Vous êtes sur la page 1sur 8

Ministère de

BARRIERES DE SECURITE
et du Logement
POUR LA RETENUE DES POIDS LOURDS

(BARRIÈRES DE NIVEAU H2 OU H3)


SETRAV

Note de mise à jour n° 1

Septembre 2001

Service d'Études Techniques des Routes et Autoroutes


REMISE EN ETAT DES DOUILLES D'ANCRAGE
DE BARRIÈRE BN4 OU SIMILAIRE

PRESENTATION

Le principe général pour tout dispositif de retenue est de disposer d'une zone fusible facilement accessible
pour faciliter les interventions de réparation, mais aussi pour limiter à un niveau acceptable les efforts trans-
mis à la structure.

Il est donc important de bien ménager cette zone fusible et de lui conserver, durant la vie de la barrière, son
niveau d'efficacité.

Pour la barrière métallique de modèle BN4 ou similaire, ce fusible est constitué par des vis à amorce de rup-
ture (HM 22-80 à l'avant et HM 16-60 à l'arrière). Il importe que ces vis ne soient pas attaquées par la corros-
ion compte tenu de leur fonction. C'est pourquoi la norme ou les annexes techniques imposent des disposi-
tions adéquates de protection contre la corrosion. Or, il s'avère qu'il existe tout un parc de barrières dont l'état
de la visserie risque de n'être plus apte à assurer la reprise des efforts d'ancrage. Dans ce cas, il est conseillé
de procéder à la réparation de l'ancrage in situ, sans modifier les ancrages d'origine ni les dimensions de la
boulonnerie d'ancrage de la barrière.

La présente mise à jour fait état des résultats de l'application de la solution à base de douilles collées décrite
dans la note d'information n° 22 et dans le guide GC "Barrières pour la retenue des PL. Barrières de niveau
H" et conseille de s'orienter vers une autre solution de réparation.

1.- INTRODUCTION
Normalement, après un choc sur la barrière, l'amorce de rupture des vis joue son rôle et il est alors possible
d'intervenir en déposant la partie de vis rompue et de la remplacer par une vis neuve en adoptant la disposi-
tion prévue par la norme XP P 98-421 (art. 6.4) pour assurer l'étanchéité à l'eau autour du filetage et de la
zone fusible constituée par l'amorce de rupture.

Si la corrosion affecte cette partie de l'ancrage (notamment les filets de la douille), celle-ci aura une résistance
à l'arrachement insuffisante voire nulle et ne sera surtout plus à même de recevoir une nouvelle visserie.

Il importe donc de reconstituer un filetage permettant l'utilisation de la visserie d'ancrage prévue par la
norme.

Dans une note d'information n° 22 nous avions porté à la connaissance des services des résultats d'essais faits
en laboratoire sur la base de douilles inserts collées dans les douilles en place préalablement alésées. Les
conclusions de cette note avaient été reprises sans changement dans le fascicule du guide GC "Barrières pour
la retenue des PL. Barrières de niveau H".

La présente mise à jour présente les résultats de l'utilisation sur ouvrage de cette solution. Compte tenu des
insuffisances de la technique nous en déconseillons formellement son emploi et présentons une variante,
envisagée dans la note d'information N° 22, qui a été utilisée avec succès.

2.- LES PROBLEMES DE CHANTIER RENCONTRES


S'agissant d'une méthode sur laquelle nous manquions de recul, nous avions indiqué dans la note d'informa-
tion en conclusion :
"Bien que les essais aient été effectués sur des ancrages standard, dans un environnement proche d'un chan-
tier, ils ont bénéficié des facilités d'une étude de laboratoire. La technique de réparation proposée doit donc
être évaluée en situation réelle d'utilisation.

C'est donc à la suite de chantiers et en tenant compte de l'expérience ainsi acquise que l'on pourra éventuel-
lement apporter des améliorations. Dans ce but, nous serions très heureux de recueillir l'avis et les commen-
taires des applicateurs et donneurs d'ordre qui auront eu à mettre en oeuvre cette nouvelle technique. "

II apparaît que le passage de la solution étudiée à celui du stade de la mise en application par du personnel de
chantier n'a pas été couronné de succès.

On peut noter que les problèmes rencontrés furent sommairement les suivants :

• Grande susceptibilité aux conditions météorologiques,


• Difficulté de mélange correct de la résine qui nécessite une compétence difficile à avoir sur un
chantier où c'est le mécanicien qui intervient, donc peu familiarisé avec les procédures très spéci-
fiques de collage,
• Venues d'eau par le fond du trou réalésé (suite, fort probablement, à des douilles plus courtes que
celles utilisées lors des essais sur le prototype),
• Défaut de respect de certaines prescriptions de façonnage des alésages et des douilles (absence
de fond, notamment),
• etc.

Bien que conscients de ces difficultés, elles ont été sous-estimées lors de notre étude. Il aurait fallu demander
une plus grande fiabilité à la solution et prendre un plus grand coefficient de sécurité sur la valeur de collage
pour tenir compte de ces aléas. Sur ce dernier point, il apparaît, après avoir pris l'avis du fabricant de colle,
que l'on est à la limite du procédé et qu'il est vain, en l'état actuel de la technique, d'espérer une amélioration.

Ceci étant, il se confirme que les résultats des réparations sur sites ne sont pas satisfaisants. On ne peut donc
pas continuer à conseiller cette solution des douilles collées.

3.- LA DISPOSITION RECOMMANDÉE : LÏNSERT FILETE


A la suite de ces difficultés, nous avons étudié plus précisément la solution par douille à double filetage que
nous avions envisagée dans la note d'information n° 22.

Les essais qui ont été faits ont montré que, sous réserve de respecter une forme de douille parfaitement défi-
nie, cette solution n'est pas aussi délicate d'exécution que l'on pouvait le craindre a priori.

