Vous êtes sur la page 1sur 6

« Les Français mangent beaucoup de pain, avec tous les plats, la salade,

le fromage. Le matin, ils se font des tartines de pain beurré qu’ils


trempent dans le café. Ils ont même une recette de dessert qu’ils font avec
du «pain perdu».
Zhan Lin, Chinoise, étudiante_

« Je trouve que les Français sont très méfiants, surtout pour l’argent. Ils veulent tout
savoir sur le produit avant d’acheter, on dirait qu’ils ont peur de se faire rouler.
Souvent, après avoir hésité pendant longtemps, ils n’achètent même pas. »
Suwanna Oupathum, commerçante, Bangkok.

« En France, j’ai trouvé les gens très ironiques. Ils se moquent souvent des autres,
quand ils ont le dos tourné. Les Français font souvent des plaisanteries sur les défauts
physiques des gens, ce n’est pas très gentil. »
Jane, Australienne, étudiante.

« Les Français adorent parler et discuter. Leurs discussions sont interminables


parfois. Dans un groupe, au café, il y en a toujours deux qui font un duel verbal, et
les autres les écoutent. »
Olof, Suédois, étudiant.

« Je trouve que les Français et les Françaises sont naturels, et en général élégants
avec simplicité. Les acteurs à la télé sont pareils. Ce n’est pas comme chez nous, on a
l’impression que tout le monde sort de chez le coiffeur. »
Terry, Américaine, mannequin.

« Les Français peuvent être très curieux, ils vous demandent tout : "Que pensez-vous
de ça ? Et chez vous, c’est comment ? Est-ce que vous êtes d’accord avec ça ?" En
France, on dirait qu’il faut toujours avoir une opinion, sur la politique, sur les
événements, sur sa culture… »
Mariko, Japonaise, étudiante.

« On parle rarement d’argent en France. Si vous êtes invité chez des amis et que vous
leur demandez le prix qu’ils ont payé pour le sofa, ou le lecteur DVD, vous allez
choquer vos hôtes. » 
Jennifer, Hong Kong, étudiante.

« C’est un peu un cliché je sais, mais je suis d'accord pour dire que les Français sont
individualistes, c’est-à-dire qu’ils ne vous parlent pas spontanément, dans les soirées
ils restent en petits groupes, il faut beaucoup de temps pour s’intégrer à un groupe, et
en général, on y est introduit par quelqu’un. »
Monica, Brésilienne, artiste.

« Moi, je trouve les Français très gentils, surtout les Françaises. »


Aristide, Ghanéen, journaliste.
« C’est de moins en moins difficile de trouver des Français qui acceptent de parler
anglais avec vous, surtout parmi les jeunes. C’est vrai que les Français sont très
attachés à leur langue, mais pour ceux qui savent parler d’autres langues, ils le font
volontiers. »
Steve, Britannique, homme d’affaires.

« Je vous donne un conseil : si vous allez en France, parlez français avec les
Français, ce sera beaucoup plus facile pour vous faire des amis et ils vous
admireront, parce que le français, c’est pas facile ! »
Berd, Allemand, professeur.

« Alors en France, le café c’est sacré, il leur faut toujours un café après le déjeuner !
Et quelquefois un au milieu de la matinée, un autre dans l’après-midi. On passe des
heures dans les cafés en France. Et en plus, tout le monde fume ! »
Li Shan, Chinoise, étudiante.

« Les Français sont formels dans les salutations : il faut serrer la main, faire la bise,
dire bonjour, au revoir. Ils veulent souvent savoir quand on se reverra. Ils disent
toujours : « il faudrait qu’on mange ensemble un de ces jours », puis ils ne vous
appellent jamais… »
Charlotte, Américaine, actrice.

« La France est un très beau pays, Paris est une ville magnifique. On mange bien, les
pâtisseries sont excellentes. Les Français prennent le temps de vivre, j’apprécie cela.
Ils ont des défauts bien sûr, comme tout le monde, ils sont un peu chauvins par
exemple. »
Mathilde, Belge, représentante de commerce.

« Je ne peux pas faire de jugement général sur les Français, ils sont tous différents, il
y en a des gentils, il y en a des moins gentils. C'est vrai que parfois, ils râlent un peu,
critiquent tout, mais ils ont tant de qualités. En France, on adore découvrir, inventer,
questionner. »
Phil, Canadien, artiste.

