Vous êtes sur la page 1sur 75

STIMULER LE TOURISME RURAL

Rapport Final du Programme Promotion du Tourisme


Rural au Maroc

MARS 2006
Cette publication a été produite pour l’Agence américaine pour le développement international. Elle a
été préparée par Chemonics International Inc.
Le site romain de Volubilis dans la région de Meknès abrite les ruines
les mieux préservées du Maroc. Couvrant une étendue de plus de 40
hectares, le site est localisé près de Moulay Idriss, la ville islamique la
plus importante du pays.
STIMULER LE TOURISME RURAL
Rapport Final du Programme Promotion du Tourisme
Rural au Maroc

Contract de l’USAID No. PCE-I-00-99-00003-00 Task Order 814


© CHEMONICS

Les opinions exprimées dans cette publication ne représentent pas nécessairement celles de l’Agence
américaine pour le développement international ou du gouvernement américain.
© CHEMONICS

Une femme berbère cuit du pain dans un four traditionnel à Immouzer.

vi SECTION NAME FOLIO


TABLE DES
MATIÈRES

RÉSUMÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CONTEXTE ET ENJEUX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ÉLABORER UNE STRATÉGIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL. .

PROMOUVOIR DES ITINÉRAIRES DE TOURISME


RURAL. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION. . .

PROJET PILOTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR. . . . . . . .

COUVERTURE: (photo couleur) Le Parc National Talassemtane, une


attraction majeure dans le PAT de Chefchaouen. Le parc abrite des
espèces de sapins protégés sur une superficie de 64.000 hectares.
© CHEMONICS

(photo noir et blanc) Des femmes berbères en tenues traditionnelles.


Il est estimé que près des trois-quarts des marocains sont de descen-
dance berbère.
© CHEMONICS / JAMES MACGREGOR

TABLE DES MATIÈRES III


HAUT : Des tentes aménagées par des
touristes dans un camping informel du
Moyen Atlas, qui abrite l’une des plus
grandes forêts de cèdres et de chênes.

MILIEU : Plusieurs logements ruraux,


tels que celui-ci dans la région d’Im-
mouzer, sont des maisons traditionnel-
les marocaines construites autour d’un
patio central et transformées en gîtes.

BAS : Un artisan au travail dans une


boutique près d’Ifrane. La sculpture du
bois est une activité génératrice de re-
venus importante pour les populations
IV SECTION NAME FOLIO rurales.
RÉSUMÉ
© CHEMONICS

En dépit de ses richesses cultu- Elaboration de la stratégie. En


relles et de sa nature attrayante, collaboration avec le Ministère
le Maroc doit encore réaliser marocain du Tourisme, le pro-
son plein potentiel touristique. gramme a élaboré une stratégie
La majorité des 5,5 millions de de tourisme rural basée sur un
touristes qui se rendent chaque modèle éprouvé de promotion
année au royaume visitent ses de destinations. C’est dans ce
stations balnéaires ou ses cités cadre que nous avons contribué
impériales. Toutefois, des études à la création de “pays d’accueil
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

montrent que deux touristes sur touristique” dans trois régions à


trois aimeraient passer plus de haut potentiel touristique : Chef-
temps dans les zones rurales du chaouen, Ifrane et Immouzer Ida
pays. Outanane.

Développer le tourisme dans les Le modèle est basé sur des prati-
villages et les petites villes maro- ques de tourisme durable visant
caines laisse présager des revenus à offrir des bénéfices économi-
plus élevés, des emplois plus ques équitables, à conserver le
nombreux et une plus grande patrimoine naturel, à respecter
diversification de l’économie ru- les traditions socioculturelles, et
rale, qui est largement basée sur à faire vivre une expérience riche
l’agriculture. L’Agence américaine et concrète aux touristes. Nous
pour le développement interna- avons travaillé avec les partenaires
tional (USAID) a lancé en 2002 de chaque région cible pour pro-
un programme de trois ans pour mouvoir la collaboration public-
aider le pays à saisir ces opportu- privé et les investissements dans
© CHEMONICS / OLIVIER ALLENBACH-ILLAIRE

nités. le développement et la promo-


tion du tourisme rural.

RÉSUMÉ 
Des touristes profitent du soleil
sue la terrasse de Casa Aladin, un
restaurant dans un village Rifain.

Développement de produits. Dans tégie visant à attirer les touristes


le cadre de la stratégie nationale, dans les zones rurales et à y
nous avons développé 18 nou- encourager des séjours d’une plus
veaux itinéraires dans les zones longue durée. La collaboration
cibles, en recourant à une mé- avec l’Office national marocain
thodologie de base pouvant être du Tourisme (ONMT) était au
reproduite dans d’autres régions. cœur de notre approche.
L’approche comprend toutes les
étapes habituellement suivies par En collaboration avec l’ONMT,
un tour opérateur avant qu’un le Ministère du Tourisme et
itinéraire ne soit publiable dans d’autres partenaires, nous avons
une brochure. créé une série de matériels—al-
lant des dépliants à des sites
Les itinéraires capitalisent sur web—permettant ainsi d’établir
les caractéristiques uniques de une “marque” identifiable pour
chaque région et sont conçus pour le tourisme rural. Nous avons
maximiser les interactions entre organisé des éductours pour
les touristes et les communautés familiariser 13 tour opérateurs
d’accueil. Un Manuel de plani- internationaux et 6 agents ma-
fication des circuits fournit les rocains aux nouveaux itinéraires.
détails opérationnels pour chaque Nous avons également forgé des
itinéraire, ainsi que des cartes SIG alliances avec les associations lo-
sophistiquées présentant les prin- cales pour appuyer la promotion
cipales attractions touristiques. du tourisme dans leur région et
avons sponsorisé la participation
Promotion. Le programme a de trois opérateurs marocains à
ensuite été axé sur la promotion une importante foire du tourisme
d’itinéraires basée sur une stra- en Allemagne.

VI RÉSUMÉ
Ces efforts ont contribué à Projets pilotes. Une série d’initia-
sensibiliser le marché du voyage tives pilotes ont servi à montrer
sur les produits du tourisme rural les moyens pratiques de valoriser
marocain et, dans une mondre les itinéraires ruraux. Ils ont
mesure, le public de voyageurs impliqué l’assistance en marke-
des principaux marchés euro- ting à une coopérative féminine,
péens. la remise en état du plus grand
rucher du monde, et la mise à
Renforcement des capacités. Les niveau d’un sentier pittoresque,
connaissances, compétences et de deux aires de repos et d’une
outils ont été transférés aux par- maison d’accueil. Les projets
tenaires nationaux, régionaux et pilotes ont servi de catalyseurs à
© CHEMONICS

locaux tout au long de la mise en la revitalisation des communautés


œuvre du programme. A la fin du locales et introduit des modèles
projet, nous avons laissé derrière de développement durable pou-
nous une base de données de vant être reproduits à une plus
500 tour opérateurs, des métho- large échelle.
dologies d’étude de marché, des
manuels techniques inspirés des Leçons tirées. En tant que pre-
bonnes pratiques internationales, mier effort de l’USAID pour la
ainsi qu’un groupe de parties promotion du tourisme rural au
prenantes formées à divers aspects Maroc, le projet offre d’impor-
du développement du tourisme tantes leçons pour l’avenir. Les
durable. principale d’entre elles sont le
besoin de promouvoir une plus
A travers nos ateliers de forma- grande coopération public-privé,
tion, plus de 220 responsables de fortifier le Service du Tourisme
de tourisme, sociétés privées et rural au Ministère du Tourisme
associations locales ont acquis et de répliquer les interventions
des connaissances sur le déve- pilotes couronnées de succès
loppement et la promotion de dans d’autres régions du Maroc.
produits, la planification et la Les autres leçons comprennent
logistique des circuits, les ven- le besoin davantage d’efforts
tes et le marketing, les services promotionnels, de formation aux
d’interprétation et de guide, le prestataires de services, d’inves-
service clientèle et l’hospitalité, et tissements dans le secteur du
les moyens d’attirer les investis- tourisme rural et l’établissement
sements dans les infrastructures d’indicateurs réalistes de mesure.
touristiques. Le Département
américain de l’Intérieur a ap- En dépit des enjeux auxquels il
porté l’expertise technique pour a fait face, le programme PTR a
aider les partenaires marocains à contribué à rehausser le profil du
élaborer des plans de mise en va- Maroc rural comme destination
leur des sites touristiques utilisés compétitive, jetant ainsi une base
comme base des projets pilotes au développement continu du
dans deux zones rurales. secteur.

RÉSUMÉ VII
Adil Hassouni (à droite), alors chargé du tourisme rural au Ministère
du Tourisme, discute avec Benhameda Hassan, propriétaire de
l’auberge Casa Hassan, pendant une visite à Chefchaouen.

VIII SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 1

CONTEXTE ET
ENJEUX
Le tourisme constitue une source à une concurrence croissante des
majeure de revenu et d’emploi autres destinations dans la région.
pour le Maroc. Ce secteur em-
ploie 540.000 personnes, soit 4,5 LA RÉPONSE DU MAROC
© CHEMONICS / JAMES MACGREGOR

pour cent du total du marché du À LA CONCURRENCE DU


travail et génère plus de 15 pour SECTEUR TOURISTIQUE
cent des devises étrangères, juste Reconnaissant le besoin d’amé-
après les transferts des Marocains liorer son positionnement,
résidant à l’étranger. le gouvernement marocain a
présenté officiellement en 2002 le
Situé dans l’unique carrefour Plan Azur, une stratégie nationale
entre l’Afrique, l’Europe et le de tourisme visant à attirer 10
Moyen-Orient, le Maroc attire millions de visiteurs en 2010. Son
plus de 5,5 millions de visiteurs premier objectif est de développer
par an1. Il traîne toutefois loin le nombre de stations balnéaires,
derrière les pays concurrents, se avec des investissements connexes
classant 9e sur les 10 principales dans des terrains de golf, casinos
destinations touristiques du bas- et autres infrastructures.
sin méditerranéen.
A côté du touriste convention-
Cela est largement dû à l’absence nel, le Maroc est cependant bien
de diversification du « produit » placé pour attirer un plus grand
touristique. Le Maroc offre deux nombre de visiteurs intéressés
principales expériences de voyage par l’écotourisme, l’aventure et le
: séjours balnéaires dans des lieux voyage éducatif. Au total, ce type
comme Agadir ou circuits des ci- de touristes constituerait environ
tés impériales de Fès, Marrakech, un tiers du marché touristique
Meknès et Rabat. Malgré qu’elles international.
continuent à attirer les visiteurs,
ces destinations touristiques tra- Les tour opérateurs exploitent
ditionnelles font face aujourd’hui déjà l’intérêt croissant des expé-
1
Ce chiffre inclut les visites de Marocains qui vivent à l’étranger.

CONTEXTE ET ENJEUX 
riences de voyage alternatif. De l’Ouest, une riche culture et
nombreuses agences offrent des une histoire où se mêlent des
circuits de randonnées, surtout influences berbère, arabe, musul-
dans le Haut-Atlas central et mane et française, un artisanat
Oriental, mais aussi dans l’Anti extraordinairement varié, l’inva-
Atlas et le long de la côte atlan- riable gentillesse de la population
tique. Les régions désertiques du marocaine et l’excellent rapport
pays connaissent aussi plus de qualité-prix constituent tous d’in-
popularité, si bien que le tou- téressants atouts compétitifs.
risme inconditionnel exerce des
pressions grandissantes sur cet En dépit de la poussée pour de
environnement fragile. nouvelles destinations, le déve-
loppement du tourisme a été
Outre les circuits organisés, inégal et plusieurs régions du pays
beaucoup d’itinéraires classiques demeurent encore relativement
offrent aujourd’hui un goût inexploitées. Avec des politiques
d’aventure loin du confort des et une gestion efficaces, le tou-
logements conventionnels. Le risme rural peut renforcer le posi-
tourisme d’aventure ne se limite tionement du secteur du tourisme
en aucun cas aux touristes sac à et en faire l’une des premières
dos voyageant bon marché car les sources de devises au cours de la
visiteurs ayant un pouvoir d’achat prochaine décennie.
supérieur choisissent de plus en
plus ce style de vacances. La tran- APPUI DE L’USAID
che d’âge s’élargit également—de Pour aider le Maroc à réaliser son
familles accompagnées de jeunes potentiel touristique, l’USAID
enfants aux randonneurs enthou- a lancé en 2002 un programme
siastes à la soixantaine. destiné à :

De plus en plus de voyageurs • Assister le Ministère du Tou-


indépendants s’éloignent plus risme à élaborer une stratégie
que jamais des sentiers battus à du tourisme rural
la recherche de rencontre avec les
populations locales. Un sondage • Renforcer la capacité institu-
effectué en 2002 avec le finan- tionnelle de planification et
cement de l’USAID a révélé que de promotion du tourisme
deux touristes sur trois veulent rural aux niveaux national,
plus de contact avec les petites régional et local
villes et les villages du Maroc. Le
nombre de riads (maisons tradi- • Développer et promouvoir
tionnelles utilisées comme hôtels) de nouveaux itinéraires dans
voyant le jour dans des lieux-clés les zones rurales à fort poten-
comme Marrakech et Fès est la tiel touristique
preuve d’une demande de plus en
plus forte d’authenticité. Par le biais d’un processus d’appel
d’offres compétitif, l’USAID a
Dans ce contexte, les caractéris- sélectionné Chemonics Interna-
tiques vendant le Maroc demeu- tional, basé à Washington, DC,
rent essentiellement les mêmes. pour mettre en œuvre le program-
La proximité avec l’Europe de me de 2,5 millions de dollars.

 CONTEXTE ET ENJEUX
Le programme Promotion du récemment entre le Maroc et les
Tourisme rural (PTR) a permis de Etats-Unis, ce projet était égale-
contribuer à l’ambitieux objectif ment conçu pour aider le Maroc à
du Royaume d’attirer 10 millions répondre aux défis du commerce
de touristes en 2010. Au vu de libre en diversifiant l’économie
l’accord de libre-échange conclu rurale.

RÉSUMÉ DES RÉALISATIONS DU PROGRAMME PTR


Stratégie de tourisme rural • Appui à la participation marocaine dans une foire
• Assistance au Ministère du Tourisme pour la concep- internationale du tourisme
tion et la mise en œuvre d’une stratégie nationale
de tourisme rural Formation et renforcement des capacités
• Aide au Ministère pour développer le concept des institutionnelles
pays d’accueil touristique (PAT) • Renforcement de la capacité institutionnelle du
• Promotion de partenariats et d’alliances stratégiques Ministère du Tourisme à suivre les flux de tourisme
aux niveaux national, régional et local pour favoriser rural par le biais d’un sondage auprès de 1.400
une approche intégrée du tourisme rural et des visiteurs étrangers au Maroc
investissements dans les infrastructures touristiques • Organisation d’ateliers pour 130 acteurs des secteurs
public et privé sur la planification du tourisme rural
Développement de produits • Organisation d’ateliers sur le développement de
• Développement et publication de 18 itinéraires de sites et les informations touristiques destinés à 50
tourisme rural planificateurs régionaux de tourisme, aux respon-
• Elaboration de cartes SIG pour chaque PAT priori- sables de la protection de l’environnement, et aux
taire et formation de cinq membres du Ministère du agents de développement local*
Tourisme aux techniques de la cartographie • Organisation du premier atelier national sur les
• Publication de tous les itinéraires, avec détails opéra- opportunités de financement de la promotion du
tionnels, dans un Manuel de planification des circuits tourisme rural destiné à 40 participants
• Création d’un manuel exhaustif sur la conception, la
Activités promotionnelles gestion et l’exploitation des logements ruraux
• Elaboration d’une stratégie de marketing du tourisme
rural avec les acteurs du secteur public et privé Projets-pilotes
• Création d’une marque de tourisme rural et d’une • Assistance à une coopérative féminine pour diversi-
identité propre pour chaque PAT prioritaire fier ses produits à base d’huile d’argan, améliorer le
• Publication de brochures en français, en anglais et en marketing et établir un centre d’interprétation*
espagnol sur les trois PAT prioritaires • Remise en état d’un rucher hérité du passé*
• Traduction en anglais et espagnol d’un guide (en • Mise à niveau de deux aires de repos et d’une mai-
français) de tourisme de montagne et du désert son d’accueil*
• Production de littérature promotionnelle • Remise en état d’un sentier panoramique, avec parc
• Conception d’un portail national sur le tourisme rural de stationnement et aires de repos*
• Création d’une banque de données de plus de 500 • Lancement d’une campagne de sensibilisation sur le
tour opérateurs internationaux et marocains tourisme responsable et la protection de l’environ-
• Organisation de deux éductours pour des tour nement des zones de montagne
opérateurs étrangers
• Renforcement de partenariats avec les réceptifs et *En partenariat avec le Département américain de l’Inté-
les associations locales pour une campagne conjoin- rieur.
te de promotion des itinéraires de tourisme rural

CONTEXTE ET ENJEUX 
Des patios colorés dans un gîte rural de la région du Rif au nord du
Maroc. Les éléments ethniques reflétés dans l’architecture et le dé-
cor sont appréciés par les touristes qui recherchent une expérience
authentique.

 SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 2

ELABORER UNE
STRATÉGIE

Avec l’aide du programme PTR désertiques, montagneuses et


de l’USAID et du Programme pastorales. Dans le cadre du pro-
des Nations Unies pour le Dé- gramme, quatre autres zones ont
veloppement, le Ministère du été identifiées et seront dévelop-
Tourisme a élaboré en 2003 une pées dans une étape ultérieure—
© CHEMONICS

stratégie nationale de promotion trois dans le Haut-Atlas et une


du tourisme rural—la première dans les régions du désert—sur
du genre au Maroc. La stratégie la base des leçons tirées des trois
donnait la priorité au dévelop- premiers PAT.
pement du tourisme dans trois
régions : Chefchaouen dans les LE MODÈLE PAT
montagnes du Rif, Ifrane dans Un PAT comprend l’ensemble
la région du Moyen-Atlas et des attractions touristiques,
Immouzer Ida Outanane dans infrastructures et acteurs du
l’arrière-pays d’Agadir. Elle tourisme dans une région spé-
appelait à la création de pays cifique. Basé sur les pratiques
d’accueil touristique (PAT) dans du tourisme durable, le concept
chacune de ces régions sur la base cherche à équilibrer les aspects
d’un modèle de destination ayant économique, environnemental et
réussi in France. socioculturel du développement
du tourisme en dotant d’avan-
Les trois PAT prioritaires repré- tages économiques les commu-
sentent certains des meilleurs nautés d’accueil, en faisant un
potentiels du tourisme rural du usage optimal des ressources
Royaume, avec une série d’op- environnementales pour conser-
portunités de développement ver le patrimoine naturel et en
communautaire et un mélange de respectant les traditions culturel-
ressources touristiques côtières, les et les styles de vie—tout en

ELABORER UNE STRATÉGIE 


assurant une riche expérience aux tourisme rural doivent être
ELÉMENTS-CLÉS DU visiteurs. facilement accessibles aux
visiteurs potentiels à travers
CONCEPT PAT
Conformément au modèle PAT, des systèmes de transport
• Zone géographique claire- une zone de destination touristi- fiables.
ment définie que doit comporter :
• La planification, les infras-
• Attractions naturelles, cultu- • Une zone géographique tructures et les activités : un
relles et humaines clairement définie. PAT doit fonctionner dans le
• Identité spécifique cadre d’une stratégie régio-
• Des attractions naturelles, nale de développement du
• Volonté des parties prenan- culturelles et humaines et la tourisme conforme aux ob-

© CHEMONICS
tes locales de travailler mise en valeur de quelques jectifs généraux nationaux.
ensemble produits de tourisme de Cela inclut la planification
• Proximité d’un marché bonne qualité plutôt qu’une rationnelle du tourisme,
générateur ou d’un point prolifération de produits de des investissements dans les
d’accès faible qualité. infrastructures liées au tou-
risme et une série d’activités
• Planification, infrastructures
• Une identité spécifique : pour satisfaire les goûts di-
et activités touristiques
chaque PAT doit être perçu vers du visiteur international
• Maison d’accueil comme une entité à part en- d’aujourd’hui.
tière. Pour se positionner sur
• Charte qualité et label
le marché, les PAT doivent • Une maison d’accueil : un
régional
définir et promouvoir les PAT doit avoir une maison
• Association PAT éléments distinctifs de leur d’accueil où les visiteurs peu-
région. vent chercher l’information
sur les attractions, les activi-
• Des parties prenantes locales tés et hébergements locaux,
consentant à travailler en- et poser des questions à des
semble : pour qu’une région personnes connaissant bien
devienne une destination de la région.
tourisme rural et non une
simple escale, des réseaux • Une charte de la qualité
structurés et des accords et un label régional : dans
de collaboration entre les chaque PAT, les parties
acteurs des secteurs public et prenantes doivent accepter
privé sont essentiels. L’enga- d’assurer un niveau minimal
gement communautaire est de qualité de l’hébergement,
un facteur clé. du transport, des services de
guide, etc. Chaque PAT doit
• La proximité à un marché aussi créer une « marque »
générateur ou à un point visuelle identifiable comme
d’accès : les destinations de outil promotionnel pour

 ELABORER UNE STRATÉGIE


Un petit magasin d’artisanat à
Chefchaouen vend des tapis tissés
à la main, des lampes, de la pote-
rie, et autres articles.

renforcer la marque d’en- programme PTR a aidé le Minis-


semble du tourisme rural. tère du Tourisme à élaborer un
plan d’action incluant des études
• Une association PAT : de faisabilité dans chaque PAT
chaque PAT doit être régi prioritaire, la collaboration avec
par une structure de gestion les parties prenantes locales pour
qui détermine les rôles et les établir le PAT et la promotion
responsabilités quant au dé- des destinations conjointement
veloppement du tourisme et avec l’ONMT et le secteur privé.
du marketing—deux fonc-
tions clés qui doivent être Nous avons ensuite travaillé sur
gérées simultanément. Une de multiples fronts pour dévelop-
telle structure doit inclure per le concept de PAT de chaque
les responsables publics, les zone prioritaire, créer et promou-
chefs communautaires, les voir des itinéraires de tourisme
entreprises touristiques et les rural pour chaque PAT, encoura-
ONG pour assurer l’aligne- ger les partenariats et les investis-
ment entre les objectifs du sements, renforcer les capacités
secteur public et du secteur des secteurs public et privé en
privé. planification du tourisme rural et
mettre en œuvre des projet pilo-
Pour guider la mise en œuvre de tes pour montrer les bénéfices des
la stratégie de tourisme rural, le pratiques du tourisme durable.

ELABORER UNE STRATÉGIE 


Des voûtes, des lanternes exoti-
ques, et du mobilier en fer forgé
sont des éléments communs dans
les logements ruraux ; comme
celui-ci à Taroudant, une ancienne
ville dans le PAT d’Immouzer.

A l’intérieur des auberges, les


chambres sont décorées avec
un mélange d’accents Arabes,
Berbères et Africains.

PARTENARIATS ET • le Haut-Commissariat aux


ALLIANCES Eaux et Forêts et à la lutte
STRATÉGIQUES contre la désertification, une
Une approche participative institution publique chargée
était essentielle pour assurer des des zones protégées comme
résultats durables. La coopération les parcs nationaux et les
avec les contreparties, les par- réserves
tenaires et les parties prenantes
a été renforcée dans toutes les • l’Agence de Développement
activités du programme. Les social, une agence publique
principaux partenaires étaient: semi-autonome ayant pour
mission de contribuer à la
• le Ministère du Tourisme et lutte contre la pauvreté et
ses délégations régionales et la vulnérabilité par l’appui
locales à des projets de développe-
ment durable
• l’Office national marocain
du tourisme (ONMT), • l’Agence de Développe-
l’établissement chargé de la ment économique et social
promotion du tourisme au des Provinces du Nord,
Maroc une agence publique sous

 ELABORER UNE STRATÉGIE


l’autorité directe du Premier pour chaque PAT. Il s’agissait
ministre d’un accord entre les principaux
partenaires institutionnels ayant
• les parties prenantes locales, identifié une liste d’actions
notamment les associations, ciblées et alloué un budget au
© CHEMONICS

les ONG, les communes et développement d’un PAT donné.


les entreprises de tourisme
Ces efforts ont généré des
• l’Agence allemande pour ressources additionelles pour
la coopération technique le programme. C’est ainsi que
(GTZ) qui travaille en coo- l’ONMT a destiné 1 million Di-
pération avec le Haut-Com- rhams (107.740 $) à la promo-
missariat aux Eaux et Forêts tion du tourisme rural. Marquant
pour élaborer des politiques un autre succès du programme,
de gestion des zones proté- Movimondo, une ONG ita-
gées lienne, a alloué 700.000 Dirhams
(75.419 $) au financement de
Dans le même esprit, le program- la mise à niveau des auberges et
me PTR a encouragé la coopéra- gîtes du PAT de Chefchaouen,
© CHEMONICS

tion entre les secteurs public et en utilisant la version pilote d’un


privé et entre les tour opérateurs manuel sur l’hébergement rural
et les communautés locales dans élaboré par le programme PTR
le domaine de la planification et en tant que guide. Le premier
du développement de produits groupe de bénéficiaires comprend
de tourisme rural. Le programme sept entreprises de tourisme
a joué un rôle déterminant dans rural.
l’établissement d’une convention

ELABORER UNE STRATÉGIE 


Des tour-opérateurs marocains et étrangers étudient une carte
signalétique dans le Parc National de Talassemtane, une attraction
touristique importante dans le PAT de Chefchaouen. Le parc abrîte
des sapins protégés qui s’étendent sur 64.000 hectares.

10 SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 3

DÉVELOPPER DES
PRODUITS DE
TOURISME RURAL
Dans le cadre de la stratégie Cela a permis d’identifier les
© CHEMONICS / JAMES MACGREGOR.

marocaine de tourisme rural, besoins en développement des


l’équipe du PTR a créé 18 infrastructures—des informa-
nouveaux itinéraires au cours tions utilisées plus tard pour
des deux premières années promouvoir les investissements
du programme et a porté son et lancer des projets pilotes afin
attention sur la promotion et le de mettre à niveau les attractions
marketing au cours de la dernière touristiques.
année. Tirant profit de la richesse
des attractions culturelles et Sur la base des résultats de l’éva-
naturelles que le Maroc rural a à luation, nous avons développé
offrir, les itinéraires fournissent des itinéraires qui capitalisent
des détails opérationnels et des sur les caractéristiques uniques,
coûts indicatifs pour que les tour la beauté naturelle et l’héritage
opérateurs les ajoutent dans leurs culturel de chaque PAT. A Chef-
programmes. chaouen par exemple, les itiné-
raires comprennent des sentiers
ITINÉRAIRES de montagne sur les traces des
IMMÉDIATEMENT anciens mystiques soufis et un
COMMERCIALISABLES voyage de découverte de la mon-
Pour orienter le développement tagne à la mer. D’autres itinérai-
des itinéraires de tourisme rural, res comportent une randonnée
le programme a réalisé une éva- dans la grande forêt de cèdres du
luation des ressources naturelles Moyen Atlas, des escapades dans
et culturelles, des infrastructu- les vallées et les palmeraies de
res touristiques et des maisons l’Atlas et du cyclisme de monta-
d’acueil dans les trois PAT cibles. gne.

DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL 11


Des cyclistes Suisses s’adonnent
au tourisme rural au Maroc.

En élaborant de nouveaux itiné- aboutir à un itinéraire équilibré.


raires, nous avons recouru à une L’objectif final est de créer un
méthodologie de base utilisée produit commercialisable avec
pour la formation à la planifica- assez d’accroches pour attirer les
tion de circuits. Notre approche ventes dans les marchés cibles.
était axée sur la création de pro-
duits touristiques pouvant être La planification et le développe-
vendus par les réceptifs locaux ment de tous les itinéraires ont
et promus directement auprès impliqué de larges discussions
des tour opérateurs étrangers avec les associations locales et les
ou même du public. Dans la fournisseurs de chaque région.
phase de conception, nous avons Un groupe comprenant le Service
reproduit les étapes généralement du Tourisme rural au Ministère
suivies par un tour opérateur du Tourisme, le personnel du
pour que les itinéraires soient PTR et l’USAID a évalué chaque
immédiatement commerciali- itinéraire sur la base des critères
sables—c’est-à-dire prêts à être suivants :
publiés dans un dépliant.
• la conformité à la stratégie
Les étapes consistaient à identi- générale de tourisme rural
fier les centres d’intérêt, les loge-
ments, les moyens de transport • la proximité à un point
existants, les services et activités, d’accès international (grand
les opportunités d’interaction centre urbain ou centre de
locale et comment tous ces élé- villégiature) et à une zone
ments peuvent être combinés de protégée (parc national)
façon cohérente et rentable pour

12 DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL


• la diversité des ressources de cyclisme. « L’itinéraire sem-
touristiques locales blait intéressant, mais nous vou-
lions le tester avant de le recom-
• les caractéristiques distincti- mander à d’autres membres du
ves club. Je dois admettre que nous
sommes ravis et prêts à revenir
• les infrastructures existantes, et recommanderons l’itinéraire à
« Nous étions à la surtout l’hébergement, mais d’autres cyclistes ».
aussi les restaurants, guides
recherche d’une
et activités (randonnée, cy- A la fin du voyage, les cyclistes
nouvelle expérience, clisme de montagne, prome- avaient dépensé 7.355 $ en huit
nade à cheval…) jours en logement, repas, guide
© CHEMONICS

un dépaysement total,
et loisirs et 5.176 $ supplémen-
loin de tout stress lié • la sécurité taires en artisanat et souvenirs. Il
est prévu que d’autres membres
au travail et à la vie
Les 18 itinéraires étaient basés du club visitent le Maroc rural
quotidienne… nous sur des activités susceptibles de suite aux contacts établis par le
générer des visiteurs. La plupart programme PTR.
sommes ravis et prêts
incluent une marche, ingrédient
à revenir ». de base de tout itinéraire de CARTOGRAPHIE DES PAT
tourisme rural. Des promenades En développant les itinéraires
Morbier Rando, faciles aux randonnées difficiles, de tourisme rural pour les PAT
membre d’un club de
la marche permet aux visiteurs prioritaires, nous avons aussi
cyclisme suisse
de profiter d’une région à leur créé des cartes détaillées avec
propre allure. Elle maximise le logiciel ArcView, un système
aussi leurs interactions avec les d’information géographique
habitants et les marchands, les sophistiqué. Parallèlement à ces
encourageant ainsi à acheter les efforts, nous avons formé cinq
produits et services locaux. membres du personnel du Minis-
tère du Tourisme aux techniques
Deux itinéraires ont été spécifi- de la cartographie sous ArcView.
quement conçus pour les cyclistes Lors d’une série d’ateliers d’une
de montagne, un marché en journée, les participants ont
rapide expansion. Un club suisse conçu plusieurs cartes qui ont
de cyclisme de montagne l’a été ensuite reproduites dans des
appris par Internet et a contacté brochures touristiques et d’autres
notre équipe pour faire part de matériels promotionnels.
son intérêt à « tester » l’un des
itinéraires. Nous l’avons dirigé MANUEL DE PLANIFICA-
vers une agence marocaine qui a TION DES CIRCUITS
organisé en mai 2004 un circuit Une fois complétés et approuvés
dans le PAT d’Ifrane pour 10 par le Ministère du Tourisme et
membres du club. « Nous étions l’USAID, les itinéraires ont été
à la recherche d’une nouvelle ex- publiés dans un Manuel de pla-
périence, un dépaysement total, nification des circuits destiné aux
loin de tout stress lié au travail et tour opérateurs, en même temps
à la vie quotidienne » a affirmé que les cartes de présentation des
Morbier Rando, membre du club principales attractions de chaque

DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL 13


PAT cible. Le manuel fournit adapteront généralement tout
tous les détails opérationnels itinéraire de série disponible sur
nécessaires pour gérer les circuits, le marché à leurs besoins spécifi-
y compris des décomptes par ques en hébergement, vitesse et
jour et par activité pour toutes les style du voyage, mode de trans-
composantes du circuit—depuis port et équilibre entre les activités
l’hébergement et les restaurants organisées et le temps libre. Les
jusqu’aux attractions culturelles détails fournis dans le Manuel
et naturelles, en passant par les de planification des circuits
services de transport. facilitent leur tâche, réduisant
de beaucoup l’effort requis pour
Les tour opérateurs chevron- développer et commercialiser les
nés connaissent leur marché et produits touristiques.

