Vous êtes sur la page 1sur 18

ECHANGE IONIQUE Pr.

Brahim LEKHLIF

Pr. Brahim LEKHLIF

1
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

I- PRINCIPE......................................................................................................................... 3
II- LOI D’ÉQUILIBRE ........................................................................................................... 4
III- REGENERATION DES RESINES.................................................................................. 6
IV- CARACTERISTIQUES DES ECHANGEURS D’IONS ................................................... 8
V- DIFFERENTS TYPES DE RESINES .............................................................................. 9
1. Les résines ″ acide fort ″ .......................................................................................... 9
2. Les résines ″ acide faible ″........................................................................................ 9
3- Les résines ″ base forte ″ ...................................................................................... 10
4- Les résines ″ base faible ″ ..................................................................................... 11
VI- MISE EN ŒUVRE DES ECHANGEUR D'IONS.......................................................... 11
Adoucissement............................................................................................................... 13
Décarbonatation............................................................................................................. 13

2
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

I- PRINCIPE

L'échange d'ions est un procédé dans lequel il y a permutation entre les ions contenus dans une solution
et possédant une certaine charge avec une quantité équivalente d'ions de même charge, fixés sur une
matrice solide non soluble appelée "Résine d'échangeur d'ions" (Figure 1)

Figure 1 : Schéma d’un échangeur d’ions

Il existe deux grandes classes d’échangeurs d’ions : les résines cationiques et les résines anioniques. Ils
sont constitués des mêmes polymères organiques de base, ce qui diffère dans les deux cas c'est le groupe
fonctionnel qui en détermine le comportement. Les échangeurs cationiques sont caractérisés par un
groupe fonctionnel de type sulfonique –SO3H ou carboxylique –CO2H, ce groupe permet de fixer les
cations des sels dissous en échange des ions hydrogène (H+) ou avec un autre cation selon la nature du
radical (forme acide ou sous forme de sel). Si l’on désigne par R la partie inerte de l’échangeur, les
équations d’échange s’écrivent de la manière suivante :

R-SO3H + Na+ R-SO3Na + H+

R-CO2H + Na+ R-CO2Na + H+

Dans le cas où le groupe fonctionnel est un sel d’acide l’échange ionique donnera :

R-SO3Na + Ca ++ (R-SO3)2Ca + 2 Na+

R-CO2Na + Mg++ (R-CO2)2Mg + 2 Na+

Les échangeurs basiques, quant à eux, possèdent des groupes fonctionnels à caractère basique, comme
NH3OH, permettant la fixation des anions minéraux ou organiques, en les échangeant avec les ions
hydroxyle (OH-), ou avec un autre anion lorsque le groupe fonctionnel est un sel.
Les équations d’échange s’écrivent comme suit :

3
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Dans le cas du groupe fonctionnel basique : R-NH3OH + Cl- R-NH3Cl + OH-


Dans le cas du groupe fonctionnel sel : R-NH3Cl + SO4- (R-NH3)2SO4 + 2Cl-

II- LOI D’ÉQUILIBRE

Les réactions d'échange d'ions sont régies par la loi d’équilibre chimique entre l’ion fixé sur la matrice de
l’échangeur et l’ion en solution. Cet échange peut être caractérisé par la réaction suivante :
x ARm+ + y BSn+ x ASm+ + y BRn+
où les indices S et R correspondent respectivement à la solution et à l’échangeur.

Dans cet équilibre l’ion de charge opposée fixé sur l’échangeur, associé à l’ion échangé, n’est pas
affecté. L'équilibre est régi par une constante d’équilibre thermodynamique, définie à l’aide des
concentrations des ions fixés sur l’échangeur et des activités des ions en solution. Il s’exprime de la
manière suivante :
[ASm+]x [BRn+]y
K=
[BSn+]y [ARm+]x
Cette constante d’équilibre est une mesure de l’affinité relative présentée par la matière échangeuse à
libérer l’ion A (fixé sur la résine) et à fixer l’ion B (en solution).
On peut émettre les considérations suivantes à propos de l’équation d’échange ionique présenté ci-
dessus :

a- l’échange est stœchiométrique, c’est à dire que les quantités d’ions échangés entre la résine et
la solution sont équivalentes
b- la sélectivité vis-à-vis d’un ion en solution peut varier de façon très sensible en fonction :

 des paramètres physico-chimiques du milieu (température, pH, force ionique) ;


 des propriétés des ions (nature, valence, concentration, degré d’hydratation) ;
 des propriétés de la matière échangeuse (nature, compacité, degré et type de
polymérisation, etc…).

