Vous êtes sur la page 1sur 11

FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

PRINCIPES DE DIMENSIONNEMENT D’UNE STRUCTURE EN BÉTON ARMÉ

Les différentes étapes d'un projet de béton armé sont les suivantes:

1. Analyse de la structure, modélisation

2. Détermination des actions ou bilan des charges

3. Descente de charges et combinaisons d'actions

4. Sollicitations (N, V et M) Pour chaque état limite, pour chaque section de la structure

étudiée, il faut montrer, pour le cas de charge le plus défavorable, sous la combinaison

d’action considérée, que la sollicitation agissante ne dépasse pas la résistance du matériau.

5. Dimensionnement

6. Plans de coffrage et plans de


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

Les actions appliquées à l’ouvrage conduisent à des effets sur la structure: efforts –

déformations qui se traduisent par des sollicitations (moment fléchissant, effort normal,

effort tranchant, etc.).

Les matériaux composant la structure résistent à ces effets.

Principe général : les effets des actions doivent être inférieurs aux résistances des

matériaux.

Les règlements définissent des exigences fondamentales pour atteindre des niveaux de

performance appropriés en matière de fiabilité des constructions dont les quatre composantes

sont :

– la sécurité structurale pour les personnes et les animaux domestiques ;

– l’aptitude au service, fonctionnement, confort…

– la robustesse en cas de situations accidentelles ;

– la durabilité, compte tenu des conditions environnementales.

Un ouvrage doit présenter durant toute sa durée d’exploitation des sécurités appropriées vis-

à-vis :– de sa ruine ou de celle de l’un de ses éléments ;

– d’un comportement en service pouvant affecter sa durabilité, son aspect ou le confort des

usagers.

1. DEFINITION DES ETATS LIMITES


Un état limite est un état pour lequel une condition requise d’une construction (ou d’un de ses
éléments) est strictement satisfaite et cesserait de l’être en cas de variation défavorable d’une des
actions appliquées.
FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

La vérification des structures se fait par le calcul aux états limites. On distingue deux états

limites :

– ELS: États Limites de Service; Les conditions de bon fonctionnement de la structure ont été

atteintes. La durabilité de la structure est remise en cause

– ELU: États Limites Ultimes : Le dépassement de cet état conduit à la ruine de la structure.

Au-delà de l’état limite ultime, la résistance des matériaux béton et acier est atteinte, la sécurité

n’est plus garantie et la structure risque de s’effondrer.

La méthode de calcul « aux états limites » applique des coefficients de sécurité partiels d’une

part aux résistances et d’autre part aux actions (et donc aux sollicitations).

Nota ; Les états limites sont des états d’une construction qui ne doivent pas être atteints sous

peine de ne plus permettre à la structure de satisfaire les exigences structurelles ou

fonctionnelles définies lors de son projet.

La justification d’une structure consiste à s’assurer que de tels états ne peuvent pas être

atteints ou dépassés avec une probabilité dont le niveau dépend de nombreux facteurs.

La conception des ouvrages en béton se fait selon la théorie des Etats Limites. On distingue

Les Etats Limites de Service où E.L.S Les Etats Limites Ultimes ou E.L.U.
Ce sont les conditions qu'il faut respecter pour que Ils font référence aux conditions de rupture. Il s'agit de
l'exploitation normale et la durabilité de la construction s'assurer que le risque de ruine est très faible en prenant
soient assurées. divers coefficients de sécurité (sur les matériaux) et de
Les états limites de service présentent deux domaines: pondération (sur les charges). En effet les sources d'erreur
1. Un domaine qui nécessite des calculs : par sont les suivantes :
exemple, vérifier que des contraintes ou des - Les matériaux peuvent être moins résistants que prévu.
déformations sont admissibles - Les charges appliquées peuvent être plus sévères que prévu.
2. Un domaine qui ne nécessite aucun calcul : c'est - Les méthodes de calcul et les hypothèses peuvent
l'ensemble des dispositions constructives qui doivent être
assurées.
Ils sont liés aux conditions normales d’exploitation et de Ils mettent en jeu la sécurité des biens et des personnes (droit
durabilité (droit civil). pénal)

Ouverture excessive des fissures, Ils correspondent au maximum de la capacité portante de


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

Compression excessive du béton, l’ouvrage ou d’un de ses éléments par :


Déformation excessive des éléments porteurs, Perte d’équilibre statique,
Vibrations inconfortables pour les usagers, ou rendant Rupture de sections non ductiles ou déformations
la structure impropre à remplir sa fonction, plastiques excessives,
Etanchéité, isolation, etc… Instabilité de forme (flambement),
Transformation de la structure en mécanisme.