Des cartes SIG détaillées du PAR d’Immouzer montrent les logements touris-
tiques, les campings, les pistes de vélos, et autres attractions touristiques.

14 DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL


LES ITINÉRAIRES RURAUX DÉVELOPPÉS PAR LE PROGRAMME PTR2

Carte SIG
Détails opérationnels
produite par
No. PAT Itinéraire fournis par le pro-
le programme
����������
gramme PTR
PTR
1 Chefchaouen La traversée du Rif : de l’Atlantique à la
x x
Méditerranée

2 Agadir / Immouzer Voyage au pays des Tananis


x x
Ida Outanane

3 Moyen Atlas De Volubilis à la Vallée des Roches x x

4 Moyen Atlas Découverte du Moyen Atlas oriental x x

5 Moyen Atlas Grand trek dans la cédraie du Moyen Atlas


x x
central

6 Agadir / Essaouira Voyage au cœur de l’arganier d’Agadir à


x
Essaouira

7 Ouarzazate Voyage du massif M’Goun aux 40 kasbahs


x
de N’Koub

8 Moyen Atlas Exploration en VTT de la tribu berbère Aït


x x
Mguild (pour vététistes qualifiés)

9 Moyen Atlas Exploration en VTT de la tribu berbère Aït


x x
Mguild (pour amateurs)

10 Chefchaouen Expérience mystique sur les traces des Saints


x x
Soufis (8 jours)

11 Chefchaouen Découverte du pays montagneux des mys-


x x
tiques Soufis (12 jours)

12 Chefchaouen Les merveilles de Chefchaouen : de la mon-


x x
tagne à la mer (4 jours et 8 jours)

13 Ouarzazate / Zagora De Ouarzazate à Zagora (7 jours)

14 Agadir / Immouzer De l’Anti-Atlas au Haut-Atlas (8 jours)


x x
Ida Outanane

15 Agadir / Immouzer De l’Atlantique à l’Anti-Atlas (10 à 12 jours)


x x
Ida Outanane

16 Agadir / Immouzer Vallées et palmeraies de l’Atlas (8 jours)


x x
Ida Outanane

17 Agadir / Immouzer Escapade entre deux vallées (4 jours)


x
Ida Outanane

18 Agadir / Immouzer VTT dans le pays du miel (8 jours)


x x
Ida Outanane

2
Veuillez voir le CD-ROM ci-joint pour plus de détails sur les itinéraires, sauf le numéro 7 et le numéro 13. Ceux-ci ont été dével-
oppés au début du projet et se situent au-delà des régions qui ont plus tard été inclues dans les PAT prioritaires.

DÉVELOPPER DES PRODUITS DE TOURISME RURAL 15


Un artisan marocain à Immouzer fait de la poterie en utilisant des
techniques traditionnelles transmises de génération en génération.

16 SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 4

PROMOUVOIR LES
ITINÉRAIRES DE
TOURISME RURAL
Pendant la dernière année du pour améliorer la visibilité du
programme, l’équipe du PTR Maroc rural.
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

a intensifié les efforts pour


promouvoir les 18 itinéraires STRATÉGIE DE
développés pour les trois PAT MARKETING
prioritaires. Dans le cadre d’une Parallèlement au développement
stratégie cohésive de marketing d’itinéraires, nous avons travaillé
du tourisme rural, nous avons avec le Ministère du Tourisme,
conçu divers outils promotion- l’ONMT et le secteur privé pour
nels visant à attirer les touristes élaborer une stratégie de promo-
dans les zones rurales et à encou- tion des PAT. La stratégie a été
rager des séjours plus longs dans utilisée pour établir les priorités
ces régions. et lever des fonds auprès de
l’ONMT. Son premier objectif
Les efforts entrepris pour média- était d’augmenter le nombre de
tiser les produits du tourisme ru- visiteurs dans les trois PAT prio-
ral au sein du marché du voyage ritaires—et dans le Maroc rural
ciblaient les tour opérateurs en général—en promouvant les
vendant des circuits d’aventure produits du tourisme rural auprès
sur les marchés-clés. Ces efforts de la presse et, dans une moin-
comprenaient des éductours dans dre mesure, directement auprès
les PAT, des partenariats avec les des voyagistes. Conformément
entreprises et les associations lo- aux priorités du Ministère du
cales pour la promotion conjointe Tourisme, nous avons ciblé cinq
d’itinéraires de tourisme rural, marchés européens, notamment
ainsi que la participation à une l’Allemagne, l’Espagne, la France,
foire internationale du voyage l’Italie et le Royaume-Uni.

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 17


Des touristes de promènent à
dos d’âne dans une zone rurale
d’Immouzer.

Les composantes-clés de la straté- • le lancement d’un portail


gie de marketing comprenaient : national sur le tourisme rural

• la création d’une « marque » • la participation à des foires


de tourisme rural internationales du voyage

• l’élaboration de matériels La coopération avec l’ONMT


promotionnels était essentielle pour la réussite
de ces efforts. Cet office a des
• la diffusion de matériels délégations chargées de la promo-
promotionnels à travers tion du tourisme dans 14 pays,
divers canaux, comme les un budget important et des liens
délégations de l’ONMT à forts avec le secteur privé dans les
l’étranger, des mailings aux principaux marchés européens, et
tour opérateurs et l’Internet ce, bien qu’il soit plutôt axé sur
le tourisme conventionnel. Parmi
• l’organisation d’éductours les fruits de cette association
destinés aux tour opérateurs figurent deux éductours financés
étrangers par l’ONMT pour des tour opé-
rateurs étrangers, des sites web
• le renforcement de parte- et des dépliants sur les trois PAT,
nariats avec les opérateurs les éditions en langue étrangère
réceptifs et les associations d’un guide sur le tourisme de
locales pour commercialiser montagne et la participation à un
les itinéraires de tourisme salon du tourisme alternatif en
rural Allemagne.

18 PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL


MARQUE DE TOURISME été distribués à travers les bureaux
RURAL ET LITTÉRATURE d’information touristique, les
PROMOTIONNELLE foires du tourisme, les mailings
Les visiteurs des régions touris- directs aux tour opérateurs et
tiques loin des sentiers battus se les délégations de l’ONMT à
plaignent souvent de l’absence l’étranger. Les dépliants ont deux
virtuelle de littérature et d’infor- fonctions essentielles. Ils sont
© CHEMONICS / OLIVIER ALLENBACH-ILLAIRE

mation sur les attractions locales, destinés d’une part à attirer les
ce qui a permis au programme visiteurs dans une destination
PTR de combler ce vide. Pour particulière avant qu’ils ne se
guider ces efforts, nous avons décident à voyager et d’autre part
dû créer une identité visuelle à fournir des informations utiles
forte pour le tourisme rural au sur la destination une fois que les
Maroc—une charte graphique touristes y sont arrivés.
qui sera reproduite sur tous les
matériels promotionnels pour Tous les dépliants ont été im-
établir une « marque » cohérente primés en anglais et en français.
et identifiable pour le tourisme Le dépliant sur Chefchaouen
rural. a été aussi publié en espagnol
en raison du nombre élevé de
Tous les éléments du marketing, visiteurs espagnols dans la région.
des brochures aux sites web, Nous avons également traduit en
comportent des éléments com- anglais et en espagnol le guide en
muns reflétant la marque. Pour français sur le désert et le touris-
renforcer l’identité propre de me de montagne récemment mis
chaque PAT, nous avons conçu à jour. L’ONMT a couvert les
un logo individuel pour refléter frais d’impression du guide et des
les caractéristiques uniques de la dépliants sur les PAT, tandis que
destination dans le cadre d’une le contrat de l’USAID a financé
marque d’ensemble du tourisme les traductions.
rural. Les logos ont ensuite été
déclinés dans une large gamme En plus de cibler de nouvelles
de produits, dont des cartes, des arrivées, nos efforts promotion-
panneaux d’information, des nels ont cherché à faire dévier les
affiches et des dépliants. visiteurs déjà au Maroc vers les
PAT tout en y encourageant des
Nous avons produit des dépliants séjours plus longs. Les touristes
sur chacun des PAT prioritaires sont plus susceptibles de pro-
pour présenter les attractions et longer leur séjour dans une zone
activités locales. Ces dépliants ont rurale s’ils disposent d’informa-

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 19


tions détaillées sur les diverses à insérer d’autres PAT au fur et à

© CHEMONICS / KATHLEEN SHERIDAN


activités et attractions qu’elle a à mesure de leur développement.
offrir. C’est pourquoi nous avons
installé sur divers sites une série Le site met à profit des maté-
de panneaux d’information et riels promotionnels comme les
d’interprétation. Avec les dé- dépliants et les logos des PAT,
pliants sur les PAT, ces matériels créant une image cohérente pour
expliquent les principales attrac- renforcer la marque de tourisme
tions afin que les visiteurs puis- rural. Un moteur de recherche
sent plus pleinement apprécier les sophistiqué permet aux visiteurs
environs. Ils offrent aussi une op- du site de trouver des lieux d’hé-
portunité de promouvoir d’autres bergement par région et activité.
régions et la marque du tourisme
rural dans son ensemble. La version française du site a
été transmise au Ministère du
PORTAIL NATIONAL Tourisme et traduite en anglais.
Etant donné l’utilisation crois- Le site est actuellement hébergé à
sante de médias électroniques www.tourisme.gov.ma/rural, mais
sur le voyage, nous avons pensé sera éventuellement transféré à
qu’il était essentiel de créer un www.tourismerural.ma dès son
site sur le tourisme rural. Nous lancement officiel.
avons commencé par créer un
site web (www.ruraltourism. BASE DE DONNÉES DES
ma) et un bulletin d’information TOUR OPÉRATEURS
électronique pour accroître la Pour approfondir la compréhen-
prise de conscience sur les efforts sion du commerce du voyage et
de l’USAID dans le secteur. Le faciliter les efforts promotionnels,
bulletin en ligne a reçu plus de nous avons élaboré une base de
500 demandes d’abonnement. données de plus de 500 tour
opérateurs marocains et étrangers
Nous nous sommes ensuite spécialisés dans le tourisme rural
consacrés à la conception d’un et d’aventure, comprenant leurs
portail national sur le tourisme coordonnées et une description
rural, en travaillant étroitement de leurs produits et domaines
avec le Ministère du Tourisme d’intervention. La base de don-
et une firme marocaine pour le nées a été continuellement élargie
contenu et la charte graphique pendant la durée du programme
du site. par des informations collectées à
travers des recherches sur le web,
Le portail décrit les itinéraires dé- des foires du voyage et les délé-
veloppés dans les trois PAT prio- gations de l’ONMT à l’étranger.
ritaires, les principales attractions Nous avons également acquis une
et activités à travers le Maroc, et base de données sur l’industrie
des informations pour aider les du voyage qui comprend des
touristes à planifier leur séjour. contacts dans les marchés du tou-
Son architecture permet au Mi- risme scientifique, académique,
nistère du Tourisme de continuer volontaire et éducatif. Les bases

20 PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL


Abdelkrim Akoudad (à gau-
che), un représentant local du
Ministère du Tourisme, discute
avec Houcine Boufassi, manager
des services informatiques du
programme MRT, dans le centre
d’accueil touristique d’Azrou qui
a été rénové par le programme.
Des panneaux d’interprétation
qui mettent en relief les attrac-
tions de la région pendent sur les
murs derrière eux.

Un écran du portail du site web


du tourisme rural développé
par le programme MRT, qui fait
maintenant partie du site officiel
du Ministère du Tourisme.

de données ont été utilisées pour de présenter ses avantages aux


jauger l’intérêt porté aux itiné- voyageurs potentiels. En effet,
raires ruraux et inviter les tour pouvoir dire “J’ai été là-bas” peut
opérateurs à les tester à travers fortement influencer les clients.
des éductours.
Le programme PTR a organisé
EDUCTOURS deux éductours, financés par
Les éductours sont utilisés à l’ONMT, pour faire découvrir les
travers le monde pour familia- trois PAT à un total de 13 tour
riser les tour opérateurs avec les opérateurs étrangers. Lors du
produits qu’ils vendent ou leur premier voyage, organisé en mai
présenter de nouveaux produits, 2004, six tour opérateurs étran-
leur permettant ainsi d’utiliser gers et deux agents marocains
les connaissances acquises durant ont visité les PAT d’Ifrane et de
le circuit pour développer de Chefchaouen. Sept tour opéra-
nouvelles lignes de produits ou teurs internationaux et quatre
renforcer leurs ventes. En expéri- agents marocains ont participé au
mentant directement la destina- second éductour qui a eu lieu en
tion, les opérateurs sont mieux novembre 2004 au PAT d’Im-
aptes à en évaluer les mérites et mouzer. La Royal Air Maroc, la

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 21


compagnie aérienne nationale, a été bien accueillis. La plupart des
couvert les frais des billets d’avion tour opérateurs et agents réceptifs
de tous les tour opérateurs étran- ont affirmé qu’ils envisageaient de
gers. les inclure dans leurs brochures,
généralement dans des circuits
Pendant ces circuits de cinq plus longs.
jours, les participants ont testé
diverses attractions touristiques, Il a également été demandé aux
logements et restaurants le long participants de l’éductour de
des itinéraires développés par le projeter le nombre annuel de visi-
programme PTR et reçu le Ma- teurs qu’ils envisageaient d’ame-
nuel de planification des circuits ner au Maroc s’ils publiaient l’un
qui contient des informations des circuits dans leurs brochures.
détaillées sur les régions visitées. Ils estimaient qu’il serait possi-
Dans un questionnaire rempli à ble d’amener un total de 1.440
la fin du circuit, les 13 opérateurs visiteurs au PAT d’Ifrane sur une
internationaux ont jugé le ma- période de trois ans—480 au
nuel « utile » ou « très utile ». Ils cours de la première année et des
ont favorablement noté la qualité nombres de plus en plus élevés au
de la nourriture et l’authenticité cours des deux années suivantes.
des auberges et maisons d’hôtes
visitées. Les itinéraires créés par le Les chiffres étaient plus élevés
programme PTR ont également pour le PAT de Chefchaouen.

LES ÉDUCTOURS RENFORCENT L’INTÉRÊT DES ITINÉRAIRES RURAUX

« J’aimerais remercier toute l’équipe PTR pour son accueil chaleureux au Ma-
roc, ainsi que les personnes rencontrées, notamment les opérateurs locaux et
les propriétaires et directeurs des hôtels et gîtes visités. Cet éductour était
aussi remarquable qu’intéressant grâce à une organisation parfaite, sans temps
mort. Avec l’aide de sport Travel, notre opérateur local, nous allons étudier
la possibilité d’établir un programme UCPA dans la région d’Immouzer pour
l’hiver 2006 et essayons de réintroduire un programme dans les montagnes du
Rif pour l’été 2006 ».
Jean-François Bouvet,tour opérateur de l’agence française UCPA et par-
ticipant à un éductour à Immouzer

22 PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL


Les opérateurs ont affirmé qu’ils L’enquête sur le tourisme rural
prévoyaient d’y amener 950 tou- a également révélé que le tou-
ristes la première année et 1.900 riste moyen passe 12,5 jours au
visiteurs supplémentaires les Maroc, dont 5 dans des zones
deux années suivantes. En ce qui rurales4. Cela signifie que le
concerne le PAT d’Immouzer, ils touriste moyen au Maroc dépense
projetaient la possibilité d’amener au total 5.950 Dirhams (641 $)
un total de 1.315 touristes en par séjour, dont 2.380 Dirhams
trois ans. Comme le montre le (256 $) dans des zones rurales.
tableau ci-dessous, le nombre to- D’après les estimations projetées
tal de visiteurs éventuels pouvant par les participants à l’éductour,
être généré par les participants à les éductours à eux seuls ont le
l’éductour s’élève à plus de 5.600 potentiel de générer 4,2 millions
en trois ans. Dirhams (452.513 $) au cours
de la première année et plus de
Selon les résultats d’un sondage 13,3 millions de Dirhams (1,4
sur le tourisme rural sponso- million $) dans trois ans. Ces
risé par le programme PTR, le chiffres sont directement liés aux
touriste moyen visitant une zone deux éductours organisés par le
rurale dépense 476 Dirhams programme PTR et ne prennent
(51 $) par jour . Il s’agit d’une pas en compte l’impact potentiel
estimation qui ne comprend que des autres efforts promotionnels.
les dépenses en repas, logement,
souvenirs et autres articles divers, Bien qu’indicatifs, ces chiffres
mais n’inclut pas le prix des montrent les possibilités de
billets d’avion ou des circuits générer des flux touristiques plus
forfaitaires. En revanche, les cy- importants en faisant connaître
clistes suisses ayant participé à un aux tour opérateurs des princi-
circuit de huit jours dans le PAT paux marchés la série d’attrac-
d’Ifrane ont dépensé chacun une tions et d’activités offertes par le
moyenne de 1.448 Dirhams (156 Maroc rural. L’un des participants
$) par jour3. à l’éductour, un tour opérateur

NOMBRE POTENTIEL DE TOURISTES GÉNÉRÉS


PAR LES PARTICIPANTS À L’ÉDUCTOUR
Projections
PAT
Année 1 Années 1-3
Ifrane 480 visiteurs potentiels 1,440 visiteurs potentiels
Chefchaouen 950 visiteurs potentiels 2,850 visiteurs potentiels
Immouzer 323 visiteurs potentiels 1,315 visiteurs potentiels
Total 1,753 visiteurs potentiels 5,605 visiteurs potentiels

3
« Etude de marché du tourisme rural », Khalil Allali, septembre 2005.
4
Ibid.

