Vous êtes sur la page 1sur 77

STRATEGIE CAMEROUNAISE D’INTEGRATION NATIONALE

MINJEC CAB 2015

1
2
Son Excellence M. Paul BIYA
Président de la République du Cameroun

3
4
Son Excellence Philémon YANG,
Premier Ministre,
Chef du Gouvernement

Monsieur BIDOUNG MKPATT,


Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique

5
6
PREFACE
La réorganisation gouvernementale du 09 décembre 2011 a vu la création du Ministère de
la Jeunesse et de l’Education Civique, dont la mission principale est l’élaboration et la mise en
œuvre de la politique du gouvernement dans le domaine de la jeunesse, de l’éducation civique et de
la promotion de l’intégration nationale.
L’éducation civique, tout comme l’intégration nationale constituent les fondamentaux de
tout développement durable. Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de grandes
Réalisations, le Chef de l’Etat S.E Paul BIYA a parlé de la République exemplaire qui doit conduire
notre pays vers son émergence. Cette République exemplaire passe par l’assimilation, par tous les
camerounais, des principes et valeurs que sont entre autres l’amour de la Patrie, la Paix, la
solidarité, le travail, l’honnêteté, le respect, la tolérance, l’intégrité, etc.
La vision du Cameroun à l’horizon 2035 est « Le Cameroun, un Pays Emergent,
Démocratique et Uni dans sa Diversité ». L’unité dans la diversité fait ici allusion au respect des
différences et des identités, au respect des valeurs, au vivre ensemble harmonieux, bref, à
l’intégration nationale.
L’intégration nationale est la manifestation d’une vie d’ensemble conforme au devoir et à
la conscience morale. Elle est également comprise comme la manifestation qui s’exprime dans les
rapports interindividuels et les agissements des personnes.
En substance, l’intégration nationale vise à former des citoyens enracinés dans leur culture,
respectueux de l’intérêt général, du bien commun, de l’éthique et des valeurs démocratiques,
soucieux du vivre ensemble harmonieux et ouverts au monde.
Bien que le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique assure le leadership et la
coordination des actions de la promotion de l’intégration nationale, tous les départements
ministériels, les organisations de la société civile, le secteur privé, les partenaires au développement,
et j’en passe, sont les acteurs clé de cette intégration.
A l’issue du Colloque international sur l’éducation civique et l’intégration nationale tenu à
Yaoundé du 08 au 10 juillet 2013 sur le thème « éducation civique et intégration nationale, enjeux,
défis et perspectives pour la construction d’une République exemplaire », des recommandations ont
été formulées parmi lesquelles l’élaboration et la mise en œuvre des programmes sectoriels
d’éducation civique et une stratégie camerounaise d’intégration nationale.
S’inspirant du Référentiel camerounais d’éducation civique et d’intégration nationale et
conformément aux recommandations du Colloque, le MINJEC a élaboré une étude sur la stratégie
camerounaise d’intégration nationale. Celle-ci a pour but, entre autres, de dresser l’état des lieux de
l’intégration nationale au Cameroun, de déterminer les forces, faiblesses, menaces et opportunités
relatives à l’intégration nationale, de définir les choix et les stratégies, de déterminer la matrice
d’actions prioritaires.
Au terme de cette étude, une appropriation judicieuse et adéquate de la stratégie par toutes
les parties prenantes s’avère indispensable. C’est ainsi que le nôtre pays, à travers ses citoyens
solidaires, tolérants, vivant en harmonie, dans la Paix, le travail, pourrait atteindre son émergence.

