Vous êtes sur la page 1sur 27

Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif.

Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

Annexe A

Énoncé des travaux

Services d’entreprise VSAT en bande Ku

Page 1 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

Table des matières


1 Partie 1 – Introduction ......................................................... Error! Bookmark not defined.
1.1 Introduction .................................................................................................................................. 4
1.1.1 Définition des services fixes par satellite ........................................................................ 4
1.1.2 Division du document en parties .................................................................................... 5
2 Partie 2 – Exigences générales relatives à la prestation, à l’entretien et à l’exploitationError! Bookmark no
2.1 Généralités................................................................................................................................... 6
2.2 Gestion des services ................................................................................................................... 7
2.2.1 Gestionnaire des services par satellite de la DGRU ...................................................... 7
2.2.2 Représentant de compte ................................................................................................ 7
2.3 Soutien à la clientèle .................................................................................................................... 8
2.3.1 Ligne de dépannage ....................................................................................................... 8
2.3.2 Aide technique ................................................................................................................ 8
2.4 Gestion des problèmes ................................................................................................................ 8
2.4.1 Généralités ..................................................................................................................... 8
2.4.2 Procédures et paliers d’intervention ............................................................................... 9
2.5 Suivi du rendement des services ............................................................................................... 10
2.5.1 Disponibilité des services ............................................................................................. 10
2.5.2 Zones de maintenance ................................................................................................. 10
2.6 Services d’entretien de l’équipement à distance ....................................................................... 11
2.6.1 Généralités ................................................................................................................... 11
2.6.2 Rénovation de l’équipement, mises à jour logicielles et modifications de configuration12
2.6.3 Capacité d’entretien et délais de réponse .................................................................... 12
2.6.4 Services hors du cadre de l’entretien ........................................................................... 13
2.7 Services d’installation ................................................................................................................ 14
2.8 Avis de perturbation prévue des services .................................................................................. 14
2.9 Rapports .................................................................................................................................... 15
2.9.1 Généralités ................................................................................................................... 15
2.9.2 Rapport sur les problèmes récurrents .......................................................................... 15
2.9.3 Rapports succincts sur les problèmes .......................................................................... 15
2.9.4 Rapport sur le rendement des services ........................................................................ 16
2.9.5 Rapport d’achalandage................................................................................................. 16
2.10 Facturation ................................................................................................................................. 16
2.10.1 Généralités ................................................................................................................... 16
2.10.2 Factures ........................................................................................................................ 17
2.11 Formation ................................................................................................................................... 17
2.11.1 Généralités ................................................................................................................... 17
2.11.2 Formation sur le fonctionnement des appareils ........................................................... 17
2.11.3 Formations spécialisées ............................................................................................... 18
3 Partie 3 – Exigences techniques pour les services d’entreprise VSATError! Bookmark not defined.
3.1 Généralités................................................................................................................................. 19
3.2 Exigences des services ............................................................................................................. 19
3.2.1 Généralités ................................................................................................................... 19
3.2.2 Points de service .......................................................................................................... 20
3.2.3 Topologie du réseau ..................................................................................................... 21
3.2.4 Exigences de l’interface réseau .................................................................................... 22
3.2.5 Optimisation du débit TCP/IP ....................................................................................... 23
3.3 Exigences en matière de rendement des services .................................................................... 23
3.3.1 Taux d’erreur binaire ..................................................................................................... 23
3.3.2 Latence aller-retour ....................................................................................................... 23
3.4 Conception des systèmes.......................................................................................................... 23
3.5 Documentation sur le site .......................................................................................................... 23
3.6 Délai maximal de prestation des services ................................................................................. 24

Page 2 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3.7 Services d’entretien pour l’équipement à distance non fixe ...................................................... 24


3.8 Mise en œuvre ........................................................................................................................... 25
4 Partie 4 – Glossaire et définitions ....................................... Error! Bookmark not defined.

Page 3 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

1 PARTIE 1 – INTRODUCTION
1.1 INTRODUCTION
1.1.1 Définition des services fixes par satellite
1.1.1.1 La Direction générale des réseaux et des utilisateurs (DGRU) de Services partagés Canada a
besoin d’un entrepreneur qui peut offrir les services fixes par satellite suivants à ses clients
ainsi qu’en assurer l’installation, l’entretien et l’exploitation :

Services d’entreprise VSAT


a) Services caractérisés par divers réseaux de groupes d’utilisateurs employant une
technologie VSAT à un seul bond et à topologie en étoile, dotés d’une capacité de
secteur spatial et n’exploitant que la bande de fréquences Ku.
b) Services faisant actuellement appel à un parc informatique réparti sur environ
200 stations terriennes fixes et transportables et marines.
c) Premier réseau employant deux (2) canaux de flux montant de 825 kb/s et un canal
de flux descendant de 2 560 kb/s.
d) Deuxième réseau employant un canal de flux montant de 512 kb/s et un canal de
flux descendant de 2 560 kb/s.
e) Troisième réseau employant un canal de flux montant de 128 kb/s et un canal de
flux descendant de 128 kb/s.
f) Quatrième réseau employant un canal de flux montant de 256 kb/s et un canal de
flux descendant de 128 kb/s.
g) Taille des antennes choisie en fonction des vitesses ci-dessus et des besoins.
h) Quatre réseaux VSAT capables d’augmenter leur vitesse de flux montant jusqu’à
4,2 Mb/s et leur vitesse de flux descendant jusqu’à 18 Mb/s avec une antenne de la
bonne taille.
i) Matériel à distance appartenant au gouvernement et exploitant la technologie iDirect
Infiniti ou iDirect Evolution.
j) Services comprenant la bande passante en Ku (débit de données), l’accès au
concentrateur, l’installation, l’accès à distance, l’entretien et la maintenance.
k) Équipement fourni par le gouvernement, surtout l’équipement iDirect Evolution qui
remplacera la technologie iDirect Infiniti aux sites qui l’utilisent encore. Avant
l’attribution du contrat, la DGRU prendra les dispositions nécessaires pour installer
et mettre en service cet équipement. L’entrepreneur doit être en mesure d’exploiter
et d’entretenir les réseaux VSAT à l’aide de la plateforme iDirect Evolution.
l) Projet de la DGRU de fusionner certains des réseaux décrits ci-dessus en
multiplexage temporel pour la transmission de manière à ce que cette dernière soit
faite par la technologie DVB-S2 afin d’accroître l’efficacité du réseau et de diminuer
les coûts, comme le permet la plateforme Evolution. Le projet pourrait ne pas être
terminé avant l’attribution du contrat. Dans une telle éventualité, l’entrepreneur
pourrait avoir à s’en occuper.
m) Ajout ou suppression de sites des réseaux existants.
n) Ajout de nouveaux clients et croissance des clients possibles dans le contrat.
o) Services à fournir de la manière la plus rentable possible pour satisfaire aux besoins
des stations actuelles et en assurer l’augmentation nécessaire en nombre.

Page 4 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

1.1.2 Division du document en parties


1.1.2.1 L’Énoncé des travaux est subdivisé en quatre (4) parties :

a) partie 1, Introduction;

b) partie 2, Exigences générales relatives à la prestation, à l’entretien et à


l’exploitation;

c) partie 3, Exigences techniques pour les services d’entreprise VSAT;

d) partie 4, Glossaire et définitions.

Page 5 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2 PARTIE 2 – EXIGENCES GÉNÉRALES RELATIVES À LA PRESTATION,


À L’ENTRETIEN ET À L’EXPLOITATION
2.1 GÉNÉRALITÉS
2.1.1 L’entrepreneur doit fournir les services qui suivent au Canada :
a) gestion des services;
b) soutien à la clientèle;
c) gestion des problèmes;
d) suivi du rendement des services;
e) achat de matériel à distance;
f) services d’installation;
g) avis de perturbation prévue des services;
h) rapports;
i) facturation;
j) formation;
k) services d’entretien du matériel à distance pour les satellites du gouvernement;
l) accès au concentrateur et à distance et bande passante.

2.1.2 L’entrepreneur doit fournir au Canada des services d’entretien pour tout le matériel à distance
au cours de la période d’entretien du matériel. Cette période aura la même durée que le
contrat.
2.1.3 L’entrepreneur doit s’assurer que toutes les communications verbales, écrites et électroniques
directes requises avec les clients (pour le soutien à la clientèle, les messages d’accueil et les
invites enregistrés, les courriels et les messages vocaux, par exemple) sont toujours offertes
dans les deux langues officielles du Canada (le français et l’anglais) afin que les utilisateurs
puissent y avoir accès dans la langue de leur choix.
2.1.4 Aux termes du contrat, les heures normales d’ouverture sont de 8 h à 16 h, heure de l’Est, du
lundi au vendredi, à l’exclusion des jours fériés observés par la fonction publique fédérale et la
province de l’Ontario.
2.1.5 La DGRU est à la recherche d’un fournisseur qui pourra offrir à long terme à ses clients des
services VSAT fiables qui évoluent à mesure que la technologie change. L’entrepreneur doit
offrir au Canada les nouveaux services VSAT par satellite ou le matériel à distance connexe
ainsi que toutes les améliorations administratives ou opérationnelles dans le mois qui suit leur
mise à la disposition d’autres clients, sur notification de l’autorité contractante et du
responsable technique. Dans le cas des services qui se sont ajoutés aux services couramment
offerts, le fournisseur doit offrir ces améliorations sans frais additionnels au Canada. Le prix
d’autres améliorations de services ou d’équipement additionnel sera négocié au cas par cas.
L’entrepreneur reconnaît qu’aucun nouveau service ou matériel à distance ne peut être offert
en vertu du contrat à moins que l’autorité contractante n’apporte une modification au contrat
afin d’autoriser la fourniture d’un nouveau service ou d’un nouvel équipement. Le Canada se
réserve le droit d’ajouter de nouveaux services à mesure que les services et les technologies
évoluent et arrivent sur le marché.
2.1.6 L’entrepreneur doit avoir au moins cinq (5) ans d’expérience dans la l’installation, l’opération et
l’entretien de stations terriennes de type entreprise VSAT en bande Ku, à l’aide d’au moins (5)
réseaux distincts d’au moins 25 stations terriennes chacun.
2.1.7 L’entrepreneur doit avoir acquis de l’expérience au cours des dix (10) années dans la
prestation de services fixes par satellite à des organisations comptant au moins 20 utilisateurs.

