Vous êtes sur la page 1sur 53

hb* S* *r* #,ï $f * $* $* $* $* È,ï $* rb,rÇ

\
) |'ô rr,, l..'

r'

ï4eiË<

h*********
)

i\l
t',
lt

t.
I
t"-.
t

I
I

-+
.l
\ l),' I \
i) I t'('ol('
-I

D'après l'album
de Gilbert Delahaye et de Marcel Mar

eËi-iR§
J@
.;),>
;) »'),r ) t';) ,r') »') l') l';) t'),r-) l';h,r :)

Ur, lundi nratin Plein


àe surprises !

V
omme d'habitude, Martine se réveille pile à

1'heure.
Elle ouvre ses volets, voit le soleil briller et se réjouit:
- Youpi, voici une journée qui s'annonce bien. Pas de

ô-/
':) ,>':) ,r';) ,l';) ,r';) ,r';) l') ,r-) l';) »';) »-;) ,r';) ,r )**';) 'r';) ,>";) ,t';) ,t';) ,t';) »-;) ,t';) ,t';) »';) +':) l';)
ciel gris, pâs de pluie ce matin ! Un remps idéal pour - Mais reste bien sur la droite de la piste, conseille
étrenner ma nouvelle paire de chaussuress ! maman. Et fais bien attention en traversant la chaussée.
Elle se lave et s'habille à toure vitesse. Super ! Heureusement, l'itinéraire de la maison à
Elle glisse dans sa trousse un ticket pour la cantine l'école est un long ruban de piste cyclable. Il n'y a
puis vérifie une dernière fois son cartable. II n'est pas donc aucun danger sauf pour traverser la route. A ce t
question d'oublier un livre ou un cahier ! endroit, Martine descend de son vélo et elle emprunte
Enfin, elle est prête pour le petit déjeuner. Toute la le passage pour piétons. Mais sa maman est toujours
maison sent bon Ie pain grillé. Rien qu'en suivanr inquiète.
cette délicieuse odeur, on pourrait trouver la cuisine
les yeux fermés. Martine fonce à toute allure sur son vélo. Elle a hâte
Dans la cuisine, la fenêtre est grande ouverte. Papa se de revoir son amie Stéphanie.
verse une tasse de café. Maman chantonne tout en Flier soir, celle-ci lui a téléphoné:
ouvrant un pot de confiture. Miam, sa préftrée : la _ I'^i un secret à te confier. Rendez-vous demain dans

confiture de mûres. la cour de récré, lui a-t-elle dit.


Cela sent la bonne humeur ! Rarissime pour un lundi Martine est intriguée. Stéphanie est l'une de ses
matin ! meilleures amies. Elles sont dans la même classe
Alors Martine en profite pour se jetter à l'eau: depuis leur plus jeune âg.. D'ordinaire, Stéphanie
- Il fait si beau aujourd'hui ! Puis-je aller à l'école en déteste les cachotteries.
vélo I Q.r. lui est-il arrivé de si grave, de si extraordinaire I
Aussitôt papa regarde maman. Celle-ci sourit ! Cela Martine pédale de toutes ses forces. Au bout de
veut dire que c'est oui ! quelques minutes, elle franchit le portail de l'école.
******$*}*}******o*ffi**********************
Elte range sa bicyclette sous le hangar et, au pas de |e l'ai trouvée dans mon jardin sous le tas de bois.
-
course, pénètre dans la cour. C'est certainement une souris blanche perdue, peut-
Où se cache son amie I être échappée d'un laboratoire. |e voulais la garder,
Finalement, elle la repère. Son cartable enrre les iam- mais quand papa l'a vue, il a levé les yeux au ciel et
bes, elle serre tout contre elle un mystérieux panier. s'est écrié:
Bizarre, eue peut-il bien cacher I Tous les autres animaux, pas de problème, mais
-
- Te voilà enfin ! commence Stéphanie d'un air surtout pas de souris à la maison. Tâ maman en a une
soulagé. Jette un coup d'æil dans mon panier. peur bleue ! C'est pour cette raison qu'on a trois chats !
sans se faire prier, avide de savoir ce qui se cache Ce soir, après l'école, i'irai l'apporter chez mon cousin
dedans, Martine obéit er aussitôt ouvre de grands Nicolas. f'espère qu'il l'adoptera. Il a déià un poisson
yeux. comme si elle se trouvai t nez à nez avec un rouge, des araignées, un lapin nain et un rat'
extraterrestre !
Il faut reconnaître qu'il y a de quoi être surpris par ce
qui apparaît au milieu d'un nuage de paille. A-t-elle
bien regardé I Est-il possible que stéphanie ait
emporté une souris vivante à l'école I
- Elle est si mignonne ! s'exclame Martine charmée,
mais pourquoi l'amener à l'école I veux-tu en faire
une souris savante I
Stéphanie, d'habitude toujours prête à rire, ébauche à
peine un sourire :

t;
t?-
';) »';) »';) I ;) ,r ;) +';) i
,>-;) ;) l";) ,r-;) ,l-;),r-;) » i l*';) »-;) ,r";) ,>-;) ,r-;) »-;) »-;) ,>';) ,>';) »';) »';) »';)

- Des araignées ! Martine fait la grimace. Ton cousin Dans le couloir, Martine et Stéphanie so
est super spécial !
les dernières.
D'autres enfants se sont approchés pour voir la Où vas-tu la cacher I
-
nouvelle protégée de Stéphanie. Stéphanie jette un rapide coup d'ceil
- Mais chut ! Il ne faudra pas [e dire à la maîrresse er tout autour d'elle.
il ne faut pas que rous les enfants le sachent sinon je
- Au-dessus de l'armoire ? Nous y
suis certaine que notre secret sera révélé, déclare
Stéphanie tout bas.
Tout à coup, la sonnerie se fait entendre. Il faut
rangeons nos sacs de gymnastique et
le lundi est une journée sans sport ! çft
rentrer en classe. À cet instant précis, une petite fille
inconnue s'avance vers Martine: DT

- fe m'appelle Cynthia. fe cherche ma


classe.

- Tu es la nouvelle ! La maîtresse
nous a annoncé ton arrivée vendredi.
Bienvenue, je m'appelle Martine.

Stéphanie n'a plus le temps de


réfléchir davantage et se dépêche
d'aller déposer son trésor au-dessus
ü:t
de l'armoire.

t8 r^-l
\-d -/
******$*,fi *f *$*S*$*$*$*$* I dp***********************
- Pourvu que ma souris ne s'étouffe pas et qu'elle ne
s'échappe pâs, s'effraie-t-elle.
- Hou là là, se dit Martine. Il va être bien spécial ce
lundi !

?r'

[J*. nouvelle élève


\/

artine entre dans la classe. Elle fait passer


devant elle la filletre brune aux grands yeux
noirs. Son tee-shirt blanc fait ressortir sa peau dorée'
Elle ressemble à une princesse de contes de fée.

@
';) »;) ,r ';) »';) »'i È ;) I 'à ';) ,r ';) ,l';) ';) ,> ';) ,l';) l';) ';) ,>') ,r';) » ':) ,> ';) ,t';) ,t ';)
,>
'r';)
,r ;) ,> ;) i*-;) » ,r

- Madame, Cynthia est là.


- Sois la bienvenue dans ta nouvelle classe, Cynthia,
V"e
; u a
""'r":"rrË-.-r.
llffi
aaaaa aa
ü
a

a o
déclare la maîtresse. Les enfants, voici une camarade a a
a
a
a
que je vous demande d'accueillir gentiment. a
a a
a a
Sans même se consulter, tous les élèves applaudissent. a a
a a
Il faut dire que certains sont dé,à conquis ! a
a
I
a
t
- Q.r'.lle est jolie ! murmure François à l'oreille de a
a a
a a
Stéphanie. Sa maman est indienne. a o
a a

- Tu n'en sais rien. a


a
a
a

- Cela se voit bien ! La maîtresse nous en a parlé


a a
a a
a a
l'autre jour, tu ne t'en souviens pas I a a
a a

- Peut-être que je rêvais !


a
a
a
a
I a
a a
a a
La maîtresse fait les présentations. O a
a
a
Cynthia, voici tes nouveaux amis : Stéphanie, a
a a
a

a a
François, Laurence, David, Théo... et Martine dont a a
a a
tu viens visiblement de faire la connaissance. Assieds- a a
a
a
a a
toi à côté d'elle. Elle saura très bien t'expliquer la vie a a
a a
de la classe et elle te fera visiter l'école. Et pour a a
a a
t'accueillir, nous allons commencer exceptionnellement a a
a
a
cette matinée par une leçon de géographie. a,{^a

;;;;; ;; ;;;,;;:;l; ;;:i.,d;;/t


_/
** ** ****** ** ** ** ****** ** î)i*******l}* $*s*********** *
Poursuivons notre découverte du monde grâce à toi, - Non, là, là !

