Vous êtes sur la page 1sur 25

1-PRESENTATION DE LA VILLE:

la Wilaya de Batna est l’une des plus anciennes Wilayas de l’Algérie indépendante.

Son histoire très lointaine, se confond avec l’histoire de la Berbérie en général et


de ses Aurès en particulier, que de multiples récits essayèrent d’expliquer ;et ce, depuis
l’émergence des royaumes Numides ; et des multiples civilisations qui se succédèrent
sur son territoire.

la wilaya de Batna s'inscrit presque entièrement dans l'ensemble physique constitué la


jonction des deux atlas tellien et saharien ce qui représente la particularité physique principale
de la wilaya et détermine de ce fait les caractères du climat ,et les conditions de vie humaine

1-1- SITUATION GEOGRAPHIQUE :


Situé dans la partie orientale du pays (Nord-Est) entre 4° et 7° de longitude Est et 35°
et 36° de latitude Nord, le territoire de la wilaya de Batna s’inscrit presque
exclusivement dans un ensemble physique constitué par la jonction des atlas tellien au
Nord et saharien au Sud. Elle est limitée :

- Au Nord par les wilayas d'Oum El Bouaghi, Mila et Sétif.

- A l’Est par la wilaya de Khenchela.

- Au Sud par la wilaya de Biskra,

- A l’Ouest par la wilaya de M’Sila

Carte n° 01 : la situation de la wilaya de


Batna Source : www.algerie-monde.com
Carte N° 2: montrant les limites de la wilaya de Batna
Source : Schéma Directeur de l’Aménagement Touristique de la Wilaya de Batna(SDAT)

1-2- SITUATION ADMINISTRATIF :


La wilaya de Batna compte aujourd'hui 23 daïras et 61 communes. La commune de
Batna est située au Nord-est de la wilaya dans la partie centrale du territoire wilaya. D’une
superficie de11641 Ha limité administrativement par :

o Au Nord par les communes de Seriana et Oued El Ma.


o A l’Est par la commune de Fesdis.
o Au Sud et au Sud- Est par les communes d’Ouyoun El Assafer et Tazoult.
o Au Sud-Ouest par la commune d’Oued Chaaba.

Carte N° 3: montrant les limites de la wilaya de Batna


DPSB – Monographie batna –mai 2015
1-3- LE RELIEF
La wilaya de Batna, vaste espace faisant charnière entre le Nord-Est et le Sud-Est du pays;
est un territoire de contraste présentant une structure physique très hétérogène, avec trois
régions naturelles distinctes : Une zone des hautes plaines au Nord, Une zone montagneuse au centre
et au Sud; et une zone Ouest à dominance steppique

Carte N° 4: montrant les reliefs de la wilaya de Batna


DPSB – Monographie batna –mai 2015

1-4- GEOLOGIE:
La région montagneuse du nord et du Nord- Est, est composée de formation sédimentaireà
prédominance carbonatée qui sont (calcaires, marnes, dolomies, argile et grès), tans dis que la
zone de plaine est un immense dépôt alluvionnaire, plis-quaternaire.

Carte N°5 : carte géologique de Batna


Source : Schéma de Cohérence Urbaine de La Ville de Batna
1-5- TOPOGRAPHIE :
La ville de BATNA est située dans une zone de plaine avec des altitudes qui varient entre
1030 m et 1050 m dans tous les sens.

La classe 0 à 3 % :

C’est la zone de pentes faibles, elle représente la plus grande partie (2827.02 Ha) avec un taux
de 83.30 % de la surface de la ville, cette classe présente un facteur favorable pour la
réalisation de divers réseaux, en revanche l'évacuation des eaux est faible.

La classe 4à 8% :

C’est la zone des bas piémonts au Sud – Nord et au Nord – Est de la ville, elle occupe une
surface de (172.53 Ha) avec un taux de 5.08 %.

La classe 9 à 12 % :

Elle représente la classe des pentes moyennes, elle occupe une surface de (203.66 Ha) et un
taux de 0.6 %, on la trouve au Sud et au Nord de la ville.

