Vous êtes sur la page 1sur 86

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
Université Libre de Tunis
*******

Projet de Fin d’Etudes


En vue de l’obtention du Diplôme de Licence Appliquée en Génie Civil

Elaboré par :

Riphat MAKENGO SAYA

CONCEPTION, MODELISATION ET SUIVI


D’UN PROJET DE BATIMENT R+4

Réalisé au sein de

Archi-Act

Encadré par

Encadrant universitaire Encadrant professionnel


Mr Jarray BELGACEM Mr Bibi NADER

Année universitaire
2016 - 2017
Dédicaces

À mes très chers parents Hubert MAKENGO SAYA et Godelive KUSUKUASA


MABELA, aucune dédicace ne saurait exprimer l’amour, le dévouement, l’estime et
respect que j’ai pour vous, car rien au monde ne vaut les efforts que vous avez toujours
fournis en m’offrant le meilleur pour mon bien-être et pour mon éducation.

Ce travail je vous le dédie car c’est le fruit de vos sacrifices.

À mon frère Glodi et à mes sœurs Carmel, Grace et Divine, les mots me maquent pour
exprimer la profonde reconnaissance et affection que j’ai pour vous, car c’est à vous que je
dois ce que je suis aujourd’hui.

i
Remerciements

Au terme de ce Projet de Fin d’études, je voudrais rendre des multiples actions de grâce à
notre Seigneur Jésus-Christ pour la force qu’il m’a accordé pour effectuer ce présent
travail. À lui soit toute la gloire et honneur !

Je voudrais remercier Mr. Bibi NADER de m’avoir accepté dans le bureau d’étude Archi-
Act et m’avoir permis d’y réaliser mon projet.

Je remercie également Mr. Jarray BELGACEM, mon encadrant universitaire, pour sa


disponibilité, ses encouragements et pour les différents conseils qu’il m’a prodigué dans la
réalisation de ce projet.

Je manifeste aussi ma gratitude envers les membres du Jury pour l’honneur qu’ils me font
de bien vouloir juger mon travail.

Enfin je voudrais remercier tous les professeurs que j’ai rencontrés durant tout mon
cursus ; mon église local (Eglise Réformée de Tunisie), mes frères et sœurs du Groupe
Biblique Universitaire, particulièrement au Secrétaire National, aux membres du Conseil
National, à ma cellule d’étude biblique Buisson Ardent ainsi qu’à toutes les personnes, que
je ne pourrais citer, qui m’ont aidé de près ou de loin à finaliser ce modeste travail.

ii
Table des matières

Dédicaces ................................................................................................................................ i
Remerciements ...................................................................................................................... ii
Table des matières ................................................................................................................ iii
Liste des figures ..................................................................................................................... v
Liste des tableaux ................................................................................................................. vi
Liste des abréviations et symboles ...................................................................................... vii
Introduction générale ............................................................................................................. 1
CHAPITRE I. PRESENTATION DU PROJET ............................................................................................. 2
I.1 Présentation du bureau d’architecture ............................................................................................ 2
I.2 Cadre du projet ............................................................................................................................... 4
I.3 Caractéristiques géométriques ........................................................................................................ 5
I.4 Contraintes rencontrées .................................................................................................................. 7
CHAPITRE II. CONCEPTION DU BATIMENT ............................................................................................ 8
II.1 Introduction .................................................................................................................................... 8
II.2 Conception structurale .................................................................................................................... 9
II.2.1 Etude des plans architecturaux .............................................................................................. 9
II.2.2 Fondation .............................................................................................................................. 9
II.2.3 Implantation des poteaux ...................................................................................................... 9
II.2.4 Les voiles béton .................................................................................................................... 9
II.2.5 La cage d’ascenseur ............................................................................................................ 10
II.2.6 Plancher .............................................................................................................................. 10
II.3 Hypothèse de calcul...................................................................................................................... 12
II.3.1 Caractéristiques du béton .................................................................................................... 12
II.3.2 Caractéristiques des aciers .................................................................................................. 13
II.3.3 Hypothèses fondamentales de calcul du béton armé ........................................................... 14
II.4 Evaluation des charges ................................................................................................................. 15
II.4.1 Charges permanentes .......................................................................................................... 15
II.4.2 Charges d’exploitations ...................................................................................................... 18
II.5 Etude de la nervure ....................................................................................................................... 19
II.5.1 Introduction......................................................................................................................... 19
II.5.2 Evaluation des charges ........................................................................................................ 20
II.5.3 Choix de la méthode de calcul ............................................................................................ 21
II.5.4 Combinaisons d’actions ...................................................................................................... 22
II.5.5 Ferraillage de la nervure ..................................................................................................... 27
II.6 Etude d’un poteau (P10) ............................................................................................................... 35
II.6.1 Introduction......................................................................................................................... 35
II.6.2 Descente de charges ............................................................................................................ 36
II.6.3 Calculs des efforts normaux ................................................................................................ 38
II.6.4 Détermination des armatures longitudinales ....................................................................... 39
II.6.5 Détermination des armatures transversales ......................................................................... 39
II.7 Etude d’une poutre (A38) ............................................................................................................. 41

iii
II.7.1 Introduction......................................................................................................................... 41
II.7.2 Evaluation des charges ........................................................................................................ 42
II.7.3 Choix de la méthode de calcul ............................................................................................ 43
II.7.4 Combinaison d’actions ....................................................................................................... 43
II.7.5 Calcul des moments fléchissants......................................................................................... 44
II.7.6 Calcul des efforts tranchants d’appui .................................................................................. 45
II.7.7 Calcul des armatures ........................................................................................................... 47
CHAPITRE III. DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER............................................................................. 51
III.1 Introduction .................................................................................................................................. 51
III.2 Caractéristiques géométriques de l’escalier ................................................................................. 53
III.3 Evaluation des charges ................................................................................................................. 54
III.3.1 Charges permanentes .......................................................................................................... 54
III.3.2 Charges d’exploitations ...................................................................................................... 55
III.4 Calcul des sollicitations ................................................................................................................ 56
III.5 Calcul de ferraillage ..................................................................................................................... 56
III.6 Vérification des contraintes .......................................................................................................... 57
III.7 Déterminations des aciers de répartition et de chapeau ................................................................ 57
CHAPITRE IV. MODELISATION DU BATIMENT ...................................................................................... 59
IV.1 Introduction .................................................................................................................................. 59
IV.2 Présentation du logiciel ................................................................................................................ 59
IV.3 Modélisation du bâtiment sur le logiciel ...................................................................................... 60
IV.3.1 Calcul de la descente de charges ......................................................................................... 60
IV.3.2 Principe de vérification des calculs ..................................................................................... 60
IV.3.3 Module poutre ..................................................................................................................... 60
IV.3.4 Module poteau .................................................................................................................... 61
IV.3.5 Module semelle ................................................................................................................... 62
IV.3.6 Module voile ....................................................................................................................... 62
CHAPITRE V. SUIVI DU BATIMENT ....................................................................................................... 66
V.1 Introduction .................................................................................................................................. 66
V.2 Organisation du chantier .............................................................................................................. 67
V.3 Suivi des travaux .......................................................................................................................... 68
V.4 Conclusion .................................................................................................................................... 72

Conclusion générale ............................................................................................................ 73


Bibliographie ....................................................................................................................... 74
Annexes ............................................................................................................................... 75
Annexe 1 Journal du stage ................................................................................................... 75
Annexe 2 Les plans architecturaux ...................................................................................... 77
1. Le plan de coffrage ...................................................................................................... 77
2. Le plan de fondation .................................................................................................... 77
3. Le plan de RDC et étage .............................................................................................. 77

iv
Liste des figures

Figure 1 – Organigramme du bureau d’étude .................................................................................... 3


Figure 2 – Plan de situation ................................................................................................................ 4
Figure 3 – Vue en 3D de la structure du batiment sur Arche Ossature ............................................ 11
Figure 4 – Coupe d’un plancher intermédiaire (19+6) ..................................................................... 16
Figure 5 – Coupe d’un plancher terrasse (19+6) .............................................................................. 17
Figure 6 – Positionnement de la nervure .......................................................................................... 19
Figure 7 – Schéma mécanique de la nervure .................................................................................... 19
Figure 8 – Coupe transversale de la nervure .................................................................................... 20
Figure 9 – Schéma mécanique de la nervure totalement chargée .................................................... 22
Figure 10 – Diagramme des efforts tranchants ................................................................................ 24
Figure 11 – Diagramme des moments fléchissants ......................................................................... 25
Figure 12 – Différents moments utiles au calcul du ferraillage ....................................................... 27
Figure 13 – Coupe longitudinale de la nervure ............................................................................... 34
Figure 14 – Coupe transversale de la nervure .................................................................................. 34
Figure 15 – Positionnement du poteau 10 ....................................................................................... 35
Figure 16 – Schémas ferraillage poteau type .................................................................................. 40
Figure 17 – Positionnement de la poutre A38 dans le plancher haut RDC ...................................... 41
Figure 18 – Schéma mécanique de la poutre A38 ............................................................................ 41
Figure 19 – Section transversale de poutre A38............................................................................... 42
Figure 20 – Combinaison d’actions de la poutre .............................................................................. 44
Figure 21 – Diagramme des efforts tranchants ................................................................................ 46
Figure 22 – Diagramme des moments fléchissants .......................................................................... 47
Figure 23 – Coupe transversale de la poutre .................................................................................... 49
Figure 24 – Coupe longitudinale de la poutre .................................................................................. 50
Figure 25 – Coupe d’une volée d’escalier ........................................................................................ 51
Figure 26 – Vue en plan de l’escalier ............................................................................................... 53
Figure 27 – Schéma mécanique de charges permanentes sur l’escalier ........................................... 54
Figure 28 – Schéma mécanique de charges d’exploitations sur l’escalier ...................................... 55
Figure 29 – Schéma de ferraillage de l’esaclier .............................................................................. 58
Figure 30 – Hypothèse module poutre ............................................................................................ 61
Figure 31 – Hypothèse module poteau ............................................................................................. 62
Figure 32 – Hypothèse module voile ............................................................................................... 63
Figure 33 – Vue de face du batiment en 3D sur Arche Ossature .................................................... 64
Figure 34 – Vue arrière du batiment en 3D sur Arche Ossature ..................................................... 65
Figure 35 – Vue de droite du batiment ............................................................................................ 68
Figure 36 – Echafaudage sapine de la dalle ..................................................................................... 68
Figure 37 – Stockage des sacs de ciment portland ........................................................................... 69
Figure 38 – Exécution de la cage d’ascenseur ................................................................................. 69
Figure 39 – Stockage de briques et hourdis ..................................................................................... 70
Figure 40 – Stockage de l’échafaudage sapine ................................................................................ 70
Figure 41 – Bétonnière tractable ..................................................................................................... 71
Figure 42 – Stockage des aciers (cadre et étrier rond lisse) ............................................................. 71
Figure 43 – Coffrage de plancher hourdis (19+6) ............................................................................ 72

v
Liste des tableaux

Tableau 1 – Superficie du lot et du bâtiment...................................................................................... 5


Tableau 2 – Dimensions des étages du bâtiment ................................................................................ 5
Tableau 3 – Nombres et types d’accès au bâtiment ........................................................................... 5
Tableau 4 – Occupation de l’ensemble du bâtiment .......................................................................... 6
Tableau 5 – Type de dalle du bâtiment ............................................................................................ 11
Tableau 7 – Charges permanentes d’un plancher intermédiaire (19+6)........................................... 16
Tableau 8 – Charges permanentes d’un plancher terrasse (19+6).................................................... 17
Tableau 9 – Charges permanentes des cloisons ............................................................................... 18
Tableau 10 – Charges d’exploitations de la structure ...................................................................... 18
Tableau 11 – Les charges de la nervure ........................................................................................... 20
Tableau 12 – Méthodes de calcul et conditions d’utilisation ........................................................... 21
Tableau 13 – Les charges à l’ELU ................................................................................................... 22
Tableau 14 – Efforts tranchants à l’ELU.......................................................................................... 23
Tableau 15 – Moments fléchissants max à l’ELU ........................................................................... 24
Tableau 16 – Les charges à l’ELS .................................................................................................... 25
Tableau 17 – Efforts tranchants à l’ELS .......................................................................................... 26
Tableau 18 – Moments fléchissants max à l’ELS ............................................................................ 26
Tableau 19 – Armatures longitudinales de la nervure N24 (19+6) ................................................... 28
Tableau 20 – Contraintes dans le béton et les armatures de la nervure N24 (19+6) ......................... 31
Tableau 21 – Les armatures transversales ........................................................................................ 34
Tableau 22 – Descente des charges du bâtiment .............................................................................. 36
Tableau 23 – Valeurs des efforts normaux ....................................................................................... 38
Tableau 24 – Valeurs de sections et des armatures .......................................................................... 40
Tableau 25 – Valeurs des charges sur la poutre ............................................................................... 42
Tableau 26 – Méthodes de calcul et conditions d’utilisation ........................................................... 43
Tableau 27 – Récapitulatif des différents moments de la poutre ..................................................... 45
Tableau 28 – Efforts tranchants à l’ELU.......................................................................................... 45
Tableau 29 – Armatures longitudinales de la poutre ........................................................................ 48
Tableau 30 – Récapitulatif des calculs d’armatures ......................................................................... 48
Tableau 31 – Calcul des escaliers .................................................................................................... 52

vi
Liste des abréviations et symboles

B : Aire d’une section de béton


Fcj : Résistance caractéristique à la compression du béton âgé de j jours
Ftj : Résistance caractéristique à la traction du béton âgé de j jours
Fe : Limite d’élasticité de l’acier
G : Charge permanente
IHR : Moment d’inertie de la section homogénéisée par rapport au béton (ELS)
Mser : Moment fléchissant de calcul de service
Mu : Moment fléchissant de calcul ultime
Q : Charge d’exploitation
St : Espacement des armatures transversales
Vu : Effort tranchant de calcul ultime
Zb : Bras de levier du couple de flexion
g : Charge permanente unitaire
ls : Longueur de scellement droit
lf : Longueur de flambement
n : Coefficient d’équivalence acier-béton
q : Charge d’exploitation unitaire
y1: Profondeur de l’axe neutre calculée à l’ELS
γs : Coefficient partiel de sécurité sur l’acier
γb : Coefficient partiel de sécurité sur le béton
λ : Élancement mécanique d’une pièce comprimée
μrb : Moment ultime réduit du béton
σbc : Contrainte maximale du béton comprimé
σst : Contrainte dans les aciers tendus
A (As ou Al) : Aire d’une section d’acier (longitudinal)
τu : Contrainte tangente conventionnelle
At : Somme des aires des sections droites d’un cours d’armatures transversales

vii
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale

Dans l’objectif de finaliser notre cursus académique, ce projet de fin d’études se veut être
révélateur de l’application de l’ensemble des connaissances acquises tout au long de nos
trois dernières années universitaires sur un projet réel.