Page 6 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.1.8 L’entrepreneur doit avoir acquis de l’expérience récente au cours des dix (10) années dans
l’exploitation et l’entretien d’au moins deux (2) réseaux distincts d’au moins 50 stations
terriennes chacun.
2.1.9 L’entrepreneur doit posséder au moins un bureau de services de téléport ou de
télécommunications situé au Canada qui peut héberger les services.
2.1.10 L’entrepreneur doit indiquer s’il offre un téléport de sauvegarde (un autre téléport situé à un
autre endroit) avec une antenne orientée sur le satellite proposé en support au téléport qui
hébergera les services.

2.2 GESTION DES SERVICES


2.2.1 Gestionnaire des services par satellite de la DGRU
2.2.1.1 Le gestionnaire des services par satellite de la DGRU aura les responsabilités suivantes :
a) accepter et valider les demandes de service des clients et déterminer s’il faut les
envoyer à l’entrepreneur sous forme de commandes de service;
b) surveiller et gérer le rendement des services offerts par l’entrepreneur;
c) s’occuper de manière continue des problèmes qui touchent les services.

2.2.2 Représentant de compte


2.2.2.1 L’entrepreneur doit désigner un représentant de compte du contrat auprès du Canada pour
s’occuper de toutes les questions techniques, administratives et liées aux services.
2.2.2.2 Le représentant de compte du contrat doit avoir acquis au moins cinq (5) ans d’expérience en
télécommunications par satellite au cours des huit (8) dernières années.
2.2.2.3 Pendant la durée du contrat, l’entrepreneur doit soumettre à l’approbation du responsable
technique le curriculum vitae de chaque nouveau représentant de compte du contrat dans les
dix (10) jours ouvrables suivant la date à laquelle l’entrepreneur avertit le responsable
technique qu’il faut un nouveau représentant de compte.
2.2.2.4 Sur demande, le représentant de compte du contrat doit rencontrer le responsable technique,
le gestionnaire des services par satellite de la DGRU ou l’autorité contractante à un endroit
dans la région de la capitale nationale ou, si c’est impossible, être disponible pour une
téléconférence. Sauf en cas d’urgence, le Canada donnera au représentant de compte un
préavis d’au moins cinq (5) jours avant toute réunion.
2.2.2.5 Le représentant de compte doit remettre à l’autorité pertinente (ou aux autorités pertinentes)
un procès-verbal dans les dix (10) jours ouvrables suivant toute réunion. Si l’autorité pertinente
n’est pas d’accord avec le procès-verbal préparé par le représentant de compte, elle en
informera ce dernier dans les cinq (5) jours ouvrables suivant leur réception.
2.2.2.6 Sur demande, l’entrepreneur doit fournir un soutien en marketing et en ventes lorsque le
Canada communique avec ses clients actuels et potentiels. Ce soutien comprendra ce qui
suit :
a) la présence à des réunions;
b) la participation à des téléconférences ou à des vidéoconférences;
c) la fourniture de documentation (électronique ou papier) expliquant les services fixes
par satellite;
d) l’aide accordée au Canada dans ses communications avec ses clients au sujet des
services fixes par satellite offerts aux termes du contrat;

Page 7 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

e) l’accusé de réception de toute demande d’information du Canada dans les


deux (2) jours ouvrables au responsable technique et au gestionnaire des services
par satellite de la DGRU;
f) la réponse à toute demande d’information du responsable technique et du
gestionnaire des services par satellite de la DGRU dans les cinq (5) jours ouvrables.
2.2.2.7 La présence du représentant de compte du contrat à toutes les réunions est aux frais de
l’entrepreneur, y compris les frais éventuels de déplacement et de subsistance.

2.3 SOUTIEN À LA CLIENTÈLE


2.3.1 Ligne de dépannage
2.3.1.1 L’entrepreneur doit offrir au client un soutien technique pour tous les aspects des services, y
compris les services du concentrateur, les services de bande passante et les logiciels et le
matériel à distance, par une ligne de dépannage accessible sans frais. L’entrepreneur doit
satisfaire aux exigences de la clause 4001, Achat, location et maintenance de matériel,
paragraphe 25(4) (2010-01-11), de la section Conditions générales supplémentaires en ce
qu’elle s’applique au matériel à distance ainsi qu’à la clause 4004, Services de maintenance et
de soutien des logiciels sous licence, article 5 (2008-05-12), de la section Conditions générales
supplémentaires en ce qu’elle s’applique aux logiciels qui font appel à la ligne de dépannage
comme il est indiqué ci-dessous.
2.3.1.2 L’entrepreneur doit prendre tous les appels à la ligne de dépannage avant cinq (5) sonneries
95 pour cent du temps. L’entrepreneur doit faire en sorte qu’un agent réponde à tous les
appels dans les deux (2) minutes 95 pour cent du temps.
2.3.1.3 L’entrepreneur doit conserver une trace de tous les appels faits à la ligne de dépannage, de
l’annonce du problème jusqu’à sa résolution. Il doit pour ce faire utiliser un moyen informatisé.
2.3.1.4 L’entrepreneur ne doit faire de suivi d’un appel reçu par un client et résoudre le problème de ce
dernier que pendant les heures de service qui s’appliquent à ce client (par exemple,
l’entrepreneur commencera à traiter la demande d’un client qui signale un problème à 18 h le
vendredi, et qui a choisi un service de dépannage de 8 h à 17 h du lundi au vendredi, le lundi
suivant à 8 h).
2.3.1.5 Les clients doivent pouvoir parler à un agent de la ligne de dépannage de l’entrepreneur
24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

2.3.2 Aide technique


2.3.2.1 L’entrepreneur doit fournir une aide technique au gestionnaire des services par satellite de la
DGRU et au responsable technique par voie d’un numéro de téléphone nord-américain
différent du numéro gratuit de la ligne de dépannage.
2.3.2.2 L’entrepreneur doit contribuer à résoudre les problèmes suivants nécessitant une expertise
technique qui va au-delà de ce que peuvent offrir les agents de la ligne de dépannage (liste
non exhaustive) :
a) les problèmes de compatibilité;
b) les problèmes de fonctionnement intermittents ou chroniques.
2.3.2.3 Le service d’aide technique par téléphone de l’entrepreneur doit être offert du lundi au vendredi
de 8 h à 16 h, heure de l’Est.

2.4 GESTION DES PROBLÈMES


2.4.1 Généralités

Page 8 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.4.1.1 L’entrepreneur doit gérer tous les problèmes touchant la prestation des services, y compris les
services de concentrateur, les services de bande passante et le matériel et les logiciels à
distance. Il en est responsable 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 : il doit poser un diagnostic, faire
un suivi et faire rapport de tous les problèmes qui nuisent à la capacité d’un client de se
prévaloir des services, que les problèmes soient liés au matériel, au réseau ou aux services
comme tels. Il doit consigner la description de chaque problème ainsi que toute l’information
sur la solution trouvée.
2.4.1.2 L’entrepreneur doit assurer la télésurveillance du réseau, établir des diagnostics préventifs et
coordonner la mise en évidence et le règlement des problèmes.
2.4.1.3 L’entrepreneur doit assurer les activités suivantes de manière continue lors du traitement des
problèmes liés au matériel, au réseau ou aux services :
a) attribuer à chaque problème signalé un numéro de dossier unique;
b) analyser le problème;
c) maintenir une piste de vérification qui présente toutes les mesures prises jusqu’à la
résolution du problème;
d) fournir les rapports précisés à la section Rapports.
2.4.1.4 L’entrepreneur doit être le seul point de contact et a toute la responsabilité de mener et de
coordonner les activités avec tout fournisseur, y compris un fournisseur d’accès Internet, en
vue de régler les problèmes qui nuisent au bon fonctionnement des services.
2.4.1.5 L’entrepreneur doit donner un numéro de dossier au client qui signale le problème afin que le
client et tout autre représentant du Canada puissent s’en servir pour faire référence au
problème, quelle qu’en soit la raison.
2.4.1.6 L’entrepreneur doit avertir le gestionnaire des services par satellite de la DGRU par courriel de
tout problème de fonctionnement ou de toute interruption de service, dès que la situation
risque de durer plus de six (6) heures.
2.4.1.7 L’entrepreneur doit fournir un accès par portail Web (lecture seule) au gestionnaire des
services par satellite de la DGRU et au responsable technique pour que puissent être
consultés les dossiers d’incident touchant les réseaux satellitaires par lesquels les services du
contrat sont offerts au gouvernement du Canada.