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 23


français du Club d’Aventure, a PTR a développé des relations
déjà saisi l’opportunité d’élargir étroites avec les agences maro-
ses produits au Maroc en pu- caines privées spécialisées dans
bliant un circuit de huit jours en le tourisme rural et d’aventure.
janvier 2005, dont cinq dans le Etant donné que leur survie
PAT de Chefchaouen. L’agence commerciale dépend de leur
prévoit de gérer cinq circuits de capacité à répondre aux besoins
ce type au cours de la première des tour opérateurs internatio-
année pour des groupes d’une naux, ils connaissent les besoins

© CHEMONICS / BRIAN WOOD


quinzaine de personnes chacun. du marché et ont des contacts
bien établis avec les contreparties
Montrant l’effet boule de neige européennes.
des efforts promotionnels,
l’agence réceptive Dynamic Tours Nous avons exploité l’expérience
a organisé en mars 2005 un éduc- pratique et les connaissances
tour à Chefchaouen destiné à la des tour opérateurs réceptifs
presse française pour aider Club en développant les itinéraires
d’Aventure à vendre le nouvel de tourisme rural et conclu des
itinéraire. Ce genre de circuits accords avec 10 opérateurs qui se
pour la presse sont largement sont engagés à vendre les itinérai-
bénéfiques aux tour opérateurs res développés par le programme
étrangers étant donné que la PTR. Par exemple, deux d’entre
couverture médiatique de leurs eux, Zayane Voyages et Oualili
produits, en particulier les nou- Voyages, vendent aujourd’hui
veaux, contribue à attirer l’intérêt trois itinéraires à Ifrane.
du public voyageur.
Nous avons également forgé des
D’autres participants à l’éduc- alliances avec les associations
tour ont par la suite planifié locales pour engager leur soutien
de nouveaux programmes au dans la promotion des itinéraires
Maroc, même s’ils n’y ont pas ruraux. Certains ont contacté
tous introduit les zones ciblées leurs homologues européens,
par les circuits sponsorisés par le dont une association franco-
programme PTR. « Cela illus- suisse d’amateurs de cyclisme de
tre l’aspect quelque peu ‘succès montagne et une association fran-
et échec’ de la promotion du çaise qui organise des séjours édu-
tourisme » a dit le directeur du catifs à l’étranger. Ces contacts
programme PTR Brian Wood. ont attiré des groupes de touristes
« Cependant, le manque à gagner pour un total de 332 nuitées dans
est la perte de terrain de pays plus les PAT d’Ifrane et Chefchaouen.
actifs dans ce domaine—quelque
chose que le Maroc ne peut pas se FOIRES INTERNATIONA-
permettre de faire étant donné la LES DU VOYAGE
concurrence féroce au sein de ce Aucune information impri-
secteur ». mée ou électronique ne peut
concurrencer le face-à-face et les
PARTENARIATS LOCAUX contacts personnels établis par
En plus de cibler les tour opé- les tour opérateurs dans les foires
rateurs étrangers, le programme du voyage. Celles-ci permettent

24 PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL


Des participants à l’Eductour
marchent à travers l’une des
grottes qui parsèment le paysage
d’Immouzer.

en effet aux exposants de vendre tion de trois jours et a équipé un


un nouveau produit et d’obtenir stand pour présenter les offres du
des réactions directes de clients tourisme rural au Maroc. Cela a
potentiels. Pour faire connaître permis de communiquer avec des
les offres du Maroc en matière touristes potentiels, d’établir un
de tourisme rural, le programme réseau de contacts avec des tour
PTR a coordonné la participation opérateurs européens et de voir
marocaine au Reisepavillon, une sur place comment d’autres pays
importante foire du tourisme développaient leur tourisme et en
durable en Allemagne. faisaient la promotion.

Organisée en février 2005, la « Je suis certain que lors des nom-


manifestation a attiré 17.000 breuses réunions et discussions,
visiteurs et 300 exposants de nous avons motivé un grand
30 pays. Les opérateurs, ONG nombre de personnes à visiter le
et autres acteurs du secteur du Maroc » a affirmé Mohammed
tourisme se sont rencontrés à Imharken d’Ame d’Aventure,
Hanovre, en Allemagne, pour l’une des agences sponsorisées
discuter du tourisme. Le thème par le programme PTR. « Nous
central était le tourisme dans avons su leur inspirer confiance.
les pays en développement, une Le contact entre les visiteurs po-
parfaite opportunité pour mettre tentiels et les opérateurs réceptifs
en avant le Maroc rural. est, à notre avis, très important ».

Le programme PTR a sponsorisé La foire se déroulait parallè-


la participation de trois opéra- lement au Tourismus Forum
teurs réceptifs à cette manifesta- International, un programme

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 25


AFRICA TRAVEL ASSOCIATION CONFERENCE
Quelques semaines après son lancement fin 2002, le David Gibson, spécialiste de Chemonics en environ-
programme PTR a mis le Maroc sur le devant de la nement et écotourisme qui participait également à
scène lors de la conférence annuelle sur l’industrie afri- la conférence, a présenté des études de cas sur la
caine du voyage à Fès, avec des discours-programmes promotion de la participation communautaire dans le
de l’expert en écotourisme James MacGregor. développement de produits touristiques, inspirés des
expériences de l’USAID au Botswana, à Madagascar et
« Un nombre grandissant de voyageurs s’intéressent à en Ouganda.
l’expérience du tourisme rural » a affirmé MacGregor,
qui avait dirigé les deux premières années du program- « Ces succès dépendaient d’approches participatives
me PTR. « Notre objectif est d’aider le Maroc à capita- qui créent des partenariats entre les communautés
liser sur ses atouts de tourisme rural pour renforcer la et les tour opérateurs—une clé du financement des
croissance économique ». infrastructures » a dit Gibson. « Inclure les communau-
tés rurales dans la conception et le développement
Cette conférence de six jours, sponsorisée par l’Asso- des produits touristiques est essentiel pour garantir la
ciation de Voyage Afrique, présentait les offres du Maroc viabilité ».
à plus de 150 tour opérateurs américains.

sponsorisé par la GTZ et auquel questions d’intérêt commun.


participaient des entreprises de « La foire était une occasion de
tourisme, des agences de dé- montrer que la coopération entre
veloppement et des ONG. Ce le secteur public, les sociétés pri-
programme comprenait un atelier vées et les associations locales est
de marketing, une séance inte- possible » a dit Jean Pierre Cham-
rentreprises et une conférence où pert, directeur de Sport Travel, un
20 participants présentaient leurs autre participant sponsorisé par le
projets, produits et expériences. programme PTR. « J’ai particu-
Le Maroc était bien représenté à lièrement apprécié les relations
travers des participants du Minis- collégiales entre les tour opéra-
tère du Tourisme, de l’ONMT, teurs privés présents… J’espère
du Haut-Commissariat aux Eaux que ceci aura un impact positif
et Forêts et les trois tour opéra- sur des voyageurs potentiels au
teurs privés sponsorisés par le Maroc et sur les professionnels du
programme PTR. voyage ».

En plus de faire connaître le Ruth Beeler, partenaire d’Ame


© CHEMONICS / BRIAN WOOD

profil du Maroc rural au monde d’Aventure et directrice d’une


extérieur, l’événement a donné importante agence suisse de
aux membres des secteurs public trekking, partageait ce sentiment.
et privé marocains une oppor- « C’était une expérience assez
tunité unique d’interagir sur des spéciale et je me suis sentie très à

26 PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL


« La foire était une l’aise au sein de cette grande promotionnels utilisés à la foire.
famille marocaine à Hanovre » Avant le démarrage de la foire,
occasion de montrer
a affirmé Beeler qui a visité le les tour opérateurs marocains ont
que la coopération salon. « Les discussions construc- participé à un atelier d’une demi-
tives, la prise de contact avec journée sur les techniques du
entre le secteur public,
d’autres tour opérateurs, l’échan- marketing dirigé par un groupe
les sociétés privées et ge d’idées et les débats étaient très d’experts internationaux. Après la
intéressants ». foire, au moins deux opérateurs
les associations locales
allemands ont contacté les agen-
est possible ». Le programme PTR a partagé ces réceptives marocaines pour
avec la GTZ les coûts du stand obtenir plus d’informations sur
Jean Pierre Champert,
marocain. Nous avons couvert les circuits organisés.
directeur de Sport
Travel
les repas et l’hébergement des
opérateurs marocains qui ont Malgré le succès de l’initiative,
payé eux-mêmes leurs propres le Ministère du Tourisme a par
billets d’avion, montrant ainsi la suite demandé au programme
leur engagement à tirer profit de PTR de ne pas sponsoriser la
cettte expérience. participation du secteur privé
marocain à d’autres foires du
A la tête de l’événement, le voyage par crainte de susciter des
personnel du PTR a produit deux attentes de financement de la part
banderoles avec porte-affiche et du secteur privé.
enrouleurs et d’autres matériels

Le stand marocain à la foire


Reisepavillion à Hanovre en
Allemagne.

PROMOUVOIR LES ITINÉRAIRES DE TOURISME RURAL 27


Les participants à un atelier s’informent sur le développement de
produits touristiques pour capitaliser sur les atouts naturels et
culturels du Maroc.

28 SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 5

RENFORCEMENT
DES CAPACITÉS
ET FORMATION
Le renforcement des capacités a naux, régionaux et locaux formés
© CHEMONICS / JAMES MACGREGOR

constité un important domaine aux divers aspects du développe-


d’attention dans les deux premiè- ment du tourisme durable.
res années de la mise en œuvre
du programme PTR. Lors du RENFORCEMENT DE LA
développement des produits de CAPACITÉ D’ENQUÊTE
tourisme rural, nous avons simul- Etablir un point de référence sur
tanément transféré les connais- le nombre de visiteurs dans les
sances, les compétences et les zones rurales est essentiel pour
outils aux partenaires marocains suivre les progrès du promotion
afin qu’ils puissent poursuivre ce du tourisme rural. Cependant,
travail longtemps après la fin du les informations sur le secteur
projet de l’USAID. Certains de étaient limitées au moment où
ces efforts ont été soulignés dans avait été lancé le programme
les précédents chapitres. PTR, rendant impossible
l’établissement d’une base de
A la fin du programme, nous mesures. Les chiffres du gouver-
avons laissé derrière nous une nement, qui étaient basés sur le
série d’itinéraires de tourisme tourisme conventionnel, étaient
rural immédiatement commercia- trop larges pour pouvoir tirer des
lisables et des matériels promo- conclusions sur le tourisme rural.
tionnels, un portail électronique,
une ample base de données sur Le programme n’étant pas en
les tour opérateurs, des métho- mesure d’effectuer une évaluation
dologies d’études du marché, des globale du marché du tourisme
manuels techniques inspirés des rural, nous avons travaillé avec le
bonnes pratiques internationales Ministère du Tourisme sur une
et un noyau de partenaires natio- étude limitée du secteur pour

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION 29


Moha Errich (à droite) du
Ministère du Tourisme discute
avec l’expert en développement
touristique Normand Hall pen-
dant un séminaire de formation à
Mohammedia.

créer un modèle en vue d’efforts En se basant sur les résultats de


à plus grande échelle. l’enquête, l’équipe du program-
me PTR a préparé un rapport
A cette fin, nous avons engagé un détaillé et élaboré une base de
bureau d’études local pour sonder données avec les principales
plus de 1.400 visiteurs étrangers caractéristiques de la demande de
des zones rurales, en nous consa- tourisme rural : le profil socioéco-
crant aux trois PAT prioritaires nomique des visiteurs, leurs acti-
et à trois zones supplémentaires vités, le logement et le transport
destinées à devenir des PAT en utilisés, les problèmes rencontrés,
raison de leurs flux de touristes leurs dépenses et leur avis sur les
bien établis. Il s’agit du Haut- divers aspects de leur séjour.
Atlas central, du Haut-Atlas occi-
dental et des régions désertiques. L’enquête était conçue pour
Utilisant un questionnaire conçu servir de modèle au Ministère
par le Ministère du Tourisme, du Tourisme afin qu’il puisse
une équipe d’enquêteurs a réalisé réaliser à l’avenir des enquêtes
l’étude dans les six emplacements similaires à intervalles réguliers.
sur une période de cinq semai- La collecte continue, l’analyse et
nes, qui a démarré en septembre l’exploitation des données sur le
2005. secteur sont des outils de valeur
pour comprendre les tendances,
Malgré la portée limitée et la identifier les lacunes et les oppor-
taille relativement petite de tunités, et élaborer des stratégies
l’échantillonnage, les informa- ciblées pour promouvoir le tou-
tions glanées au cours de l’enquê- risme rural. Les résultats de l’en-
te fournissent des aperçus utiles quête sont utiles à de nombreuses
au secteur du tourisme rural. entités, dont notamment:

30 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION


• le Service du Tourisme rural • les professionnels du tou-
au Ministère du Tourisme : risme : pour améliorer la
pour évaluer les performan- connaissance des clients et de
ces et planifier les investisse- leurs attentes et aider à cibler
ments et services d’appui des initiatives promotionnel-
les et commerciales
• l’ONMT : pour développer
des campagnes ciblées de Le programme PTR a trans-
© CHEMONICS / JAMES MACGREGOR

promotion et de marketing féré au Ministère du Tourisme


tous les matériels techniques et
• les autorités locales : pour les méthodologies pertinentes
améliorer la compréhension pour asseoir les fondations d’un
des bénéfices du tourisme ru- système de suivi permanent de la
ral auprès des communautés promotion du tourisme rural.
locales
LA FORMATION EN PLA-
• les prestataires de services : NIFICATION ET EN PRO-
pour contribuer à l’orienta- MOTION DU TOURISME
tion de nouveaux produits RURAL
et/ou services et améliorer la En plus de renforcer la capacité
compréhension des besoins d’enquête, le programme PTR
de la clientèle a systématiquement transféré les
connaissances et les compétences

ETUDE DE MARCHÉ DU TOURISME RURAL PAR LE PROGRAMME PTR : RÉSULTATS CLÉS


Nombre de touristes étrangers inter- 1,406 dans six régions (Agadir, Désert-Oasis, Rif, Haut Atlas Central, Haut Atlas Occidental, et Moyen
rogés Atlas)
Pays de provenance 43 pour cent des visiteurs provenaient de la France, 21 pour cent de l’Espagne, et 9 pour cent du
Royaume Uni.

Sexe La répartition home/femme était plus ou moins égale : 52 pour cent des touristes interrogés
étaient des hommes et 48 pour cent étaient des femmes.

