Vous êtes sur la page 1sur 34

Sommaire

Liste des tableaux...........................................................................................................3


LISTE DES FIGURES...................................................................................................3
Liste des abréviations.....................................................................................................4
NOTION ET SYMBOLE UTILISES............................................................................5
Introduction :..................................................................................................................6
Présentation....................................................................................................................7
Un peu d’Histoire.......................................................................................................8
Missions.....................................................................................................................8
Organisation...............................................................................................................9
L’office.................................................................................................................10
Ressources Humaines...............................................................................................10
Ressources humaines et gestion des compétences à l’ONA................................10
La politique Ressources Humaines de l’ONA.....................................................10
Organisation du personnel :.........................................................................................12
Définition dune eau usée..............................................................................................13
Origine des eaux usées urbaine....................................................................................14
Les eaux usées domestiques :...................................................................................14
Les eaux usées industrielles :..................................................................................14
Les eaux agricoles :..................................................................................................15
Les eaux pluviales :..................................................................................................15
Caractéristiques des eaux usées urbaine :....................................................................15
Les paramètres physico-chimiques :............................................................................15
La température :.......................................................................................................16
Le potentiel d'Hydrogène (pH) :..............................................................................16
La turbidité :.............................................................................................................16
Les matières en suspension (MES) :........................................................................16
Les matières volatiles en suspension (MVS) :.........................................................17
Les matières minérales (MMS) :..............................................................................17
La conductivité électrique (CE) :.............................................................................17
La demande biochimique en oxygène (DBO5) :......................................................17
La demande chimique en oxygène (DCO)...............................................................18
La biodégradabilité :................................................................................................18
Les procédés d’épuration des eaux usées urbaines..................................................19
Le Déversoir D’orage :.............................................................................................19
Les prétraitements :..................................................................................................20
Le dégrillage :..........................................................................................................20
Le dessablage...........................................................................................................22
Le dégraissage déshuilage :......................................................................................22
Le dégraissage..........................................................................................................23
Le dégraissage en pré traitement de station d’épuration :........................................23
Le déshuilage :.........................................................................................................23
Le déshuilage longitudinal :.....................................................................................23
Les déshuileurs flottateurs........................................................................................23
Traitement primaire :....................................................................................................23
La décantation associée à l’utilisation d’un coagulant- floculant chimique) :.............24
1. Culture fixe ;........................................................................................................25
Le lit bactérien :.......................................................................................................25
Disque biologique :..................................................................................................26
2. Culture libre :.......................................................................................................27
lagunage...............................................................................................................27
La boue activée :..................................................................................................28
Traitement tertiaire :.....................................................................................................31
Elimination de l’azote :............................................................................................31
Elimination du phosphore :......................................................................................32
Traitements complémentaires......................................................................................32
Traitement des odeurs..............................................................................................32
Désinfection des effluents........................................................................................33
Conclusion :.................................................................................................................34

Liste des tableaux


-Tableau01 : ………………………………………………………..21

-Tableau 02 : ………………………………………………………..31

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : ……………………………………………………………….8

Figure 2 : ………………………………………………………………12

Figure 3 : ………………………………………………………………13

Figure 4 : ………………………………………………………………21

Figure 5 : ………………………………………………………………22

Figure 6 : ………………………………………………………………23

Figure 7 ………………………………………………………………..24

Figure 8 : ……………………………………………………………....25

Figure 9: ……………………………………………………………….26

Figure 10 : ……………………………………………………………..27

Figure 11 : ……………………………………………………………..28

Figure 12 : ……………………………………………………………..28

Liste des abréviations


°C : Degré Celsius
E.D.T.A : Ethylène Diamine Tétra Acétique.
°F : Degré Français.
G.E : Générale Emballage.
g : Gramme
Kg : kilogramme.
L : Litre.
M : Masse molaire.
Méq : Milliéquivalent.
mg / L : Milligramme par litre.
NET : Noire Eriochrome Toluène.
N : Normalité.
ppm : Partie Par Million.
pH : Potentiel Hydrogène.
TH : Titre Hydrotimétrique.
TA : Titre Alcalimétrique.
TAC : Titre Alcalimétrique Complet.
V : Volume.
Z : Valence.
µS/cm : Micro Siemens par centimètre.
% : Pourcentage.

NOTION ET SYMBOLE UTILISES


DBO5 : Demande biochimique en oxygène pendant 5 jours (mg/l)

DCO : demande biochimique en oxygène (mg/l)

pH : Potentiel hydrogène

MES : Matière en suspension (mg/l)

MVS : Matière volatiles en suspension (mg/l)

MO : Matière organique (mg/l)

Cm : La charge massique

Cv : La charge volumique

Im : Indice de mohlman (cm3/g)

STEP : Station d’épuration

ONA : Office Nationale d’Assainissement

Introduction :
Tous les polluants sont un jour ou l’autre entraînés par l’eau. Ils se retrouvent dans les
eaux superficielles, ils sont retenus dans le sol ou encore ils sont piégés dans les eaux
souterraines. Donc comment élimine les polluants dans les eaux usées ? Et quelle sont
les étapes utiliser ? Pour quelle raison ?

