Vous êtes sur la page 1sur 177

Caractérisation de l’enrochement du barrage Romaine-2

Mémoire

Judith Bouchard

Maîtrise en génie civil


Maître ès sciences (M. Sc.)

Québec, Canada

© Judith Bouchard, 2016


Résumé
Le comportement de grands barrages en enrochement d’Hydro-Québec à la suite des tassements
différentiels de l’enrochement lors de la mise en eau a amené l’entreprise à se questionner sur les
relations contraintes-déformations de l’enrochement et ce qui les influence. Pour le barrage
Romaine-2, il était d’autant plus important que l’enrochement soit rigide et ne connaisse pas de
grands tassements différentiels puisque le noyau est en béton asphaltique. Il est donc plus étroit et a
des pentes plus raides que les ouvrages zonés en enrochement à noyau de till qu’Hydro-Québec à
l’habitude de construire. Pour évaluer les propriétés et les tassements de l’enrochement, une revue
des facteurs d’influence de ces paramètres est importante et a été réalisée dans le cadre de ce
mémoire. Ensuite, plus spécifiquement, l’influence de ces facteurs sur l’enrochement du barrage
RO-2 a été analysée. Il a été conclu que l’enrochement utilisé pour la construction du barrage
Romaine-2 est de bonne qualité, a été mis en place adéquatement et a montré de hautes masses
volumiques, de faibles tassements et des modules de déformation élevés.

iii
Table des matières
Résumé ........................................................................................................................ iii

Table des matières ........................................................................................................ v

Liste des tableaux ......................................................................................................... ix

Liste des figures ............................................................................................................ xi

Remerciements .......................................................................................................... xvii

1 Introduction ........................................................................................................... 1
1.1 Généralités ................................................................................................................ 1
1.2 Comportement des barrages modernes ...................................................................... 2
1.3 Barrage Romaine-2 .................................................................................................... 6
1.4 Objectifs du mémoire ................................................................................................ 8

2 Déformations de l’enrochement ............................................................................. 9

3 Modules de déformation et modèles constitutifs .................................................. 13


3.1 Généralités .............................................................................................................. 13
3.2 Modèles constitutifs ................................................................................................ 15
3.3 Méthodes d’obtention des modules de déformation ................................................ 19
3.3.1 Essais de laboratoire ................................................................................................. 19
3.3.2 Mesures in situ .......................................................................................................... 19
3.3.3 Relations empiriques ................................................................................................. 21
3.4 Discussion sur les modules de déformation et les modèles constitutifs ...................... 25

4 Barrage Romaine-2 ............................................................................................... 27


4.1 Généralités .............................................................................................................. 27
4.2 Granulométrie ......................................................................................................... 29
4.3 Mise en place........................................................................................................... 31
4.4 Instrumentation....................................................................................................... 34
4.5 Module de déformation de l’enrochement du barrage RO-2 ..................................... 35

5 Revue de littérature sur les facteurs influençant le module de déformation et la


compressibilité de l’enrochement ................................................................................ 43
v
5.1 Propriétés intrinsèques ............................................................................................ 44
5.1.1 Granulométrie ........................................................................................................... 44
5.1.2 Taille des particules (Dmax) ......................................................................................... 46
5.1.3 Forme des particules et type de roc.......................................................................... 48
5.1.4 Indice des vides, porosité et masse volumique ........................................................ 50
5.2 Mise en place........................................................................................................... 51
5.2.1 Généralités ................................................................................................................ 51
5.2.2 Compactage............................................................................................................... 52
5.2.3 Hauteur des levées .................................................................................................... 56
5.2.4 Arrosage .................................................................................................................... 57
5.3 Facteurs externes..................................................................................................... 59
5.3.1 Géométrie de la vallée .............................................................................................. 60
5.3.2 Géométrie de l’ouvrage ............................................................................................ 61
5.4 Contraintes .............................................................................................................. 62

6 Facteurs influençant le module de déformation et la compressibilité de


l’enrochement de l’aménagement RO-2....................................................................... 63
6.1 Propriétés intrinsèques ............................................................................................ 63
6.1.1 Granulométrie ........................................................................................................... 63
6.1.2 Taille des particules (Dmax) ......................................................................................... 75
6.1.3 Forme des particules et type de roc.......................................................................... 75
6.1.4 Masse volumique ...................................................................................................... 76
6.2 Mise en place........................................................................................................... 80
6.3 Facteurs externes..................................................................................................... 80
6.3.1 Géométrie de la vallée .............................................................................................. 80
6.3.2 Géométrie de l’ouvrage ............................................................................................ 81
6.4 Contraintes .............................................................................................................. 85

7 Discussion sur la mise en place - Observations terrains et faits saillants des remblais
d’essai ......................................................................................................................... 87
7.1 Observations terrains............................................................................................... 87
7.1.1 Endroits observés ...................................................................................................... 90
7.1.2 Comparaison visuelle des endroits observés ............................................................ 94

vi
7.1.3 Ségrégation ............................................................................................................... 96
7.2 Remblais d’essais ................................................................................................... 101
7.2.1 Compactage............................................................................................................. 101
7.2.2 Hauteur des levées .................................................................................................. 103
7.2.3 Arrosage .................................................................................................................. 103
7.2.4 Conclusion remblais d’essai .................................................................................... 104

8 MMASW ............................................................................................................. 106


8.1 Description méthode ............................................................................................. 106
8.2 Relevés à l’aménagement Romaine-2 ..................................................................... 107
8.3 Résultats des relevés.............................................................................................. 112
8.4 Analyse des profils de vitesses obtenus .................................................................. 113

9 Analyse d’image ................................................................................................. 126


9.1 Stéréologie et choix des sections analysées ............................................................ 126
9.2 Procédure de l’analyse d’image .............................................................................. 127
9.3 Essai en laboratoire pour l’analyse d’image ........................................................... 132
9.4 Difficultés terrain rencontrées ................................................................................ 132
9.5 Étude de cas pour la calibration terrain – Seuil déversant ....................................... 135
9.5.1 Mise en contexte ..................................................................................................... 135
9.5.2 Méthode manuelle comparative............................................................................. 136
9.5.3 Résultats de l’analyse d’image au seuil déversant .................................................. 139
9.5.4 Discussion des résultats de l’analyse d’image au seuil déversant .......................... 140
9.6 Méthode de l’analyse d’image appliquée à Romaine-2............................................ 141
9.6.1 Images analysées..................................................................................................... 141
9.6.2 Résultats de l’analyse d’image au barrage Romainte-2 .......................................... 142
9.6.3 Discussion des résultats de l’analyse d’image au barrage Romainte-2 .................. 146
9.7 Conclusion sur l’analyse d’image ............................................................................ 147

10 Conclusions ..................................................................................................... 149

11 Bibliographie ................................................................................................... 153

vii
Liste des tableaux

Tableau 1-1 : Pratiques du NGI et d’HQ pour l’enrochement des recharges d’ouvrage de retenue
(Verret et al., 2013) ............................................................................................................................. 7
Tableau 4-1 : Propriété des zones 3M, 3N, 3O et 3P (Consortium RSW/SNC, 2012). ................... 27
Tableau 4-2 : Description des planches d’essai (Verret et al., 2013) ................................................ 33
Tableau 4-3 : Comparaison des modules de compression M obtenus in situ et en laboratoire ......... 40
Tableau 6-1 : Corrections des valeurs de Erc pour les matériaux 3O et 3P ....................................... 74
Tableau 6-2 : Masse volumique et module de déformation sécant en fin de construction Erc pour les
matériaux 3N, 3O et 3P (données tirées de Smith 2015) .................................................................. 77
Tableau 8-1 : Vs1 obtenus pour le matériau 3O (provient de 104 profils) ...................................... 120
Tableau 8-2 : Vs1 obtenus pour le matériau 3P (provient de 97 profils)......................................... 120
Tableau 9-1 : Provenance des images analysées ............................................................................. 142
Tableau 10-1 : Facteurs influençant le module et la compressibilité de l’enrochement selon la
littérature et tel qu’observé sur l’enrochement de l’aménagement RO-2. ....................................... 149

ix
Liste des figures
Figure 1-1 : Tassements différentiels et fissures en crête au barrage Cougar (Pope, 1967) ............... 4
Figure 1-2 : Mouvement en crête au barrage principal LG-2 (Paré, 1984) ......................................... 4
Figure 1-3 : Déformations dans un ouvrage en remblai ...................................................................... 8
Figure 2-1 : Mécanismes causant les tassements d’un barrage en enrochement. ................................ 9
Figure 2-2 : Effet de la saturation sur le tassement de l’enrochement du barrage Dix River (Sowers
et al., 1965)........................................................................................................................................ 10
Figure 2-3 : Déformation d’un enrochement en fonction de la charge (Kjaernsli et al., 1992) ........ 11
Figure 3-1 : Relation entre les modules de déformation, les modèles et les tassements ................... 13
Figure 3-2 : Relation contrainte / déformation d’un sol pour différentes contraintes de confinement
pendant les essais (GEO-SLOPE International 2012) ....................................................................... 14
Figure 3-3 : Définition des modules d’un sol (Briaud, 2001) .......................................................... 14
Figure 3-4 : Exemple de courbe linéaire élastique et hyperbolique (adapté de Briaud, 2001) ......... 16
Figure 3-5 : Module de déformation pendant la construction Erc (Fitzpatrick et al., 1985) ............ 20
Figure 3-6 : Module de déformation (Erc) pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez 1998) .......................................................................................................... 22
Figure 3-7 : Module de déformation pendant la construction (Erc) pour des CFRD (Guidici et al.,
2002) ................................................................................................................................................. 22
Figure 3-8 : Module sécant à la fin de construction en fonction du D80 (Hunter et Fell, 2002) ........ 24
Figure 3-9 : Module de déformation pendant la mise en eau Erf pour un CFRD (Fitzpatrick et al.,
1985) ................................................................................................................................................. 25
Figure 3-10 : Comportement d’un barrage en enrochement soumis à une mise en eau (Justo, 1991)
........................................................................................................................................................... 25
Figure 4-1 : Coupe transversale typique du barrage (schématique) (Smith, 2015) ........................... 28
Figure 4-2 : Coupe transversale au PM 560 illustrant les inclinomètres (Smith, 2015).................... 28
Figure 4-3 : Résultats de toutes les analyses granulométriques effectuées sur les enrochements 3O et
3P utilisés pour les digues et le barrage de l’aménagement RO2...................................................... 29
Figure 4-4 : Réalisation d’une analyse granulométrique au terrain – mesurage des blocs ............... 31
Figure 4-5 : Analyse granulométrique – pesée des matériaux .......................................................... 31
Figure 4-6 : Sommet d’un inclinomètre au barrage Romaine-2 (droite) et sonde utilisée pour les
mesures (gauche) (Smith, 2014)....................................................................................................... 35
Figure 4-7 : Localisation des points de mesures où les modules Erc ont été calculés (Smith, 2014) 36
Figure 4-8 : Évolution dans le temps des tassements mesurés par la chaine d’accéléromètres SAA
(Smith, 2014)..................................................................................................................................... 36
Figure 4-9 : Module de déformation sécant en fin de construction 3N (Smith, 2014) ...................... 37
Figure 4-10 : Module de déformation sécant en fin de construction 3O (Smith, 2014) .................... 37
Figure 4-11 : Module de déformation sécant en fin de construction 3P (Smith, 2014) ................... 38
Figure 4-12 : Résultats types d’un essai de compression oedométrique sur l’enrochement écrêté de
RO-2 (Konrad et Boisvert, 2010) ...................................................................................................... 39
Figure 4-13 : Relations contraintes-déformations obtenues dans les essais de laboratoire triaxial
effectués sur l’enrochement écrêté du barrage Romaine-2 (Smith, 2014). ...................................... 41
Figure 5-1 : Facteurs influençant les modules de déformation ......................................................... 44
Figure 5-2 : Variation de l’index du bris des particules en fonction du coefficient d’uniformité
(Nieto Gamboa, 2011) ....................................................................................................................... 45
Figure 5-3 : Compressibilité influencée par l’étalement de la granulométrie (adapté de Kjaernsli,
1965) ................................................................................................................................................. 46
Figure 5-4 : Matériaux écrêtés utilisés pour les essais de Zeller et Wulliman (1957) ...................... 47
Figure 5-5 : Relation entre la résistance et la porosité des matériaux écrêtés (Zeller et Wulliman,
1957) ................................................................................................................................................. 47

xi
Figure 5-6 : Résistance en fonction du Dmax et de la porosité (%) pour les matériaux écrêtés
présentés à la figure 5-4 (Zeller et Wulliman, 1957) ........................................................................ 48
Figure 5-7: Relation contraintes-déformations de l’enrochement de barrage pendant la construction
(adapté de Hunter et Fell, 2002) ........................................................................................................ 49
Figure 5-8 : Compressibilité en fonction de la masse volumique, du compactage et de la
granulométrie (Kjaernsli, 1965) ........................................................................................................ 50
Figure 5-9 : Résultats de tests œdométriques sur de la syénite concassée (Kjaernsli et al., 1992) ... 51
Figure 5-10 : Facteurs influençant les modules de déformation (mise en place en pointillés rouges)
........................................................................................................................................................... 52
Figure 5-11 : Déplacements mesurés après la construction de barrage avec de l’enrochement
déversé et compacté de CFRD (frontal deck) (Kjaernsli et al., 1992) .............................................. 53
Figure 5-12 : Spécification des différents compacteurs utilisés dans les remblais d’essais réalisés par
Matheson et Parent (1989) ................................................................................................................ 55
Figure 5-13: Tassements mesurés en fonction du nombre de passes pour les remblais d’essais
réalisés par Matheson et Parent (1989) ............................................................................................. 55
Figure 5-14 : Comparaison de deux rouleaux lors d’essais au barrage Carter sur le même matériau et
avec une même hauteur de levée (Bertram, 1973) ............................................................................ 56
Figure 5-15 : Compressibilité en fonction de l’épaisseur des levées (Viotti, 1999) ......................... 57
Figure 5-16 : Influence de l’eau sur la compressibilité de l’enrochement pendant la construction du
barrage Venemo (Kenney et Yam, 1978) .......................................................................................... 58
Figure 5-17 : Facteurs influençant les modules de déformation (facteurs externes en pointillés
rouges) ............................................................................................................................................... 59
Figure 5-18 : Module de déformation pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez, 1998) ......................................................................................................... 60
Figure 5-19 : Schéma illustrant la largeur de la rivière sur une coupe longitudinale ........................ 61
Figure 6-1 : Granulométrie des matériaux d’enrochement de l’aménagement Romaine-2 (Barrage,
remblais d’essai et essais de laboratoire) .......................................................................................... 64
Figure 6-2 : Granulométrie des zones 3O et 3P du barrage RO-2, de l’enrochement du barrage
principal LG-2 et d’Outardes 4 et fuseau de l’enrochement du barrage de SM-3............................ 65
Figure 6-3 : Coupe type et déformation du barrage 1 de l’aménagement Outardes-4 mettant en
évidence les zones 3A et 3B .............................................................................................................. 67
Figure 6-4 : Critère de libre drainage de Leps (1973) respecté par les matériaux 3O et 3P ............. 68
Figure 6-5 : Granulométrie moyenne avant et après compaction pour les zones 3N et 3M du barrage
........................................................................................................................................................... 69
Figure 6-6 : Granulométrie moyenne avant et après compaction pour les matériaux 0-600 mm et 0-
900 mm des remblais d’essai ............................................................................................................ 70
Figure 6-7 : Courbe granulométrique des échantillons RO-2 avant (origine) et après (moyenne)
l’essai de compression (Konrad et Boisvert, 2010). .......................................................................... 71
Figure 6-8 : Module de déformation sécant de la fin de construction au barrage Romaine-2 comparé
à la relation de Hunter et Fell (2002) ................................................................................................ 72
Figure 6-9 : Tassements mesurés au PM 510 et 620 par les inclinomètres (Smith, 2014)................ 75
Figure 6-10: Relation entre le module de compression et la masse volumique au laboratoire (Konrad
et Boisvert, 2010). ............................................................................................................................. 79
Figure 6-11: Relation entre le module de compression et la masse volumique au laboratoire et au
terrain ................................................................................................................................................ 79
Figure 6-12 : Module de déformation pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez, 1998) ......................................................................................................... 81
Figure 6-13 : Localisation des bornes BO-07 et BO-08 sur le barrage RO-2 ................................... 82
Figure 6-14 : Tassements en fonction de la hauteur et du temps pour des barrages en enrochement
mis en place en levées compactées (adapté de Kjaernsli et al., 1992) .............................................. 83

xii
Figure 6-15 : Tassements de la crête post-construction en fonction du temps pour des CFRD
construits avec un enrochement ayant une très haute résistance, comparés aux tassements du barrage
RO-2 (Adapté de Hunter et Fell, 2002) ............................................................................................ 84
Figure 6-16 : Tassements au barrage RO-2 comparés aux tassements maximums dans des barrages
en enrochement survenus dans les 5 premières années suivant la construction (Adapté de Milligan et
Coyne, 2005) ..................................................................................................................................... 85
Figure 7-1 : Ségrégation de l’enrochement (Cooke, 1997) ............................................................... 88
Figure 7-2 : Étape 1 de la mise en place – déversement de l’enrochement sur la levée qui est
prolongée ........................................................................................................................................... 88
Figure 7-3 : Résultats de l’étape 2 de la mise en place ..................................................................... 89
Figure 7-4 : Compacteur utilisé pour compacter les levées (étape 3 de la mise en place) (Verret,
2011) ................................................................................................................................................. 89
Figure 7-5 : Barrage Romaine-2 – Vue globale de la partie aval de l'ouvrage et de l'excavation de
l'inclinomètre INH-02 ....................................................................................................................... 90
Figure 7-6 : Barrage Romaine-2 – Vue du talus de la tranchée de l'inclinomètre INH-02 (zone 3O)
........................................................................................................................................................... 91
Figure 7-7 : Barrage Romaine-2 – Tranchée de l'inclinomètre INH-02 et pile de matériaux excavés
– vue vers l’aval ................................................................................................................................ 91
Figure 7-8 : Barrage Romaine-2 – Distribution des blocs dans la pile de matériaux de zone 3O
excavés .............................................................................................................................................. 92
Figure 7-9 : Barrage Romaine-2 – Excavation amont dans l'enrochement (zone 3P) ...................... 92
Figure 7-10 : Vues des levées d’enrochement lors de la construction du barrage RO2 avec le dessus
des levées mises en évidence en rouge, et le noyau en bleu.............................................................. 93
Figure 7-11 : Dessus d’une levée des matériaux d’enrochement 3O ................................................ 93
Figure 7-12 : Comparaison de l'enrochement de zone 3O à l'extrémité des couches et dans les
excavations ........................................................................................................................................ 94
Figure 7-13 : Comparaison de l'enrochement de zone 3P à l'extrémité des couches et dans les
excavations ........................................................................................................................................ 95
Figure 7-14 : Schéma illustrant la ségrégation due à la mise en place. ............................................. 97
Figure 7-15 : Barrage Romaine-2 – Vue globale du talus situé du côté rive droite de la tranchée de
l'inclinomètre INH-02 (partie aval de la tranchée (zone 3P)) ........................................................... 97
Figure 7-16 : Contact 3N et 3M ségrégation horizontale observée entre les matériaux. .................. 98
Figure 7-17 : Contact 3N (0-200 mm) et 3O (0-600mm) - tranchée d’exploration au PM 0+535 du
barrage RO-2 au contact 3N/3O pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012) ........... 99
Figure 7-18 : Contact 3N (0-200 mm) et 3O (0-600mm) - tranchée d’exploration au PM 0+663 du
barrage RO-2 au contact 3N/3O pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012) ......... 100
Figure 7-19 : Contact 3M (0-200) et 3N (0-200) - tranchée d’exploration au PM 0+602 du barrage
RO-2 au contact 3N/3M pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012) ..................... 100
Figure 7-20 : Comparaison des profils Vs1 après construction, planches 1,2 et 3 (à gauche) et
pendant la construction pour la planche 3 (à droite) (Qualitas, 2011) ............................................ 102
Figure 8-1 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012 .................... 108
Figure 8-2 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012 .................... 108
Figure 8-3 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012 (marteau) .... 109
Figure 8-4 : Vue schématique simplifiée du volume de sol approximatif évalué par les profils Vs 110
Figure 8-5 : Lignes MMASW réalisées au barrage Romaine-2 en 2012 (Geowave, 2013)............ 111
Figure 8-6 : Ligne MMASW réalisée au barrage Romaine-2 en 2013 ........................................... 111
Figure 8-7 : Profil de vitesses type .................................................................................................. 112
Figure 8-8 : Lignes de relevés de 2012 et de 2013 et intersections des relevés A et B (adapté de
Géowave, 2014) .............................................................................................................................. 114
Figure 8-9 : Intersection A et B sur une vue en coupe au PM 575 ................................................. 114
Figure 8-10 : Profils de 2012 et 2013 au point d’intersection A ..................................................... 115
xiii
Figure 8-11 : Profils de 2012 et 2013 au point d’intersection B ..................................................... 116
Figure 8-12 : Modélisation de la distribution des contraintes pour une élévation du remblai à 214 m
(relevé MMASW 2012) .................................................................................................................. 117
Figure 8-13 : Modélisation de la distribution des contraintes pour l’ouvrage complété (relevé
MMASW 2013) .............................................................................................................................. 118
Figure 8-14 : Profils Vs, Vs1 (où, σ’v = γH) et Vs1 obtenu avec un σ’v provenant de la modélisation
pour les points d’intersection A et B ............................................................................................... 118
Figure 8-15 : Variation de Vs1 en fonction de l’indice des vides (Adaptée de Hussien et Karray,
2016) ............................................................................................................................................... 121
Figure 8-16 : Vs1 profondeur / Vs1surface en fonction de la profondeur pour les points A et B ................. 122
Figure 8-17 : Ligne de relevé parallèle à l’écart à l’axe 38 m ......................................................... 123
Figure 8-18 : Profil moyen obtenu de la ligne de relevé parallèle à l’écart à l’axe 38 m (adapté de
Geowave, 2013) .............................................................................................................................. 124
Figure 9-1 : Étapes de la procédure de l’analyse d’images ............................................................. 128
Figure 9-2 : Exemple de positionnement illustrant le placement horizontal requis des échelles
(images du haut) et que les échelles doivent être placées au haut et au bas de la surface (images du
bas) .................................................................................................................................................. 129
Figure 9-3 : Blocs montrant des faces plus éclairées ...................................................................... 133
Figure 9-4 : Seuil déversant vue à partir de l’aval vers l’amont ..................................................... 135
Figure 9-5 : Aires témoins A et B analysées au seuil déversant (Bouchard, Smith et Konrad 2013)
......................................................................................................................................................... 136
Figure 9-6 : Dimensions x, y et z mesurées pour un bloc ............................................................... 137
Figure 9-7 : Courbes granulométriques obtenues par analyse d’images et méthode manuelle ...... 140
Figure 9-8 : Compilation des résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3O et 3P comparés
aux résultats d’analyses granulométriques faites en laboratoire. .................................................... 143
Figure 9-9 : Résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3O (0-600mm) ......................... 144
Figure 9-10 : Résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3P (0-1200mm) ...................... 144
Figure 9-11 : Enrochement à l’extrémité d’une levée montrant une concentration de particules de
grandes dimensions (haut) et enrochement vu dans une excavation montrant une distribution étalée
et de très fines particules recouvrant la face (bas)........................................................................... 145
Figure 9-12 : Particules fines recouvrant les talus d’excavation ..................................................... 145

xiv
À ma grand-mère May.

xv
Remerciements

Mes premiers remerciements vont d’abord à mes directeurs, Jean-Marie Konrad et Marc Smith.

De nombreuses personnes m’ont apporté conseils ou soutien durant cette maîtrise et je leur en
remercie.

J’aimerais d’abord remercier mes collègues géotechniciens Éric Péloquin et Daniel Verret pour
leurs aide et conseils. J’aimerais également remercier Patricia Miles pour tous les articles trouvés et
pour son aide avec la bibliographie. Aussi, je veux remercier Yannic Ethier, professeur à l’École de
technologie supérieure, d’avoir répondu à mes nombreuses questions sur les essais MMASW et
pour ses commentaires. Ensuite, j’aimerais remercier mon employeur, Hydro-Québec, spécialement
Annick Bigras, de m’avoir donné des conditions propices pour pouvoir compléter une maîtrise tout
en travaillant.

J’aimerais aussi remercier ma famille et mes amis de m’avoir soutenu pendant ce long parcours,
particulièrement mon père et Steven, support de première ligne sans qui ce mémoire n’aurait pas été
complété.

Finalement, j’aimerais affirmer toute ma gratitude envers les partenaires de la chaire de recherche
CRSNG – Hydro-Québec.

xvii
1 Introduction

1.1 Généralités

Les premiers barrages en enrochement ont été construits vers les années 1850 dans les régions de
l'ouest des États-Unis par des compagnies minières qui y exploitaient des gisements d'or. Galloway
(1939) indique que même si les barrages en enrochement n’étaient pas les plus sécuritaires ou
même les plus stables, ils ont été préférés aux barrages en béton dans ces régions éloignées et
difficile d’accès pour des raisons économiques. Il était coûteux d'y transporter les matériaux
nécessaires à la construction des barrages en béton alors que le rocher y était abondant. Aussi, les
mineurs travaillant dans ces régions étaient familiers avec l'utilisation d'explosifs (Marachi et al.,
1969; Galloway, 1939; Pigeon, 1969).

L’enrochement est un matériau granulaire qui est composé de particules de roc de différentes
grosseurs. Leps (1973) définit l’enrochement comme une agglomération non cohésive de roc
naturel ou concassé, dont la granulométrie consiste essentiellement en des particules dont le
diamètre dépasse 13 mm (1/2 pouce) et qui n’inclut pas plus de 30% et, préférablement pas plus de
10% en poids de particules passant le tamis no. 4 (4,75mm). Puisque l’enrochement est un matériau
à libre drainage, un barrage constitué de ce matériau doit avoir un élément étanche afin de le rendre
imperméable. Les premiers barrages en enrochement étaient souvent de type caissons à claire-voie.
Dans ce type de barrage, l’enrochement est placé dans des caissons de bois et l’élément étanche,
situé à l’amont de ces caissons, est constitué de bois (Galloway, 1939; Cooke, 1984). Parfois, l’acier
était également utilisé comme masque amont ou comme élément central étanche (Galloway, 1939).

Vers 1925, les premiers barrages ayant une hauteur supérieure à 30 mètres ont été construits
(Marachi et al., 1969). Les premiers barrages en enrochement étaient petits à cause des tassements
importants survenant dans l’enrochement déversé et de la difficulté à évaluer l’ampleur de ces
tassements lors de la conception (Pigeon, 1969). À l’approche des années 1940, quelques barrages
en enrochement à masque amont en béton (CFRD) atteignant 60 à 90 mètres de hauteur ont été
construits (Marachi et al., 1969). Bien qu’ils fussent stables et sécuritaires, les premiers CFRD
présentaient des problèmes de fuites au niveau des joints des dalles du masque amont. Ces
infiltrations étaient inacceptables d’un point de vue économique. Elles étaient causées par les
mouvements importants des dalles de béton engendrés par les tassements de l’enrochement sous-

1
jacent. À cette époque, l’enrochement était déversé et arrosé et ne subissait pas un compactage
adéquat, engendrant ainsi un matériau plus compressible (ICOLD, 1989).

Pendant les années 1940, en plus de la multitude de CFRD ayant été construits, d’autres types de
barrages en enrochement ont été érigés, notamment ceux composés d’un élément étanche en terre
au centre de l’ouvrage (ICOLD, 1989). La flexibilité des noyaux en terre munis de filtres
accommodait plus facilement les grands tassements de l’enrochement déversé que le masque amont
des CFRD et permettait ainsi de construire des ouvrages plus hauts en limitant les infiltrations
(Cooke, 1984).

Dans les années 1950, des barrages en enrochement atteignant des hauteurs d’environ 120 à 140
mètres ont été construits (Marachi et al., 1969). Durant cette période, les méthodes de construction
et la conception des ouvrages ont été perfectionnées, notamment par l’amélioration de la mise en
place de l’enrochement qui commença alors à être compacté (ICOLD, 1989). Contrairement au
développement des barrages en terre (barrage en remblai dont plus de la moitié du volume total est
formé de matériaux fins compacté), les perfectionnements de conception réalisés sur les barrages en
enrochements ont été davantage influencés par les observations terrain des méthodes de
construction et par l’évaluation des performances des barrages existants que par la théorie ou les
essais de laboratoire (Cooke, 1984).

L’évolution des barrages en enrochement peut être séparée en trois périodes distinctes, soit celle où
les barrages étaient mis en place par déversement (1850-1940), suivie de celle où leur optimisation
a été faite par l’essai de nouvelles conceptions et de nouvelles méthodes de construction (1940-
1965) et finalement, la période moderne (1965- aujourd'hui), où la conception et la construction des
ouvrages ont été standardisées, notamment par rapport au compactage de l’enrochement, rendant
possible la construction de barrages de plus grandes dimensions sur des sites plus difficiles (Cooke,
1984).

1.2 Comportement des barrages modernes

De nos jours, les CFRD atteignent des hauteurs de 200 mètres et les barrages à noyau en terre
atteignent des hauteurs de 200 à 300 mètres (Hunter et Fell, 2002). Un barrage en enrochement est
défini comme un barrage étant composé majoritairement d’enrochement (en volume) (Penman et
Charles, 1976; Kjaernsli et al., 1992). Les caractéristiques particulièrement avantageuses de
2
l’enrochement sont sa haute résistance au cisaillement qui permet des pentes allant jusqu’à 1,3 à 1,4
H pour 1V et le fait qu’il est un matériau à libre drainage (Hunter et Fell, 2002; Penman et Charles,
1976). Aussi, il présente une faible compressibilité lorsqu’il est mis en place adéquatement. Selon
une étude ayant analysé 54 cas d’instabilité de pentes dans les barrages, seulement 5 barrages
étaient composés d’enrochement. De plus, de ces cinq cas, quatre avaient une surface de rupture
passant par la fondation. Seul un barrage ayant des recharges très étroites avait connu une instabilité
de pente passant par l’enrochement (Hunter et Fell, 2002).

L’enrochement exposé à l’eau est susceptible de connaitre de plus grands tassements que
l’enrochement sec. Ce phénomène engendre des tassements différentiels entre les recharges amont
et aval lors de la mise en eau dans les barrages en enrochement à noyau central (Bravo et al., 1994;
Vutsel, 1976). Ces tassements différentiels peuvent engendrer des fissures longitudinales en crête, à
l’interface des différentes zones de matériaux et possiblement dans le noyau central du barrage
(Pope, 1967; Justo, 1991; Marsal, 1973; Sherard, 1973).

La littérature mentionne plusieurs barrages ayant subi de tels tassements et fissures. C’est le cas du
barrage Emborcacao au Brésil dont la construction a été complétée en 1981. D’importants
tassements différentiels sont survenus lors de la mise en eau et ont engendré une fissure horizontale
de 500 m de long et jusqu’à 0,25 m de large à l’interface de la recharge amont avec le noyau de
terre. Des puits d’exploration ont indiqué que la fissure s’étendait sur 4 m de profondeur. Plusieurs
instruments ont été détruits par ces tassements différentiels. Les causes de ces tassements et
fissurations ont été attribuées à une mauvaise mise en place de l’enrochement et au grand module de
déformation des matériaux de filtre et de transition. La mise en place aurait pu être améliorée en
arrosant l’enrochement et en diminuant l’épaisseur des levées pour améliorer la compaction
(Milligan et Coyne, 2005). D’autres barrages en enrochement compacté avec noyau d’argile, ont
connu des tassements différentiels causant des fissures longitudinales en crête, notamment le
barrage Cougar (136 m), Djatiluhur (100m) et Gepatsh (130 m avec fissures atteignant le noyau)
(Pope, 1967; Justo, 1991; Sherard, 1973). Le phénomène de fissuration à l’interface des différents
matériaux est illustré à la figure 1-1.

Plusieurs fissures ont également été observées en crête du barrage LG-2 appartenant à
Hydro-Québec pendant la mise en eau vis-à-vis la section de l’ouvrage ayant une hauteur maximale.
Les fissures s’étendaient sur une longueur de 350 m. Des tranchées de 3,5 m de profondeur ont été
excavées vis-à-vis les fissures et ont montré que la largeur de la fissure principale variait de 20 cm

3
au haut de la fissure jusqu’à 5 cm au bas de la tranchée. Les puits ont également montré que la
partie amont du noyau avait tassé de 0,5 m par rapport à la partie aval (en vert sur la figure 1-2). De
plus, un inclinomètre installé dans la partie amont du noyau a connu une forte déviation et un
blocage à une profondeur de 18 m sous la crête indiquant possiblement la présence d’un plan de
cisaillement dans le noyau (en rouge sur la figure 1-2) (Paré, 1984). La figure 1-2 illustre les
mouvements en crête observés au barrage LG-2.

Figure 1-1 : Tassements différentiels et fissures en crête au barrage Cougar (Pope, 1967)

Figure 1-2 : Mouvement en crête au barrage principal LG-2 (Paré, 1984)


4
Afin d’amoindrir ces problèmes de tassements, il est important de comprendre les facteurs qui les
influencent et de connaitre les propriétés physiques de l’enrochement. En effet, une compréhension
approfondie des propriétés physiques de l’enrochement est essentielle pour comprendre, concevoir
et faire le suivi du comportement des barrages en enrochement. Aucune modélisation ne pourra être
valide si les estimations des paramètres du matériau modélisé sont incorrectes. Les erreurs issues
d’une mauvaise évaluation des propriétés d’un sol peuvent être beaucoup plus grandes que celles
obtenues d’une méthode d’analyse approximative (Marachi et al., 1969).