2.4.2 Procédures et paliers d’intervention


2.4.2.1 Les représentants de la ligne de dépannage de l’entrepreneur doivent faire intervenir, en cas
d’incident, la personne de la direction de l’entrepreneur située au bon niveau hiérarchique et
générer un rapport d’incident critique pour tout problème non réglé en respectant les délais et
les degrés de gravité indiqués ci-dessous.
2.4.2.2 Voici les personnes à informer selon les délais de l’incident (en vigueur 24 heures sur 24,
7 jours sur 7) :

Palier Gravité faible Gravité moyenne Gravité élevée


d’intervention
Gestionnaire des Zone A : 2 heures 4 heures 30 minutes
opérations
Zone B : 6 heures
Zone C : 12 heures
Directeur des Zone A : 3 heures 6 heures 1 heure

Page 9 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

opérations
Zone B : 8 heures
Zone C : 16 heures
Vice-président des 8 heures 4 heures
opérations
Remarque : Les délais indiqués dans le tableau débutent lorsque la demande est faite, peu
importe l’heure.

a) Gravité faible : Capacité réduite (y compris un fonctionnement intermittent sur une


certaine durée) d’accès au réseau touchant une station terrienne à distance ou un
groupe de ces stations en configuration point-multipoint (à l’exclusion de la
maintenance prévue, définie à la section 2.8).
b) Gravité moyenne : Capacité réduite (y compris un fonctionnement intermittent sur
une certaine durée) d’accès au réseau touchant toutes les stations terriennes à
distance de tout service fixe par satellite (à l’exclusion de la maintenance prévue,
définie à la section 2.8).
c) Gravité élevée : Non-fonctionnement intégral du réseau qui touche un service fixe
par satellite, y compris la défaillance d’un concentrateur et des hôtes à distance ou
la défaillance complète d’un satellite (à l’exclusion de la maintenance prévue, définie
à la section 2.8).
2.4.2.3 Dans les dix (10) jours ouvrables suivant l’attribution du contrat, l’entrepreneur doit fournir au
gestionnaire des services par satellite de la DGRU et au responsable technique une liste des
noms et des coordonnées (numéro de téléphone, courriel, etc.) du gestionnaire des
opérations, du directeur des opérations et du vice-président des opérations (ou des postes
équivalents de l’entrepreneur). Il doit mettre cette liste à jour chaque fois que des changements
de personnel se produisent aux postes de gestion ci-dessus et remettre la nouvelle version au
gestionnaire des services par satellite de la DGRU et au responsable technique.

2.5 SUIVI DU RENDEMENT DES SERVICES


2.5.1 Disponibilité des services
2.5.1.1 L’entrepreneur doit assurer la disponibilité des services bout en bout entre chaque site à
distance et le concentrateur conformément au tableau ci-dessous sur une base annuelle.

Tableau 1

Zone Disponibilité
Zone A 99,8 % (1 020 minutes d’interruption par
année)
Zone B 99,7 % (1 560 minutes d’interruption par
année)
Zone C 99,3 % (3 600 minutes d’interruption par
année)

2.5.2 Zones de maintenance


2.5.2.1 Nonobstant la clause 4001, Achat, location et maintenance de matériel, alinéa 26(3)a. (2010-
01-11), de la section Conditions générales supplémentaires, les zones de maintenance sont
définies de la façon suivante :

Page 10 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

Zone A :
Comprend tout emplacement situé au sud du 55e parallèle en Colombie-Britannique, en
Saskatchewan ou au Manitoba, au sud du 57e parallèle en Alberta ou au sud du 50e parallèle
en Ontario, au Québec, dans les Maritimes ou à Terre-Neuve-et-Labrador, et qui est
accessible en toute saison par des routes publiques revêtues. Tout emplacement situé dans
les limites de la zone A qui n’est pas accessible en toute saison par des routes publiques
revêtues sera considéré comme faisant partie de la zone B.

Zone B :
Comprend tout emplacement situé au sud du 55e parallèle en Colombie-Britannique, en
Saskatchewan ou au Manitoba, au sud du 57e parallèle en Alberta ou au sud du 50e parallèle
en Ontario, au Québec, dans les Maritimes ou à Terre-Neuve-et-Labrador, et qui ne peut être
atteint en toute saison par des routes publiques revêtues ou qui nécessite l’utilisation d’un
traversier ou d’un transport aérien. Citons par exemple les camps forestiers, les sites
d’exploitation minière, les sites d’exploration pétrolière et les régions isolées.
Zone C :
Comprend tous les sites au nord des limites de la zone B.

2.6 SERVICES D’ENTRETIEN DE L’ÉQUIPEMENT À DISTANCE


2.6.1 Généralités
2.6.1.1 L’entrepreneur doit fournir les services d’entretien du matériel à distance suivants pour les
sites à distance fixes :
a) l’identification et la résolution des problèmes;
b) une ligne de dépannage (consulter la section 2.3.1);
c) l’entretien et la réparation sur place du matériel à distance, y compris le câblage de
la liaison entre installations et la gestion de la garantie applicable au matériel auprès
du fabricant d’équipement d’origine;
d) la réduction au minimum nécessaire de l’utilisation du matériel;
e) les révisions aux logiciels et micrologiciels.
2.6.1.2 Comme à la section 2.6.1.1c), l’entrepreneur doit fournir des services d’entretien et de gestion
de garantie pour tout le nouveau matériel fourni dans le cadre du contrat conformément à la
clause 4001 (2015-04-01), Achat, location et maintenance de matériel, de la section Conditions
générales supplémentaires. Cependant :
a) nonobstant le paragraphe 25(1) de la clause 4001, Achat, location et maintenance
de matériel, la période d’entretien du matériel équivaut à la période entière du
contrat;
b) nonobstant les paragraphes 14(1) et (3) de la clause 4001, Achat, location et
maintenance de matériel, le montant exigible pour les services d’entretien est défini
dans la base de paiement et est réparti tout au long de la période du contrat.
2.6.1.3 Dans les dix (10) jours qui suivent la signature du contrat, l’entrepreneur doit fournir au
responsable technique ses procédures d’entretien et de gestion de garantie qui doivent être
conformes à toutes les exigences du contrat.

Page 11 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.6.2 Rénovation de l’équipement, mises à jour logicielles et modifications de


configuration
2.6.2.1 L’entrepreneur doit satisfaire aux exigences des clauses 4001 (2015-04-01), Achat, location et
maintenance de matériel, et 4004 (2013-04-25), Services de maintenance et de soutien des
logiciels sous licence, de la section Conditions générales supplémentaires à moins d’indication
contraire ci-dessous. Dans le cadre des services d’entretien du matériel, l’entrepreneur doit
effectuer les rénovations et les modifications du matériel, les mises à jour logicielles et les
modifications de configuration nécessaires à ses propres frais pour corriger les problèmes
opérationnels identifiés qui résultent de défauts de conception, si ces modifications sont prises
en charge par le fabricant de l’équipement ou l’éditeur du logiciel.
2.6.2.2 Si des rénovations ou des mises à niveau de l’équipement sont nécessaires, l’entrepreneur
doit coordonner ces activités avec les groupes d’utilisateurs et les effectuer de manière à
réduire au minimum les perturbations du système ou du matériel touché et les interruptions de
service et à ne pas entraîner de coûts supplémentaires pour les clients.
2.6.2.3 L’entrepreneur doit fournir les mises à jour logicielles prises en charge par le fabricant du
matériel ou son agent et les changements de configuration du matériel directement à sa
charge sans coût supplémentaire pour les clients pendant la période du contrat. Ces mises à
jour logicielles doivent être téléchargées sur le matériel à distance par la capacité de
transmission du concentrateur ou grâce à l’intervention d’un agent de l’entrepreneur qui
effectue des services d’entretien sur place du matériel à distance. Si le matériel à distance
n’est pas en ligne pendant la mise à jour logicielle ou la modification de configuration et que le
Canada a été avisé au préalable du fait qu’il s’agit d’une activité planifiée, l’entrepreneur devra
effectuer, sur demande du Canada, une visite sur place pour intégrer la mise à jour aux frais
du Canada.