Lors de notre sortie dans le STEP de tissemsilt les eaux usées subir une épuration ou
une dépollution. Pour cela, trois niveaux de traitements sont définis :

 Les prétraitements consistent à débarrasser les eaux usées des débris les plus
volumineux, des sables et des graisses (dégrillage, dessablage et dégraissage),
ce sont des étapes de séparation physique ou mécanique.
 Les traitements primaires visent à éliminer les matières minérales et
organiques en suspension par une décantation.
 Les traitements secondaires permettent d’une part d’éliminer les matières
organiques à l’aide des bactéries (traitement biologique). Le rôle de ces
bactéries est de transformer naturellement la pollution organique. Elles
éliminent le carbone, le phosphore et l’azote. D’autre part, un traitement
physico-chimique (la clarification) permet d’éliminer les matières résiduelles
par décantation.

Le principal objectif de la station d’épuration est de réduire le plus possible les


matières en suspension et les matières organiques pour ne pas asphyxier le cours
d’eau dans lequel va être déversée l’eau épurée.

Présentation
Figure 01

Placé sous la tutelle du Ministère des Ressources en Eau, l’Office National de l’Assainissement (ONA)
est un établissement public national à caractère industriel et commercial (E.P.I.C), créé par décret
exécutif n° : 01-102 du 21 Avril 2001.

Un peu d’Histoire

L’ONA se substitue à l’ensemble des établissements et organismes publics, nationaux, régionaux et


locaux en charge du service public de l’assainissement, notamment :

 L’Agence Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (AGEP)


 Les établissements publics nationaux à compétence régionale de gestion de l’assainissement.
 Les EPEDEMIA de wilaya ; les régies et services communaux de gestion des systèmes
d’assainissement.

Missions

Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique national de l’assainissement, l’Office National de


l’Assainissement est chargé sur le territoire national, de l’exploitation, de la maintenance, du
renouvellement, de l’extension et de la construction des ouvrages et des infrastructures
d’assainissement. Ainsi, il assure :
 La protection et la sauvegarde des ressources et environnement hydrique.
 La lutte contre toutes les sources de pollution hydrique.
 La préservation de la santé publique.

L’ONA assure également pour le compte de l’Etat, la maîtrise d’ouvrage et d’oeuvre déléguée
concernant les projets d’études, de réalisation de réhabilitation, de diagnostics des stations d’épuration,
des réseaux d’assainissement et de collecte de l’eau pluviale ainsi que des stations de relevage .

L’Office est également chargé de :

 Proposer au ministère de tutelle les mesures d’encouragement de l’état ou les incitations à


caractère technique ou financier dans le domaine de l’assainissement.
 Entreprendre toutes actions de sensibilisation, d’éducation, de formation ou d’étude et de
recherche dans le domaine de la lutte contre la pollution hydrique.
 Prendre en charge, éventuellement, les installations d’évacuation des eaux pluviales dans ses
zones d’intervention pour le compte des collectivités locales.
 Réaliser des projets nouveaux financés par l’état ou les collectivités locales.
 L’Office étudie et propose à l’autorité de tutelle la politique de tarification et de redevances
dans le domaine de l’assainissement et veille à son application.

En fin, l’office est chargé des missions opérationnelles suivantes :

 Etablir le cadastre des infrastructures de l’assainissement et en assurer sa mise à jour.


 Elaborer les schémas directeurs de développement des infrastructures d’assainissement
relevant de son domaine d’activité.
 Elaborer et mettre en œuvre la politique de promotion des sous produits de l’assainissement.

Siège Social: Carrefour de Sidi Arcine Route de Baraki B.P 86 Kouba.Alger 16000. Algérie
Tél. : (213) 23 92 21 82 - (213) 23 92 21 76 - (213) 23 92 21 77 / Fax : (213) 23 92 21 71
Organisation

L’ONA est doté d’un Conseil d’Orientation et de Surveillance et est dirigé par un Directeur Général.

Six directions centrales chargées respectivement de l’administration et des finances, des ressources
humaines et de la formation, de l’exploitation et de la maintenance, des études et travaux, du
patrimoine et des moyens généraux et enfin de la réglementation et de la gestion déléguée.

Trois (03) Directions Assainissement, Treize (13) zones, (44) Unités d’assainissement sur (44) wilaya,
(165) Centres d’assainissement et deux (02) Unités travaux et réhabilitations.

Zone d’Alger
Zone de Sétif
Zone de Tizi Ouzou
Zone de Chlef
Zone de Tiaret
Zone d’Oran
Zone de Constantine
Zone de Batna
Zone d’Annaba
Zone de Laghouat
Zone de Bechar
Zone de Tamanraset
Zone de Saïda
Direction de l’Assainissement d’Ouargla
Direction de l’Assainissement d’El Oued
Direction de l’Assainissement d’Oued Righ
L’office

Ressources Humaines

Ressources humaines et gestion des compétences à l’ONA

L’Office National de l’Assainissement compte actuellement 13 370 employés répartis sur 44


wilayate et 1 147 communes. Depuis 2008, l’Office a fait l’objet d’une réorganisation avec la mise en
place de 3 niveaux de gestion :