Notre projet a pour objet : « La conception, modélisation et suivi d’un bâtiment R+4 » et
s’est étalé sur une période des quatre mois du 01 février 2017 au 31 mai 2017. L’immeuble
est polyfonctionnel, composé d’un rez-de-chaussée à usage commercial et des quatre
étages à usage bureaux. Il est situé dans le Gouvernorat de Ben Arous.

Nous poursuivrons deux axes principaux tout au long de notre projet :

 L’étude de conception (calcul manuel et vérification de la conception proposée par


l’architecte), dimensionnement, évaluation des charges des différents éléments
porteurs verticaux et horizontaux et la modélisation de bâtiment sur le logiciel.
 Le suivi des différentes phases d’exécution des travaux de bâtiment.

Pour ce faire, nous utiliserons des logiciels comme Autocad pour la réalisation de plan de
coffrage, Arche Ossature pour le calcul des sollicitations, descente des charges et la
réalisation de plan de ferraillage et finalement nous utiliserons Géogebra ainsi que RDM 6
pour la réalisation des différents diagrammes (efforts tranchants et moments fléchissants).

Nous aborderons donc notre projet en analysant scrupuleusement les éléments reçu dans le
dossier architectural (plan de rez-de-chaussée, plan du premier étage, plan de coffrage
fondation et plancher haut rez-de-chaussée).

Par la suite nous proposerons une nouvelle conception tout en tenant compte des exigences
architecturales et nous nous attellerons sur nos deux axes principaux. Finalement nous
présenterons une conclusion générale de notre projet.

1
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

Chapitre I. Présentation du projet

________________________________________________________

I.1 Présentation du bureau d’architecture


Le bureau d’architecture Archi-Act a été créé en 2002 par Mr. BIBI Nader et il est
situé à Ben Arous sur 11 avenue de la République, résidence Guirat au 2ème étage non loin de
la grande municipalité. Le bureau prend la dénomination d’une société unipersonnelle à
responsabilité limitée (S.U.A.R.L).

Mr. BIBI Nader, le responsable du bureau d’architecture Archi-Act est de nationalité


tunisienne. Il est architecte, urbaniste et expert auditeur énergétique auprès de l’agence
nationale pour la maitrise de l’énergie (ANME).

Il a fait ses études à l’institut technologique d’art d’architecture et d’urbanisme de


Tunis (I.T.A.A.U.T) et à l’école nationale d’architecture et d’urbanisme (E.N.A.U). Il dispose
de la signature sociale et possède le pouvoir le plus étendu pour agir au nom de la société. Il
peut déléguer tout ou une partie de leur pouvoir à des mandataires sous leur responsabilité.

 Spécialité du bureau :

- Architecture ;

- Etude de décoration ;

- Design (staff décor) ;

- Etude plomberie ;

- Ouverture d’une petite extension dans l’électricité depuis 2008 et dans le


domaine de fluide en 2013.

 Composition du bureau :

- Architecte ;

- Secrétaire ;

2
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

- Collaborateurs externes ;

- Technicien du bâtiment ;

- Dessinateur et concepteur ;

- Ingénieur en génie civil spécialisé en béton armé.

Architecte


 Dessinateur Secrétaire Ingénieur
 et génie civil
concepteur

Collaborateurs Technicien du
externes bâtiment

Figure 1 – Organigramme du bureau d’architecture

3
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

I.2 Cadre du projet


Le projet est un bâtiment à usage double appartenant à un privé, et il est situé dans
Gouvernorat de Ben Arous, Tunisie.

Le terrain a une forme rectangulaire dont la superficie est de 600 m2 et il est situé
sur le croisement des avenues Habib Bourguiba et Bizerte, et délimité sur les deux cotés
par des bâtiments à usage d’habitation.

Figure 2 – Plan de situation

Ce bâtiment est formé d’un seul bloc d’une longueur totale de 24.64 m, une largeur
de 15.61 m et une hauteur de 16.50 m; sur la surface totale du terrain qui est de 600m 2, le
bâtiment occupe donc une surface de 384.63 m2.

Notre projet de bâtiment est constitué d’un rez-de-chaussée et des quatre étages. Le
bâtiment est polyfonctionnel, le rez-de-chaussée est à usage commercial et les quatre
étages sont des bureaux proprement dits.

4
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

I.3 Caractéristiques géométriques


Tableau 1 – Superficie du lot et du bâtiment

Emprise du bâtiment (m2) Superficie du lot (m2)

384.63 600

Tableau 2 – Dimensions des étages du bâtiment

RDC Etages 1 à 4

Hauteur sous plafond (m) 4.50 3

Superficie (m2) 384.63 431.80

Tableau 3 – Nombres et types d’accès au bâtiment

Nombres

Escalier d’entrée 1

Cage d’escalier 1

Rampe d’accès 1

Cage d’ascenseur 1

5
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

Tableau 4 – Occupation de l’ensemble du bâtiment

RDC Etages 1 à 4

Local commercial 1 0

Terrasse 0 2

Accueil 0 4

Bureau 0 9

Kitchenette 0 2

Douche 0 4

Gaine Gaz 1 1

Gaine TTC 1 1

Gaine SONEDE 1 1

Gaine STEG 1 1

Au total, l’ensemble du bâtiment compte un local commercial et 36 bureaux


proprement dits.

 Documents fournis :

Afin de mieux s’imprégner de notre projet, le bureau d’architecture nous a fourni


certains plans architecturaux tels que le plan de rez-de-chaussée, le plan du premier étage,
le plan de coffrage fondation et plancher haut rez-de-chaussée (voir annexe).

6
CHAPITRE I PRESENTATION DU PROJET

I.4 Contraintes rencontrées


Cependant que nous avons voulu mener à bien notre projet de bâtiment, nous avons
rencontré plusieurs difficultés qui nous ont vraiment bloqués dans l’avancement de notre
travail. Nous citons :

 La perte du rapport de la campagne géotechnique au niveau du bureau


d’architecture ;

 Le manque des différents plans architecturaux tels que le plan de façade, le plan de
coupe ;

 L’emplacement des certains poteaux (non alignés) qui engendreraient des grandes
difficultés chez les ouvriers lors de l’exécution ;

 Les dimensions entre les différents plans architecturaux non cohérentes.

7
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Chapitre II. Conception du bâtiment

________________________________________________________

II.1 Introduction
La conception est la tâche la plus compliquée et constitue l’étape principale d’un
projet de bâtiment ; elle a pour objectif de trouver la manière idéale au niveau
d’implantations des éléments porteurs et de déterminer les dimensions ainsi que les
armatures de l'ossature du bâtiment, de façon à répondre économiquement aux exigences
de l’architecte et du maitre d'ouvrage tout en garantissant la capacité portante de l'ossature
et son fonctionnement à long terme.

Généralement, les structures de bâtiments sont constituées : d’éléments horizontaux


(dalles, poutres, chapes, poutrelles, nervures) ; d’éléments verticaux (poteaux, voiles,
refends ou murs porteurs) ; d’éléments divers (escaliers, rampes) et de fondations
(semelles, pieux, longrines). La conception et le calcul des structures de bâtiments
interviennent à différents stades de l’étude ou de la construction d’un projet :

 À l’APS (avant-projet sommaire) : pour définir les formes et choix principaux de

structure ;

 À l’APD (avant-projet détaillé) : pour le pré-dimensionnement des éléments

constitutifs ;

 Au dossier d’exécution : pour la vérification des dimensions, la détermination du

ferraillage en vue des plans de coffrage et de ferraillage destinés au chantier ;

 En cours d’études et avant exécution : vérification par le bureau de contrôle du

ferraillage.

La conception est un procédé plus complexe que la vérification, car le concepteur


doit choisir la forme, les dimensions et les armatures parmi un éventail de possibilités tout
en respectant les facteurs suivants:

 L’aspect architectural ;

 L’aspect économique ;

8
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

 La libre circulation et le confort des usagers ;

 La stabilité et la rigidité de la structure ;

 La faisabilité technique.

La conception d'une ossature entière est un travail d’une équipe pluridisciplinaire


maîtrisant à la fois les aspects théoriques de calcul et les contraintes pratiques d’exécution.
Nous avons conçu la structure tout en évitant les poteaux naissants parce que les portées
des poutres sont importantes et si nous ajoutons encore des forces concentrées les
retombées seront remarquables.

II.2 Conception structurale


II.2.1 Etude des plans architecturaux
L’étude est faite dans l’objectif de comprendre et bien assimiler les particularités et
les détails des plans, de s’assurer que le projet est réalisable et que les dimensions prévues
ne seront pas sujettes à des modifications notables lors de l’exécution.

II.2.2 Fondation
Le niveau de la nappe d’eau est à une profondeur de 0.8 m et nous sommes donc en
présence d’un mauvais sol ; à cause de la faiblesse de la portance du sol et de la charge du
bâtiment, la fondation sur un radier général de profondeur de 1.5m est envisagée avec le
coulage du béton par pompage.

II.2.3 Implantation des poteaux


Les poteaux constituent le principal type d’éléments porteurs verticaux de notre
projet. Ils ont été implantés de manière à ne pas gêner la circulation des usagers et à
respecter au maximum la conception architecturale, sans toutefois nuire à la stabilité de
l’ouvrage.

II.2.4 Les voiles béton


Pour notre projet, les voiles sont utilisés particulièrement pour la cage d’ascenseur.
Ils sont en structure rigide et stable, capables de tenir et d’isoler les charges mobiles de
l’ascenseur et les vibrations.

9
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.2.5 La cage d’ascenseur


En ce qui concerne notre projet, la cage d’ascenseur est essentiellement constitué
par des voiles en béton armé capables de supporter les charges mobiles et a une superficie
de 4.45 m2.

II.2.6 Plancher
Le plancher est l’ensemble des éléments horizontaux de la structure d’un bâtiment
destinés à reprendre les charges d’exploitation ou autres charges permanentes (cloisons,
chapes, revêtement, etc.) et à les transmettre sur des éléments porteurs verticaux (poteaux,
voiles, murs).

Les planchers peuvent être constitués d’un ou de plusieurs des éléments suivants :

 Dalles ;
 Nervures ou poutrelles ;
 Poutres ;
 Linteaux.
- Poutre :

Pour notre projet, les portées des poutres sont importantes et pour estimer la
hauteur des poutres, nous avons recourt à la méthode de pré-dimensionnement forfaitaire
qui stipule :
𝐿 𝐿
 Cas des poutres isostatiques : 10 ≤ ℎ ≤ 12
𝐿 𝐿
 Cas des poutres continues : 12 ≤ ℎ ≤ 16

- Dalle :

Le choix du type de dalle se fait selon la charge d’exploitation et surcharges


prévues selon la destination de l’ouvrage, de l’architecture et de la portée entre les poutres.
𝐿
 Cas des poutres isostatiques : ℎ ≤ 20
𝐿
 Cas des poutres continues : ℎ ≤ 22.5

En ce qui concerne notre projet de bâtiment, nous avons une dalle nervurée (19+6).

