Vous êtes sur la page 1sur 23

Sommaire

I. Introduction...................................................................................................................................3
II. 8.2. Le principe de la méthode de contrôle par ultras..................................................................3
III. Emission et réception des ultrasons..........................................................................................4
1. Création des ondes de pression.................................................................................................4
2. L’effet piézoélectrique................................................................................................................5
3. La nature de l’onde ultrasons émit............................................................................................6
4. La nature de l’onde ultrasons reçut...........................................................................................7
IV. Propagation et transmission des ondes des ultrasons....................................................7
1. Caractéristiques d’une onde sinusoïdale.............................................................................7
2. Impédance acoustique............................................................................................................8
3. L’atténuation..............................................................................................................................8
4. La diffraction..............................................................................................................................9
5. La diffusion.................................................................................................................................9
6. L’absorption.............................................................................................................................10
7. La réflexion...............................................................................................................................10
8. La réflexion et réfraction d’une onde sonore..........................................................................11
9. Effet de la géométrie de l’interface...........................................................................................11
10. Effet d’Echo de coin..............................................................................................................12
11. Effet de bond........................................................................................................................12
V. Les matériels ultrasonores...........................................................................................................12
1. Le traducteur.............................................................................................................................12
a. Les composons d’un traducteur........................................................................................12
b. Les types de traducteur........................................................................................................13
c. Les focalisations du traducteur...........................................................................................14
2. Le câble coaxial........................................................................................................................15
3. L’appareil ultrasonore..............................................................................................................16
4. Block d’étalonnage...................................................................................................................18
a. Bloc d’étalonnage (V1).........................................................................................................18
b. Bloc d’étalonnage (V2).........................................................................................................18
5. Blocks de référence..................................................................................................................19
6. Milieu de couplage...................................................................................................................19
VI. Les techniques de contrôle par ultrasons................................................................................19
1. Le contrôle par contacte..........................................................................................................19
2. Le contrôle par immersion........................................................................................................20
VII. Les méthodes de contrôle par ultrasons.................................................................................20
1. Méthode de contrôle par écho d’anomalie.............................................................................20
a. Recherche de défaut proche de la surface avec des traducteurs émission réception
séparée.........................................................................................................................................21
2. Méthode de contrôle par transmission...................................................................................21
VIII. Conclusion...........................................................................................................................22
I. Introduction
Le son n'est autre qu'une onde de vibration mécanique qui fait intervenir les particules
d’un milieu liquide ou solide, dit de propagation. Sous l'action de cette onde les points
matériels effectuent un mouvement de va-et-vient, en général de faible amplitude, autour
de leur position moyenne. Le son est audible dans un intervalle de fréquence compris entre
1 MHz et
5 MHz, variable suivant l’épaisseur et la nuance du matériau.
L’ultrason s’inscrit sous le terme générique de vibrations acoustiques, car il ne diffère ni par
leur nature, ni par leurs modes de propagation, ce qui permet de les traiter de la même
façon.
Un peu plus d'un siècle s'est écoulé depuis les premières expériences sur les ultrasons par
Galton en 1883. Celui-ci, grâce à son sifflet, produisit des vibrations justes au-dessus des
fréquences audibles. Pendant trente ans les ultrasons resteront une curiosité assez mal
connue dont on n'imaginait pas d'autres applications que le sifflet à chien.
L'intérêt pour ces vibrations a été éveillé par la catastrophe du Titanic en avril 1912. A cette
occasion, Richardson entrevoit la possibilité d'utiliser une méthode d'écho ultrasonore pour
la détection d'obstacles immergés comme les icebergs, les épaves, récifs et autres écueils
océaniques.

