Vous êtes sur la page 1sur 120

République Tunisienne

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université de Tunis El Manar
Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis
Département Génie Electrique

Projet de Fin d’Études

Présenté par
Ichrak NEFZI
Pour l’obtention du
Diplôme National d’Ingénieur en Génie Électrique

Amélioration de l’intégration des Energies éolienne et PV


par les synchro-convertisseurs

Réalisé à
STEG

Soutenu le 02 juin 2016

Devant le Jury :

Président : M. Bechir REBHI


Rapporteur : Mme Manel JEBALI BEN GHOBERL
Encadreur Organisme d’accueil : M. Adnène HAJ HMIDA
Encadreur ENIT : M. Mohamed ELLEUCH
Encadreur ENIT : Mme Khadija BEN KILANI

Année Universitaire 2015/2016


Je dédie ce travail

A mes très chers parents


Lotfi &Rawdha

A ma sœur
Amal, que ton âme repose en paix

A mes chers frères


Mohamed & Abdelkhader

A mon oncle et sa femme


Khomsi & Jamila

A tous mes amis


Remerciements
Ce travail a été effectué au Département Génie Electrique à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de
Tunis. Avant de commencer la présentation de ce travail,

Je profite l’occasion pour remercier, tout d’abord, ALLAH, le tout puissant, le miséricordieux,
de m’avoir appris ce que j’ignore, de m’avoir donné la santé et tout dont je nécessite pour
l’accomplissement de ce Projet Fin d’Etudes.

Je tiens à remercier également tous ceux qui ont contribués de près ou de loin à la réalisation
de ce projet de Fin d’Etudes :

Je remercie en particulier, M. Mohamed ELLEUCH professeur à l’Ecole Nationale


d’Ingénieurs de Tunis d’avoir accepté de m’encadrer, ainsi que pour son soutien, ses remarques
pertinentes et son encouragement.

Je tiens à remercier également Mme Khadija BN KILANI maitre de conférences à l’Ecole


Nationale d’Ingénieurs de Tunis pour les directives qu’elle m’a fourni tout le long du projet.

Je remercie vivement Mme Raouia AOUINI, pour tout l’intérêt qu’elle a manifesté envers mon
travail. Je lui adresse mes sincères remerciements pour ses qualités humaines et scientifiques
ainsi que ses encouragements réguliers.

Mes remerciements vont également à mon encadreur STEG M. Adnène HAJ HMIDA pour
les conseils qu'il m'a prodigués pendant mon projet de fin d’études.

J’exprime mes sincères remerciements aux membres du Jury :

Monsieur Bechir REBHI, Maitre-assistant à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis pour avoir
présidé ce jury.

Madame Manel JEBALI, Maitre-assistant à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis pour avoir
agréé de rapporter ce projet.

Mes remerciements vont aussi à mes parents qui m’ont soutenu tout le long de mes années
d’études
Résumé

L ’intégration croissante de la production photovoltaïque et éolienne induit des nouvelles


difficultés aux gestionnaires de réseaux pour maintenir la stabilité du réseau électrique.
Par conséquent, ces groupes de production devraient participer aux services système.
Dans le cadre de ce projet de fin d’études, une stratégie de commande des convertisseurs de
puissance (onduleur) basée sur la technologie synchro-convertisseur, est utilisée pour
l’intégration d’un système photovoltaïque, et un système de conversion d’énergie éolienne basé
sur la génératrice synchrone à vitesse variable sur un réseau de distribution. Cette étude a
montré que la commande synchro-convertisseur assure une meilleure intégration des systèmes
de production photovoltaïques et éoliens aux regards des exigences du grid code de la STEG.

Mots clés : Services système, Synchro-convertisseur, Grid code, Systèmes photovoltaïques,


Systèmes éoliens.

Abstract

T he increasing integration of photovoltaic and wind generation induces new difficulties to


power grid operators to maintain power stability. Therefore, these production groups
should participate in frequency and voltage regulation for the utility grid. Within this final
project study, a control strategy based on the synchronverter technology is used for the
integration of a photovoltaic system and a variable-speed wind energy conversion system based
on the synchronous generator. This study showed that the synchronverter control ensures better
integration of photovoltaic systems and wind energy production against the requirements of the
grid code STEG

Key words: System services, synchronverter, Grid code, Photovoltaic


Systems, Wind Energy Generation
‫ملخص‬

‫الدمج و اإلنتاج المتزايد في توليد الطاقة الضوئية وطاقة الرياح أفرز العديد من الصعوبات‬
‫والتحديات الجديدة للمتصرفين في الشبكات من أجل الحفاظ على استقرار الشبكة‪ ،‬وعلى‬
‫الرغم من ذلك‪ ،‬ال بد لهذه المولدات من المساهمة في اإلنتاج الطاقي‪.‬‬
‫لذلك يجب إيجاد الحلول الكفيلة حسب المتطلبات والشروط المنصوص عليها في قانون‬
‫إدماج الطاقات المتجددة في الشبكة الكهربائية‪.‬‬
‫وفي إطار مشروع التخرج قمنا بإستراتجية في التحكم في محوالت القوة مرتكزة على تقنية‬
‫المحول المتزامن و المستعملة ألجل دمج الطاقة الضوئية وكذلك بالنسبة لنظام تحويل الطاقة‬
‫الهوائية الذي يرتكز على مولد متزامن مغيرللسرعة وذلك على شبكة التوزيع‪.‬هذا البحث بيّن‬
‫أن التحكم بهذه التقنية يضمن و يساهم في دمج أفضل وسليم على الشبكة مع ضمان كافة‬
‫الشروط للشركة الوطنية للكهرباء و الغاز‪.‬‬

‫كلمات مفاتيح‪ :‬الطاقة الضوئية‪ ,‬طاقة الرياح‪ ,‬المحول المتزامن‪ ,‬استقرار الشبكة‬
Table des matières

Remerciements ........................................................................................................................... v

Table des matières ..................................................................................................................... iv

Liste des tableaux ..................................................................................................................... xii

Liste des abréviations .............................................................................................................. xiii

Introduction générale............................................................................................................... xiv

« Chapitre 1 »......................................................................................................................... 18

Energies photovoltaïques, éoliennes, et réseaux électriques ....................................... 18

1. Introduction ....................................................................................................................... 19

2. Filière photovoltaïque ....................................................................................................... 19

2.1. Développement de la filière photovoltaïque .............................................................. 19


2.2. Systèmes PV raccordés au réseau ............................................................................. 19
2.2.1. Structure générale d’un système PV .................................................................. 19
2.2.2. Système PV à convertisseur unique ................................................................... 20
2.2.3. Système avec hacheur et onduleur ..................................................................... 21
3. Filière éolienne.................................................................................................................. 22

3.1. Développement de la filière éolienne ........................................................................ 22


3.2. Technologies des systèmes éoliens............................................................................ 22
3.2.1. Eoliennes à vitesse fixe ..................................................................................... 22
3.2.2. Eoliennes à vitesse variable............................................................................... 24
3.2.3. Synthèse sur les différentes technologies éoliennes ........................................... 25
4. Défis de l’intégration des énergies renouvelables ............................................................ 26

4.1. Les impacts sur les réseaux de distribution ............................................................... 27


4.1.1. Transit de puissance ........................................................................................... 27
4.1.2. Profil de la tension.............................................................................................. 27
4.1.3. Qualité de la tension ........................................................................................... 27
4.2. Les impacts sur les réseaux de transport ................................................................... 27
4.2.1. Incertitude sur la planification et la gestion des systèmes. ................................ 27
iv
4.2.2. Sensibilité ou déclenchement intempestif .......................................................... 28
5. Le grid code de la STEG ................................................................................................... 28

5.1. Exigences liées au contrôle de la tension .................................................................. 28


5.2. Exigences liés au contrôle de la fréquence ................................................................ 30
6. Les Synchro-convertisseurs .............................................................................................. 31

6.1. Machine synchrone .................................................................................................... 32


6.1.1. Principe de fonctionnement ................................................................................ 32
6.1.3. Régulation de la fréquence ................................................................................. 36
a) Réglage primaire de la fréquence .............................................................................. 36
b) Réglage secondaire et tertiaire de la fréquence ......................................................... 38
6.1.4. Régulation de la tension ..................................................................................... 39
6.2. Synchro-convertisseur ............................................................................................... 41
6.2.1. Etage de puissance ............................................................................................. 41
6.2.2. Etage de commande ........................................................................................... 42
6.2.3. Régulation de la puissance active/ fréquence ..................................................... 44
6.2.4. Régulation de la puissance réactive ................................................................... 45
7. Conclusion ........................................................................................................................ 45

« Chapitre 2 » ......................................................................................................................... 47

Modélisation et commande des systèmes PV par les synchro-convertisseurs .................. 47

1. Introduction ....................................................................................................................... 48

2. Modélisation du système photovoltaïque étudié ............................................................... 48

2.1. Modélisation du générateur photovoltaïque .............................................................. 49


2.1.1. Circuit équivalent d’une cellule photovoltaïque ................................................ 49
2.1.2. Constitution du générateur photovoltaïque ........................................................ 51
2.2. Modélisation de l’adaptateur d’impédance................................................................ 52
2.3. Modélisation de l’interface de conversion................................................................. 54
2.4. Modélisation du réseau ............................................................................................. 54
3. Commande du système photovoltaïque ............................................................................ 54

3.1. Commande de poursuite de puissance maximale (PPM) .......................................... 55


3.2. Commande de l’onduleur .......................................................................................... 56
3.2.1. La commande Synchro-convertisseur ................................................................ 56
3.2.2. La commande vectorielle ................................................................................... 59
v
4. Simulation du système photovoltaïque ............................................................................. 61

4.1. Evaluation de la commande de poursuite de puissance maximale (PPM) ................ 61


4.2. Etude des performances du système photovoltaïque ................................................. 63
4.2.1. Variation de charge/ Partage de la puissance ..................................................... 65
4.2.2. Variation de la fréquence/ Partage de la puissance active ................................. 71
4.2.3. Etude de la stabilité transitoire ........................................................................... 74
4.2.4. Comparaison des performances dynamiques ..................................................... 76
4.2.5. Puissance de court-circuit critique Scc............................................................... 77
5. Conclusion ........................................................................................................................ 79

« Chapitre 3 ».......................................................................................................................... 80

Modélisation et commande des systèmes éoliens par les synchro-convertisseurs ............ 80

1. Introduction ....................................................................................................................... 81

2. Description du système éolien étudié ............................................................................... 81

3. Modélisation du Système éolien ....................................................................................... 83

3.1. Modélisation de la partie mécanique ......................................................................... 83


3.1.1. Système aérodynamique ..................................................................................... 83
3.1.2. Modélisation de la turbine .................................................................................. 84
3.2. Modélisation de la partie de conversion d’énergie .................................................... 85
3.3. Modélisation de la partie électrique........................................................................... 86
3.3.1. Redresseur triphasé ............................................................................................ 87
3.3.2. Hacheur Boost .................................................................................................... 87
3.3.3. Onduleur ............................................................................................................. 88
4. Commande du système éolien .......................................................................................... 89

4.1. Commande de la turbine ............................................................................................ 89


4.1.1. Commande électrique de la turbine .................................................................... 89
4.1.2. Commande mécanique de la turbine .................................................................. 91
4.2. Commande du système d’excitation de la génératrice synchrone ............................. 91
4.3. Commande de l’onduleur .......................................................................................... 92
5. Simulation du Système de conversion d’Energie Eolienne .............................................. 92

5.1. Evaluation de la commande de la turbine à vent variable ......................................... 93


5.2. Simulation du système éolien connecté au réseau ..................................................... 95
5.2.1. Variation de charge ............................................................................................ 96
vi
5.2.2. Variation de la fréquence ................................................................................... 99
5.2.3. Etude de la stabilité transitoire ......................................................................... 102
6. Conclusion ...................................................................................................................... 105

Conclusion générale ............................................................................................................... 106

Bibliographies ........................................................................................................................ 108

Annexe A: .............................................................................................................................. 112

Annexe B ................................................................................................................................ 113

Annexe C ................................................................................................................................ 114

Annexe D................................................................................................................................ 115

Annexe E ................................................................................................................................ 116

Annexe F ................................................................................................................................ 116

vii
Table des figures

Figure 1. 1:Structure à convertisseur unique ............................................................................ 20

Figure 1. 2: Structure avec bus à basse tension alternative ...................................................... 21

Figure 1. 3:Structure avec hacheur et onduleur........................................................................ 21

Figure 1. 4: Eolienne basée sur une machine asynchrone directement couplée ...................... 22

Figure 1. 5: Caractéristique d'une éolienne à vitesse fixe avec décrochage aérodynamique ... 23

Figure 1. 6: Eolienne basée sur une machine asynchrone à double alimentation .................... 24

Figure 1. 7: Eolienne basée sur une machine synchrone à grand nombre de paires de pôles .. 25

Figure 1. 8: Sous-tension durant laquelle les centrales d’EnRs doivent demeurer en service . 29

Figure 1. 9: Caractéristique typique du courant réactif ............................................................ 30

Figure 1. 10:Courbe de réglage de la fréquence ...................................................................... 31

Figure 1. 11: Modélisation de la machine synchrone............................................................... 33

Figure 1. 12: Principe du contrôle de la puissance mécanique ................................................ 37

Figure 1. 13: Caractéristique statique du réglage de fréquence d'un générateur synchrone .... 38

Figure 1. 14: Modèle de l'induit d'une machine synchrone ...................................................... 39

Figure 1. 15: Boucle de régulation de la tension ...................................................................... 40

Figure 1. 16:Circuit de puissance du synchro-convertisseur.................................................... 41

Figure 1. 17:Circuit de commande du synchro-convertisseur.................................................. 42

Figure 1. 18: Boucle de régulation de la fréquence.................................................................. 44

Figure 1. 19:Boucle de régulation de la tension ....................................................................... 45

Figure 2. 1:Système photovoltaïque étudié ........................................................................................... 49

viii
Figure 2. 2:Circuit équivalent d'une cellule photovoltaïque .................................................................. 49

Figure 2. 3:Figure 2. 3:Caractéristique P-V d'une cellule PV ............................................................... 50

Figure 2. 4:Figure 2. 4:Caractéristique I-V d'une cellule PV ................................................................ 50

Figure 2. 5:Association des cellules photovoltaïques du générateur ..................................................... 51

Figure 2. 6:Caractéristiques de sortie du générateur photovoltaïque .................................................... 52

Figure 2. 7:Circuit équivalent d'un hacheur Boost ................................................................................ 52

Figure 2. 8: L'allure de la tension de sortie V dc du Hacheur Boost par rapport à sa tension de


référence ................................................................................................................................................ 53

Figure 2. 9:Organigramme de l'algorithme de Perturbation et Observation (P&O) .............................. 55

Figure 2. 10: Boucle de régulation de la fréquence pour le système PV ............................................... 57

Figure 2. 11:Schéma du système étudié pour valider le synchro-convertisseur ................................... 57

Figure 2. 12:Réponses du synchro-convertisseur suite à un échelon Pref=0.8 pu à t=0.5 s ................. 58

Figure 2. 13:La réponse de la tension et de la puissance réactive par rapport à leurs références.......... 58

Figure 2. 14:Tensions de commande du synchro-convertisseur suite à un échelon de puissance de 0.8


pu ........................................................................................................................................................... 59

Figure 2. 15:Structure de la commande vectorielle à tension orienté avec onduleur de tension connecté
au réseau ................................................................................................................................................ 60

Figure 2. 16:Influence de l'irradiation sur les caractéristiques (P-V) et (I-V) à une température
constante (1kw/m2) ............................................................................................................................... 61

Figure 2. 17:Influence de la température sur les caractéristiques (P-V) et (I-V) à une irradiation
constante (1kw/m2) ............................................................................................................................... 61

Figure 2. 18: Réponse de la puissance active injectée dans le réseau suite à des profils variables de la
température et de l'irradiation avec la commande synchro-convertisseur ............................................. 62

Figure 2. 19:Réponse de la puissance active injectée dans le réseau suite à des profils variables de la
température et de l'irradiation avec la commande vectorielle ............................................................... 63

Figure 2. 20:Le Système photovoltaïque étudié avec les scénarios de commande de l'onduleur ......... 64

Figure 2. 21:Réponses de la tension du réseau suite à une variation de charge P=300-KW à t=2s ..... 65

Figure 2. 22:Réponse du courant injecté au réseau suite à une variation de charge P=300-KW à t=2s
............................................................................................................................................................... 66

Figure 2. 23:Réponses de la puissance active injectée au réseau suite à une variation de charge
P=300-KW à t=2s .................................................................................................................................. 66
ix
Figure 2. 24:Réponse de la puissance réactive injectée au réseau de distribution suite à une variation
de charge P=300-KW à t=2s ................................................................................................................. 67

Figure 2. 25:Réponses de la tension du réseau suite à une variation de charge Q=100-kVAR à t=2s . 69

Figure 2. 26:Réponse du courant injecté au réseau suite à une variation de charge Q=100-kVAR à t=2s
............................................................................................................................................................... 69

Figure 2. 27:Réponse de la puissance active injectée au réseau suite à une variation de charge Q=100-
kVAR à t=2s .......................................................................................................................................... 70

Figure 2. 28:Réponse de la puissance réactive dans le réseau de distribution suite à une variation de
charge Q=100-kVAR à t=2s .................................................................................................................. 70

Figure 2. 29:Réponses de la puissance active et de la fréquence suite à une rampe de fréquence (2


Hz/s) avec la commande synchro-convertisseur ................................................................................... 72

Figure 2. 30:Réponses de la puissance active et de la fréquence suite à une rampe de fréquence (2


Hz/s) avec les commandes vectorielles ................................................................................................ 73

Figure 2. 31:Comparaison des réponses transitoires des tensions avec une durée de court-circuit de
500 ms ................................................................................................................................................... 75

Figure 2. 32:Comparaison des réponses transitoires des puissances avec une durée de court-circuit de
500 ms ................................................................................................................................................... 75

Figure 2. 33:Réponse des tensions suite à un défaut de court-circuit de durée 30 ms .......................... 76

Figure 2. 34:Réponse des tensions suite à un défaut de court-circuit de durée 30 ms .......................... 77

Figure 2. 35:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC pour la


commande vectorielle avec facteur de puissance unitaire .................................................................... 78

Figure 2. 36:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC pour la


commande vectorielle avec facteur de puissance unitaire .................................................................... 78

Figure 2. 37:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC pour la


commande synchro-convertisseur ......................................................................................................... 79

Figure 3. 1 : Système de Conversion d'Energie Eolien basé sur la Machine synchrone à vitesse
variable ..................................................................................................................................... 82

Figure 3. 2: Courbe de Cp en fonction de𝜆 et β ....................................................................... 84

Figure 3. 3:Schéma Bloc du modèle de la turbine ................................................................... 85

Figure 3. 4:Circuits équivalent de l'interface électronique de puissance ................................. 86

x
Figure 3. 5:Boucle de régulation de la vitesse rotorique .......................................................... 90

Figure 3. 6:Schéma bloc de la génération de vitesse de référence ........................................... 90

Figure 3. 7:Schéma bloc de commande mécanique de la turbine ............................................ 91

Figure 3. 8:Schéma bloc de la commande du système d'excitation de la génératrice synchrone


.................................................................................................................................................. 92

Figure 3. 9:Les modèles de simulation du Système de Conversion d'Energie Eolienne ......... 93

Figure 3. 10:Résultats de Simulation de la commande de la turbine avec la commande


vectorielle ................................................................................................................................. 94

Figure 3. 11:Résultats de Simulation de la commande de la turbine avec la commande


synchro-convertisseur............................................................................................................... 95

Figure 3. 12:Réponses de la tension, de la puissance active, et de la puissance réactive


injectées au réseau de distribution suite à une variation de charge P=30 MVAR ................... 97

