Vous êtes sur la page 1sur 2

CLINIQUE

Hépatite à cytomégalovirus
chez un nourrisson immunocompétent
Mesbahi Zineba, Seffar Myriama, Assani Karimb, Dahraoui Souhaila, Kabbaj Hakimaa

1. Introduction Devant cette symptomatologie, un bilan biologique a été


réalisé et a objectivé une élévation de l’alanine amino-
transférase (ALAT) à 533 UI/L, de l’aspartate aminotrans-
Le cytomégalovirus (CMV) est un virus à ADN double brin
férase (ASAT) à 399 UI/L, de la phosphatase alcaline à
de la famille des Herpesviridae. La séroprévalence du CMV
3 327 UI/L et de la gamma glutamyl transférase (Gamma
de par le monde est de 60 à 100 % chez l’Homme [1].
GT) à 1 042 UI/L. Le taux de bilirubine totale était augmenté
Ce virus se caractérise par une latence à vie après la
à 124 mg/L avec une bilirubine directe à 92 mg/L. Le taux
primo-infection avec possibilité de réactivations et peut
de cholestérol était à 6,96 g/L. La glycémie était à 0,59 g/L
causer de nombreuses atteintes sévères chez le patient

tif
immunodéprimé comme des pneumopathies, des méningo- et le taux de prothrombine à 63 %.
encéphalites, des rétinites, des colites et des hépatites [2]. La numération formule sanguine a montré une anémie

ac
L’infection à CMV chez l’immunocompétent est habituel- à 9,9 g/dL, normochrome normocytaire avec une leu-
lement asymptomatique et l’atteinte sévère d’organe est cocytose à prédominance lymphocytaire et une mono-
rarement rapportée [3,4]. Le diagnostic virologique de cytose à 1,73 x 103/μL. Le taux des plaquettes était à
m
l’infection à CMV est basé essentiellement sur la quantifi- 628 x 103/μL.
cation de l’ADN plasmatique du CMV, à défaut sur la mise Dans le cadre du bilan étiologique d’une hépatite virale
avec cytolyse et cholestase, les sérologies des hépatites
ru
en évidence et la quantification de l’Ag pp65 leucocytaire.
Les IgM anti-CMV sont le plus souvent positives [5]. virales A, B et C ont été réalisées en première intention.
Nous rapportons le cas d’un nourrisson immunocompétent Elles étaient négatives pour les Ac anti-hépatite virale A
Fo

présentant une hépatite à CMV avec cholestase et cytolyse. de type IgM et IgG, pour les Ac anti-hépatite virale C ainsi
que pour l’Ag HBs, l’Ac anti-HBs et l’Ac anti-HBc.
La recherche de l’ARN de l’hépatite virale E dans le sérum
2. Observations du patient par PCR en temps réel (RealStar HEV RT-PCR,
Z

Altona) était aussi négative.


Il s’agit d’un nourrisson âgé de 18 mois qui s’est présenté Les Ig M et les Ig G anti-CMV étaient positifs.
D

au service de pédiatrie pour un ictère évoluant depuis La charge virale de l’ADN du CMV par PCR en temps réel
2 semaines. Le patient avait des antécédents de malfor- (Abbott Real Time CMV) sur le plasma du patient était
mations cardiaques (communication inter-ventriculaire) positive à 4 456 UI/mL correspondant à 3.65 log UI/mL.
oc

et cérébrale (myéloméningocèle). Le myéloméningocèle Les Ac anti-Epstein Barr virus de type VCA IgM, VCA IgG
a causé une hydrocéphalie qui a conduit à faire une déri- et EBNA IgG étaient négatifs.
vation péritonéale. Par ailleurs, la sérologie du virus de l’immunodéficience
D