Cette idée prend corps durant la Première Guerre mondiale pour le repérage des sous-
marins ennemis et un système de détection rudimentaire, mais somme toute opérationnel,
est mis au point par Langevin, utilisant le phénomène de la piézoélectricité.
C'est l'ancêtre du sonar, imitation du radar pour les déplacements en mer. Les ultrasons se
développèrent par la suite en bénéficiant des progrès parallèles de l'électronique. En 1925,
grâce à Pierce, les ultrasons atteignent des fréquences de quelques mégahertz. Puis en 1932,
les équipes de Debye et Sears, d'une part, de Lucas et Biquard, d'autre part, travaillant
indépendamment l'une de l'autre, réalisent les premières expériences de diffraction de la
lumière par les ultrasons et vérifient les prédictions théoriques de L. Brillouin faites en 1922.
La propagation des ultrasons, d'abord limitée aux fluides, s'étend ensuite aux solides.
L'utilisation des ultrasons pour la détection des défauts dans les matériaux denses remonte
aux travaux de Sokolov en 1934, qui peuvent être considérés comme les premiers pas en
contrôles non destructifs (CND).
Les sons sont classifiés en quatre catégories, selon leur fréquence:
- Infrasons 0-20 Hertz
- Sons audibles 20 Hz-20 kHz
- Ultrasons 20 kHz-1 GHz
- Hyper sons >1GHz

Les ultrasons sont des ondes élastiques dont la fréquence est comprise entre 20 kHz et
quelques mégahertz. Le transducteur est composé d’un émetteur et d’un récepteur
constitués de matériaux piézoélectriques. Le signal réfléchi sur la cible est très atténué par le
milieu en fonction de la distance de la cible.
II. 8.2. Le principe de la méthode de contrôle par ultras
L’onde sonore est une onde mécanique qui nécessite un milieu matériel élastique et
déformable pour se propager. Elle consiste en une propagation de proche en proche d’une
déformation qui provoque localement des variations de pression et des oscillations des
molécules autour de leur position d’équilibre.
L’onde sonore est une onde de pression longitudinale, les molécules vibrant dans la direction
de propagation de l’énergie. Le passage de l’onde induit des zones de détente et
compression.
L’onde sonore est définie par sa longueur d’onde λ et sa fréquence f qui sont liées par la
relation.

Figure 1:Le principe de la génération d’une onde sonore

La méthode de contrôle ce compose de trois phases principales :


- L’excitation : c’est l’application de l’onde ultrasons sur le matériau à contrôlé
- Le perturbation : c’est la quantité de l’énergie transmit ou réfléchie
III. Emission et réception des ultrasons
1. Création des ondes de pression
On rappelle que les ondes sonores sont des ondes mécaniques longitudinales
caractérisées par des fluctuations de densité et de pression. La longueur d’onde et la
fréquence sont caractéristiques d’un son alors que la célérité dépend du milieu traversé.
Ainsi la vitesse de propagation augmente avec la cohésion moléculaire du milieu.
Le tableau suivant présente les valeurs de la célérité de l’onde suivant le milieu de
propagation :
- L’observation : c’est l’interprétation de l’oscillogramme donné par la machine
Figure 2:La propagation des ondes sonores

2. L’effet piézoélectrique
L'effet piézoélectrique a été découvert en 1880 par Pierre et Jacques Curie. Son principe est
que certains matériaux, comme les cristaux de quartz, ont la propriété de se charger
lorsqu'ils sont comprimés et, inversement, de se déformer (comprimer) lorsqu'ils sont
chargés.
Les transducteurs contenus dans les sondes d'échographie sont généralement des
céramiques de Plomb Ziconate de Titane (PZT).
Figure 3 : Le principe de l’effet piézoélectrique
En
appliquant un courant alternatif sur un cristal piézoélectrique, le cristal se comprime et se
décomprime alternativement et émet un son dont la fréquence dépend des caractéristiques
du cristal. Le même élément est utilisé pour transformer en courant électrique les ultrasons
qui reviennent vers la sonde après avoir été réfléchis.