Figure 3. 13:Réponses de la tension, de la puissance active, et de la puissance réactive


injectées au réseau de distribution suite à une variation de charge Q=10 MVAR ................... 98

Figure 3. 14 : Réponse de la puissance active suite à une rampe de fréquence (-0.5 Hz/s) avec
la commande synchro-convertisseur ...................................................................................... 101

Figure 3. 15:Réponse de la puissance active suite à une rampe de fréquence (-0.5 Hz/s) avec
la commande vectorielle......................................................................................................... 101

Figure 3. 16:Comparaison des réponses transitoires de la puissance et de la tension pour une


durée de court-circuit Tcc=700 ms......................................................................................... 103

Figure 3. 17:Les réponses transitoires de la tension et de la puissance pour la commande


vectorielle aux alentours de sa durée d’élimination de défaut CCTvec=110 ms .................. 104

Figure 3. 18:Comparaison des réponses transitoires de la puissance et de la tension pour une


durée de court-circuit Tcc=700 ms......................................................................................... 104

xi
Liste des tableaux

Tableau 1. 1:Synthèse sur les différents types d’éoliennes ...................................................... 26

Tableau 1. 2: Spécification des plages de tension avec leurs périodes d'exploitation minimale
.................................................................................................................................................. 29

Tableau 1. 3: Spécification des plages de tension avec leurs périodes d'exploitation minimale
.................................................................................................................................................. 30

Tableau 1. 4: Plages de variation de la fréquence [STE15] ..................................................... 31

Tableau 2. 1:Les paramètres du module photovoltaïque.......................................................... 50

Tableau 2. 2: Paramètres de simulation du hacheur Boost ...................................................... 53

Tableau 2. 3: Paramètres de simulation de l'onduleur .............................................................. 54

Tableau 2. 4:Paramétrage du régulateur PI par la méthode de compensation de pôles ........... 56

Tableau 2. 5: La puissance maximale produite pour différentes valeurs de température et


d'irradiation .............................................................................................................................. 62

Tableau 2. 6:Les variations dans le réseau de distribution suite à une augmentation de charge
P=300-KW ............................................................................................................................... 67

Tableau 2. 7:Les variations dans le réseau de distribution suite à une augmentation de charge
Q=100-kVAR ........................................................................................................................... 68

xii
Liste des abréviations
GCR Gid code requirements
PV Photovoltaique
LVRT Low Voltage ride through
VOC Voltage oriented control
GS Générateur synchrone
LCOE Levelized Cost Of Energy
VSC Voltage Source Converter
MPPT Maximum Power point tracking
P&O Perturbation et observation
EnRs Énergies renouvelables
MLI Modulation de largeurs d’impulsion
IGBT Insulated Gate Bipolar Transistor
WECS wind energy conversion system

xiii
Introduction générale

Les pays du monde sont de plus en plus sensibilisés à l’importance de l’investissement dans les
énergies renouvelables. Ils ont mis en place des appuis politiques qui contribuent à accroitre le
volume du marché et la forte compétition mondiale. Par conséquent, les énergies renouvelables
ont représenté environ 59% des ajouts nets de capacité électrique mondiale en 2014 [REN15].
A la fin de l’année 2030, selon REMAP 2030, il est estimé que le taux d’intégration des énergies
renouvelables va atteindre et/ou excéder 30% de la production électrique [IRE14]. Toutefois,
l’intégration massive de ces groupes de production provoque plusieurs difficultés aux
gestionnaires de réseaux afin de maintenir la sureté de fonctionnement du réseau électrique.

Les énergies renouvelables sont connues par quatre technologies : l’énergie éolienne, l’énergie
solaire thermique, l’énergie photovoltaïque, et l’hydro-électricité. Ces énergies peuvent être
classées en deux catégories à savoir :

 Les énergies dispatchables : englobent l’hydro-électricité et l’énergie solaire


thermique. L’intégration de ces systèmes sur le réseau électrique est similaire
aux centrales de production conventionnelles.
 Les énergies non dispatchables : incluent l’énergie éolienne et l’énergie
photovoltaïque. Ils présentent des caractéristiques très différentes de celles des
groupes conventionnelles qui ne sont pas maitrisées par les gestionnaires de
réseau.

Toutefois, le raccordement des énergies éoliens et PV nécessitent des convertisseurs de


puissance DC-AC, et/ou DC-DC. Cela signifie que, de plus en plus de convertisseurs qui vont
être reliés aux réseaux. Mais lorsque les générateurs d’énergies renouvelables fourniront une
grande partie de la puissance du réseau, cela implique un comportement aléatoire et intenable
sur le réseau.

Le grand problème qui se pose aujourd’hui, et qui rendrait difficile l’intégration continue des
systèmes photovoltaïques et éoliens sur le réseau, c’est qu’ils ne participent pas aux services
système du réseau, notamment à celui du réglage de la fréquence, et de la tension.. Vu la
pénétration massive des énergies renouvelables, les opérateurs de réseaux électriques se
soucient de plus en plus de la stabilité et la fiabilité des réseaux électriques. Ceci implique des
xiv
exigences, qui sont formulées dans certains référentiels appelés Grid Code, qui insistent sur
la participation des producteurs d’énergies renouvelables aux services systèmes similaire aux
groupes de production conventionnels.

En effet, une nécessité de faire fonctionner ces générateurs d’énergies renouvelables comme
les systèmes conventionnels, ou bien à la limite, imiter un certains comportement

Ainsi, une nouvelle stratégie de commande de convertisseurs de puissance émule la dynamique


de la boucle fermée d’un générateur synchrone aussi ses régulations de fréquence et de
tension. Cette technologie est appelée synchro-convertisseurs [Zho11].

Dans ce contexte, le projet de fin d’études a pour objectif d’exploiter les synchro-convertisseurs
pour assurer une meilleure intégration des générateurs d’énergies renouvelables (l’énergie
éolienne et l’énergie photovoltaïque) en vue qu’ils participent dans les services système. Ainsi
les objectifs de ce projet de fin d’études sont :

 Etudier les impacts prévisibles sur le réseau lorsqu’on utilise la commande


synchro-convertisseur pour l’intégration des systèmes éoliens et
photovoltaïques.
 Evaluer les performances techniques de la participation aux services
système conformément aux grid-code tunisien.

Ce projet de fin d’études est organisé en trois chapitres à savoir :

 Le premier chapitre traite l’état de l’art du projet. Ce chapitre introductif a pour objectif
d’identifier plus précisément les problématiques des travaux à mener. Le
développement des technologies renouvelables, essentiellement la filière
photovoltaïque et la filière éolienne, sont précisées, ainsi que leurs influences sur les
réseaux électriques. Les notions basiques de la machine synchrone sont également
rappelées. En outre une présentation détaillée de la technologie synchro-convertisseur
est faite.
 Le chapitre 2 est consacré à l’étude des systèmes photovoltaïques raccordés aux réseaux.
Un modèle général d’une centrale photovoltaïque raccordée à un réseau de distribution
(Moyenne tension), est établi avec trois types de commandes associées à l’onduleur à
savoir : la commande vectorielle à facteur de puissance unitaire, la commande
vectorielle à facteur de puissance variable, et la commande synchro-convertisseur. Une
xv
étude comparative entre les performances des commandes par rapport à la participation
aux services système.

 Le chapitre 3 présente l’étude des systèmes éoliens raccordés aux réseaux. Le modèle
établi est basé sur une ferme éolienne offshore basée sur une machine synchrone à
vitesse variable. Deux systèmes d’intégration sont envisagés : le premier est avec la
commande vectorielle et le deuxième est avec la commande synchro-convertisseur. Les
performances des deux systèmes seront traitées.

1.
2.
3.
4.
5.
xvi
6.
7.

xvii
« Chapitre 1 »

Energies photovoltaïques, éoliennes, et réseaux


électriques

18
1. Introduction
Ce chapitre est dédié à l’étude des concepts de base de mon PFE, à savoir : l’intégration des
énergies renouvelables (PV et éoliennes) aux regards des exigences du grid code (GCR), la
machine synchrone, et les synchro-convertisseurs.

La première partie est vouée à la description des énergies photovoltaïques et éoliennes et leurs
modes de connexion sur le réseau électrique. Toutefois, l’intégration massive de ces énergies
provoque plusieurs problèmes dus à la variabilité de la puissance injectée dans le réseau
électrique. Par conséquent, les gestionnaires de réseaux exigent la participation aux services
système des groupes de production photovoltaïque et éolienne semblable aux groupes de
production conventionnels. Ces exigences sont formulées dans des référentiels appelés « Grid
Code ».

Une stratégie de commande des convertisseurs de puissance (onduleur ou redresseur), est


présentée dans la deuxième partie, appelée synchro-convertisseur. Cette dernière imite le
comportement d’une machine synchrone, ainsi que ses concepts de de régulation de la tension
et de la fréquence.

2. Filière photovoltaïque

2.1. Développement de la filière photovoltaïque

L’électricité produite à partir de l’énergie solaire photovoltaïque commence à occuper une place
importante dans certains pays, du fait de la baisse considérable de son coût qui devient très
compétitive au coût de production de l’énergie électrique à partir du carburant fossile.
En 2014, l’énergie solaire photovoltaïque a connu une nouvelle année de croissance, avec une
capacité installée estimée à 40GW pour une capacité mondiale totale d’environ 177GW
[REN15].
En effet, l’énergie solaire photovoltaïque est promise à un avenir promoteur. Selon l’agence
internationale de l’énergie renouvelable [IRE16], d’ici jusqu’à 2050, l’énergie solaire
photovoltaïque pourrait générer jusqu’à 16% de l’électricité du monde.

2.2. Systèmes PV raccordés au réseau


2.2.1. Structure générale d’un système PV

Il existe deux types de structures de systèmes photovoltaïques à savoir :


19
 Les systèmes connectés directement au réseau. Cette installation est composée
d’un générateur PV connecté au réseau par l’intermédiaire d’un onduleur
[LIN99].
 Les systèmes à bus continu. Cette structure est constituée d’un générateur PV
connecté à un hacheur. Ce convertisseur continu-continu est connecté à son tour
à un onduleur qui génère une tension qui sera injectée dans le réseau après la
filtrée [LIN99] [MAT99].
Dans la suite de cette partie, différentes montages seront présentées en indiquant leurs avantages
et leurs inconvénients.
2.2.2. Système PV à convertisseur unique
 Structure à convertisseur unique

La Figure 1.1 présente la structure à convertisseurs unique. Cette structure est basée sur
l’association de plusieurs modules photovoltaïques en série dont le but d’obtenir une tension
suffisamment grande qui alimente directement un onduleur central qui fournit la tension
alternative sinusoïdale désirée (230 V). Il est conseillé d’ajouter un transformateur pour assurer
l’isolation entre le système photovoltaïque et le réseau. Cette structure est considérée la plus
simple car elle comporte le moins de composants. Elle présente l’inconvénient de l’arrêt
immédiat de la production d’énergie si un problème est survenant en amont de l’onduleur.

Figure 1. 1:Structure à convertisseur unique

 Structure avec bus à basse tension alternative

La Figure 1.2 présente un module photovoltaïque connecté au réseau par l’intermédiaire d’un
onduleur associé à un circuit de commande dont sa tension de sortie est transformée en une
tension alternative de fréquence 50 Hz. Cette tension est transportée grâce à un bus alternatif
(20 V-50 Hz, exemple) vers un transformateur élévateur qui l’élève à un niveau désiré.

20
L’avantage majeur de cette structure est l’assurance de la sécurité du personnel grâce aux faibles
niveaux de tension dans le bus alternatif.

Figure 1. 2: Structure avec bus à basse tension alternative

2.2.3. Système avec hacheur et onduleur


La Figure 1.3 présente la structure avec la tension de hacheur et onduleur. Le hacheur élève la
tension de sortie du système photovoltaïque en une tension continue (100 V, exemple). A cause
de la résistance de l’inductance dans le hacheur, il est difficile d’augmenter la tension en une
tension continue suffisamment grande. D’où, la présence d’un transformateur pour élever cette
tension à la tension désirée est nécessaire. Il assure également l’isolation galvanique. La
conversion continu-alternatif est réalisé à travers un onduleur.

Las avantages majeurs de cette structure sont :


 Possibilité de connecté des batteries au bus continu. D’où l’obtention d’un
système relativement autonome.
 La capacité est relativement faible puisque le courant d’entrée est lissé.

Figure 1. 3:Structure avec hacheur et onduleur


21
3. Filière éolienne

3.1. Développement de la filière éolienne

Le marché mondial de l’énergie éolienne a subi une augmentation impressionnante en 2014.


Une nouvelle capacité de production électrique éolienne d’environ 51 GW a été mise en service.
Ce qui porte le total à près de 370 GW en 2014. Cette capacité installée est la plus importante
parmi toutes les technologies d’énergies renouvelables.
Il est estimé qu’une capacité connectée au réseau d’1,7 GW a été ajoutée en mer (offshore). Ce
qui porte le total mondial à plus de 8,5 GW.
Selon l’agence internationale de l’énergie renouvelable [IRE16], l’énergie éolienne pourrait
produire 18% de l’électricité mondiale en 2050, contre 2,6 % aujourd’hui.

3.2. Technologies des systèmes éoliens


3.2.1. Eoliennes à vitesse fixe
La Figure 1.4 présente les premières éoliennes mises en services qui sont basées sur l’utilisation
des machines asynchrones à cages directement connectées sur le réseau électrique. Ils sont
utilisés pour de faibles puissances (généralement inférieur à 1 MW). Cette machine est entrainée
par un multiplicateur. Sa vitesse est maintenue constante autour de la vitesse de synchronisme
donnée par la fréquence du réseau.
Une batterie de condensateur est également présentée dont le but est de compenser la puissance
réactive consommée. Cette compensation permet aussi d’améliorer le facteur de puissance de
l’éolienne.

Le glissement nominal de ce type d’éolienne est souvent de l’ordre de 2% [SLO03].

Figure 1. 4: Eolienne basée sur une machine asynchrone directement couplée [DAV09]

22
Un système de régulation par décrochage aérodynamique (« stall control ») est installé dans les
éoliennes à vitesse fixe. Au-delà d’une certaine vitesse de vent, la forme des pales conduit à
une perte de portance. Cela inhibe le rotor d’accélérer quand le vent est violent et la puissance
obtenu est réduite comme il est présenté dans la Figure 1.5.

Cette solution présente l’avantage d’être simple et robuste. Mais c’est une solution passive vu
que les possibilités de réglages de la puissance sont très limitées.

Ainsi une nouvelle solution qui a été développé dont le but de remédier ces problèmes
appelée « active stall ». Elle présente un système simplifié d’orientation des pales qui donne
des possibilités de réglages de la puissance [ROB06].

Figure 1. 5: Caractéristique d'une éolienne à vitesse fixe avec décrochage aérodynamique


[YeW13]

Malgré la simplicité et la robustesse des éoliennes à vitesse fixe. Ce type d’éolienne présente
plusieurs inconvénients à savoir :

 La puissance entrante n’est pas optimisée.

 Coût de maintenance est élevé.

 Puissance réactive n’est pas contrôlée (uniquement compensée).

 La connexion directe de la génératrice au réseau entraine une forte sensibilité


lors de la présence de défaut sur celui-ci [TEN09].

23
3.2.2. Eoliennes à vitesse variable

Le but des éoliennes à vitesse de rotation variable est d’adapter la vitesse de la turbine à la
vitesse du vent. Il existe deux types d’éoliennes à vitesse variable : les éoliennes à base de
machine asynchrone à double alimentation et les éoliennes à base de machine synchrone.

 Eoliennes à base de machine asynchrone à double alimentation

Cette structure d’éoliennes contient un rotor bobiné couplé au réseau par une interface
d’électronique de puissance comme il est présenté dans la Figure 1.6. Le rôle de cette interface
est d’assurer le découplage partiel de la vitesse mécanique du rotor de la fréquence du réseau.

Figure 1. 6: Eolienne basée sur une machine asynchrone à double alimentation [DAV07]

La plage de variation de la vitesse du rotor de la machine asynchrone à double alimentation est


définit entre -40% à 30% autour de sa vitesse de synchronisme. Cette plage est imposée par le
glissement g [ACK05]. Par conséquent, la puissance qui circule dans le circuit rotorique est
limitée. Ceci va engendrer une réduction considérable dans le cout d’implantation et de mise
en service de l’interface de l’électronique de puissance vu qu’elle est dimensionnée par une
fraction de la puissance nominale.

Les convertisseurs qui sont connectés sur le circuit électrique du rotor peuvent assurer le
contrôle de la puissance active et réactive. Le convertisseur « coté rotor » permet de contrôler
la puissance active générée par le contrôle du couple électromagnétique, ainsi que la puissance
réactive échangée avec le stator. Le convertisseur « coté réseau » permet de réguler la tension
du bus continu qui assure les échanges de puissance active entre le rotor et le réseau.

24
 Eoliennes à base de machine synchrone

Les éoliennes basées sur une génératrice asynchrone à rotor bobiné comportent une génératrice
découplée du réseau par l’intermédiaire des convertisseurs électroniques de puissance. La plage
de variation de ce type d’éolienne est de 0% à 100% de la vitesse nominale de rotation [TEN09].

Le majeur inconvénient de ce type d’éolienne est la nécessité d’un système de bagues et de


balais et un multiplicateur. Ces derniers exigent des coûts de maintenance très élevées
essentiellement pour les installations off-shore situés au milieu salin [COU08].

Ces types d’éoliennes sont développés en augmentant le nombre de paires de pôles pour éviter
le multiplicateur. Cette nouvelle structure est présentée dans la Figure 1.7.

Figure 1. 7: Eolienne basée sur une machine synchrone à grand nombre de paires de pôles
[DAV07]

Si la génératrice est équipée d’aimants permanents, le système des bagues et de balais peut être
également éliminé.

3.2.3. Synthèse sur les différentes technologies éoliennes

Dans cette partie, nous présentons une brève synthèse sur les différents types d’éoliennes
(Tableau 1.1).

25
Tableau 1. 1:Synthèse sur les différents types d’éoliennes

Type d’éolienne Avantages Inconvénients

Machine  Absence d’une interface  Puissance réactive non


asynchrone à d’électronique de puissance. contrôlée.
vitesse fixe (MAS)  Robuste  Nécessite une maintenance du
 Faible coût multiplicateur de vitesse.
Machine  L’interface d’électronique de  Coût de l’électronique de
asynchrone puissance est dimensionnée à puissance.
doublement 30% de la puissance  Complexité de la commande.
alimentée à vitesse nominale.  Maintenance du système
variable (MADA)  Fonctionne à vitesse variable bagues-balais.
 Optimisation de la puissance
extraite.
Machine synchrone  Fonctionne avec vitesse  Cout de l’électronique de
à vitesse variable variable quel que soit la plage puissance
(MS) de la vitesse.
 Optimisation de la puissance
pour vents faibles.
 Boite de vitesse est
optionnelle.

4. Défis de l’intégration des énergies renouvelables


La production de l’énergie électrique à partir des énergies renouvelables (PV et éoliens) dépend
essentiellement de la disponibilité de la ressource primaire (vent/ soleil) qui présente des
caractéristiques intermittente. D’où les groupes de production d’énergies renouvelables sont
très différentes que les groupes de production conventionnelles. L’insertion massive des
puissances intermittentes dans les systèmes électriques peut poser un défi aux gestionnaires de
réseaux. On distingue deux types d’impacts liés au raccordement des énergies renouvelables
sur le réseau à savoir : les impacts sur les réseaux de distribution et les impacts sur le réseau de
transport.

