Vous êtes sur la page 1sur 70

ANNALES des sujets – FEMININ MASCULIN PARTIE 3 (6 points)

Nouvelle Calédonie 2016

Le syndrome de Kallmann
Une jeune fille présente une absence de puberté : absence de déclenchement des premières règles et pas de
développement des caractères sexuels secondaires (seins, pilosité, élargissement des hanches … ). Elle consulte un
médecin qui, après de nombreux examens, diagnostique une maladie génétique : le syndrome de Kallmann.
L’absence de puberté est, dans le cas du syndrome de Kallmann, liée à l’absence de production d’une hormone : la
gonadolibérine ou GnRH.
On cherche à comprendre le syndrome de Kallmann.
Document 1 : le contrôle de la fonction de reproduction par le complexe hypothalamo-hypophysaire

Le complexe hypothalamo-hypophysaire contrôle la fonction de reproduction dans l’espèce humaine. Il comprend


!’hypothalamus situé dans le cerveau et une glande, l’hypophyse antérieure.
L’hypothalamus libère de façon rythmique dans le sang une neurohormone, la gonadolibérine ou GnRH. L’hypophyse
antérieure sécrète, sous l’action de la GnRH, deux hormones, la FSH (Hormone folliculostimulante) et la LH
(Hormone lutéinisante).
Le début de la puberté est déclenché par la mise en action de l’axe hypothalamo-hypophysaire : les neurones situés
dans J’hypothalamus libèrent la GnRH.

Source : d’après http://svt.ac-dijon.fr


Document 2 : relation entre l’âge et le taux d’œstradiol (un type d’œstrogènes) chez une fille non atteinte du
syndrome de Kallmann

Chez les filles, les œstrogènes permettent le développement des caractères sexuels secondaires.

Source : d’après http://acces.ens-lyon.fr

QUESTIONS :

Question 1 :

A l’aide de l’étude des documents et des connaissances, compléter le schéma du contrôle de la fonction de
reproduction en annexe 2 à rendre avec la copie dans le cas d’une fille pubère non atteinte du syndrome de
Kallmann.

Question 2 :

A partir des documents 1 et 2 et de vos connaissances sur les hormones naturelles contrôlant les fonctions
de reproduction humaine, expliquer l’absence de développement des caractères sexuels secondaires chez
une fille atteinte du syndrome de Kallmann.

Question 3 :

Indiquer si les femmes atteintes du syndrome de Kallmann et non traitées sont fertiles.
Justifier votre réponse.
ANNEXE 2
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : FEMININ – MASCULIN

Schéma du contrôle de la fonction de reproduction chez une fille pubère

Métropole septembre 2016

Document 1 : principe de l’implant contraceptif

Le premier implant contraceptif a été mis en vente en France


en 2001. Il se présente sous la forme d’un bâtonnet souple de
4 cm de longueur et 2 mm de diamètre. Inséré au niveau du
bras, il libère de manière continue et pendant trois ans une
hormone de synthèse proche de la progestérone,
l’étonogestrel.
L’implant est un contraceptif dit « de deuxième intention » : il
sera prescrit aux femmes qui présentent des contre-
indications ou une intolérance aux Ajouter au dictionnaire ou
qui ont des difficultés à suivre la prise quotidienne d’une pilule
classique.
L’implant est pré-chargé dans un applicateur stérile jetable,
qui permet une pose rapide, sous anesthésie locale. Effectuée
sous contrôle médical, l’intervention n’excède pas une minute trente et n’entraîne aucune complication dans 99,7 %
des cas. L’utilisatrice devra être informée qu’elle peut demander le retrait de l’implant à n’importe quel moment
mais il ne devra pas rester en place plus de trois ans. Le retrait se réalise également sous anesthésie locale et
nécessite une incision sous cutanée de 2 mm qui peut laisser une minuscule cicatrice. Les complications lors du
retrait sont très rares.

D’après : http://agence-prd.ansm.sante.fr et http://www.choisirsacontraception.fr


Document 2 : les effets de l’implant contraceptif

Ce contraceptif supprime principalement le pic de LH. Il provoque aussi un épaississement de la glaire cervicale
(sécrétion au niveau du col de l’utérus) qui rend difficile le passage des spermatozoïdes. D’autre part, il entraîne un
amincissement de la muqueuse utérine.
La sécurité et l’efficacité de cet implant ont été établies chez les femmes entre 18 et 40 ans. Lors des essais cliniques
aucune grossesse n’est survenue dans la population étudiée des utilisatrices. Son efficacité, proche des 100%, est
constatée pendant les trois ans. Agissant dès les 24 premières heures qui suivent sa pose, l’effet contraceptif est
rapidement réversible : le retour à la fertilité antérieure intervient pour la très grande majorité des femmes, dans les
trois semaines après le retrait de l’implant.
Parmi les effets secondaires de ce contraceptif, on constate des troubles du cycle : les règles ne sont pas régulières
même parfois absentes ou des saignements peuvent survenir à n’importe quel moment. On peut noter aussi une
prise de poids, parfois des nausées, une tension des seins et des maux de tête.

D’après : http://agence-prd.ansm.sante.fr et http://www.uvmaf.org

QUESTIONS :

À l’aide des documents et des connaissances, répondre aux questions suivantes :

Question 1 :

Lister les caractéristiques qui font que cet implant peut être qualifié de contraceptif.

Question 2 :

On s’intéresse aux caractéristiques de cet implant contraceptif.


Répondre à la question 2 sur l’annexe

Question 3 :

On s’intéresse à l’intérêt de cet implant contraceptif.


Répondre à la question 3 sur l’annexe

Question 4 :

Réaliser un schéma fonctionnel pour montrer comment l’implant contraceptif contrôle le fonctionnement
de l’ovaire. (Les effets sur l’utérus ne sont pas attendus)

ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE


PARTIE 3 – FEMININ – MASCULIN

Question 1 : répondre sur la copie

Question 2 :
Cocher uniquement la réponse exacte parmi les propositions suivantes :
L’implant joue son rôle contraceptif en exerçant un contrôle sur :
□ l’hypophyse par l’intermédiaire d’œstrogènes de synthèse
□ l’hypophyse par l’intermédiaire d’une progestérone de synthèse
□ l’utérus uniquement par l’intermédiaire d’œstrogènes de synthèse
□ l’utérus uniquement par l’intermédiaire d’une progestérone de synthèse
Question 3 :
Cocher uniquement la réponse exacte parmi les propositions suivantes :
L’implant contraceptif est intéressant car :
□ il n’a pas d’effets secondaires sur l’organisme
□ il n’impose pas à la femme la contrainte de la prise d’une pilule classique
□ il reste implanté jusqu’à la ménopause
□ il permet une ovulation le jour-même de son retrait pour la plupart des femmes

Question 4 : répondre sur la copie

Emirats Arabes Unis 2016

Mme X, sportive de haut niveau, souhaite avoir un enfant. Elle consulte son gynécologue car depuis 6 mois elle
présente une aménorrhée1 alors qu’elle était antérieurement bien réglée. Une échographie montre un appareil
génital sans anomalie et l’absence de grossesse en cours.
Elle se demande si une grossesse est envisageable et si elle devra avoir recours aux techniques de procréation
médicalement assistée (PMA).
Son gynécologue lui prescrit des examens médicaux plus approfondis pour déterminer l’origine de son aménorrhée.

On cherche à comprendre pourquoi madame X n’est plus réglée, et si une grossesse est envisageable.
1
Aménorrhée : Absence de règles chez une femme en âge de procréer.

Document 1 : Informations médicales concernant madame X

Document 1a : Données physiologiques relatives à madame X

Madame X Valeur de référence


IMC² 20 Entre 18 et 30
Pourcentage de tissu adipeux 15% Environ 20%

IMC²: Indice de Masse Corporelle, est une grandeur permettant d’estimer la corpulence d’une personne.

Document 1b : Résultats de trois dosages de LH (hormone lutéinisante) chez madame X, obtenus à partir de trois
prélèvements sanguins réalisés à 10 jours d’intervalle

Prélèvement 1 Prélèvement 2 Prélèvement 3


Dosages de LH 1.2 0.8 1
en Unité Arbitraire

Les valeurs de référence, chez une femme réglée sont comprises entre 2 et 10 Unités Arbitraires.

Document 2 : Informations sur le contrôle du fonctionnement des organes reproducteurs

Document 2a : Mode d’action de la leptine

La leptine est une hormone sécrétée par le tissu adipeux.


Un taux élevé de leptine permet une sécrétion de GnRH, à raison d’un pic toutes les 60 à 90 minutes.
Un taux faible de leptine inhibe la production de GnRH : la fréquence des pics de cette hormone diminue.
Document 2b : Concentrations plasmatiques moyennes mesurables chez une femme au cours d’un cycle et en
l’absence de fécondation

D’après http://www.snv.jussieu.fr/

L’hormone GnRH est produite par pics. Elle stimule la production des hormones hypophysaires. Plus la fréquence des
pics est importante et plus la sécrétion de LH et FSH est importante.

QUESTIONS :

Question 1 :
On s’intéresse à la sécrétion de LH chez une femme présentant des cycles normaux.
Répondez à la question 1 sur la feuille-réponse en annexe à rendre avec la copie

Question 2 :
Proposez une explication à l’absence de règles chez madame X.

Question 3 :
Le médecin de madame X lui dit que le recours à la PMA n’est pas adapté à son cas. Justifiez cette
affirmation.
ANNEXE
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : FEMININ – MASCULIN
À l’aide des connaissances et des documents, choisissez les propositions exactes :

Question 1 :
Dans la première partie du cycle, la sécrétion de LH permet de stimuler :
□ la croissance folliculaire et l’ovulation
□ la prolifération de l’endomètre
□ la production de glaire cervicale
□ les contractions utérines
Amérique du nord 2016

Les femmes asiatiques sont moins sujettes aux troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, fragilité osseuse
appelée ostéoporose) que les femmes occidentales.

On s’intéresse au lien possible entre la ménopause des femmes asiatiques et leur alimentation riche en soja.

Document 1 : dosages des hormones ovariennes

Document 1a : au cours d’un cycle chez une femme non ménopausée

Document 1b : chez une femme ménopausée

Le taux sanguin d’œstrogènes reste compris entre 30 et 50 pg/mL et celui de progestérone entre 2 et 4 ng/mL.

Document 2 : action des œstrogènes

Les œstrogènes contrôlent :


 le renouvellement du tissu osseux : un déficit en œstrogènes entraine une fragilité osseuse ;
 la température corporelle : ils régulent l’afflux de sang au niveau de la peau. Lorsque leur taux diminue à la
ménopause, la personne peut ressentir des sensations passagères de chaleur (« bouffées » de chaleur).
Document 3 : modélisation d’une molécule d’un œstrogène et d’une molécule d’isoflavone contenue dans le soja.

QUESTIONS :
Répondre aux questions 1 à 4 sur l’annexe 2 et à la question 5 directement sur la copie.
ANNEXE 2
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : FEMININ – MASCULIN

A partir des documents et de vos connaissances, répondre aux questions 1 à 4 sur cette annexe 2 et à la question 5
directement sur la copie.

Question 1 : on s’intéresse aux concentrations sanguines des hormones ovariennes au cours d’un cycle sexuel.
Au cours d’un cycle sexuel :
Cocher la réponse exacte
□ les œstrogènes présentent un pic de concentration après l’ovulation
□ les œstrogènes présentent un pic de concentration au moment de l’ovulation
□ la progestérone est sécrétée après l’ovulation
□ la progestérone est sécrétée avant l’ovulation
Question 2 : on s’intéresse au contrôle de la sécrétion des hormones ovariennes au cours d’un cycle sexuel.
La sécrétion des hormones ovariennes est contrôlée par :
Cocher la réponse exacte
□ les hormones sécrétées par la paroi de l’utérus
□ l’hormone LH sécrétée par l’hypothalamus
□ l’hormone FSH sécrétée par l’hypothalamus
□ les hormones FSH et LH sécrétées par l’hypothalamus

Question 3 : on s’intéresse aux caractéristiques hormonales de la ménopause


Après la ménopause, les œstrogènes sont sécrétés à des doses :
Cocher la réponse exacte
□ variant de façon cyclique
□ comprises entre 30 et 50 pg/mL
□ constantes supérieures à 100 pg/mL
□ inférieures à 10 pg/mL

Question 4 : on s’intéresse au mode d’action de la molécule d’isoflavone sur l’organisme.


La molécule d’isoflavone pourrait se fixer sur le récepteur de :
Cocher la réponse exacte
□ l’œstrogène et augmenter ainsi les troubles de la ménopause
□ l’œstrogène et diminuer ainsi les troubles de la ménopause
□ la progestérone et diminuer ainsi les troubles de la ménopause
□ la progestérone et augmenter ainsi les troubles de la ménopause

Question 5 : Répondre directement sur la copie


A partir des documents et de vos connaissances, expliquer comment l’atténuation de certains troubles de la
ménopause (bouffées de chaleur et ostéoporose) observée chez les femmes asiatiques peut être mise en relation
avec la présence de soja dans leur alimentation.

