Vous êtes sur la page 1sur 2

Plus d’un salarié sur 5 déclare souffrir de trouble de santé lié au stress au travail.

On
parle de stress quand une personne ressent un déséquilibre entre ce qui lui demande de
faire dans le cadre professionnel et les ressources dont elle dispose pour y répondre.
Nous avons tous été amenés à subir des situations stressantes auxquelles nous avons
répondu avec plus ou moins de succès. Le stress entraine une activation motivationnelle
qui a pour objectif de le réduire. Activation motivationnelle reproduction du schéma
appris mise en place de séquences comportementales ritualisées pas forcement toujours
adaptées à la situation.
Comment sommes nous amenés à gérer des situations stressantes ? Comment se
manifestent elles ? Comment percevons nous le stress et quelles sont les stratégies qui
nous permettent d’y faire face ?

Les fondamentaux du stress

Les 3 composantes du stress ce peut être un stimulus d’ordre psychologique mineur ou


important un évènement négatif ou positif (un conflit), exceptionnel (une opération
chirurgicale), ou constant (horaire trop chargé), prévu (RDV) ou inattendu (accident).Un
stimulus psychologique est causé par des évènements comme un médicament une
blessure ou un coup de froid dont l’organisme doit modifier sa chimie pour y réagir .Le
manque de stimulation peut amener du stress.
La réaction au stress
Lorsque le cerveau sonne l’alerte il active l’hypothalamus. L’organisme devient plus
efficace en produisant de l’adrénaline ce qui entraine une meilleure ventilation
pulmonaire, accélération du cœur….
3 réactions

Réaction d’alarme temps de préparation, mobilisation des ressources pour faire face au
stress
Phase de résistance utilisation des ressources
Phase d’épuisement : apparition de troubles somatiques s’ils persistent au delà du temps
nécessaire pour « fuir ou combattre » ces mécanismes donne lieu à des malaises
psychologiques et physiques qui sont les symptô mes du stress

L’attitude « chacun sa vie, chacun son stress nos vies familiales, professionnelles et
sociales sont des « stresseurs » permanents qui nécessite un savoir faire. Ainsi nous
avons tous un seuil de tolérance ou seuil de résistance celui ci est personnel et va
conditionner le niveau de réactivité face au stress ou à une accumulation de stress. Le
seuil de résistance se construit dans l’enfance et conditionnera la réactivité émotionnelle
de l’individu.
Alors quelles sont les modalités de gestion de situation stressantes ?
De nombreux facteurs personnels jouent un rô le central dans la réaction au stress
Facteurs personnels
-le trait de caractère ou type de personnalité
-l’anxiété
-l’état psychologique
-les croyances et facteurs culturels
-les facteurs socio économiques
-des facteurs plus personnels comme l’intelligence favorisant la capacité d’analyse d’une
situation en faisant appel à sa mémoire, sa capacité à utiliser les expériences passées
pour agir et la possibilité d’imaginer les conséquences

Alors comment s’adapter au stress


L’adaptation joue un rô le central dans la gestion du stress. Nous bénéficions de moyens
nommés stratégie d’adaptation et d’adaptation regroupées sous le nom « de coping »
LAZARUS  le défini comme l’ensemble des efforts cognitifs et comportementaux destinés
à maitriser, réduire ou tolérer les exigences internes ou externes qui menacent ou
dépassent les ressources d’un individu
Ainsi le terme « coping » regroupe l’ensemble des procédures et des processus qu’un
individu peut imaginer et installer entre lui et un évènement qu’il juge inquiétant voire
dangereux afin d’en maitriser les conséquences potentielles sur son bien être physique
et psychique.
Le coping peut agir de différente façon :
-Par modification de l’attention :
Par évitement Adapté substitution comportementale ou cognitive (activités
sportives, jeu relaxation plaisir destinée à liquider la tension émotionnelle Cette
stratégie est efficace lorsqu’elle est associée à une confrontation avec l’évènement
stressant moins adaptée : fuite (consommation d’alcool de tabac de drogue de
médicament) Le problème de ce type de stratégie est une association avec de
symptô mes de dépression.
Par vigilance : Recherche d’information dans le but d’en savoir plus sur la
situation, par la mise en place de plans de résolution de problèmes.
Le problème du coping vigilant est dans l’augmentation de l’intensité émotionnelle qu’il
suscite lorsque la stratégie de recherche d’information révèle que les choses sont pires
que ce que l’on pensait ou encore lorsque l’on se rend compte qu’il n’existe pas de plan
de résolution de problème viable.
-Par altération de la signification subjective de l’événement
Il s’agit d’une mécanisme proche du déni de la réalité .Il est plus ou moins décidé
consciemment. Dans ce cas on prend de la distance par distraction, par exagération des
aspects positifs par l’humour ou encore réévaluation positive. L’objectif de ses stratégies
est de générer des émotions positives. Elles sont efficaces lors que les expériences
stressantes sont de courte durée et surtout lorsque le coping centré sur le problème
n’est pas possible.
-Par modification des termes de la relation personne-environnement
Il s’agit de mettre en place des efforts comportementaux actifs avec affrontement du
problème dans le but de le résoudre. C’est la perception subjective qu’a l’individu de ces
stratégie qui lui permettra de moduler l’émotion associée aux stresseurs. Le coping
remplit deux fonctions essentielles : réguler la détresse émotionnelle et gérer le
problème qui cause la détresse. C’est la raison pour laquelle on distingue habituellement
deux grandes catégories de coping :
Le coping centré sur l’émotion

Le coping centré sur le problème : efforts pour résoudre le problème, suivre un plan
d(action, prendre les choses en main et trouver des solutions.