En règle générale, la fixation des ions varie selon leur valence et leur rayon ionique. Ainsi,
l’ordre d’affinité est le suivant pour une résine du type acide fort (sulfonique) :

Al3+ > Ba++ >Sr++ > Ca++ > Mg++ >Ag+ > NH4+ >K+ > Na+ > H+

La relation d’équilibre permet le calcul des concentrations lorsqu’un état d’équilibre est
établi entre une matrice échangeuse et une solution. Cependant, elle ne renseigne pas sur la
cinétique du processus d’échange ionique, lequel processus est assez complexe incluant
plusieurs étapes : la diffusion ionique en phase aqueuse lors de l’approche de la matière
échangeuse, la diffusion dans la matrice elle même, l’acte chimique sur les sites d’échange,
les diffusions inverses avec retour dans la solution aqueuse des ions échangés.

c- Le sens d’évolution de la réaction d’échange est de gauche à droite. Il est inversé lorsqu’on
procède à la régénération de l’échangeur quand celui-ci est saturé. La régénération a lieu en vertu
de la loi d’action des masses, en traitant l’échangeur par une solution concentrée de A.

4
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Cet échange est régi par la loi d'action de masse. Pour une quantité BS à éliminer la solution est mise en
contact avec l'échangeur R-A. Ce système tendra vers un équilibre et la réaction s'arrêtera lorsqu'elle
atteint la valeur de la constante K. Afin de pouvoir éliminer complètement BS, il faut permettre à B
d'entrer en contact avec de nouvelles masses de l'échangeur. C'est la raison pour laquelle l'échange
d'ions se fait par percolation dans une colonne.

En réalité on ne peut pas éliminer totalement BS, il subsiste une fuite ionique.

Courbes d'équilibre

1- équilibre statique

A l’état statique les ions de la résine vont s’échanger avec ceux présents en solution selon un équilibre
régi par une constate K. La représentation sur diagramme des concentrations des ions A et B en donne :

Si les deux ions A et B ont la même affinité vis à


vis de l'échangeur la courbe d'équilibre est
représenté par la diagonale. Dans le cas ou cette
affinité est plus marquée envers l'ion B la courbe
d'équilibre aura tendance à se déplacer vers le coin
supérieur gauche du diagramme.

Figure 1 : Equilibre statique des ions B et B’

2- équilibre dynamique

Dans la pratique il s’établit un équilibre dynamique du fait due la percolation de l’eau à traiter au sein de
la résine échangeuse d’ions. Il s’établit à un moment donné au travers toute la colonne un profil de
concentrations de B fixé sur la résine.

Une zone de saturation se crée en tête de lit, puis s'agrandit progressivement. A un instant donné, on
trouve trois zones dans le lit :

I : zone presque saturée ;


II : zone en cours de saturation, dite hauteur d'échange ou zone de transfert.
III : zone ne contenant pas encore l'ion à échanger

Ceci peut être traduit par la figure étudiée par la courbe de saturation représentée comme suit :

5
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Figure 2 : Courbe de saturation


des ions B et B’

Cette courbe est utilisée pour déterminer la capacité utile d'un échangeur d'ions. Exprimée en en
équivalent par litre (ou unité de masse), elle représente le nombre de sites actifs disponibles caractérisant
l'échangeur d'ions. Elle correspond au pouvoir de rétention des ions jusqu'à la saturation. Elle dépend
du type d'échangeur, de la cinétique d'échange entre la solution et la résine, dépendant elle même de
paramètres tels que la température, la nature de l'interface résine-solution, la concentration des ions…