Figure 4 : L’émission et la réception de l’onde sonore

La
sonde n'émet donc pas des ultrasons en continu, mais en salve. Pendant le reste de temps,
la sonde est « à l'écoute » pour capter les ultrasons.
La durée des salves est très courte, de l'ordre de quelques microsecondes, et correspond à
l'émission de trois cycles environ en moyenne. La durée de la période d'attente est plus
longue, de l'ordre de la milliseconde. La fréquence de répétition du cycle est donc de l'ordre
du kHz, ce qui donne l'impression d'un oscillogramme en temps réel.
3. La nature de l’onde ultrasons émit
En observant la forme sinusoïdale de la figure ci-après, et en se basant sur le modèle de
l’onde progressive, on définit une onde sonore de propagation par :
Δp = Δp sin (k x - ω t)
0

2π 2π
k= et ω=
λ T
Figure 5 : L’onde émit se comporte comme oscillateur non amorti

4. La nature de l’onde ultrasons reçut


L’onde sonore se comporte dans le solide comme un oscillateur amorti à cause des
phénomènes physiques comme (l’absorption, diffusion, diffraction, …)

Figure 6 : L’onde reçut se comporte comme oscillateur amorti

IV. Propagation et transmission des ondes des ultrasons


1. Caractéristiques d’une onde sinusoïdale
L’onde peut être générée par un impact ou une force vibratoire externe. Donc elle
provoque l’oscillation des particules autour de leur position au repos alors elle se propage à
une vitesse qui dépend du mode vibratoire et des propriétés élastiques du matériau.
Onde longitudinale : Déplacement des particules parallèle à la direction de la propagation.
Ces types des ondes sont utilisés pour les traducteurs droits.
Figure 7 : Propagation longitudinale des ondes dans la matière contrôlée

2. Impédance acoustique
- Les matériaux ayant de grandes impédances acoustiques sont dits « durs »

- Les matériaux ayant de faibles impédances acoustiques sont dits « mous »

3. L’atténuation
Le son des fréquences les plus élevées est plus facilement absorbé et diffusées que les ondes
de fréquences plus basses. C’est pourquoi ont utilise les ondes de forte amplitude (~ 4 MH)
pour contrôler les pièces de faible épaisseur (de 8 à 25 mm) et les ondes de faible amplitude
(~2 MH) pour le contrôle des pièces de forte épaisseur (de 25mm et plus).

Figure 8 : Atténuation des ondes ultrasonores

4. La diffraction
La diffraction est due à la divergence du faisceau ultrasonore dans le matériau à contrôler :

Figure 9 : Faisceau d’un traducteur

5. La diffusion
La diffusion de l’onde ultrasons correspond à l’absolution dans toutes les directions de
l’espace d’une fraction minime de l’énergie ultrasonore. Elle dépend de la taille des
structures internes des organes et de son rapport à la longueur d’onde :
• Diffusion directionnelle si Φ > λ
• Diffusion antérieure et postérieur si Φ = λ
• Diffusion omnidirectionnelle si Φ << λ

Figure 10 : Propagation des ondes dans la matière contrôlée

6. L’absorption
Elle est due à la transformation de l’énergie mécanique en énergie thermique par des
phénomènes de friction interne (liés à la viscosité) et au temps de relaxation des molécules
(durée du retour à leur position initiale entre chaque onde).

Figure 11 : Atténuation des ondes dans la matière contrôlée

Au cours de sa propagation au sein du matériau, l’énergie de l’onde est atténuée par de


multiples mécanismes (réflexion, réfraction, diffusion, absorption et divergence du faisceau).
Elle est décrite par une décroissance exponentielle. Ou par la réduction d’intensité,
épaisseur traversée et le coefficient d’atténuation.
7. La réflexion
Plus la différence d'impédance acoustique entre deux milieux est élevée, plus la réflexion est
grande. Si la réflexion aura lieu sur une surface irrégulière, elle sera omnidirectionnelle et de
faible amplitude.
Figure 12 : Présentation des ondes transmises, réfléchies et incidentes

Le faisceau réfléchi repart avec un angle identique à l’angle d’incidence θi = θr

La réflexion est aussi directement liée à l’impédance acoustique du milieu traversé.