Pour obtenir des propriétés représentatives du matériau, les essais de laboratoire doivent reproduire
le plus précisément possible les conditions in situ. Ces conditions sont pratiquement impossibles à
obtenir lorsqu’un barrage en enrochement est considéré (Marachi et al., 1969; Marsal, 1973;
Therzaghi, 1960). En effet, il est difficile de reproduire la stratification qui se produit dans une
levée au site. Cette ségrégation fait en sorte que la granulométrie, la masse volumique, la rigidité et
le module de déformation varient à l’intérieur d’une levée engendrant ainsi une anisotropie dans les
propriétés de l’enrochement (Hunter et Fell, 2003; Adikari et al., 1988). Les différences de
propriétés (rigidité, masse volumique et teneur en eau) entre l’échantillon du laboratoire et
l’enrochement du site introduisent des incertitudes dans les paramètres obtenus en laboratoire. Ces
différences sont entre autres causées par la présence de particules de grande taille dans
l’enrochement du site et par la limitation de la taille de la particule maximale pouvant être testée en
laboratoire (Duncan, 1996).

Les essais de laboratoire sur l’enrochement requièrent de l’équipement spécialisé pouvant contenir
de grandes particules. Le nombre de ces équipements est limité et ces essais sont très dispendieux
(Hunter et Fell, 2002; Lowe, 1964). Holtz et Gibbs (1956) ont indiqué que le diamètre de
l’échantillon testé lors d’un essai triaxial doit être 6 fois plus grand que la dimension de la particule
maximale dans l’échantillon. Les plus grandes particules des matériaux d’enrochement peuvent
mesurer plusieurs mètres et ainsi, il est impossible de tester le matériau intact du site en laboratoire.
Dans plusieurs cas, les matériaux d’enrochement doivent être écrêtés pour être testés. L’utilisation
d’échantillons écrêtés pour les essais de laboratoire a une influence sur les résultats et ainsi, les
essais de laboratoire ne sont pas toujours représentatifs des conditions de terrain (Marachi et al.,
1969). Par souci de représentativité de l’essai, un compromis est fait entre écrêter le moins possible
le matériau initial et avoir une particule de diamètre maximale n’occupant pas trop d’espace par
rapport aux dimensions de l’équipement. Afin d’améliorer la représentativité de l’essai de

5
laboratoire, Lowe (1964) indique que la courbe granulométrique de l’échantillon doit être parallèle
à celle du matériau in situ. Ainsi, malgré le fait que les résultats obtenus des essais de laboratoire
soient très précis, ils sont souvent peu représentatifs du comportement de l’enrochement dans un
ouvrage de retenue.

Les modules de déformation caractérisant la rigidité de l’enrochement dans un barrage sont


incertains puisque les essais en laboratoire sont peu représentatifs, mais aussi puisque
l’enrochement est un matériau hétérogène en raison de la ségrégation lors de la mise en place des
matériaux. De plus, les modules de déformation sont influencés par les fortes variations des
contraintes de confinement dans le barrage. Des modules de déformation peuvent être obtenus à
partir de l’instrumentation du site. Cependant, ces modules de déformation in situ sont ponctuels
puisque peu de mesures de masse volumique sont généralement réalisées au site pour les matériaux
d’enrochement et les déformations sont connues à peu d'endroits (inclinomètres, bornes). Enfin, si
les modules de déformation sont incertains, les analyses numériques σ-ε risquent d’être peu
représentatives.

Le comportement de grands barrages en enrochement à noyau central en till à la suite des


tassements différentiels de l’enrochement lors de la mise en eau a amené des questionnements sur
les lois de comportement de l’enrochement et ce qui les influence, et ce, plus particulièrement dans
le cas du projet Romaine-2. En effet, le noyau en béton asphaltique est étroit. Un noyau étroit ayant
des pentes plus raides que les noyaux en till nécessite peu de tassements différentiels de
l’enrochement (Kjaernsli et al., 1992) pour éviter que le noyau ne se cisaille et qu’il ne devienne
alors plus perméable.

1.3 Barrage Romaine-2

Le barrage Romaine-2 est un barrage en enrochement à noyau de béton asphaltique (ACRD). La


coupe type de cet ouvrage sera présentée plus loin à la figure 4.1. Il constitue le premier ouvrage
d’importance de ce type à avoir été construit au Québec. Ce choix de conception était justifié par la
grande distance d’approvisionnement en matériaux imperméables, ce qui aurait engendré
d’importants coûts de construction. Cette décision a amené des défis en rapport à la sélection de
l’enrochement adéquat pour les recharges intérieures et extérieures, à l’évaluation de la
déformabilité de l’enrochement compacté, et à la détermination des spécifications techniques pour
les ouvrages ACRD (Verret et al., 2013).
6
Selon la pratique internationale, l’enrochement des recharges des ACRD est compacté avec une
plus grande énergie par unité de volume et est mis en place selon un plus faible rapport entre la plus
grande particule du matériau et l’épaisseur de la levée par rapport aux ouvrages en enrochement
zonés avec noyau en till (Verret et al., 2013). Le tableau 1-1 compare les pratiques de mise en place
de l’Institut Norvégien de Géotechnique (NGI) pour les ACRD et d’Hydro-Québec (HQ) pour les
barrages en enrochement zoné avec noyau en till (ECRD).

Tableau 1-1 : Pratiques du NGI et d’HQ pour l’enrochement des recharges d’ouvrage de retenue
(Verret et al., 2013)

Pour évaluer les propriétés et les tassements de l’enrochement, une revue des facteurs d’influence
de ces paramètres est importante. Il est difficile de savoir exactement comment chacun des facteurs
influence l’enrochement puisqu’ils sont interreliés. Le module de déformation permet de quantifier
les déformations de façon normalisée. Cette mesure prend le mieux en compte l’ensemble des
différents facteurs. Puisque les facteurs influençant l’enrochement sont interreliés, il était difficile
de les aborder dans le présent mémoire dans un ordre qui aurait permis de présenter les concepts un
à la suite de l’autre. Ainsi, la rédaction de ce mémoire a été faite en faisant des rappels à des
chapitres précédents et des projections des chapitres subséquents.

Dans le présent mémoire, un schéma mettant en relation les différents sujets abordés sera présenté à
travers les chapitres afin de faciliter la lecture. La figure 1-3 illustre les différentes phases de
déformations que subira un barrage en enrochement, soit pendant la construction, la mise en eau ou
l’exploitation. Le chapitre suivant explique les différents mécanismes régissant les déformations
dans l’enrochement.

7
Figure 1-3 : Déformations dans un ouvrage en remblai

1.4 Objectifs du mémoire

Les objectifs de ce mémoire sont de :


 définir les mécanismes régissant les déformations de l’enrochement dans un barrage
(chapitre 2);
 expliquer l’utilité d’obtenir un module de déformation pour l’enrochement et les différentes
façons de l’obtenir (chapitre 3);
 présenter sommairement le barrage Romaine-2 (RO-2) (chapitre 4);
 effectuer une revue de littérature sur les facteurs influençant les tassements dans un barrage
en enrochement (chapitre 5);
 évaluer comment ces facteurs ont influencé les déformations du barrage RO-2 pendant la
construction et caractériser les matériaux d’enrochement constituant l’ouvrage (chapitre 6);
 évaluer la variabilité des propriétés de l’enrochement dans le barrage RO-2 à partir
d’observations terrains (chapitre 7), d’essais MMASW (chapitre 8) et de l’analyse d’image
(chapitre 9).

Les facteurs qui seront présentés influencent plusieurs propriétés de l’enrochement, comme la
résistance au cisaillement et l’angle de frottement. Or, le présent mémoire se concentre sur les
tassements, la compressibilité et le module de déformation de l’enrochement. En plus des données
recueillies pendant la construction du barrage RO-2, des données provenant des remblais d’essais
réalisés avant la construction du barrage RO-2 et des essais de laboratoire sur l’enrochement de
l’aménagement RO-2 ont également été utilisées pour évaluer l’influence de ces facteurs.

8
2 Déformations de l’enrochement

Les déformations de l’enrochement d’un barrage peuvent être séparées en trois composantes : celles
verticales (appelées le tassement), horizontales amont-aval (normales à l’axe du barrage) et
horizontales parallèles à l’axe du barrage (Wilson, 1973). Le présent mémoire ne traite que des
tassements.

Les tassements dans les barrages en enrochement sont habituellement définis en trois étapes, soit
pendant la construction, la mise en eau et l’exploitation (voir figure 2-1). Les tassements qui se
produisent pendant la mise en eau peuvent être nommés : déformations d’effondrement.
L’enrochement subit des tassements significatifs pendant la construction et pendant la mise en eau.
Ensuite, pendant l’exploitation, les tassements continuent sur une très longue période et à un taux
décroissant. Il est important de tenir compte des déformations d’effondrement lors de la
modélisation d’un ouvrage de retenue en enrochement. Cependant, il est complexe d’incorporer ces
déformations dans un modèle constitutif puisqu’il y a plusieurs incertitudes reliées à l’estimation
des paramètres régissant ces déformations (Hunter et Fell, 2002). Le présent mémoire ne traite que
des tassements pendant la construction.

Figure 2-1 : Mécanismes causant les tassements d’un barrage en enrochement.


9
Les tassements de l’enrochement peuvent être engendrés par différents mécanismes, soit :
I. l’augmentation des contraintes causée par la mise en place de remblai (I sur la figure 2-1).
Lors de l’application d’une contrainte, les particules se réarrangent jusqu’à l’obtention
d’une position d’équilibre. Ce mécanisme régit principalement les tassements se produisant
pendant la construction;
II. la perte de résistance des blocs par mouillage lors du remplissage du réservoir (II sur la
figure 2-1). Ce mécanisme régit principalement les tassements se produisant pendant la
mise en eau. Ces tassements se produisent à un haut taux de déformation (Hunter et Fell,
2002) (voir figures 2-2);
III. le fluage où les déformations se produisent sur une longue période et à plus faible taux (III
sur la figure 2-1). Le fluage est caractérisé par des tassements qui augmentent sans que les
forces externes et les conditions d’équilibre ne varient. (Kjaernsli et al., 1992). Sowers et al.
(1965) et Marsal (1973) ont observé dans leurs essais que la déformation résultante de
l’augmentation d’une contrainte survenait presque instantanément suite à l’application de la
force et qu’ensuite, de plus petites déformations étant fonction du log du temps se
produisaient (le fluage). Sowers et al. (1965) a également observé ce phénomène dans
l’analyse des tassements de 14 barrages en enrochement. Les tassements résultants du
fluage sont présentés par une ligne droite sur un graphique semi-logarithmique (Sowers et
al., 1965; Kjaernsli et al., 1992). Le fluage régit principalement les tassements se produisant
pendant l’exploitation. Toutefois, ces trois mécanismes (I, II et III) peuvent survenir en
même temps. La figure 2-1 montre les relations les plus significatives.

Figure 2-2 : Effet de la saturation sur le tassement de l’enrochement du barrage Dix River (Sowers
et al., 1965)

10
Les tassements de l’enrochement sont causés par le bris des points de contact entre les particules
étant soumises à de fortes contraintes. Ces bris favorisent la réorientation des particules permettant
d’atteindre un arrangement plus stable (voir figure 2-1) (Terzaghi, 1960; Sowers et al., 1965;
Galloway, 1939; Marsal, 1973).

La figure 2-3 illustre l’influence des différents mécanismes sur les tassements de l’enrochement
lorsque la contrainte appliquée augmente. Le cas A (en rouge) présente un enrochement ayant un
indice des vides nul et pour lequel aucun réarrangement des blocs n’est possible. Le fluage régit
entièrement ses déformations. Ces dernières se produisent à un faible taux sur une longue période.
Dans le cas B (en bleu), le réarrangement des particules est presque nul à faible charge. Lorsque la
contrainte verticale atteint la résistance des blocs rocheux, ces derniers se fracturent et permettent
un réarrangement des particules qui provoquent d’importants tassements. Ces tassements se
produisent à un taux de déformation élevé (Kjaernsli et al., 1992).

Figure 2-3 : Déformation d’un enrochement en fonction de la charge (Kjaernsli et al., 1992)

Les tassements dans un barrage en enrochement se rapprochent surtout du cas C (en vert). Cette
disposition engendre les plus grandes déformations puisqu’elle permet aux particules de glisser
entre elles et de se briser. Les points de contact des particules sur les autres particules sont soumis à
11
de fortes contraintes puisque l’aire où la force est appliquée sur la particule est inférieure à celle du
cas B. Les arêtes des particules se brisent et engendrent une redistribution des contraintes et un
léger réarrangement des particules, ce qui soumet de nouveaux points de contact à de fortes
contraintes. De nouvelles particules se brisent, créant ainsi une réaction en chaine (Sowers et al.,
1965; Kjaernsli et al., 1992). Ce phénomène diminue dans le temps pour laisser place aux
déformations par fluage. Si l’enrochement est mouillé, ce phénomène est accentué. D’une part,
l’eau réduit la résistance du roc composant l’enrochement (Terzaghi, 1960), d’autre part, l’eau
pénètre dans les microfissures des points de contact et engendre une augmentation locale des
contraintes provoquant des bris additionnels (Sowers et al., 1965). L’eau a aussi un effet lubrifiant
qui favorise le réarrangement des particules (Kjaernsli et al., 1992). L’enrochement n’a pas besoin
d’être submergé pour que l’eau influence ces phénomènes, une humidité relative élevée suffit
(Oldecop et Alonso, 2001).

Il existe plusieurs types de fractures qui peuvent survenir dans un solide sous l’effet d’une force
mécanique. Le type qui survient le plus pour les particules granulaires est la rupture fragile
(Marachi et al., 1969). Pour un matériau parfaitement homogène, la résistance à la traction devrait
être égale à la pression intrinsèque théorique, c’est-à-dire la force attractive entre les molécules.
Cependant, Griffith (1920 et 1925) a observé de grandes différences entre la résistance théorique et
celle obtenue par des essais. Il a alors attribué cette différence à la présence de micro-fractures dans
le solide où les concentrations de contraintes étaient très élevées lorsque le solide était mis en
tension. Les relations élaborées par Griffith ont mis en évidence que la présence de micro-fractures
peut générer des contraintes de tension suffisamment grandes pour engendrer la fracture, et ce,
même si la contrainte principale appliquée est compressive. C’est ce qui explique que les points de
contact se brisent, particulièrement lorsque mouillés (Griffith, 1920 et 1925; Nieto Gamboa, 2011).

Les tassements de l’enrochement dépendent de plusieurs facteurs et il est donc difficile de comparer
les tassements mesurés à différents sites. Le module de déformation permet une telle comparaison.

12
3 Modules de déformation et modèles constitutifs
3.1 Généralités

Le module de déformation est le rapport d’une contrainte à la déformation provoquée par cette
contrainte. Il normalise les déformations et synthétise les facteurs contribuant aux déformations. Il
permet de comparer entre eux des tassements observés à différents endroits dans un barrage ou pour
différents barrages. Il est la propriété de l’enrochement prenant le mieux en compte les différents
facteurs d’influence. Cependant, il est difficile de l’évaluer puisqu’il dépend de plusieurs facteurs.
Lorsqu’un module est donné, il faut se demander dans quelles conditions il a été obtenu (Briaud,
2001). Les modules de déformation sont utilisés dans des modèles constitutifs afin d’évaluer les
tassements. La figure 3-1 illustre la relation entre ces éléments.

Figure 3-1 : Relation entre les modules de déformation, les modèles et les tassements

La relation contrainte-déformation et les propriétés des sols granulaires varient avec les contraintes.
Ainsi, la relation contrainte-déformation des sols granulaires n’est pas linéaire (Briaud, 2001). La
figure 3-2 illustre le comportement d’un sol lors d’essais de laboratoire soumis à différentes
contraintes de confinement (σ3).

13
Figure 3-2 : Relation contrainte / déformation d’un sol pour différentes contraintes de confinement
pendant les essais (GEO-SLOPE International 2012)

Il est à noter que le module de déformation n’est pas obtenu par la pente de la courbe contrainte-
déformation. Cependant, la courbe contrainte-déformation est liée au module de déformation.
Plusieurs modules peuvent être obtenus à partir de la courbe contrainte-déformation puisqu’elle
n’est pas linéaire : sécant, tangent, de chargement, de déchargement ou cyclique. Par exemple, à la
figure 3-3, la pente sécante Ss est utilisée pour calculer le module sécant Es. Le type de module sera
choisi en fonction de la situation. Un module sécant pourrait être utilisé pour prédire une
déformation causée par la première application d’une charge. Un module tangent serait par contre
utilisé pour calculer l’augmentation des déformations lors d’une augmentation d’une contrainte. Les
modules obtenus des pentes Su et Sr seraient utilisés pour prédire des cas de déchargement et de
rechargement. Finalement, la pente Sc serait utilisée pour calculer un module pour prédire les
déformations dans un cas de chargement cyclique (Briaud, 2001).

Figure 3-3 : Définition des modules d’un sol (Briaud, 2001)

14
Dans le présent mémoire, trois modules de déformations seront discutés et décrits :
 E : module de Young qui relie de façon linéaire et théorique les contraintes (σ) et les
déformations (ε) où E = σ/ε.
 Erc : module de déformation au barrage pendant la construction obtenu à partir des mesures
faites au terrain.
 M : module oedométrique obtenu en laboratoire où le cheminement de contraintes fait en
sorte que σ1 = K0*σ3 durant tout l’essai (le rapport σ1/σ3 est constant)

Tel que discuté au chapitre 2, trois étapes de déformations sont observées sur les barrages en
enrochement, soit celles survenant pendant la construction, la mise en eau et l’exploitation. Des
modules de déformation peuvent être obtenus pour les étapes de la construction et de la mise en eau.
En exploitation, on quantifiera plutôt les déformations puisque la charge est constante et qu’il s’agit
de fluage. Les modules de déformation peuvent être obtenus selon diverses méthodes pour un
barrage en enrochement;
 par modélisation à partir de paramètres obtenus en laboratoire;
 empiriquement à partir de données d’ouvrages existants;
 in situ à l’aide d’instrumentation.

Ces diverses méthodes sont illustrées à la figure 3-1 qui met en relation les modules de déformation,
les modèles et les tassements. Finalement, plusieurs facteurs influencent les modules de
déformation et ils seront discutés au chapitre 5.

La relation contraintes-déformation peut être représentée selon divers modèles constitutifs. Bien
qu’une panoplie de modèles existe, seuls les plus courants seront ici discutés.

3.2 Modèles constitutifs

Un modèle constitutif est une relation entre deux quantités physiques spécifiques à un matériau qui
évalue la réponse d’un matériau à une sollicitation externe. Bien qu’il existe plusieurs modèles pour
mettre en relation les contraintes et les déformations de l’enrochement, les plus utilisés seront
discutés ci-dessous, soit les modèles élastique linéaire et hyperbolique (élastique non linéaire).

Pour le modèle élastique linéaire, seules deux constantes élastiques sont nécessaires pour
caractériser le comportement contrainte-déformation d’un matériau linéaire et isotrope, soit le
15
module de Young (E) et le coefficient de poisson (v). Sur un graphique présentant les déformations
en fonction de la contrainte déviatorique, ce modèle serait représenté par une ligne droite (voir
figure 3-4). Ce modèle ne comporte pas de critère de rupture et ne considère pas l’effet de la
dilatance. Un critère de rupture est une relation mathématique qui met en relation les contraintes
principales lorsque le sol est en état d’équilibre limite. Ce modèle est considéré comme le plus
simple des modèles constitutifs.

Figure 3-4 : Exemple de courbe linéaire élastique et hyperbolique (adapté de Briaud, 2001)

Le modèle hyperbolique est un modèle élastique non linéaire. Dans ce modèle, la courbe entre le
déviateur de contraintes (σ1-σ3) et la déformation dans la direction de la contrainte principale a la
forme d’une hyperbole. Ainsi, le module d’élasticité est variable et diminue lors de l’augmentation
de la contrainte déviatorique. Il ne modélise pas les déformations plastiques ou des changements de
volumes causés par les contraintes de cisaillement (Duncan, 1996).

Le modèle hyperbolique a été élaboré pour s’approcher des données obtenues des essais triaxiaux
sur les sols en laboratoire et pour tenir compte de la non-linéarité des sols, de la variation de leur
propriété en fonction de l’état de contrainte et de la relation entre la déformation volumétrique, la
déformation axiale et la contrainte axiale. Bien qu’il soit plus complexe que le modèle élastique
linéaire, ce modèle est considéré comme simple comparé à d’autres modèles plus complexes qui
16
tiennent compte de la plasticité, des changements de volume, des pressions interstitielles, etc.
(Duncan, 1996).

Malgré le fait que le modèle hyperbolique développé par Duncan and Chan (1970) simule un
comportement non linéaire, des déformations irrécupérables et une rigidité qui dépend des
contraintes, il est fondamentalement un modèle élastique puisqu’il lie les augmentations de
déformations aux augmentations de contraintes à l’aide d’une relation basée sur la loi de Hooke
(Duncan, 1996). Ce modèle ne sera pas expliqué en détails dans le cadre du présent mémoire
puisque qu’il ne sera pas utilisé. Une brève explication a ici été donnée dans le but de mentionner
son existence et qu’il vise à reproduire le comportement des essais de laboratoire.

Ainsi, plusieurs modèles constitutifs relient les contraintes aux déformations. Le choix d’un modèle
pour l’analyse est un équilibre entre simplicité et précision et il dépendra du but de l’analyse. Un
modèle plus simple peut être adéquat si le but de l’analyse est d’évaluer les contraintes ou la
tendance des déformations. Par exemple, les modèles élastiques sont adéquats dans un cas où le
matériau étudié est sollicité à de faibles déformations. Un modèle contrainte-déformation plus
complexe sera choisi pour modéliser et évaluer des déformations plus précises et/ou plastiques, des
changements de volume engendrés par des changements dans les contraintes de cisaillement ou des
changements de pressions interstitielles dans des sols non drainés ou partiellement drainés (Duncan,
1996).

Certains auteurs avancent qu’un modèle linéaire-élastique n’est pas adéquat pour modéliser
précisément les déformations dans l’enrochement en raison du comportement non linéaire de la
relation contrainte-déformation de ce matériau (Briaud, 2001; Duncan, 1996). Duncan (1996)
indique qu’une relation élastique hyperbolique donne de bonnes prévisions des déformations,
particulièrement pour celles survenant pendant la construction. Cependant, une limitation du
modèle hyperbolique tient au fait que les paramètres nécessaires à son utilisation sont obtenus dans
des essais de laboratoire. Rappelons qu’il est difficile d’obtenir des résultats de laboratoire
représentatifs du comportement de l’enrochement in situ. Il vaut mieux obtenir un module de
déformation imprécis mais représentatif qu’un module de déformation précis et non représentatif
(Marachi et al., 1969).

L’utilisation de modèles non linéaires basés sur les résultats d’essais triaxiaux a souvent amené une
surestimation des tassements. Dans plusieurs cas, lorsque ce modèle donnait des résultats se

17
comparant bien aux observations in situ, les analyses linéaires basées sur des valeurs moyennes de
E et v, donnaient également des valeurs acceptables (Justo and Saura, 1983; Kjaernsli et Adikari,
1987).

En raison de sa simplicité, plusieurs ingénieurs en géotechnique ont utilisé le modèle linéaire


élastique pour caractériser l’enrochement de barrages. Son utilisation a été adéquate pour plusieurs
cas d’analyse de barrages en enrochement dans le monde (Justo et Saura, 1983). C’est le cas du
barrage en enrochement à noyau de béton asphaltique Storvatn construit en Norvège en 1987, pour
lequel le modèle linéaire élastique a donné des meilleures prévisions de déformations avant et après
construction que les modèles plus compliqués, tel que le modèle élastique non linéaire. Les mesures
de déplacement à l’intérieur de l’ouvrage ont indiqué de petits déplacements inférieurs à 1% de la
hauteur de l’ouvrage (H). À ce faible niveau de déformations, le comportement de l’enrochement
est linéaire (Kjaernsli et Adikari, 1987; Adikari et al., 1988; Sowers et al., 1965). Il est à noter que
l’étude de plusieurs ouvrages en enrochement a permis d’observer des tassements inférieurs à 1%
de la hauteur des ouvrages après la fin de la construction (Dascal 1987).

Les courbes d’essais triaxiaux réalisés sur des matériaux d’enrochement montrent généralement une
relation linéaire à faibles déformations. Ainsi, pour de telles déformations (< 1% H), l’utilisation
d’un modèle élastique linéaire est adéquate (Adikari et al.1988). Les relations élastiques non
linéaires prennent la forme d’une hyperbole à de plus fortes déformations.

Puisque les déformations observées sur un ouvrage de retenue en enrochement compacté sont
faibles (inférieure à 1% H), l’utilisation d’un modèle élastique-linéaire pourrait être adéquate pour
caractériser l’enrochement du barrage Romaine-2 pendant la construction. Tel que discuté au
chapitre 1, la mise en place des matériaux au barrage RO-2 a été améliorée par rapport aux
pratiques courantes d’Hydro-Québec puisque l’enrochement devait être plus rigide en raison de la
conception du noyau en béton asphaltique.

Ainsi, il existe plusieurs modèles constitutifs, certains complexes et d’autres plus simples. Ces
modèles peuvent être utilisés avec des modules de déformation obtenus de différentes façons,
notamment dans le cadre d’essais de laboratoire ou de traitement de données in situ. Différentes
méthodes pour obtenir les modules de déformation seront maintenant présentées.

18
3.3 Méthodes d’obtention des modules de déformation

3.3.1 Essais de laboratoire

Un module de déformation peut être obtenu en laboratoire par un essai triaxial. Un essai triaxial est
réalisé en appliquant une contrainte cellulaire σ3 et une contrainte axiale σ1 (voir figure 3-4). On y
mesure les changements de volume lors d’un essai drainé ou les pressions interstitielles induites
dans un essai non drainé. Pour déterminer le module de déformation du sol avec un essai triaxial, il
est requis de mesurer les contraintes appliquées et les déformations dans les deux directions. La
relation observée dans les essais de laboratoire sur les matériaux granulaires a généralement la
forme d’une hyperbole (voir figure 3-4) (Briaud, 2001). Cet essai permet d’appliquer des
contraintes σ1 et σ3 variables.

Il est également possible d’obtenir un module de déformation M en laboratoire à partir de l’essai


œdométrique. Un essai œdométrique est réalisé en plaçant un échantillon dans un anneau rigide qui
ne permet aucune déformation latérale. On mesure les charges appliquées et les déformations de
l’échantillon pendant l’essai afin d’obtenir une courbe contraintes-déformation. Les essais
œdométriques peuvent être utilisés pour caractériser l’enrochement d’un barrage. En effet, on peut
supposer que la compression est unidimensionnelle lorsque des couches de sol de grande étendue
sont soumises à des charges verticales (Holtz et Kovacs, 1991; Charles, 1976). Cet essai est surtout
représentatif des conditions rencontrées au centre d’un barrage, où σ1/ σ3 est constant (Smith,
2015).

3.3.2 Mesures in situ

Fitzpatrick (1985) a défini une méthode pour obtenir le module de déformation de l’enrochement
pendant la construction (Erc). Le module Erc est un module de déformation sécant et est déterminé à
l’aide de l’instrumentation par l’équation présentée à la figure 3-5, où γ est la masse volumique de
l’enrochement, H l’épaisseur de remblai au-dessus du point analysé, δs le tassement mesuré et d,
l’épaisseur de remblai sous le point de mesure. La contrainte engendrée par le poids du remblai
au-dessus du point étudié est comparée à la déformation obtenue en divisant le tassement mesuré
par la hauteur du remblai sous-jacent.

19
La méthode originale de Fitzpatrick ne tenait pas compte de la distribution des contraintes dans le
barrage. Poulos et Davis (1974) ont proposé un modèle de distribution de contraintes verticales dans
un barrage qui prend en compte la forme de l’ouvrage. La contrainte verticale estimée par
Fitzpatrick (1985) est équivalente à celle présentée par Poulos et Davis pour le 60-70% inférieur de
l’ouvrage. Pour le 30-40% supérieur, la forme de l’ouvrage influence la contrainte verticale et la
méthode de Fitzpatrick (1985) va surestimer la contrainte et sous-estimer le module de déformation
de l’enrochement (Hunter et Fell, 2002).

Figure 3-5 : Module de déformation pendant la construction Erc (Fitzpatrick et al., 1985)

Une autre méthode est proposée par Smith (2015) et permet d’obtenir une relation contrainte-
déformation basée sur les modules sécants à différents stades de construction. Pour un point donné,
le calcul de Erc peut être réalisé plusieurs fois à différents moments pendant la progression de la
construction du remblai à partir des relevés d’inclinomètres, soit un dispositif d’auscultation servant
à mesurer les déplacements au moyen de détecteurs qu’on déplace dans un tube intégré à l’ouvrage
ou à sa fondation (Hydro-Québec, 1991). En raison de l’augmentation de l’épaisseur de remblai
au-dessus d’un point de mesure d’un inclinomètre, il est possible d’obtenir plusieurs couples de
valeurs contrainte-déformation. À partir de ces valeurs, une ligne de meilleur ajustement peut être
tracée, et une relation contrainte-déformation est obtenue (Erc). Pour chaque couple de valeurs, la
contrainte doit être obtenue en modélisant l’ouvrage à ce stade de construction afin d’obtenir une
contrainte réaliste tenant compte de la distribution des contraintes influencée par la géométrie de
l’ouvrage. Les résultats des essais in situ de masse volumique sont utilisés dans la modélisation des
contraintes (Smith, 2015).

20
La méthode de Smith (2015) fait l’hypothèse que, pour les points analysés situés dans les portions
centrales du barrage, les modules Erc calculés correspondent au module œdométrique M car à ces
endroits, le rapport σ1/σ3 demeure à peu près constant durant la construction. En effet, si le point
étudié est dans une levée large comparée à sa profondeur, il subira une compression simple
unidimensionnelle et aura un cheminement de contrainte faisant en sorte que le rapport σ1/σ3 est
constant (Smith, 2015; Charles, 1976; Carlyle, 1973). Le module M est ensuite transformé en E
avec la relation 3.1 où le coefficient de poisson (v) dépend de l’angle de frottement (ϕ) (équation
3.2).

éq. 3.1

éq. 3.2

3.3.3 Relations empiriques

3.3.3.1 Module de déformation pendant la construction


Les relations empiriques sont généralement basées sur les données provenant de barrages existants
(Hunter et Fell, 2002). Par exemple, basé sur la performance d’ouvrages existants en enrochement
angulaire compacté, Pinto et Filho Marquez (1998) ont conclu que l’indice des vides et la forme de
la vallée étaient les facteurs les plus influents sur le module de déformation pendant la construction
des CFRD (voir figure 3-6). Il est à noter que le facteur de forme (SF) est obtenu par l’équation
suivante, où A est l’aire du masque amont en béton (incliné) et H, la hauteur de l’ouvrage : SF =
A/H2.

21
Figure 3-6 : Module de déformation (Erc) pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez 1998)

Guidici et al. (2002) a également considéré que la forme de la vallée avait un effet significatif sur
les déformations pendant la construction observé sur les CFRD ayant un enrochement bien
compacté. Tout comme Pinto et Filho Marquez (1998), il a mis en évidence que des modules de
déformation supérieurs étaient obtenus pour des vallées étroites (figure 3-7).

Figure 3-7 : Module de déformation pendant la construction (Erc) pour des CFRD (Guidici et al.,
2002)

22
Hunter et Fell (2002) ont mené une étude sur 35 barrages CFRD et un barrage en enrochement à
noyau de terre pour déterminer l’effet de la granulométrie sur les propriétés de l’enrochement. La
plupart des ouvrages étaient composés d’enrochement 3A (3A dans Hunter and Fell (2002) :
moyenne des diamètres maximaux de 665  250 mm). Les modules de déformation sécants à la fin
de la construction (Erc) ont été calculés à partir de l’instrumentation en place et du calcul des
contraintes verticales en tenant compte de la géométrie de l’ouvrage et de l’effet d’arche.

Une analyse statistique a été menée pour évaluer l’influence des différents paramètres caractérisant
une granulométrie sur le Erc, soit le coefficient d’uniformité ou différents pourcentages passants.
Les analyses ont été effectuées en groupant les données qui avaient des paramètres similaires pour
la compaction, la résistance de la roche intacte et le type de matériau. À la suite de ces analyses, il a
été déterminé que les meilleurs indicateurs du Erc sont le D80 (diamètre équivalent au 80% des
particules passant) et le D90. Le D80 est un meilleur indicateur du Erc pour un enrochement bien
compacté et ayant une très haute résistance et le D90 est plus approprié pour un enrochement ayant
une moyenne à haute résistance. Cependant, l’utilisation du D80 pour les enrochements ayant une
moyenne à haute résistance engendrait une différence de 5 MPa (moins de 7% d’écart type). C’est
pourquoi les relations présentées à la figure 3-8 pour les deux types d’enrochements sont fonction
du D80. Le D80 serait un meilleur indicateur du Erc que le coefficient d’uniformité (Cu), et le fait de
considérer le Cu n’améliorait pas les Erc obtenus par l’équation, probablement en raison de
l’interdépendance partielle de Cu et du D80.

Il est à noter que dans cette étude, un enrochement est qualifié comme ayant une très haute
résistance lorsque ses particules sont composées de roc ayant une résistance à la compression
simple (sans confinement) supérieure à 70 MPa. Pour les enrochements de moyenne à haute
résistance, cette résistance est inférieure à 70 MPa (Hunter et Fell, 2002).

23
Figure 3-8 : Module sécant à la fin de construction en fonction du D80 (Hunter et Fell, 2002)

3.3.3.2 Module de déformation au premier remplissage


Plusieurs relations empiriques ont été définies pour obtenir le module de déformation au premier
remplissage. Cependant, la majorité des relations trouvées dans la littérature était pour les CFRD.
Ces relations ne sont pas applicables aux barrages zonés en enrochement puisque les contraintes
amont sur l’enrochement ne sont pas les mêmes que pour les CFRD. En effet, pour les CFRD, le
poids de l’eau est appliqué sur le masque amont et les charges sont transférées à l’enrochement
(voir figure 3-9). Pour les barrages zonés, les pressions de l’eau sont transférées sur le noyau et sur
les fondations (voir figure 3-10 schémas 2 et 4). Aussi, contrairement au CFRD, puisque
l’enrochement est mouillé, des déformations d’effondrement se produisent dans la recharge amont
(voir figure 3-10, schéma 1).