III- REGENERATION DES RESINES

Lorsque la résine est saturée (tous les sites d’échange sont saturés, B remplace presque totalement A), sa
capacité d'échange est alors nulle. On doit procéder à sa régénération (figures 2 et 3) afin qu'il puisse
être réutilisée pour un nouveau cycle. Cette opération consiste à faire inverser les réactions d'équilibre
chimique en apportant une concentration très importante de l'ion A. Pour ce faire on utilise un sel de
cet ion. Il est appelé régénérant ou réactif de régénération (le chlorure de sodium pour Na+ et Cl-, un
acide minéral pour H+, la soude caustique pour OH-).

Figure 2 : Principe de régénération à co courant

6
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Figure 3 : Principe de régénération à contre courant

La régénération peut se faire en sens inverse : régénération à contre courant ou en co-courant.

Régénération à co-courant

Dans ce mode de régénération (figure 2), le flux de régénérant est dirigé au travers du lit de résine
dans le même sens que l'eau en cycle de production, c'est-à-dire de haut en bas dans les procédés
classiques.

Ce mode de régénération a l'avantage de ne pas exiger un dispositif élaboré de répartition haute es


flux puisque le courant de régénérant est automatiquement réparti de façon quasi uniforme par les
couches hautes du lit de résine.

Dans ce mode de régénération, le débit de détassage peut être élevé dans le cas de traitement
d'eaux contenant quelques matières solides en suspension ; le détassage sert alors aussi de phase de
lavage préliminaire de la résine qui aura retenu des matières solides au cours du cycle de production.

Au cours de ce détassage, les billes de résine les plus petites (ainsi que les fractions de billes cassées
par fatigue mécanique) sont entraînées vers le liant du lit de résine. Les plus fines d'entre elles sont
même drainées au travers du dispositif de répartition haute et évacuées vers l'égout.

Régénération à contre-courant

Dans ce mode de régénération (figure 3), le régénérant circule à contre-courant par rapport à l'eau
traitée en cours de cycle : pour les échangeurs d'ions classiques traitant l'eau en cours de cycle de
haut en bas, l'écoulement du régénérant s'effectue de bas en haut.

Ce mode présente, par rapport à la régénération co-courant. de très nombreux avantages :

 La solution régénérante s'attaque en premier lieu aux couches basses de résine très peu
saturées qui sont donc très facilement débarrassées des quelques ions indésirables qu'elles
contenaient en fin de cycle ;
 la solution régénérante ne s'appauvrit que lentement en ions régénérants et ne s'enrichit que
progressivement en ions à éliminer.

7
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

La régénération à contre-courant permet donc d'obtenir :

 un meilleur rendement de régénération ;


 des couches basses très bien régénérées, donc une fuite ionique permanente réduite.

Toutefois, ce mode de régénération ne peut être utilisé qu'à condition de satisfaire aux exigences
technologiques suivantes :

 corps équipés de dispositifs sophistiqués de répartition haute et de reprise basse ;


 dispositifs hydrauliques extérieurs au corps permettant une parfaite maîtrise des débits ;
 volume libre strictement calculé pour l'expansion du lit de résine lors du détassage ;
 volume d'eau de détassage limité à la stricte quantité nécessaire.

Le dispositif de répartition haute, qui sert de reprise lors de la régénération, doit être suffisamment
fin pour ne pas laisser échapper la résine vers l'égout. Les corps d'appareils échangeurs d'ions
régénérés à contre-courant sont donc équipés en partie haute, soit de planchers à buselures, soit de
crépines (à disques empilés ou à bras ramifiés).

Pour éviter que les billes fines de résine ne viennent colmater les fentes des buselures ou des
crépines, une résine inerte, de densité réelle inférieure à celle de l'eau, est mise en place à la surface
du lit de résine.

