Vous êtes sur la page 1sur 23

Rapporteur :

prof. dr hab. Józef Sypnicki

Projet couverture et page de titre :


Maksymilian Biniakiewicz

Composition et mise en page LATEX :


Gilles Quentel

Publication financée par la Faculté de Langues et l’Institut de Langues


Romanes de l’Université de Gdańsk

Copyright
c by Uniwersytet Gdański
Wydawnictwo Uniwersytetu Gdańskiego

ISBN 978-83-7865-290-8

Wydawnictwo Uniwersytetu Gdańskiego


ul. Armii Krajowej 119/121, 81-824 Sopot
tel./fax 58 523 11 37, tel. 725 991 206
e-mail : wydawnictwo@ug.edu.pl
www.wyd.ug.edu.pl

librairie internet : www.kiw.ug.edu.pl


Table des matières

Introduction 9

I Théorie 17

1 Placement de l’accent 19
1.1 Règle 1 : permanence de voyelle accentuée . . . . . . . . . . . 19
1.2 Règle 2 : la pénultième atone . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.3 L’Accentuation du latin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

2 Bouleversement Vocalique 23
2.1 Le Système Vocalique du latin . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2 Le Système Vocalique du français . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3 Le Bouleversement Vocalique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

3 Les Diphtongaisons 27
3.1 Processus de la diphtongaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3.2 Diphtongaison Romane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.2.1 [˘é] −→ [jE] (*p´ ĕttia −→ pièce) . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.2 [´ŏ] −→ [ø]/[œ] (bóvem −→ bœuf) . . . . . . . . . . . 29
3.3 Diphtongaison Française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
´
3.3.1 [ĭ]/[´ē] −→ [wa] (s´ēro −→ soir) . . . . . . . . . . . . . 30
3.3.2 [a] −→ [e]/[E] (máre −→ mer) . . . . . . . . . . . . . 32
3.3.3 [´ ´
ō/ŭ]−→ [ø]/[œ] (flórem −→ fleur) . . . . . . . . . . . 32
3.4 Diphtongaisons de coalescence . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.4.1 voyelle + [u] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.4.2 voyelle + [i] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.5 Les Diphtongues Latines et leur évolution . . . . . . . . . . . 36
3.5.1 [au] latine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.5.2 [ae] et [oe] latines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

5
3.6 Triphtongaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.6.1 Triphtongues issues de [íe”] . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.6.2 Triphtongues issues de [úo”] . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.6.3 Triphtongue [iai] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.7 Voyelles Toniques entravées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

4 Palatalisations Consonantiques 41
4.1 Processus de la palatalisation consonantique . . . . . . . . . . 42
4.2 Palatalisations des vélaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.2.1 Palatalisation de [k]e,i initale ou appuyée . . . . . . . 46
4.2.2 Palatalisation de [g]e,i initale ou appuyée . . . . . . . 46
4.2.3 Palatalisation de [k]e,i intervocalique . . . . . . . . . . 47
4.2.4 Palatalisation de [g]e,i intervocalique . . . . . . . . . . 47
4.2.5 Palatalisation de [k]a initiale ou appuyée . . . . . . . . 47
4.2.6 Palatalisation de [g]a initiale ou appuyée . . . . . . . . 48
4.2.7 Fausses Palatalisations de [k]a et [g]a intervocaliques
après voyelle palatale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.2.8 [k]a et [g]a intervocaliques après voyelle vélaire . . . . 49
4.2.9 [k]o,u et [g]o,u initiales ou appuyées . . . . . . . . . . . 50
4.2.10 [k]o,u et [g]o,u intervocaliques . . . . . . . . . . . . . . 50
4.2.11 Palatalisation de [k]s,t et [g]d implosifs . . . . . . . . . 51
4.2.12 Palatalisation de [kl] et [gl] . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.2.13 Palatalisation de [kr] et [gr] . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.2.14 Palatalisation de [gn] . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.3 Palatalisations devant un yod . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.3.1 Vélaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.3.2 Labiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.3.3 Liquides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.3.4 Séquences avec [n] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.3.5 Séquences avec [s] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.4 Influence des palatalisations consonantiques . . . . . . . . . . 61

5 Evolution des consonnes 63


5.1 Consonnes Initiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
5.1.1 Evolution de la constrictive glottale [h] . . . . . . . . 64
5.1.2 Evolution de la spirante labio-vélaire [w] . . . . . . . . 64
5.2 Consonnes Intervocaliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
5.3 Consonnes Implosives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
5.3.1 Séquences avec [t] et [d] . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
5.3.2 Séquences [labiale] + [liquide] . . . . . . . . . . . . . . 68