24
Figure 3-9 : Module de déformation pendant la mise en eau Erf pour un CFRD (Fitzpatrick et al.,
1985)

Figure 3-10 : Comportement d’un barrage en enrochement soumis à une mise en eau (Justo, 1991)

3.4 Discussion sur les modules de déformation et les modèles constitutifs

Les tassements de l’enrochement sont régis par différents mécanismes qui permettent le
réarrangement des particules et la densification du matériau. Ils sont influencés par différentes
propriétés intrinsèques du matériau, par la mise en place, par la géométrie de l’ouvrage et du site,
ainsi que par l’état de contraintes. Il est difficile d’établir précisément l’influence d’un facteur sur
les tassements puisque les différents facteurs sont reliés et s’influencent entre eux. Le module de

25
déformation relie les contraintes et les déformations et permet de comparer le comportement des
matériaux entre eux pour des sites donnés. Il est la propriété qui tient compte du plus grand nombre
de facteurs d’influence.

Il existe différents moyens d’obtenir des modules de déformation pour un barrage en enrochement,
soit à partir de résultats d’essais de laboratoire, de données in situ et de méthodes empiriques. La
méthode in situ permet une estimation plus représentative de la relation contrainte-déformation de
l’enrochement du barrage que celle pouvant être obtenue en laboratoire puisqu’elle tient compte des
conditions au terrain (Smith, 2015). Les essais de laboratoire sur l’enrochement sont souvent peu
représentatifs en raison de la difficulté de reproduire les conditions rencontrées au terrain,
notamment à cause de la stratification et de l’anisotropie du matériau engendrées par la mise en
place, mais aussi en raison de la présence de particules de grandes dimensions. Les essais de
laboratoire permettent toutefois une première estimation des paramètres pour la modélisation lors de
la conception. Ces paramètres peuvent ensuite être corrigés par des essais terrain ou lors du début
de la construction (Justo et Saura, 1983).

Les modèles empiriques peuvent aussi être utilisés pour estimer les modules de déformation en
conception. Ils permettent une bonne estimation des déformations pour des ouvrages ayant une
conception standard. L’évaluation des déformations à partir de modèles empiriques est souvent
comparable, voir supérieure à celles évaluées à partir des essais de laboratoire et ce, en raison de
leurs limitations mentionnées précédemment (Hunter et Fell, 2002). Cependant, les modules de
déformation empiriques ne mettent souvent en relation qu’un seul paramètre d’influence au module
de déformation. Ainsi, il est difficile d’évaluer précisément un module de déformation pendant la
conception avec de telles méthodes. Puisqu’il n’y a pas de barrages identiques, l’extrapolation de la
performance d’un barrage à un autre doit être faite avec précaution (Wilson, 1973).

Dans le chapitre 4, le barrage RO-2 sera présenté et les modules Erc obtenus par Smith (2015) seront
comparés à ceux obtenus en laboratoire sur l’enrochement de l’aménagement RO-2.

26
4 Barrage Romaine-2

4.1 Généralités

Le barrage Romaine-2 est un barrage en enrochement à noyau en béton asphaltique fondé au roc
traité. Il a une hauteur maximale de 109 m et une longueur de 543 m. Il fait partie du complexe
hydroélectrique Romaine-2 situé dans le nord du Québec. Il a été construit en 2012 et 2013 et la
mise en eau s’est étalée sur environ 7 mois en 2014. Une coupe schématique du barrage est montrée
à la figure 4-1. La section maximale se trouve au PM 560 et cette coupe est présentée à la
figure 4-2.

Le barrage Romaine-2 est composé de différentes zones. Le noyau a une largeur variant entre
0,85 m à sa base et 0,5 m près de la crête et il est fondé sur une assise de béton. Les matériaux
d’enrochement du barrage Romaine-2 qui sont discutés dans le présent mémoire sont ceux des
zones 3M, 3N, 3O et 3P (voir figure 4-1). Les matériaux d’enrochement 3O et 3P seront étudiés
plus en détails. Les caractéristiques de ces matériaux et de leur mise en place sont présentées au
tableau 4-1. Les matériaux des zones 3M, 3N, 3O et 3P proviennent de roc concassé. Les
batardeaux amont et aval illustrés à la figure 4-2 ne seront pas étudiés dans le cadre de ce mémoire.

Tableau 4-1 : Propriété des zones 3M, 3N, 3O et 3P (Consortium RSW/SNC, 2012).

Dimensions Masse sur l'axe du


Épaisseur
maximale des rouleau des Nombre de
Matériaux des levées
particules* compacteurs vibrants passes**
(mm)
(mm) (t)
Zone 3M 80 225 2,5 4
Zone 3N 200 450 15 4
Zone 3O 600 900 15 8
Zone 3P 1200 1800 15 8
* La dimension minimale d’un bloc devait être au moins égale au tiers de sa plus grande dimension (figure 9-
6)
** Les passes étaient superposées de 25% entre elles pour les matériaux 3O et 3P

27
AMONT AVAL

Figure 4-1 : Coupe transversale typique du barrage (schématique) (Smith, 2015)

AMONT AVAL

Figure 4-2 : Coupe transversale au PM 560 illustrant les inclinomètres (Smith, 2015)

28
L’enrochement de l’aménagement RO-2 est composé de monzonite et de monzonite quartzique
(Consortium RSW/SNC, 2009). L’enrochement 3O du barrage provient de trois sources
d’exploitation, soit des carrières CA-C4 et CA-C7 ainsi que des matériaux provenant de
l’excavation du tunnel amont tandis que l’enrochement 3P provient seulement des carrières CA-C4
et CA-C7 (Qualitas, 2013). Bien qu’aucun échantillon provenant des carrières CA-4 et CA-7 n’aient
été testés, les forages réalisés au site de l’aménagement Romaine-2 montrent tous que la résistance à
la compression du roc varie entre 110 et 230 MPa (Consortium RSW/SNC, 2009).

4.2 Granulométrie

Les courbes granulométriques des matériaux d’enrochement de l’aménagement RO-2 sont montrées
à la figure 4-3. Un total de 9 analyses granulométriques ont été réalisées sur l’enrochement 3O
(0-600mm) et 3 sur l’enrochement 3P (0-1200mm) des différents ouvrages de l’aménagement
Romaine-2. Cette figure illustre que la forme de la courbe granulométrique est semblable si
l’enrochement provient de la même source. La provenance de l’enrochement est indiquée dans la
légende de cette figure.

Figure 4-3 : Résultats de toutes les analyses granulométriques effectuées sur les enrochements 3O et
3P utilisés pour les digues et le barrage de l’aménagement RO2.

29
Leps (1973) indique que la production d’enrochement en carrière engendre inévitablement un
matériau qui est extrêmement variable par rapport à sa granulométrie. Aussi, la ségrégation produite
par la mise en place amène une variabilité des matériaux dans le barrage et même dans une levée, et
par conséquent, une variabilité de la granulométrie, de la masse volumique et des modules de
déformations (Hunter et Fell, 2002).

Puisque l’évaluation de la granulométrie des enrochements est difficile à réaliser au terrain compte
tenu de la grande taille des particules et du grand volume à excaver afin que l’échantillon soit
représentatif (Bertram, 1973), peu d’analyses granulométriques ont été réalisées pendant la
construction du barrage Romaine-2. Au barrage RO-2, seules 3 analyses granulométriques ont été
réalisées sur les matériaux de la zone 3O et 2 sur les matériaux de la zone 3P. Ainsi, ces analyses ne
permettent pas d’évaluer la variabilité de la granulométrie dans l’ouvrage.

Selon les pratiques internes d’Hydro-Québec, de telles analyses requièrent d’excaver dans le
matériau compacté, un volume correspondant à une masse de 27 000 kg et de 85 000 kg pour
l’enrochement 3O (0-600mm) et 3P (0-1200 mm) respectivement. La teneur en particules plus
grande que 80 mm est déterminée en chantier et celle plus petite que 80 mm est déterminée au
laboratoire. En premier lieu, le tamisage de la totalité de l’échantillon est fait au chantier sur un
tamis à mailles carrées de 80 mm. Ensuite, dans la fraction inférieure à 80 mm, un échantillon
d’environ 45 kg est prélevé pour analyse granulométrique en laboratoire. Des gabarits de bois sont
utilisés pour effectuer un triage des particules plus grandes que 80 mm en fonction de leurs
dimensions. La détermination de la masse pour les particules entre 80 mm et 300 mm est réalisée à
l’aide d’une balance de chantier. Pour les particules plus grandes que 300 mm, la masse est
déterminée à l’aide d’une pelle mécanique ou d’un chargeur ayant un système permettant d’évaluer
la charge manipulée par l’engin. Les figures 4-4 et 4-5 présentent les étapes de l’analyse
granulométrique où les blocs de grandes dimensions sont mesurés et pesés.

30
Figure 4-4 : Réalisation d’une analyse granulométrique au terrain – mesurage des blocs

Figure 4-5 : Analyse granulométrique – pesée des matériaux

4.3 Mise en place

L’épaisseur des levées, le nombre de passes effectué et le poids du compacteur utilisé sur
l’enrochement du barrage RO-2 sont donnés au tableau 4-1.

La mise en place de l’enrochement 3O et 3P des recharges amont et aval a été optimisée pour
obtenir une masse volumique maximale et minimiser les tassements durant la construction, la mise
en eau et l’exploitation. Cette optimisation a été réalisée lors de remblais d’essais en 2010, avant la

31
construction du barrage. Les remblais d’essai avaient plusieurs objectifs. Ils visaient à mieux
connaitre les caractéristiques mécaniques des enrochements et à avoir une meilleure compréhension
des facteurs affectant la masse volumique de ce matériau lors du compactage. Aussi, les remblais
d’essai devaient contribuer à l’état des connaissances permettant d’établir les paramètres pour
représenter le plus fidèlement possible le comportement du matériau dans le cadre d’analyses
numériques contraintes-déformations. La réalisation de ces remblais d’essai s’inscrivait dans une
démarche d’Hydro-Québec visant à connaitre davantage le comportement de l’enrochement dans le
but d’étudier des concepts de barrage avec des noyaux plus étroits et des pentes plus raides.
Rappelons que ces barrages requièrent des recharges avec des rigidités élevées, assurés par des
remblais denses (Qualitas, 2011; Verret, et al., 2013).

Le programme des remblais d’essai consistait à construire cinq remblais regroupant au total
10 planches d’essais. Huit des dix planches visaient à étudier l’enrochement des recharges internes
et les deux autres, l’enrochement des recharges externes. Plus spécifiquement, ces planches visaient
l’étude de quatre paramètres :
 la granulométrie (enrochement 0-600 mm, 0-900 mm, 0-1200 mm et 0-1800 mm);
 le nombre de passes de compactage (4 ou 8 passes);
 le poids du compacteur (10 tonnes ou 16,3 tonnes) ;
 l’effet de l’arrosage (0 ou 200 L/m3).

Lors de la planification du programme d’essais, il a été décidé d’étudier les deux conditions
extrêmes pour la recharge interne, soit la pratique d’Hydro-Québec (planche 1) consistant à utiliser
un enrochement 0-900 mm, placé en levée de 900 mm, compacté à sec avec 4 passes d’un rouleau
de 10 tonnes et l’approche norvégienne (planche 9), consistant à utiliser un enrochement plus fin
que l’épaisseur maximale de la levée, avec un compacteur dont le poids est au moins de 15 tonnes
et dont l’enrochement est arrosé lors de la mise en place et du compactage de chacune des levées.
Les six autres planches (2, 3, 6, 7, 8 et 10) visant à étudier l’enrochement des recharges internes
consistaient en une progression entre ces deux conditions. Ces remblais possédaient quatre levées
d’une épaisseur de 900 mm avant compactage, totalisant ainsi 3600 mm de hauteur (Verret et al.,
2013).

Les deux planches (4 et 5) prévues pour l’enrochement des recharges externes visaient à étudier
deux variantes, soit une variante qui s’approche de la pratique Hydro-Québec et une variante qui

32
s’approche de la tendance norvégienne. Ces remblais possédaient 2 levées d’une épaisseur de 1800
mm avant compactage, totalisant 3600 mm de hauteur.

Les planches 8 à 10 nécessitaient de l’arrosage lors de la mise en place de l’enrochement. Le


matériel d’arrosage consistait en un système de distribution d’eau sous pression de type boyau
d’incendie alimenté par des pompes. L’eau d’arrosage était prélevée dans un petit lac situé à la
limite du site des remblais d’essai. Le boyau d’arrosage était orienté en direction de la face de la
levée pendant sa mise en place.

Le tableau 4-2 résume les caractéristiques de chaque planche. Il est à noter que le matériau 3D était
supposé contenir de 5 à 15 % de blocs ayant un diamètre supérieur à 600 mm. Cependant, il n’a pas
rencontré cette exigence et était très similaire au matériau 3O.

Tableau 4-2 : Description des planches d’essai (Verret et al., 2013)

Les essais de contrôle pour les remblais d’essais consistaient à la réalisation d’analyses
granulométriques lors de la production de l’enrochement (1 essai / 5000 m3 de production) ainsi que
lors de la réalisation de chacun des puits prévus en crête de chaque planche d’essais après
compaction.

La détermination de la masse volumique a également été réalisée dans chacun des puits excavés en
crête des remblais après la compaction. Sur toutes les planches d’essais, pour chacune des levées,
des relevés d’arpentage ont été réalisés avant compactage et à toutes les deux passes de compactage.

33
Des essais spécialisés ont été réalisés dans le but de mesurer les caractéristiques géotechniques de
chacune des planches d’essais. Des essais MMASW (Multi-Modal Analysis of Surface Waves) et
des essais dynamiques FWD (Falling Weight Deflectometer) ont été réalisés à la fin de la mise en
place des remblais. Pour les planches 1 et 9 (approches HQ et Norvégienne), des essais additionnels
de MMASW ont également été réalisés pour chacune des levées immédiatement après la mise en
place de l’enrochement, préalablement au compactage. Il est à noter que les essais MMASW
donnent un résultat de vitesse de propagation d’onde S qui est fonction de la masse volumique. Un
sol dense aura une plus haute vitesse de propagation d’onde qu’un sol lâche. Des essais de plaque
ont également été réalisés sur la crête des remblais.

Les résultats des remblais d’essais seront discutés à la section 7.2 qui traite de l’influence de la mise
en place sur le comportement de l’enrochement.

4.4 Instrumentation

Le barrage Romaine-2 est muni de plusieurs instruments mesurant les déformations, dont 6
inclinomètres (quatre verticaux et deux horizontaux) et d’une chaîne d’accéléromètres. La chaîne
d’accéléromètres consiste en une série de segments rigides séparés par des joints spéciaux qui
peuvent tolérer une gamme de tassements attendus. Chaque section contient un accéléromètre
mesurant l’inclinaison à chaque 0,5 m qui est automatiquement convertit en tassement. Les lectures
sont prises en utilisant un ordinateur portable et un programme spécialisé (Smith, 2015). La
localisation des inclinomètres et de la chaîne d’accéléromètres est illustrée à la figure 4-2. Il est à
noter que les inclinomètres INH-1, INH-2, INV-4 ainsi que la chaine d’accéléromètres SAA sont
projetés sur cette coupe. Leur PM réel est identifié sur la figure (Smith, 2015).

Les déformations au barrage Romaine-2 ont été mesurées pendant la construction afin de suivre le
comportement de l’ouvrage et d’évaluer la rigidité des matériaux. Pendant la construction, la lecture
des inclinomètres a été faite à chaque mise en place de 5 mètres de matériaux, soit à des intervalles
variant de 4 à 6 semaines, ainsi que pendant les pauses de construction aux hivers 2012-2013 et
2013-2014 (Smith, 2015). La figure 4-6 illustre le sommet d’un inclinomètre et la sonde utilisée
pour le relevé.

34
Figure 4-6 : Sommet d’un inclinomètre au barrage Romaine-2 (droite) et sonde utilisée pour les
mesures (gauche) (Smith, 2014)

4.5 Module de déformation de l’enrochement du barrage RO-2

Tel que discuté à la section 3.3.2, Smith (2015) a développé une méthode qui permet d’obtenir une
relation contrainte-déformation basée sur les modules sécants à différents stades de construction.
Rappelons que les modules Erc calculés correspondent au module œdométrique M.

La figure 4-7 illustre 6 endroits dans les inclinomètres où des modules Erc ont été obtenus par Smith
(2015) à partir des tassements mesurés.

La figure 4-8 montre l’évolution des tassements mesurés par la chaine d’accéléromètres SAA au
PM 510. Cet instrument indique que les matériaux d’enrochement ont connu un fluage pendant
l’hiver, lorsque la construction était arrêtée, puisque des tassements ont été observés dans les
recharges même si la charge n’a pas été augmentée (lignes en mauve sur la figure 4-8). Cette figure
montre également que les matériaux de zone 3P ont plus tassé. Les différentes zones sont indiquées
au bas de cette figure.

35
Figure 4-7 : Localisation des points de mesures où les modules Erc ont été calculés (Smith, 2014)

Figure 4-8 : Évolution dans le temps des tassements mesurés par la chaine d’accéléromètres SAA
(Smith, 2014)

Pour chacun des 6 points présentés à la figure 4-7, un couple de valeur contrainte
modélisée/déformation mesurée (H/H : tassement mesuré/hauteur de remblai sous le point de
mesure) a été obtenu pour chacun des stades de construction. Ces couples ont été utilisés pour
obtenir des modules sécants à la fin de la construction Erc et sont présentés aux figures 4-9 à 4-11.
Les modules sécants à la fin de construction obtenus sont de 160, 165 et 100 MPa et ce, pour les
matériaux 3N, 3O et 3P respectivement.
36
Figure 4-9 : Module de déformation sécant en fin de construction 3N (Smith, 2014)

Figure 4-10 : Module de déformation sécant en fin de construction 3O (Smith, 2014)

37
Figure 4-11 : Module de déformation sécant en fin de construction 3P (Smith, 2014)

Les modules Erc obtenus pour les matériaux d’enrochement du barrage Romaine-2 sont élevés et
démontrent un enrochement dense. La mise en place des matériaux s’est donc avérée adéquate. Ces
modules Erc, correspondant au module œdométrique M, ont permis d’obtenir des modules E à l’aide
de l’équation 3.1. Ces modules E ont été utilisés pour modéliser les tassements dans la totalité du
barrage et ont donné de bons résultats lorsque comparés aux autres points de mesures des
inclinomètres. Ces modélisations ont montré qu’il y avait plus de tassements à l’amont (avant la
mise en eau) puisque la zone 3P constituée d’enrochement moins rigide y est plus large. Les
tassements obtenus par les modélisations étaient cependant moins représentatifs à proximité des
talus extérieurs de l’ouvrage. En effet, à cet endroit, le cheminement de contrainte ne suit pas un
rapport 3/1 constant et l’utilisation d’un modèle linéaire est moins adéquate (Smith, 2015).

Ainsi, Smith (2015) a pu obtenir des modules E de déformation représentatifs des conditions terrain.
Les modules de déformation sont utilisés pour pouvoir comparer des déformations entres elles.
Ainsi, il a été possible de comparer le comportement des différents matériaux dans l’ouvrage. Cet
exercice n’aurait pas été possible à partir de résultats obtenus en laboratoire, puisqu’ils sont non
représentatifs du comportement de l’enrochement dans un barrage puisque les conditions in situ
sont pratiquement impossibles à reproduire dans l’essai (Marachi et al., 1969; Marsal, 1973).

À la section 1-2, il a été vu que, pour obtenir des propriétés représentatives du matériau, les essais
de laboratoire doivent reproduire le plus précisément possible les conditions in situ. Ces conditions
38
sont pratiquement impossibles à obtenir lorsqu’un barrage en enrochement est considéré (Marachi
et al., 1969; Marsal, 1973; Terzaghi, 1960). Dans la présente section, les résultats des essais de
laboratoire réalisés sur l’enrochement de RO-2 seront comparés aux modules Erc obtenus par Smith
(2015) à partir des données des inclinomètres.

Deux types d’essais de laboratoire ont été réalisés à l’université Laval sur l’enrochement de
l’aménagement Romaine-2, soit des essais de compression oedométrique (simulant le
comportement de l’enrochement à proximité du noyau) et des essais triaxiaux (davantage
représentatif du comportement dans le reste de l’ouvrage).

Les résultats des essais œdométriques réalisés sur l’enrochement écrêté de RO-2 ont montré une
relation contrainte-déformation linéaire jusqu’à la fin de l’essai où la contrainte était amenée à
3MPa et où les déformations pouvaient atteindre de 1 à 10% en fonction des conditions d’essais et
du matériau testé. La figure 4-12 illustre des résultats types des essais de compression réalisés sur
l’enrochement de Romaine-2. Il est à noter que les échantillons utilisés pour les essais réalisés à
l’université Laval étaient plus uniformes et moins denses que l’enrochement au barrage RO-2, deux
facteurs pouvant influencer les modules de déformation à la baisse. Aussi, la particule maximale des
échantillons du laboratoire avait un diamètre de 25 mm. Il est très difficile d’obtenir en laboratoire
les hautes masses volumiques obtenues au terrain. À titre d’exemple, la plus haute masse volumique
obtenue en laboratoire était de 1833 kg/m3 pour les essais œdométriques et la plus haute masse
volumique obtenue au terrain était de 2415 kg/m3. Il est à noter que la masse volumique mesurée au
terrain est extrêmement haute et a probablement été surévaluée en raison du foisonnement des
parois de l’excavation. Cependant, elle resterait plus haute que celle en laboratoire même si elle
était corrigée.

Figure 4-12 : Résultats types d’un essai de compression oedométrique sur l’enrochement écrêté de
RO-2 (Konrad et Boisvert, 2010)
39
En laboratoire, le module M maximal a été obtenu pour l’échantillon le plus dense (1833 kg/m3) et
est de 122 MPa. Le module M minimal a été obtenu pour l’échantillon le plus lâche (1614 kg/m3) et
est de 25 MPa (voir tableau 4-3). Rappelons que les modules M (Erc = M) obtenus à partir des
mesures des inclinomètres au barrage à la fin de la construction sont de 165 MPa et 100 MPa pour
les matériaux 3O et 3P respectivement. Malgré le fait que la masse volumique de l’échantillon le
plus dense est inférieure à celle de l’enrochement du barrage, le module de compression obtenu se
situe entre les valeurs obtenues au barrage. Ainsi, il n’y a pas de relation directe entre les modules
M du laboratoire et ceux du terrain.

Tableau 4-3 : Comparaison des modules de compression M obtenus in situ et en laboratoire

ρ Module de
Matériau 3
(kg/m ) compression (MPa)
3P* 2100 100
3O* 2415 165
3N* 2328 160
Laboratoire (+dense)** 1833 122

Laboratoire (+lâche)** 1614 25


* source : Smith (2015)
** source : Konrad et Boisvert (2010)

Quelques résultats des essais triaxiaux réalisés sur l’enrochement écrêté de Romaine-2 sont
présentés à la figure 4-13. L’enrochement écrêté utilisé pour ces essais n’était pas aussi étalé que
celui du barrage. La figure 4-13 présente les résultats de trois essais qui ont été faits à différentes
contraintes de confinement, soit 100, 300 et 600 kPa. Il est à noter que l’essai qui a été fait à une
plus haute contrainte de confinement se déformait moins que celui fait à une plus faible contrainte
de confinement, et ce, pour une même contrainte déviatorique. Cette figure illustre qu’à des
déformations inférieures à 1%, soit bien avant d’atteindre le comportement plastique, la relation
contraintes-déformations s’approche d’une relation linéaire. Puisque les déformations mesurées au
barrage Romaine-2 par les inclinomètres sont inférieures à 1% (figures 4-9 à 4-11), il est
raisonnable de croire que la relation contrainte-déformation de l’enrochement au barrage RO-2 est
linéaire. Aussi, la figure 4-13 montre qu’à ces faibles déformations, le module de déformation
(pente de la relation entre la contrainte et les déformations) semble indépendant de la contrainte de
40
confinement (σ3). Rappelons que dans un essai oedométrique, le module M est plus ou moins
indépendant de la contrainte de confinement (σ3). Rappelons qu’en raison de sa simplicité, plusieurs
ingénieurs en géotechnique ont utilisé le modèle linéaire élastique pour caractériser l’enrochement
de barrages. Son utilisation a été adéquate pour plusieurs cas d’analyse de barrages en enrochement
dans le monde, en raison du comportement linéaire de l’enrochement à de faibles niveaux de
déformations (Justo et Saura, 1983; Kjaernsli et Adikari, 1987; Adikari et al., 1988). Le barrage
RO-2 a d’ailleurs été modélisé selon un modèle linéaire par Smith (2015). Cette modélisation a
donné des valeurs de déformations correspondant à celles mesurées aux inclinomètres du barrage.

Figure 4-13 : Relations contraintes-déformations obtenues dans les essais de laboratoire triaxial
effectués sur l’enrochement écrêté du barrage Romaine-2 (Smith, 2014).

Ainsi, malgré le fait que les résultats obtenus des essais de laboratoire soient très précis, ils sont
souvent peu représentatifs du comportement de l’enrochement dans un ouvrage de retenue. La
méthode in situ permet une estimation plus représentative de la relation contrainte-déformation de
l’enrochement du barrage que celle pouvant être obtenue en laboratoire puisqu’elle tient compte des
conditions au terrain (Smith, 2015). Cependant, il n’y a pas de relation directe quantifiable entre les
différentes caractéristiques de mise en place et les modules. Rappelons que si les modules sont
incertains, les analyses numériques σ-ε risquent d’être peu représentatives.

41
Ainsi, bien que les essais de laboratoire indiquent certaines informations sur les matériaux testés, les
différents facteurs influençant l’enrochement au terrain ne sont pas simulés en laboratoire. Il est
donc important de comprendre ces différents facteurs d’influence. Le chapitre 5 présente une revue
de littérature sur ces facteurs et au chapitre 6, l’influence de ces facteurs sur l’enrochement de
l’aménagement RO-2 sera discutée.

42
5 Revue de littérature sur les facteurs influençant le module de
déformation et la compressibilité de l’enrochement

Le module de déformation in situ de l’enrochement est influencé par différents facteurs, soit les
propriétés intrinsèques du matériau, la mise en place, les facteurs externes et les contraintes. Ces 4
groupes sont mis en évidence en bleu sur le schéma de la figure 5-1 et les facteurs d’influence sont
encerclés par la ligne en pointillé rouge.

Il est à noter que plusieurs sources consultées discutent de l’influence de ces paramètres sur la
compressibilité du matériau. Puisque le module de déformation est un paramètre découlant de la
compressibilité, notamment en la normalisant pour pouvoir comparer les déformations entre elles,
les facteurs influençant la compressibilité seront aussi discutés dans ce chapitre. Lorsque la
compressibilité de l’enrochement diminue, son module augmente.

Il est à noter que la compressibilité est définie de différentes façons, selon la source consultée. Elle
peut être présentée comme le tassement (Δ hauteur (H)), ΔH/H ou comme par la quantité de
déformation volumétrique causée par une unité d’augmentation de pression, défini par l’équation
suivante, où Cd est la compressibilité, εv est la déformation volumétrique de l’échantillon et p, la
pression (Marachi et al. 1969) : Cd = - (dεv /dp)

Après avoir fait une revue de littérature pour chaque facteur d’influence, nous discuterons de
l’influence de ces facteurs sur l’enrochement du barrage Romaine-2 au chapitre 6.

43
Figure 5-1 : Facteurs influençant les modules de déformation

5.1 Propriétés intrinsèques

Les propriétés intrinsèques présentées dans cette section sont composées de propriétés de
l’enrochement, tel que l’indice des vides, la porosité et la masse volumique et de paramètres
caractérisant le matériau, tel la granulométrie, la forme des particules, la taille des particules et le
type de roc composant les particules. Il est à noter que ces paramètres sont interreliés entre eux. Par
exemple, un changement de la granulométrie influencera l’indice des vides et la masse volumique.

5.1.1 Granulométrie

La granulométrie influence de façon significative les propriétés de l’enrochement (figure 5-1). En


effet, un sol uniforme aura une plus grande compressibilité qu’un sol étalé, si les autres propriétés
des deux sols sont semblables (Marsal, 1973; Bowling, 1981; Pigeon, 1969).

44
Un plus grand pourcentage de petites particules dans un enrochement engendre un remblai qui est
moins susceptible de se tasser dans le temps. Il permet l’obtention d’une plus haute masse
volumique puisque les particules de plus faible dimension remplissent les vides entre les plus
grandes particules du matériau. Ce remplissage diminue le nombre de contacts arête/arête entre les
particules de plus grandes dimensions ainsi que les contraintes à ces contacts. Cette plus haute
masse volumique permet de transmettre une partie des forces aux petites particules et diminue le
bris des plus grosses particules. Rappelons que le bris des particules dans un échantillon augmentera
ses déformations (Kjaernsli et al., 1992). C’est pourquoi il est important que les courbes
granulométriques des échantillons testés en laboratoire soient parallèles à celle du matériau du
terrain (Marachi et al., 1969).

La figure 5-2 illustre les résultats d’essais de laboratoire réalisés par plusieurs auteurs et montre la
diminution du pourcentage de bris des particules (évalué par B, le « breakage factor ») lors de
l’augmentation du coefficient d’uniformité (Cu = D60/D10). La figure 5-3 illustre les résultats
d’essais qui montrent qu’une granulométrie plus uniforme engendre un matériau plus compressible.
Sur cette figure, on note une compression de 34 à 36 % plus élevée pour un enrochement uniforme
que pour un enrochement étalé pour des contraintes entre 1000 kPa et 2000 kPa. Il est à noter qu’il
s’agit de la gamme de contraintes rencontrées au barrage RO-2.

Figure 5-2 : Variation de l’index du bris des particules en fonction du coefficient d’uniformité
(Nieto Gamboa, 2011)

45
Figure 5-3 : Compressibilité influencée par l’étalement de la granulométrie (adapté de Kjaernsli,
1965)

5.1.2 Taille des particules (Dmax)

Plusieurs essais de laboratoire ont permis d’observer de plus grandes déformations et de plus faibles
modules sur des enrochements ayant de plus grandes particules (mais le même Cu) (Marsal, 1973;
Marachi et al., 1969). Marsal (1973) ajoute que la résistance au cisaillement diminue lorsque la
taille des particules augmente.

L’influence de la dimension des particules et de l’étalement de la courbe granulométrique a été bien


démontrée par les essais de laboratoire réalisés par Zeller et Wullimann en 1957. Le matériau
prélevé au terrain avait un Dmax de 600 mm et a été tamisé pour retenir les plus grosses particules et
pour créer plusieurs matériaux à partir du matériau initial en écrêtant à 100, 30, 10 et 1 mm
(figure 5-4). Des essais triaxiaux ont ensuite été réalisés sur chacun des matériaux pour obtenir la
résistance au cisaillement du matériau en fonction du diamètre maximal pour différentes porosités
(figure 5-5). La figure 5-5 illustre que l’augmentation du Dmax engendre une baisse de la résistance
au cisaillement pour une même porosité. Ils avancent qu’en extrapolant la courbe de résistance en
fonction du Dmax, il est possible d’obtenir la résistance réelle du matériau au terrain (figure 5-6).

46
Figure 5-4 : Matériaux écrêtés utilisés pour les essais de Zeller et Wulliman (1957)

Figure 5-5 : Relation entre la résistance et la porosité des matériaux écrêtés (Zeller et Wulliman,
1957)

47
Figure 5-6 : Résistance en fonction du Dmax et de la porosité (%) pour les matériaux écrêtés
présentés à la figure 5-4 (Zeller et Wulliman, 1957)

L’augmentation de la compressibilité de l’enrochement lors de l’augmentation de la taille des


particules serait expliquée par la distribution statistique des défectuosités dans la particule. Pour des
particules ayant une même minéralogie et une distribution homogène des défectuosités, une
particule de plus grande taille aura plus de défauts qu’une particule de petite taille. Ainsi, pour une
même contrainte, la particule de plus grande taille aura une plus forte probabilité de bris (Nieto
Gamboa, 2011).

Pour l’enrochement des barrages, il a été observé que la compressibilité des recharges en
enrochement est plus forte si la taille moyenne des particules augmente (Wilson, 1973). Tel que
discuté à la section 3.3.3, Hunter et Fell (2002) ont trouvé, à la suite de l’analyse de plusieurs
barrages en enrochement, que le module de déformation sécant de l’enrochement diminuait lorsque
le D80 du matériau augmentait. Ainsi, la taille des particules influence le comportement de
l’enrochement.

5.1.3 Forme des particules et type de roc

De plus grandes déformations et de plus faibles modules ont été observés pour les enrochements
ayant des particules angulaires. Les arêtes des particules angulaires favorisent le bris des particules
puisqu’elles subissent de fortes contraintes. Ces bris engendrent de plus grandes déformations lors
de chargement. Les particules arrondies présentent une meilleure répartition des forces sur leur
surface (Nieto Gamboa, 2011; Marsal, 1973; Kjaernsli et al., 1992; Marachi et al., 1969). Aussi, les

48
particules angulaires sont plus difficiles à compacter que des particules arrondies (Nieto Gamboa,
2011).

Plusieurs essais ont démontré que de plus grandes déformations sont observées sur des matériaux
d’enrochement dont les particules sont composées de roc ayant une faible résistance (Marsal, 1973;
Pigeon, 1969; Sowers et al., 1965).

Dans les barrages, les mêmes observations ont été faites. La compressibilité des recharges en
enrochement est plus forte lorsque la qualité du roc diminue (Wilson, 1973; Kjaernsli et al., 1992;
Hunter et Fell, 2002). Cooke et Sherard (1987) indiquent qu’il est important d’utiliser du roc de
qualité pour l’enrochement des recharges de barrage, soit un roc ayant une résistance à la
compression supérieure à 30 MPa et sans altération.