La régénération à contre-courant impose :

 de ne traiter que des eaux parfaitement limpides ;


 de procéder régulièrement (une à deux fois par an. et chaque fois qu'une perte de charge trop
importante est constatée) à l'ouverture du corps d'échangeur d'ions pour vérifier la
granulométrie et la propreté des couches hautes du lit de résine, éliminer et remplacer les
résines trop fines.

Le premier type de régénération permet d'obtenir une meilleure qualité de l'eau : les couches les mieux
régénérées sont les couches qui seront les dernières traversées en phase de service.

Cette solution nécessite par contre un appareillage plus complexe afin de bloquer le lit de résines
pendant cette phase.

IV- CARACTERISTIQUES DES ECHANGEURS D’IONS

Les échangeurs d’ions sont composés de résines organiques insolubles. Les qualités d’une bonne résine
sont les suivantes :

 une capacité d'échange (CE),


 une densité
 une granulométrie, les résines commerciales sont conditionnés sous forme de petites
sphères de granulométrie très serrée (de 0.3 à 1.2 mm) ;
 une sélectivité vis-à-vis de certains ions des solutions à traiter ;
 une rétention d'humidité, elle influe sur le gonflement de la résine lorsqu'elle est
immergée.
 une stabilité chimique, elle doit supporter les conditions de pH, la présence d'oxydants
(qui déréticulent les résines), la présence de colloïdes,...

8
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

 une structure chimique permettant la fixation d’ions échangeables : ce résultat est


atteint par l’emploi de polymères (taux de réticulation )sur lesquels on a greffé des
radicaux fonctionnels ionisables ;
 une structure physique doit permettre l’accès facile des ions de la solution aux sites
d’échange (porosité du squelette); en outre, la perte de charge imposée au liquide
percolant au travers du lit de résine doit rester acceptable. La granulométrie des résines
commerciales permet la mise en œuvre de lits de haute surface spécifique et de bonne
porosité ;
 une stabilité chimique et physique par suite de phénomènes d’usure mécanique
(attrition).

V- DIFFERENTS TYPES DE RESINES

1. Les résines ″ acide fort ″

Ce sont des copolymères sulfonés de styrène et de divinylbenzène qui répondent à la structure suivante :

Le groupe fonctionnel est un acide fort, en l’occurrence le groupement –SO3-H+. L’acidité de ce


groupement est équivalente à celle de l’acide sulfurique. Il échangera facilement son proton avec tous les
cations quelque soit la nature des anions auxquels ces cations sont liés (Cl-, NO3- , …).

De ce fait ces résines ne peuvent être régénérées que difficilement et au prix d’un fort excès d’acide fort
(HCl, H2SO4).

Au lieu du proton dans le groupe fonctionnel on peut avoir du sodium Na+. Selon le cas on peut parler :

 du cycle hydrogène lorsqu’on a -SO3-H ;


 ou du cycle sodium lorsqu’on a -SO3-Na.

2. Les résines ″ acide faible ″

Ces résines résultent de l’action d’un acide carboxylique non saturé sur le divinylbenzène. Les acides
utilisés peuvent être l’acide acrylique, métacrylique ou maléique et permettent à la résine d’avoir la
fonction acide –CO2-H+, dont l’acidité est faible. Un résine obtenue à partir du divinylbenzène et de
l’acide métacrylique peut être représentée comme suit :

9
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

CH3

--- C CH2 CH CH2 ---

- +
COO H

--- CH CH2 ---

On peut apposer à ce genre de résines d’autres groupes fonctionnels de faibles acidités comme les
phénols. Les groupes fonctionnels sont très peu dissociés, en raison de la faible acidité des acides. Les
contre ions correspondant ont un caractère basique. Aussi, ces résines ne pourront fixer que les cations
fixés à des anions plus avides de proton H+ que l’anion –CO2-, ou phénolique (c’est à dire plus basiques
comme CO3=). Ce type de résine pourra être utilisé pour éliminer les ions Ca2+ et Mg2+ s’ils sont liés à
l’ion HCO3-, mais leur élimination s’avérera impossible s’ils sont à l’état de chlorure ou de sulfate.
La régénération de ces résines peut se faire à l'aide d'acides de force modéré.

