Vous êtes sur la page 1sur 9

Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019

Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

Cours 05. Propriété intellectuelle

I-Fondamentaux de la propriété intellectuelle


1.définition :
L’expression « propriété intellectuelle » désigne les œuvres de l’esprit : les inventions, les
œuvres littéraires et artistiques et les emblèmes, noms et images utilisés dans le commerce.
La propriété intellectuelle comporte deux volets :
- La propriété industrielle : qui comprend les inventions, les marques, les dessins et
modèles industriels, et les indications géographiques.
- Le droit d’auteur : qui s’applique aux œuvres littéraires (telles que romans, poèmes
et pièces de théâtre), aux films, aux œuvres musicales, aux œuvres artistiques (telles
que dessins, peintures, photographies et sculptures), aux œuvres d’architecture ainsi
que les programmes d’ordinateur, les bases de données, les créations publicitaires, les
cartes géographiques et les dessins techniques.

2.Règles de citation des références


Il est essentiel de noter correctement les sources que vous avez utilisées pour effectuer
un travail de recherche. Cette bibliographie doit figurer à la fin de tout travail de
recherche par ordre alphabétique d’auteurs. Voici comment vous pouvez procéder, selon
le type de source que vous avez sous les yeux.
Il est préférable que vous groupiez les sources du même type ; créez pour cela des divisions :
par exemple, indiquez d’abord toutes les monographies, puis les ouvrages collectifs, et
enfin, les sources issues du Net, en les séparant par un espace et en les introduisant par un
titre.

Ouvrages :
-Le nom de l’auteur en majuscules et en gras suivi de la première lettre du prénom.
-Le titre de l’ouvrage en italiques entre deux guillemets
-La maison d'édition
-Le lieu et la date d’édition
Exemple: HUFTY.A, « Introduction à la climatologie », ed. Les presses de l’université
Laval, 2001.

Articles scientifiques
-Le nom et la première lettre du prénom en majuscules et en gras.
-Le titre de l’article entre guillemets et en ilallique.
-Le nom de la revue ou du journal.
-Le numéro du volume, le mois, l’année de la publication ainsi que les pages de
début et de fin de l’article.

Ens. Ouarda MANSOURI 1


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

Exemple: ALI-TOUDERT.F, « Effects of asymetry, galleries, overhanging façades and


vegetation on thermal comfort in urban street canyon », Solar energy 14 (2006) 94-108.

Communications dans un congrès


-Le nom et la première lettre du prénom en majuscules et en gras.
-Le titre de l’article entre guillemets et en ilallique.
-L’identification du congrès.
-Le lieu du congrès.
-La date du congrès.
Exemple: SANTAMOURIS.Mathéos, “The role of materials. Impact on the temperature
regime of cities”, Ec-AseanEnergy Facility (EAEF), Singapore, 2006.

Mémoires et thèses :
-Le nom et la première lettre du prénom en majuscules et en gras.(le prénom en entier)
-Le titre de l’article entre guillemets et en ilallique.
-Préciser si c’est un mémoire ou une thèse
-Nom de l’univerté
-L’année
Exemple:BOURBIA.Fatiha, « Building cluster and shading in hot dru climate», thèse de
doctorat, university of reading, 1999.

Un cas particulier: les références tirées d’Internet


Tout document provenant d’Internet et utilisé dans un travail de synthèse doit être
référencé dans la bibliographie.
Voici les consignes à suivre pour rédiger une référence Internet :
• Adresse URL (Uniform Resource Locator).
• Titre principal du document.
• Nom de l’auteur ou de l’institution.
• Date de mise à jour du site si elle est indiquée
La recherche du nom de l’auteur ou de l’institution est importante ; en effet, ce qui est
vrai pour toute source d’informations l’est a fortiori pour les informations récoltées sur
Internet.
Exemple : Http://www.esru.strath.ac.uk/Reference/concepts/thermalcomfort.htm, Dernière
mise à jour le 01/01/2005

II.Droit d’auteur
1.Droit d’auteur dans l’environnement numérique
L’environnement numérique est un espace structuré par des instruments technologiques
divers, permettant aux usagers d’accéder à des ressources et à des services numériques
présents sur les machines (ordinateurs, tablettes, smartphones) ou en ligne. Dans cet
environnement, l’information est réduite à une série de nombres binaires, stockée sur des
disques numériques occupant peu de place et facilement utilisable. Le numérique offre ainsi
une facilité inégalée de conservation, de consultation, de reproduction et de modification.