10
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Tableau 5 – Type de dalle du bâtiment

Avantages Inconvénients
Réalisable sur des grandes portées (P ≥ 4.72m) Pas léger
Dalle
nervurée Bonne isolation thermique et acoustique Exécution complexe
(19+6)

Figure 3 – Vue en 3D de la structure du bâtiment sur Arche ossature

11
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.3 Hypothèse de calcul


Dans le cadre de notre projet, l’ensemble de la structure porteuse est constitué
essentiellement d’éléments en béton armé et il est important de considérer les valeurs
caractéristiques de ces éléments suivants :

II.3.1 Caractéristiques du béton


 Dosage en ciment : 350 kg/m3
 Béton de propreté : 150 kg/m3
 Gros béton : 250 kg/m3
 Résistance caractéristique à la compression du béton à 28 jours :
𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎
 Résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
𝑓𝑡28 = 0.6 + 0.06∗𝑓𝑐28 = 2.1 𝑀𝑃𝑎
 Module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours (durée
d’application des charges < 24 h) :
𝐸𝑖28 = 11000 3√𝑓𝑐28 = 32 164.20 𝑀𝑃𝑎
 Module de déformation différée du béton à 28 jours (charges de longue durée) :
11000 3
𝐸𝜈28 = √𝑓𝑐28 = 10 721.40 𝑀𝑃𝑎
3

 Coefficient de sécurité du béton : 𝛾𝑏 = 1.5 𝑒𝑡 𝜃 = 1 (durée d’application des


charges > 24h)
 ̅̅̅̅̅ = 0.6∗𝑓𝑐28 = 15
Contrainte admissible en compression du béton à l’ELS : 𝜎𝑏𝑐
𝑀𝑃𝑎
𝑓𝑐28
 Contrainte admissible en compression du béton à l’ELU : 𝑓bu = 0.85 = 14.17
θ∗γb

𝑀𝑃𝑎
 Coefficient de poisson en calcul des sollicitations à l’ELU et à l’ELS : 𝜈 = 0
 Coefficient de poisson en calcul des déformations à l’ELS : 𝜈 = 0.2

12
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.3.2 Caractéristiques des aciers


 Armatures longitudinales (Haute adhérence Fe E 400) :
- Limite d’élasticité garantie : 𝑓𝑒 = 400 𝑀𝑃𝑎
- Le module d’élasticité 𝐸𝑠 = 2.105 𝑀𝑃𝑎
- Coefficient de fissuration : 𝜂 = 1.6
- Coefficient de scellement : 𝜓𝑠 = 1.5
- Contrainte admissible de calcul des armatures haute adhérence (H.A) : 𝜎̅s =
𝑓𝑒
γs

Avec γs : coefficient de sécurité de l’acier.

En combinaisons accidentelles : 𝛾𝑠 = 1 et 𝜎̅s = 400 𝑀𝑃𝑎

Dans les autres cas : 𝛾𝑠 = 1.15 et 𝜎̅s = 348 𝑀𝑃𝑎

 Armatures transversales (Ronds lisses Fe E 235) :


- Limite d’élasticité garantie : 𝑓𝑒 = 235 𝑀𝑃𝑎
- Le module d’élasticité 𝐸𝑠 = 2∗105 𝑀𝑃𝑎
- Coefficient de fissuration : 𝜂 = 1
- Coefficient de scellement : 𝜓𝑠 = 1
𝑓𝑒
- Contrainte admissible de calcul des armatures ronds lisses (R.L) : 𝜎̅s = 𝛾𝑠

Avec γs : coefficient de sécurité de l’acier.

En combinaisons accidentelles : 𝛾𝑠 = 1 et 𝜎̅s = 235 𝑀𝑃𝑎

Dans les autres cas : 𝛾𝑠 = 1.15 et 𝜎̅s = 204.35 𝑀𝑃𝑎

13
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.3.3 Hypothèses fondamentales de calcul du béton armé


À l’ELU :

 Hypothèse 1 : Le raccourcissement relatif du béton est limité à 3.5 ‰ en flexion et


à 2‰ en compression simple.
 Hypothèse 2 : L’allongement de l’acier est limité à 10‰.
 Hypothèse 3 : Le dimensionnement à l’ELU est conduit en supposant que le
diagramme des déformations passe par l’un des trois pivots A, B, ou C définis.
 Hypothèse 4 : Il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’acier et le
béton.

À l’ELS :

 Hypothèse 1 : En vertu de la loi de Hooke, les contraintes sont proportionnelles aux


∆𝑙
déformations relatives : 𝜎 = 𝐸 ∗𝜀 = 𝐸 ∗ 𝑙
𝐸𝑠
 Hypothèse 2 : Le coefficient d’équivalence est définit par la relation : n = = 15
𝐸𝑏

(forfaitairement).

À l’ELU et à l’ELS :

 Hypothèse 1 : Au cours de la déformation, les sections droites restent planes et


conservent leurs dimensions (principe de Navier-Bernoulli).
 Hypothèse 2 : La résistance du béton tendu est considérée comme nulle.
 Hypothèse 3 : Par adhérence, les allongements relatifs de l’acier et du béton au
contact sont les mêmes.
 Hypothèse 4 : Nous pouvons supposer concentrée en son centre de gravité la
section d’un groupe de plusieurs barres, tendues ou comprimées, pourvu que
l’erreur ainsi commise sur la déformation unitaire ne dépasse pas 15%.

Pour la fissuration préjudiciable :


2 2
𝑓𝑒 ∗ 400 = 266.67
 𝜎̅s = min { 3 = min { 3 = 201.63𝑀𝑃𝑎
110 √𝜂𝑓𝑡𝑗 110 √1.6 ∗ 2.1 = 201.63

400
 La longueur de scellement droit : 𝑙𝑠 = 4∗0.6∗2.1∗1.52 𝜙 = 35.27𝜙 pour un acier HA Fe

E400.

14
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Tableau 6 – Hypothèses de calcul

Avantages Inconvénients

Etat limite de calcul Calcul à l’ELU mais vérification Calcul à l’ELS


à l’ELS

Enrobage 3 cm 5 cm

Fissuration Peu préjudiciable Préjudiciable

Reprise de bétonnage Sans Avec

II.4 Evaluation des charges


L’évaluation des charges a pour objectif d’évaluer toutes les charges provenant des
éléments porteurs de la structure du haut vers le bas afin de pouvoir calculer et
dimensionner le poteau. Nous avons donc :

 Les charges permanentes : proviennent du poids volumique des matériaux mis en


œuvre et des dimensions géométriques des éléments de la structure;
 Les charges d’exploitation : provoquées par l’occupation du bâtiment et varient
donc selon l’utilisation future de l’ouvrage. Dans notre cas, il s’agit d’un bâtiment à
usage commercial et des bureaux.

II.4.1 Charges permanentes


Les différentes valeurs de charges permanentes sont extraites de la norme NF P 06-
004 de mai 1977.

15
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

 Evaluation du plancher intermédiaire en corps creux 19+6

Tableau 7 – Charges permanentes d’un plancher intermédiaire (19+6)

Désignation Valeurs charges en kN/m2

Corps creux 19+6 (Hourdis + chape) 3.15

Lit de sable 0.72

Revêtement de sol

Mortier de pose 0.50

Carrelage 0.50

Enduit sous-plafond 0.36

Cloisons légères de distribution 0.75

Total 5.98

Figure 4 – Coupe d’un plancher intermédiaire (19+6)

16
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

 Evaluation du plancher terrasse en corps creux 19+6

Tableau 8 – Charges permanentes d’un plancher terrasse (19+6)

Désignation Valeurs charges en kN/m2

Corps creux 19+6 (Hourdis + chape) 3.15

Chape de ravoirage 0.40

Forme de pente 2.00

Enduit sous plafond 0.36

Etanchéité 0.10

Protection de l’étanchéité 0.3

Total 6.31

Figure 5 – Coupe d’un plancher terrasse (19+6)

17
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

 Evaluation des cloisons

Tableau 9 – Charges permanentes des cloisons

Désignation Valeurs charges en kN/m2

Mur de 35 cm 3.15

Mur de 25 cm 2.50

Cloison de 10 cm 0.57

II.4.2 Charges d’exploitations


Les différentes valeurs de charges d’exploitations sont extraites de la norme NF P
06-001 de juin 1986.

Tableau 10 – Charges d’exploitations de la structure

Désignation Valeurs charges en kN/m2

Escaliers 2.50

Plancher de bureaux 2.50

Terrasse inaccessible 1.00

18
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.5 Etude de la nervure


II.5.1 Introduction
L’objectif sera de déterminer les sollicitations maximales dans une nervure
continue à deux travées pour pouvoir vérifier les contraintes dans le béton et l’acier et d’en
déterminer le ferraillage. La nervure étudiée N24 (19+6), se situe dans le plancher haut rez-
de-chaussée.

Figure 6 – Positionnement de la nervure

Figure 7 – Schéma mécanique de la nervure

19
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 8 – Coupe transversale de la nervure

II.5.2 Evaluation des charges


Tableau 11 – Les charges de la nervure

Travée Longueur (m) Charges permanentes Charges d’exploitation


(KN/ml) (KN/ml)

AB 6.76

Gi = 0.33 * 5.98 = 1.97 Qi = 0.33 * 2.5 = 0.82


BC 1.90

 À L’ELU :
Pu1 = Pu2 = 1.35 Gi + 1.5 Qi = (13.5*1.97) + (1.5+0.82) = 3.88 KN/ml

 À L’ELS :
PS1 = PS2 = Gi + Qi = (1.97 + 0.82) = 2.79 KN/ml

20
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.5.3 Choix de la méthode de calcul

Tableau 12 – Méthodes de calcul et conditions d’utilisation

Condition à satisfaire Conditions Méthodes utilisables


satisfaites
Caquot Caquot minoré Forfaitaire
1. Q ≤ 2*G
2. Q ≤ 5 KN/m2 Toutes Oui Oui Oui
3. F ≤ Max [2 KN; 0.25 Qt]
avec Qt = Q totale
applicable sur l’élément.

4. Inertie constante le long Toutes sauf Oui Oui Non


une des trois
de chaque travée dernières
5. Rapport des portées
successives compris entre
0.8 et 1.25 Autres cas Oui Non Non

6. Fissuration non-
préjudiciable

La condition 5 n’est pas satisfaite, il sera impossible de travailler avec la méthode


forfaitaire. Nous utiliserons la méthode Caquot qui est le plus appropriée.

21
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.5.4 Combinaisons d’actions


Avec C : Chargée et D : Déchargée

Les variations des valeurs des charges avec les différentes combinaisons d’action
étant très faibles dans le cas de cette nervure, une seule combinaison sera considérée : le
cas de charge « CC »

Figure 9 – Schéma de la nervure totalement chargée

À L’ELU :

Tableau 13 – Les charges à l’ELU

AB BC

Charges permanentes Gi (KN/ml) 1.97

Charges d’exploitation Qi (KN/ml) 0.82

Longueur de la travée « L » (m) 6.76 1.90

Longueur réduite la travée « L’ » (m) 6.76 1.90

Pui = 1.35 Gi + 1.5 Qi (KN/ml) 3.88

 Principe de la méthode de Caquot :


- L’ = L : pour les travées de rive
- L’ = 0.8 L : pour les travées intermédiaires
 Calculs des moments sur appuis A, B et C :

22
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Nous utiliserons la méthode de Caquot en sachant que les travées ont toutes la
même inertie, nous avons :

𝑞𝑤 ∗ 𝑙′3 𝑤 + 𝑞𝑒 ∗ 𝑙′3 𝑒
𝑀𝑞𝑖 = − Avec Lw et Le : les longueurs de la travée de gauche et de
8.5 ∗ (𝑙′ 𝑤 + 𝑙′ 𝑒 )
droite
Application numérique :

3.88 ∗ 6.763 + 3.88 ∗1.903


𝑀𝑞𝐵 = − = − 16.64 KN/ml et 𝑀𝑞𝐴 = 𝑀𝑞𝐶 = 0 (Appuis simple de
8.5 ∗ (6.76 + 1.90)
rives)

 Calculs des efforts tranchants d’appuis :


𝑀𝑤 − 𝑀𝑒 𝑞𝐿
Les moments de flexion sur appuis étant connus, 𝑉𝑤 = − et 𝑉𝑒 = 𝑉𝑤 +
𝐿 2

𝑞𝐿
MA − MB q1 L1 0 − (−16.64) 3.88 ∗ 6.76
- Travée AB : 𝑉𝐴 = − = − = −10.65 KN/ml
L1 2 6.76 2

𝑉𝐵 = 𝑉𝐴 +𝑞1 𝐿1 = −10.65 + (3.88 ∗ 6.76) = 15.57 KN/ml

MB − MC q2 L2 (−16.64)−0 3.88 ∗ 1.90


- Travée BC : 𝑉B = − = − = − 12.44 KN/ml
L2 2 1.90 2

𝑉C = 𝑉B +𝑞2 𝐿2 = −12.44 + (3.88 ∗ 1.90) = − 5.06 KN/ml

Tableau 14 – Efforts tranchants à l’ELU

Valeurs efforts tranchants en KN

VA -10.65
Travée AB
VB 15.57

Travée BC VB -12.44

VC - 5.07

23
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 10 – Diagramme des efforts tranchants

 Calculs des moments fléchissant maximaux en travée :

𝑞𝑋0 2
Les travées ne comportant que des charges reparties, 𝑀𝑡 = 𝑀𝑤 − 𝑉𝑤.𝑋0 − et
2
−𝑉𝑤
𝑋0 = 𝑞

−𝑉𝐴 −(−10.65)
- Travée AB : 𝑋0 = = = 2.7 m
𝑞 3.88

𝑞𝑋0 2 3.88 ∗ 2.72


𝑀𝑡 = 𝑀A – 𝑉A.𝑋0 − = 0 – (–10.65) * 2.7 − = 14.62 KNm
2 2

−𝑉𝐵 −(−12.44)
- Travée BC : 𝑋0 = = = 3.2 m
𝑞 3.88

𝑞𝑋0 2 3.88 ∗ 3.22


𝑀𝑡 = 𝑀B – 𝑉B.𝑋0 − = – 16.64 + 12.44 * 3.2 − = 3.31 KNm
2 2

Tableau 15 – Moments fléchissants max à l’ELU

Travée AB Travée BC

X0 (m) 2.7 3.2

Mt (KNm) 14.62 3.31

24
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 11 – Diagramme des moments fléchissants

La méthodologie et la logique de calcul sera la même à l’état limite de service


comme nous venons de le démontrer précédemment à l’état limite ultime.