Cynthia. - cynthia, pourrais-tu nous aider I demande la


- Qri sait où se trouve l'Inde I maîtresse.
Sans aucune hésitation, Cynthia indique sur le globe
- L Inde est très loin d'ici, s'écrie François. Pas
question de s'y rendre en trottinette ! où se trouve le pays de sa maman.
La classe éclate de rire, François aussi. _ Mon papa est français. Il a rencontré maman
- )e voulais dire que l'Inde est en Asie er qu'il faut lorsqu'il travaillait à Delhi, la capitale de l'Inde. Nous
prendre l'avion pour y aller, ajoute-t-il. venons pour quelques années vivre en Europe'
Martine cherche sur le globe terrestre, mais elle ne Les enfants l'écoutent ave c attention. Cynthia, si
trouve pas le pays. La maîtresse invite alors les enfants jeune, a déià beaucoup voyagé. chacun l'envie un
à se rapprocher. peu.

- Procédons par ordre: La maîtresse propose aux enfants d'aller consulter


où est l'Asie I l'Inde dans la salle de lecture.
des livres sur
Chacun pointe Martine aimerait emporter tous les livres, mais elle
son doigt. choisit une encyclopédie du monde asiatique.
-Là, là! - Dans celui-ci, ie crois que ie vais tout apprendre de
ton pays, dit-elle à CYnthia.
Martine commence à lire : ,. Llnde est le pays le plus
peuplé du monde après la Chine. Vingt-trois langues
officielles y sont reconnues, dont le hindi parlé dans le
nord, le tamoul parlé dans le sud et l'anglais. Le pays

t14 @
'&,r&*:#*;b*È*È.,r';!'rr'g)*.;)*;.b,,r't?,r.;ï* ilr********È***#***#*****ù
a des frontières communes avec le Pakistan, le Tibet,
le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh er la Birmanie. ,
- Mon Dieu, mais c'est magnifique ! s'exclame
Martine en découvrant les photos. Que les femmes
sont joliment habillées!

- Moi, i'ai choisi un livre de cuisine indienne ! déclare


François, toujours très gourmand.
- Ah ! Tu verras, notre nourriture est très difftrente
de la vôtre ! répond cynthia. Elle esr souvenr
beaucoup plus épicée. Le riz,le blé er les lentilles sonr
les aliments principaux.

- Moi, je vais prendre une biographie de Gandhi,


déclare Laurence. C'esr un héros. Il voulait la paix et
prônait la non-violence.
- Sais-tu que, chaque année, le jour de son anniversaire
est un jour de congé en Inde. Ainsi, on se souvient de Comme j'aimerais aller là-bas voir les tigres, les
-
lui et de tout ce qu'il a fait pour norre pays. éléphants, les palais..., dit Françoise.
cette date a d'ailleurs été déclarée ., fournée Cynthia est toute heureuse que l'on s'intéresse aux
internationale de la non-violence » par l'organisation différents aspects de son beau pays qui lui manque un
des Nations unies, intervient la maîtresse. c'était un peu. Sa famille est restée là-bas, elle aimerait la voir
grand homme. plus souvent.

@
** ** È*** ** ** ** ** ** È*** *n *f.** ** ** ** *r ** ** ** **** **
a
*
a

- Mais j'^i de la chance, se dit-elle, mes nouveaux


amis sont vraiment symparhiques er je crois que je
vais me plaire ici avec eux.
D'ailleurs, voici délà l'heure de la récréation er
l'occasion de faire plus ample connaissance.

guc àe se ctets
à la ré.ctê, !

V
is, Martine, puis- je te parler I
Surprise, Martine fronce les sourcils.
François n'est pas du genre à se confier !

ÉU
** ** ****** ****** ** **** *- *-****** ************** *
Que veut-il lui dire de si urgent ? Est-ce que cela a un
f - Ah ! Ah ! Comment s'appelle sa iolie copine I
rapport avec la souris I François, d'ordinaire si sûr de lui, se sent rougir
Aussitôt, Cynthia s'éloigne discrètement. À r.g..t, comme une tomate. Il sait que Martine le regarde de
Stéphanie la suit. son eil de détective. Et le voilà qui bafouille:
- Que se passe-t-il, François I As-tu un problème ? -Heu... Pamela ou Maria.
- Martine, comment peut-on dire à une fille qu'on - Peut-être même Cynthia I lui chuchote Martine
la trouve splendide et qu'on l'aime bien et même d'un air taquin.
beaucoup I Elle éclate de rire:
Martine a très envie de sourire, mais elle voit bien, à - Ne t'en fais.pas, François. Promis, je ne dirai rien à
son air sérieux, que François ne se moque pas d'elle. personne. Et tu as bien raison de vouloir être son ami
Sa que stion est vraiment importante. car e lle est vraiment chouette.
- En lui faisant comprendre discrètement par des - Ne le dis surtout pas à Stéphanie, insiste le ieune
signes que tu tiens à elle, François. Tu peux lui faire garçon qui sait que sa compagne de classe est un Peu
des sourires et être particulièrement gentil avec elle . amoureuse de lui.
Tu verras alors si elle répond à tes gestes d'amitié. François s'en va retrouver tous ses copains.
- Tu sais, c'est mon cousin qui m'a posé cette Comme l'éclair, Stéphanie accourt:
question. Martine, que t'a-t-il dit I
- Ah oui ! C'est bizarre, je pensais que tu n'avais que - Tu n'en sauras rien ! Décidément, ma meilleure
des cousines. copine est la reine des curieuses !
- f'ai un lointain lointain cousin dont je ne t'ai jamais - Dommage, soupire Stéphanie. Pour être franche,
parlé. !'étais sûre que tu refuserais.

E'
***********************o S*o ** **** ** ** ** ******** *
- Allez viens, poursuit Martine. Ne laissons pas Cynthia Cynthia préfère devenir supporter. C'est à celui qui
seule plus longtemps. shootera le plus fort. Et Martine sait bien s'y prendre.
Martine et stéphanie enrraînenr cynthia dans un Elle s'exerce souvent avec son papa !
tourbillon d'activités. Quel plaisir de bouger, de rire, - Allez Martine, crie Cynthia tant qu'elle peut'
de crier dans la cour de récré après de longs moments Nul ne prend garde à ce cri noyé parmi tant d'autres,
d'application et d'écoute en classe. sauf François.
Chacun veut mieux connaître Cynthia. De temps en Martine court à toute vitesse, mais François est le plus
temps, François lui fait un clin d'æil er lui sourir. rapide.
Jusqu'à présent, seule Martine remarque le petit Malheureusement, Ses satanées chaussure s ne uves
scénario. fusqu'à quand I font glisser sans arrêt la petite fille, comme pour
Une partie de football »À l'emPêcher de gagner'
endiablée s'organise:
dcur
deur cln)[)s,
cllln[)s, (leux
cleux
érltripcs lrlverscs.
'4
fl
Stéphanic est t" .a
\
sLlr le banc
de touche,
elle ioue les
remplaçantes.

F4
** * * & * $ * S * $ * $ * S * $ * $ * S * y! * | )* $ * È*' #* # * & * gb * db * È * &* #* dr*'&

- Pas possible ! râle la fillette. Pourquoi n'ai-ie


mis mes bonnes vieilles chaussures I
Remplace-moi Stéphanie, hurle Marrine, mon
pas
V
- '':'..
équipe va perdre par ma faute !

I
Pleine d'énergie, Stéphanie arrive à la rescousse.
Martine peut sortir du jeu. .\
q æ
- Ouf ! se dit-elle, i'ai failli me casser la figure!

tt
Épuisée, elle va s'asseoir près de deux perirs écoliers -
:. \.:. \
aux mines attristées. L'un d'eux se met soudain à t1
T!
\,.
pleurer. ) rl .
'I

- Pourquoi tant de chagrin I demande Martine. \*.


Son visage est rouge et bouffi. Son nez coule.
.-A. ./
- Es-tu blessé I
- Non, j'ai perdu mon ticket. Je ne vais pas pouvoir
I
"""\
déieuner à la cantine. Et justement, c'est aujourd'hui
le iour des macaronis ! Mon plat préféré1.
Martine lui tend son mouchoir:
- Ne t'inquiète pas. Tü vas le retrouver et tu vas te I
J

régaler. fe suis sûre qu'il est quelque parr dans ron


cartable ou chiffonné au fond de ta trousse. Moi, cela
m'arrive tout le temps.

/{
FD
************$*s*f******-*rot****olff********
- Et toi, dit-elle au second, pourquoi gardes-ru ron \
bonnet d'hiver, tu as mal à la tête I
- fe garde mon bonnet parce que j'ai toujours froid.
Martine leur prend la main:
L
ù
- Vene z jouer à chat perché !
comment refuser I Les larmes cessent de couler.
Le bonnet s'envole.
Dring . . . La fin de la récré sonne.
- Martine, tu viens I supplie Stéphanie.
Mine de rien, les deux fillettes doivent vérifier si leur
petite protégée est touiours bien vivante !

