement comptable pour N

L’amortissement est égal à 2 000 DZD. La VNC et la valeur recouvrable


estimée sont égales à 8 000 DZD. Il n’y a donc pas lieu de constater une
dépréciation de la valeur de ce bien. Seule la dotation aux amortissements est
à constater :

31/12/N
6810 Dotations aux amortissements sur 2 000
immobilisations corporelles
2815 Amortissements Mat. Industriels 2 000
Dotation de l’exercice

 En fin d’exercice N
Valeur d’origine 10 000
Cumul des amortissements 2 000
Dépréciation 0
VNC 8 000

Calculs et traitement comptable pour N+1

La valeur recouvrable estimée (5 100 DZD) est inférieure à la VNC (6 000


DZD). Il faut donc constater une dépréciation égale à la différence entre
ces 2 valeurs (6 000 – 5 100 = 900).
Cette dépréciation a pour conséquence de porter la VNC au niveau de la
valeur recouvrable du bien : 5 100 DZD

195
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Le plan d’amortissement est modifié pour les exercices suivants


puisque la VNC ainsi déterminée constitue la nouvelle base
d’amortissement. La durée et le rythme des amortissements restent
inchangés.
31/12/N+1
6810 Dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles 2000
2815 Amortissements Matériels Industriels 2000
Dotation de l’exercice

6811 Dotations pour dépréciations des immobilisations 900
corporelles
2915 Dépréciations des Matériels Industriels 900
Dotation de l’exercice
 En fin d’exercice N+1 :

Valeur d’origine 10 000


Cumul des amortissements - 4 000
Dépréciation - 900
VNC 5 100

 Calculs et traitement comptable pour N+2


La base d’amortissement a été modifiée. Elle est de 5 100 DZD. Selon les
modalités d’amortissement, il reste 3 exercices, donc la dotation aux
amortissements devient : 5 100 / 3 = 1 700. La VNC (plan d’origine) est de 4
000. C’est la valeur pour laquelle le bien doit figurer dans le bilan puisqu’elle
est inférieure à la valeur recouvrable estimée qui s’élève à 4 500 DZD. En
effet, la VNC d’origine est maintenue lorsqu’elle est inférieure à la valeur
recouvrable estimée. La dépréciation au 31/12//N+2 se détermine donc

196
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

comme suit : 10 000 – 5 700 – D = 4 000. Soit D = 300. Il faut pratiquer une
reprise de cette dépréciation pour un montant égal à : 900 - 300 = 600.

31/12/N+2
Dotations aux amortissements sur immobilisations 1 700
6810 corporelles
2815 Amortissements Matériels Industriels 1 700
Dotation de l’exercice

2915 Dépréciation des Matériels Industriels 600


7811 Reprises sur dépréc. immob. corporelles 600
Reprise de l’exercice

 En fin d’exercice N+2


Valeur d’origine 10 000
Cumul des amortissements - 5 700
Dépréciation - 300
VNC 4 000

Calculs et traitement comptable pour N+3


La base d’amortissement a été rectifiée. Elle est de 4 000 DZD et fait
l’objet d’un amortissement sur les 2 exercices restants. La dotation aux
amortissements devient : 4 000 / 2 = 2 000.

La valeur recouvrable estimée est supérieure à cette VNC qui doit donc
être maintenue. Il n’y a donc ni dotation ni reprise de dépréciation.

197
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Dotation de l’exercice au 31/12/N+3 En fin d’exercice 31/12/N+3 :


6810 2 000 Valeur d’origine 10 000
2815 2 000 Cumul des - 7 700
amortissements
Dépréciation - 300
VNC 2000

Calculs et traitement comptable pour N+4


La dotation aux amortissements est égale à 2 000.
Dotation de l’exercice au 31/12/N+4 En fin d’exercice 31/12/N+4
:
6810 2 000 Valeur 10 000
2815 2 000 d’origine
Cumul des - 9 700
amortissements
Dépréciation - 300
VNC 0

198
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

IV. Provisions pour risques et charges

VI.1 Définition :
La provision est définie selon le Système Comptable Financier comme un
passif dont l’échéance ou le montant sont incertains. Un passif représente
les caractéristiques suivantes :

- L’entreprise est une obligation (un engagement) envers un tiers, c’est-


à-dire un devoir ou une responsabilité d’agir ou de faire quelque chose
d’une certaine façon ;

- l’obligation doit être actuelle. A ce propos, le normalisateur


international précise qu’ « une obligation ne naît normalement que
lorsque l’actif est livré ou lorsque l’entreprise conclut un accord
irrévocable pour acquérir l’actif. Dans ce dernier cas, la nature
irrévocable de l’accord signifie que le fait de ne pas honorer
l’obligation laisse peu ou pas de chances à l’entreprise, en raison par
exemple de l’existence d’une clause prévoyant une pénalité
importante, d’éviter la sortie de ressources au profit d’un tiers » ;

- l’événement à l’origine du passif (fait générateur de l’obligation) doit


avoir eu lieu ;

199
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- il est probable que l’extinction de l’obligation se traduira pour


l’entreprise par une sortie de ressources représentatives d’avantages
économiques (c’est-à-dire dans la plupart des cas une sortie de
trésorerie).

Un engagement de l’entreprise envers un tiers (un engagement externe)


existant à la clôture de l’exercice est donc désormais explicitement
indispensable pour générer un passif dans le bilan. La nature de cette
obligation peut être de deux sortes :

- juridique, c’est-à-dire découler d’un contrat, de dispositions légales ou


réglementaires ou de toute autre source de droit ;
- implicite, c’est-à-dire découler des actions d’une entreprise qui a
indiqué aux tiers, par ses pratiques passées, par sa politique affichée
ou par une déclaration récente, qu’elle assumera certaines
responsabilités et qui par conséquent a créé chez ces tiers une attente
fondée qu’elle assumera ses responsabilités.
Sur le plan conceptuel, un passif dont le montant et l’échéance sont
fixés de manière précise et définitive est une dette. Un passif dont le
montant ou l’échéance ne sont pas définitifs mais qui peut être estimé
de manière fiable est une provision.

200
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

En résumé :

Une provision pour risques et charges doit être comptabilisée si les

conditions cumulatives suivantes sont vérifiées à la clôture de

l’exercice comptable :

- l’entreprise a une obligation actuelle ;


- résultant d’un événement passé ;
- qui provoquera probablement une sortie future de trésorerie ;
- et qui est estimable de façon fiable.

En conclusion, les montants inscrits en provision doivent correspondre à


une obligation dont le fait générateur est situé avant la clôture de l’exercice
concerné et à une sortie de ressources au profit d’un tiers. Se pose alors le
problème de l’évaluation de cette sortie de ressources.

IV.2 Evaluation de la provision

Pour évaluer le montant de la provision à comptabiliser, l’entreprise doit


retenir la meilleure estimation de la dépense nécessaire à l’extinction de
l’obligation actuelle à la date de clôture. En présence de plusieurs
estimations possibles, l’entreprise doit appliquer « la méthode de la valeur
attendue », qui consiste à pondérer tous les résultats possibles en fonction

201
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

de leur probabilité de réalisation, ce qui correspond à la valeur


mathématique (et non le coût le plus probable ou le plus élevé ou le plus
petit du maximum…).

Exemple n° 1

Un salarié de la société ABC licencié courant 2019, conteste le montant de


son indemnité de licenciement. A la clôture de l’exercice comptable
(31/12/2019), l’entreprise est en procès et ses avocats considèrent, en l’état
actuel de la procédure, qu’elle risque d’être condamnée à verser un
complément d’indemnité plus des dommages et intérêts dont le montant a
été estimé de la manière suivante :

Hypothèse optimiste (probabilité = 30 %) : 600 000 DZD ;

Hypothèse pessimiste (probabilité = 70 %) : 2 500 000 DZD

Solution

La société ABC doit constater au 31/12/2019 une provision pour


risques et charges car les conditions posées par la norme algérienne sur les
provisions sont remplies :
- Existence d’une obligation actuelle ? Oui : à la clôture de l’exercice,
selon les avocats, il est plus probable qu’improbable que l’entreprise sera
condamnée à réparer une faute à l’égard de son salarié licencié ;

202
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Le fait générateur de l’obligation a-t-il eu lieu avant la clôture ? Oui : un


dommage probable a été causé au salarié licencié courant 2019 ;
- Une sortie de ressources est-elle probable pour régler l’obligation
existante à la clôture ? Oui, puisque l’entreprise ABC a de fortes chances
d’être condamnée ;
- Le risque est-il estimable avec fiabilité ? Oui, application de la méthode
statistique de la valeur attendue. La meilleure estimation de la dépense
nécessaire au règlement de l’obligation à la clôture de l’exercice est égale
à l’espérance mathématique de la dépense qui sera supportée par
l’entreprise soit : 30 % x 600 000 + 70 % x 2 500 000 = 1 930 000 DZD.
Le montant provisionné est un montant avant impôt, car le traitement des
incidences fiscales des provisions relèvent de la norme algérienne sur les
impôts différés. Norme qui sera décortiquée d’une manière approfondie
dans la prochaine publication de FINABI Conseil

Comptabilisation :

31/12/2019
6812 Dotations aux provisions 1 930 000
158 Autres provisions 1 930 000
Dotation de l’exercice

La norme algérienne sur les provisions apporte les précisions suivantes :

 Risques et incertitudes : pour ne pas surestimer le résultat comptable,


l’évaluation des provisions doit se faire avec prudence en tenant compte de tous
les risques et incertitudes existant à la clôture de l’exercice et de la façon la plus
203
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

objective possible. L’attitude consistant à majorer délibérément des provisions


par « excès de prudence » est bannie par la norme.

 Valeur actuelle : le montant de la provision doit être actualisé quand l’effet


d’une telle actualisation est significatif. Le taux d’actualisation à utiliser doit
être un taux avant impôt reflétant lors de chaque clôture le taux sans risques
majoré du risque spécifique attaché à la provision. L’actualisation est pertinente
pour les provisions dont l’échéance n’est pas à court terme. En conséquence,
évaluer une provision requiert non seulement l’estimation du montant du
paiement mais également la prévision de la date à laquelle il interviendra . La
prise en charges des provisions pour indemnités de départ (IDR) est un
cas d’école. Une analyse approfondie sera faite de cette problématique
avec l’impact fiscal inhérent sera réalisée dans la prochaine
publication de FINABI Conseil.

Exemple n° 2 :

La société AMINE a livré, courant 2019, des marchandises défectueuses à


l’un de ses principaux clients. Un procès est en cours à la clôture de
l’exercice au 31/12/2009. Les conditions pour constater une provision pour
risques étant remplies, la société doit-elle provisionner les 500 000 DZD
de dommages et intérêts qu’elle aura probablement à payer dans 2 ans,
compte tenu des délais de procédure. Le taux reflétant le taux sans risque
majoré du risque spécifique attaché à la provision est égal à 5%.