Hunter et Fell (2002) ont étudié les données de tassements mesurés dans plusieurs barrages CFRD
constitués majoritairement d’enrochement 3A compacté provenant de carrière. Les résultats
présentés à la figure 5-7 montrent que les enrochements composés de roc ayant une très haute
résistance (Cethana, Murchison and Reece en vert sur la figure 5-7) ont des modules plus élevés que
ceux ayant un roc d’une résistance moyenne à haute (Tullabardine and Mackintosh en rouge sur la
figure 5-7).

Figure 5-7: Relation contraintes-déformations de l’enrochement de barrage pendant la construction


(adapté de Hunter et Fell, 2002)
49
5.1.4 Indice des vides, porosité et masse volumique

Pinto et Marques Filho (1998) ont conclu, à partir de données historiques provenant de barrages
CFRD existants composés d’enrochement anguleux bien compacté, que les deux facteurs qui
influençaient le plus le module de déformation pendant la construction étaient l’indice des vides et
la géométrie de la vallée. Selon ces auteurs, le module de déformation augmente lorsque l’indice
des vides diminue. Il est à noter que pour un enrochement compacté, l’indice des vides est fonction
de sa granulométrie. Des indices des vides élevés sont généralement observés dans des
enrochements uniformes et de faibles indices des vides sont caractéristiques des enrochements ayant
une granulométrie étalée (Hunter et Fell, 2002).

Une augmentation de la masse volumique d’un matériau engendre une plus faible compressibilité
(Kjaernsli et al. 1992). La figure 5-8 illustre l’influence de la masse volumique sur la
compressibilité. La figure 5-9 montre des résultats d’essais œdométriques sur de la syénite
concassée et indique que, pour une même contrainte verticale, les déformations des échantillons
lâches sont plus grandes que celles des échantillons denses, et ce, peu importe l’uniformité de la
granulométrie.

Figure 5-8 : Compressibilité en fonction de la masse volumique, du compactage et de la


granulométrie (Kjaernsli, 1965)

50


)LJXUH5pVXOWDWVGHWHVWV°GRPpWULTXHVVXUGHODV\pQLWHFRQFDVVpH .MDHUQVOLHWDO 


5.2 Mise en place

5.2.1 Généralités

7HO TXHGLVFXWp j OD VHFWLRQ  ODFRPSUHVVLELOLWp GH O¶HQURFKHPHQW HVW PRLQGUH VL OHV SDUWLFXOHV
VRQW UpVLVWDQWHV GH IRUPH DUURQGLH HW D\DQW XQH JUDQXORPpWULH pWDOpH &HSHQGDQW SRXU WRXW
PDWpULDXOHSDUDPqWUHLQIOXHQoDQWOHSOXVOHPRGXOHGHGpIRUPDWLRQGHO¶HQURFKHPHQWHVWODPDVVH
YROXPLTXHHQSODFH&HWWHGHUQLqUHHVWLQIOXHQFpHSDUODPLVHHQSODFHHWODFRPSDFWLRQ 0LOOLJDQ
DQG&R\QH+XQWHUHW)HOO6RZHUVHWDO  9RLUILJXUH 




Figure 5-10 : Facteurs influençant les modules de déformation (mise en place en pointillés rouges)

Selon Hunter et Fell (2002), une ségrégation et une stratification des matériaux surviennent à
l’intérieur d’une levée lors de la mise en place de l’enrochement. Ils avancent qu’elles engendrent
des variations de masse volumique, de module et de granulométrie à l’intérieur même d’une levée.

Plusieurs auteurs indiquent que la réalisation de remblais d’essai avant la construction d’un ouvrage
permet de définir la mise en place optimale pour le matériau choisi, soit l’épaisseur des levées, le
nombre de passes, le choix de l’équipement, l’arrosage etc. (Kjaernsli et al., 1992).

5.2.2 Compactage

Le but du compactage est de réduire l’indice des vides et d’augmenter la masse volumique sèche
(Kjaernsli et al., 1992). Les essais réalisés par Kjaernsli (1965) ont montré qu’un matériau dense
était moins compressible qu’un échantillon lâche.

Avant les années 1950, l’enrochement était souvent déversé et arrosé et présentait de forts
tassements (ICOLD, 1989). L’introduction de rouleaux vibrants à grand poids (>15t) a permis de
52
compacter les matériaux plus grossiers, tels que les matériaux d’enrochement (Kjaernsli et al.,
1992).

Cooke et Sherard (1987) indiquent que les tassements en crête d’un barrage CFRD pour lequel
l’enrochement a été déversé sont de 5 (après 3 ans) à 8 fois (après 30 ans) plus grands qu’un barrage
dont l’enrochement a été placé et compacté. Le compactage diminue la compressibilité des
recharges en enrochement d’un barrage (Wilson, 1973; Kjaernsli et al., 1992; Hunter et Fell, 2002).
La figure 5-11 montre également l’effet du compactage sur les déplacements pour plusieurs
barrages en enrochement.

La qualité d’un barrage en enrochement dépend grandement du degré de compaction de ses levées
lors de la mise en place. L’équipement utilisé et les méthodes de compaction doivent être choisis
judicieusement en fonction du matériau utilisé. Le choix du compacteur pour un matériau
granulaire, c’est-à-dire son poids total, le poids statique et la forme du rouleau ainsi que les
paramètres de la compaction dynamique, sera influencé par l’épaisseur des levées à compacter, la
granulométrie du matériau, la forme des particules et le D max (Adam, 2009). Un matériau ayant des
particules arrondies (voir section 5.1.3) et ayant une granulométrie étalée (voir section 5.1.1) sera
plus facile à densifier lors du compactage (Adam, 2009; Nieto Gamboa, 2011).

Figure 5-11 : Déplacements mesurés après la construction de barrage avec de l’enrochement


déversé et compacté de CFRD (frontal deck) (Kjaernsli et al., 1992)

53
La compaction statique d’un matériau utilise le poids de l’appareil pour appliquer une pression sur
une surface. Cette compaction ne pénètre pas en profondeur et son efficacité est limitée. Une
compaction dynamique est nécessaire pour les sols pulvérulents afin d’obtenir une compaction
adéquate et une haute masse volumique. Les compacteurs dynamiques utilisent des mécanismes
vibratoires qui engendrent des impacts successifs et rapides sur le matériau. Cela produit des ondes
de cisaillement et de compression dans le sol, permettant aux particules de se réarranger et
d’augmenter la masse volumique du matériau. Cette augmentation de masse volumique engendre
une augmentation de la rigidité et une diminution des tassements après la mise en place (Adam,
2009).

Une augmentation du nombre de passes améliore la compaction. Cependant, le tassement ajouté par
chaque passe additionnelle diminue. Après un certain nombre de passes, l’ajout d’une passe
améliore peu la compaction. Plusieurs auteurs suggèrent la réalisation de remblais d’essai pour
déterminer le nombre de passes et l’énergie de compactage optimaux (Matheson et Parent, 1989;
Bertram, 1973).

Des remblais d’essai réalisés par Matheson et Parent (1989) ont montré qu’une augmentation de
l’énergie de compactage augmentait les tassements des levées lors de la compaction. En effet, la
figure 5-12 donne les spécifications des différents compacteurs utilisés et la figure 5-13 montre les
résultats de tassements à la suite de chaque 2 passes de compactage. Les résultats indiquent que le
compacteur 3, ayant le plus grand poids, induit le plus de tassements lors du compactage et que le
compacteur 2, ayant le plus faible poids, induit le moins du tassement. La figure 5-13 indique
également que le tassement augmente avec le nombre de passes. Cependant, pour le compacteur
ayant le plus faible poids, soit le n.2, l’augmentation du tassement avec le nombre de passes cesse
après 6 tasses. Les deux autres compacteurs engendrent des tassements par le compactage jusqu’à
10 passes. Cette figure illustre que les tassements différentiels entre 2 passes diminuent plus le
nombre de passes augmente. Des remblais d’essai réalisés par Bertram (1973) montrent les mêmes
tendances que celles observées par Matheson et Parent (1989) (voir figure 5-14).

54
Figure 5-12 : Spécification des différents compacteurs utilisés dans les remblais d’essais réalisés par
Matheson et Parent (1989)

Figure 5-13: Tassements mesurés en fonction du nombre de passes pour les remblais d’essais
réalisés par Matheson et Parent (1989)

55
Figure 5-14 : Comparaison de deux rouleaux lors d’essais au barrage Carter sur le même matériau et
avec une même hauteur de levée (Bertram, 1973)

5.2.3 Hauteur des levées

L’épaisseur des levées a un effet significatif sur la masse volumique, la résistance et le module de
déformation des levées après compaction. La figure 5-15 illustre que le module de déformation
augmente lorsque l’épaisseur de la levée diminue. (Viotty, 1999). Cet effet a été noté dans plusieurs
barrages en enrochement (Milligan et Coyne, 2005). Le compactage par vibration a un effet optimal
à une certaine profondeur qui dépend du poids du rouleau et du matériau compacté (Kjaernsli et al.,
1992).

Penman et Charles (1976) avance que bien qu’il soit clair que l’épaisseur des levées doit excéder la
taille de la particule maximale, une épaisseur trop grande d’une levée par rapport au Dmax, (par
exemple 2 :1) pourrait engendrer une compaction moins efficace puisque des particules de grandes
dimensions par rapport à le levée sont requises pour transmettre l’énergie de compactage à travers
la levée. Kjaernsli et al. (1992) indiquent que la taille de la plus grande particule ne devrait pas
excéder le 1/2 à 2/3 de l’épaisseur de la levée augmentant ainsi l’énergie appliquée.

56


)LJXUH&RPSUHVVLELOLWpHQIRQFWLRQGHO¶pSDLVVHXUGHVOHYpHV 9LRWWL 


5.2.4 Arrosage

/¶DUURVDJHDGpMjpWpEULqYHPHQWDERUGpDXFKDSLWUH/HVGpIRUPDWLRQVGHO¶HQURFKHPHQWORUVGHOD
VDWXUDWLRQG¶XQPDWpULDXRQWpWpDWWULEXpHVjODSHUWHGHUpVLVWDQFHGXURFORUVTXHVDWXUpTXLSHUPHW
DX[SRLQWHVGHVSDUWLFXOHVDQJXODLUHVGHVHEULVHU 7HU]DJKL /HFKDQJHPHQWGHJUDQXORPpWULH
jODVXLWHG¶HVVDLVVDWXUpVDFRUURERUpTXHOHVWDVVHPHQWVUpVXOWHQWGXEULVGHVSRLQWVGHFRQWDFWHQWUH
OHV SDUWLFXOHV /¶HDX SpQqWUH GDQV OHV PLFURILVVXUHV DX[ SRLQWV GH FRQWDFW HW IDYRULVH FH EULV
2OGHFRS HW $ORQVR   /HV GpIRUPDWLRQV ORUV GH OD VDWXUDWLRQ GX PDWpULDX RQW pJDOHPHQW pWp
DWWULEXpHV SDU FHUWDLQV DXWHXUV j O¶HIIHW OXEULILDQW GH O¶HDX TXL SHUPHW GHV JOLVVHPHQWV j WUDYHUV OH
PDWpULDX SHUPHWWDQW DX[ SDUWLFXOHV G¶DWWHLQGUH XQH SRVLWLRQ SOXV VWDEOH %DXPDQ   ,O D
pJDOHPHQWpWpDYDQFpTXHO¶DUURVDJHVRXVSUHVVLRQGXUDQWODPLVHHQSODFHGLPLQXHODVpJUpJDWLRQHQ
SHUPHWWDQWDX[SHWLWHVSDUWLFXOHVGHSpQpWUHUGDQVOHPDWpULDX&HSHQGDQW7HU]DJKL  LQGLTXH
TXHO¶LQIOXHQFHGHFHPpFDQLVPHHVWOLPLWpHjXQHWUqVILQHFRXFKHSURFKHGHODVXUIDFH

/D ILJXUH  LOOXVWUH OH FDV GX EDUUDJH 9HQHPR HQ 1RUYqJH R O¶HQURFKHPHQW DYDLW XQ '  GH
PPHWpWDLWFRPSRVpGHJQHLVVJUDQLWLTXH3RXUODPDMHXUHSDUWLHGHO¶RXYUDJHO¶HQURFKHPHQWD
pWpPLVHQSODFHDUURVpHQOHYpHGHPG¶pSDLVVHXUHWDYHFSDVVHVGHURXOHDXYLEUDQWWRQQHV
3HQGDQWO¶KLYHUODPLVHHQSODFHGHO¶HQURFKHPHQWV¶HVWSRXUVXLYLHPDLVVDQVDUURVDJH3RXUSDOOLHU
jFHFKDQJHPHQWO¶pSDLVVHXUGHVOHYpHVDpWpUpGXLWHjPHWOHQRPEUHGHSDVVHVDpWpDXJPHQWpj
8QHSDUWLHGHO¶HQURFKHPHQWDpWpGpYHUVpVRLWDXSLHGDYDO¬ODVXLWHGHO¶KLYHUO¶HQURFKHPHQW
D pWp DUURVp SDU GHV WX\DX[ GpSRVpV VXU OH VRPPHW GH O¶RXYUDJH /¶HQURFKHPHQW PLV HQ SODFH
SHQGDQWKLYHUDVXELWGHIRUWVWDVVHPHQWVSHQGDQWFHPRXLOODJH/¶HQURFKHPHQWVRXVFHOXLPLVHQ



place pendant l’hiver a également tassé, probablement en raison de l’augmentation de la contrainte
verticale depuis la dernière mise en eau (Millagan and Coyne, 2005).

Hunter and Fell (2002) indiquent que l’arrosage est important lors du compactage de l’enrochement
si le roc des particules est susceptible de perdre de la résistance lors du mouillage et de se faire
briser par les rouleaux. Ils avancent qu’il est bénéfique si la résistance du roc est inférieure à
70 MPa ou s’il contient beaucoup de fines particules. Cependant, il a été montré que l’arrosage n’est
pas primordial lors du compactage pour des enrochements dont le roc a une très haute résistance et
qui n’est pas susceptible de s’affaiblir lors du mouillage (Cooke, 1993). Kjaernsli et al. (1992)
indiquent également que l’arrosage de l’enrochement est nécessaire lorsque le matériau a un fort
pourcentage de fines ou si le roc le composant perd de la résistance lorsque mouillé.

Figure 5-16 : Influence de l’eau sur la compressibilité de l’enrochement pendant la construction du


barrage Venemo (Kenney et Yam, 1978)

58
5.3 Facteurs externes

Des facteurs externes, tels que la géométrie de la vallée et la géométrie de l’ouvrage influencent le
comportement de l’enrochement (voir figure 5-17) et donc, doivent être considérés dans
l’évaluation des modules empirique et in situ. La géométrie de la vallée et de l’ouvrage peuvent
engendrer un effet de voûte, soit le report des contraintes d’une zone déformable vers des zones
adjacentes plus rigides (HQ, 1991). Cet effet est plus significatif lorsque la pente du contact entre
les zones plus rigides et moins rigides est raide. Dans l’axe amont-aval d’un barrage, cet effet est
souvent important et dans l’axe gauche-droite, il l’est moins, si les pentes des appuis sont
relativement faibles.

Figure 5-17 : Facteurs influençant les modules de déformation (facteurs externes en pointillés
rouges)

59
5.3.1 Géométrie de la vallée

Pinto et Marques Filho (1998) et Giudici et al. (2000) ont étudié l’effet de la géométrie de la vallée
sur les déformations de l’enrochement. Selon eux, l’effet de voûte produit par la vallée engendre
une augmentation des modules, particulièrement pour les vallées étroites ayant des appuis abrupts
(figure 5-18). La forme de la vallée peut être caractérisée par le facteur de forme SF qui est obtenu
par l’équation suivante :

SF = A/H2 éq 5.1

Où A est l’aire de la face amont (inclinée) en m2 et H, la hauteur de l’ouvrage de retenue en mètres.


Ainsi, un grand SF indique une vallée plus large. Si la vallée est large (SF > 4), elle a peu
d’influence sur le module de déformation (Dascal, 1987; Pinto et Marques Filho,1998).

Figure 5-18 : Module de déformation pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez, 1998)

Hunter et Fell (2002) ont étudié l’effet de la forme de la vallée sur les modules en modélisant
différentes géométries d’ouvrages fictifs et en faisant des analyses de différence finie 2D à l’aide du
logiciel FLAC. Une conclusion de leur étude est que l’effet d’arche est seulement significatif, c’est-
à-dire une réduction de la contrainte verticale supérieure à 20%, pour des vallées étroites où la
largeur de la rivière (voir figure 5-19) est inférieure à 30-40% de la hauteur du barrage et où les
pentes sont abruptes, généralement supérieures à environ 50 degrés. Cette influence est concentrée

60
dans le tiers ou la moitié inférieure de l’ouvrage. Si la largeur de la rivière est égale à environ la
moitié de la hauteur du barrage et si les appuis ont un angle supérieur à 45 degrés, il y aura une
réduction de la contrainte verticale de 10 à 20 % dans le tiers ou la moitié inférieure de l’ouvrage.
Un effet d’arche négligeable sera observé pour les barrages ayant une largeur de la rivière (figure
5-19) de la même dimension que la hauteur de l’ouvrage, et ce, peu importe les angles des appuis.

Figure 5-19 : Schéma illustrant la largeur de la rivière sur une coupe longitudinale

5.3.2 Géométrie de l’ouvrage

La géométrie de l’ouvrage aura une influence sur les modules de déformation. D’une part, dans le
cas simplifié d’un barrage homogène sur fondation rigide ayant un comportement élastique, les
contraintes verticales et latérales dans l’ouvrage sont fonction de la géométrie des pentes, de la
masse volumique et du coefficient de Poisson du remblai (Hunter et Fell, 2003). D’autre part, les
différentes compressibilités des zones d’un barrage zoné à noyau central engendrent une
redistribution des contraintes et contribuent à l’effet de voûte. Cette redistribution des contraintes a
été observée au barrage RO-2 lors de la modélisation de l’ouvrage à différents stades de
construction (voir section 8.4, figures 8-12 et 8-13). De façon générale, dans un barrage,
l’enrochement des recharges est plus compressible que le noyau et le noyau est plus compressible
que les matériaux de filtre et de transition.

La distribution des contraintes fait en sorte qu’une partie du poids du noyau est transférée aux zones
de filtre adjacentes. Cet effet de voûte fait en sorte que la contrainte verticale au noyau est diminuée
et est inférieure au poids des terres (Kjaernsli et al., 1992). Des résultats d’instrumentation et
61
d’analyse par élément fini ont montré que les conditions de contraintes et de cheminement de
contraintes sont influencées par la géométrie des zones de l’ouvrage (Charles, 1976).

L’analyse du comportement de 68 barrages en enrochement a indiqué que les tassements après


construction étaient seulement fonction de la hauteur de l’ouvrage (Clément, 1984). Cependant,
Sower et al. (1965) et Dascal (1987) ont indiqué qu’il y avait d’autres facteurs d’influence,
notamment la mise en place et l’effet la géométrie de la vallée. Hunter et Fell (2002) notent que
pour l’enrochement de carrière de très haute résistance, la hauteur de l’ouvrage de retenue semble
avoir une influence sur le module sécant, ce qui ne serait pas surprenant compte tenu de l’influence
des niveaux de contraintes sur les modules sécants. Cette corrélation n’est pas observée pour les
enrochements ayant une résistance moyenne à élevée.

5.4 Contraintes

Les essais de laboratoire sur l’enrochement montrent clairement l’influence de l’augmentation des
contraintes appliquées (déviatorique, confinement ou normale moyenne) sur les déformations de
l’enrochement. Lorsque les contraintes augmentent, le module diminue engendrant une relation
contraintes-déformation non linéaire (voir figure 3-2) (Hunter et Fell, 2002).

Dans un barrage en enrochement, il est difficile de voir cette influence des contraintes sur les
déformations puisqu’on ne connaît pas les contraintes de confinement σ 3 dans l’ouvrage
(Duncan,1996; Hunter et Fell, 2002). On connait seulement la contrainte verticale σ1 à partir du
calcul du poids des terres ou à partir des modélisations. Les contraintes de confinement σ3 en
laboratoire sont connues et indiquent une influence sur le comportement des sols.

62
6 Facteurs influençant le module de déformation et la
compressibilité de l’enrochement de l’aménagement RO-2

Les différents facteurs influençant le module de déformation et la compressibilité de l’enrochement


ont été présentés au chapitre 5. Au chapitre 6, l’influence de ces facteurs sur l’enrochement de
l’aménagement RO-2 sera discutée.

6.1 Propriétés intrinsèques

Les propriétés intrinsèques présentées dans cette section sont composées de propriétés de
l’enrochement, tel que la masse volumique, et de paramètres caractérisant le matériau, tel la
granulométrie, la forme des particules, la taille des particules et le type de roc composant les
particules. La section 6.1 élaborera sur l’influence de ces facteurs sur le module de déformation et la
compressibilité de l’enrochement de l’aménagement RO-2.

6.1.1 Granulométrie

Dans la revue de littérature (section 5.1.1), il a été vu qu’un enrochement ayant une granulométrie
uniforme sera plus compressible qu’un enrochement ayant une granulométrie étalée.

Les granulométries moyennes de différents matériaux utilisés au barrage RO-2 sont présentées à la
figure 6-1, soit les matériaux de zone 3M, 3N, 3O et 3P. Ces granulométries ont été réalisées sur les
matériaux qui avaient été mis en place et qui ont été excavés au barrage pour effectuer un contrôle
qualité. Ces courbes ne sont pas parallèles, mais le 80 % retenu des matériaux présente un certain
parallélisme. Cette observation devra être prise en compte lors de la comparaison du comportement
des différents matériaux du barrage.

Les courbes granulométriques des échantillons prélevés à RO-2 testés en laboratoires par
l’université Laval dans le but de déterminer le comportement des matériaux d’enrochement du site
du barrage sont également illustrées à la figure 6-1 (Konrad et Boisvert, 2010). Les courbes des
échantillons du laboratoire ne sont pas parallèles aux courbes des matériaux du barrage. Ces
matériaux sont beaucoup plus uniformes que ceux du barrage. Il est à noter que ces essais avaient
63
été faits avant la construction des ouvrages de Romaine-2. Puisqu’un enrochement ayant une
granulométrie uniforme sera plus compressible que celui ayant une granulométrie étalée (voir figure
5-2 et 5-3), il aurait été souhaitable que les courbes granulométriques des échantillons au laboratoire
soient parallèles à celles des matériaux terrain. Ceci explique en partie les différences entre les
modules obtenus en laboratoire et ceux obtenus au terrain présentés au tableau 4-3.

Figure 6-1 : Granulométrie des matériaux d’enrochement de l’aménagement Romaine-2 (Barrage,


remblais d’essai et essais de laboratoire)

La granulométrie théorique permettant d’atteindre la plus grande masse volumique possible pour
une énergie de compaction donnée est nommée la courbe de Fuller et est donnée par l’équation 6.1,

F = (d/Dmax)n éq. 6.1

où la valeur de n est un exposant inférieur à 1, Dmax est le diamètre maximal et d est le diamètre des
particules inférieures au Dmax (Nieto Gamboa, 2011). Dans la pratique, une valeur de n de 0,45 est
généralement utilisée. La courbe de Fuller est présentée aux figures 6-1 et 6-2. Les granulométries

64
des matériaux d’enrochement du barrage RO-2 sont très étalées et sont similaires à la courbe de
Fuller (voir figure 6-1).

Les courbes granulométriques des enrochements des recharges de RO-2 (3O et 3P) sont très
similaires à celles des recharges des grands ouvrages en enrochement d’Hydro-Québec (figure 6-2).
Il sera vu plus loin que la masse volumique et les modules de déformation pendant la construction
Erc de l’enrochement de RO-2 sont très grands par rapport à d’autres ouvrages en enrochement
(secton 6.1.4 et figure 6-8 respectivement). Ainsi, c’est surtout l’optimisation de la mise en place
faite lors des remblais d’essai sur l’enrochement de 2010 (discuté à la section 4.3) qui a permis
d’obtenir un enrochement plus dense et plus rigide à RO-2. Il est cependant intéressant de noter
qu’un seul ouvrage en enrochement d’Hydro-Québec présente une granulométrie très différente des
autres. Il s’agit d’Outardes-4 (voir figure 6-2). L’enrochement des recharges internes 3A est
dépourvu de particules inférieures à 76 mm (3 pouces). Ce cas sera ici discuté puisqu’il met en
évidence l’influence de la courbe granulométrique sur les déformations dans un barrage en
enrochement.

Figure 6-2 : Granulométrie des zones 3O et 3P du barrage RO-2, de l’enrochement du barrage


principal LG-2 et d’Outardes 4 et fuseau de l’enrochement du barrage de SM-3

65
L’effet bénéfique de l’étalement de la courbe granulométrique sur le comportement de
l’enrochement n’était pas connu lors de la conception du barrage Outardes-4. À cette époque, il était
pensé qu’enlever les particules fines d’un enrochement améliorait son comportement (Penman et
Charles, 1976). Cette pratique a été réalisée à Outardes-4 (HQ) dans le but de limiter les
déformations de l’enrochement. Ce barrage est composé de trois zones d’enrochement provenant de
la même source (anorthosite), soit :

 3A : Levée et Dmax de 75cm (30 pouces) tamisé, 6 passes de rouleau vibrant 10 t (9 t


métrique)
 3B : Levée et Dmax 120 cm (48 pouces), 4 passes rouleau vibrant 10 t (9 t métrique);
 3C : Enrochement en vrac plus grossier.

La coupe type du barrage 1 de l’aménagement Outardes-4 est présentée à la figure 6-3. La zone
composée d’enrochement 3A a été tamisée (tamis 3 pouces) préalablement à la mise en place afin
d’en retirer les plus petites particules. Ce tamisage a permis une récupération de 25% en volume de
particules de l’échantillon (Dumas et al., 1970; Hydro-Québec, 1969). La figure 6-3 présente
également les résultats des inclinomètres horizontaux et indique que la zone 3A a connu plus de
tassements que la zone 3B. De façon générale, lorsqu’aucun tamisage n’est réalisé, la zone ayant
l’enrochement le plus grossier (ici les 3B et 3C) sera celle qui indiquera un plus grand tassement.
Ainsi, cette expérience a montré qu’un enrochement plus uniforme, qui ne contient pas de particules
fines sera plus compressible. Plusieurs auteurs expliquent ce concept par le fait que cette uniformité
favoriserait le contact arête/arête des particules et par conséquent, le bris et le réarrangement des
particules (déformations) (Kjaernsli et al., 1992; Penman et Charles, 1976). Le phénomène
caractérisant le bris des particules dans un échantillon se nomme l’attrition. Il a été tenté de
déterminer si ce phénomène s’est produit à l’aménagement Romaine-2.

66
Figure 6-3 : Coupe type et déformation du barrage 1 de l’aménagement Outardes-4 mettant en
évidence les zones 3A et 3B

Il a été vu que les particules fines dans l’enrochement étalé diminuent la compressibilité de
l’enrochement. Cependant, un trop fort pourcentage de petites particules engendre un matériau qui
ne serait plus considéré comme de l’enrochement. En effet, la distinction entre remblai de terre et
enrochement en géotechnique est faite en considérant que l’enrochement est un matériau à libre
drainage dans lequel les pressions interstitielles ne peuvent se bâtir (Penman et Charles, 1976; Leps,
1973). Leps (1973) définit l’enrochement comme une agglomération non cohésive de roc naturel ou
concassé, dont la granulométrie consiste essentiellement en des particules dont le diamètre dépasse
13 mm (1/2 pouce) et qui n’inclue pas plus de 30% et, préférablement pas plus de 10% en poids de
particules passant le tamis no. 4 (4,75mm). Pour tenir compte de la variabilité de la granulométrie
de l’enrochement dans un barrage, notamment causé par la ségrégation lors de la mise en place, il
considère que si le pourcentage du matériau inférieur à 25 mm est égal ou supérieur à 30 %, les
vides sont remplis de particules fines et le matériau ne doit pas être considéré comme de
l’enrochement puisque l’écoulement ne sera plus turbulent, mais bien laminaire suivant la loi de
Darcy.

Même si l’enrochement des recharges internes et externes du barrage RO-2 (3O et 3P) au barrage
Romaine-2 contient une grande proportion de particules sableuses, il respecte toujours le critère
d’un matériau à libre drainage selon Leps (1973) (voir figure 6-4). Ainsi, le pourcentage élevé de
particules sableuses présent dans l’enrochement de Romaine-2 est favorable puisqu’il permet
l’obtention d’une plus haute masse volumique (moins compressible) tout en gardant ces propriétés
drainantes.

67
Figure 6-4 : Critère de libre drainage de Leps (1973) respecté par les matériaux 3O et 3P

6.1.1.1 Attrition
Il a été observé que les enrochements soumis à des augmentations de contrainte présentaient un
phénomène d’attrition, c’est-à-dire que le matériau contenait de plus fines particules à la suite d’un
chargement. Ces particules fines sont produites par le bris des particules. Le degré d’attrition est
influencé par la granulométrie, la résistance au bris des particules et le niveau de contrainte.

Les différentes courbes granulométriques de l’enrochement de l’aménagement Romaine-2 ont été


étudiées (barrage, remblais d’essai et essai de laboratoire) afin de déterminer si ces matériaux
avaient subi de l’attrition.

Les moyennes des granulométries obtenues à la carrière et au barrage à partir de l’excavation de


matériaux mis en place sont présentées à la figure 6-5. Seuls les matériaux des zones 3N et 3M sont
présentés puisqu’aucune granulométrie des matériaux 3O et 3P n’a été réalisée à la carrière. Ces
courbes ne montrent pas de tendances particulières quant à une possible modification de la

68
granulométrie après compactage. En effet, l’enrochement de la zone 3M présente plus de particules
fines dans le matériau analysé en carrière, ce qui est surprenant puisqu’on pourrait s’attendre à la
production de fines particules lors du compactage, et non l’inverse. Le matériau de la zone 3N
montre peu de différence avant et après compaction.

Des analyses granulométriques avant (carrière) et après compaction ont été réalisées aux remblais
d’essai sur l’enrochement de Romaine-2 (voir section 4.3 pour la description des remblais d’essai).
Les résultats de deux matériaux sont présentés à la figure 6-6, soit le 0-600 mm et le 0-900 mm. Ces
courbes indiquent une granulométrie légèrement plus fine après compaction et donc, une attrition.

Figure 6-5 : Granulométrie moyenne avant et après compaction pour les zones 3N et 3M du barrage

69
Figure 6-6 : Granulométrie moyenne avant et après compaction pour les matériaux 0-600 mm et 0-
900 mm des remblais d’essai

Les essais de laboratoire réalisés à l’université Laval sur l’enrochement de Romaine-2 ont montré
que les échantillons subissaient de l’attrition lors de la mise en charge (figure 6-7). Pour les
granulométries plus uniformes (figure 6-7, graphique de droite), l’attrition qui a été observée était
plus importante que pour la granulométrie médiane (figure 6-7, graphique de gauche). Il est
cependant à noter que les essais de laboratoire ont été amenés à des contraintes de 3 MPa alors
qu’au barrage, la contrainte maximale obtenue par une modélisation indique une contrainte
d’environ 2500 kPa, et ce, localisé à un endroit (partie centrale et inférieure du barrage) (voir figure
8-13 de la section 8.4). De façon générale, les contraintes dans l’ouvrage sont beaucoup plus faibles
que 3MPa. Aussi, la compressibilité de l’enrochement augmente avec l’augmentation de la taille
des particules (voir section 5.1.2). Ce comportement serait expliqué par la distribution statistique
des défectuosités dans la particule. Pour des particules ayant une même minéralogie et une
distribution homogène des défectuosités, une particule de plus grande taille aura plus de défauts
qu’une particule de petite taille. Ainsi, pour une même contrainte, la particule de plus grande taille
(ici, celles du barrage) aura une plus forte probabilité de bris (Nieto Gamboa, 2011).

70
Figure 6-7 : Courbe granulométrique des échantillons RO-2 avant (origine) et après (moyenne)
l’essai de compression (Konrad et Boisvert, 2010).

6.1.1.2 Influence de la granulométrie sur les modules Erc

Hunter et Fell (2002) indiquent que la taille des particules et la forme de la courbe granulométrique
influencent les déformations de l’enrochement. À l’aide de méthodes statistiques, ils ont démontré
que le D80 était le paramètre prédisant le mieux le module de déformation sécant à la fin de la
construction. La figure 6-8 illustre la relation entre les D80 et le module sécant pour deux types de
résistance de roc, soit moyenne à haute et très haute. Tel que discuté à la section 4, la résistance du
roc utilisé pour l’enrochement à l’aménagement Romaine-2 varie entre 110 et 230 MPa. Selon la
caractérisation de Hunter et Fell (2002), l’enrochement serait caractérisé comme ayant une très
haute résistance.

Les deux analyses granulométriques effectuées au barrage Romaine-2 sur l’enrochement de zone 3P
indiquent des D80 de 500 mm et de 800 mm (figure 6-1). Puisque l’échelle du D80 sur la figure
provenant de Hunter and Fell (2002) arrête à 450 mm, l’abscisse de la figure 6-8 a été prolongée
jusqu’à 700 mm afin de pouvoir présenter les résultats de l’enrochement de la zone 3P. L’équation
donnée sur cette figure pour un enrochement de très haute résistance sera utilisée pour obtenir le
module sécant et est mise en évidence par la couleur orange.

éq. 6.2

71
Figure 6-8 : Module de déformation sécant de la fin de construction au barrage Romaine-2 comparé
à la relation de Hunter et Fell (2002)

Pour un D80 de 500 mm, on obtient un Erc de 23 MPa et pour un D80 de 800 mm, on obtient un Erc
de 11 MPa (avec l’équation 6.2). Pour un D80 moyen de 650 mm, on obtient un Erc de 15 MPa (zone
3P). Cette valeur est illustrée sur la figure 6-8. La relation de Hunter et Fell (2002) pour les
enrochements ayant une haute résistance a été prolongée en pointillés oranges sur la figure 6-8 pour
pouvoir la comparer au module in situ obtenu pour le 3P. Cette prolongation a été réalisée puisque
les auteurs proposaient des corrections aux modules obtenus par l’équation 6.2 sur des
enrochements de plus grandes dimensions.

