Vous êtes sur la page 1sur 5

Le crédit par signature

La banque peut apporter son concours à sa clientèle d´entreprises et de professionnels sous forme

d’engagements que l’on appelle des crédits par signature. La banque est ainsi sollicitée pour

émettre des engagements par signature afin de sécuriser et favoriser l’activité de ses clients.

Aspects généraux

Dans cette forme de crédit, la banque s’engage, auprès de différents tiers, à satisfaire aux
obligations contractées envers eux par certains de ses clients, au cas où ces derniers s’avéreraient
défaillants.

Ces crédits peuvent soit :

 Différer certains décaissements


 Eviter certains décaissements
 Accélérer certaines rentrées de fonds

Les crédits par signature sont très souvent accordés sous forme de cautions. Le banquier qui
s’engage par signature est alors subrogé dans les droits du créancier.

Dans le cadre de ces engagements par signature, la banque prête sa signature sans avoir à
supporter de charges de trésorerie. Toutefois, la banque analyse de manière détaillée son risque
puisque l’engagement de signature peut le cas échéant engager sa responsabilité, susciter des
décaissements importants voir même générer des pertes.

Les différents types d’engagements par signature sont les cautions et les acceptations ou avals. La
banque intervient aussi régulièrement dans le cadre des crédits documentaires.

Cautions

Plusieurs types de cautions peuvent être émis par une banque


Pour différer les paiements de l´entreprise, la banque peut délivrer :

 une obligation cautionnée puisque, dans certains cas, l’administration fiscale admet


que le reversement de la TVA par une entreprise puisse être différé de 4 mois. L’une
des conditions étant que ce différé de paiement de TVA soit cautionné par une banque.
Dans hypothèse d’une défaillance de l’entreprise, le Trésor public se retournera contre
la banque (ce mécanisme existe également pour certains droits de douane ou les droits
d’enregistrement).
 
 une caution bancaire pour enlèvement qui donne la possibilité pour un importateur
d’enlever des marchandises sans avoir à attendre le calcul des droits de douane.
 
 une caution pour impôts contestés où la banque se porte garante du paiement par le
contribuable si les droits des services fiscaux sont confirmés.

Pour éviter les décaissements de l´entreprise, la banque peut donner :

 une caution d’adjudication et de bonne fin qui est nécessaire si une entreprise veut
participer à des chantiers de travaux commandés par l’État ou par les collectivités
locales. Cette caution d’adjudication et de bonne fin évite à l’entreprise de déposer des
fonds en garantie lorsqu’elle participe à une adjudication.
 
 une caution en matière de droits de douanes et TVA qui dispense entreprise de
payer des droits de douanes ou la TVA sur des produits importés devant être
réexportés.
Pour accélérer les rentrées de l´entreprise, la banque peut donner :

 une caution de remboursement d’acomptes lorsque les clients doivent verser des


acomptes dans le cadre de marchés publics ou privés, nationaux internationaux.
 
 une caution de retenue de garantie dans le cadre de marchés publics ou privés,
nationaux ou étrangers.

Acceptations et avals

Pour faciliter à son client soit la livraison de marchandises soit l’octroi de crédit par un confrère,
le banquier peut accepter ou avaliser un effet de commerce tiré par son client en s’engageant à
payer à l’échéance.

La banque peut donner :

 son acceptation (ou avaliser) à un effet tiré par le vendeur que ce dernier soit situé à
l’étranger ou qu’il réside en France, ce qui permet à son client de s’approvisionner en
bénéficiant de la confiance de ses fournisseurs,
 
 Sa garantie à une autre banque pour faciliter l’octroi d’un crédit.

Crédits documentaires

Le crédit documentaire est l’engagement pris par la banque d’un importateur de garantir à
l’exportateur le paiement des marchandises (ou l’acceptation d’une traite) contre la remise de
documents attestant de l’expédition et de la qualité des marchandises prévues au contrat.

 Révocable : le banquier peut revenir sur son engagement avant expédition des
marchandises.
 Irrévocable : le banquier ne peut revenir sur son engagement, sauf accord de toutes les
parties.
 Notifié : le banquier de l’importateur est seul engagé.
 Confirmé : l’engagement du banquier de l’importateur est conforté par un banquier
correspondant dans le pays de l’exportateur.
Avantages et inconvénients

Les crédits par signature présentent des avantages et des inconvénients pour le banquier comme
pour son client.

Pour le banquier

Au moment de sa mise en place, un crédit par signature évite toute sortie de fonds.
Il permet la perception de commissions. Enfin, le banquier est subrogé dans les droits du créancier
bénéficiaire de l’engagement.

Le risque est parfois difficile à évaluer.

Pour le client

Ce type de concours permet une meilleure gestion de la trésorerie et permet souvent de faire
baisser les coûts financiers.

Les engagements par signature impliquent régulièrement le paiement de commissions y compris


en cas de non-utilisation. De plus, la société doit souvent apporter des garanties à la banque.

Le plus souvent, les banques financent les entreprises en leur fournissant des
capitaux sous forme de crédits de trésorerie. Dans certaines situations, elle
peut également lui apporter ses fonds sous forme d’engagements. Ce sont les
crédits par signatures.

Dans ce cas, la banque prête sa signature sans endosser une charge de


trésorerie. La banque doit effectuer une analyse très précise dans le cadre
d’une étude du crédit bancaire (quelque soit sa durée et sa nature) dans la
mesure où cet engagement peut être à l’origine de dépenses importantes.

Cette forme de crédit est particulière car le banquier soumet son engagement
par lettre auprès du tiers. Il est alors tenu de satisfaire aux obligations
contractées envers ces tiers par certains de ses clients, au cas où ces derniers
ne respecteraient pas leur engagement. Ces crédits peuvent décaler certains
paiements, les éviter ou encore accélérer des encaissements de fonds.  Ils sont
généralement fournis sous forme de cautions. La banque peut aussi prouver
son engagement en acceptant des effets de commerce. Il s’agit dans ce cas de
crédits par acceptation.

Il faut savoir que l’engagement du banquier est restreint dans le montant et


l’étendue. Il peut être limité ou non dans le temps. La banque ne peut pas se
rétracter une fois l’engagement fait et ce, qu’elle que soit la situation de son
client. Ce contrat doit être absolument rédigé, il ne peut en aucun cas être
présumé.
Dans le cas d’une caution, celle-ci peut être simple ou solidaire.
Une fois que le banquier aura satisfait l’engagement envers son client, il
bénéficiera donc des droits de bénéficiaire. Car le banquier qui a apposé sa
signature est subrogé dans les droits du créancier bénéficiaire de la caution.

Les crédits par signature sont avantageux aussi bien pour le banquier que
pour son client.
Cependant, ils peuvent présenter quelques inconvénients ;

- Pour le banquier

 Avantages
Dès sa mise en place la crédit par signature n’entraîne aucun
décaissement. Il évite les astreintes en cas d’encadrement du crédit. 
En cas de cautions fiscales, le banquier se voit remettre une quittance
subrogative dans le cadre des droits du créancier bénéficiaire de
l’engagement.
 
 Inconvénients
Le risque est difficilement évaluable.
Le suivi des engagements nécessite une gestion délicate et assez
lourde.

- Pour le client

 Avantages
Ce crédit offre une meilleure gestion de la trésorerie.
Abaissement des coûts financiers.
L’engagement pris par la banque valorise l’image et la notoriété de
l’entreprise.
 
 Inconvénients
Le règlement de frais de service se fait même en cas de non utilisation.
L’entreprise est tenue d’apporter des garanties solides.