Travail à faire : Evaluer le montant de la provision à comptabiliser et


décrivez son évolution comptable jusqu’au 31/12/2011 ?
204
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Solution
Au 31/12/2019, la société AMINE va enregistrer une provision d’un
montant de : 500 000 x (1,05)-2 = 453 515 DZD
Au 31/12/2019, on passe l’écriture comptable suivante :

31/12/2019
6812 Dotations aux provisions 453 515
158 Autres provisions 453 515
Dotation de l’exercice

Au 31/12/2020, une nouvelle estimation de la provision :


500 000 x (1,05)-1 = 476 190 DZD.
Ecart d’actualisation = 476 190 – 453 515 = 22 675 DZD

Au 31/12/2010, on passe l’écriture comptable suivante :

31/12/2020
668 Autres charges financières 22 675
158 Autres provisions 22 675
Effet temps sur la provision

Cette façon de faire repose sur l’idée que l’augmentation de la provision en


2020, n’est pas due à un accroissement du risque mais à l’effet de la valeur
temps sur le passif, d’où l’utilisation du compte charges financières. Au
31/12/2021, une nouvelle estimation de la provision : 500 000 x (1,05) 0 =
500 000 DZD

Ecart d’actualisation = 500 000 – 476 190 = 23 810 DZD

Au 31/12/2021, on passe les écritures comptables suivantes :


205
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

31/12/2021
668 Autres charges financières 23 810
158 Autres provisions 23 810
Effet temps sur la provision

31/12/2021
158 Autres provisions 500 000
512 Banque 500 000
Paiement de la provision

 Evénements futurs : les événements futurs tels que les modifications


de la loi et les changements technologiques doivent être pris en compte
dans l’évaluation des provisions, quand il existe des indications
objectives suffisantes que ces événements se produiront.

 Revue obligatoire du niveau des provisions à chaque clôture selon


la norme, « les provisions doivent être revues à chaque date de clôture
et ajustées pour refléter la meilleure estimation à cette date. »

Exemple n° 3
Une entreprise, dont le site d’exploitation se trouve sur le tracé de la future
ligne « métro » Alger –Bachdjarah, a provisionné à la fin de l’exercice
2018 (le 31/12) le coût de son déménagement pour cause d’expropriation
prévue dans deux ans. Le montant provisionné est égal à : 1000 000 x
(1,06) –2 = 889 996,44

206
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Au 31/12/2019, Le coût du déménagement est revu à la hausse et estimé à


1 200 000 DZD. Le taux d’actualisation reste inchangé.

Solution

Au 31/12/2018,

31/12/2018
6812 Dotations aux provisions 889 996,44
158 Autres provisions 889 996,44
Dotation de l’exercice

Au 31/12/2019,

Valeur actuelle du coût du déménagement = 1 200 000x (1,06) -1 = 1 132


075,472 DZD
La différence entre le montant de la provision 2018 et celui de 2019 soit,

1 132 075,472 – 889 996,44 = 242 189,03 DZD, s’analyse de la manière


suivante :
- différence d’estimation = 1 132 075,472– [1 000 000 x (1,06)-1]
= 1 132 075,47– 943 396,23 = 188 679,25 DZD

- écart d’actualisation = 943 396,23 – 889 996,44 = 53 509,79 DZD

31/12/2019
6812 Dotations aux provisions 188 679,25
158 Autres provisions 188 679,25
Dotation de l’exercice

207
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

31/12/2019
668 Autres charges financières 53 509,25
158 Autres provisions 53 509,25
Effet temps sur la provision

IV.3 Cas particuliers d’application des principes généraux


IV.3.1 Pertes opérationnelles futures (sauf contrats déficitaires)

La norme algérienne sur les provisions interdit la constitution de


« provisions par anticipation », en précisant que les pertes futures ne
constituent pas un passif mais qu’elles peuvent éventuellement donner lieu
à la constatation d’une dépréciation d’un actif.

Exemple n° 4

La société ALPHA est spécialisée dans la vente de produits de marque à


prix réduit. Elle est implantée à la périphérie de Constantine. Fin 2019, elle
s’attend à une chute de 20 % de son chiffre d’affaires en raison
d’importants travaux de voirie qui vont être réalisés début 2020 par la
municipalité et qui vont restreindre l’accès au magasin.

Solution

La société ALPHA n’a pas d’obligation actuelle résultant d’un événement


passé, ni potentielle, elle ne doit pas constituer fin 2019 de provision pour
charges.

208
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

IV.3.2 Contrats déficitaires

Il s’agit de contrats pour lesquels « les coûts inévitables pour satisfaire aux
obligations contractuelles sont supérieurs aux avantages économiques à
recevoir attendus du contrat. Si l’entreprise a un contrat déficitaire,
l’obligation résultant de contrat doit faire l’objet d’une provision.

Exemple n° 5

En janvier 2019, la société PIKA a signé un contrat avec la société AMINE


portant sur la réalisation d’un logiciel de gestion de production. La durée du
contrat est de 15 mois. Le contrat prévoit un prix de vente ferme et définitif
hors taxes récupérables (HT) de 500 000 DZD. La société PIKA dispose d’un
système d’information interne permettant un suivi analytique de ses différents
contrats. Au 31 décembre 2019, le degré d’avancement des travaux est de 60
% et les charges engagées sur le contrat s’élèvent à 350 000 DZD HT. Les
coûts estimés pour achever le contrat s’élèvent à 230 000 DZD HT.

Solution

En vertu de la méthode à l’avancement, la société PIKA a enregistré un


chiffre d’affaires sur le contrat égal à 500 000 x 60 % = 300 000 DZD
Le contrat avec AMINE est déficitaire, en effet :
Avantages économiques à recevoir attendus du contrat = 500 000 DZD (A)
Coûts inévitables pour satisfaire aux obligations contractuelles = 350 000 + 230
000 = 580 000 DZD (B)
Perte totale sur le contrat (B) – (A) = -80 000 DZD

209
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 Perte déjà constatée dans les comptes = 350 000 – 300 000 = -50 000
DZD
 Perte à venir = 80 000 – 50 000 = - 30 000 DZD
La société PIKA doit constater au 31/12/2019 une provision pour risques
et charges car les conditions posées par la norme algérienne sur les
provisions sont remplies :

- Existence d’une obligation actuelle ? Oui : l’entreprise PIKA qui a


conclu un contrat avec la société AMINE ne peut plus échapper à son
obligation contractuelle de faire, sauf à payer une indemnité.
- Le fait générateur de l’obligation a-t-il eu lieu avant la clôture ?
Oui : le contrat a été conclu courant 2019.
- Une sortie de ressources est-elle probable pour régler l’obligation
existante à la clôture ? Oui, la perte à venir sur le contrat (30 000)
constitue une sortie future de trésorerie.
- Le montant est-il estimable avec fiabilité ? Oui, l’entreprise
dispose d’un système de suivi analytique des contrats fiable.
Comptabilisation

31/12/2009
6812 Dotations aux provisions 30 000
158 Autres provisions 30 000
Dotation de l’exercice

Impact sur le résultat = perte déjà constatée (- 50 000) + dotation (- 30


000), soit une minoration du résultat 2019 de 80 000 DZD.

210
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

IV.3.3 Avantages au personnel :


Les salariés fournissement leur travail en contrepartie de deux types
d’avantages :

Avantages à court terme : Les avantages à court terme peuvent être soit :

 des droits cumulables que l’entreprise doit évaluer au coût attendu


qu’elle s’attend à payer du fait du cumul des droits non utilisés à la
date de clôture.

Les avantages à court terme sont évalués à leur coût et à comptabiliser en


charges de la période au cours de laquelle les services correspondants ont
été rendus. Ils ne doivent pas être actualisés dans la mesure où ils sont
exigibles dans un délai inférieur de douze mois.

Exemple n° 6

La société TEC SPA accorde à chacun de ses 1.000 salariés trois jours
ouvrables rémunérés de congé maladie par an. En application des accords
conclus entre l’entreprise et les représentants syndicaux, les journées de
congés maladie non utilisées peuvent être reportées sur l’année suivante.

On applique la méthode de LIFO, les congés maladie sont imputés en


premier sur les droits acquis au titre de l’exercice en cours, puis sur les
droits acquis l’exercice antérieur.

211
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Nous sommes au 31/12/2019, le crédit moyen non utilisé est de deux jours
par personnes. Sur la base de statistiques des années précédentes, TEC
SPA estime qu’en 2020, 900 salariés ne prendront pas plus de trois jours
de congés maladie et que les 100 autres prendront en moyenne quatre jours
chacun. On suppose qu’un jour de congé maladie est valorisé sur la base
de 1 500 DZD.

Évaluer la charge de personnel liée au crédit du congé payé et passer


l’écriture comptable ?

TEC pense être amenée à payer 1*100 soit 100 jours de congés maladie,
supplémentaire du fait du crédit non utilisé accumulé au 31/12/2019 (soit
un jour par personne pour chacune des 100 personnes). L’entreprise
comptabilisera un passif social de 100 jours de congé maladie.

Nous avons le jour de congé maladie est valorisé à 1 500 DZD don les 100
jours sont valorisés à 150.000 DZD.

Comptabilisation

31/12/2019
638 Autres charges au personnel 150 000
158 Autres provisions 150 000
Congé payé reporté

Dans quelques entreprises surtout publiques, les salariés n’attendent pas


seulement la rémunération quotidienne en fournissant leur travail, ils
jouissent également d’indemnités de départ à la retraite. Chaque année

212
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

travaillée permet au salarié de gagner des points valorisés par rapport à


salaire de fin de carrière. Le Système Comptable Financier stipule que ces
droits doivent être comptabilisés l’année de leur acquisition et non l’année
de leur paiement.

Les droits acquis sont évalués au montant total des engagements à faire
figurer au bilan évalué selon une méthode actuarielle (méthode des unités
de crédit projetées)

Exemple 07

Un salarié est âgé de 55 ans au 31/12/2012 et prendra sa retraite dans 07


ans. Son salaire au 1er janvier 2012 est de 45.000 DZD et le taux de
revalorisation des salaires est de 3%. A ce jour, il a acquis 10 mois de
salaire, au titre de l’indemnité de fin de carrière.

Le taux d’actualisation est de 7%.

La probabilité que le salarié soit présent au moment de son départ à la


retraite est de 96%. Dont le taux de fidélité est de 96%7 = 75,14 % et la
probabilité qu’il soit en vie au moment de son départ à la retraite est 99%
(taux de survie)
Calculer le montant de la valeur actuelle de l’obligation ?

Solution

- Salaire projeté de fin de carrière : 45.000 * (1.03)7ans = 55 344 DZD

213
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

- Droit acquis à la date de clôture : 10 mois de salaires


- Probabilité pour la société de payer des indemnités de fin de carrière compte
tenu des hypothèses actuarielles : 75,14% * 99% = 74,39%.

Valeur Actuelle des prestations calculées en fonction des régimes de retraie : le


taux d’actualisation retenu étant de 7% : 10 mois acquis * 55 344 * 74.39%*
(1,07)- 7 ans = 256 400 DZD.
Comptabilisation
01/01/2009
6812 Dotations aux provisions 256 400
153 Provisions pour pensions et 256 400
obligations similaires
Constatation de l’obligation

Suite de l’exercice

On suppose que les droits acquis en 2020 représentent 15 jours de salaire


par année d’ancienneté.
Calculer l’accroissement de la valeur actuelle de l’obligation et
déterminer le coût financier ?

