Vous êtes sur la page 1sur 56

Département de Génie Civil

Filière : Génie Civil

Mémoire Béton Armé :


Conception d’une villa R+1

Elaboré par :

Amira Ben Ameur Classe :


Hela Slimane 2GC1

Encadré par :

Mme Wiem Ben Hassine

Année universitaire : 2019/2020

1
Table de matière

Table de matière ......................................................................................................................... 1

Liste des figures ......................................................................................................................... 4

Liste des tableaux ....................................................................................................................... 5

Introduction ................................................................................................................................ 6

I. Présentation du projet : ....................................................................................................... 7

II. Conception et pré-dimensionnement des éléments structuraux ...................................... 7

1. Les poteaux ..................................................................................................................... 7

2. Les poutres et les raidisseurs ........................................................................................... 8

3. Les dalles ......................................................................................................................... 9

4. Les fondations ................................................................................................................. 9

III. Hypothèses du calcul et Caractéristique des matériaux ................................................ 10

1. Hypothèses du calcul ..................................................................................................... 10

2. Caractéristiques du béton .............................................................................................. 10

3. Caractéristiques de l'acier .............................................................................................. 10

4. Combinaison de charge ................................................................................................. 11

5. Evaluation des charges .................................................................................................. 11

IV. Calcul manuel de différents éléments de la structure .................................................... 13

1. Exemple de calcul d’une nervure .................................................................................. 13

1.1. Définition ............................................................................................................... 13

1.2. Données de calcul de la nervure ............................................................................ 14

1.3. Calcul des sollicitations ......................................................................................... 15

2. Exemple de calcul d’une poutre continue ..................................................................... 29

2.1. Définition ............................................................................................................... 29

2.2. Calcul d’une poutre ................................................................................................ 31

3. Exemple de calcul d’un poteau ..................................................................................... 46

2
3.1. Définition ............................................................................................................... 46

3.2. Pré-dimensionnement du poteau : P2 (22x22) ....................................................... 47

3.3. Dimensionnement du poteau P2 ............................................................................ 49

3.4. Schéma de ferraillage par le logiciel Robot ........................................................... 51

4. Exemple de calcul d’une semelle sous gros béton ........................................................ 51

4.1. Définition ............................................................................................................... 51

4.2. Les hypothèses de calcul ........................................................................................ 52

4.3. Pré-dimensionnement de la fondation.................................................................... 52

4.4. Ferraillage de la semelle ........................................................................................ 54

4.5. Schéma de ferraillage par le logiciel Robot ........................................................... 55

Conclusion ................................................................................................................................ 56

3
Liste des figures

Figure 1: Plancher terrasse en corps creux ............................................................................... 11


Figure 2: Plancher intermédiaire en corps creux ...................................................................... 12
Figure 3: Nervure (16+5) ......................................................................................................... 14
Figure 4: Représentation schématique de la nervure considérée ............................................. 15
Figure 5: Schéma de calcul de la nervure ................................................................................ 15
Figure 6: Schéma descriptif de la méthode de calcul et notations ........................................... 16
Figure 7: Valeur forfaitaire de l'effort tranchant dans la poutre continue A9 .......................... 17
Figure 8: Calcul de l'effort tranchant dans une travée de rive .................................................. 17
Figure 9: Cas de charge : C-C .................................................................................................. 18
Figure 10: Cas de charge : C-D ................................................................................................ 18
Figure 11: Cas de charge : D-C ................................................................................................ 18
Figure 12: Courbe enveloppe des moments maximaux à l'ELU .............................................. 22
Figure 13: Diagramme de l’effort tranchant à l’ELU............................................................... 24
Figure 14: Position de la poutre à étudier dans le plan ............................................................ 31
Figure 15: Schéma statique de la poutre .................................................................................. 31
Figure 16: Schéma de ferraillage de travée A1.1 ..................................................................... 45
Figure 17: Schéma de ferraillage de travée A1.2 ..................................................................... 45
Figure 18: Schéma de ferraillage de travée A1.3 ..................................................................... 46
Figure 19: L’emplacement du poteau P2 au niveau du RDC ................................................... 47
Figure 20: Calcul de l’effort normal : cas d’un bâtiment à plusieurs travées .......................... 49
Figure 21 : Longueur de flambement ....................................................................................... 49
Figure 22: Schéma de ferraillage du poteau 2 du RDC ............................................................ 51
Figure 23: Schéma de ferraillage de la semelle ........................................................................ 55

4
Liste des tableaux

Tableau 1: Les types des planchers ............................................................................................ 9


Tableau 2: Charge du plancher terrasse corps creux (16+5) .................................................... 12
Tableau 3: Charge du plancher terrasse corps creux (19+6) .................................................... 12
Tableau 4: Charge de l’acrotère ............................................................................................... 12
Tableau 5: Charge du plancher intermédiaire corps creux (19+5) ........................................... 13
Tableau 6: Charge du plancher intermédiaire corps creux (16+5) ........................................... 13
Tableau 7: Valeurs des charges d’exploitation ........................................................................ 13
Tableau 8: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées de référence ................. 19
Tableau 9: Tableau récapitulatif des moments minimaux sur appuis ...................................... 19
Tableau 10: Tableau récapitulatif des moments minimaux en travées .................................... 20
Tableau 11: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées .................................... 21
Tableau 12: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées continues ................... 21
Tableau 13: Tableau récapitulatif des moments minimaux sur appuis .................................... 21
Tableau 14: Tableau récapitulatif de l'effort tranchant isostatique dans les travées de référence
.................................................................................................................................................. 24
Tableau 15: Tableau récapitulatif de l'effort tranchant sur appuis ........................................... 24
Tableau 16: Tableau récapitulatif (Armatures longitudinales de la nervure) ........................... 27
Tableau 17: Tableau récapitulatif (Armatures transversales de la nervure) ............................. 29
Tableau 18: Tableau des données du calcul de la poutre A1 ................................................... 33
Tableau 19: Tableau récapitulatif des moments aux appuis (calculés par la méthode de Caquot)
.................................................................................................................................................. 33
Tableau 20: Tableau des données du calcul ............................................................................. 34
Tableau 21: Tableau récapitulatif des moments aux travées .................................................... 34
Tableau 22: Tableau récapitulatif des efforts tranchants aux travées ...................................... 35
Tableau 23: Tableau des armatures longitudinales en travées ................................................. 36
Tableau 24: Tableau des armatures longitudinales sur appuis ................................................. 37
Tableau 25: Tableau récapitulatif (Armatures transversales de la poutre A1) ......................... 40
Tableau 26: Tableau de vérification des contraintes à l’ELS ................................................... 42
Tableau 27: Tableau de vérification des déformations ............................................................ 44

5
Introduction

près avoir assisté aux séances de béton armé, ce mémoire présente l’occasion pour

A appliquer les connaissances théoriques pour servir au dimensionnement d’un


bâtiment à usage d’habitation. Effectivement, dans ce mémoire, nous nous
intéressons au calcul d’une villa en béton armé constituée dans un rez-de-chaussée
et 1 étage avec une terrasse accessible dont les plans de coffrage et de fondation
sont réalisés sur Auto CAD. Il s’agit alors de calculer les différentes sollicitations et déterminer
les sections d’armatures sous l’effet de ces dernières. Il est indispensable par la suite de
respecter les dispositions constructives réglementaires et de justifier les sections béton acier et
les zones d’appui. Finalement, à l’aide du logiciel Robot Millenium, nous allons établir un
cahier de ferraillage et vérifier les calculs manuels.

6
I. Présentation du projet :

La conception d’un bâtiment ne résulte bien évidemment pas de la mise en équation et de leur
résolution. Elle est le fruit d’une compréhension du comportement structurel des ouvrages. Cela
revient à dimensionner la structure de façon à respecter les critères de résistance et de déformation.
Notre mémoire consiste à étudier une villa constituée d’un RDC et d’un étage. Cette maison est
fondée sur des éléments porteurs à savoir : les poteaux, les poutres principales, nervures et
semelles. Notre travail consiste à dimensionner : une nervure, une poutre, un poteau et sa
fondation, ainsi que l’élaboration des plans de coffrage respectifs aux RDC et l’étage.

Nous présentons les plans architecturaux de la villa dans l’annexe.

II. Conception et pré-dimensionnement des éléments structuraux

La conception, précédant le dimensionnement, a pour but de déterminer les dimensions et


l'armature de l'ossature du bâtiment, de façon à répondre économiquement aux exigences de
l'architecte et du Maître d'ouvrage tout en garantissant la capacité portante de l'ossature et son
fonctionnement à long terme.

Il s'agit de placer nos poutres et poteaux qui transmettent les charges des planchers jusqu'aux
fondations. Les résultats définitifs d'une étude de conception prennent la forme de plans et de devis
dûment scellés et signés par l'ingénieur et émis aux fins de la construction.

La conception est un procédé plus complexe que la vérification, car le concepteur doit choisir la
forme, les dimensions et l'armature parmi un éventail de possibilités de façon à réduire au
minimum le coût de la réalisation tout en respectant les critères suivants :

 Le respect des plans architecturaux,


 Le respect des normes,
 La faisabilité technique.

La conception d'un système ou d'une ossature entière constitue donc le travail d'une équipe
pluridisciplinaire maîtrisant à la fois les aspects théoriques de calcul et les contraintes pratiques
d’exécution.

1. Les poteaux

Le choix de l’endroit pour l’emplacement du poteau à travers l’axe est en fonction d’un nombre
de critères qui doivent respecter les conditions suivantes :

7
 Alignement des poteaux (vertical et horizontal) pour :
• Faciliter la mise en œuvre des poutres et des dalles.
• Faciliter les calculs de dimensionnement des autres éléments structuraux dans les
prochaines étapes.
 Espacement judicieux entre les poteaux pour :
• Eviter les distances importantes.
• Favoriser l’utilisation des poutres continues.
 Obtenir une configuration optimale au moindre coût :
• Eviter les poteaux naissants.

2. Les poutres et les raidisseurs

La charge et le poids de la dalle seront supportés par les poutres qui les transmettent aux
poteaux. Dans ce contexte, des règles rigoureuses doivent être respectées afin de pallier à toute
défaillance au niveau de la structure du bâtiment.

Dans un panneau de dalle, et en règle générale, la poutre est placée suivant la travée la plus
longue, par contre le raidisseur est placé suivant la portée la plus petite. Néanmoins, cette règle
n’est pas appliquée dans certains cas qui présentent des contraintes architecturales (Retombées
apparentes).

La rigidité de la dalle, sous l’effet de la poussée du béton, sera assurée par les raidisseurs
(Eléments d’ossature dans un panneau de coffrage).

Dans le cadre du projet actuel, la conception élaborée pour les poutres et les raidisseurs respecte
des critères qui relèvent aussi bien du côté technique qu’esthétique dont nous citons les
principaux :

• Utiliser au maximum les poutres continues.

• Eviter les poutres plates pour des raisons de coût.

• Eviter les retombées apparentes.

La hauteur h de la poutre dépend du chargement de la poutre en question :


L L
 Poutre isostatique : 14 ≤ h ≤ 10
L L
 Poutre continue : 16 ≤ h ≤ 12

8
3. Les dalles

Les dalles sont formées par des panneaux qui sont entrecoupées par des poutres et des
raidisseurs.