La Plus b *ll. lettre


V
ini la récréation ! En classe ! En classe, les
retardataires, répète la maîtresse.
Martine et Stéphanie, rassurée s sur [e sort de
leur protégée, entrent les dernières. Elle se porte à
merveille !

F'
**** ****** ** **** ******ù*'l l*f *$***** ****** ****** ** *
- Dépêchez-vous toutes les deux ! gronde la maîtresse. Tous les cinq travaillent d'arrache-pied. Ils aimeraient
Après avoir toussoté pour s'éclaircir la voix, elle tant que leur lettre soit sélectionnée. David, le roi du
annonce: vocabulaire, choisit avec soin chaque mot, puis les
- Q.r. diriez-vous de visiter les coulisses du journal propose à ses amis. Laurence et Théo, champions en
local I Nous allons écrire au directeur du quotidien grammaire, corrigent 1'orthographe.
pour lui demander de visiter ses bureaux. Trav atllez Martine s'applique, écrit lentement, lisiblement, sans
par groupe pour préparer le brouillon. Expliqu ez-lui faire de tache. Cynthia, un peu décour agée, regarde
clairement vos désirs. N'oubliez pas de terminer et écoute. Elle a tant de choses à apprendre dans sa
votre missive par une formule de politesse. Dans une nouvelle classe.
demi-heure, nous écouterons chaque texte et nous
choisirons le meilleur.
François fait la moue:
- Pourquoi lui écrire, madame I Un coup de
téléphone serait bien plus rapide ! Moi, je veux bien
m'en charger.
La maîtresse sourit, la classe éclate de rire. Surtout
Cynthia:
,,
- Qu'il est drôle, dit-elle à Martine. I
- Tu devrais le lui dire, lui répond celle-ci.
Assez vite, les groupes se forment. Laurence, David,
Cynthia et Théo entourent Martine.

@
**********************,È* th**È***************.È****
Elle cherche désespérément comment rerminer
lettre et déclare en souriant:
la
V..:
a
e
oaaataa
Il -.,ü!1t..;'
aa a aaa a
a
I
I
- Qr. diriez-vous de ,, Gros bisous " I a
a p
a

a
Ses amis pouffent de rire... a
Io
F
t,.
Un peu plus loin, François a mis de côté sa bonne tt l.

humeur ! Lui et Valérie se chamaillent. Ils ne sonr pas


du tout d'accord.
- Tês phrases sont trop longues, trop compliquées,
Valérie. Le directeur ne va rien comprendre. Tout
cela n'est que du charabia, rouspète François.

- Tu es le roi des nuls, proteste Valérie, vexée.


- C'est celui qui le dit qui y esr ! Et d'abord, je suis
peut-être nul en français, mais excellent en calcul !

Pas comme toi.

- Arrêt ez de vous battre pour une lettre, crient leurs {


camarades.
Ils ne savent plus que faire !
La maîtresse intervient :
- Silence ! Cessez de vous disputer tous les deux ! Si
toute la classe faisait comme vous, nous ne pourrions a

(lh l'tt11;rc rrfl rliqrr I C('l'tl


Ittl'cftr {ou 'nü1.
I
#* *, *'& * S rr $ * $ * $ rr S * $* S* $ :r $ » [* ] * ç]* & * dh* S * $ * $ * S* $ * S* S * s]
plus travailler ensemble. Allez, stop, la demi-heure valérie recopie la missive. Théo la glisse dans
est écoulée. l'enveloppe, François rédige l'adresse. Cynthia colle
Chaque groupe désigne son lecteur. Qri veut le dmbre.
commencer I - Un ou une volontaire pour la poster I demande la
maîtresse.
Après un long silence, Laurence crie : Martine lève la main:
- À toi, Martine. - )e rentre chez moi en vélo et ie passe devant la
- |e serais très heureuse de le faire, dit celle-ci. Mais poste.
ie pense que Cynthia le fera mieux que moi. À - Il me semble qu'après tant de concentration,
condition qu'elle accepte. vous avez besoin de bouger, déclare la maîtresse.
- D'accord, dit aussitôt Cynthia, heureuse de prouver Prenez vos tenues de gymnastique dans l'armoire et
à tous qu'elle sait lire correctement. direction la salle de sport !
Même si Cynthia articule magnifiquement bien François saute de son siège e t agrippe le bras de
chaque phrase, la meilleure lettre est celle du groupe David pour l'entraîner.
de Stéphanie. Les enfants ont demandé à rencontrer - Quelle bonne idée ! fe me sens comme un lion en
non seulement un iournaliste mais aussi toutes les cage.
personnes qui ceuvrent pour le journal: un photographe, Martine jette un rapide coup d'ceil vers Stéphanie.
un correcteur, un metteur en pages. Mais Stéphanie change une nouvelle fois de couleur.
- Bravo, dit la maîtresse. Vous avez pensé à tous Elle est blême ! Un cours de gymnastique, ce n'était
les maillons de la chaîne. Un journal est en effet le pas prévu. Pourvu que l'on ne découvre pas sa souris
résultat d'un vrai travail d'équipe. en passant dans le couloir.

-\
6ù 55
**** ** g* g* $******* **** *- *-O"O:: i';b,) È) )i'),ï;),)-),)';),ï )
f a
a
a
a
a
t
a
I
a
a

[.,a disparition
àe S'tephenic

V
ans [a salle de sport, il y a autant de bruit que
dans un poulailler avec mille poulets.
- Attrape le ballon!
)l ),> )l ),> ).> ),> ),> ).> ),> ),>;),> )r ;) )l ),>.),r )l;)l )l ),1 ),1 )l';)l;),t;)

- Saute plus haut ! - fe me sens si ridicule ! J'ai fait une vilaine chute de
cheval en voulant faire l'acrobate devant des débutants.
- Cours plus vite !

- Ne me pousse pas ! |e suis resté cinq minutes debout sur le dos de ma


Personne ne veut faire perdre son équipe ! Les élèves pouliche préférée, un peu comme on fait au cirque.
crient comme des fous sauf Emmanuel. Assis à Mais 1'^i glissé ! I. me suis évanoui et ie me suis
l'écart, le bras en écharpe, plongé dans ses pensées, il réveillé sur un lit d'hôpital
semble si seul et si triste ! Martine s'approche de lui. avec mes parents près de moi,
Elle ne supporte pas que quelqu'un reste en retrait, très inquiets évidemment.
comme oublié. Elle ne peut réprimer sa sympathie Fleureusement, ils ne
plus longtemps: m'ont pas grondé.
- Q,r. t'est-il arrivé, à toi,
le plus sportif de l'école I
Comment t'es-tu blessé i
Emmanuel hésite un peu:
- Promets-moi d'abord
quelque chose. Tu n'en
parleras à personne. \
Martine est vexée :
- Tu n'as pas
confiance ..

en moi !

@ @
** ** ** f * f * $* ** ** ** $* $* f o$
lo ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** *
Quelle chance tu as eue ! le
console Martine. Tu aurais pu

r
te faire beaucoup plus mal.
|

,
.,- T!r,.&^
\-
.,:
I
Même pour un écuyer
,\/ chevronné, ce n'était pas
/ ' r-rr r- \ * .l
n sérieux ce petit
bie

I
I

tour de vantardise.
Tês parents auraient
ta
D I pu monter sur leurs
grands chevaux en
sachant ce que tu
avais fait !
Il y a un moment de
silence puis le rire
d'Emmanuel iaillit. Un
rire si contagieux que
i{
\ Martine s'y ioint.
Pas de chance, la maîtresse
remarque les deux amis qui ne

ffii se sont pas rendu compte qu'ils


faisaient beaucoup de bruit.