La classe 13 à 25 % :

C’est la zone de fortes pentes, on la trouve beaucoup plus aux hauts piémonts, elle représente
un taux
de 5.62
% et une

surface de (190.76 Ha).


Carte N°6 : carte des pentes de la wilaya de Batna
Source : Schéma de Cohérence Urbaine de La Ville de Batna

1.6- CLIMATOLOGIE:
Le Climat de la ville de Batna est celui d’une région semi-aride. Durant l’hiver la température
descend en dessous de zéro la nuit avec souvent des gelées (présence de verglas sur les
chaussées). La saison froide : s’étale de Novembre à Février et pouvant atteindre le mois de
Mars. C’est ainsi que l’on enregistre des moyennes ne dépassant pas le 9°C durant 4 mois
dans tout le territoire de la Wilaya. La pluviométrie moyenne enregistrée en 2009 est de 349,8
mm. La durée annuelle d’enneigement croit très vite en altitude .L’apparition de La neige est
rare ces dernière années et on l’a voit que pendant quelques jours.Pour la saison chaude, la
température durant l’été peut atteindre les 45°c à l’ombre pour le mois de Juillet et Août. Elle
est comprise entre le mois d’Avril et Octobre 

1.6.1- LES VENTS:


Les vents dominants qui soufflent dans la région sont : ceux du Nord-est pendant la saison
estivale, et ceux du Sud-ouest pendant le reste de l’année.

Le sirocco : est rencontré durant le mois de Juillet.

Les orages : sont enregistrés du mois de Mai à Septembre ; plusieurs orages par mois.

La gelée : elle est fréquente durant surtout le mois de Décembre, Janvier et le début de
Février.

Vents dominants
froids

Vents dominants
chauds
Carte N° 7: Représente les vents dominants

Source : Monographie de la Wilaya de Batna 2013

1.6.2- TEMPÉRATURES:
D'après ces données, nous relevons que dans la région de Batna, le mois de janvier est le
mois le plus froid avec une température minimale de -3.0°C.
Le mois le plus chaud est celui de aout avec une température maximale de 42,2°C.

Tableau 1: Représente Températures enregistrées en C°

Source : Monographie de la Wilaya de Batna 2015

1.6.3-PRÉCIPITATION:
 On constate, d'après les données, que le mois le plus pluvieux est le mois de mars avec
68,2 mm.
 Juillet le mois le moins pluvieux avec seulement 0,3 mm.
Tableau 2: Précipitations Mensuelles et Humidité Relative Moyenne

Source : Monographie de la Wilaya de Batna 2015


2- APERÇUE HISTORIQUE DE LA VILLE
Après la prise de Constantine en 1837 par les troupes de l'armée française conquérante, le Bey
se retire dans les montagnes de l'Aurès et organisa la résistance. Le 10 février 1844, sous le
commandement du Duc d'Aumale, les troupes françaises, se dirigent vers le sud pour
conquérir les Aurès et anéantir la résistance. Deux jours de marche après, l’état- major décida
de créer un camp provisoire auprès d'un point d'eau important. Les chefs locaux ne
comprenant rien au discours du commandant en chef se tournent vers 124 les interprètes et
leur demandent : "Qu'est-ce qu'il a dit ?" Les interprètes répondent simplement :
"N'betouHena !" (Nous passons la nuit ici en arabe local). Ce qui se traduit en termes
militaires (Nous bivouaquons ici). Les agents de liaison partent pour transmettre l'ordre
"LenbetHena", les français entendent cela de la bouche des indigènes, crurent entendre
"Batna" et pensèrent que c'était le nom du lieu. L'armée s'installait sur cette emmenée et
commençait l'établissement d'un camp permanent. Des historiens, indiquent et d'une manière
formelle, que le nom Batna existait bien avant l'arrivée de l'armée coloniale. Le livre de
voyage d'un historien et aventurier anglais (Schune) 100 rapporte qu'avant 1830, de passage
dans la région (l’actuelle Batna), il avait rencontré des gens qui occupaient toute la plaine, et
qu'ils donnaient à ce lieu le nom de (Bathnt) en berbère Chaouia.