Il existe deux principaux types de dalles :

• Dalles pleines.

• Dalles à corps creux.

Le choix de la dalle appropriée est en priorité en fonction, de certains paramètres techniques et


économiques.

L’étude et l’analyse du plan architectural relatif au local d’exploitation retiennent les dalles à
corps creux. Ce choix a été dicté par le critère technico-financier le plus avantageux.

Ce type de dalles transmet aux poutres leurs propres charges et celles qui sont supportées à
travers les nervures.

𝐋 𝐋
Soit un plancher de travée L et d'hauteur h telles que 20 ≤ 𝐡 ≤ 25. En général, h = 𝟐𝟐.𝟓

Le choix de la dalle est effectué à partir du tableau dressé ci-dessous :

Tableau 1: Les types des planchers

Type Portée limite Epaisseur Les différents


éléments
16 + 5 Jusqu’à 4.75 m 21 cm Hourdis de 16
19 + 6 De 4.75m à 5.65 m 25 cm Hourdis de 19
Hourdis de 25+ brique
25 + 5 De 5.65 m à 7 m 31 cm
de 6

Dans notre projet, nous avons implanté des poteaux qui privilégient le choix des dalles à corps
creux (16+5) pour des raisons économiques. (Distance entre les poteaux inférieurs à 4.75 m) et
des dalles à corps creux (19+6) pour les distances inférieures à 5,6m.

4. Les fondations
La fondation est la partie en contact avec le sol, auquel on transmet les charges et les surcharges
de la structure. Elle répartit les charges sur une couche de terrain dont la résistance doit être
suffisante pour supporter les pressions correspondantes.

9
Le choix de type de fondation à adopter doit garantir :

 La stabilité.
 La bonne tenue du bâtiment.
 Le coût total de l’ouvrage.

Compte tenu de la valeur des charges et surcharges transmises par la structure et les
caractéristiques du sol, nous avons opté pour des fondations superficielles de type semelle
isolée.

III. Hypothèses du calcul et Caractéristique des matériaux


1. Hypothèses du calcul
 Les plans architecturaux sont munis de toutes les dimensions nécessaires.
 Les dalles sont toutes à corps creux.
 La terrasse est accessible et le plancher courant est à usage d’habitation.

2. Caractéristiques du béton
 La résistance caractéristique du béton à 28 jours :
𝐟𝐜𝟐𝟖 = 20MPa
 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
𝐟𝐭𝟐𝟖 = 0.6 + 0.06𝐟𝐜𝟐𝟖 = 1.8MPa

 La contrainte admissible en compression du béton à l’ELU :


𝐟𝐜𝟐𝟖
𝐟𝐛𝐮 = 0.85 = 11.33MPa avec 𝛉 = 1 et 𝜸𝒃 = 1.5
𝛉𝜸𝒃

 Fissuration Peu Préjudiciable pour la superstructure


 Fissuration Préjudiciables pour les fondations

3. Caractéristiques de l'acier

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence (HA) de nuance
FeH400, dont les caractéristiques sont les suivantes :

 La limite d'élasticité garantie :


𝐟𝐞 = 400MPa
 La contrainte limite de calcul des armatures à hautes adhérences (HA)
𝐟𝐞
𝐟𝐬𝐮 = = 348MPa avec 𝜸𝒔 = 1.15
𝜸𝒔

10
Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses (RL) de nuance FeH235, dont
les caractéristiques sont les suivantes :

 La limite d'élasticité garantie :


𝐟𝐞 = 235MPa
 La contrainte limite de calcul des armatures rondes lisses (RL)
𝐟𝐞
𝐟𝐬𝐮 = = 204.3MPaavec 𝜸𝒔 = 1.15
𝜸𝒔

4. Combinaison de charge

Dans le cadre d’une combinaison fondamentale d’un dimensionnement aux états limites ultimes
de résistance (ELUR), le chargement pondéré est :

𝑮 ∶ Ensemble des charges permanantes


P = 1.35G + 1.5Q avec {
𝑭 ∶ Ensemble des charges d′exploitation

Dans le cadre d’un calcul aux états limites de service, le chargement pondéré s’écrit :

P=G+Q

5. Evaluation des charges


 Charges permanentes

La figure 1 montre les différents composants d’un plancher terrasse en corps creux

Figure 1: Plancher terrasse en corps creux

11
Tableau 2: Charge du plancher terrasse corps creux (16+5)

Désignation Charge (kN/m²)


Corps creux (16+5) 2.85
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.35
Forme de pente (10cm) 2
Enduit de planéité (2cm) 0.4
Etanchéité (2cm) 0.3
Couche de protection (4cm) 0.55
TOTAL 6.45

Tableau 3: Charge du plancher terrasse corps creux (19+6)

Désignation Charge (kN/m²)


Corps creux (19+6) 3.25
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.35
Forme de pente (10cm) 2
Enduit de planéité (2cm) 0.4
Etanchéité (2cm) 0.3
Couche de protection (4cm) 0.55
TOTAL 6.85
Tableau 4: Charge de l’acrotère
Désignation Charge (kN/m)
Acrotère 2.5

La figure 2 montre les différent composants d’un plancher intermédiaire en corps creux

Figure 2: Plancher intermédiaire en corps creux

12
Tableau 6: Charge du plancher intermédiaire corps creux (16+5)

Désignation Charge (kN/m²)


Corps creux (16+5) 2.85
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.35
Cloison légère 1
Revêtement (carrelage (2.5cm), mortier
1.85
de pose, lit de sable)
TOTAL 6.05

Tableau 5: Charge du plancher intermédiaire corps creux (19+5)


Désignation Charge (kN/m²)
Corps creux (19+6) 3.25
Enduit sous plafond (1.5cm) 0.35
Cloison légère 1
Revêtement (carrelage (2.5cm), mortier
1.85
de pose, lit de sable)
TOTAL 6.45

 Charges d’exploitation

Tableau 7: Valeurs des charges d’exploitation


Désignation Charge (kN/m²)
Usage d’habitation 1.5
Terrasse accessible 1.5

IV. Calcul manuel de différents éléments de la structure


1. Exemple de calcul d’une nervure
1.1. Définition

La nervure est un élément du plancher destiné à supporter des dalles de faibles portées. La
nervure traitée dans notre exemple est la nervure N2 (16+5), présente dans la figure 3,
appartenant au RDC, au niveau du garage, elle est composée de 2 travées, étant donné la
présence d’une dalle, ainsi que la géométrie de l’hourdis la section de la nervure est en T.

13
Figure 3: Nervure (16+5)

1.2. Données de calcul de la nervure

1.2.1. Pré-dimensionnement de la section de la nervure

Pour cette nervure on considère que la largeur de la table de compression (b) et la largeur l’âme
(b0). Ces données sont imposées par le type des corps creux. On a alors b = 33 cm et 𝐛𝟎 = 7 cm.
L’étude d’une nervure se fait en la considérant comme une poutre de section en T avec les
dimensions suivantes et suivant le règlement BAEL :

𝐋𝐦𝐚𝐱= 3.99 m
𝑳
𝒎𝒂𝒙 3.99
𝒉 ≥ 𝟐𝟐.𝟓 = = 0.177 m => Soit un plancher (16+5) = 21 cm
22.5

Finalement nous obtenons :

Hauteur de table h0: 5 cm

Hauteur de la nervure h : 21cm

Largeur de la table b: 33 cm
Largeur de l’âme b0 : 7cm
Hauteur utile d : 0.9.h = 18.9 cm

14
Figure 4: Représentation schématique de la nervure considérée

1.2.2. Evaluation des charges

Il s’agit d’étudier le plancher terrasse et donc il est soumis à une charge permanente qui vaut
g0=6.45 KN/m² et à une charge d’exploitation q0 = 1.5 KN/m²
On a donc :
g = 0.33 g0 = 2.129 KN/m
q = 0.33 q0 = 0.495 KN/m
Le calcul à l’ELU donne l’expression : 𝐏𝐮 =1.35 g+ 1.5 q = 3.617 KN/m
Le calcul à l’ELS donne l’expression : 𝐏𝐬 = g + q= 2.624 KN/m

1.2.3. Schéma de calcul de la nervure

Nous schématisons dans la figure 5, la nervure comme étant une poutre continue à deux travées,
soumise à une charge uniformément répartie.

Figure 5: Schéma de calcul de la nervure

1.3. Calcul des sollicitations

1.3.1. Choix de la méthode de calcul

Pour bien choisir la méthode de calcul, il faut vérifier certaines conditions. Nous commençons
par vérifier les conditions de la méthode forfaitaire.

15
g 0 = 6.45 KN/m² q 0 < 2g 0
- { ==> { Vérifiée
q 0 = 1.5 KN/m² q 0 < 5KN/m²

- La fissuration est peu préjudiciable Vérifiée


- L’inertie n'est pas variable le long de la poutre Vérifiée
li 3.21
- = 3.99 = 0.804 ∈ [0.8; 1.25] Vérifiée
li+1

 Ainsi les conditions permettant l’application de la méthode forfaitaire.

1.3.2. Hypothèse de calcul

Il faut respecter les valeurs minimales ci-dessous.

Figure 6: Schéma descriptif de la méthode de calcul et notations

1.3.3. Principe de la méthode

Nous exprimons les moments maximales en travées et sur appuis en fonction de M0 (moment
dans la travée isostatique de référence).

 Règle des moments

Pour chaque travée, Nous posons :

𝑞0
α=
𝑞0 + 𝑔0

 Pour les deux travées, α = 0.189


𝐌𝟎 : Le moment fléchissant isostatique de la travée considérée.

𝐌𝐰 et 𝐌𝐞 : Les valeurs absolues des moments sur appuis de gauche et de droite de la travée
considérée.

𝐌𝐭 : Le moment maximal en travée en prenant en compte la continuité.

Mw +Me
nous devons avoir : Mt + ≥ max(1 + 0.3α; 1.05)M0
2

16
 Valeurs minimales des moments 𝐌𝐭 , 𝐌𝐰 𝒆𝒕 𝐌𝐞

Nous devons respecter les valeurs minimales dans la figure 6.

 Calcul de l’effort tranchant

Pour déterminer la valeur de l’effort tranchant aux appuis, ce dernier est calculé en faisant
abstraction de la continuité, sauf pour les appuis voisins des appuis de rive.