 Central : Direction Générale


 Régional : 13 zones et 3 directions d’assainissement.
 Local : 44 unités correspondant à 44 wilayates

 La politique Ressources Humaines de l’ONA

 Durant ses 10 années d’existence, l’ONA a été et continue d’être un important pourvoyeur d’emplois
en offrant des débouchés de carrière pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur et
professionnel (hydraulique, électromécanique, Génie civil, biologie..). De part la nature même de son
activité, l’ONA offre aussi l’opportunité aux jeunes non-diplômés ou peu qualifiés d’acquérir une
qualification et un emploi stable dans les métiers de l’assainissement. Pour atteindre les objectifs
stratégiques fixés par la Direction Générale, l’ONA s’est dotée d’une politique des ressources
humaines visant à :

- Acquérir les compétences nécessaires pour gérer efficacement le parc national des
infrastructures et installations d’assainissement ainsi que les projets de développement .

- Retenir et motiver les compétences à travers :

 La promotion interne qui est l’outil fondamental de pourvoi aux postes de responsabilité.
 La promotion des jeunes aux postes de responsabilité (Développement des carrières).
 La stabilité de l’emploi (prés de 70% de l’effectif de l’ONA disposent de contrats de travail à
durée indéterminée). 

- Assurer l’insertion de l’élément féminin, en particulier dans les filières de laboratoire, de


gestion des stations d’épuration des eaux usées et d’encadrement (11% de l’effectif).

- Préserver la qualité du climat social à travers :

 La participation des travailleurs (Mise en place du Comité de participation chargé d’exprimer


des avis sur les actes de gestion de l’entreprise).
 Les négociations collectives : l’élaboration de la convention collective de travail et des
accords collectifs avec le syndicat d’entreprise en vue de définir les conditions d’emploi et de
travail (Normes de travail, salaires et indemnités, période d’essai, absences, exercice du droit
de grève,…).
 La prévention des conflits de travail par la mise en place d’un dispositif de règlement interne
de ces conflits.

- La santé du travailleur est au cœur des préoccupations de la direction générale de l’ONA qui a
instauré des règles strictes en la matière en vue de se conformer à la réglementation d’une part et
d’assurer l’efficacité au travail tout en préservant la vie et la santé de son capital humain

 Visite médicale à l’embauche systématique.


 Visites médicales périodiques.
 Campagnes de vaccination systématiques.
  Port des équipements de protection individuelle obligatoire et systématique pour les agents
d’exploitation (tenue, chaussures de sécurité…etc).
  Port des équipements de protection collective obligatoire (signalisation de chantier, détecteurs
de gaz…etc).
 Mise à disposition de douches et vestiaires dans les centres d’assainissement.
  Formation permanente et continue sur la prévention des risques d’accidents.
 Formations de secourisme.-Cette politique a donné ses fruits et a permis de réduire
considérablement le nombre d’accidents de travail.
Figure 02 :la step de tissemsilt

Organisation du personnel :
Cette organisation mise en place permettra d’une part, d’atteindre les objectifs de
qualité d’exploitation et de maintenance des installations attendues par le maître
d’ouvrage et d’une autre part, assurera le transfert de l’exploitation de la station.

Le personnel exploitant est placé sous l’autorité du Directeur d’exploitation de la


station d’épuration de tissemsilt. Ce dernier est assisté par un directeur et un personnel
support «expert» dans le domaine de traitement de l’eau.
L’organigramme du personnel est le suivant :

Figure03 : toutes supervisées et contrôlées par le chef de la station (direction STEP

Définition d’une eau usée


La pollution de l’eau s’entend comme, une modification défavorable ou nocive des
propriétés physico-chimiques et biologiques, produite directement ou indirectement
par les activités humaines, les rendant impropres à l’utilisation normale établit». Les
eaux usées sont toutes les eaux des activités domestiques, agricoles et industrielles
chargées en substances toxiques qui parviennent dans les canalisations
d'assainissement. Les eaux usées englobent également les eaux de pluies et leur
charge polluante, elles engendrent au milieu récepteur toutes sortes de pollution et de
nuisance (Dugniolle, 1980).

Origine des eaux usées urbaine


Suivant l'origine et la qualité des substances polluantes, on distingue quatre catégories
d'eaux usées :

Les eaux usées domestiques : Elles proviennent des différents usages domestiques
de l'eau. Elles sont constituées essentiellement d’excréments humains, des eaux
ménagères de vaisselle chargées de détergents, de graisses appelées eaux grises et de
toilette chargées de matières organiques azotées, phosphatées et de germes fécaux
appelées eaux noires

Les eaux usées industrielles :

Elles sont très différentes des eaux usées domestiques. Leurs caractéristiques varient
d'une industrie à l'autre. En plus des matières organiques, azotées ou phosphorées,
elles sont chargées en différentes substances chimiques organiques et métalliques.
Selon leur origine industrielle elles peuvent également contenir :

 des graisses (industries agroalimentaires, équarrissage) ;


 des hydrocarbures (raffineries) ;
 des métaux (traitements de surface, métallurgie) ;
 des acides, des bases et divers produits chimiques
(industries chimiques divers, tanneries) ;
 de l'eau chaude (circuit de refroidissement des centrales thermiques) ;
 des matières radioactives (centrales nucléaires, traitement des déchets
radioactifs).
Avant d'être rejetées dans les réseaux de collecte, les eaux usées industrielles
doivent faire l'objet d'un traitement. Elles ne sont mélangées aux eaux domestiques
que lorsqu'elles ne présentent plus de danger pour les réseaux de collecte et ne
perturbent pas le fonctionnement des stations d’épurations.