Solution :

L’accroissement de la valeur actuelle = 55 344 * 0.5 mois* 74,39 % * (1,07)-


6 ans =
13 717,4 DZD
Le coût financier est obtenu en multipliant le taux d’actualisation par la
valeur actualisé de l’obligation de l’exercice au titre de prestation définie,
soit 256 400 * 7% = 17 948 DZD
214
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr
31/12/2009
6812 Dotations aux provisions 13 717,4
153 Provisions pour pensions 13 717,4
et obligations similaires
Accroissement de la valeur actuelle

31/12/2009
668 Autres charges financières 17 948
153 Provisions pour pensions 17 948
et obligations similaires
Effet du temps

Autres exemples de provisions

Provision pour travaux :


Une entreprise a décidé d’effectuer des travaux de réparation non-amortissables
qui ne constituent pas de « grosses réparations » sur un matériel lui appartenant et
ayant subi des dommages au cours de l’exercice.
Solution :
L’entreprise n’a aucune obligation envers le tiers à la clôture. La sortie de ressources est
probable mais elle a une contrepartie pour l’entreprise correspondant à la réalisation des
travaux attendue sur l’exercice suivant. Aucune provision ne doit être constituée. Il n’y a
pas de provision à constater quel que soit l’engagement pris à l’égard du prestataire (devis
signé).

Provision pour dépenses de publicité :


Une entreprise décide et engage avant la clôture une campagne de publicité pour
l’exercice suivant. L’engagement de l’entreprise est formalisé par un contrat
conclu, avant la date de clôture de l’exercice qui l’oblige à payer la prestation
prévue sans possibilité de s’y soustraire.
Solution :
La sortie de ressources est certaine, il y a engagement vis-à-vis d’un tiers à la clôture de
l’exercice et la sortie de ressource future est certaine. Néanmoins cette dernière a pour
contrepartie la réalisation d’une prestation future. Il n’y a pas de provision à constituer.

215
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Provision pour sous activité ou pertes d’exploitation futures :


Une entreprise sait, à la clôture de l’exercice, qu’il y aura au cours de l’exercice
suivant une sous activité (liée au carnet de commandes, par exemple) entraînant
des pertes d’exploitation.
Solution :
Une perte d’exploitation future ne répond pas à la définition du passif. Elle ne résulte pas
d’une obligation envers un tiers. Il n’y a pas de provision à constituer.

Provision pour déménagement :


Une entreprise décide (décision prise avant la date de clôture) de déménager pour
des motifs économiques ou financiers, ou y est contrainte par une mesure
d’expropriation ou un congé donné en fin de bail par son bailleur.
Solution :
Si l’entreprise est locataire et que le congé lui est notifié par le bailleur après la clôture.
Aucun engagement de déménagement de l’entreprise à l’égard du bailleur à la date de
clôture pour libérer les locaux. Il n’y a pas de provision à constituer.
Si l’entreprise est locataire et que le congé lui est notifié par le bailleur avant la clôture, il
n’y a une provision à constituer. La rupture du bail est formalisée à la date de clôture ; il y
a engagement de l’entreprise à libérer les locaux. La sortie de ressource est constituée du
dédit et des loyers à verser pour locaux inoccupés ainsi que les frais de remise en état (pas
de contrepartie attendue) à l’exception des frais de déménagement des biens réutilisables.
Elle est propriétaire de l’immeuble et projette de le vendre. À la clôture de l’exercice,
l’entreprise n’a aucune obligation de libérer les locaux vis-à-vis des tiers.

Provision pour garantie :


Une société vend des produits sous garantie (1 an). Il résulte de son expérience
que la garantie est mise en jeu lors de l’exercice suivant celui de la vente dans
1,5 % des cas.
Solution :
La vente de produits est le fait générateur de l’obligation de garantie. Sur la base de
l’expérience passée, le niveau de risque est connu et la sortie de ressource peut être
estimée. Une provision doit être comptabilisée à hauteur de l’indemnisation qui sera
accordée aux clients.

216
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

V. Correction d’erreurs et fixation du seuil de signification

V.1 Le seuil de signification est étroitement lié au principe


comptable de l’importance relative.
La norme d’audit algérienne considère que les informations sont
significatives si leurs omissions ou leurs anomalies sont susceptibles
d’influencer les décisions économiques prises par les utilisateurs et
basées sur les états financiers. Ces décisions peuvent inclure celles
d’investissement, d’achat, d’octroi de fonds pour l’entité, ou autres.

Une anomalie est considérée comme significative dans les états


financiers, quand elle influence ou change les décisions économiques
des utilisateurs de ces états.

Par exemple, s’il a été fixé que la décision des utilisateurs des états
financiers changeraient à partir d’anomalie de 10 000, l’auditeur
planifie sa mission afin de détecter les éventuelles anomalies qui
excèderaient ce montant.

Le seuil de signification est fixé par l’auditeur sur la base de sa


perception des besoins économiques des utilisateurs. Cette fixation est
un fait de jugement professionnel, et il est raisonnable que l’auditeur
présume, dans ce cadre, que les utilisateurs :
- ont une connaissance du monde des affaires, de l’économie,
217
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

de la comptabilité et peuvent étudier l’information financière


avec diligence ;
- sachent que les états financiers sont préparés et audités tout en
tenant compte d’un seuil de signification ;
- connaissent les incertitudes inhérentes à la base de mesure des
estimations comptables, au jugement et aux événements
postérieurs ;
- tirent une raisonnable décision en se basant sur l’information
financière contenue dans les états financiers.
Les anomalies peuvent prendre la forme d’une erreur ou d’une fraude
dans la préparation des états financiers, ou d’une estimation comptable
incorrecte ou inappropriée.

L’évaluation du caractère significatif (ou seuil de signification) d’une


constatation faite par l’auditeur est sans doute l’une des tâches les plus
délicates de sa mission. C’est avant tout une question laissée au jugement
d’un professionnel qui se doit d’être indépendant et compétent.

Le seuil de significativité est défini par la future norme algérienne d’audit


NAA 320 relative aux anomalies significatives et au seuil de signification
comme le « montant au-delà duquel les décisions économiques ou le
jugement fondé sur les comptes sont susceptibles d’être influencé ».

218
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Il n’existe pas en la matière de règles donnant des seuils de signification


qu’il suffirait d’expliquer purement et simplement. Néanmoins,
l’indication d’un certain nombre de lignes directrices dégagées par la
doctrine comptable est de nature à aider le professionnel comptable et
faciliter la tâche des utilisateurs.

a) Constatations significatives
L’auditeur peut être amené à faire des constatations significatives aux
différents stades de la préparation des états financiers : évaluation,
présentation ou contrôle. Les constatations peuvent porter sur
l’évaluation d’un élément déterminé (erreur dans le calcul d’une donnée,
divergence d’appréciation dans l’évaluation d’une donnée, application
d’une procédure comptable non conforme aux principes généralement
admis).

Elles peuvent porter également sur la présentation d’un élément


(utilisation de rubriques trop générales, mauvais classement d’une
information, omission d’une information).

Elles peuvent porter également sur le contrôle d’un élément lorsque par
exemple, l’auditeur conclut que les vérifications qu’il a faites sur un poste
déterminé ne sont pas satisfaisantes parce que le contrôle interne est

219
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

défectueux ou que les pièces justificatives ne sont pas suffisamment


probantes.

On distingue les constatations dont l’incidence est susceptible d’être


quantifiée et celles dont l’incidence est indéterminée, par leur nature même
ou en raison des circonstances. Dans toute la mesure du possible,
l’auditeur doit s’attacher à quantifier l’incidence, sur les états financiers,
des constatations qu’il a faites, ou tout au moins de fixer la limite
maximale de cette incidence. À l’expérience, il apparaît que la plupart des
constatations significatives peuvent se rattacher directement à un poste des
documents comptables présentés et faire l’objet d’une estimation.

Selon la nature des documents affectés par les constatations de l’auditeur,


on distingue :
- les constatations qui portent sur des éléments ayant une influence sur le
résultat de l’exercice, dénommés redressements ;
- les constatations qui portent sur des éléments n’ayant d’influence que sur
la présentation des états financiers, dénommés reclassements.

b) Appréciation de l’importance relative


L’appréciation du caractère significatif de certaines constatations implique
deux démarches successives, de caractère, l’un quantitatif, l’autre
qualitatif.

220
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

La première consiste à rapprocher l’estimation faite du montant du


poste concerné d’une part et du montant de résultat d’autre part et ce
pour en mesurer l’importance relative.

Dans la seconde, il s’agit de corriger éventuellement une première


appréciation, sur le caractère significatif de la constatation par la prise en
considération d’autres éléments tels que : l’environnement économique de
l’entreprise, sa situation financière, son évolution dans le temps,
l’interaction des diverses constatations jugées a priori significatives
(neutralisation, amplification).

La doctrine comptable présente les seuils infra qui font notamment


ressortir qu’il y importance relative (sauf s’il existe des circonstances
particulières, comme une non-continuité d’exploitation, par exemple, pour
rendre l’élément moins important) lorsque :

– l’élément considéré a une incidence sur l’actif net de 3 % à 10 %, ou


plus ;
– l’élément considéré a une incidence sur le bénéfice net après impôt
de 5 % à 10 %, ou plus ;

221
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

– l’élément considéré a une incidence sur des rubriques du bilan de


plus de 10 %.

c) Détermination du seuil ou des seuils de signification

Pour déterminer le seuil de signification, l’auditeur s’appuie sur


deux types de critères : quantitatifs et qualitatifs.

a- les critères quantitatifs : résultat, total bilan, capitaux propres,


chiffre d’affaires, etc.
Le choix du critère s’effectue par référence aux utilisateurs de
l’information et de leurs besoins

b- les critères qualitatifs : ces critères sont liés à l’environnement de


l’entreprise. En effet l’impact de certaines omissions ou
erreurs sur les jugements des utilisateurs est souvent plus
important que l’impact d’autres omissions ou erreurs bien que
leurs montants soit le même. Il peut s’agir d’un montant dû à une
fraude (détournement) qui est considéré comme plus important
(pouvant influencer la décision des utilisateurs) que la même
somme résultant d’une erreur non intentionnelle. Par exemple :
une erreur dans la charge d’amortissement de 1000 et une
erreur dans la caisse de 1000 due à un vol ou à un

222
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

détournement n’ont pas le même impact sur le jugement des


utilisateurs.

De manière générale, on pourrait constater que les niveaux du seuil de


signification global sont souvent pris dans l’une des fourchettes
suivantes, en fonction de la nature et des particularités de l’entité
concernée :
- Résultat net des activités poursuivies : 3 à 10 %
- Actifs : 1 à 3%
- Capitaux propres : 3 à 10 %
- Chiffre d’affaires : 1 à 3%

Dans la planification de ses travaux d’audit, l’auditeur peut,


intentionnellement, situer le seuil de signification acceptable à un niveau
plus faible que celui qu’il devrait utiliser pour évaluer les résultats de
l’audit. Ceci peut réduire la probabilité de non détection d’anomalies et
offre à l’auditeur une marge de sécurité dans son évaluation des effets
des anomalies détectées durant l’audit.