Remarque : Nous majorons forfaitairement les efforts tranchants de la poutre de référence de


15 % pour les poutres à deux travées. (Figure 7)

Figure 7: Valeur forfaitaire de l'effort tranchant dans la poutre continue A9

 Effort tranchant dans une travée de rive :

M2 − M1
V1 = V0 + < V0
M2 < 0 M2 − M1 l
} ⟹ <0 ⟹ M2 − M1
M1 = 0 l V2 = −V0 + < −V0
l
{ ⟹ |V2 | > |V0 |

Avec V0 : Valeur absolue à l’effort tranchant isostatique sur appui 1 ou 2 dans la travée de
référence. (Figure 8)

li
V0i = P
2

Figure 8: Calcul de l'effort tranchant dans une travée de rive

17
1.3.4. Calcul des moments fléchissant

a) Les cas de calcul

Pour le calcul des moments fléchissant sur appuis et en travées, nous avons considéré les
différents cas de charges suivantes :

 1ére combinaison de charge

Figure 9: Cas de charge : C-C

 2éme combinaison de charge

Figure 10: Cas de charge : C-D

 3éme combinaison de charge

Figure 11: Cas de charge : D-C

18
b) Calcul des moments maximaux dans les travées de référence ( M0 )

Le tableau ci-dessous récapitule les moments maximaux dans les 2 travées isostatiques dans les
différentes combinaisons de charge (Tableau 8) :
𝑃𝑢 xl²
La formule utilisée : M0 = 8

Tableau 8: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées de référence


Moments maximaux en travées de référence
1 2
(kN.m)
C-C
ELU 4.659 7.198
ELS 3.380 5.222
C-D
ELU 4.659 5.720
ELS 3.380 4.237
D-C
ELU 3.702 7.198
ELS 2.742 5.222

c) Calcul des moments minimaux sur appuis

N.B : Les moments sur appuis sont en valeurs absolues (tableau 9).

Tableau 9: Tableau récapitulatif des moments minimaux sur appuis

1 2 3
Moments minimaux sur appuis (kN.m)
0.15M01 0.6max(M01,M02) 0.15M02
C-C
ELU 0.7 4.320 1.08
ELS 0.507 3.133 0.783
C-D
ELU 0.7 3.432 0.858
ELS 0.507 2.542 0.636
D-C
ELU 0.555 4.320 1.08
ELS 0.411 3.133 0.783

19
d) Calcul des moments minimaux en travées

En s’appuyant sur les conditions données par la méthode forfaitaire (figure 6), nous avons
calculé les moments minimaux dans les 2 travées de la nervure.

Les résultats de calcul se trouvent dans le tableau 10


Tableau 10: Tableau récapitulatif des moments minimaux en travées

1 2
Moments minimaux en travées (kN.m)
(0.6+0.15α)M01 (0.6+0.15α)M02
C-C
ELU 2.927 4.523
ELS 2.124 3.281
C-D
ELU 2.927 3.594
ELS 2.124 2.662
D-C
ELU 2.326 4.523
ELS 1.723 3.281

e) Calcul des moments maximaux en travées

La formule des moments nous permet de calculer les moments maximaux dans les travées
continues (tableau 11).

La formule utilisée :

Mw + Me Mw + Me
Mt + ≥ max(1 + 0.3α; 1.05) M0 ==> Mt ≥ max(1 + 0.3α; 1.05) M0 − ( )
2 2

Avec 𝐌𝐞 et 𝐌𝐰 : Valeurs absolues des moments respectivement sur l’appui de gauche et sur
l’appui de droite de la travée continue.

Exemple de calcul (travée 1) : 1ére combinaison C-C

- L’ELU :

max(1 + 0.3α; 1.05) M01 = max(1.057; 1.05) M01 = 1.057M01

20
𝑀1 + 𝑀2 4.320 + 0.15𝑥4.659
Mt1 ≥ 1.057M01 − ( ) = 1.057𝑥4.659 − ( ) = 2.415 KN. m
2 2

- L’ELS :

𝑀1 + 𝑀2 3.133 + 0.15𝑥3.380
Mt1 ≥ 1.057M01 − ( ) = 1.057𝑥3.380 − ( ) = 1.753 KN. m
2 2

Tableau 11: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées

Moments maximaux en travées (kN.m) 1 2


C-C
ELU 2.415 4.908
ELS 1.753 3.562
C-D
ELU 2.415 3.901
ELS 1.753 2.89
D-C
ELU 1.476 4.908
ELS 1.126 3.562

f) Les résultats retenus

Les valeurs des moments retenues sont présentées dans les tableaux 12 et 13.

 Moments maximaux en travées

Tableau 12: Tableau récapitulatif des moments maximaux en travées continues

Moments maximaux en travées (kN.m) 1 2


ELU 2.927 4.908
ELS 2.124 3.562

 Moments minimaux sur appuis en valeur absolue

Tableau 13: Tableau récapitulatif des moments minimaux sur appuis

Moments minimaux sur appuis (kN.m) 1 2 3


ELU 0.7 4.320 1.08
ELS 0.507 3.133 0.783

21
 Diagramme des moments maximaux a l’ELU

Figure 12: Courbe enveloppe des moments maximaux à l'ELU

1.3.5. Calcul de l’effort tranchant

a) Exemple de calcul de l’effort tranchant

 1ére combinaison de charge C-C : ELU

L’appui 1 (droite) et 2 (gauche) :

𝐥𝟏 𝟑. 𝟐𝟏
𝐕𝟎𝟏 = 𝐏𝒖 = 𝟑. 𝟔𝟏𝟕𝐱 = 𝟓. 𝟖𝟎𝟓 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M2 − M1 4.320
VD(1) = V01 + = 5.805 − = 4.459 KN
𝑙1 3.21

M2 − M1 4.320
VG(2) = −1.15V01 + = −1.15x5.805 − = −8.022 KN
l1 3.21

L’appui 2 (droite) et 3 (gauche) :

𝐥𝟐 𝟑. 𝟗𝟗
𝐕𝟎𝟐 = 𝐏𝒖 = 𝟑. 𝟔𝟏𝟕𝐱 = 𝟕. 𝟐𝟏𝟔 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M3 − M2 4.320
VD(2) = 1.15V02 + = 8.298 + = 9.381 KN
𝑙2 3.99

M3 − M2 4.320
VG(3) = −V02 + = −7.216 + = −6.133 KN
l2 3.99

 2ére combinaison de charge C-D : ELU

L’appui 1 (droite) et 2 (gauche) :

22
𝐥𝟏 𝟑. 𝟐𝟏
𝐕𝟎𝟏 = 𝐏𝒖 = 𝟑. 𝟔𝟏𝟕𝐱 = 𝟓. 𝟖𝟎𝟓 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M2 − M1 4.320
VD(1) = V01 + = 5.805 − = 4.459 KN
𝑙1 3.21

M2 − M1 4.320
VG(2) = −1.15V01 + = −1.15x5.805 − = −8.022 KN
l1 3.21

L’appui 2 (droite) et 3 (gauche) :

𝐥𝟐 𝟑. 𝟗𝟗
𝐕𝟎𝟐 = 𝐏𝒖 = 𝟐. 𝟖𝟕𝟒𝐱 = 𝟓. 𝟕𝟑𝟒 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M3 − M2 4.320
VD(2) = 1.15V02 + = 6.594 + = 7.677 KN
𝑙2 3.99

M3 − M2 4.320
VG(3) = −V02 + = −5.437 + = −4.354 KN
l2 3.99

 3ére combinaison de charge D-C : ELU

L’appui 1 (droite) et 2 (gauche) :

𝐥𝟏 𝟑. 𝟐𝟏
𝐕𝟎𝟏 = 𝐏𝒖 = 𝟐. 𝟖𝟕𝟒𝐱 = 𝟒. 𝟔𝟏𝟑 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M2 − M1 4.320
VD(1) = V01 + = 4.613 − = 3.267 KN
𝑙1 3.21

M2 − M1 4.320
VG(2) = −1.15V01 + = −1.15x4.613 − = −6.651 KN
l1 3.21

L’appui 2 (droite) et 3 (gauche) :

𝐥𝟐 𝟑. 𝟗𝟗
𝐕𝟎𝟐 = 𝐏𝒖 = 𝟑. 𝟔𝟏𝟕𝐱 = 𝟕. 𝟐𝟏𝟔 𝐊𝐍
𝟐 𝟐
M3 − M2 4.320
VD(2) = 1.15V02 + = 8.298 + = 9.381 KN
𝑙2 3.99

M3 − M2 4.320
VG(3) = −V02 + = −7.216 + = −6.133 KN
l2 3.99

Les résultats retenus sont récapitulés dans les tableaux 14 et 15 et la figure 13.

23
Tableau 14: Tableau récapitulatif de l'effort tranchant isostatique dans les travées de
référence

Effort tranchant de référence V0 (kN) 1 2


ELU 5.805 7.216
ELS 4.212 5.235

Tableau 15: Tableau récapitulatif de l'effort tranchant sur appuis

Effort tranchant
1 2 3
sur appuis (kN)
G D G D G D
ELU 4.459 -8.022 9.381 -6.133
ELS 2.866 -6.189 7.103 -4.152

Figure 13: Diagramme de l’effort tranchant à l’ELU

1.3.6. Détermination du ferraillage

La nervure travaille en flexion simple, étant donné que la fissuration est peu préjudiciable nous
allons dimensionner à l’ELU et ensuite vérifier à l’ELS tout en respectant la Condition de non
fragilité CNF.

Le calcul sera développé uniquement pour la première travée et pour l’appui 1, le reste sera
résumé dans les tableaux 16 et 17.

a) Armatures longitudinales
 Ferraillage des travées
h0 0.05
MTu = (fbu b.h0 ) [d − ] = (11.33 x 0.33 x 0.05). [0.189 − ] = 0.0306 MN.m
2 2

24
• Travée 1

Mu = 0,003 MN.m < MTu=0,0306 MN.m


 La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)

𝑀 0.003
𝜇𝑢 = 𝑏𝑑²𝑓𝑢 = 0.33𝑥0.1892 11.33 = 0.0225  μ < μlim =0.3
𝑏𝑢

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées alors A’ = 0 cm²

On a  ≤ 0,186 alors Pivot A  Ɛ𝐬 = 10 ‰  𝛔𝒔 = 𝒇𝒔𝒖


𝒖

𝛼𝑢 = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝑥0.0225) = 0.028

𝑍𝑢 = 𝑑(1 − 0.4𝛼𝑢 ) = 0.189𝑥(1 − 0.4𝑥0.028) = 0.187 m

𝑀𝑢 0.003
𝐴𝑢 = = = 0.461 𝑐𝑚²
𝑍𝑢 𝑓𝑠𝑢 0.187𝑥348

Vérification de la condition de non fragilité

𝑓𝑡28 1.8
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23. .b.d = 0,23 x 400 x 33x 18,9 = 0,65 cm²
𝑓𝑒

On a 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,65 cm² > 𝐴𝑢 = 0,461 cm² Alors 𝐴𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 = 0,65 cm²

 Soit 1HA10 =0.79 cm2

• Travée 2

Mu = 0,005 MN.m < MTu=0,0306 MN.m


 La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)

𝑀 0.005
𝜇𝑢 = 𝑏𝑑²𝑓𝑢 = 0.33𝑥0.1892 11.33 = 0.0374  μ < μlim =0.3
𝑏𝑢

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées alors A’ = 0 cm²

On a  ≤ 0,186 alors Pivot A  Ɛ𝐬 = 10 ‰  𝛔𝒔 = 𝒇𝒔𝒖


𝒖

𝛼𝑢 = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝑥0.0374) = 0.0477

𝑍𝑢 = 𝑑(1 − 0.4𝛼𝑢 ) = 0.189𝑥(1 − 0.4𝑥0.0477) = 0.185 m

𝑀𝑢 0.005
𝐴𝑢 = = = 0.78 𝑐𝑚²
𝑍𝑢 𝑓𝑠𝑢 0.185𝑥348

25
Vérification de la condition de non fragilité

𝑓𝑡28 1.8
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23. .b.d = 0,23 x 400 x 33x 18,9 = 0,65 cm²
𝑓𝑒

On a 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,65 cm² < 𝐴𝑢 = 0,78 cm² Alors 𝐴𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 = 0,78 cm²

 Soit 1HA10 =0.79 cm2

 Ferraillage des appuis


Lorsque la travée de rive est solidaire d’un poteau ou prend appui sur une autre poutre, il faut
prévoir une section d’acier sur appui de rive qui équilibre un moment de 0.15 M0.