Liban 2016

L’implant contraceptif télécommandé


Oubliez la pilule, le stérilet et autres… Le futur de la contraception ? Un implant
contrôlé par télécommande.
Le laboratoire du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et la Fondation Bill
et Melinda Gates ont d’ores et déjà financé un test clinique pour cette puce
minuscule contrôlée par son utilisateur
http://www.maxisciences.com/contraception/
L’implant contraceptif est un réservoir contenant les mêmes hormones que les
pilules progestatives. Il est efficace durant 3 ans. Seul inconvénient : les femmes
qui l’utilisent doivent retourner chez leur médecin pour qu’il retire l’implant si
elles désirent avoir un enfant. Ce qui a donné l’idée au MIT de développer un
« Compu-contraceptive » télécommandé susceptible d’être mis sur le marché en
2018… D’une durée de vie de 16 ans, cet implant contraceptif télécommandé pourra être mis hors tension par
l’utilisatrice, n’importe quand puis réactivé très facilement grâce à la télécommande.
Le dispositif est implanté sous la peau et délivre 30 μg/jour de lévonorgestrel, une hormone de synthèse. Un courant
électrique provenant d’une batterie interne permet de délivrer une petite dose de cette hormone directement dans
le sang et identique chaque jour.
http://www.technologyreview.com/…/a-contraceptive-implant-with-remote-control/
On s’intéresse aux avantages et au mode d’action d’un implant contraceptif télécommandé.
Document 1 : comparaison des modèles d’une molécule de progestérone associée à son récepteur cellulaire et
d’une molécule de lévonorgestrel

Le récepteur à progestérone est situé dans les cellules cibles sur lesquelles la progestérone agit.

D’après les modèles moléculaires du logiciel Rastop

Document 2 : taux des hormones hypophysaires (FSH : hormone folliculo-stimulante ;


LH : hormone lutéinisante) et ovariennes sécrétées pendant le cycle menstruel
Document 3 : les effets sur l’organisme de la prise de progestérone par voie orale

Pour certains traitements hormonaux, les médecins préfèrent prescrire la progestérone sous forme orale, ils pensent
que le dosage sera mieux contrôlé. La molécule est directement apportée au foie qui la transforme et en élimine
soixante à quatre-vingt pour cent. Il ne reste alors que 20 à 40 mg de progestérone qui agiront sur les cellules cibles.
Cette molécule peut endommager le foie, les femmes au foie fragile peuvent avoir des problèmes de digestion, des
maux de tête, des vertiges, etc.

Document 4 : extrait de la notice d’une pilule contraceptive

Ce médicament est un contraceptif oral. Il contient un progestatif seul (molécule synthétique semblable à la
progestérone). Tous les comprimés ont une composition identique.
-Composition du médicament
Substance active : Lévonorgestrel dosée à 30 μg/comprimé (= 30.10-3 ng/comprimé)
-Contre-indications du médicament
Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
· hépatite (maladie du foie) ou antécédent récent d’hépatite ;
· insuffisance hépatique ;
· formation de caillot dans les vaisseaux sanguins ;
· cancers du sein ou de l’utérus susceptibles d’être stimulés par les progestatifs.

Mode d’emploi et posologie du médicament


Prendre régulièrement, et sans oubli, 1 comprimé par jour impérativement à la même heure, sans interruption entre
2 plaquettes.
Conseils
En cas d’oubli d’un comprimé, prendre immédiatement le comprimé oublié et continuer à l’heure habituelle pour les
comprimés suivants. Si le retard est supérieur à 3 heures, l’efficacité contraceptive n’est plus assurée, il y a risque de
grossesse, et une autre méthode complémentaire (préservatif par exemple) doit être employée pendant les 7 jours
suivant l’oubli.

Document 5 : action du lévonorgestrel sur la sécrétion de LH


QUESTIONS :
Répondre aux questions 1 à 6 sur l’annexe 2 à rendre avec la copie.

ANNEXE 2
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : FEMININ/MASCULIN

À l’aide de vos connaissances et des documents, sélectionner, pour les questions 1 à 6, la proposition exacte.

Question 1 : on s’intéresse à l’intérêt d’avoir un implant contraceptif télécommandé.

L’intérêt d’avoir un implant contraceptif télécommandé est :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ de pouvoir délivrer chaque jour une dose variable d’hormone.
□ d’arrêter le mécanisme contraceptif en cas de désir de grossesse.
□ de mettre le dispositif hors tension chaque mois pour déclencher les règles.
□ de permettre au médecin d’agir à distance sur le dispositif.

Question 2 : on s’intéresse à l’action de l’hormone de synthèse, le lévonorgestrel.

Le lévonorgestrel est une hormone de synthèse qui agit :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ par sa ressemblance avec la molécule de progestérone, en se fixant sur les mêmes récepteurs que celle-ci.
□ en bloquant la synthèse d’oestradiol par l’ovaire.
□ par sa ressemblance avec la molécule d’oestradiol, en se fixant sur les mêmes récepteurs que celle-ci.
□ en stimulant la synthèse de LH par l’hypophyse.

Question 3 : on s’intéresse au déclenchement de l’ovulation.

Le déclenchement de l’ovulation au 14ème jour est dû :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ à la chute du taux d’oestradiol.
□ au pic de LH.
□ au début de la sécrétion de progestérone.
□ au pic de progestérone.

Question 4 : on s’intéresse à un des avantages de la contraception par implant.

Un des avantages pour l’organisme de la contraception par implant est :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ d’empêcher la formation de caillots sanguins.
□ de limiter l’apparition de cancers du sein et de l’utérus.
□ d’éviter le passage de l’hormone par le foie et les effets secondaires.
□ d’être directement transformée par le foie.

Question 5 : on s’intéresse à une des précautions d’emploi de la contraception par pilule.

Une des précautions d’emploi de la contraception par pilule est :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ une prise régulière pour une meilleure efficacité.
□ un ajout de méthodes complémentaires de contraception.
□ une prise d’un médicament pour protéger le foie.
□ une prise complémentaire de FSH de synthèse.
Question 6 : on s’intéresse au rôle du lévonorgestrel dans la contraception.

Le lévonorgestrel contenu dans l’implant agit comme contraceptif en :


Cocher uniquement la réponse exacte
□ déclenchant un pic de sécrétion de LH donc en bloquant l’ovulation.
□ limitant la sécrétion de LH donc en bloquant l’ovulation.
□ déclenchant un pic de LH donc en provoquant l’ovulation.
□ limitant la sécrétion de LH donc en provoquant l’ovulation.

Pondichery 2016

La contraception hormonale d’urgence regroupe les méthodes orales visant à limiter le risque de grossesse en cas de
relations sexuelles non ou mal protégées. Conformément à une décision européenne, l’ulipristal (pilule dite « du
surlendemain ») est désormais accessible selon les mêmes modalités que le lévonorgestrel (pilule du lendemain),
c’est-à-dire délivré sans ordonnance en pharmacie.
Source : Magazine Porphyre Juin 2015
On s’intéresse au mode d’action de l’ulipristal.

Document 1 : Informations sur la pilule du surlendemain

La nouvelle pilule du surlendemain peut agir dans les 48 heures qui précèdent l’ovulation quand le risque de
grossesse est le plus important. Si elle est prise moins de 24 heures après le rapport, le risque de grossesse est divisé
par 6. Si besoin, elle peut être utilisée jusqu’à 5 jours après le rapport. Ces 5 jours correspondent à la durée de survie
des spermatozoïdes dans le corps de la femme.
La molécule contenue dans la pilule du surlendemain, l’ulipristal, agit de deux façons :
– elle retarde l’arrivée du pic de LH,
– elle empêche le développement correct de la muqueuse utérine.

D’après https://www.piluledulendemain.com

Document 2 : Représentations des molécules de progestérone et d’ulipristal


Document 3 : Evolution de plusieurs paramètres au cours des cycles ovarien et utérin

L’endomètre correspond à la muqueuse utérine.


D’après https://www.futura-sciences.fr
QUESTIONS :

A de l’étude des documents et des connaissances, répondre aux questions suivantes

Question 1 :
On s’intéresse à l’efficacité de la pilule du surlendemain.
Répondre à la question 1 sur la feuille en annexe

Question 2 :
Expliquez en quoi le retard du pic de LH provoqué par la prise de l’ulipristal peut empêcher une grossesse.

Question 3 :
Lorsqu’il y a déjà eu ovulation, expliquez comment la molécule d’ulipristal agit pour jouer son rôle de
contraceptif d’urgence.
ANNEXE
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : FEMININ/MASCULIN

Question 1
Cochez uniquement la réponse exacte.

Une femme a eu un rapport mal protégé le soir du 13ème jour de son cycle. Le 1er jour de ses dernières règles était
le 18 août. Indiquez la date où la pilule du surlendemain aura le plus d’efficacité :
□ le 31 août
□ le 1er septembre
□ le 2 septembre
□ le 3 septembre

Question 2
Répondre sur la copie

Question 3
Répondre sur la copie

Nouvelle Calédonie rattrapage 2015

Hormone et activité sexuelle


L’activité sexuelle chez les mammifères repose sur des phénomènes biologiques

Document 1 : Evolution de l’activité sexuelle dans un lot de rongeurs mâles castrés et traités à la testostérone.

Source : d’après C. Thibault et M-C Levasseur, la reproduction chez les mammifères et l’Homme, INRA éditions
ellipses, 2001
Document 2 : Réponses sexuelles d’hommes ne produisant pratiquement pas de testostérone et traités ou non
par des injections de testostérone.

Source : d’après le dossier CNDP « Vivre sa sexualité »

Document 3 : Les eunuques

Un eunuque est un homme castré. La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive
qu’elle concerne également le pénis.
Dans l’empire ottoman et en Chine, les eunuques étaient affectés à la garde des harems ou sérails, c’est à dire de
l’habitation dans lesquelles les épouses et concubines d’un homme important étaient tenues à l’écart du monde. Les
hommes non castrés n’y étaient pas admis. On pensait que la castration ôtait les désirs sexuels et la possibilité
d’accouplement..

Pourtant… si l’on en croit Voltaire : « le kisler-aga, eunuque parfait, à qui on a tout coupé, a aujourd’hui un sérail à
Constantinople : on lui a laissé ses yeux et ses mains, et la nature n’a point perdu ses droits dans son cœur. Les autres
eunuques, à qui on n’a coupé que les deux accompagnements de l’organe de la génération, emploient encore souvent
cet organe. »
Source : Voltaire, Dictionnaire philosophique, article, « Joseph »

Il semble en effet que si l’ablation des testicules intervient après la puberté, ce qui était le plus fréquent pour les
serviteurs, il peut y avoir érection et donc accouplement.

QUESTIONS :

A de l’étude des documents et des connaissances, répondre aux questions suivantes

Question 1 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle des rongeurs mâles.
Répondre à la question 1 sur la feuille en annexe

Question 2 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle de l’homme.
Répondre à la question 2 sur la feuille en annexe

Question 3 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité sexuelle des mammifères non primates.
Répondre à la question 3 sur la feuille en annexe.
Question 4 :
Expliquer pourquoi l’accouplement était possible chez certains eunuques et sans risque de provoquer une
grossesse.

ANNEXE
FEUILLE – REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : FEMININ/MASCULIN

Pour les questions 1, 2 et 3, cocher uniquement la réponse exacte

Question 1
L’activité sexuelle chez rongeurs mâles :
□ est importante quelle que soit la concentration de testostérone
□ n’est pas dépendante des testicules
□ devient nulles lorsqu’il n’y a pas de testostérone
□ n’est pas sous dépendance hormonale

Question 2
L’activité sexuelle chez l’Homme :
□ ne dépend pas de la testostérone
□ est en lien avec la quantité de testostérone
□ devient nulle sans testostérone
□ est la même quelle que soit la concentration de testostérone
Question 3
L’activité sexuelle chez les mammifères non primates est :
□ faiblement dépendante des hormones sexuelles
□ davantage dépendante des hormones sexuelles que l’activité sexuelle humaine
□ autant dépendante du circuit de la récompense que l’activité sexuelle humaine
□ davantage dépendante du circuit de la récompense que l’activité sexuelle humaine

Question 4
Répondre sur la copie

Nouvelle Calédonie 2015

Est-ce bientôt la fin de la contrainte des contraceptifs pour les femmes, entre la prise quotidienne de la
pilule ou encore le stérilet qui doit être remplacé tous les cinq ans ? Une entreprise américaine a mis au point un
implant contraceptif révolutionnaire, conçu pour durer seize ans et fonctionnant à l'aide d'un bouton on/off.

Document 1 : Contraception : bientôt un implant doté d'une télécommande ?

L'implant mis au point par l'entreprise


Un réservoir pour diffuser une hormone

FONCTIONNEMENT. L'implant mesure 20 millimètres de longueur et est prévu pour être implanté sous la partie
supérieure du bras, du ventre ou même de la peau des fesses. A l'intérieur, un réservoir contient la dose
d'hormone nécessaire pour seize années de contraception.

L'appareil comporte aussi une batterie qui envoie un très faible courant électrique déclenchant quotidiennement
30 microgrammes de lévonorgestrel, un progestatif déjà utilisé dans de nombreux contraceptifs. Au bout de ses
seize années d'activité, l'implant pourra être retiré par les médecins.

Pendant les 16 années de fonctionnement, la patiente pourra activer ou désactiver l'implant (diffusant ou non des
hormones dans le corps) à l'aide d'une simple télécommande permettant ainsi au couple de stopper facilement la
contraception en vue d'une grossesse.

Commercialisation prévue en 2018

[...] "Les essais de cet implant devraient débuter dans un an aux Etats-Unis, pour une mise sur le marché en 2018,
annoncent les scientifiques". Il faudra pour cela qu'ils obtiennent l'accord de la FDA, l'Agence américaine du
médicament qui devra notamment s'assurer que ce moyen de contraception est fiable dans le temps.

