Vous êtes sur la page 1sur 3

Louis Frolla Padre - ​Patriae meae 

I  I 
Terra sacra d’i mei avi!  Sacred land of my ancestors! 
Qand’au mundu cumençavi  When in front of the world you started 
A to’storia gluriusa  Your glorious story 
T’o aimau cuma üna spusa;  I loved you like a bride; 
O bela terra nativa  O beautiful native land 
Lonzi, lonzi d’a to’ riva  Mighty forces 
I marrugi m’an stirassau  Have led me far from your shore 
E sença maire me sun truvau.  And I found myself without a mother. 
   
II  II 
Cum’ ün naufragu che spera  Like a castaway who hopes 
U levà d’a bona stera  The birth of the lucky star 
Min nun suspirava l’ura  Me, I was looking forward to the 
Che de te revëd’ ancura.  moment 
Ma i capriçi d’u destin  To see you again. 
M’an fau perde u to camin  But the vagaries of fate 
E ciü ciurav’ e ciü pregavu  Made me lose the path that leads to 
E ciü sulu me truvavu.  you 
  And the more I cried the more I begged 
III  The more I was alone. 
E püra d’autri mantegni,   
Perchè piyà nun me degni ?  III 
Vergœgna forsci te fagu ?  And yet you welcome many others, 
Alura dunde sun ….stagu.  Why don't you get those from me? 
Ma se si Maire amurusa  Maybe I'm ashamed of you? 
Per min nun statene scusa  So where I am… I stay. 
Fame vëde ünt’ i to’ œyi  But if you are the mother of tenderness 
L’amu d’a maire per i fiyœi.  Don't hide from me 
  Show me in your eyes 
IV  The love of a mother for her children. 
Qanta trist’ è a sulitüdine   
E ben ciü l’ingratitüdine  IV 
O Roca, fiera cuma ‘na garba  How sad is loneliness 
Louis Frolla Padre - ​Patriae meae 

Che d’a marina sürgi,  And even more the ingratitude 


Cum’ u suriyu a l’arba  Oh, Rock, proud as a sheaf of wheat 
Dopu tante tribülaçiue  That emerges from the sea 
Sici u me portu  Like the sun at dawn 
Au menu da mortu.  With all the hardships I've endured 
Be my refuge 
At least after my death. 
 

Terre sacrée de mes ancêtres ! 
Quand face au monde tu as commencé 
Ton histoire glorieuse 
Je t’ai aimée comme une épouse ; 
O belle terre natale 
De puissantes forces 
M’ont entraîné bien loin de ton rivage 
Et je me suis trouvé sans mère. 
 
II 
Comme un naufragé qui espère 
La naissance de la bonne étoile 
Moi, j’attendais avec impatience le moment 
De te revoir. 
Mais les caprices de la destinée 
M’ont fait perdre le chemin qui conduit vers toi 
Et plus je pleurais et plus je suppliais 
Plus je me trouvais seul. 
 
III 
Et pourtant tu en accueilles bien d’autres, 
Pourquoi ne ceux-tu pas de moi ? 
Peut-être te fais-je honte ? 
Alors là où je suis… je reste. 
Mais si tu es Mère des tendresses 
Louis Frolla Padre - ​Patriae meae 

Ne te dérobe pas à moi 


Montre-moi dans ton regard 
L’amour d’une mère pour ses enfants. 
 
IV 
Comme la solitude est triste 
Et plus encore l’ingratitude 
Oh, Rocher, fier comme une gerbe de blé 
Qui surgit de la mer 
Comme le soleil à l’aube 
Avec toutes les épreuves que j’ai endurées 
Sois mon refuge 
Au moins après ma mort. 

Vous aimerez peut-être aussi