6D
),> )l'),>')l'),r')»')l'),>'àl )l-;)t ),r t )l ),>"),>'),r ),r;)» )» ),1 )»'),t;),> )
En colère, elle met ses mains en cornet et dit: - Martine, peux-tu aller chercher tes camarades I Nous
- Martine, reviens immédiatement. Le cours n'est pas avons besoin d'aide à la cantine. Deux institutrices sont
terminé. malades.
De retour près de ses camarades, Martine cherche - Bien sûr, répond Martine néanmoins très contrariée.
désespérément des yeux son amie Stéphanie. Aucune Plus moyen de vérifier si la souris est encore là. Elle
trace d'elle ! Soudain, un coup de sifflet la fait sursauter. regroupe aussitôt les enfants pour se diriger vers la
Tous au vestiaire ! cantine. Une fois arrivé dans la pièce, chaque enfant
Martine se jette sur Cynthia : prend son plateau sur le comPtoir.
- Où est Stéphanie I
- Il paraît qu'elle est à l'infirmerie car elle avait mal Martine surveille les plus ieunes. Il faut veiller à ce qu'ils
au ventre. mangent de tout. Certains n'avalent que leur dessert,
- Qr-ri va s'occuper de la souris si Stéphanie doit d'autres que leurs tranches de pain. Heureusement,
rentrer chez elle I s'inquiète Martine. aujourd'hui, il y a du potage, des macaronis et du
Martine se précipite vers l'armoire où est cachée la jambon . La plupart des enfants dévorent leurs plats.
souris. Stéphanie a-t-elle emportée sa petite bête I Hé ! Martine, crie Frédéric, le petit garçon qui
Pas le temps d'atteindre l'armoire, quelqu'un lui pleurait dans la cour. Tu avais raison. l'^, retrouvé
tapote l'épaule: mon ticket tout chiffonné au fond de ma trousse. Ne
- Martine I serais-tu pas un peu voyante ou sorcière ?
La directrice !
- Ah ! se dit Martine, si j'étais voyante, ie saurais si la
- Oui, Madame la directrice, ie vous écoure, souris est touiours dans son panier. Et ie serais moins
bredouille la fillette. inquiète.
';),r';),>':)+';),r';)»';),r';),r';),1";),>';),r-;)»';),> ll* ;)»';),r'È,>';),r';)+';)»';)»';),>';),>-;),t-;),t-;)

-S'il vous plaît, Madame la jolie sorcière, demande


Emmanuel en souriant, pouvez-vous couper mon
jambon I |e me suis cassé le bras en galopant derrière
vous à cheval sur mon balai.
Martine ne peut s'empêcher de sourire.

V
i

Brusquement, la porte s'ouvre... C'est l'institutrice.


Elle se rend auprès de Cynthia et discute un moment
: I
avec elle. Repassant devant Martine, elle lui iette un I

coup d'ceil, continue son chemin, puis revient sur


ses pas:

- Quand tu auras déjeuné, Martine, viens vite me


rejoindre en classe.
Martine la regarde un peu tremblante, l'institutrice
aurait-elle trouvé le panier I Stéphanie lui aurait-elle
avoué son secret avant d'aller à l'infirmerie et révélé I
)
que Martine était dans la confidence I )
-Après le déjeuner, viens me voir Martine, répète
'§l
I'institutrice voyant Martine dans les nuages.
Petit à petit, la cantine se vide. Et quand, à son tour,
L
Martine doit choisir son repas, elle a sa gorge si nouée
qu'elle ne peut avaler grand-chose.

/r
;)»;)l ),r;hl )l ),r )l )l;),>')»'),>')» ;)l )».;),>"),r ),r )l;)l )» ),>')l:)'t )
.rt...tj..

Elle se dirige l'estomac vide vers la sortie quand


François se précipite vers elle et dit :

- Suis-moi. Stéphanie nous attend !

^T

beor'

M*rtitte ,

rhâ ître sse à'ê CO lel

V
a cour de récréation respire la bonne humeur et
l,activité. Mais Martine ne voit rien de ce qri
l'entoure. Elle n'a qu'une pensée en tête. François
I'emmène près de StéPhanie'

@
";) »';) ,r';) ,>';) +':) ,>';) ,r-;) ,>-;) » ;) ,>';) ,>';) +';) ,> ;lô*':) »';) ,r';) ,>':) ,r';) ,r ;) ,>';) ,r';) ,r';) ,l';) ,t';) »-;)

nos yeux, propose Martine,


Le visage défait, son amie est assise, sanglotant, le dos - Nous allons tous ouvrir
contre le platane. Laurence, David et Cynthia, puis elle se tourne vers Stéphanie. Tu sais bien qu'à
impuissants, sont autour d'elle. tout problème il y a touiours une solution.
Martine sort pour la seconde fois son mouchoir ! Stéphanie lui rend son sourire, mais la ioie qui s'y lit
- Pourquoi es-tu sortie de I'infirmerie si tu as encore ne paraît pas très convaincante.
mal I demande Martine en voyant son amie en pleurs. - Mais Martine, J',^i rout fait de travers. comment
- Mais je ne pleure pas pour cela ! répond la petite fille s'en sortir I Peut-être que le panie r a été rangé dans
en larmes. Le panier qui contient la petite souris a une armoire et que l'armoire a été fermée à clé !

disparu ! famais ma souris ne survivra dans sa prison'


- L'as-tu bien cherché I demande Cynthia. Stéphanie, dans sa panigue, exagère la gravité de la
- Oui, J'^i fouillé le couloir dans tous ses recoins. situation. Ses compagnons ont pitié d'elle.
D'ailleurs, la directrice m'a surprise en sortant de son - Nous allons nous entraider ! interrompt doucement
bureau . l'^, prétexté un mal de ventre terrible, c'est Cynthia. Maman me dit touiours que i'ai des yeux de
pour cette raison que J'^i atterri à l'infirmerie. f e lynx ! Le panier a peut-être simplement été déplacé.
viens iuste d'en sortir. f 'ai dû mentir et faire semblant _ chut ! Ne parlez donc pas si forr, murmure
de souffrir ! I'ai vraiment honte car l'infirmière m'a Laurence. Emmanuel se dirige vers nous et il ne doit
gentiment soignée mais je ne savais que faire. pas connaître notre Secret. C'est un grand bavard, il
François se gratte la nuque : ne saura pas se taire.
- Retrouver un grand panier dans une petite école, - Martine, où as-tu donc la tête I Linstitutrice t'attend
voilà une affaire bien difficile. Q,ri a bien pu emporter immédiatement. I1 faut te dépêcher !

ce panier I - Zut ! f 'avais complètement oublié !

TA
),> )l'),r';)l';)» )l'),t;),> ),t ),>'),1 )l S*# rï,fu * S *'S * -& rï $} rï t'4 * # rï ï-b,ï'Éh't ','#.b

til
t

Martine traverse la cour à toute vitesse. Pourquoi est- charge des activités. C'est
elle convoquée ?

]'espère que tu es prête, Martine. Cet après-midi, Auiourd'hui, c'est le tour de


-
nous rassemblons la classe des grands et celle des Martine qui a décidé de raconter
petits. C'est à ton tour de mener le groupe avec l'aide une magnifique et longue histoire aux enfants. Ainsi,
de ta classe. ils pourront l'illustrer avec des dessins, des peintures
Chouette. Oui, madame, i'ai bien tout préparé, dit et des bricolages.
- la fillette. Elle hausse
Martine. - Il était une fois... commence
Tous les mois, un ., grand , occupe les petits avec la voix, chuchote, gronde, fait semblant de pleurer.
l'aide de ses compagnons de classe. Le professeur est Tous les regards sont tournés vers elle. Une vraie
1à pour les aider mais ce sont les aînés qui ont la conteuse !

@
) I'),1') t'),r'),r':) I') I -),>';),1';),> ";) » -;) .> )'È ,ï-;b ,ï';h,ï';) i') ,)";),ï') i';b ,ï'È i') )'i ,ï')
Martine a une imagination débordante. Ses yeux Les joues en feu, Martine s'occupe des plus petits.
pétillent. Elle fait des gestes, des moulinets, se Fleureusement, ses amis et la maîtresse sont là pour
déchaîne, invente un nouvel héros, un escargot. Elle 1'aider.
en oublie ses problèmes de souris ! Cynthia prépare les pinceaux. David court chercher
Quand son récit prend fin, toute I'assemblée l'applaudit de l'eau. Martine surveille le tout, va de droite à gau-
chaleureusement. che. Félicite les uns, encourage les autres.
- Maintenant, vous allez illustrer le récit que Martine
vous a raconté, dit la maîtresse fière de la petite fille. Experte en dessin, Stéphanie conseille les jeunes
Tous les enfants se ruent dans le coin « peinture r, ils artistes. Rien dans son attitude ne montre qu'elle est
veulent tous peindre, dessiner ou découper. un peu préoccupée, à part un petit pli
dessiné autour de sa bouche.
Mais quelle idée a-t-elle eu \
d'apporter cette souris
Comme si elle avait Iu dans ses
pensées, Martine s'approche
!

I
F
d'elle:
Allons Stéphanie,
tout va s'arranger.
Touchée,
Stéphanie
la félicite :

G4
) l'),>'),1'),r';) r ),r ),r') I ;),r') »';) I ;) r S * S * -B-b rï # :r'fg * S * $"b rï & rï @ * rï U-b * &
-d,h

Tu es une magnifique conteuse et une merveilleuse aaaaa aaaoaaoaa r.aaa.aaÇraaa.t


- aoaaa a
a
amie. a
lte l.
a
Les enfants ravis ne voient pas le temps passer. _i
a
a
- Ne traînez pas comme vos escargots, les enfants.
Nous avons encore beaucoup d'autres choses à faire.
I L
Linstitutrice expose les dessins terminés ! Martine ^€{--
I
/
joue au guide, comme dans un musée. Tous les
enfants sont vraiment fiers de leur æuvre. E-
- Est-ce qu'on pourra emporter son dessin à la maison,
-l
mademoiselle I
'i

- Oh oui, j'aimerais le montrer à maman ! 'i\^irnr.*,B

- Moi aussi.
- Moi aussi.
Quel beau début d'après-midi ! Martine est heureuse
d'avoir si bien réussi son animation.