Les critères de calculs sont : Les critères de calculs sont :


Contraintes admissibles (ou déformations admissibles), Déformations relatives limites (ou courbure limite),
Calcul de type « élastique », loi de Hooke, coefficient Calculs de type « rupture », lois réelles (idéalisées)
d’équivalence. contrainte – déformation.
FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

Charges dans le bâtiment

Une structure est constituée de plusieurs éléments aussi différant que divers et dont le rôle

peut être déterminé à partir de la contribution de chacun d’eux à la stabilité globale de

l’ouvrage.

Définition et généralités (A.3.1.CBA93)

Les actions sont :

– un ensemble de forces ou de charges appliquées à la structure (action directe) ;

– un ensemble de déformations ou d’accélérations imposées, résultant par exemple de

variations de température, de tassements différentiels ou de tremblement de terre (action

indirecte).

Elles se traduisent sur les éléments structuraux par des efforts internes, moments, contraintes,

ou sur l’ensemble de la structure par des flèches ou des rotations.


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

Légende :
1 ‐ Mur De Façade ; 2 ‐ Mur De Refend ; 3 ‐ Charge Concentrée ; 4 ‐ Action Du Vent ;
5 ‐ Personnes ; 6 ‐ Meuble ; 7 ‐ Poussée Des Terres ; 8 ‐ Plancher en béton armé ; 9 ‐
Cloisons ;
10 – Température ; 11 ‐ Revêtement de plancher ; 12‐ Poutre en béton armé ;
13‐ Automobile ; 14 ‐ Sous‐pression d'eau.

Toutes ces actions peuvent être classées en actions permanentes d'intensité constante ou très

peu variables, et en actions variables dont l'intensité varie fréquemment et de façon

importante dans le temps. Nous pouvons encore décomposer ces actions permanentes et

variables

Les actions sont classées en fonction de leur variation dans le temps, en trois catégories :

1. les actions permanentes (G) (A.3.1.2 CBA.93) par exemple le poids propre des

structures, des éléments non structuraux (revêtements de sols, plafonds suspendus…),

équipements fixes (ascenseur, équipements électriques…) et revêtements de chaussée, et


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

les actions indirectes (provoquées par un retrait et des tassements différentiels) et les

actions de la précontrainte: ce sont, dans notre exemple, les charges 1 et 2 dues aux murs

de façades et refends ainsi que celles amenées par les planchers et les poutres en béton

armé 8 et 12.

2. Les actions variables (Q) (A.3.1.3 CBA93), par exemple les charges d’exploitation sur

planchers, poutres et toits des bâtiments, les actions du vent, les charges de la neige, les

charges de trafic routier ; comme les charges concentrées 3, les personnes 5, les meubles 6

et l'automobile 13.

3. – les actions accidentelles (F.A) (A.3.1.4 CBA.93) par exemple les explosions ou les

chocs, séisme…

Les actions sont également classées :

– selon leur origine, comme directes ou indirectes ;

– selon leur variation spatiale, comme fixes ou libres;

– ou, selon leur nature, comme statiques ou dynamiques.

On distingue ainsi :

– les actions statiques (neige, charges de mobilier) ;

– les actions dynamiques (trafic, vent, séisme, choc).

.
Les actions sont les charges appliquées à la structure, on distingue :
Poids propre des superstructures et des
Actions permanents G équipements fixes (cloisons revêtements de
sol.
Actions variables Q, W, S Charge d’exploitation, Vent, Neige
Actions accidentelle FA séisme
FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

Calcul des sollicitations (A.3.2 CBA93),

Les sollicitations sont les efforts (effort normal, effort tranchant) et les moments (moment de

flexion, moment de torsion) calcules à partir des actions par méthode appropriées.