3- Les résines ″ base forte ″

Ces résines sont constituées d'un squelette à base de copolymère styrène-divinylbenzene, sur lequel est
greffé la fonction ammonium quaternaire basique, ou un sel d'ammonium :

--- CH CH2 CH

R1
CH2 N- R2 OH-
R3
--- CH CH2 CH2

Le groupement quaternaire est une base forte, permettant ainsi à l'ion hydroxyle d'être libre et de
s'échanger avec n'importe quel anion de la solution (Cl-, HCO3-,…), quelle que soit la nature de la
contre ion.

Comme pour les résines acid-fort, ces résines ne peuvent être régénérées que difficilement, et à l'aide
d'une base forte en excès comme NaOH.

10
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

4- Les résines ″ base faible ″

Elles sont obtenues par condensation de polyamines aliphatiques ou aromatiques avec la formaldéhyde
ou l'épichlorydrine. Les groupes fonctionnels fixées sur la matrice sont des amines de type :

R1
–N
R2
où R1 et R2 peuvent être de l'hydrogène ou un groupement hydrocarboné.

Leur basicité est faible ; la fixation sur ce type de résine se fait plutôt par adsorption, au lieu d'un
échange comme c'est le cas pour les autres résines. En présence d'un acide par exemple (HCl) la
réaction qui se produit est la suivante :
R1 R1
–N HCl–N
R2 + HCl R2

Ces résines ne peuvent fixer que les anions neutres (Cl-, SO4=.,…) mais sont incapables de fixer les
anions légèrement basiques (HCO3-, SIO3=).

Elles pourront être régénérées à l'aide d'une base faible : ammoniaque, carbonate d'ammonium, mais le
sont généralement avec une base forte : NaOH.

VI- MISE EN ŒUVRE DES ECHANGEUR D'IONS

L'unité d'échange ionique est constituée d'un cylindre


vertical fermé, contenant de la résine (D). Celle – ci peut
être placée directement en contact d'un dispositif collecteur
de l'effluent épuré, placé en bas d'un cylindre. Le dispositif
collecteur peut être remplacé par une couche de matériaux
granulaires inertes (anthracite, grains plastiques), drainé par
un réseau collecteur.

En haut d'un cylindre on aménage un espace libre (entre 30


et 100% du volume) pour permettre l'expansion de la
résine au moment de detassage à contre-courant.

L'eau à traiter est admise à la partie supérieure du cylindre


par un système qui permet sa distribution uniforme sur la
résine (B). Le régénérant, selon le cas, est introduit dans le
cylindre soit à la partie supérieure (A) soit la partie
inférieure. Les effluents de régénération sont évacués par
une conduite vers les égouts (C).

11
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Référence : http://www.epuro.fr/fiche.asp?id=2

VI- APPLICATION DES ECHANGEURS D'IONS

Les échangeurs d'ions sont utilisés dans les domaines suivants :

- l'adoucissement
- la déminéralisation
- l'élimination des nitrates
- le traitement des rejets des industries de traitement de surface.

12
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Adoucissement

Cette opération consiste à éliminer le Ca++ et le Mg++, responsables de la dureté ou titre hydrotimétrique
(TH), en les remplaçant par l'ion Na+. Ceci est obtenu par un échangeur de type acide fort. Le titre TH
final est pratiquement nul. Le pH et l'alcalinité restent inchangés. La régénération peut se faire
avecl'acide chlorhydrique ou plus généralement avec NaCl pour son coût bas.

TH Na+
TAC TAC
Na+ Na+
K+ Echangeur K+
SAF ionique SAF
Silice Acide fort Silice
CO2 (AF) CO2
acides organiques acides organiques

TH = [Ca2+] + [Mg2+] , SAF

SAF = Sels d'acides forts qui expriment la dureté non carbonatée (ou permanente) donnée
principalement par les chlorures et les sulfates.

TAC =Alcalinité totale de l'eau.