Le président du comité national d’éducation


civique et d’intégration nationale

7
SOMMAIRE
PREFACE ........................................................................................................................................................................... 7
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ...................................................................................................................... 9
INTRODUCTION ............................................................................................................................................................ 12
CONTEXTE DE L’ELABORATION DE LA STRATEGIE CAMEROUNAISE D’INTEGRATION NATIONALE .. 14
I. DELIMITATION ET SEGMENTATION DU DOMAINE ...................................................................................... 15
I.1. Clarifications conceptuelles ................................................................................................................................ 15
I.1.1. Intégration et notions voisines ..................................................................................................................... 15
1.1.2 Nation et concepts apparentés ...................................................................................................................... 17
I.2. COMPRENDRE LE CONCEPT D’INTEGRATION NATIONALE .................................................................... 19
I.2.1. Les différentes conceptions de l’intégration nationale .................................................................................... 20
I.2.2. Les différents modèles d’intégration nationale ................................................................................................ 21
I.3. LES DIFFERENTS ASPECTS DE L’INTEGRATION NATIONALE ................................................................ 22
I.3.1. L’intégration économique ............................................................................................................................... 23
I.3.2. L’intégration professionnelle ........................................................................................................................... 23
I.3.3. L’intégration territoriale ou spatiale ................................................................................................................ 25
I.3.4. L’intégration socioculturelle............................................................................................................................ 26
I.3.5. L’intégration politique ..................................................................................................................................... 27
II. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC ................................................................................................................... 29
II.1. ETAT DES LIEUX ............................................................................................................................................... 29
II.1.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL ...................................... 29
II.1.1.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ................................................................................................... 29
II.1.1.2 ANALYSE DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL ................................................................................. 32
II.1.2.3. La perception de la dimension économique de l’intégration nationale ................................................... 37
II.1.2.4. La perception de la dimension politique de l’intégration nationale............................................................ 40
II.2. DIAGNOSTIC ...................................................................................................................................................... 41
II.2.1. ANALYSE DES FORCES, DES OPPORTUNITES, DES FAIBLESSES ET DES MENACES ................. 41
II.2.1.1. Les forces et les opportunités .................................................................................................................. 41
II.2.1.2. Les menaces et les obstacles ................................................................................................................... 42
II.3. ENJEUX ET DEFIS .............................................................................................................................................. 47
III. OBJECTIFS STRATEGIQUES ET FORMULATION DES CHOIX STRATEGIQUES ....................................................... 48
III.1. Vision et objectifs stratégiques ........................................................................................................................ 49
III.2. Axes stratégiques ............................................................................................................................................. 51
IV. PLAN D’ACTIONS ............................................................................................................................................... 53
IV.1 Identification des programmes Synthèse des choix stratégiques du domaine Programme N°1 ........................ 53
IV.2. Identification des actions des programmes ...................................................................................................... 56
IV.3. ACTIVITES PROPOSEES ............................................................................................................................. 59
V. MECANISMES DE MISE EN ŒUVRE ET DISPOSITIF DE SUIVI EVALUATION ........................................ 60
V.1. Conditions de réussite ....................................................................................................................................... 60
V.2. Dispositif de pilotage et de suivi évaluation ..................................................................................................... 60
V.2.1. Un organe de pilotage et de suivi-évaluation : le Conseil National de l’Education Civique et de
l’Intégration Nationale (CONECIN) ..................................................................................................................... 60
V.2.2. Un organe d’appui technique du conseil : le Secrétariat Technique Permanent ........................................ 61
VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS ....................................................................................................... 61
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................................ 63
ANNEXES........................................................................................................................................................................ 65

8
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AFD Agence Française de Développement


ASCNPD Agence du Service Civique National de Participation au Développement
CES Conseil Economique et Social
CMLCC Cellules Ministérielles de Lutte Contre la Corruption
CMPJ Centre Multifonctionnel de Promotion des Jeunes
CNJC Conseil National de la Jeunesse du Cameroun
CONECIN Conseil National de l‟Education Civique et d‟Intégration Nationale
CTD Collectivités Territoriales Décentralisées
DSCE Document de Stratégie pour le Croissance et l‟Emploi
EC Education Civique
ECOSOC Economic and Social Council (Conseil Economique et Social)
GIC Groupement d‟Intérêt Commun
GIE Groupement d‟Intérêt Economique
GIZ Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (Agence Allemande de
Coopération Internationale)
IRIC Institut des Relations Internationales du Cameroun
MINAC Ministère des Arts et de la Culture
MINATD Ministère de l‟Administration Territoriale et de la Décentralisation
MINEDUB Ministère de l‟Education de Base
MINEFOP Ministère de l‟Emploi et de la Formation Professionnelle
MINEPAT Ministère de l‟Economie, de la Planification et de l‟Aménagement du
Territoire
MINESEC Ministère des Enseignements Secondaires
MINESUP Ministère de l‟Enseignement Supérieur
MINFOPRA Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative
MINJEC Ministère de la Jeunesse et de l‟Education Civique
MINPROFF Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille
MINREX Ministère des Relations Extérieures
MINT Ministère des Transports
MINTP Ministère des Travaux Publics
OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement
ONG Organisation Non Gouvernementale
REPALEAC Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la gestion durable
des Ecosystèmes forestiers d‟Afrique Centrale
RGPH Recensement Général de la Population et de l‟Habitat
SCAC Service de Coopération et d‟Action Culturelle (Ambassade de France)
SCNPD Service Civique National de Participation au Développement

