Vous êtes sur la page 1sur 16

Chap 2 : Atome à un Seul Electron (hydrogénoïde)

Etant constitué d’un noyau de charge +e et d’UN SEUL électron de


charge –e, l'atome d'hydrogène est donc le système le plus simple qui
pourrait être décrit par les fondements quantiques.
quantiques Il en est ainsi pour
toute entité constituée d’un noyau de charge +Ze (plusieurs protons) et
dd’un
un seul électron (Hydrogénoïde). Une seule interaction permet à
l’électron de graviter autour du noyau. Le traitement mathématique
pourrait, par conséquent, être rigoureux.
A) Hamiltonien et Equation de Schrödinger (ES) .
L’énergie totale étant la somme de toutes les formes d’énergie :
ћ2
•Energie
Energie cinétique du noyau : =00
2
2
•Energie cinétique de ll’électron
électron :

•Energie
Energie potentielle due à ll’interaction
interaction électrostatique
noyau-électron :

40
rN-el est la distance séparant le noyau
no a et l’électron.
l’électron
L’équation de Schrödinger (ES) du système est donc.

Ĥt = Et

Remarque : le proton est à peu près 2000 fois plus lourd que
ll’électron
électron, il sera considéré comme immobile

et rN-el
N l = rell = r
Noyau au centre
du repère
L’ES devient donc :
Si l’électron est repéré en coordonnées cartésiennes,

Mathématiquement la résolution est difficile dans le système xyz


Car il nn’est
est pas possible de séparer les variable dans :

Il faut ainsi ppasser aux coordonnées sphériques


p q . Ainsi
l’hamiltonien devient :
B) Résolution de l’ES
Deux parties apparaissent dans la structure de Ĥ

ˆ   2
1   2 
TR     2  r  dépend de r
 2mel  r r  r 

ˆ  1     1  2

L     sin   2
2 2
2
 sin      sin   

 
Rappel : La projection Lz de L sur l’axe Oz L z  i 


ˆ
L 2
Ze 2 Ĥ et L̂2 commutent, ils admettent donc
ˆ ˆ
H  TR   un ensemble commun de fonctions
2mel r 2
(4 0 ) r propres
L̂ 2 et L̂z projection de L̂ sur l’axe Oz commutent entre eux,
par conséquent LL̂z et Ĥ commutent,
commutent Il suffirait de chercher
les fonctions propre de L̂z pour en déduire celles de L2 et Ĥ.

Si l’on écrit la fonctions   sous la forme :


 
R(r) ne dépendra que de la variable r
Y(θ,φ)=S(θ)T(φ) dépendra des variables angulaires
.
 Lˆ2 Z e 2

ˆ
 TR   R(r)S( )T ( )  E el R(r)S( )T ( )
 2 m r 2
( 4 ) r 
 el 0 
Cr et C des constantes réelles,

Cr=l(l+1) et C  m
m2 avec m et l des entiers
entiers.

l est lié au moment cinétique orbital

m est lié à la pprojection


j Lz de L sur
Oz.
Un autre nombre quantique n lié à ll’énergie
énergie intervient dans la
résolution caractérisant les niveaux énergétiques de l’électron.

n = 1, 2, 3,…. et l=0,1,2,….n-1
3) Fonctions : solutions de l’ES.
nlm(r,θ,φ)=R
(r θ φ)=Rnl(r)Ylm(θ,φ)
(θ φ)

i)

partie angulaire Pllm= polynôme de Legendre en cos().

Exp : l=0, m=0,


ll=22, m
m=00,
l=2, m=±2,
l=1, m=±1,

l=2, m=0,

l=2, m=±1,
ii)

partie radiale, Lnl=polynôme de laguerre en r.

n=1, l=0 ,

n=2, l=0 ,

n=2,, l=1 ,

1 √ 34 2 2
n=3, l=2 , 32 2
3 0
9√30 3 9 0
0
iii) la solution générale est le produit des deux parties : radiale et
angulaire, elle est appelée ORBITALE ATOMIQUE (OA)

Exp:
1
* n=1, l=0 et m= 0 , 100 , , 0
3
OA 1s (n=1, l=0) 0

1
* n=2, l=1 et m= 0 , 210 , , 3
2 0
8 0
0
OA 2p
2 z (n=2,
2 l=1
l 1 et m=00)
√5 √ 34 2 2
* n=3, l=2 m=0 , 320
n=3 l=2, 2 3 2
1 3 0
36√30 3 9 0
0
OA 3dz (n=3, l=2 et m=0)
2

0, a0, e et Z so
sontt respectivement
espect ve e t laa pe
permittivité
tt v té du vide,
v de, lee rayon
ayo de
Bohr (0.529Å), la charge élémentaire (1.610-19C) et le numéro
atomique de l’hydrogénoïde.
4) Etude graphique des OAs
les orbitales atomiques sont des fonctions normalisées (traduction
du fait que l’électron possède une probabilité égale à 1 de se
trouver dans ll’espace)
espace)

2 ∞
2 2 2
0 0 0

Sachant que les fonctions Y et R sont elles-mêmes


normalisées.
et
R2r2

La surface en dessous de la courbe


représente la densité de probabilité
radiale
a0 r

1s ou 100
sym. sphérique
R2r2

r
z

i (ri,i)
Variation de
ri
Y2pz
2 en fonction
y de r et q
1 2 3

4 5

1 : dxy 2: dxz 3: dyz 4: dx2-y2 5 : dz2


4) Energies solutions de l’ES.
La résolution de l’ES conduit aux valeurs de l’énergie qui ne
dépendent que du nombre quantique principal n

0, a0, e et Z sont respectivement la permittivité du vide, le rayon de Bohr


(0.529Å), la charge élémentaire (1.610-19C) et le numéro atomique de
l’hydrogénoïde.

Remarquons que pour un niveau En, correspondent toutes les fonctions


propres vérifiant les inégalités entre n,
n l et m soit n2 fonctions.
fonctions On dit
que ce niveau est n2 fois dégénéré. Exp n=2 : 200, 21-1, 210 et 211,
4=22 fonctions.