Les eaux agricoles :

L'agriculture est une source de pollution des eaux non négligeable car elle apporte les
engrais et les pesticides. Elle est la cause essentielle des pollutions diffuses. Les eaux
agricoles issues de terres cultivées chargés d'engrais nitratés et phosphatés, sous une
forme ionique ou en quantité telle, qu'ils ne seraient pas finalement retenus par le sol
et assimilés par les plantes, conduisent par ruissellement à un enrichissement en
matières azotées ou phosphatées des nappes les plus superficielles et des eaux des
cours d'eau ou des retenues.

Les eaux pluviales :

Les eaux de pluie ruissellent dans les rues où sont accumulées polluants
atmosphériques, poussières, détritus, suies de combustion et hydrocarbures rejetés par
les véhicules. Les eaux de pluies, collectées normalement à la fois avec les eaux usées
puis déversées dans la canalisation d’assainissement et acheminées vers une station
d’épuration, sont souvent drainées directement dans les rivières entrainant ainsi une
pollution intense du milieu aquatique.

Caractéristiques des eaux usées urbaine :


Les normes de rejet des eaux usées, fixent des indicateurs de qualité physico-
chimique et biologique. Ce potentiel de pollution généralement exprimée en mg/l, est
quantifié et apprécié par une série d’analyses. Certains de ces paramètres sont
indicateurs de modifications que cette eau sera susceptible d’apporter aux milieux
naturels récepteurs. Pour les eaux usées domestiques, industrielles et les effluents
naturels, on peut retenir les analyses suivantes :

Les paramètres physico-chimiques :


Ils résultent de l'introduction dans un milieu des substances conduisant à son
altération, se traduisant généralement par des modifications des caractéristiques
physico-chimiques du milieu récepteur. La mesure de ces paramètres se fait au niveau
des rejets, à l’entrée et à la sortie des usines de traitement et dans les milieux naturels.

La température :

La température est un facteur écologique important des milieux aqueux. Son élévation
peut perturber fortement la vie aquatique (pollution thermique). Elle joue un rôle
important dans la nitrification et la dénitrification biologique. La nitrification est
optimale pour des températures variant de 28 à 32°C par contre, elle est fortement
diminuée pour des températures de 12 à 15°C et elle s’arrête pour des températures
inférieures à 5°C (Bollags JM 1973 ; Rodier et al, 2005).

Le potentiel d'Hydrogène (pH) :

Les organismes sont très sensibles aux variations du pH, et un développement correct
de la faune et de la flore aquatique n'est possible que si sa valeur est comprise entre 6
et 9. L'influence du pH se fait également ressentir par le rôle qu'il exerce sur les autres
éléments comme les ions des métaux dont il peut diminuer ou augmenter leur mobilité
en solution biodisponible et donc leur toxicité. Le pH joue un rôle important dans
l’épuration d’un effluent et le développement bactérien. La nitrification optimale ne se
fait qu’à des valeurs de pH comprises entre 7,5 et 9.

La turbidité :

La turbidité est inversement proportionnelle à la transparence de l'eau, elle est de loin


le paramètre de pollution indiquant la présence de la matière organique ou minérale
sous forme colloïdale en suspension dans les eaux usées. Elle varie suivant les
matières en suspension (MES) présentes dans l'eau

Les matières en suspension (MES) :

Elles représentent, la fraction constituée par l’ensemble des particules, organiques


(MVS) ou minérales (MMS), non dissoutes de la pollution. Elles constituent un
paramètre important qui marque bien le degré de pollution d’un effluent urbain ou
même industriel. Les MES s’expriment par la relation suivante :
MES = 30% MMS + 70% MVS

Les matières volatiles en suspension (MVS) :

Elles représentent la fraction organique des MES et sont obtenues par calcination de
ces MES à 525°C pendant 2 heures. La différence de poids entre les MES à 105°C et
les MES à 525°C donne la « perte au feu » et correspond à la teneur en MVS en
(mg/l) d’une eau ;

Les matières minérales (MMS) :

Elles représentent le résultat d’une évaporation totale de l’eau, c'est-à-dire son «


extrait sec » constitué à la fois par les matières en suspension et les matières solubles
telles que les chlorures, les phosphates, etc.

L’abondance des matières minérales en suspension dans l’eau augmente la turbidité,


réduit la luminosité et par ce fait abaisse la productivité d’un cours d’eau, entrainant
ainsi une chute en oxygène dissous et freinant les phénomènes photosynthétiques qui
contribuent à la réaération de l’eau. Ce phénomène peut être accéléré par la présence
d’une forte proportion de matières organiques consommatrices d’oxygène (Duguet et
al, 2006).