9
RESUME EXECUTIF
La stratégie camerounaise d‟intégration nationale élaborée par le Ministère de la
Jeunesse et de l‟Education Civique, en collaboration avec les ministères techniques
partenaires, les organisations de la société civile et les partenaires au développement,
avait pour objectifs de :
 dresser l‟état des lieux de l‟intégration nationale au Cameroun ;
 déterminer les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités relatives à
l‟intégration nationale ;
 définir les choix stratégiques ;
 déterminer la matrice d‟actions prioritaires de la stratégie ;
 décliner la typologie des activités d‟intégration nationale ;
 proposer des activités d‟intégration et de socialisation tout en intégrant l‟approche
vulnérable (minorités, handicapes, réfugiés,…) ;
 déterminer un cadre institutionnel de mise en œuvre et de suivi de la stratégie ;
 proposer des projets à mettre en œuvre ;
 produire un document final de stratégie.
Les résultats ci-après étaient attendus :
 un état des lieux de l‟intégration nationale au Cameroun.
 une présentation des forces, des faiblesses, des opportunités et des menaces
relatives à l‟intégration nationale.
 le cadre institutionnel de mise en œuvre et de suivi de la stratégie.
Le document de stratégie proposé permettra la réalisation du quatrième objectif
général de la Vision Cameroun 2035 qui consiste à « renforcer l‟unité nationale et
consolider la démocratie en promouvant les idéaux de paix, de liberté, de justice, de
progrès social et de solidarité nationale ».
Pour élaborer cette stratégie, la méthodologie suivante a été adoptée :
- recherche et analyse documentaires ;
- élaboration d‟un guide d‟entretien ;
- administration du questionnaire à un échantillon sélectionné à travers les dix
régions du Cameroun ;
- exploitation de l‟enquête de terrain ;
- élaboration de la stratégie.
La délimitation du domaine et la segmentation de celui-ci en composantes ont permis
de procéder à la clarification des concepts afin de mieux cerner les contours de
l‟intégration nationale. Ont ainsi été passées en revue les notions d‟intégration,
d‟adaptation, acculturation, assimilation, insertion, nation, patrie, Etat, tribu, ethnie, race.
De même, les différentes conceptions de l‟intégration nationale, élaborées par diverses
théories sociologiques, ont été rappelées, ainsi que les modèles pratiqués par certains
Etats : modèle républicain, modèle ethnique et le modèle communautaire ou multiculturel.
Dans le cadre de la stratégie proposée pour le Cameroun, les aspects ci-après ont été
analysés : l‟intégration économique, l‟intégration professionnelle, l‟intégration spatiale,
l‟intégration socioculturelle et l‟intégration politique.

10
Cette analyse a permis de segmenter le domaine de l‟intégration nationale en trois
grands (03) sous-domaines à savoir :
l’intégration économique, qui englobe :
- la sous composante économique ;
- la sous composante professionnelle ;
- la sous composante spatiale.
l’intégration socioculturelle, qui comprend :
- la sous composante sociale ;
- la sous composante culturelle.
l’intégration politique, qui comporte :
- la sous composante institutionnelle ;
- la sous composante participative.
S‟agissant de l‟état des lieux et du diagnostic, les éléments d‟intégration nationale ont été
présentés suivant une perspective historique, juridique et institutionnelle. Les perceptions de
l‟intégration nationale telles que recueillies lors de l‟enquête de terrain sont venues enrichir le
diagnostic. Celui-ci a permis de présenter les forces, faiblesses, opportunités et menaces
relatives à l‟intégration nationale et d‟en définir les enjeux et les défis.
En ce qui concerne les objectifs et les choix stratégiques, la stratégie camerounaise
d‟intégration nationale prend en compte tous les services de l‟Etat, les organisations de la
société civile, les partenaires au développement. Elle est donc éminemment transversale.
De manière spécifique et pour la période 2014 - 2020, cette stratégie vise à
promouvoir l‟intégration nationale au sein de la population pour accompagner la vision de
développement de l‟Etat et la contribution de tous les citoyens à l‟émergence. Dans cette
perspective, elle s‟articule autour de quatre objectifs stratégiques :
- OS 1 : développer l‟intégration économique ;
- OS 2 : renforcer l‟intégration socioculturelle ;
- OS 3 : améliorer l‟intégration politique ;
- OS 4 : assurer la promotion des valeurs communes.
Les objectifs ainsi définis ont permis d‟identifier quatre axes stratégiques devant
orienter les actions de l‟administration et des parties prenantes à savoir : l‟amélioration de
l‟intégration économique, le renforcement de l‟intégration socioculturelle, l‟amélioration de
l‟intégration politique et la consolidation de l‟intégration nationale dans son ensemble. Il en
est résulté les quatre programmes ci-après :
- le développement de l‟intégration économique
- le renforcement de l‟intégration socioculturelle ;
- l‟amélioration de l‟intégration politique ;
- la sensibilisation à l‟intégration nationale.
Ces programmes ont été déclinés en quatorze actions.
Un mécanisme de mise en œuvre et un dispositif de suivi évaluation ont été proposés.
Compte tenu de l‟importance stratégique et du caractère transversal de l‟intégration
nationale, l‟organe de pilotage et de suivi-évaluation proposé, le Conseil National de
l‟Education Civique et de l‟Intégration Nationale (CONECIN), est placé sous la présidence
du Premier Ministre, et le Secrétariat Technique Permanent est assuré par le Ministère de
la Jeunesse et de l‟Education Civique.