Les médecins rappellent qu'un suivi gynécologique régulier reste cependant indispensable.

D'après http://sciencesetavenir.fr

Document 2 : Mode d'action de l'implant (résultats obtenus à partir d'implants similaires au nouvel implant)

(mUI : milli unité internationale)


D'après https://www.glowm.com

QUESTIONS :
A des documents et des connaissances, répondre aux questions suivantes
Question 1 :
Enoncer les avantages d'un tel moyen de contraception.
Question 2 :
Expliquer comment l'utilisation de cet implant empêche une grossesse.
Question 3 :
Les implants agissent en libérant des hormones.
Donner un autre exemple de contraception agissant selon le même principe.
Métropole 2015

Enceinte à 67 ans

Le 29 décembre 2006, une femme âgée de presque 67 ans, donna naissance à des jumeaux. Pour cela, elle a menti
sur son âge à des médecins américains, pour qu'ils acceptent de mener avec elle une procréation médicalement
assistée (PMA).

Document 1 : La ménopause

En France, la ménopause se produit à 51 ans, en moyenne. Mais, il existe des fluctuations d'une femme à l'autre et
elle peut se produire naturellement entre 40 et 55 ans.
Elle se traduit par une irrégularité des ovulations, puis leur arrêt et par la disparition des règles. Elle correspond à
une transformation progressive de l'organisme sur plusieurs années. La réponse de l'ovaire aux gonadotrophines,
FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinique), diminue lentement, ce qui entraîne une absence
d'ovulation et de corps jaune. Le taux d'oestradiol maintenu dans un premier temps devient nul ensuite.
L'hypophyse ne subissant plus de rétrocontrôle négatif sécrète davantage de FSH et de LH, sources de bouffées de
chaleur avec sueurs nocturnes et parfois d'un effet dépressif.
Source : M. Caillon. Biologie de l'Homme dans son environnement. Hachette 1991 p. 410

Document 2 : Quantité d'ovocytes* en fonction de l'âge chez la femme

* Ovocytes ; cellules ovariennes qui peuvent devenir des ovules


Source : D'après Thibault, Levasseur. La reproduction chez les mammifères et l'Homme, INRA

QUESTIONS :
À partir des connaissances et de l’étude des documents, répondre aux questions suivantes :

Question 1 :
On s’intéresse au contrôle de l’activité ovarienne par l’hypophyse.
Répondre à la question 1 sur la feuille en annexe.

Question 2 :
On s’intéresse aux manifestations de la ménopause chez la femme.
Répondre à la question 2 sur la feuille en annexe.

Question 3 :
Expliquer les raisons pour lesquelles une femme de 67 ans ne peut plus être enceinte de façon naturelle.
Question 4 :
On s’intéresse à la technique de PMA appliquée à cette femme de 67 ans.
Répondre à la question 2 sur la feuille en annexe.

ANNEXE
FEUILLE-REPONSE À RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : FÉMININ/MASCULIN
Pour les questions 1, 2 et 4, cocher uniquement la réponse exacte.

Question 1 :
Le contrôle de l'activité ovarienne par l'hypophyse :
□ se fait par une forte sécrétion de LH au début de la phase folliculaire
□ se fait par voie nerveuse
□ est soumis à un rétrocontrôle par des hormones ovariennes
□ est soumis à un rétrocontrôle par des hormones utérines.

Question 2 :
Lors de la ménopause chez la femme :
□ il y a une augmentation du taux de LH plasmatique
□ il y a déclenchement des premières règles
□ la puberté s'arrête
□ les cellules ovariennes réagissent davantage aux hormones hypophysaires.

Question 3 :
Répondre sur votre copie
Question 4 :
Pour être enceinte, cette femme de 67 ans a forcément dû subir :
□ Une insémination artificielle avec du sperme
□ Une greffe d’utérus puis une insémination artificielle avec du sperme
□ Une stimulation ovarienne puis une insémination artificielle avec du sperme
□ Une fécondation in vitro avec du sperme d’un donneur, ainsi que des ovocytes, prélevés chez une donneuse

Polynésie 2015

Une jeune patiente vient consulter car ayant atteint l’âge de la puberté elle n’a aucun développement de
pilosité, ni apparition de règles. L’échographie réalisée révèle l’absence d’utérus et d’ovaires, un vagin plus court que
la normale et la présence de testicules dans son abdomen. On ne décèle pas de voies génitales de type masculin.
Une analyse sanguine montre qu’il y a une production excessive de testostérone. La réalisation d’un caryotype
révèle qu’elle possède des chromosomes sexuels XY normaux.
Document : différenciation de l’appareil uro-génital chez l’homme et chez la femme.

D’après : manuel SVT de terminale S

QUESTIONS :

Question 1 : On s’intéresse à la différenciation de l’appareil génital.


Répondez à la question 1 de l’annexe à rendre avec la copie.

Question 2 : On recherche l’origine de l’absence de voies génitales chez cette jeune patiente.
Répondez à la question 2 de l’annexe à rendre avec la copie.

Question 3 : On recherche une explication à l’absence de puberté chez la jeune patiente.


Utilisez les informations apportées et vos connaissances pour expliquer pourquoi la jeune patiente n’a ni
développement de pilosité, ni apparition de règles.

ANNEXE
FEUILLE-REPONSE À RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : « FEMININ, MASCULIN » (6 points)

Question 1. Un enfant naîtra avec un appareil uro-génital de garçon si au cours du développement prénatal :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ les canaux de Müller se transforment en canaux déférents
□ les canaux de Wolff se transforment en trompes
□ les gonades indifférenciées se transforment en testicules
□ les gonades indifférenciées se transforment en ovaires
Question 2. L’absence de voies génitales chez cette jeune patiente s’explique par un défaut :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ de production par le testicule de testostérone
□ de production par le testicule de l’hormone foetale responsable de la disparition des voies féminines (hormone
anti-müllerienne)
□ d’action de l’hormone foetale responsable de la disparition des voies féminines
□ d’action de la testostérone

QUESTION 3 : répondre sur la copie


Liban 2015

Certaines difficultés à procréer rencontrées par des couples sont dues à une absence d'ovulation ; c’est le cas du
couple de M. et Mme Z.
Pour préciser son diagnostic, la gynécologue de Mme Z. demande à sa patiente de construire la courbe de sa
température, prise chaque matin au réveil.
Elle a obtenu des résultats semblables sur plusieurs cycles consécutifs.
(Les cycles ne sont pas tous représentés ; la température est prise sous le bras : elle est inférieure d'environ 0,5°C à la
température rectale).

Document 1 : courbes de température au cours d’un cycle

Document 1a : courbe de température obtenue par Mme Z. sur un cycle

Document 1b : courbe de température d’une femme fertile


Document 2 : courbe de température de Mme Z. pendant le cycle avec traitement

La gynécologue propose à Mme Z. de prendre un médicament dit « inducteur d’ovulation », en prise quotidienne, du
deuxième au sixième jour du cycle.
Mme Z. trace sa courbe de température au cours de son traitement. Les résultats sont donnés ci-dessous.

Document 3 : résultats des dosages de FSH et de LH

La gynécologue a prescrit aussi des dosages sanguins de FSH et LH ; ils ont été effectués avant et après traitement.
Les résultats sont présentés sur le tableau ci-dessous.

Hormone dosée Période du Valeurs chez une Valeurs mesurées Valeurs mesurées
prélèvement femme fertile (en chez Mme Z. avant chez Mme Z. après
unité arbitraire/L) traitement (en unité traitement (en unité
arbitraire/L) arbitraire/L)
FSH 3ème jour de 3 à 10 3 3
LH 3ème jour de 2 à 7 3.5 3
LH du 13ème au 16ème de 9 à 75 7 en moyenne de 7 à 70
jour

QUESTIONS :

A partir des documents et éventuellement de vos connaissances, présenter les données concernant Mme Z.
sur lesquelles se base la gynécologue pour :

Question 1 : penser à une absence d’ovulation.

Question 2 : vérifier l'efficacité du traitement


Amérique du nord 2015

Même si les mécanismes hormonaux sont très proches chez les humains et les ovins (moutons et brebis), les
comportements sexuels sont très différents. L’humain peut se reproduire à n’importe quel moment de l’année, ce
qui n’est pas le cas des ovins dont la reproduction est saisonnière et ne se déroule qu’une fois par an.
L’activité sexuelle des ovins appelés espèce de « jours courts », se déclenche en automne lorsque la durée
quotidienne d’éclairement diminue. Cette activité s’arrête lorsque la durée d’éclairement par jour augmente au
printemps. Après 5 mois de gestation, la femelle donne naissance à un ou deux agneaux.
On cherche à comprendre pourquoi chez les humains, les naissances peuvent se faire tout au long de l’année
contrairement à ce qui se passe chez les ovins.

Document 1 : Influence de la photopériode sur l’activité sexuelle des ovins

Remarques :
- La mélatonine est une hormone produite par le cerveau (glande pinéale ou épiphyse).
- Chez l’Homme, la mélatonine est appelée « hormone du sommeil ». Elle ne joue aucun rôle dans le comportement
sexuel.

Document 2 : influence de la photopériode sur les sécrétions hormonales intervenant sur l'activité sexuelle.
Document 3 : Influence des oestrogènes sur l’activité sexuelle de la brebis

Chez la brebis, il n’y a qu’une seule période d’activité sexuelle dans l’année, nommée oestrus, au cours de laquelle
elle va accepter les avances du mâle et l’accouplement.
Sa concentration en oestrogènes est basse tout au long de l’année puis augmente sensiblement pendant les cycles
sexuels de la saison de reproduction. La concentration en oestrogènes peut alors atteindre environ 3 pg/mL (1
picogramme = 10-12 g).
Des expériences ont été menées chez des brebis à qui on a enlevé les ovaires pour rechercher le rôle des
oestrogènes sur l'activité sexuelle.
Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Dose d’oestrogènes Pourcentage de femelles en


injectée (mg) oestrus (%)
0,10 0
0,25 25
0,35 43,7
0,5 100
Résultats des injections d’oestrogènes sur une femelle privée de ses ovaires.

QUESTIONS :

Question 1 : On s’intéresse au facteur déclenchant l’activité sexuelle chez les ovins en liberté.
Répondre à la question 1 sur l’annexe à rendre avec la copie

Question 2 : On s’intéresse à l’hormone déclenchant l’activité sexuelle chez la femme et la brebis.


Répondre à la question 2 sur l’annexe à rendre avec la copie

Question 3 : On s’intéresse au rôle des oestrogènes lors de l’activité sexuelle chez la brebis.
Répondre à la question 3 sur l’annexe à rendre avec la copie

Question 4 :On s’intéresse à l’hormone responsable de l’ovulation.


Répondre à la question 4 sur l’annexe à rendre avec la copie

Question 5 : On s’intéresse à une des différences entre les comportements sexuels de la brebis et de la
femme.
Répondre à la question 5 sur l’annexe à rendre avec la copie

ANNEXE
FEUILLE-REPONSE À RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : « FEMININ, MASCULIN » (6 points)

A l’aide de vos connaissances et des documents, compléter les phrases des questions 1 à 5 suivantes:

Question 1. Dans l’espèce humaine, les naissances ont lieu tout au long de l’année. Chez les ovins en liberté, les
naissances ont toutes lieu au printemps car elles dépendent de :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ la température extérieure : l’activité sexuelle a lieu au printemps lorsque les températures augmentent
□ la quantité de nourriture disponible : l’activité sexuelle a lieu au début du printemps lorsque la végétation
redevient abondante dans les prairies
□ la photopériode : l’activité sexuelle a lieu au printemps lorsque la durée quotidienne de l’éclairement augmente
□ la photopériode : l’activité sexuelle a lieu à l’automne lorsque la durée quotidienne de l’éclairement diminue
Question 2. Par comparaison, le déclenchement de l’activité sexuelle est liée à la production de :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ mélatonine chez la femme mais pas chez la brebis
□ mélatonine chez la brebis mais pas chez la femme
□ testostérone chez la femme mais pas chez la brebis
□ testostérone chez la brebis mais pas chez la femme

Question 3.
Soit une injection de 0,25 mg d’oestrogènes à des brebis privées de leurs ovaires. Si on double la quantité
d’oestrogènes de 0, 25 mg à 0,5 mg, on :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ double le pourcentage de brebis en oestrus
□ multiplie par quatre le pourcentage de brebis en oestrus
□ réduit de moitié le pourcentage de brebis en oestrus
□ multiplie par trois le pourcentage de brebis en oestrus

Question 4.
Chez la femme et la brebis, l’ovulation est provoquée par une forte production :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ de LH
□ d’oestrogènes
□ d’AMH
□ de progestérone
Question 5
Le comportement sexuel chez la brebis et la femme diffère car :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ chez la femme, le système de récompense est prépondérant sur le contrôle hormonal
□ chez la brebis, le système de récompense est prépondérant sur le contrôle hormonal
□ chez la femme, la photopériode est prépondérante sur le système de récompense
□ chez la brebis, la photopériode n'est pas prépondérante sur le contrôle hormonal

Pondichery 2015

Document 1 : Concentrations sanguines en hormones chez la femme avant et après la ménopause

La ménopause survient, en moyenne autour de 50 ans, après une durée de 12 mois consécutifs sans règles. Elle
traduit l'épuisement du stock d'ovocytes et l'arrêt du fonctionnement des ovaires.