La conductivité électrique (CE) :

La conductivité est la propriété que possède une eau à favoriser le passage d’un
courant électrique. Elle fournit une indication précise sur la teneur en sels dissous
(salinité de l’eau). La conductivité s’exprime en micro Siemens par centimètre et elle
est l’inverse de la résistivité qui s’exprime en ohm par centimètre. La mesure de la
conductivité permet d’évaluer la minéralisation globale de l’eau (REJSEK, 2002).

Sa mesure est utile car au-delà de la valeur limite de la salinité correspondant à une
conductivité de 2500 µSm/cm, la prolifération de microorganismes peut être réduite
d’où une baisse du rendement épuratoire.

La demande biochimique en oxygène (DBO5) :

La DBO5 comme étant la quantité d'oxygène consommée par les bactéries, à 20°C à
l'obscurité et pendant 5 jours d'incubation d'un échantillon préalablement ensemencé,
temps qui assure l'oxydation biologique d'une fraction de matière organique carbonée.
Ce paramètre mesure la quantité d'oxygène nécessaire à la destruction des matières
organiques grâce aux phénomènes d'oxydation par voie aérobie. Pour la mesurer, on
prend comme référence la quantité d'oxygène consommée au bout de 5 jours ; c'est la
DBO5. Elle se résume à la réaction chimique suivante :

Substrat + micro organisme + O2 → CO2 + H2O + énergie + biomasse

La demande chimique en oxygène (DCO)

La Demande_Chimique en Oxygène (DCO) est la mesure de la quantité d’oxygène


nécessaire pour la dégradation chimique de toute la matière organique biodégradable
ou non contenue dans les eaux à l’aide du bichromate de potassium à 150 °C. Elle est
exprimée en mg O2/l. La valeur du rapport DCO/DBO indique le coefficient de
biodégradabilité d’un effluent, il permet aussi de définir son origine (Suschka. J et
Ferreira. E, 1986).

Généralement la valeur de la DCO est :

DCO = 1.5 à 2 fois DBO Pour les eaux usées urbaines

DCO = 1 à 10 fois DBO Pour tout l’ensemble des eaux résiduaires

DCO > 2.5 fois DBO Pour les eaux usées industrielles

La relation empirique de la matière organique (MO) en fonction de la DBO5 et la


DCO est donnée par l’équation suivante

MO = (2 DBO5 + DCO)/3

La biodégradabilité :

La biodégradabilité traduit l’aptitude d’un effluent à être décomposé ou oxydé par les
micro-organismes qui interviennent dans le processus d’épuration biologique des
eaux. La biodégradabilité est exprimée par un coefficient K, tel que, K=DCO /DBO5 :

 Si k < 1,5 : cela signifie que les matières oxydables sont


constituées en grande partie de matières fortement biodégradable
 Si 1,5 < K< 2,5 : cela signifie que les matières oxydables sont
moyennement biodégradables

 Si 2,5 < K< 3 : les matières oxydables sont peu biodégradables

 Si K> 3 : les matières oxydables sont non biodégradables

Un coefficient K très élevé traduit la présence dans l’eau d’éléments inhibiteur de la


croissance bactérienne, tels que, les sels métalliques, les détergents, les phénols, les
hydrocarbures … etc.

La valeur du coefficient K détermine le choix de la filière de traitement à adopter, si


l’effluent est biodégradable on applique un traitement biologique, si non on applique
un traitement physico-chimique.

Les procédés d’épuration des eaux usées urbaines

Selon le degré d'élimination de la pollution et les procédés mis en œuvre, plusieurs


niveaux de traitements sont définis : les prétraitements, le traitement primaire et le
traitement secondaire. Dans certains cas, des traitements tertiaires sont nécessaires,
notamment lorsque l'eau épurée doit être rejetée en milieu particulièrement sensible
Une station d’épuration comporte généralement une phase de prétraitement, pendant
laquelle les éléments les plus grossiers sont éliminés par dégrillage (pour les solides
de grandes tailles), puis par flottaison/décantation (pour les sables et les graisses).
Vient ensuite un traitement dit primaire, une décantation plus longue, pour éliminer
une partie des MES. Des traitements physico-chimiques et/ou biologiques sont ensuite
appliqués afin d’éliminer la matière organique. Ils sont généralement suivis d’une
phase de clarification qui est encore une décantation. Enfin, un traitement des nitrates
et des phosphates est exigé en fonction de la sensibilité du milieu récepteur. Il existe
également des traitements dits extensifs, comme le lagunage, qui combinent des
traitements biologiques, physiques et naturels.

Le Déversoir D’orage :

Il s’agit de dispositifs permettant de gérer les débits admis dans les réseaux de
collecte unitaires et les stations ’épuration. En effet, en cas de Fortes pluies, la
capacité des stations ne permet pas toujours de traiter l’ensemble des eaux récoltées
dans le réseau de collecte. Il est alors nécessaire de dévier une partie de ces flux afin
d’éviter l’encombrement des conduites et l’inondation des agglomérations. Un
déversoir d’orage va donc dévier une partie des eaux usées lorsque le débit en amont
dépasse le débit maximum qui peut être admis en aval et dans la station d’épuration.
Le débit excédentaire est évacué soit vers le milieu récepteur soit vers un dispositif de
stockage : bassin d’orage ou bassin de dépollution.( BERNARD ANTOINE 2009) .