Le professionnel comptable identifiera des critères pertinents à partir


desquels, par application de taux ou d’autres modalités de calcul, il
déterminera le seuil ou les seuils de signification. Ces critères peuvent être,
par exemple :

223
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

– le résultat courant ;
– le résultat net ;
– le chiffre d’affaires ;
– les capitaux propres ;
– l’endettement net.
Le choix de ces critères dépend notamment :
–de la structure des comptes de l’entité ;
–de la présence dans les comptes d’éléments auxquels certains utilisateurs
se fondant sur les comptes sont susceptibles d’être particulièrement
attentifs ;
–du secteur d’activité de l’entité ;
–de la structure de l’actionnariat de l’entité ou de son financement ;
–de leur variabilité dans le temps.

Pour apprécier si des seuils de signification d’un montant moins élevé que
le seuil de signification retenu au niveau des comptes pris dans leur
ensemble sont nécessaires pour certaines catégories d’opérations, certains
soldes comptables ou certaines informations fournies dans l’annexe, le
professionnel comptable prendra notamment en compte :
– les informations sensibles des comptes en fonction du secteur d’activité
de l’entité ;
– l’existence de règles comptables ou de textes légaux ou réglementaires
spécifiques à l’entité ou à son secteur ;

224
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

– la réalisation d’opérations particulières au cours de l’exercice.

d) Prise en compte de la possibilité de fraudes lors de l’audit des


comptes

Alors que le terme « erreur » désigne une inexactitude involontaire dans


les comptes, y compris l’omission d’un chiffre ou d’une information, le
terme « fraude » désigne un acte intentionnel commis par un ou plusieurs
dirigeants, personnes constituant le gouvernement d’entreprise, employés
ou tiers, impliquant des manœuvres dolosives dans l’objectif et d’obtenir
un avantage indu ou illégal.

Lorsque l’auditeur relève une anomalie, il doit s’interroger sur sa nature et


notamment si elle peut constituer l’indice d’une fraude. Si tel est le cas,
l’auditeur doit s’interroger sur la qualité des éléments probants déjà
collectés compte tenu des doutes qui peuvent peser sur la sincérité et
l’exhaustivité des déclarations de la direction et sur l’authenticité des
enregistrements comptables et leur documentation.

225
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple de détermination du seuil de signification


Le bilan et le compte de résultat de la société Ilham présentent les grandes
masses suivantes au 31 décembre N (en milliers de dinars).
Actif Passif et capitaux propres
Actif non courants 6 200 Capitaux propres 6 700
Capital 3 500
Immobilisations incorporelles Réserves 2 400
Immobilisations corporelles 600 Résultat 800
Titres de participation 4 400
Autres immobilisations financières 400 Passifs non courants
800 Provisions IDR 700
Actifs courants Dettes financières à long 200
Stocks et encours 6 200 terme 500
Créances d’exploitations 2 600
Disponibilités 3 200 Passifs courants 5 000
400 Dettes fournisseurs 1 500
Dettes fiscales 3 000
Dettes financières à court 500
terme

Total actif 12 400 Total passif et capitaux 12 400

226
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Le compte de résultats

Charges Produits
Charges d’exploitation 23 000 Produits d’exploitation 25 000
Autres charges opérationnelles 1 600 Autres produits 1 000
Charges financières 1 400 opérationnels 1 200
Impôt sur les bénéfices 400 Produits financiers
Résultat net comptable 800

Total charges 27 200 Total produits 27 200

L’actif net (montant des capitaux propres) est de 3 000 + 2 400 + 800 +
500 = 6 700 K DA

Le résultat net après impôt est de 800 KDA

Les rubriques du bilan dont les montants sont les moins élevés sont les
provisions, les disponibilités et les immobilisations incorporelles.

Le seuil de significativité peut être fixé à 800 × 5 % = 40 K DA


Ce chiffre est inférieur à 5 % l’actif net, soit 6 700 × 5 % = 335 K DA

227
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Il n’est pas supérieur à 10 % de la valeur des disponibilités et des


immobilisations incorporelles.

En revanche, il est supérieur à 10 % des provisions. Aussi tout élément


ayant une incidence de 10 % sur la rubrique « Provisions», soit 200 ×10 %
= 20 K DA, sera considéré comme significatif (à moins qu’il existe des
circonstances particulières pour rendre l’élément moins important).

1. Cahier d’exercices sur la correction d’erreurs


Hypothèse : seuil de signification fixé par rapport au résultat net ordinaire
à hauteur de 4% de dernier.
Le résultat net 2011 = 12 000 000 DA.
Seuil de signification = 4% * 12 000 000
Seuil de signification = 480 000 DA

A/ Correction d’erreurs non fondamentales (insignificatives)


Exercice
En juin 2012, le contrôleur comptable détecte une double comptabilisation
d’une opération de vente de marchandises due à un bug informatique
ponctuel. Le montant HT de la facture est de 200 000 DA alors qu’un
produit de vente de 400 000 DA a été comptabilisé.

228
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

L’erreur comptable isolée est jugée non significative car inférieur au seuil
fixé par l’entreprise.

Comptabilisation en juin 2012

N° du compte LIBELLE Montant

Débit Crédit Débit Crédit

658697* Autres charges de gestion courantes 200 000


4457 TVA collectée 38 000
411 Créances clients 380 000

* Imputer la correction d’erreurs non significatives sur le produit en nature


peut le mettre en position débitrice.

B/ Correction d’erreur comptable fondamentale (significative)

Exercice
En septembre 2012, le contrôleur comptable détecte l’omission d’une
charge d’entretien d’une machine industrielle car le dossier comptable
n’est pas transmis à la comptabilité. Le montant HT de la charge est de
900 000 DA (dépassant le seuil fixé à 480 000 DA)
Comptabilisation en septembre 2012

229
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

N° du compte LIBELLE Montant

Débit Crédit Débit Crédit

110696 Report à nouveau : impact des corrections de charges 900 000


4456 TVA à récupérer 171 000
4016 Fournisseurs de services 1 071 000

N° du compte LIBELLE Montant

Débit Crédit Débit Crédit

133 Actif d’impôt différé 225 000


110 796 Report à nouveau : impact de la correction de reprise de
charges 225 000

Au moment de la liasse fiscale, la charge omise sera déduite et accueillie


dans la ligne autres déductions du tableau 09 : détermination du
bénéfice fiscal. Le droit fiscal de déduire la charge est réalisée alors l’actif
d’impôt différé.

N° du compte LIBELLE Montant

Débit Crédit Débit Crédit

692 Impôt différé actif 225 000


133 Actif d’impôt différé 225 000

Remarque importante

Le cumul d’erreurs non significatives dépassant le seuil de signification


doit être comptabilisé dans le report à nouveau d’ouverture de l’exercice
de correction de la manière que la correction d’une erreur fondamentale

230
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Sixième chapitre : Présentation des états financiers


I. Le bilan

Le bilan présente les actifs, les passifs et les capitaux propres d’une
entité à un moment donné.

Informations à présenter au bilan

Au minimum, une entité doit présenter au bilan les postes présentant les
montants suivants :

(a) la trésorerie et les équivalents de trésorerie ;


(b) les clients et autres débiteurs ;
(c) les actifs financiers (à l’exclusion des montants indiqués selon (a), (b)
et (h)) ;
(d) les stocks ;
(e) les immobilisations corporelles ;
(f) les immobilisations incorporelles ;
(g) les actifs biologiques ;
(h) les participations comptabilisées selon la méthode de la mise en
équivalence ;
(i) le total des actifs non courants classés comme détenus en vue de la
vente et des actifs inclus dans des groupes destinés à être cédés classés
comme détenus en vue de la vente;
(j) les fournisseurs et autres créditeurs ;
(k) les passifs financiers (à l’exclusion des montants indiqués selon (j) et
(o)) ;
(l) les passifs et actifs d’impôt exigible ;
(m) les passifs et actifs d’impôt différé (ceux-ci doivent toujours être
classés comme étant non courants) ;
(n) les passifs inclus dans des groupes destinés à être cédés classés comme
détenus en vue de la vente.
(o) les provisions ;

231
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(p) les intérêts minoritaires, présentés au sein des capitaux propres


séparément des capitaux propres de l’entité mère ; et
(q) les capitaux propres attribuables aux actionnaires de l’entité mère.

Une entité doit présenter des postes, des rubriques et des sous-totaux
supplémentaires au bilan lorsqu’une telle présentation est pertinente pour
comprendre la situation financière de l’entité.
La norme algérienne sur les états financiers ne prescrit aucun ordre ou
format de présentation des postes du bilan. Toutefois, elle propose un
modèle dans les annexes du nouveau Système Comptable Financier.

Distinction entre les éléments courants et non courants

Une entité doit présenter séparément au bilan les actifs courants et non
courants et les passifs courants et non courants, sauf lorsqu’une
présentation selon le critère de liquidité apporte des informations fiables et
plus pertinentes. Lorsque cette exception s’applique, tous les actifs et
passifs doivent être présentés par ordre de liquidité.

Actifs courants :

Une entité doit classer un actif en tant qu’actif courant lorsque :


(a) elle s’attend à réaliser l’actif ou a l’intention de le vendre ou de le
consommer dans le cadre de son cycle normal d’exploitation ;
(b) elle détient l’actif principalement à des fins de négociation ;

232
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(c) elle s’attend à réaliser l’actif dans un délai de douze mois après la
clôture de la période de reporting ; ou
(d) l’actif est de la trésorerie ou un équivalent de trésorerie sauf s’il ne peut
être échangé ou utilisé pour régler un passif pendant au moins douze mois
à compter de la clôture de la période de reporting. Une entité doit classer
tous les autres actifs en tant qu’actifs non courants. Lorsque le cycle
normal d’exploitation d’une entité n’est pas clairement identifiable, sa
durée présumée est fixée à douze mois.

Passifs courants

Une entité doit classer un passif en tant que passif courant lorsque :
(a) elle s’attend à régler le passif dans le cadre de son cycle normal
d’exploitation ;
(b) elle détient le passif principalement à des fins de négociation ;
(c) le passif doit être réglé dans un délai de douze mois après la clôture de
la période de reporting ; ou
(d) l’entité ne dispose pas d’un droit inconditionnel de différer le
règlement du passif pendant au moins douze mois à compter de la clôture
de la période de reporting.
Une entité doit classer tous les autres passifs en tant que passifs non
courants.

233
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple n°1 : Éléments classés en courants / en non courants

1. Clients.

2. Stocks.

3. Impôts différés.

4. Charges constatées d’avance.

5. Échéance d’emprunts à moins d’un an.

6. Provisions pour garanties.

7. Dette fournisseurs.

8. Trésorerie non immédiatement disponible.

9. Créance à + 1 an.

10. Provisions pour risques à plus d’un an.

11. Dettes financières à plus d’un an.

12. Engagements de retraite

13. Dépôt à 6 mois.

14. Emprunts à clauses contractuelles pouvant rendre le passif remboursable à


vue.

15. Fraction à moins d’un an d’un emprunt à long terme.

16. Idem, mais un avenant proposant un rééchelonnement de la dette sur 5 ans a


été signé entre la date de clôture et la date de publication des états financiers.