Les granulométries effectuées sur l’enrochement 3O du barrage RO-2 indiquent des D80 variant de
250 mm à 330 mm, donnant des Erc de 76 MPa et de 47 MPa respectivement en utilisant
l’équation 6.2. La moyenne des courbes donne un D80 d’environ 290 mm, donnant une valeur de Erc
de 58 MPa (voir figure 6-8).

Dans le cadre de la présente étude, les modules sécants obtenus à partir des inclinomètres du
barrage RO-2 sont comparés aux modules obtenus avec l’équation 6.2 et ont été ajoutés à la
figure 6-8. Cette figure illustre que les modules sécants en fin de construction (Erc) obtenus à partir
de l’instrumentation des zones 3O et 3P au barrage RO-2 (voir tableau 4-3) sont plus élevés que
ceux prédits par l’équation 6.2. Cependant, les modules des zones 3O et 3P montrent la même
72
tendance que ceux présentés par Hunter et Fell, c’est-à-dire que le module augmente lorsque le D80
baisse. L’enrochement de la zone 3N ne montre pas cette tendance. Le module sécant du 3N est
environ égal à celui du 3O. Il est à noter que les points de mesures du 3N dans le barrage étaient
soumis à plus de confinement. Le confinement diminue les modules de déformation (Hunter et Fell,
2002). L’équation donnée par Hunter et Fell pour déterminer le Erc des enrochements de haute
résistance a été extrapolée pour la zone 3N (D80 = 75 mm) et donne 584 MPa. Cette valeur est
considérée comme non représentative puisqu’elle est trop élevée.

L’équation 6.2 a été obtenue à partir de données provenant de barrage CFRD constitué
d’enrochement de zone 3A, mis en place en levée de 0,9 à 1,2 mètre, compacté par 4 à 6 passes
avec un compacteur vibrant de 10 tonnes et où l’enrochement était arrosé. Les points de mesure
ayant permis de déterminer les Erc des enrochements ayant une très haute résistance étaient soumis
à une contrainte verticale moyenne de 1400 kPa. Il est à noter que les données utilisées pour obtenir
l’équation 6.2 proviennent de mesures prises dans la partie inférieure de l’ouvrage (60% inférieur).

Afin de pouvoir utiliser l’équation 6.2 dans différentes conditions, Hunter et Fell (2002) proposent
des facteurs de correction. L’enrochement de Romaine-2 est similaire en plusieurs points à ceux
étudiés par Hunter et Fell (2002) mis à part pour trois paramètres :

 Les levées de l’enrochement 3P sont plus épaisses (1,8 m d’épaisseur). La correction


proposée consiste à appliquer un facteur de correction de 0,5 à la valeur de Erc obtenue avec
l’équation 6.2 pour des levées de 1,5 à 2 mètres. Ce facteur est basé sur les rapports de E rc
des zones 3A et 3B de 6 cas terrain.

 Les modules calculés à partir de l’instrumentation au barrage RO-2 n’étaient pas soumis à
une contrainte verticale de 1400 kPa. Une correction doit être faite pour tenir compte de la
relation non linéaire contraintes-déformation de l’enrochement si les contraintes au point
voulu ne sont pas celles à partir desquelles l’équation 6.2 a été développée (1400 kPa). La
correction proposée pour un enrochement ayant une très haute résistance consiste à
appliquer une correction linéaire de ±7,5% par 200kPa d’écart à la contrainte verticale de
1400 kPa au Erc estimé par l’équation 6.2 (applicable de 400 à 1600kPa). Une correction
positive est appliquée si la contrainte est plus basse et négative pour une contrainte plus
élevée. Au barrage Romaine-2, les modules « fin de construction » des matériaux des zones

73
3O et 3P ont été obtenus pour des contraintes verticales de 1000 kPa et de 800 kPa
respectivement.

 Les compacteurs utilisés au barrage Romaine-2 étaient d’environ 15 T contrairement à 10 T


pour l’équation 6.2. Cependant, les auteurs indiquent qu’une énergie de compaction plus
grande ne semble pas engendrer une différence de module, probablement parce que
l’utilisation de rouleau vibrant de taille plus importante (13 à 15 t poids statique) engendre
plus de particules à se briser et donc, une réduction du D80. Cette réduction est déjà prise en
compte dans l’équation.

Le tableau 6-1 présente les corrections relatives à l’épaisseur des levées et aux contraintes
effectuées sur les modules calculés avec l’équation 6.2. Les valeurs corrigées sont également
présentées à la figure 6-8 par des carrés vides (voir légende de la figure 6-8). Les corrections
n’améliorent pas la correspondance avec les modules obtenus à partir de l’instrumentation puisque
les valeurs corrigées sont très proches des valeurs non corrigées.

Tableau 6-1 : Corrections des valeurs de Erc pour les matériaux 3O et 3P

Facteur de
Erc équation Correction correction Erc équation
D80 moyen
6.2 contrainte épaisseur 6.2 corrigée
levée
(mm) (MPa) (%) (%) (MPa)
3O 290 59 + 15 - 68
3P 650 15 + 22,5 x 50 9

Il a été vu dans le présent chapitre que la courbe granulométrique a une influence importante sur les
déformations de l’enrochement. Ainsi, il serait intéressant de déterminer si cette courbe
granulométrique varie dans le barrage RO-2. Seules 2 analyses granulométriques ont été effectuées
sur les matériaux 3O et 3P au barrage RO-2. Pour pallier aux difficultés rencontrées au terrain lors
de la réalisation d’analyses granulométriques conventionnelles sur l’enrochement et au fait qu’elles
sont peu nombreuses, une méthode d’analyse d’images numériques a été testée pour l’évaluation de
la distribution granulométrique d’enrochement de grande dimension. Cette méthode visait à
74
connaître la distribution granulométrique de l’enrochement à travers le barrage Romaine-2 et sa
variabilité puisqu’elles influencent les propriétés de l’enrochement.
6.1.2 Taille des particules (Dmax)

Dans la revue de littérature (section 5.1.2), il a été vu qu’un enrochement ayant un D max plus grand
sera plus compressible qu’un enrochement ayant un Dmax inférieur.

La figure 6-9 montre les tassements mesurés au barrage RO-2 à la fin de la construction, avec les
inclinomètres horizontaux INH-01 et INH-02 en fonction de l’écart à l’axe. Il s’agit des tassements
cumulatifs survenus depuis l’installation des inclinomètres. Les tassements maximaux observés
dans la zone 3P sont d’environ 20 cm. Cette figure met en évidence l’influence de la granulométrie
et de la mise en place sur les tassements. En effet, les matériaux 3P (0-900 mm) montrent de plus
grands tassements que la zone 3O (0-600 mm). Ceci serait engendré par le plus grand Dmax du
matériau 3P par rapport à celui du 3O. Ces plus grands tassements seraient également engendrés par
l’effet de l’épaisseur de la levée qui sera discuté à la section 7.2.

Figure 6-9 : Tassements mesurés au PM 510 et 620 par les inclinomètres (Smith, 2014)

6.1.3 Forme des particules et type de roc

75
Tel que présenté dans la revue de littérature (section 5.1.3), de plus grandes déformations et de plus
faibles modules ont été observés pour les enrochements ayant des particules angulaires par rapport
aux enrochements ayant des particules subarrondies. De plus, plusieurs essais ont démontré que de
plus grandes déformations sont observées sur des matériaux d’enrochement dont les particules sont
composées de roc ayant une faible résistance par rapport à ceux dont les particules sont composées
de roc ayant une haute résistance.

Les enrochements utilisés pour la construction du barrage Romaine-2, des remblais d’essai et des
essais de laboratoire avaient tous des particules angulaires et étaient composés de roc ayant une très
haute résistance, soit d’un granite pour les remblais d’essai (Qualitas, 2011), et de monzonite et
monzonite quartzique pour le barrage (Consortium RSW/SNC, 2009). Les matériaux utilisés dans
les essais de laboratoire réalisés à l’université Laval provenaient également du site de
l’aménagement RO-2. Ainsi, l’influence de la forme des particules et du type de roc sur les
déformations n’a pas pu être évaluée à l’aménagement Romaine-2.

6.1.4 Masse volumique

Tel que présenté dans la revue de littérature (section 5.1.4), une augmentation de la masse
volumique d’un matériau engendre une plus faible compressibilité.

Des essais de masse volumique ont été réalisés sur l’enrochement compacté du barrage RO-2. Le
tableau 6-2 indique que les différents modules Erc obtenus pour les matériaux 3N, 3O et 3P
semblent correspondre aux variations de masse volumique entre les matériaux. Par exemple, le
matériau 3O à une masse volumique et un module Erc légèrement supérieurs à ceux du 3N, et le
matériau 3P a une masse volumique et un module Erc bien inférieurs à ceux du 3N et 3O. Les
masses volumiques et modules Erc obtenus au barrage sont très élevés en raison de la granulométrie
optimale de l’enrochement de RO-2 (qui est semblable à la courbe de Fuller) et des nouvelles
méthodes (pour Hydro-Québec) de mise en place adoptées pour ce projet.

Il est à noter que les valeurs des masses volumiques obtenues sont très grandes, particulièrement
celle de la zone 3O. Le calcul de la masse volumique pour les enrochements a possiblement été
surestimé en raison de la décompression des talus d’excavation à la suite de l’excavation des
matériaux. En effet, cette décompression engendre une réduction du volume de l’excavation et ainsi
une surestimation de la masse volumique (Bertram, 1973).
76
Tableau 6-2 : Masse volumique et module de déformation sécant en fin de construction Erc pour les
matériaux 3N, 3O et 3P (données tirées de Smith 2015)

Dimension Nombre de Masse Écart type de Module


maximale Épaisseur passe volumique la masse sécant fin de
Matériaux des des levées minimal de moyenne in volumique in construction
particules compaction situ situ (Erc)
(mm) (mm) (kg/m3) (kg/m3) (MPa)
Zone 3N 200 450 4 2328 ± 114 160
Zone 3O 600 900 8 2415 ± 45 165
Zone 3P 1200 1800 8 2100 ± 65 100

Les remblais d’essai de RO-2 ont indiqué que pour une même énergie de compactage, un
enrochement ayant un Dmax supérieur aura une masse volumique sèche inférieure, possiblement en
raison de la grande épaisseur des levées associée à un Dmax élevé qui engendre un moins bon
compactage que pour une levée plus mince. Cette tendance est observée au barrage entre les
matériaux de zone 3O et 3P.

Cependant, les matériaux de la zone 3N ont une masse volumique plus faible que celle de la zone
3O. Rappelons que la littérature indique qu’un matériau ayant une granulométrie étalée (ici le 3O)
est généralement moins compressible que des matériaux ayant une granulométrie moins étalée (ici
le 3N). Cet étalement permet l’obtention d’une plus haute masse volumique puisque les particules
de plus faibles dimensions remplissent les vides entre les plus grandes particules du matériau.
Aussi, la zone 3N a été compactée avec une moins grande énergie de compactage que la zone 3O,
ce qui pourrait engendrer un compactage et une masse volumique plus faible.

À titre de comparaison, la masse volumique obtenue dans un remblai d’essai sur l’enrochement
(0-900 mm) à l’aménagement LG2 était de 2100 kg/m³ (sans correction pour le foisonnement) et de
2082 à 2163 kg/m3 sur l’enrochement 0-750mm et 0-1200 mm au barrage Outardes-4 (sans
correction pour le foisonnement). La différence de ces masses volumiques avec les masses
volumiques du 3O et du 3P au barrage, soit 2415 kg/m³ et 2100 kg/m3 respectivement, s’explique
par la différence de mise en place. À l’époque, le Dmax était équivalent à l’épaisseur de la levée, un
77
rouleau donnant une moins grande énergie de compactage était utilisé et un moins grand nombre de
passes était effectué. En effet, pour un même poids statique, les rouleaux vibrants modernes sont
plus performants que ceux utilisés à l’époque en raison de l’amélioration des mécanismes constitués
de poids excentriques.

Les essais de laboratoire réalisés à l’université Laval sur l’enrochement de Romaine-2 ont
clairement mis en évidence la relation entre le module M et la masse volumique (Konrad et Boisvert
2010). Deux courbes granulométriques ont été testées, une un peu plus étalée (médiane) et l’autre
uniforme. Toutes deux avaient un Dmax de 25 mm. Les résultats sont présentés à la figure 6-10 et
indiquent une augmentation des modules M lors de l’augmentation de la masse volumique. La
ligne rouge passe à travers les résultats de l’essai fait sur l’échantillon ayant une courbe
granulométrique médiane et un enrochement sec. La courbe bleue passe à travers les autres
résultats, soit médiane-saturé, uniforme-sec et uniforme-saturé. À la figure 6-11, les modules Erc
obtenus au barrage (équivalents au module M) ont été présentés avec les données obtenues des
échantillons au laboratoire pour illustrer leur relation avec la masse volumique. Cette figure illustre
qu’un module M de l’enrochement (sec) de RO-2 ne peut pas être obtenue par extrapolation de la
droite passant par les essais sur les échantillons secs au laboratoire. Cela pourrait être en raison de la
plus grande uniformité des matériaux utilisés au laboratoire ou aux conditions du terrain pouvant
difficilement être reproduites en laboratoire. Cette figure supporte l’idée que les essais de
laboratoire comportent certaines limitations par rapport à leur représentativité.

Puisque la masse volumique est difficile à évaluer dans les enrochements en raison de la
décompression des parois dans l’excavation, rendant le trou plus petit et ainsi, surestimant sa valeur,
d’autres méthodes peuvent être utilisées pour évaluer la masse volumique, notamment des méthodes
comme le MMASW. Au barrage Romaine-2, deux campagnes de relevés MMASW ont été
réalisées, soit en 2012 et 2013. Les résultats de ces essais ont été analysés dans le présent mémoire.
Comme il s’agit d’une des trois contributions majeures de ce mémoire, un chapitre a été dédié à ce
sujet, soit le chapitre 8.

78
Figure 6-10: Relation entre le module de compression et la masse volumique au laboratoire (Konrad
et Boisvert, 2010).

Figure 6-11: Relation entre le module de compression et la masse volumique au laboratoire et au


terrain
79
6.2 Mise en place

Dans le cadre du présent mémoire, l’auteure a visité plusieurs fois le site du barrage RO-2 pendant
la construction. Plusieurs observations terrains ont été faites par rapport à la mise en place de
l’enrochement. Aussi, les remblais d’essai réalisés préalablement à la construction de RO-2 ont
également permis d’analyser l’influence de différents paramètres de la mise en place (Verret et al.,
2013). Puisque l’analyse de la mise en place constitue une des trois contributions majeures du
présent mémoire, un chapitre a été dédié à ce sujet, soit le chapitre 7.

6.3 Facteurs externes

Des facteurs externes, tels que la géométrie de la vallée et la géométrie de l’ouvrage influencent le
comportement de l’enrochement et donc, doivent être considérés dans l’évaluation des modules de
déformation.

6.3.1 Géométrie de la vallée

Tel que discuté dans la revue de littérature, selon Pinto et Marques Filho, l’effet de voûte produit
par la vallée engendre une augmentation des modules, particulièrement pour les vallées étroites
ayant des appuis abrupts. La figure 6-12 illustre le module pendant la construction en fonction de
l’indice des vides.

Les déformations pendant la construction d’un ACRD (RO-2) sont similaires à celles d’un CFRD
puisque les déformations sont causées par l’ajout de matériau et donc l’augmentation des
contraintes. Pour cette raison, les modules obtenus à partir des mesures des inclinomètres du
barrage RO-2 (ACRD) ont été placés pour comparaison sur la figure 6-12 de Pinto et Marquez Filho
(CFRD). Bien que le barrage RO-2 ait été construit dans une vallée large, les modules de RO-2 sont
beaucoup plus grands que ceux indiqués pour une vallée large (wide valley) sur cette figure. Ceci
est probablement causé par la granulométrie optimale (Fuller) et la mise en place efficace de
l’enrochement du barrage Romaine-2. Il est à noter que les indices des vides des enrochements 3O
et 3P indiqués sur cette figure sont possiblement surévalués puisqu’ils ont été calculés à partir des
masses volumiques in situ. Rappelons que ces masses volumiques étaient très grandes en raison du
foisonnement des parois d’excavation lors des essais.

80
Hunter et Fell (2002) ont étudié l’effet de la forme de la vallée sur les modules en modélisant
différentes géométries d’ouvrages fictifs et en faisant des analyses de différence finie 2D à l’aide du
logiciel FLAC. Leur étude a amené l’élaboration de critère pour lesquels l’effet de voûte est
significatif. Ces critères ont été présentés dans la revue de littérature (section 5.3.1). Selon ces
critères, l’effet de voûte au barrage RO-2 n’est pas significatif puisque la largeur du lit de la rivière
est environ de 50% la hauteur de l’ouvrage et la pente des appuis varie entre 20 et 35 degrés
(moyenne approximative de 25 degrés).

Figure 6-12 : Module de déformation pendant la construction en fonction de l’indice des vides
(Pinto et Filho Marquez, 1998)

6.3.2 Géométrie de l’ouvrage

De façon générale, dans un barrage, l’enrochement des recharges est plus compressible que le
noyau et le noyau est plus compressible que les matériaux de filtre et de transition. Ce phénomène a
été observé en partie au barrage RO-2. En effet, selon les modules obtenus à partir de
l’instrumentation (chapitre 4), les matériaux de transition 3N étaient moins compressibles que la
recharge de matériau 3P. Cependant, le matériau de recharge 3O était aussi rigide que le 3N.

81
Tel que discuté dans la revue de littérature à la section 5.3.2, plusieurs auteurs ont indiqué que la
hauteur de l’ouvrage influençait les déformations. Les tassements mesurés par les bornes BO-07
(amont) et BO-08 (aval), installés sur le barrage RO-2 vis-à-vis la section ayant la hauteur
maximale, ont été comparés à différentes figures issues de la littérature. La localisation de ces deux
bornes est illustrée à la figure 6-13.

Kjaernsli et al. (1992) proposent une relation empirique entre les déformations et la hauteur de
l’ouvrage pour les barrages à noyau central mis en place en levées compactées. Elle indique que les
déformations augmentent en fonction de la hauteur (figure 6-14). Les tassements mesurés par la
borne BO-07 au barrage RO-2 sont présentés sur cette figure à titre comparatif. La mesure de RO-2
se retrouve dans l’intervalle de la mise en eau sur cette figure (1. filling of rés.). La valeur de RO-2
correspond aux tassements 2,22 ans après la fin de la construction et 1,25 an suivant la fin de la
mise en eau. Ainsi, la valeur de RO-2 indique un enrochement particulièrement rigide comparé à
ceux utilisés pour faire cette figure.

Figure 6-13 : Localisation des bornes BO-07 et BO-08 sur le barrage RO-2

82
Figure 6-14 : Tassements en fonction de la hauteur et du temps pour des barrages en enrochement
mis en place en levées compactées (adapté de Kjaernsli et al., 1992)

La figure 6-15 illustre les tassements en crête postconstruction en fonction du temps pour plusieurs
barrages de type CFRD construit avec un enrochement ayant une très haute résistance (Hunter et
Fell, 2002). Même si les comportements des CFRD et des ACRD (RO-2) sont différents pendant la
mise en eau (voir section 3.3.3.2), les tassements mesurés au barrage RO-2 ont été ajoutés sur cette
figure à titre comparatif. Il est à noter que la date de la fin de la construction a été posée comme
étant la date de première lecture des bornes.

Les tassements mesurés au barrage RO-2 indiquent que les tassements amont (BO-07) sont
nettement supérieurs à ceux aval (BO-08). Les taux de tassements pendant la mise en eau mesurés à
l’amont sont supérieurs à ceux des CFRD. Ceci était attendu puisque l’enrochement d’un ACRD
(RO-2) est complètement mouillé lors de la mise en eau contrairement au CFRD, où le poids de
l’eau est appliqué sur le masque amont et les charges sont transférées à l’enrochement. Pour les
barrages zonés, les pressions de l’eau sont transférées sur le noyau et sur les fondations (voir figure
3-10 schémas 2 et 4). Aussi, contrairement au CFRD, puisque l’enrochement est mouillé, des
déformations d’effondrement se produisent dans la recharge amont (voir figure 3-10, schéma 1)
(Wilson, 1973). Sur la figure 6-15, les taux de déformation observés au barrage RO-2 avant et après

83
la mise en eau sont similaires à ceux observés pour les CFRD ayant un enrochement de haute
résistance.

Figure 6-15 : Tassements de la crête post-construction en fonction du temps pour des CFRD
construits avec un enrochement ayant une très haute résistance, comparés aux tassements du barrage
RO-2 (Adapté de Hunter et Fell, 2002)

La figure 6-16 présente le tassement mesuré par la borne BO-07 au barrage RO-2, 2,22 ans après la
fin de la construction comparée aux valeurs de tassement maximums de différents ouvrages dans les
5 premières années suivant la construction. Dascal (1987) a suggéré que les déformations sont
généralement complétées en trois ans ou moins suivant la fin de la construction, pour ensuite avoir
un taux de déformation annuel très faible d’environ 0,02 %H. La valeur du barrage RO-2 se
compare bien aux valeurs présentées sur la figure 6-16 pour les barrages à noyau central ayant un
enrochement dur et sain (Central core – Hard, Sound Rockfill).

84
Figure 6-16 : Tassements au barrage RO-2 comparés aux tassements maximums dans des barrages
en enrochement survenus dans les 5 premières années suivant la construction (Adapté de Milligan et
Coyne, 2005)

Il est à noter que des modélisations des contraintes dans le barrage RO-2, ont été réalisés dans le
cadre de ce mémoire (elles seront présentées plus en détails plus tard aux figures 8-12 et 8-13 de la
section 8-4) et ont montré un effet de voûte dans l’axe amont-aval de l’ouvrage.

6.4 Contraintes

À la section 5.4 de la revue de littérature, il a été vu que lorsque les contraintes augmentent, le
module de déformation diminue engendrant une relation contraintes-déformation non linéaire. (voir
figure 3-2).

Au barrage RO-2, la modélisation de l’ouvrage avec un modèle linéaire a donné de bons résultats
(Smith, 2015). Ceci est probablement en raison des faibles déformations de l’enrochement. À de
telles déformations, la relation contraintes déformations des matériaux en laboratoire montre une
courbe s’approchant d’une relation linéaire.

Pour conclure, dans le chapitre 6, il a été vu que l’enrochement du barrage RO-2 a de grands
modules Erc en raison de sa granulométrie étalée, de sa grande masse volumique et de la grande
85
résistance du roc constituant ses particules. La géométrie de l’ouvrage fait en sorte qu’il n’y a pas
d’effet de voûte dans l’axe gauche-droite, car les pentes des appuis sont relativement faibles.
Cependant, un effet de voûte est observé dans l’axe amont-aval. Ainsi, puisque les propriétés de
l’enrochement influencent sa compressibilité, il serait intéressant de déterminer si ces propriétés
varient dans le barrage RO-2.

Les chapitres 7, 8 et 9 évaluent la variabilité de certaines propriétés de l’enrochement dans le


barrage RO-2 et constituent en les trois contributions principales du présent mémoire. Tout d’abord,
les observations terrains pendant la mise en place seront décrites et analysées au chapitre 7 afin de
conclure si une variabilité de l’enrochement a été observée visuellement au barrage RO-2. Une
présentation des faits saillants des résultats des remblais d’essais sur l’enrochement de RO-2 (Verret
et al., 2013) sera aussi faite dans ce chapitre dans le but de commenter la mise en place. Ensuite, au
chapitre 8, les résultats des essais MMASW qui ont été réalisés au barrage RO-2 pour évaluer la
variation de la masse volumique seront présentés et analysés. Pour finir, dans le cadre de ce
mémoire, une méthode d’analyse d’image a été utilisée pour évaluer la variabilité de la
granulométrie de l’enrochement de RO-2 et sera présentée au chapitre 9.

86
7 Discussion sur la mise en place - Observations terrains et faits
saillants des remblais d’essai

L’analyse des observations terrains réalisées au site du barrage RO-2 pendant la construction
constitue la première contribution principale de ce mémoire. Cette analyse est présentée à la section
7.1 ci-dessous. Ensuite, à la section 7.2, les faits saillants des résultats des remblais d’essai seront
donnés (Verret et al., 2013). Ces remblais d’essai réalisés préalablement à la construction de RO-2
ont permis d’analyser l’influence de différents paramètres de la mise en place sur la compressibilité
de l’enrochement.

7.1 Observations terrains

La mise en place de l’enrochement a été observée lors de plusieurs visites au chantier Romaine-2
pendant la construction du barrage en 2012.

L’enrochement a été mis en place en levées selon les étapes suivantes :


 Étape 1 : le matériau est déchargé par le camion sur le bord de la levée (image en haut à
gauche sur figure la 7-1 et figure 7-2);
 Étape 2 : le matériau est ensuite poussé par une pelle au bout de la levée (image en haut à
droite sur la figure 7-1 et résultat de cette étape à la figure 7-3);
 Étape 3 : la portion ajoutée à la levée est ensuite compactée par 8 passes d’un rouleau
vibrant d’environ 15 t (figure 7-4). Il est à noter que, par endroits, le matériau subissait plus
de 8 passes de compaction puisque les passes se chevauchaient de 25%.

Ces étapes générales de la mise en place de l’enrochement de RO-2 correspondent aux règles de
l’art (Penman, 1982). La figure 7-1 illustre la ségrégation de l’enrochement lors du déversement par
le camion sur la levée (en haut à gauche) et lors de la prolongation de la levée avec l’enrochement
déposé sur la levée (en haut à droite). Cette figure indique également qu’il se produit une
ségrégation verticale, et que l’enrochement à la surface de la levée est plus dense que celui en
profondeur. Cette figure indique également que la masse volumique du sol sec (pd) varie dans la
levée (échantillons A,B et C).

87
2-3 m ring
A B C

.5M Top 2.1 2.2 2.25


Average 2.0 2.1 2.15
.5M
Bottom 1.9 2.0 2.05

TEST PIT DENSITY (SP. GR.=2.65)

Figure 7-1 : Ségrégation de l’enrochement (Cooke, 1997)

Figure 7-2 : Étape 1 de la mise en place – déversement de l’enrochement sur la levée qui est
prolongée

88
Figure 7-3 : Résultats de l’étape 2 de la mise en place

Figure 7-4 : Compacteur utilisé pour compacter les levées (étape 3 de la mise en place) (Verret,
2011)

89
7.1.1 Endroits observés

Puisque la mise en place des matériaux se fait en levées, les surfaces visibles d’enrochement sont le
plus souvent situées au bout et sur le dessus des levées. Des excavations sont réalisées dans
l’enrochement pour effectuer un contrôle de qualité ou l’installation d’instruments. Ces excavations
permettent d’observer des surfaces d’enrochement compacté à travers différentes levées. Les
excavations observées au chantier lors des visites seront décrites dans la présente section.

L'excavation de la tranchée nécessaire à l'installation de l'inclinomètre horizontal INH-02 était en


cours lors d’une visite au chantier (figure 7-5). Cet inclinomètre est installé au PM 620 à une
élévation de 171,1 m, de la zone 3N à l'extrémité aval de l'ouvrage. Une partie de l'excavation,
située à proximité du noyau, était complétée et l'installation de l'inclinomètre y était amorcée. Une
deuxième partie n'avait pas commencé à être excavée. L'excavation de la troisième partie, située à
l'extrémité aval était en cours. La figure 7-5 montre une vue globale de cette tranchée. Cette
tranchée a permis d'observer la granulométrie des matériaux des zones 3N, 3O et 3P après
compaction. La figure 7-6 illustre une section représentative du matériau de zone 3O compacté,
située sur le talus de l'excavation. L'échelle est donnée par le bâton orange mesurant 0,9 m.

Figure 7-5 : Barrage Romaine-2 – Vue globale de la partie aval de l'ouvrage et de l'excavation de
l'inclinomètre INH-02
90
Figure 7-6 : Barrage Romaine-2 – Vue du talus de la tranchée de l'inclinomètre INH-02 (zone 3O)

Les matériaux de zone 3O excavés ont été placés à proximité de la tranchée (figure 7-7). Il a été
remarqué que, lors de l'empilement des matériaux excavés, les plus gros blocs se retrouvaient à la
surface de la pile (figure 7-8).

Pile de matériaux
3O excavés

Figure 7-7 : Barrage Romaine-2 – Tranchée de l'inclinomètre INH-02 et pile de matériaux excavés
– vue vers l’aval

91
Blocs de plus grandes
dimensions en surface

Figure 7-8 : Barrage Romaine-2 – Distribution des blocs dans la pile de matériaux de zone 3O
excavés

Lors d’une visite, une excavation d'enrochement de zone 3P a été effectuée afin de réaliser une
granulométrie (figure 7-9). Cette excavation s'étendait environ du PM 607 au PM 612 et de l'écart à
l'axe - 64 m à - 69 m. Son point bas était situé approximativement à la cote 175,5 m. Plusieurs
autres tranchées d’exploration ont été effectuées pour observer le contact entre les matériaux
d’enrochement. Ces tranchées seront présentées plus loin dans ce chapitre.

Figure 7-9 : Barrage Romaine-2 – Excavation amont dans l'enrochement (zone 3P)

92
Le dessus des levées a également pu être observé et constitue la plus grande superficie de surface
d’enrochement au chantier (voir figure 7-10). Cependant, en raison du compactage, une forte
concentration de fines particules se trouvait en surface et il n’était pas possible d’observer les autres
particules composant l’enrochement (figure 7-11).

Figure 7-10 : Vues des levées d’enrochement lors de la construction du barrage RO2 avec le dessus
des levées mises en évidence en rouge, et le noyau en bleu

Figure 7-11 : Dessus d’une levée des matériaux d’enrochement 3O

93
7.1.2 Comparaison visuelle des endroits observés

Les extrémités des levées des matériaux de zones 3O et 3P ont été photographiées afin de comparer
visuellement leurs granulométries à celles observées dans les excavations. Les figures 7-12 et 7-13
illustrent ces comparaisons pour les matériaux de zones 3O et 3P respectivement. Il est à noter que
les échelles de toutes les photographies d'une même figure ont été ajustées pour être les mêmes à
partir des bâtons orange de 0,9 m au bas des talus.

Lors des visites au chantier, il a été remarqué que les extrémités des levées semblent contenir une
forte proportion de particules de grandes dimensions. Il est à noter que le talus de l'extrémité des
levées n'est pas compacté. Lors de l'ajout de matériau pour prolonger la couche, ces blocs seront
compactés. Plusieurs photographies d'extrémité de couche sont montrées aux figures 7-12 et 7-13
afin d'illustrer la variabilité granulométrique observée sur le terrain. Ces deux figures montrent
également que les talus d’excavation montrent un enrochement ayant une granulométrie étant
beaucoup plus étalée. Le dessus des levées n’y est cependant par montré puisque, tel qu’illustré à la
figure 7-11, ces surfaces sont recouvertes de particules fines qui empêchent de distinguer les autres
particules. Ainsi, les talus d’excavation semblent être la face la plus représentative du massif
d’enrochement (photo 4 sur figure la 7-12 et photos 5 et 6 sur la figure 7-13).

Figure 7-12 : Comparaison de l'enrochement de zone 3O à l'extrémité des couches et dans les
excavations

94
Figure 7-13 : Comparaison de l'enrochement de zone 3P à l'extrémité des couches et dans les
excavations

95
7.1.3 Ségrégation

La granulométrie des matériaux d’enrochement dans un barrage présente une ségrégation en raison
de la variabilité de la production du matériau en carrière et de leur mise en place (Leps, 1973;
Terzaghi, 1960). La ségrégation engendre une variabilité des matériaux dans le barrage et même
dans une levée, et par conséquent, une variabilité de la granulométrie, de la masse volumique, et des
modules de déformations (Hunter et Fell, 2002). Par exemple, les zones qui auraient moins de
particules fines auraient une granulométrie moins étalée et donc, des modules de déformation plus
faibles (Marsal, 1973). En effet, les contraintes appliquées aux arêtes d’un bloc seront plus grandes
s’il repose en un point sur un autre bloc que si une matrice fine l’entoure. (Matheson, 1986;
Penman, 1982; Penman et Charles, 1976). Terzaghi (1960) indique que lors du placement de
l’enrochement en levées épaisses, les plus fines particules se concentrent au haut de la levée et les
particules plus grossières, au bas de la levée. Les différences entre les distributions
granulométriques des différentes surfaces observées au terrain et discutées à la section 7.1.2
peuvent être expliquées par la ségrégation des particules.

Au bout des levées :


Pendant la construction, lors du déchargement de l’enrochement par les camions sur les levées, il a
été observé que les particules de plus grandes dimensions ont tendance à se déplacer plus loin à
cause de leur plus grand poids. La même chose se produit lorsque l’enrochement est poussé au bout
de la levée (voir figure 7-14). Ce phénomène fait en sorte que la surface observée au bout des levés
présente une plus forte concentration de particules de grandes dimensions (figures 7-12, 7-13 et
7-14). Très peu de particules de petites dimensions y sont observées. Il est à noter que le devis
utilisé pour la construction du barrage spécifiait d’enlever les blocs non conformes avant de
prolonger les levées. Lors des inspections au barrage RO-2, il n’était pas connu si ces blocs avaient
été enlevés ou non.

96
Figure 7-14 : Schéma illustrant la ségrégation due à la mise en place.

La figure 7-15 montre l’excavation requise pour l’installation d’un inclinomètre horizontal. Dans le
bas de l’excavation, au droit du bâton orange, une concentration de particules de grandes
dimensions est observée. Cette concentration correspond probablement à la fin d’une levée. Le talus
de l’excavation sur la même photo ne montre pas d’importante concentration de particules de
grandes dimensions. Les particules y semblent assez bien réparties.