2.6.3 Capacité d’entretien et délais de réponse


2.6.3.1 L’entrepreneur doit veiller à ce que tous les emplacements désignés comme centres
d’entretien du matériel soient dotés des outils et du matériel d’essai appropriés pour que
l’entretien se fasse dans les règles de l’art. Il doit également s’assurer que les techniciens sont
formés pour effectuer la tâche et qu’ils connaissent l’équipement à entretenir.
2.6.3.2 L’entrepreneur doit veiller, dans le cadre du service d’entretien sur place, à ce que tout
matériel à distance défectueux ou endommagé soit remis en état dans le délai prescrit à la
section 2.6.3.6 (sous réserve de la disponibilité, en temps voulu, du transport commercial). En
cas d’indisponibilité du transport commercial, l’entrepreneur doit faire de son mieux pour
respecter le délai prescrit à la section 2.6.3.6.
2.6.3.3 Nonobstant le paragraphe 12(3) de la clause 4001 (2010-01-11), Achat, location et
maintenance de matériel, de la section Conditions générales supplémentaires, l’entrepreneur
reste responsable des services, y compris des défaillances d’équipement fourni par le
gouvernement subissant un entretien obligatoire conformément au contrat.
2.6.3.4 La durée maximale des réparations correspond au temps écoulé du premier signalement du
problème par le Canada ou du moment où l’entrepreneur se rend compte que le
fonctionnement du service ou de l’équipement est perturbé pour une raison quelconque, si
c’est ce qui arrive en premier, jusqu’à ce que le problème ou le mauvais fonctionnement soit
résolu (c’est-à-dire jusqu’à ce que le problème soit résolu et que le service soit revenu à son
plein fonctionnement conformément aux conditions du contrat). Cette durée, dans le cas d’un
entretien sur place, est calculée en fonction du temps écoulé pendant les heures de travail
ordinaires. Elle englobe le temps que prend l’entrepreneur pour détecter la panne, isoler le

Page 12 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

problème, retirer et remplacer le matériel défectueux, vérifier la réparation et rétablir le service


ou remettre en fonctionnement le matériel.
2.6.3.5 La durée maximale des réparations est calculée selon la distance que doit parcourir
l’entrepreneur pour se rendre sur place. La ligne de dépannage est un service offert 24 heures
sur 24 par l’entrepreneur. Autrement dit, les clients doivent pouvoir joindre la ligne à tout
moment dans l’année pour signaler un problème, comme il est indiqué à la section 2.3.1.
2.6.3.6 Nonobstant l’alinéa 26(3)d. de la clause 4001 (2010-01-11), Achat, location et maintenance de
matériel, de la section Conditions générales supplémentaires, selon laquelle l’entrepreneur
peut remédier au problème ou au mauvais fonctionnement à distance, la durée maximale des
réparations est de quatre (4) heures.
2.6.3.7 Nonobstant les alinéas 26(3)a. et d. de la clause 4001 (2010-01-11), Achat, location et
maintenance de matériel, de la section Conditions générales supplémentaires, selon lesquels
un entretien sur place est requis, l’entrepreneur doit résoudre le problème ou le mouvais
fonctionnement conformément aux durées maximales des réparations suivantes :

a) zone d’entretien A : 4 heures;


b) zone d’entretien B : 12 heures;
c) zone d’entretien C : 24 heures.
Ainsi, dans la zone d’entretien A, un problème signalé à 8 h le mardi doit être résolu à 12 h le
même jour. Dans la zone d’entretien B, un problème signalé à 11 h le vendredi doit être résolu
au plus tard à 15 h le lundi, car on compte cinq (5) heures de 11 h à 16 h le vendredi et
sept (7) heures de 8 h à 15 h le lundi, ce qui fait 12 heures.
2.6.3.8 Les zones d’entretien sont définies à la section 2.5.2.1.
2.6.3.9 L’entrepreneur doit intervenir sans délai excessif à la suite des problèmes signalés sur la ligne
de dépannage, et ce, par tous les moyens à sa disposition, pour rétablir le service ou remettre
le matériel en état de fonctionnement.
2.6.3.10 L’entrepreneur doit veiller à ce que le matériel à distance installé à un site à distance ait une
moyenne des temps de bon fonctionnement d’au moins 55 000 heures. Le calcul de cette
moyenne doit adhérer au modèle de fiabilité MIL-HDBK-217F du département de la Défense
des États-Unis.

2.6.4 Services hors du cadre de l’entretien


2.6.4.1 L’entrepreneur doit fournir de la main-d’œuvre pour les travaux techniques supplémentaires à
effectuer qui ne sont pas inclus dans les services d’entretien du matériel décrit dans le contrat.
Il faut obtenir une approbation préalable du gestionnaire des services par satellite de la DGRU
ou du responsable technique avant que les travaux puissent commencer. Les travaux
supplémentaires comprennent le travail accompli par le technicien de l’entrepreneur dépêché
à un site à distance pour des raisons d’entretien si l’entrepreneur peut prouver que le
problème a été causé par de l’équipement qui appartient au client et qui n’a rien à voir avec le
satellite.

2.6.4.2 Les frais de transport et de subsistance associés aux services hors du cadre de l’entretien
devront être présentés par l’entrepreneur séparément des heures de main-d’œuvre associées
à l’activité.

On remboursera à l’entrepreneur les frais autorisés de déplacement et de subsistance qu’il


aura raisonnablement et convenablement engagés dans l’exécution des travaux, au prix
coûtant, sans aucune indemnité pour les bénéfices ou les frais administratifs généraux,
conformément aux dispositions portant sur les indemnités relatives aux repas, à l’utilisation

Page 13 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

d’un véhicule privé et aux faux frais qui sont énoncées aux appendices B, C et D de la
Directive sur les voyages du Conseil national mixte, et selon les autres dispositions de la
Directive qui se rapportent aux « voyageurs » plutôt que celles qui se rapportent aux
« employés ».

Tout déplacement doit être approuvé au préalable par le gestionnaire des services par
satellite de la DGRU ou l’autorité technique.

Tout paiement peut faire l’objet d’un audit par le gouvernement.

2.7 SERVICES D’INSTALLATION


2.7.1 L’entrepreneur doit effectuer toutes les études de sites, les installations, les travaux de génie
civil et les désinstallations et prendre avec les propriétaires bailleurs et les propriétaires
fonciers tous les arrangements nécessaires à la fourniture des services.
2.7.2 Nonobstant le paragraphe 5(4), Installation, intégration et configuration, de la clause 4001
(2008-05-12), Achat, location et maintenance de matériel, de la section Conditions générales
supplémentaires, tous les prix d’installation sont indiqués séparément dans la Base de
paiement et ne sont pas inclus dans le prix du matériel.
2.7.3 Les zones d’installation des sites à distance sont définies comme suit :
a) la zone d’installation 1 correspond à partout dans un rayon de 100 km des hôtels de
ville de Vancouver, d’Edmonton, de Calgary, de Regina, de Winnipeg, de Thunder
Bay, de Toronto, d’Ottawa, de Montréal, de Saint John, d’Halifax et de St John’s;
b) la zone d’installation 2 correspond à partout au sud du 55e parallèle ou sur ce
dernier en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan ou au Manitoba et
partout au sud du 50e parallèle dans toutes les autres provinces;
c) la zone d’installation 3 correspond à partout au nord du 55e parallèle en Colombie-
Britannique, en Alberta, en Saskatchewan ou au Manitoba et partout au nord du
50e parallèle dans toutes les autres provinces;
d) la zone d’installation 4 correspond à partout au Yukon, dans les Territoires du Nord-
Ouest et au Nunavut.

2.8 AVIS DE PERTURBATION PRÉVUE DES SERVICES


2.8.1 L’entrepreneur doit fournir au gestionnaire des services par satellite de la DGRU le calendrier
de maintenance du réseau (c’est-à-dire les fenêtres de maintenance régulière prévue) dans les
dix (10) jours ouvrables suivant l’attribution du contrat, puis tenir à jour le calendrier tout au
long de la période du contrat.
2.8.2 L’entrepreneur doit faire parvenir au gestionnaire des services par satellite de la DGRU un avis
écrit de toute maintenance prévue susceptible de toucher les services au moins sept (7) jours
ouvrables avant d’effectuer cette maintenance.
2.8.3 Sauf en cas d’urgence, l’entrepreneur doit avertir le gestionnaire des services par satellite de la
DGRU avant d’effectuer toute activité de maintenance non prévue susceptible de toucher les
services. Dans la mesure du possible, il convient de coordonner les activités de maintenance
non prévues susceptibles de toucher les services avec le gestionnaire des services par
satellite de la DGRU. En cas d’urgence, l’entrepreneur doit avertir le gestionnaire des services
par satellite de la DGRU le plus tôt possible après le début de l’activité de maintenance
d’urgence non prévue en lui en donnant la raison et en l’informant sur la période pendant
laquelle les services seront touchés.

Page 14 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.8.4 L’entrepreneur doit rendre accessible sur Internet toute l’information sur les moments où
auront lieu des conjonctions soleil-satellite et où ces dernières auront des répercussions sur le
satellite géostationnaire utilisé par l’entrepreneur pour offrir les services du contrat. Il doit
fournir l’hyperlien du site Web où se trouvera l’information sur les conjonctions. Il doit donner le
préavis au gestionnaire des services par satellite de la DGRU par courriel au moins
deux (2) semaines avant le début des conjonctions.

2.9 RAPPORTS
2.9.1 Généralités
2.9.1.1 L’entrepreneur doit fournir les rapports sous forme électronique (avec un format de fichier CSV
ou délimité par des tabulations, MS Excel) par courriel.
2.9.1.2 Les modifications, les changements ou les suppressions apportés aux rapports et demandés
par l’autorité technique seront traités par le biais d’une modification au contrat émise par
l’autorité contractante.