Sur appui, la section se comporte comme une section rectangulaire (b0xh) et nous travaillons
avec la valeur absolue de moment.

• Appui 1

Mu = 0.15𝑥𝑀01 = 0.15𝑥4.659 = 0.0007 MN.m < MTu=0,0306 MN.m


 La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)

𝑀 0.0007
𝜇𝑢 = 𝑏𝑑²𝑓𝑢 = 0.33𝑥0.1892 11.33 = 0.00524  μ < μlim =0.3
𝑏𝑢

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées alors A’ = 0 cm²

On a  ≤ 0,186 alors Pivot A  Ɛ𝐬 = 10 ‰  𝛔𝒔 = 𝒇𝒔𝒖


𝒖

𝛼𝑢 = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝑥0.00524) = 0.00657

𝑍𝑢 = 𝑑(1 − 0.4𝛼𝑢 ) = 0.189𝑥(1 − 0.4𝑥0.00657) = 0.189 𝑚

𝑀𝑢 0.0007
𝐴𝑢 = = = 0.11 𝑐𝑚²
𝑍𝑢 𝑓𝑠𝑢 0.189𝑥348

Vérification de la condition de non fragilité


𝑓𝑡28 1.8
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23. .b.d = 0,23 x 400 x 33x 18,9 = 0,65 cm²
𝑓𝑒

On a 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,65 cm² > 𝐴𝑢 = 0,11 cm² Alors 𝐴𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 = 0,65 cm²

 Soit 1HA10 =0.79 cm2

26
Tableau 16: Tableau récapitulatif (Armatures longitudinales de la nervure)


Au Choix des
MU (KN.m)  Z(m)
(cm²) armatures
Travée 1 2.927 0.0225 0.028 0.187 0.65 1HA10

Travée 2 4.908 0.0374 0.0477 0.185 0.78 1HA10

Appui 1 0.7 0.0052 0.00657 0.189 0.65 1HA10


Appui 2 4.320 0.0323 0.0410 0.186 0.67 1HA10
Appui 3 1.08 0.0081 0.0102 0.188 0.65 1HA10

b) Les armatures transversales

Pour le calcul des armatures transversales, nous allons détailler le calcul pour le 2ème appui.

Pour l’appui 1 et 3, les résultats seront explicités dans le tableau 17.

Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant

 En zone courante

L’effort tranchant maximal : Vu max = 9.381.10-3 MN.m

Vu max 9.381x10−3
La contrainte tangentielle : τᵤ= = = 0.709 MPa
𝑏0 𝑑 0.07×0.189

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°
fc28
τlim = min (0,2. , 5MPa) = min (2.67MPa ,5MPa) = 2.67MPa  τu ≤ τ𝑙𝑖𝑚 = 2.67 𝑀𝑃𝑎
ɣb

Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.

 Jonction hourdis-nervure

𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 𝑏 − 𝑏0 9.381𝑥10−3 0.33 − 0.07


𝜏𝑢 = = = 0.435 𝑀𝑃𝑎 < 𝜏𝑙𝑖𝑚 = 2.67 𝑀𝑃𝑎
𝑍ℎ0 2𝑏 0.9𝑥0.189𝑥0.05 2𝑥0.33

La jonction hourdis-nervure est vérifiée

 Condition de non écrasement d’appui intermédiaire

A gauche de l’appui 2 :

2𝑉𝑢𝑔 2𝑥8.022𝑥10−3 0.8𝑓𝑐28 0.8𝑥20


𝜎𝑏𝑐 = = = 1.348 𝑀𝑃𝑎 ≤ = = 10.67 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 𝑎 0.07𝑥0.17 𝛾𝑏 1.5

27
2𝑉𝑢𝑑 2𝑥9.381𝑥10−3 0.8𝑓𝑐28 0.8𝑥20
𝜎𝑏𝑐 = = = 1.577 𝑀𝑃𝑎 ≤ = = 10.67 𝑀𝑃𝑎
𝑏0 𝑎 0.07𝑥0.17 𝛾𝑏 1.5

𝑎 = la − enrobage − 2cm = 22 − 3 − 2 = 17cm


Avec : {
𝜎𝑏𝑐 ∶ Contrainte de compression dans la bielle

Les 2 conditions de non écrasement sont vérifiées

Vérification des armatures vis-à-vis l’effort tranchant


 En zone courante : armature d’âme

Pourcentage minimal des armatures transversales


𝐴𝑡 𝑓𝑒𝑡 𝜏𝑢 − 0.3𝑘𝑓𝑡𝑗

𝑏0 𝑠𝑡 𝛾𝑠 0.9(sin(𝛼) + cos(𝛼))

* ft28 = 1.8 MPa.


Avec :
* K= 0 (flexion simple, reprise de bétonnage non traité)

* γs =1.15

* α = 90° Armature d’âme droite

𝐴𝑡 𝐴𝑡 0.4𝑏0
= 2.7(𝑐𝑚2 /𝑚) ≥ ( ) = = 1.19(𝑐𝑚2 /𝑚)
𝑆𝑡 𝑆𝑡 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑒𝑡

Diamètre minimal des armatures transversales


ℎ 𝑏₀
Øt ≤ Min (Øl ; ; )  Øt ≤ min (10 ; 6 ; 7) = 6 mm
35 10
 Øt = 6 mm

Pourcentage minimal des armatures transversales


At : est un étrier Ø6  At =2x0.28= 0.56 cm².
A 0.56
𝑆𝑡 ≤ 2.7t = = 0.2074 𝑚 = 20.74 𝑐𝑚
2.7

 Soit St =17 cm

L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec St = 17 cm

Vérification de l’espacement maximal


𝑆𝑡 = 17 cm ≤ Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (17,01 cm ; 40 cm) = 17.01 cm  St = 17 cm

28
 Jonction hourdis-nervure

Section d’acier de couture


𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 (𝑏 − 𝑏0 ) 𝑆𝑐 𝛾𝑠 9.381𝑥10−3 𝑥(0.33 − 0.07)𝑥1.15𝑥0.17
𝐴𝑐 ≥ = = 0.18 𝑐𝑚2 /𝑚
𝑍 2𝑏 𝑓𝑒𝑡 0.9𝑥0.189𝑥2𝑥0.33𝑥235
L’espacement 𝑆𝑐 des aciers de couture est généralement identique à celui des armatures d’âme
𝑆𝑡
𝑆𝑐 = 𝑆𝑡 = 17 cm

Soit un 1 cadre RL6 = 2x0.28 = 0.56 cm²

 Armatures à ancrer
−3
𝑀 −3 4.320𝑥10
𝛾𝑠 (𝑉𝑢 − 𝑢 ) 1.15𝑥 (9.381𝑥10 − 0.9𝑥0.189 )
𝐴𝑎 ≥ 0.9𝑑 = = −0.46 𝑐𝑚²
𝑓𝑒 400

 En principe dans ce cas nous ne sommes pas obligées de prolonger les armatures, mais il
est de bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et
d’autre.

Tableau 17: Tableau récapitulatif (Armatures transversales de la nervure)

Appui 1 Appui 2 Appui 3


Vu max (MN) 0.0045 0.0094 0.0061
𝞃u zone courante (MPa) 0.337 0.709 0.464
𝞃u jonction de la table (MPa) 0.207 0.435 0.284

𝛔𝒃𝒄 (MPa) 0.749 1.348/1.577 1.031

𝐒𝐭 𝐜𝐡𝐨𝐢𝐬𝐢𝐞 (cm) 17 17 17
𝐀 𝐭 (cm²) Etrier RL6 Etrier RL6 Etrier RL6
𝐀 𝐜 (cm²) Cadre RL6 Cadre RL6 Cadre RL6
𝐀 𝐚𝐧𝐜𝐫é (cm²) 0.13 - 0.18

2. Exemple de calcul d’une poutre continue


2.1. Définition

Les poutres représentent les éléments principaux de la structure, ce sont les éléments les plus
sollicitées en flexion, et qui conditionnent parfois l’esthétique du bâtiment par l’existence ou
non de retombée ou de flèche.

29
Aperçu théorique :
Pour le calcul des sollicitations des poutres continues en béton armé, le règlement BAEL 91
nous offre trois méthodes possibles pour le calcul des sollicitations. Nous avons la méthode
forfaitaire, la méthode Caquot et la méthode Caquot Minorée.
Nous allons exposer dans ce qui suit les conditions d’application de chaque méthode.

 Méthode forfaitaire
Cette méthode consiste à l’évaluation des valeurs maximales des moments en travées et sur
appuis, et de même pour l’effort tranchant maximal comme des fractions, fixées forfaitairement,
de la valeur maximale du moment fléchissant M0 et de l’effort tranchant V0 de la poutre
isostatique équivalente.

Domaine de validité
La méthode forfaitaire de calculs planchers à charge d’exploitation modéré s’applique dans les
cas où :
1- Les charges d’exploitation sont modérées, c'est-à-dire qu’elles vérifient :
q0 ≥ 2 g0 q : somme des charges variables
{ Avec : { 0
q 0 ≥ 5 kN/ m² g 0 : somme des charges permanentes

2- La fissuration ne compromet à la tenue des revêtements ni à celle des cloisons.

3- Les éléments du plancher ont même inertie dans toutes les différentes travées.
4- Les portées vérifient :
 li
0.8   1.25
 li 1

0.8  li
 1.25

 li 1

 Méthode de Caquot

La méthode de Caquot est inspirée principalement de la méthode de trois moments.

Domaine de validité

La méthode de Caquot s’applique dans le cas où :


Les charges d’exploitation sont élevées et susceptible de faire des variations rapides dans le
temps. Ces conditions d’application sont :
q 0 ≥ 2g 0 q : somme des charges variables
{ Avec : { 0
q 0 ≥ 5 kN/m² g 0 : somme des charges permanentes

30
Dans le cas où l’une des hypothèses (2), (3) ou (4) relatives à la méthode forfaitaire ne serait
pas vérifiés on applique la méthode de Caquot pour les planchers à charge d’exploitation q 0 ≥
2g 0 en multipliant la part des moments sur appuis provenant des seules charges permanentes
par un coefficient variant entre 1 et 2/3 : c’est la méthode de Caquot Minorée.

2.2. Calcul d’une poutre

Nous avons calculé la poutre A1 au niveau du plancher haut 1ér étage, composée de 3 travées.
(Figure 14)

Figure 14: Position de la poutre à étudier dans le plan

2.2.1. Prédimensionnement de la poutre

Nous avons schématisé la poutre à calculer dans la figure 15.