Figure 7-15 : Barrage Romaine-2 – Vue globale du talus situé du côté rive droite de la tranchée de
l'inclinomètre INH-02 (partie aval de la tranchée (zone 3P))

97
Dessus des levées :
Une couche de faible épaisseur ayant une très forte concentration de particules fines a été observée
sur le dessus des levées (voir figure 7-11 et 7-14). D’une part, cette couche est causée par une
ségrégation engendrée par la mise en place, d’autre part, par le compactage dynamique qui
engendre le bris de particules en surface. Plusieurs auteurs mentionnent cette couche de faible
épaisseur au haut de la levée (Leps, 1973; Terzaghi, 1960).

Entre les matériaux :


La figure 7-16 montre une ségrégation entre les matériaux 3M et 3N. Il est probable que cette
ségrégation soit causée par le même phénomène que celui observé pour le bout des levées. Les
matériaux près du noyau (3M) sont mis en place en premier et ensuite, le matériau plus grossier
(3N) est déchargé du camion et amené proche du noyau. Les particules plus grossières ayant plus
d’énergie tombent à l’avant de la pile lors du déchargement du matériau de la zone 3N et sont
amenées contre le matériau 3N lorsque poussées par la pelle. Ceci expliquerait la ségrégation
observée au contact entre les matériaux.

Figure 7-16 : Contact 3N et 3M ségrégation horizontale observée entre les matériaux.

Les figures 7-17 et 7-18 illustrent des tranchées d’exploration réalisées au contact des matériaux 3N
et 3O aux PM 0+535 et 0+663 du barrage. La figure 7-19 montre le contact entre les matériaux de
98
zone 3N et 3M au barrage au PM 0+602. Ces photos montrent un effet d’interface en forme
de dents de scie indiquant un changement progressif entre les matériaux. Elles indiquent que les
matériaux 3N empiètent sur les matériaux de zone 3O de 400 à 700 mm et que les matériaux 3M
empiètent sur les matériaux 3N de 200 à 350 mm. Ces figures montrent que les dents de scie sont
de plus grandes dimensions au contact des matériaux plus grossiers, probablement à cause de la plus
grande dimension des particules et de la plus grande épaisseur des levées. Ces figures permettent,
par endroits, d’observer la mince couche de particules plus fines au haut de la levée engendrée par
la compaction. Elles mettent également en évidence la différence d’apparence entre le dessus et
l’intérieur de la levée.

Figure 7-17 : Contact 3N (0-200 mm) et 3O (0-600mm) - tranchée d’exploration au PM 0+535 du


barrage RO-2 au contact 3N/3O pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012)

99
Figure 7-18 : Contact 3N (0-200 mm) et 3O (0-600mm) - tranchée d’exploration au PM 0+663 du
barrage RO-2 au contact 3N/3O pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012)

Figure 7-19 : Contact 3M (0-200) et 3N (0-200) - tranchée d’exploration au PM 0+602 du barrage


RO-2 au contact 3N/3M pour le suivi qualitatif de l’enrochement (Qualitas, 2012)

100
Tel que discuté au chapitre 6, la figure 6-9 montre les tassements mesurés au barrage RO-2 à la fin
de la construction, avec les inclinomètres horizontaux INH-01 et INH-02 en fonction de l’écart à
l’axe. Cette figure montre que les tassements différentiels entre les zones 3O et 3P semblent être
progressifs, probablement à cause de l’effet d’interface entre les matériaux, tel qu’observé dans les
tranchées.

En général, les tranchées d’inspection n’ont pas montré de vides entre les particules. Elles ont plutôt
montré que les particules fines du matériau occupaient les vides, et ce, à travers les différentes
partie de la levée. Certains auteurs consultés (Matheson et Parent, 1989) ont indiqué que de tels
vides pouvaient être observés dans le bas des levées et ce, pour un enrochement ayant un Dmax, une
énergie de compactage et un nombre de passes similaires à l’enrochement de zone 3O du barrage
Romaine-2, soit de 600 mm , 10 à 14t et de 10 passes respectivement. Rappelons que des rouleaux
d’environ 15 t ont été utilisés (8 passes) à Romaine-2. Par contre, tout comme à Romaine-2, ces
auteurs ont observé une couche de faible épaisseur ayant de plus petites particules au haut de la
levée.

7.2 Remblais d’essais

7.2.1 Compactage

Dans la revue de la littérature (section 5.2), il a été vu qu’une augmentation du nombre de passes et
du poids du compacteur améliorait la compaction. L’analyse des résultats des remblais d’essai RO-2
(présentés à la section 4.3) a clairement démontré que l’augmentation du nombre de passes de
rouleau sur la levée et du poids du compacteur améliorait la compaction. Cependant, le tassement
ajouté par chaque passe additionnelle diminue. Ainsi, les résultats des remblais d’essais RO-2
corrobore les informations trouvées dans la littérature.

Au remblai d’essai RO-2, les différents essais réalisés ont indiqué une augmentation de la rigidité
de 25%, lors d’une augmentation du nombre de passes (8 vs 4) (Verret et al., 2013).

L’influence de l’énergie de compactage a été évaluée par les planches 1 et 2. Ces deux planches
présentaient les mêmes caractéristiques, mis à part le poids du compacteur. La planche 1 a été
compactée avec un rouleau 10 T et la planche 2 avec un rouleau 16 T. La planche 2 a présenté plus
101
de tassements. Cependant, l’augmentation du nombre de passes (8 vs 4) a engendré une plus grande
différence de tassement que l’augmentation du poids du compacteur (16t vs 10t).

Les modules obtenus à partir des différents essais indiquent une augmentation de la rigidité de 20 %
lors de l’augmentation du poids du compacteur (16,3T vs 10T).

La figure 7-20 compare les profils des Vs1 obtenus par les essais MMASW des planches 1, 2 et 3 où
l'enrochement et les levées étaient les mêmes (0-900 mm, levées 900 mm), mais où l'énergie de
compactage variait :

 Planche 1 : 4 passes avec un rouleau de 10 t (en bleu sur la figure 7-20)


 Planche 2 : 4 passes avec un rouleau de 16,3 t (en rouge sur la figure 7-20)
 Planche 3 : 8 passes avec un rouleau de 16,3 t (en vert sur la figure 7-20)

Figure 7-20 : Comparaison des profils Vs1 après construction, planches 1,2 et 3 (à gauche) et
pendant la construction pour la planche 3 (à droite) (Qualitas, 2011)

Le graphique à gauche de la figure 7-20 illustre que le nombre de passes influence de façon
évidente la masse volumique, puisque le profil de vitesse de la planche 3 est nettement supérieur
aux deux autres.

102
Le graphique de gauche à la figure 7-20 illustre également que les levées inférieures sont
compactées lors du compactage des levées sus-jacentes. En effet, malgré le fait que les 4 levées ont
été compactées avec la même énergie, les vitesses normalisées augmentent avec la profondeur. La
différence entre les vitesses de la levée 1 et de la levée 4 augmente avec l'augmentation de l'énergie
de compactage.

Il a été noté que la profondeur d’influence de compactage avec un rouleau 10 t était de 1,7 m et
celle avec un rouleau de 16,3 t était de 2,7 mètres. Ainsi, le rouleau 16 t compacte plus
profondément les matériaux (Verret et al., 2013).

Adikari et al. (1988) ont avancé qu’un rouleau 13 t et 8 passes ne suffit pas pour compacter à une
profondeur supérieure à 1,6 mètre (pour un enrochement 0-800 mm). Or, la planche 1 (enrochement
0-900 mm) des remblais d’essai a montré de telles profondeurs d’influence, soit 1,7 m pour une
énergie de compactage et un nombre de passes inférieurs (10t et 4 passes). Le compactage par
vibration a un effet optimal à une certaine profondeur qui dépend du poids du rouleau et du
matériau compacté (Kjaernsli et al., 1992).

7.2.2 Hauteur des levées

Au barrage Romaine-2, des tassements plus importants ont été mesurés par les inclinomètres pour
l’enrochement 3P que pour l’enrochement 3O (voir figure 6-9 au chapitre 6). Ceci pourrait être
causé par la plus grande épaisseur des levées de l’enrochement 3P. En effet, puisque la même
énergie de compactage a été utilisée sur les enrochements 3O et 3P, il est probable que la levée plus
épaisse a atteint une masse volumique inférieure.

7.2.3 Arrosage

Aux remblais d’essai RO-2, les résultats des différents essais ont montré que pour deux planches
ayant les mêmes caractéristiques, les planches arrosées ont montré moins de tassements lors du
compactage et des modules après compactage étant de 10 % supérieurs aux planches n’ayant pas été
arrosées. Les résultats des remblais d’essai sont contraires à ceux attendus.

103
Rappelons que la saturation de l’enrochement augmente la compressibilité de l’enrochement lors de
la mise en place et diminue la compressibilité finale du massif d’enrochement, particulièrement lors
de la mise en eau (Kjaernsli et al., 1992; Sowers et al., 1965).

Ainsi, les résultats des remblais d’essai impliquent que les matériaux arrosés ont été mis en place
selon un arrangement plus dense (Verret et al., 2013). En effet, certains auteurs ont remarqué que
l’arrosage sous pression permettait aux petites particules de se loger entre les plus grandes
particules et permettait ainsi un arrangement plus dense des particules.

L’arrosage n’a pas été retenu pour la construction du barrage Romaine-2. Toutefois, un arrosage
était fait pendant la mise en place de l’enrochement pour contrôler la poussière dans l’air.
Rappelons cependant que le roc constituant l’enrochement à l’aménagement Romaine-2 a une très
haute résistance et que plusieurs auteurs ont indiqué que l’arrosage sur un tel matériau n’était pas
nécessaire. En effet, l’arrosage sur un enrochement ayant une haute résistance n’engendrerait pas
une augmentation des bris des particules et des déformations pendant la compaction (Cooke 1993,
Hunter et Fell, 2002).

7.2.4 Conclusion remblais d’essai

Ainsi, les remblais d’essai ont permis de statuer qu’un enrochement plus rigide était obtenu si un
compacteur 16,3 T était utilisé et si 8 passes de compactage étaient réalisées. Il n’a pas été possible
de déterminer l’influence du Dmax pour une épaisseur constante de 900 mm puisque les matériaux
3O (0-600 mm) et 3D (0-900m) étaient très similaires. Toutefois, les essais de masse volumique ont
montré que la masse volumique augmentait pour des matériaux ayant une distribution
granulométrique plus fine. Les résultats des remblais d’essai ont également montré que l’influence
de l’arrosage était peu significative dans un enrochement et une mise en place similaires à ceux du
barrage RO-2.

À partir des différents essais, il a été conclu que l’enrochement 3O (0-600 mm) mis en place selon
la méthode du NGI était de 21 à 100 % plus rigide que l’enrochement 3D (0-900) mis en place
selon la pratique d’HQ. Pour les recharges externes, l’enrochement de la planche représentant la
pratique du NGI (planche 4 : 3P (0-1200mm), Hlevée 1800 mm, 16,3 t et 8 passes) était de 40% plus
rigide que l’enrochement de la planche représentant la pratique d’HQ (planche 5 : 3E (0-1800mm),
Hlevée 1800 mm, 16,3 t et 4 passes) (Verret et al., 2013).
104
À la lumière de ces résultats, les pratiques du NGI ont été utilisées pour la construction du barrage
Romaine-2, mis à part l’arrosage de l’enrochement. Ainsi, les pratiques de mise en place d’Hydro-
Québec ont été optimisées pour la construction des ouvrages en remblai de l’aménagement RO-2
par rapport aux autres grands ouvrages en enrochement, soit SM3, LG2 et Outardes 4. Le poids du
compacteur et le nombre de passes ont été augmentés. Aussi, pour un même poids statique, les
rouleaux modernes sont plus performants que ceux utilisés à l’époque. De plus, le ratio Dmax/Hlevée a
été amené à 2/3 au lieu de 1. Cette optimisation de la mise en place a permis de diminuer les
tassements et d’augmenter les modules de déformation au barrage Romaine-2.

Le fait marquant des remblais d’essai fut qu’il a été observé que la première levée continuait à être
compactée lors du compactage des levées sus-jacentes, et ce, particulièrement pour des énergies de
compactage élevée (exemple, planche 3 : voir figure 7-20 à droite). En effet, la vitesse de la
première levée obtenue par les essais augmentait entre le relevé sur la levée 1 (bas de la planche) et
le relevé sur la levée 4 (haut de la planche). Le graphique à droite de la figure 7-20 montre
également que la masse volumique du sol a augmenté entre l’essai avant compaction (PL3-L4-NC,
en orange sur la figure 7-20) et après compaction (PL3-L4-C, en rose sur la figure 7-20), soit un
comportement normal engendré par le compactage.

105
8 MMASW

Au chapitre 5, il a été vu que la masse volumique de l’enrochement influence sa compressibilité.


Ainsi, il serait intéressant de déterminer si la masse volumique varie dans le barrage RO-2. Tel que
présenté à la section 6.1.4, la masse volumique in situ est difficile à évaluer dans les enrochements
en raison de la décompression des parois dans l’excavation, rendant le trou plus petit et ainsi,
surestimant sa valeur. Ainsi, d’autres méthodes peuvent être utilisées in situ pour évaluer la masse
volumique, notamment des méthodes comme le MMASW. Au barrage Romaine-2, deux campagnes
de relevés MMASW ont été réalisées, soit en 2012 et 2013. Les résultats de ces essais ont été
analysés dans le présent mémoire. Cette analyse constitue la deuxième contribution principale de ce
mémoire et sera présentée dans les sections 8.1 à 8.4 ci-dessous.

8.1 Description méthode

Un relevé MMASW (Multi-Modal Analysis of Surface Waves) consiste à obtenir un profil de


vitesse de propagation des ondes dans le sol (Vs). La valeur de Vs est fonction de la rigidité du
matériau selon la relation suivante, où Gmax est le module de cisaillement dans le domaine élastique,
et ρ la masse volumique :

Gmax = ρVs2 éq. 8.1

Ainsi, Vs dépend de l’indice des vides ou de la compacité ainsi que de la contrainte effective de
confinement, et ce, pour un matériau donné. Cependant, pour une compacité et un confinement
semblables, les Vs obtenus pour un matériau ayant des particules de grandes dimensions seront plus
élevés que pour un matériau ayant de plus petites particules.

Un profil Vs est obtenu (Vs en fonction de la profondeur) à partir d’un train d’ondes de surface
généré par un impact. Cet impact est causé par la chute d’un marteau d’un certain poids à partir
d’une certaine hauteur de chute. La propagation des ondes est mesurée à partir de capteurs installés
sur la surface du terrain (Geowave, 2013 et 2014).

106
Le premier traitement à effectuer sur les signaux consiste à exprimer la vitesse de l'onde de surface
en fonction de sa longueur d'onde. Le profil de Vs est obtenu à partir de cette relation, appelée
courbe de dispersion, par un processus d'inversion.

Étant donné que les méthodes conventionnelles utilisées pour évaluer la compacité des matériaux
granulaires sont difficiles à réaliser dans l'enrochement, la méthode MMASW s'avère être un choix
intéressant. Cette méthode se distingue des autres méthodes utilisant les ondes de surface par le fait
qu'elle isole les différents modes de l'onde de surface, ce qui améliore l'interprétation et l'exactitude
des résultats.

Le Gmax et le Vs sont des propriétés dynamiques à faibles déformations essentielles dans les études
parasismiques, notamment pour évaluer la période naturelle d’un dépôt de sol, déterminer le spectre
de réponse en tenant compte de l’effet du sol, réaliser l’étude de l’amplification et de l’atténuation
et évaluer des paramètres reliés aux problèmes d’interaction sol-structure (Karray, 2011). Au
barrage RO-2, les essais MMASW ont été réalisés afin d’évaluer la variabilité de la masse
volumique dans le barrage puisque les vitesses de cisaillement sont fonction de la masse volumique.

8.2 Relevés à l’aménagement Romaine-2

Dans le but de caractériser les enrochements des recharges du barrage Romaine-2, deux campagnes
de relevés MMASW y ont été réalisées par la compagnie Geowave. Cette compagnie a développé
les essais MMASW et les algorithmes nécessaires au traitement des données recueillies. Cette
compagnie réalise les essais, traite les données et fournies des profils de Vs en fonction de la
profondeur. La première campagne de relevés MMASW a été réalisée du 20 novembre au 6
décembre 2012 alors que le remblai était à la cote 214 m. La deuxième campagne de relevés a eu
lieu à la fin de la construction, soit du 8 au 11 novembre 2013. Il est à noter que dans le cadre de
cette maîtrise, l’étudiante a supervisé les essais de 2012 au site, notamment dans le choix de
l’emplacement des relevés. Ces relevés avaient pour but d’évaluer l’efficacité du compactage et la
variation de la masse volumique de l’enrochement à partir des vitesses de propagations des ondes
de cisaillement (Vs) obtenues par les relevés. Les figures 8-1 à 8-3 montrent la réalisation des
relevés lors de la campagne de 2012. Lors des essais, le compactage des matériaux était arrêté afin
de ne pas nuire à leur réalisation.

107
Figure 8-1 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012

Figure 8-2 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012

108
Figure 8-3 : Relevés MMASW au barrage Romaine-2 lors de la campagne de 2012 (marteau)

À la Romaine-2, le train d'ondes a été produit par un impact généré avec un marteau de 63,5 kg
avec une hauteur de chute de 1,8 m. Les signaux générés par l'onde d’impact étaient mesurés par
seize capteurs disposés à 1 m les uns des autres. L'onde a été générée à 16 m du premier capteur. En
raison de la rigidité élevée des matériaux testés, le profil de vitesse a pu être obtenu jusqu’à une
profondeur de 63 m. Un profil de vitesse a été établi à tous les 2 mètres de distance. Les capteurs
utilisés étaient des accéléromètres de type PCB d'une fréquence de résonance de 5 kHz.

Une deuxième méthode a été utilisée pour obtenir le train d’onde, soit l’utilisation d’un marteau de
15 kg avec une hauteur de chute maximale de 1,5 m et des capteurs à tous les 0,2 m (voir
figure-8-2). Elle a seulement été réalisée dans la première campagne de relevés en 2012. Cette
deuxième méthode visait à reproduire la procédure utilisée aux remblais d’essai de 2010. Cette
dernière a permis d’obtenir des profils allant jusqu’à 13 m de profondeur et à tous les 0,8 m.

Il est à noter que chaque profil de Vs obtenu représente les conditions moyennes à l’intérieur d’un
volume de sol sous les capteurs et non seulement celles au droit des capteurs (voir figure 8-4). La
figure 8-4 montre une vue schématique simplifiée de ce volume de sol approximatif évalué par les

109
profils Vs. Il est à noter que les ondes ayant une plus grande longueur d’onde déforment (faible
déformation élastique) le sol sous les capteurs sur une plus grande profondeur, et englobent donc un
plus grand volume. D’autre part, les ondes ayant de plus petites longueurs d’onde caractérisent
davantage les sols près de la surface. Il est donc difficile d’affirmer avec précision le volume
englobé par une analyse. De plus, pour une même configuration d’essai, le volumique englobé n’est
pas unique. Ce volume dépend également de la stratigraphie, c’est-à-dire la rigidité (Vs), la masse
volumique et le coefficient de Poisson de chacune des couches.

Figure 8-4 : Vue schématique simplifiée du volume de sol approximatif évalué par les profils V s

Le programme d’essais de 2012 pour le barrage Romaine-2 consistait en quatre lignes parallèles à
l’axe (deux du côté amont et deux du côté aval), à deux lignes transversales, ainsi qu’à de courtes
lignes vis-à-vis les essais de plaques selon la méthode visant à reproduire la procédure utilisée au
remblai d’essai (voir figure 8-5). Le programme d’essais de 2013 a consisté en une seule ligne de
relevé réalisée sur le chemin d’accès à la crête du côté aval de l’ouvrage (figure 8-6).

110
Figure 8-5 : Lignes MMASW réalisées au barrage Romaine-2 en 2012 (Geowave, 2013)

Figure 8-6 : Ligne MMASW réalisée au barrage Romaine-2 en 2013

111
8.3 Résultats des relevés

Les données recueillies au terrain ont été traitées par la compagnie Geowave et présentées dans
deux rapports (Geowave, 2013 et 2014). Les résultats sont assez semblables pour toutes les lignes
de relevés. Les résultats ont montré que les Vs1 obtenus par les deux méthodes (marteau 15 kg ou
63,5 kg) étaient équivalents. Les profils ont aussi montré que les vitesses obtenues pour
l’enrochement amont étaient légèrement supérieures à celles obtenues pour l’enrochement aval.

Les profils y sont présentés en fonction de Vs mais aussi en fonction de Vs1, soit Vs normalisé pour
une contrainte effective verticale (σ’v) de 100 kPa par la relation suivante :

Vs1 = Vs (100/ σ’v)0,25 éq. 8.2

Un poids volumique de 22 kN/m3 a été considéré pour le calcul de σ’v. Le but de la normalisation
est de pouvoir comparer des matériaux présents à différentes profondeurs. Un profil type de vitesse
Vs est illustré à la figure 8-7 par la ligne pleine et un profil type normalisé Vs1, par la ligne
pointillée. À partir de maintenant, seules les vitesses normalisées (Vs1) seront discutées.

Figure 8-7 : Profil de vitesses type

112
8.4 Analyse des profils de vitesses obtenus

Dans la présente section, les profils disponibles dans les rapports de Géowave (2013, 2014) ont été
utilisés pour réaliser différentes analyses.

Les profils de vitesse obtenus par la méthode MMASW montraient tous une plus faible vitesse en
surface, une augmentation de vitesse dans les premiers mètres et une vitesse constante en
profondeur (voir figure 8-7). La différence entre la vitesse en surface et en profondeur a été
nommée Vs1 dans ce mémoire et est indiquée sur le profil type de la figure 8-7.

L’augmentation de vitesse Vs1 dans les premiers mètres indique que la levée en surface est moins
dense que celles en profondeur, puisque la vitesse de cisaillement est fonction de la masse
volumique. Cette augmentation serait causée par le fait que les levées sous-jacentes continuent à
être compactées lors de la compaction des levées sus-jacentes.

Il a donc été décidé de comparer les profils des relevés de 2012 et de 2013 afin d’établir s’il existe
deux profils de vitesse ayant été obtenus pour le même point métrique et le même écart à l’axe,
mais à différents niveaux. Deux profils superposés permettraient de déterminer si la couche moins
dense en surface a été densifiée par l’ajout de matériau, et ce, en comparant les vitesses normalisées
de 2012 et de 2013 de la couche en surface (avancement 2012). Rappelons que les relevés de 2012
et de 2013 ont été faits à des cotes différentes.

Deux points ont été mesurés à la fois en 2012 et en 2013 et sont présentés à la figure 8-8
(intersections A et B). Les intersections A et B ont été illustrées sur une vue en coupe au PM 575 à
la figure 8-9. La zone grise sur cette figure indique l’avancement de la construction lors des essais
MMASW de 2012. Il est à noter que l’intersection A (PM 639) est projetée sur cette coupe.
L’intersection B se trouve au PM 575. La figure 8-9 illustre que l’intersection A est au-dessus de la
zone de matériaux 3O. L’intersection B est au-dessus de la zone 3P et 3O, mais en majorité au-
dessus de la zone 3O. La zone 3P se situe entre les élévations 210 et 225 m sous l’intersection B.

113
Figure 8-8 : Lignes de relevés de 2012 et de 2013 et intersections des relevés A et B (adapté de
Géowave, 2014)

Figure 8-9 : Intersection A et B sur une vue en coupe au PM 575

Les profils de 2012 et 2013 ont été comparés pour les intersections A et B et sont présentés aux
figures 8-10 et 8-11. La figure 8-10 (intersection A) indique que la levée supérieure de 2012 s’est
densifiée lors de la mise en place de matériaux additionnels puisque les vitesses à l’élévation 214 m
ont augmenté entre les relevés de 2012 et de 2013 pour atteindre la vitesse qui était observée en

114
profondeur en 2012. La figure 8-10 n’indique pas une augmentation des vitesses en profondeur
entre 2012 et 2013. Ainsi, le sol ne semble pas s’être densifié en profondeur.

La figure 8-11 (intersection B) illustre également que la levée en surface de 2012 a été densifiée,
mais présente une légère augmentation des vitesses par rapport aux vitesses obtenues en profondeur
en 2012, soit d’environ 20 m/s. Ainsi, les sols pourraient s’être densifiés entre 2012 et 2013. Les
données de tassements provenant des inclinomètres qui ont été présentées au chapitre 6 (figure 6-9)
indiquent que les matériaux de zones 3P (adjacents au relevé MMASW) ont plus tassé que les
matériaux de zones 3O, ce qui corroborerait les données obtenues des essais MMASW, puisque les
tassements augmentent la densité du sol. Rappelons que l’essai MMASW évalue les caractéristiques
d’un volume de sol causé par la propagation des ondes dans le sol (voir figure 8-4), et non
seulement du sol au droit du profil. Ainsi, il est possible que la ligne de relevé passant par le point B
ait mesuré les propriétés de la zone 3P, même si la zone 3P n’est pas continue sous cette ligne de
relevé.

Il est à noter que sur la figure 8-11, il n’y a pas de changements significatifs de vitesse entre les
élévations 210 et 225 m, où se trouvent des matériaux de la zone 3P (voir figure 8-9).

Figure 8-10 : Profils de 2012 et 2013 au point d’intersection A

115
Figure 8-11 : Profils de 2012 et 2013 au point d’intersection B

Rappelons que les Vs ont été normalisés par la compagnie Geowave pour une contrainte effective
verticale (σ’v) de 100 kPa par la relation donnée par l’équation 8.2. Un poids volumique (γ) de
22 kN/m3 a été considéré pour le calcul de σ’v, où H est l’épaisseur de remblai au-dessus de
l’élévation du Vs normalisé :

σ’v = γH éq. 8.3

La distribution des contraintes dans un ouvrage en remblai est influencée par la géométrie de
l’ouvrage et de ses zones, ainsi que par les matériaux le composant. La valeur de σ’v n’est pas
toujours égale à γH (Hunter et Fell, 2002; Kjaernsli et al., 1992).

Ainsi, dans le cadre de cette maîtrise, nous avons voulu vérifier si l’utilisation des contraintes
réelles dans l’ouvrage influençait la normalisation des profils Vs en profils Vs1.

Ainsi, le barrage Romaine-2 a été modélisé dans le logiciel Sigma de Geostudio afin d’obtenir la
distribution des contraintes dans l’ouvrage, et ce, avec les poids volumiques calculés à partir des
masses volumiques mesurées in situ et présentées au tableau 6-2 de la section 6.1.4. Ensuite, les

116
profils de Vs ont été normalisés avec les valeurs de σ’v obtenues par la modélisation pour obtenir un
profil Vs1. Les figures 8-12 et 8-13 illustrent la distribution des contraintes obtenues par les
modélisations pour une élévation du remblai à 214 m, correspondant à l’avancement des travaux
lors de la première campagne de relevés MMASW en 2012 et pour l’ouvrage complété,
correspondant à l’avancement des travaux lors de la deuxième campagne de relevés MMASW en
2013.

La figure 8-14 présente les profils Vs1 (où σ’v = γH) et Vs1 obtenu avec un σ’v provenant de la
modélisation pour les points d’intersection A et B respectivement (écart à l’axe de 16 m (A) et de
29 m (B)). Ces deux figures indiquent que les profils V s1 obtenus avec des σ’v issus de la
modélisation sont similaires à ceux obtenus par la relation donnée par l’équation 8.3. Ainsi, la
normalisation du profil Vs avec un σ’v = γH est une simplification adéquate et les profils normalisés
avec un tel σ’v seront utilisés dans le reste du chapitre.

Figure 8-12 : Modélisation de la distribution des contraintes pour une élévation du remblai à 214 m
(relevé MMASW 2012)

117
Figure 8-13 : Modélisation de la distribution des contraintes pour l’ouvrage complété (relevé
MMASW 2013)

Figure 8-14 : Profils Vs, Vs1 (où, σ’v = γH) et Vs1 obtenu avec un σ’v provenant de la modélisation
pour les points d’intersection A et B

118
Dans le cadre de ce mémoire, il a été décidé d’évaluer la différence entre les Vs1 mesurées en
surface et en profondeur afin de quantifier le différentiel de vitesse. Ce dernier est une indication du
différentiel de masse volumique.

La première étape fut de relever sur les profils de vitesses les valeurs de V s1 en surface et en
profondeur (valeur constante qui ne varie pas avec la profondeur) sur les profils fournis par
Geowave. Cette tâche a été réalisée pour tous les profils obtenus avec la méthode 1 en 2012
(marteau de 63,5 kg et hauteur de chute de 1,8 m), soit sur 104 profils du matériau de la zone 3O et
sur 97 profils du matériau de la zone 3P. La différence entre ces valeurs donne le Δ Vs1. Les
résultats sont présentés aux tableaux 8-1 et 8-2.

Les Vs1 moyens obtenus pour le 3O étaient de 299 ± 27 m/s en surface, de 360 ± 16 m/s en
profondeur et la différence entre ces valeurs (Δ Vs1) était de 61 ± 21 m/s. Aux remblais d’essai, les
vitesses obtenues en surface et en profondeur pour le matériau 3O mis en place dans les mêmes
conditions qu’au barrage étaient d’environ 270 m/s et de 360 m/s respectivement (planche 7). Ces
valeurs sont similaires à celles obtenues au barrage.

Pour le matériau de zone 3P, les Vs1 moyens obtenus étaient de 252 ± 12 m/s en surface, de 317 ±
10 m/s en profondeur et la différence entre ces valeurs (Δ Vs1) était de 65 ± 11 m/s. Les vitesses
obtenues aux remblais d’essai pour le matériau 3P (planche 4) mis en place dans les mêmes
conditions que le 3P du barrage étaient d’environ 265 m/s en surface et de 310 m/s en profondeur.
Ces valeurs sont également similaires à celles obtenues au barrage.

Cette analyse des profils a donc indiqué que les vitesses obtenues pour le matériau 3P sont
légèrement inférieures à celles obtenues pour le matériau 3O et que les valeurs de Δ Vs1 obtenues
pour les matériaux 3O et 3P sont très proches.

La plupart des profils montrent des vitesses légèrement supérieures à la base des profils vers
l’élévation 150 m. Il est probable que ces plus fortes vitesses soient engendrées par la présence du
socle rocheux qui se trouve aux environs de l’élévation 140 m au centre de la vallée. Il y a peut-être
aussi un effet du confinement plus important en profondeur.

Les rapports des Vs1 en profondeur sur les Vs1 en surface ont été évalués et présentés aux
tableaux 8-1 et 8-2. Ces rapports sont de 1,20 pour le 3O et de 1,26 pour le 3P. Ainsi, il est clair

119
que la masse volumique de l’enrochement augmente avec la profondeur. Rappelons que la rigidité
des sols est fonction de leur masse volumique. Cette différence de masse volumique entre les
matériaux en surface et en profondeur indique que les essais permettant de caractériser la rigidité du
sol qui sont réalisés en surface, notamment les essais de plaque, les méthodes par compacteur muni
d’accéléromètres et les essais FWD sous-estimeraient la rigidité. Puisqu’il a été démontré que la
couche supérieure se densifie lors de l’ajout de matériau, ces essais seraient seulement valables pour
la couche supérieure à un moment donné et ne représenteraient pas les caractéristiques du massif
d’enrochement après la construction.

Tableau 8-1 : Vs1 obtenus pour le matériau 3O (provient de 104 profils)

Vs1 surface Vs1 profondeur Vs1 profondeur /


Zone Ligne* Δ Vs1**
(m/s)** (m/s)** Vs1surface **

3O BP12M 315 ± 28 369 ± 14 55 ± 23 1,17


3O BP16V 288 ± 20 356 ± 12 68 ± 18 1,24
3O BT575M 281 ± 27 351 ± 11 69 ± 20 1,25
3O BT175V 290 ± 14 335 ± 11 44 ± 5 1,16
3O Toutes 299 ± 27 360 ± 16 61 ± 21 1,20
* Voir Figure 8-5
** Voir Figure 8-7

Tableau 8-2 : Vs1 obtenus pour le matériau 3P (provient de 97 profils)

Vs1 surface Vs1 profondeur Vs1 profondeur /


Zone Ligne* Δ Vs1**
(m/s)** (m/s)** Vs1surface**
3P BP40 M 255 ± 12 321 ± 11 66 ± 11 1,26
3P BP38V 251 ± 10 312 ± 7 62 ± 9 1,24
3P BT575M 248 ± 18 326 ± 5 77 ± 14 1,31
3P Toutes 252 ± 12 317 ± 10 65 ± 11 1,26
* Voir Figure 8-5
** Voir Figure 8-7

Bien que les vitesses observées en surface soient plus faibles que celle observées en profondeur,
elles sont quand même relativement élevées et indiquent la présence de matériaux denses. Pour des
120
fins de comparaison, les Vs1 obtenues en profondeur pour les matériaux 3O et 3P et leur indice des
vides ont été indiqués sur la figure 8-15 présentant des valeurs issues de la littérature. Pour les
matériaux 3O et 3P, les Vs1 et leurs incertitudes proviennent des valeurs moyennes des tableaux 8-1
et 8-2 et les indices des vides (e) et leurs incertitudes ont été calculés à partir des masses
volumiques in situ (pd) (e = ps/pd-1, où ps = 2700 kg/m3). Ce graphique indique que les vitesses
obtenues au barrage Romaine-2 sont élevées et ces vitesses traduisent la présence d’un enrochement
dense. Il est à noter que les valeurs du 3O sont en dehors de valeurs présentées par la littérature en
raison de son indice des vides très faible. Cette valeur est faible en raison de la grande masse
volumique in situ. Rappelons qu’il a été indiqué au début de la présente section que les masses
volumiques avaient possiblement été surestimées à cause de la décompression des parois lors de
l’excavation.