Ens. Ouarda MANSOURI 2


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

Or, la numérisation et la circulation des œuvres sur les réseaux tels qu'Internet permettent
comme on sait une copie rapide, de très bonne qualité et à très faible coût, ainsi qu'une
communication des œuvres ainsi copiées à un très grand nombre de personnes au mépris des
frontières. Les œuvres numérisées sont en outre facilement modifiées, voire manipulées, ce
qui constitue autant de menaces potentielles pour le droit moral des auteurs. Il n'est pas
étonnant dès lors que le droit d'auteur soit l'un des premiers domaines qui ait suscité l'attention
de la communauté internationale à la recherche d’un équilibre entre l’auteur et la société. En
effet, tout régime de droit d'auteur doit accorder le monopole au créateur sur la base d'un
compromis entre intérêts des auteurs et intérêts de la société qui exige la libre circulation des
idées, des informations et des échanges commerciaux, quoique l’environnement numérique, et
plus particulièrement le réseau internet, rend cet équilibre difficile à trouver et délicat à
maintenir.
a-Droit d’auteur des bases de données :
*Définition d’une base de donnée :
Une base de données (en anglais database), est un recueil d’œuvres, de données ou d’autres
éléments indépendants, disposés de manière systématique ou méthodique, et individuellement
accessibles par des moyens électroniques ou par tout autre moyen.
*Protection juridique des bases de données
Les bases de données sont protégeables par un titre de propriété intellectuelle. Elles peuvent
en effet, être protégées de 2 façons différentes : au titre du droit d’auteur et à celui de la
Protection des producteurs.

-La protection par le droit d’auteur


- Le droit d’auteur s'applique au contenant de la base de données, c'est-à-dire à sa
structure, à la manière dont les données sont disposées et classées (mise en page,
présentation, formulaire d'extraction spécifique). L'information elle-même (donnée
brute) n'est pas concernée par ce droit.
- Le droit d'auteur protège la base de données à condition qu’elle soit originale,
c’est-à-dire que, par le choix ou la disposition des matières, elle constitue une
création intellectuelle propre à son auteur.
- La protection dure 70 ans à partir du décès de l'auteur.
- L’auteur de la base de données a le droit d’en interdire la reproduction (par
exemple, si quelqu’un développe une base de données concurrente sur le même

Ens. Ouarda MANSOURI 3


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

squelette), la communication au public, la distribution, le prêt et la location, il a


aussi un droit moral sur la base de données.
-La protection du producteur de la base de données
- Cette protection est destinée spécifiquement aux producteurs de base de données
- Ce droit spécifique protège le contenu de la base de données.
- La condition requise pour bénéficier de la protection est un investissement
substantiel dans la constitution, la vérification ou la présentation du contenu de
cette base.
- Le producteur peut interdire l’extraction du contenu de la base, à condition que
cette extraction soit qualitativement ou quantitativement substantielle. Il peut
également interdire la réutilisation du contenu de la base de données. Le
producteur peut également interdire la mise du contenu de la base de données à la
disposition du public.
- Le droit du producteur de la base de données naît à l’achèvement de celle-ci et
expire quinze ans après.

b.Droit d’auteur des logiciels :


*Définition de Logiciel :
En informatique, un logiciel est un ensemble de séquences d'instructions interprétables par
une machine et d'un jeu de données nécessaires à ces opérations. Le logiciel détermine donc
les tâches qui peuvent être effectuées par la machine, ordonne son fonctionnement et lui
procure ainsi son utilité fonctionnelle. Les séquences d'instructions appelées " programmes "
ainsi que les données du logiciel sont ordinairement structurées en fichiers.
- Le logiciel est protégé par le droit d’auteur.
- Pour que le logiciel bénéficie de la protection par le droit d’auteur, il doit être une
« œuvre de l’esprit » pour reprendre la terminologie du droit d’auteur. On
explique classiquement que ce qui est protégé, ce n’est pas l’idée, mais sa mise en
forme.
- Pour que le logiciel soit protégé par le droit d’auteur, il doit être original. Un
logiciel est original si son auteur a fait preuve d’un effort personnalisé allant au-
delà de la simple mise en œuvre d’une logique automatique et contraignante.
- la protection par le droit d’auteur ne nécessite aucun formalisme préalable.
- La durée de la protection est de 70 ans à compter du décès de l’auteur ou à
compter de la date à laquelle le logiciel a été rendu accessible au public.