TAC=[OH-]+[CO32-]+[HCO3-] avec [X] en meq.l-1


TAC=[OH-]+2.[CO32-]+[HCO3-] avec [X] en mmol.l-1

Décarbonatation

La résine mise en oeuvre est de type acide carboxylique. Elle permet de fixer les cations métalliques et
de libérer les protons qui vont s'associer avec les anions correspondant, en l'occurrence les ions HCO3-.
Ceci donne lieu à l'acide carbonique. Les anions d'acides forts ne sont pas fixés par la résine. L'alcalinité
de l'eau devient nulle et la dureté égale à TH -TAC de l'eau brute. La dureté peut être nulle si le TH est
inférieur ou égal au TAC, les ions alcalino-terreux étant échangés de préférence aux anions alcalins :

TH H+ CO2
TAC TAC Na+
Na+ Na+ K+
K+ Echangeur K+ SAF
SAF ionique SAF Silice
Silice Acide faible Silice CO2
CO2 (Af) CO2 Acides organiques
Acides organiques Acides organiques

13
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Dans le cas où le TAC est inférieur à TH, il est possible d'éliminer la dureté en combinant les résines
acides carboxylique et sulfonique dans un même réacteur, en les disposant sous forme de couches.
Leurs régénérations se fait successivement avec un acide fort et une solution de chlorure de sodium. La
résine carboxylique travaille en cycle de H et capture le TH en quantité équivalente au TAC. Quant à la
résine sulfonique, elle permet la permutation de la dureté permanente qui est égale à TH –TAC. L'eau
ainsi obtenue est décarbonatée et adoucie.

VI- DEFINITIONS-UNITES

1- Capacité utile des résines.

On définit

La capacité totale, elle représente la masse maximale d'ions échangeables et caractérise la résine. C’est
une caractéristique spécifique de la résine

La capacité pratique d’emploi, elle est toujours inférieure à la précédente et dépend du mode de
régénération, de la nature des ions échangés, de la durée de contact de l’eau traitée avec la résine et de
la fuite acceptable pour l’ion ou les ions que l’on désire arrêter par contact avec la résine.

On distingue la capacité disponible et la capacité utile au percement, c’est la fraction utilisable de la


précédente, fonction des conditions opératoires, elle est définie par: Cu.

mg/l

Co

Cu

Vl/Vre
Utile Disponible

Les unités employées sont :

• l'équivalent par litre de résine : eq/lr (lr : litre de résine), exemple Ca2+ : PM : 40 g
eqg = 40 :2 =20, donc 1eq/l = 20 g Ca /l ;
• le degré Français.: 1 °F l/lr =0.2 meq/l ;

14
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

Par exemple un volume de 1 litre de résine cationique forte en cycle sodium de capacité utile Cu =1,2
eq/lr permet de bloquer 1,2 équivalent de calcium soit 48 g de calcium.

Les fabricants fournissent des abaques de détermination de la capacité utile qui est à corriger de
facteurs fonctions des conditions opératoires :

• qualité de l'eau influente,


• température,
• répartition de la salinité,
• niveau de régénération et concentration en régénérant,
• débits pendant les phases de service et de régénération,
• fuite tolérée au point d'arrêt (en fin de phase de service).
.
2- Charge volumique ou longueur d’un cycle

Volume horaire de liquide à traiter


Elle est définie comme : =
Volume de résine

3- Taux de régénération.

C'est le rapport de la quantité de régénérant employée à la quantité des ions élués :


Equivalents grammes de réactif régénérant
Equivalents grammes d'ions élués

Ce rapport est toujours supérieur ou égal à 1.

4- Rendement de régénération

Il est défini comme étant l'inverse du taux de régénération.

Exemple : L'injection d'un volume de soude qui correspond à 60 g de NaOH permet d'obtenir une
capacité de 0,46 eq/lr. L'équivalent-gramme de la soude est : 40 g.eq-1.

On a donc utilisé : 60/40= 1,25 eq/lr.

Le rendement de régénération est donc de : 0.46/1.25= 37%.

Remarques :

Régénération stœchiométrique : Ce serait la régénération avec un rendement de 100%.