Figure 8-15 : Variation de Vs1 en fonction de l’indice des vides (Adaptée de Hussien et Karray,
2016)

Les profils des intersections A et B ont été étudiés afin de déterminer à partir de quelle profondeur
la vitesse de surface cesse d’augmenter et atteint la vitesse constante en profondeur. La figure 8-16
illustre le rapport Vs1 profondeur / Vs1surface en fonction de la profondeur. Les profils de 2013 semblent
121
atteindre la vitesse maximale à environ 5 m et les profils de 2012 vers 14 mètres de profondeur. Les
autres profils des deux campagnes de relevés ont été étudiés et la même tendance a été observée.
Les profils de 2013 indiquent une profondeur d’augmentation d’environ 5 m et les profils de 2012
indiquent une profondeur d’augmentation variant entre environ 8 et 14 mètres. La profondeur
d’augmentation aux remblais d’essai était plutôt d’environ 2-3 mètres. La différence de profondeur
d’augmentation entre les relevés des remblais d’essai et ceux au barrage de 2012 et de 2013 n’est
pas expliquée. Cependant, il est possible que la très faible épaisseur d’enrochement aux remblais
d’essai et la proximité du roc aient engendré un certain confinement de l’enrochement et une
meilleure compaction. Aussi, il faut rappeler que les relevés de 2013 au barrage ont été fait sur le
chemin d’accès, qui a connu un fort achalandage par de la machinerie lourde pendant la
construction. Il est possible que cela ait influencé le haut des profils de vitesses en raison du poids
important des camions chargés (environ 100 T au total) et du nombre de passage considérable de cet
équipement sur la route d’accès.

Figure 8-16 : Vs1 profondeur / Vs1surface en fonction de la profondeur pour les points A et B

En dernier lieu, il est apparu intéressant de déterminer si le changement de matériaux pouvait être
détecté à partir des profils de vitesses. Les profils de la figure 8-11 n’ont pas montré des variations
122
de vitesse lors d’un changement de matériaux (de 3O à 3P). Cependant, le profil moyen des vitesses
de la ligne de relevé parallèle à l’axe à un écart à l’axe de 38 m à l’aval (BP38V) (voir figure 8-17
et 8-18 partie gauche) montre une augmentation des vitesses lorsqu’on passe du matériau 3P à 3O,
soit aux environs de l’élévation 187 m.

Toutefois, le profil de la ligne réalisée à 40 m à l’amont (BP40M) montre également cette


augmentation, même si il n’y a pas de changement de matériaux (3P/3O) à cet écart à l’axe (voir
figure 8-17 et 8-18 partie droite). Ceci est expliqué par le fait que les relevés MMASW évaluent les
propriétés d’un volume et non seulement d’un plan sous le relevé. Puisque le matériau 3O se
rapproche de l’écart à l’axe - 40 m lorsque la profondeur augmente, passant d’une distance de 20 m
en surface à 10 m en profondeur, il est possible que le relevé évalue également les propriétés du
matériau de zone 3O en profondeur. De plus, les ondes de surface requises pour atteindre une
grande profondeur ont de plus grandes longueurs d'onde et donc, englobent un plus grand volume
(plus large) que celles utilisées pour évaluer les caractéristiques en surface, ce qui corroborerait
cette hypothèse.

Les deux dernières valeurs au bas des profils montrées sur les graphiques de la figure 8-18
indiquant une plus haute augmentation seraient engendrées par la proximité du roc et non par le
matériau 3O.

Figure 8-17 : Ligne de relevé parallèle à l’écart à l’axe 38 m

123
Figure 8-18 : Profil moyen obtenu de la ligne de relevé parallèle à l’écart à l’axe 38 m (adapté de
Geowave, 2013)

Il a été démontré que la normalisation du profil V s avec un σ’v = γH est une simplification adéquate
puisque la normalisation avec un σ’v obtenu à partir de la modélisation tenant compte de la
distribution des contraintes a donné des résultats très similaires.

Il est à noter que les vitesses obtenues au barrage indiquent des matériaux très denses et que les
vitesses obtenues pour le 3O étaient légèrement supérieures à celles du 3P. Finalement, ce chapitre
a montré qu’il a été possible de détecter le changement de matériau à partir d’un profil de vitesse.

L’étude des profils de vitesses a montré que les vitesses normalisées étaient constantes en
profondeur et variaient peu. Ceci indiquerait une faible variabilité de la masse volumique dans le
barrage. Cependant, rappelons que de la ségrégation a été observée au barrage lors de la
construction, ce qui laisserait croire à une variabilité de la masse volumique plus grande que celle
observée par les essais MMASW. Deux hypothèses pourraient expliquées ces observations : la mise
en place de remblai sus-jacent efface les effets possibles de la ségrégation sur la masse volumique

124
et/ou, puisque les essais MMASW évaluent les propriétés d’un volume de sol, les effets locaux de la
ségrégation sur la masse volumique ne sont pas détectés par les essais MMASW.

Finalement, la superposition des relevés des intersections A et B a démontré que la levée en


surface est densifiée lors de la mise en place de levées subséquentes et atteint éventuellement les
vitesses obtenues en profondeur. Le rapport entre les vitesses en surface et en profondeur sont de
1,20 et de 1,26 pour les matériaux 3O et 3P respectivement. Cette démonstration indique que les
essais permettant de caractériser la rigidité du sol qui sont réalisés en surface sous-estimeraient la
rigidité et que ces essais seraient seulement valables pour la couche supérieure à un moment donné
avant l’ajout de matériaux additionnels.

125
9 Analyse d’image

Au chapitre 5, il a été vu que l’uniformité de la courbe granulométrique de l’enrochement influence


sa compressibilité. Ainsi, il serait intéressant de déterminer si cette dernière varie dans le barrage
RO-2.

Tel que mentionné à la section 4.2, l’évaluation de la granulométrie des enrochements est difficile à
réaliser au terrain compte tenu de la grande taille des particules et du grand volume à excaver afin
que l’échantillon soit représentatif (Bertram, 1973). Ainsi, peu d’analyses granulométriques ont été
réalisées pendant la construction du barrage Romaine-2. Au barrage RO-2, seules 3 analyses
granulométriques ont été réalisées sur les matériaux de la zone 3O et 2 sur les matériaux de la zone
3P. Ainsi, ces analyses ne permettent pas d’évaluer la variabilité de la granulométrie dans
l’ouvrage.

Pour pallier aux difficultés rencontrées au terrain lors de la réalisation d’analyses granulométriques
conventionnelles sur l’enrochement et au fait qu’elles sont peu nombreuses, une méthode d’analyse
d’images numériques a été testée pour l’évaluation de la distribution granulométrique
d’enrochement de grande dimension. Cette méthode visait à connaître la distribution
granulométrique de l’enrochement à travers le barrage Romaine-2 et sa variabilité. Cette analyse
constitue la troisième contribution principale de ce mémoire et sera présentée dans les sections 9.1 à
9.7 ci-dessous.

La méthode d’analyse d’image a d’abord été testée en laboratoire à l’Université Laval (Yuan, 2011a
et 2011b). Dans le cadre de la présente étude, cette méthode a été essayée sur un seuil déversant afin
de vérifier son applicabilité au terrain et finalement, elle a été utilisée au site du barrage Romaine-2
en construction pour évaluer la granulométrie de l’enrochement compacté. Au site du seuil
déversant, il fallait déterminer la granulométrie de la surface du seuil afin de savoir si la taille
(masse) des particules était suffisante pour résister à la force d’écoulement.

9.1 Stéréologie et choix des sections analysées

L’analyse d’image utilise le concept de la stéréologie. La stéréologie évalue les propriétés 3D d’un
volume à partir de sections 2D. Si le matériau analysé est homogène, n’importe quelle section 2D

126
est représentative du matériau et ainsi, donne de bons résultats. Si le matériau est hétérogène,
différentes sections peuvent être utilisées pour donner un portait global du matériau. Ces sections
doivent être choisies judicieusement pour donner de bons résultats.

Pour le seuil déversant, ce choix de section 2D n’était pas un enjeu puisque seule la surface du
seuil était visible. De plus, on voulait seulement déterminer la granulométrie des particules en
surface puisque ce sont ces particules qui résistent aux forces de l’eau qui se déverse par-dessus le
seuil.

Dans le cas du barrage Romaine-2 en construction, cette représentativité d’image était importante
puisque les propriétés de la totalité de la masse d’enrochement étaient recherchées. Tel que discuté
dans la section 7.1.3, l’enrochement est un matériau hétérogène. Une ségrégation des particules a
été observée lors de la mise en place de l’enrochement au barrage RO-2. Ainsi, le choix de la
surface photographiée devait être fait judicieusement. Les surfaces visibles du matériau étaient :
 le dessus des levées (surface présentant la plus grande superficie);
 l’extrémité des levées;
 les talus d’excavation réalisées pour le contrôle qualité ou l’installation d’instrument.

Rappelons que l’extrémité et le dessus des levées présentent une forme de ségrégation. L’extrémité
des levées présente une plus forte concentration de particules de grandes dimensions et le dessus
des levées présente une plus forte concentration de particules de petites dimensions. Les talus
d’excavation sont les surfaces les plus représentatives du matériau.

9.2 Procédure de l’analyse d’image

L’analyse des images a été réalisée avec le logiciel commercial Wipfrag 2012 qui permet d’obtenir
des courbes granulométriques. Les étapes de la procédure de l’analyse d’image sont présentées à la
figure 9-1 et sont :

127
Figure 9-1 : Étapes de la procédure de l’analyse d’images

 Étape 1 : Prendre une photo de l’enrochement (partie 1, figure 9-1) :


La première étape est de prendre une photographie de l’enrochement à analyser. Deux
échelles de même dimension doivent être placées horizontalement (figure 9-2 images du
haut) sur la surface photographiée : une au sommet et l’autre au bas de cette dernière (figure
9-2 images du bas). La figure 9-2 indique comment placer (en vert) et ne pas placer (en
rouge) les échelles.

Le logiciel utilise ces échelles pour compenser l’effet de l’inclinaison de la surface sur la
taille apparente des blocs sur la photographie. Par exemple, si la photographie est prise à
pied d’œuvre, en face d’une pente, deux particules de même dimension ne paraîtront pas de
la même dimension sur la photographie si elles sont placées au haut et au bas de la pente.
La particule au haut de la pente paraîtra plus petite que celle du bas sur la photo puisqu’elle
était plus éloignée de l’objectif. Si la photographie est prise perpendiculairement à la
surface ces deux blocs auront la même dimension sur la photographie.

128
Figure 9-2 : Exemple de positionnement illustrant le placement horizontal requis des échelles
(images du haut) et que les échelles doivent être placées au haut et au bas de la surface (images du
bas)

 Étape 2 : Télécharger la photo dans le logiciel (partie 2 figure 9-1) :


La photo à analyser est ensuite téléchargée dans le logiciel. À cette étape, la taille réelle des
échelles doit être entrée dans le logiciel en indiquant au logiciel où se trouvent les échelles
sur l’image. Les parties de l’image que l’utilisateur ne veut pas analyser doivent être
identifiées et seront noircies par le logiciel. Le résultat de cette étape est illustré à la figure
9-1 (partie 2).

 Étape 3 : Tracer le contour des particules (partie 3 figure 9-1) :


Cette troisième étape consiste à tracer le contour des particules. Un changement d’intensité
des couleurs entre les particules sur l’image causé par les vides entre les particules qui sont
plus foncés permet au logiciel de tracer automatiquement le contour des particules. À l’aide
d’algorithmes, le logiciel compare l’intensité de chacun des pixels adjacents et trace une
frontière lorsque le seuil déterminé par l’utilisateur est atteint. Si l’utilisateur remarque des

129
contours erronés, il est possible d’effacer les contours tracés par le logiciel et de tracer les
contours manuellement.

 Étape 4 : Obtention de la courbe granulométrique du matériau (partie 4 figure 9-1) :


Les aires définies par les contours sont transformées en sphères d’aire équivalente de
diamètre D. Ensuite, le logiciel procède à un calcul de masse M pour chacune des sphères
de diamètre D. Les valeurs de diamètre et de masse cumulative correspondante sont
présentées sur un graphique sous forme de distribution granulométrique. La partie 4 de la
figure 9-1 illustre un exemple de courbe granulométrique obtenue par le logiciel.

Il est à noter que, puisque le logiciel considère des sphères pour le calcul des masses, cela n’est pas
toujours représentatif de l’enrochement en place. Cela peut engendrer une erreur si l’enrochement
est composé, par exemple, de blocs ayant une forme en plaque allongée. L’enrochement de RO-2
est angulaires et donc, une certaine erreur est engendrée par ce calcul.

Selon le guide d’échantillonnage et d’analyse fourni par le développeur de Wipfrag (Wipware inc.
2013), l’utilisation d’une caméra numérique compacte est appropriée pour la prise d’image à
l’extérieur lorsqu’il fait clair. Dans le cadre de la présente étude, puisque toutes les photos ont été
prises le jour et à l’extérieur, de telles caméras numériques ont été utilisées : Canon PowerShot
SD880 IS (10 mégapixels (MP)) et Canon PowerShot ELPH 100 HS (12,1 MP). Le guide indique
qu’une photographie avec moins de 1,5 MP ne fournit pas assez de détails pour l’analyse d’image,
mais qu’une image ayant 5 MP est excessive puisque le logiciel sera lent. Ainsi, le nombre de
mégapixels des images obtenues avec ces caméras a été réduit afin de respecter cet intervalle.

Ce même guide indique que la longueur focale effective utilisée doit se trouver entre 40 mm et
135 mm. Ce critère a été respecté lors de la prise de photo. Une lentille à grand angle ayant une
longueur focale effective plus petite à 35 mm aurait comme effet de créer de la distorsion sur les
contours de l’image et engendrerait des erreurs d’analyse causées par la perspective.

Le guide recommande également d’utiliser un trépied afin que la caméra soit stable. En effet, pour
des photos prises dans des conditions d’éclairage sombres, le temps d’exposition nécessaire est plus
grand et peut engendrer des photos floues si la caméra n’est pas installée sur un trépied. Puisque les
photos ont été prises dans de bonnes conditions d’éclairage, il a été considéré que l’utilisation d’un

130
trépied était moins importante. Aucun trépied n’a été utilisé pour la prise de photo dans le cadre de
la présente étude.

Le guide donne différentes recommandations pour l’éclairage de la face photographiée :


o L’intensité de la lumière doit être suffisante, particulièrement si l’appareil est tenu à la main
pour permettre une vitesse d’obturation suffisante afin que le mouvement de la caméra ne
soit pas problématique. Dans le présent cas, les photos étaient prises à la lumière du jour et
ainsi, l’intensité de la lumière était suffisante.

o L’éclairage doit être uniforme afin que l’intensité de la lumière soit la même sur toute la
surface photographiée. Plus la source de la lumière sera loin, plus la surface sera éclairée
uniformément. Toutes les photos prises dans la présente étude ont été prises à l’extérieur.
Ainsi, la source de lumière étant le soleil, l’intensité de la lumière était uniforme.

o L’analyse d’image se base sur le contraste entre les particules. Ainsi, si le contraste est trop
haut, le logiciel pourrait interpréter les différentes textures ou faces de la particule comme
plusieurs particules. Si le contraste est trop bas, les ombres entre les particules ne seront pas
visibles et le logiciel ne va pas reconnaître le contour des particules. De hauts contrastes de
lumière sont généralement obtenus pour des conditions de lumières artificielles ou par
l’éclairage du soleil lorsque son angle est bas par rapport au sol. Dans la présente étude, les
images n’ont pas été prises lorsque le soleil était bas. Une lumière optimale est celle où peu
d’ombres sont créées par des particules sur d’autres particules, mais où les vides entres les
particules sont dans l’ombre.

La plus grosse particule dans l’image ne doit pas occuper plus de 20% de la largeur ou de la hauteur
de l’image. En effet, si une particule occupe une trop grande partie de l’aire, la distribution du
matériau est faussée puisque la figure n’est plus représentative du matériau. Ce concept est
semblable à celui du volume minimal requis dans une analyse granulométrique conventionnelle afin
que l’échantillon soit représentatif du matériau. Dans le cas de l’analyse d’image, il faut s’assurer
de prendre les photos assez loin du matériau pour respecter le critère de 20%, mais pas trop loin afin
de pouvoir toujours distinguer les petites particules.

131
9.3 Essai en laboratoire pour l’analyse d’image

Des essais en laboratoire ont été réalisés pour tenter de déterminer les paramètres influençant les
résultats de la méthode d’analyse d’image et les ajustements nécessaires à faire avant d’utiliser cette
méthode au terrain. Les essais de laboratoire ont été réalisés à l’Université Laval (Yuan, 2011a et
2011b).

Deux matériaux ayant un diamètre de particules maximal d’environ 30 mm ont été analysés pour
tenter d’évaluer l’effet de la résolution de l’image sur la précision des résultats. Il est à noter que
l’unité de la résolution d’une image est un nombre de pixels par unité de longueur. La
granulométrie du premier matériau était plus uniforme que celle du deuxième. Des analyses
granulométriques conventionnelles ont été réalisées pour comparer la courbe granulométrique réelle
à celles obtenues par l’analyse d’image.

Les essais ont montré qu’une plus haute résolution d’image ne génère pas nécessairement de
meilleurs résultats dans l’obtention de courbes granulométriques avec le logiciel Wipfrag. Pour des
matériaux ayant une plus grande proportion de particules de grandes dimensions, une plus haute
résolution augmente le nombre d’imperfection apparente sur les particules et le logiciel reconnait
ces imperfections comme étant elles-mêmes des particules. À l’opposé, un matériau ayant de plus
petites particules doit avoir une plus haute résolution afin de pouvoir les détecter. Ainsi, la
résolution optimale dépend du matériau et de la distance à laquelle la photographie a été prise. Des
essais sont requis pour déterminer la résolution optimale pour un matériau et un site donné. Si le
traçage des contours est fait manuellement, la plus haute résolution de la photo sera utilisée.

9.4 Difficultés terrain rencontrées

Dans le cadre de cette étude, des difficultés ont été rencontrées dus aux réalités terrain.

 Représentativité de l’image :
Tel que discuté au début au début du chapitre, il était difficile d’avoir une face optimale à
analyser pour l’analyse d’image. Il était difficile d’obtenir une section 2D qui, à la fois,
représentait bien le matériau et avec laquelle il était possible d’obtenir de bons résultats par
l’analyse d’image.

132
 Luminosité :
Les conditions de lumières au terrain peuvent avoir une influence sur les résultats. Par
exemple, s’il fait soleil, des ombres seront créées et le logiciel reconnaîtra ces ombres
comme étant des particules puisqu’il compare l’intensité des pixels. Aussi, puisque les
particules étaient très anguleuses, les différentes faces des blocs étaient éclairées selon
différentes intensités et le logiciel reconnaissait les deux faces comme étant des blocs
distincts engendrant ainsi une distribution granulométrique erronée (voir figure 9-3). Il a été
constaté dans la présente étude que, pour l’enrochement angulaire du barrage-RO-2, les
conditions idéales de luminosité étaient obtenues avec un couvert nuageux.

Figure 9-3 : Blocs montrant des faces plus éclairées

 Angularité :
Même si les images ont été prises lorsque le ciel était nuageux, le logiciel considérait quand
même parfois deux faces d’une même particule comme deux particules distinctes. En effet,
l’arête du bloc était souvent reconnue par le logiciel comme une frontière d’une particule.
Même si une image ayant une moins haute résolution était utilisée ou si les seuils du
logiciel étaient ajustés, il était difficile d’obtenir de bons résultats automatiquement et des
corrections manuelles devaient être faites.

133
 Uniformité du matériau :
Les matériaux très étalés sont difficiles à analyser parce qu’il faut se positionner assez loin
du matériau afin que la plus grosse particule ne prenne pas plus de 20% de l’image, mais
quand l’utilisateur se positionne assez loin, les petites particules sont à peine visibles sur
l’image. L’utilisateur peut alors augmenter la résolution de l’image analysée par le logiciel
afin qu’il distingue les plus petites particules, mais alors, les imperfections sur les plus gros
blocs, notamment le changement de couleur, de face, etc. sont considérées comme des
particules distinctes par le logiciel. L’enrochement du chantier Romaine-2 est un matériau
si étalé que même si la résolution maximale est utilisée, les plus petites particules ne sont
pas détectées adéquatement par le logiciel. Ainsi, les matériaux uniformes ont de meilleurs
résultats dans l’analyse d’image.

Afin d’obtenir de bons résultats ;


o L’image choisie pour l’analyse d’image doit être représentative du matériau;
o Une possible ségrégation des particules dans l’enrochement doit être considérée lors
du choix des images à analyser et dans l’interprétation;
o Meilleurs résultats obtenus quand :
 Journée nuageuse;
 Particules sèches;
 Peu de changement minéralogique dans un bloc;
 Angularité faible;
 Photo prise perpendiculairement à la surface;
 Matériau uniforme.

Des changements dans les ajustements disponibles dans le logiciel peuvent être effectués si les
conditions optimales ne sont pas remplies et ultimement, des corrections manuelles peuvent être
effectuées. Dans le but d’obtenir les meilleurs résultats possibles, il a été décidé de traiter toutes les
images manuellement et ce, à partir des images ayant la plus haute résolution disponible.

134
9.5 Étude de cas pour la calibration terrain – Seuil déversant

9.5.1 Mise en contexte

Avant d’appliquer la méthode au chantier Romaine-2, un essai de la méthode a été fait sur un seuil
déversant. Ce seuil en enrochement a une hauteur de 2,5 mètres et a été construit dans l’ancien lit
d’une rivière. Il s’appuie sur un appui rocheux en rive gauche et sur un ouvrage régulateur en rive
droite La figure 9-4 montre ce seuil déversant.

Il était requis d’évaluer la distribution granulométrique de l’enrochement à la surface du seuil


déversant afin de déterminer si les dimensions des particules en place sont adéquates pour résister à
différentes vitesses d’écoulement et rester en place lorsqu’il y a une surverse.

Figure 9-4 : Seuil déversant vue à partir de l’aval vers l’amont

Comme le site était peu achalandé, il était possible de comparer la méthode de l’analyse d’image à
une méthode manuelle nécessitant de mesurer les dimensions des blocs. En effet, une telle
procédure aurait été difficile au chantier Romaine-2 puisque cette méthode manuelle est longue et
l’achalandage des camions sur un chantier de construction rend cette méthode moins accessible. De
toute évidence, les photographies ont été prises et la méthode manuelle comparative a été réalisée
lorsque l’eau à l’amont du seuil était assez basse pour que le seuil ne soit pas sollicité en surverse.
135
Deux aires témoins ont été analysées par l’analyse d’image et la méthode manuelle. Elles sont
présentées à la figure 9-5.

Figure 9-5 : Aires témoins A et B analysées au seuil déversant (Bouchard, Smith et Konrad 2013)

9.5.2 Méthode manuelle comparative

Les courbes granulométriques des sols relativement fins (< 80 mm) sont normalement déterminées
en laboratoire. Les particules sont tamisées à l’aide de tamis de différentes tailles et la masse
cumulative est obtenue en pesant les fractions passantes dans ces tamis. Ces valeurs sont
représentées sur un graphique ayant le diamètre des particules en abscisse et la masse exprimée en
pourcentage cumulatif en kilogramme en ordonnée. Les dimensions des particules au seuil
déversant étaient trop grandes pour utiliser cette approche.

9.5.2.1 Généralités
La méthode manuelle (CIRIA, CUR, CETMEF, 2009) a été utilisée pour définir une courbe
granulométrique dans le but de la comparer à celle obtenue par l’analyse d’image. Cette méthode a

136
été adaptée pour les besoins de cette étude. Elle est parfois utilisée dans la caractérisation des
enrochements en carrière. Cette méthode requiert de mesurer les dimensions de tous les blocs dans
une aire témoin. La même aire témoin a été utilisée pour l’analyse d’image.

La formule reliant la masse d’un bloc rocheux avec son diamètre est exprimée par :

W = Cfroc D3 éq. 9.1

W = masse du bloc (kg)


Cf = coefficient de forme
ρroc = masse volumique de la roche constituant le bloc (kg/m³)
D = diamètre équivalent du bloc (m)

La masse volumique de la roche a été mesurée en laboratoire à partir de quelques blocs prélevés sur
le seuil déversant. Le diamètre équivalent est déterminé en mesurant les dimensions x, y et z
définissant les dimensions orthogonales du plus petit parallélépipède pouvant le contenir (voir
figure 9-6). Ces mesures ont été prises pour chacun des blocs se trouvant en surface et à l’intérieur
de l’aire témoin.

Figure 9-6 : Dimensions x, y et z mesurées pour un bloc

137
Le diamètre équivalent D est alors donné par :

D (x y z) 1/ 3


éq. 9.2

Le coefficient de forme Cf (voir équation 9.3) est défini comme le rapport du volume d’un bloc au
volume du plus petit parallélépipède (x*y*z) pouvant le contenir. Il indique le degré de
rectangularité du bloc.

La détermination du Cf à appliquer à l’enrochement du seuil déversant a été faite en combinant les


équations 9.1 et 9.2:

éq. 9.3

Le coefficient de quelques blocs localisés près des aires témoins a été déterminé directement sur le
site en pesant les blocs pour mesurer W. Des essais ont également été réalisés en laboratoire sur
d’autres échantillons prélevés au site.

Chacun des blocs des aires témoins ont été mesurés afin d’obtenir les dimensions x, y et z et
calculer la valeur de D. En utilisant les valeurs de Cf et de W déterminé au site, la valeur de W a été
calculée pour chacun des blocs. Ensuite, les valeurs de D sont classées en ordre croissant et la
masse W cumulée est ensuite calculée. Les paires de valeurs D et W cumulés forment alors la
courbe granulométrique.

9.5.2.2 Détermination de la masse volumique des blocs


La masse volumique est le rapport de la masse au volume d’un échantillon de roche dont les pores
sont susceptibles de contenir de l’eau. Elle dépend principalement de la masse volumique réelle et
de la quantité de vides de la matrice rocheuse. Elle varie également avec le degré de saturation de la
roche.

Un total de sept échantillons jugés représentatifs des blocs se trouvant dans les aires témoins ont été
analysés au laboratoire de l’Université Laval pour déterminer la masse volumique de la roche du
138
seuil déversant. La méthode standardisée pour la détermination de la masse volumique apparente
de la roche (ASTM, 2012) a été utilisée. La masse volumique est qualifiée d’apparente puisque
l’effet du degré de saturation a été négligé.

La méthode utilisée consiste à peser un bloc à l’air libre avec une balance de précision. Ensuite, le
bloc est suspendu dans l’eau à l’aide d’un filet pour mesurer son poids submergé. La masse
volumique est alors calculée en tenant compte des masses à sec et submergée.

La valeur moyenne des masses volumiques obtenues est de ρroc = 2742 kg/m3. Les résultats
variaient de 2690 kg/m3 à 2795 kg/m3.

9.5.2.3 Détermination du coefficient de forme


Pour un enrochement produit en carrière, le coefficient de forme est très variable (CIRIA, CUR,
CETMEF 2009). Pour cette étude, le coefficient de forme a d’abord été déterminé au site à l’aide
d’une balance portative (± 10 g) et un ruban à mesurer pour 34 échantillons de forme représentative
afin d’obtenir le poids et les dimensions x,y et z. Le poids des échantillons variait de 2 à 30 kg.

Ensuite, le coefficient de forme a été déterminé en laboratoire à l’Université Laval à l’aide d’une
balance précise (± 0,1 g) et un pied à coulisse (± 0,1 mm). Les poids mesurés des 7 échantillons
provenant du seuil ont varié de 0,5 à 1,2 kg.

La moyenne des coefficients de forme obtenus est de Cf = 0,45. La plupart des valeurs obtenues
étaient comprises entre 0,4 et 0,5.

9.5.3 Résultats de l’analyse d’image au seuil déversant

Les courbes granulométriques de l’enrochement du parement aval du seuil Portneuf obtenues par
l’analyse d’images sont présentées à la figure 9-7.

Les résultats de l'analyse d'images montrent que le D50 obtenu est de l’ordre de 300 mm à 350 mm,
ce qui est comparable aux résultats obtenus par les mesures manuelles. L’analyse d’images indique
toutefois un plus grand pourcentage passant pour les diamètres inférieurs au D50.

139
Figure 9-7 : Courbes granulométriques obtenues par analyse d’images et méthode manuelle

9.5.4 Discussion des résultats de l’analyse d’image au seuil déversant

Deux phénomènes peuvent expliquer que l’analyse d’image indique un plus grand pourcentage
passant pour les diamètres inférieurs au D50.

Premièrement, la méthode manuelle utilise un coefficient de forme Cf (voir équation 9.3) qui
indique le degré de la rectangularité d’un bloc en comparant son volume à celui du plus petit
parallélépipède (x*y*z) pouvant le contenir. Pour l’analyse d’image, le logiciel établit un volume à
l’aide d’une sphère équivalente. Le Cf d’une sphère contenue dans un cube où x = y = z est égal à
0,52. Ainsi, le logiciel peut sous-estimer le volume d'une particule si cette dernière est plutôt
rectangulaire (Cf près de 1) et le surestimer si le Cf de cette particule a une valeur plus faible que
0,52.

Deuxièmement, la superposition des blocs sur le terrain peut amener à une sous-estimation des
dimensions des blocs lors de l’analyse d’image. Les mesures manuelles au terrain permettent la
mesure des dimensions réelles d'un bloc même si un autre bloc le superpose partiellement. Avec

140
l'analyse d'image, le bloc sous-jacent n'est vu qu'en partie ce qui fait en sorte que son volume est
sous-estimé. La détermination des courbes granulométriques de l’enrochement par analyse
d’images montre néanmoins des valeurs de D50 comparables aux mesures manuelles.

L’essai au site du seuil déversant s’est avéré concluant pour évaluer une courbe granulométrique sur
un enrochement étant composé en majeure partie de particules supérieures à 100 mm. Il est à noter
que l’enrochement du site Romaine-2 est beaucoup plus étalé puisqu’il comprend de petites
particules. Cet essai a aussi permis de comprendre que l’analyse d’image sous-évalue légèrement la
granulométrie puisque certaines particules sont cachées par d’autres et donc, leur diamètre est
évalué seulement par la partie visible.

9.6 Méthode de l’analyse d’image appliquée à Romaine-2

9.6.1 Images analysées

L’analyse d’image a été utilisée au barrage Romaine-2 pour évaluer la granulométrie de


l’enrochement. Seules quelques analyses granulométriques ont été réalisées au site en raison de la
difficulté de réalisation.

Au barrage RO-2, les photos ont été prises sur les surfaces visibles, c’est-à-dire, les extrémités de
levées, les piles d’excavation, les dessus des levées et les surfaces exposées lors d’excavation pour
l’installation d’inclinomètre ou pour des analyses granulométriques en laboratoire. Il est à noter que
les images étaient prises où il était pratique de le faire lors des différentes visites. Les visites ont été
espacées de quelques semaines pendant la construction du barrage en 2012. Aucune stratégie
d’échantillonnage systématique n’était en place. La prise d’image était déterminée par les
contraintes reliées au site en construction.

La ségrégation et la concentration de plus fines ou plus grosses particules discutée à la section 7.1.3
ont été prises en compte dans le choix des images, mais aussi dans l’interprétation des résultats. La
comparaison des photographies des extrémités des levées, du dessus des levées et des talus
d’excavation a mis en évidence, de façon qualitative, la différence de granulométrie entre ces
surfaces. Aucune photo prise sur le dessus des levées n’a été analysée puisque les particules étaient
si petites que leur contour ne pouvait pas être reconnu. Les photos prises dans les excavations sont
141
les plus représentatives du matériau puisqu’elles montrent une coupe dans l’enrochement compacté
à travers plusieurs levées mises en place à différents moments. Cependant, sur ces photos, le
logiciel distinguait mal le contour des particules. Les fines particules cachent en partie les autres
particules. Les photos des extrémités de levées pouvaient être traitées adéquatement par le logiciel,
mais ces surfaces présentent une concentration de plus grosses particules et sont donc moins
représentatives du matériau que les talus d’excavation. Ainsi, au barrage RO-2, il était donc difficile
d’obtenir une section 2D qui, à la fois, représentait bien le matériau et avec laquelle il était possible
d’obtenir facilement la granulométrie complète par l’analyse d’image.

Le tableau 9-1 présente la provenance des 33 photos analysées prises au site du barrage RO-2. Les
images ont été prises tout au long de la construction à différents endroits afin de tenter d’évaluer si
la granulométrie variait dans le barrage. Les photos ont été prises à pied d’œuvre devant les surfaces
de l’extrémité de levée ou d’excavation et ainsi, n’étaient pas prise perpendiculairement à la
surface, mais bien à environ 45 degrés.

Tableau 9-1 : Provenance des images analysées

Images analysées
Provenance photo 3O (0-900 mm) 3P (0-1200 mm)
Bout de levée 9 17
Talus d'excavation 1 2
Pile de matériau
provenant des 2 2
excavations

9.6.2 Résultats de l’analyse d’image au barrage Romainte-2

La figure 9-8 présente les fuseaux granulométriques de tous les résultats obtenus par l’analyse
d’image pour les zones 3O et 3P. À des fins comparatives, les résultats des analyses
granulométriques conventionnelles faites sur l’enrochement y sont également présentés. Il est à
noter que les résultats de l’analyse d’image se comparent bien aux résultats de l’analyse
granulométrique réalisée en laboratoire et au terrain sur l’enrochement pour les particules ayant un
diamètre supérieur à environ 100 mm.

142
Les figures 9-9 et 9-10 montrent les résultats plus en détails pour les enrochements des zones 3O et
3P respectivement. Ces figures indiquent la provenance de chaque courbe. Malgré la proximité des
différentes courbes obtenues par l’analyse d’image, une granulométrie plus grossière est
généralement obtenue pour les extrémités de levée que pour les piles d’excavation et une
granulométrie plus grossière est généralement obtenue pour les piles d’excavation que pour les talus
d’excavation.

DIAMÈTRE (mm)
Figure 9-8 : Compilation des résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3O et 3P comparés
aux résultats d’analyses granulométriques faites en laboratoire.

Or, en observant les images de l’extrémité des levées et des talus d’excavation (figure 9-11), on se
serait attendu à plus de différences entre leur courbe granulométrique. En effet, les images des talus
d’excavation montrent plus de particules fines.