Figure 15: Schéma statique de la poutre

Pour les poutres continues, il faut satisfaire la condition suivante :


𝐿 L
≤ ℎ ≤ 12
16

L correspond à la portée la plus importante : L = 4.61 𝑚

31
4.61 4.61
 ≤ℎ≤  0,288 𝑚 ≤ ℎ ≤ 0,384 m  h = 0,35 m
16 12

- La largeur de la poutre est égale à celle du poteau pour des dispositions constructives
 b =0.22 m

2.2.2. Détermination du chargement

Cette poutre est soumise à :


-Poids propre de la poutre.
-Poids du plancher (19+6).
-Poids de l’acrotère
o Charges permanentes
5.58
Soit li la largeur d’influence : 𝑙𝑖 = = 2.79 𝑚
2

- Poids propre
g poutre = γb xbxh = 25x0.35x0.22 = 1.925 kN/m
- Poids de la dalle : Plancher terrasse (19+6) (Voir tableau 3)
g dalle = 6.85 x li = 6.85 x 2.79 = 19.112 KN/m

 𝑔 = g poutre + g Dalle + g acrotère = 1.925 + 19.112 + 2.5 = 23.537 kN/m

o Charge d’exploitation du plancher intermédiaire

q = q0 xli = 1.5x2.79 = 4.185 kN/m

2.2.3. Calcul des sollicitations

li 4.61
= = 1.688 ∉ [0.8; 1.25]
li+1 2.73
li 4.61
= = 1.368 ∉ [0.8; 1.25]
{ li−1 3.37
Nous ne pouvons pas appliquer la méthode forfaitaire car le rapport des portées ne vérifie pas
la condition ci-dessus.
 Nous utilisons la méthode de Caquot minorée pour le calcul de notre poutre continue.
Méthode de Caquot

Nous déterminons les moments en travée et sur appuis par les formules suivantes :
 Moments sur appuis

3 3
Pw l′ w + Pe l′ e
Ma = −
8.5(l′ w + l′ e )
32
𝐏𝐰 et 𝐏𝐞 : sont les charges respectivement sur la travée gauche et sur la travée droite.
𝐥′𝐰 et 𝐥′𝐞 : sont les longueurs fictives respectivement de la travée gauche et celle de droite
(l’=l si la travée est de rive, l’=0.8l si la travée est intermédiaire).
En ce qui concerne les appuis de rive, leurs moments sont calculés par la formule suivante :
Ma = −0.15𝑀0
Tableau 18: Tableau des données du calcul de la poutre A1
Travée 1 Travée 2 Travée3
Portée de travée l (m) 3.37 4.61 2.73
Portée fictive l' (m) 3.37 3.688 2.73
Largeur d’influence li (m) 2.79 2.79 2.79
Charge permanente g (kN/m) 23.537 23.537 23.537

Charge d'exploitation q (kN/m) 4.185 4.185 4.185


Coefficient de minoration des charges
permanentes pour le calcul des moments d'appui 0.67 0.67 0.67

Charge permanente minorée (g’=2g/3) (kN/m) 15.77 15.77 15.77

1.35 g’ (kN/m) 21.29 21.29 21.29

1.5 q (kN/m) 6.278 6.278 6.278


Pu (1.35g+1.5q) (MN/m) 0.028 0.028 0.028
Ps (g+q) (MN/m) 0.02 0.02 0.02

Tableau 19: Tableau récapitulatif des moments aux appuis (calculés par la méthode de Caquot)

Moments sur appuis


Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
Moment ELU (MN.m) -0.0374 -0.0413 -0.0362 -0.0246
Moment ELS (MN.m) -0.0267 -0.0295 -0.0258 -0.0175

 Moments en travées
L’expression du moment dans la travée (i) à la position (x) de l’appui de gauche est donnée
par :

33
Avec M0 est le moment dans la travée isostatique de référence correspondant au cas de charge
étudié. La position du moment maximum en travée est obtenue en recherchant l’abscisse où la
dérivée de M(x) s’annule, soit dans le cas d’un chargement symétrique sur la travée :
l M M
X  i  e w
0 2 Pl
i
𝐌𝐞 et𝐌𝐰 : Les valeurs des moments respectivement sur l’appui de gauche et de droite de la
travée fictive continue.
𝑝𝑙𝑥 𝑃𝑥²
Pour une charge répartie 𝑀0 (𝑥) = −
2 2

Dans le tableau 20, nous avons présenté les données nécessaires pour le calcul des moments en
travées.
Tableau 20: Tableau des données du calcul

Travée 1 Travée 2 Travée3


Portée de travée l (m) 3.37 4.61 2.73
Portée fictive l' (m) 3.37 3.688 2.73
Largeur d’influence li (m) 2.79 2.79 2.79
Charge permanente g (kN/m) 23.537 23.537 23.537
Charge d'exploitation q (kN/m) 4.185 4.185 4.185
1.35 g (kN/m) 31.775 31.775 31.775
1.5 q ( kN/m) 6.278 6.278 6.278
Pu (1.35g+1.5q) (MN/m) 0.0523 0.0523 0.0523
Ps (g+q) (MN/m) 0.0277 0.0277 0.0277

Tableau 21: Tableau récapitulatif des moments aux travées

Travée 1 Travée 2 Travée3


X0 (m) 1.663 2.326 1.446
M0 (ELU) (MN.m) 0.074 0.139 0.0487
Mu (MN.m) 0.035 0.1 0.0186
M0 (ELS) (MN.m) 0.039 0.074 0.026
Ms (MN.m) 0.0112 0.046 0.0043

 Efforts tranchants

Les efforts tranchants sont calculés en tenant compte des moments sur appuis évalués par la
méthode de Caquot.
M i  M i 1 M i 1  M i
Vwi  V0 w  et Vei  V0e 
l wi l ei

34
𝐕𝟎𝐰 et 𝐕𝟎𝐞 : effort tranchant sur appui i des travées de référence en valeur algébrique.
𝐌𝐢−𝟏 , 𝐌𝐢 et 𝐌𝐢+𝟏 : Moments sur appuis avec leurs signes.

Tableau 22: Tableau récapitulatif des efforts tranchants aux travées


Effort tranchant (MN)
A2 A3
A1 A4
Droite Gauche Droite Gauche Droite Gauche
0.087 -0.087 0.122 -0.122 0.0756 -0.0756

2.2.4. Détermination du ferraillage


a) Armatures longitudinales

 Ferraillage des travées

A titre indicatif, nous détaillons le calcul pour la travée N°1 ; pour les autres travées un calcul
identique est conduit, tous les résultats seront illustrés dans le tableau 23.
La fissuration étant peu préjudiciable, nous procédons par un dimensionnement à l’ELU ainsi
qu’une justification de la condition de non fragilité.
Dimensionnement à l’ELU

• Travée 1
Mu = 0.035 MN.m.

𝑀 0.035
𝜇𝑢 = 𝑏𝑑²𝑓𝑢 = 0.22𝑥0.3152 11.33 = 0.142  μ < μlim =0.3
𝑏𝑢

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées alors A’ = 0 cm²

On a  ≤ 0,186 alors Pivot A  Ɛ𝐬 = 10 ‰  𝛔𝒔 = 𝒇𝒔𝒖


𝒖

𝛼𝑢 = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝑥0.142) = 0.192

𝑍𝑢 = 𝑑(1 − 0.4𝛼𝑢 ) = 0.315𝑥(1 − 0.4𝑥0.192) = 0.291 𝑚

𝑀𝑢 0.035
𝐴𝑢 = = = 3.46 𝑐𝑚²
𝑍𝑢 𝑓𝑠𝑢 0.291𝑥348

Vérification de la condition de non fragilité


𝑓𝑡28 1.8
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23. .b.d = 0,23 x 400 x 22x 31.5 = 0,72 cm²
𝑓𝑒

On a 𝐴u = 3.46 cm² > 𝐴min = 0,72 cm² Alors 𝐴𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 = 3.46 cm²
35
 Soit 4HA12 =4.52 cm2

Tableau 23: Tableau des armatures longitudinales en travées

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Mu (MN.m) 0.035 0.1 0.0186
μ 0.142 0.404 0.0752
Asc (cm²) 0 4.33 0

α 0.192 0.4594 0.0978

𝐙 (m) 0.291 0.257 0.291


Au calculée (cm²) 3.46 11.6 1.84
Choix d’armatures 4HA12 6HA14+3HA12 2HA12

 Ferraillage des appuis

N.B : Les moments maximales que nous allons utiliser dans le calcul des armatures
longitudinales sur appuies sont négatives, d’où nous allons renverser la section de coffrage et
nous allons travailler avec |𝑀𝑢|. (Acier tendue en haut de la section : armature supérieure)
Nous détaillons le calcul pour l’appui n°1 ; pour les autres appuis un calcul identique est
conduit, tous les résultats seront illustrés dans le tableau 24.

• Appui 1

Mu = 0.0374MN.m.

𝑀 0.0374
𝜇𝑢 = 𝑏𝑑²𝑓𝑢 = 0.22𝑥0.3152 11.33 = 0.151  μ < μlim =0.3
𝑏𝑢

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées alors A’ = 0 cm²

On a  ≤ 0,186 alors Pivot A  Ɛ𝐬 = 10 ‰  𝛔𝒔 = 𝒇𝒔𝒖


𝒖

𝛼𝑢 = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 1.25𝑥(1 − √1 − 2𝑥0.151) = 0.206

𝑍𝑢 = 𝑑(1 − 0.4𝛼𝑢 ) = 0.315𝑥(1 − 0.4𝑥0.206) = 0.289 𝑚

𝑀𝑢 0.0374
𝐴𝑢 = = = 3.72 𝑐𝑚²
𝑍𝑢 𝑓𝑠𝑢 0.289𝑥348

Vérification de la condition de non fragilité

36
𝑓𝑡28 1.8
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0,23. .b.d = 0,23 x 400 x 22x 31.5 = 0,72 cm²
𝑓𝑒

On a 𝐴u = 3.72 cm² > 𝐴min = 0,72 cm² Alors 𝐴𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙é𝑒 = 3.72 cm²

 Soit 4HA12 =4.52 cm2

Tableau 24: Tableau des armatures longitudinales sur appuis

Appui (i) 1 2 3 4
𝐌𝐮 (MN.m) 0.0374 0.0413 0.0362 0.0246
 0.151 0.167 0.146 0.099
𝐀 𝐬𝐜 (cm²) 0 0 0 0
 0.206 0.230 0.199 0.131
Z (m) 0.289 0.286 0.290 0.298
Au calculée (cm²) 3.72 4.15 3.59 2.37
4HA12 4HA12 4HA12 3HA12
Choix d’armatures

b) Armatures transversales

Pour le calcul des armatures transversales, nous allons détailler le calcul pour le 2éme appui
intermédiaire et le 1er appui de rive. Les résultats des autres appuis seront explicités dans le
tableau 25.

 Appui intermédiaire 2

Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant

 En zone courante

L’effort tranchant maximal : Vu max = 0.122 MN.m


Vu max 0.122
La contrainte tangentielle : τᵤ= = 0.22×0.315 = 1.76 MPa
𝑏𝑑

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°
fc28
τlim = min (0,2. , 5MPa) = min (2.67MPa ,5MPa) = 2.67MPa  τu ≤ τ𝑙𝑖𝑚 = 2.67 𝑀𝑃𝑎
ɣb

Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.