Les prétraitements :

Les eaux brutes doivent généralement subir, avant leur traitement proprement dit, un
prétraitement qui comporte un certain nombre d'opérations, uniquement physiques ou
mécaniques. Il est destiné à extraire de l'eau brute, la plus grande quantité possible
d'éléments dont la nature ou la dimension constitueront une gêne pour les traitements
ultérieurs. Selon la nature des eaux à traiter et la conception des installations, le
prétraitement peut comprendre les opérations : (le dégrillage), principalement pour les
déchets volumineux, (le dessablage) pour les sables et graviers et (le dégraissage-
déshuilage ou d’écumage-flottation) pour les huiles et les graisses (BENELMOUZ
2015)

Le dégrillage :

Au cours du dégrillage, les eaux usées passent au travers d'une grille dont les
barreaux, plus ou moins espacés, retiennent les matières les plus volumineuses et
flottantes charriées par l'eau brute, qui pourraient nuire à l'efficacité des traitements
suivants ou en compliquer leur exécution. Le dégrillage permet aussi de protéger la
station contre l'arrivée intempestive des gros objets susceptibles de provoquer des
bouchages dans les différentes unités de l'installation. Les éléments retenus sont,
ensuite, éliminés avec les ordures ménagères.

Cette opération est effectuée si possible avant la station de relevage afin de protéger
les pompes à vis d’Archimède et de ne pas gêner le fonctionnement des étapes
ultérieur du traitement et on a :

 Le pré dégrillage grossier dont les barreaux des grilles sont espacés de
30 à 100mm ;
 Le dégrillage moyen de 10 à 30mm

 Le dégrillage fin moins de 10mm.


Les grilles peuvent être verticales, mais sont le plus souvent inclinées de 60° à 80° sur
l’horizontale. (DESHAYES 2008)
Tableau1 : les différentes étapes du dégrillage (ELALAOUI 2015)

Tableau01

Figure04:pré_dégrilleur (ELALAOUI 2013)

Figure05 : dégrilleur moyen (ELALAOUI 2013)


Le dessablage :Le dessablage a pour but d'extraire des eaux brutes les graviers,
les sables et les particules minérales plus ou moins fines, de façon à éviter les
dépôts dans les canaux et conduites, ainsi pour protéger les pompes et autres
appareils contre l'abrasion et à éviter de surcharger les stades de traitements
ultérieurs en particulier les réacteurs biologiques. L'écoulement de l'eau, à une
vitesse réduite, dans un bassin appelé "dessableur" entraine leur dépôt au fond de
l'ouvrage. Les sables récupérés, par aspiration, sont ensuite essorés, puis lavés
avant d'être soit envoyés en décharge, soit réutilisés selon la qualité du lavage.

Cette opération concerne les particules minérales de granulométrie supérieure à


100µm. (BENELMOUZ 2015)

Le dégraissage déshuilage :

Les graisses et les l’huiles étant des produits de densité légèrement inférieure à
l’eau issues non seulement des habitations, mais aussi des restaurants, des
garages, des chaussées, des usines, des abattoirs, … etc.

Le déshuilage est une opération de séparation liquide-liquide, alors que le


dégraissage est une opération de séparation solide-liquide (à la condition que la
température de l'eau soit suffisamment basse, pour permettre le figeage des
graisses). Ces deux procédés visent à éliminer la présence des corps gras dans les
eaux usées, qui peuvent gêner l'efficacité du traitement biologique qui intervient
en suite

Figure 06 : dessabler _ déshuileur (ELALAOUI 2013)

Le dégraissage :Le dégraissage avant rejet au réseau Actuellement, avant


l’admission des eaux dans le réseau de collecte l’administration sanitaire impose
aux usagers la mise en place de séparateurs à graisses préfabriqués ou construit
sur place. Ces appareils sont dimensionnés pour un temps de séjours de 3 à 8 min
avec une vitesse ascensionnelle de sédimentation d’environ 15m/h (0.25mlmn).
Les rendements de rétention des graisses par ces appareils peuvent atteindre 80 à
90% en fonction de la température qui doit être inférieur à 30°C

Le dégraissage en pré traitement de station d’épuration :

Un dégraissage grossier peut être obtenu soit dans une chambre ou des eaux sont
tranquillisées dans un bac à cloisons siphoïdes, soit dans décanteur primaire
circulaire muni d’une insufflation d’air favorisant la remontée des particules de
graisses et leur agglomération en surface.

Le déshuilage :

Le déshuilage longitudinal :

L’ouvrage à une forme rectangulaire à circulation longitudinale.

Le déshuilage s’effectue dans l’ouvrage par flottation naturelle des gouttelettes


d’huile

Les déshuileurs flottateurs :Ce sont des appareils utilisés en traitement d’eaux


résiduaire contenant des pigments, des graisses ou des hydrocarbures, les
techniques de flottation habituelle par pressurisation (mise sous pression en
petites bulles).