LH = hormone lutéinisante et FSH ) hormone folliculo stimulante


D'après Fauci & al, Harrison's Principles of Internal Medicine
Document 2 : Grossesses tardives et PMA

Parmi les mères les plus âgées au monde, citons le cas d'une Espagnole qui, en 2006, donna naissance à deux fils
jumeaux, à 66 ans et 358 jours, ou encore celui d'une Roumaine qui, en 2005, eut une fille, à 66 ans et 238 jours.

D'après : wikipedia

En France, la procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) est encadrée
par la loi n° 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique . (...) Même si aucune limite d'âge n'est clairement
formulée, la prise en charge par l'assurance maladie est fixée au 43ème anniversaire de la receveuse. "Il est possible
de continuer après jusqu'à l'âge physiologique de la grossesse, environ 48 ans, si vous payez", expliquait René
Frydman dans un entretien au Monde le 18 février 2012.
D'après : www.lemonde.fr, 07.11.2012

Document 3 : Des techniques de PMA (Procréation Médicalement Assistée)

Insémination Technique consistant à déposer le sperme, à l'aide d'un cathéter, directement dans la
artificielle cavité utérine.
Stimulation Traitement médicamenteux (par injections ou comprimés) à base d'hormones
ovarienne permettant de stimuler la maturation d'un ou plusieurs follicules par chacun des ovaires.
FIVETE Fécondation in vitro avec transfert d'embryon dans l'utérus après récupération des
ovocytes et des spermatozoïdes. En cas de nécessité, cette solution permet le recours à
un don d'ovocytes, de sperme ou bien d'embryon.

QUESTIONS :

Question 1 :
1) D'après vos connaissances, expliquez les variations hormonales observées à la ménopause.

Question 2 :
2) Ailleurs qu'en France, des femmes âgées et ménopausées ont pu donner naissance à des enfants.
a) Expliquez l'obligation d'avoir recours à la PMA chez les femmes âgées, ménopausées, qui désirent avoir des
enfants, en choisissant, parmi celles proposées dans le document 3, la technique la plus adaptée à cette
situation.
b) Discutez de l'éventualité d'une grossesse par PMA aussi tardive en France.

Martinique septembre 2014

Un composant chimique, présent dans les objets du quotidien, néfaste pour la procréation humaine ?

Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique qui entre dans la composition de nombreux objets du quotidien.
De récentes études menées sur des animaux de laboratoire ont démontré que ce composé industriel aurait, même à
faible concentration, des effets néfastes sur la reproduction.
On s’interroge sur ce lien entre un composant chimique, le bisphénol A, et la capacité de reproduction de l’homme.
Document 1 : la carte d’identité du bisphénol A

D’après un article de La Recherche, Juin 2013


* Anses : agence nationale de sécurité sanitaire

Document 2 : les expériences d’une équipe de chercheurs français menées en laboratoire et leurs résultats

Expérience réalisée :
Des testicules fœtaux ont, pendant trois jours, été maintenus en vie dans des boîtes de culture en présence ou non
de bisphénol A.
Résultats obtenus :
Les chercheurs à l’origine de l’expérience ont montré que l’exposition de ces testicules fœtaux au bisphénol A
réduisait les productions de testostérone et d’une autre hormone testiculaire nécessaire à la descente des testicules
dans les bourses au cours du développement fœtal. Une concentration de BPA égale à 2 microgrammes par litre
dans le milieu de culture est suffisante pour induire ces effets. Cette concentration équivaut à la concentration
moyenne retrouvée dans l’organisme au sein de la population.

Document 3 : le rôle de la testostérone dans la fonction de reproduction chez les rats

Différentes doses de testostérone ont été administrées à


des rats chez qui on a évalué dans les tubes séminifères des
testicules, le nombre de spermatides, cellules à l’origine des
spermatozoïdes.

Nombre de spermatides par testicule en fonction de la


dose de testostérone dans le liquide séminifère (liquide
présent dans les tubes séminifères)
QUESTIONS :

Question 1 : on s’intéresse à la présence du bisphénol A dans notre environnement quotidien.

Répondre à la question 1 de l’annexe, page 8/8, à rendre avec la copie.

Question 2 : on s’intéresse aux conséquences d’une faible quantité de bisphénol A sur la procréation humaine.

Répondre à la question 2 de l’annexe, page 8/8, à rendre avec la copie.

Question 3 : en utilisant vos connaissances relatives aux rôles de la testostérone dans le développement
embryonnaire humain.

Répondre à la question 3 de l’annexe, page 8/8, à rendre avec la copie.

Question 4 : on s’intéresse au rôle de la testostérone dans la fonction de reproduction chez les rats.

Répondre à la question 4 de l’annexe, page 8/8, à rendre avec la copie.

Question 5 : on s’intéresse aux effets du bisphénol A.


A l’aide de l’ensemble des informations recueillies, préciser les effets néfastes du bisphénol A sur la capacité
de reproduction de l’homme.
Répondre à la question sur la copie.

ANNEXE
À RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : FÉMININ/MASCULIN

A l’aide de vos connaissances et des documents, compléter les phrases suivantes :

Question 1 :
Le bisphénol A est un composé chimique présent dans :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ les fruits et les légumes frais
□ certains plastiques en polycarbonate
□ les conditionnements de produits alimentaires en verre
□ l’air

Question 2 :
Les tests réalisés par l’équipe de chercheurs français ont montré qu’une faible quantité de bisphénol A:
Cochez uniquement la réponse exacte
□ augmente la concentration de testostérone dans les testicules
□ déclenche la descente des testicules dans les bourses au cours du développement fœtal
□ réduit la concentration de testostérone dans les testicules
□ réduit la production d’une hormone responsable de la descente des testicules dans les bourses au moment de la
puberté

Question 3 :
Lors du développement embryonnaire humain, la testostérone est une hormone :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ ovarienne permettant la différenciation des canaux de Müller en voies génitales femelles
□ testiculaire permettant la différenciation des canaux de Müller en voies génitales femelles
□ ovarienne permettant la différenciation des canaux de Wolff en voies génitales mâles
□ testiculaire permettant la différenciation des canaux de Wolff en voies génitales mâles
Question 4 :
L’administration de testostérone à des rats montre que :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ la concentration en testostérone augmente lorsque le nombre de spermatides augmente
□ le nombre de spermatides augmente lorsque la concentration en testostérone diminue
□ le nombre de spermatides augmente lorsque la concentration en testostérone augmente
□ la concentration en testostérone augmente lorsque le nombre de spermatides diminue

Question 5 :
Répondez à la question sur la copie.

Asie 2014

Madame X (33 ans) essaie depuis quelques années d’avoir un enfant sans succès. Son médecin généraliste l’oriente
vers un spécialiste de la biologie de la reproduction. L’interrogatoire de Madame X permet au spécialiste
d’apprendre que celle-ci a souffert d’une infection sexuellement transmissible (IST), la salpingite* à gonocoques, il y
a quelques années. Il prescrit alors à Madame X différentes analyses.
*salpingite = inflammation des trompes utérines

Document 1 : analyses pratiquées chez Madame X.

Document 1a : hystérographie** chez une patiente fertile (a) et chez Madame X (b).

** hystérographie =radiographie de la cavité utérine et des trompes


Document 1b : dosage de trois hormones : LH (hormone lutéinisante), oestrogènes et progestérone chez une
patiente fertile (a) et chez Madame X (b).

d’après « Biologie et physiopathologie humaines » Nathan)

Document 1c : test de perméabilité de la glaire cervicale chez Madame X.

Glaire abondante, claire, à filance positive. CONCLUSION : glaire de bonne qualité.

Document 1d : échographie chez Madame X

OBSERVATIONS :
OVAIRE DROIT : 23,4 x 21,7mm, normal, au repos
OVAIRE GAUCHE : 25,0x15.5 mm, normal, au repos
Document 2 : deux techniques de PMA (Procréation Médicalement Assistée).

Insémination artificielle :
Technique simple, elle consiste à déposer, à l’aide d’un cathéter, les spermatozoïdes dans la cavité utérine.

Stimulation ovarienne :
Traitement médicamenteux (par injections ou comprimés) à base d’hormones permettant de stimuler la maturation
d’un ou plusieurs follicules par chacun des ovaires.

QUESTION 1 :
On s’intéresse aux causes d’une baisse de la fertilité chez Madame X
Répondre à la question 1 sur la feuille-réponse en annexe à rendre avec la copie.

QUESTION 2 :
On s’intéresse aux mesures préventives envers les IST.
Répondre à la question 2 sur la feuille-réponse en annexe à rendre avec la copie.

QUESTION 3 :
On s’intéresse au rôle du pic de LH.
Répondre à la question 3 sur la feuille-réponse en annexe à rendre avec la copie.

QUESTION 4 :
Proposez en justifiant votre réponse la technique de PMA la plus adaptée à ce cas clinique entre l’insémination
artificielle et la stimulation ovarienne.

ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE


THEME « FÉMININ - MASCULIN »

À l’aide des connaissances et des documents, choisir les propositions exactes :

QUESTION 1
D’après les résultats d’examens, on peut affirmer que Madame X a un problème d’infertilité dû à :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ une anomalie de la glaire cervicale


□ une absence d’ovaires
□ une obstruction des deux trompes utérines
□ un défaut d’hormones ovariennes

QUESTION 2
Madame X aurait pu éviter son infection à gonocoques :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ en utilisant un préservatif
□ en prenant la pilule
□ en posant un stérilet
□ en pratiquant un dépistage

QUESTION 3
Chez une femme fertile, le pic de LH :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ entraîne la croissance d’un follicule ovarien


□ déclenche l’expulsion du gamète femelle hors des ovaires
□ prépare l’utérus à la nidation d’un embryon
□ favorise la mobilité des spermatozoïdes dans la glaire cervicale
Amérique du nord 2014

Depuis Louise Brown (premier « bébé-éprouvette ») en 1978, le nombre de fécondations in vitro (FIV) n'a cessé
d'augmenter. Au début des années 2000, près de 300 000 tentatives étaient effectuées chaque année en Europe.
Cependant, les chances de réussite sont variables et s'élèvent en moyenne autour de 22 % par cycle menstruel. Elles
diminuent avec l’âge : 12% à 38 ans, 9% à 40 ans et 6% à 42 ans.
Pour limiter ces échecs, les médecins proposent différents tests avant de commencer une procréation médicalement
assistée (PMA).
On cherche à estimer les chances de réussite d'une PMA chez Mme B, âgée de 38 ans.
Pour évaluer, en début de cycle, le nombre de follicules présents dans ses ovaires et capables d'évoluer jusqu'à
l'ovulation on réalise :
- des dosages sanguins de la FSH (Hormone Stimulant les Follicules) et de l’AMH, (Hormone Anti Müllérienne) qui,
chez la femme adulte, est sécrétée par les cellules des follicules en croissance,
- une échographie des ovaires.
Les résultats de Mme B. et d'une femme fertile du même âge sont donnés ci-dessous.

Document 1 : échographies ovariennes d’une femme fertile et de Mme B. réalisées au 3ème jour du cycle

Le trait en pointillés correspond à la limite de l’ovaire.


Le diamètre des follicules susceptibles d’évoluer jusqu’à l’ovulation est matérialisé par un segment (+-----+).

Document 2 : dosages sanguins en début de cycle (3ème jour)

Taux de FSH (UI) Taux d’AMH (ng.L-1)


Chez une femme fertile de 38 ans <10 entre 2 et 6,8
Chez Mme B. 8 0,9

QUESTION 1 :
on s'intéresse aux résultats de l'échographie de Mme B.
Répondre à la question 1 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 2 :
on s'intéresse aux résultats des dosages sanguins de Mme B.
Répondre à la question 2 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 3 :
on s'intéresse aux faibles chances de réussite d'une PMA chez Mme B
Répondre à la question 3 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 4 :
on s'intéresse à la technique de PMA que pourrait se voir proposer Mme B
Répondre à la question 4 de l'annexe, à rendre avec la copie.
À l'aide de vos connaissances concernant les sécrétions d'hormones :
Répondre aux questions 5 et 6 sur l'annexe, à rendre avec la copie.

ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE


THEME « FÉMININ - MASCULIN »

A l'aide de vos connaissances et des documents, compléter les phrases suivantes :

QUESTION 1
la comparaison des échographies des ovaires de la femme fertile et de Mme B., faites au troisième jour du cycle,
permet de repérer que :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ la taille des ovaires de Mme B. est réduite de moitié par rapport à la taille de ceux de la femme fertile
□ Mme B. a un très grand nombre de follicules susceptibles d’évoluer jusqu’à l’ovulation dans ses ovaires
□ dans les ovaires de Mme B. on n’observe aucun follicule susceptible d’évoluer jusqu’à l’ovulation
□ dans les ovaires de la femme fertile on n’observe aucun follicule susceptible d’évoluer jusqu’à l’ovulation

QUESTION 2
d’après les dosages sanguins, on peut déduire que Mme B présente une sécrétion
Cochez uniquement la réponse exacte

□ hormonale ovarienne trop abondante


□ normale des hormones FSH et AMH
□ insuffisante de la FSH
□ insuffisante de l'AMH.