2.9.2 Rapport sur les problèmes récurrents


2.9.2.1 À la demande du gestionnaire des services par satellite de la DGRU, lorsque ce dernier a
cerné un problème récurrent, l’entrepreneur doit remettre, par courriel, un rapport global
décrivant de façon détaillée tous les cas de problèmes similaires relevés dans les périodes
antérieures de rapport, avec le plan détaillé, délais compris, qu’il propose pour régler le
problème récurrent. Il doit remettre au gestionnaire des services par satellite de la DGRU un
rapport d’incident par courriel dans les 24 heures, rapport qui doit contenir au moins :
a) les numéros d’identification des problèmes;
b) les dates des problèmes;
c) les dates et heures de début de l’interruption;
d) le nom de la personne qui a signalé l’incident et son service;
e) le niveau de sévérité (comme il est décrit à la section 2.4.2.2);
f) la description du problème;
g) la description de la solution proposée;
h) le temps estimé pour mettre en œuvre la mesure corrective afin de remédier au
facteur sous-jacent à l’origine du problème récurrent.

2.9.3 Rapports succincts sur les problèmes


2.9.3.1 Dans les dix (10) jours civils suivant la fin de la période de facturation, l’entrepreneur doit
remettre au gestionnaire des services par satellite de la DGRU un rapport mensuel succinct
des problèmes contenant les renseignements suivants :
a) tous les problèmes enregistrés par l’entrepreneur;
b) la nature de chaque problème;
c) la date et l’heure auxquelles chaque problème a été signalé pour la première fois à
l’entrepreneur;
d) la date et l’heure auxquelles l’entrepreneur a déterminé que chaque problème a
débuté (lorsque l’entrepreneur est en mesure de le déterminer);
e) la résolution de chaque problème;
f) si la cause sous-jacente du problème était rattachée aux services ou au matériel
fourni par le Canada;
g) la durée de chaque problème;
h) si, durant les périodes précédentes de rapport de trois (3) mois, des dossiers ont été
ouverts au sujet de problèmes similaires.

Page 15 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.9.4 Rapport sur le rendement des services


2.9.4.1 Dans les dix (10) jours civils suivant la fin de chaque période de facturation, l’entrepreneur doit
remettre au gestionnaire des services par satellite de la DGRU un rapport mensuel montrant
les calculs de la disponibilité des services pour le mois par client. Bien que les crédits relatifs à
la disponibilité des services ne soient payables qu’en fonction du calcul de cette disponibilité
sur une année civile (ou une partie d’année civile, le cas échéant), les rapports sur la
disponibilité des services sont à remettre chaque mois pour que le Canada puisse voir
l’évolution de la disponibilité dans l’année et demander des mesures correctives pour résoudre
les problèmes récurrents. Les valeurs des calculs mensuels seront comparées aux valeurs de
seuil données à la section 2.5.1. La méthode de calcul est donnée à la section 2.9.4.2.
2.9.4.2 La disponibilité des services dont l’entrepreneur fait état dans le rapport mensuel sur le
rendement des services doit être calculée à l’aide de la formule suivante :
[(TRT − TTI) / TRT] × 100
où TRT correspond au temps de réseau total, c’est-à-dire le nombre total de minutes
disponibles au cours du mois du rapport, qu’on calcule en multipliant le nombre de jours civils
du mois par 24 heures et par 60 minutes (par exemple, en avril, le temps de réseau total
équivaut à 30 × 24 × 60 = 43 200);
où TTI correspond au temps total d’interruption, c’est-à-dire le nombre total de minutes
d’interruption enregistrées par le système de gestion des incidents de l’entrepreneur pour un
service en particulier. Les dossiers des incidents d’interruption de service enregistrés par
l’entrepreneur servent au calcul des minutes d’interruption. Les minutes d’interruption sont
calculées à partir de l’heure à laquelle le problème est enregistré pour la première fois jusqu’à
ce qu’il soit réglé (dossier fermé) pour chaque dossier d’incident. La somme de toutes les
minutes d’interruption donne le temps total d’interruption. Le nombre ne comprend ni le temps
d’interruption pour faire la maintenance prévue ni les conjonctions soleil-satellite lorsque
l’entrepreneur a avisé le gestionnaire des services par satellite de la DGRU conformément à la
section 2.8.

2.9.5 Rapport d’achalandage


2.9.5.1 L’entrepreneur doit remettre un rapport d’achalandage mensuel au gestionnaire des services
par satellite de la DGRU pour tous les réseaux fournis dans le cadre du contrat. Le rapport
indiquera le trafic à l’entrée et à la sortie exprimé en nombre de personnes par unité de temps.
Les données seront comptabilisées par intervalles d’une heure (c’est-à-dire une moyenne sur
une heure) pour l’ensemble du mois. Sur demande de l’autorité technique ou du gestionnaire
des services par satellite de la DGRU, il faudra remettre des rapports dont les intervalles sont
plus courts.

2.10 FACTURATION
2.10.1 Généralités
2.10.1.1 L’entrepreneur doit établir un compte principal du gouvernement fédéral ayant au moins un
sous-niveau pour identifier le client. Le numéro du compte doit compter au plus 15 caractères
et ne doit contenir aucun caractère spécial.
2.10.1.2 L’entrepreneur doit collaborer avec le gestionnaire des services par satellite de la DGRU ou le
responsable technique pour résoudre les éventuels problèmes de facturation à la satisfaction
de ceux-ci.
2.10.1.3 La période de facturation correspond à un mois civil, du premier jour du mois jusqu’au dernier
jour du même mois.

Page 16 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

2.10.2 Factures
2.10.2.1 L’entrepreneur doit remettre au gestionnaire des services par satellite de la DGRU une facture
mensuelle imprimable et non modifiable dans le format Portable Document Format (PDF),
imprimée sur son papier en-tête officiel ou comportant son logo.
2.10.2.2 L’entrepreneur doit facturer chaque mois au gouvernement du Canada tous les frais uniques et
les frais récurrents encourus du premier jour au dernier jour du mois couvert par la facture. Les
factures de coûts ponctuels (installation, désinstallation, études de site, travaux de génie civil)
doivent être celles de l’entrepreneur et non de sous-traitants de ce dernier. Les services
échelonnés sur plus d’un mois seront facturés au prorata au moyen de la formule suivante :
coût total divisé par le nombre de jours durant le mois de facturation, le tout multiplié par le
nombre de jours de facturation du service. L’entrepreneur doit livrer tous les services et tout
l’équipement avant de les facturer.
2.10.2.3 L’entrepreneur doit indiquer sur la facture les frais liés aux services séparément de ceux liés à
l’achat de terminaux et d’accessoires.
2.10.2.4 La facture sommaire doit comprendre le solde antérieur, le total des frais courants, le total des
paiements, le total des rajustements et tout solde impayé.
2.10.2.5 L’entrepreneur doit s’assurer que la facture est envoyée par courriel au gestionnaire des
services par satellite de la DGRU dans les dix (10) jours ouvrables suivant la fin de chaque
période de facturation.
2.10.2.6 Outre l’information que requiert la clause 2035 (2016-04-04), Conditions générales - besoins
plus complexes de services, de la section Conditions générales, l’entrepreneur doit s’assurer
que la facture indique le numéro de référence de la commande de service, le produit livrable
ou une description des travaux.

2.11 FORMATION
2.11.1 Généralités
2.11.1.1 Sur demande du responsable technique, l’entrepreneur doit pouvoir préparer et donner des
formations sur le fonctionnement des appareils et des formations spécialisées sur les
technologies de communications par satellite.
2.11.1.2 Les formations doivent être effectuées dans des locaux du gouvernement du Canada situés au
Canada et établis par le gestionnaire des services par satellite de la DGRU ou à un endroit se
trouvant au Canada fourni par l’entrepreneur si le gestionnaire le décide ainsi. Le Canada ne
doit pas avoir à payer pour la tenue des formations sur le fonctionnement des appareils dans
les locaux de l’entrepreneur. Le Canada doit donner à l’entrepreneur un préavis d’au moins un
mois concernant tout besoin de formation.
2.11.1.3 L’entrepreneur doit fournir tout le matériel et toute la documentation nécessaires aux
participants au début de la formation (chaque participant devant recevoir un exemplaire
complet de la documentation de formation dans la langue officielle de son choix).

2.11.2 Formation sur le fonctionnement des appareils


2.11.2.1 À la demande du responsable technique, l’entrepreneur doit affecter un instructeur pour
donner une formation pratique aux personnes qui font fonctionner les appareils qui assureront

Page 17 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

les services VSAT et le matériel à distance. Le nombre total de formations ne doit pas
dépasser 20, à raison d’un maximum de cinq (5) personnes par formation. Chaque cours doit
couvrir les sujets suivants, à moins que le responsable technique et l’entrepreneur ne
s’entendent sur d’autres sujets :
a) la connaissance de base des satellites, surtout des services fixes par satellite;
b) l’analyse des DEL et des commandes visibles du matériel à distance;
c) l’entretien préventif et le dépannage de base.
2.11.2.2 Outre le traitement des sujets particuliers décrits ci-dessus, les formateurs doivent bien
connaître tous les services et tout le matériel à distance inclus dans le contrat et pouvoir
répondre aux questions des participants relatives aux fonctions de ce matériel.