Traitement primaire :
Le traitement s’effectue par voie physico-chimique et a pour but d’extraire le
maximum de matières en suspension et de matières organiques facilement
décantables.
Trois voies de traitement sont possibles :
La décantation (processus physique) : le principe de séparation solide-liquide
est la pesanteur, les matières en suspension ou colloïdales tendent à se séparer du
liquide par sédimentation.
Figure 07 : Le décanteur primaire (ELALOUI 2013)

La flottation (processus physique) : par opposition à la décantation, la flottation est


un procédé de séparation solide-liquide ou liquide-liquide qui s’applique à des
particules dont la masse volumique réelle ou apparente (flottation assistée) est
inférieure à celle du liquide qui les contient.

La décantation associée à l’utilisation d’un coagulant-


floculant chimique) :
le principe est ici de favoriser l’agrégation des molécules en de coagulation et de
floculation de suspension grâce à la technique façon à augmenter la sédimentation
grâce à l’obtention de flocs plus gros.
Durant la phase de traitement primaire, une quantité importante de la pollution totale
est éliminée (abattement des matières en suspension pouvant atteindre 90 % et de la
demande biochimique en oxygène de l’ordre de 35 %. La DCO et la concentration en
azote peuvent également être réduits durant cette phase de traitement .les matières
solides extraites représentent ce que l’on appelle les boues primaires. (ATAB 2011)
Figure 08 : Les prétraitements physico-chimiques (ANONYME 2006)

Traitement secondaire (biologique) :  Le traitement de eaux usées dans les stations


de traitement biologique et d’épuration faite appel à différentes techniques : soit la
culture fixe ou la culture libre. (ATABE 2011)
1. Culture fixe ; - le lit bactérien.
- les disques biologiques.
2. Culture libre ; - Le lagunage. 
- Les boues activées.

1. Culture fixe ;

Le lit bactérien : Le principe de fonctionnement d'un lit bactérien consiste à faire


ruisseler les eaux usées, préalablement décantées sur une masse de matériaux poreux
ou caverneux qui sert de support aux micro-organismes (bactéries) épurateurs. Une
aération est pratiquée soit par tirage naturel soit par ventilation forcée. Il s'agit
d'apporter l'oxygène nécessaire au maintien des bactéries aérobies en bon état de
fonctionnement. Les matières polluantes contenues dans l'eau et l'oxygène de l'air
diffusent, à contre-courant, à travers le film biologique jusqu'aux micro-organismes
assimilateurs. Le film biologique comporte des bactéries aérobies à la surface et des
bactéries anaérobies près du fond. Les sous-produits et le gaz carbonique produits par
l'épuration s'évacuent dans les fluides liquides et gazeux. Le rendement maximum de
cette technique est de 80 % d'élimination de la DBO5 (ZEGHOUD 2014).

Figure 09: Lit Bactérien  (F. EDELINE 1993)

Disque biologique :

Les disques biologiques ou bio disques sont des disques enfilés parallèlement sur un
axe horizontal tournant. Ces disques plongent dans une auge, où circule l'eau à épurer
ayant subi une décantation. Pendant une partie de leur rotation ils se chargent de
substrat puis ils émergent dans l'air le reste du temps (pour absorber de l'oxygène).
Les disques sont recouverts par un bio film sur les deux faces. Ils ont un diamètre de 1
à 3 m, sont espacés de20 mm et tournent à une vitesse de 1 à 2 tr mn1
Les boues en excès se détachent du disque et Sont récupérées dans un clarificateur
secondaire avant rejet dans le milieu naturel.(ATAB 2013)

Figure 10 : disque biologique (ATAB 2013)


2. Culture libre :

lagunage :Le lagunage est un procédé naturel d'épuration des eaux usées qui permet
une séparation des éléments solides de la phase liquide par sédimentation, et une
épuration biologique due essentiellement à l'action des bactéries.
Les bassins de lagunage sont généralement aux nombres de trois. Ils sont destinés à
recevoir de l'eau, la traiter pendant un certain temps pour la restituer ensuite au milieu
récepteur. Un bassin de lagunage, s'il est assez simple dans sa réalisation et dans son
aspect extérieur, est en réalité un système d'épuration où entrent en jeu toute une série
de processus physiques, chimiques et biologiques extrêmement complexes.
Le fonctionnement repose sur la constitution d'une chaîne alimentaire complète, il est
basé sur la symbiose entre de véritables êtres vivants : les algues et les bactéries.
L'écosystème est très complexe car l'action des êtres vivants est dépendante de très
nombreux facteurs non maîtrisables : la température, l'ensoleillement

Figure 11: lagunage (ANONYME)

La boue activée :
Les boues activées sont utilisées comme épurateur biologique dans le traitement des eaux
usées. La boue activée, composée essentiellement de micro-organismes floculants, est
mélangée avec de l'oxygène dissous et de l'eau usée. C'est ainsi que les micro-organismes de
la boue activée entrent constamment en contact avec les polluants organiques des eaux
résiduaires, ainsi qu'avec l'oxygène, et sont maintenus en suspension. L'aération des eaux
résiduaires a lieu dans des bassins en béton qui ont une forme appropriée en fonction du
système d'aération, du mode d'introduction des eaux et de la boue activée. On appelle ces
bassins : bassins d'aération ou bassins à boues activées. Afin de maintenir une biomasse
suffisante, la boue est recyclée par pompage dans le bassin de décantation secondaire.
(ELALAOUI 2013)