6
5.3.3 Autres Cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
5.4 Consonnes Finales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
5.4.1 Evolution des finales latines (vague I) . . . . . . . . . 70
5.4.2 Evolution des consonnes devenues finales (vague II) . 71
5.5 Consonnes Liquides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
5.5.1 Cas du [r] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
5.5.2 Cas du [l] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.6 Evolution de la spirante palatale [j] (“yod”) . . . . . . . . . . 74
5.7 Prosthèse, Epenthèse, Métathèse . . . . . . . . . . . . . . . . 75
5.7.1 Prosthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
5.7.2 Epenthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
5.7.3 Métathèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

6 Evolution des voyelles atones 77


6.1 Initiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
6.1.1 A en hiatus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
6.1.2 A : cas particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
6.1.3 E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
6.1.4 O/U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
6.2 Finales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
6.3 Prétoniques Internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
6.4 Pénultièmes Atones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
6.5 Cas du U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

7 Nasalisations 83
7.1 Phase I : Nasalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
7.2 Phase II : Ouverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.3 Phase III : Dénasalisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

II Exercices 87

8 Méthode d’analyse 89
8.1 Analyse de l’étymon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
8.1.1 Transcription en API . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
8.1.2 Localisation de l’accent . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
8.1.3 Repérage des changements phonétiques . . . . . . . . 90
8.2 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

9 Exercices 95

7
9.1 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
9.1.1 Niveau Facile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
9.1.2 Niveau Moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
9.1.3 Niveau Difficile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
9.2 Corrigés des exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
9.2.1 Niveau Facile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
9.2.2 Niveau Moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
9.2.3 Niveau Difficile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
9.3 Exercices Supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

III Annexes 107

Lexique Terminologique et Tableaux 109

Bibliographie 117
Introduction

Méthodologie
La phonétique historique du français est une matière généralement re-
doutée des étudiants en langues romanes, en France et partout dans le
monde. Prétendre que ces craintes sont infondées serait mentir : l’évolution
phonétique du français est complexe.

Ce livre a pour but de proposer au lecteur, étudiant, enseignant ou ama-


teur éclairé, un exposé clair et synthétique de l’ensemble des phénomènes
d’évolution phonétique depuis le latin jusqu’au français moderne. Il n’a pas
vocation à remplacer ni à mettre à jour les traités de Bourciez et de Zink,
mais d’en simplifier et d’en organiser la matière de façon plus lisible pour qui
n’est pas familier de la linguistique comparée en général et de la phonétique
historique en particulier. C’est la transcription A.P.I (Alphabet Phonétique
International) qui a été retenue ici : inconnue du temps de Bourciez (1921)
et à laquelle Zink avait, en son temps, préféré la notation des romanistes
héritée de ce dernier, laquelle est depuis tombée en désuétude.

Les règles de phonétique historique sont présentées de façon systématique


et organisées autour des deux grands “blocs” d’évolutions phonétiques que
sont les diphtongaisons vocaliques et les palatalisations consonantiques. Ces
deux phénomènes sont à la fois les plus complexes et les plus importants
dans la phonétique historique du français et expliquent pour beaucoup l’em-
preinte sonore si particulière que la langue a acquise au fil des siècles.

Par souci de clarté, il a semblé préférable de ne pas noyer le lecteur dans les
détails d’exceptions et de particularités régionales, sans pour autant simpli-
fier la matière en elle-même.

9
D’autre part, une partie pratique composée de trois séries d’exercices cor-
rigés a été adjointe à la partie théorique, ainsi qu’une série d’exercies non-
corrigés pour qui souhaiterait s’entraı̂ner plus avant. Ces exercices, classés
par niveaux, intègrent la plupart des évolutions phonétiques décrites dans
le livre ainsi, pour les plus difficiles, que des cas d’exceptions.

De plus, une section a été dédiée à la méthode de travail afin de guider


le lecteur dans la pratique de l’analyse phonétique.

Enfin, on trouvera en annexe un lexique terminologique ainsi que plusieurs


tableaux récapitulatifs, comprenant une synthèse complète des lois d’évolution
phonétique qui permettent de retrouver plus rapidement les règles nécessaires
à l’analyse. Ces tableaux sont complétés de références qui renvoient aux
différents chapitres et sections du livre.

Les ouvrages de Bourciez et de Zink mentionnés plus haut n’en demeurent


pas moins les références incontournables de la matière, et il est recommandé
de s’y référer au besoin. Le Bourciez a l’inconvénient d’utiliser une termi-
nologie que l’on a abandonnée aujourd’hui mais qui fut celle de la grande
tradition des linguistes du XIXème , c’est un livre très précis (il mentionne
de très nombreux cas d’exceptions), dense et qui possède une autre qualité
plus rare : la clarté (tout y est classé par phonème). Il n’est pas anodin
qu’un livre scientifique rédigé il y a un siècle demeure encore aujourd’hui
une référence.

Le Zink, plus récent, a quant à lui le défaut d’une découpe en chapitres


assez peu pratique et dont la logique ne saute pas aux yeux, mais la qualité
d’être d’une très grande précision, en particulier en ce qui concerne les data-
tions (le Bourciez propose comparativement peu de dates). Ces deux livres
sont donc complémentaires.