11
INTRODUCTION
La thématique de la marche vers l‟unité nationale a innervé le discours officiel dès les
premiers moments de l‟indépendance du Cameroun. En effet, dans le discours de
Déclaration d‟indépendance le 1er janvier 1960, le premier Président de la République
prenait, au nom de tous les Camerounais, l‟engagement de « bâtir une Nation dont nos
enfants seront fiers, et qui, dans le monde, marquera son sceau sous le triple signe de
notre devise nationale : Paix, Travail, Patrie ». Patrie, terre de nos pères et Nation, se
trouvent ainsi au cœur du projet de société que veulent bâtir les pères fondateurs.
La construction nationale et son pendant, l‟unité nationale, s‟inscrivent naturellement
dans l‟action politique. Ce pays-mosaïque de 236 ethnies et d‟autant de langues
nationales donne plus l‟impression d‟une véritable tour de Babel que d‟un espace
linguistique harmonieux. Le Cameroun s‟est également doté de 02 langues officielles : le
français et l‟anglais. L‟indépendance elle-même intervient au terme de nombreuses
secousses qui ont mis à mal le vivre ensemble du jeune Etat du Cameroun. Ajouté à cela
les années de braises qui ont marqué le retour au multipartisme et freiné quelque peu le
processus d‟intégration nationale entamé depuis la Réunification en passant par l‟Etat
Fédéral et l‟Etat Unitaire, il est aisé de comprendre le défi qu‟a toujours constitué la
construction d‟une Nation camerounaise unie et intégrée. De fait, l‟existence, le
dynamisme et la capacité de résilience des entités ethniques, leur influence, les tendances
centrifuges et les replis identitaires représentent de véritables défis à la construction d‟une
identité nationale, d‟une nation moderne.
Dans le même temps, la déchéance, voire la disparition des entités et solidarités
infranationales aurait un impact négatif sur la construction d‟un „être‟ camerounais
enraciné dans son terroir et ses valeurs, riche de sa diversité et résolument engagé dans
la construction d‟un Etat moderne débarrassé des démons de la division et des tendances
centrifuges ou, à tout le moins, capable de transformer ces caractéristiques en
potentialités et les potentialités en réalisations.
Tel a été le premier défi du Cameroun, dès les premiers temps de son existence, et le
sujet principal du combat politique de ses pères fondateurs. Des initiatives diverses ont été
prises en vue de promouvoir le vivre ensemble et de faire échec à ces tendances
centrifuges qui n‟ont pas manqué de se manifester : unité nationale, intégration nationale
officiellement présentée comme la phase supérieure de l‟unité nationale. Le décret n°
2011/408 du 09 décembre 2011, portant organisation du Gouvernement.
En plus d‟assigner au Ministère de la Jeunesse et de l‟Education Civique la charge de
l‟élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de
la jeunesse et de l‟éducation civique, lui a confié celle de promouvoir l‟intégration
nationale. C‟est une mission transversale dont le leadership incombe au Ministère de la
Jeunesse et de l‟Education Civique.
Le présent document se propose d‟articuler une vision et une stratégie destinées à
contribuer et à formaliser la stratégie camerounaise d‟intégration nationale.
En effet, dans un contexte camerounais marqué par la pluralité d‟ethnies, de cultures
et de partis politiques, l‟on observe des replis identitaires et autres attitudes et habitudes