• En effet, une fois l'outillage de réalisation de l'alésage en place, l'exécution d'un taraudage n'en-
traîne pas de complications et s'intègre bien dans le planning d'exécution.

• II suppose une seule compétence qui est celle d'un bon mécanicien, ce qui est assez facile à ap-
précier.

• Elle ne présente pas d'aléas météo ou de risque suite à des venues d'eau pendant le chantier.

Reste à préciser la douille de réparation. On trouvera sur la figure 1 les différents types de douilles d'ancrage
de BN4 que l'on peut rencontrer sur site du fait de l'évolution du produit :

a) La douille type définie dans le Bulletin Technique n°6 (mise à jour n°l de juin 1973). On notera que sa
longueur n'est que de 56 mm, ce qui expliquerait les venues d'eau parfois observées suite à des percements
trop profonds sur les ouvrages objets de l'expérimentation.
56

BT 6 Mise à jour N* 2 Norme XP P 98-421


(1976)

—J6.5I- M —J6,5(-—M 22 |

70

Figure 1 : Les différents types de douilles d'ancrage de BN4.

b) La douille définie dans la mise à jour n°2 du BT 6 (date approximative : 1976) et reprise dans le GC 77.

c) La douille définie dans la norme XP P 98.421.

La figure 2 présente la douille à insérer qui est proposée.

Sa longueur est de 46 mm ce qui permet de l'insérer dans la douille de 56 mm sans déboucher.

Cette longueur de taraudage apparaît suffisante pour le vissage des vis. Pour les vis avant, la profondeur de
vissage est de 42 mm environ ; pour la vis arrière, la profondeur de vissage est de 47 mm mais la douille
n'ayant pas de fond, il est possible de serrer à fond avec une légère sortie de la vis en fond de douille.

Cet insert comporte un taraudage extérieur de M30 au pas de 2 à gauche sur une hauteur de 43 mm
pour faire en sorte que I'insert soit bien vissé à fond et vienne en butée sur le fond du trou sans risquer
de se bloquer sur un filetage de fond de trou mal exécuté.
La matière restant de part et d'autre de la douille en place est de 2,5 mm, ce qui nécessite un parfait
centrage du percement et donc une procédure de contrôle vérifiant TOUS les centrages avant perce-
ment, ce avec une précision de quelques dixièmes de mm.

M 22
Pas de 2,5 à droite
2,9- 2,9

48
56

M 30
Pas de 2 à gauche

Figure 2 : Définition de l'insert à double filetage. Figure 3 : L'insert en place.

Remarque : nous avons prévu un filetage extérieur de l'insert avec pas "à gauche" pour se prémunir contre
d'éventuels problèmes lors d'un démontage ultérieur. Ceux-ci devraient être évités par la présence de la colle.
On peut aussi arguer que ces difficultés peuvent se produire au moment de l'installation. Il n'y a donc pas
d'obligation sur ce point.

4.- MISE EN OEUVRE DE LA RÉPARATION D'ANCRAGE


\jà technique de réparation comprend la série des opérations suivantes :

• Dépose des vis en place (avec l'aide éventuelle d'un dégrippant).

• Alésage des douilles à 030,5 ± 0,2 mm. Un trépied est nécessaire pour assurer le parfait centrage et la
perpendiculaire de l'alésage. Ce trépied peut être fixé par ventouse ou en utilisant certaines fixations de la
barrière (les fixations par chevilles dans le béton sont à éviter).

• Taraudage.

• Mise en place de l'insert (Cf. schémas des figures 2 et 3) jusqu'à affleurement avec la face inférieure de la
contre platine avec une légère enduction de colle époxydique (pour éviter un desserrage intempestif et as-
surer une étanchéité contre les venues d'eau dans ce filetage).

Cet insert peut être fabriqué par un serrurier convenablement équipé suivant les cotes exactes définies sur
la figure 2.

• Remise en place de l'ancrage. Le délai de disponibilité de l'ancrage est immédiat.

• Mise en oeuvre de l'étanchéité autour de la visserie.


5.- CONCLUSION
La technique de réparation d'ancrage de modèle BN4 ou similaire décrite dans la présente mise à jour fait
appel à un matériel relativement courant : perceuse avec dispositif de centrage, taraudeuse, colle,.... Elle peut
être réalisée dans un temps court.

Le recours à une main d'oeuvre hautement spécialisée n'est pas obligatoire, ce qui ne doit pas faire oublier
pour autant la précision de l'opération et la qualité de l'exécution, notamment du fait de l'emploi de résine.

Un chantier a été réalisé suivant cette technique et les essais de traction sur les douilles ont donné des valeurs
tout à fait conformes à ce que l'on attend d'un ancrage de BN4.

Pour toute difficultés ou question relative à des réparations d'ancrage de BN4 ou similaire, ne pas hési-
ter à contacter les gestionnaires du guide GC.

La présente mise à jour annule la note d'information N° 22.


Page laissée blanche intentionnellement
a présente mise à jour fait état des résultats de l'application de la solution
à base de douilles collées décrite dans la note d'information n° 22 et dans
le guide GC "Barrières pour la retenue des PL. - Barrières de niveau H" et
conseille de s'orienter vers une autre solution de réparation à base de douilles
à double filetage.

Service d'Études Techniques des Routes et Autoroutes


Document disponible sous la référence FOI 16 au bureau de vente du SETRA
46, avenue Aristide Briand - B.P. 100 - 92225 Bagneux Cedex - France
Téléphone: 01 46 I I 3 1 53 et 0 1 46 I I 3 1 5 5 - Fax : 0 I 46 I I 33 55
internet : http://www.setra.equipement.gouv.fr

gratuit

Vous aimerez peut-être aussi