Peu de manuels ont été consacrés aux exercices de phonétique. Le lec-


teur pourra néanmoins se tourner vers l’excellent ouvrage de N. Andrieux-
Reix, d’une très grande clarté et qui comprend de nombreux exercices cor-
rigés classés thématiquement. Le présent ouvrage propose, par souci de
complémentarité, des exercies corrigés différents de ceux d’Andrieux-Reix.

Enfin, pour tous ceux qui voudraient étendre leur connaissance du sujet
aux autres langues romanes, on ne peut que recommander les deux ou-
vrages historiques fondateurs et toujours actuels malgré leur âge que sont

10
les deux Grammaire des Langues Romanes : celle de Friedrich Diez, qui date
de 1844 (en particulier le premier volume, consacré à la phonétique) et celle
de Wilhelm Meyer-Lübke (1902), d’une précision inégalée et qui demeure la
référence incontournable pour l’histoire comparée des langues romanes.

Avant de s’engager plus avant dans le strict inventaire des lois de la


phonétique historique du français, il a semblé approprié de présenter au
lecteur un cadre historique qui mette en perspective une matière qui,
contrairement à ce que l’on imagine souvent en raison de son aridité
théorique, est fortement ancrée dans la vie de langue.

De l’origine des changements phonétiques


Le français est une langue romane, ce qui signifie qu’elle est issue du
latin (langue de Rome, d’où le nom de “romane”). Elle partage ce statut
avec de nombreuses autres langues, parmi lesquelles on trouve notamment
l’espagnol, l’italien, le portugais et le roumain, mais aussi le catalan, l’occi-
tan, le galicien, le sarde, le corse, etc. toutes issues du latin également.

Ces langues sont aujourd’hui suffisamment différentes pour que l’inter-


compréhension entre elles soit rendue difficile, voire impossible : un français
et un espagnol castillan ne se comprennent pas s’ils n’ont pas étudié leurs
langues respectives. L’explication généralement apportée à ce phénomène
est celle des structuralistes, qui dit que, bien qu’issues d’une langue ori-
ginale commune (le proto-roman), les langues romanes ont divergé avec le
temps, entraı̂nées par des mécanismes d’assimilations et de dissimilations
phonétiques qui ont orienté leur empreinte sonore dans diverses directions.

Cette explication structuraliste (ou “mécaniste”), qui consiste à ne prendre


en compte que le facteur linguistique interne ne permet cependant pas d’ex-
pliquer pourquoi le français et le portugais possèdent des voyelles nasales
alors que les autres langues romanes n’en ont pas, ni pourquoi le “r” latin
est resté alvéolaire dans toutes les langues romanes sauf en français, ou pour-
quoi un [k] placé devant un [a] est devenu un [S] en français alors qu’il n’a
pas changé dans les autres langues romanes (par exemple, le latin camera
donne l’italien camera mais le français chambre).

11
L’empreinte phonétique du français est très différente de celles de l’es-
pagnol ou de l’italien, par exemple, car c’est une langue qui a déformé le
latin d’une manière particulière - et radicale. Les changements que nous
avons évoqués plus haut en sont un exemple. Si l’italien a globalement peu
altéré la phonétique du latin, c’est sans doute parce que le latin était une
langue autochtone de l’Italia. A l’inverse, si la phonétique du français n’a,
pour ainsi dire, plus aucun rapport avec celle de sa langue-mère, c’est ma-
nifestement parce que le latin n’était pas la langue des autochtones de la
Gaule : ceux-ci parlaient une langue celtique, le gaulois, et le français a
d’abord été un latin mal parlé par des Gaulois, comme le remarquait déjà
Proust, déformé par leurs habitudes articulatoires. On sait aujourd’hui à
quel point la prononciation de l’anglais est difficile pour un français : il n’en
allait pas autrement quand un Gaulois parlait latin. Il est certain que la
typicité de la phonétique française est d’abord l’effet du substrat indigène
(le gaulois), et accessoirement l’effet des évolutions phonétiques ultérieures :
si nous avons des nasales en français, par exemple, c’est probablement parce
qu’il y avait, en Gaule, un terreau fertile à la production de nasales, sinon
des nasales pures (Delattre, 1965 : 104), (Meyer-Lübke, 1890 : 575), (Dottin,
1918 : 77). Si le français a autant palatalisé et diphtongué les sons du latin,
si les consonnes se sont à ce point affaiblies, par lénition notamment, c’est
là encore probablement une influence du celtique (Delattre, 1946 : 2), (Zink,
1986 : 108), (Dauzat, 1939 : 17), (Martinet, 1952 : 215), (Gray, 1944 : 229),
(Watkins, 1955 : 19). Depuis longtemps le son [y] est soupçonné d’avoir une
origine gauloise (Dottin, 1918 :77), et le fait est à peu près acquis pour la
liason, en français comme en portugais. En fin de compte, c’est à peu près
toute la phonétique du français qui est, sinon un héritage direct, du moins
une conséquence systémique de l’articulation gauloise.