 Condition de non écrasement d’appui intermédiaire

A gauche de l’appui 2 :

2𝑉𝑢𝑔 2𝑥0.087 0.8𝑓𝑐28 0.8𝑥20


𝜎𝑏𝑐 = = = 4.652 𝑀𝑃𝑎 ≤ = = 10.67 𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑎 0.22𝑥0.17 𝛾𝑏 1.5

37
2𝑉𝑢𝑑 2𝑥0.122 0.8𝑓𝑐28 0.8𝑥20
𝜎𝑏𝑐 = = = 6.524 𝑀𝑃𝑎 ≤ = = 10.67 𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑎 0.22𝑥0.17 𝛾𝑏 1.5

𝑎 = la − enrobage − 2cm = 22 − 3 − 2 = 17cm


Avec : {
𝜎𝑏𝑐 ∶ Contrainte de compression dans la bielle

Les 2 conditions de non écrasement sont vérifiées

Vérification des armatures vis-à-vis l’effort tranchant


 En zone courante : armature d’âme

Pourcentage minimal des armatures transversales


𝐴𝑡 𝑓𝑒𝑡 𝜏𝑢 − 0.3𝑘𝑓𝑡𝑗

𝑏0 𝑠𝑡 𝛾𝑠 0.9(sin(𝛼) + cos(𝛼))

* ft28 = 1.8 MPa.


Avec :
* K= 0 (flexion simple, reprise de bétonnage non traité)

* γs =1.15

* α = 90° Armature d’âme droite

𝐴𝑡 𝐴𝑡 0.4𝑏0
= 21.053(𝑐𝑚2 /𝑚) ≥ ( ) = = 3.745 (𝑐𝑚2 /𝑚)
𝑆𝑡 𝑆𝑡 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑒𝑡

Diamètre minimal des armatures transversales


ℎ 𝑏₀
Øt ≤ Min (Øl ; ; )  Øt ≤ min (12 ; 10 ; 22) = 10 mm
35 10
 Øt = 8 mm

Pourcentage minimal des armatures transversales


At : 1cadre + 2 étriers Ø8  At =6x0.5= 3 cm².
A
t 3
𝑆𝑡 ≤ 21.053 = 21.053 = 0.1425 𝑚 = 14.25 𝑐𝑚

 Soit St =14 cm

Vérification de l’espacement maximal


𝑆𝑡 = 14 cm ≤ Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (28.35 cm ; 40 cm) = 28.35 cm  St = 14 cm

 Armatures à ancrer

38
𝑀𝑢 0.0413
𝛾𝑠 (𝑉𝑢 − ) 1.15𝑥 (0.122 − )
𝐴𝑎 ≥ 0.9𝑑 = 0.9𝑥0.315 = −0.681 𝑐𝑚²
𝑓𝑒 400

 En principe dans ce cas nous ne sommes pas obligées de prolonger les armatures, mais il
est de bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et
d’autre.

 Appui de rive 1

Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant

 En zone courante

L’effort tranchant maximal : Vu max = 0.087 MN.m


Vu max 0.087
La contrainte tangentielle : τᵤ= = 0.22×0.315 = 1.255 MPa
𝑏𝑑

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°
fc28
τlim = min (0,2. , 5MPa) = min (2.67MPa ,5MPa) = 2.67 MPa  τu ≤ τ𝑙𝑖𝑚 = 2.67 𝑀𝑃𝑎
ɣb

Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.

 Condition de non écrasement de la bielle d’about

2𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 2𝑥0.087 0.8𝑓𝑐28 0.8𝑥20


𝜎𝑏𝑐 = = = 4.652 𝑀𝑃𝑎 ≤ = = 10.67 𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑎 0.22𝑥0.17 𝛾𝑏 1.5

𝑎 = la − enrobage − 2cm = 22 − 3 − 2 = 17cm


Avec : {
𝜎𝑏𝑐 ∶ Contrainte de compression dans la bielle

La condition de non écrasement est vérifiée

Vérification des armatures vis-à-vis l’effort tranchant


 En zone courante : armature d’âme

Pourcentage minimal des armatures transversales


𝐴𝑡 𝑓𝑒𝑡 𝜏𝑢 − 0.3𝑘𝑓𝑡𝑗

𝑏0 𝑠𝑡 𝛾𝑠 0.9(sin(𝛼) + cos(𝛼))

39
* ft28 = 1.8 MPa.
Avec :
* K= 0 (flexion simple, reprise de bétonnage non traité)

* γs =1.15

* α = 90° Armature d’âme droite

𝐴𝑡 𝐴𝑡 0.4𝑏0
= 15.013 (𝑐𝑚2 /𝑚) ≥ ( ) = = 3.745 (𝑐𝑚2 /𝑚)
𝑆𝑡 𝑆𝑡 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑒𝑡

Diamètre minimal des armatures transversales


ℎ 𝑏₀
Øt ≤ Min (Øl ; ; )  Øt ≤ min (12 ; 10 ; 22) = 10 mm
35 10
 Øt = 8 mm

Pourcentage minimal des armatures transversales


At : 1cadre + 2 étriers Ø8  At =6x0.5= 3 cm².
A
t 3
𝑆𝑡 ≤ 15.013 = 15.013 = 0.2 𝑚 = 20 𝑐𝑚

 Soit St =15 cm

Vérification de l’espacement maximal


𝑆𝑡 = 15 cm ≤ Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (28.35 cm ; 40 cm) = 28.35 cm  St = 15 cm

 Armatures à ancrer

𝛾𝑠 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 1.15𝑥0.087
𝐴𝑎 ≥ = = 2.501 𝑐𝑚²
𝑓𝑒 400

 Il faut alors prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui.

Tableau 25: Tableau récapitulatif (Armatures transversales de la poutre A1)

Appui (1) Appui (2) Appui (3) Appui (4)


Vu max (MN) 0.087 0,122 0,122 0,0756
𝞃u zone courante 1.255 1.76 1.76 1.091
(MPa)
𝛔𝒃𝒄 (MPa) 4.652 4.652/6.524 6.524/4.043 4.043
𝐒𝐭 𝐜𝐡𝐨𝐢𝐬𝐢𝐞 (cm) 15 14 14 15
𝐀 𝐭 (cm²) 1 cadre + 1 cadre + 1 cadre + 1 cadre+ étrier
2étriers RL8 2étriers RL8 2étriers RL8 RL8
𝐀 𝐚𝐧𝐜𝐫é𝐞 (cm²) 2.501 - - 2.174

40
2.2.5. Vérification à l’ELS
 Notation

Y1 : Position de l'axe neutre

Ii : Moment d'inertie

 bc : Contrainte de compression du béton

 bc : Contrainte limite du béton comprimé

 Exemple de calcul

- Travée 1

𝑏 2 0.22 2
𝑦1 + 15𝐴𝑠 𝑦1 − 15𝐴𝑠 𝑑 = 𝑦 + 15𝑥3.46𝑥10−4 𝑦1 − 15𝑥3.46𝑥10−4 𝑥0.315 = 0
2 2 1
Y1=0.10058 m
𝑏 3 0.22
𝐼𝑖 = 𝑦1 + 15𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑦1 )2 = 𝑥0.100583 + 15𝑥3.46𝑥10−4 (0.315 − 0.10058)2
3 3
𝐼𝑖 = 3.132. 10−4
𝑀𝑠 0.0112
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦 = 𝑥0.10058 = 3.6𝑀𝑃𝑎 < 𝜎𝑏𝑐 = 0.6x𝑓𝑐28 = 0.6𝑥20 = 12 𝑀𝑃𝑎 Vérifiée
𝐼𝑖 1 3.132. 10−4
15𝑀𝑠 15𝑥0.0112
𝜎𝑠 = (𝑑 − 𝑦1 ) = 3.132.10−4 (0.315 − 0.10058) = 115.015 < 𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎  Vérifiée
𝐼𝑖

- L’appui 1

𝑏 2 0.22 2
𝑦1 + 15𝐴𝑠 𝑦1 − 15𝐴𝑠 𝑑 = 𝑦 + 15𝑥3.72𝑥10−4 𝑦1 − 15𝑥3.72𝑥10−4 𝑥0.315 = 0
2 2 1
Y1=0.1036 m
𝑏 3 0.22
𝐼𝑖 = 𝑦1 + 15𝐴𝑠 (𝑑 − 𝑦1 )2 = 𝑥0.10363 + 15𝑥3.72𝑥10−4 (0.315 − 0.1036)² = 3.309. 10−4
3 3
𝐼𝑖 = 3.309. 10−4
𝑀𝑠 0.0267
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦1 = 𝑥0.1036 = 8.36𝑀𝑃𝑎 < 𝜎𝑏𝑐 = 0.6x𝑓𝑐28 = 0.6𝑥20 = 12 𝑀𝑃𝑎 Vérifiée
𝐼𝑖 3.309. 10−4
15𝑀𝑠 15𝑥0.0267
𝜎𝑠 = (𝑑 − 𝑦1 ) = (0.315 − 0.1036) = 255.865 < 𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎  Vérifiée
𝐼𝑖 3.309.10−4

N.B : nous avons vérifié les autres travées et appuis dans le tableau 26.

41
Tableau 26: Tableau de vérification des contraintes à l’ELS

Travée Travée Travée


Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4
1 2 3

Y1 (m) 0.1036 0.10058 0.1082 0.1577 0.1021 0.0772 0.0860

Ii (m4) x10-4 3.309 3.132 3.591 7.181 3.221 1.898 2.331

𝝈𝒃𝒄 (MPa) 8.36 3.6 8.89 10.102 8.178 1.75 6.458

𝝈𝒃𝒄
̅̅̅̅̅(𝐌𝐏𝐚) 12 12 12 12 12 12 12

𝝈𝒔 (MPa) 255.865 115.015 254.829 151.145 255.797 80.812 257.860

𝝈𝒔 (MPa)
̅̅̅ 400 400 400 400 400 400 400

Vérification oui oui oui oui oui oui oui

2.2.6. Vérification de la flèche

Pour la vérification de la flèche, nous allons détailler le calcul pour la 1ére travée. Les résultats
des autres travées seront explicités dans le tableau 27.

 Travée 1

 Flèche admissible

Pour les éléments supports reposant sur deux appuis, la valeur de la flèche admissible dans le
cas où les ouvrages supportés (cloisons et revêtements), sont fragiles est limitée à :

𝑙
𝑓𝑎𝑑𝑚 = 𝑠𝑖 𝑙 ≤ 5 𝑚 (𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙 𝑒𝑛 𝑐𝑚)
500
𝑙
𝑓𝑎𝑑𝑚 = 0.5 + 𝑠𝑖 𝑙 ≥ 5 𝑚 (𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙 𝑒𝑛 𝑐𝑚)
1000

Quand les ouvrages supportés ne sont pas fragiles comme dans notre cas, la flèche admissible
est égale au double de celle obtenue dans le cas d’ouvrages supportés fragiles.