QUESTION 3
d’après l’ensemble des données concernant Mme B, on peut estimer que les chances de réussite d’une PMA sont
faibles à cause de :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ son âge, son faible taux d’AMH et son absence de réserve folliculaire
□ son âge, son faible taux de FSH et son absence de réserve folliculaire
□ son âge, son faible taux de FSH et son importante réserve folliculaire
□ son âge, son faible taux d’AMH et son importante réserve folliculaire

QUESTION 4
pour permettre à Mme B d’être enceinte, on peut réaliser
Cochez uniquement la réponse exacte

□ une stimulation des follicules susceptibles d’évoluer jusqu’à l’ovulation par injection d’œstrogènes
□ une stimulation des follicules susceptibles d’évoluer jusqu’à l’ovulation par injection de progestérone
□ une fécondation in vitro avec les ovocytes de Mme B et un don de sperme
□ une fécondation in vitro avec un don d’ovocytes

À l'aide de vos connaissances concernant les sécrétions d'hormones compléter les phrases suivantes :
QUESTION 5
la FSH dosée est sécrétée par
Cochez uniquement la réponse exacte

□ les ovaires
□ l'hypophyse
□ l'hypothalamus
□ l'utérus
QUESTION 6
un ovaire sécrète
Cochez uniquement la réponse exacte

□ de la progestérone avant l’ovulation


□ de la LH avant l’ovulation
□ de la progestérone après l’ovulation
□ de la FSH après l’ovulation

Liban 2014

La procymidone est un pesticide à usage agricole utilisé dans la plupart des vignobles de nombreux pays. La santé
des agriculteurs et de leur famille a été impactée par l'utilisation de ce produit chimique.
On s'intéresse aux effets de la procymidone sur l'appareil reproducteur de l'homme.

Document 1 : quelques informations sur un pesticide, la procymidone

Document 1a : un pesticide : la procymidone


Ses remarquables propriétés ont conduit à son emploi pour prévenir l’extension de la pourriture grise des raisins. En
1990, les produits à base de procymidone étaient autorisés et utilisés dans de très nombreux pays et dans la plupart
des grands vignobles.
D’après La revue des oenologues

Document 1b : journal officiel de la république française


Le ministre de l'agriculture et de la pêche décide du retrait des autorisations de mise sur le marché des produits
phytopharmaceutiques contenant au moins une des substances : fénarimol, métamidophos, procymidone et
dinocap pour tous les usages agricoles et non agricoles […] Entrée en vigueur le 1er janvier 2007 et application au 30
juin 2007.
JORF n°169 du 24 juillet 2007 page 12455 texte n° 134

Document 1c : un enjeu de santé publique


En 2006 ; la présence de pesticides a été décelée dans 49% des fruits, légumes et céréales vendus en Europe. Ces
chiffres représentent une augmentation de 20% sur les cinq dernières années, selon le mouvement pour les droits et
le respect des générations futures. En France, 44% des échantillons testés sont contaminés.
Des études montrent que l’exposition à ces produits entraîne un risque important de malformations génito-urinaires
chez les enfants des travailleurs agricoles. Cinq pesticides fréquents dont la procymidone, sont identifiés comme
dangereux.
D’après http://www.geo.fr
Document 2 : Mise en place des organes génitaux externes

Document 2a : Étapes de la différenciation masculine chez l’homme

Document 2b : Mise en place des organes génitaux externes au cours du développement chez l'homme

Document 3 : Action des pesticides

Document 3a : Études médicales chez l'Homme

Les études menées par l'équipe du professeur Charles Sultan (INSERM, CHU de Montpellier) montrent à quel point
les pesticides ont atteint la santé des agriculteurs et de leurs enfants : « j'ai trouvé plus de 300 substances chimiques
dans le sang du cordon ombilical, dont des perturbateurs endocriniens*. Les enfants les plus exposés aux pesticides
ont un risque élevé de malformations génitales, de retard de croissance, de troubles de développement du cerveau,
mais également d'obésité », affirme-t-il.

* un perturbateur endocrinien est une molécule qui mime, bloque ou modifie l’action d’une hormone et perturbe le
fonctionnement normal d’un organisme.
http://www.futura-sciences.com
Document 3b : Expériences chez le rat

On recherche l'effet de la procymidone sur l'action de la testostérone dans la mise en place des organes génitaux
chez le rat.

Pourcentage de testostérone active pour la mise en place des organes génitaux externes chez le rat

- 1 : en présence de testostérone seule (expérience de contrôle)


- 2 : en présence de la même quantité de testostérone que dans l’expérience 1 et de 100 mg/kg de procymidone

D’après http://www.sciencedirect.com

QUESTION 1 :
on s'intéresse à la mise en place des organes génitaux externes chez le foetus mâle
Répondre à la question 1 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 2 :
on s'intéresse aux conséquences de la procymidone
Répondre à la question 2 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 3 :
on s'intéresse au mode d'action de la procymidone
Répondre à la question 3 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 4 :
La procymidone est identifiée comme dangereuse car :
Répondre à la question 4 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 5 :
on s'intéresse à la différenciation de l’appareil sexuel mâle
Répondre à la question 5 de l'annexe, à rendre avec la copie.

QUESTION 6 :
on s'intéresse à l'action de l’AMH chez le foetus
Répondre à la question 6 de l'annexe, à rendre avec la copie.
ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE

THEME « FÉMININ - MASCULIN »

A l'aide de vos connaissances et des documents, compléter les phrases suivantes :

QUESTION 1
La mise en place des organes génitaux externes chez le fœtus mâle nécessite :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ la présence de testostérone et de procymidone


□ l’absence de testostérone et la présence d’AMH (hormone antimüllérienne)
□ la présence d’œstrogène
□ la présence de testostérone

QUESTION 2
Les pesticides comme la procymidone peuvent être à l’origine de :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ malformations génito-urinaires chez les enfants exposés


□ la pourriture grise des grains de raisin
□ retards de croissance et de troubles cérébraux chez les adultes exposés
□ la diminution des risques de malformations génitales

QUESTION 3
La procymidone agit en :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ diminuant l’action de la testostérone


□ stimulant l’action de la testostérone
□ empêchant l’action de l’AMH
□ stimulant l’action de l’AMH

QUESTION 4
La procymidone est identifiée comme dangereuse car elle :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ détruit les spermatozoïdes des travailleurs agricoles
□ se retrouve dans le sang des femmes enceintes et de leur fœtus
□ est présente dans le sang de tous les enfants
□ est présente dans les fruits et les poissons

QUESTION 5
La différenciation de l’appareil sexuel mâle commence :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ à la puberté
□ au cours de la période fœtale
□ à la naissance
□ dès la fécondation

QUESTION 6
L’AMH chez le foetus :
Cochez uniquement la réponse exacte
□ est responsable de la croissance du pénis
□ empêche la formation de l’utérus et des trompes
□ est responsable de la féminisation du fœtus
□ permet l’apparition des testicules
Métropole 2013

Pour les couples souhaitant concevoir un enfant, il existe depuis plusieurs années des tests pharmaceutiques de
fertilité adressés aux femmes.

Document 1 : Extraits d'une notice d'utilisation d'un test de fertilité vendu en pharmacie

« Comment le test d'ovulation peut vous aider ?


Le test d'ovulation détecte la montée de l'hormone lutéinisante (LH) dans vos urines. Votre fertilité est maximale le
jour de cette montée de LH et le lendemain.
Vos deux jours les plus fertiles commencent dès que le test d'ovulation détecte votre montée de LH. Si vous avez des
rapports sexuels dans les 48 heures suivantes, vous maximisez vos chances de concevoir un bébé. »

QUESTION 1 : (2 points)

A partir du document 1 et de vos connaissances, expliquer le principe du test de fertilité

QUESTION 2 : (2 points)

A partir de vos connaissances, justifier l'information extraite d'une notice d'utilisation d'un test de fertilité : « Si
votre résultat est positif […], vous n'avez plus besoin de tester au cours de ce cycle ».

QUESTION 3 : (2 points)

Répondre à la question 3 sur la feuille en annexe.

ANNEXE 2 A RENDRE AVEC LA COPIE


THEME « FEMININI MASCULIN »
QUESTION 3 :
Cochez uniquement la réponse exacte

□ Ce test peut être utilisé comme moyen contraceptif efficace : en faisant le test à chaque cycle pour connaître la
date de l'ovulation, on peut s'abstenir périodiquement de rapports sexuels.
□ Ce test peut être utilisé comme moyen contraceptif efficace : en faisant le test pour connaître la date de
l'ovulation pour un cycle, on peut miser sur la régularité parfaite des cycles pour s'abstenir périodiquement de
rapports sexuels.
□ Ce test ne peut pas être utilisé comme moyen contraceptif : un rapport sexuel deux à trois jours avant la montée
de LH peut être fécondant à cause de la durée de vie des spermatozoïdes.
□ Ce test ne peut pas être utilisé comme moyen contraceptif : un rapport sexuel deux à trois jours avant la montée
de LH peut être fécondant à cause de la durée de vie de l'ovule.

Asie 2013

Depuis plus d’un an, Justine et son conjoint ont un désir d’enfant. Ce mois-ci encore, la survenue de ses règles
confirme à la jeune femme qu’elle n’est pas enceinte. Le couple décide de consulter.

Lors de l’entretien avec son gynécologue, Justine se souvient avoir eu, il y a plusieurs années, une infection à
Chlamydia traitée par des antibiotiques.

Document 1 : les complications d’une Infection Sexuellement Transmissible (IST) : la chlamydiose chez la femme.

Chez la femme Chlamydia trachomatis


provoque une infection souvent très
discrète du vagin et du col de l’utérus :
la malade peut présenter des
symptômes tels que fièvre, douleurs du
bas ventre, pertes de sang par le vagin.
Mais très souvent, elle ne ressent rien et
le germe va endommager les trompes,
ce qui peut conduire à une stérilité en
l’absence de traitement.

D’après D’après MST – Connaitre et prévenir – Pr Luc Montagnier- APBG

L’auscultation ne révélant rien d’anormal, le gynécologue propose à Justine de réaliser une radiographie des
trompes et de l’utérus, en lui expliquant que son infection à Chlamydiae peut avoir laissé des séquelles.
Document 2 : radiographies de l’utérus et des trompes.

Pour obtenir de tels clichés, on a injecté un liquide radio-opaque à l’aide d’une canule dans le col de l’utérus. On suit
par radiographie aux rayons X la progression de ce liquide de contraste.
a. Résultat d’une radiographie de l’utérus et des b. Résultat de la radiographie de l’utérus et des
trompes d’une femme ayant eu des enfants trompes de Justine

Source : http://www.lagynecologie.

QUESTION 1 :

On s’intéresse aux éventuelles séquelles laissées par l’infection à Chlamydia au niveau de l’appareil
reproducteur de Justine.
Répondre à la question 1 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».

QUESTION 2 :

On s’intéresse aux causes de l’absence de fécondation chez Justine.


Répondre à la question 2 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».

QUESTION 3 :

On s’intéresse au comportement à adopter en cas d’infection à Chlamydia.


Répondre à la question 3 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».

QUESTION 4 :

On estime à 7000 le nombre de nouveaux cas d'infection à Chlamydia diagnostiqués chaque année en France.
Utiliser les informations du document 1 pour expliquer pourquoi malgré l’existence de traitements efficaces,
le nombre d’IST à Chlamydia ne cesse d’augmenter.

QUESTION 5 :

Les notices de médicaments à usage local prescrits pour soigner certaines IST recommandent d’utiliser son
propre linge de toilette et d’en changer tous les jours.
Justifier cette recommandation.
ANNEXE 2 A RENDRE AVEC LA COPIE
THEME « FEMININI MASCULIN »

A l’aide des connaissances et des documents, choisir les propositions exactes :

QUESTION 1 :
L’infection à Chlamydia de Justine a effectivement laissé des séquelles car l’examen radiologique montre
l’obstruction :
Cocher uniquement la réponse exacte
de l’utérus
du vagin
d’une seule trompe
des deux trompes

QUESTION 2 :
Justine a des problèmes de fertilité car les séquelles dues à l’IST qu’elle a contractée il y a quelques années
empêchent :
Cochez uniquement la réponse exacte
la rencontre des spermatozoïdes et de l’ovule
le dépôt des spermatozoïdes dans le vagin
la progression des spermatozoïdes dans la cavité utérine
le passage des spermatozoïdes à travers le col de l’utérus

QUESTION 3 :
Un antibiotique pris durant 14 à 21 jours permet de combattre l’infection à Chlamydia. Pour éviter la propagation de
cette IST, ce traitement est préconisé pour la personne malade et :
Cochez uniquement la réponse exacte
tous ses partenaires sexuels même s’ils ne présentent pas de symptômes
tous ses partenaires sexuels à condition qu’ils présentent des symptômes
personne d’autre
tout son entourage

Emirat Arabes Unis 2013

Le Comité international olympique (CIO) a présenté en juin 2012 un nouveau règlement pour déterminer qui a le
droit de concourir en tant que femme. Il prévoit de mesurer le taux de testostérone des athlètes jugées un peu trop
masculines.

Document 1 : JO : Tester la testostérone pour déterminer le sexe d’un athlète est-il juste ?