De même, et bien qu’il l’ait fait dans une moindre mesure, l’espagnol a
déformé le latin sous l’influence probable de substrats ibériques (les “pl” et
“f” initiaux du latin passés respectivement au “ll” et au “h” en castillan,
comme dans pluvia → lluvia ou facere → hacer sont les produits du substrat
ibérique).

La linguistique s’est jusqu’à aujourd’hui peu interessée aux substrats et à


leur impact sur les altérations phonétiques, bien qu’Edouard Bourciez et
Gaston Zink en soupçonnent l’influence à plusieurs reprises. L’une des rai-
sons de ce désintérêt tient pour une large part à la faible connaissance que

12
nous avons des langues substratiques : nous connaissons mal la grammaire
du gaulois et pas du tout celle de l’ibère, du dace (substrat du roumain)
et du lusitanien (substrat du portugais), et nous n’avons qu’une vague idée
de leur prononciation. Difficile donc de s’appuyer sur des preuves tangibles,
alors que de l’autre côté la grammaire et la prononciation du latin sont
largement documentées. Ainsi sommes nous capables de déterminer avec
précision sur quelle voyelle tombait l’accent latin, ou encore quelle était la
quantité (brève ou longue) de chacune d’elles. Il est impossible d’en faire
autant avec le gaulois, et encore moins avec les autres langues substratiques
- hormis le basque qui est toujours parlé aujourd’hui.

Du latin au français
Ce que ce livre se propose d’exposer, c’est l’ensemble des règles qui
régissent le passage du latin au français, quelles qu’en soient par ailleurs
les origines.

Le français et ses soeurs romanes sont, nous l’avons dit, issus du latin.
En réalité, ce constat est simplificateur : d’abord parce qu’un nombre non-
négligeable de mots français viennent 1- des langues de substrat (drap, rûche
ou sapin sont des mots indigènes gaulois ou pré-romans) 2- des langues de
superstrat (bleu, nord ou garder viennent du vieux francique), 3- d’emprunts
à d’autres langues (chimie, carafe et jupe viennent de l’arabe, tomate de la
langue des Mayas, thé du chinois, sans compter les très nombreux mots em-
pruntés au grec ancien, etc.) et 4- de réintroductions tardives et volontaires
(“formations savantes”) de mots latins (ainsi hospitalem a évolué naturelle-
ment en hôtel mais a été réintroduit sous la forme hôpital, et les exemples
sont nombreux).

Issu du latin donc, mais pas seulement, et pas toujours naturellement. Et le


problème se corse encore davantage si l’on sait que le vocabulaire français,
même quand il paraı̂t latin, ne peut pas s’expliquer régulièrement comme
l’avatar du latin dans de très nombreux cas : il y a, entre le français et le
latin, un chaı̂non manquant. Ainsi, le mot “amitié” ne s’explique pas comme
un aboutissement régulier du mot latin “amicitiam” : pour que l’évolution
soit (à peu près) régulière, il faut imaginer un mot “*amicitatem” qui n’est
attesté nulle part (comme le signale l’astérisque). De même, le mot “acheter”

13
ne peut pas venir régulièrement du latin “captare”, il faut là encore imagi-
ner un étymon “*accaptare”. Ce phénomène, loin d’être isolé, concerne une
partie conséquente des mots “latins” du lexique français.

Pour expliquer ce phénomène, les linguistes ont imaginé qu’il existait une
langue transitoire, vernaculaire, entre le latin classique et les langues ro-
manes. Cette langue n’est pas attestée, elle est reconstruite par déduction,
sur la base des règles de la phonétique historique. On n’a pas la preuve qu’elle
ait été réellement parlée (bien qu’on en soupçonne quelques traces, malheu-
reusement très rares et très fragmentaires), mais elle a mathématiquement
existé, sans quoi la phonétique des langues romanes est inexplicable. Cette
langue hypothétique est appelée “latin populaire” (autrefois “latin vulgaire”,
terme toujours en usage chez les Anglo-Saxons). Le français ne vient donc
pas directement du latin classique, mais du latin populaire : une langue que
l’on suppose avoir été parlée par le peuple de Rome, alors que le latin clas-
sique, plus archaı̈que, aurait été réservé à la littérature et à l’usage d’une
élite aristocratique.