234
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Solution :
1) courant ; 2) courant ; 3) non courant par convention ; 4) courant ; 5) courant ; 6)
courant même si la garantie dépasse une année puisque l’obligation est induite par les
ventes de l’année en cours ou précédentes ; 7) courant ; 8) non courant ; 9) non courant ;
10) non courant ; 11) non courant ; 12) non courant ; 13) courant ; 14) courant (sauf si le
prêteur s’est engagé préalablement à l’approbation des états financiers, à ne pas exiger le
paiement de l’emprunt en cas de manquement ou s’il est probable que des manquements
ultérieurs ne se produiront pas dans les douze mois) ; 15) courant ; 16) courant (car
l’avenant est signé postérieurement à la date de clôture)

235
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Modèle de bilan selon le Système comptable Financier :

Ce modèle de bilan constitue un modèle de base qui doit être adapté à


chaque entité afin de fournir des informations financières répondant à la
réglementation (création de nouvelles rubriques ou sous rubriques ou
suppression de rubriques non significatives et non pertinentes au regard
des utilisateurs du bilan. des postes sont rajoutés lorsque la taille, la nature
ou la fonction d’un élément ou le regroupement d’éléments similaires
justifient une présentation séparée pour comprendre la situation financière
de l’entité.

Le jugement relatif à la présentation séparée ou non de postes


supplémentaires repose sur l’évaluation :
(a) de la nature et de la liquidité des actifs ;
(b) de la fonction des actifs au sein de l’entité ; et

(c) des montants, de la nature et de l’échéance des passifs.

La colonne ‘note’ figurant sur chaque état financier permet d’indiquer face
à chaque rubrique le renvoi aux notes explicatives figurant éventuellement
dans l’Annexe.

236
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr
Note N N N N-1
ACTIF

Brut Amort-Perte Net Net

ACTIFS NON COURANTS

Ecart d’acquisition (ou goodwill)


Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Terrains
Bâtiments
Autres immobilisations corporelles
Immobilisations en concession
Immobilisations en cours
Immobilisations financières
Titres mis en équivalence
Autres participations et créances
Autres titres immobilisés
Prêts et autres actifs financiers
Impôts différés actif

TOTAL ACTIF NON COURANT

ACTIF COURANT

Stocks et encours
Créances et emplois assimilés
Clients
Autres débiteurs
Impôts et assimilés
Autres créances et emplois assimilés
Disponibilités et assimilés
Placements et autres actifs financiers courants
Trésorerie

TOTAL ACTIF COURANT

TOTAL GENERAL ACTIF

237
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Passifs et capitaux propres Note N N-1

CAPITAUX PROPRES

Capital émis
Capital non appelé
Primes et réserves / (Réserves consolidées(1))
Ecarts de réévaluation
Ecart d’équivalence (1)
Résultat net / (Résultat net part du groupe (1))
Autres capitaux propres – Report à nouveau
Part de la société consolidante (1)
Part des minoritaires (1)

TOTAL I

PASSIFS NON-COURANTS

Emprunts et dettes financières


Impôts (différés et provisionnés)
Autres dettes non courantes
Provisions et produits constatés d’avance

TOTAL PASSIFS NON COURANTS II

PASSIFS COURANTS

Fournisseurs et comptes rattachés


Impôts
Autres dettes
Trésorerie Passif

TOTAL PASSIFS COURANTS III

TOTAL GENERAL PASSIF

(1) à utiliser uniquement pour la présentation d’états financiers consolidés

238
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Informations à présenter soit au bilan, soit dans l’annexe

Une entité doit fournir, soit au bilan, soit dans l’annexe, les subdivisions
suivantes des postes présentés :

(a) les catégories d’immobilisations corporelles (terrains, bâtiments,


machines…etc.) ;
(b) les créances à recevoir des clients, des parties liées, les paiements
d’avance et autres montants ;
(c) les catégories de stocks telles que marchandises, fournitures de
production, matières premières, travaux en cours et produits finis ;
(d) les provisions relatives aux avantages au personnel et autres
provisions ; et
(e) les catégories de capitaux propres, telles que capital libéré, primes
d’émission, résultats non distribués

Une entité possédant un capital social doit fournir, soit au bilan, soit dans
l’annexe, les informations suivantes :

(a) pour chaque catégorie de capital social :

(i) le nombre d’actions autorisées ;


(ii) le nombre d’actions émises et entièrement libérées et le nombre
d’actions émises et non entièrement libérées ;

239
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(iii) la valeur nominale des actions ou le fait que les actions n’ont pas de
valeur nominale ;
(iv) un rapprochement entre le nombre d’actions en circulation au début et
en fin de période ;
(v) les droits, privilèges et restrictions attachés à cette catégorie d’actions,
y compris les restrictions relatives à la distribution de dividendes et au
remboursement du capital ;
(vi) les actions de l’entité détenues par elle-même ou par ses filiales ou
entreprises associées ;
(vii) les actions réservées à une émission dans le cadre d’options et de
contrats de vente d’actions, y compris les modalités et les montants ; et

(b) une description de chacune des réserves figurant dans les capitaux
propres

Exemple 02
La société ABC réalise son reporting financier selon le nouveau système
comptable financier.

A l’aide de la balance des comptes bilanciels de la société ABC,


présentez le bilan au 31 décembre 2018 et le compte de résultat
(charges classées par nature) de l’exercice 2018 de la société ABC.

240
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

N° Intitulés des comptes Soldes Soldes


comptes débiteurs créditeurs
101 Capital 4 500 000,00
103 Prime d’émission 120 000,00
Ecart d’évaluation sur instruments
104 financiers 60 000,00
105 Ecart de réévaluation 702 000,00
106 Réserves 4 450 000,00
120 Résultat de l’exercice 978 000,00
Produits différés – subventions
131 d’équipement 160 000,00
134 Impôts différés passif 438 000,00
Provisions pour charges (plus d’un
1581 an) 135 000,00
Autres provisions pour charges
1588 (plus d’un an) 96 000,00
Emprunts obligataires (plus d’un
163 an) 1 200 000,00
Emprunts obligataires (moins d’un
163 an) 1 300 000,00
Emprunts auprès d’établissement
164 de crédit (facilité de caisse) 150 000,00
Dettes de location financement
167 (plus d’un an) 600 000,00
Dettes de location financement
167 (moins d’un an) 150 000,00
168 Autres emprunts (plus d’un an) 1 440 000,00
168 Autres emprunts (moins d’un an) 420 000,00
203 Frais de développement 360 000,00
205 Concessions, brevets, licences 390 000,00
208 A/immobilisations incorporelles 450 000,00
211 Terrains 300 000,00

241
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

213 Constructions 1 800 000,00


Installations techniques, matériels
215 et outillages industriels 6 000 000,00
Autres immobilisations
218 corporelles 1 500 000,00
261 Titres de participation 6 600 000,00
Titres immobilisés (droit de
271 propriété) 900 000,00
Amortissements frais de
2803 développement 180 000,00
Amortissements concessions,
2805 brevets, licences 210 000,00
2813 Amortissements constructions 660 000,00
Amortissements installations
techniques, matériels et outillages
2815 industriels 1 950 000,00
Amortissements autres
2818 immobilisations corporelles 600 000,00
Dépréciation des autres
2908 immobilisations incorporelles 150 000,00
31 Matières premières 510 000,00
331 Produits en cours 240 000,00
355 Produits finis 900 000,00
Perte de valeur sur matières
391 premières 15 000,00
395 Perte de valeur sur produits finis 12 000,00
401 Fournisseurs 381 000,00
Fournisseurs débiteurs, avances et
409 acomptes versés 60 000,00
411 Clients 1 200 000,00
416 Clients douteux ou litigieux 60 000,00
418 Clients – Facture à établir 120 000,00
421 Personnel – rémunérations dues 420 000,00
242
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

431 Sécurité sociale 120 000,00


432 Autres organismes sociaux 60 000,00
444 Etat, impôt sur les résultats 78 000,00
445 Etat, TVA à décaisser 252 000,00
467 Créditeurs divers 36 000,00
Provisions – passif courant (moins
481 d’un an) 24 000,00
486 Charges constatées d’avance 36 000,00
487 Produits constatés d’avance 45 000,00
Pertes de valeur sur comptes de
491 clients 30 000,00
500 Valeurs mobilières de placement 360 000,00
502 Actions propres 240 000,00
512 Banque 96 000,00
Totaux 22 122 000,00 22 122 000,00

Corrigé

Il y a lieu de préciser au préalable que les normes IAS/IFRS n’imposent

pas de modèles de présentation des états financiers. Toutefois, le nouveau

système comptable financier dans son annexe propose une présentation du

bilan.

243
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Bilan au 31/12/2018

Actifs non courants Capitaux propres


Immobilisations corporelles (1) 6 390 000 Capital émis 4 500 000
Immobilisations incorporelles (2) 660 000 Ecart de réévaluation 702 000
60 000
Ecart d’évaluation
Titres de participation 6 600 000 978 000
900 000 Primes & réserves (8) 4 570 000
Autres titres disponibles à la vente (3) Résultat de l’exercice (240 000)
Moins actions propres
14 550 000
10 570 000
Actifs courants
Stocks (4) 1 623 000
Créances clients (5) 1 350 000
Autres actifs courants (6) 96 000 Passifs non courants
Emprunts à long terme (9) 3 240 000
Trésorerie et équivalents (7) 456 000 Produits différés - Subventions 160 000
Impôts différés 438 000
3 525 000 Provisions à long terme (10) 231 000

Passifs courants
4 069 000

Fournisseurs 381 000


Autres créditeurs (11) 681 000
Emprunts à court terme (12) 150 000
Partie à court terme des
emprunts à long terme (13) 1 870 000
Impôts exigibles (14) 330 000
Provisions à court terme 24 000
3 436 000

18 075 000 Total 18 075 000


Total

244
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(1) Terrains : 300 000

Constructions : 1 800 000 – 660 000 = 1 140 000

Installations techniques, matériel et outillages : 6 000 000 – 1 950 000 = 3 050 000
Autres immobilisations : 1 500 000 – 600 000 = 900 000
6 390 000

(2) Frais de développement : 360 000 – 180 000 = 180 000

Concessions, brevets, licences : 390 000 – 210 000 = 180 000


Autres immobilisations incorporelles : 450 000 – 150 000 = 300 000
660 000

(3) 900 000 (compte 271)

(4) 510 000 (compte 31) + 240 000 (compte 331) + 900 000 (compte 355)
– 15 000 (compte 391) – 12 000 (compte 395) = 1 623 000

(5) 1 200 000 (compte 411) + 60 000 (compte 416) + 120 000 (compte
418) – 30 000 (compte 419) = 1 350 000

(6) 60 000 (compte 409) + 36 000 (compte 486) = 96 000

(7) 360 000 (compte 500) + 96 000 (compte 512) = 456 000

(8) 120 000 (compte 103) + 4 450 000 (compte 106) = 4 570 000

(9) 1 200 000 (compte 163) + 600 000 (compte 167) + 1 440 000 (compte
168) = 3 240 000
245
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(10) 135 000 (compte 1581) + 96 000 (compte 1588) = 231 000