I a

L.s ;r.tits s':r;rpliqtr cnt t i.n .lcssiner'.


r;ôI
\-âo '
;) ,l';) ,r ':) ,r ':) ,r';) l') l') l';) ,r';) ,l ') l') l'È ù f:) »':) I ;) l';) tt-:) ,t ':) ,>
';) ,>';) l';) tt') 't';) + ;) ,t ';)

\tsite à la rivière

V
'institutrice a repris son rôle après avoir remercié
Martine.
- I1 fait un temps magnifique. Profitons-en pour
descendre à la rivière.
È gb :ï -f.b
* *,b *,,fu * "dh * -fu * e;$ * # * .$.b rï Sb* .& * i) » Tb rï S* dbrb t$ry * thrï'S * # rï''#* Srt'fu * # * de

Martine et stéphanie auraient bien aimé vite tout le monde se comportait comme cela, la nature
fouiller partour dans l'école avant de partir e n perdrait tous ses habitants ! fait remarquer Martine
promenade, mais le professeur les a à l'æil. pas très sérieusement.
moyen d'enquêter. . . Elle a vu récemment un film montrant que toute
- Nous observerons ce qui se passe au bord de l'eau. intervention de l'homme dans un milieu naturel peut
Nous ne verrons peut-être pas que des escargots, il y fortement troubler les animaux qui y vivent.
a tant d'autres animaux. Au retour, vous prendrez
- On les mettra dans l'aquarium, mademoiselle, et
des notes dans votre cahier de rédaction. quand ils auront grandi, nous les remettrons dans la
Décidément, la iournée est bien remplie. Les enfants rivière, fait remarquer François.
sont enthousiastes. L institutrice veille à ce que tout se passe bien.
Pourra-t-on pêcher des poissons, mademoiselle I Chacun regarde, inspecte, remplit son seau. On se bat
demande François. un peu pour tenir l'épuisette. C'est bien agréable de
- Et des grenouilles, on pourra attraper des grenouilles i tremper ses pieds dans l'eau par ce beau temps, mais
ajoute Laurence. I'.., ai vu I'autre jour dans les il faut faire attention à ne pas se faire mal sur les petits
roseaux. Elles ont des yeux comme des billes. Elles galets.
font des bulles et plongent pour artraper les insectes. Martine aimerait bien toucher une grenouille, pourtant
- Qu'est-ce que j'entends là, répond la maîtresse. Nous elle en a un peu peur.
ne pêcherons pas et nous n'emporterons rien ! Nous L institutrice en profite pour donner des informations.
pourrons seulement prendre des têtards, mais il
- Savez-vous qu'une grenouille verte peut vivre de six
faudra les remettre à I'eau après. à dix ans I Et qu'elle hiberne quatre mois en restant
- Sinon, plgs d'æufs et plus de grenouilles... Et si immobile dans la vase du fond de la rivière.

@ @
,i!':ï,ïfl

Mon Dieu ! Quatre mois, c'est


long. Les têtards, eux, sont
bien plus actifs, fait
remarquer François.

I
Comme ils sont
amusants !

ri
\r I i.:
Ils zrgzagüent. Ils
iÏ frétillent.

I .-'\
"r.",
- C'est vrai qu'ils
ne restent jamais
tranquilles, dit
Cynthia.

H
'I
5 I ++:-
.-
.€.,
E
ï
I
:
'
- Un peu comme
vous tous, ajoute la
maîtresse en riant.

- Alle4 mes petits

E -#
v
f;r

)
taâ,;

È.
crapauds, il est temps
de rentrer en
Nous allons réserver un
classe.

bel espace à vos nouveaux


J'? \- pensionnaires et nous les

t7{J-

L
&rï gb * -&rï #* -&rï'#* -& * r# * -furï,f,f *,gh *,# * I'fu *'rbÈ'rb rï fu ',r "S È 1b *'& rï'fbrï tfurï #È .& * Ab

observerons durant quelques semaines. Mais qri Mais quelle est la différence entre un crapaud et
-
va nettoyer l'aquarium t eui va renouveler l'eau une grenouille I demande la maîtresse.
régulièremenr I
- C'est un mâle et une femelle, assure Florence.
Tout à coup, chacun regarde ailleurs et semble très
- Pas du tout, répond François. Ce sont deux batraciens
absorbé soit par une feuille soit par ses chaussures. . . différents. La grenouille est toute lisse. Elle vit
La question de I'institutrice a engendré un énorme toujours dans l'eau à proximité d'une mare ou d'un
silence ! C'est que c'es[ du travail tout étang... Le crapaud a une peau plus sèche et pleine
ça !

- si personne ne le fait, les têtards vonr manquer de verrues qui contiennent du poison comme moyen
d'oxygène et ils mourront rapideme nr, rappelle de défense contre les prédateurs. Lui, il ne vit pas
l'institutrice. Il faut atrendre deux à trois mois dans un milieu aquatique, mais presque touiours sur
jusqu'à leur métamorphose. terre.
- Nous ferons le nécessaire, c'est promis, dit sagement - Tu es bien savant, s'étonne la maîtresse. Tu as tout
Martine, consciente de l'importance de la tâche que à fait raison. Et moi, ie sais aussi que les crapauds se
mademoiselle leur confie. changent parfois en princes charmants, aioute-t-elle
- Parfait, déclare l'insritutrice. Alors on se sèche les en riant.
pieds, on rassemble le matériel. Tout le monde esr Pour l'instant, une petite princesse à longue tresse
prêt I Et hop ! En route ! noire n'a d'yeux que pour François ! Séduite, elle rit
Il faut porter les seaux sans renverser leur précieux de ses pitreries. Flatté, le garçon fait un peu plus le
contenu. Ce sont Laurence et Cynthia, les plus calmes fou à chaque éclat de rire de sa nouvelle amie.
qui s'en occupent. Elles reçoivent le difficile rôle de
- fe crois que François aime beaucoup Cynthia,
<< porteuses d'eau et de têtards r. confie Laurence à Stéphanie.

@
i I ;),r È,1';) t-;) t') l'),> ;) » ;b,l ),1-) I ;) I I )t ),1
'),1 ),t"),t ),t;),>;),t')»';),>'),t )
I I I ot a
a a-t aa
aa

Celle-ci hausse les épaules pour faire croire qu'elle


s'en fiche. Et c'est un peu vrai, car ce qui la préoccupe a
a
a
pour l'instant, ce n'est ni François ni même les a
a

a
grenouilles: c'est plutôt sa souris. a
a
ar

[ffi
a
a t
a :l §
a
a

P.tour àe Proltrena àe

V
e retour à l'école, Stéphanie empoigne Martine
par le bras et I'entraîne dans un coin.
- Q.r. dois-je faire, Martine I Et si la souris s'était
échappée I

reù
lsrï S *:fu * #* 5b *' * $*} rï r#rï Bhrï,&* S*'# rï r ),> àr";)t )* )» )» )l j),> ),t')l ),t ,.}
- Mais, je ne sais pas du tout. Si elle esr parrie dans la température entre 18" et 22"C est tout à fait favorable
nature, ce serait peut-être la meilleure des solutions ! à leur développement. Il faut mettre des plantes dans
Martine en a un peu assez de cette histoire. Pourtant, ['aquarium pour oxygéner l'eau.
elle aimerait bien aider son amie. Comment doit-on les nourrir, mademoiselle I
-
- fe ne suis même pas certaine qu'une souris blanche demande Laurence.
soit une souris sauvage. Si c'est une souris domestiquée
- Les têtards se nourrissent de petits végétaux,
dans un laboratoire, pourra-t-elle survivre dehors I d'algues aquatiques et de débris organiques. On peut
s'inquiète Stéphanie. également les nourrir de feuilles de laitue bouillies,
Mais le professeur les interrompt. de rondelles de pomme de terre crue, d'aliments
Allez, les deux bavardes, que complotez-vous I séchés pour poissons d'aquarium.
Yenez voir vos nouveaux amis ! Faut-il faire cela tous les jours I s'inquiète Martine,
-
François dépose les têtards dans l'aquarium géant. qui se demande comment les nouveaux locataires de
Les élèves tout autour les observent. Ils savourent la classe passeront les week-ends tout seuls.
d'avance le plaisir de les voir se métamorphoser dans
- Non, une alimentation quotidienne n'est pas
les jours à venir. De temps à autre, ur enfant ne peut nécessaire. Deux à trois fois par semaine suffisent.
se retenir d'appuyer sa main sur la paroi de verre Stéphanie fait semblant d'écouter. Elle est incapable
pour tenter de les toucher. de se concentrer. Elle a beau faire des efforts, elle
- Comme ils ont une longue queue ! n'arrive pas à fixer son attention.
- Il est important de ne pas mettre rrop de têtards
dans l'eau sinon ils risquent de s'éliminer entre eux. Il Les paroles du professeur glissent sur elle comme de
faut leur laisser de I'espace pour bien grandir. une l'eau sur la peau d'une grenouille. D'ailleurs, elle irait