La question du latin populaire pose cependant plusieurs problèles qui


dépassent la matière de ce livre mais dont on dira quelques mots : outre le
lexique, qui est sensiblement différent de celui du latin, la grammaire et la
syntaxe du latin populaire divergent considérablement : le latin classique
n’a pas d’article alors que le latin populaire en possède (comme toutes les
langues romanes), le latin classique n’a pas de mode conditionnel alors
que le latin populaire est supposé en avoir un (comme toutes les langues
romanes), etc, et dans le détail, de nombreuses formes verbales (celles de
être, avoir et aller notamment) et pronominales ne s’expliquent pas à partir
du latin, de nombreux mots n’ont même pas de racine latine, etc. Tout cela
fait du latin populaire une langue nettement différente du latin : bien plus
différente que ne le sont le français et le roumain, par exemple. Ce qui pose
le problème de la cohabitation de deux idiomes dont on imagine mal qu’ils
fussent inter-compréhensibles, et qui suppose une situation difficilement
concevable de bilinguisme à Rome. Le romaniste Witold Mańczak a par
ailleurs démontré de façon convaincante que les langues romanes étaient
filles du latin classique, et qu’il n’était pas nécessaire de convoquer une
langue-charnière hypothétique (Mańczak, 1977 & 1994).

14
Outre ces incertitudes concernant le latin populaire, la notion pose un
autre problème : elle donne l’illusion que les mots du latin populaire sont des
mots issus du latin classique, ou que l’on retrouve en latin classique (selon
que l’on considère le latin populaire comme fille ou soeur du latin classique).
Or de nombreux mots supposément latins populaires sont en réalité des mots
gaulois ou grecs adaptés au système flexionnel latin. Pour cette raison, les
origines des mots LP (Latin Populaire) ont ici été précisées.

En résumé, le français serait donc la fille d’une langue-mère non-attestée,


le latin populaire, qui serait elle-même le résultat d’une altération du la-
tin. Ce latin populaire aurait été ensuite amené en Gaule par les Romains
(lesquels n’étaient pas tous, loin s’en faut, des natifs de Rome : l’armée ro-
maine comptait des Etrusques, des Dalmates et des Illyriens notamment,
dont les langues sont sans rapport avec le latin). Ce latin populaire a en-
suité été parlé et altéré par des locuteurs de langue celtique (les Gaulois),
qui furent plus tard dominés par des Germains (Wisigoths, Ostrogoths, Bur-
gondes, et enfin Francs). Puis, ayant assimilé les mots d’une multitude de
langues (amérindiennes, arabe, chinois, persan, scandinaves, hollandais etc.)
le français fut artificiellement enrichi de mots directement puisés dans le la-
tin classique et dans le grec ancien à partir du XVIème siècle.

Quel(s) français ?
Le français est, on le voit, une langue à la genèse fort complexe. Dire
qu’il est issu du latin est globalement vrai, mais c’est sans aucun doute une
simplification. Et nous ne sommes pas encore au bout du problème...

Car en effet, lorsque l’on parle de l’ancien français, à quelle langue se réfère-
t-on ? S’agit-il de l’ancêtre de notre français moderne ? La réponse est non.
La dénomination “ancien français” est incorrecte, car elle nous donne l’illu-
sion d’une unité linguistique qui n’a commencé à exister réellement sur le
territoire français que vers la moitié du XXème siècle, unité qui s’est faite
autour du français de l’Ile de France, lequel n’était pas, au Moyen-Age, la
langue dominante.

15
A cette époque, les choses sont beaucoup plus complexes : le français de l’Ile
de France n’est qu’une langue parmi d’autres, limitée à la région de Paris, et
qui n’a pas à cette époque de prestige particulier. Nous ne développerons pas
ici la question fort complexe de la géopolitique du Royaume de France à une
époque où ducs et comtes sont parfois plus puissants que le roi (l’exemple de
Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, en est une bonne illustration).
Il découle de ce fait que la littérature médiévale n’a que peu été écrite en
ancien français mais davantage en ancien normand (Chanson de Roland,
Lais de Marie de France, etc.), en ancien Champenois (Chrétien de Troyes),
en vieux provençal (ancien occitan), en vieux gascon, etc.
La phonétique historique du français, telle qu’on la pratique traditionnelle-
ment, s’en tient, pour des raisons pratiques, au français de l’Ile de France,
tout simplement parce que c’est celui que l’on parle aujourd’hui. Rechercher
les évolutions phonétiques jusqu’en picard ou en normand contemporain
concerne les spécialistes de ces langues. Néanmoins, il faut bien garder à
l’esprit que l’unité linguistique de la France est très récente, et calquer la
situation actuelle sur celle des XIIème et XIIIème siècles serait une erreur.
La phonétique historique se propose donc d’examiner l’évolution des
mots d’origine, ou ”étymons” jusqu’au français moderne et de décrire toutes
les étapes de leurs évolutions avec le plus de précision possible. On le voit, les
incertitudes historiques sont nombreuses, et le sujet demeure encore aujour-
d’hui le terrain de vastes débats. Ce livre s’en tiendra à la doxa traditionnelle,
mais il est important de savoir que tout n’est pas fixé dans le marbre, comme
nous avons tenté de le montrer.