Les calculs sont conduits suivant des méthodes scientifique appuyées sur des données expérimentales

Exemples : (D.T.R-B.C.2.2 charges permanentes et charge d’exploitation)

A.1)Les charges permanentes

Poids propre des enduits :


Les enduits
*plâtre… …………… .. 14 kg/m2 [pour 1cm]
* mortier (ext)……… …..18 kg/m2 [pour 1cm]
Poids propre des planchers
Dalle pleine
* dalle pleine : ………………………….2500*0.16 =400 kg/m2
Les équipements fixes importants font partie des charges permanentes mais les équipements fixes
légers sont souvent classés dans les charges d’exploitation.
Plancher en corps creux : -En zone sismique : 16+5 ……. 290kg/m2 .
20+5……..325 kg/m2 .
-En zone non sismique : 16+4 …….265kg/m2 .
20+4……….300 kg/m2 .
Sable ………… 17-19 kn/m2
Gravier………………….19 kn/m2
Béton non armé……22 kn/m2

A-2) Descente de charges


Évaluation des poids propres du planché aux [m2]
A-2.1) Planché terrasse inaccessible
*Dalle pleine en béton armé :…….… 2500*0.16 =400 kg/m2
*Gravillons d’étanchéité :……..…… 1500*0.15 = 75 kg/m2
*Étanchéité multicouche :………..… 100*0.01 = 10 kg/m2
*Béton de pente :………………….2200*0.12 =264 kg/m2
*Liège :……….………………… 400*0.04 = 16 kg/m2
*Enduit plâtre :….........................1400*0.02 = 28 kg/m2
G terrasse =793 kg/m2
FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

A-2.2) Planché étage courant


* Dalle pleine en béton armé :… 2500*0.16 =400 kg/m2
* Plâtre : ………………………1400*0,02 = 28 kg/m2
* Lit de sable : ………………1700*0,02 = 34 kg/m2
* Chape : ……………………2200*0,02 = 44 kg/m2
* Marbre : ……………………2800*0,02 = 56 kg/m2
* Cloison intérieure : …………900*0,01 = 90 kg/m2
G É C = 652 kg/m2

2.3) Balcon

* Dalle pleine en béton armé :… 2500*0.16 =400 kg/m2


* Lit de sable : …………………1700*0,03 = 51 kg/m2
* Chape : ………………………2200*0,02 = 44 kg/m2
* Marbre : ………………………2800*0,02 = 56 kg/m2
* Cloison intérieure : ……………900*0,01 = 90 kg/m2
G É C = 641 kg/m2

A-2.4) Escalier

* Poids propre de la paillasse…………………..…… .= 577 kg/m2 cos30*2500 * 2.0


* Poids propre de la marche……………………..….. = 187 kg/m2 22200 * 17 .0
* Marbre…………………………………………….…2800*0.03 = 84 kg/m2
* Chape………………………………………………...2200*0.02 = 44 kg/m2
* Enduit mortier………………………………………..2000*0.02 = 40 kg/m2
* Cloison……………………………………..…………1000*0.01 = 100 kg/m2
G ES C = 1032 kg/m2
A-2.5) Acrotère

B)Les charges d’exploitations


Ils correspondent au mobilier et aux personnes qui y habitent (logement, biblique, les hôpitaux, centres

commerciaux).

Il existe une norme internationale qui fixe les différentes charges d’exploitations en fonction de la

destination de l’ouvrage.

*habitations : - étage courant Q= 150 kg/m2


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

- terrasse inaccessible, privée Q=100 kg/m2

- terrasse accessible, privée Q=150 kg/m2

- terrasse accessible biblique Q=400 kg/m2

*Hôpitaux : Q=400 kg/m2

*stades Q=500 kg/m2

*Bureaux Q=250 kg/m2

*Balcons Q=350 kg/m2

*Escalier : - logement Q=250 kg/m2

- bureaux Q=400 kg/m2

NOTION DE SYSTEME PORTEUR

La géométrie est habituellement modélisée en considérant que la structure est constituée

d’éléments linéaires, d’éléments plans et, occasionnellement, de coques.

Le calcul doit prendre en considération la géométrie, les propriétés de la structure et son

comportement à chaque stade de sa construction.

Les éléments d’une structure sont classés, selon leur nature et leur fonction, en poutres,

poteaux, dalles, voiles, plaques, arcs, coques, etc.

Le travail du bureau d’étude est définir a partir des plans d’architecte, la structure la plus

simple possible cette structure sera la plus fiable et plus facilement calculable.

Les éléments porteurs constituent la structure d’un bâtiment ; leur rôle est de véhiculer les

charges jusqu’ aux fondations.

Les planchers transportent les charges horizontalement ils portent généralement dans le

sens de la plus petite portée.

Les ossatures transportent des charges horizontalement et verticalement.

Les poutres reprennent :


FGC/3éme Année licence /projet de fin de cycle section ;A /G2

• Les planchers qui viennent reposer dessus.

• Les maçonneries d’étage.

Les poutres reposent le plus souvent sur des poteaux.

Les fondations qui reportent les charges sur le sol supportent les poteaux.

Vous aimerez peut-être aussi