R réfléchi / R incident = (Z2 - Z1)2/ (Z2 + Z1)2
8. La réflexion et réfraction d’une onde sonore
Impédance acoustique :

Incidence droite :
Energie réfléchie (%) :
Energie réfractée (%) :
Remarque :
· Si : réflexion dominante (donc Détection de défaut de matière)
· Si : réfraction dominante (donc Pas de détection de défaut en compression)

Figure 13 : Propagation des ondes en cas de traducteur droit

9. Effet de la géométrie de l’interface


• Surface plane : maintien de l`orientation des rayons
• Surface concave : focalisation
Si V2 > V, (et inversement)
• Surface convexe : dévocalisation
Si V2 >V, (et inversement)
Figure 14 : Propagation des ondes en fonction de l’état de surface

• Surface lisse : maintien des orientations des rayons réfléchis et réfractés


• Surface rugueuse : dispersion des rayons
10. Effet d’Echo de coin
Défauts débouchant en paroi opposée :
• Écho maximum à 45°
• forte amplitude en ondes transversales (T)
• faible amplitude en ondes longitudinales (L)

Figure 15 : Propagation avec effet de coin

11. Effet de bond


• Seulement en ondes longitudinales
• Réflexions multiples : Ondes guidées

Figure 16 : Propagation avec effet de Bond

V. Les matériels ultrasonores


1. Le traducteur
a. Les composons d’un traducteur
Le traducteur contient le boîtier, l’élément piézoélectrique et l’amortisseur de choc.
Figure 17 : Le schéma d’un traducteur droit

Le boîtier : c’est le cage qui protége l’élément piézoélectrique et l’amortisseur de choque.


L’élément piézoélectrique : transforme l’énergie électrique en énergie mécanique de
vibration et vois versa.
L’amortisseur de choc : l’amortissement a pour but de diminue l’énergie des ultrasons émis
afin de diminuer la longueur d’onde. Cela permet d’augmenter la résolution axiale donc de
différencier des structures proches et très écho gènes.
b. Les types de traducteur
On trouve deux types de traducteur :
• Traducteur droit : ce traducteur est caractérisé par sa fréquence, son angle θi = 0 et son
diamètre (il influe sur la zone morte, plus que le diamètre et petit plus que la zone morte est
faible).

Figure 18 : Propagation des ondes sonores pour un Traducteur droit

• Traducteur d’angle : ce type de traducteur est caractérisé par sa fréquence et sonpropre


angle d’inclinaison et de focalisation par rapport à la normale. On peut même utiliser un
traducteur droit avec un prisme qui caractérise l’angle de focalisation.
Figure 19 : Propagation des ondes sonores pour un Traducteur d’angle

c. Les focalisations du traducteur


On peut traduire un faisceau si la fréquence des ultrasons supérieur à 1 Mhz.
La focalisation du traducteur se divise en deux catégories :
 Ondes planes en faisceau

Ce type d’onde se compose de deux zones importantes :


• Zone de Fresnel = zone utile (idéal : longue et faible diamètre)
• Zone de Fraunhofer = diminution rapide d’intensité

Figure 20 : Onde plane en faisceau


Sur l'axe (x) de symétrie de la céramique :
Interférences d'intensité dans le champ proche (N), et décroissance quadratique inverse
dans le champ éloigné.
Hors axe et loin de la céramique :
Faisceau divergent (θ) et décroissance gaussienne de l'intensité en s'éloignant.

K = 0,51 pour une chute de 6 dB


0,87 pour une chute de 20 dB
1,22 pour une chute totale

 Ondes concaves (faisceau focalisé)


Les ondes concaves sont des ondes parfaites, ils sont caractérisés par le diamètre et
l’intensité du traducteur, ils sont exploités avec les grandes fréquences.
 Idéal : d ↘↘ et l↗↗
 Les grandes fréquences→ bonne focalisation

Largeur du faisceau à la focal

Avec F : distance focale


Figure 21 : Présentation d’Onde concave

2. Le câble coaxial
C’est un câble qui fait transmettre les informations entre la machine ultrasons et le palpeur.
Le câble coaxial ou ligne coaxiale est une ligne de transmission ou liaison asymétrique,
utilisée en hautes fréquences, composée d'un câble à deux conducteurs. L'âme centrale, qui
peut être monobrin ou multibrins (en cuivre ou en acier cuivré ou en cuivre argenté), est
entourée d'un matériau diélectrique (isolant). Le diélectrique est entouré d'une gaine
conductrice tressée (ou feuille d'aluminium enroulée), appelée blindage, puis d'une
enveloppe de matière plastique.

b. Câble coaxial flexible type RG-59.