Le nourrisson ne présentait pas de symptomatologie humaine VIH 1 et 2 était négative. L’ensemble des séro-
respiratoire et sa radiologie pulmonaire était normale. logies virales a été effectué par dosage immunologique
microparticulaire par chimiluminescence sur l’automate
Architect/Abbott.
a Laboratoire Central de Virologie,
Sur l’ensemble de ces données clinico-biologiques, le
Université Mohamed V,
diagnostic d’hépatite à CMV a été retenu.
Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat,
L’évolution de l’hépatite était favorable sans traitement
antiviral avec une baisse des transaminases à 68 UI/L pour
La Source : www.doc-dz.forumactif.com

centre hospitalier Ibn Sina,


Hôpital des Spécialités, les ALAT et 35 UI/L pour les ASAT.
Rabat, Maroc.
b Service de Pédiatrie 3, 3. Discussion
Université Mohamed V,
Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, Nous rapportons un cas d’hépatite à CMV chez un nour-
centre hospitalier Ibn Sina, risson immunocompétent, tout en présentant son profil
Rabat, Maroc. biochimique, ses marqueurs sérologiques et son évolution
sans traitement antiviral.
Correspondance Les primo-infections à CMV chez un hôte immunocompétent
mesbahizineb@gmail.com sont habituellement asymptomatiques, ou dans certains cas,
se présentent sous la forme d’un syndrome mononucléo-
article soumis le 27 juin 2016 et accepté le 19 septembre 2016 sique. L’atteinte sévère d’organe imputée à une infection
© 2016 – Elsevier Masson SAS – Tous droits réservés. à CMV chez le patient immunocompétent est rare [6,7].

76 // REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - DÉCEMBRE 2016 - N°487


ACTUALITÉS EN VIROLOGIE

Après la primo-infection, le virus persiste à l’état latent sur une lecture subjective. L’antigène pp65 était large-
dans les cellules de l’endothélium des vaisseaux, dans ment utilisé pour le diagnostic et le suivi thérapeutique.
les cellules souches de la moelle osseuse et dans les Il repose sur la quantification du nombre de leucocytes
monocytes du sang périphérique. Des infections secon- positifs par immunofluorescence dans le sang périphé-
daires et son implication dans de nombreux mécanismes rique. Actuellement, la détection avec quantification de
cellulaires en font cependant un redoutable pathogène l’ADN du CMV plasmatique est largement utilisée pour le
opportuniste chez les patients immunodéficients. diagnostic et le suivi des infections à CMV. Elle reste une
Chez l’immunocompétent, les manifestations cliniques technique rapide, sensible, de plus en plus accessible
telles que le syndrome mononucléosique, associé à une et qui permet de quantifier la charge virale. Les tests
fièvre prolongée, des céphalées, des myalgies, appa- sérologiques sont utiles pour déterminer si le patient
raissant après une incubation longue (30 jours), sont a eu un contact antérieur avec le CMV, en recherchant
observées essentiellement au cours des primo-infections. les Ac anti-CMV de type IgG par des techniques ELISA.
Les formes graves nécessitant un traitement sont excep- La détection des IgM est un indicateur d’une infection aiguë
tionnelles [8]. ou récente. Cependant, les tests de détection des IgM
Une méta-analyse menée en 2008 a regroupé 89 articles manquent de spécificité dans le cas de primo-infections.
rapportant 290 cas d’infections à CMV chez des patients Leur détection peut être due à une réactivation du CMV
immunocompétents. Parmi ces patients, l’atteinte la plus ou à des faux positifs [10].
Depuis la commercialisation du ganciclovir, du foscarnet

tif
fréquente concernait le tractus gastro-intestinal (colites) et
le système nerveux central. Les manifestations cliniques et du cidofovir, le développement de nouvelles molécules
d’autres organes concernaient les atteintes hématolo- a été freiné par la chute de l’incidence de la maladie à

ac
giques (anémie hémolytique, thrombocytopénie), oculaires CMV chez les patients infectés par le VIH, et l’arsenal
(uvéite) et pulmonaires (pneumonie). thérapeutique anti-CMV reste limité aux inhibiteurs de
Seulement 5.17 % des patients ont présenté une atteinte l’ADN polymérase virale, sans effet sur les virus latents [8].
m
hépatique due à l’infection par le CMV [1]. À la lumière de ces résultats, certaines limites apparaissent,
Notre patient présentait une forte charge virale du CMV notamment le manque de spécificité des IgM lors d’une
ru
et une sérologie positive en IgM anti-CMV. primo-infection. Un test d’avidité aurait pu différencier
L’hépatite à CMV a été considérée comme la cause la plus une primo-infection récente d’un contact ancien avec le
CMV. De plus, les tests sérologiques et/ou virologiques
Fo