Je tiens enfin, avant de conclure, à remercier le professeur Jan Kortas pour


sa relecture minitieuse et ses conseils avisés auxquels ce livre doit beaucoup.
3 Les Diphtongaisons

Avec les palatalisations, c’est à la fois l’un des deux phénomènes les plus
complexes et l’un de ceux qui ont le plus bouleversé l’empreinte sonore de
la langue latine.

3.1 Processus de la diphtongaison


Une diphtongue est une séquence de deux voyelles contiguës qui ne
compte que pour un seul phonème. Elle peut être le produit de deux pro-
cessus distincts :

diphtongaison spontanée : elle ne peut se produire que sur une voyelle


tonique et en syllabe libre. L’accent d’intensité lui conférant une durée plus
longue, cet étirement du son aboutit à sa scission en deux voyelles distinctes.

ex : férum −→ fier

diphtongaison de coalescence : la réunion accidentelle de deux voyelles


(suite à l’effacement d’une consonne, à l’émission d’un yod à la suite d’une
palatalisation ou à la vocalisation d’une consonne implosive) forme, indépendamment
de l’accent, une diphtongue que l’on appelle ”de coalescence”.

ex : LP *pectorı́na −→ poitrine

triphtongaison : dans certaines configurations, il peut se former un son


complexe de trois voyelles qui se résoud généralement en une seule (cf. 3.6).

27
ex : LP *martéllus −→ marteau

Le processus de diphtongaison spontanée d’une voyelle latine tonique suit


en règle générale six grandes étapes :

– 1- la voyelle latine subit les effets du bouleversement vocalique


(abrégé ”B.V”)

– 2- diphtongaison

– 3- différenciation par déplacement du point d’articulation de la voyelle,


(passage d’une vélaire à une palatale ou inversement) dans le but
d’éviter une monophtongaison précoce quand les points d’articulation
des deux voyelles sont trop rapprochés

– 4- bascule de l’accent : l’accent passe de la première à la seconde


voyelle, ce qui a pour effet de ”consonantifier” la première, c’est-à-dire
de la faire passer à la semi-voyelle correspondante : [i] → [j], [u] →
[ű], [u] → [w]).

– 5- monophtongaison

– 6- loi de position : selon sa position, la voyelle sera ouverte ou fermée.

3.2 Diphtongaison Romane

La diphtongaison romane est spontanée. Elle se produit donc exclusi-


vement sous l’accent. On la nomme ”romane” car on estime qu’elle s’est
produite vers le IIIème siècle de notre ère, c’est-à-dire pendant la période
de formation du ”gallo-roman” ou ”roman”, langue transitoire entre le latin
populaire et l’ancien français.

28
3.2.1 [˘
é] −→ [jE] (*p´
ĕttia −→ pièce)

[´ĕ]/[ae]
´ −→ [É] −→ [íE] −→ [íe”] −→ [je]/[jE]
ème ème
III VII déb.XIème
BV diphtongaison réduction d’aperture bascule de l’accent
+ consonantification
du 1er élément

Description :

– IIIème : [´ĕ]/[ae]
´ −→ [É] : ouverture du [é] latin accentué libre. BV :
ouverture de ĕ

– IIIème : [É] −→ [íE] : diphtongaison spontanée du [É] accentué libre

– VIIème : [íE] −→ [íe”] : réduction d’aperture

– début XIème : [íe”] −→ [je]/[jE] : loi de position (aboutissement en


syllabe ouverte/ en syllabe fermée).

3.2.2 ´ −→ [ø]/[œ] (bóvem −→ bœuf )


[ŏ]

[´ŏ] −→ [úO”] −→ [úo


”] −→ [úe”] −→ [űǿ] −→ [ø]
ème ème ème
fin III XI XII
BV assimilation déplacement bascule de monophtongaison
d’aperture du point l’accent
d’articulation

−→ [ø]/[œ]

loi de
position

29
Description :

– Epoque Classique : [´ŏ] −→ [Ó] : ouverture du [ŏ] latin (BV)

– fin IIIème : [´
ŏ] −→ [úO”] :
[úO”] −→ [úo
”] : assimilation d’aperture, [O] se ferme en [o] sous l’in-
fluence de la voyelle tonique fermée [u].

– XIème : [úo
”]−→ [úe”], déplacement du point d’articulation (processus
de différenciation qui permet d’éviter que les deux vélaires [o] et [u]
ne se monophtonguent),[o] passe à la palatale [e].

[úe”]−→ [űǿ] : bascule de l’accent.

– XIIème [űǿ] −→ [ø] : monophtongaison.


[ø] −→ [ø]/[œ] : loi de position ([ø] en syllabe ouverte/[œ] en syllabe
fermée.