2.11.3 Formations spécialisées


2.11.3.1 Sur demande du responsable technique, l’entrepreneur doit offrir des formations spécialisées
qui s’inscrivent dans l’énoncé des travaux.
2.11.3.2 Les frais de transport et de subsistance des instructeurs associés aux services de formation
devront être présentés par l’entrepreneur séparément des heures de main-d’œuvre associées
à l’activité.

Page 18 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3 PARTIE 3 – EXIGENCES TECHNIQUES POUR LES SERVICES


D’ENTREPRISE VSAT
3.1 GÉNÉRALITÉS
3.1.1 L’entrepreneur doit fournir des services VSAT asymétriques à un seul bond et à topologie en
étoile n’exploitant que les fréquences de la bande Ku avec une capacité de secteur spatial
dédiée (les « services »).
3.1.2 Le Canada compte environ 200 stations terriennes à distance qui lui appartiennent et qui sont
mises à la disposition de l’entrepreneur. Étant donné les investissements réalisés par le
Canada pour ces stations, l’entrepreneur doit s’y brancher directement pour offrir ses services.
Les stations terriennes fixes emploient actuellement les technologies iDirect Infiniti ou iDirect
Evolution. Elles desservent des sites terrestres fixes à distance, des sites marins fixes à
distance ou des sites transportables à distance et sont énumérées aux tableaux B1 à B4 de
l’appendice B de l’annexe A. Toutes les futures stations terriennes emploieront des modems
dotés de la technologie Evolution.
3.1.3 L’entrepreneur doit fournir tout le matériel nécessaire ainsi que les schémas/configurations, les
liaisons radiofréquences et les travaux de génie civil nécessaires pour que les services
puissent être disponibles comme il est exigé à la section 2.5.1.1.
3.1.4 Les services doivent être offerts au départ aux quelque 200 stations terriennes à distance,
stations marines à distance ou stations transportables à distance, mais pouvoir évoluer au gré
des besoins d’augmentation ou de contraction de la bande passante pour les clients.
3.1.5 L’entrepreneur doit informer l’autorité contractante de tout projet d’élimination progressive des
services au moins 18 mois à l’avance et effectuer, à ses frais, la transition vers un service
équivalent ou de meilleure qualité.

3.2 EXIGENCES DES SERVICES


3.2.1 Généralités
3.2.1.1 Les services doivent être composés d’un réseau satellitaire privé prenant en charge les
données et les applications vocales interactives entre l’administration centrale de chaque client
et ses divers bureaux ailleurs. Ils se divisent en trois (3) parties principales : le secteur spatial,
le concentrateur et les stations terriennes à distance.
3.2.1.2 L’entrepreneur doit fournir une bande passante propre au secteur spatial avec bande de
remplacement dans la zone Ku du spectre.
3.2.1.3 L’entrepreneur doit fournir un concentrateur redondant (protégé). Le concentrateur, situé dans
un téléport, fournit l’interface réseau du client, l’équipement bande de base ainsi que les
fonctions de transmission (liaison montante) et de réception (liaison descendante). Le
concentrateur doit être situé au Canada.
3.2.1.4 Sur demande, l’entrepreneur doit fournir l’équipement de dégivrage pour les stations terriennes
à distance, par exemple une couverture spécialisée ou un dispositif de chauffage.
3.2.1.5 En vue de l’exploitation des réseaux satellitaires stationnaires, l’entrepreneur doit fournir la
capacité de secteur spatial, les infrastructures du concentrateur et les services d’entretien et
de maintenance qui permettront la mise en place de sites de clients branchés à ces réseaux
comme l’indique la section 1.1.1.1 et selon les divers objectifs de disponibilité des services
indiqués à la section 2.5.1. La liste des sites se trouve à l’appendice B de l’annexe A.

Page 19 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3.2.1.6 L’entrepreneur doit aussi fournir les pièces associées, les études de site et les services
d’installation et d’entretien en vue de l’agrandissement des réseaux utilisés pour la prestation
des services.
3.2.1.7 L’entrepreneur doit fournir le matériel à distance VSAT pour les stations suivantes :
a) terriennes fixes à distance;
b) marines fixes à distance;
c) transportables à distance.

3.2.1.8 Une « station terrienne fixe à distance » est une station fixe et éloignée située sur la terre
ferme. La station terrienne est dotée d’un équipement intérieur et extérieur comprenant une
antenne, un bloc-convertisseur à faible bruit, un bloc-convertisseur élévateur, un modem, du
câblage de liaison entre installations et un châssis.
3.2.1.9 Une « station marine fixe à distance » est une station installée à bord d’un bateau et dont
l’emplacement peut changer. La station marine comprend un système stabilisé à trois (3) axes
avec équipement de surveillance satellitaire automatisé et protection de la coupole pour que le
bateau puisse se déplacer sans danger et que le matériel résiste aux épisodes de météo
extrême typiques du milieu marin. Elle inclut aussi de l’équipement sur le pont et dans la cale,
notamment une antenne équipée de moteurs d’entraînement, un bloc-convertisseur à faible
bruit, un bloc-convertisseur élévateur, un modem, du matériel de repérage automatique des
satellites, du câblage de liaison entre installations et un châssis.
3.2.1.10 Une « station transportable à distance » est une station terrienne à distance qu’il est possible
de déplacer parce qu’elle est installée sur ou dans un véhicule ou une station terrienne fixe à
distance temporaire nécessaire selon la situation. Elle inclut du matériel de repérage
automatique des satellites, une antenne, un bloc-convertisseur à faible bruit, un bloc-
convertisseur élévateur, un modem, du câblage de liaison entre installations et un châssis.

3.2.2 Points de service


3.2.2.1 Les points de service sont les emplacements de départ et d’arrivée, le cas échéant, de chacun
des services par satellite bidirectionnels point-multipoint entre le site de l’utilisateur à distance
et le concentrateur qui servent de points de démarcation entre les responsabilités d’entretien
du client et celles de l’entrepreneur.
3.2.2.2 Le point de démarcation de l’entrepreneur au point de service sera le port Ethernet du matériel
à distance de l’entrepreneur. Le Canada est responsable de l’ensemble de l’équipement et du
câblage requis pour la connexion aux services, du point de démarcation jusqu’à chaque
ordinateur personnel, ordinateur personnel en réseau ou autre matériel de l’utilisateur final
connecté aux services.
3.2.2.3 L’entrepreneur doit fournir les ports Ethernet à partir desquels sont faits les branchements au
concentrateur.
3.2.2.4 L’entrepreneur doit fournir les ports Ethernet à partir desquels sont faits les branchements au
matériel à distance.
3.2.2.5 Le Canada fournira à l’entrepreneur un local climatisé et une alimentation en courant alternatif
protégée de conception industrielle aux sites à distance. Sur demande, l’entrepreneur doit
fournir une alimentation sans coupure à un site à distance (équipement satellitaire seulement)
ainsi qu’en assurer l’exploitation et l’entretien. L’espace offert pour abriter l’équipement
satellitaire dépendra du site.
3.2.2.6 L’espace réservé à l’équipement intérieur fourni par le Canada à l’entrepreneur est
normalement un espace commun non sécurisé. Dans les cas où l’entrepreneur demande un

Page 20 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

accès sécurisé au matériel à distance, il devra négocier avec le gestionnaire des services par
satellite de la DGRU ou les clients concernant les dispositifs de sécurité à implanter; des coûts
pourraient être associés à une telle démarche pour l’entrepreneur.
3.2.2.7 L’entrepreneur doit formuler des recommandations pour la conception du branchement du
terminal ou de l’équipement de communication, du câblage et des installations du client au
point de service à distance. L’entrepreneur n’est pas responsable de brancher l’équipement du
client au point de service.