(11) 420 000 (compte 421) + 120 000 (compte 431) + 60 000 (compte
432) + 36 000 (compte 467) + 45 000 (compte 487) = 681 000

(12) 150 000 (compte 164)

(13) 1 300 000 (compte 163) + 150 000 (compte 167) + 420 000 (compte
168) = 1 870 000

(14) 78 000 (compte 444) + 252 000 (compte 445) = 330 000

II. Le tableau de compte résultat

Le compte de résultat est définit comme étant un tableau qui recense


l’ensemble des opérations qui modifient positivement ou négativement la
performance économique de l’entreprise pendant une période donnée.
Comme pour le bilan, la norme algérienne sur les états financiers ne donne
pas de définition pour le compte de résultat, mais elle précise les éléments
à inclure dans ce tableau, les caractéristiques de ces éléments ainsi que son
format.
Les informations minimales présentées au compte de résultat sont les
suivantes :
 Analyse des charges par nature, permettant de déterminer les
principaux agrégats de gestion suivants : marge brute, valeur
ajoutée, excédent brut d’exploitation,

246
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

 Produits des activités ordinaires,


 Produits financiers et charges financières,
 Charges de personnel,
 Impôts, taxes et versements assimilés,
 Dotations aux amortissements et pertes de valeur concernant les
immobilisations corporelles,
 Dotations aux amortissements et pertes de valeur concernant les
immobilisations incorporelles,
 Résultat des activités ordinaires,
 Eléments extraordinaires (produits et charges),
 Résultat net de la période avant distribution.
 Pour les sociétés par actions, résultat net par action
Dans le cas de compte de résultat consolidé :
 la quote-part dans le résultat net des entreprises associées et des
coentreprises consolidées selon la méthode de mise en équivalence,
 la part des intérêts minoritaires dans le résultat net.

Les autres informations minimales présentées soit au compte de résultat,


soit dans l’annexe en complément du compte de résultat, sont les
suivantes :
 Une analyse des produits des activités ordinaires
 Pour les sociétés par actions, le montant des dividendes par action
votés ou proposés et le résultat net par action.
247
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Il est à signaler que l’entreprise ne doit dans aucun cas présenter une
charge ou un produit comme un élément exceptionnel, ni dans le compte
de résultat, ni dans les notes annexes. Dans le nouveau Système
Comptable Financier, la notion d’hors exploitation est bannie pour
éviter la comptabilité créative. D’ailleurs, les charges et les produits
extraordinaires (respectivement les comptes 67 et 77) ne doivent
accueillir que les catastrophes naturelles et les expropriations.
Le résultat tient compte des charges ou des produits qui ont pris naissance
au cours de l’exercice même s’ils sont connus entre la date de clôture de
l’exercice et celle de l’établissement des états financiers. Ainsi les
événements survenus postérieurement à la date de clôture mais liés à des
circonstances existant à la date de clôture donnent lieu à des ajustements
dans la mesure où ils contribuent à fournir des informations permettant une
meilleure estimation des actifs ou passifs existant à la clôture de l’exercice.

Modèle de compte de résultat selon le Système comptable Financier

Ce modèle de compte résultat constitue un modèle de base qui doit être


adapté à chaque entité afin de fournir des informations financières
répondant à la réglementation. Des postes sont rajoutés lorsque la taille, la
nature ou la fonction d’un élément ou le regroupement d’éléments
similaires justifient une présentation séparée pour comprendre la
performance de l’entité.

248
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

COMPTE DE RESULTAT N

Ventes et produits annexes 70


Variation stocks produits finis et en cours 72
Production immobilisée 73
Subventions d’exploitation 74
I – Production de l’exercice
Achats consommés 60
Services extérieurs et autres consommations 61 & 62
II – Consommation de l’exercice
III VALEUR AJOUTEE D’EXPLOITATION (I - II)
Charges de personnel 63
Impôts, taxes et versements assimilés 64
IV EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION
Autres produits opérationnels 75
Autres charges opérationnelles 65
Dotations aux amortissements, provisions et pertes de valeur 68
Reprise sur pertes de valeur et provisions 78
V RESULTAT OPERATIONNEL
Produits financiers 76
Charges financières 66
VI RESULTAT FINANCIER
VII RESULTAT ORDINAIRE AVANT IMPOTS (V + VI)
Impôts exigibles sur résultats ordinaires 695 & 698
Impôts différés (Variations) sur résultats ordinaires 692 & 693
TOTAL DES PRODUITS DES ACTIVITES ORSDINAIRES
TOTAL DES CHARGES DES ACTIVITES ORDINAIRES
VIII RESULTAT NET DES ACTIVITES ORDINAIRES
Eléments extraordinaires (produits) (à préciser) 77
Eléments extraordinaires (charges)) (à préciser) 67
IX RESULTAT EXTRAORDINAIRE
X RESULTAT NET DE L’EXERCICE
Part dans les résultats nets des sociétés mises en équivalence (1)
XI RESULTAT NET DE L’ENSEMBLE CONSOLIDE (1)
Dont part des minoritaires (1)
Part du groupe (1)

249
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Complément

Les entreprises ont également la possibilité de présenter dans l’annexe un


compte de résultat par fonction. Elles utilisent alors en plus d’une
nomenclature des comptes de charges et de produits par nature, une
nomenclature des comptes par fonction adaptée à leur spécificité et à leur
besoin. FINABI vous accompagne dans l’élaboration de ce compte de
résultat car la genèse de ce dernier est tributaire d’un système
d’information analytique. Affecter les charges par fonction est plus utile
à la prise de décision. Il nous informe sur le coût de chaque fonction
(production, commerciale, administrative…)
Exemple 01
A l’aide de la balance des comptes de gestion de la société ABC,
présentez le compte de résultat au 31 décembre 2018 et le compte de
résultat (charges classées par nature) de l’exercice 2018 de la société
601 Achats de matières premières 4 800 000,00
Rabais, remises, ristournes
609 obtenus sur achats 90 000,00
61 Services extérieurs 1 041 000,00
62 Autres services extérieurs 915 000,00
631 Rémunérations du personnel 4 320 000,00
Charges de sécurité sociale et de
635 prévoyance 1 680 000,00
638 Autres charges de personnel 540 000,00
Impôts, taxes et versements
64 assimilés 426 000,00

250
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Moins-value de cession sur actifs


652 immobilisés 48 000,00
Charges exceptionnelles de
657 gestion courante 48 000,00
661 Charges d’intérêts 246 000,00
666 Pertes de change 60 000,00
Pertes nettes sur cessions d’actifs
667 financiers 12 000,00
668 Autres charges financières 78 000,00
Dotations aux amortissements,
provisions et pertes de valeur
681 actifs non courants 639 000,00
Dotations aux provisions pour
685 dépréciation des actifs courants 57 000,00
692 Imposition différée actif 42 000,00
693 Imposition différée passif 93 000,00
695 Impôts sur les bénéfices 399 000,00
120 Résultat de l’exercice 978 000,00
701 Ventes de produits finis 15 000 000,00
Rabais, remises, ristournes
709 accordés par l’entreprise 12 000,00
Variation de stocks produits en
723 cours 36 000,00
724 Variation de stocks produits finis 138 000,00
Production immobilisée –
732 immobilisations corporelles 360 000,00
74 Subventions d’exploitation 90 000,00
Quote-part de subventions
d’investissement virée au résultat
754 de l’exercice 18 000,00
Produits exceptionnels sur
757 opérations de gestion 42 000,00
758 Autres produits/ gestion courante 48 000,00
251
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

761 Produits des participations 240 000,00


762 Revenus des actifs financiers 120 000,00
766 Gains de change 72 000,00
768 Autres produits financiers 96 000,00
Totaux 16 392 000,00 16 392 000,00

Corrigé
Compte de résultat (charges par nature)

Ventes et produits annexes (1) 14 988 000


Variation des stocks 174 000
Production immobilisée 360 000
Subvention d'exploitation 90 000
Production de l'exercice 15 612 000
Achats consommés 4 710 000
Services extérieurs et autres consommations 1 956 000
Consommation de l'exercice 6 666 000
Valeur ajoutée d'exploitation 8 946 000
Charges de personnel 6 540 000
Impôts, taxes et assimilés 426 000
Excédent Brut d'Exploitation 1 980 000
Autres produits opérationnels (2) 108 000
Autres charges opérationnelles (3) 96 000
Dotations aux amortissements et aux provisions (4) 696 000
Résultat opérationnel 1 296 000
Produits financiers (5) 528 000
Charges financières (6) 396 000
Résultat financier 132 000
Résultat ordinaire avant impôts 1 428 000
Charges d'impôts (7) 450 000
Résultat net de l'exercice 978 000

252
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

(1) Ventes nettes de produits finis : 15 000 000 (compte 701) – 12 000
(compte 709)
(2) 18 000 (compte 754) + 42 000 (compte 757) + 48 000 (compte 758)
(3) 48 000 (compte 652) + 48 000 (compte 657)
(4) 639 000 (compte 681) + 57 000 (compte 685)
(5) 240 000 (compte 761) + 120 000 (compte 762) + 72 000 (compte 766)
+ 96 000 (compte 768)
(6) 246 000 (compte 661) + 60 000 (compte 666) + 12 000 (compte 667)
+ 78 000 (compte 668)
(7) 399 000 (compte 695) + 93 000 (compte 693) – 42 000 (compte 692)

253
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

III. Le tableau de flux de trésorerie

Le tableau des flux de trésorerie fournit une information sur l’historique


de l’évolution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie d’une
entité en montrant séparément les variations, pendant la période, des
activités opérationnelles, d’investissement et de financement.

Les équivalents de trésorerie sont détenus dans le but de faire face à des
engagements de trésorerie à court terme plutôt que pour un placement ou
d’autres finalités. Par conséquent, un placement ne sera normalement
qualifié d’équivalent de trésorerie que s’il a une échéance rapprochée, par
exemple inférieure ou égale à trois mois cependant dans le SCF, tous les
placements ayant une échéance inférieure à un an sont considérés comme
courants. Les découverts bancaires sont normalement considérés comme
des activités de financement semblables aux emprunts. Toutefois, s’ils sont
remboursables à vue et font partie intégrante de la gestion de trésorerie
d’une entité, les découverts bancaires sont une composante de la trésorerie
et des équivalents de trésorerie négative

Une entité doit présenter un tableau des flux de trésorerie qui indique les
flux de trésorerie d’une période classés en activités opérationnelles,
activités d’investissement et activités de financement.

254
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Activités opérationnelles

Les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles sont


essentiellement issus des principales activités génératrices de produits de
l’entité. Par conséquent, ils résultent en général des transactions et autres
événements et conditions qui entrent dans la détermination du résultat.

Exemples de flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles :

(a) les entrées de trésorerie provenant de la vente de biens et de prestations


de services ;
(b) les entrées de trésorerie provenant de redevances, d’honoraires, de
commissions et d’autres produits ;
(c) les sorties de trésorerie envers des fournisseurs de biens et services ;
(d) les sorties de trésorerie envers les membres du personnel ou pour leur
compte ;
(e) les sorties de trésorerie ou remboursements d’impôts sur le résultat à
moins qu’ils ne puissent être spécifiquement associés aux activités de
financement et d’investissement ; et
(f) les entrées de trésorerie et paiements en provenance de placements, de
prêts et d’autres contrats détenus à des fins de transaction ou de négoce,
qui sont similaires à des stocks acquis spécifiquement en vue de leur
revente.