26
4.1. Les impacts sur les réseaux de distribution

4.1.1. Transit de puissance


Dans les réseaux électriques, le transit de puissance se fait du réseau de transport vers le réseau
de transport vers le réseau de distribution. L’augmentation de l’injection de puissances sur le
réseau de distribution va provoquer une inversion des flux. Cette modification dans le sens de
transit peut engendrer un dysfonctionnement dans les protections unidirectionnelles. Il est
conseillé de réaliser une mise à jour sur les appareils de protection et renforcer le réseau dont
le but d’augmenter la capacité d’accueil du système [VER09].

4.1.2. Profil de la tension


En régime permanent, le profil de la tension est influé par les changements de puissances actives
et réactives transités. Aux points de raccordement des installations éoliennes et photovoltaïques,
la tension locale s’élève à cause de la puissance active injectée. Cela pose ainsi des difficultés
aux gestionnaires de réseau pour maintenir la tension dans sa plage de fonctionnement sur le
réseau.

4.1.3. Qualité de la tension


Les installations éoliennes et photovoltaïques interfacées au réseau par l’intermédiaire des
convertisseurs de puissance électrique peuvent être des sources d’harmoniques. Ces derniers
peuvent provoquer un échauffement dans le matériel, dysfonctionnement des systèmes de
protection, et des interférences dans les circuits de communication. Une limite est spécifiée par
le gestionnaire de réseau pour les courants harmoniques injectés sur le réseau [ARR08].

4.2. Les impacts sur les réseaux de transport


4.2.1. Incertitude sur la planification et la gestion des systèmes.

L’intégration de la production intermittente dans le réseau impose un surcoût technique vu que


la production n’est pas toujours disponible en période de pointe et aux besoins de ressources
supplémentaires pour maintenir l’équilibre entre la production et la consommation. Ainsi, des
puissances de réserves sont nécessaires pour remédier à ces incertitudes.

27
4.2.2. Sensibilité ou déclenchement intempestif
Lors de l’apparition des perturbations sur le réseau (creux de tension, variation de la fréquence)
les générateurs d’éoliens et de photovoltaïques ont tendance à se déconnecter ce qui entraine
une grande perte dans la production qui peut avoir ainsi des conséquences négatives sur le
réseau [UCT07].

5. Le grid code de la STEG


Le grid Code est un document présenté par les gestionnaires de réseaux électriques dans lequel,
ils spécifient les exigences techniques du raccordement et d’évacuation des énergies
renouvelables sur le réseau électrique.

Dans cette partie, nous présentons les exigences du grid Code Tunisien élaborées par la STEG.
Ces conditions vont être exploitées dans l’évaluation des systèmes photovoltaïques et éoliens
connectés aux réseaux, et qui sont les sujets des études du deuxième et troisième chapitre.

La STEG exige que les systèmes de production d’énergies renouvelables, essentiellement les
systèmes photovoltaïque et éoliens, participent aux services systèmes : régulation de la tension
et régulation de fréquence.

Ainsi, on se limite dans cette section à présenter les exigences liées au contrôle de tension et de
la fréquence.

5.1. Exigences liées au contrôle de la tension


La STEG définit les plages de tension de fonctionnement normal et de fonctionnement anormal.
En effet, pour chaque mode de fonctionnement, une période d’exploitation minimale est
spécifiée. Ainsi ces spécifications sont présentées dans le Tableau 1.2.
Les systèmes de production des énergies renouvelables raccordées sur le réseau MT doivent
maintenir la tension dans les limites admissibles de fonctionnement. Ainsi, ils doivent être
munis d’un système de régulation de la tension. En effet, au point de raccordement, ces
systèmes de production ne doivent pas avoir des variations rapides de tensions supérieures à ±
5% de la tension nominale lorsqu’ils fonctionnent en régime permanent.
La Figure 1.8 présente la caractéristique de la tension durant laquelle les systèmes de production
à base d’énergies renouvelables demeurent en services. Cette courbe définit essentiellement les
durées critiques d’élimination des creux de tension. Elle est nommée LVRT « Low voltage ride

28
through ». Pour un défaut de court-circuit, la durée citrique d’élimination de défaut est évaluée
à 250 ms.

Tableau 1. 2: Spécification des plages de tension avec leurs périodes d'exploitation minimale
[STE15]

Intervalle de tension Période d’exploitation minimale

0.8 Un -0.85 Un 30 minutes

0.85 Un -0.93 Un 3 heures

0.93 Un – 1.07 Un Illimitée

1.07 Un – 1.1 Un 1 heure

1.1 Un – 1.2 Un 15 minutes

En outre, les générateurs d’énergies renouvelables doivent injecter du courant réactif


supplémentaire pour maintenir la tension lors de l’apparition des creux de tension dans le
réseau. Donc, la caractéristique typique du courant réactif est donnée dans la Figure 1.9.

Figure 1. 8: Sous-tension durant laquelle les centrales d’EnRs doivent demeurer en service
[STE15]
29
Figure 1. 9: Caractéristique typique du courant réactif

5.2. Exigences liés au contrôle de la fréquence

Pareil que la tension, les fréquences sont classées selon des plages de fonctionnement normales
et anormales pour différentes durées d’exploitation minimale. Les plages de fréquences ainsi
que leurs durées d’exploitation sont énoncés dans le Tableau 1.3

Tableau 1. 3: Spécification des plages de tension avec leurs périodes d'exploitation minimale
[STE15]

Intervalle de fréquence Période d’exploitation minimale

47.5 Hz - 48.5 Hz 15 minutes en durée cumulée


pendant la durée de vie de
l’installation.

48.5 Hz - 49.5 Hz 5 heures en continu, 100 heures en


durée cumulée pendant la durée de
vie de l’installation.

49.5 Hz - 50.5 Hz Illimitée

50.5 Hz - 51 Hz 1 heure en continu, 15 heures en


durée cumulée pendant la durée de
vie de l’installation.

51 Hz - 52 Hz 15 minutes, une à cinq fois par an

30
De plus, un système de réglage de la fréquence est demandé lors de l’intégration des producteurs
d’énergies renouvelables sur le réseau électrique. La contribution au réglage primaire est définit
par la courbe de réglage de la fréquence présentée dans la Figure 1. 10.

Figure 1. 10:Courbe de réglage de la fréquence [STE15]

PA, PB, PC, PD, et PE présentent la puissance de contrôle en (%) de la production disponible
instantanément. Les résultats présentés dans la Figure 10 sont synthétisé dans le Tableau 4.

Tableau 1. 4: Plages de variation de la fréquence [STE15]

Plage de la fréquence Plages de proportionnels de la puissance disponible

FA 47.0 – 49.5 PA 90% - 100%

FB 49.5 – 50 PB 50% - 100%

FC 50 – 50.2 PC 50% - 100%

FD 50.2 – 51.5 PD 15% - 100%

FE 51 – 52 PE 0%

6. Les Synchro-convertisseurs
Dans cette partie, nous présentons la nouvelle stratégie de commande des convertisseurs de
puissance intitulée synchro-convertisseur. Cette commande émule un générateur synchrone.

31
6.1. Machine synchrone
6.1.1. Principe de fonctionnement

La machine synchrone est composée essentiellement par un enroulement induit (stator) et un


enroulement inducteur (rotor).
L’enroulement induit fonctionne avec une tension élevée par rapport à l’inducteur. Ils
nécessitent un espacement suffisant pour l’isolation. Ainsi, ils sont le sujet d’une grande
variation des courants. Donc, ils doivent avoir une certaine rigidité mécanique.
Puisque l’enroulement d’induit est exposé à une variation de flux, le stator est feuilleté dont le
but d’éliminer les pertes par les courants de Foucault.
En régime établi, le rotor tourne à la vitesse du synchronisme que le champ produit par le stator.
Par conséquent, les champs statoriques et rotoriques tournent tous les deux à la même vitesse
du synchronisme, et ils sont collés l’un par rapport à l’autre. Ces deux champs sont similaires
à deux aimants qui s’attirent. Si on cherche à les éloignés, un couple de rappel est nait et s’y
oppose. Il est nommé un couple électromagnétique.
Lorsqu’on applique au rotor, un couple mécanique d’entrainement dont le but de l’accélérer.
Le couple électromagnétique apparu est dans le sens inverse de rotation. Dans ce cas, la machine
synchrone se comporte comme un générateur synchrone.
Lorsqu’on applique au rotor, un couple mécanique résistant dont le but de le freiner. Le couple
électromagnétique apparu est dans le même sens de rotation. Dans ce cas, la machine synchrone
se comporte comme un moteur synchrone [KOT04].
6.1.2. Modèle dynamique [Kun94]
On considère une machine synchrone présentée dans la Figure 1.11 composée par :
- Trois enroulements statoriques fixes décalées de 120°, couplés en étoile. Ces
enroulements sont modélisés par des bobines d’inductances propres L et des inductances
mutuelles -M (correspond à la position ϴ=2π/3 ; M>0).
- Un enroulement rotorique mobile à pole lisse sans amortisseurs, doté d’un enroulement
d’excitation nommée Lf qui est parcouru par un courant continu if.

32
Figure 1. 11: Modélisation de la machine synchrone

Avec :

 Rs : Résistance statorique.

 Ls = L-M : Inductance statorique.

 Rf : Résistance rotorique.

 Va, Vb, Vc : Tensions statoriques.

 Vf : Tension d’excitation.

 Expression des inductances mutuelles

L’inductance mutuelle entre le rotor et chaque enroulement du stator est une fonction qui
dépend de la position ϴ.

𝑀𝑎𝑓 = 𝑀𝑓 ∗ cos 𝛳 (1.1)


2𝜋
𝑀𝑏𝑓 = 𝑀𝑓 ∗ cos(𝛳 − ) (1.2)
3
2𝜋
𝑀𝑐𝑓 = 𝑀𝑓 ∗ cos(𝛳 + ) (1.3)
3

Avec :

 M f : Valeur maximale de l’inductance mutuelle entre l’enroulement du rotor et


un du stator

 ϴ : Angle rotorique

 Expression des flux statoriques

Les flux statoriques ont pour expression :

ɸ𝑎 = 𝑖𝑎𝐿𝑠 + 𝑀𝑎𝑓𝑖𝑓 (1.4)


ɸ𝑏 = 𝑖𝑏(𝐿 + 𝑀) + 𝑀𝑏𝑓𝑖𝑓 (1.5)

33
ɸ𝑐 = 𝑖𝑐(𝐿 + 𝑀) + 𝑀𝑐𝑓𝑖𝑓 (1.6)

La notation vectorielle est donnée par :

ɸ𝑎 𝐿 −𝑀 −𝑀 𝑖𝑎 𝑀𝑎𝑓
(ɸ𝑏 )= (−𝑀 𝐿 −𝑀) (𝑖𝑏 )+(𝑀𝑏𝑓 )*if (1.7)
ɸ𝑐 𝐿 −𝑀 𝐿 𝑖𝑐 𝑀𝑐𝑓

Où :

 ia, ib, ic : les courants statoriques.


 if : courant d’excitation.

 Expression du flux rotorique

Le flux rotorique a pour expression :

ɸ𝑓 = 𝑀𝑎𝑓𝑖𝑎 + 𝑀𝑏𝑓𝑖𝑏 + 𝑀𝑐𝑓𝑖𝑐 + 𝐿𝑓𝑖𝑓 (1.8)

La notation vectorielle est donnée par :

𝑖𝑎
ɸ𝑓 = 𝐿𝑓𝑖𝑓 + (𝑀𝑎𝑓 𝑀𝑏𝑓 𝑀𝑐𝑓) (𝑖𝑏 ) (1.9)
𝑖𝑐
 Expressions généralisés des flux rotorique et statoriques

On considère une machine synchrone à pole lisse avec un nombre de pair de pole p=1.

En régime permanent, les trois enroulements statoriques sont parcourus par des courants
triphasés équilibrés.

D’où : 𝑖𝑎 + 𝑖𝑏 + 𝑖𝑐 = 0 (1.10)

D’autre part on pose :

𝑠𝑖𝑛𝛳 𝑐𝑜𝑠𝛳
ɸ𝑎 𝑖𝑎 2∗𝜋 2∗𝜋
ɸ = (ɸ𝑏 ) ; 𝑖 = (𝑖𝑏) ; 𝑠𝑖𝑛𝛳 = (sin⁡(𝛳 − 3 )) ; 𝑐𝑜𝑠𝛳 = (cos⁡(𝛳 − 3 ))
ɸ𝑐 2∗𝜋 2∗𝜋
𝑖𝑐 sin⁡(𝛳 + ) cos⁡(𝛳 + )
3 3

Par conséquent, les deux systèmes d’équation donnés en (1.7) et (1.9) sont réécrites afin de
donner les équations généralisées des flux rotoriques et statoriques :
34
ɸ = 𝑖𝐿𝑠 + 𝑀𝑓 ∗< 𝑖, 𝑠𝑖𝑛𝛳 > (1.11)

ɸ𝑓 = 𝐿𝑓𝑖𝑓 + 𝑀𝑓 ∗< 𝑖, 𝑐𝑜𝑠𝛳 > (1.12)

Avec : <.;.> est le produit scalaire dans R3.

 Expression de la tension au stator

En convention récepteur la tension sur une phase s’écrit :

𝜕𝜙𝑎
𝑉𝑎 = −𝑅𝑠𝑖𝑎 − (1.13)
𝜕𝑡

Or 𝜙𝑎 = 𝑖𝑎𝐿𝑠 + 𝑀𝑎𝑓𝑖𝑓 (1.14)


𝜕𝑖𝑎 𝜕𝑀𝑎𝑓∗𝑖𝑓
Alors 𝑉𝑎 = −𝑅𝑠𝑖𝑎 − 𝐿𝑠 + (1.15)
𝜕𝑡 𝜕𝑡

𝜕𝑀𝑎𝑓
Or à vide on a 𝑒𝑎 = 𝑉𝑎(𝑖𝑎 = 0) = ∗ 𝑃 ∗ 𝛺 ∗ 𝑖𝑓 (1.16)
𝜕𝛳

𝜕𝑖𝑎
D’où 𝑉𝑎 = 𝑅𝑖𝑎 + 𝐿𝑠 + 𝑒𝑎 (1.17)
𝜕𝑡

 Expression de la tension au rotor

L’expression de la tension rotorique est donnée par :

𝜕𝜙𝑓
𝑉𝑓 = 𝑅𝑖 ∗ 𝑖𝑓 − (1.18)
𝜕𝑡

 Equation du mouvement rotorique


𝜕2𝛿
On a 𝑇𝑚 − 𝑇𝑒 = 𝐽 𝜕𝑡2 (1.19)

Avec :

 Tm : Couple résistant

 Te : Couple électromagnétique

 J : Moment d’inertie des masses tournantes.

 δ : Ecart entre l’angle électrique ϴet une référence synchrone.

 Expression du couple électrique

L’expression du couple électromagnétique est donnée par [ELL65] :

35
𝜕𝐸
𝑇𝑒 = 𝜕𝛳 𝑖, 𝑖𝑓⁡𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡, (1.20)

E est l’énergie stockée dans la machine et elle admet comme équation :

1 1
𝐸= < 𝑖, 𝜙 > + 𝑖𝑓𝜙𝑓
2 2

1
̃ > + 1 𝐿𝑓𝑖𝑓 2
= 2 < 𝑖, 𝐿𝑠𝑖 > +𝑀𝑓𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑐𝑜𝑠𝛳 2

̃
𝜕𝑐𝑜𝑠𝛳
Alors 𝑇𝑒 = −𝑀𝑓𝑖𝑓 < 𝑖, >
𝜕𝛳

̃>
= 𝑀𝑓𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑠𝑖𝑛𝛳

Par conséquent ̃>


𝑇𝑒 = 𝑀𝑓𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑠𝑖𝑛𝛳 (1.21)

6.1.3. Régulation de la fréquence


Dans un système électrique, la fréquence présente l’équilibre entre la production générée par
les centrales et la consommation des charges.
En fonctionnement normal, la fréquence du réseau est uniforme à un instant donné (les
alternateurs étant reliés entre eux par le jeu des forces électromagnétiques, tournent tous à la
même vitesse électrique [KUN94]. Lors de la diminution ou l’augmentation de la vitesse de
rotation des unités de production, la fréquence s’éloigne de sa valeur nominale. Cet écart de
vitesse est corrigé automatiquement par les régulateurs de vitesses. Pour maintenir une valeur
satisfaisante de la fréquence, il faut agir sur la puissance produite des centrales afin d’adapter
en permanence le niveau de la production à celui de la demande. Il existe trois types de réglages
de fréquence : le réglage primaire, le réglage secondaire et tertiaire.

a) Réglage primaire de la fréquence


Après la perturbation, le réglage primaire de la fréquence permet d’assurer l’équilibre entre
production-consommation. Si la réserve primaire disponible est suffisante, l’intervention du
réglage primaire est effectuée le premier à l’échelle du temps. La contribution de ce réglage est
assurée par l’inertie mécanique des rotors fonctionnant en synchronisme, qui résiste à toutes les
perturbations sur la valeur de la fréquence.
Les groupes de production disposent des réserves primaires déjà conservée qui vont être
exploité dont le but de stabiliser la fréquence à une fréquence prés de sa valeur de référence (50
Hz) pendant une durée de quelques secondes.
36
La régulation de fréquence est réalisée par un régulateur de vitesse qui est implanté localement
dans chaque unité de production. La boucle de régulation de vitesse est donnée par la Figure
1.12.

Figure 1. 12: Principe du contrôle de la puissance mécanique

Chaque groupe conventionnel cherche à imposer l’équilibre entre la consommation et la


production. Ainsi, le régulateur de vitesse assure cet équilibre en agissant sur les organes
d’admission de fluide moteur à la turbine.

Ce réglage est décrit par une relation linéaire entre la vitesse (image de la fréquence) et la
puissance éclectique (Figure 1.13) dont la caractéristique statique est donnée par l’équation
(1.22).

𝑃(𝑡)−𝑃𝑜 1 𝑓(𝑡)−𝑓𝑜
= (1.22)
𝑃𝑛 𝛿𝑖 𝑓𝑜

Ou 𝑃(𝑡) − 𝑃𝑜 = 𝐾𝑖 (𝑓(𝑡) − 𝑓0 ) ↔ ∆𝑃(𝑡) = −𝐾𝑖 ∆𝑓(𝑡) (1.23)

Avec

 P [MW] : Puissance active instantanée produite pour le groupe,

 Po [MW] : Puissance de marche pour la fréquence normale à 50Hz,

 P n [MW] : Puissance nominale du groupe,

 𝛿i [%] : statisme permanent du régulateur de vitesse du groupe,

 f [Hz] : fréquence du réseau,

 fo [Hz] : fréquence de référence du réseau (50 Hz),

 K i [MW/Hz] : énergie primaire réglée déclarative du groupe

37
Figure 1. 13: Caractéristique statique du réglage de fréquence d'un générateur synchrone

b) Réglage secondaire et tertiaire de la fréquence


La régulation primaire de la fréquence assure l’adaptation rapide de la production à l’échelle
temporelle. Ainsi, elle provoque des échanges de puissances entre les machines qui sont
connectées d’une façon synchrone, et qui réagissent à la variation de la fréquence quel que soit
l’endroit de l’apparition de la variation.
D’où un autre réglage est apparu intitulée « réglage secondaire ». Il est plus lent que le réglage
primaire, et il commence à fonctionner après le rétablissement de la fréquence à sa valeur
nominale (50 Hz) par le réglage primaire.

Les objectifs de la régulation secondaires sont :

 Ramener la fréquence à sa valeur de référence.