Lors de l’analyse d’image des talus d’excavation, il a été constaté que les particules fines étaient
trop petites pour être analysées par le logiciel (voir figure 9-12). Afin que les dimensions de la plus
grosse particule ne dépassent pas 20% des dimensions de l’image, il fallait se mettre suffisamment
loin du talus d’excavation. Cela faisait en sorte que les plus petites particules n’étaient plus visibles
143
ou du moins, que leur contour ne pouvait plus être distingué par le logiciel. La plus petite particule
reconnue avait généralement une dimension d’environ 5 mm, et ce, même en utilisant un traçage
manuel des contours.

DIAMÈTRE (mm)
Figure 9-9 : Résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3O (0-600mm)

DIAMÈTRE (mm)

Figure 9-10 : Résultats de l’analyse d’images pour l’enrochement 3P (0-1200mm)


144
Figure 9-11 : Enrochement à l’extrémité d’une levée montrant une concentration de particules de
grandes dimensions (haut) et enrochement vu dans une excavation montrant une distribution étalée
et de très fines particules recouvrant la face (bas)

Figure 9-12 : Particules fines recouvrant les talus d’excavation


145
Il aurait été intéressant de traiter par l’analyse d’image une vue rapprochée du talus permettant de
distinguer les plus petites particules. La courbe granulométrique obtenue aurait pu alors être
combinée à la courbe granulométrique obtenue à partir de la photo globale du talus, et ce,
proportionnellement à l’aire occupée par les particules non détectables sur l’image globale.
Cependant, les photos de l’enrochement de Romaine-2 ont toutes été prises à quelques mètres
d’écart de la face du talus. Il aurait fallu prendre une photo à proximité des zones de fines particules
pour pouvoir réaliser cette expérience. En effet, même en faisant un zoom sur une photo prise à
quelques mètres, les particules inférieures à quelques millimètres sont floues ou non visibles.

9.6.3 Discussion des résultats de l’analyse d’image au barrage Romainte-2

Puisqu’il était difficile d’obtenir des contours représentatifs automatiquement et que le traçage a été
fait de façon manuelle, l’analyse d’image prenait plusieurs heures par image. Cette façon de
procéder s’avère quand même une option intéressante puisqu’elle permet l’obtention de courbes
granulométriques pour des matériaux difficiles à analyser par les méthodes traditionnelles. En effet,
peu d’analyses granulométriques sur l’enrochement sont faites en laboratoire étant donné que cette
manœuvre est longue et requiert plusieurs ressources. Elle permet donc d’obtenir un plus grand
nombre de granulométrie. Le guide d’utilisateur de Wipfrag (Wipware inc., 2013) indique qu’il vaut
mieux passer moins de temps sur les images à corriger les contours, afin d’analyser un plus grand
nombre d’images. Ils ajoutent que les défauts d’analyse s’annulent avec le volume. La présente
étude a permis de constater que le logiciel détectait plusieurs petites particules qui étaient en fait un
défaut dans les blocs de plus grosses dimensions. Cette erreur améliore la correspondance avec la
courbe granulométrique réelle puisque les petites particules réelles étaient sous les plus gros blocs et
donc n’étaient pas détectées ou leur contour n’était pas reconnu par le logiciel. Cependant, cette
correction n’a pas de signification physique et fausse les résultats de ce qui est observable à l’écran.

Il n’existe pas de procédure standardisée donnant le volume d’enrochement requis afin qu’un
échantillon soit représentatif. Le département du U.S Army Corps of Enginneers (1994) propose
une approche qui évalue la précision de la granulométrie en considérant comment le volume
échantillonné serait influencé par l’ajout ou la perte de la particule de plus grande dimension en
poids. Par exemple, pour un test ayant une précision de 1 %, si la plus grosse particule pèse 100 kg,
il faudrait avoir un échantillon de 10 000 kg. Ils ajoutent qu’une précision de 1% serait une
exigence extrême, mais qu’une précision de 2 % est un critère minimal raisonnable. D’ailleurs, dans
146
la norme BNQ 2501-025 (1987) qui normalise la méthode d’analyse granulométrique des sols
inorganiques, les volumes d’échantillon sont recommandés en fonction de la grosseur nominale
maximale des particules. Le rapport du poids de la particule maximale sur le poids de l’échantillon
est plus petit que 2% dans tous les cas. Il est à noter que cette norme va jusqu’à un échantillon ayant
une particule de dimensions maximales de 80 mm. Au chantier Romaine-2, le rapport du poids de
la particule maximale au poids de l’échantillon demandé était de 1,16% pour le 3O et de 2,95%
pour le 3P vu la grande taille des particules. La masse de la particule de plus grandes dimensions a
été calculée en supposant une particule sphérique.

Ainsi, le critère donné pas le logiciel Wipfrag, consistant à ce que la particule maximale n’occupe
pas plus de 20 % de la largeur ou de la hauteur de l’image est beaucoup moins restrictif que toutes
les sources consultées. Il est important que l’image analysée soit représentative du matériau et
contienne un nombre suffisant de particules afin d’avoir de bon résultats.

Il est à noter que, pendant la construction du barrage Romaine-2, les particules hors normes étaient
enlevées à l’extrémité des levées avant de continuer la mise en place afin de respecter les
dimensions de particules demandées au devis.

Un enrochement ayant une granulométrie plus uniforme, tel que celui du seuil déversant, a été plus
facile à analyser puisque la résolution et le seuil d’analyse optimaux s’appliquaient à un plus grand
nombre de particules sur l’image. Un enrochement très étalé, tel que rencontré au barrage en
construction, était plus difficile à analyser puisque si la résolution était augmentée, les petites
particules étaient détectables, mais les imperfections du roc étaient considérées comme des
particules.

9.7 Conclusion sur l’analyse d’image

La méthode d’analyse d’image a été concluante dans une certaine mesure puisqu’elle a permis
d’évaluer la granulométrie de l’enrochement du seuil déversant et la granulométrie des plus grosses
particules au barrage RO-2. Elle est particulièrement avantageuse d’un point de vue monétaire si on
la compare aux méthodes conventionnelles qui requièrent une mobilisation de machinerie lourde et
de ressources humaines. Les résultats des méthodes conventionnelles restent toutefois plus précis et
représentatifs.

147
Une avenue à développer serait de combiner les résultats de l’analyse d’image pour les particules de
dimensions supérieures à 100 mm à la moyenne des données provenant des analyses
granulométriques conventionnelles pour les particules de dimensions inférieures à 100 mm.

Rappelons que l’analyse d’image a été utilisée pour évaluer la variabilité de la granulométrie de
l’enrochement dans l’ouvrage. Les résultats de cette méthode ont montré que la granulométrie de
l’enrochement ne présente pas une grande variabilité. Cependant, il est possible que cela soit à
cause des limitations de la méthode, soit la restriction des surfaces qui pouvaient être
photographiées (en majorité les extrémités des levées) et les difficultés d’analyse provenant des
images des parois d’excavation. Rappelons qu’une ségrégation et une stratification des matériaux
surviennent à l’intérieur d’une levée lors de la mise en place de l’enrochement. Cette ségrégation
engendre des variations de masse volumique, de module et de granulométrie à l’intérieur même
d’une levée (Hunter et Fell, 2002). La méthode d’analyse d’image était donc adéquate au barrage
RO-2 pour évaluer la granulométrie des particules de dimensions supérieures à 100 mm, mais pas
pour évaluer la variabilité.

148
10 Conclusions

Ce mémoire a montré comment différents facteurs influencent le module de déformation et la


compressibilité de l’enrochement (voir tableau 10.1). Le module de déformation normalise les
déformations de différents matériaux afin de pouvoir les comparer entre elles. L’influence de
chaque paramètre sur le module de déformation de l’enrochement est difficile à évaluer puisqu’ils
sont interreliés. Cependant, de façon générale, un enrochement compacté, arrosé et dense ayant une
granulométrie étalée, des particules arrondies et étant composé de roc ayant une résistance élevée
aura un fort module. L’enrochement soumis à de faibles contraintes ou construit dans une vallée
encaissée subira moins de déformations.

Tableau 10-1 : Facteurs influençant le module et la compressibilité de l’enrochement selon la


littérature et tel qu’observé sur l’enrochement de l’aménagement RO-2.

Une augmentation de :
L’étalement de la granulométrie

l’ouvrage sur la largeur de la


L’angularité des particules

Du rapport de la hauteur de
L’énergie de compactage
La résistance du roc des

Géométrie de l’ouvrage
La taille des particules

La hauteur des levées


La masse volumique

Contraintes
L’arrosage
particules

vallée

Module de
déformation ↑ ↓ ↓ ↑ ↑ ↑ ↓ ↑ ↑ (1) ↓
Module de
déformation au ↑ ↓ (2) (3) ↑ ↑ ↓ (4) (5) (1) ↓
Cause : barrage RO-2

Compressibilité ↓ ↑ ↑ ↓ ↓ ↓ ↑ ↓ ↓ (1) ↑
Compressibilité
au barrage RO-2 ↓ ↑ (2) (3) ↓ ↓ ↑ (4) (5) (1) ↑
(1)La géométrie de l’ouvrage influence la distribution des contraintes. Les contraintes au haut de l’ouvrage sont inférieures à σ = γH.
(2) L'influence de l'angularité des particules n'a pas pu être évaluée à RO-2 puisque tous les matéraiux sont composés de particules angulaires
(3) L'influence du type de roc n'a pas pu être évaluée à RO-2 puisque tous les matéraiux sont composés de roc résistant.
(4) L'effet de l'arrosage aux remblais d'essai de RO-2 n'était pas significatif
(5) Le barrage RO-2 est construit dans une vallée large et donc ce paramètre n'influences pas le module ou la compressibilité.

149
Il a été vu que l’enrochement du barrage RO-2 a un fort module comparé à d’autres barrages en
enrochement compacté. Ce fort module a été attribué au fait que l’enrochement du barrage RO-2 a
une granulométrie très étalée qui s’approche de la courbe de Fuller (granulométrie théorique
permettant d’atteindre le plus grande masse volumique), a une grande masse volumique en raison
de la compaction adéquate (optimisée lors des remblais d’essai) et est composé de particules ayant
une grande résistance à la compression. Le tableau 10-1 présente l’influence de chaque facteur tel
que donnée par la littérature et, plus spécifiquement, comment ces facteurs ont influencé
l’enrochement du barrage RO-2. Le comportement de l’enrochement du barrage RO-2 a confirmé la
revue de littérature.

La masse volumique est la caractéristique qui influence le plus le module de déformation. Elle est
influencée par plusieurs autres facteurs tels que la granulométrie, la taille des particules, la forme
des particules et la mise en place. Son augmentation dans les sols non cohésifs augmente le module
de déformation, diminue la compressibilité du matériau, augmente sa résistance au cisaillement et
diminue sa perméabilité (Vutsel, 1976). Pour ces raisons, la compaction des matériaux
d’enrochement lors de la mise en place pendant la construction est primordiale.

Puisque les propriétés de l’enrochement influencent sa compressibilité, il a été tenté de déterminer


si ces propriétés varient dans le barrage RO-2. Cet exercice a été fait selon trois aspects et constitue
la contribution principale du présent mémoire.

En premier lieu, les observations terrains pendant la mise en place ont été décrites et analysées au
chapitre 7 et ont mis en évidence qu’une ségrégation de l’enrochement se produisait lors de la mise
en place.

En deuxième lieu, puisque la masse volumique est difficile à évaluer dans les enrochements en
raison de la méthode tendant à surestimer sa valeur, une méthode alternative a été utilisée pour
évaluer la variabilité de la masse volumique, soit la méthode MMASW. L’étude des profils de
vitesses issus de la méthode MMASW a montré que les vitesses normalisées étaient constantes en
profondeur et variaient peu. Ceci indiquerait une faible variabilité de la masse volumique dans le
barrage. Cependant, la ségrégation observée au barrage lors de la construction laisserait croire à une
variabilité de la masse volumique plus grande que celle observée par les essais MMASW. Deux
hypothèses pourraient expliquer ces observations : la mise en place de remblai sus-jacent efface les
effets possibles de la ségrégation sur la masse volumique et/ou, puisque les essais MMASW

150
évaluent les propriétés d’un volume de sol, les effets locaux de la ségrégation sur la masse
volumique ne sont pas détectés par les essais MMASW. Au chapitre 8, il a été présenté que les
rapports des Vs1 en profondeur sur les Vs1 en surface (obtenus par les essais MMASW) sont de 1,20
pour le 3O et de 1,26 pour le 3P. Ces rapports indiquent que la masse volumique de l’enrochement
augmente avec la profondeur. Rappelons que la rigidité des sols est fonction de leur masse
volumique. Cette différence de masse volumique entre les matériaux en surface et en profondeur
indique que les essais permettant de caractériser la rigidité du sol qui sont réalisés en surface,
notamment les essais de plaque, les méthodes par compacteur muni d’accéléromètres et les essais
FWD sous-estimeraient la rigidité. Puisqu’il a été démontré que la partie supérieure se densifie lors
de l’ajout de matériau, ces essais seraient seulement valables pour la partie supérieure de
l’enrochement à un moment donné et ne représenteraient pas les caractéristiques du massif
d’enrochement après la construction.

En troisième lieu, pour pallier aux difficultés rencontrées au terrain lors de la réalisation d’analyses
granulométriques conventionnelles sur l’enrochement et au fait qu’elles sont peu nombreuses, une
méthode d’analyse d’images numériques a été testée pour évaluer la granulométrie de
l’enrochement et sa variabilité dans l’ouvrage. La méthode d’analyse d’image a été concluante dans
une certaine mesure puisqu’elle a permis d’évaluer la granulométrie des plus grosses particules de
l’enrochement au barrage RO-2. Elle est particulièrement avantageuse d’un point de vue monétaire
si on la compare aux méthodes conventionnelles qui requièrent une mobilisation de machinerie
lourde et de ressources humaines. Les résultats des méthodes conventionnelles restent toutefois plus
précis et représentatifs. Les résultats de la méthode d’analyse d’images ont montré que la
granulométrie de l’enrochement au barrage RO-2 ne présente pas une grande variabilité.

Ainsi, bien que les méthodes MMASW et d’analyse d’images aient été concluantes pour évaluer la
masse volumique et la granulométrie de l’enrochement, les résultats obtenus n’ont pas montré une
grande variabilité du matériau. Cependant, selon l’analyse faite dans le présent mémoire, il se
pourrait que ces méthodes ne détectent pas des variations ponctuelles de ces paramètres. Rappelons
que, lors des visites terrains, une ségrégation des particules a été observée dans l’enrochement. Il est
à noter que la méthode MMASW est la seule méthode qui permet d’évaluer les conditions finales
des couches d’enrochement, et ce, jusqu’à une grande profondeur (63 m pour le barrage RO-2). Elle
est donc une méthode d’intérêt et devrait être privilégiée lorsque l’on veut connaître la masse
volumique d’un matériau en profondeur. Dans le cadre de futures recherches, il serait intéressant de
déterminer plus précisément le volume de sol évalué par les essais MMASW et de développer des

151
relations entre les vitesses obtenues sur un barrage et les modules de déformations pendant la
construction Erc de cet ouvrage.

Pour conclure, plusieurs facteurs influencent la compressibilité de l’enrochement. Il existe


différents moyens d’obtenir les modules de déformation d’un barrage en enrochement, soit à partir
de résultats d’essais de laboratoire, de données in situ et de méthodes empiriques. La méthode in
situ permet une estimation plus représentative de la relation contrainte-déformation de
l’enrochement du barrage que celle pouvant être obtenue en laboratoire puisqu’elle tient compte des
conditions au terrain. Les essais de laboratoire sur l’enrochement sont souvent peu représentatifs en
raison de la difficulté de reproduire les conditions rencontrées au terrain, notamment à cause de la
stratification et de l’anisotropie du matériau engendrée par la mise en place, mais aussi en raison de
la présence de particules de grandes dimensions. Il est à noter qu’il n’existe pas de relation
quantitative entre les différents critères de conception (par exemple la granulométrie, l’énergie de
compactage et la hauteur des levées) et la compressibilité. Dans le cadre de futures recherches, il
serait intéressant de développer de telles relations.

152
11 Bibliographie

1. Adam, D. “Compaction and control of earth fill & rock fill dams” In (2009). Proceedings of the
2nd international conference on long term behavior of dams, p. 435-440. Graz : University of
Technology

2. Adikari, G.S.N., T. Valstad et al. (1988). Behavior of Storvatn dam, Norway. A case of
prediction versus performance (Publication no 173). Oslo, Norvège : Norwegian geotechnical
institute (NGI)

3. Arnevik, A., B. Kjaernsli et al. (1988). The Storvatn dam. A rockfill dam with a central core of
asphaltic concrete (Publication no 173). Oslo, Norvège : Norwegian geotechnical institute
(NGI)

4. ASTM. Standard test method for density, relative density (specific gravity) and absorption of
coarse aggregate,[Philadelphie, PA], 2012, (C127-12)

5. Baumann, P. (1960). Rockfill dams : Cogswell and San Gabriel. Transactions of the American
Society of Civil Engineers. Vol. 125, no 2, p. 29-57

6. Bertram, G.E. “Field tests for compacted rockfill” In Hirschfeld et Poulos (1973). Embankment
dam engineering : Casagrande volume. New York : Wiley, p. 1-19

7. Bouchard, J., Smith, M. et Konrad, J.M. (2013). Rockfill size evaluation using digital image
analysis. Geomontreal.

8. Bureau de normalisation du Québec. Sols - analyse granulométrique des sols inorganiques,


[Québec], 1987, (BNQ 2501-025)

9. Bowling, A.J. (1981). Laboratory investigations into the suitability of rockfill for concrete faced
rockfill dams. ANCOLD Bulletin. Vol. 59, p. 21-29

10. Bravo, G., F. Giron, et al. “Behavior models and actual behavior of canales dam, Q70 R20” In
CIGB (1994). 18e Congrès des grands barrages, Durban, p. 293-306

11. Briaud J.-L. (2001). Introduction to soil moduli. Geotechnical news. Vol. 19, juin

12. Carlyle, W.I. “The design and performance of the core of Brianne dam, Q42 R26” In CIGB
(1973). 11e Congrès des grands barrages, Madrid, p. 431-455

13. Charles, J.A. (1976). The use of one dimensional compression tests and elastics theory in
predicting deformations of rockfill embankment. Revue canadienne de géotechnique. Vol. 13,
no 3, p. 189-200

14. Chen, L.S. “An investigation of stress-strain and strength characteristics of cohesionless soils
by triaxial compression tests” In (1948). Proceedings of the 2nd International conference on
soil mechanics and foundation engineering, Haarlem, Pays-Bas : Le Comité, vol. V, p. 35-43

153
15. CIRIA, CUR et CETMEF (2009). Guide enrochement - L’utilisation des enrochements dans les
ouvrages hydrauliques (Version française du Rock Manual). Compiègne : CETMEF

16. Clements, R.P. (1984). Post-construction deformation of rockfill dams. Journal of geotechnical
engineering. Vol. 110, No. 7, p. 821-840

17. Consortium RSW/SNC (2009). Aménagement hydroélectrique de la Romaine-2 : études


spécialisées sur le comportement des ouvrages ACRD : propriétés et lois de comportement des
matériaux (Rapport interne pour Hydro-Québec)

18. Consortium RSW/SNC (2012). Aménagement hydroélectrique de la Romaine-2 : barrage et


digues : rapport de conception (Rapport interne pour Hydro-Québec)

19. Cooke, J.B. (1984). Progress in rockfill dams. Journal of geotechnical engineering. Vol 110, no
10, p 1383-1414

20. Cooke, J.B. “Rockfill and the rockfill dam” In (1993). Proceedings International symposium on
high earth-rockfill dams. Beijing, China : Chinese society for hydro-electric engineering, p. 1-
24

21. Cooke, J.B. “The concrete face rockfill dam” In Metropolitan water district of Southern
California et USCOLD (1997) Non-soil water barriers for embankment dams : 17th annual
USCOLD lecture series. San Diego, CA : USCOLD, p. 117-132

22. Cooke, J.B et J.L. Sherard (1987). Concrete-face rockfill dam : II. Design. Journal of
geotechnical engineering. Vol 113, no 10, p. 1113-1133

23. Dascal, O. (1987). Postconstruction deformation of rockfill dams. Journal of geotechnical


engineering. Vol. 113, no. 1, p. 46-59

24. Dumas J.C., G.S. Larocque et al. « Mesures préventives contre la fissuration du noyau du
barrage principal d’Outardes 4, Q36 R28 » In CIGB (1970). 10e Congrès des grands barrages,
Montréal, p. 445-467

25. Duncan, J.M. (1996). State of the art : limit equilibrium and finite-element analysis of slopes.
Journal of geotechnical engineering. Vol 122, no 7, p. 577-595

26. Duncan, J.M. et C.Y. Chang (1970). Nonlinear analysis of stress and strain in soils. Journal of
the soil mechanics and foundations division. Vol. 96, no 5, p. 1629-1653

27. Eisenstein, Z. (1974). Application of finite element method to analysis of earth dams : state of
the art report. Edmonton : University of Alberta

28. Fitzpatrick, M.D., B.A. Cole et al. “Design of concrete-faced rockfill dams” In ASCE (1985).
Concrete face rockfill dams : design, construction, and performance. New York : ASCE, p.
410-434

29. Galloway, J.D. (1939). The design of rock-fill dam. Transactions of the American Society of
Civil Engineers. Vol. 104,no 1, p.1-24

154
30. GEO-SLOPE International. Stress-deformation modeling with SIGMA/W, [Logiciel], Calgary,
AB, 2012

31. Geowave (2013). Relevés MMASW sur les enrochements des recharges : barrage principal et
digue F : secteur La Romaine-2 (Rapport interne pour Hydro-Québec)

32. Geowave (2014). Relevés MMASW au barrage Romaine-2 : essais sur le chemin d’accès à la
crête recharge du côté aval (Rapport interne pour Hydro-Québec)

33. Giudici, S., R. Herweynen et al. « HEC experience in concrete faced rockfill dams – past,
present and future” In ICOLD (2000). CFRD 2000 : Proceedings International Symposium on
concrete faced rockfill dams. Beijing : ICOLD, p. 29-46

34. Griffith, A.A. (1920). The phenomena of rupture and flow in solid. London. Cité par Marachi,
N.D., C.K. Chan et al. (1969). Strength and deformation characteristics of rockfill materials
(Report TE-69-5). Berkeley, CA : University of California

35. Griffith, A.A. “The theory of rupture” In Biezeno, C.B. et J.M. Burgers (1925). Proceedings of
the first international congress for applied mechanics. Delft : Waltman, p. 55-63. Cité par
Marachi, N.D., C.K. Chan et al. (1969). Strength and deformation characteristics of rockfill
materials (Report TE-69-5). Berkeley, CA : University of California

36. Holtz, W.G. et H.J. Gibbs (1956). Triaxial shear tests on pervious gravelly soils. Journal of the
soil mechanics and foundations division.

37. Holtz, R., et W. Kovacs (1991). Introduction à la géotechnique. Montréal: Éditions de l’École
Polytechnique de Montréal

38. Hunter, G. et R. Fell (2002). Deformation behaviour of rockfill (UNICIV report no. R-405).
Sydney, Australia : University of New South Wales

39. Hunter, G. et R. Fell (2003). Deformation behaviour of embankment dams (UNICIV report no.
R-416). Sydney, Australia : University of New South Wales

40. Hussien, M.N. et M. Karray (2016). Shear wave velocity as a geotechnical parameter: an
overview. Revue canadienne de géotechnique. Vol. 53, no 2, p. 252-272

41. Hydro-Québec (1969). Outardes-4 : barrages : rapport synthèse : contrôle qualitatif des
matériaux (Rapport interne Hydro-Québec)

42. Hydro-Québec (1991). Vocabulaire de l’exploitation des barrages.

43. ICOLD (1989). Rockfill dams with concrete facing : state of the art. (Bulletin 70)

44. Indraratna, B. (1994). The effect of normal stress-friction angle relationship on the stability
analysis of a rockfill dam. Geotechnical and geological engineering.Vol. 12, june, p.113-121

45. Joisel, A. (1962). La rupture des corps fragiles au cours de leur fragmentation. Paris : Centre
d’études et recherches de l’industrie des liants hydrauliques. (Publication technique no 127)

155
46. Justo, J.L. “Collapse : its importance, fundamentals and modelling” In E.M. Neves, ed. (1991).
Advances in rockfill structures. Dordrecht : Springer, p. 97-152

47. Justo, J.L et J. Saura (1983). Three-dimensional analysis of Infiernillo dam during construction
and filling of the reservoir. International journal for numerical and analytical methods in
geomechanics. Vol. 7, no 2, p. 225-243

48. Karray, M. (2011). GCI-734 - Dynamique et vibration des sols, notes du trimestre hiver 2011.
Université de Sherbrooke

49. Kenney, T.C. and C.C. Yam (1978). "Influence of Water on the Compressibility of Rockfill
Materials". Proceedings 31"'1 Canadian Geotechnical Conference: Water - A Geotechnical
Consideration,Winnipeg, Manitoba, 1978. Cité par Milligan, V. et L. Coyne. “Review of
factors influencing the settlement of rockfill dams” In SCG (2005). K. Y. Lo Symposium.
London, ON : The University of Western Ontario

50. Kjaernsli, B. (1965). Compressibility of rockfill and deformation of rockfill dam (Publication
no 196). Oslo, Norvège : Norwegian geotechnical institute (NGI). Cité par Milligan, V. et L.
Coyne. “Review of factors influencing the settlement of rockfill dams” In SCG (2005). K. Y.
Lo Symposium. London, ON : The University of Western Ontario

51. Kjaernsli, B. et G. Adikari (1987). Analysis of displacements and stresses in Storvatn dam
(Report no 68611-84). Oslo, Norvège : Norwegian geotechnical institute (NGI)

52. Kjaernsli, B. et A. Sande (1963). Compressibility of some course-grained materials


(Publication no 66). Oslo, Norvège : Norwegian geotechnical institute (NGI), p. 245-251

53. Kjaernsli, B., T. Valstad et al. (1992). Rockfill dams : design and construction (Publication N-
7034). Trondheim, Norvège : Norwegian institute of technology

54. Konrad, J.-M. et L. Boisvert (2010). Essais de compression oedométrique sur matériau de
remblai en enrochement : granulométrie médiane et uniforme (Rapport interne pour Hydro-
Québec). Québec, QC : Université Laval

55. Leps, T.M. (1970). Review of shearing strength of rockfill. Journal of the soil mechanics and
foundations division. Vol 96, no 4, p. 1159-1170

56. Leps, T.M. “Flow through rockfill” In Hirschfeld et Poulos (1973). Embankment dam
engineering : Casagrande volume. New York : Wiley.

57. Lowe, J. “Shear strength of coarse embankment dam materials, Q31 R11” In CIGB (1964). 8e
Congrès des grands barrages, Edinburgh, p. 745-761

58. Marachi, N.D., C.K. Chan et al. (1969). Strength and deformation characteristics of rockfill
materials (Report TE-69-5). Berkeley, CA : University of California

59. Marsal, R.J. (1967). Large-scale testing of rockfill materials. Journal of the soil mechanics and
foundations division. Vol. 93, no 2, p. 27-43

156
60. Marsal, R.J. “Mechanical properties of rockfill” In Hirschfeld et Poulos (1973). Embankment
dam engineering : Casagrande volume. New York : Wiley, p. 109-200

61. Matheson, G.M. (1986). Relationship between compacted rockfill density and gradation.
Journal of geotechnical engineering. Vol. 112, no 12, p. 1119-1124

62. Matheson, G.M. et W.F. Parent (1989). Construction and performance of two large rockfill
embankments. Journal of geotechnical engineering. Vol. 115, no 12, p.1699-1716

63. Milligan, V. et L. Coyne. “Review of factors influencing the settlement of rockfill dams” In
SCG (2005). K. Y. Lo Symposium. London, ON : The University of Western Ontario

64. Nieto Gamboa, C.J. Mechanical behavior of rockfill materials : application to concrete face
rockfill dams, Thèse (Ph. D.), École Centrale Paris, 2011

65. Oldecop, L.A. et E.E. Alonso (2001). A model for rockfill compressibility. Géotechnique. Vol.
51, no 2, p.127-139

66. Paré, J.J. “Earth dam behavior on the La Grande project” In Laginha Serafim, J., ed. (1984).
Proceedings of the International conference on safety of dams. Coimbra, Portugal : University
of Coimbra, p. 153-160

67. Penman, A.D.M. “Materials and construction methods for embankment dams and cofferdams,
Q55” In CIGB (1982). 14e Congrès des grands barrages, Rio de Janeiro, p. 1105-1228

68. Penman, A.D.M., J.B. Burland et al. (1971). Observed and predicted deformations in a large
embankment dam during construction. Proceedings of the Institution of civil engineers. Vol. 49,
no 1, p. 1-21

69. Penman, A.D.M. et J.A. Charles (1973). Constructional deformations in rockfill dams. Journal
of the soil mechanics and foundations division. Vol. 99, no 2, p. 139-163

70. Penman, A.D.M. et J.A. Charles. « The quality and suitability of rockfill used in dam
construction, Q44 R26” In CIGB (1976). 12e Congrès des grands barrages, Mexico, p. 533-
556

71. Pigeon, Y. The compressibility of rockfill, Thèse (Ph. D.), University of London (Imperial
College of Science and Technology), 1969

72. Pinto, N.L.S. et P.L. Marques Filho (1998). Estimating the maximum face slab deflection in
CFRDs. International Journal on hydropower and dams. Vol. 5, no 6, p.28-30

73. Pope, R.J. (1967). Evaluation of Cougar embankment performance. Journal of the soil
mechanics and foundations division. Vol. 93, no 4, p 231-250

74. Poulos, H.G. et E.H. Davis (1974). Elastic solutions for soil and rock mechanics. New York :
Wiley. Cité par Hunter, G. et R. Fell (2002). Deformation behaviour of rockfill (UNICIV report
no. R-405). Sydney, Australia : University of New South Wales.

157
75. Qualitas (2011). Production de granulats et réalisation du σ d’essais : rapport technique final :
28 juin au 24 août 2010 (Rapport interne pour Hydro-Québec)

76. Qualitas (2012). Barrage Romaine-2 : tranchée d’inspection : rapport particulier sols 3 au 21
août 2012 (Rapport interne pour Hydro-Québec)

77. Qualitas (2013). Construction du barrage et des digues A2, B2, C2 et excavation de
l’évacuateur de crues phase 2 : rapport final sols 2011-2013 (Rapport interne pour Hydro-
Québec)

78. Sherard, J.L. “Embankment Dam Cracking” In Hirschfeld et Poulos (1973). Embankment dam
engineering : Casagrande volume. New York : Wiley, p. 271-353

79. Singh, M.K., J.S. Sharma et al. (2009). A design chart for estimation of horizontal displacement
in municipal landfills. Waste management. Vol. 29, no. 5, p 1577-1587. Cité par Qoreishi, S. M.
Numerical modeling of the behavior of rockfill dams during construction and impoundment,
Thèse (Ph. D.), University Laval, 2013

80. Smith, M. (2006). Aménagement SM-3 – Étude sur les tassements et la fissuration observés en
crête du barrage Denis-Perron (Rapport interne Hydro-Québec). Montréal, QC

81. Smith, M. (2014). Internal deformations of the Romaine-2 dam during construction and
impoundment. [Présentation au Comité d’experts, 17 septembre 2014]

82. Smith, M. “Rockfill settlement measurement and modelling of the Romaine-2 dam during
construction, Q98 R21” In CIGB (2015). 25e Congrès des grands barrages, Stavanger, p. 468-
485

83. Sowers, G.F., R.C. Williams et al. “Compressibility of broken rock and settlement of rockfill”
In (1965). Proceedings of the 6th International conference on soil mechanics and foundation
engineering. Toronto : University of Toronto press, p. 561-565

84. Terzaghi, K. (1960). Discussion of Rockfill dams : Salt Springs and Lower Bear River concrete
face dams by I.C. Steele and J. Barry Cooke. Transactions of the American Society of Civil
Engineers. Vol. 125, no 2, p. 139-148

85. USACE (1994). Engineering and design : Test quarries and test fills (EM 1110-2-2301).
Washington, DC : USACE

86. Verret, D. (2011). Complexe la Romaine : traitement des données des rouleaux compacteurs à
l'aide du logiciel Site Vision. Hydro-Québec. [Présentation]

87. Verret, D., H. Longtin et al. « Romaine-2 hydroelectric project : large-scale test fills for ACRD
dam and dikes design” In ACB (2013). Congrès annuel de l’Association canadienne des
barrages, Montréal. Montréal, QC : ACB

88. Viotti, C.B. “Rockfill deformability : discussion on the behaviour of brazilian rockfill dams” In
(1999). XI Panamerican Conference on soil mechanics and geotechnical engineering. [Brésil] :
ISSMGE, vol. 4

158
89. Vutsel, V.L. (1976). Density and strength of dams of earth materials. Hydrotechnical
construction. Vol. 10, no 9, p. 904-908

90. Wilson, S.D. “Deformation of earth and rockfill dam” In Hirschfeld et Poulos (1973).
Embankment dam engineering : Casagrande volume. New York : Wiley, p.365-417

91. Wipfrag. Site web. URL : http://www.wipware.com/wipfrag.php Consulté en août 2015

92. Wipware inc. Sampling and analyses guide, version 1, [Logiciel], Ontario, University of
Waterloo, 2013.

93. Yuan, G. (2011a). Image analysis for civil engineering material. (Rapport interne). Québec,
QC : Département du génie civil et de génie des eaux, Université Laval

94. Yuan, G. (2011b). Size distribution and porosity of rockfill material. (Rapport interne). Québec,
QC : Département du génie civil et de génie des eaux, Université Laval

95. Zeller, J. et R. Wul1imann. « The shear strength of the shell materials for the Goschenenalp
dam, Switzerland” In (1957). Proceedings of the 4th International Conference on soil
mechanics and foundation engineering. Londres : Butterworths scientific publications, p. 399-
404

159