Vous êtes sur la page 1sur 3

Publication destinée aux corps médicales.

Chères consœurs, chers confrères bonsoir, suite aux nombreux messages sur la

Démarche diagnostique et thérapeutique de la Covid 19


Voici un partage d'expérience de l'équipe du CHU BENI MESSOUS :

Arguments cliniques :
Fièvre, asthénie, myalgies, courbatures, anosmie, agueusie, troubles digestifs (diarrhée++), toux
sèche, dysphagie, essoufflement, rarement signes cutanés.

Signes de gravité :
 Dyspnée (polypnée), signes de lutte (tirage, battement des ailes du nez), cyanose, Troubles
de la conscience,
 Hypotension artérielle.
 Saturation en oxygène au repos < 92 %.

Signes biologiques :
 FNS : lymphopénie le plus souvent
mais parfois hyperleucocytose signe de surinfection.
 CRP élevé
 ASAT et ALAT élevés
 Ferritinémie élevée
 LDH élevée
Il faut aussi impérativement faire une :
 Glycémie, urée, créatinine et ionogramme
Complété par :
 Un ECG avant d'entamer le traitement car les effets secondaires de la chloroquine qu'on
craint le plus sont l'hypoglycémie, l'hypokaliémie et l'allongement du QT.
 Les DDMERES sont aussi très importants pour conduire l'anticoagulation.

L'imagerie :
 La TDM thoracique sans injection de produit de contraste reste le gold standard avec les
images caractéristiques en verre dépolis ou crazy paving, elle permet aussi d'apprécier l'étendu des
lésions pulmonaires.
Des lésions typiques à la TDM thoracique en présence de la symptomatologie sus citée a une
sensibilité et spécificités de plus de 90 % et permet de démarrer le traitement.
 Le téléthorax permet de visualiser des lésions bilatérales basales le plus souvent mais peut
être normal.

Les tests diagnostiques :


PCR sur prélèvement nasopharyngé avec une sensibilité de 67 %.
La sérologie a une bonne valeur diagnostique positive au-delà de 10 jours du début de la
symptomatologie, une sérologie négative n'élimine pas le diagnostic.

Prise en charge thérapeutique :

1. Hydroxy chloroquine 200mg : 1cp 3 fois / j pendant 10 j en l'absence de contre-indications.


2. Azithromycine 250 mg : 2 cps le premier jour puis 1cp / j durant 4 jours. Durée de
traitement : 5 jours
3. Vit C 1g : 1cp 2 fois / j
4. Zinc 20mg : 1cp / j
5. Vit D3 : 1 ampoule buvable
6. Repos strict, bonne alimentation saine et bonne hydratation.
7. Anticoagulants :
 Si BMI<30 et DDMERES <1000 : ENOXAPARINE 0,4 ml/j
 Si BMI<30 et DDMERES entre 1000 et 3000 : ENOXAPARINE 0,4 ML 2 Fois /j
 SI BMI > 30 ET DDMERES < 1000 : ENOXAPARINE 0,6ml/j
 SI BMI >30 ET DDMERES entre 1000 et 3000 : ENOXAPARINE 0,6ml 2 Fois /j
 SI DDMERES >3000 : ENOXAPARINE dose curative.
 Si clairance à la créatinine < 30 utiliser de la Calciparine.
8. Refaire ECG, glycémie, ionogramme à j3 et j7 de traitement.

Guérison à partir du 8ème jour si absence de symptômes pendant au moins 48h.

Hospitalisation des patients avec comorbidités et ou désaturation en oxygène ou les formes avec
signes de gravité sus cités.

9. Oxygénothérapie : régler le débit d'oxygène pour un objectif de saturation supérieur à 90-92


%, pour un débit inférieur à 4 litres utiliser lunettes d'oxygène, pour un débit entre 4 et 6 litres
utiliser un masque à oxygène et pour un débit supérieur à 6 litres utiliser un masque à réserve (si
pas disponible vous pouvez le fabriquer avec un masque ordinaire et un sachet collecteur). Au-
delà de 10 litres par minutes il faut prévoir le transfert en soins intensifs.

10. Corticoïdes : dexaméthasone chez les formes modérées et graves à partir du sixième jour
d'évolution à raison de 8mg par jour pendant 10 jours.

En réanimation :
o Optimisation de l'oxygénothérapie par le masque à réserve.
o CPAP soit par CPAP de boussignac ou par respirateur en mode VS PEP
commencer par un PEP à 6 et augmenter par pallier de 2 cmh2o pour un objectif
de saturation > 90-92 %.
 L'aide inspiratoire est réservé pour l'hypercapnie (BPCO ou signes d'épuisement)
o En cas de signes de surinfection : aggravation de la détresse respiratoire,
réapparition ou persistance de la fièvre, hyperleucocytose, aggravation des lésions
radiologiques on met une double antibiothérapie : Cefotaxim, Ofloxacine.
o En cas d'agitation : Atarax ou Phenergan.
o Bonne hydratation avec surveillance étroite de la diurèse et de la fonction rénale.
o Intubation orotrachéale si échec de la VNI, respiration paradoxale, signes
d'épuisement, troubles de la conscience ou état de choc.
o Induction à séquence rapide sous VNI fio2 100 % : position demi assise puis on
baisse le lit après perte de la conscience, et omidate ou ketamine et esmeron
manœuvre de sellick, analgésie après gonflage du ballonnet.
o Ventilation mode vac : vt 6ml/kg, Fr : 16 à 20, Pep : 6 en augmentant par pallier
de 2 cmh20 on peut arriver jusqu'à 14 cmgh 20, TI : 1 à 1.3 sec pour un I/E DE
1/1.
o Faire des manœuvres de recrutement plusieurs fois par jour.
o Sédation midzolam sufentanyl voir curarisation si nécessaire.
o Optimisation de l'état hémodynamique et correction des troubles
hydroélectrolytiques et métaboliques.
Dr Ouali Mourad
Réanimation médicale
CHU Beni Messous.

Vous aimerez peut-être aussi