3.2.3 Topologie du réseau


3.2.3.1 L’entrepreneur doit fournir les services à l’aide d’une architecture intégrée à topologie en étoile
(flux montant et descendant) qui ne fonctionne que sur la bande Ku.
3.2.3.2 L’entrepreneur doit concevoir les services comme un système par satellite à un seul bond
entre le point de service du concentrateur et chaque point de service à distance afin de réduire
au minimum la durée d’acheminement et les temps d’attente du système.
3.2.3.3 L’entrepreneur doit être en mesure de fournir la capacité de secteur spatial prenant en charge
un canal de flux descendant et de multiples canaux de flux montant de manière à ce que
chaque groupe d’utilisateurs puisse retirer le maximum de la capacité de la plateforme iDirect
Evolution.
3.2.3.4 L’entrepreneur doit s’assurer que le flux descendant et chaque flux montant sont configurables
de manière à permettre le partage de la bande passante dédiée par des groupes de clients ou
des utilisateurs à distance, selon les besoins des applications des clients.
3.2.3.5 L’entrepreneur doit fournir dans les services la possibilité d’encoder les données transmises
entre le concentrateur et le matériel à distance.
3.2.3.6 Sur demande du gestionnaire des services par satellite de la DGRU, l’entrepreneur doit être en
mesure de fournir un accès Internet pouvant atteindre 100 Mb/s au concentrateur.
L’entrepreneur doit absorber tous les coûts de construction ponctuels pour fournir l’accès
Internet au concentrateur.
3.2.3.7 L’entrepreneur reconnaît qu’un site à distance peut être relié à un centre de données par
Internet ou une liaison terrestre dédiée. Les services de l’entrepreneur doivent pouvoir être
offerts avec les deux types de connexions. La liaison terrestre dédiée peut être fournie par le
Canada ou l’entrepreneur sur demande.
3.2.3.8 Sur demande du gestionnaire des services par satellite de la DGRU, l’entrepreneur doit
pouvoir fournir une liaison terrestre dédiée d’une capacité maximale de 100 Mb/s,
proportionnelle à la bande passante combinée des flux montant et descendant, du
concentrateur vers le centre de données du Canada. L’entrepreneur doit absorber tous les
coûts de construction ponctuels pour fournir la connexion par liaison terrestre dédiée au
concentrateur.
3.2.3.9 Les services doivent assurer la transmission sans entraves des données encodées initiées par
l’utilisateur et l’authentification de l’utilisateur ou de la machine. Les services doivent prendre
en charge les applications de sécurité habituelles des utilisateurs, et pour la liaison et pour
l’ordinateur à distance, tous ces aspects pouvant nécessiter des techniques d’encodage et
d’authentification au site à distance. L’entrepreneur reconnaît que le Canada mettra en œuvre
une solution de réseau privé virtuel (RPV) dans son réseau local, solution qui utilisera le
protocole IPsec comprenant les produits PKI EntrustMC, avec un encodage OSI (Open Systems
Interconnection) aux couches 3 (réseau) et 4 (transport). L’entrepreneur reconnaît par ailleurs
que le Canada pourra à l’avenir déployer une solution utilisant des applications d’encodage et

Page 21 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

d’authentification comme SSL (Secure Socket Layer). Les services doivent prendre en charge
le déploiement du RPV à protocole IPsec et de la solution SSL.
3.2.3.10 L’entrepreneur ne doit pas filtrer par protocole le trafic IP provenant d’un équipement se
trouvant sur des sites à distance sauf en cas de demande du gestionnaire des services par
satellite de la DGRU.
3.2.3.11 L’entrepreneur doit fournir les services de manière à ce que chaque site à distance ait une
disponibilité de propagation unidirectionnelle des liaisons de bout en bout de 99,8 % et avec
taux d’erreur binaire de 1 × 10−7. L’entrepreneur doit clairement expliquer comment il peut
atteindre cette disponibilité de 99,8 % en fonction de la marge d’affaiblissement causée par la
pluie, et ce en comparaison avec le lien par temps clair pour les liaisons montante et
descendante.
3.2.3.12 L’entrepreneur doit expliquer clairement la relation entre le rapport de l’énergie par bit sur la
densité de spectre de puissance de bruit d’une part et le taux d’erreur binaire d’autre part,
surtout dans le cas d’un tel taux à 1 × 10−7.
3.2.3.13 L’entrepreneur doit fournir une analyse budgétaire des liaisons qui présentera la disponibilité
pour ces dernières et les marges du système pour les connexions satellitaires
unidirectionnelles et bidirectionnelles. L’analyse doit prendre en compte au minimum les
paramètres suivants :
a) la p.i.r.e.;
b) le bruit thermique;
c) le rapport gain/température de la station terrienne;
d) l’affaiblissement causé par la pluie;
e) le brouillage dans une voie adjacente;
f) le brouillage sur un satellite adjacent;
g) le bruit d’intermodulation.

3.2.3.14 Dans l’éventualité d’une faille du satellite ou d’un transpondeur satellite, le service de
remplacement doit rencontrer toutes les spécifications telles que décrites dans les sections
3.2.3.11, 3.2.3.12 et 3.2.3.13.
3.2.3.15 L’entrepreneur doit intégrer dans ses services l’utilisation d’un contrôleur de puissance de
liaison montante au niveau du concentrateur qui mesurera en continu les fluctuations
d’atténuation atmosphérique et compensera la puissance de la liaison montante jusqu’à 10 dB.

3.2.4 Exigences de l’interface réseau


3.2.4.1 L’entrepreneur doit fournir les interfaces physiques et électriques suivantes aux points de
service des sites à distance et du concentrateur :
a) Ethernet à 10/100 Mb/s avec une interface physique de 10 ou 100 BaseT (paire
torsadée).
3.2.4.2 Le service de l’entrepreneur doit permettre au client d’utiliser les protocoles suivants aux points
de service des sites à distance et du concentrateur :
a) TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol);
b) UDP (User Datagram Protocol).

3.2.4.3 L’entrepreneur doit veiller à ce que l’interface au point de démarcation soit configurée pour
établir automatiquement une adresse IP du réseau de l’entrepreneur au matériel du client par
le protocole DHCP (Dynamic Host Communication Protocol) par défaut. Les services doivent
aussi permettre au Canada d’utiliser des adresses IP statiques émises par l’entrepreneur, sur
demande du gestionnaire des services par satellite de la DGRU.

Page 22 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3.2.4.4 Les services de l’entrepreneur doivent pouvoir prendre en charge le trafic IP à diffusion
multiple de l’interface à distance à l’interface du concentrateur. Des options de configuration
doivent être prévues dans le système proposé pour les itinéraires IP statiques, des options qui
peuvent prendre en charge un trafic à diffusion multiple qui passe par le matériel du
concentrateur et à distance. Il doit aussi être possible, dans les services, de transmettre un flux
de données IP constituant une utilisation complète des groupes à diffusion multiple.

3.2.5 Optimisation du débit TCP/IP


3.2.5.1 L’entrepreneur doit veiller à ce que les services ne soient pas limités par le protocole TCP/IP
sur le réseau satellitaire et optimiser le débit associé à ce protocole.
3.2.5.2 L’entrepreneur doit veiller à ce que la solution d’optimisation des services soit transparente
(c’est-à-dire imperceptible) pour les applications du client et les réseaux terrestres.
L’entrepreneur doit veiller à ce que les applications TCP des utilisateurs puissent fonctionner
sans changement ni modification de l’équipement du client.
3.2.5.3 L’entrepreneur doit veiller à ce que l’intégrité de la pile de protocoles TCP sur les liaisons
terrestres soit conservée et que les données autres que celles du protocole TCP soient
transmises sans être modifiées.
3.2.5.4 Les services devraient inclure des stratégies pour optimiser le trafic du protocole HTTP (Hyper
Text Transfer Protocol), qui devraient être transparentes (c’est-à-dire imperceptibles) pour les
utilisateurs (sur leur ordinateur personnel ou sur le terminal de satellites à distance).

3.3 EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENDEMENT DES SERVICES


3.3.1 Taux d’erreur binaire
3.3.1.1 L’entrepreneur doit fournir les services de manière à ce que le taux d’erreur binaire
unidirectionnel (en amont ou en aval) entre un port de données à distance et un port de
données du concentrateur, avec correction des erreurs en aval, mais sans retransmission, soit
inférieur à 1 × 10−7 erreur par bit pendant toute la durée des services.

3.3.2 Latence aller-retour


3.3.2.1 L’entrepreneur doit fournir les services de manière à ce que la latence aller-retour mesurée
entre un port de données dans une station terrienne à distance et un port Ethernet au
concentrateur soit inférieure à 800 ms.

3.4 CONCEPTION DES SYSTÈMES


3.4.1 L’entrepreneur doit concevoir les systèmes de la manière la plus rentable répondant aux
exigences de communication du client au concentrateur et au matériel à distance.

3.5 DOCUMENTATION SUR LE SITE


3.5.1 Pour chaque site nouvellement installé dans le cadre du contrat et dans les cas où
l’équipement est fourni par le gouvernement, l’entrepreneur doit remettre au gestionnaire des
services par satellite de la DGRU, dans les 30 jours suivant la première visite du site, toute la
documentation sur le site, y compris le relevé. L’entrepreneur doit veiller à ce que cette
documentation soit détaillée et complète et présente un plan de la disposition du matériel à
distance et des constructions qui y sont liées. La documentation sur l’alimentation électrique
doit être fournie, si l’entrepreneur en est responsable.

Page 23 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3.5.2 Pour chaque nouveau site aménagé dans le cadre du contrat, l’entrepreneur doit conserver
une copie de la documentation sur le site tout au long de la période du contrat.