12
contraires à l‟unité nationale. L‟on pourrait évoquer à ce sujet, le tribalisme, le
régionalisme, le militantisme politique à caractère tribal, etc.
Au regard de cette situation préoccupante, les pouvoirs publics ont jugé nécessaire de
renforcer chez tous les Camerounais la conviction selon laquelle ils appartiennent à une
même nation. C‟est la raison d‟être de la présente stratégie camerounaise de promotion
de l‟intégration nationale.
OBJECTIF GLOBAL
L‟objectif global est d‟élaborer un document de stratégie pour la promotion de
l‟intégration nationale au Cameroun.
OBJECTIFS SPECIFIQUES
De manière spécifique, il s‟agit de:
- dresser l‟état des lieux de l‟intégration nationale au Cameroun ;
- déterminer les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités relatives à
l‟intégration nationale ;
- définir les choix stratégiques ;
- déterminer la matrice d‟actions prioritaires de la stratégie ;
- décliner la typologie des activités d‟intégration nationale ;
- proposer des activités d‟intégration et de socialisation tout en intégrant l‟approche
vulnérable (minorités, handicapes, réfugiés,…) ;
- déterminer un cadre institutionnel de mise en œuvre et de suivi de la stratégie ;
- proposer des projets à mettre en œuvre ;
- produire un document final de stratégie.

13
CONTEXTE DE L’ELABORATION DE LA STRATEGIE CAMEROUNAISE
D’INTEGRATION NATIONALE

Le contexte de l‟élaboration de la présente stratégie se caractérise par :


- une série d‟évolutions majeures, spécialement au cours de la dernière décennie ;
- l‟élaboration d‟un cadre rénové de planification du développement.
Au plan des évolutions majeures ces dernières années, il convient de souligner :
- La révision constitutionnelle du 18 janvier 1996 ;
- l‟adoption en mars 2009 de la Vision Cameroun 2035 ;
- l‟adoption en novembre 2009 du Document de Stratégie pour la Croissance et
l‟Emploi (DSCE) ;
- la création en 2004 du ministère en charge de la jeunesse ;
- La création en 2011 du ministère en charge de la jeunesse et de l‟éducation
civique ;
- la validation en 2013 du Référentiel camerounais d‟éducation civique et
d‟intégration nationale ;
- la validation en 2014 de la stratégie nationale du volontariat ;
Il en résulte un nouveau cadre politique de planification du développement
comprenant:
- le document de la Vision Cameroun 2035, qui ambitionne de faire du Cameroun un
pays émergent à l‟horizon 2035 ;
- le DSCE, cadre global de référence de la politique et des actions du
Gouvernement destiné à promouvoir, pour la période 2010-2020, la croissance, la création
d‟emplois, la lutte contre la pauvreté, l‟atteinte des OMD, etc.
- le guide méthodologique de planification stratégique, destiné à orienter
l‟élaboration des plans et stratégies de façon à les rendre efficaces et cohérentes tout en
améliorant la performance des administrations publiques.
Au regard de ce cadre et de la thématique de l‟intégration nationale, la stratégie
envisagée se propose de contribuer :
- au renforcement de l‟intégration nationale et à la consolidation du processus
démocratique (Cameroun: Vision 2035, p.41) ;
- à l‟ancrage dans le nouveau cadre de planification : alignement aux orientations de
la Vision et du DSCE et respect du Guide méthodologique de planification stratégique au
Cameroun – édition 2011 ;
- à la révision systématique des actions menées à tous les niveaux, notamment
sectoriel, sous sectoriel, ministériel et local ;
- à la planification opérationnelle des actions de développement à travers la
priorisation des actions et des résultats ;
- à la prise en compte, dans d‟autres stratégies, des considérations et actions
relatives à l‟intégration nationale.