« Je ne suis pas d'accord avec le stéréotype qui consiste à dire que les Français
n'aiment pas travailler. J'en connais qui travaillent beaucoup. Bien sûr, dans les
administrations quelquefois c'est un peu difficile, on a l'impression de déranger les
employés avec nos questions... Mais c'est partout pareil non ? »
Lavik, Norvégien, architecte.
« J'ai été assez choquée par les rapports entre hommes et femmes en France. Avant
de se marier, un couple peut vivre ensemble pendant plusieurs années, et même avoir
un enfant ! Les femmes sont beaucoup plus libres que chez nous, elles expriment ce
qu'elles pensent sans hésiter. Un jour, un garçon est venu me rendre visite dans ma
chambre, et quand il s'est assis sur mon lit, j'ai trouvé ça choquant. »
Pak Sung Hi, Coréenne, étudiante.

« Pour un Italien, le plus difficile en France ce sont les rapports humains, beaucoup
plus froids que chez nous. Les gens sourient beaucoup en Italie, et ils ont plus de
patience qu'en France. En Italie, on peut se retrouver avec une bande de copains et se
promener comme ça sans but précis. En France, les gens ont toujours un but, un
objectif : aller au cinéma, à une fête etc. »
Luigi, Italien, musicien.

« Si je compare avec mon pays, ou l'Allemagne, la France est un pays bien moins
organisé. C'est-à-dire qu'il y a une "flexibilité" qui n'existe pratiquement pas chez
moi. Les choses en France peuvent changer à la dernière minute : un cours annulé, un
rendez-vous. J'ai l'impression aussi que les Français ne font pas les choses avec
autant de sérieux que les Autrichiens, ils mettent toujours une petite distance, un peu
d'ironie.»
Franz, Autrichien, étudiant.