À L’ELS :

Tableau 16 – Les charges à l’ELS

AB BC

Charges permanentes Gi (KN/ml) 1.97

Charges d’exploitation Qi (KN/ml) 0.82

Longueur de la travée « L » (m) 6.76 1.90

Longueur réduite la travée « L’ » (m) 6.76 1.90

Pui = 1.35 Gi + 1.5 Qi (KN/ml) 2.79

 Calculs des moments sur appuis A, B et C :

Nous utiliserons la méthode de Caquot en sachant que les travées ont toutes la
même inertie, nous avons :

𝑞𝑤 ∗ 𝑙′3 𝑤 + 𝑞𝑒 ∗ 𝑙′3 𝑒
𝑀𝑞𝑖 = − Avec Lw et Le : les longueurs de la travée de gauche et de
8.5 ∗ (𝑙′ 𝑤 + 𝑙′ 𝑒 )
droite

25
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Application numérique :

2.79 ∗ 6.763 + 2.79 ∗1.903


𝑀𝑞𝐵 = − = − 11.96 KN/ml et 𝑀𝑞𝐴 = 𝑀𝑞𝐶 = 0 (Appuis simple de
8.5 ∗ (6.76 + 1.90)
rives)
 Calculs des efforts tranchants d’appuis :
Mw − Me qL
Les moments de flexion sur appuis étant connus, 𝑉𝑤 = − et 𝑉𝑒 =
L 2

Vw + qL

Tableau 17 – Efforts tranchants à l’ELS

Valeurs efforts tranchants en KN

VA -7.65
Travée AB
VB 11.20

Travée BC VB -8.94

VC -3.64

 Calculs des moments fléchissant maximaux en travée :

𝑞𝑋0 2
Les travées ne comportant que des charges reparties, 𝑀𝑡 = 𝑀𝑤 − 𝑉𝑤.𝑋0 − et
2
−𝑉𝑤
𝑋0 = 𝑞

Tableau 18 – Moments fléchissants max à l’ELS

Travée AB Travée BC

X0 (m) 2.7 3.2

Mt (KNm) 10.51 2.38

26
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.5.5 Ferraillage de la nervure

Figure 12 – Différents moments utiles au calcul du ferraillage

 Détermination des armatures longitudinales en travée et sur appui :

- Travée AB : Mt = 14.62 KNm


h0 0.06
𝑀𝑡𝑢 = fbu ∗ b ∗ h0 (d − ) = 14.17 ∗ 0.33 ∗ 0.06 (0.22 − ) = 53.30 KNm
2 2

𝑀𝑡 < 𝑀𝑡𝑢 ⟹ La table de compression peut supporter la charge appliquée ; le calcul sera
fait comme pour une section rectangulaire (33x25).

Mt 1.462∗ 105
𝜇𝑏𝑢 = = = 0.064 < μlim =0.391 → A’=0 (pas d’acier
b∗ d2 ∗ fbu 33 ∗ 222 ∗ 14.17

comprimé)

𝛼 = 1.25 (1 − √1 − 2μbu ) = 0.082

Mt 1.462∗ 105
𝐴𝑠𝑡 = f = 348 ∗ 10 ∗ 22 ∗(1−0.4∗0.082)= 1.97 cm2 → 1HA20 (3.142 cm2)
ed ∗ d∗(1−0.4∝)

- Travée BC : Mt = 3.31 KNm

h0 0.06
𝑀𝑡𝑢 = fbu ∗ b ∗ h0 (d − ) = 14.17 ∗ 0.33 ∗ 0.06 (0.22 − ) = 53.30 KNm
2 2

𝑀𝑡 < 𝑀𝑡𝑢 ⟹ La table de compression peut supporter la charge appliquée ; le calcul sera
fait comme pour une section rectangulaire (33x25).

Mt 0.331 ∗ 105
𝜇𝑏𝑢 = b∗ d2 ∗ fbu
= 33 ∗ 222 ∗ 14.17
= 0.014 < μlim =0.391 → A’=0 (pas d’acier
comprimé)

27
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

𝛼 = 1.25 (1 − √1 − 2μbu ) = 0.017


Mt 0.331 ∗ 105
𝐴𝑠𝑡 = f = 348 ∗ 10 ∗ 22 ∗(1−0.4∗0.017)= 0.43 cm2 → 1HA20 (3.142 cm2)
ed ∗ d∗(1−0.4∝)

- Appui B : Mt = 16.64 KNm (en valeur absolue)

h0 0.06
𝑀𝑡𝑢 = fbu ∗ b ∗ h0 (d − ) = 14.17 ∗ 0.33 ∗ 0.06 (0.22 − ) = 53.30 KNm
2 2

𝑀𝑡 < 𝑀𝑡𝑢 ⟹ La table de compression peut supporter la charge appliquée ; le calcul sera
fait comme pour une section rectangulaire (33x25).

Mt 1.664 ∗ 105
𝜇𝑏𝑢 = b∗ d2 ∗ fbu
= 33 ∗ 222 ∗ 14.17
= 0.073 < μlim =0.391 → A’=0 (pas d’acier
comprimé)

𝛼 = 1.25 (1 − √1 − 2μbu ) = 0.094


Mt 1.664 ∗ 105
𝐴𝑠𝑡 = f = 348 ∗ 10 ∗ 22 ∗(1−0.4∗0.094)= 2.17 cm2 → 1HA20 (3.142 cm2)
ed ∗ d∗(1−0.4∝)

Tableau 19 – Armatures longitudinales de la nervure N24 (19+6)

Mt (KNm) Mtu (KNm) 𝜇𝑏𝑢 𝛼 𝐴𝑠𝑡 (cm2) 𝐴réel (cm2)

Travée AB 14.62 53.30 0.064 0.082 1.97 3.142 (1HA20)

Travée BC 3.31 53.30 0.014 0.017 0.43 3.142 (1HA20)

Appui B -16.64 53.30 0.073 0.094 2.17 3.142 (1HA20)

 Condition de non fragilité :


- En travée :
I ft28
Asmin = 0.81∗h∗ υ′ ∗ or 𝜐’ = h − υ
fe

(b0 ∗ h2 )+ (b − b0 )∗ h0 2 (7 ∗ 252 ) + (33 − 7)∗ 62


𝜐= = = 8.02 cm
2 ∗ [b0 ∗ h+ (b− b0 ) h0 ] 2 ∗ [7 ∗ 25 + (33 − 7) 6]

𝜐’ = 25 − 8.02 = 16.98 cm
b0 h3 h0 3
I= + (b − b0 ) − [b0 ∗ h + (b − b0 ) h0 ] υ2
3 3

7∗ 253 63
I= + (33 − 7) − [7 ∗ 25 + (33 − 7) 6] 8.022 = 17040.28 cm4
3 3

28
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

17040.28 2.1
D’où Asmin = 0.81∗25∗16.98 ∗ = 0.26 cm2 < 𝐴𝑠𝑡 = 3.142 cm2 → Condition vérifiée
400

- Sur appui :
Pour les appuis, avec Mt < 0

I ft28
Asmin = 0.81∗h∗ υ′ ∗ avec 𝜐’ = 16.98 cm et I = 17040.28 cm4
fe

17040.28 2.1
D’où Asmin = 0.81∗25∗ 8.02 ∗ = 0.55 cm2 < 𝐴𝑠𝑡 = 3.142 cm2 → Condition vérifiée
400

 Calcul et vérification des contraintes :


- Travée AB : Ast = 1.97 cm2 ; Mser = 10.51 KNm

b.y1 2
 Position de l’axe neutre : − n. Ast ∗ (d − y1 ) = 0
2
b.y1 2
+ n. Ast y1 − n. Ast . d = 0
2

33 y1 2
+ 15 ∗ 1.97y1 − 15 ∗ 1.97 ∗ 22 = 0
2

16.5y1 2 + 29.55y1 − 650.1 = 0

∆ = b2 − 4 ac = 29.552 − 4 ∗ 16.5 ∗ (−650.1)

−b+√∆ −29.55 + 209.23


√∆= 209.23 ; D’où 𝑦1 = 2a
= 2 ∗ 16.5
≈ 5.44 cm

 Moment d’inertie homogène et réduit de la section :


b.y1 3
𝐼𝐻𝑅 = + n. Ast ∗ (d − y1 )2
3

33∗ 5.443
𝐼𝐻𝑅 = + 15 ∗ 1.97 ∗ (22 − 5.44)2 = 9874.48 cm4
3

 Contrainte de compression limite dans le béton (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 1.051 ∗ 105
𝜎𝑏𝑐 = ∗ y1 = ∗ 5.44 = 5.79 Mpa
𝐼𝐻𝑅 9874.48

𝜎𝑏𝑐 < ̅̅̅̅


𝜎𝑏𝑐 ; Avec ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 0.6 ∗ 𝑓𝑐28 = 0.6 ∗ 25 = 15 Mpa, condition
vérifiée

 Contrainte de traction limite dans les armatures (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 1.051 ∗ 105
𝜎𝑠𝑡 = ∗ n (d − y1 ) = ∗ 15 ∗ (22 − 5.44) = 264.38 Mpa
𝐼𝐻𝑅 9874.48

29
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

𝑓 400
𝜎𝑠𝑡 < ̅̅̅̅ 𝜎𝑠𝑡 = 𝛾𝑒 =
𝜎𝑠𝑡 ; Avec ̅̅̅̅ ≈ 348 Mpa, condition vérifiée
𝑠 1.15
(Fissuration peu préjudiciable)

- Travée BC : Ast = 0.43 cm2 ; Mser = 2.38 KNm

b.y1 2
 Position de l’axe neutre : − n. Ast ∗ (d − y1 ) = 0
2
b.y1 2
+n. Ast y1 − n. Ast . d = 0
2

33 y1 2
+15 ∗ 0.43y1 − 15 ∗ 0.43 ∗ 22 = 0
2

16.5y1 2 + 6.45y1 − 141.9 = 0

∆ = b2 − 4 ac = 6.452 − 4 ∗ 16.5 ∗ (−141.9)

−b+√∆ −6.45 + 96.98


√∆= 96.98 ; D’où 𝑦1 = 2a
= 2 ∗ 16.5
≈ 2.74 cm

 Moment d’inertie homogène et réduit de la section :


b.y1 3
𝐼𝐻𝑅 = + n. Ast ∗ (d − y1 )2
3

33∗ 2.743
𝐼𝐻𝑅 = + 15 ∗ 0.43 ∗ (22 − 2.74)2 = 2618.89 cm4
3

 Contrainte de compression limite dans le béton (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 0.238 ∗ 105
𝜎𝑏𝑐 = ∗ y1 = ∗ 2.74 = 2.49 Mpa
𝐼𝐻𝑅 2618.89

𝜎𝑏𝑐 < ̅̅̅̅


𝜎𝑏𝑐 ; Avec ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 15 Mpa, condition vérifiée

 Contrainte de traction limite dans les armatures (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 0.238 ∗ 105
𝜎𝑠𝑡 = ∗ n (d − y1 ) = ∗ 15 ∗ (22 − 2.74) = 262.54 Mpa
𝐼𝐻𝑅 2618.89

𝜎𝑠𝑡 < ̅̅̅̅


𝜎𝑠𝑡 ; Avec ̅̅̅̅
𝜎𝑠𝑡 = 348 Mpa, condition vérifiée

- Appui B : Ast = 2.17 cm2 ; Mser = 11.96 KNm (en valeur absolue)

b.y1 2
 Position de l’axe neutre : − n. Ast ∗ (d − y1 ) = 0
2
b.y1 2
+n. Ast y1 − n. Ast . d = 0
2

30
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

33 y1 2
+15 ∗ 2.17y1 − 15 ∗ 2.17 ∗ 22 = 0
2

16.5y1 2 + 32.55y1 − 716.1 = 0

∆ = b2 − 4 ac = 32.552 − 4 ∗ 16.5 ∗ (−716.1)