3.3 Diphtongaison Française


La diphtongaison française est plus tardive que la diphtongaison romane :
on estime qu’elle s’est produite au VIème siècle de notre ère. Elle tire logi-
quement son nom de ”française” du fait qu’elle s’est produite aux alentours
du VIème siècle, c’est-à-dire pendant la période de formation de la langue
française.

3.3.1 [´ĭ]/[´
ē] −→ [wa] (s´
ēro −→ soir)
Le produit de ette diphtongaison spontanée a pu être repris par les coa-
lescences de type [e] + [i] et [o] + [i] (cf. 3.4.2).

30
´
[ĭ]/[´ē] −→ [é] −→ [éi”] −→ [ói”] −→ [óe”] −→ [úe”]
VIème XIIème
diphtongaison déplacement assimilation
du point d’aperture
d’articulation

−→ [we] −→ [wE] −→ [wa]


XIIIème XVIème XVIIIème
bascule ouverture
de l’accent

Description :

´
– IIIème : [ĭ]/[´ē] −→ [é] : BV.

– VIème : [e] −→ [éi”] : diphtongaison spontanée de la voyelle tonique


libre [é]

– XIIème : [éi”] −→ [ói”] : déplacement du point d’articulation → passage


du [e] ou du [i] palatal au [o] vélaire. C’est ici que la graphie moderne
”oi”, prononcée [wa] prend sa source.
[ói”] −→ [óe”] −→ [úe”] : assimilation d’aperture (du fait du trop grand
écart entre [o] ouvert et [i] très fermé).

– XIIIème : [úe”] −→ [wé] : bascule de l’accent, qui entraı̂ne la conso-


nantification de la voyelle [u] qui passe à la semi-voyelle [w].

– XVIème : [we] −→ [wE] : ouverture de [e] sous l’influence du [w].

– XVIIIème : wE −→ [wa] : l’ouverture se prolonge jusqu’au [a]. Zink


(1986 : 59) signale cependant que cette prononciation en [wa], com-
munément admise aujourd’hui, a longtemps été considérée comme vul-
gaire et rejetée par la prononciation savante. La diphtongue [wa] garde
la graphie médiévale ”oi”.

31
3.3.2 [a] −→ [e]/[E] (máre −→ mer)

[á] −→ [áe”] −→ [e] −→ [e]/[E]


VIème VIIème XVIIIème
diphtongaison monophtongaison loi de
position

Description :

Cette diphtongaison très fréquente est une particularité du français : on


ne la rencontre dans aucune autre langue romane (cf. Bourcier, 1921 :46).

– VIème : [á] −→ [áe”] : diphtongaison spontanée de [a] accentué libre.

– VIIème : [áe”] −→ [é] : monophtongaison.

– VIIème : [é] −→ [é]/[É] en voyelle ouverte ou fermée, respective-


ment (loi de position). Généralement graphié “e” mais on rencontre
également la graphie analogique “ai” (ex : clarus/clair)

3.3.3 [ō ´
´/ŭ]−→ [ø]/[œ] (flórem −→ fleur)

[´ ´
ō/ŭ] −→ [ó] −→ [óu
”] −→ [éu
”] −→
IIème VIème XIème
BV diphtongaison différenciation

−→ [œ́u
”] −→ [œ] −→ [ø]/[œ]
ème ème
XII XV XVIIème
labialisation monophtongaison

32
Tableau 9.1 – Evolutions des Voyelles

Diphtongaisons
spontanées coalescences triphtongues latines
[ŏ]
´ → [ø]/[œ] 3.2.2 [O]+[i] → [űi] 3.4.2 [úo”]+[j] → űi 3.6.2 [oe] → [e] 3.5.2
[O]+[lj]/[kj]/[gj → [œ] 3.4.2 [úo”]+[w/ł] → [ø] 3.6.2

ō]/[ŭ]
´ → [ø]/[œ] 3.3.3 [o]+[lj]/[kj]/[gj → [u] 3.4.2

vélaires
[o]+[u] → [u] 3.4.1
[u]+[i] → [űi] 3.4.2
[á] → [e]/[E] 3.3.2 [a]+[u] → [o] 3.4.1 [ia]+[j] → [i] 3.6.3 [au] → [u]/[o]/[O] 3.5.1
[a]+[i] → [E] 3.4.2 [ae] → [E] 3.5.2
[É]+[u] → [o] 3.4.1

