Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre II La Biomasse

LE BIOGAZ

Introduction

Le biogaz est un gaz combustible, mélange de méthane et de gaz carbonique,


additionné de quelques autres composants. Le préfixe bio (vivant) indique sa
provenance : les matières organiques, qui libèrent le biogaz lors de leur
décomposition selon un processus de fermentation. Il s’agit d’un processus de
fermentation réalisé par des bactéries dites méthanogènes, ce processus est également
appelé méthanisation :

1. Principe La méthanisation

Elle est le résultat d’une activité microbienne complexe, réalisée dans des
conditions anaérobies. La digestion anaérobie est un processus biologique de
dégradation qui permet de transformer des substrats organiques complexes en
molécules contenant un seul carbone, telles que le méthane (CH4) et le dioxyde de
carbone (CO2). Le processus se déroule en quatre phases distinctes, chacune réalisée
par une classe de micro-organismes spécialisés, qui se développe en absence
d’oxygène (facultative ou stricte) :

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 1


Chapitre II La Biomasse

Figure1 : Principe de la méthanisation

La matière organique est constituée principalement de protéines, d’hydrate de


carbones et de lipides. Cette source complexe est dans un premier temps hydrolysé en
molécule simple (acides aminés, sucres et acides gras). Ces produits intermédiaires
sont ensuite transformés en acide organiques, comme par exemple l’acide
propionique, l’acide butyrique… Des alcools, de l’hydrogène, du dioxyde de carbone
et de l’eau sont également formés. C’est l’étape de l’acidogenèse.

L’étape d’acétongenèse permet la transformation des composés formés


précédemment en précurseur du méthane, l’acide acétique, le dioxyde de carbone et
l’hydrogène. La méthanogenèse est ensuite assurée par deux voies.

- A partir d’hydrogène et de CO2 à l’aide des bactéries hydrogénotrophes.

- Et à partir d’acétate avec les bactéries acétotrophes.

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 2


Chapitre II La Biomasse

On considère que 70% de la production de méthane provient des acétates. Les deux
premières étapes de la fermentation sont faites par des bactéries anaérobie et aérobie.
La méthanogenèse est en revanche strictement anaérobie.

Équivalences

1 m3 de biogaz 5 kWh

0,5 m3 de méthane

0,5 l de carburant

Effluents d’une vache 600 à 900 m3 de


méthane
1 tonne de lisier (Le lisier est un effluent agricole, mélange de 15 m3 de méthane
déjections d'animaux d'élevage
1 tonne de tonte de pelouse 120 m3 de méthane
1 tonne d’huile alimentaire usagée 700 m3 de méthane

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 3


Chapitre II La Biomasse

2. LES SOURCES DU BIOGAZ

Les substrats permettant de réaliser une digestion anaérobie sont principalement,


les effluents d’élevage, les eaux usées urbaines, la fraction organique des ordures
ménagères et les déchets agro alimentaire

2.1 Les décharges :

Une personne produit plus de 1 kg de d’ordure par jour. Les deux tiers de ces
ordures sont biodégradables (composé de papiers, cartons et matières putrescibles) et
donc susceptible d’être valorisées en biogaz.

2.2 Les effluents d’élevage :

L’élevage de vache, de moutons et de volailles produit plus 300 millions de


tonnes par an. Le traitement de ces déchets est donc essentiel pour éviter la pollution
et les nuisances créées par ces concentrations très importantes d’animaux. De plus les
déchets d’animaux contiennent de nombreux micro organismes pathogènes pour
l’homme et les animaux. La digestion anaérobie permet de les détruire et évite ainsi
les risques provoqués par les méthodes d’épandage classique de lisiers non traités.

2.3 Les boues des stations d’épuration :

Le principal but de la méthanisation des eaux usées est de réduire les nuisances
olfactives et de réduire les volumes de déchets. De plus la méthanisation permet à la
station d'être plus ou moins autonome en énergie.

2.4 Les effluents des industries agroalimentaires :

La méthanisation permet d'éviter le rejet de matières organiques trop riches, et


peut s'accompagner d'une valorisation énergétique.

2.5 Le fond des lacs et marais :

Le biogaz y est produit naturellement par les sédiments organiques qui s'y
accumulent.
GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 4
Chapitre II La Biomasse

3. COMPOSITION DU BIOGAZ

Le biogaz contient principalement du méthane et du gaz carbonique. La


proportion de ces deux gaz dépend de la nature du substrat, et plus précisément de la
proportion Carbone - Hydrogène - Oxygène - Azote (CHON). Un substrat riche en C
et H produit une forte proportion de méthane, jusqu'à 90 %. Un substrat
moyennement riche, comme la cellulose, produit un biogaz contenant typiquement 55
% de méthane et 45 % de gaz carbonique. La teneur en biogaz du méthane varie
entre 25 et 70%.

Le biogaz ne contient pas que du méthane et du gaz carbonique en


proportionvariable. Des composés soufrés (H2S, mercaptans) et des composés azoté
(ammoniac, azote) sont généralement présents dans le biogaz en faible quantité
(<1000 ppm). De l’hydrogène, des produits intermédiaires de fermentation (alcools,
acides, esters…), des siloxanes et des organochlorés sont également présents dans le
biogaz à l’état de traces.