ù
r--I

)» )r ) » ;),t';) ;h
.b

t' - i
i*.Pi.fffi
i$n:
*i
;ffi
-,u1,'t,
hruj
-':;.'Sr'h'
#
.-
r'*'-:;r'
.,* J'-,
i,' { ï' iJ'§
,
ilW I

re
WF

bien hiberner un peu dans la vase le temps de retrouver

I
son petit panier. ',
Hfr;/
- Et si nous rédigions un petit reportage présentant
notre découverte i propose François. Peut-être le Ii
directeur du journal prendra-t-il notre article I
I
- Excellente idée ! s'enthousiasme la maîtresse. En
tout cas, cette expérience vous permettra de poser de
bonnes questions aux personnes que vous rencontrerez

@
)l ),>')*;)».)1";)t )l ),>;)l;),r ),r ),r ,) ;b,t ) I'),t -) I ),> ;) I ;) I ;),>';),t') » ),> ;)
lors de votre visite. Qrri veut être le photographe I Si notre article est accepté, nous pourrions aussi
Q.ri veut écrire t Qui veut illustrer I proposer un autre texte sur le charme de l'Inde et de
ses habitants, ajoute-t-elle en faisant un clin d'æil à
Tous les enfants s'agitent : .. Et il faudrait dire ceci er son ami.
il faudrait dire cela ,. La sonnerie retentit. C'est fini pour aujourd'hui.
Stéphanie se propose bien sûr pour les dessins. Les enfants rangent rapidement leurs affaires.
- N'oubliez pas que vous n'écrirez pas une encyclopédie.
Il faudra être clair et concis. Le lecte ur n'a pas
beaucoup de temps pour lire un article, iI faudra aller
à 1'essentiel.

- Et trouver un bon titre, ajoute François. C'est très


important pour attirer le regard.
- ,, Une école au vert ! " suggère Cynthia.
- C'est chouette, fait remarquer François, qui applique
à la lettre les bons conseils de séduction que Martine
lui a donnés.
- Et l'on pourrait aiouter: ,, Et rouge de plaisir ", 4q
dit Frédéric qui a remarqué combien la nouvelle
demoiselle est sensible aux compliments de son
compagnon.
q_
Martine sourit.

rcd
)r;)t )l ),1 ).> ),>;),>;).> ),r ),1 ;).>;)l ,',,) )l )l )l ).t )l ),> ).>;)l ),> ).>;)'t;)
.t'

- Nous continuerons cet exercice en fin de semaine,


a
déclare la maîtresse. Et pens ez demain à apporter un a
a
a
peu de nourriture pour vos nouveaux protégés ! a
t
Les petits écoliers se précipitent dehors, tous ont bien a
a
('
sûr oublié le problème de la souris sauf Stéphanie et a
a
a
Martine, qui sont toujours préoccupées. Elles rangent
leurs affaires le plus lentement possible. Commenr
récupérer ce satané panier et surtout sa locataire I
Elles aimeraient pouvoir aller fouiller dans toutes les
classes et les placards.
Mais la maîtresse les rappelle à l'ordre :

- ,\Ilez, mesdemoiselles, dehors !


L.s tetrouvailles
V
ans la cour de récréation, c'est le branle-bas de
combat. Martine et Stéphanie ont rasse mblé
leurs compagnons: François, David, Théo, Laurence
et Cynthia.

I
;) I ;),>'),> ),r') l') I ;) l') l.) »") t'),> ),> ;'? .) ),>';) I ;),>') I
";),t
) l-) I ;? »'),1') »';) I :)

- Qr. pourrions-nous faire I Il faut intervenir, sinon Le cceur battant, Martine déclare:
la porte de l'école sera fermée et la petite souris sera
- D'accord, c'est moi qui parlerai, mais Stéphanie
irrécupérable, dit Martine. m'accompagnera.
- On pourrait rentrer dans l'école en catimini et y Les deux fillettes avancent vers la maîtresse.
re ster après la fermeture du bâtiment, suggère
Quelques pas derrière, leurs amis les suivent. Martine
François. s'arrête. Elle respire bien fort et fait son plus beau
- Et comment en sortiras-tu I Et tes parents, De sourire.
penses-tu pas qu'ils vont s'inquiéter de ton retard I Mademoiselle, nous avions laissé un petit panier
-
fait remarquer Laurence. au-dessus de l'armoire du couloir. Il a disparu. Savez-
Martine se tait depuis quelques minutes. Elle réfléchit. vous où quelqu'un a pu le ranger I
Brusquement, elle prend la parole: La maîtresse n'a pas l'air étonnée du tout par la
- ]e me demande si le plus simple n'esr pas de demander question. Elle répond sans l'ombre d'une hésitation:
à la maîtresse. Ah ! ce panier est à vous l. La dame qui nettoie
- Quoi I Lui demander où est la souris que nous avons l'école a travaillé ce matin et s'est demandé pourquoi
cachée I Mais nous allons nous faire sermonner ! Oh cette valisette avait été mise là. Elle m'a dit l'avoir
non ! supplie Stéphanie. déposée dans le vestiaire. La prochaine fois, ne laissez
Martine sourit. Elle a pris sa décision. Elle esr sûre plus traîner vos affaires comme cela, je vous l'ai déià
d'elle et de ce qu'elle va faire. répété.
- Mais non, il faut lui parler de la valisette rour
simplement. Stéphanie et Martine aimeraient sauter de ioie au
Chacun se regarde en silence. plafond, mais elles font comme si de rien n'était.

@ ffi
t
-&
),> )l )l )l;)l )l ),>;).> )l;),1 ).> )l ';),t'$9 rï'e'$* S *'9"!,r ï.-h rï $ * l& rï'fu * lfu tt'fu *'& *

V - Peut-on aller la récupérer, madame


prononcer Stéphanie.
I ose enfin

- Oui, mais dépêchez-vous, le car et les parents vont


bientôt arriver.
Les deux fillettes se précipitent au vestiaire. La souris
les a-t-elle attendues ? Stéphanie transpire, Martine
tremble un peu.
Voilà la valisette ! Stéphanie la prend doucement.
Dépêche-toi, ouvre -la, exige Martine n'y tenant
plus.
Oui, la souris est restée bien sagement dans sa petite
cachette. Elle s'est même endormie. Quelle chance et
quel soulagement I
- Martine, tu as été formidable. Comment pourrais-ie
te remercier I
Stéphanie embrasse son amie sur les deux ioues.
- Mais ce n'est rien ! Allons reioindre les autres !
En voyant Martine, l'air réioui, François lance tout de
suite:
- Vous ayez retrouvé votre écolier clandestin I


È I ;),> jï,r.i l"à I ;) l') I ) l';),r ) I ),r"),> ;'l » ) l ),>"),r ;) » ) r') »'),> ;),1 ;) l';) * ),> ;)

Martine sourit: - Et si on disait tout à la maîtresse I Quand on a fait


- Oui, il nous avait attendues bien sagement. une sottise, c'est mieux de la reconnaître. Et puisque
- On voudrait la voir ! s'exclame David. tout s'est bien passé, elle ne sera certainement pas
- Approchez-vous. Chut, surrour pas de bruit... f âchée.
dit Stéphanie tout doucement, tout en extrayant Stéphanie a maintenant un peu plus d'assurance et
délicatement la petite souris de son panier. Regardez serait même contente de pouvoir avouer sa bêtise.
comme elle est craquante, chuchote-t-elle les yeux - Tu as raison, Martine.
rayonnants. fe te remercie mille fois Martine et vous Ayant entendu parler d'e[e, la maîtresse se rapproche.
aussi mes amis : vous avez gardé mon secret. Mais - Q.r. se passe-t-il, les enfants I dit-elle.
promis, juré, plus iamais ie ne ferai une bêtise Elle patiente en silence, voyant que quelque chose les
pareille. gêne.
François, tout en savourant les heureuses retrouvailles,
reste sur ses gardes. Martine prend sa respiration et son air sage puis
- Stéphanie, remets-la dans son panier. Il ne manquerait raconte tout d'une seule traite. Le coup de téléphone
plus qu'elle s'échappe ! du dimanche soir, la venue de la petite souris à l'école,
David proteste : sa cache tte en haut de l'armoire, sa disparition. . .