3.6 DÉLAI MAXIMAL DE PRESTATION DES SERVICES


3.6.1 Le délai maximal de prestation des services se trouve dans le tableau ci-dessous.

Type de commande de service Délai maximal de prestation


des services
Établissement de dates d’étude de 5 jours ouvrables
site et d’installation de 10 sites à
distance ou moins

Établissement de dates d’étude de 10 jours ouvrables


site et d’installation de plus de
10 sites à distance

Étude de site, aménagement de sites 45 jours civils


à distance et mise en service peu
importe l’emplacement des sites, en
supposant que tous les accès aux
propriétés aient été accordés et que
le transport vers le site soit possible
* Pour les réseaux d’au plus 20 sites à
distance

Étude de site, aménagement de sites 90 jours civils


à distance et mise en service peu
importe l’emplacement des sites, en
supposant que tous les accès aux
propriétés aient été accordés et que
le transport vers le site soit possible
* Pour les réseaux de plus de 20 sites à
distance

Mise à niveau des blocs- 30 jours civils


convertisseurs élévateurs ou
installation d’équipement de
dégivrage pour un site existant
Changement de bande passante 30 jours civils
pour un réseau existant

3.7 SERVICES D’ENTRETIEN POUR L’ÉQUIPEMENT À DISTANCE NON FIXE


3.7.1 L’entrepreneur doit fournir des services d’entretien pour les stations marines et transportables
à distance, notamment une plateforme pour signaler les problèmes, une ligne de dépannage et
un service de réparation sous garantie. Les travaux de réparation sous garantie se limitent au
retour de l’équipement au fabricant d’origine pour que ce dernier répare les modules couverts
par la garantie. L’entrepreneur doit fournir au client un numéro d’autorisation de retour du
matériel pour les modules défectueux dans les locaux désignés à cette fin de l’entrepreneur.
Les frais d’expédition ne sont pas à la charge de l’entrepreneur.

Page 24 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

3.8 MISE EN ŒUVRE


3.8.1 Dans le cas des sites actuellement en fonction sur les réseaux satellitaires, l’entrepreneur doit
actuellement avoir un téléport (concentrateur) en fonction, et ce, situé à l’intérieur des
frontières canadiennes. Ce téléport doit être capable de support les (4) réseaux satellite tels
que définis dans l’appendice B de l’annexe A. Le téléport doit avoir les équipements et les
services dotés des caractéristiques suivantes :

a) Un sous-système radio fréquence en bande Ku avec des équipements redondants


autant dans la chaine de transmission que la chaine de réception. Ce sous-
système doit aussi être capable de transmettre les signaux porteurs de
transmission supportant les (4) réseaux satellite tels que définis dans l’appendice
B de l’annexe A. La station terrienne au téléport doit aussi pointer au satellite
proposé par l’entrepreneur pour livrer ce service.
b) Un système d’alimentation électrique protégé (« UPS ») avec de la protection par
batterie de 30 minutes au minimum, et aussi doté d’un générateur diesel en
secours.
c) Un sous-système de station maitresse iDirect, connecté au sous-système radio
fréquence tel que défini ci-haut. Ce sous-système iDirect doit aussi être capable
de supporter les (4) réseaux satellite tels que définis dans l’appendice B de
l’annexe A. Ce sous-système iDirect doit aussi supporter les plateformes Evolution
et Infiniti.

3.8.2 Dans l’éventualité où il y aurait une migration vers un nouveau réseau, un plan de migration
doit être rédigé et soumis avec la soumission. Ce plan de migration doit définir les éléments
suivants :
a) Le plan de migration doit clairement démontrer comment les sites existants seraient
transférés à l’intérieur d’une période maximale de 60 jours (après l’attribution du
contrat);
b) Le plan de migration doit clairement adresser le transfert des sites aux nouveaux
réseaux; et
c) Le plan de migration doit clairement adresser le transfert des liens de
télécommunications terrestres connectés au téléport.
Les couts associés avec le transfert des sites, incluant la largeur de bande et les frais
d’opérations et d’entretien des stations éloignées, seront payés par l’entrepreneur durane la
période de migration des sites. De plus, dans l’éventualité que l’opérateur en place ne gagne
pas la compétition, le Canada paiera pour les services récurrents (incluant la largeur de bande
et les frais d’opération et d’entretien des stations éloignées) sur une base pro rata pendant que
les sites sont transférés vers les nouveaux réseaux.

Page 25 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

4 PARTIE 4 – GLOSSAIRE ET DÉFINITIONS


 Accès au concentrateur : Service comprenant la mise en fonction et l’entretien de
l’équipement électronique du concentrateur configurable en étoile ou de l’équipement de
modem pour les services de téléport. Il comprend aussi les éléments redondants associés à
l’équipement du concentrateur ou du modem et au matériel de la liaison montante (bloc-
convertisseur à faible bruit, bloc-convertisseur élévateur, antenne), la main-d’œuvre, le
terrain, les locaux ainsi que les installations techniques connexes (chauffage, climatisation,
alimentation par courant alternatif ou continu, alimentation sans coupure à commutation
automatique).
 Amont : Direction de transmission du site à distance vers le concentrateur.
 Aval : Direction de transmission du concentrateur vers le site à distance.
 Bande Ku : Fréquences situées approximativement dans la plage de 10 à 20 GHz et servant
uniquement à la transmission par satellite.
 Bloc-convertisseur à faible bruit : Dispositif de la chaîne de liaison descendante qui
convertit les radiofréquences en fréquences intermédiaires.
 Bloc-convertisseur élévateur : Dispositif utilisé dans la transmission (liaison montante) de
signaux reçus par satellite. Il convertit une bande (ou un « bloc ») de fréquences d’une
fréquence inférieure vers une fréquence supérieure.
 Concentrateur ou site du concentrateur : Lieu de convergence de tous les circuits
satellitaires pour les utilisateurs à distance et de liaison terrestre avec le centre de données
du ministère utilisateur par le biais d’Internet ou d’installations terrestres dédiées.
 Correction des erreurs en aval : Système de contrôle des erreurs pour la transmission de
données selon lequel l’émetteur ajoute des données redondantes à ses messages,
également appelées « code de correction des erreurs ».
 Dégivrage : Blocage de la production de glace ou de neige ou suppression de cette dernière
sur une antenne satellitaire. On peut pour ce faire chauffer la surface ou installer un
couvercle spécialement conçu en nylon non adhésif sur la surface d’une antenne
parabolique.
 DGRU : Direction générale des réseaux et des utilisateurs de Services partagés Canada qui
offre des services de communication au gouvernement fédéral.
 Équipement fourni par le gouvernement : Matériel à distance relié au satellite, qui est
actuellement la propriété du client à la suite du précédent processus d’approvisionnement.
 Fournisseur d’accès Internet : Organisation qui offre des services donnant accès à
Internet.
 Fréquence intermédiaire : Fréquence à laquelle une porteuse est convertie en intermédiaire
de transmission ou de réception. La fréquence intermédiaire de l’équipement satellitaire de
liaisons montante et descendante oscille entre 950 et 1 450 MHz.
 kb/s : Kilobits par seconde.
 Liaison entre installations : Câblage reliant l’équipement extérieur d’une station terrienne
de satellite à l’équipement intérieur.
 Matériel à distance : Terme faisant référence à l’équipement satellitaire au site à distance
du client. Il comprend l’antenne satellitaire, le bloc-convertisseur élévateur, le bloc-
convertisseur à faible bruit, le dispositif intérieur ou modem et la liaison entre installations qui
y est associée. On peut aussi parler de « station terrienne », de « station terrienne à
distance » ou d’« équipement à distance ».
 Mb/s : Mégabits par seconde.
 Microstation terrienne (VSAT pour « very-small-aperture terminal ») : Station terrienne
bidirectionnelle de satellite dont l’antenne fait tout au plus 3,8 mètres de diamètre.

Page 26 of - de 27
Solicitation No. - N° de l’invitation Amd. No. - N° de la modif. Buyer ID - ID de l’acheteur

Client Ref. No. - N° de réf. du client File No. - N° du dossier CCC No./N° CCC - FMS No./N° VME

 Modem : De l’abréviation anglaise mod(ulator) dem(odulator), dispositif qui transmet des


données numériques en convertissant (modulant) un signal numérique en format analogique
et en reconvertissant (démodulant) le signal analogique en signal numérique à la réception.
 Moyenne des temps de bon fonctionnement : Délai moyen entre les défaillances d’un
dispositif, souvent attribué à la vie utile du dispositif.
 Multifréquence avec accès multiple par répartition dans le temps : Méthode d’accès à
un canal permettant à plusieurs hôtes à distance utilisant la même bande passante de
partager cette même bande et d’y transmettre de l’information.
 Multiplexage temporel : Type de multiplexage par lequel au moins deux signaux ou flux
binaires sont transférés en apparence simultanément dans des sous-canaux d’un canal de
communication, mais procèdent en fait tour à tour.
 p.i.r.e. : Puissance isotrope rayonnée équivalente.
 Protocole : Ensemble défini de normes de communication indiquant les paramètres qui
doivent être observés par tous les utilisateurs.
 Rapport EB/NO : Rapport de l’énergie par bit sur la densité de spectre de puissance de
bruit.
 Rapport gain/température de bruit d’une antenne (G/T) : Facteur de mérite s’appliquant
au rendement d’une antenne, où G est le gain de l’antenne en décibels à la fréquence de
réception et T, la température de bruit équivalente du système de réception en kelvins. La
température de bruit du système de réception correspond à la somme de la température de
bruit de l’antenne et de la température de bruit de la chaîne radiofréquence, des bornes
d’antenne jusqu’à la sortie du récepteur.
 Site d’utilisateurs à distance : Lieu où des utilisateurs se branchent au réseau à distance
du concentrateur et dont les circuits bidirectionnels communiquent avec le concentrateur.
 Zone de couverture ou empreinte (d’un satellite) : Superficie marine ou terrestre couverte
par le satellite et où une antenne peut obtenir une communication à visibilité directe. Dans les
systèmes Inmarsat, on appelle une telle zone une « région océanique ».

Page 27 of - de 27