14
I. DELIMITATION ET SEGMENTATION DU DOMAINE

I.1. Clarifications conceptuelles


Le concept d‟intégration nationale renvoie à un certain nombre de notions qu‟il
convient de clarifier en vue de mieux cerner le domaine de cette réalité, ses différentes
implications et manifestations, mais aussi les diverses variantes et notions connexes qui
s‟y rapportent .Sont ainsi passés en revue les notions :
- d‟intégration ainsi que les notions voisines notamment adaptation, acculturation,
insertion, assimilation ;
- de nation, de patrie, d‟Etat, d‟ethnie, de tribu et de race.
I.1.1. Intégration et notions voisines
Du latin integrare, renouveler, rendre entier, l‟intégration, désigne le fait d‟entrer dans
un tout, dans un groupe ou dans un pays…L‟intégration est donc l‟état de ce qui est
intégré, c‟est à dire qui rentre dans un tout et s‟y fond mais sans perdre son identité ni sa
spécificité. Les particularismes sont transcendés dans le global et dans le général.
L‟intégration est aussi un processus dynamique visant à harmoniser les particularités en
un tout cohérent, sans discrimination aucune, mettant en commun un certain nombre de
valeurs communes ou de caractéristiques tout en sauvegardant leurs spécificités ou leurs
particularités. Il en a été ainsi de la constitution en une entité unique des treize (13) puis
cinquante (50) entités qui constituent aujourd‟hui les Etats-Unis d‟Amérique. De fait, la
notion d‟intégration, sur le plan sociopolitique, est historiquement liée aux étrangers
migrants ou immigrés. On parle alors d‟intégration d‟un individu ou d‟un sous-groupe à un
ensemble, à une collectivité plus large. Plusieurs conceptions de l‟intégration ont pris en
compte les questions ethniques, tribales et autres. La notion d‟intégration couvre deux
compréhensions : d‟une part, elle désigne un état du système social. Une société sera
considérée comme intégrée si elle est caractérisée par un degré élevé de cohésion
sociale. D‟autre part, elle caractérise la situation d‟un individu ou d‟un groupe qui est en
interaction avec les autres groupes ou individus (sociabilité), qui partage les valeurs et les
normes de la société à laquelle il appartient. A l‟intégration, on oppose donc la marginalité,
la déviance, l‟exclusion.
L‟intégration peut aussi se définir comme l‟établissement d‟une interdépendance plus
étroite entre les parties d‟un même ensemble, selon un processus complexe et jamais
achevé.
Les notions connexes à l’intégration nationale
Il existe plusieurs notions voisines à celle d‟intégration nationale parmi lesquelles :
l‟acculturation, l‟adaptation, l‟assimilation et l‟insertion.
- Adaptation : Du verbe adapter, lui-même du latin adaptare qui veut dire « ajuster à
…»,
« ajuster en vue de …». Pour C. BOCQUET, l‟étymologie de l‟adaptation porte le
germe d‟une idée de finalité. La finalité de l‟adaptation est à mettre en relation avec la
question du « pourquoi ? » et donc, celle du but de l‟adaptation. Le concept d‟adaptation
sociale va de pair avec celui d‟intégration sociale. L‟adaptation décrit les mécanismes par