Répartition des touristes selon leur âge La tranche d’âge était large: 52 pour cent des touristes interrogés avaient entre 26 et 45 ans.
Nombre de visites au Maroc 56 pour cent des touristes interrogés avaient visité le Maroc plus d’une fois.
Visites au rural marocain Tous les touristes interrogés avaient visité le rural marocain au moins une fois. Plus de 65 pour
cent avaient passé quatre jours et moins dans des régions rurales.
Principales motivations de la visite au Les principales motivations de la visite au rural marocain étaient : découverte des paysages agri-
rural marocain coles et ruraux, découverte du patrimoine culturel, rencontre des populations rurales, détente et
tranquilité, visite des lieux historiques, et pratique d’activités / sports en plein air.
Budgets des dépenses prévus par les Presque 30 pour cent des touristes interrogés ont prévu une dépense quotidienne de plus de 600
touristes Dirhams par personne. Un nombre égal a prévu une dépense quotidienne de 300 à 450 Dirhams.
Seulement 22 pour cent ont prévu dépenser moins de 300 Dirhams par jour.
Achats des produits locaux Tous les touristes interrogés avaient acheté des produits locaux, y compris de la bijouterie (32
pour cent), des vêtements / souliers traditionnels (26 pour cent), des produits de tissage (22 pour
cent), et de la poterie (15 pour cent).

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION 31


à travers un programme global de à l’atelier, qui s’est déroulé en oc-
formation pour : (1) faire connaî- tobre 2003. Le dernier jour, cha-
tre aux responsables du tou- que délégation régionale a reçu
risme les bonnes pratiques de la un guide d’un millier de pages
planification et de la promotion sur les politiques et la planifica-
du tourisme rural, (2) apprendre tion du tourisme, créé par l’Orga-
aux tour opérateurs à améliorer et nisation mondiale du Tourisme et
« La tradition d’hospita- à commercialiser leurs produits, adapté au contexte marocain par
(3) encourager les associations l’université de Québec (Mon-
lité qui fait partie de la
locales à promouvoir le tourisme tréal). Le guide, distribué sous
culture marocaine est pour accroître les revenus de leurs format CR-Rom, constitue un
communautés et (4) promouvoir important outil de référence et de
un atout exceptionnel
les investissements dans le déve- formation s’inspirant de bonnes
et fait tout de suite sen- loppement d’infrastructures liées pratiques internationales applica-
au tourisme. bles au Maroc.
tir aux visiteurs qu’ils
sont les bienvenus ». Notre programme de formation D’autres efforts de formation
constituait un outil puissant ont ciblé le secteur privé. Lors
Sam Stokes, Départe- pour faire converger les intérêts d’un atelier de 4 jours organisé à
ment américain de
de toutes les parties prenantes et Chefchaouen en décembre 2003,
l’Intérieur
s’assurer leur concours dans une près de 40 tour opérateurs ont
approche intégrée de promotion appris à améliorer les produits
du tourisme rural. Au total, nous touristiques actuels, à en conce-
avons formé plus de 220 parti- voir de nouveaux et à vendre
cipants dans 6 régions—Agadir, leurs offres sur le marché interna-
Chefchaouen, Ifrane, Immouzer, tional. Le curriculum portait sur
Mohammedia et Rabat. Nos ate- l’hospitalité et le service clientèle,
liers ont couvert diverses facettes la planification et la logistique de
du développement et de la pro- circuits, les services d’interpréta-
motion du tourisme rural dans le tion et de guide, les ventes et le
cadre de perspectives nationale, marketing, ainsi que les opéra-
régionale et locale. tions et la gestion touristiques.
Un atelier similaire a été organisé
Lors d’un atelier de 5 jours à à Agadir pour 50 participants.
Mohammedia, par exemple,
40 responsables nationaux et Pour encourager les inves-
régionaux du tourisme ont acquis tissements, nous avons aussi
des connaissances sur les tendan- organisé un atelier destiné à 40
ces de l’industrie du voyage, les participants issus d’institutions
normes du tourisme durable, la de microfinance, de banques et
gestion de la qualité, les attentes d’agences de développement.
des visiteurs, le marketing et la Tenu à Rabat en juin 2004,
promotion, l’évaluation des res- il s’agissait du premier atelier
sources naturelles et culturelles, national sur la microfinance et le
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

et le développement de produits. développement des infrastructu-


Des représentants de chacune des res de tourisme rural. Le curricu-
16 régions du pays ont participé lum était fondé sur une étude sur

32 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION


les besoins financiers et les oppor- capacités à aider les contreparties
tunités de microfinancement du marocaines à concevoir et à gérer
tourisme rural, sponsorisée par le des sites dans le cadre des itinérai-
programme PTR. res de tourisme rural qui avaient
été développés pour les trois PAT
Les associations et coopératives prioritaires. Pour ce faire, nous
locales ont été invitées à partici- avons engagé le Département
per à cet atelier ainsi qu’à d’autres américain de l’Intérieur (DAI)
pour connaître les options de comme partenaire au biais d’un
financement mises à leur disposi- autre programme de l’USAID.
tion, leur rôle dans la promotion
du tourisme dans leur région En tant que première institu-
et les bénéfices économiques tion chargée de la gestion et de
que des flux plus importants de la conservation des ressources
touristes peuvent apporter à leurs naturelles aux Etats-Unis, le DAI
communautés. gère un cinquième du territoire
américain et reçoit plus de 500
L’ASSISTANCE TECHNI- millions de visiteurs par an dans
QUE DU DÉPARTEMENT ses parcs nationaux, ses réserves
AMÉRICAIN DE L’INTÉ- fauniques et ses aires de récréa-
RIEUR tion. A travers son programme
Durant la dernière année du d’assistance technique interna-
programme, nous avons consacré tionale, le DAI offre une riche
nos efforts de renforcement des expertise dans le développement

Des cadres du Ministère du


Tourisme et des représentants
du secteur privé préparent des
plans d’action pour améliorer des
sites touristiques lors d’un atelier
du Département de l’Intérieur
américain.

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION 33


des infrastructures touristiques et le chef de l’équipe DAI, Karen
les services d’interprétation. Clark. « Ce sera un partenariat,
avec un échange réciproque de
Une équipe d’experts du DAI compétences et de connaissances
a visité le Maroc en mars 2005 bénéficiant aux deux pays ».
pour étudier les possibilités de
collaboration avec le programme. Au cours de deux ateliers qui se
Ils ont été impressionnés par le sont déroulés en juin 2005, les
potentiel touristique du pays. formateurs du DAI ont pré-
« La flore, la faune, la géologie, senté les bonnes pratiques de la
les paysages, le folklore, la cuisine planification de sites touristiques
locale, y compris la production à près de 30 participants qu’ils
d’huile d’argan et le miel, sont ont ensuite accompagné sur des
toutes des attractions pour les vi- sites potentiels et aidés à élaborer
siteurs » a affirmé Sam Stokes, un des plans d’action pour les sites
expert en gestion de conservation sélectionnés. Ces plans d’action
des ressources et aires de récréa- ont été utilisés pour mettre en
tion. « Le plus important est que œuvre des projets pilotes dans les
la tradition d’hospitalité qui fait deux PAT cibles (voir Chapitre 6
partie de la culture marocaine est pour une description des activités
un atout exceptionnel et fait tout pilotes).
de suite sentir aux visiteurs qu’ils
sont les bienvenus ». Lors d’un troisième atelier, 20
participants ont appris à utiliser
Son collègue, LuVerne Grussing, efficacement du texte et des ima-
planificateur de loisirs en plein ges pour informer les touristes
air, a souligné l’importance de de la signification des attractions
gérer les ressources touristiques culturelles et naturelles. Ils ont
de manière à « minimiser les conçu des brochures ainsi que
impacts socioculturels et envi- des panneaux d’information et de
ronnementaux pour maintenir signalisation qui ont été installés
une expérience de haute qualité. sur les sites pilotes.
Cela permettra au tourisme d’être
durable ». Le programme PTR a identifié
les participants et les sites pilotes
Avec le financement de l’USAID, et a fourni le support logistique
le DAI a fourni l’assistance nécessaire.
technique pour aider les contre-
parties marocaines à planifier le MANUEL D’HÉBERGE-
développement d’aires de repos, MENT RURAL
une maison d’accueil et un sen- Avec la demande croissante
tier panoramique dans les PAT pour l’écotourisme et le voyage
d’Ifrane et d’Immouzer. « Nous d’aventure, les zones rurales sont
sommes heureux de partager confrontées au défi d’assurer la
notre expérience et les leçons tirés qualité de l’hébergement pour
aux Etats-Unis et sommes heu- satisfaire les attentes des touristes
reux d’apprendre aussi de nos ho- internationaux. Pour aider à re-
mologues marocains » a affirmé lever ce défi, nous avons produit

34 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION


Un manuel développé par le pro-
gramme MRT traite de la planifi-
cation et de l’opération de gîtes
ruraux sur la base de meilleures
pratiques adaptées au contexte
marocain.

un manuel global sur la planifi- blèmes courants rencontrés par


cation et la gestion des logements quiconque travaillant dans ce
ruraux. Un architecte marocain a secteur. Il couvre des thèmes aussi
affiné le manuel avant sa publica- divers que les attentes du visiteur
tion, en contribuant à adapter les international, l’élaboration de
bonnes pratiques internationales plans d’entreprise, les spécifica-
au contexte local. Un millier de tions architecturales, la gestion
copies ont été publiées en français générale et la tenue de registres, la
à fin de distribution par le Minis- santé et l’hygiène, l’authenticité
tère du Tourisme. et l’utilisation d’éléments ethni-
ques et du réseautage.
Le manuel cible les propriétaires
(actuels ou futurs) cherchant à L’ONG italienne Movimondo a
mettre à niveau ou à construire utilisé la première version pilote
leur gîte, les investisseurs po- du manuel pour mettre à niveau
tentiels dans le secteur, les sept logements ruraux à Chef-
planificateurs et gestionnaires chaouen. Dans le Moyen Atlas,
du tourisme, les institutions de deux institutions marocaines de
microfinance et tous ceux qui microfinance (Zakoura et Solida-
s’intéressent à la gestion des loge- rité Sans Frontières) se servent du
ments touristiques à petite échelle manuel pour guider les entrepre-
en milieu rural. neurs locaux dans l’élaboration
de plans d’entreprise pour les
Le document fournit des so- hébergements ruraux.
lutions pragmatiques aux pro-

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET FORMATION 35


L’arganier produit un fruit utilisé pour extraire l’huile d’argan, qui
n’existe qu’au Maroc. Un noyau à l’intérieur du fruit muni d’une co-
quille très dure contient entre une et trois noix en forme d’amande.
Chaque noyau doit être brisé pour retirer les noix. Il faut 16 heures de
travail et 100 kilogrammes de fruits de l’arganier pour produire 1 litre
d’huile d’argan.
CHAPITRE 6

PROJETS PILOTES

Durant les derniers mois du pro- de sensibilisation sur le problème


gramme, nous avons mis à profit des ordures dans les zones monta-
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

le développement de produit et les gneuses du pays.


efforts promotionnels des années
précédentes pour lancer une série Les activités pilotes ont été
d’initiatives pilotes dans deux consacrées à la mise en valeur
zones rurales : les PAT d’Ifrane des attractions touristiques, à la
et d’Immouzer Ida Outanane. Le présentation de modèles de déve-
but était de montrer des moyens loppement durable et au transfert
simples et pratiques d’apporter des connaissances et des compé-
une valeur ajoutée aux itinéraires tences des experts internationaux
ruraux, en vue d’attirer plus de aux contreparties marocaines. Ces
touristes, de créer des emplois et activités ont également permis
d’accroître les revenus. Plusieurs de définir des méthodologies qui
activités pilotes étaient basées sur peuvent être reproduites à plus
des plans développés avec l’assis- grande échelle dans d’autres zones
tance du Département américain rurales.
de l’Intérieur.
Pour chaque projet pilote, le pro-
Nous avons exécuté trois projets gramme PTR a aidé le Ministère
à Immouzer, en assurant une du Tourisme à lancer des accords
assistance en marketing à une coo- de partenariat avec les autorités
pérative de femmes, en restaurant locales, les coopératives, les asso-
un rucher et en mettant à niveau ciations et les bénéficiaires. Ces
un sentier panoramique, et trois accords ont assuré la participation
projets à Ifrane où nous avons de toutes les parties prenantes
remis à neuf deux aires de repos pertinentes et développé un senti-
et une maison d’accueil. Nous ment d’appropriation des projets
avons aussi initié une campagne pilotes et de leurs résultats.

PROJETS PILOTES 37
Les femmes de Doutama récoltent les bénéfices
du tourisme, doublant les ventes d’huile d’argan

Connu comme « le liquide d’or du Maroc », l’huile d’argan est une


denrée prisée par les tribus berbères dans le sud du pays. Les rudes
arganiers, arbre unique au Maroc, en émaillent le paysage. L’huile est
extraite du noyau en forme d’amande contenu dans leur fruit à travers
un processus long et ardu impliquant une main d’œuvre intensive.

De plus en plus appréciée par les chefs parisiens, cette huile très aroma-
tique est utilisée comme assaisonnement et est connue pour certaines
vertus médicinales. Elle est également de plus en plus utilisée en cosmé-
tologie.

La population de Tazarine et des villages environnants du PAT d’Immou-


zer vit de la vente de l’huile d’argan, qui est produite par les femmes
berbères. En 2002, les femmes ont créé une coopérative avec l’aide du
projet Pérennité des ressources en eau du Maroc mis en œuvre par
Chemonics International. Dans le cadre de ce project, l’USAID a financé
la construction d’une maison traditionnelle et l’installation de machines
modernes pour l’extraction de l’huile. Après la création de la coopé-
rative, les femmes ont vu leurs revenus pratiquement tripler—de 60
Dirhams (6,5 $) à 170 Dirhams (18 $) par litre d’huile d’argan.

Etant donné que l’huile d’argan a aujourd’hui une notoriété internatio-


nale, le programme PTR y a vu une opportunité d’attirer les touristes
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

voyageant dans le PAT d’Immouzer.

Beaucoup devait être fait pour y arriver. Tout d’abord, la coopérative était
virtuellement invisible en raison de l’absence de signalisation roadside.
Ensuite, l’huile était mal conditionnée dans de vieilles bouteilles d’eau
HAUT : Aicha Boumtati, présidente de la usées. Enfin, les acheteurs éventuels avaient peu d’informations sur le
Coopérative féminine agricole Doutama, produit. Outre le fait d’attirer les visiteurs, un meilleur marketing laissait
et Aicha Wakarim, membre de la coopéra- même présager des revenus plus élevés pour les femmes de Doutama.
tive, craquent des noix d’argan.
MILIEU : Antonia Hedrick (à droite) du La première priorité était d’améliorer le conditionnement et de diver-
Département de l’Intérieur américain sifier la gamme des produits. L’équipe du programme PTR a appris aux
essaye de craquer une noix, sous le regard membres de la coopérative les usages cosmétiques de l’huile d’argan et
amusé de Aicha Wakarim. les a encouragées à introduire cette nouvelle gamme dans leurs offres
BAS : Des bouteilles d’huile d’argan pour régulières.
des utilisations cosmétiques et culinaires
après les améliorations d’emballage Pour démarrer, nous avons financé l’achat initial de contenants attrayants
initiées par le programme MRT. et rentables : des flasques en plastique pour l’huile cosmétique et des
bouteilles en verre pour l’huile culinaire. Après avoir étudié le condition-
nement des produits concurrents, nous avons recruté une firme locale

38 PROJETS PILOTES
pour concevoir une identité unique pour Doutama. Une étiquette a été
apposée sur chaque contenant avec la description de son contenu et la
création d’un label identifiable. Pour apporter plus de valeur ajoutée, nous
avons créé un dépliant sur le produit et ses divers usages.

Nous avons dû ensuite attirer les touristes et autres acheteurs potentiels.


Un panneau servant à diriger les passants vers la coopérative a été installé
au bord de la principale route d’accès. Dans la cour du bâtiment, un grand
panneau d’interprétation décrit aux visiteurs le procesus d’extraction de
l’huile et la vie quotidienne dans la coopérative. Une carte de la région
fournit des informations sur les autres attractions touristiques, encoura-
geant les visiteurs à prolonger leur séjour dans le PAT.