 Assurer les échanges de puissance entre les pays (ou GRT) à des valeurs limites
incités dans des contrats bien définis.
Le processus de fonctionnement de la régulation secondaire est détaillé comme suit. Un signal
appelé « niveau de télé-réglage » est envoyé, à partir d’un organe centralisé qui est disponible
dans le dispatching national et est construit à partir des mesures de la fréquence et de transits
sur les lignes d’interconnexion, aux systèmes de production synchronisés dont le but de
modifier les consignes de puissances [RTE04].
Concernant la régulation tertiaire, elle consiste à entamer la réserve primaire à la réserve
secondaire épuisée après l’établissement des deux premiers réglages. Donc, il nécessaire de
reconstruire les réserves pour se protéger lorsqu’une nouvelle perturbation est apparue

38
[UCT04-2] [RTE04]. Ce type de réglage nécessite un réserve de puissance, qui doit être fourni
par des générateurs qui peuvent démarrer rapidement ou des générateurs qui sont dédiées de
fonctionner dans les heures de pointes.

6.1.4. Régulation de la tension


Dans cette partie, on va introduire le principe de réglage de la tension de la machine synchrone.
On admet généralement une tolérance de ±5% par rapport à la valeur nominale. Donc, il est
nécessaire la tension dans des limites bien déterminé :
 Ne doit pas être trop baisse car elle peut perturber le fonctionnement de certains
dispositifs (Blocage de l’électronique de puissance, décrochage des moteurs
synchrone).
 Ne doit pas être trop élevée car elle peut endommager les appareils sensibles, les
isolants, etc.…

On considère le modèle induit d’une machine synchrone qui est donné par la Figure 1.14.

Figure 1. 14: Modèle de l'induit d'une machine synchrone

Avec

 Es : f.e.m à vide,

 V : tension aux bornes d’un enroulement,

 Rs : Résistance de l’enroulement,

 L : Inductance synchrone,
On déduit la force électromotrice induite au stator qui est donnée par

𝐸 = 𝑘𝜙𝑛𝑠 (1.24)

39
Avec

 E :f.e.m induite,

 ns : Vitesse de rotation du champ tournant en (tr/s),

 ϕ : flux maximal d’un enroulement,

 K : constante (caractéristique du moteur),


Etant donné que le courant d’excitation Is détermine le flux magnétique dans l’entrefer de la
machine, et il est limité par un limiteur de courant rotorique. Ainsi, la valeur de la tension est
proportionnelle à ce courant. D’où, la régulation de la tension V est assurée par une boucle de
régulation (Figure 1.15) qui agit sur le courant d’excitation.

On mesure la tension V du générateur en utilisant un transformateur, puis elle est redressée et


filtrée afin d’obtenir une tension continu Vc. Cette dernière est comparée à la consigne V0. La
différence obtenu est amplifiée et adapté à la commande de l’excitatrice.

Figure 1. 15: Boucle de régulation de la tension

40
6.2. Synchro-convertisseurs
Le synchro-convertisseur proposé dans [Zho11] [Zho09], est une stratégie de commande des
convertisseurs de puissance. Dans ce contexte, un synchro-convertisseur fonctionne en tant que
« système actif » vis-à-vis la participation aux services systèmes.

Il est possible de regrouper la structure du synchro-convertisseur en deux étages :

 Etage de la puissance
 Etage de la commande

6.2.1. Etage de puissance

Le circuit de puissance du synchro-convertisseur, présenté dans le Figure 1.16, est composé


d’un onduleur triphasé et d’un filtre LC. L’onduleur permet de convertir une tension continue
DC en une tension triphasée alternative AC. Sa commande émule le modèle mathématique de
la machine synchrone. Il contient trois bras dont chacun est composé de deux cellules de
commutation à base de l’IGBT. Ces derniers sont commandés par la technique de modulation
MLI « Modulation de largeur d’impulsion (MLI) ».

Le filtre LC est utilisé pour réduire les ondulations des tensions et des courants dues aux
commutations des interrupteurs.

Figure 1. 16:Circuit de puissance du synchro-convertisseur [Zho11]

La structure de l’étage de puissance décrite précédemment est équivalente à un générateur


synchrone avec des capacités en parallèles à ses phases statoriques. Dans ce cas, la similitude
des circuits de puissance d’un générateur synchrone et d’un synchro-convertisseur est résumée
comme suit. Les tensions aux bornes des bras de l’onduleur 𝑒 = [𝑒𝑎 ⁡𝑒𝑏 ⁡𝑒𝑐 ]𝑇 sont équivalentes
à la tension électromotrice induite de la machine synchrone. Les tensions 𝑉 = [𝑉𝑎 ⁡𝑉𝑏 ⁡𝑉𝑐 ]𝑇 et
41
les courants 𝑖 = [𝑖𝑎 ⁡𝑖𝑏 ⁡𝑖𝑐 ]𝑇 aux bornes des capacités représentent les tensions et les courants
statoriques du générateur synchrone. Les impédances du filtre Rs, Ls sont équivalentes aux
impédances statoriques de la machine synchrone.

Les cellules de commutation du convertisseur de puissance fonctionnent en haute fréquence.


Par la suite, les tensions générées 𝑒 = [𝑒𝑎 ⁡𝑒𝑏 ⁡𝑒𝑐 ]𝑇 sont à haute fréquence. Par conséquent, la
tension de référence générée doit être prise en valeurs moyennes. Donc, il est nécessaire
d’utiliser la commande MLI puisqu’elle permet d’imposer une tension moyenne à chaque
période de commutation égale à sa tension de référence.

6.2.2. Etage de commande

Le circuit de commande du synchro-convertisseur, permet essentiellement de générer les


signaux de commande (les impulsions) au circuit de puissance. Il est modélisé dans la Figure
1.17.

Figure 1. 17:Circuit de commande du synchro-convertisseur

La tension de commande e de l’onduleur a pour expression

𝑒 = [𝑒𝑎⁡ 𝑒𝑏 𝑒𝑐 ]𝑇 = 𝛳̇𝑀𝑓 𝑖𝑓 𝑠𝑖𝑛


̃𝛳 (1.24)

Les puissances active et réactive générées par le synchro-convertisseur sont

𝑃 =< 𝑖, 𝑒 > et 𝑄 =< 𝑖, 𝑒𝑞 > (1.25)

Avec eq possède la même amplitude de e mais avec une quadrature de phase. Son expression
est donnée par
42
𝜋
𝑒𝑞 = 𝛳̇𝑀𝑓 𝑖𝑓 𝑠𝑖𝑛
̃ (𝛳 − ) = −𝛳̇𝑀𝑓 𝑖𝑓 cos⁡
̃ (𝛳) (1.26)
2

Les expressions de puissances active et réactive sont données par

𝑃 = 𝛳̇𝑀𝑓 𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑠𝑖𝑛


̃𝛳 > (1.27)

𝑄 = −𝛳̇𝑀𝑓 𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑐𝑜𝑠


̃𝛳> (1.28)

cos 𝛳 sin 𝛳
2𝜋 2𝜋
Avec ̌ 𝛳 = [ cos(𝛳 − 3 ) ]
𝑐𝑜𝑠⁡ ̌ 𝛳 = [ sin(𝛳 − 3 ) ]
𝑠𝑖𝑛⁡
4𝜋 4𝜋
cos( 𝛳 − 3 ) 𝑠𝑖𝑛⁡(𝛳 − )
3

L’avantage d’un synchro-convertisseur est qu’on peut varier ses paramètres selon les besoins
de l’utilisateur. Par exemple l’inductance Lf du rotor, l’inductance mutuelle Mf , coefficient de
frottement F, et le moment d’inertie H. Contrairement au générateur synchrone, ces paramètres
sont des paramètres intrinsèques de la machine qui ne sont pas accessibles.

On rappelle l’équation mécanique de la machine synchrone présentée dans la section (6.1)

𝜕 2𝛿 1 𝜕𝛿
2
= (𝑇𝑚 − 𝑇𝑒 ∗ 𝐹 ) (1.29)
𝜕𝑡 2𝐻 𝜕𝑡

Avec

 𝜔 = 𝛳̇ est la vitesse virtuelle angulaire du rotor,


 𝛿 = 𝛳 − 𝑊𝑛 𝑡⁡est la déviation rotorique,
 H : Constante d’inertie virtuel,
 F : coefficient d’amortissement virtuel,
 Te : le couple électromagnétique donné par

(1.30)
𝑇𝑒 = 𝑀𝑓 𝑖𝑓 < 𝑖, 𝑠𝑖𝑛
̃ 𝛳>

En se basant sur les équations (1.24), (1.28), (1.29), et (1.30), on déduit le circuit de commande
du synchro-convertisseur, présenté dans la Figure 1.17 .La communication entre l’étage de
puissance et l’étage de commande est assurée par le courant i et la tension e.

Pour qu’in synchro-convertisseur participe aux services système, on ajoute deux régulateurs qui
génèrent respectivement le couple Tm (maintien de la fréquence) et le flux d’excitation Mfif

43
(maintien de la tension). Les variables Tm et Mfif sont définis comme des entrées au synchro-
convertisseur.

6.2.3. Régulation de la puissance active/ fréquence

Dans le cas d’un générateur synchrone, la fréquence est maintenue par la régulation primaire
qui agit sur la vitesse de l’entrainement mécanique dont le but d’adapter le couple mécanique
Tm au couple électrique Te. La variation de la fréquence par rapport à la puissance demandée
est définie par un statisme. Ce dernier est souvent noté R. Dans le réseau électrique, les valeurs
typiques de R sont entre 3% et 5% [Kun96].

La régulation de la fréquence de la machine synchrone est implantée dans la commande du


synchro-convertisseur pour obtenir le couple Tm (Figure 14). La vitesse angulaire virtuelle 𝛳̇
est comparée à la vitesse de référence nominale 𝛳𝑛̇ égale à 𝛳𝑛̇ = 2𝜋𝑓𝑛 = 100𝜋. Cette différence
est multipliée par un gain DP. Par la suite, on ajoute un couple mécanique de référence ⁡𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 .

Dp définit la variation du couple virtuel ∆T par rapport à la variation de vitesse∆𝛳̇.

∆𝛳̇ (1.31)
𝐷𝑝 =
∆𝑇

Par conséquent, l’équation du couple mécanique de référence 𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 s’écrit :

𝑃𝑟𝑒𝑓
𝑇𝑚_𝑟𝑒𝑓 = (1.32)
𝛳̇

D’après les équations (1.30) et (1.31), la boucle de régulation de fréquence est présentée dans
la Figure 1.18. Elle est déduite par la relation :

𝑇𝑚 = 𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 − 𝐷𝑝 (𝛳̇ − 𝛳̇𝑛 ) (1.33)

Figure 1. 18: Boucle de régulation de la fréquence

44
6.2.4. Régulation de la puissance réactive

Dans le cas d’un générateur synchrone, la puissance réactive est régulée en agissant sur le
courant d’excitation dont le but de maintenir la tension. Dans la commande du synchro-
convertisseur, ce dernier principe est implanté. Il est similaire au régulateur automatique de
tension (AVR) d’un générateur synchrone.

La régulation de la tension du synchro-convertisseur présentée dans la Figure 1.19, est


expliquée comme suit. L’amplitude de la tension 𝑉𝑚 est comparée à la tension de référence⁡𝑉𝑟𝑒𝑓 .
Cette différence est multipliée par un gain Dq auquel on ajoute l’erreur entre Qref et Qmesuré.

Figure 1. 19:Boucle de régulation de la tension

Le gain Dq définit la variation de la puissance réactive ∆Q par rapport à la variation de tension


∆V.

∆𝑄 (1.34)
𝐷𝑞 = −
∆𝑉

1
Le résultat est multiplié par un intégrateur de gain pour obtenir le flux d’excitation⁡𝑀𝑓 𝑖𝑓 .
𝐾

En se basant sur l’équation (1.29) et (1.34), on déduit l’expression du régulateur de tension

⁡𝑄𝑟𝑒𝑓 + 𝐷𝑞 (𝑉𝑟𝑒𝑓 − 𝑉) − 𝑄 = 𝐾 ∗ 𝑠 ∗ 𝑀𝑓 ∗ 𝑖𝑓 (1.35)

7. Conclusion
Les énergies renouvelables essentiellement l’énergie photovoltaïque et l’énergie éolienne se
développe rapidement et leurs parts deviennent considérable dans le mix énergétique vu que
leurs coût de revient (LCOE) est devenu très concurrent par rapport au coût de revient des
groupes de production conventionnels. Sauf que ce type d’énergie présente l’inconvénient
qu’ils possèdent un caractère intermittent qui provoque des contraintes de gestion des systèmes
électrique.
45
Un des problèmes majeurs du raccordement de ces énergies sur le réseau électrique, c’est que
leur participation aux services système est limitée. Par conséquent, les exigences et les
conditions de raccordement sur le réseau, évoluent. Donc, les gestionnaires de réseaux ont établi
un grid code (GCR) qui oblige les producteurs d’énergies éolienne et photovoltaïque à suivre
des exigences bien définies.
En effet, les structures de raccordement des énergies renouvelables sont basées sur une interface
d’électronique de puissances. Cette dernière est exploitée afin de rendre les systèmes
photovoltaïque et éoliennes actifs via à vis la participation aux services système. Dans ce
contexte, la technologie du synchro-convertisseur consiste en un onduleur ou redresseur
émulant le comportement de la machine synchrone dans la régulation de la tension et de la
fréquence. Cette technologie est utilisée dans l’intégration d’un système photovoltaïque sur un
réseau de distribution qui sera le sujet du deuxième chapitre.

46
« Chapitre 2 »

Modélisation et commande des systèmes PV par


les synchro-convertisseurs

47
1. Introduction
Avec le développement des groupes de production photovoltaïques, les conditions de
l’intégration de ces systèmes doivent répondre aux exigences techniques de raccordement et
d’évacuation des énergies renouvelables (GCR) essentiellement aux services système :
régulation de fréquence et de la tension.

Dans ce chapitre, on s’intéresse à la modélisation d’un système photovoltaïque connecté à un


réseau de distribution dont sa structure est basée sur un hacheur et un onduleur. Afin d’extraire
le maximum de puissance du système PV, un algorithme de poursuite de puissance maximale
(MPPT) est implanté. Il est basé sur la technique de Perturbation et Observation (P&O). Ce
système est connecté aux réseaux par l’intermédiaire d’un onduleur (VSC) à trois niveaux. On
considère trois types de commandes associées à l’onduleur : la commande vectorielle à facteur
de puissance unitaire, la commande vectorielle à facteur de puissance variable, et la commande
synchro-convertisseur. Il s’agit de comparer les performances des différentes commandes dans
la participation aux services système. Les résultats trouvés sont évalués par rapport au grid code
de la STEG.

Le modèle de simulation est réalisé sur SimPower System de Matlab Simulink.

2. Modélisation du système photovoltaïque étudié


La Figure 2.1 présente la structure du système photovoltaïque étudié .Ce système est composé
d’une ferme photovoltaïque dont les panneaux sont connectés en série et en parallèle, un
hacheur « Boost » DC-DC, et un onduleur de tension triphasés à trois niveaux (VSC).

Il est possible de regrouper les différentes parties de cette structure comme le montre la Figure
2.1.

 La puissance fournit par la ferme photovoltaïque dépend de l’irradiation et de


la température.
 Un algorithme d’extraction le maximum de puissance (MPPT) est implémenté.
 Une interface de conversion assurée par un onduleur.
 La connexion du système photovoltaïque est faite sur un réseau de distribution
25 kV.

48
La modélisation de cette structure sera répartie selon la fonctionnalité de chaque partie. Les
algorithmes de contrôle du hacheur et de l’onduleur seront donnés dans la section suivante.

Figure 2. 1:Système photovoltaïque étudié

2.1. Modélisation du générateur photovoltaïque


2.1.1. Circuit équivalent d’une cellule photovoltaïque

Dans le présent modèle, on se concentre sur les cellules photovoltaïques basées sur des
jonctions PN. Le modèle de cellule le plus simple consiste en une source de courant en parallèle
avec une diode comme il est indiqué dans la Figure 2.2. Le courant de sortie est directement
proportionnel à l’irradiation (le photo-courant Iph) et à la température T.

Figure 2. 2:Circuit équivalent d'une cellule photovoltaïque

Les expressions de la tension et du courant sont donnés par


𝐪𝐕𝐝𝐨
𝐕
𝐈 = 𝐈𝐩𝐡 − 𝐈𝟎 (𝐞( 𝐧𝐤𝐓 ) − 𝟏) − 𝐑𝐝𝐨 (2.1)
𝐬𝐡

49
𝑉 = 𝑉𝑑𝑜 − 𝑅𝑠 𝐼 (2.2)

Avec

𝑞 = 16. 10−19 : Charge électrique,


T : Température de la cellule,

𝑅𝑠 : Résistance série intrinsèque,

𝑅𝑠ℎ : Résistance shunt équivalente,

𝑘 = 1,38⁡. 10−23 : Constante de Boltzmann,


Les modules utilisés sont de types « 330* Sun Power SPR-305E_WHT_D ». Les paramètres
d’un seul module sont présentés dans le Tableau 2.1. D’autres paramètres sont reportés en
détails dans l’annexe A.

Tableau 2. 1:Les paramètres du module photovoltaïque

Paramètres Valeurs

Nombre des cellules connectés en série 96

Tension en circuit ouvert Voc (V) 64.2

Courant de court-circuit Isc (A) 5.96

Tension maximale à PPM Vmp (V) 54.7

Courant maximal à PPM Imp (A) 5.58

Figure 2. 3:Figure 2. 3:Caractéristique P-V Figure 2. 4:Figure 2. 4:Caractéristique I-V


d'une cellule PV d'une cellule PV

50
2.1.2. Constitution du générateur photovoltaïque
Le générateur photovoltaïque adopté dans la simulation du modèle est composé par 66 chaines
en parallèle dont chacune contient 5 modules connectés en série (Figure 2.5).

Figure 2. 5:Association des cellules photovoltaïques du générateur


Ainsi la tension et le courant de sortie du générateur photovoltaïque sont donnés par :

𝑉𝑃𝑉 = 𝑉𝑚𝑝 ∗ 5 = 273.5⁡𝑉

𝐼𝑃𝑉 = 𝐼𝑚𝑝 ∗ 66 = 368.28⁡𝐴

On déduit la puissance du générateur photovoltaïque :

𝑃𝑃𝑉 = 𝑉𝑃𝑉 ∗ 𝐼𝑃𝑉 = 273.5 ∗ 368.28 = 100.7⁡𝐾𝑊

Ces résultats trouvés sont validés par simulation. La Figure 2.6 présente les courbes
caractéristiques du courant (Figure 2.6-a), de la tension (Figure 2.6-b), et de la puissance (Figure
2.6-c) à la sortie du le générateur photovoltaïque.

51
Figure 2. 6:Caractéristiques de sortie du générateur photovoltaïque

2.2. Modélisation de l’adaptateur d’impédance

L’étage d’adaptation d’impédance joue le rôle d’une interface entre le générateur


photovoltaïque et l’étage de conversion (Figure 2.1). Il permet essentiellement d’extraire
instantanément le maximum de puissance PPM quel que soit la valeur de la température et de
l’irradiation, et le transférer vers l’onduleur. Ceci est réalisé à travers un convertisseur DC-DC
Boost (Survolteur). Son circuit équivalent le plus simple est donné dans la Figure 2.7.

Figure 2. 7:Circuit équivalent d'un hacheur Boost


Le modèle dynamique du hacheur Boost est définit par les équations :
52
𝜕𝑉𝑖𝑛
𝐼𝐿 = 𝐼𝑖 − 𝐶1 (2.3)
𝜕𝑡

𝜕𝑉𝑑𝐶
𝐼𝑜 = (1 − 𝐷)𝐼𝐿 − 𝐶2 (2.4)
𝜕𝑡

𝜕𝐼𝐿
𝑉𝑖𝑛 = (1 − 𝐷)𝑉𝑑𝑐 + 𝐿 + 𝑅𝐿 𝐼𝐿 (2.5)
𝜕𝑡

Avec D est le rapport cyclique.