La composition du biogaz peut donc beaucoup varier en fonction de la


composition du substrat de départ, du type de fermenteurs et de la durée de
fermentation

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5


Chapitre II La Biomasse

4. LES UTILISATIONS DU BIOGAZ

 Carburant : le biogaz peut servir de carburant pour véhicules (GNV) à la place du


gaz naturel fossile classique.
 Production d’électricité et de chaleur : grâce à la combustion de ce gaz
renouvelable dans un moteur à gaz ou une petite turbine, il peut produire de
l’électricité et de la chaleur en cogénération. Il s’agit ici du principe de production
simultanée de deux énergies différentes dans le même processus. L’électricité peut
ensuite être injectée sur le réseau. La chaleur peut servir à chauffer une serre et
l’enrichir en C02, à alimenter une centrale thermoélectrique, un chauffage collectif…
Le rendement d’exploitation d’une cogénération chaleur-électricité est au mieux de
70 %. Soit 30 % de pertes et jusqu’à 85% de rendement dans le cas d’une
récupération totale de la chaleur.
 Création de biométhane : après épuration, il est possible d’extraire le dioxyde de
carbone et le sulfure d’hydrogène afin d’obtenir du biométhane pour former de
l’hydrogène renouvelable qui pourra être injecté dans le réseau de distribution ou de
transport du gaz naturel.

Pour l’utilisation du biogaz en tant que carburant ou pour la production de chaleur et


électricité, un gaz contenant 60% de méthane est largement suffisant. Il est donc
inutile de le purifier. Il suffit d’enlever les impuretés qui présentent des problèmes de
pollution, de corrosion ou d’odeur, notamment les composés soufrés.

5. Propriétés du biogaz

5.1 Pouvoir calorifique du biogaz.

Le pouvoir calorifique d’un combustible est la quantité de chaleur dégagée par


la combustion complète de ce combustible. Le biogaz est un combustible dont la
valeur énergétique se mesure en PCI (pouvoir calorifique inférieur lorsque l’eau
produite par cette combustion reste à l’état vapeur) comme le gaz naturel.

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 6


Chapitre II La Biomasse

Le PCI du biogaz est proportionnel à sa teneur en méthane, par exemple pour


un biogaz à 70% de méthane à 15°C et à pression atmosphérique normale, le PCI est
égal à 9,42 × 0,7 = 6,59 kWh/m3 .

A titre indicatif 1 m3 de méthane est équivalent à 1 litre d’essence en


matièreénergétique. Le méthane émet moins de CO2 que l’essence ou le pétrole car il
possède le rapport H/C le plus élevé.

5.2 Température adiabatique de la flamme de combustion du biogaz.

La température adiabatique de la flamme lors de la combustion du biogaz est


proportionnelle à sa capacité calorifique (PCI), elle-même proportionnelle au
pourcentage de méthane dans le biogaz.

Un biogaz de bonne qualité à une capacité calorifique importante due à la


présence d’un pourcentage élevé en méthane. La température de flamme de
combustion du biogaz peut varier entre 800 et 1100°C selon la concentration en
méthane dans le biogaz. Un biogaz contenant 50% de méthane a une température de
flamme de 870°C

6. Les avantages et les inconvénients du biogaz


Les avantages :

Autonomie en chaleur dans un contexte d’accroissement du coût des énergies


fossiles
Diversification des débouchés pour les cultures
Réduction de l’achat des engrais par la valorisation des digestats
production d'une énergie « verte » valorisable (électricité, chauffage,
climatisation)
réduction des émissions de gaz à effet de serre
recyclage de l'azote, ce qui réduit le besoin d'avoir recours aux énergies
fossiles pour extraire l'azote de l'air.
GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7
Chapitre II La Biomasse

recyclage du phosphore, ce qui contribue à réduire la pression sur les


ressources en phosphore limitées de la planète.
réduction des germes pathogènes
valorisation efficace des sous-produits organiques
réduction des mauvaises odeurs (dans le cas d'une unité fonctionnant aux
effluents d'élevage)
utilisation efficace de l'énergie issue des biomasses humides

Les inconvénients:

* Le stockage du biogaz nécessite d’importants volumes. Sa compression est


coûteuse et consomme de l’énergie, ce qui est donc adapté aux grandes installations.
Le biogaz créé peut éventuellement être utilisé au fur et à mesure de sa production,
ceci peut permettre d’éviter les fuites ;

Le problème est également la place ! Il faut environ 1000m3 pour stocker


l'équivalent d'environ 700 litres de fioul. Le stockage sous pression permettrait de
réduire ce volume, malheureusement, cette compression est coûteuse et consomme
de l'énergie
Le digesteur doit être maintenu à une température de 37°C, pour que le
processus de méthanisation ne soit pas affecté et le temps de digestion ralenti ;
Acceptabilité du public : ce point est surtout sensible pour les grosses
installations.
L’entretien des installations doit être régulier et demande du temps. La réaction
biologique est à contrôler pour plusieurs raisons : éviter les problèmes et optimiser
la production. Le gaz est un élément inflammable, il faut donc s’assurer des bonnes
conditions de production (température et PH), tout en respectant des procédures de
sécurité. Le PH est un élément très important car les bactéries sont sensibles à ses
variations. Ces éventuels changements du taux d’acidité indiquent quels intrants

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8


Chapitre II La Biomasse

sont à rajouter ou quelles actions doivent être effectuées pour rééquilibrer le


milieu.
Les intallations coûtent excessivement chères
Le biogaz est malodorant, à cause du souffre H2S qui le compose (Le
souffre est connu pour son odeur d'oeuf pourri). L'odeur du stockage des
déchets ( à Montpellier, l'usine de méthanisation qui se trouve près du centre
ville est obligée de vaporiser du parfum pour masquer l'odeur).
Certaines installations ont de la difficulté à obtenir suffisamment de
matières de source non agricole.
Le gaz créé par la méthanisation est dangereux: c'est un gaz
explosif, corrosif et toxique (en raison de la présence d' H2S).

GUENFOUD FOUAD ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 9