« La manière d'étudier est vraiment spéciale en France : depuis l'école maternelle
jusqu'à la fac on demande aux élèves de réfléchir sur des problèmes, puis de formuler
une opinion, un avis personnel. Chez moi, l'approche est plus scientifique : on
demande des synthèses, des analyses, on doit soutenir ses arguments avec des faits et
des chiffres. En France, l'éducation attache beaucoup d'importance à la personne qui
apprend. »
Erik, Danois, étudiant.
Voici une synthèse de ce que nous avons pu lire :
Histoire et culture:
Les français sont très attachés à leur Histoire. La référence au passé glorieux de la France est
omniprésente. Ils apparaissent comme étant tournés vers le passé et pas vers le futur.  L’héritage
culturel et artistique français est important. L’histoire se reflète dans l’architecture et l’art.  
Dans l’Histoire, importance  de l’homme (ou de la femme) providentiel qui sauve et soude le
peuple face aux grandes crises (Jeanne d’Arc , Napoléon, De Gaulle). Inconsciemment, les
français recherchent le même schéma pour résoudre leurs problèmes. On attend un fédérateur
pour mobiliser les énergies.
Structure de la société :
En France les classes sociales sont très hiérarchisées et verrouillées. Au sommet, il y a un cercle
de vieilles familles (aristocratiques parfois et haute bourgeoisie), puis vient la petite bourgeoisie
(chef de PME, top managers), les classes moyennes (managers intermédiaires, artisans, profs),
les classes populaires. Il y a aussi les émigrés qui sont en quelque sorte une classe à part.
Importance de la naissance, des écoles fréquentées, du cercle d’amis, pas forcément de l’argent.
On a beau avoir de l’argent certains cercles peuvent rester fermés.
Il y a une forte interdépendance entre l’économique et le politique. Importance des réseaux, des «
amitiés », des intérêts croisés.
Globalement il y a une certaine hostilité entre les classes sociales et peu de mixité. Cela peut se
constater au sein de la même entreprise.
En termes d’organisation de l’espace, la France montre un système centralisé à l’extrême. Paris
en est l’exemple le plus frappant.
Le pays est marqué par une forte bureaucratie que déplorent les étrangers forcés de vivre sur
notre sol.
Comportement :
Pour les français les relations humaines sont essentielles. On accepte de passer beaucoup de
temps à développer ce point là, notamment au cours des repas qui sont un moment social très
important. On sait prendre le temps de vivre.
Les français sont très formels. Notamment en ce qui concerne les formes de communications. On
apprécie qu’un courrier ou un mail soit bien écrit et que des marques de politesse figurent aux
endroits appropriés. Chez les français, le savoir vivre, l’esprit, la répartie, le style et le panache
(voyez Cyrano de Bergerac) sont importants.
La communication orale est primordiale. Assez souvent cela bloque l’ascenseur social pour les
enfants d’immigrés ou de quartier populaires qui ont du mal à se faire embaucher. On peut être
très défavorisé par son style ou son accent.
Importance du style vestimentaire. Les français aiment soigner leur look. Le style français est
apprécié et admiré (on parle parfois de « french touch »). Les français (et surtout les françaises)
sont reconnus comme étant élégants.
Le style oral est indirect : Il permet plus de tact et de finesse. Pour un français, le style direct
parait trop rude, grossier ou même irrespectueux. Dans la discussion, il peut y avoir des
messages cachés parfois : on « fait comprendre que ».
Les français apprécient les discussions philosophiques et idéologiques, les débats d’idées, la
contradiction. Globalement la logique est très appréciée. On se fait volontiers « l’avocat du
diable » pour alimenter le débat.
Au niveau de la distance personnelle (nous en avons déjà parlé dans un article précédent), les
français sont plutôt proches de la personne et il peut y avoir des contacts physiques. Cela peut
prêter à confusion avec des étrangers qui n’ont pas le même référentiel surtout s’ils sont du sexe
opposé (« mais …. Il me drague là !!! »)
Les français sont vus comme chauvin, à propos de leur langue, et aussi dans leurs habitudes.
L’exemple du Club Med est parfois mentionné: le Club Med c’est recréer la France à l’étranger.
Les français donnent leur avis sur tout et se considèrent comme les arbitres du monde (cela ne
plait pas à certains !).
Les français sont conservateurs et montrent une certaine peur face aux changements et à
l’évolution.
Ils sont globalement pessimistes et attendent toujours le pire des autres. Il y a dans ce
comportement une certaine peur d’être déçus.
Valeurs véhiculées :
Le fait de mener des affaires (le business) n’est pas très bien perçu au niveau du prestige.
Médecins, professeurs, juristes, philosophes, artistes et écrivains sont bien mieux considérés par
la société.
Les français ont le sens de l’honneur très développé. On peut refuser de l’argent ou une bonne
affaire en cas de problème avec l’honneur ou si on estime que nos valeurs ont été bafouées.
Au travail :
Dans le cadre de l’entreprise, les salariés français sont perçus comme étant indépendants face à la
hiérarchie. Généralement, les subordonnés ne sont pas faciles à piloter.
Cela tient sans doute au fait que le français est individualiste et anticonformiste. Du fait qu’il ne
se plie pas facilement à la volonté du groupe, il est perçu comme ayant peu de qualité pour le
travail en équipe. Il est également connu pour ne pas suivre les règles et les procédures et pour
chercher systématiquement à les contourner.
Les chefs sont dépeints comme étant autoritaires. Certains chercheurs en interculturels voient le
commencement de cette tendance dès le plus jeune âge,  à l’école ou à la maison, où les Français
fonctionnent sur le mode de l’obéissance inconditionnelle (aux parents, au maître, …)  et sur le
mode de l’interdiction (« ne fait pas ci, ne fait pas ça »).
Dans le cadre du travail, on note peu de compliments et beaucoup de critiques. On parle rarement
des choses qui vont bien ou qui marchent, des « trains qui arrivent à l’heure ».
Les français peuvent être obstinés pour résoudre un problème. Un des meilleurs moyens de les
motiver est de les mettre au défi de réussir quelque chose.
Voici les qualités observées chez les travailleurs français: Ils sont compétents et méthodiques.
Mais pas perfectionnistes (à contrario des Allemands).
Bien sûr, dans un article ultérieur, nous nous livrerons au même exercice concernant les
américains et nous verrons comment les experts  américains de l’interculturel voient leur propre
peuple. Ensuite, sans doute, nous vous donnerons notre avis …