Cependant, nous adoptons une modélisation en grandeurs moyennes du hacheur en éliminant


les dérivés des variables dynamiques et les remplacer par leurs valeurs moyennes. Le système
d’équations (2.3), (2.4), et (2.5) devient :

𝐼𝐿 = 𝐼𝑖 (2.6)

𝐼𝑜 = (1 − 𝐷)𝐼𝐿 (2.7)

𝑉𝑖𝑛 = (1 − 𝐷)𝑉𝑑𝑐 (2.8)

Les paramètres de simulation du hacheur Boost sont résumés dans le Tableau 2.2.

Tableau 2. 2: Paramètres de simulation du hacheur Boost

Paramètres RL(Ω) L (mH) C1 (µF) C2 (µF) U ach (V) Vdc (V)

Valeurs 0.005 5 100 6000 273.5 500

La Figure 2.8 présente l’allure de la tension de sortie Vdc délivrée par le hacheur.

600 Vref
Vmes

500

400
Vdc(V)

300

200

100

0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16 0.18 0.2
Temp(s)

Figure 2. 8: L'allure de la tension de sortie V dc du Hacheur Boost par rapport à sa tension de


référence

53
2.3. Modélisation de l’interface de conversion
L’interface de conversion présentée dans la Figure 2.1, comporte un onduleur triphasé à trois
niveaux et un filtre RLC.

L’onduleur convertie la puissance DC issue du hacheur Boost en puissance AC transférée au


réseau de distribution. Il est donné par son modèle moyen qui vérifie les équations :

𝑉𝑎𝑏 ∗ 𝐼𝑎 − 𝑉𝑏𝑐 𝐼𝑐
𝐼𝑑𝑐 = (2.9)
𝑉𝑑𝑐

𝑃 = 𝑉𝑎𝑏 𝐼𝑎 − 𝑉𝑏𝑐 𝐼𝑐 = 𝑉𝑑𝑐 𝐼𝑐 (2.10)

Les paramètres de simulation de l’onduleur sont illustrés dans le Tableau 2.3.

Tableau 2. 3: Paramètres de simulation de l'onduleur

Paramètres V dc (V) V rms (V) Nombre des bras

Valeurs 500 260 3

Le filtre utilisé est un filtre passif passe bas du second ordre placé en série .Son circuit
équivalent ainsi que le dimensionnement de ses paramètres sont donnés dans l’Annexe B.

2.4. Modélisation du réseau

Le réseau est présenté par un transformateur élévateur et un nœud infini. Ce dernier est un
système de puissance caractérisé par une impédance Z g et une source de tension équilibrée
triphasée. Les paramètres du réseau équivalent et du transformateur sont donnés en Annexe C.

3. Commande du système photovoltaïque


Les commandes associées au système photovoltaïque sont :

 Une commande de poursuite de puissance maximale « PPM »


 Une commande associée à l’onduleur.

54
3.1. Commande de poursuite de puissance maximale (PPM)

La caractéristique du courant des panneaux photovoltaïques est non linéaire (Figure 2.4)
puisqu’elle dépend de l’irradiation et de la température. La tension aux bornes des panneaux
est la seule grandeur qu’on peut la contrôler. Alors, il est nécessaire d’utiliser des techniques
pour extraire la puissance maximale produite par les panneaux dont le but d’atteindre
l’efficacité maximale lors du fonctionnement. Il convient de noter qu’il existe un seul point de
maximum de puissance.

La technique MPPT utilisée dans notre cas est celle de Perturbation et Observation (P&O). Son
algorithme est donné dans Figure 2.9. Il est basé sur la perturbation des systèmes par
l’augmentation ou la diminution de la tension de référence en modifiant la valeur du rapport
cyclique du hacheur Boost. Par la suite, l’effet de cette perturbation sur la puissance de sortie
sera observé dont le but de détecter une éventuelle correction de ce rapport cyclique.

Figure 2. 9:Organigramme de l'algorithme de Perturbation et Observation (P&O)

55
3.2. Commande de l’onduleur
Dans cette section, trois types de commande de l’onduleur sont présentées :

i. Avec synchro-convertisseur : une technique de commande émulant un générateur


synchrone
ii. Avec commande vectorielle à facteur de puissance unitaire : la commande la plus
utilisée. Elle permet d’extraire le maximum de puissance active sans contrôler la
demande en puissance réactive.
iii. Avec commande vectorielle à facteur de puissance variable : elle est semblable au
deuxième type avec contrôle de la puissance réactive.

3.2.1. La commande Synchro-convertisseur

Cette partie est consacrée pour la validation de la commande synchro-convertisseur. Cependant,


lorsqu’on utilise la commande synchro-convertisseur pour le système photovoltaïque, il est
nécessaire d’ajouter une boucle de régulation de la tension du bus continu Vdc. (Figure 2.10)

Ainsi, Le couple mécanique 𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 est la sortie d’un régulateur PI.

Par conséquent, l’équation du couple mécanique de référence 𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 s’écrit :

(𝑃𝑟𝑒𝑓 − (𝑉𝑑𝑐−𝑟𝑒𝑓 − 𝑉𝑑𝑐 )𝑅(𝑠) (2.11)


𝑇𝑚−𝑟𝑒𝑓 =
𝛳̇𝑛

En se basant sur la méthode de compensation des pôles détaillée dans l’Annexe D, on détermine
les paramètres de 𝑘𝑝 et de 𝐾𝑖 présenté dans le Tableau 2.4.

Tableau 2. 4:Paramétrage du régulateur PI par la méthode de compensation de pôles

Régulateur 𝒌𝒑 𝑲𝒊
R0 0.5 5

56
Figure 2. 10: Boucle de régulation de la fréquence pour le système PV

On considère un synchro-convertisseur connecté sur un nœud infini. La tension d’entrée est


modélisée par une source de tension continue (Figure 2.11).

Figure 2. 11:Schéma du système étudié pour valider le synchro-convertisseur

En effet, On applique un échelon de puissance de 0.8 pu à l’instant t=0.5 s. Les réponses du


couple électromagnétique, de la vitesse, et du couple électrique, sont donnés dans la Figure
2.12.

Les réponses de la puissance réactive Q et de tension maximale Vm par rapport à leurs


références sont données dans la Figure 2.13.

Les résultats de simulation prouvent que la commande du synchro-convertisseur est bien


validée, et que es réponses instantanées de la puissance active, de la puissance réactive, de la
tension, et de la vitesse suivent leurs valeurs de consignes.

57
Figure 2. 12:Réponses du synchro-convertisseur suite à un échelon Pref=0.8 pu à t=0.5 s

(a) Réponse du couple mécanique en pu


(b) Réponse du couple électrique
(c) Réponse de la puissance référence
(d) Réponse de la vitesse en pu

(a) La tension maximale en (pu)


1.5
Vm-ref
Vmref--Vm (pu)

Vm
1

0.5

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2

(b) La puissance réactive en (pu)


10
Qref
Q
Qref--Q (pu)

-5
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps(s)

Figure 2. 13:La réponse de la tension et de la puissance réactive par rapport à leurs références

58
La Figure 2.14 présente le vecteur des tensions⁡𝑒 = [𝑒𝑎 ⁡𝑒𝑏 ⁡𝑒𝑐 ]𝑇 .

0.8

0.6

0.4

0.2

eabc (pu)
0

-0.2

-0.4

-0.6

1.36 1.37 1.38 1.39 1.4 1.41 1.42


Temps(s) 4
x 10

Figure 2. 14:Tensions de commande du synchro-convertisseur suite à un échelon de puissance


de 0.8 pu

3.2.2. La commande vectorielle


La Figure 2.15 présente la structure de la commande vectorielle VOC d’un convertisseur
DC/AC en mode connecté.

La commande vectorielle est présentée par des blocs de fonctionnement (Figure 2.15). Chaque
bloc définit une fonction bien déterminée :

 Un bloc de synchronisation PLL


 Un bloc de transformation de Park (abc ->dq)
 Un bloc de transformation inverse de Park (dq -> abc)
 Une structure de régulation en cascade de type PI : des boucles internes et externes de
régulation du courant et de la tension.
 Un bloc de génération des tensions de référence

La commande vectorielle présente deux modes de fonctionnement qui dépend du courant de


référence :

 Si⁡𝐼𝑞∗ = 0 , alors le facteur de puissance est unitaire. Ainsi la commande vectorielle


fonctionne avec facteur de puissance unitaire.
 Si ⁡𝐼𝑞∗ ⁡est généré par la boucle de régulation de la tension réseau Vac (Figure 2.15), alors
la commande vectorielle fonctionne avec facteur de puissance variable

59
Figure 2. 15:Structure de la commande vectorielle à tension orienté avec onduleur de tension connecté au réseau
60
4. Simulation du système photovoltaïque

4.1. Evaluation de la commande de poursuite de puissance


maximale (PPM)
La puissance optimale produite par le système photovoltaïque dépend des conditions météo-
logiques, essentiellement l’irradiation et la température. Les Figures 2.16 et 2.17 montrent
l’influence de ces paramètres sur la puissance maximale produite par le système
photovoltaïque.

Figure 2. 16:Influence de l'irradiation sur les Figure 2. 17:Influence de la température sur


caractéristiques (P-V) et (I-V) à une les caractéristiques (P-V) et (I-V) à une
température constante (1kw/m2) irradiation constante (1kw/m2)

Nous constatons que le point de puissance maximale varie avec la variation de la température
et de l’irradiation. En effet, les résultats présentés dans les Figures 2.16 et 2.17 sont résumés
dans le Tableau 2.5.

61
Tableau 2. 5: La puissance maximale produite pour différentes valeurs de température et
d'irradiation

Température (°C) Irradiation (1000w/m2) La tension (V) La puissance ()

25 1000 273.5 100.7

25 250 265.1 24.4

50 1000 250.2 92.9

Par la suite, on applique à l’entrée du générateur (Figure 2.1) des profils variables d’irradiation
(Figure 2.23-a) et de température (Figure 2.23-b).

La réponse de la puissance active injectée dans le réseau pour les deux types de commande de
l’onduleur : la commande vectorielle et la commande synchro-convertisseur, sont présentées
respectivement dans les Figures 2.18-c et 2.19-c. Nous remarquons que l’allure de la puissance
suit les points de puissance maximale présentées dans le Tableau 2.5.

(a) L'irradiation

1000
Ir(w/m2)

800
600
400
200
1 2 3 4 5 6
(b) La température
50
T(°C)

0
0 1 2 3 4 5 6
(c) La puissance moyenne
150
100
P(KW)

50
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5
Temps(s)

Figure 2. 18: Réponse de la puissance active injectée dans le réseau suite à des profils
variables de la température et de l'irradiation avec la commande synchro-convertisseur

62
Figure 2. 19:Réponse de la puissance active injectée dans le réseau suite à des profils
variables de la température et de l'irradiation avec la commande vectorielle

Ainsi, d’après ces simulations, l’algorithme de poursuite de maximum de puissance implanté


dans le système photovoltaïque est validé pour les deux types de commande de l’onduleur : la
commande vectorielle, et la commande synchro-convertisseur.

Remarque : les simulations qui vont être présentées tout le long de la section suivant, sont
réalisées dans les conditions standards de fonctionnement (1000w/m2, 25°).

4.2. Etude des performances du système photovoltaïque


L’objectif de cette section, est d’étudié les performances dynamiques des trois types de
commandes décrit dans la section (3.2) de l’onduleur photovoltaïque connecté au réseau de
distribution. Ces performances sont évaluées pour différents scénarios de défauts. La Figure
2.20 affiche les trois scénarios de simulation :

 Système 1 : L’onduleur avec la commande vectorielle à facteur de puissance


unitaire (Figure 2.20 (a)).
63
 Système 2 : L’onduleur avec la commande vectorielle à facteur de puissance
variable (Figure 2.20 (b)).
 Système 3 : L’onduleur avec la technologie synchro-convertisseur (Figure 2.20
(c)).

Figure 2. 20:Le Système photovoltaïque étudié avec les scénarios de commande de l'onduleur

Les systèmes tests (Figure 2.20) ont été développés sous Matlab Simulink en utilisant les
modèles disponibles dans la boite à outils « Sim Power System ».

Les paramètres de régulation du synchro-convertisseur Dp et Dq, sont adaptés au paramétrage


de régulation d’une machine synchrone classique. Ils correspondent à un gain d’AVR de 3%
[IEE06] (1/Dq) et d’un statisme de 5% [Kun94].

64
Les performances des différentes commandes de l’onduleur sont évaluées avec plusieurs
scénarios de perturbation. Les réponses des puissances actives et réactives, de la tension et du
courant vis-à-vis ces perturbations sont présentées dans partie suivante.

4.2.1. Variation de charge/ Partage de la puissance

On se propose dans cette partie d’augmenter brusquement la charge (coté réseau) à l’instant
t=2 s (Figure 2.25-b). Pour les trois types de commande, deux cas de variation de charge sont
envisagés :

 1ére cas : raccordement d’une charge purement active de puissance P=300-KW.


 2éme cas : raccordement d’une charge purement réactive de puissance Q=100-kVAR
a) Charge purement active

Les réponses de la tension, du courant, de la puissance active, et de la puissance réactive sont


données dans les Figures 2.21, 2.22, 2.23, et 2.24.

4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

3
V(V)

2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Syncro-convertisseur

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 21:Réponses de la tension du réseau suite à une variation de charge P=300-KW à


t=2s

65
(a) VOC à cosphi=1

0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
(b) VOC à cosphi variable

4
I(A)

0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4


(c) Syncro-convertisseur

0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 22:Réponse du courant injecté au réseau suite à une variation de charge P=300-KW
à t=2s
4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

15
10
5
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

15
P(W)

10
5
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Syncro-convertisseur

10

5
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 23:Réponses de la puissance active injectée au réseau suite à une variation de


charge P=300-KW à t=2s
66
4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

5
0
-5
-10
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

5
Q(VAR)

0
-5
-10
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
5
x 10 (c) Syncro-convertisseur
4
2
0
-2
-4
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 24:Réponse de la puissance réactive injectée au réseau de distribution suite à une


variation de charge P=300-KW à t=2s

En effet, le Tableau 2.6 résume les variations de la tension, les variations de la puissance active,
les variations du courant, et la participation en puissance réactive pour les trois types de
commandes.

Tableau 2. 6:Les variations dans le réseau de distribution suite à une augmentation de charge
P=300-KW

Grandeurs à contrôlés à VOC avec cosphi =0 Voc avec cosphi Synchro-


t=2s variable convertisseur
∆P : Variation de la Toujours maintenue Toujours maintenue Toujours maintenue
puissance
Q fournit 0 var 9 kVAR 40 kVAR
∆V : variation tension 9,82% 9.79% 4,1%
statique
∆I : augmentation du 11,03% 11.08% 10,34
courant

67
Ces résultats montrent que le synchro-convertisseur présente une meilleure réponse en termes
de participation aux services système.

Remarque : Le régulateur de fréquence du synchro-convertisseur n’a pas fonctionné lors de


l’augmentation de la charge active vu que la fréquence est toujours maintenue par le nœud
infini. Un autre test est envisagé ultérieurement afin de valider le fonctionnement du régulateur
de fréquence.

b) Charge purement réactive

Les réponses des tensions, des courants, des puissances actives, et des puissances réactives
suite à une augmentation de charge réactive dans le réseau, sont données dans le Figures 2.25,
2.26, 2.27, et 2.28. En effet, les variations de ces grandeurs sont présentées dans le Tableau
2.7.

Tableau 2. 7:Les variations dans le réseau de distribution suite à une augmentation de charge
Q=100-kVAR

Grandeurs à contrôlés VOC avec cosphi Voc avec cosphi Synchro-


à t=2s =0 variable convertisseur
∆P : Variation de la Toujours maintenue Toujours Toujours
puissance maintenue maintenue
Q fournit 0 var 10 kVAR 50 kVAR
∆V : variation tension 17.2% 17% 5.89%
statique
∆I : augmentation du 19.5% 19.5% 19.3%
courant

D’après les résultats qui sont présentés dans le Tableau 2.7, nous remarquons que la variation
de la tension avec la commande synchro-convertisseur est inférieure aux variations des tensions
pour les commandes vectorielles à facteur de puissance unitaire et facteur de puissance
variable.

68
4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

3
V(V)

2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Syncro-convertisseur

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 25:Réponses de la tension du réseau suite à une variation de charge Q=100-kVAR


à t=2s

(a) VOC à cosphi =1


4

0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4


(b) VOC à cosphi variable
4
I(A)

0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5


(c) Syncro-convertisseur
4

0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4


Temp(s)

Figure 2. 26:Réponse du courant injecté au réseau suite à une variation de charge Q=100-
kVAR à t=2s
69
4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

15
10
5
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

15
P(W)

10
5
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Synchro-convertisseur

15
10
5

0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4


Temps(s)

Figure 2. 27:Réponse de la puissance active injectée au réseau suite à une variation de charge
Q=100-kVAR à t=2s
4
x 10 (c) VOC à cosphi =1
10
5
0
-5
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable
Q(VAR)

5
0
-5
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Syncro-convertisseur
15
10
5
0
-5
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temp(s)

Figure 2. 28:Réponse de la puissance réactive dans le réseau de distribution suite à une


variation de charge Q=100-kVAR à t=2s
70
En effet, la commande synchro-convertisseur présente une meilleure participation en puissance
réactive. Elle injecte au réseau une puissance réactive égale à 48-kVAR lors de l’augmentation
de la charge réactive. Contrairement aux deux autres types de commande de l’onduleur : la
puissance réactive est maintenue à 0 kVAR pour la commande vectorielle à facteur de
puissance unitaire, et elle est égale à 10-kVAR pour la commande vectorielle à facteur de
puissance variable.

La variation de la puissance réactive fournit par la commande synchro-convertisseur suit


l’équation du gain Dq donnée dans (1.34) et définit par :

∆𝑄 1 (2.12)
𝐷𝑞 = − =
∆𝑉 0.03

Connaissant la variation de la tension qui est évalué à 1600 V et la valeur du gain Dq, on
détermine la variation de la puissance réactive :

𝛥𝑄 = 𝐷𝑞 ∗ 𝛥𝑉 = 1600 ∗ 0.03 = 48⁡𝑘𝑉𝐴𝑅

Ce résultat est vérifié par simulation dans la Figure 2.28-c.

4.2.2. Variation de la fréquence/ Partage de la puissance active


Dans la partie précédente, la fréquence est maintenue par le nœud infini. Pour pouvoir
visualiser la réponse de la puissance suite à une variation de fréquence, nous avons changé le
nœud infini par un nœud contrôlable où sa fréquence est programmée selon une rampe avec un
statisme de 2 Hz par seconde. La Figure 2.29 montre les réponses de la puissance et de la
fréquence pour la commande synchro-convertisseur.

D’après les simulations, on remarque que la puissance active est maintenue jusqu’à t=3 s qui
correspond à une fréquence f= 44 Hz. A l’instant𝑡⁡ > 4⁡𝑠, la puissance active diminue avec la
fréquence diminue. Cette variation est vérifiée avec l’équation du gain Dp donnée par :

∆𝑓 1 (2.13)
𝐷𝑝 = =
∆𝑃 0.15

Pour valider la réponse du régulateur de fréquence du synchro-convertisseur, on considère la


puissance produite a pris un exemple à t=8 s P1=75,75 kW à t = 8s.

71
Ainsi, la variation de la puissance est donnée par :

∆𝑃 = 𝑃0 − 𝑃1 = 100 − 75.75 = 24,25⁡𝑘𝑊

D’où la variation de la fréquence est évaluée à :

2,425
∆𝑓 = = 16⁡𝐻𝑧
0.15

La nouvelle fréquence à t= 8s est :

𝑓 ′ = 𝑓0 − 𝛥𝑓 = 50 − 16 = 34⁡𝐻𝑧.