Traditionnellement, les autorités sportives exigeaient des athlètes femmes qu’elles subissent des examens nues ou
passent des tests chromosomiques […]. Cela ne sert strictement à rien. […] Il y a des personnes atteintes du trouble
appelé syndrome d’insensibilité aux androgènes*. Leur caryotype présente les chromosomes XY, la paire normale de
l’homme, mais leur corps n’est pas sensible à la testostérone. Résultat, elles développent des organes génitaux
externes féminins et des seins, mais sont pourvues de testicules et non d’ovaires. A un test de féminité fondé sur les
chromosomes, elles seraient négatives, c’est-à-dire pas considérées comme femmes, même si elles vivent
généralement «dans la féminité».
Il existe d’autres cas, avec d’autres données complexes, qui discréditeraient tout test basé sur un seul facteur. Le
critère testostérone, sur lequel s’appuie principalement le CIO, en fait partie. Il a justifié ce choix par le fait que les
différences de performances entre les hommes et les femmes tiendraient «essentiellement» à cette hormone […]
qui influe sur la masse musculaire.
[…] Plutôt que de se borner à la testostérone, il conviendrait de fonder ce test de féminité ou de masculinité sur une
analyse plus globale, qui prenne en compte à la fois les chromosomes, les parties génitales, les gonades et les
hormones.

D’après un article d’Amanda Schaffer publié sur Slate.fr


Androgène = composé naturel ou synthétique intervenant dans le développement et le maintien des caractères
masculins chez les vertébrés. Le principal androgène connu est la testostérone.
Chez la femme, la testostérone est produite en petite quantité par l’ovaire et les glandes surrénales.

Document 2 : graphiques présentant les dosages plasmatiques de testostérone chez des athlètes olympiques de
très haut niveau des deux sexes.

On définit des « taux normaux » de testostérone en se référant à des dosages effectués sur un grand nombre
d’individus.
Les « taux normaux de testostérone » sont compris entre 0 et 5 nmol/L pour les femmes et entre 10 et 30 nmol/L
pour les hommes.

D’après la publication du professeur P H Sonksen, Project European Union Biomed 2


QUESTION 1 :
On s'intéresse au rôle de la testostérone au cours du développement d’un individu.
Répondre à la question 1 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».

QUESTION 2 :

On s'intéresse à l’importance du chromosome Y chez une personne insensible à la testostérone.


Répondre à la question 2 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».

QUESTION 3 :

On cherche à opposer un argument à l’idée selon laquelle les performances sont dues au taux de testostérone
chez un athlète.
Répondre à la question 3 sur la feuille-réponse en « annexe 2 à rendre avec la copie ».
QUESTION 4 :

Discuter du choix du comité olympique d’utiliser le critère « concentration en testostérone » pour distinguer
les athlètes masculins des athlètes féminines.

ANNEXE 2 A RENDRE AVEC LA COPIE


THEME « FEMININI MASCULIN »

A l’aide des connaissances et des documents, choisir les propositions exactes :

QUESTION 1 :
Au cours du développement d’un individu masculin, la testostérone est une hormone qui entraîne normalement
l’apparition :
Cocher uniquement la réponse exacte
d’une vessie
de testicules
d’un chromosome Y
de voies génitales masculines

QUESTION 2 :
Chez une personne de caryotype XY insensible à la testostérone, l’existence du chromosome Y conduit à la présence
:
Cochez uniquement la réponse exacte
d’ovaires
de testicules
de seins
d’organes génitaux externes féminins

QUESTION 3 :
Un argument qui contredit l’idée selon laquelle les différences de performances tiennent essentiellement à la
testostérone est :
Le taux de testostérone de certains athlètes de haut niveau…
Cochez uniquement la réponse exacte
masculins est supérieur à la norme
masculins est inférieur à la norme
féminines est supérieur à la norme
féminines est inférieur à la norme

Polynésie 2013

Depuis quelques mois madame et monsieur C ne parviennent pas à avoir un enfant. En surfant sur un blog madame
C découvre une méthode qui lui permet de prévoir la date d'ovulation et donc de connaitre sa période de fertilité.
Cette méthode repose sur l'utilisation de la courbe de températures.

Document 1.1 : courbe de températures théorique

La température corporelle au réveil varie selon la période du cycle menstruel :


• durant la phase pré-ovulatoire, elle varie légèrement en demeurant en dessous de 37°C.
• juste avant l'ovulation, elle chute jusqu'à la température la plus basse du cycle.
• pendant la durée de la phase post-ovulatoire, elle remonte puis se stabilise en « plateau thermique » au-dessus de
37°C.
• en absence de fécondation, la température redescend en dessous de 37°C, un peu avant les règles. En cas de
grossesse, le plateau thermique se maintient.
Ce « plateau thermique » qui suit l'ovulation et se maintient pendant la grossesse est lié à l'augmentation de la
concentration en progestérone dans l'organisme de la femme.
Document 1.2 : courbe de températures de madame C

Pour réaliser ses courbes de températures, madame C prend soin de suivre les conditions de validité de la méthode :
- Elle prend sa température allongée, au réveil, avant toute autre activité ;
- Elle la prend régulièrement, tous les jours à la même heure ;
- Elle utilise toujours le même thermomètre ;
- Elle réalise cette courbe sur plusieurs cycles de suite, afin de vérifier sa régularité,
- Elle est attentive à toute maladie (une infection bactérienne ou virale) qui pourrait être responsable d'une fièvre.

Malgré l'utilisation de la courbe de température madame et monsieur C ne parviennent toujours pas à avoir un
enfant La pharmacienne de madame C lui propose d'utiliser un test d'ovulation pour repérer la période la plus
fertile de son cycle. Le principe du test d'ovulation consiste à mesurer dans l'urine la concentration de l'hormone
hypophysaire lutéinisante LH qui est présente dans les urines dès le premier jour du cycle,
La pharmacienne lui indique également que la durée de vie des spermatozoïdes est de deux à cinq jours dans les
voies génitales et celle de l'ovocyte de vingt-quatre heures après l’ovulation.
Document 2 : dosage des hormones hypophysaires et évolution de la température au cours d'un cycle menstruel

Document 3 : résultats possibles avec les bandelettes du test

Les tests d'ovulation sont en vente dans les pharmacies. Le plus


souvent, le kit comprend le matériel nécessaire pour 7 dosages.
Leur fiabilité est de 90 %, à condition de respecter
scrupuleusement le mode d'emploi du fabricant.
Les tests d'ovulation se font sur 7 jours (à raison d'un test par
jour). On essaie de les faire commencer 4 jours avant la date
présumée d'ovulation qui varie suivant la longueur de cycles.
Il faut mettre en contact les bandelettes avec l'urine, attendre
quelques minutes avant de lire le résultat.
Le test est positif si deux traits apparaissent sur le bâtonnet test,
il est négatif s'il n'apparaît qu'un trait Il est recommandé de ne
pas trop boire avant d'utiliser un test d'ovulation afin d'éviter de
diluer l'hormone LH dans l'urine.
Un test positif, annonce une ovulation dans les 12 à 36 heures.

QUESTION 1 :

Si on admet que beaucoup de femmes ont des cycles de durée variable, expliquer pourquoi l'utilisation par
madame C de sa courbe de températures peut lui permettre d'utiliser au mieux son test d'ovulation.
Après s'être intéressé au cas de monsieur et madame C., on élargit l'étude à d'autres hormones impliquées dans la
maîtrise de la procréation.

QUESTION 2 :

On s'intéresse à la progestérone et aux variations de sa concentration au cours du cycle menstruel, sans prise
de pilule.
Répondre à la question 2 de l'annexe 2 à rendre avec la copie.

QUESTION 3 :

On s'intéresse au mode d'action de la pilule contraceptive.

Répondre à la question 3 de l'annexe 2 à rendre avec la copie.

ANNEXE 2 A RENDRE AVEC LA COPIE

THEME « FEMININI MASCULIN»

En utilisant vos connaissances relatives aux rôles des hormones naturelles dans la reproduction humaine,
compléter les phrases suivantes :

QUESTION 2 : La progestérone est une hormone ovarienne présente dans le sang :

Cochez uniquement la réponse exacte


à très forte concentration tout au long du cycle
à très faible concentration tout au long du cycle
forte concentration en phase pré-ovulatoire
à forte concentration en phase post-ovulatoire

QUESTION 3 : La pilule contraceptive bloque la maturation de l'ovaire et donc l'ovulation. Elle agit en provoquant :

Cochez uniquement la réponse exacte


une augmentation conjointe de la production des hormones hypophysaire FSH et LH
une baisse de la production de l'hormone hypophysaire FSH seule
une baisse conjointe de la production des hormones hypophysaires FSH et LH
une augmentation de la production de l'hormone hypophysaire LH seule

Amérique du nord 2013

Madame A. et son conjoint souhaitent un premier enfant. Cette jeune femme de 28 ans a utilisé jusque-là une
contraception orale régulière. Après plusieurs mois d'arrêt de la prise du contraceptif, elle n'a pas de règles et pense
être enceinte mais les tests de grossesse qu'elle fait sont négatifs. Elle consulte alors son gynécologue.

Son médecin lui prescrit une première série d'analyses sanguines dont les résultats sont présentés dans le document
1.
Document 1 : nombre d'IVG (interruption volontaire de grossesse) pour 1000 femmes en fonction de leur âge ???

Résultats de Mme A Dosage de référence

FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinisante) sont des hormones hypophysaires


Pour préciser son diagnostic, le médecin prescrit également à Mme A. :
- une échographie des ovaires qui ne révèle aucune anomalie ;
- une IRM* de l'hypophyse (résultats donnés sur le document 2) ;
- un dosage de la prolactine sanguine (résultats donnés sur le document 3). Cette molécule, sécrétée naturellement
pendant la grossesse, bloque fortement l'ovulation.

(* IRM: imagerie médicale par résonance magnétique)


Document 2 : IRM de l'hypophyse http://www.chups.jussieu.fr

IRM de référence IRM de Madame A

Ce type d'adénome est une tumeur bénigne provoquant une modification de l'activité des cellules sécrétant la
prolactine, à l'origine de l'augmentation de taille de la glande.

Document 3 : résultat du dosage de la prolactine sanguine http://www.chups.jussieu.fr

Concentration moyenne Valeur normale Valeur mesurée chez Mme A


en prolactine dans le sang (sans adénome)
en µg/L < 20 >50

QUESTION 1 :
À l'aide du document 1 et de vos connaissances, présentez les anomalies hormonales détectées chez Mme A
et précisez comment elles expliquent son infertilité.
QUESTION 2 :
On s'intéresse aux dosages complémentaires prescrits à madame A.
Répondre à la question 2 de l'annexe 2 à rendre avec la copie
QUESTION 3 :
On s'intéresse aux difficultés de madame A à être enceinte.
Répondre à la question 3 de l'annexe 2 à rendre avec la copie
QUESTION 4 :
On s'intéresse à une éventuelle stimulation ovarienne de madame A.
Répondre à la question 4 de l'annexe 2 à rendre avec la copie
ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE
THEME « FEMININI MASCULIN»

A l'aide des connaissances et des documents, choisir les propositions exactes:


QUESTION 2
Les examens complémentaires prescrits ont permis de détecter :
Cochez uniquement la réponse exacte

une tumeur ovarienne


la présence de prolactine en trop faible taux chez Mme A
une sécrétion trop importante de prolactine par l'hypophyse
une absence de tumeur hypophysaire

QUESTION 3
La difficulté de Mme A à être enceinte peut être due à :
Cochez uniquement la réponse exacte

un blocage de l'ovulation par manque de prolactine


une absence de prolactine
à la contraception utilisée avant ces tentatives de conception
un excès de prolactine qui agit sur l'ovulation en la bloquant

QUESTION 4
Pour obtenir une grossesse, Mme A peut avoir recours à une stimulation ovarienne par injection de :
Cochez uniquement la réponse exacte

prolactine
progestérone
progestérone et prolactine
FSH puis de LH

Pondichery 2013

L'interruption volontaire de grossesse (IVG) est un droit depuis la loi Veil de 1975.

Document 1 : nombre d'IVG (interruption volontaire de grossesse) pour 1000 femmes en fonction de leur âge

D'après: Ça m'intéresse (février 2011)

On s'intéresse à l'évolution récente du nombre d'IVG :


Répondre à la question 1 sur la feuille « annexe à rendre avec la copie ».
Document 2 : Des expériences pour comprendre le mode d'action du RU 486.

Les expériences décrites ci-dessous ont été réalisées sur des lapines impubères pour comprendre l'effet de la
molécule RU 486 utilisée dans le cadre de l'IVG médicamenteuse.

Aspect de l'utérus, vu en coupe transversale, avant le traitement:

Lot 1 2 3 4 5 6
Injection
oui oui oui oui oui oui
d'œstradiol
Injection de
non oui non oui oui oui
progestérone
Traitement 20
non non oui 1 mg.kg-1 5 mg.kg-1
RU 486 mg.kg-1
Aspect de l'utérus après le traitement
Coupe
transversale
de l'utérus

D'après: "Ces hormones qui nous gouvernent"- Belin - Bibliothèque Pour La Science
On s'intéresse aux mécanismes d'action du RU486 utilisée lors des IVG médicamenteuses.
Répondre aux questions 2a, 2b, 2c sur la feuille « annexe à rendre avec la copie »

QUESTION 3 :

Suite à une IVG un suivi médical peut être proposé car elle n'est pas sans conséquences physiques et
psychiques.
Citez les méthodes hormonales de régulation des naissances qui permettent d'éviter un recours à l'IVG.

ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE


THEME « FEMININI MASCULIN»

A l'aide des connaissances et des documents, choisir les propositions exactes :

QUESTION 1
Cochez uniquement la réponse exacte

Le graphique montre qu'entre 1990 et 2005, le nombre d'IVG en France a :


baissé quel que soit l'âge
augmenté quel que soit l'âge
baissé chez les jeunes de moins de 25 ans
augmenté chez les jeunes de moins de 25 ans
QUESTION 2a
Cochez uniquement la réponse exacte

La comparaison des résultats des lots 1 et 2 permet d'affirmer que le développement de la muqueuse utérine est
stimulé par :
l'œstradiol
la progestérone
le RU 486
l'œstradiol et la progestérone

QUESTION 2b
Cochez uniquement la réponse exacte

On peut déduire l'effet du RU 486, dans le cas de l'IVG médicamenteuse, par la comparaison des lots :
1 et 3
2 et 3
1 et 6
2 et 6

QUESTION 2c
Cochez uniquement la réponse exacte

Les résultats obtenus pour les lots 4, 5 et 6 montrent que l'effet du RU 486 sur l'utérus :
est indépendant de la dose absorbée
varie aléatoirement avec la dose injectée
augmente avec la dose absorbée
diminue avec la dose absorbée

Nouvelle Calédonie 2012

Un jeune couple de 32 ans, Juliette et Nino, essaye d'avoir un enfant depuis maintenant 4 ans. Les examens de Nino
sont à fait normaux. Les dosages hormonaux réalisés chez Juliette conduisent aux courbes proposées dans le
document 1. Un examen plus approfondi montre que ses trompes et son utérus ne présentent aucune anomalie
mais que ses ovaires contiennent des follicules peu développés.

Document 1 : Dosages sanguins de deux hormones chez Juliette et courbes de référence (valeurs normales)
Question 1 :
A l'aide de vos connaissances et des résultats médicaux de ce couple, proposer une explication à leur
déficience de fertilité.

Il s'agit de proposer un traitement à ce couple.

Document 2 : Schéma d'une FIVETE (Fécondation In Vitro E Transfert d'Embryon)

Question 2 :
Répondre à la question 2 sur la feuille réponse en annexe à rendre avec la copie.

Question 3 :
A partir du document 2 et de vos connaissances, citer le rôle des molécules de synthèse utilisées dans cette
procréation médicalement assistée.
ANNEXE : A RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : THEME « FEMININ/MASCULIN »
Question 2 :
Parmi les propositions suivantes, identifier le traitement qui vous semble le plus adapté pour résoudre les problèmes
de ce couple.

Cochez uniquement la réponse exacte


Proposition 1 : une stimulation ovarienne
Proposition 2 : une insémination artificielle avec sperme du conjoint
Proposition 3 : une insémination avec injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde
Proposition 4 : une fécondation in vitro et transfert d'embryon

Martinique septembre 2012

Document 1 : le "free-martinisme"

Question 1 : On s'intéresse à la cause du faible développement ou l'absence d'utérus chez la femelle "free-
martin".

Répondre à la question 1 de l'annexe à rendre avec la copie.

Document 2 : les castrats

Question 2 : On s'intéresse aux caractéristiques infantiles conservées par les castrats.

Répondre à la question 1 de l'annexe à rendre avec la copie.


Document 3 : la différenciation de l'appareil génital chez l'homme

Les deux schémas ci-dessous présentent les deux états indifférencié et différencié des appareils uro-génitaux d'un
garçon.

Question 3 : On s'intéresse au développement embryonnaire et fœtal de l'appareil génital d'un garçon.

Répondre à la question 1 de l'annexe à rendre avec la copie.

Document 4 : étude d'un cas clinique de phénotype sexuel.

Une patiente a un phénotype typiquement féminin depuis la naissance, mais à la puberté elle n'a eu aucun
développement de pilosité, ni apparition de règles. Son développement mammaire est normal. En échographie on
ne retrouve pas d’utérus mais des testicules restés dans son abdomen. Une analyse du sang montre qu'ils produisent
de la testostérone. Son vagin est plus court que la normale. La réalisation d'un caryotype révèle qu'elle possède des
chromosomes sexuels XY normaux.

Question 4 : On recherche l'origine des caractéristiques de cette patiente.

Répondre à la question 1 de l'annexe à rendre avec la copie.

A RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : « féminin / masculin »

Question 1
Le faible développement ou l'absence d'utérus chez la femelle free-martin est dû à :
Cocher uniquement la bonne réponse
l'échange de chromosomes sexuels entre les embryons mâle et femelle.
l'action sur la femelle d'une hormone foetale (hormone anti-müllérienne) produite par elle-même.
l'action sur la femelle d'une hormone foetale (la testostérone) produite par le jumeau mâle.
l'action sur la femelle d'une hormone foetale (hormone anti-müllérienne) produite par le jumeau mâle.

Question 2
Les caractéristiques infantiles conservées par les castrats sont dues au fait que :
Cocher uniquement la bonne réponse
les castrats sont de sexe masculin mais leurs chromosomes sexuels sont (XXY)
les castrats sont de sexe masculin mais leurs chromosomes sexuels sont (XX)
le chromosome sexuel Y est absent chez les castrats.
les castrats ont subi une ablation des testicules avant la puberté
Question 3
Cet embryon de sexe phénotypique indifférencié naîtra avec un sexe de garçon si après la 8ème semaine de
grossesse :
Cocher uniquement la bonne réponse
les canaux de Wolff se transforment en trompes.
les canaux de Müller se transforment en testicules.
les gonades indifférenciées se transforment en testicules.
les gonades indifférenciées se transforment en ovaires.

Question 4
Ces caractéristiques s'expliquent par une absence :
Cocher uniquement la bonne réponse
de production de testostérone.
d'action de l'hormone foetale (l'hormone anti-müllérienne).
d'action de l'hormone foetale (l'hormone anti-müllérienne) et de la testostérone.
d'action de la testostérone.

Métropole septembre 2012

Le message suivant a été trouvé sur un forum de discussion : « Bonjour, j’ai eu un rapport sexuel à risques samedi
soir. Je suis inquiet car je n’ai pas utilisé de préservatif et j’ai peur d’une éventuelle contamination par une IST.
Pourriez-vous m’aider ? »

a) Caractéristiques de l’hépatite B

L’hépatite B est une infection virale s’attaquant au foie. Elle peut entraîner une maladie chronique du foie et expose
les sujets atteints à un risque élevé de décès par cirrhose ou cancer du foie. Le virus se transmet par contact avec du
sang ou d’autres liquides biologiques (sperme, sécrétions vaginales) d’une personne infectée, pas par simple contact
de la vie courante.
Source : http://www.who.int/ (Organisation Mondiale de la Santé)

b) Obligation vaccinale face à l’hépatite B

L’obligation vaccinale concerne :


- les professionnels de santé des établissements de soins ou de prévention exposés au sang et aux liquides
biologiques, - les étudiants dans ces professions (article L. 3111-4 du code de la santé publique. Arrêtés d’application
des 15 mars et 23 août 1991)
- le personnel exposé des services d’incendie et de secours (arrêté du 29 mars 2005).

Source : http://www.inpes.sante.fr/ (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé)

c) Affiche promouvant la vaccination contre l’hépatite B

Photo d'archive d'une affiche de la première campagne nationale de communication contre l'hépatite B (1994).

Source : http://afp.google.com/ Agence France Presse


d) Affiche promouvant l’utilisation du préservatif

L’hépatite B ne se guérit pas non plus. Le préservatif empêche la propagation des Infections Sexuellement
Transmissibles (SIDA, hépatite B…). Le mode de transmission est le même que celui du virus du SIDA (VIH) mais le
virus de l’hépatite B est 50 à 100 fois plus infectieux.

QUESTIONS

Question 1 :
A l’aide des documents fournis et de vos connaissances, justifier l’inquiétude de l’internaute visà- vis d’une
éventuelle contamination par une IST.

Question 2 :
A l’aide des documents, montrer comment des comportements individuels adaptés peuvent limiter la
propagation de l’hépatite B au sein de la population.
Asie 2012

Question 1 :

On réalise la castration de cochons d'Inde mâles, puis on injecte une dose de testostérone (hormone sécrétée par les
testicules) à une partie de ces animaux.
On observe leur comportement sexuel en comptant le nombre de copulations (= accouplements), en unités
arbitraires notées u.a.

Évolution du comportement sexuel chez le cochon


Lot 1 : Cochon témoin
Lot 2 : Cochon castré
Lot 3 : Cochon castré auquel on injecte la dose de testostérone

On cherche à identifier les facteurs qui contrôlent le comportement sexuel des cochons d'Inde.
a- Rédigez l'hypothèse émise par les chercheurs qui a conduit à réaliser la castration des cochons d'Inde du lot
2
b- Rédigez l'hypothèse émise par les chercheurs qui a conduit à réaliser l'injection de testostérone chez les
cochons d'Inde castrés du lot 3.
c- Répondez à la question 1-c) sur l'annexe 2.
Question 2 :

Mr et Mme X tentent d'avoir un enfant sans succès depuis deux ans. Ils ont consulté un médecin qui leur a fait subir
différents tests.
Voici les résultats des examens réalisés par Monsieur et Madame X.

Document : Résultats des examens de Monsieur et Madame X

Extrait du spermogramme de Mr X Données de référence


Volume: 3 ml NUMERATION Nombre de spermatozoïdes
Viscosité: Normale (x 106/ ml) : Numération supérieur à 20 x 106 par ml de
pH = 8 31 spermatozoïdes sperme
MOBILITE - VITALITE: Mobilité Plus de 50 % de formes mobiles
spermatozoïdes mobiles : 05 % dans le sperme
Hystérographie de Mme X Données de référence : Hystérographie normale et son
interprétation

L'hystérographie consiste à injecter un produit de


contraste (apparaissant blanc sur une radiographie) par Interprétation :
le col de l'utérus et à voir s'il passe bien dans les voies
génitales.

On cherche à comprendre la cause de l'infertilité du couple.


Répondez à la question 2 sur l'annexe 2.
Question 3 :
A dix huit ans, une jeune fille consulte un médecin car elle n'a jamais eu ses règles. L'exploration échographique
ayant fait apparaître des ovaires atrophiés (de petite taille), le médecin lui prescrit la réalisation d'un caryotype.
Le résultat est présenté sur le document 1.

Document 1 : Caryotype de la patiente

D'après http://www.cnrs.fr
Document 2 : Analyse génétique de la patiente.

En parallèle, on réalise une analyse fine des gènes portés par les chromosomes sexuels, en particulier un gène porté
par le chromosome Y.
L'analyse révèle que ce gène est porteur d'anomalies.

On cherche à relier le caryotype aux symptômes qui ont conduit cette jeune fille à consulter.
Rédigez un court texte pour expliquer l'origine des symptômes de cette jeune fille.

ANNEXE 2 : A RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : THEME « FEMININ/MASCULIN »

Question 1 c)

Cochez uniquement la réponse exacte

A partir des seuls résultats expérimentaux présentés sur ce graphique on peut prouver par la comparaison des lots :
1 et 2 que la testostérone stimule le comportement copulatoire
2 et 3 que la testostérone freine le comportement copulatoire
1 et 3 que la testostérone freine le comportement copulatoire
2 et 3 que la testostérone stimule le comportement copulatoire

Question 2 :

Cochez uniquement la réponse exacte

La lecture de ces résultats, permet de dire que la cause de l'infertilité de ce couple :


vient de Mr X seul
vient de Mme X seule
vient de Mr et Mme X
ne peut pas être établie

Métropole 2012

Après deux années de tentatives, Paul et Jeanne n'arrivent pas à avoir d'enfants. Jeanne a subi plusieurs examens et
elle ne semble pas présenter de problèmes particuliers mis à part des cycles irréguliers. Le médecin demande alors à
Paul de faire un spermogramme.

Document 1 : Résultats du spermogramme de Paul

Paramètres mesurés Valeurs mesurées Valeurs normales (*)


Numération 11 millions/mL > 15millions/mL
Morphologie typique
9% >4%
(classement de Kruger)
Mobilité totale 16 % > 40 %

(*) Source : OMS 2010 (Organisation Mondiale de la Santé)


QUESTIONS :

Question 1 :
Répondre à la question 1 sur la feuille en annexe.

Afin d'être certain que la fécondation réussisse, les médecins préconisent une stimulation ovarienne pour
Jeanne puis un déclenchement de l'ovulation. Le traitement consiste dans un premier temps à administrer de
la FSH de manière continue dès le premier jour du cycle. Dans un second temps, au moment choisi par l'équipe
médicale, ils administrent une dose suffisante de LH.

Question 2 :
Expliquer, pour la réussite de la fécondation, l'intérêt de l'utilisation de ces deux hormones et du choix du
protocole suivi par l'équipe médicale.

ANNEXE
FEUILLE-REPONSE À RENDRE AVEC LA COPIE

PARTIE 3 : FÉMININ/MASCULIN
Cocher uniquement la réponse exacte

Question 1 :
Choisir la méthode de procréation médicalement assistée la plus appropriée pour répondre au problème de ce
couple.

Proposition 1 : Une insémination artificielle avec sperme du conjoint.


Proposition 2 : Une insémination artificielle avec sperme d'un donneur.
Proposition 3 : Une fécondation in vitro avec don d'ovocytes.
Proposition 4 : Une fécondation in vitro avec ovocytes de Jeanne.