probable dans ce cas. La biopsie hépatique n’a pas été


faite car les autres causes d’atteinte hépatique comme sur des échantillons antérieurs de l’enfant n’étaient pas
l’atteinte éthylique, médicamenteuse, toxique, tumorale disponibles pour éliminer une éventuelle infection congé-
ainsi que toutes les autres causes virales d’hépatite ont nitale au CMV.
été écartées.
Z

La mise en évidence de l’importance clinique que repré- 4. Conclusion


D

sente le CMV dans certaines maladies invasives, surtout


chez le sujet immunodéprimé, a conduit au développe- Ce cas est un exemple de survenue d’une hépatite due
ment de techniques de diagnostic pour une identification à l’infection par le CMV. Cela suggère que malgré le fait
oc

rapide de cette infection. Les techniques du diagnostic que cette étiologie soit rare, elle devrait figurer dans la
direct reposent sur la recherche du virus par culture, de liste des explorations dans le cadre du diagnostic étio-
l’antigène pp65 et de l’ADN CMV par des techniques logique d’une hépatite, et cela même chez les sujets
D

d’amplification génique (polymerase chain reaction ou immunocompétents.


PCR) qualitatives ou quantitatives [8].
La technique par immuno-histochimie sur des tissus est Liens d’intérêts : les auteurs déclarent ne pas avoir de liens
très spécifique mais a une faible sensibilité et se base d’intérêts avec le contenu de cet article.

Références
La Source : www.doc-dz.forumactif.com

[1] Rafailidis PI, Mourtzoukou EG, Varbobitis IC, et al. Severe cytomega- [6] Qian JY, Bai XY, Feng YL,et al. Cholestasis, ascites and pancyto-
lovirus infection in apparently immunocompetent patients: a systematic penia in an immunocompetent adult with severe cytomegalovirus hep-
review. Virology Journal 2008; 5:47. atitis. World J Gastroenterol 2015 November 21; 21(43): 12505-12509.
[2] Hasosah MY, Kutbi SY, Al-Amri AW, et al. Perinatal Cytomegalovirus [7] Ben Abdelghani K, Hajri S, Barbouch S, et al. Uvéite, néphrite inters-
Hepatitis in Saudi Infants: A Case Series. Saudi J Gastroenterol. 2012 titielle et hépatite à cytomégalovirus chez un adulte immunocompétent.
May-Jun; 18(3):208-13. La tunisie Medicale - 2012 ; 90: 86 – 87.
[3] Gupta P, Suryadevara M, Das A. Cytomegalovirus-Induced Hepatitis [8] Alain S., Mazeron M. C. Le cytomégalovirus. Traité de virologie médi-
in an Immunocompetent Patient.Am J Case Rep, 2014; 15: 447-449. cale. eds Estem, 2003 : chapitre 12, 195-211.
[4] Ma Y, Feng J, Qi Y, , et al. An immunocompetent adult patient with [9] Blok MJ, Christiaans MH, Goossens VJ, et al. Evaluation of a new
hepatitis and guillain-barré syndrome after cytomegalovirus infection. method for early detection of active cytomegalovirus infections. A
Virology Journal 2011; 8:95. study in kidney transplant recipients. Transpl. Int. 1998; 11(Suppl 1):
[5] Zubiaurre L, Zapata E, Bujanda L, et al. Cytomegalovirus hepati- S107–S109.
tis and myopericarditis. World J Gastroenterol 2007 January 28; 13(4): [10] Ross SA, Novak Z, Pati S, et al. Diagnosis of Cytomegalovirus
647-648. Infections, Infect Disord Drug Targets. 2011 October; 11(5): 466–474.

REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES - DÉCEMBRE 2016 - N°487 // 77

Vous aimerez peut-être aussi