Suite à ces améliorations, l’huile d’argan connaît aujourd’hui un prix de


« Avec la coopérative, vente plus élevé et une clientèle plus nombreuse. Les chiffres parlent
d’eux-mêmes. De juin à septembre 2005, les ventes de la coopérative ont
je sens que ma vie est plus que doublé par rapport au trimestre précédent. Grâce aux nouvelles
pleine. Je pense qu’elle bouteilles et à leurs étiquettes, le prix de l’huile culinaire est passé de 170
Dirhams (18 $) à 400 Dirhams (43 $) le litre. L’huile cosmétique, un nou-
m’a donné un sens ». veau produit de la coopérative, est vendue à 600 Dirhams (65 $) le litre.
Aïcha Boumhati,
présidente de la coo- L’appui de l’USAID a eu un impact spectaculaire sur la région, avec des
pérative de Doutama retombées économiques sur la communauté toute entière. Par exemple,
le miel produit par une autre coopérative est vendu avec l’huile d’argan,
permettant aux deux groupes de capitaliser sur un pool commun d’ache-
teurs éventuels.

La réussite de la coopérative a démarginalisé ses 44 membres et leur a


donné confiance pour planifier leur avenir. « Avec la coopérative, je sens
que ma vie est pleine », a affirmé sa présidente Aïcha Boumhati, 43 ans. «
Je pense qu’elle m’a donné un sens ». Partageant ce sentiment, Rkouche
Moutawakil, âgée de 58 ans, a dit que l’argent qu’elle avait gagné grâce à la
coopérative l’avait aidée à construire un avenir plus radieux à ses enfants.

Le sens de la communauté créé par la coopérative chez les femmes rend


le sacrifice plus facile à supporter. « La coopérative m’a appris à gagner
de l’argent » a affirmé Talibi Rkia, 52 ans. « Ici, nous travaillons de longues
heures, mais quand nous bavardons ensemble, le temps passe vite ».

L’emplacement stratégique de la coopérative près de l’un des deux prin-


cipaux points d’accès du PAT en fait un lieu touristique idéal. Dans une
société largement conservatrice, les femmes de Doutama ne sont pas
découragées par la perspective de nombres plus élevés de touristes. «
Avant la coopérative, nous étions très timides et réservées, en particulier
envers les hommes et les inconnus » a dit Aïcha Wakarim, âgée de 65 ans.
« Aujourd’hui nous sommes beaucoup plus ouvertes ». Sa collègue Zahra
Anzaid, 44 ans, était d’accord : « Cela ne nous gêne pas que les visiteurs
prennent des photos. La coopérative est comme notre maison et les visi-
teurs sont les bienvenus ».

PROJETS PILOTES 39
Le plus grand rucher du monde
bénéficie d’une remise à neuf
Le PAT d’Immouzer est le foyer de la communauté des apiculteurs de
Taddart Ouguerram, réputée être la plus grande ruche du monde.
Reliant le passé au présent, ce rucher a été transmis d’une génération à
l’autre depuis sa première construction au 19e siècle.

Malgré son grand potentiel en tant qu’héritage culturel, le rucher a été


progressivement abandonné au fur et à mesure qu’il tombait dans un
sérieux état de délabrement. Il avait été restauré pour la dernière fois
il y a environ une vingtaine d’années et avait subi depuis deux violentes
tempêtes, l’une en 1990 et une autre six années plus tard. Environ 300
ruches sur plus d’un millier étaient utilisées en 1980, bien que ce nombre
ait baissé encore plus après les tempêtes.

Située dans les abords du village d’Inzerki, le rucher comprend plusieurs


terrasses à flanc de coteau à environ 980 mètres d’altitude. Chaque
terrasse a une longue structure en bois et en pisé (mélange de boue et
de paille) avec des maisonnettes à ouverture frontale. Les maisonnet-
tes sont conçues pour abriter une ruche traditionnelle—un cadre de
roseau ou d’osier tressé recouvert de boue. La végétation environnante
d’arganiers, euphorbes et de thym ajoute au charme du lieu et crée un
© CHEMONICS / RACHID BOUABID

environnement idéal pour l’apiculture.

Le programme PTR a saisi l’opportunité de préserver ce remarquable


monument et de garantir le gagne-pain des producteurs de miel dans
une région avec peu de sources alternatives de revenu. Selon les résul-
tats d’une étude de faisabilité impliquant des entretiens avec les résidents
HAUT : Le rucher d’Inzerki avant sa locaux, les apiculteurs et un expert technique, la restauration du rucher
réhabilitation. offrirait des bénéfices considérables à la communauté et servirait de
MILIEU : Des ouvriers locaux réparent les modèle à d’autres « projets d’héritage ».
parois et les cages du rucher.
BAS : Le rucher d’Inzerki après sa Nous avons engagé une entreprise locale pour procéder à la remise en
réhabilitation. état en recourant aux matériaux et méthodes de construction tradi-
tionnels afin de préserver la beauté naturelle du site et le patrimoine
culturel. La construction a duré plus de deux mois et a impliqué environ
15 ouvriers locaux.

Les ouvriers ont démoli les parties endommagées de la structure exis-


tante et les ont reconstruits en pierre. Ils ont érigé des murs en pisé et
des étagères horizontales sur des cadres de bois, toituré chaque terrasse
pour protéger la structure des pluies et installé des canaux d’évacuation

40 PROJETS PILOTES
pour minimiser tout dommage dû aux précipitations. Bien entretenue, il est
probable que la structure rénovée dure pendant les prochaines décennies.

L’entreprise a également restauré un bâtiment qui sert aujourd’hui de point


de vente du miel produit dans le village. Enfin, notre équipe a conçu et
installé la signalisation sur la route principale reliant Agadir à Marrakech et
un panneau d’interprétation au rucher pour expliquer sa valeur culturelle,
historique et économique.

Un problème majeur est que le site n’est accessible que par 4X4 et qu’il
se trouve à environ 45 minutes de la route principale. La municipalité a
annoncé un plan pour goudronner la piste menant au village—une initiative
qui promet d’augmenter les ventes de miel et d’améliorer la qualité de vie
des habitants locaux.
« Maintenant que nous
« Ceci est très prometteur et facilitera le transport et encouragera cer-
avons vu des résultats tainement davantage de touristes à venir et à visiter notre site » a affirmé
concrets sur le terrain, Said Souaf, président de l’association Taddart pour le développement et la
coopération, l’association locale des apiculteurs.
nous nous sentons très
motivés… l’attention L’estimation des revenus annuels générés par la ruche varie entre 4 et 18
millions de Dirhams (431.000 à 1,9 million $), dépendant du type de miel
accordée à notre site produit. Une seule ruche produit 20 à 40 kilos de miel par an. Le miel tou-
historique apporte un tes fleurs se vend à environ 125 Dirhams (13,5 $) le kilo, tandis que le miel
de thym, en raison de ses vertus médicinales, coûte 400 Dirhams (43 $) le
nouveau dynamisme à kilo. Ces chiffres sont de plus significatifs étant donné que la vente de miel
nos membres ». constitue l’unique source de revenu de beaucoup de familles locales.

Said Souaf, président Marqués par la réhabilitation de leur rucher, les 600 apiculteurs ayant le
de l’association droit d’utiliser la ruche projettent de créer une coopérative afin de mieux
des apiculteurs
gérer cette ressource vitale héritée de leurs ancêtres.

« J’aimerais remercier l’USAID pour les efforts pour la réhabilitation de ce


site » a affirmé Souaf. « Au début, nous n’étions pas vraiment sûrs que les
promesses du projet allaient être réalisées. Maintenant que nous avons vu
les résultats concrets sur le terrain, nous nous sentons très motivés ».

Souaf espère que cette rénovation insufflera un sens de renouveau à la


communauté. « Beaucoup d’apiculteurs ont abandonné le site après sa dé-
gradation et l’association a failli se désintégrer » a-t-il dit. « Cependant, l’at-
tention accordée à notre site historique apporte un nouveau dynamisme à
nos membres. Nous espérons relancer le site non seulement pour l’activité
de l’apiculture, mais aussi pour d’autres activités locales qui contribueront à
améliorer les revenus et le bien-être de la population ».

PROJETS PILOTES 41
Le nouveau sentier de la vallée du
paradis offre une vue enchanteresse
La vallée du paradis est un véritable paradis botanique au cœur d’Im-
mouzer Ida Outanane. Un sentier panoramique serpente à travers les
collines surplombant la gorge couverte de palmiers, invitant les passants
à s’arrêter et à profiter de la vue pittoresque.

Une route mal tracée en a fait l’un des secrets les mieux gardés de
la région et seuls les marcheurs intrépides peuvent localiser le sentier
pour descendre dans la vallée. En raison de l’absence de panneaux de
signalisation, les visiteurs devaient compter sur les guides locaux ou sur
leur propre intuition pour s’orienter. Finalement, l’absence de parcs de
stationnement aménagés obligeait les automobilistes à rouler sur le bas-
côté de la route et à en éroder la surface.

Une initiative pilote du programme PTR a résolu tous ces problèmes par
la mise à niveau d’un tronçon de trois kilomètres du sentier, la construc-
tion d’un parc de stationnement et des aires de repos à chaque extré-
mité, et l’installation de panneaux d’information pour que les visiteurs
puissent apprécier pleinement l’environnement.
© U.S. DEPARTMENT OF THE INTERIOR / ANTONIA HEDRICK

Lors d’un atelier de cinq jours en partenariat avec le Département


américain de l’Intérieur, les techniciens locaux, les planificateurs et les
gestionnaires ont travaillé avec un architecte paysagiste et un ingénieur
du Service des parcs nationaux américain pour concevoir les plans de
restauration.

Tous les travaux ont été effectués par des ouvriers locaux sous la
supervision d’un technicien du Ministère du Tourisme qui avait participé
à l’atelier, ce qui a procuré de l’emploi à 22 personnes sur une période
La Vallée du Paradis abrite le Castorbean, de 7 semaines dans une région où les emplois sont rares et le revenu
une grande plante qui pousse à l’état sau- minimal.
vage ; des palmiers ; et d’autres plantes
au feuillage coloré, ce qui rend cette vallée Les ouvriers ont dévié certaines parties du sentier pour éviter les pentes
particulièrement attrayante aux randon- les plus raides et permettre de marcher plus aisément sur un chemin
neurs. Le nom initial de la vallée était sinueux. Ils ont nivelé la surface, dégagé les obstructions et entièrement
Taghrat Ankrim. D’après la légende, un remis à neuf les places de stationnement à chaque extrémité.
couple Allemand a survécu à une maladie
grave après y avoir séjourné pendant six
mois. Après leur retour chez eux, ils ont
parlé à tout le monde de cette « vallée du
paradis » qui les avait guéris – un nom
© CHEMONICS

qui persiste jusqu’à aujourd’hui.

42 PROJETS PILOTES
A mi-chemin, ils ont transformé une saillie rocheuse en un belvédère na-
turel et une aire de repos. Un court escalier a été construit dans le rocher
afin que les visiteurs puissant facilement grimper jusqu’au sommet. Tout
autour, la structure fournit de l’ombre aux marcheurs qui s’arrêtent pour
une halte. Des panneaux d’interprétation installés à chaque extrémité du
sentier présentent des informations sur la vallée du paradis et la région en
général.

La pierre naturelle et d’autres matériaux locaux ont été utilisés dans tous
les travaux, ce qui a permis de réduire les coûts et de garder une harmonie
avec l’environnement. Le résultat est un charmant sentier ressemblant à un
camino real espagnol.

L’initiative a effectivement créé un nouvel attrait pour les visiteurs dans une
région d’une grande beauté naturelle et sert de modèle pour développer
d’autres sentiers panoramiques à travers le Maroc.

Suite à ces améliorations, trois tour opérateurs ont informé le représentant


régional du Ministère du Tourisme de leur intention d’inclure le sentier à
leurs itinéraires. Par ailleurs, les panneaux d’information produits par le pro-
gramme ont fini par servir d’exemple à d’autres régions. Trois représentants
du Haut-Commissariat des Eaux et Forêts, qui avaient participé à l’atelier
du programme PTR, ont par la suite demandé et reçu de l’assistance pour
améliorer les panneaux d’information sur d’autres coins du PAT d’Ifrane.

Le programme MRT a con-


verti un grand rocher en balcon
d’observation dans le cadre de
l’amélioration du chemin de
la vallée du paradis. Ce balcon
permet aux visiteurs d’accéder
facilement au sommet et procure
de l’ombre aux randonneurs qui
se reposent.

PROJETS PILOTES 43
La mise à niveau d’une aire de repos
et maison d’accueil accroît le potentiel
touristique d’Ifrane
Niché dans les montagnes du Moyen Atlas, Ifrane se trouve près de l’une
des rares stations de ski équipées du Maroc. Ses pelouses bien taillées
et ses maisons de style européen la font ressembler à une station des
Alpes suisses. Pourtant certaines attractions touristiques de la région
n’étaient pas exploitées à leur plein potentiel. Deux aires de repos en
particulier—le Balcon d’Ito et Moudmame—constituaient des sites
idéaux pour que les visiteurs puissent s’y arrêter et s’informer sur les
alentours, mais avaient grand besoin d’être remis à neuf

Moudmame se trouve sur le principal carrefour de la plus grande forêt


de cèdres du monde, une pièce maîtresse du PAT d’Ifrane. Quoique sou-
© CHEMONICS / KAWTAR ZERHOUNI

vent empruntée par les touristes, la route était démunie de panneaux


de signalisation, d’une aire de repos adéquate et d’information sur les
attractions et activités locales.

Le Balcon d’Ito est cité dans la plupart des guides touristiques pour ses
vues panoramiques à couper le souffle. Malgré sa popularité, l’aire de
HAUT : La vue panoramique du balcon repos manquait de places de stationnement, de poubelles et d’informa-
d’Ito dans le PAT d’Ifrane. tion pour les visiteurs.
BAS : Le staff du programme MRT admire
la vue du balcon d’Ito, un aire de repos Dans le cadre de notre partenariat avec le Département américain de
rénové par le programme. l’Intérieur (DAI), trois experts en planification de sites ont dirigé un ate-
lier de cinq jours à l’intention des techniciens locaux, des planificateurs et
des gestionnaires du tourisme. A la fin de l’atelier, ils avaient élaboré des
plans d’action pour développer les deux sites.

Nous avons engagé un architecte marocain pour affiner ces plans et


sélectionné une entreprise locale pour réaliser les travaux. Cela impli-
quait l’aménagement du paysage, l’installation de bancs et de poubel-
les, la pose de panneaux de signalisation, l’aménagement de places de
stationnement ainsi que d’autres mesures pour améliorer la sécurité et
l’aspect des sites. Le bois et la pierre locale été utilisés en harmonie avec
le paysage naturel.
© CHEMONICS / RACHID BOUABID

44 PROJETS PILOTES
Dans un second atelier, les experts du DAI ont travaillé avec les participants
pour concevoir des panneaux d’information sur les attraits locaux afin de
renseigner les visiteurs et les inciter à passer plus de temps dans la région.
Les panneaux ont été installés dans les deux sites et à d’autres emplace-
ments du PAT.

Lors de cette initiative, nous avons également rénové le bâtiment abritant


la délégation du tourisme d’Ifrane pour créer un centre d’information pour
les visiteurs. Cela a impliqué une reconfiguration de l’espace, la peinture des
murs, la restauration des structures et portes en bois et le remplacement
des appareils d’éclairage.

Nous avons également fourni les supports de présentation des maté-


riels promotionnels, installé des panneaux de signalisation pour diriger les
visiteurs vers le centre et des panneaux d’interprétation sur les principaux
sites touristiques de la région, sur les cités impériales voisines de Fès et de
Meknès et sur l’artisanat local.

Cela donne un espace agréable et aéré qui fournit aux visiteurs les rensei-
gnements dont ils ont besoin pour profiter au mieux de leur séjour.

Nous avons mobilisé des acteurs à tous les niveaux pour assurer la réussite
de ce projet—du gouverneur de la province aux marchands qui gagnent
leur vie en vendant des souvenirs sur les sites. Il est prévisible que les nou-
veaux aménagements attirent davantage de vendeurs à l’étalage.

Travaux en cours dans le balcon


d’Ito.