−b+√∆ −32.55+ 219.82


√∆= 219.82 ; D’où 𝑦1 = 2a
= 2 ∗ 16.5
≈ 5.67 cm

 Moment d’inertie homogène et réduit de la section :


b.y1 3
𝐼𝐻𝑅 = + n. Ast ∗ (d − y1 )2
3

33∗ 5.673
𝐼𝐻𝑅 = + 15 ∗ 2.17 ∗ (22 − 5.67)2 = 9033.71 cm4
3

 Contrainte de compression limite dans le béton (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 1.196 ∗ 105
𝜎𝑏𝑐 = ∗ y1 = ∗ 5.67 = 7.5 Mpa
𝐼𝐻𝑅 9033.71

𝜎𝑏𝑐 < ̅̅̅̅


𝜎𝑏𝑐 ; Avec ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 15 Mpa, condition vérifiée

 Contrainte de traction limite dans les armatures (ELS) :


𝑀𝑠𝑒𝑟 1.196 ∗ 105
𝜎𝑠𝑡 = ∗ n (d − y1 ) = ∗ 15 ∗ (22 − 5.67) = 324.29 Mpa
𝐼𝐻𝑅 9033.71

𝜎𝑠𝑡 < ̅̅̅̅


𝜎𝑠𝑡 ; Avec ̅̅̅̅
𝜎𝑠𝑡 = 348 Mpa, condition vérifiée

Tableau 20 – Contraintes dans le béton et les armatures de la nervure N24 (19+6)

𝒚𝟏 (cm) 𝑰𝑯𝑹 (cm4) 𝝈𝒃𝒄 (Mpa) ̅̅̅̅̅


𝝈𝒃𝒄 (Mpa) 𝝈𝒔𝒕 (Mpa) ̅̅̅̅
𝝈 𝒔𝒕 (Mpa)

Travée AB 5.44 9874.48 5.79 15 264.38 348

Travée BC 2.74 2618.89 2.49 15 262.54 348

Appui B 5.67 9033.71 7.5 15 324.29 348

 Détermination des armatures transversales :


Avec les armatures droites (𝛼 =900 ) pour des raisons constructives k = 1 (pas de
reprise de bétonnage ; fissuration peu préjudiciable ; 𝛾𝑏 = 1.5 ; 𝛾𝑠 = 1.15 ; 𝐹𝑒 =
235 Mpa)

31
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

- Travée AB : 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = |15.57| KN

 Justification du béton à l’ELU :


Vumax 15.57∗ 10−3
𝜏𝑢𝑚𝑎𝑥 = = = 1.01 Mpa
b0 d 0.07 ∗ 0.22

𝜏𝑢 = min[0.13 𝑓𝑐28 = 3.25𝑀𝑝𝑎 ; 5𝑀𝑝𝑎]= 3.25 Mpa


̅̅̅

𝜏𝑢 < 𝜏𝑢𝑚𝑎𝑥 ; Condition vérifiée


̅̅̅

 Justification des armatures d’âmes à l’ELU (condition de


résistance) :

𝐴𝑡 𝜏𝑢 −0.3 𝑓𝑡28 ∗𝑘
≥ 𝑓
𝑏0 ∗𝑆𝑡0 0.9∗ 𝑒 (𝑐𝑜𝑠∝ + 𝑠𝑖𝑛∝ )
𝛾𝑠

𝑓
0.9∗ 𝑒 (𝑐𝑜𝑠∝ + 𝑠𝑖𝑛∝ )𝐴𝑡 ∅𝑡 2 0.62
𝛾𝑠
𝑆𝑡0 ≤ Or 𝐴𝑡 = 2 ∗ 𝜋 ∗ = 2∗𝜋∗ = 0.56
𝑏0 (𝜏𝑢 −0.3 𝑓𝑡28 ∗𝑘) 4 4
cm2

235
0.9∗ (𝑐𝑜𝑠90 + 𝑠𝑖𝑛90 ) ∗0.56∗ 10−4
𝑆𝑡0 ≤ 1.15
= 38.65 cm ; soit 𝑆𝑡0 = 38 cm
0.07 (1.01−0.3∗ 2.1∗1)

 Condition de non fragilité :


𝐴𝑡 𝑓𝑒 𝜏 1.01
∗ ≥ max [ 2𝑢 ; 0.4𝑀𝑝𝑎] = max [ 𝑀𝑝𝑎 ; 0.4𝑀𝑝𝑎]
𝑏0 ∗𝑆𝑡 𝑏0 ∗𝑠𝑖𝑛∝ 2

𝐴𝑡 ∗ 𝑓𝑒 0.56 ∗ 235
𝑆𝑡 ≤ 𝑏 = 7 ∗ 𝑠𝑖𝑛 = 37.22 cm ; soit 𝑆𝑡 = 37 cm
0 ∗ 𝑠𝑖𝑛∝ ∗ 0.505 90 ∗ 0.505

 Espacement maximal entre les cadres :

𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ min [0.9𝑑 ; 40𝑐𝑚] = min [0.9 ∗ 0.22 ; 40𝑐𝑚] = 19.8 cm

Soit 𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = 20 cm ; d’où 𝑆𝑡0 = min [38𝑐𝑚; 37𝑐𝑚; 20𝑐𝑚] = 20 cm

 Répartition des armatures transversales :

𝑙 6.76
Le nombre par excès de répétition est 𝑛 = 2 = = 3.38 soit 𝑛 = 4
2

Le premier cadre sera placé à 0.5𝑠𝑡0 = 10 cm

D’où la série est : 10 – 4x11 – 5x13 – 6x13 – 6x20 – 6

32
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

- Travée BC : 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = |−12.44| KN

 Justification du béton à l’ELU :


Vumax 12.44 ∗ 10−3
𝜏𝑢𝑚𝑎𝑥 = = = 0.80 Mpa
b0 d 0.07 ∗ 0.22

𝜏𝑢 = min[0.13 𝑓𝑐28 = 3.25𝑀𝑝𝑎 ; 5𝑀𝑝𝑎]= 3.25 Mpa


̅̅̅

𝜏𝑢 < 𝜏𝑢𝑚𝑎𝑥 ; Condition vérifiée


̅̅̅

 Justification des armatures d’âmes à l’ELU (condition de


résistance) :

𝐴𝑡 𝜏𝑢 −0.3 𝑓𝑡28 ∗𝑘
≥ 𝑓
𝑏0 ∗𝑆𝑡0 0.9∗ 𝑒 (𝑐𝑜𝑠∝ + 𝑠𝑖𝑛∝ )
𝛾𝑠

𝑓
0.9∗ 𝑒 (𝑐𝑜𝑠∝ + 𝑠𝑖𝑛∝ )𝐴𝑡 ∅𝑡 2 0.62
𝛾𝑠
𝑆𝑡0 ≤ Or 𝐴𝑡 = 2 ∗ 𝜋 ∗ = 2∗𝜋∗ = 0.56
𝑏0 (𝜏𝑢 −0.3 𝑓𝑡28 ∗𝑘) 4 4
cm2

235
0.9∗ (𝑐𝑜𝑠90 + 𝑠𝑖𝑛90 ) ∗0.56∗ 10−4
𝑆𝑡0 ≤ 1.15
= 86.4 cm ; soit 𝑆𝑡0 = 86 cm
0.07 (0.80 −0.3∗ 2.1∗1)

 Condition de non fragilité :


𝐴𝑡 𝑓𝑒 𝜏 0.80
∗ ≥ max [ 2𝑢 ; 0.4𝑀𝑝𝑎] = max [ 𝑀𝑝𝑎 ; 0.4𝑀𝑝𝑎]
𝑏0 ∗𝑆𝑡 𝑏0 ∗𝑠𝑖𝑛∝ 2

𝐴𝑡 ∗ 𝑓𝑒 0.56 ∗ 235
𝑆𝑡 ≤ 𝑏 = 7 ∗ 𝑠𝑖𝑛 ⟹ 𝑆𝑡 = 47 cm
0 ∗ 𝑠𝑖𝑛∝ ∗ 0.4 90 ∗ 0.4

 Espacement maximal entre les cadres :

𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 ≤ min [0.9𝑑 ; 40𝑐𝑚] = min [0.9 ∗ 0.22 ; 40𝑐𝑚] = 19.8 cm

Soit 𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = 20 cm ; d’où 𝑆𝑡0 = min [86𝑐𝑚; 47𝑐𝑚; 20𝑐𝑚] = 20 cm

 Répartition des armatures transversales :

𝑙 1.90
Le nombre par excès de répétition est 𝑛 = 2 = = 0.95 soit 𝑛 = 1
2

Le premier cadre sera placé à 0.5𝑠𝑡0 = 10 cm

D’où la série est : 10 – 11 – 2x13 – 3x16

33
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Tableau 21 – Les armatures transversales

𝑽𝒖𝒎𝒂𝒙 (KN) 𝝉𝒖 (Mpa) ̅̅̅


𝝉𝒖 (Mpa) 𝑨𝒕 (cm2) 𝑺𝒕𝟎 (cm) 𝒏

Travée 15.57 1.01 3.25 0.56 20 4


AB
10 – 4x11 – 5x13 – 6x16 – 6x20 /6/ 6x20 – 6x16 – 5x13 – 4x11 – 10

Travée -12.44 0.80 3.25 0.56 20 1


BC
10 – 11 – 2x13 – 3x16 / 3x16 – 2x13 – 11 – 10

Figure 13 – Coupe longitudinale de la nervure

Figure 14 – Coupe transversale de la nervure

34
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.6 Etude d’un poteau (P10)


II.6.1 Introduction
Un poteau est un élément généralement vertical, rarement incliné, dont une
dimension, la longueur, est grande par rapport aux deux autres. Il est destiné
principalement à transmettre aux fondations les charges gravitaires de la structure. Les
formes des poteaux sont liées aux possibilités de fabrication des coffrages ; nous
distinguons avant tout sept types de poteaux qui sont :

 Poteau avec poutre traversant


 Poteau circulaire
 Poteau en H
 Poteau en L
 Poteau de portique (béquille)
 Poteau encastré

Les poteaux sont soumis aux charges verticales centrées, ils seront donc
dimensionnés à la compression simple à l’ELU. Dans notre projet, après avoir effectué les
calculs de descente de charges sur le logiciel Arche, nous étudions le poteau 10 parce qu’il
est le plus sollicité.

Figure 15 – Positionnement du poteau 10

35
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.6.2 Descente de charges


Tableau 22 – Descente des charges du bâtiment

Etage Charge permanente (G) Charge d’exploitation (Q)

4ème  Poids des poutres : La terrasse est inaccessible, donc


q= 1 KN
A38.1 = 25 x (0.22 x 0.60 x 1.04) = 3.43 KN
Q4 = 13.94 x 1 = 13.94 KN
A38.2 = 25 x (0.22 x 0.60 x 2.32) = 7.65 KN

 Poids des raidisseurs :

R6 = 25 x (0.22 x 0.52x 2.05) = 5.86 KN

R7 = 25 x (0.22 x 0.43 x 2.39) = 5.65 KN

 Poids du plancher (terrasse):


Srep = (2.05+2.39) x (0.82+2.32) =13.94 KN

Gplancher = 13.94 x 6.31 = 87.96 KN

G4 = 110.55 KN

3ème  Poids des poutres : Plancher bureau 2.5 KN


A38.1 + A38.2 = 11.08 KN Q3 = 13.94 x 2.5 = 34.85 KN

 Poids des raidisseurs : Q3total = Q3+Q4 = 48.79 KN

R6 + R7 = 11.51 KN

 Poids du plancher (intermédiaire):


Gplancher = 13.94 x 5.98 = 83.36 KN

 Poids poteau :

25 x (0.25 x 0.40 x 3) = 7.50 KN

 Poids cloison 35 cm :
4.44 x 3 x 3.15 = 41.95 KN

G3 = 155.4 KN

G3total = G3+G4 = 265.95 KN

36
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

2ème  Poids des poutres : Plancher bureau 2.5 KN


A38.1 + A38.2 = 11.08 KN Q2 = 13.94 x 2.5 = 34.85 KN

 Poids des raidisseurs : Q2total = Q2 + Q3total = 83.64 KN

R6 + R7 = 11.51 KN

 Poids du plancher (intermédiaire):


Gplancher = 13.94 x 5.98 = 83.36 KN

 Poids poteau :

25 x (0.40 x 0.40 x 3) = 12 KN

 Poids cloison 35 cm :
4.44 x 3 x 3.15 = 41.95 KN

G2 = 159.9 KN

G2total = G2+ G3total = 425.85 KN

1er  Poids des poutres : Plancher bureau 2.5 KN


A38.1 + A38.2 = 11.08 KN Q1 = 13.94 x 2.5 = 34.85 KN

 Poids des raidisseurs : Q1total = Q1+ Q2total = 118.49 KN

R6 + R7 = 11.51 KN

 Poids du plancher (intermédiaire):


Gplancher = 13.94 x 5.98 = 83.36 KN

 Poids poteau :

25 x (0.45 x 0.50 x 3) = 16.87 KN

 Poids cloison 35 cm :
4.44 x 3 x 3.15 = 41.95 KN

G1 = 164.77 KN

G1total = G1+ G2total = 590.62 KN

37
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

RDC  Poids des poutres : Plancher bureau 2.5 KN


A38.1 + A38.2 = 11.08 KN QRDC = 13.94 x 2.5 = 34.85 KN

 Poids des raidisseurs : QRDC total = QRDC + Q1total = 153.34


KN
R6 + R7 = 11.51 KN

 Poids du plancher (intermédiaire):


Gplancher = 13.94 x 5.98 = 83.36 KN

 Poids poteau :

25 x (0.55 x 0.55 x 4.5) = 34.03 KN

 Poids cloison 35 cm :
4.44 x 3 x 3.15 = 41.95 KN

GRDC = 181.93 KN

GRDC total = GRDC+ G1total = 772.55 KN

II.6.3 Calculs des efforts normaux


Nu = 1.35G + 1.5Q

Tableau 23 – Valeurs des efforts normaux

Etage Gtotal (KN) Qtotal (KN) Nu (KN)

4ème 110.55 13.94 170.15

3ème 265.95 48.79 432.21

2ème 425.85 83.64 700.35

1er 590.62 118.49 975.07

RDC 772.55 153.34 1272.95

38
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.6.4 Détermination des armatures longitudinales


4ème étage P10 (22x22) cm2 ; Fbu = 14.17 Mpa ; Fed = 348 Mpa ; fe = 400 Mpa ; l0 = 3 m

 Condition de résistance du béton :


𝐵𝑟 ∗ 𝑓𝑏𝑢 ≥ 𝑁𝑢 ⟹ (22 − 2). (22 − 2) ∗ 14.17 ≥ 0.170

Soit 0.566 MN > 0.170 MN, la condition est vérifiée.