La longueur de la travée 1 égale à 3.37 < 5m donc

42
𝑙1 337
𝑓𝑎𝑑𝑚 = 2𝑥 = 2𝑥 = 1.348 𝑐𝑚
500 500

 Vérification de la flèche instantanée

Le moment rare instantané en travée 1 à l’ELS

𝑀𝑠 = 0.0112 𝑀𝑁. 𝑚

Le moment d’inertie de la section totale

𝐼0 = 3.132. 10−4 𝑒𝑡 𝜎𝑠 = 115.015 𝑀𝑃𝑎

Le module d’élasticité instantané du béton


3 3
𝐸𝑖 = 11000 √𝑓𝑐28 = 11000 √20 = 29858.594 𝑀𝑃𝑎

Le rapport ρ

𝐴 3.72. 10−4
𝜌= = = 5.368. 10−3 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐴: 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑 ′ 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟
𝑏𝑑 0.22𝑥0.315
0.05𝑓𝑡28 0.05𝑥1.8
𝜆𝑖 = = = 5.675 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑏0 : 𝑙𝑎 𝑙𝑎𝑟𝑔𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑛𝑒𝑟𝑣𝑢𝑟𝑒
𝑏0 0.07
(2 + 3 ) 𝜌 (2 + 3 0.22) 𝑥5.368. 10−3
𝑏

1.75𝑓𝑡28 1.75𝑥1.8
𝜇 = 1− =1− = 0.262
4𝜌𝜎𝑠 + 𝑓𝑡28 4𝑥5.368. 10−3 𝑥115.015 + 1.8

𝐼0
𝐼𝑓𝑖 = 1.1 = 1.385. 10−4 𝑚4
1 + 𝜆𝑖 𝜇

𝑀𝑠 𝑙 2 0.0112𝑥3.372
𝑓𝑖 = = = 0.308 𝑐𝑚 < 𝑓𝑎𝑑𝑚 = 1.348 𝑐𝑚
10𝐸𝑖 𝐼𝑓𝑖 10𝑥29858.594𝑥1.385. 10−4

 La flèche qui correspond aux déformations instantanées est vérifiée.

 Vérification de la flèche différée

Le module différé du béton

𝐸𝑖 29858.594
𝐸𝑉 = = = 9952.865 𝑀𝑃𝑎
3 3
2𝜆𝑖 2𝑥5.675
𝜆𝑉 = = = 2.27
5 5

𝐼0 3.132. 10−4
𝐼𝑓𝑣 = 1.1 = 1.1 = 2.16. 10−4 𝑚4
1 + 𝜆𝑣 𝜇 1 + 2.27𝑥0.262

43
Le moment quasi-permanent en travée 1 à l’ELS

𝑀𝑠 = 0.0112 𝑀𝑁. 𝑚

𝑀𝑠 𝑙 2 0.0112𝑥3.372
𝑓𝑣 = = = 0.592 𝑐𝑚 < 𝑓𝑎𝑑𝑚 = 1.348 𝑐𝑚
10𝐸𝑉 𝐼𝑓𝑣 10𝑥9952.865𝑥2.16. 10−4

 La flèche qui correspond aux déformations différées est vérifiée.

Tableau 27: Tableau de vérification des déformations

Travée 1 Travée 2 Travée 3

Ms (MN.m) 0.0112 0.046 0.0043

𝑰𝟎 (𝑴𝑷𝒂)x10-4 3.132 7.181 1.898

𝝈𝒔 (MPa) 115.015 151.145 80.812

𝝆 0.00537 0.0167 0.0027

𝝀𝒊 5.675 1.824 11.282

𝝁 0.262 0.735 -0.179

𝑰𝒇𝒊 (𝒎𝟒 ) x10-4 1.385 3.375 -2.048

𝒇𝒊 (𝒄𝒎) 0.308 0.97 -0.0524

𝒇𝒂𝒅𝒎 (𝒄𝒎) 1.348 1.844 1.092

Vérification oui oui oui

𝝀𝑽 2.27 0.73 4.513

𝑰𝒇𝒗 (𝒎𝟒 ) x10-4 2.16 5.141 10.864

𝒇𝒗 (𝒄𝒎) 0.592 1.811 0.03

Vérification oui oui oui

44
2.2.7. Schéma de ferraillage par le logiciel Robot
 Travée 1

Figure 16: Schéma de ferraillage de travée A1.1

 Travée 2

Figure 17: Schéma de ferraillage de travée A1.2

45
 Travée 3

Figure 18: Schéma de ferraillage de travée A1.3

3. Exemple de calcul d’un poteau


3.1. Définition

Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure, porteurs des éléments poutres et
raidisseurs, et transmettant les charges qui en découlent vers les fondations. Les poteaux sont
dimensionnés de façon qu’ils supportent les charges des surfaces affectées, en appliquant les
majorations nécessaires et en tenant compte de leur poids propre, ainsi un poteau supporte :

• Les charges de la surface affectée.


• Le poids propre du poteau.
• Les charges apportées par les poutres et les raidisseurs.
Nous nous proposons d’étudier le poteau P2 tout en expliquant les différentes étapes de calcul.
Nous allons s’intéresser au poteau P2 au niveau RDC (figure 19).

46
Figure 19: L’emplacement du poteau P2 au niveau du RDC

3.2. Pré-dimensionnement du poteau : P2 (22x22)


3.2.1. Descente de charge
D’abord nous allons faire la descente de charge sur ce poteau :

- Le poteau au niveau de l’étage va subir les réactions des poutres qui y sont appuyées et qui
vont ramener les charges du plancher terrasse (surface d’influence du poteau x charge du
plancher terrasse / m²), l’acrotère, les poids des moitiés poutres et raidisseurs voisins

- Le poteau au niveau du RDC va subir l’ensemble des charges venant du poteau du dessus, les
réactions des poutres qui y sont appuyées et qui vont ramener les charges du plancher courant
(surface d’influence du poteau x charge du plancher courant / m²), le mur extérieur (cloison de
40 cm), les poids des moitiés poutres et raidisseurs voisins

 Calcul de l’effort normal appliqué sur P1 au niveau du 1ér étage

Charges permanentes

-Poids propre

𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎𝑥𝑏𝑥𝑙 = 25𝑥0.222 𝑥3 = 3.63 𝑘𝑁

-Poids du plancher

3.37 4.61 5.58


𝐺𝑝𝑙𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 = 𝑔𝑝.𝑡𝑒𝑟𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑥𝑆𝑖𝑛𝑓𝑙𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 = 6.85𝑥 ( + )𝑥 = 76.255 𝑘𝑁
2 2 2

-Poids des poutres A1.1 et A1.2

47
𝑙𝐴1.1 𝑙𝐴1.2 3.37 4.61
𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 = 𝛾𝑏 𝑥𝑏𝑥ℎ𝑥 ( + ) = 25𝑥0.35𝑥0.22𝑥 ( + ) = 7.681 𝑘𝑁
2 2 2 2

-Poids du raidisseur R2

𝑙𝑅2 5.58
𝐺𝑟𝑎𝑖𝑑𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 = 𝛾𝑏 𝑥𝑏𝑥ℎ𝑥 = 25𝑥0.22𝑥0.25𝑥 = 3.836 𝑘𝑁
2 2

-Poids de l’acrotère

𝑙𝐴1.1 𝑙𝐴1.2 3.37 4.61


𝐺𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡è𝑟𝑒 = 𝑔𝑎𝑐𝑟𝑜𝑡é𝑟𝑒 𝑥 ( + ) = 2.5𝑥 ( + ) = 9.975 𝑘𝑁
2 2 2 2

 Charge permanente totale : 101.377 kN

Charges d’exploitation

3.37 4.61 5.58


𝑄 = 𝑞0 𝑥𝑆𝑖𝑛𝑓𝑙𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 = 1.5𝑥 ( + )𝑥 = 16.7 𝑘𝑁
2 2 2

L’effort normal total : 1ér étage : 1.35 𝐺 + 1.5 𝑄 = 𝟏𝟔𝟏. 𝟗𝟏 𝒌𝑵

 Calcul de l’effort normal appliqué sur P1 au niveau du RDC

Charges permanentes

-Poids propre

𝐺𝑃𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎𝑥𝑏𝑥𝑙 = 25𝑥0.222 𝑥3.1 = 3.751 𝑘𝑁

-Poids du plancher

3.37 4.61 5.58


𝐺𝑝𝑙𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 = 𝑔𝑝.𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑚 𝑥𝑆𝑖𝑛𝑓𝑙𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 = 6.45𝑥 ( + )𝑥 = 71.802 𝑘𝑁
2 2 2

-Poids des poutres A1.1 et A1.2

𝑙𝐴1.1 𝑙𝐴1.2 3.37 4.61


𝐺𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 = 𝛾𝑏 𝑥𝑏𝑥ℎ𝑥 ( + ) = 25𝑥0.35𝑥0.22𝑥 ( + ) = 7.681 𝑘𝑁
2 2 2 2

-Poids du raidisseur R2

𝑙𝑅2 5.58
𝐺𝑟𝑎𝑖𝑑𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 = 𝛾𝑏 𝑥𝑏𝑥ℎ𝑥 = 25𝑥0.22𝑥0.25𝑥 = 3.836 𝑘𝑁
2 2

 Charge permanente totale : 87.07 kN

Charges d’exploitation

48
3.37 4.61 5.58
𝑄 = 𝑞0 𝑥𝑆𝑖𝑛𝑓𝑙𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 = 1.5𝑥 ( + )𝑥 = 16.7 𝑘𝑁
2 2 2

L’effort normal total : RDC : 1.35 𝐺 + 1.5 𝑄 = 𝟏𝟒𝟐. 𝟓𝟗𝟒 𝒌𝑵

 Calcul de l’effort normal total appliqué sur P1

𝑁𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = 1.1(𝑁𝑅𝐷𝐶 + 𝑁1é𝑟 é𝑡𝑎𝑔𝑒 ) = 1.1(142.594 + 161.91) = 𝟑𝟑𝟒. 𝟗𝟓𝟒 𝒌𝑵

Figure 20: Calcul de l’effort normal : cas d’un bâtiment à plusieurs travées

3.3. Dimensionnement du poteau P2


3.3.1. Les données de calcul

Dimensions : a = b =0.22 m

Figure 21 : Longueur de flambement

𝑙𝑓 = 0.7 x 𝑙0 = 2.17 m

49
Nu: déterminé à partir de la descente de charges.

 Nu = 0.335

La moitié des charges sont appliquées avant 90 jours  α est divisée par 1.1

3.3.2. Les résultats du calcul

 Elancement mécanique λ

𝑙𝑓 𝑙𝑓 2.17
𝜆= = 2√3 = 2√3 = 34.17
𝑖 𝑎 0.22

 Valeur du coefficient α pour λ<50

0.85 𝛼
𝛼= 2 = 0.714  = 0.649
𝜆 1.1
1 + 0.2 ( )
35

 Section réduite de béton Br

𝐵𝑟 = (𝑎 − 2𝑐𝑚)2 = 0.04 𝑚2

 Section théorique de l’armature

𝑁𝑢 𝐵𝑟𝑓𝑐28 𝛾𝑠
𝐴≥( − ) = −2.2 𝑐𝑚2 < 0  Le béton est bien dimensionné
𝛼(𝜆) 0.9𝛾𝑏 𝑓𝑒

Il faut vérifier que: A min < A < A max

𝐵
Avec : A min = max. (4cm2/m de périmètre ; 0.2 x100 ) = 3,52 cm²

𝐵
A max = 5 x 100 = 24,20 cm²

𝐴𝑠𝑐 = 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 3,52 cm²  On propose 4 barres de HA12 = 4,5 cm²

3.3.3. Choix des armatures transversales en zone courante

 Diamètre des armatures transversales

1 1
 l max    12 mm   12    12 mm
3 3
 4    12 mm  Soit un cadre de diamètre 6 .