- Avec moi, impossible. Elle reste calme comme si Un silence profond s'établit. La maîtresse fronce ses
elle savait d'avance que je ne lui veux aucun mal. |e sourcils, puis fixe Martine et Stéphanie sans mot dire.
suis fou de ces petites bêtes. I'.r, at déià trois chez - Vous compre nez) madam e, c'était pour sauver un
moi. animal perdu, se défend Stéphanie.
Martine est ôongeuse depuis un moment. - fe comprends, Stéphanie. fe comprends. D'ailleurs

@ @
i# * Uqh * #* #rï'# * #rï #rï @ rï &* #rï #rï .&,ï ) i);))';),ï )) i);),);).) ),ï')ù'));b);)
ie me doutais bien de quelque cachorterie ! ce qui -tlE

importe, c'est que vous disiez les choses. |e suis là pour


vous aider. Mais n'apportez plus iamais d'animal en
classe sans le signaler. En plus, cela aurait pu être un
fiil
.-- LG

.'t
très beau sujet d'observarion ! plutôt que des têtards,
nous aurions admiré une petite souris !
Pendant les explications des deux fillettes, François
a glissé un papier plié en quarre à cynthia. Elle a
tellement hâte de lire son message !
ru;f..

Un lundi
poche tte-surprise

'est
V
fini pour aujourd'hui. Les plus pressés se hâtent
de hors. Des parents attendent. On s'embrasse.
Des voitures font la file.

EE
** ** ** ** * * ** ** ** ** È* ** * * {6* ;* ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** *
Cynthia veut déplier son message, mais sa maman Souriante, Martine s'approche sur son vélo et ne tarde
accourt, impatiente de la revoir après ce premier jour pas à gagner le cceur de la maman de Cynthia:
de classe: Bonjour, madame. Comme vous êtes jolie dans
-
- Tout s'est bien passé, Cynthia I votre sari. Peut-être accepteriez-vous de venir en
- Magnifique, répond la petite fille. Ma première classe nous parler de votre immense pays I Cynthia a
journée s'est écoulée comme un éclair ! J'ai déià plein commencé et nous avons tous très envie d'en savoir
d'amis ! Regard., ie te présente Martine. plus !

'' .,--:*

ü
,,D
),r ),>';),r'),> )1";),1 -;),r )l )l-)l-),r )l ),t S*'$9* ",#* -fu * &*'&* #* &* #* -&,ï lfu * -&

- Quelle bonne idée, s'écrie Cynthir. I'rpporterai mes - Au revoir Martine, et surtout n'oublie pas de déposer
saris et vous apprendrai comment vous en vêtir. la lettre à la poste... la lettre au directeur d" iournal.
La maman de Cynthia se réjouit. Il est évident que sa - Et toi, n'oublie pas le billet doux que tu as reçu,
petite fille, d'ordinaire si timide, se sent tout à fait à répond Martine, tout bas, en embrassant sa nouvelle
l'aise dans sa nouvelle école ! En quelques heures, elle amie.
a trouvé sa place. Cynthia sourit, elle a des étoiles dans les yeux.
- Au revoir et à demain Cynthia. Stéphanie discute intensément avec David. Ce dernier
doit prendre le car) il n'a plus beaucoup de temps
pour bavarder.
- Si j'adopte ta petite souris, ton cousin Nicolas ne
sera pas trop fâché I

- Bien sûr que non, je ne lui ai encore rien dit. Il ne


sait même pas qu'elle existe !

- fe demande la permission à mes parents ce soir.


Donne-moi ton numéro de téléphone. |e t'appelle
s'ils acceptent.
- Et dire que tu n'aurais même pas dû apporter cette
ir pauvre bête à l'école, déclare Martine derrière elle.
,{
Tout aurait pu être réglé par téléphone.
- Mais cet événement m'a permis de constater combien
tu étais une véritable amie, Martine, rétorque Stéphanie.

re, FC
L
;h ;ï i :ï ;) ;) ;) ,ï )r;),> ) ;) j) ;) ;) ;ï ;)
\
tr'
,' :)» j) :) ;) :) ;) ù j) ;) ;) :)- ;) ;) ;) ù ;) ,ï';b ,) ;) i )t:)

I --É--_
/éG V Je t'en remercie vraiment.
François semble contrarié :
- l'^ienvoyé un petit mot à Cynthia et elle ne m'a pas
répondu.
- Elle n'a pas eu le temps de le lire, le rassure Martine.
Sa maman l'assaillait de questions. Un peu de patience !
Attends demain matin.
I Elle s'éloigne de l'école pour regagner sa maison.
ffi I Devant la poste, elle n'oublie pas de glisser la lettre
dans la boîte.

I Patapouf l'attend derrière la porte. Sitôt qu'elle


rentre, il sautille et danse autour d'elle pour bien
manifester sa joie de la revoir. Elle bout d'impatience
de lui raconter son lundi.
Mais d'abord, elle se précipite dans la cuisine où un
instant plus tard elle ouvre une boîte de gâteaux au
contenu savoureux. Elle n'a pas assez mangé ce midi !

Elle se régale pour de bon.

Soudain, le téléphone sonne. Si c'est Stéphanie, cela


peut durer un long moment !

@
***rù*f*f*******.È****-*-{ #************************
Non, c'est maman qui veut savoir si tout se passe bien journée mouvementée ! ]e dois te quitter, soupire son
et si sa fille se débrouille bien toute seule. amie, ma grande sæur attend un coup de fil très
- Évidemment, maman, répond Martine. Ie ne suis important !
plus un bébé. J'ai fini mon goûter et j'allais monter Encore merci et à demain !
faire mes devoirs.
- Alors, à tout à I'heure, dit maman. fe ne rentrerai C'est alors que papa entre comme un coup de vent.
pas trop tard et ton papa arrive bientôt. - Bonsoir, ma fille, comment s'est passée ta journée I
Martine ne sait pas quoi répondre :
Et drin g... La sonnerie résonne de nouveau !
- C'est très, très long à raconter !
Cette fois, c'est Stéphanie ! Alors entre Martine et son papa commence une
-Martine, i'ai une nouvelle qui te fera plaisir. David longue conversation.
vient de m'appeler. Il adopte ma souris. I1 est si gentil. À la fi., Martine est en pleine forme. Pouvoir se

Tu sais, je le préfère à François. confier à son papa, c'est quand même merveilleux !
Martine sourit. C'était une iournée pochette-surprise : avec des
- Nous pourrons lui rendre visite, Martine. Il faut lui cadeaux et des bêtises !

trouver un nom. |e propose que tu le choisisses, tu as


bien le droit d'être la marraine de cette charmante
petit bête.
- C'est sympa, s'écrie Martine. Et si on l'appelait:
" Clandestine " I
FI}/
- Pourquoi pâs, c'est joli et cela nous rappellera cette

@
Ë
t L'ecule J'autrefois
:i,

,.c
o'o'o'oo"'o"..'
.Jt.,

Àu teinPs .lc trt's arrière-eranJs-parcnt"-'


'ii,rii ?*,rl t \i J i [Té rcnte' L's d'àt' c o]r§
J'adore rhon école, rhes copains et ';i;; iin-* ,"rll'rient
"'"' pts clir*s [e ntêil'c
,-\
rhâ rhâîtresse. Je ne rh'ennuie jarrrais élèr'e"' 1r ortaient u
rrc :\
ét rblisscrlr crl t' Les
et je ne vois pas passer la journÉe ! ['r tttlîtrcsse àtrssi'
È\ [llut,s. ct lc nraîtrc ou
i.nnitit'c§' i midi, je déjeune
îilr;t;a lcs é lè r'es é t:r i ent lrc*s totttc ltl

I
/
a sonnerie nous annonce qu'il est
v f\
LJ
ans notre salle de
ctasse, chaque élève
cc['r 'r'e ttt Aire u'ils
settrairre à l'e t'o[t
ear lcttr nreison
tf rtst"itt'rt
s'àrls relltt'ct' chcz
ôtait loitr " '
etrr'
fa a la cantine. C'est un
self-service. On a le choix
entre plusieurs plats,
mais on nous a appris
,L-r l'heure de rentrer en classe. Notre à manger équilibré !
maîtresse frappe dans ses mains Pour a sa place attitrée. Nous
nous inviter à nous mettre en rang. avons des casiers où
nous pouvons Iaisser nos
li livres et nos cahiers.
L'h.urc àela surtie
; journée passe très vite ! Et c'est déjà

I
Er
l:
' l'heure de la sortie. Certains partent en bus,
d'autres en voiture, quelques-uns à pied, mais
moi je pars en vélo.