palatales
[E]+[i] → [i] 3.4.2

113
[ĕ]
´ → [jE] 3.2.1 [e]+[i] → [wa] 3.3.1 [íe”]+[j] → [i] 3.6.1
´ ´
[ĭ]/[ē] → [wa] 3.3.1 [E]+[nj] → [jẼ] 3.4.2 [íe”]+[w/ł] → ø 3.6.1
Voyelles Atones
Toniques entravées
Initiales Nasales
[a]/[o]/[e]hiatus → ø (6.1.1) [O]/[o] → [u] (6.1.3) [a]+[nasale] → [ã] (7.2) [é] → [É](3.7)
vélaire+ [a] libre→ [@] (6.1.2) [o]+[s] → [O] (6.1.4) [e]+[nasale] → [Ẽ]/[ã] (7.2) [é]entre labiales → [œ] 3.7
[e]libre → [@] (6.1.3) Finales (6.2) → ø [o]+[nasale] → [Õ] (7.2) [o] → [u] (3.7)
[e]entr. → [E] (6.1.3) Prétoniques internes (6.3) → ø [i]+[nasale] → [Ẽ] (7.2)
[e]+liquide → [a] (6.1.3) Pénultièmes atones (1.2) → ø [y]+[nasale] → [œ̃] (7.2)
vélaire +[e] → [i] (6.1.3) [ū] → [y] (6.5) [o]+[nj] → [oñ]/[wañ]/[wẼ]
[um]→ [om] (6.1.4)
[E]/[O]se ferment (6.1.3)
Tableau 9.2 – Evolutions des Consonnes

Palatalisations Consonnes
vélaires [k]/[g] devant [j] Initiales Finales
e,i
[k] In./App. → [s]+ (4.2.1) [dj]/[gj] In./App. → [Z]+ (4.3.1) [h] → ø (5.1.1) effacement (5.4.2)
[g]e,i In./app. → [Z]+ (4.2.2) [tj]/[kj] In./App. → [s]+ (4.3.1) [w] → [v]/[g] (5.1.2) cas particuliers
[k]e,i Int. → [iz]+ (4.2.3) [tj]/[kj] Int. → [s]+ (4.3.1) Intervocaliques [r] → [K] (5.5.1)
e,i
[g] Int. → [i]/ø+ (4.2.4) [kj] Int. → [s]+ (4.3.1) [p] → [v]/[w] (5.2) [l]final se maintient (5.5.2)
[k]a In./App. → [S]+ (4.2.5) [tj] Int. → [iz]+ (4.3.1) [f] → ø (5.2) [l]implosif → [u] (5.5.2)
a
[g] In./App. → [Z]+ (4.2.6) [dj] Int. → [i]+ (4.3.1) [t]/[d] → ø (5.2) cas de [l] → [r](5.5.2)
a,i,e [k]/[g]a → [j]+ (4.2.7) [skj] Int. → [is]+ (4.3.1) [s] → [z] (5.2) cas de [r] → [l](5.5.2)
o,u [k]/[g]a → ø (4.2.8) [ktj] Int. → [s]+ (4.3.1) Implosives [j]in. → [Z] (5.6)
o,u

114
[k]/[g] Int. → ø (4.2.10) [bj]/[mj] → [Z]+ (4.3.2) [C]+[t]/[d] → [t]/[d] (5.3.1) [s] → [z] (5.2)
[k]s,t ,[g]d → i+ (4.2.11) [pj] → [S]+ (4.3.2) [tr]/[dr] → [rr]/[r] (5.3.1) Epenthèses
[kl]/[gl] → [j]+ (4.2.12) [rj] → [ir]+ (4.3.3) [tl]/[dl] → [ll]/[l] (5.3.1) [mr] → [mbr] (5.7.2)
[kr]/[gr] → [ir]+ (4.2.13) [lj] → [i]+ (4.3.3) [pr]/[br] → [vr] (5.3.2) [ml] → [mbl] (5.7.2)
[gn] → [ñ]+ (4.2.1’) [nj] → [ñ]+ (4.3.4) [pl] → [bl] (5.3.2) [nr] → [ndr] (5.7.2)
[ng]/[nn] → [n]+ (4.3.4) [rs] → [s] (5.3.2) [sr] → [str] (5.7.2)
[nk]t → [in]+ (4.3.4) [mn]/[pn] → [m] (5.3.3) [zr] → [zdr] (5.7.2)
[sj] → [iz]+ (4.3.5) [lr] → [ldr] (5.7.2)
[ssj] → [is]+ (4.3.5)

app. = appuyée ; C = consonne ; in. = initiale ; int = intervocalique ; + = palatalisation ; ø (sans crochets) =
effacement
Tableau 9.3 – A.P.I : Consonnes

Lieu d’articulation
Labiales Labio-dent. Dentales Alvéolaires palato-alv. Palatales Vélaires Uvulaires
Occlusives p, b t, d „t, d
„ k, g
Constrictives F, B f, v T, D s, z S, Z x, G X, K
Nasales m n ñ
Latérales l

Mode d’art.

115
Tableau 9.4 – A.P.I : Voyelles

Lieu d’articulation
Antérieures Centrales Postérieures nasales
écartées arrondies écartées arrondies
Mode d’art.

fermées i y u
mi-fermées e ø o õ
centrales @
mi-ouvertes E œ O œ̃,Ẽ
ouvertes a A ã

Tableau 9.5 – A.P.I : Semi-Voyelles

labio-palatale labio-vélaire palatale


spirantes ű w j