 L’espacement en zone courante

50
40 cm
St ≤ Min 22 + 10 = 32cm Soit St = 30 cm
15𝜙𝑙 Pas besoin de vérifier cette condition car A = Amin

 Zone de recouvrement

𝑙𝑟 = 0.6𝑙𝑠 = 0.6𝑥40𝜙𝑙 = 0.6𝑥40𝑥1.2 = 28.8 𝑐𝑚 ≅ 30 𝑐𝑚

 Il faut placer au moins 3 nappes.

3.4. Schéma de ferraillage par le logiciel Robot

Figure 22: Schéma de ferraillage du poteau 2 du RDC

4. Exemple de calcul d’une semelle sous gros béton


4.1. Définition

Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui sont en
contact avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure. Leur bonne
conception et réalisation assurent une bonne tenue de l’ouvrage.
Dans le cas d’un sol de faible portance (cas le plus fréquent), on intercale un bloc de gros béton
entre les semelles et le sol. D’une part, le gros béton possède une portance supérieure à celle du

51
sol et suffisamment grande pour supporter la charge transmise par la semelle. D’autre part, le
bloc de gros béton a une section plus importante que celle de la semelle ce qui lui permet de
diminuer la contrainte transmise au sol.
Le poteau à une section (a x b), la semelle est un rectangle (a’ x b’). Dans le cas général, nous
choisissons les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elles soient homothétiques du poteau
𝑎 𝑎′ 𝐴
c’est-à-dire = 𝑏′ = 𝐵
𝑏

Nous nous intéressons au dimensionnement de la semelle 2 située au-dessous du poteau 2 du


RDC traité ultérieurement.

4.2. Les hypothèses de calcul

- La fissuration est considérée comme préjudiciable puisque la semelle est en contact


direct avec le sol.
- L’enrobage des armatures est de 5cm.
- Portance du gros béton : 𝜎𝑔𝑟𝑜𝑠 𝑏é𝑡𝑜𝑛 = 0.5 𝑀𝑃𝑎 = 5 𝑏𝑎𝑟𝑠
- Portance du sol : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.2 𝑀𝑃𝑎 = 2 𝑏𝑎𝑟𝑠
- Poids volumique du sol : 𝛾𝑠𝑜𝑙 = 1.8 𝑡/𝑚3
- Dimension du gros béton : A : largeur, B : longueur et H : la hauteur du gros béton.
- Dimension de la semelle : a’ : largeur, b’ : longueur et h la hauteur de la semelle
- Dimension du poteau : a = b = 22 cm.
- Dimension du pré-poteau a = b=25 cm m avec une longueur de 0.3 m.
- Cette semelle est ancrée à une profondeur de 0,5 m.

4.3. Pré-dimensionnement de la fondation

4.3.1. Chargement

Il s’agit de la semelle S 2 de dimension (a’ ×b’ ×h) sous un poteau de dimension (a=b= 22cm).
La semelle supporte le poteau, le pré-poteau, l'effort transmis des étages supérieurs et le poids
du sol.
4.3.2. Dimensionnement de la semelle

𝑎′ 𝐴 𝑎
= = = 1  a′ = b ′
𝑏′ 𝐵 𝑏

1.05𝑁𝑠 1.05𝑁𝑠 1.05𝑥0.222


′2
≤ 𝜎𝑔𝑏 = 0.5 𝑀𝑃𝑎  a′ ≥ √ =√ = 0.68 𝑚 ≅ 70 𝑐𝑚
𝑎 𝜎𝑔𝑏 0.5

52
Soit a’ = b’ = 80 cm

Condition de rigidité

𝑎′ − 𝑎
𝑎′ − 𝑎
𝑚𝑎𝑥 { ′ 4 ≤ 𝑑 ≤ 𝑚𝑖𝑛 { ′  14.5 cm ≤ d ≤ 58 cm
𝑏 −𝑏 𝑏 −𝑏
4

Soit h = 30 cm

Vérification de condition de portance

𝑁𝑠 + 𝐺0
≤ 𝜎𝑔𝑏 = 0.5 𝑀𝑃𝑎 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐺0 : 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 + 𝑠𝑜𝑙 + 𝑃𝑜𝑖𝑑𝑠 𝑑𝑢 𝑝. 𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝑎′𝑏′

𝐺𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎′ 𝑥𝑏 ′ 𝑥ℎ = 25𝑥0.3𝑥0.82 = 4.8 𝑘𝑁

𝐺𝑝.𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎𝑥𝑏𝑥ℎ = 25𝑥0.252 𝑥0.3 = 0.469 𝑘𝑁

𝐺𝑠𝑜𝑙 = 𝛾𝑠𝑜𝑙 𝑥ℎ𝑎𝑛𝑐𝑟𝑎𝑔𝑒 𝑥(𝑆𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 − 𝑆𝑝.𝑝 ) = 18𝑥0.5𝑥(0.82 − 0.252 ) = 5.2 𝑘𝑁

𝐺0 = 𝐺𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 + 𝐺𝑠𝑜𝑙 = 10.47 𝑘𝑁

𝑁𝑠 + 𝐺0 0.222 + 10.47. 10−3


= = 0.363 𝑀𝑃𝑎 ≤ 𝜎𝑔𝑏 = 0.5 𝑀𝑃𝑎
𝑎′𝑏′ 0.8²

 La portance du sol est vérifiée

4.3.3. Dimensionnement du gros béton

1.05𝑁𝑠 1.05𝑁𝑠 1.05𝑥0.222


≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.2 𝑀𝑃𝑎  a ′′
≥ √ = √ = 1.08 𝑚 ≅ 110 𝑐𝑚
𝑎′′2 𝜎𝑠𝑜𝑙 0.2

Soit a’’ = b’’ = 110 cm

𝑎′′ − 𝑎′
ℎmin 𝑔𝑏 = 𝑚𝑎𝑥 { = 110 − 80 = 30 𝑐𝑚
𝑏 ′′ − 𝑏 ′

Soit H = 40 cm

Vérification de condition de portance

53
𝑁𝑠 + 𝐺0
≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.2 𝑀𝑃𝑎
𝑎′′𝑏′′

𝐺𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎′ 𝑥𝑏 ′ 𝑥ℎ = 25𝑥0.3𝑥0.82 = 4.8 𝑘𝑁

𝐺𝑝.𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 = 𝛾𝑏 𝑥𝑎𝑥𝑏𝑥ℎ = 25𝑥0.252 𝑥0.3 = 0.469 𝑘𝑁

𝐺𝑠𝑜𝑙 = 𝛾𝑠𝑜𝑙 𝑥ℎ𝑎𝑛𝑐𝑟𝑎𝑔𝑒 𝑥(𝑆𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 − 𝑆𝑝.𝑝 ) = 18𝑥0.5𝑥(0.82 − 0.252 ) = 5.2 𝑘𝑁

𝐺𝑔𝑏 = 𝛾𝑔𝑏 𝑥𝑎′′ 𝑥𝑏 ′′ 𝑥𝐻 = 22𝑥0.4𝑥1.12 = 10.648 𝑘𝑁

𝐺′0 = 𝐺𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 + 𝐺𝑝.𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 + 𝐺𝑠𝑜𝑙 + 𝐺𝑔𝑏 = 21.117 𝑘𝑁

𝑁𝑠 + 𝐺′0 0.222 + 21.117. 10−3


= = 0.2 𝑀𝑃𝑎 ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.2 𝑀𝑃𝑎
𝑎′′𝑏′′ 1.1²

 La portance du sol est vérifiée

4.3.4. Vérification de non poinçonnement à l’ELU

𝑈𝑐 = 2(𝑎 + 𝑏 + 2ℎ) = 2(0.22 + 0.22 + 2𝑥0.3) = 2.08 𝑚

(𝑎 + 2ℎ)(𝑏 + 2ℎ)
𝑃𝑟𝑒𝑑 = 𝑁𝑢 − (𝑁𝑢 − 1.35𝐺0 ) [1 − ] = 0.32 𝑀𝑁
𝑎′ 𝑏 ′

𝑓𝑐28
𝑃𝑟𝑒𝑑 = 0.32 𝑀𝑁 < 0.045 𝑈 . ℎ = 0.374 𝑀𝑁
𝛾𝑏 𝑐

 La condition de poinçonnement à l′ELU est vérifiée

4.4. Ferraillage de la semelle

-Enrobage : 5 cm

- La contrainte limite de calcul des armatures à hautes adhérences (HA) :𝑓𝑠𝑢 = 348 𝑀𝑃𝑎

2
𝑓 = 266.67 𝑀𝑃𝑎
-Fissuration préjudiciable : ̅̅̅
𝝈𝒔 = 𝑚𝑖𝑛 { 3 𝑒
max(0.5𝑓𝑒 ; 110√𝜂𝑓𝑡𝑗 ) = (200; 186.7) = 200𝑀𝑃𝑎

𝝈𝒔 = 200 𝑀𝑃𝑎
̅̅̅

54
𝑁𝑢 (𝑏 ′ − 𝑏) 𝑁𝑠 (𝑏 ′ − 𝑏)
𝐴𝑏′ = max ( ; ) = max(2.353𝑐𝑚²; 2.981𝑐𝑚²) = 2.981 𝑐𝑚²
8𝑑𝑓𝑠𝑢 8𝑑𝜎̅𝑠

𝐴𝑏′ = 𝐴𝑎′ = 2.981 𝑐𝑚2 => 𝟓 𝑯𝑨𝟏𝟎 avec un espacement de 18 cm

4.5. Schéma de ferraillage par le logiciel Robot

Figure 23: Schéma de ferraillage de la semelle

55
Conclusion

La réalisation d’un bâtiment ou d’un ouvrage en général, nécessite la contribution de l’ingénieur


qui doit être présent par ses idées élargies et ses décisions adéquates et efficaces.

En effet, l’étude élaborée dans ce projet est une occasion pour la résolution de certains
problèmes qui peuvent nous rencontrer durant notre vie professionnelle.

Ainsi, ces difficultés nous ont permis d’apprendre et acquérir plusieurs connaissances en
matière de bâtiment et de béton armé.

Ce projet fût une expérience assez bénéfique pour notre formation, ce qui facilitera par la suite
l’étude de tout autre projet en béton armé. De même, il nous a offre la chance d’apprendre la
démarche de travail concernant la conception et le dimensionnement d’un bâtiment R+1 ainsi
que maîtriser les logiciels mis en œuvre.

Référence bibliographique
Jean Perchat et Jean Roux : Pratique du BAEL 91 quatrième édition

56