 Elancement : Lf = 0.7 l0 = 3 m
𝑙𝑓 3
𝜆= 2
= 2
= 47.23
√𝑎 √0.22
12 12
𝜆 2
𝜆 = 47.23 ≤ 50 ⟹ 𝛽 = 1 + 0.2 (35) = 1.36 et 𝛼 = 0.62

 Section réduite du béton : 𝐵𝑟 = (𝑎 − 2) ∗ (𝑏 − 2)= 0.04 m2

 Armatures longitudinales :
1 𝐵𝑟 𝑓𝑏𝑢 1 0.04∗14.17
𝐴′𝑠 = 0.85 𝑓 ∗ (1.1 𝛽. 𝑁𝑢 − )= 0.85∗348 (1.1 ∗ 1.36 ∗ 0.170 − )
𝑒𝑑 0.9 0.9

𝐴′𝑠 < 0 ⟹ La section du béton est suffisante pour supporter la charge appliquée

D’où 𝐴′𝑠 =𝐴′𝑠 𝑚𝑖𝑛


2
𝐴′𝑠 𝑚𝑖𝑛 = max[4𝑐m 2 / 𝑚 𝑑𝑒 𝑝é𝑟𝑖𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑈; 1000 𝐵 ] ⟹ 𝐴′𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 3.52 cm2

5
𝐴′𝑠 𝑚𝑎𝑥 = 100 ∗ 𝐵 ⟹ 𝐴′𝑠 𝑚𝑎𝑥 = 24.2 cm2

𝐴′𝑠 = 𝐴′𝑠 𝑚𝑖𝑛 = 3.52 cm2 Soit 4HA12 = 4.524 cm2 < 𝐴′𝑠 𝑚𝑎𝑥 la condition est vérifiée

II.6.5 Détermination des armatures transversales


𝜙𝑙
 Diamètre des armatures : 𝜙𝑡 ≥ ⟹ 𝜙𝑡 ≥ 4𝑚𝑚 ; soit 𝜙𝑡 = 6 mm
3
 Espacement entre les armatures transversales

- En zone courante : 𝑆𝑡 = min [𝑎 + 10𝑐𝑚; 18𝑐𝑚]

𝑆𝑡 = min [32𝑐𝑚; 40𝑐𝑚] ⟹ soit 𝑆𝑡 = 18 cm

- En zone de recouvrement : 𝑙𝑠 = 35.27𝜙 et 𝑙𝑟 ≥ 0.6 𝑙𝑠 ⟹ soit 𝑙𝑟 = 30 cm

𝑙𝑟
L’espacement vaut donc 𝑆𝑡 ≤ ⟹ 𝑆𝑡 = 10 cm
3

39
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

La méthodologie et la logique de calcul sera la même pour déterminer les armatures


longitudinales et transversales pour le 3ème étage, 2ème étage, 1er étage et le RDC comme
nous venons de le démontrer précédemment pour le 4ème étage.

Tableau 24 – Valeurs de sections et des armatures

Section du Section d’acier Espacement Diamètre et Nbres


béton des barres
Etage

Cm2 Théorique Réel St (cm) nHA𝛟

4ème (22x22) 3.52 4.524 18 4HA12

3ème (25x40) 5.20 6.786 18 6HA12

2ème (40x40) 6.40 6.786 18 6HA12

1er (45x50) 7.60 9.043 18 8HA12

RDC (55x55) 8.80 9.043 18 8HA12

Figure 16 – Schémas ferraillage poteau type

40
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.7 Etude d’une poutre (A38)


II.7.1 Introduction
Une poutre représente l’élément principal de la structure du bâtiment, elle est plus
sollicitée en flexion. Pour le calcul de sollicitations, le règlement BAEL 91 nous donne
trois méthodes possibles entre autre la méthode forfaitaire, la méthode de Caquot et la
méthode de Caquot minorée.

Figure 17 – Positionnement de la poutre A38 dans le plancher haut RDC

Figure 18 – Schéma mécanique de la poutre A38

 Pré-dimensionnement de la poutre :

𝐿𝐴𝐵 𝐿𝐴𝐵
<h<
16 12

6 6
< h < 12
16

0.375 < h < 0.5 ⇒ soit h = 40 cm

41
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 19 – Section transversale de la poutre A38

II.7.2 Evaluation des charges


Tableau 25 – Valeurs des charges sur la poutre

Travée Longueur Longueur de Charges permanentes Charges


(m) reprise (m) (KN/ml) d’exploitation
(KN/ml)

AB 6 4.70 G1 = 32.10 Q1 = 11.75

BC 6 5 G2 = 38 Q2 = 12.50

CD 6 5 G3 = 38 Q3 = 12.50

DE 6 5 G4 = 38 Q4 = 12.50

42
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

II.7.3 Choix de la méthode de calcul


Tableau 26 – Méthodes de calcul et conditions d’utilisation

Condition à satisfaire Conditions Méthodes utilisables


satisfaites
Caquot Caquot minoré Forfaitaire
1. Q ≤ 2*G
2. Q ≤ 5 KN/m2 Toutes Oui Oui Oui
3. F ≤ Max [2 KN; 0.25 Qt]
avec Qt = Q totale
applicable sur l’élément.

4. Inertie constante le long Toutes sauf Oui Oui Non


une des trois
de chaque travée dernières
5. Rapport des portées
successives compris entre
0.8 et 1.25 Autres cas Oui Non Non

6. Fissuration non-
préjudiciable

La condition 5 n’est pas satisfaite, il sera impossible de travailler avec la méthode


forfaitaire. Nous utiliserons la méthode Caquot qui est le plus appropriée.

II.7.4 Combinaison d’actions


 À L’ELU :

Pu1 = 1.35 G1 +1.5 Q1 = 60.96 KN/ml

Pu2 = 1.35 G2 +1.5 Q2 = 70.05 KN/ml

Pu3 = 1.35 G3 +1.5 Q3 = 70.05 KN/ml

Pu4 = 1.35 G4 +1.5 Q4 = 70.05 KN/ml

 À L’ELS :

Pser1 = G1 + Q1 = 43.85 KN/ml

Pser2 = G2 + Q2 = 50.50 KN/ml

43
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Pser3 = G3 + Q3 = 50.50 KN/ml

Pser4 = G4 + Q4 = 50.50 KN/ml

Figure 20 – Combinaison d’actions de la poutre

II.7.5 Calcul des moments fléchissants


À L’ELU :
 Calcul des moments sur appui A, B, C, D et E
𝑃𝑤 . 𝐿′3 𝑤 + 𝑃𝑒 . 𝐿′3
Formule Caquot : M = − 8.5 (𝐿′ 𝑤 +𝐿′ 𝑒 )

1.352
MA = −60.96 ∗ ( ) = − 55.54 KN.m
2

60.96 ∗ 4.83 + 70.05 ∗ 4.83


MB = − = − 177.55 KN.m
8.5 (4.8 +4.8 )

70.05 ∗ 4.83 + 70.05 ∗ 63


MC = − = − 189.87 KN.m
8.5 (4.8 +4.8 )

70.05 ∗ 4.83 + 70.05 ∗ 63


MD = − = −249.21 KN.m
8.5 (4.8 +6 )

 Calcul des moments fléchissants maximaux en travée

𝑃𝑋02
Les travées comportent que de charges reparties : 𝑀𝑡 = 𝑀𝑤 − 𝑉𝑤. 𝑋𝑜 − et :
2
𝑉𝑤
𝑋𝑜 = − 𝑃

𝑉𝐴
- Travée AB : 𝑋0 = = 2.66 m
𝑞

𝑞𝑋0 2
𝑀𝑡 = 𝑀A – 𝑉A.𝑋0 − 2
= 162.12 KN.m

44
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

𝑉𝐵
- Travée BC : 𝑋0 = = 2.98 m
𝑞

𝑞𝑋0 2
𝑀𝑡 = 𝑀B – 𝑉B.𝑋0 − = 131.52 KN.m
2

𝑉𝐶
- Travée CD : 𝑋0 = = 2.85 m
𝑞

𝑞𝑋0 2
𝑀𝑡 = 𝑀C – 𝑉C.𝑋0 − = 96.38 KN.m
2

𝑉𝐷
- Travée DE : 𝑋0 = = 3.59 m
𝑞

𝑞𝑋0 2
𝑀𝑡 = 𝑀D – 𝑉D.𝑋0 − = 202.91 KN.m
2

Tableau 27 – Récapitulatif des différents moments de la poutre

Moments fléchissants A B C D E
(KN.m)

A L’ELU Sur appuis -55.54 -177.55 -189.87 -249.21 0

En travée 162.12 131.52 96.38 202.91

A L’ELS Sur appuis -39.95 -127.87 -136.88 -179.66 0

En travée 115.85 182.28 164.40 285.99

II.7.6 Calcul des efforts tranchants d’appui


Mw − Me qL
Les moments de flexion sur appuis étant connus, 𝑉𝑤 = − et 𝑉𝑒 =
L 2

Vw + ql

Tableau 28 – Efforts tranchants à l’ELU

Valeurs efforts tranchants en KN

Travée AB VA -162.54

VB 203.21

45
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Travée BC VB -208.89

VC 212.20

Travée CD VC -200.26

VD 220.04

Travée DE VD -251.68

VE 168.61

Figure 21 – Diagramme des efforts tranchants

46
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 22 – Diagramme des moments fléchissants

II.7.7 Calcul des armatures


 Armatures longitudinales

- Travée AB : MAB = 162.12 KN.m ; h = 0.40 m et d = 0.36 m


0.85 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = = 14.17 MPa
𝜃.𝛾𝑏
𝑀𝑢
μ𝑏𝑢 = = 0.4 Mpa
𝑏 ∗ 𝑑2 ∗ 𝑓𝑏𝑢

∝= 1.25(1 − √1 − 2μ𝑏𝑢 ) = 0.006


Zb = d (1-0.4∝) = 0.35 m
𝑀𝑢
Ast = 𝑍𝑏∗𝑓𝑒𝑑 = 13.31 cm2 soit 3HA25 14.726 cm2
𝑓𝑡28
Asmin = 0.23 x b x d x = 0.96 cm2
𝑓𝑒

Asmin ≤ Ast la condition de non fragilité est donc vérifiée

La méthodologie et la logique de calcul sera la même pour déterminer les armatures


longitudinales et transversales sur les différentes travées.