PROJETS PILOTES 45
Initiative « Nos Propres Montagnes » :
Garder propres les montagnes marocaines
Du Jbel Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord, aux vertes
collines du Rif, les montagnes marocaines sont aussi majestueuses que
fragiles. Les milliers de randonneurs qui viennent chercher l’aventure
chaque année laissent derrière eux des tas d’ordures qui menacent ces

© U.S. DEPARTMENT OF THE INTERIOR / LUVERNE GRUSSING


précieuses ressources naturelles, un problème aggravé par des dispositifs
inadéquats d’évacuation des ordures.

La prise de conscience augmente autour de ce problème. Beaucoup de


tour opérateurs ont déjà mis en oeuvre des politiques de gestion des
déchets et certains ont même organisé des campagnes de nettoyage.
Mais beaucoup reste à faire pour éduquer les visiteurs sur les effets des
ordures qui gâchent les paysages marocains.
© CHEMONICS / OLIVIER ALLENBACH-ILLAIRE

En partenariat avec le Ministère du Tourisme, le programme PTR a orga-


nisé une journée de réflexion sur le problème des ordures dans les zo-
nes montagneuses sensibles. L’atelier, organisé en juin 2005, a réuni une
quarantaine d’acteurs des secteurs public et privé, dont des opérateurs
de randonnée, des responsables locaux et des ONG.

Les participants se sont réunis à Afourer, un village de montagne du


Les montagnes de l’Anti-Atlas dans la Moyen Atlas, pour discuter des liens entre le développement du tou-
région d’Agadir attirent des randonneurs risme et la protection de l’environnement.
tout le long de l’année.
Un large consensus a été atteint sur le besoin d’encourager le bon com-
portement des touristes et d’engager les habitants à gérer les ordures
dans leurs communautés. Sur la base des recommandations issues de
l’atelier, le programme PTR a initié une campagne pour décourager
les visiteurs de jeter des ordures. Nous avons créé et imprimé 15.000
dépliants faisant appel aux agences de voyage de renforcer la protection
de l’environnement dans leurs opérations et d’inciter les touristes à agir
avec plus de responsabilité envers leur environnement.

Cela constituait la première étape d’une initiative plus large conçue


pour inclure des activités de nettoyage avec les communautés rurales,
un programme éducatif pour sensibiliser les écoles sur le problème des
ordures et une campagne publicitaire dans les médias locaux. Bien que
ces efforts ne se soient pas matérialisés à cause d’une réduction du
financement, les étapes initialement entreprises par le programme PTR
avaient souligné l’urgence du problème et ouvert la voie à des efforts de
suivi afin de garder les montagnes marocaines propres.

46 PROJETS PILOTES
Sam Stokes du Département de
l’Intérieur américain admire les
cimes enneigées de la montagne
Mishliffen dans le Moyen Atlas.
Le Maroc est l’un des rares pays
d’Afrique où l’on peut skier pen-
dant l’hiver.

La brochure Nos Propres Monta-


gnes préparée par le programme
MRT inclut un « code de tourisme
responsable » qui demande aux
touristes d’être respectueux de
l’environnement.

Certaines ordures survivent aux gens qui les lais-


sent derrière eux. La biodégradation d’une canette
de limonade, par exemple, peut prendre de 90 à
100 ans.
dépliant « Nos Propres Montagnes »

PROJETS PILOTES 47
Des filles à l’Oum Rbia accueillent des visiteurs qui viennent dans ce
village du Moyen Atlas pour faire du rafting et explorer des maisons
traditionnelles berbères.

48 SECTION NAME FOLIO


CHAPITRE 7

LEÇONS TIRÉES
ET PERSPECTIVES
D’AVENIR
L’appui de l’USAID à la promo- tion aux changements du marché,
tion du tourisme rural à travers les tours opérateurs locaux sont
le programme PTR était le uniquement positionnés pour
premier du genre au Maroc. Par appuyer de nouveaux produits
conséquent, l’expérience offre ou de nouvelles régions. L’en-
© CHEMONICS

d’importantes leçons pour guider couragement de tels partenariats


les futurs efforts des bailleurs de constitue l’un des éléments clés
fonds et des parties prenantes na- du développement futur du tou-
tionales, régionales et locales dans risme rural afin que les initiatives
le domaine du tourisme. gouvernementales reflètent bien
les réalités commerciales.
LEÇONS TIRÉES ET RE-
COMMANDATIONS Renforcer le Service du Tourisme
Promouvoir des partenariats rural. La création d’un Service
public-privé. Etant donné qu’il du Tourisme rural au sein du
existe de nombreux opérateurs Ministère du Tourisme a contri-
réceptifs expérimentés et com- bué à établir une base saine pour
pétents qui connaissent bien le le développement de ce secteur.
pays et le marché, il est impératif Le renforcement de ce Service est
de consolider leur expertise. En crucial pour consolider la place
favorisant la communication et du tourisme rural.
la collaboration, le Ministère du
Tourisme peut tirer profit de leur Une formation sur les techni-
connaissance des produits qui se ques d’enquêtes pourrait aider
vendent et les impliquer dans la ce Service à suivre l’évolution
conception de produits touristi- du tourisme rural au Maroc et
ques. Etant donné que leur survie à obtenir des statistiques fiables.
commerciale dépend de la réac- Les résultats de ces enquêtes

LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR 49


Hassan Aboutayeb (à gauche)
discute avec un homme berbère
près de Doutama alors qu’il ame-
nait les participants d’un Educ-
tour dans le PAT d’Immouzer. Mr.
Aboutayeb, qui est le président de
l’Association des Guides d’Agadir,
a participé au développement des
itinéraires d’Immouzer en tant
que consultant du programme
MRT.

pourraient être utilisés pour Les efforts futurs dans ce domai-


augmenter et actualiser la base de ne devraient poursuivre ce travail
données sur le tourisme rural au en vulgarisant les approches por-
Maroc et de produire un rapport teuses dans d’autres régions du
annuel sur le tourisme rural. En Maroc. D’autres projets devraient
produisant un tel rapport chaque être considérés pour renforcer la
année, le Ministère du Tourisme valeur des PAT. En particulier,
rehausserait l’image de ce secteur des eductours et autres activi-
en tant que contributeur à la tés promotionnelles pourraient
croissance économique rurale. être utilisés pour recueillir des
idées des tours opérateurs sur les
Bâtir sur le travail de développe- moyens de rendre les PAT plus
ment des Pays d’Accueil Touris- attrayants aux visiteurs potentiels.
tiques (PAT). Parmi ses contri-
butions, le programme PTR a Accroître les efforts de promotion du
élaboré des itinéraires détaillés tourisme rural. La promotion et le
qui ont mis en valeur les atouts développement des produits sont
du tourisme rural marocain. des éléments complémentaires. Il
Dans ce processus, nous avons est essentiel de travailler sur ces
identifié des PAT commeciali- deux fronts simultanément pour
sables, ainsi que les contraintes obtenir des résultats conséquents.
qui les empêchent d’atteindre Pour cette raison, les efforts
leur plein potentiel. Les projets futurs de développement des
pilotes du programme PTR on programmes de tourisme rural
démontré des moyens concrets de devraient impliquer l’ONMT
surmonter certaines contraintes. comme partenaire direct—peut-
être à travers un comité de

50 LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR


pilotage—pour créer les synergies veaux produits et destinations, les
nécessaires dans le domaine de la opérateurs réceptifs ont rarement
promotion. le temps de mettre à jour leur
connaissance des régions dans
Bien que la promotion soit chère lesquelles ils n’opèrent pas régu-
et ses effets difficiles à quanti- lièrement et ils le font seulement
fier, les pays et régions qui ne s’y lorsqu’ils sont sollicités par un
engage pas risque d’être moins opérateur étranger.
compétitifs que ceux qui le font.
© CHEMONICS / BRIAN WOOD

L’ONMT étant aux premières L’organisation annuelle d’une


lignes de la promotion, il se- foire commerciale nationale pour
rait utile de le sensibiliser sur le permettre aux PAT et aux four-
tourisme rural pour qu’il l’appuie nisseurs privés du tourisme rural
comme un des labels du Maroc, de se promouvoir eux-mêmes en
comme les plages, les golfs et le mettant au courant les agents ré-
tourisme culturel. Cela requiert la ceptifs des nouveaux développe-
préparation de matériels conçus à ments et produits. Cela permet-
cet effet, si possible en ligne pour trait de développer des grappes
qu’ils soient facilement accessibles compétitives et de renforcer le
au personnel de l’ONMT au marché intérieur. Une activité
Maroc et à l’étranger. modérée de cette nature aurait
un coût relativement faible et
Les activités promotionnelles bénéficierait du soutien d’agences
pourraient inclure la participa- de développement.
tion à des foires internationales,
la mise à jour du site web du tou- Dans le même créneau, il y a des
risme rural et des eductours dans opportunités de promouvoir le
les PAT cibles. Il est important tourisme rural dans le marché
d’assurer un suivi des activités intérieur, en particulier la classe
de promotion afin de démontrer moyenne marocaine grandissante.
leur utilité aux parties prenantes D’autres cibles incluent des grou-
du tourisme rural. Par exemple, pes distinctifs comme les écoles
pour les eductours, cette démar- (marocaines et internationales),
che pourrait inclure un suivi avec la communauté des expatriés et
les participants six mois après des diplomates, et les Marocains
chaque voyage afin de détermi- résidant à l’étranger (surtout en
ner s’ils ont inclus le Maroc dans Europe) qui visitent leur pays
leurs matériels de marketing. d’origine chaque été en grand
nombre. Le développement de
Cibler le marché intérieur. Si le ces marchés pourrait contribuer à
programme PTR s’est focalisé sur la durabilité du tourisme rural.
la promotion du tourisme rural
pour les touristes étrangers, le Former des prestataires de services.
marché intérieur présente un fort La promotion du tourisme rural
potentiel de croissance. Malgré est une chose. Une fois que les
les pressions compétitives de visiteurs arrivent, ils doivent avoir
trouver et de développer de nou- une expérience positive pour que

LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR 51


Des musiciens berbères jouent
des chansons traditionnelles
accompagnés de leurs tambours
pour des visiteurs à Ifrane.

Entourée par des montagnes de


granite rose,Tafraoute est connue
comme « la ville rose magique
du Maroc ». Les maisons sont
construites pour qu’elles soient
en harmonie avec le milieu, à tel
point qu’elles sont à peine per-
ceptibles à distance. Cependant,
quand les visiteurs approchent la
ville, ils se trouvent devant un site
enchanteur.

les efforts de promotion soient pement de plans commerciaux et


probants sur le long terme. Pour sur la gestion de petites entreprises.
ce faire, il y a lieu de poursuivre
la formation des prestataires de Les centres d’information
services, en particulier dans les touristique doivent s’atteler à
domaines du développement et satisfaire les attentes des visiteurs
gestion de gîtes, guides ruraux, pour aider à créer une expérience
gestion, attention au client, mémorable. Dans cette optique,
commodités rurales et gestion leurs agents doivent posséder
des déchets solides. Pour maxi- les connaissances nécessaires
miser leur impact, ces formations pour transmettre l’information
devraient s’atteler à redresser des sur un PAT avec crédibilité et
contraintes spécifiques identifiées enthousiasme. Ceci impliquera le
lors du développement des PAT. recrutement de candidats qui ont
les aptitudes et la personnalité
Pour une formation pratique, les requises, doublé d’un programme
gîteurs bénéficieront de voyages de formation qui approfondira
d’études dans des zones où le leurs connaissances de la région et
tourisme rural est déjà développé, leur appréciation pour les besoins
telles que la vallée de l’Ourika. des visiteurs.
Pour assurer leur succès financier,
les prestataires de services devront Attirer l’investissement. L’in-
aussi être formés sur le dévelop- vestissement est essentiel pour

52 LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR


© CHEMONICS / RACHID BOUABID

ACTIONS À VENIR

En nous basant sur l’expérience du projet et à la lumière des enseignements tirés, nous recommandons que les
activités suivantes soient envisagées pour développer davantage le tourisme rural au Maroc :

• Promouvoir les partenariats public-privé. • Organiser annuellement des foires commerciales


• Renforcer les capacités du Service du Tourisme nationales pour permettre aux PAT et aux fournis-
Rural. seurs privés du tourisme rural de se promouvoir
eux-mêmes en mettant au courant les agents
• Mettre à jour la base de données sur le tourisme réceptifs des nouveaux développements et produits.
rural et produire un rapport annuel sur le tourisme
rural. • Organiser un voyage d’études pour les gîteurs du
Nord, du centre, et du Sud du Maroc dans la vallée
• Utiliser les aires de repos et les centres de visiteurs de l’Ourika où le tourisme rural est mieux organisé
mis à niveau dans le cadre du programme PTR et plus développé.
comme des modèles à reproduire dans d’autres
régions du Maroc. • Organiser des ateliers destinés aux prestataires de
services du tourisme rural sur l’élaboration de plans
• Mettre à jour et lancer le site web consacré au tou- d’entreprise et la gestion des petites entreprises.
© CHEMONICS

risme rural développé avec le soutien de l’USAID,


en en faisant un site dynamique où les utilisateurs • Former le personnel des centres d’information tou-
peuvent trouver des informations pertinentes, ristique sur l’attention aux clients, les attentes des
fiables et régulièrement mises à jour. visiteurs, et les attractions régionales.

• Continuer à organiser des éductours dans les PAT • Organiser un atelier avec les banques marocaines
cibles et collecter des suggestions auprès des tours sur le financement de projets de tourisme rural et
opérateurs sur la création de conditions propices mener des études de cas sur les rendements des
autour des PAT pour attirer plus de touristes et faci- investissements et les délais de remboursement.
liter le développement de tours « vendables ».

poursuivre le développement Le tourisme est une entreprise à


du tourisme rural. En particu- risque. Les obstacles d’entrée aux
lier, les logements touristiques marchés sont élevés, des événe-
ruraux doivent de plus en plus ments externes incontrôlables
se focaliser sur la qualité puisque peuvent changer le marché, et la
les gîtes traditionnels avec des durabilité est une question ma-
logements communs et des sa- jeure. C’est pourquoi le tourisme
nitaires limités attirent de moins rural requiert à ce stade le soutien
en moins la clientèle. La plupart du secteur public. Le gouverne-
des clients exigent dorénavant ment doit créer l’environnement
plus de confort et d’intimité, ce adéquat pour développer l’esprit
qui nécessite par conséquent des d’entreprise. Pour que les inves-
investissements plus importants. tisseurs acceptent de prendre des
risques, ils doivent savoir qu’ils

LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR 53


Une femme marocaine vendant
de l’huile d’argan dans une
coopérative féminine à Taroudant.

Taoufiq Sabri, l’un des entrepre-


neurs formés par le programme
MRT, est l’un des propriétaires de
l’auberge Zolado.