3- POPULATION:
La ville de Batna est caractérisée par une croissance démographique accélérée. Ce phénomène
peut être expliqué par un exode rural persistant, et par une politique d'état qui centralise tous
les pouvoirs politiques, administratifs et économiques dans cette ville. Elle comptait 298 877
habitants en 2008 (RGPH 2008), elle atteint 316 182 habitants en 2010.

Année 1966 1977 1987 1999 2008 2010

Population 55017 98962 181631 242440 298877 316182

Tableau 03 : Evolution de la population de Batna entre 1966et 2010

Source : DPAT. 2011

Graphe 01 : Evolution de la population de Batna entre 1966et 2010

Source : PDAU Batna 2010


Tableau 04 : Répartition de la population dans chaque secteur de la ville de Batna

Source : DPAT. 2011

Carte n° 09 : Densité de population de la ville de Batna

Source : PDAU Batna 2010


fut en 1970 et c’est le plus ancien quartier.1

Carte n°01 : Croissance de la ville entre 1844 / 1870

1
IDEM
Source: L'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1844-1871, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan

Carte n°02 : Croissance de la ville entre 1871 - 1923

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1871-1923, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan

Carte n°03 : Premier noyau de la ville Batna


Source : ANAT: Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme -1998-BATNA

Carte n°04 : Croissance de la ville entre 1923 - 1945

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1923-1945, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan

Carte n°05 : Croissance de la ville entre 1945 - 1962

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1945-1962, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan
Carte n°06 : situation de l'urbanisation informel a Batna 1945 - 1962

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1945-1962, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan
Carte n°07 : Croissance de la ville entre 1962 - 1978

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1962-1978, in : CADAT (1974): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna phase B : Etat de fait et Bilan- batna 1978 In:CADAT : (1985): plan d'urbanisme
directeur
Carte n°08 : situation de l'urbanisation informel a Batna 1962 - 1978

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1978, in : CADAT (1985): plan d'urbanisme directeur
de la ville de batna
Carte n°09 : Croissance de la ville entre 1978 - 1985
Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1978, et situation 1985
in : CADAT (1985): plan d'urbanisme directeur de la ville de batna
Carte n°10 : situation de l'urbanisation informel a Batna 1978 - 1985
Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1978-1985, in : CADAT (1985): plan d'urbanisme
directeur de la ville de batna

3.3. Croissance de la Ville entre 1985- 1998 :


Cette période a été marquée par la rapidité avec lesquels se sont développées les
constructions individuelles au détriment des terres agricoles et celles prévues pour l'extension
future de l'agglomération à travers les quartiers spontanés. La ville a connu durant cette
période une explosion d'une urbanisation anarchique dans tous les sens. Cela a fait que le
phénomène du développement des quartiers spontanés à Batna soit spectaculaire tant par son
intensité que son abondance. L'ampleur et la rapidité avec lesquelles se sont développés les
quartiers spontanés à travers la ville de Batna ont entraîné la saturation du tissu urbain. Cette
typologie qui s'est répandue dans tous les quartiers : Kechida, Bouzourane. Parc à fourrage.
Route de Tazoult et notamment dans la partie sud.
(Tamchit et Bouakal) où l'urbanisation est favorisée par les terrains plats était à l'origine de
tous les problèmes que connaît l'agglomération à savoir :

A : Le problème d'intégration de ces tissus urbains et leur liaison avec le centre

B: Le développement des quartiers sans équipements et sans supports de VRD préalable

C : L'éclatement de l'agglomération a rendu difficile le fonctionnement autour du centre

Pour Maîtriser le développement particulièrement rapide et bloquer d'une part la prolifération


des constructions illicites et d'autre part répondre aux demandes pressantes en logement on n'a
lancé de grandes opérations de restructurations des quartiers périphériques Kechida, Bouakal,
Cité Chouhada, route de Tazoult, Parc à Fourage et Bouzourane.