Exemple : Résine de capacité Cu=1 eq/lr. Dans les conditions stœchiométriques la quantité de
régénérant à employer serait : 1 eq/lr. Si le régénérant est du chlorure de sodium la consommation de sel
serait : 58,5 g/lr.

5- Niveau de régénération
C'est la masse de régénérant utilisée pendant la régénération : dans le cas précédent par exemple
Nr=58,5 g/lr.

15
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

VII- CALCUL D’UN ECHANGEUR D'IONS

Le calcul d’un échangeur d’ions est basé sur un certain nombre de paramètres définis comme suit :

• Débit horaire (Q, m3/h),


• Temps de fonctionnement, 1 cycle (TF, en heures),
• Volume total d'eau à traiter (V, en m3),
• SAF (sels d'acides forts de l'eau "brute",
• TAC de l'eau "brute",
• Teneur en silice (SiO2),
• Capacité d'échange de la résine.

Le but du calcul de l’échangeur consiste à déterminer la capacité d’échange en fonction des


conditions opératoires. Ceci peu t se faire pour des applications courantes ou sur la base des données
des fabricants ou par expérimentation dans les autres cas.

Dans le cas d’une chaîne de déminéralisation on peut adopter les relations suivantes :

VII-1. Echangeur d'anions

Pour un échangeur ionique à base d’une résine base faible l’échange va concerner uniquement les ions
des acides forts (SO4=, Cl-, NO3-). Pour le calcul de l’échangeur ionique on va se baser sur les deux
relations suivantes :

o V = Q x TF,
o VRa = [V x SAF] / CE

VRa étant le volume de la résine exprimé en litres

Application numérique

Données :

Débit horaire (Q) = 100 m3/h,


Temps de fonctionnement (TF) = 20 heures,
SAF = 50°F/l,
Capacité d'échange de la résine (CE) = 3250°F/litre R ( correspondant à 0.65 eq/l).

Résultat :

Volume total d'eau à traiter (V) = (100 x 20) = 2000 m3,


Volume de résine anionique(VRa) = [2000 x 50] / 3250 = 30,769 m3

Une résine base forte, quant à elle va permettre l’échange avec tous les anions présents en solutions.
Aussi, les relations exprimant l’échange s’écrivent comme suit :

16
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

o V = Q x TF,
o VRa = [V x (SAF + TAC + SiO2)] / CE

Application numérique

Données :

Débit horaire (Q) = 100 m3/h,


Temps de fonctionnement (TF) = 20 heures,
SAF = 50°F/l,
TAC = 25°F/,
Teneur en silice (SiO2) = 0,2°F/l,
Capacité d'échange de la résine (CE) = 4600°F/litre R (0.92 eq/l).

Résultat :

Volume total d'eau à traiter (V) = (100 x 20) = 2000 m3,


Volume de résine (VRa) = [2000 x (50+25+0,2)] / 4600 = 32,695 m3

VII-1. Echangeur de cations

Pour un échangeur cationique l’échange va concerner tous les anions de l’eau. Pour le calcul de
l’échangeur ionique on va se baser sur les deux relations suivantes :

• Résine fortement acide (CF) :


o V = Q x TF,
o VRc = [(V) x (TAC+SAF)] / CE

Remarque : on augmente volume de la résine de 2%

VRc : volume de résine cationique exprimé en litres.

Application numérique

On reprend les données de l’exemple précédent, l’eau a la même salinité.

Données :

Débit horaire (Q) = 100 m3/h,


Temps de fonctionnement (TF) = 20 heures,
SAF = 50°F/l,
TAC = 25°F/l,
Capacité d'échange de la résine (CE) = 9000°F/litre
VRa (AF) = 32,695 m3 de résine anionique forte.

Résultat :

Volume total d'eau à traiter (V) = (100 x 20) = 2000 m3,


Volume de résine (VRc) = [ (2000) x (50+25)] / 9000 = 16,66 m3

17
ECHANGE IONIQUE Pr. Brahim LEKHLIF

18

Vous aimerez peut-être aussi