Figure 12 : schéma de base du procédé de boues actives (RAHMANI 2013)

Les avantages et inconvénients des filières (la bous active et lagunage, Lit
bactérien et disque biologique)

Tableau 2: Avantages et inconvénients des filières. (RAHMANI 2013)


Tableau02

Traitement tertiaire :
Certains rejets d’eaux traitées sont soumis à des réglementations spécifiques
concernant l’élimination d’azote, de phosphore ou des germes pathogènes, qui
nécessitent la mise en œuvre de traitements tertiaires. Il regroupe toutes les
opérations physiques et chimiques qui complètent les traitements primaires et
secondaires. (ATAB 2011)

Elimination de l’azote :

Dans la plupart des eaux usées, l’azote est sous forme organique ou ammoniacale
(NH4+). Une correcte oxygénation dans le bassin d’aération permet aux bactéries
de transformer l’azote organique en ammoniaque puis d’oxyder l’ammoniaque en
nitrate (NO3-). Cette oxydation est une nitrification.

Les nitrates sont alors transformés en azote gazeux en condition anoxie :

 absence d’oxygène dissout


 présence d’oxygène combiné aux nitrates

Il faut stopper l’aération pour réaliser cette étape appelée dénitrification.


Il est a noter que dans de nombreuses installations, cette phase n’est pas
distincte du traitement secondaire puisque réalisée à faible charge dans le bassin
à boues. Il suffit d’alterner les phases d’aération et d’anoxie. (RAHMANI
2013)

Elimination du phosphore :

L'élimination du phosphore, ou "déphosphoration", peut être réalisée par des


voies physico-chimiques ou biologiques. En ce qui concerne les traitements
physico-chimiques, l’adjonction de réactifs, comme des sels de fer ou
d'aluminium, permet d'obtenir une Précipitation de phosphates insolubles et leur
élimination par décantation. Ces techniques, les plus utilisées actuellement,
éliminent entre 80 % et 90 % du phosphore, mais engendrent une importante
production de boues. (BENELMOUAZ 2015)

Traitements complémentaires
Traitement des odeurs : Les eaux usées, chargées en matières organiques
particulaires et dissoutes, peuvent induire directement ou indirectement, par l’intermédiaire
de leurs sous-produits d’épuration (graisses, boues), la formation d’odeurs désagréables
suivant un processus de fermentation.
Les odeurs provenant des STEP sont dues aux gaz, aérosols ou vapeurs émises
par certains produits contenus dans les eaux usées ou dans les composés se
formant au cours des différentes phases de traitement

Les sources les plus importantes d’odeurs sont :

 Les prétraitements
 Les boues et leur traitement.
Pour éviter ces nuisances, les ouvrages sensibles seront couverts et munis d’un
système de ventilation ainsi que d’une unité de traitement biologique des
odeurs.

On distingue généralement deux types de traitement biologique des odeurs : les


bio-filtres et les bio-laveurs. Dans les premiers, la biomasse est supportée par un
plancher spécifique et l’air traverse le massif (souvent de la tourbe). Les
seconds réalisent un deuxième filtre grâce à une suspension. La biomasse est
libre, et l’épuration se produit dans un réacteur (RAHMANI 2013)

Désinfection des effluents : Ce traitement a pour objectif principal d’améliorer


la qualité bactériologique de l’effluent épuré. Il existe différentes techniques
(désinfection au chlore, au brome, par l’ozone, par rayonnement UV ou par lagunage).
La station d’épuration de Sainte Soulle utilisera le rayonnement UV, procédé en plein
essor actuellement du fait de son faible coût d’exploitation. (DESHAYES 2008)
Conclusion :

Ce chapitre a permis de décrire les différentes méthodes analytiques adoptées au


laboratoire de la STEP de Tissemsilt pour déterminer les paramètres qui contrôlent la
pollution des eaux usées.
nous pouvons conclure qu'au niveau de la STEP de Tissemsilt, les rendements
d'élimination sont en fonction des charges polluantes exprimées en termes de DCO,
DBO5, MES, N-NH4+.
Ces rendements varient en fonction de la nature de polluants dans le sens croissant de
la manière suivante : MES > DBO5 > DCO> N-NH4+.
La station d'épuration s'est avérée plus performante vis-à-vis l'élimination de MES
dont les rendements sont entre 92.13% et 92.65%. La décantation primaire dans la
station aurait joué un rôle dans cette performance.
L'élimination de la matière organique en termes de DBO5 est plus importante
(92.07% à 94.64%) comparativement à la matière organique mesuré par le DCO
(75.94% à 89.53% )
Les rendements de l’azote ammoniacal dont la présence dans l'eau brute traduit
habituellement un processus de dégradation incomplète sont entre 79.81% et 77.42%.

Cette étude a pour objectif d’évaluer les performances et bon exploitation de la STEP
de la ville de Tissemsilt principalement le filière eau.

Vous aimerez peut-être aussi