255
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Activités d’investissement

Les flux de trésorerie provenant des activités d’investissement représentent


les dépenses qui ont été effectuées pour l’accroissement de ressources
destinées à générer des produits et flux de trésorerie futurs. Exemples de
flux de trésorerie provenant des activités d’investissement :
(a) les sorties de trésorerie effectuées pour l’acquisition d’immobilisations
corporelles (y compris les immobilisations corporelles produites par
l’entité pour elle-même), incorporelles (y compris les coûts de
développement inscrits à l’actif) et d’autres actifs à long terme ;

(b) les entrées de trésorerie découlant de la vente d’immobilisations


corporelles, incorporelles et d’autres actifs à long terme ;

(c) les sorties de trésorerie effectuées pour l’acquisition d’instruments de


capitaux propres ou d’emprunt d’autres entités, et de participations dans
des coentreprises (autres que les sorties effectuées pour les instruments
considérés comme des équivalents de trésorerie ou détenus à des fins de
négoce ou de transaction) ;

(d) les entrées de trésorerie découlant de la vente d’instruments de


capitaux propres ou d’emprunt d’autres entités, et de participations dans

256
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

des coentreprises (autres que les entrées se rapportant aux instruments


considérés comme des équivalents de trésorerie ou détenus à des fins de
négoce ou de transaction) ;

(e) les avances et prêts consentis à des tiers;

(f) les entrées de trésorerie découlant du remboursement d’avances et de


prêts consentis à des tiers.

Activités de financement
Exemples de flux de trésorerie provenant des activités de financement :
(a) les entrées de trésorerie découlant de l’émission d’actions ou d’autres
instruments de capitaux propres ;
(b) les sorties de trésorerie envers les actionnaires pour racheter les actions
de l’entité ;
(c) les sorties de trésorerie envers les actionnaires pour le paiement des
dividendes ;
(d) les produits de l’émission d’emprunts obligataires, d’emprunts
ordinaires, de billets de trésorerie, d’emprunts hypothécaires et autres
emprunts à court ou à long terme ;
(e) les sorties de trésorerie pour rembourser des montants empruntés ; et
(f) les paiements effectuées par un preneur dans le cadre de la réduction du
solde de la dette relative à un contrat de location-financement.

257
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Présentation des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

Une entité doit présenter les flux de trésorerie liés aux activités
opérationnelles, en appliquant :

(a) soit la méthode directe, suivant laquelle les principales catégories


d’entrées et de sorties de trésorerie brutes sont présentées par nature de
tiers (clients, fournisseurs, personnel …etc.);

(b) soit la méthode indirecte, suivant laquelle le résultat est ajusté des
impacts des transactions sans effet de trésorerie, de tout décalage ou
régularisation d’entrées ou de sorties de trésorerie opérationnelle passées
ou futures et des éléments de produits ou de charges liés aux flux de
trésorerie d’investissement ou de financement.

La méthode directe est recommandée par la norme algérienne sur les états
financiers puisqu'elle apporte des informations qui peuvent être utiles pour
l'estimation des flux futurs de trésorerie et qui ne sont pas disponibles à
partir de la méthode indirecte.

258
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

a) La méthode directe
+ Recettes clients
– Sommes versées aux fournisseurs
– Sommes versées au personnel et autres organismes
sociaux
– Dépenses - Etat (Impôt et taxes payés)
– Dépenses d'intérêt (intérêts payés)

Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

Le calcul des sommes encaissées ou versées peut se résumer dans la


formule suivante :
+ Solde d'entrée

+ Flux de l'exercice TVA comprise

– Solde final

Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles

Recettes clients

+ Soldes débiteurs des clients et comptes rattachés bruts en début d'exercice


– Solde des clients créditeurs en début d'exercice
– Régularisations des passifs relatives aux clients en début d'exercice (produits
constatés d’avance en TTC)
– Soldes débiteurs des clients el comptes rattachés bruts en fin d'exercice
+ Soldes des clients créditeurs il la clôture de l'exercice
+ Ventes TTC
+Régularisations passif relatives aux clients à la clôture de l'exercice (produits constatés
d'avance en TTC) 259
+Ajustements des ventes des exercices antérieurs portés en modifications comptables
majorées de la TVA
– Créances clients passées en pertes (compte 654)
+Gains de change sur créances clients en devises
Pertes de change sur créances clients en devises
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Sommes versées aux fournisseurs

+ Soldes créditeurs des fournisseurs et comptes rattachés en début d'exercice


Soldes débiteurs des fournisseurs en début d'exercice
Régularisations actifs relatives aux fournisseurs en fin d'exercice
+ Achats TTC

+ Obligations cautionnées en début d'exercice


– Soldes créditeurs des fournisseurs et comptes rattachés à la clôture de l'exercice

+ Soldes débiteurs des fournisseurs à la clôture de l'exercice


+ Régularisations actifs relatives aux fournisseurs à la clôture de l'exercice
Sommes versées
± Ajustements desau personnel
achats des exercices antérieurs portés en modifications comptables
majorés de la TVA
– Obligations cautionnées en fin d'exercice
– Gains de change sur dettes fournisseurs en devises
+ Pertes de change sur dettes fournisseurs en devises

Sommes versées au personnel

+ Sommes dues au personnel et organismes sociaux en début d'exercice


 Avances au personnel et organismes sociaux en début d'exercice
+ Charge personnel (solde du 63 en fin d’exercice)
Impôts et taxes payés (hors IBS)
 Sommes dues au personnel et organismes sociaux à la clôture de l 'exercice
+ Avances au personnel et organismes sociaux à la clôture de l 'exercice
260
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

+ Soldes créditeurs des comptes «Etat, impôts et taxes»


- Soldes débiteurs des comptes «Etat, impôts et taxes»
+ Compte de régularisation actif portant sur les impôts et taxes à la
clôture de l'exercice
+ TVA et autres taxes collectées durant l'exercice
 TVA et autres taxes récupérables sur autres biens et services et éventuellement
sur investissements
 Soldes créditeurs des comptes "Etat, impôts et taxes " à la clôture de l'exercice

Impôts et taxes payés

Impôt sur les sociétés (IBS)


+ Solde créditeur «Etat, IBS à payer » à l'ouverture de l'exercice
 Solde débiteur "Etat, IBS à l'ouverture de l'exercice
La méthode indirecte:

Le+résultat
IBS à liquider provenant des
net de l'exercice est ajustements portéscompte
ajusté en tenant en modifications
: comptables
  des
IBSeffets
à imputer provenant dessans
des transactions ajustements
effet deportés en modifications comptables
trésorerie
  des
Solde créditeurou
décalages dudes
compte "
Etat, IBS à payer» à la clôture de l'exercice
régularisations
+ des
Soldeflux
débiteur
de du compte "Etat,
trésorerie liés IBS
aux» àactivités
la clôture de l'exercice.
d'investissement ou de
financement.
IBS payé

261
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

b) Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles méthode


indirecte

Résultat net (+ bénéfice) (- déficit)


+ Dotations aux amortissements
+ Dotations aux provisions
- Reprises sur provisions et amortissements
- Augmentation des actifs courants d'exploitation
- Diminution des passifs courants
+ Diminution des actifs courants d'exploitation
+ Augmentation des passifs courants
+ Moins-values sur cessions d'immobilisations (toutes les
immobilisations corporelles, incorporelles et financières)
- Plus-values sur cession d'immobilisations (toutes les immobilisations
corporelles, Incorporelles et financières)
- Reprise sur subventions d'investissement

Intérêts et dividendes

Une entité doit présenter séparément les flux de trésorerie provenant des
intérêts et des dividendes reçus et versés. L’entité doit classer les flux de
trésorerie de manière cohérente d’une période à l’autre en activités
opérationnelles, d’investissement ou de financement.

262
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Une entité peut classer les intérêts versés et les intérêts et dividendes reçus
en flux de trésorerie opérationnels car ils entrent dans le calcul du résultat.
Ou bien, l’entité peut classer les intérêts versés et les intérêts et dividendes
reçus respectivement en flux de trésorerie de financement et flux de
trésorerie d’investissement, car ils représentent les coûts d’obtention de
ressources financières ou des retours sur investissements

Une entité peut classer les dividendes versés en flux de trésorerie de


financement, car ils représentent un coût d’obtention de ressources
financières. Ou bien, l’entité peut classer les dividendes versés en tant que
composante des flux de trésorerie résultant des activités opérationnelles,
car ils sont versés à partir des flux de trésorerie opérationnels.

Modèle du tableau de flux de trésorerie selon le Système comptable Financier


Méthode directe :

263
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Note Exe Exe


N N-1

Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles


Encaissement reçus des clients
Sommes versées aux fournisseurs et au personnel
Intérêts et autres frais financiers payés
Impôts sur les résultats payés
Flux de trésorerie avant éléments extraordinaires
flux de trésorerie lié à des éléments extraordinaires (à préciser)
Flux de trésorerie net provenant des activités opérationnelles (A)

Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement


Décaissements sur acquisition d'immobilisations
corporelles ou incorporelles
Encaissements sur cessions d'immobilisations corporelles
ou incorporelles
Décaissements sur acquisition d'immobilisations financières
Encaissements sur cessions d'immobilisations financières
Intérêts encaissés sur placements financiers
dividendes et quote-part de résultats reçus
Flux de trésorerie net provenant des activités d'investissement (B)

Flux de trésorerie provenant des activités de financement


Encaissements suite à l'émission d'actions
Dividendes et autres distributions effectués
Encaissements provenant d'emprunts
Remboursements d'emprunts ou d'autres dettes assimilés
Flux de trésorerie net provenant des activités de financement (C)
Incidences des variations des taux de change sur liquidités et
quasi – liquidités
Variation de trésorerie de la période (A+B+C)
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de l'exercice
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l'exercice
Variation de trésorerie de la période

264
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Méthode indirecte
Période du au
Note Exe Exe
N N-1
Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles
Résultat net de l'exercice
Ajustements pour :
- Amortissements et provisions
- Variation des impôts différés
- Variation des stocks
- Variation des clients et autres créances
- Variation des fournisseurs et autres dettes
- Plus ou moins-values de cession, nettes d'impôts
Flux de trésorerie générés par l'activité (A)
Flux de trésorerie provenant des opérations d'investissement
Décaissements sur acquisition d'immobilisations
Encaissements sur cessions d'immobilisations
Incidence des variations de périmètre de consolidation (1)
Flux de trésorerie liés aux opérations d'investissement (B)

Flux de trésorerie provenant des opérations de financement


Dividendes versés aux actionnaires
Augmentation de capital en numéraire
Emission d'emprunts
Remboursements d'emprunts
Flux de trésorerie liés aux opérations de financement (C)
Variation de trésorerie de la période (A+B+C)
Trésorerie d'ouverture
Trésorerie de clôture
Incidence des variations de cours des devises (1)
Variation de trésorerie

265
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Exemple :

Les informations suivantes concernent un extrait de compte du bilan et du


compte de résultat de l’entité ABC :

Extrait du bilan

Rubriques du bilan 01/01/2019 31/12/2019


Disponibilité 10 000 32 000
Créances clients 9 000 17 000
Stock de marchandises 3 000 6 000
Dettes fournisseur 20 000 11 000

Extrait du tableau de compte résultat

Rubriques du TCR 31/12/2009

Ventes 48 000
Coût des marchandises vendues (27 000)
Salaires (17 000)
Amortissements (5 000)
Moins-value (1 000)
Résultat net (2 000)

Informations complémentaires :

Au cours de l’année 2019, l’entité ABC a vendu un terrain pour un prix de


50 000 DZD et acheté un véhicule, valeur « pédagogique » 20 000 DZD.
Elle a par ailleurs versé 2 000 DZD de dividendes à ses actionnaires et
emprunté 10 000 DZD à sa banque.