La concrétisation de toutes ces actions a coïncidé avec le lancement du deuxième PUD en


1985, dont l'objectif était de réorganiser le tissu urbain par le rééquilibrage du schéma
d'affectation des sols dans plusieurs quartiers spontanés Bouzourane, Parc à fourrage, Route
de Tazoult, zmala ,Bouakal. Cité Chikhi, Kéchida, En parallèle avec ces opérations il y'eut la
continuation du programme : Z.H.U.N 1 et 2 et consolidée par le lancement de logements
dans le cadre de plusieurs opérations : Promotion immobilière, coopératives et lotissements.

Durant cette période une nouvelle orientation de l'extension de la ville est apparue suite à des
contraintes naturelles physiques le relief montagneux de Bouzourane et Tamchit qui ont
bloqué l'urbanisation dans les directions Nord et Sud. 3 directions sont apparues comme de
nouveaux supports d'urbanisation de la ville :

- Axe Route de Tazoult : avec un habitat pavillonnaire au début puis spontané

- Axe Route de Biskra : L'urbanisation est amorcée par des constructions individuelles en
cours de réalisation ;

- Axe Route De Merouana et Hamla : L'urbanisation a pris des formes de constructions


individuelles spontanées.
Carte n°11 : Croissance de la ville entre 1985 - 1995

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1985-1995, in : ANAT, pdau (1998)
In:CADAT : (1985): plan d'urbanisme directeur
Carte n°12 : situation de l'urbanisation informel a Batna 1985 - 1995

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1985-1995, in ANAT,PDAU (1998) In CADAT:
(1985): plan d'urbanisme directeur de la ville de batna

3.4. Croissance de la ville entre 1998-2008 :


A partir de l' année 1996, de nouvelles lois (l'urbanisme (PDAU,) ont été promulguées. Le
plan directeur d'aménagement et d'urbanisme 1998 : avait comme objectif de redonner à la
ville une dimension régionale, renforcer son rôle en tant que métropole, améliorer la qualité
de vie de ses habitants en proposant l'ossature du partie d'aménagement. Cependant et malgré
les orientations ambitieuses du PDAU, la ville de Batna connait d'énormes problèmes
d'espace nécessaires à leur extension. Cela est dû d'une part, aux obstacles physiques tels que
le relief montagneux, la zone industrielle, d'autre part, à la problématique du foncier.

De ce fait l'extension de la ville s'oriente de nos jours vers 3 principales directions qui sont :

1. Route de Tazoult : avec un habitat pavillonnaire.


2. Route de Biskra amorcée par la construction d'habitations individuelles en cours de
réalisation.

3. Route de Constantine à travers Fesdis.

Carte n°13 : Croissance de la ville entre 1995 - 2008

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1995-2008, in : ANAT, pdau (1998)
In:CADAT : (1998): plan d'urbanisme directeur
Carte n°14 : situation de l'urbanisation informel a Batna 1995 - 2008
Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, situation 1995-2008, in ANAT,PDAU (2008) In CADAT:
(2008): plan d'urbanisme directeur de la ville de batna

3.5. Croissance de la ville du 2008 à nos jours:


La croissance urbaine très accélérée du pôle urbain de Batna engendrée par le dynamisme
urbain qu'il est connu, de donné lieu à l'éclatement de tissu urbain a donné lieu à l'éclatement
du tissu urbain dans tous les sens notamment le long des principaux axes routiers.

Ceci risque de peser sur le développement urbain futur de l'agglomération la conurbation en


cours entre Batna-Fesdis, Batna —Tazoult, Batna-Lambiridi est l'une des conséquences de
cette urbanisation à laquelle il faut apporter une solution. Aussi l'extension de Batna
engendrée des relations étroites avec les communes environnantes concerne la problématique
générale du phénomène de la nouvelle territorialisation « le grand Batna ».

Carte n°15 : l'état actuel de la ville

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna 2008 PDAU 2008


Carte n°16 : situation de l'urbanisation informel a Batna état actuel

Source: l'auteur 2018 à partir de la carte de batna, PDAU 2008