Cette valeur est validée par simulation dans la Figure 2.29-b.

x 10
5
(a) La puissance active
2

1
P(W)

-1

-2
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
(b) La fréquence
55

50

45
F(Hz)

40

35

30
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps(s)

Figure 2. 29:Réponses de la puissance active et de la fréquence suite à une rampe de


fréquence (2 Hz/s) avec la commande synchro-convertisseur

On se propose d’étudier les performances du système photovoltaïque avec les commandes


vectorielles avec facteur de puissance unitaire et avec facteur de puissance variable. Les
réponses de la puissance active et de la fréquence pour les deux types de commande sont
données dans la Figure 2.30.

72
4
x 10 (a) La puissance active
15
VOC à cosphi=1
VOC à cosphi variable
10
P(W)

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

(b) La fréquence
60
VOC à cosphi=1
VOC à cosphi variable
50
F(Hz)

40

30
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Temps(s)

Figure 2. 30:Réponses de la puissance active et de la fréquence suite à une rampe de


fréquence (2 Hz/s) avec les commandes vectorielles

On remarque que les réponses de la puissance active sont similaires pour les deux commandes.
La puissance active est maintenue jusqu’à t=2 s qui correspond à une fréquence f= 48 Hz. A
l’instant𝑡⁡ > 2⁡𝑠, la puissance active suit la diminution de la fréquence.

A l’instant à t=8 s, la puissance active est évaluée à 73,2 kW qui correspond à un ∆P 2=26.8
KW et un ∆f2=17 Hz.

D’après le code grid de la STEG, pour une fréquence de 47 Hz, le système photovoltaïque doit
continuer à produire 100% de sa puissance. Cette condition est vérifiée avec la commande
synchro-convertisseur. Sa puissance produite est maintenue jusqu’à 43 Hz. Toutefois, la
puissance produite par le système photovoltaïque avec la commande vectorielle est maintenue
à 48 Hz. Cette fréquence est supérieure à la valeur de la fréquence imposée par le CGR.

Ainsi, pour des fréquences inférieures à 43 Hz le système photovoltaïque avec la commande


synchro-convertisseur présente une meilleure participation au réglage de la fréquence. Ceci est
justifié par les variations de fréquence pour les deux types de commandes. A l’instant t= 8s
73
nous remarquons que la variation de la fréquence avec la commande synchro-convertisseur
𝛥𝑓𝑠𝑦𝑛𝑐ℎ𝑟𝑜 est inférieure à la variation de la fréquence 𝛥𝑓𝑣𝑒𝑐𝑡𝑜 présentée par la commande
vectorielle :

𝛥𝑓𝑠𝑦𝑛𝑐ℎ𝑟𝑜 < ⁡𝛥𝑓𝑣𝑒𝑐𝑡𝑜

4.2.3. Etude de la stabilité transitoire

Sachant que le temps critique d’élimination de défaut (CCT) est un critère d’évaluation pour la
stabilité transitoire. Alors, il s’agit de comparer les marges de stabilité transitoire des
différentes commandes de l’onduleur : la commande vectorielle avec facteur de puissance
unitaire, la commande vectorielle avec facteur de puissance variable, et la commande synchro-
convertisseur. On applique un défaut de court-circuit triphasé au niveau du réseau de
distribution (Figure 2.20-c).

Les Figures 2.31 et 2.32 montrent les réponses des tensions et des puissances actives pour
différents types de commande avec une durée de défaut égale à 500 ms. Avec cette durée de
court-circuit, le système photovoltaïque demeure stable (Figures 2.31-c et 2.32-c), alors
qu’avec les commandes vectorielles avec facteur de puissance unitaire (Figures 2.31-a et 2.32-
a) et facteur de puissance variable (Figures 2.31-b et 2.32-b), le système photovoltaïque devient
instable.

En effet, d’après les simulations, la valeur du CCT obtenue pour le système photovoltaïque
avec la commande synchro-convertisseur est égale à CCTsynchro=500 ms tandis qu’il est égale
à CCTVOC-cosphi=1=50 ms pour la commande vectorielle à facteur de puissance unitaire. Quant
à la commande vectorielle à facteur de puissance variable, le CCT est évalué à CCTVOC-cosphi
variable= 100 ms.

D’après les résultats de simulations et aux regards des GCRs de la STEG, on peut conclut que
les performances présentées par la commande synchro-convertisseur répondent aux exigences
techniques du GCR de la STEG sachant que le CCT imposé est égale à CCTSTEG= 250 ms
(Figure 1.8).

74
4
x 10 (a) VOC à cosphi =1

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5
4
x 10 (b) VOC à cosphi variable

3
V(V)

2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
4
x 10 (c) Synchro-convertisseur

3
2
1
0
0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 31:Comparaison des réponses transitoires des tensions avec une durée de court-
circuit de 500 ms

5
x 10 (a) VOC à cosphi =1
2

-2
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
5
x 10 (b) VOC à cosphi variable
2
P(W)

-2
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
5
x 10 (c) Synchro-convertisseur
2

-2
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 32:Comparaison des réponses transitoires des puissances avec une durée de court-
circuit de 500 ms
75
4.2.4. Comparaison des performances dynamiques

On se propose d’étudier dans cette partie les performances dynamiques du système


photovoltaïques. Une étude comparative entre les performances de la commande vectorielle,
et de la commande synchro-convertisseur est établie.

On applique un défaut de durée égale 30 ms inférieur au CCT des commandes vectorielles et


de la commande synchro-convertisseur.

Les Figures 2.33 et 2.34 montrent les réponses des puissances actives et des tensions au point
de couplage commun pour les deux types de commandes. Nous constatons que les
performances dynamiques du synchro-convertisseur sont plus rapides que les performances de
la commande vectorielle.

4
x 10 (a) La tension dans le réseau de distribution

2.5 synchro-convertisseur
VOC

1.5
Va(V)

0.5

0
2 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5
Temps(s)

Figure 2. 33:Réponse des tensions suite à un défaut de court-circuit de durée 30 ms

76
4
x 10 (c) La puissance active dans le réseau de distribution

synchro-convertisseur
12 VOC

10

P(W) 8

2 2.05 2.1 2.15 2.2 2.25 2.3 2.35 2.4 2.45


Temps(s)

Figure 2. 34:Réponse des tensions suite à un défaut de court-circuit de durée 30 ms

4.2.5. Puissance de court-circuit critique Scc


Le système photovoltaïque d’étude est connecté à un réseau de distribution 25-KV. Ce dernier
est modélisé par un nœud infini ayant une puissance de court-circuit égale à SCC= 500-MVA.
Dans cette partie, on étudie l’impact des trois types de commandes de l’onduleur
photovoltaïque sur la force du réseau.

Pour cela on définit Sccmin la puissance de court-circuit minimale du réseau en régime statique.
Pour des puissances de court-circuit Scc < Sccmin le système photovoltaïque perd Sa stabilité.

D’après les simulations de la Figure 2.40, la Sccmin en régime permanent de la commande


vectorielle à facteur de puissance unitaire est évaluée à Scc-cophi=1min =180-MVA. Pour une
puissance Scc > Scc-cophi=1min, le système perd la stabilité. Pour la commande vectorielle à facteur
de puissance variable, la Sccmin est égale à Scc-cophi_varmin = 170-MVA. Les réponses de la tension
et de la puissance sont données dans la Figure 2.36.

Le même scénario de test est appliqué avec la commande synchro-convertisseur. Ce dernier


présente une Sccmin égale à Scc_synchromin =100-MVA (Figure 2.37).

Ainsi, le synchro-convertisseur présente donc une Sccmin inférieur à la Sccmin des deux
commandes vectrorielles. La Figure 37 présente les réponses de la puissance active et de la
tension pour différentes valeurs de Scc.

77
4
x 10 (a) La tension
4
Scc<=180-MVA
3 Scc> 180-MVA
V(V)
2

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4

5
x 10 (b) La puissance active
2
Scc<=180-MVA
Scc> 180-MVA
1
P(W)

-1
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temp(s)

Figure 2. 35:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC


pour la commande vectorielle avec facteur de puissance unitaire
4
x 10 (a) La tension
4
Scc<170-MVA
3 Scc>170-MVA
V(V)

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4

5
x 10 (b) La puissance
2
Scc<170-MVA
Scc>170-MVA
1
P(W)

-1
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 36:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC


pour la commande vectorielle avec facteur de puissance unitaire
78
4
x 10 (a) La tension
6
Scc<100-MVA
Scc> 100-MVA
V(V) 4

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4

5
x 10 (b) La puissance active
1
Scc<100-MVA
0.5 Scc>100-MVA
P(W)

-0.5

-1
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4
Temps(s)

Figure 2. 37:Réponses de la tension et de la puissance active pour différentes valeurs de CC


pour la commande synchro-convertisseur

Ces résultats prouvent que le synchro-convertisseur est capable d’alimenter des réseaux faibles
mieux que les commandes vectorielles. Ceci est expliqué par la dépendance de la commande
vectorielle au réseau via la phase de synchronisation. Par conséquent, la commande vectorielle
nécessite un réseau fort pour rétablir sa commande.

5. Conclusion
La sûreté des systèmes électriques devient une préoccupation pour les gestionnaires de réseaux
face à l’évolution impressionnante des énergies renouvelables. Dans ce chapitre, nous avons
étudié l’intégration d’un système photovoltaïque sur un réseau de distribution en utilisant la
commande synchro-convertisseur qui émule le comportement de la machine synchrone. Une
étude comparative a été établie entre la commande vectorielle à facteur de puissance unitaire,
la commande vectorielle à facteur de puissance variable, et la commande synchro-
convertisseur. Nous avons constaté que la commande synchro-convertisseur présente les
meilleures performances concernant le partage de la puissance active et réactive, la stabilité
transitoire, les performances dynamiques, ainsi que la capacité d’alimenter les réseaux faibles

79
« Chapitre 3 »

Modélisation et commande des systèmes éoliens


par les synchro-convertisseurs

80
1. Introduction
Les éoliennes à vitesse variable sont de plus en plus développées. Elles sont équipées de
convertisseurs d’électroniques de puissance dont les commandes implantées visent à
maximiser la production. Cependant, les conditions de raccordement de ces systèmes, définies
dans le « GCRs », exigent une participation aux services systèmes, semblable aux groupes de
production conventionnel. Dans ce contexte, nous proposons d’étudier un système éolien
connecté à un réseau de distribution. Deux commandes de convertisseurs de puissance
(onduleur) sont envisagées : une commande synchro-convertisseur et une commande
vectorielle classique. Une étude comparative sera établie entre les performances du système
éolien avec les deux commandes.

2. Description du système éolien étudié


La configuration du Système de Conversion d’Energie Eolienne étudié, consiste en une turbine
à vitesse variable avec un générateur synchrone connecté au réseau par l’intermédiaire d’une
interface d’électronique de puissance. Elle est également dénommée «Système de conversion
d’énergie éolien de la 4éme génération (TYPE 4 WECS) ». Son structure est donnée dans la
Figure 3.1.

Ce système est composé par une turbine éolienne, un générateur synchrone, pont de diode
redresseur, convertisseur DC-DC survolteur (Boost), et un onduleur MLI.

Comme il est indiqué dans Figure 3.1, il est possible de regrouper les différents étages de
fonctionnement. Chaque partie est détaillée dans les sections suivantes.

81
Figure 3. 1 : Système de Conversion d'Energie Eolien basé sur la Machine synchrone à vitesse variable

82
3. Modélisation du Système éolien
La réalisation d’un modèle de simulation de la chaîne éolienne connecté au réseau nécessite
une phase de modélisation qui tient compte des différents phénomènes électriques,
électromécanique, et mécanique (Figure3.1).

3.1. Modélisation de la partie mécanique

La partie mécanique du système de conversion d’Energie Eolienne peut être décomposé en deux
sous systèmes qui sont respectivement le système aérodynamique, et la turbine.

3.1.1. Système aérodynamique

La fonction principale d’un système aérodynamique est le calcul de la puissance aérodynamique


de la turbine éolienne à partir de l’énergie contenue dans le vent. Cette puissance
aérodynamique est déterminée moyennant l’expression suivante.

𝜌 (3.1)
𝑃 = ⁡ 2 𝐴𝑟 𝑉𝑤3 𝐶𝑝 (𝜆, 𝛽)
(3.1)
P est la puissance aérodynamique extraite du vent, 𝛒 est la masse volumique de l’air en Kg/m3,
Ar est la surface balayée par les pales du rotor en m2, V𝛚 est la vitesse du vent en m/s, et Cp est
le coefficient de puissance qui dépend de deux paramètres 𝛌 et β. 𝛌 est le ratio de vitesse défini
par le rapport entre la vitesse mécanique de la turbine 𝛚t et la vitesse du vent V, β⁡est l’angle
d’orientation des pales en degré.

𝑅𝜔 𝑇
𝜆= (3.2)
𝑉𝜔 (3.2)

Cp est une caractéristique de la turbine. Il est fourni généralement en fonction de ratio de vitesse
𝛌 pour des différents angles d’orientation des pâles β. La courbe Cp de la turbine éolienne est
donnée dans la Figure 2. Théoriquement, la valeur maximale de Cp est évaluée à 0.59 appelée
« Limite de Beltz ».

Un ajustement a été réalisé afin d’obtenir la représentation mathématique de la courbe Cp utilisé


dans le modèle [Nic03].

𝐶𝑝 (𝛽, 𝜆) = ∑4𝑖=0 ∑4𝑗=0 𝛼𝑖𝑗 𝛽 𝑖 𝜆𝑗 (3.3)


83 (3.3)
Figure 3. 2: Courbe de Cp en fonction de𝜆 et β

Connaissant la vitesse de la turbine, nous déterminons l’expression du couple capté par la


turbine Tt :

𝑃 3 1
𝐴𝑟 𝜌𝑉𝜔
𝑇𝑡 = 𝜔 = 𝐶𝑝 (𝛽, 𝜆) (3.4)
𝑡 2 𝜔𝑡
(3.4)
3.1.2. Modélisation de la turbine
La turbine est présentée par un modèle à deux masses reliées par deux arbres : un arbre à basse
vitesse et un arbre à haute vitesse.

Nous adoptons une approche de modélisation comme suit : La turbine et le rotor du générateur
sont modélisés par des masses. L’arbre est modélisé comme un élément élastique de type ressort
avec une raideur totale équivalente Ksh et un coefficient de frottement équivalent D (Figure
3.3).

On définit l’équation qui caractérise le comportement de la turbine et le rotor du générateur :

84
(3.5)
1
𝑇𝑡 − 𝑇𝑚 = (3.5)
2𝐻𝑠

L’équation qui modélise l’arbre est :

𝜔𝑏𝑎𝑠𝑒 𝐾𝑠ℎ
𝜔𝑡 − 𝜔𝑟 = + (𝜔𝑡 − 𝜔𝑟 )𝐷 (3.6)
𝑠 (3.6)

Avec :

- Tt : Couple capté par la turbine,


- Tm : Couple électromagnétique,
- H : Inertie de la turbine,
- 𝛚t : Vitesse captée par la turbine,
- 𝛚r : Vitesse du rotor,
- 𝛚base : Vitesse de base de l’arbre,
- Ksh : Raideur,
- D : Coefficient de frottement,

La figure 3.3 présente une transcription des équations (3.4), et (3.6) en schéma bloc.

Figure 3. 3:Schéma Bloc du modèle de la turbine

Les paramètres d’une seule turbine sont donnés dans l’Annexe E.

3.2. Modélisation de la partie de conversion d’énergie


La machine synchrone utilisée dans le Système de Conversion d’Energie Eolienne est à rotor
à pôles saillants. Elle fonctionne en mode génératrice.

85
La partie électrique de la machine est modélisée par une représentation d’état du 6éme ordre et
la partie mécanique est décrit pat l’équation

1 𝑡
𝛥𝜔(𝑡) = 2𝐻 ∫0 (𝑇𝑚𝑒𝑐 − 𝑇𝑚 )⁡𝑑𝑡 − 𝐾𝑑 𝛥𝜔𝑟 (𝑡) (3.7)

Avec : (3.7)

- Tmec : Couple mécanique,


- Kd : Coefficient de frottement,
- Δ𝛚 : Variation de la vitesse,

Le modèle tient compte de la dynamique du stator, du champ, et l’enroulement


d’amortissement. Le circuit équivalent du modèle est représenté dans le repère de référence du
rotor d-q. Tous les paramètres et les grandeurs électriques du rotor sont vus à partir du stator.
Ils sont identifiés par des variables apprêtées.

Les paramètres et le modèle électrique de la machine dans le repère d-q, sont présentés dans
l’Annexe F.

3.3. Modélisation de la partie électrique


La partie électrique est composée de trois convertisseurs d’électronique de puissance à savoir :
un pont de diodes triphasés, un hacheur DC-DC de type Boost (survolteur), et un onduleur. Son
circuit équivalent est donné dans la Figure 3.4.

Figure 3. 4:Circuits équivalent de l'interface électronique de puissance

86
3.3.1. Redresseur triphasé

A cause de la variation de la vitesse du vent, la tension et la fréquence de sortie de la génératrice


synchrone sont variable. Afin d’obtenir une vitesse du vent commandée dans le système de
conversion d’énergie, la première étape comporte un pont de diodes triphasés utilisé pour
redresser la tension alternative en une tension continu. Cette structure est simple et à faible coût.
En effet l’effet de commutation est négligé. Le facteur de puissance est unitaire.

La tension DC et le courant sortie du redresseur sont donnés par :

3
𝑉𝐷𝐶𝑟 = √6 ∗ 𝑉𝑡_𝑝ℎ (3.8)
𝜋

𝜋
𝐼𝑑𝑐𝑟 = ∗ 𝐼𝑠_𝑝ℎ (3.9)
√6

Finalement, la tension de sortie aux bornes du redresseur est :

𝑉𝑑𝑐𝑖 = 𝑉𝑑𝑐𝑟 − 𝑅𝑟 𝐼𝑑𝑐𝑟 (3.10)

Sachant que Rr caractérise les pertes du redresseur. La puissance convertie par le redresseur est
conservée. Par conséquent :

3 ∗ 𝑉𝑡−𝑝ℎ ∗ 𝐼𝑠−𝑝ℎ ∗ cos(𝜑𝑡−𝑝ℎ − 𝛳𝑠−𝑝ℎ_ ) = 𝑉𝑑𝑐𝑟 ∗ 𝐼𝑑𝑐𝑟 (3.11)

Le circuit équivalent du redresseur est donné dans la Figure 3.4

3.3.2. Hacheur Boost

La tension continue DC aux bornes du hacheur Boost (survolteur) est commandée an agissant
sur le rapport cyclique D. Ce dernier impose une tension DC constante et lissée suite aux
variations de la tension d'entrée DC générée par le redresseur.

La tension continue commandée par le hacheur Boost est donnée par

1
𝑉𝑑𝑐𝑏 = ∗𝑉 (3.12)
(1 − 𝐷) 𝑑𝑐𝑖

Tandis que le courant DC de sortie du hacheur Boost est exprimé par

𝐼𝑑𝑐𝑏 = (1 − 𝐷) ∗ 𝐼𝑑𝑐𝑟 (3.13)


87
En tenant compte des pertes du convertisseur Boost dans la résistance série Rb , la tension
continue sortie du convertisseur Boost est calculé comme suit

(3.14)
𝑉𝑑𝑐𝑎 = 𝑉𝑑𝑐𝑏 − 𝑅𝑏 ∗ 𝐼𝑑𝑐𝑏

La Figure 3.4 présente le circuit équivalent du hacheur Boost.

3.3.3. Onduleur

La connexion sur le réseau est assurée par un onduleur triphasé MLI (VSC). Le filtre est utilisé
pour limiter les harmoniques. La tension phase-neutre à la sortie de l’onduleur est exprimé par :

√3
𝑉𝑎_𝑝ℎ = ∗ 𝑚𝑎 ∗ 𝑉𝑑𝑐𝑎 (3.15)
2 ∗ √2

Où ma est l'indice de modulation évalué à 0 ≤ ma ≤ 1.