47
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Tableau 29 – Armatures longitudinales de la poutre

Ast (cm2) Choix d’armature Ast réelle (cm2)

Travée AB 13.31 3HA25 14.726

Travée BC 13.31 3HA25 14.726

Travée CD 8.93 3HA20 9.425

Travée DE 16.19 6HA20 18.850

 Armatures transversales

Tableau 30 – Récapitulatif des calculs d’armatures

Formules Travée Travée Travée Travée


AB BC CD DE

𝑷𝒖∗𝒍 182.8 KN 210.1 KN 210.1 KN 210.1 KN


Vu = 𝟐

𝟓 162.5 KN 186.8 KN 186.8 KN 186.8 KN


Vuo = 𝑽𝒖 − 𝟔 ∗ 𝑷𝒖. 𝒉

𝑽
𝒖𝒐 2.05 MPa 2.35 MPa 2.35 MPa 2.35 MPa
𝝉uo = 𝒃∗𝒅

𝟎.𝟐∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖 3.33 MPa 3.33 MPa 3.33 MPa 3.33 MPa
𝝉̅ =𝒎𝒊𝒏 { 𝜸𝒃
𝟓 𝑴𝒑𝒂

∅𝒍 6 mm 6 mm 6 mm 6 mm
𝒉
∅𝒕 < 𝒎𝒊𝒏 { 𝟑𝟓
𝒃𝒐
𝟏𝟎

At = 4 x ∅𝒕 𝟔𝒎𝒎 1.13 cm2 1.13 cm2 1.13 cm2 1.13 cm2

48
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

𝑨𝒕 ∗ 𝒇𝒆𝒅 0.40 MPa 0.40 MPa 0.40 MPa 0.40 MPa


𝒃 ∗ 𝒔𝒕 ∗ 𝐬𝐢𝐧 ∝
𝝉𝒖
≥ 𝐦𝐚𝐱 [ ; 𝟎. 𝟒 𝑴𝒑𝒂]
𝟐

𝑨𝒕 𝝉𝒖 ∗ 𝒃 ∗ 𝒔𝒊𝒏𝜶 0.037 cm 0.037 cm 0.037 cm 0.037 cm



𝒔𝒕 𝟐𝒇𝒆𝒅

𝑨𝒕 0.166 cm 0.201 cm 0.201 cm 0.201 cm


𝒔𝒕
𝝉𝒖 − 𝟎. 𝟑 ∗ 𝒇𝒕𝒋 ∗ 𝒌
≥𝒃
𝟎. 𝟖 ∗ 𝒇𝒆𝒅 ∗ (𝒄𝒐𝒔 ∝ −𝒔𝒊𝒏 ∝)

Sto 25 cm 25 cm 25 cm 25 cm

Stmax≤ 𝐦𝐢𝐧[𝟎. 𝟗𝒅 ; 𝟒𝟎𝒄𝒎] 32.4 cm 32.4 cm 32.4 cm 32.4 cm

Stmax ≥ Sto vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée

 Répartition des cadres :

𝑙𝐴𝐵
- Travée AB : Nombre de répétions : 𝑛 = =3
2
𝑆𝑡𝑜
Calcul de l’espacement : = 12.5 soit 13
2

La série de Caquot : 13 – 3 – 4x16 – 5x20 – 6x25 – 7x35 – 25 pour les


travées AB, BC, CB et DE
Pour la console de 1.35 m, la série est : 13 – 16 – 5x20 – 6

49
CHAPITRE II CONCEPTION DU BATIMENT

Figure 23 – Coupe longitudinale de la poutre

Figure 24 – Coupe transversale de la poutre

50
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

Chapitre III. Dimensionnement de l’escalier

________________________________________________________

III.1 Introduction
L’escalier est un ouvrage architectural constitué d’une suite régulière de plans
horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, d'accéder à un étage et
de passer d'un niveau à un autre en montant et descendant.

Figure 25 – Coupe d’une volée d’escalier

 Quelques définitions des termes :

- Volée : ensemble des marches d’un escalier, compris entre deux paliers
consécutifs ;
- Palier : partie horizontale d’accès ou d’arrivée d’une volée ;
- Paillasse : partie inclinée servant de support aux marches sur toute leur
largeur ;
- Marche : surface plane de l’escalier sur laquelle on pose le pied pour monter
ou descendre ;
- Giron : distance horizontale qui sépare deux nez de marche ou deux
contremarches ;

51
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

- Nez de marche : bord avant de la marche, en saillie par rapport à la


contremarche inférieure ;
- Cage d’escalier : espace limité par des murs ou voiles à l’intérieur duquel
est placé l’escalier ;
- Contremarche (Hauteur de marche) : désigne la face verticale située entre
deux marches consécutives obturant l’espace entre ces deux marches ;
- Limon : poutre inclinée servant de support aux extrémités des marches ;
- Crémaillère : poutre inclinées servant de support au milieu des marches ;
- Console : principalement représentées par les balcons et les auvents de
faible portée.

Suivant le type d’escalier, le calcul est effectué en flexion ou en torsion

Tableau 31 – Calcul des escaliers

Comme Type de sollicitation Les marches sont


calculées comme

Paillasse une dalle à la flexion simplement posées

Limon une poutre à la flexion une dalle appuyée


sur les deux limons

Crémaillère une poutre à la flexion et à la une dalle en porte-à-


torsion faux des deux côtés
de la crémaillère

Console dalle ou poutre à la flexion une dalle en porte-à-


faux

En ce qui concerne notre projet, les escaliers sont de type paillasse ; ils seront
calculés comme des dalles sollicitées à la flexion et les marches seront calculées comme
simplement posées. Etant donné que notre escalier est composé de quatre volées
identiques, nous allons juste dimensionner une volée de l’escalier de transition du premier
au deuxième étage.

52
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

Figure 26 – Vue en plan de l’escalier

III.2 Caractéristiques géométriques de l’escalier


 Détermination de nombre des marches
H = Hsp + e

Avec H : hauteur du sol fini ; Hsp : hauteur sous plafond = 3 m et e : épaisseur de


la dalle = 0.25 m.

D’où H = 3 + 0.25 = 3.25 m

h : hauteur de la marche, doit être comprise 13 cm ≤ h ≤ 17 cm ; Soit h = 17 cm


H 325
Nombre des marches : n = = = 19.117 ≈ 20, donc on aura pour une seule volée
h 17
10 marches

Nombre des contremarches : nc = n +1 = 20 + 1 = 21

53
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

 Calcul de giron

La formule de Blondel : 60 cm ≤ g + 2h ≤ 64 cm

60 cm ≤ g + (2 ∗ 17) ≤ 64 cm

60 cm ≤ g + 34 ≤ 64 cm

26 cm ≤ g ≤ 30 cm ⇒ Soit g = 30 cm

Vérification de la formule de Blondel : 60 cm ≤ g + 2h ≤ 64 cm ⇒ 30 + (2 ∗ 0.17) =


64 cm, la formule est donc vérifiée.

 Angle d’inclinaison de l’escalier


𝐡 𝟏𝟕
𝛼 = arc tg (𝐠 ) ⟹ 𝛼 = arc tg (𝟑𝟎 ) = 29.54°

 Calcul de l’épaisseur de la paillasse


𝐋 𝐋 𝟒𝟎𝟎 𝟒𝟎𝟎
≤ ép. ≤ 𝟐𝟓 ⇒ ≤ ép. ≤ ⇒ 13.33 cm ≤ ép. ≤ 16 cm, soit ép. = 16 cm
𝟑𝟎 𝟑𝟎 𝟐𝟓

 Calcul de l’épaisseur de la volée

h 17
e= + ép. = + 16 = 24.50 cm
2 2

III.3 Evaluation des charges


III.3.1 Charges permanentes

Figure 27 – Schéma mécanique de charges permanentes sur l’escalier

 Les charges sur la paillasse : γb = 25 kN/m3

Les charges à considérer sont :

ep h 0.16 0.17
- Poids propre : γb * (cos∝ + 2) = 25 * (cos 29.54 + ) = 6.72 kN/m
2

54
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

- Revêtement horizontal :

 Marche (marbre de 3 cm) : 0.03 * 28 = 0.84 KN/m

 Mortier (2 cm) : 0.02 * 20 = 0.40 KN/m

- Revêtement vertical :

0.17
 Contremarche : 0.02 * 28 * 0.30 = 0.32 KN/m
0.17
 Mortier : 0.015 * 22 * 0.30 = 0.17 KN/m

0.015
- Enduit : cos 29.54 * 22 = 0.38 KN/m

Gpaillasse = 6.72 + 0.84 + 0.40 + 0.32 + 0.17 + 0.38 = 8.83 KN/m

 Les charges sur le palier :

- Poids propre : 25 * 0.16 = 4 KN/m

- Revêtement :

 Marche (marbre de 3 cm) : 0.03 * 28 = 0.84 KN/m

 Mortier (2 cm) : 0.02 * 20 = 0.40 KN/m

- Enduit (2 cm) : 0.02 * 22 = 0.44 KN/m

Gpalier = 4 + 0.84 + 0.40 + 0.44 = 5.68 KN/m

III.3.2 Charges d’exploitations

Figure 28 – Schéma mécanique de charges d’exploitation sur l’escalier

La charge d’exploitation pour un escalier de bâtiment à usage bureau est de 2.5 kN/m2

55
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

III.4 Calcul des sollicitations


Soit G1 = Gpaillasse et G2 = Gpalier
 Moment dû à la charge permanente :
L2 a2
MG = [(G1 ∗ ) − (G1 − G2 ) ∗ ] avec a = L − (n − 1) ∗ g = 4 − (10 − 1) ∗
8 2
0.3 = 1.3
42 1.32
MG = [(8.83 ∗ ) − (8.83 − 5.68) ∗ ] ≈ 15 KN/m
8 2

 Moment dû à la charge d’exploitation :

L2 42
MQ = q ∗ = 2.5 ∗ = 5 KN/m
8 8

 Moments max à l’ELU et à l’ELS :

MU max = 1.35 MG max + 1.5 MQ max = (1.35 ∗ 15) + (1.5 ∗ 5) = 34.5 KN/m

MSer max = MG max + MQ max = (15 + 5) = 20 KN/m

III.5 Calcul de ferraillage


Avec : 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 ; 𝐹𝑒 = 400 𝑀𝑃𝑎 ; 𝑑 = 0.9 h = 15.3 cm ; 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.391 et b =
1m

𝑴𝒖 𝟑𝟒.𝟓∗𝟏𝟎 −𝟑
µbu = 𝒃∗ 𝒅𝟐 ∗𝒇𝒃𝒖 = = 0.104 < 𝜇𝑙𝑖𝑚 = 0.391
𝟏 ∗ 𝟎.𝟏𝟓𝟑𝟐 ∗𝟏𝟒.𝟏𝟕

𝛼 = 1.25 (1 − √1 − 2μ𝑏𝑢 ) = 1.25 (1 − √1 − 2 ∗ 0.104 ) = 0.137

𝑴𝒖 𝟑𝟒.𝟓∗𝟏𝟎 −𝟑
As = = 𝟑𝟒𝟖 ∗ 𝟎.𝟏𝟓𝟑 ∗(𝟏−𝟎.𝟒 ∗𝟎.𝟏𝟑𝟕 ) = 6.85 cm2 → 6HA14 (9.236 cm2)
𝐟𝐞𝐝 ∗𝐝∗(𝟏−𝟎.𝟒𝛂)

ft28 2.1
Asmin = 0.23 ∗ b ∗ d ∗ = 0.23 ∗ 1 ∗ 0.153 ∗ = 1.85 cm2
fe 400

𝐴𝑠𝑚𝑖𝑛 ≤ 𝐴𝑠 la condition est vérifiée

56
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

III.6 Vérification des contraintes


 Position de l’axe neutre :

by1 2
− nAst − (d − y1 )2 = 0
2

100 y1 2
+15 ∗ 6.85y1 − 15 ∗ 6.85 ∗ 15.3 = 0
2

50y1 2 + 102.75y1 − 1572.075 = 0

∆ = b2 − 4 ac = 102.752 − 4 ∗ 50 ∗ (−1572.075)

−b+√∆ −102.75 + 570.06


√∆= 570.06 ; D’où y1 = 2a
=
2 ∗ 50
= 4.67 cm

 Moment d’inertie homogène et réduit :

by1 3
IHR = − nAst − (d − y1 )2
3

100∗ 4.673
IHR = + 15 ∗ 6.85 ∗ (15.3 − 4.67)2 = 15005.35 cm4
3

 Contrainte de compression limite dans le béton (ELS) :

Mser 2∗105
σbc = ∗ y1 = 15005.35 ∗ 4.67 = 6.22 Mpa
IHR

σbc < ̅̅̅̅


σbc ; Avec ̅̅̅̅
σbc = 15 Mpa

 Contrainte de compression limite dans les armatures (ELS) :

Mser 2∗105
σst = ∗ n (d − y1 ) = 15005.35 ∗ 15 ∗ (15.3 − 4.67) = 212.52 Mpa
IHR

σst < ̅̅̅̅


σst ; Avec ̅̅̅̅
σst = 348 Mpa

III.7 Déterminations des aciers de répartition et de chapeau


As 6.85
Arep = = = 1.71 cm2 ⇒ Soit 4HA10 (3.142 cm2)
4 4

Achap = 0.15 ∗ 𝐴𝑠 = 0.15 ∗ 6.85 = 1.03 cm2 ⇒ Soit 6HA10 (4.712 cm2)

57
CHAPITRE III DIMENSIONNEMENT DE L’ESCALIER

Figure 29 – Schéma de ferraillage de l’escalier

58
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

Chapitre IV. Modélisation du bâtiment

________________________________________________________

IV.1 Introduction
La modélisation est la représentation virtuelle du bâtiment en trois dimensions sur
le logiciel de modélisation 3D approprié dans l’intérêt de simuler des idées de conception
afin de mieux appréhender un projet de construction à partir d’une échelle réduite. Dans le
cadre de notre projet, nous avons utilisé le logiciel Graitec OMD dans son module Arche
ossature.

IV.2 Présentation du logiciel


Depuis sa sortie commerciale en 1993, Arche s’est imposé comme le logiciel de
référence pour la conception et le dessin des bâtiments en béton armé. Dédié au calcul des
bâtiments en béton armé, Arche permet de pré-dimensionner les structures et de mener
simultanément des calculs de descente de charges, contreventements et analyses sismiques.
Pour chaque élément de structure, Arche automatise également la production des plans de
ferraillage et des notes de calcul.

Le module Arche Ossature qui, intégrant une conception assistée par ordinateur
(CAO) pour la saisie, nous permettra de modéliser le bâtiment, le pré-dimensionner, d'en
effectuer la descente de charges puis de générer des notes de calcul.