A: Gaine extérieure en plastique ; B: Blindage en cuivre ; C: Diélectrique ; D : Conducteur
central (âme) en cuivre
Figure 22 : Câble de transmission des informations

Ce type de câble est utilisé pour la transmission de signaux numériques ou analogiques à


haute ou basse fréquence. L'avantage d'un câble coaxial c’est qu'il y’a création d'un écran
(cage de Faraday) qui protège le signal des perturbations électromagnétiques et qui évite
que les conducteurs ne produisent eux-mêmes des perturbations. Les pertes sont constantes
au fil du temps, les particules de poussière se déposant sur le support isolant n'ayant pas
d'influence sur la propagation du signal. Ce câble élimine les signaux de parasite.
3. L’appareil ultrasonore
L'appareil doit être capable de donner sur l'écran de l’oscilloscope une trace bien définis et
reproductible. En régime établi et dans des conditions de mesure statique, les indications
apparaissent sur l'écran doivent être stables à la fois en position et en amplitude.
L'écran de l`appareil doit comporter des graduations horizontales ou verticales permanentes
et correspondant respectivement aux échelles de profondeur (base de temps} et aux
amplitudes d’échos.
Selon la méthode d’examen utilisée, l'appareil doit nécessairement pouvoir se comporter
comme un système mono palpeur ou un système double palpeurs.
L'appareil doit permettre l'utilisation de palpeurs dont les fréquences d’essai sont comprises
entre 1 et 5 MHZ
L’appareil doit en outre être muni

• D’uns base de temps linéaire et susceptible de correspondre à une gamme étendue de


longueurs de parcours.
• De commandes de retard et/ou de commandes de calage horizontal du signal de départ
permettant un réglage satisfaisant de l`échelle de profondeur.
• D’une commande réglable de la puissance du signal de départ.
• D`une commande étalonnée du gain de l’amplificateur (sensibilité) en décibels. Cet
amplificateur doit permettre d`obtenir des échos de référence (Hr) nets et bien délies,
d’amplitudes supérieures ou égales à la hauteur de l'écran de l’appareil sur l`ensemble des
trous cylindriques des blocs de référence, pour les distances maximales et les fréquences
d‘essai adoptées
• D’une commande du seuil éventuellement.
Figure 23 : Présentation de l’appareil d’ultrasons

Figure 24 : Présentation d’un exemple de signal de contrôle

Les types de visualisation des courbes par l’appareil ultrasonore :


Figure 25 : Présentation de différents de types de visualisation des courbes ultrasonore

4. Block d’étalonnage
La forme, les caractéristiques dimensionnelles ainsi que la nature du bloc sont définies dans le
fascicule de documentation NF A 04.311 ou dans la norme internationale ISO 2.400.
a. Bloc d’étalonnage (V1)
Ce bloc est destine principalement à :
• l’étalonnage de l'échelle de profondeur de l'appareil (en ondes longitudinales et
transversales).
• la détermination de la position du point d'incidence et de la valeur réelle de l’angle de
réfraction du palpeur.
• Les modes opératoires relatifs à chacun des réglages sont définis dans le fascicule de
documentation NF A 04.311.

Figure 26 : Bloc d’étalonnage (V1)

b. Bloc d’étalonnage (V2)


Ce bloc est destine principalement pour la vérification de l’étalonnage de l’appareil
ultrasonore après un duré bien déterminer suivant l’exigence client.
Figure 27 : Bloc d’étalonnage (V2)

5. Blocks de référence
Ces blocs, ont des formes différentes, comportent une série de trous cylindriques percés
sur toute l'épaisseur et situés à des profondeurs échelonnées à partir de la face de contact
palpeur bloc. Ces blocs nécessaires pour tracer la courbe amplitude distance (CAD)

Figure 28 : Traçage de la CAD par le block de référence

6. Milieu de couplage
Le Milieu de couplage est un milieu intermédiaire qui permet d‘augmenter l’énergie
acoustique transmise dans la pièce.
On utilisera un milieu de couplage ayant de bonnes priorités de mouillage afin de
permettre la transmission des vibrations mécaniques entre le palpeur et la pièce.
Il est nécessaire de tenir compte :
• De la position de travail (à plat, verticale ou au plafond).
• De la température de la pièce.
Le milieu de couplage peut être gel, graisse, l’huile ou l’eau dans le cas du contrôle par
immersion.