“ Le tourisme rural est seront appuyés par le secteur pu- projets aiderait considérablement
blic et soutenus par la promotion. cette initiative.
devenu « un axe majeur
de développement » En tant qu’arme promotion- Établir les outils pour mesurer le
nelle du Ministère du Tourisme, succès. Le soutient continu des
pour le Maroc. l’ONMT est aux premières lignes bailleurs de fonds pour le déve-
Hassan Kacimi, pour projeter le Maroc en tant loppement du tourisme pourrait
secrétaire général que destination et opportunité accroître les acquis obtenus jus-
du Ministère du d’investissement. L’Office doit qu’à présent. Le développement
Tourisme par conséquent consacrer spé- du tourisme est cependant un
cifiquement plus de ressources processus lent. Le cycle de pro-
et d’efforts de renforcement des duction d’une brochure de tour
capacités au secteur du tou- opérateur signifie qu’à partir du
risme rural. En même temps, les moment où un nouveau produit
banques marocaines doivent être est conçu, il peut s’écouler de 18
encouragées à financer des projets mois à 2 ans avant l’arrivée des
de développement de tourisme premiers visiteurs. Malgré cela,
rural. La préparation d’études de beaucoup d’opérateurs comptent
cas démontrant les retours poten- sur au moins deux années de
tiels sur l’investissement de tels présentation dans une brochure

54 LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR


avant qu’une nouvelle destination changement qualitatif en termes
ou produit ne soit établi. d’une meilleure compréhension
de la valeur du tourisme rural.
Sur le terrain, les activités de Au cours des dernières années,
développement suscitent parfois le secteur est sorti d’une relative
© CHEMONICS

de grandes attentes dans une pre- obscurité pour devenir un acteur


mière étape et les acteurs locaux respecté de l’industrie du voyage
du tourisme ont souvent peu de au Maroc. Le Ministère du
prise sur le temps requis pour gé- Tourisme et l’équipe chargée du
nérer des résultats concrets, sur- tourisme rural en particulier ont
tout en termes de nombre de vi- œuvré pour rehausser le profil du
siteurs et de revenus. À la lumière Maroc rural comme alternative
de ces constats, les programmes prometteuse aux destinations
futurs de développement du tou- conventionnelles.
risme rural devraient s’atteler à
élaborer des objectifs réalistes et à Hassan Kacimi, secrétaire général
établir des indicateurs clairs pour du Ministère du Tourisme, a été
mesurer les succès en utilisant des clair dans son discours d’octobre
données de base à partir des- 2004 à l’Organisation mondiale
© CHEMONICS

quelles les progrès peuvent être du tourisme où il a déclaré que le


quantifiés. Les résultats attendus tourisme rural était devenu « un
et les indicateurs refléteront ainsi axe majeur de développement »,
le rythme de changement du ajoutant que certains revenus du
secteur touristique. tourisme seraient utilisés pour
« protéger la nature » conformé-
Pour réussir, les initiatives futures ment aux normes de préservation
de financement des bailleurs de de l’environnement.
fonds devraient impliquer, depuis
le départ, les parties prenantes Cet ‘éveil’ est peut-être le prin-
concernées—par exemple, en cipal legs du programme PTR.
établissant un comité de pilotage Tout un groupe de parties
composé du Ministère du Touris- prenantes—des responsables du
me, de l’ONMT, des associations tourisme aux associations villa-
de gîteurs et autres partenaires. geoises—sont maintenant plus
Ceci aidera à bâtir un consensus conscients des bénéfices économi-
autour d’une vision commune ques que le tourisme durable peut
du programme, des résultats apporter au Maroc rural. Tirer
escomptés et des indicateurs de profit de cette lancée mènera
performance. Cela aiderait aussi vers un Maroc fermement établi
à procurer plus de légitimité aux comme destination compétitive
activités financées par les bailleurs qui attire un nombre grandissant
et à créer une adhésion aux acti- de touristes aventureux interna-
vités et résultats du programme tionaux.
parmi les parties prenantes.

CONCLUSION
En dépit de la courte durée du
programme PTR, il y a eu un net

LEÇONS TIRÉES ET PERSPECTIVES D’AVENIR 55


ANNEXE A

LIVRABLES
Au-delà des plans d’action annuels, des rapports d’activités annuels, et des rapports d’activités trimestriels, l’équipe du MRT a produit et soumis
les rapports et livrables suivants durant le programme.

Auteur Livrable
2003
Dave Gibson/James MacGregor Déclaration de Fès de l’Association Africaine du Tourisme
Pierre Villemaire Rapport sur la structure de gestion du Ministère du Tourisme
Olivier Allenbach-Illaire Montage des circuits régionaux: Nord, Moyen Atlas et Immouzer Ida Outanane

La réinvention du tourisme et le processus de recherche sur les marchés : comment relever les défis du
Judd Buchanan
tourisme au Maroc à l’horizon 2010

Zoubir Chattou Projets proposés dans le cadre du Fond de Développement rural (PL 480)
Zoubir Chattou Projets proposés pour améliorer la qualité des cinq circuits
Don Hawkins Feuille de route du tourisme rural
Don Hawkins Base de données SAVE
Hassan Aboutayeb Base de données des tours opérateurs et agences de voyages
Hassan Aboutayeb Circuits du pays d’accueil touristique d’Immouzer Ida Outanane
James MacGregor Stratégie de marketing du tourisme rural – Chefchaouen
Zoubir Chattou Projets pour supporter le développement des circuits
2004
Normand Hall Impact des programmes de formation et besoins futurs en formation
Normand Hall Atelier national de formation en tourisme rural durable
James MacGregor Manuel sur le tourisme rural durable
James MacGregor Manuel sur le tourisme rural durable – Agadir
James MacGregor Stratégie de marketing du tourisme rural – Agadir
Robert Boyle Manuel sur les logements touristiques ruraux (Anglais)
Robert Boyle Manuel sur les logements touristiques ruraux (Français)
Sonia Pagliaro Plan de suivi et d’évaluation du projet
LMS Evaluation des potentiels de l’encadrement
LMS Plan de formation 2004-2006
Abdelkrim Zakar Tourisme rural et repositionnement stratégique du secteur touristique de la région d’Agadir (seminar)
El Mostafa Bikine Les professionnels du voyage entre l’offre et la demande : cas de la destination d’Agadir
Fouzi Mourji Promotion du tourisme rural au Maroc : le role des services financiers de proximité
George Reed Trois itinéraires à Chefchaouen
MRT Eductour 2004
Sonia Pagliaro Eductour : évaluation finale
Brian Wood Rapport de l’Eductour (Immouzer)
MRT Brochure MRT – Anglais
MRT Brochure MRT – Français

56 LIVRABLES
2005
MRT Bulletin du site web
MRT Descriptions/Rapports de 16 circuits
MRT Brochure Immouzer
MRT Brochure Ifrane
MRT Brochure Chefchaouen
MRT Portail national : http://www.tourisme.gov.ma/v2005
S. Pagliaro/ R. Bouabid Matériel promotionnel – Argan de Doutama
B. Wood/ S. Pagliaro Nos Propres Montagnes Matériels
R. Bouabid Cartes SIG des projets pilotes du tourisme rural
K. Allali Enquête sur le tourisme rural
MRT Ateliers
MRT Présentations

LIVRABLES 57
ANNEXE B

BÉNÉFICIAIRES
Société / Organisation Representant
Tour Opérateurs Internationaux et Marocains
Voyageurs du Monde (France) Jean François Rial, President et Tony Vidal, Directeur Maroc
Fédération française de la randonnée pédestre (France) Jacques Lemaître, Vice Président
Club Aventure (France) Xavier Descamps, Directeur
Rencontre (France) Annie Becquet, Directeur
Tirawa (France) Christian Juni, PDG
UCPA (France) Jean-François Buvet, Directeur Maroc
Anos Luz (Espagne) Francisco Toda, Président
Trekking Y Aventura (Espagne) Aranzazu Masia
Viatges Touareg (Espagne) Jordi Vendrell, Directeur
Travelbag (Royaume Uni) Brian Wood, Planificateur de Voyages
Kasbah du Toubkal (Royaume Uni) Chris Mc Hugo, Directeur Exécutif
Explore Worldwide (Royaume Uni) Peter Eshelby, Directeur, Moyen Orient et Afrique du Nord
KEL12 (Italie) Sara Teresa Casagrande, Representant Afrique
NBTS Viaggi (Italie) Roberto Bao, Representant des ventes
Alpin Travel (Suisse) Roland Beeler, PDG
Dynamic Tours (Maroc) Isabelle Bennani, PDG et Eva Benrhamous, Directrice Exécutive
Kasbah Baha Baha (Maroc) Brahim Ouarzazi, Président
Hôtel Ramada / Almohades (Maroc) Gilles Lefebvre, Directeur
Holiday Services (Maroc) Marie-France Bensoussane, Directrice Exécutive
Sport Travel (Maroc) Jean-Pierre Champert, PDG
Algeriatours (Maroc) Ahmed Bensaidi, Directeur Exécutif
Ame d’Aventure (Maroc) Mohamed Imharken
Aventure Berbère (Maroc) Xavier de Gélibert, PDG
Sahara Tours (Maroc) Doreen Ohayon, Directrice Exécutive
PME / Entrepreneurs
Auberge Daradara (Chefchaouen) Zdoudi Zineb
Tizi Randonnées – Travel agency (Chefchaouen) Moius Brahim
Casa Hassan – Guesthouse (Chefchaouen) Ben Hameda Hassan
Entrepreneur (Chefchaouen) Boukdidi Mohamed
Hotel Cascades – Adventure and mountain tourism (Agadir) Jamal Eddine Atbir
Explor-Action – Travel agency (Agadir) El Mostfa Bikine
Soritours – Travel agency (Agadir) My El Mostafa El Moudni
S.T. Zagora (Agadir) Abdelaziz Tahiri
La Medina d’Agadir (Agadir)

Institut supérieur de technologie appliquée – Hospitality and Abdelkrim Zakar


tourism (Agadir) Bounnite Khadija

58 BENEFICIAIRES
Chez l’Habitant (Middle Atlas / Ifrane) Zakaria Adnani
Gîte de Charme Ras Al Ma (Middle Atlas / Ifrane) Mahdi Ait Belmadani et Aziza Naceur
Complexe touristique Collier d’Ambre (Imilchil) Mohamed Daamti
Ferme d’Hôtes Tiourar (Immouzer Ida Outanane) Philippe Cabrol
Associations locales
Association ATP – GRIT (professionnels du tourisme) Abdelwahid Ahrazem
A.S.A.S.H.A (développement local) Mohamed Adiouban
Association guides de tourisme (guides) Abdeslam Mouden

Association pour le développement local (développement local, Abdelmoghit Hasnaoui et Abdelslam Akariou
génération de revenus)

Movimondo (ONG Italienne de développement local) Ahmed Ennahli and Nasseb Terraz
Association Talassemtane (environnement et développement) Mofadal El Merzguioui
Association restauration et tourisme Brahim El Bakkal

Hassan Aboutayeb, Abderrahman Bentahar,


Association régionale des guides et accompagnateurs de tourisme Abderrazak Abou-Nouadar, Hassane Quarouach

Association Aksmou Imssouan Tamri Abdellah Ouchen


Association Taliouine Lhoucine Aflla
Association Timedarte Lhoucine Achabak
Association Tizgui Chorafa Mohamed El Omari
Helen Keller International Mustapha Zahir
Association Al Amal Mustapha Abdellaoui
Association Taghrat Ankrim (Vallée du Paradis) Brahim Nait-Bouzid
Association IDALI Tiznit Hammati Omar
Associations de microfinance / projets
Al Amana Caroline Brandt, Fouad Abdelmoumni
Al Karama Abdelaziz Abessi, Rachid Essahar
AMSSF Khaddouj Gharbi
ATIL Bouchra Lakhlakh
Fédération Marocaine AMC Rida Lamrini
Fondation Banque Populaire micro crédit Abdelhamid Rouini
Fondation Crédit Agricole micro crédit Malika Bodach, Fathia Raissi Akasbi
FONDEP Jaouad Alami, Rachid Imad-eddine
INMAA Mustapha Ouchrahou, Abdelkrim Aribri
Fondation Zakoura Leila Akhmisse, Amina Miliani, Hicham Hirich
Movimondo Marcello Goletti, Bouchra El Khabbaz
Planet Finance Maroc Marie Olafsdottir, Richard Crayne
Projet Aires Protégées

BENEFICIAIRES 59
Société / Organisation Representant
Fonctionnaires locaux
Municipalité de Chefchaouen Nabil Nejjar
Projet des Parcs Nationaux – Bouhachem Odile Guillard

Said Bouzari, Mohamed Akherdid, Ahmed Atbir, Taia Abdellah,


Conseil Préfectoral Jamal Dakkali

Préfecture Agadir Ida Outanane Allal Malouki


Wilaya d’Agadir Saadia Diaa, Mohamed Iziki
Région du Souss-Massa Draâ Khalil Hassouna, Lahcen Ait Hmaidouch
Commune rurale Aourir Aderghal Hassan
Commune rurale Taghazout Rachid Harach
Parc National du Souss-Massa Abdallah El Hemaid
Délégation du Tourisme – Azilal Ain Rahba Abdellah
Délégation du Tourisme – Meknès Aboulhassani Abdellah, El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Safi El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Fès El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Marrakech El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Laayoune El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Guelmim El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Tétouan/Chaouen El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Tétouan El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Nador El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Al Hoceima El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Tanger El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Laayoune El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Azilal El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Oujda El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Ouarzazate El Azzaoui Mohammed
Délégation du Tourisme – Essaouira El Azzaoui Mohammed

Mohamed Yechou, Fouad Benjelloun, Said Drif, Abdelaziz Fetouak,


Délégation du Tourisme – Agadir Chakib Lahlou

Délégation du Tourisme – Ifrane


Ministère du Tourisme – DEAT Dine Fouad, Touria Aouzal
Ministère du Tourisme – DAI/ Niche market director Hassouni Adil
Ministère du Tourisme – DAI/Director, Rural Tourism Unit Hachimi Abdellah
Ministère du Tourisme – DAI Adel Abdeslam, Frikhat Larbi
Ministère du Tourisme – DAI/PAT Chefchaouen Idrissi Abdelmalik
Ministère du Tourisme – DAI/PAT Ouarzazate Errich Moha
Ministère du Tourisme – DAI/PAT Immouzer Sirajeddine El Machrafi

60 BENEFICIAIRES
Autres
Association apicole Inzerki
Coopérative féminine Doutama
Commune rurale de Akesri
Commune rurale de Tigrigra (région d’Azrou) et vendeurs au site d’Ito
Association du PAT Immouzer Ida Outanane

BENEFICIAIRES 61
ANNEXE C

BUDGET
Coûts Coûts
Coûts de
Activité % du total Indirects/ Salaires
base Totaux
d’Opérations

Stratégie du Tourisme Rural

Assistance au Ministère du Tourisme sur la stratégie de $195,502


$50,000 8% $80,000 $65,502
tourisme rural

Site web pour le Ministère du Tourisme $30,000 5% $48,000 $39,301 $117,301


Autres activités de renforcement des capacités $20,000 3% $32,000 $26,201 $78,201
Développement de Produits
Développement d’itinéraires de tourisme rural $150,000 24% $240,000 $196,506 $586,506
Cartes SIG $10,000 2% $16,000 $13,100 $39,100
Regroupement des planificateurs de circuits $3,000 0% $4,800 $3,930 $11,730
Activités Promotionnelles
Eductours (2) $12,000 2% $19,200 $15,720 $46,920
Foire touristique (1) $6,000 1% $9,600 $7,860 $23,460
Site web du tourisme rural au Maroc $35,000 6% $56,000 $45,851 $136,851
Base de données des tour-opérateurs $30,000 5% $48,000 $39,301 $117,301

Panneaux d’information pour visiteurs, régions d’Ifrane et $30,000 5% $48,000 $39,301 $117,301
Immouzer

Dépliants promotionnels $15,000 2% $24,000 $19,651 $58,651


Autres activités promotionnelles $24,500 4% $39,200 $32,096 $95,796
Formation et Développement des Capacités
Etude de marché et base de données sur le tourisme rural $25,000 4% $40,000 $32,751 $97,751
Formations, séminaires et ateliers $95,000 15% $152,000 $124,454 $371,454
Manuel sur l’hébergement touristique rural $3,000 0% $4,800 $3,930 $11,730
Projets Pilotes
Réhabilitation du rucher d’Inzerki $34,000 5% $54,400 $44,541 $132,941

Amélioration des aires de repos de l’entrée de la cédraie, $17,000 3% $27,200 $22,271 $66,471
région d’Ifrane

Amélioration du site panoramique du Balcon d’Ito, région $54,741


$14,000 2% $22,400 $18,341
d’Ifrane

Amélioration des pistes de randonnées, PAT d’Immouzer $10,000 2% $16,000 $13,100 $39,100
Nos Propres Montagnes $9,000 1% $14,400 $11,790 $35,190
Coopérative agricole féminine Doutama $5,000 1% $8,000 $6,550 $19,550
Amélioration de la délégation du tourisme à Ifrane $5,000 1% $8,000 $6,550 $19,550

TOTAL $632,500 100% $1,012,000 $828,600 $2,473,100

62 BUDGET
63
INDEXE DU
CD ROM
TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CONTENU CHAPITRE Numéro

TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEXE A

TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEXE B

TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEXE C

TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEXE D

TITRE DU FICHIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ANNEXE E

64 SECTION NAME FOLIO


CD HEADLINE
CD SUBHEAD
DATE This publication was produced for review
by the United States Agency for International Development.
It was prepared by Chemonics International Inc.

SECTION NAME FOLIO 65

Vous aimerez peut-être aussi