Ens. Ouarda MANSOURI 4


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

2.Droit d’auteur dans l’internet et le commerce électronique


a-Droit des noms de domaine :
*Définition :
Chaque ordinateur est identifié sur Internet par un numéro dit adresse IP (de la forme
194.52.34.67). Or pour des raisons évidentes de lisibilité et de mémorisation, des adresses
textuelles de type www.domaine.com ont été attribuées à ces adresses IP, et pour que le
domaine renvoie vers l’adresse IP de l’ordinateur correspondant, il faut enregistrer ce nom
dit nom de domaine (Domain Name System : D.N.S).
- Le nom de domaine est divisé en 2 parties : le nom qui est le nom de domaine proprement dit
et l’extension qui est la partie derrière le point (.com , .dz).
- Il existe quatre zones à vocation internationale et qui sont gérées par l'INTERNIC (géré
aux Etats-Unis) : «.com » pour les activités commerciales, «.net » pour les instances
participant au fonctionnement d'Internet, «.int » pour les organisations internationales, et
«.org » pour les associations.
- Concernant les zones à caractère national, chaque pays possède une antenne du Network
Information Center (N.I.C) responsable de la gestion des noms de domaines pour l'Etat
correspondant. Elles sont identifiées par un code à deux lettres (exemple : «.dz » pour
l’Algérie).

b.Droit du site de commerce électronique


*Définitions :
o Commerce électronique : activité par laquelle un e-fournisseur propose ou assure, à un e-
consommateur, à distance et par voie de communications électroniques la fourniture de
biens et de services.
o e-consommateur : toute personne physique ou morale qui acquiert, à titre onéreux ou
gratuit, un bien ou un service par voie de communications électroniques auprès d’un
e_fournisseur pour une utilisation finale.
o e-fournisseur : toute personne physique ou morale qui commercialise ou propose la
fourniture des biens ou des services par voie de communications électroniques.
- Conditions d’exercice du commerce électronique en Algérie : L’activité de commerce
électronique est soumise à inscription, selon le cas , au registre du commerce ou au registre
de l’artisanat et des métiers , et à la publication d’un site ou d’une page web hébergé en
Algérie avec une extension « .com.dz ». L’exercice de l’activité du e-commerce est

Ens. Ouarda MANSOURI 5


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

subordonné au dépôt du nom de domaine auprès des services du centre national du registre
du commerce.
c.Propriété intellectuelle et réseaux sociaux
*Définition : Un réseau social est une plateforme de communication en ligne qui permet aux
internautes qui rejoignent cette plateforme via une inscription, de communiquer et d’échanger
entre eux (Facebook, YouTube, Instagram, …).
- La propriété intellectuelle s’y applique au même titre que dans le monde physique.
En effet, la publication d’œuvres protégées dans un réseau social sans
l’autorisation de leur auteur est passible de contrefaçon.

3.Brevet
*Définition :
Un brevet est un droit exclusif conféré sur une invention. En règle générale, un brevet
octroie à son titulaire le droit de décider comment – ou si – l’invention peut être utilisée par
des tiers. En contrepartie, le titulaire du brevet met les informations techniques sur l’invention
à la disposition du public dans le document de brevet publié.
-Droits dans un brevet :
Le brevet confère à son titulaire les droits exclusifs suivants :
- Dans le cas où l’objet du brevet est un produit : empêcher des tiers agissant sans
son consentement de fabriquer, utiliser, vendre, offrir à la vente ou importer à ces
dernières fins ce produit ;
- Dans le cas où l’objet du brevet est un procédé : empêcher des tiers agissant sans
son consentement d’utiliser le procédé et les actes ci-après : utiliser, offrir à la vente,
vendre ou importer à ces fins, le produit obtenu directement par ce procédé.
- Le titulaire du brevet a également le droit de céder ou de transmettre, par voie
successorale, le brevet et de conclure des contrats de licence.

4.Marques, dessins et modèles


a.Droit des marques
*Définition :
Une marque est un signe permettant de distinguer les produits ou services d’une entreprise de
ceux d’autres entreprises. Le produit peut être naturel, agricole, artisanal ou industriel, brut ou
élaboré. Les marques sont des droits de propriété intellectuelle protégés.
- La marque de produit ou de service est obligatoire pour tout produit ou service offert, vendu
oumis en vente sur le territoire national. Lorsque la nature ou les caractéristiques des produits

Ens. Ouarda MANSOURI 6


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

ne permettent pas l’apposition d’une marque, cette dernière doit être portée sur l’emballage
ou lorsque cela est impossible, sur le contenant.
- Acquisition du droit à la marque : la marque s'acquiert par son enregistrement auprès de
l’INAPI (Institut National Algérien de la Propriété Intellectuelle).
- Durée de validité : l’enregistrement d'une marque a une durée de dix (10) ans à la date du
dépôt de la demande. Cette durée peut être renouvelée à la demande pour des périodes
consécutives de dix (10) ans.