VI. Les techniques de contrôle par ultrasons


1. Le contrôle par contacte
Le traducteur est directement placé sur la pièce à contrôler. La liaison acoustique est
assurée par un film d’agent de couplage qui est généralement soit une graisse ou l’huile, soit
de la colle cellulosique, soit des gels spéciaux. L’épaisseur du film de couplage est de l’ordre
du dixième de millimètre. Cette technique est généralement employée lors de contrôles
manuels.
Cette méthode présente deux inconvénients :
• L’intervention d’un opérateur pour le déplacement du traducteur.
• La qualité de couplage le long du contrôle n’est pas constante ce qui influe sur les résultats
de contrôle.
Figure 29 : Contrôle par contacte

2. Le contrôle par immersion


Cette méthode se développe pour pallier aux deux inconvénients de la méthode de
contrôle par contact.
Le traducteur est situé à une distance de la pièce, le couplage est assuré par un liquide, qui
est habituellement de l’eau. Il existe deux techniques qui ne différent que par leur mise en
oeuvre.
• La méthode en immersion totale (ou brièvement en immersion) ou le traducteur et la
pièce sont entièrement immergés dans une cuve de contrôle.
• La méthode en immersion locale ou le traducteur et la partie de la pièce à contrôlersont
reliés entre eux par un volume de liquide grâce à des dispositifs spéciaux.

Figure 30 : Contrôle par immersion

VII. Les méthodes de contrôle par ultrasons


Deux méthodes de contrôle sont envisagées :
1. Méthode de contrôle par écho d’anomalie
C’est la méthode de contrôle la plus employée. Il s’agit de rechercher les signaux d’échos
réfléchis par les anomalies (défauts) lors de l’exploitation de la pièce à contrôlée.
L’écho est généralement recueilli par le même élément sensible (transducteur) mais dans
certains cas de contrôle, c’est un autre élément sensible du même traducteur, ou bien
l’élément sensible d’un autre traducteur qui recueilli l’écho réfléchi par l’anomalie.
La position de l’écho sur l’écran permet de déterminer la distance parcourue par l’onde
ultrasonore.

a. Recherche de défaut proche de la surface avec des traducteurs émission réception séparée.

Figure 31 : Illustration de contrôle par écho d’anomalie

2. Méthode de contrôle par transmission


La méthode par transmission ou plus exactement un procédé équivalent dans son principe
est appliqué en général comme méthode d’investigation complémentaire, ou bien pour le
contrôle de certains matériaux de structure complexe (matériau composite).
Dans le plus part des cas en évitera l’utilisation simultanée de deux traducteurs, en
travaillant sur l’écho réfléchi par un miroir. Ce dernier peut être :
• Méthode d’écho de fond : (surface opposée de la pièce) cette méthode est quelque fois
utilisée en complément à la méthode par écho d’anomalie, lorsque la pièce contrôlée
pressente une surface opposée parallèle à la surface d’exploitation.
• Méthode du miroir : (double transmission et réflexion sur un miroir) le procédé est surtout
utilisé sur des systèmes de contrôle automatique de matériau composite pour
l’aéronautique.
Figure 32 : Illustration de contrôle par transmission

VIII. Conclusion

Dans ce chapitre nous avons montré les principales méthodes de contrôle et nous avons mis
l’accent sur la méthode de contrôle par ultrasons.
Dans ce travail nous nous sommes intéressés à la méthode de contrôle des défauts par
ultrasons. Cette méthode, dite aussi non destructive et opère sans la dégradation de l’état
des pièces contrôlées.
Au chapitre suivant nous avons abordé la maîtrise de la méthode de contrôle par ultrasons.