La tension de sortie triphasé de l’onduleur VSC est donnée par

𝑉𝑜_𝑝ℎ ∠𝜑0−𝑝ℎ = 𝑉𝑎_𝑝ℎ ∠𝜑𝑎_𝑝ℎ − 𝐼0𝑝ℎ ∠𝛳0𝑝ℎ ∗ (𝑅0 + 𝑗 ∗ 𝑋0 ) (3.16)

La résistance R0 inclue toutes les pertes de l’onduleur VSC. Sachant que le processus de
conversion conserve la puissance, on a

3𝑉𝑎_𝑝ℎ ∗ 𝐼0𝑝ℎ ∗ cos (𝜑𝑎𝑝ℎ − 𝛳0𝑝ℎ ) = 𝑉𝑑𝑐𝑎 𝐼𝑑𝑐𝑏 (3.17)

La puissance de sortie de l’onduleur peut être écrite comme suit

𝑃0_𝑝ℎ + 𝑗 ∗ 𝑄0𝑝ℎ = 𝑉0𝑝ℎ ∠𝜑0𝑝ℎ (𝐼0𝑝ℎ ∠𝛳0𝑝ℎ )∗ (3.18)

Le circuit équivalent de l’onduleur MLI est présenté dans la Figure 3.4.

88
4. Commande du système éolien
Après avoir présenté la modélisation des différentes parties du Système de Conversion
d’Energie Eolienne, nous attachons dans cette section à détailler les commandes associées à
chaque dispositif (Figure 3.1). Nous distinguons quatre commandes à savoir :

- Commande de la turbine
- Commande du système d’excitation de la machine synchrone
- Commande de l’onduleur

4.1. Commande de la turbine

Pour contrôler la puissance produite par le système de Conversion d’énergie Eolienne à vitesse
variable, il suffit de contrôler la vitesse de la turbine. Nous distinguons deux cas :

- 1ére cas : Pour les niveaux de puissance supérieure à la puissance nominale, la vitesse
de la turbine est contrôlée par une commande mécanique. Cette dernière réduit la
puissance mécanique délivrée au rotor de la génératrice.
- 2éme cas : Pour les niveaux de puissance inférieure à la puissance nominale, la vitesse
de la turbine est contrôlée par une commande électrique. Cette dernière assure
l’extraction de maximum de puissance (MPP).

Dans tous les cas, la commande de la turbine détecte la vitesse et tente de retourner la
génératrice a sa vitesse nominale.

4.1.1. Commande électrique de la turbine

On se servant de la caractéristique de l’éolienne Cp (𝜆) présentée dans la Figure 3.2, nous


déterminons le point optimal (𝜆opt ;CPopt) qui correspond à la puissance maximale.

On se basant sur les équations (3.1) et (3.2), nous déduisons l’expression de la vitesse optimale
en fonction de la puissance maximale :

3 𝑃𝑜𝑝𝑡
𝜔𝑡𝑜𝑝𝑡 = √ (3.19)
𝐾𝑜𝑝𝑡

89
Avec

1
𝐶𝑝 (𝜆𝑜𝑝𝑡 )𝜌𝐴𝑟⁡ 𝑅 3
𝐾𝑜𝑝𝑡 = 2 (3.20)
𝜆3𝑜𝑝𝑡

Ainsi nous adoptons une boucle de régulation de la vitesse qui permet de contrôler la puissance
produite par l’éolienne (Figure 3.5).

Figure 3. 5:Boucle de régulation de la vitesse rotorique

Cette vitesse de référence est comparée par rapport à la vitesse rotorique de la génératrice.
L’erreur de comparaison est régulé par le PI pour générer finalement le courant de référence
ILref du hacheur Boost. Ce dernier est comparé par le courant mesuré IL .La différence est
régulée par un PI qui génére le rapport cyclique du hacheur Boost.

Il reste à définir la vitesse de référence de la turbine. Elle est évaluée à 1 pu et commence à


diminuer pour les niveaux de puissance inférieure à 0.75 pu. Son comportement suit la courbe
d’extraction de maximum de puissance (MPPT) implanté dans le modèle sous forme
d’équation :

𝜔𝑟𝑒𝑓 = 0.5551𝑃2 + 1.183𝑃 + 0.425 (3.21)

Ainsi le schéma bloc de la génération de la vitesse de référence est donné par la Figure 3.5.

Figure 3. 6:Schéma bloc de la génération de vitesse de référence

Le schéma bloc de la commande électrique est donné dans la Figure 3.6.

90
4.1.2. Commande mécanique de la turbine
Le système de commande mécanique intervient lorsque la vitesse de la turbine dépasse les
grandeurs nominales des équipements. Ainsi, les pales sont orientées pour diminuer la
puissance mécanique délivrée au rotor de la génératrice synchrone. Quand la vitesse du vent
soit inférieure ou égale à la vitesse nominale, les pales sont fixées à un angle d’orientation
minimal afin de maximiser la puissance mécanique produite.

Le schéma bloc de la commande mécanique de la turbine est présenté dans la Figure3. 7.

Figure 3. 7:Schéma bloc de commande mécanique de la turbine

4.2. Commande du système d’excitation de la génératrice


synchrone
Afin de générer la tension d’excitation nécessaire pour la génératrice synchrone, nous
envisageons un estimateur de flux. Il estime le flux à partir des grandeurs statoriques de la
machines synchrone. Son schéma bloc est donné dans la Figure 3.8 qui vérifie les équations :

𝑉𝑞 − 𝑅𝑠 𝐼𝑞
𝜑𝑑 = (3.22)
𝜔𝑟

(𝑉𝑑 − 𝑅𝑠 𝐼𝑑 ) (3.23)
𝜑𝑞 =
𝜔𝑟

Ce flux estimé est comparé par rapport à sa référence. La différence est régulée par un régulateur
PI qui donne finalement la tension d’excitation Vf de la machine synchrone.

91
Figure 3. 8:Schéma bloc de la commande du système d'excitation de la génératrice synchrone

4.3. Commande de l’onduleur

Nous envisageons deux types de commande pour l’onduleur à savoir :

- La commande vectorielle présentée dans le chapitre précédant (Figure 2.20)


- La commande synchro-convertisseur.

On se propose d’étudier le comportement des deux commandes vis-à-vis la participation aux


services systèmes.

5. Simulation du Système de conversion d’Energie Eolienne


Le système de conversion d’Energie Eolienne (Figure 3.1) est simulé en utilisant Matlab
Simulink (Simpower). Nous considérons cinq turbines éoliennes dont chacune est de puissance
2-MW. Les paramètres du système sont dans [Nic03] et dans l’annexe B.

Nous optons deux modèles de simulation pour le système de conversion d’Energie présenté
dans la Figure 3.1. La différence entre les deux modèles réside dans la commande de
l’onduleur : le premier modèle est avec la commande vectorielle (Figure 3.9-a), et le deuxième
modèle est avec la commande synchro-convertisseur (Figure 3.10-b).

Nous présentons tout d’abord les résultats de simulation de la commande de la turbine pour les
deux types de commandes de l’onduleur.

92
Figure 3. 9:Les modèles de simulation du Système de Conversion d'Energie Eolienne

5.1. Evaluation de la commande de la turbine à vent variable

On se propose dans cette partie de présenter les résultats de simulation de la commande du


système éolien. Nous considérons un profil du vent variable à l’entrée de la turbine éolienne.
Les réponses de la puissance, de la vitesse rotorique de la génératrice synchrone, et l’angle
d’orientation des pales β sont données dans les Figure 3.10, et 3.11 pour les deux types de
commandes.

Les figures 3.10-c et 3.11-c montrent que la puissance fournit par le système de Conversion
d’Energie Eolienne suivent le profil du vent donnée dans les Figure 3.10-a, et 3.11-a.

Pour les vitesses du vent supérieur à la vitesse moyenne nominale 11 m/s, Nous remarquons
que la puissance active produite est maintenue à 1 pu grâce au système de commande mécanique
de la turbine qui agit sur l’angle d’orientation des pâles β afin de maintenir la vitesse rotorique
de la génératrice synchrone à 1pu.

Pour les vitesses du vent inférieur à la vitesse nominale, l’angle d’orientation des pales est
maintenu à 0° afin de maximiser la vitesse rotorique de la génératrice (Figures 3.10-d et 3.11-

93
d). Ainsi, nous remarquons que ce dernier suit la consigne de référence 𝛚ref issue de la fonction
MPPT pour triquer en permanence la puissance maximale (Figures 3.10-b et 3.11-d).

Figure 3. 10:Résultats de Simulation de la commande de la turbine avec la commande


vectorielle

Comparant les résultats de simulation pour les deux types de commande de l’onduleur, nous
distinguons des allures presque similaires. Sauf qu’avec le synchro-convertisseur, nous
constatons que le temps de réponse de l’angle β est plus rapide que celle avec la commande
vectorielle.

94
Figure 3. 11:Résultats de Simulation de la commande de la turbine avec la commande
synchro-convertisseur

5.2. Simulation du système éolien connecté au réseau


Nous nous concentrons dans cette partie sur l’évaluation du comportement des commandes
vectorielle et synchro-convertisseur sur les services système du réseau électrique : régulation
de la fréquence et de la tension.

En effet, nous envisageons différentes tests et perturbations sur le réseau de distribution 25-KV
en comparant les réponses du Système de Conversion d’Energie Eolienne pour les deux types
de commandes de l’onduleur. L’évaluation de ces commandes sera basée sur les critères et
les exigences mentionnées dans le cahier technique de raccordement des systèmes éoliens sur
le réseau Haute et Moyenne tension.

95
Remarque : nous imposons un vent moyen constant tout au long cette partie.

5.2.1. Variation de charge

On se propose d’étudier dans cette partie, les réponses du Système de Conversion d’Energie
Eolienne suite à une augmentation de charges dans le réseau de distribution (Figure 3.9-a).

Pour qu’on puisse visualiser le partage de la puissance active et réactive dans le réseau de
distribution, nous admettons deux types de charges : charge purement active et charge purement
réactive.

 Charge purement active

La Figure 14 présente les réponses de la tension, de la puissance active et réactive injectées au


réseau de distribution suite à une augmentation de charge purement active de valeur P=30-
MVAR à un instant t=20 s.

Les Figures 3.12-a et 3.12-b montrent que la tension du réseau de distribution est toujours
maintenue pour les deux types de commandes malgré qu’on a ajouté une charge de puissance
P=30-MVAR à t= 20 s. De même, la puissance active injectée dans le réseau s’avère également
très proche pour les deux types de commandes comme il est indiqué dans les Figures 3.12-b et
3.12.e. Initialement, la puissance réactive injectée au réseau est d’environ 0-MVAR pour les
deux types de commandes (Figures 3.12.c et 3.12.f). A l’instant t= 20 s, la commande synchro-
convertisseur injecte au réseau une puissance réactive d’environ 10-MVAR suite à
l’augmentation de la charge dans le réseau, tandis que la commande vectorielle n’as pas réagie
vis-à-vis cette perturbation et la valeur de la puissance réactive reste toujours à 0-MVAR.

Cette simulation montre que, sous la commande synchro-convertisseur, le système de


Conversion d’Energie Eolienne participe partiellement au service système par l’injection de la
puissance réactive au réseau lorsque la charge augmente.

Remarque : Pour ce test, la réponse de la boucle de régulation de la fréquence implantée dans


la commande synchro-convertisseur, n’a pas été observé car la puissance active est toujours
tenue par le bus infini. Pour cela, nous considérons un autre scénario de perturbation qui
consiste à faire varier la fréquence dans le réseau selon un statisme défini dans le « GCRs ».
Les résultats de simulations de ce test sont donnés dans la section 5.2.2.

96
Figure 3. 12:Réponses de la tension, de la puissance active, et de la puissance réactive
injectées au réseau de distribution suite à une variation de charge P=30 MVAR

 Charge purement réactive

La deuxième série de simulation montre les réponses de la tension, de la puissance active et


réactive injectée dans le réseau face à l’augmentation de la charge réactive. Ces simulations
révèlent un autre avantage de la commande synchro-convertisseur par rapport à la commande
vectorielle. A l’instant du raccordement de la charge réactive Q= 10-MVAR, à t=20 s, nous
constatons que la tension à chuter pour les deux types de commandes. Pour la commande
synchro-convertisseur, la chute de tension est évaluée à 𝛥𝑉𝑠 = 270⁡𝑉 (Figure 3.13.a). Ceci est
justifié par la présence d’une boucle de régulation de la tension implantée dans la commande
synchro-convertisseur. Rappelons ainsi, l’expression du gain Dq qui définit la variation de la
puissance réactive ΔQ par rapport à la variation de la tension ΔV :

𝛥𝑄
𝐷𝑞 = − (3.24)
𝛥𝑉

97
Nous avons choisi un gain Dq égale à 1/0.05. Connaissant le gain Dq, et la variation de la tension
𝛥𝑉𝑠 nous calculons la variation de la puissance réactive en utilisant l’équation (3.24) :

𝛥𝑉𝑠 270
𝛥𝑄𝑠 = − = = 5.4⁡𝑘𝑉𝐴𝑅
𝐷𝑞 0.05

Cette valeur de variation de la puissance réactive trouvée analytiquement est vérifiée par
simulation dans la Figure 3.13.c.

La Figure 3.13.d montre l’évolution de la tension dans le réseau suite à une augmentation de
charge en utilisant la commande vectorielle. Nous remarquons que la variation de la tension,
à t=20 s, est égale à ΔVs= 770 V .Cette grande variation est expliquée par le comportement
« passif » de la commande vectorielle face à la participation dans l’injection de la puissance
réactive dans le réseau électrique (Figure 3.13.f).

Figure 3. 13:Réponses de la tension, de la puissance active, et de la puissance réactive


injectées au réseau de distribution suite à une variation de charge Q=10 MVAR

98
Ces simulations confirment l’avantage présenté par la commande synchro-convertisseur dans
la participation au réglage de la tension dans le réseau électrique.

Ainsi, on peut conclut que la commande synchro-convertisseur répond au cahier des exigences
techniques de raccordement des Systèmes Eolien sur le réseau Tunisien moyenne tension
essentiellement dans la régulation de la tension (Partage de la puissance réactive).

5.2.2. Variation de la fréquence

L’objectif de cette partie est d’étudier le partage de la puissance active dans le réseau de
distribution suite à une diminution de la fréquence pour les deux types de commande de
l’onduleur.

Dans les simulations précédentes, la puissance active est toujours imposée par le nœud infini.
Nous changeons ce dernier par un bus contrôlable dans lequel on peut paramétrer la fréquence
selon plusieurs profils. Dans notre cas, la fréquence est programmée selon une rampe avec un
statisme -0.5 Hz/s.

La Figure 3.14 montre l’évolution de la puissance active et de la fréquence pour la commande


synchro-convertisseur.

A l’instant t0=10 s, la fréquence commence à diminuer avec une rampe de -0.5 Hz/s (Figure
16 .a). Nous remarquons que la puissance active est maintenue constante jusqu’à t 1= 25 s qui
correspond à une fréquence f1=42.5 Hz.

A l’instant t1= 25 s, la puissance active commence à diminuer en vérifiant l’équation du gain


du gain Dp donnée par :

𝛥𝑓 1
𝐷𝑝 = 𝛥𝑃 = 0.05 (3.25)

On considère la valeur de la fréquence f2 = 38.5 Hz à t2= 33 s. Ainsi la variation de la fréquence


Δf est donnée par :

𝛥𝑓 = 𝑓0 − 𝑓2 = 50 − 38.5 = 11.5⁡𝐻𝑧

Connaissant la valeur du gain Dp et la variation de la fréquence Δf, on déduit la variation de la


puissance ΔP:

99
𝛥𝑃𝑠𝑦𝑛𝑐ℎ𝑟𝑜 = 𝛥𝑓 ∗ 𝐷𝑝 = 11.5 ∗ 0.05 = 0.575⁡𝑀𝑊

Calculons ainsi la nouvelle valeur de la puissance P’ produite à t= 33 s :

𝑃′ = 𝑃0 − 𝛥𝑃 = 9.425⁡𝑀𝑊

La valeur de la puissance active P’ calculée analytiquement est justifiée par simulation dans la
Figure 3.14.b.

Pour les instants t > 36 s, le système devient instable.

La Figure 3.15 illustre l’allure de la puissance active suite à une rampe de fréquence de -0.5
Hz/s pour la commande vectorielle. On remarque que la puissance active est tenue constante
jusqu’à t3 = 17 s qui correspond à une fréquence f3 = 47 Hz, malgré que la fréquence commence
à diminuer à partir de t0=10 s.

Pour les fréquences f< 47 Hz, la puissance active commence à diminuer avec la diminution de
la fréquence. A l’instant t= 33 s la variation de la puissance active est évaluée à :

𝛥𝑃𝑣𝑒𝑐𝑡𝑜𝑟𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 = 2𝑀𝑊

D’après les résultats de simulation, nous remarquons que les deux commandes répondent aux
conditions imposées dans le grid code de la STEG dans lesquels ils insistent que le système
photovoltaïque continu à produire le maximum de puissance d’une façon permanente malgré
la diminution de la fréquence (jusqu’à 47 Hz).

Toutefois, au même instant t = 33s, on remarque que la variation de la puissance active pourla
commande synchro-convertisseur est moins signifiante que la variation de la puissance active
pour la commande vectorielle :

𝛥𝑃𝑠𝑦𝑛𝑐ℎ𝑟𝑜 < 𝛥𝑃𝑣𝑒𝑐𝑡𝑜𝑟𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒

100
Figure 3. 14 : Réponse de la puissance active suite à une rampe de fréquence (-0.5 Hz/s) avec
la commande synchro-convertisseu

Figure 3. 15:Réponse de la puissance active suite à une rampe de fréquence (-0.5 Hz/s) avec
la commande vectorielle

101
5.2.3. Etude de la stabilité transitoire

Dans cette section, nous présentons l’étude de la stabilité transitoire du réseau de distribution
pour les deux types de commande de l’onduleur aux regards des GCRs de la STEG.

Un défaut de court-circuit de durée Tcc_Steg =250 ms a été appliqué à t= 10 s, au point commun


de couplage (PCC) (Figure 9.b).Cette durée est imposée dans le GCR du réseau Tunisien
moyenne tension (Figure 1.8). Elle présente la marge critique maximale d’une perturbation
après laquelle le système de production éolien reprend son fonctionnement normal. Elle est
nommée « Temps Critique d’élimination de défaut (CCT) »

La Figure 3.16 montre les réponses de la puissance active, et de la tension pour les deux types
de commande. Nous remarquons que le système de conversion d’énergie avec la commande
synchro-convertisseur a réussi à reprendre sa stabilité pour une durée de court-circuit égale au
temps critique d’élimination de défaut définit par la STEG, CCTSTEG=250 ms (Figures 3.16.a
et 3.16.b). Toutes fois, nous constatons qu’avec la commande vectorielle, le fonctionnement du
système a été dégradé et il devient instable (Figures 3.16.c et 3. 16.d).

D’après ces simulations, nous constatons que le système de conversion d’énergie, avec la
commande synchro-convertisseur, présente une meilleure stabilité transitoire qu’avec la
commande vectorielle. Ceci est démontré aussi par une deuxième série de simulation avec
laquelle, on détermine les CCTs qui correspond à chaque type de commande.

Pour la commande vectorielle, le CCT est évalué à CCTvec= 110 ms. Cette valeur est justifiée
par simulation dans la Figure 17. Les réponses de la puissance active, et de la tension sont
présentées pour deux différentes durées de court-circuit : La première durée est égale à tcc=
CCTvec (Figures 3.17.a et 3.17.b), et la deuxième durée est égale à tcc> CCTvec (Figures 3.17.c,
et 3.17.d).