{nt:r -'t/ Mrr, institu trice


L.s ateliers Ma maîtresse est très gentille
f 'aorès-midi est souvent et ne se fâche jamais ! Elle dit
L .ontacré à des ateliers. juste : « Silence les enfants !»

r i
41,'1r
On apprend à travailler en grouPe.
J'aime beaucoup ces moments-là.
Car elle ne tolère pas qu'il Y
ait du chahut. Et si elle fronce
les sourcils, tout le monde
On a le droit de parler et d'échanger
se tait immédiatement car
et puis on apprend aussi à organiser
§'e1;ti{u's le travail à plusieurs.
personne n'aurait envie de
la voir se mettre en colère.

@
F* La r.r, trê,e
v#ud-'*
aaoaaaaaaa

M.s outils à'é,colière : Àclr"gtcrentr.ée,


Iharhàn ct nr«li
%utes rhcs affair'.* clc classe sont lQ'est là que je note les leçons nous préptrr.ons
(, a apprendre ou les devoirs que - :7 - thcs lirtrc.
dans lhon cartat lc. . . On ,r --
je dois faire pour le lendemain. Àous rhettons Jes protcctions
,i besoin de Lqrucoup .le rrratériel ! C'est mon pense-bête ! Grâce à lui, en plrrstirfrrc
1ç11. lcs cnils

e/ je n'oublie rien ! Mais, bien sûr, ct nous l.s r.cot,\T,ons âc pr"otègc-

M" trousse \f/" "'*.*,:.. il faut s'appliquer pour le remPlir ,livrcs


transp.ar.ents porrr. nc püs
lcs a(rîrrrcr.. IIs pourront

itffi:
et ne pas oublier de le consulter ! résjf1",
à ture annéc cntière I Enst,ite,
Di-:illJ,:Jî:: llrctt«rrrs urrc,iolic étigrrcttc
norrs

L. prids
crayons, bien aiguisés ' . . Mrr, tabli.*\d lr grr cllc .i'('r:r.is rlron
sur.
;r1.6rr,,rr,
au taille-crayon, ma règle .... ct lhon
". " p our les activités artistiques,
Il0|11 I (irnrrtrc t.cla,
d'un iartabl. pour tracer des traits bien droits
L j'ai un tablier pour me 1 , .i. srris sûrc clc nc. pas
et ma gomme pour effacer. pcrJre I
Le cartable est souvent

Vlt",.
a
Iourd à porter. cartable
Normalement, il ne
l0 e vérifie toujours que ie n'ai rien
devrait pas dépasser o/o
7
du poids de l'écolier. Par J oublié et je sors ce dont je n'ai pas
exemple: pour un élève
Wct ..
. taoaaa'
besoin pour que mon cartable ne soit
qui pèse 50 kilos, son pas trop lourd à porter !
cartable ne devrait pas
L
.,,-:,,,, '§ *H§ -" 'r,
dépasser 3 kilos. Penses-y
lorsque tu prépares ton
cartable et ne prends
Le globe terrestre /
f) râce au globe, on peut mieux se
que ce que tu vas utiliser
dans la journée.
\r représenter l'emplacement des pays,
des continents, des mers, des océans...
En cours de géographie, la maîtresse nous
montre où les choses se situent. Le globe \

est un des objets que je préfère: j'adore le


regarder et le faire tourner sur son axe.
I
I *
IYC
o

laftæéI
C'est un rhorhent gue tous les élèves attendent
âvec irtrpatience!ilais la ftæé,, ce n'est pas
seul.n ent jouer. . . Ctest un rhorhent où lton
apprend à or{aniser Jes jeux et à respecter \^d
La.Uall..au
prisonnier -g
Jes rè41"s. C" n'est pas toujours facile !
1Q'est un ieu drôlement
jl- (, arrsant où it faut être
très souple et très attentif. Pour
éviter la balle, il faut savoir sauter,
,-
)t' '
se pencher à droite et à gauche
ü rapidement ! J'aime beaucoup
ce jeu car on bouge beaucoup
et après une heure de court
c'est ce qu'il nous faut !
JL'

La coràe
à sauter
\ *-'t
üÿ \- 'est un air que tous les
*.- enfants connaissent. . .
Avec mes copines, on
pourrait y iouer des
Avec mes amis, nous aimons danser sur
heures ! Sauter en avant,
cette comptine. Tout le monde se tient
sauter en arrière, sauter
Su. le pont d'Àr.ia,n«rn, par la main et tourne en chantant... en à deux, sauter croisé...
Or, :t'danse, tln )'clansc, passant sous un pont imaginaire que nous Plus nous inventons des
Sur Ic pont d'À.i4non, mimons chacun notre tour ! C'est très façons d'utiliser notre
amusant, surtout quand on essaye d'aller corde et plus nous
Or. .v Jansc tout en rond. ..
très vite... sommes contentes !
I

t
*
Qrand nous avons une leçon de
géographie ou d'histoire, j'aime aller
à la bibliothèque pour approfondir
ce que la maîtresse nous a appris.
À la maison, je fais également
p0rrl des recherches sur Internet: cela
Lo leftre pour fç complète bien ce que j'ai pu glaner
directeu r du journol à la bibliothèque. Je découvre

PouR B|EN RETE^/,R MEs LEçoMs


Je revois très rapidement toutes mes leçons
( **,irrer
des tas d'informations intéressantes
que je peux partager avec mes
amis par Ia suite.
t On trouye des
inl"ornrations
Strrprenentes
du jour après les cours. Comme cela, en {roupe est I
ma mémoire comprend que c'est irrrportant.
important. J'écris tous les mots Pour apprendre une
essentiels à retenir sur un tableau leçon, ;. p""l) (ilnthi..r yicnt.ltlnde,
à voix hau& pour ûrieux rur pr))l qtri se sitrrc
que j'ai dans ma chambre. Cela retenir
srrr. le r:ontirrerrt aSiatigtre. I.n
m'aide beaucoup pour mémoriser.
Ia nrusigtre Jes nrots. ,/ hr.le,
lr.,',r,t'«,t,P .l'crrlirnts
,c rolrt
aaa6''aaa6'da
prrs à I,éc.lc

\titLl
- ,;-,*
('trt' ('!cst trn prr)-S

t,nt la
tr.ès prrtn,r.c. Ceux qt,i

L'ETUDE ;iil[[b 11irr'


\itn
clr,rr,r." .l'r. 1lls1. .l«rir,rt lrar.[r,is f.ir..
4
Parfois le soir àpre, la classe, je ne rentre en Pfenant
.lcs Lilt,nrà.tr.es r)
pas directement à la maison mais je vais A *uo teilrPs' pie.l porrr sc r.qr.lr c
à l'étude. La maîtresse nous aide à faireA Ca* rn'evite .l,rrrs lctrr'értle.
nos devoirs et nous réexplique les leçons àe rn'ênerver
quand nous n'avons pas bien comprls... 11
A
au àerniet' I.,es érolier.s sorrt
C'est un mom.ri b.r,r.o,rp plrr, 7- sl
ûroilrent Je ,,l,ligfs Je por.tcr.
détendu que pendant les à"tt I 4 ne trouve Pas
<-À'.c l. {lulr., o1 r1érh.1ig. un livre ou un uniforrhe
--i^-- 4
ÉÉÊ ÉÉ&,çÉÊ;:âY un cehief'
Cynthio
' indienne.
@
V
Direction éditoriale : Anne-Sophie Tournier
Responsable éditoriale : Anne-Sophie Pawlas
Auteur des pages documentaires : Mireille Fronty
Conception graphique : Céline fulien

@ Editions Atlas 2008, I186 rue de Cocherel,2T 000 Evreux


SAS au capital de 15 000 000 euros

D'après " Martine à l'école "


par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier / @ Casterman
Martine@, d'après les personnages créés
par Gilbe rt Delahaye et Marcel Marlier / Léaucour Création
@ Casterman pour le texte de la présente édition

Imprimé en Chine - Dépôt légal : ler rrimesrre 2008


ISBN : 978-2-7312-4166-2

Loi no 49-956 du 16 iuillet sur les publications destinées à la jeunesse.


Tous droits d'adaptation, de traduction et de reproduction réservés pour tous pays.
Cet ouvrage ne peut être reproduit, même partiellement, sous quelque forme
' que ce soit sâns autorisation écrite de l'éditeur.

a
l* ** ** $* **** f* S* $* ** f*$*

à ['ô r't,[,]
f^, n pourrait croire que toutes les journées
U ,\ l'é..r1. se ressemblent... Pourtant,
ar-riourcl'hui, Martine ne \/a pas vivre unc
iourni'e cornnre les autres ! I)'abord, elle
réussit à cclnvaincre ses parents cl'aller en
classe en vélo... LJne' fois arrivée clans la cour
cle récréationi son amie Stéphanie lui confie
un clrôle cle secret. Et puis, il y a cette nouvellt
élève qui vient cl'Inde. ..

F
r
7 ! I
{
[\' i'
I

,û* **f* $*$*f* f* f*f*f***'[], ]