Amérique du nord 2012

Document 1 : « États-Unis - Des polluants chimiques provoqueraient une puberté très précoce chez des fillettes de
8 à 9 ans »

Deux analyses d'urines réalisées à un an d'intervalle ont révélé la présence de trois sortes de polluants chimiques
provenant de l'environnement : des phénols, des phtalates, et des phytoestrogènes. Ces substances demeurent dans
l'organisme durant plusieurs années et sont stockées dans le tissu adipeux (= les cellules de réserve de graisse). Leur
présence peut entraîner de graves conséquences et notamment provoquer, chez des fillettes, une puberté très
précoce survenant à l'âge de 8 ans. Le professeur Charles Sultan, chef de service en endocrinologie pédiatrique au
CHU de Montpellier, notifie ainsi au Quotidien du médecin que ces taux élevés de polluants "peuvent perturber le
développement pubertaire et entraîner un risque de complication plus tard dans la vie et notamment de cancer du
sein". D'après lui, certaines régions souffriraient même d' "épidémies" de puberté précoce survenant à l'âge de 8 ou
9 ans.
Source: d'après http://www.maxisciences.com

Question 1 : On s'intéresse aux effets des polluants évoqués dans le document 1

Répondre à la question 1 de l'annexe 2 à rendre avec la copie


Document 2 : Evolution de la concentration sanguine moyenne en œstrogènes chez la femme et en testostérone
chez l'homme au cours des 20 premières années

Question 2 : on s'intéresse au lien entre les concentrations hormonales et la puberté qui survient, chez la
fille, en moyenne à l'âge de 12 ans (document 2).

Répondre à la question 2 de l'annexe 2 à rendre avec la copie

Document 3 : données moléculaires relatives aux phtalates et aux œstrogènes (logiciel Rastop)

Les phtalates sont des plastifiants utilisés pour


rendre le PVC (chlorure de polyvinyl) plus souple et
flexible.
Plusieurs d'entre eux sont d'ores et déjà interdits,
d'autres le sont seulement pour certains usages
comme les jouets et autres articles pour enfants, les
produits cosmétiques, les emballages alimentaires.

Modélisation de la structure de la molécule de


phtalate (logiciel Rastop)
Modélisation de la structure de la molécule
d'œstrogène (logiciel Rastop) Modélisation de la structure de la molécule
d'œstrogène fixée à son récepteur (logiciel Rastop)

Question 3 : on s'intéresse au mode d'action des phtalates (document 3).

Répondre à la question 3 de l'annexe 2 à rendre avec la copie

ANNEXE 2
À RENDRE AVEC LA COPIE
PARTIE 3 : FEMININ / MASCULIN
Question 1 :
D'après le texte du document 1, on peut dire que ces polluants :
Cochez uniquement la réponse exacte

peuvent provoquer une obésité chez les fillettes par augmentation de la quantité de tissu adipeux
sont dangereux car stockés dans les cellules mammaires (= du sein)
peuvent être à l'origine d'une apparition précoce des règles et des caractères sexuels secondaires
n'ont pas d'incidence sur la santé des adultes

Question 2 :
D'après les informations du document 2, la puberté se produit normalement chez la fille vers 12 ans, elle est
marquée par une :
Cochez uniquement la réponse exacte

augmentation du taux sanguin de testostérone à une valeur de 550 ng/dL


augmentation du taux sanguin d'œstrogènes entre 30 et 75 pg/mL
stabilisation du taux sanguin d'œstrogènes à 65 pg/mL
augmentation conjointe des taux sanguins d'œstrogène et de testostérone

Question 3 :
D'après le document 3, les phtalates pourraient agir en :
Cochez uniquement la réponse exacte

détruisant les molécules d'œstrogènes, empêchant ainsi leurs effets.


se fixant sur les récepteurs à œstrogènes et en mimant leurs effets.
s'associant aux molécules d'œstrogènes et en augmentant leurs effets.
se fixant sur les récepteurs à œstrogènes et empêchant leurs effets.
Liban 2012

Monsieur et Madame X, âgés respectivement de 30 et 27 ans, ne parviennent pas avoir un enfant et ce malgré de
multiples tentatives depuis plus de 2 ans.
Ils décident de consulter afin de comprendre et de remédier à cette « infertilité ». Le médecin spécialiste consulté
propose au couple d'entrer dans le protocole d'une Procréation Médicalement Assistée.

Document 1 : Spermogramme de Monsieur X

Document 2 : Examens de Mme X

Les examens de Madame X ont révélé une glaire cervicale, des ovaires et un utérus normaux. Les résultats des
dosages hormonaux sont également normaux avec à J12 du cycle un pic d'œstradiol, à J13 un pic de LH et des
concentrations de progestérone suffisantes en dernière phase du cycle.
Le résultat de l'hystérosalpingographie est le suivant :

L'hystérosalpingographie est l'examen de référence pour détecter si


les trompes sont ou non bouchées.

L'hystérosalpingographie consiste en une radiographie de la cavité


utérine et des trompes en injectant un produit contrastant opaque
aux rayons X au niveau du col de l'utérus (le col de l'utérus relie la
partie basse de l'utérus au vagin).

Remarque: le produit contrastant étant "opaque aux rayons X",


toutes les zones où il a diffusé apparaissent en blanc.

1 : Canule.
2 : Cavité utérine.
3 : Trompe de Fallope (gauche).
4 : Passage de contraste dans la cavité abdominale.

QUESTIONS :
1- A l'aide des documents et de vos connaissances, proposer des causes possibles de l'infertilité de ce couple
depuis 2 ans.
2- Le biologiste consulté propose à ce couple une ICSI (technique, sous microscope, d'injection
cytoplasmique d'un spermatozoïde dans un ovocyte) puis transfert d'embryon dans l'utérus. Argumenter la
technique de l'ICSI proposé par ce spécialiste.

Pondichery 2012

QUESTION 1 :
La glaire cervicale est un mucus produit par le col de l'utérus, dont la texture varie au cours du cycle sexuel de la
femme. Avant et après la période d'ovulation, le maillage de la glaire est très serré; en période d'ovulation, il se
relâche et favorise ainsi le passage des spermatozoïdes vers l'utérus. Voici 2 aspects de la glaire observée au
microscope électronique à balayage :
Glaire cervicale avant ou après l'ovulation ou
Glaire cervicale pendant l'ovulation. pendant toute la durée de la prise de pilule
(X 8 148) contraceptive « P ».
(X 4400)

On précise que pendant toute la durée de la prise d'une pilule contraceptive « P » l'aspect de la glaire correspond à
celui présenté sur l'image b.

On cherche à expliquer l'effet contraceptif de la pilule « P ».

Répondez à la question 1 sur la feuille annexe


QUESTION 2 :

La chlamydiose est une infection sexuellement transmissible (IST) provoquée par un micro-organisme nommé
Chlamydia qui touche environ 1 million de personnes chaque année en France. Elle passe inaperçue la plupart du
temps, 85 à 90% des individus infectés ne présentant aucun symptôme.
Une infection à Chlamydia guérit à l'aide de traitements antibiotiques, entrepris dès que la maladie est dépistée.
Non traitée, ou traitée tardivement, elle peut aboutir à une baisse importante de la fertilité, voire à une stérilité.
Le schéma ci-dessous présente les conséquences d'une chlamydiose chez une femme.

2-a) En utilisant le document, énumérez les conseils pour limiter la propagation de la maladie dans la
population.

2-b) On s'intéresse à la stérilité résultant d'une infection par Chlamydia non traitée.

Répondez à la question 2-b) sur la feuille annexe


QUESTION 3 :

Le graphique ci-dessous présente l'évolution des concentrations plasmatiques de deux hormones testiculaires,
l'AMH (hormone anti-müllérienne) et la testostérone chez un garçon.

Chez le fœtus masculin, entre la 8ème semaine et le 3ème mois de grossesse, se mettent en place les voies génitales
masculines, qui acquerront leur fonctionnalité à la puberté, vers 13 ans

On s'intéresse à l'éventuelle implication des hormones, testostérone et AMH, dans la mise en place et
l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil sexuel masculin.

Répondez à la question 3 sur la feuille annexe

ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE PARTIE 3 :


« FEMININI MASCULIN»

QUESTION 1
Cochez uniquement la réponse exacte

L'observation de ces images nous permet de déduire que la pilule « P» exerce son effet contraceptif en :
détruisant au niveau du col de l'utérus la glaire cervicale
facilitant le passage des spermatozoïdes vers la cavité utérine
bloquant le passage des spermatozoïdes vers la cavité utérine
provoquant le relâchement du maillage de la glaire cervicale.

QUESTION 2-b)
Cochez uniquement la réponse exacte

Une infection par chlamydiae non traitée peut conduire à une stérilité car elle empêche :
l'ovulation
la nidation
l'entrée des spermatozoïdes dans l'utérus
la rencontre de l'ovule et du spermatozoïde
QUESTION 3
Cochez uniquement la réponse exacte

L'observation des dosages hormonaux au cours du temps permet de formuler l'hypothèse suivante :
Seule la testostérone est nécessaire à la mise en place des voies génitales
Seule la testostérone est nécessaire à l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil génital
Seule l'AMH est nécessaire à la mise en place des voies génitales
Seule l'AMH est nécessaire à l'acquisition de la fonctionnalité de l'appareil génital

Sujet « zero »2

Document de référence. Message trouvé sur un forum de discussion.

« J'ai dû prendre la pilule du lendemain il y a quelques semaines, et je n'arrive pas à m'en remettre. Pour moi, la
prendre, ça veut tout simplement dire que si bébé il y a eu, je me suis faite avorter. Mon compagnon ne comprend
pas du tout mon opinion. Pour lui, c'est juste le rattrapage d'un accident […] »
(Source : http://forum.aufeminin.com)

Document 1 : Extrait de la notice d’une pilule du lendemain : NORLEVO

La substance active est le lévonorgestrel. Les autres composants sont le lactose monohydraté, l’amidon de maïs, la
povidone, la silice colloïdale anhydre, le stéarate de magnésium. Le lévonorgestrel appartient à un groupe de
médicaments appelés progestatifs. Chaque boîte de NORLEVO 1,5mg contient un comprimé de 1,5 mg de
lévonorgestrel.

Cette contraception d’urgence doit être utilisée le plus tôt possible, de préférence dans les 12 heures et au plus tard
dans les 72 heures (3 jours) après le rapport sexuel non protégé, ou en cas d’échec de la méthode de contraception.
Il est plus efficace si vous le prenez dès que possible après un rapport sexuel non protégé. NORLEVO ne permet
d’éviter une grossesse que si vous le prenez dans les 72 heures qui suivent un rapport sexuel non protégé. Il ne
fonctionne pas si vous êtes déjà enceinte.

Document 2 : Graphique montrant les variations de la concentration de LH au cours du temps chez une femme
sans traitement et chez une femme après un traitement au lévonorgestrel.

(D’après http://svt.ac-dijon.fr , adapté de l'article original "Emergency contraception with mifepristone and levonorgestrel : mechanism of action", Marions et al.
(2002), Obstet. Gynecol, 100 : 65-71 - http://www.snv.jussieu.fr/vie (18/09/2009))

LH est une hormone naturelle sécrétée par l’hypophyse

LHO: jour du pic de LH chez une femme sans traitement

LH + 2: deuxième jour suivant le pic de LH chez une femme sans traitement


QUESTIONS : A l’aide des documents 1 et 2 et de vos connaissances, rédigez un message expliquant à cette
internaute en quoi la prise de la pilule du lendemain ne peut pas être considérée comme une interruption
volontaire de grossesse.

Sujet « zero » 3

Question 1

On a mesuré le taux plasmatique de LH chez une femelle macaque ovariectomisée (sans ovaire) avant et après une
injection d'hormones ovariennes (OP = œstrogène + progestérone). Le graphique ci-dessous (document 1) présente
les résultats obtenus.

On précise que LH est une hormone sécrétée par l’hypophyse.

(D'après Thibault C Levasseur MC.. La reproduction chez les Mammifères et l'Homme).

D’après les résultats obtenus, on peut dire que les hormones ovariennes :

Cochez uniquement la réponse exacte :

 inhibent la libération de LH.


 stimulent la libération de LH.
 sont sans action sur la libération de LH.
 stimulent puis inhibent la libération de LH.

Question 2

Les graphiques du document 2 ci-dessous représentent les résultats de dosages hormonaux effectués chez une
femme lors d’un cycle normal, puis sous prise de pilule œstroprogestative normodosée.
« Les substances de synthèse contenues dans la pilule exercent un rétro-contrôle négatif sur le complexe
hypothalamo-hypophysaire. » Les informations du document 2 qui confortent cette idée sont que :

Dans chaque proposition, cochez vrai ou faux

Question 3

Les expériences décrites ci-dessous ont été réalisées sur des lapines impubères pour comprendre l’effet de la
molécule RU486 utilisée dans le cadre de l’IVG médicamenteuse
On peut affirmer que le RU486 empêche le maintien de l’embryon dans l’utérus grâce à l’exploitation des résultats :

Cochez uniquement la réponse exacte :

 des lots 1 et 3.
 des lots 2 et 3.
 du lot 3 uniquement.
 du lot 2 uniquement.

Question 4

Le document ci-dessous évoque l’origine de la stérilité d’une femme et retrace les étapes d’une FIVETE (fécondation
in vitro et transplantation d’embryon) telle qu’elle a été réalisée pour lui permettre de concevoir un enfant.

D’après ce document, cette femme est stérile car :

Dans chaque proposition, cochez vrai ou faux