Pour la commande synchro-convertisseur, le CCT est évalué à CCTsynchro= 700 ms dont les
réponses de la puissance active et de la tension sont illustrées dans les Figures 3.18.a et 3.18.b.
Après l’élimination du défaut, nous remarquons qu’avec la commande synchro-convertisseur
le système revient stable contrairement aux réponses de la puissance et de la tension pour la
commande vectorielle (Figures 3.18.c et 3.18.d), ils divergent.

102
Nous avons démontré, à travers les résultats de simulations, que la commande synchro-
convertisseur peut être adaptée dans l’intégration des Systèmes de Conversion d’Energie
Eolienne sur le réseau de distribution (Moyenne tension) de la STEG puisqu’elle présente un
CC synchro évalué à 700 ms, qui dépasse le CCT imposé dans le cahier des exigences techniques
de la STEG (CCT STEG= 250 ms). Ainsi la commande synchro-convertisseur semble plus
pertinente pour la commande des éoliennes dans le cadre de l’étude de la stabilité transitoire.

Figure 3. 16:Comparaison des réponses transitoires de la puissance et de la tension pour une


durée de court-circuit Tcc=700 ms

103
Figure 3. 17:Les réponses transitoires de la tension et de la puissance pour la commande
vectorielle aux alentours de sa durée d’élimination de défaut CCTvec=110 ms

Figure 3. 18:Comparaison des réponses transitoires de la puissance et de la tension pour une


durée de court-circuit Tcc=700 ms
104
6. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté la modélisation de système de conversion d’énergie
éolienne basé sur la machine synchrone à vitesse variable connecté à un réseau de distribution.
Nous avons envisagé deux types de commande pour l’onduleur : la commande vectorielle et la
commande synchro-convertisseur pour l’intégration du système éolien. Une étude comparative
a été établi pour évaluer les performances des deux commandes vis-à-vis la participation aux
services système. Les simulations ont montré que la commande synchro-convertisseur permet
d’assurer une meilleure intégration du système éolien sur le réseau électrique. Ainsi cette
commande satisfait les conditions et les exigences du raccordement des systèmes éoliens sur le
réseau de distribution tunisien.

105
Conclusion générale
L’objectif du présent travail était l’amélioration de l’intégration des énergies photovoltaïque et
éolienne par la commande synchro-convertisseur.

A l’issue de ce projet de fin d’étude, nous souhaitons mettre l’accent sur les contributions de la
commande synchro-convertisseur dans l’amélioration de l’intégration des productions
éoliennes et photovoltaïques dans les réseaux électrique. Ainsi, nous évaluons les performances
et la fiabilité de cette commande aux regards des exigences techniques de raccordement des
énergies renouvelables sur les réseaux haute et moyenne tension, présentées dans le Grid Code
de la STEG.

Dans le premier chapitre, nous avons présenté les deux filières d’énergies photovoltaïque et
éolien. Nous avons insisté sur leurs modes de fonctionnement connectées au réseau. Toutefois,
l’intégration de ces énergies résulte plusieurs impacts sur le réseau qui ont été énoncé. Par
conséquent, les gestionnaires de réseau ont mis en place un cahier des exigences techniques de
raccordement et d’exploitation auxquelles doivent satisfaire les systèmes de productions
d’énergies renouvelables. Ainsi, nous avons présenté la nouvelle stratégie de commande des
convertisseurs de puissance appelée synchro-convertisseur qui émule le comportement de la
génératrice synchrone.

Dans le deuxième chapitre, nous avons-nous avons modélisé le système photovoltaïque


connecté au réseau en mettant l’accent sur les commandes associées aux convertisseurs de
puissances (onduleur) : la commande vectorielle à facteur de puissance unitaire, la commande
vectorielle à facteur de puissance variable, et la commande synchro-convertisseur. Ces derniers
ont été validé par simulation afin d’être exploité dans l’intégration du système photovoltaïque
sur le réseau de distribution. Nous avons comparé les performances des différentes commandes
du convertisseur de puissance par rapport aux exigences techniques de raccordement imposées
dans le grid code de la STEG. Nous avons constaté que la commande synchro-convertisseur
présente une meilleure performance au terme de participation aux services système.

Dans le troisième chapitre, nous avons considéré un système de conversion d’énergie éolienne
basé sur la machine synchrone à vitesse variable connecté sur un réseau de distribution. Nous
106
avons commencé par la modélisation du système éolien : la partie aérodynamique, la partie
mécanique, et la partie électrique. Deux commandes de convertisseur de puissance ont été
envisagées : La commande vectorielle, et la commande synchro-convertisseur. Nous avons
constaté que la commande synchro-convertisseur, assure une meilleure intégration du système
éolien sur le réseau électrique, et répond aux exigences demandés dans le grid code tunisien.

Les perspectives de mon projet sont :

- Envisager le même système de conversion d’énergie étudié dans le troisième chapitre


mais en remplaçant l’ensemble du pont de diode redresseur et le hacheur Boost par un
convertisseur de puissance AC-DC commandé par le synchro-convertisseur (Buck to
Buck).
- Utiliser la commande synchro-convertisseur pour assurer l’intégration du système de
conversion d’énergie éolienne basé sur la machine asynchrone doublement alimentée
(MADA).

107
Bibliographies

A
[ACK05] T. Ackermann, « Wind Power in Power Systems », John Wiley & Sons, Chichester,
2005.

[AHM10] A. Ahmidi, « Participation de parcs de production éolienne au réglage de la tension


et de la puissance réactive dans les réseaux électriques », thèse de doctorat préparée au L2EP
Ecole Centrale de Lille, soutenue à Lille, France, 16 décembre 2010.

[Aou15] AOUINI.Raouia: « Impact des interconnexions HVDC sur la stabilité des réseaux
électriques ».Génie électrique. ENIT: L’école Nationale d’ingénieurs de Tunis, et L’école
Normale supérieure de Cachan.2015, 160p.

[ARR08] Arrêté du 23 avril 2008. « Prescriptions technique de conception et de fonctionnement


pour le raccordement au réseau de transport d'électricité d'une installation de production
d'énergie électrique » ; « Prescriptions techniques de conception et de fonctionnement pour le
raccordement au réseau public de distribution d'électricité en basse tension ou en moyenne
tension d'une installation de production d'énergie électrique », 2008, disponible en ligne :
www.legifrance.gouv.fr.

B
[Bak09] U. A Bakshi, M. V Bakshi. Synchronous Machines. 1st edition. Technical publications
Pune:January 2009.

C
[CHI98] S.J. Chiang, K.T. Chang, and C.Y Yen. Residential photovoltaic energy storage
system. IEEE Trans. On industrial Electronics, Vol. 45(3) :385-394, 1998.

[COU08] V. Courtecuisse, « Supervision d’une centrale multi sources à base d’éoliennes et de


stockage d’énergie connectée au réseau électrique », thèse de doctorat préparée au L2EP
ENSAM, soutenue à Lille, France, 20 novembre 2008.

[Cut12] Van Cutsem T. Analyse et fonctionnement des systèmes d'énergie électrique. Notes du
cours ELEC0029, Département d' Electricité, Electronique et Informatique. Universite de
Liege, janvier 2012.
108
E
[Ell65] A.J. Ellison. Electromechanical Energy Conversion. George G. Harrap Co. Ltd,
London, 1965.

[ELA03] S. El Aimani, B. François, B. Robyns, F. Minne, « Modeling and simulation of doubly


fed induction generators for variable speed wind turbines integrated in a distribution network
», EPE 2003,Toulouse, France, 2-4 septembre 2003.

F
[Fit03] A.E. Fitzgerald, C.Kingsley and S.D. Umans. Electric Machinery. McGraw-Hill, New
York, NY, 2003.

I
[IRE14] International Renewable Energy Agency. A Renewable Energy Road Map
2030.IRENA 2014:Germany 2014. 52p.

K
[Kot04] D.P. Kothari and I.J. Nagrath. Electric Machines (third edition). Tata McGraw-Hill,
New Delhi, 2004.

[Kun94] P. Kundur, N.J. Balu, and M.G. Lauby, Power system stability and control.: McGraw-
Hill Professional, 1994.

L
[LIN99] B.Lindgren. Topology for decentralized solor energy inverters with a low voltage AC
bus EPE Lausanne 1999.

M
[MAT99] M.N. Mather, M. Malengret, and J.H Enslin. Ruralsouth Africa and d photovoltaic
weak grid interface system EPE Lausanne 1999.

109
N
[Nic03] Nicholas.W, William.W, Juan.J, “Dynamic Modeling of GE 1.5 and
3.6 Wind Turbine-Generators”, GE Power System Consulting, 2003.

R
[REN15] Renewable Academy REN21. Rapport sur les énergies renouvelables 2015.France.
2015., 32p.

[ROB06] B. Robyns, A. Davigny, C. Saudemont, A. Ansel, V. Courtecuisse, B. François, S.


Plumel, J. Deuse, « Impact de l’éolien sur le réseau de transport et la qualité de l’énergie »,
Actes des Journées Electrotechnique du Club EEA « Ouverture des marchés de l’Electricité »,
Gif-sur-Yvette, 15-16 mars 2006.

[RTE04] RTE, « Mémento de la sûreté du système électrique », 2004, disponible en ligne :


www.rtefrance.com.

[RTE09] RTE, « Documentation technique de référence », 2009, disponible en ligne :


http://clients.rtefrance.com/.

S
[SLO03] J.G. Slootweg, « Wind Power, modelling and impact on power system dynamics »,
thèse de doctorat, Technical University of Delft, soutenue le 9 décembre 2003.

[SABO6a] Jean- Claude Sabonnadiére, « Nouvelles technologies de l’énergie 1 », Hermés


lavoisier, 2006, pp.137-178, ISBBN Volume 1 : 2-7462-1376-1.

[STE15] « Cahier des exigences techniques de raccordement et d’évacuation de l’énergie


produite à partir des installations d’énergie renouvelables raccordées sur le réseau Haute et
Moyenne tension », STEG, 2015.

T
[TEN09] Alexandre Teninge, « Participation aux services système de parcs éoliens mixtes :
application en milieu insulaire », thèse de doctorat préparée au Laboratoire de Génie
Electrique de Grenoble, soutenue à Grenoble, France, 14 décembre 2009.

110
U
[UCT04-2] UCTE, « UCTE operation handbook », version finale v2.5, 24 juin 2004, disponible
en ligne : www.entsoe.eu.

[UCT07] UCTE, « Final Report. System Disturbance on 4 November 2006 », janvier 2007,
disponible en ligne : www.ucte.org.

V
[VER09] A. Vergnol, J. Sprooten, V. Rious, B. Robyns, J. Deuse, « Gestion des congestions
dans un réseau intégrant de l’énergie éolienne », revue 3EI : Enseigner l’Electrotechnique et
l’Electronique Industrielle, n°59, pages. 63-72, décembre 2009.

W
[Wal81] J.H. Walker. Large Synchronous Machines: Design, Manufacture and
Operation. Oxford University Press, 1981.

Y
[Yaz10] A . Yazdani, R. Iravani, “voltage sourced converters in Power Systems:Modeling,
Control, and application,” IEEE, Hoboken, New Jersy, 2010.

[YeW13] Y.Wang, “Evaluation de la Performance des R´eglages de Fr´equence des Eoliennes `a


l’Echelle du Syst`eme Electrique : Application `a un Cas Insulaire. Autre. Ecole Centrale de Lille, 2012.

Z
[Zho09] Q.-C. Zhong and G. Weiss, “Static synchronous generators for distributed generation
and renewable energy,” in Proc. of IEEE PES Power Systems
Conference & Exhibition (PSCE), 2009.

[Zho11] Q.-C. Zhong and G. Weiss, “Synchronverters: Inverters that mimic synchronous
generators,” IEEE Trans. Ind. Electron., vol. 58, no. 4, pp. 1259– 1267, Apr. 2011.

111
Annexe A:
Module photovoltaïque Sun Power SPR-305 E_WHT_D

 STC Power Rating 305W


 PTC Power Rating 280.6W 1
 STC Power per unit of area 17.4W/ft2 (187.0W/m2)
 Peak Efficiency 18.7%
 Power Tolerances -5%/+5%
 Number of Cells 96
 Nominal Voltage not applicable
 Imp 5.58A
 Vmp 54.7V
 Isc 5.96A
 Voc 64.2V
 NOCT 45°C
 Temp. Coefficient of Power -0.38%/K
 Temp. Coefficient of Voltage -0.177V/K
 Series Fuse Rating 15A
 Maximum System Voltage 600V
Mechanical Characteristics

 Type Monocrystalline Silicon


 Output Terminal Type Multicontact Connector Type 4
 Output Cable Wire Type PV Wire
 Frame Color Clear
 Length 61.4in (1,559mm)
 Width 41.2in (1,046mm)
 Depth 1.8in (46mm)
 Weight 41lb (18.6kg)
 Installation Method Rack-Mounted
Warranty and Certifications

 80% Power Output Warranty Period 25yrs


 90% Power Output Warranty Period 12yrs
 Workmanship Warranty Period 10yrs
 UL 1703 Fire Classification data not available
 Compliances UL 1703
 CSI Listed Yes

112
Annexe B
Dimensionnement du filtre RCL

Le filtre RLC adopté dans le modèle de simulation est un filtre passif passe bas du second ordre.
Son schéma équivalent est donné dans la Figure ci-dessous.

Circuit équivalent du filtre RLC

Le dimensionnement des paramètres nécessite la connaissance de la fonction de transfert du


filtre RLC. Cette dernière est donnée par l’expression suivante :

𝑉𝑠 𝑅
𝐻(𝑗𝑤) = =
𝑉𝑒 𝑅 + 𝑗𝐿𝜔 + 1
𝑗𝑐𝜔

On pose

1
𝜔0 = 2𝜋𝑓0 =
√𝐿𝐶

La fréquence de coupure du signal f0 a été choisi supérieur 9 fois la fréquence du signal de


sortie de l’onduleur (f0 = 450 Hz).

Ainsi les valeurs de R, L et C sont dimensionnées à :

𝐶 = 509µ𝐹

𝐿 = 0.25⁡𝑚𝐻

𝑅 = 1.6⁡𝑚𝛺

113
Annexe C
Circuit équivalent Thévenin du nœud infini

L’ensemble des lignes du réseau de distribution et les transformateurs de connexion entre tous
les niveaux de tension sont modélisés par le circuit équivalent Thévenin. Ce dernier est composé
d’une source de tension sinusoïdale avec une impédance𝑍 = 𝑅 + 𝑗𝑋.

Figure 1 : Circuit équivalent Thévenin du réseau

Les paramètres du nœud infini sont présentés dans le Tableau ci-dessous.

Paramètres Fréquence (HZ) Puissance de court-circuit Vrms ph-ph Ratio : X/R


(KVA) (KV)

Valeurs 50 500 25 7

Les paramètres du transformateur élévateur sont donnés dans le Tableau ci-dessous.

Paramètres Valeurs

S(VA) 75 e3

f (Hz) 50

V1 (rms) (V) 240

R1 (pu) ; L1 (pu) 8⁡𝑒 −4 ; 0.02

V2 (rms) (V) 25 e3

R2 (pu) ; L2 (pu) 8⁡𝑒 −4 ; 0.02

114
Rm 500

Lm 500

Annexe D
Les régulateurs adoptés sont du type PI et de fonction de transfert:

Ki
R( s)  Kp 
s

On utilise la méthode de compensation des pôles pour trouver les paramètres KI et Kp.

On a :

Y ( s) K
H1 ( s )  
U ( s) T ( 1  s)
T

Ki
Kp( s  )
Ki Kp
R( s)  Kp  
s s

On cherche à compenser le pole de H1(s) par le zéro de R(s).

On obtient :

Ki 1

Kp T

La Fonction de transfert en boucle fermée qui regroupe H1(S) et R(s) devient alors égale à :

H 1 ( s ) * R( s ) KKp KKp
G(s)   
1  H1 ( s) * R( s) Ts  KKp 1  T S
KKp

Soit TF : constante de temps du système bouclé


115
T Kp
Alors on obtient Kp  et Ki 
KTF T

Après tout calcul fait, nous obtenons les résultats qui sont présentées dans le tableau 2.2.

Paramétrage du régulateur PI par la méthode de compensation des pôles.

Régulateur KP KI

R0 T Kp
KTF T

Annexe E
Les paramètres d'une seule turbine

Puissance nominale 2 MW

H 4.32

D D

Ksh 0.3

𝛚base (2*𝝅*50)/p

Vitesse initiale 1 pu

Couple sortie 1 pu

Annexe F

Le modèle électrique de la machine synchrone dans le repère d-q est donné par le système
d’équation suivant, Les indices utilisés sont définis comme suit:

- d,q : les quantités des axes d, et q,


- R,s : les quantités rotoriques, et les quantités statoriques,
- l,m :Inductance de fuite, et l’inductance magnétisante,
- f,k : enroulement du champ, l’enroulement d’amortissement,
116
Le modèle électrique de la machine dans le repère d-q

Ainsi, nous déduisons le système d’équations de la machine synchrone dans le repère d-q.
𝑑𝜑𝑑 ′ ′
𝑉𝑑 = 𝑅𝑠 𝑖𝑑 + − 𝜔𝑅 𝜑𝑞 𝜑𝑑 = 𝐿𝑑 𝑖𝑑 + 𝐿𝑚𝑑 (𝑖𝑓𝑑 + 𝑖𝑘𝑑 ) (3.8)
𝑑𝑡
(3.8)
𝑑𝜑𝑞 ′
𝑉𝑞 = 𝑅𝑠 𝑖𝑞 + − 𝜔 𝑅 𝜑𝑑 𝜑𝑞 = 𝐿𝑞 𝑖𝑞 𝐿𝑚𝑞 + 𝑖𝑘𝑞 (3.9)
𝑑𝑡 (3.9)

′ ′ ′ 𝑑𝜑𝑓𝑑 ′
𝑉𝑓𝑑 = 𝑅𝑓𝑑 𝑖𝑓𝑑 + 𝜑𝑓𝑑 = 𝐿′𝑓𝑑 𝑖𝑓𝑑
′ ′
+ 𝐿𝑚𝑑 (𝑖𝑑 + 𝑖𝑘𝑑 ) (3.10)
𝑑𝑡


′ ′ ′ 𝑑𝜑𝑘𝑑 ′ ′
𝑉𝑘𝑑 = 𝑅𝑘𝑑 𝑖𝑘𝑑 + 𝜑𝑘𝑑 = 𝐿′𝑘𝑑 𝑖𝑘𝑑

+ 𝐿𝑚𝑑 (𝑖𝑑 + 𝑖𝑓𝑑 ) (3.11)
𝑑𝑡

′ ′ ′ ′ 𝑑 ′
𝑉𝑘𝑞1 = 𝑅𝑘𝑞1 𝑖𝑘𝑞1 + 𝑑𝑡 𝜑𝑘𝑞1 𝜑𝑘𝑞1 = 𝐿′𝑘𝑞1 𝑖𝑘𝑞1

+ 𝐿𝑚𝑞 𝑖𝑞 (3.12)

′ ′ ′ ′ 𝑑 ′
𝑉𝑘𝑞2 = 𝑅𝑘𝑞2 𝑖𝑘𝑞2 + 𝑑𝑡 𝜑𝑘𝑞2 ⁡ 𝜑𝑘𝑞2 = 𝐿′𝑘𝑞2 𝑖𝑘𝑞2

+ 𝐿𝑚𝑞 𝑖𝑞 (3.13)

Les paramètres de la génératrice synchrone sont donnés dans le tableau ci-dessus

Les paramètres de la machine synchrone

S(MVA) 2/0.9

Vn(Vvrm) 730

F(Hz) 50

Rs (pu) 0.006

H(s) 0.62

F (pu) 0.01

P 1

Vf (pu) 1

Cos𝜑 0.9

117
118

Vous aimerez peut-être aussi