Vous êtes sur la page 1sur 2

Les défaillances du marché sont des situations où le marché ne suffit pas pour atteindre un

optimum social, c’est-à-dire à la meilleure situation sur le plan de la collectivité. Ainsi, les
pouvoirs publics qui sont les institutions chargées à l’administration d’un Etat ou de
collectivités locales, interviennent pour faire face aux défaillances du marché.

Nous pouvons compter trois types de défaillances : Les externalités, l’asymétrie


d’infomation et les biens collectifs et communs

En présence d’externalités négatives, les pouvoirs publics peuvent recourir soit à la


réglementation à (mise en place de normes, de réglementations, de quotas, etc.) soit
à la taxation pour interdire ou modifier certaines actions.
Dans le cas des externalités positives, les États peuvent avoir recours à des
incitations qui visent à les encourager.

L’objectif des pouvoirs publics est de modifier les comportements des agents
économiques notamment par la contrainte. En effet, ces interventions obligent ainsi
les agents économiques à prendre en considération l'impact de leurs actions sur
les autres en attribuant une valeur monétaire à ces externalités.

Selon une étude réalisé par le gouvernement écologique solitaire en Février 2019,
les taxes sur la consommation d’énergies fossiles ont permis de réduire d’environ
6% leur consommation en France et en Europe, de même pour la tarification
incitative des déchets qui montre que les taxes créent alors des incitations afin que
les agents économiques prennent de « bonnes »décisions.

Ensuite, en présence d’asymétries d’information et notamment ici de sélection


adverse, l’État peut contrôler les informations fournies aux consommateurs ou
forcer les producteurs à les rendre publiques.

En effet, les labels de certification permettent d’avoir une meilleure connaissance


des produits que l’on achète. C’est également le rôle des associations de
consommateurs ou des avis donnés sur les produits sur Internet. Cependant, dans
un certain nombre de cas, les pouvoirs publics doivent intervenir, en mettant en
place des réglementations ou des incitations économiques. Par exemple, les
applications d’analyse de produits permettent aux consommateurs de connaître la
composition des produits (doc 2). Cependant seulement 5% de consommateurs
français utilisaient cette application en Mars 2018 contre 15% en Septembre 2018.

Enfin, la troisième défaillance du marché concerne les biens collectifs et les biens communs.
Les biens communs sont des biens dont la consommation obéit au principe de rivalité (ce que
les uns consomment ne peut être consommé par les autres) et de non excluabilité (le
consommateur n’;ayant pas payé pour un bien ne peut être exclu de la consommation de ce
bien ou de ce service
Les biens collectifs sont des biens caractérisés par une non rivalité dans la consommation et
une impossibilité pour les producteurs d’exclure les personnes qui refusent de payer le prix
pour acquérir le bien 
Si l’on part de l’hypothèse que tous les individus sont rationnels et égoïstes, ils ont tout intérêtbà
adopter l’attitude du passager clandestin (free rider). Aucun individu ne va être prêt à financer le
bien collectif en mettant en avant son manque d’intérêt pour son usage une fois que le bien aura été
financé et produit, il l’utilisera puisque rien ne peut lui interdire son usage (non excluabilité) tous
les individus adoptent le même comportement. Ainsi, le bien collectif, bien qu’il soit utile à la
collectivité, ne sera pas financé

Afin de régler le problème de la non exclusion : l’Etat peut intervenir de deux manières soit
par la législation (l’Etat régule la ressource, en contrôle l’accès et sanctionne en cas de non
respect. C’est par exemple les zones de pêche frontalières des pays qui sont réservées aux
pêcheurs nationaux soit en donnant des droits de propriété aux individus. Ainsi, la ressource
est privatisée ; chacun est alors responsable de son bien.

Afin de régler le problème de la non rivalité, 1.L’Etat prend en charge la production du bien
et assure son financement par les prélèvements obligatoires opérés sur l’ensemble des
ménages. l’Etat oblige donc la population à financer ces biens.
Pour conclure, il existe plusieurs manières de lutter contre les défaillances du
marché.

Vous aimerez peut-être aussi