- Droits conférés par l'enregistrement : L’enregistrement de la marque confère à son titulaire


un droit de propriété sur les produits et services qu’il a désignés. Ce droit de propriété sur la
marque confère à son titulaire le droit de céder sa marque, de concéder une licence et
d'interdire à toute personne d'utiliser commercialement sa marque sans son autorisation
préalable, pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux pour lesquels celle-ci
est enregistrée.
b.Droit des dessins et modèles.
Définitions :
Dessin : Sont considérés comme dessins, tout assemblage de lignes, de couleurs, destiné à
donner une apparence spéciale à un objet industriel ou artisanal quelconque.
Modèle : toute forme plastique associée ou non à des couleurs et tout objet industriel qui
peut servir de type pour la fabrication d’autres unités et qui se distingue des modèles
similaires par sa configuration.
-Les produits protégés au titre de dessins et modèles : les dessins et modèles industriels
s’appliquent aux produits les plus divers de l’industrie et de l’artisanat : instruments
techniques ou médicaux, montres, bijoux et autres articles de luxe, objets ménagers, appareils
électriques, véhicules ou encore structures architecturales, du secteur du textile à celui des
articles de loisirs.
-Conditions de protection : Seuls les dessins ou modèles originaux et nouveaux bénéficient
de la protection accordée par la règlementation régissant la propriété intellectuelle, à la
demande de leur titulaire :
La nouveauté : Un dessin ou modèle est nouveau si ce modèle n’a jamais été connu
par le public.
L’originalité : Un dessin ou modèle est considéré comme original s’il a été créé
indépendamment par son auteur et s’il n’est ni une copie, ni une imitation de dessins
et modèles existants.

Ens. Ouarda MANSOURI 7


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

-Droit de dessins et de marques :


 Un dessin ou modèle protégé donne à son propriétaire le droit exclusif de
s’opposer à toute copie ou imitation non autorisée du dessin ou modèle
industriel par des tiers.
 L’Etat peut accorder à tout créateur d’un dessin ou modèle une rétribution
correspondant aux effets économiques et sociaux de l’application du dessin ou
modèle et en assurer l’exploitation dans la mesure du possible.
- Lorsque le créateur d’un dessin ou modèle est employé dans une entreprise, le droit
d’exploitation du dessin ou modèle, sauf convention particulière, appartient à
l’entreprise :
 si le dessin ou modèle a été créé au cours de la durée de service du créateur
dans l’entreprise ou s’il est en rapport avec son activité professionnelle,
 si le dessin ou modèle a été créé dans le cadre de la mission impartie au
créateur à l’aide de
moyens appartenant à l’entreprise.

5.Droit des indications géographiques


Une indication géographique est un signe utilisé sur des produits qui ont une origine
géographique précise et possèdent des qualités, une notoriété ou des caractères
essentiellement dus à ce lieu d’origine.
La plupart du temps, une indication géographique contient le nom du lieu d’origine des
produits. Dans certains pays, des représentations graphiques de lieux, des symboles et des
emblèmes sont acceptés comme indications géographiques : par exemple, l'image d'une
montagne célèbre en Suisse, le Matterhorn, est, en droit suisse, une "indication géographique
indirecte", qui indique qu'un produit provient de Suisse.
Les indications géographiques peuvent être utilisées pour une grande variété de produits,
qu’ils soient naturels, agricoles ou manufacturés.
La reconnaissance d’un signe comme indication géographique relève du droit
national.

III- Protection et valorisation de la propriété intellectuelle en Algérie


L’Algérie est liée par les principaux instruments internationaux en matière de propriété
intellectuelle, notamment la Convention instituant l’OMPI (Organisation mondiale de la
propriété intellectuelle) depuis 1975, la Convention de Paris (protection de la propriété

Ens. Ouarda MANSOURI 8


Master I : Equipement de l’habitat / Structure 2018/2019
Ethique, déontologie et propriété intellectuelle

industrielle) depuis 1966, l’Arrangement de Madrid (enregistrement « international » des


marques) depuis 1972, la Convention de Berne (droit d’auteur) depuis avril 1998, le Traité de
coopération en matière de brevets (dépôt d’une demande « internationale » de brevet) depuis
2000.
Afin de préparer son accession à l’OMC, l’Algérie a harmonisé sa législation avec les
dispositions de l’accord ADPIC (Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au
commerce), qui, en plus d’énumérer les droits de propriété intellectuelle couverts, définit les
standards et une dynamique d’harmonisation internationale des législations et instruments de
protection des droits de propriété intellectuelle pour l’ensemble des États membres ou
souhaitant le devenir. Par ailleurs, cet accord prévoit la possibilité de sanctions commerciales
multilatérales envers les États ne respectant pas les engagements fixés.
Il existe, au sein du ministère algérien du commerce, une sous-direction chargée « d’assurer la
mise en œuvre et le suivi des accords de l’organisation mondiale du commerce liés au
commerce des services et à la propriété intellectuelle, d’introduire les offres d’engagement en
matière de services et de propriété intellectuelle et de suivre les négociations y afférentes ; de
veiller selon les formes et procédures consacrées aux notifications d’usage découlant des
accords de l’organisation mondiale du commerce relatifs aux services et à la propriété
intellectuelle et de prendre en charge le traitement des différends » : décret exécutif du 9 août
2008.

Ens. Ouarda MANSOURI 9