266
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Selon ces données, élaborer le tableau de flux de trésorerie, selon la


méthode directe et indirecte ?

Solution

Tableau de flux de trésorerie (méthode indirecte)

Intitule montant

+ Résultat net (perte) (2 000)


+ Amortissements 5 000
+ Moins value de cession 1 000
- Augmentation des créances (8000)
- Augmentation stock (3 000)
- Diminution dettes fournisseurs (9 000)
Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles (A) (16 000)
+ Encaissement sur vente de terrain 50 000
- Décaissement sur achat de voiture (20 000)
Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement (B) 30 000
Encaissement provenant d’un emprunt 10 000
Dividendes versés aux actionnaires (2 000)
Flux de trésorerie provenant des activités de financement (C) 8 000
Variation de la trésorerie de la période (A)+(B)+(C) 22 000
Solde trésorerie au 01/01/2009 10 000
Solde trésorerie au 31/12/2009 32 000

Méthode directe
Encaissements clients :
Encaissements clients = Ventes + clients (début) – clients (fin)
Encaissement clients = 48 000,00 + 9 000,00 – 17 000 = 40 000,00
Les encaissements clients sont de 40 000 DZD
267
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Sommes versés aux fournisseurs :


D’abord, il faut calculer les achats de l’année car nous n’avons que la
consommation et la variation de stock. Ainsi, les achats = marchandises
consommées + Stock (fin) – Stock (début)
Les achats = 27 000,00 + 6 000,00 – 3 000,00 = 30 000 DZD

Les sommes versées aux fournisseurs = achats + FRS (début) – FRS (fin)
Les sommes versées aux fournisseurs = 30 000 + 20 000 - 11 000

Les sommes versées aux fournisseurs = 39 000 DZD

Sommes versées au personnel :


Décaissement personnel = dettes personne (début) + charge personnel –
dettes personnel (fin)
Décaissement personnel = 17 000

Les sommes versées au personnel sont de 17 000 DZD

268
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Tableau de flux de trésorerie (méthode directe)


Intitule montant

+ Encaissement clients 40 000


- Somme versées aux fournisseurs (39 000)
- Somme versées au personnel (17 000)
Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles (A) (16 000)
+ Encaissement sur vente de terrain 50 000
- Décaissement sur achat de voiture (20 000)
Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement (B) 30 000
Encaissement provenant d’un emprunt 10 000
Dividendes versés aux actionnaires (2 000)
Flux de trésorerie provenant des activités de financement (C) 8 000
Variation de la trésorerie de la période (A)+(B)+(C) 22 000
Solde trésorerie au 01/01/2009 10 000
Solde trésorerie au 31/12/2009 32 000

269
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

IV. Tableau de variation de capitaux propres

L’état des variations des capitaux propres présente le résultat d’une


entité au titre d’une période, les éléments de produits et de charges
comptabilisés directement en capitaux propres au titre de la période, les
effets des changements de méthodes comptables ainsi que des corrections
d’erreurs comptabilisées au cours de la période, les montants d’apport en
capital des porteurs de capitaux propres et les dividendes et autres
distributions qui leur ont été accordés au cours de la période.

Une entité doit présenter un état des variations des capitaux propre
indiquant :
(a) le résultat de la période ;
(b) chacun des éléments de produits et de charges de la période
comptabilisés directement dans les capitaux propres, comme l’impose le
nouveau Système Comptable Financier.
(c) pour chaque composante des capitaux propres, les effets des
changements de méthodes comptables et des corrections d’erreurs
comptabilisées selon le SCF.

270
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Modèle du tableau de variation de capitaux propres


Note Capital Prime Ecart Ecart de Réserves et
social d’émission d’évaluation réévaluation Résultat
Solde au 31 décembre N-1
Changement de méthode comptable
Correction d'erreurs significatives
Réévaluation des immobilisations
Profit ou pertes non comptabilisés
Dans le compte de résultat
Dividendes payés
Augmentation de capital
Résultat net de l'exercice
Solde au 31 décembre N

271
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Le tableau de variation de capitaux propres obéit à la qualité de


comparabilité donc il faut donner les opérations ayant impactées les
capitaux propres l’année N-1

Exemple

Les rubriques des capitaux propres du bilan de la société ABC se


présentent au 31 décembre 2018 conformément à l’annexe 1. Un
certain nombre d’informations sur les mouvements constatés est
présenté en annexe 2.
1) Passer les écritures correspondantes aux mouvements de
capitaux propres décrits en annexe.
2) Présenter le tableau de variation des capitaux propres d’ABC

Annexe 1

Extrait de bilan au 31 décembre 2018

Capitaux propres
Capital émis 2 400 000,00
Primes d'émission 1 200 000,00
Ecart d'évaluation 120 000,00
Réserves et résultat 3 500 000,00
Total Capitaux propres 7 220 000,00

272
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Annexe 2
Informations complémentaires

L’impôt sur les résultats (IBS) est au taux de 25 %.

La société ABC a revu au cours de l’exercice 2019 sa méthode de


comptabilisation des stocks (dû à l’abandon par la norme algérienne
sur les stocks de la méthode LIFO (dernier entré – premier sorti)). Le
stock au 1er janvier 2019 était de 360 000 selon la méthode LIFO et de
420 000 selon la méthode FIFO (premier entré – premier sorti).
Le résultat net de l’exercice 2019 de la société ABC est de 450 000.
La société ABC a distribué le 1er juillet 2019 un dividende de 300 000.

En 2019, la société a augmenté son capital de 600 000 par émission de


2 000 actions de 300 nominal émises à 660.

Corrigé

1) Ecritures comptables

3xx Stocks 420 000 – 360 000 60 000


106 Réserves 60 000
Changement de méthode comptable sur stocks :
Passage du LIFO au FIFO
106 Réserves 60 000 x 25% 15 000
134 Impôts différés passif 15 000
Effet fiscal du changement de méthode
7… Produits divers
6… Charges divers
120 Résultat de l’exercice 450 000
273
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

Reprise résultat ABC


106 Réserves (ou Résultat 2008) 300 000
457 Associés dividendes à payer 300 000
Dividendes ABC
456 Associés, opérations sur le capital 1 320 000
101 Capital 600 000
103 Prime d’émission 2 000 x (660 – 300) 720 000
Augmentation de capital

274
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

2) Le tableau de variation des capitaux propres d’ABC

Primes Ecart Réserves et


Capital d'émission d'évaluation résultat Total CP
Solde au 31/12/2018 2 400 000,00 1 200 000,00 120 000,00 3 500 000,00 7 220 000,00

Effets des changements de méthode


comptable (1) 45 000,00 45 000,00
Résultat net de la période (2) 450 000,00 450 000,00
Total profits et pertes comptabilisés
dans la période (1) +(2) 495 000,00 495 000,00
Dividendes (300 000,00) (300 000,00)
Augmentation de capital 600 000,00 720 000,00 1 320 000,00
Solde au 31/12/2019 3 000 000,00 1 920 000,00 120 000,00 3 695 000,00 8 735 000,00

275
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

V. L’ANNEXE

L’annexe des états financiers comporte des informations sur les points
suivants, dès lors que ces informations présentent un caractère
significatif ou sont utiles pour la compréhension des opérations
figurant sur les états financiers. Une entité présente normalement les
notes dans l’ordre suivant :

- Une déclaration selon laquelle les états financiers ont été préparés
en conformité avec le nouveau Système Comptable Financier

- Les règles et les méthodes comptables adoptées pour la tenue de la


comptabilité et l’établissement des états financiers (la conformité
aux normes est précisée, et toute dérogation est expliquée et
justifiée),

- Les compléments d’information nécessaires à une bonne


compréhension du bilan, du compte de résultat, du tableau des flux
de trésorerie et de l’état de variation des capitaux propres,

- Les informations concernant les entités associées, les co-


entreprises, les filiales ou la société mère ainsi que les transactions
ayant éventuellement eu lieu avec ces entités ou leurs dirigeants :
nature des relations, types de transaction, volume et montant des

276
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

transactions, politique de fixation des prix concernant ces


transactions.

- Les informations à caractère général ou concernant certaines


opérations particulières nécessaires à l’obtention d’une image
fidèle.

Le nouveau Système Comptable Financier propose en annexe une


liste d’informations à fournir selon l’ordre précisé supra. Toutefois,
ces informations doivent être agencées pour faire des phrases puis
des paragraphes et enfin un rapport. Chose difficile actuellement vu
la pauvreté rédactionnelle des cadres comptables et financiers. En
outre, ce magma d’informations à fournir nécessite un système
d’information intégré et performant.
Ainsi, nous pensons que l’élaboration des notes annexes nécessite :
- Le développement des compétences rédactionnelles au niveau
des universités et des entreprises ;
- Vulgariser dans les entreprises les progiciels de gestion intégrés
(ERP) pour réunir les informations significatives et pertinentes à
communiquer aux utilisateurs des états financiers.

FINABI vous accompagne en vous offrant son savoir-faire dans le


domaine

277
Finance and business intelligence
FINABI SARL- Cité 150 Logements, Bât C1, Appt 04, Birtouta, Alger-TEL : 021 31 01 29- MOB : 07 90 61 98 22.
Mail : assadchab@yahoo.fr

CONCLUSION
Le Système Comptable Financier est une armada de règles et
d’informations à fournir, l’aspect input comptable est négligé car le
but de ce nouveau référentiel est de nourrir les utilisateurs en
informations de qualité. Nous pensons que le challenge n’a été que
partiellement relevé par les entreprises et les autorités publiques. A cet
effet, le Conseil National de Comptabilité a créé une commission
chargée du diagnostic et la révision du SCF dont les objectifs
principaux sont :
- Proposer des outils « simples » pour optimiser l’application
du corpus actuel ;
- incorporer les normes IFRS créées depuis 2005 mais
adaptées au contexte économique algérien essentiellement
constitué de PME et d’ETI.
- Sans oublier la formation en développant le volet
conceptuel pour affranchir les comptables des atavismes du
passé qui réduisaient la comptabilité à un outil
administratif et fiscal et accroitre la compétence
rédactionnelle pour assurer la qualité du reporting. Les
notes annexes (l’information intelligente !) représentent
l’essentiel du travail des futurs comptables algériens. C’est
la raison principale pour laquelle nous avons créé
FINABI...

278

Vous aimerez peut-être aussi