En phase d’exploitation des résultats, le calcul précis du ferraillage des éléments se


fait par appel aux modules de ferraillage correspondants. Les modules poutre, poteau,
voile, dalle, semelle servent à dimensionner, à réaliser les plans de ferraillage et à générer
les notes de calcul des différents éléments conformément au règlement B.A.E.L.91.

59
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

IV.3 Modélisation du bâtiment sur le logiciel


La conception de la structure se manifeste par l’élaboration des plans des coffrages
en se référant aux plans architecturaux fournis par le bureau d’étude. La spécification des
emplacements et des dimensions des éléments porteurs permet de modéliser la structure à
l’aide du logiciel Graitec OMD dans son module Arche Ossature. Considérant la
complexité géométrique des quelques éléments, cette démarche offre un modèle simplifié
de la structure.

L’entrée des données de la structure se fait étage par étage. Tout d’abord, on définit
chaque type d’éléments (poteau, poutre, dalle, semelle, voile, etc.) par un calque à partir du
plan de coffrage. Finalement, on lance le module Arche Ossature et on importe ces
calques sous format dxf ainsi obtient-on le modèle. Une fois le modèle est introduit dans le
logiciel et après vérification de sa cohérence, le calcul pourra être lancé.

IV.3.1 Calcul de la descente de charges


Dans cette étape, on doit définir les chargements, les caractéristiques des matériaux
utilisés et les familles des éléments. En outre, on doit simuler la présence des escaliers pour
rajouter des charges réparties sur les poutres qui les supportent.

Le calcul de descente de charges se fait par le report de charges des éléments les
uns sur les autres, étage par étage, jusqu’aux fondations, en passant par les poteaux, les
poutres et les voiles.

IV.3.2 Principe de vérification des calculs


Une fois la descente de charges est établie, on pourra lancer les calculs des
éléments de la structure. Dans cette partie, nous présenterons les principaux modules de
ferraillages intégrés dans le logiciel Arche et utilisés dans notre projet.

IV.3.3 Module poutre


C’est un module de calcul et de vérification des poutres isostatiques et continues
soumises à un ensemble des chargements. Il permet d’élaborer les plans de ferraillage
détaillés des poutres. Dans ce module nous pouvons saisir les différentes formes de
poutres ; le module poutre donne la possibilité à l’utilisateur de choisir le nombre des
barres, les armatures et la forme des armatures transversales.

60
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

Figure 30 – Hypothèse module poutre

IV.3.4 Module poteau


Le module permet de calculer les poteaux sous l’effet des charges verticales ou des
moments. Le calcul est basé sur trois méthodes de calcul bien précises à savoir la méthode
simplifiée, la méthode forfaitaire et la méthode itérative.

Dans notre projet, nous avons utilisé la méthode simplifiée pour calculer les
poteaux. Elle permet un calcul en compression centrée selon la méthode forfaitaire qui
figure au B.A.E.L.91. Dans cette méthode, on considère que le centre de gravité des aciers
et celui du béton sont confondus ce qui explique que le module fournit toujours un
ferraillage symétrique.

61
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

Figure 31 – Hypothèse module poteau

IV.3.5 Module semelle


Le module traite des fondations superficielles en béton armé constituées par des
semelles isolées ou par des semelles filantes. En plus du torseur transmis par l'élément
porté et de charges sur le sol fini qui sont saisis par l'utilisateur, le programme calcul les
actions due :

 Au poids propre de l'élément porté ;

 Au poids propre de la semelle ;

 Au poids propre des terres sur la semelle ;

 À la présence d'une nappe phréatique.

IV.3.6 Module voile


Le module permet d’insérer les chargements et de visualiser les dimensions des
voiles. Les voiles peuvent être générer automatiquement et leur semelle sont souvent

62
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

représentée comme des semelles filantes ; ils supportent également les charges reparties du
bâtiment.

Figure 32 – Hypothèse module poteau

Les différentes étapes de modélisation sont :

 Importation des axes des plans du logiciel Autocad sur le module Arche ossature ;

 Modélisation de l'ossature élément par élément tout en fixant les charges et

surcharges, surfaciques et linéaires pour les différents éléments de la structure ;

 Vérification des erreurs ;

 Lancement du calcul de descente de charge de poteaux, poutres, semelles ;

 Exportation vers les différents modules de ferraillages ;

 Exportation des résultats.

63
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

Figure 33 – Vue de face du bâtiment en 3D sur Arche ossature

64
CHAPITRE IV MODELISATION DU BATIMENT

Figure 34 – Vue arrière du bâtiment en 3D sur Arche ossature

65
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

Chapitre V. Suivi du bâtiment

________________________________________________________

V.1 Introduction
Un projet de construction de bâtiment exige scrupuleusement une organisation, un
suivi et un contrôle afin de respecter toutes les prévisions établis lors de la planification du
chantier (gestion des délais, contrôle e la qualité des travaux, gestion financière, etc.).

 Suivre un chantier c’est :

- Contrôler techniquement ;

- Gérer le personnel ;

- Suivre les consommations (main d’œuvre, matériaux, matériel) ;

- Contrôler l’avancement des travaux ;

- Gérer les relations avec les fournisseurs du chantier ;

- Facturer ;

- Analyser les résultats.

 Les objectifs poursuivis lors du suivi du chantier sont :

- Pointer l’avancement des travaux au fur et à mesure et mettre à jour le

planning d’exécution puis prévoir les approvisionnements des matériaux et

matériels.

- Comparer les réalisations aux prévisions, tant pour la main d’œuvre, les

matériaux, le matériel que pour les recettes et les dépenses afin de dégager

un résultat positif.

66
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

V.2 Organisation du chantier


Un chantier est défini par une installation permanente dans un lieu généralement
ouvert, il dure le temps de la construction de l’ouvrage. Le plan d’installation de chantier
doit comprendre :

 Clôture de terrain avec signalisation ;

 Des voies d’accès et de circulation ;

 Signalisation intérieure ;

 Installation des locaux (bureaux, sanitaires, réfectoire, etc.) ;

 Installation de la cité ouvrière (dortoir, foyer, etc.)

 Installation des espaces de stockage (magasin central, aires de stockage, etc.) ;

 Installation des ateliers (ferraillage, échafaudage, etc.);

 Installation de production du béton

 Parc à matériel (atelier électricité, atelier mécanique, etc.) ;

 Atelier mobile (camion d’entretien, camion carburant, etc.)

 Raccordement au service public ;

 Choix des engins ;

 Emplacement des grues et leurs chemins de roulement.

67
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

V.3 Suivi des travaux


Selon l’envergure et l’importante des travaux, notre projet de bâtiment est un
chantier simple parce qu’il ne présente pas normalement des risques réels en terme d’accès
et de déplacement. Notre suivi du bâtiment a commencé en fin février pendant que les
travaux d’exécution du 2ème étage.

Figure 35 – Vue de droite du bâtiment

Figure 36 – Echafaudage sapine de la dalle

68
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

Figure 37 – Stockage des sacs de ciment portland

Figure 38 – Exécution de la cage d’ascenseur

69
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

Figure 39 – Stockage de briques et hourdis

Figure 40 – Stockage de l’échafaudage sapine

70
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

Figure 41 – bétonnière tractable

Figure 42 – Stockage des aciers (cadre et étrier rond lisse)

71
CHAPITRE V SUIVI DU BATIMENT

Figure 43 – Coffrage de plancher hourdis 19+6

V.4 Conclusion
Notre projet de bâtiment a un sérieux problème de plan d’installation dû aux
manques d’espace de stockage des différents matériaux et matériels sur le site. Nous
pouvons remarquer un réel encombrement sur le chantier et le manque de plusieurs
éléments faisant parti d’un plan d’installation de chantier selon les normes et l’envergure
de notre bâtiment. Nous distinguons :

 Le manque de clôture de terrain avec signalisation ;

 Le manque d’une grue pour faciliter les travaux de manutention ;

 Le manque d’espace de stockage ;

 Le manque des locaux sanitaire ;

 Le manque d’atelier mobile.

72
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale

Au terme de notre projet de fin d’études, nous pouvons affirmer sans aucune crainte
en dépit de plusieurs contraintes rencontrées, que nous avons appris les procédés
nécessaires à mettre en place sur projet réel de bâtiment.

La grande partie de notre projet était consacrée à la conception et au


dimensionnement des différents éléments de la structure. Nous avons pu effectuer de
descente sur chantier pour bien assimiler les travaux d’exécution et comprendre de près les
problèmes auxquels font face les professionnels.

Notre projet se révèle d’une grande utilité, nous donnant lieu d’appliquer nos
connaissances théoriques à des problèmes pratiques. Ce travail nous a permis d’élargir
notre esprit de recherche dans le domaine de bâtiment, d’accroitre nos connaissances sur
les règlements de calcul de béton armé et d’ailleurs une occasion pour nous de
s’accoutumer avec les différentes méthodes des calculs.

Le temps passé sur les logiciels utiles à notre travail tels que Arche Ossature,
Autocad, RDM6 et Géogebra, nous ont également permis d’en acquérir une certaine
maitrise.

Enfin, l’élaboration de ce projet de fin d’études était enrichissante et une bonne


manière de mettre en pratique toutes les connaissances acquises tout au long de notre
cursus en licence appliquée en génie civil à l’Université Libre de Tunis.

73
Bibliographie

[1] H. Thonier, 1999, «Conception et calcul des structures de batiment – tome 1», 2ème
édition, presses de l’école nationale des ponts et chaussées, Paris, pp. 1 et 15

[2] H. Thonier, 1993, «Conception et calcul des structures de batiment – tome 2», 1ère
édition, presses de l’école nationale des ponts et chaussées, Paris, pp. 469

[3] H. Thonier, 1996, «Conception et calcul des structures de batiment – tome 4», 1ère
édition, presses de l’école nationale des ponts et chaussées, Paris, pp. 469, 1524 et1529

[4] J. Ferchichi, «Cours de béton armé», ULT, année académique 2015-2016

[5] Norme Française, Juin 1986, «NF P 06-001», Charges d’exploitation des batiments et
Mai 1997, «NF P 06-004», Charges permenantes des batiments.

[6] K. Ghenia, «Cours d’organisation de chantier», ULT, année académique 2016-2017

[7] B. Meriam, «Cours de contrôle et suivi des chantiers», ULT, année académique 2016-
2017

[8] G. Calvat, «La maison de A à Z», 5ème édition, le vocabulaire de la construction, pp.
119 et 120

74
Annexes

Annexe 1
Journal du stage

Mois du Février 2017

Date Description des tâches

- Etude des différents plans (RDC, fondation et


étage) reçu du bureau d’architecture.
Février
- Suivi des différentes étapes d’exécution des
travaux du chantier.

Mois du Mars 2017

Date Description des tâches

- Nouvelle conception du batiment sur Autocad et


importation des plans sur Arche Ossature.
Mars
- Suivi des différentes étapes d’exécution des travaux
du chantier.

75
Mois du Avril 2017

Date Description des tâches

- Calcul des dimensionnements des quelques éléments


de la structure (poutre A38, poteau P10, nervure N24,
escalier).

Avril - Modélisation du batiment sur Arche Ossature et calcul


de descente des charges.

- Suivi des différentes étapes d’exécution des travaux du


chantier.

Mois du Mai 2017

Date Description des tâches

- Suivi des différentes étapes d’exécution des


Mai travaux du chantier.

76
Annexe 2
Les plans architecturaux

1. Le plan de coffrage

2. Le plan de fondation

3. Le plan de RDC et étage

77
Conception, modélisation et suivi d’un projet de bâtiment R+4

_________________________________________________________________

RESUME

Notre projet de fin d’études est un bâtiment R+4 classique en béton armé. Il est
polyfonctionnel c’est-à-dire à plusieurs usages composé d’un rez-de-chaussée et des quatre
étages courant situé dans le Gouvernorat de Ben Arous. Compte tenu de la faible portance
du sol et de la présence de la nappe d’eau à 0.8m, la fondation du bâtiment est exécutée
sur un radier général de 1.5m de profondeur.

L’objectif premier de ce projet sera donc de faire la conception du bâtiment, dimensionner


les éléments de structure dans un système courant où les porteurs sont en béton armé, le
plancher en hourdis et les murs et cloisons en briques creuses en terre cuite et finalement
le suivi des travaux d’exécution afin d’assimiler et de comprendre de près les problèmes
auxquels font face les professionnels.

Mots-clés: batiment R+4, béton armé, fondation, radier general, briques creuses en terre cuite.

_________________________________________________________________

SUMMARY

Our end of studies project is a classic armed concrete building R+4. It is polyfunctional,
that is to say several uses composed of a ground floor and four floors running in the
Governorate of Ben Arous. Given the low soil lift and the 0.8m water table, the
foundation of the building is carried out on a 1.5m deep general raft.

The main objective of this project will be to design the building, sizing the elements of
structure in a common system where the bearers are in armed concrete, the floor slabs and
the walls and partitions brick of terracotta and finally the follow-up of the execution
works in order to assimilate and to understand closely the problems facing the
professionals.

Keywords: building R+4, armed concrete, foundation, general raft, brick of terracotta.