15
lesquels un individu se rend apte à appartenir à un groupe. L‟adaptation insiste sur les
changements chez l‟individu, qui sont la condition de l‟intégration. Tabin1 soutient qu‟ « il
n‟y a jamais d‟adaptation totale », tandis que pour Dominique Schnapper, il reste toujours
aux étrangers ce qu‟elle appelle un « noyau dur » de leur culture d‟origine. » 2.
- Acculturation : Formé à partir du latin ad, qui exprime, le rapprochement, le mot
d‟acculturation a désigné, en anthropologie, les phénomènes de contacts et
d‟interpénétration entre civilisations différentes.
- Assimilation : Du latin assimilatio venant de similis, semblable, l‟assimilation est un
concept que l‟on peut relier à celui d‟acculturation, qui, de fait, le prolonge et en constitue
l‟aboutissement ultime. C‟est l‟action d‟assimiler, de rendre semblable ou présenter
comme tel et/ou de s‟assimiler. L‟assimilation est le processus qui permet à un étranger ou
à une minorité de s‟intégrer à un groupe social plus large en adoptant ses caractéristiques
culturelles. L‟assimilation culturelle s‟accompagne en général de l‟adoption de la langue,
de l‟adhésion au système de valeurs du groupe dominant et de l‟abandon de son ancienne
façon de vivre. Selon Costa-Lascou, « l‟assimilation est basée sur « la croyance en la
vertu assimilatrice des institutions ; l‟adhésion complète de l‟étranger par une conversion
des mentalités et des comportements aux normes de vie de la société
d‟accueil…l‟abandon du particularisme pour se fondre dans la société d‟accueil »3.
- Insertion : Du latin inserere, insérer, introduire, mêler, intercaler, l‟insertion est
l‟action d‟insérer ou l‟action de ce qui est inséré. Sur le plan social, elle désigne l‟action
ayant pour objectif de faire évoluer une personne isolée ou marginalisée vers un état où
les échanges avec son environnement social sont considérés comme satisfaisants. Elle
est aussi le résultat de cette action. L‟insertion sociale nécessite l‟appropriation des
valeurs, des règles et des normes du système au sein duquel elle a lieu. Elle revêt
plusieurs dimensions : familiale, professionnelle, économique, culturelle, etc. L‟insertion
fait aussi parfois référence à l‟intégration de personnes dans un groupe ou un milieu social
différent de celui dont elles sont originaires.
Rapports entre assimilation, insertion et intégration.
Ces trois termes ne sont pas neutres et reposent sur des philosophies politiques
différentes. L‟assimilation se définit généralement comme la pleine adhésion par les
étrangers/ immigrés aux normes de la société d‟accueil, l‟expression de leur identité et
leurs spécificités socioculturelles d‟origine étant cantonnées à la seule sphère privée.
Dans le processus d‟assimilation, l‟obtention de la nationalité, conçue comme un
engagement "sans retour", revêt une importance capitale.
L‟insertion, quant à elle, est un processus qui concerne surtout des individus. Tout en
étant reconnu comme partie intégrante de la société d‟accueil, l‟étranger garde son identité
d‟origine ; ses spécificités culturelles sont reconnues, celles-ci n‟étant pas considérées
comme un obstacle à son intégration dès lors qu‟il respecte les règles et les valeurs de la
société d‟accueil.

1
Encyclopedia Universalis (1985), Paris, article « acculturation », 104
2
Schnapper Dominique (1994), op.cit
3
Costa-Lascoux Jacqueline (1989), De l’immigré au citoyen, La Documentation française, Paris, 12

16
L‟intégration exprime davantage une dynamique d‟échange, dans laquelle chacun
accepte de se constituer partie d‟un tout où l‟adhésion aux règles de fonctionnement et
aux valeurs de la société, ainsi que le respect de ce qui fait l‟unité et l‟intégrité de la
communauté n‟interdisent pas le maintien des différences.
L‟intégration, selon Grangé, « n‟est donc pas seulement une voie moyenne entre
insertion et assimilation, voie qui conduirait l‟arrivant sans le transformer radicalement. Elle
amène à une réflexion plus complexe et plus nuancée sur ce qu‟est la société. Elle amène
à considérer toute société comme cette forme d‟identité qui dure en se modifiant par la
vitalité des apports et de successives redéfinitions…Ces apports sont une richesse autant
qu‟un problème »4.
1.1.2 Nation et concepts apparentés
L‟étymologie de nation remonte vers 1175, nascion ; début XIIe, naciuns « païens »
(opposés aux Juifs, dans la Bible) ; lat. natio, de natum, supin de nasci « naître »5 A
l‟époque médiévale, l‟idée de nation renvoyait à un groupe d‟hommes à qui l‟on attribuait
une origine commune. Cependant, la conception moderne de la nation dépasse largement
le cadre ethnique ou tribal tel que défini ci-dessus. Elle trouve plutôt sa source dans un
ensemble complexe de liens qui fondent le sentiment d‟une appartenance commune. Elle
est ainsi à la fois extérieure aux individus, intériorisée et transmise d‟une génération à
l‟autre. Pour s‟imposer, elle suppose également l‟existence d‟une volonté durable de vivre
au sein d‟un même ensemble.
Dès 1694, l‟Académie française définit la nation comme l’ensemble des habitants d’un
même Etat, d’un même pays, vivant sous les mêmes lois et utilisant le même langage. Elle
suppose donc une cohésion d‟une population partageant la même langue, les affinités
religieuses, la géographie, les intérêts économiques ou les nécessités militaires. Une
nation est avant tout un aboutissement d‟un long passé d‟efforts, de sacrifices et de
dévouements : avoir un même passé, des gloires communes, une volonté commune
d‟avancer dans la même direction pour le bien commun, etc.
De ce fait, toute nation est historiquement définie dans une dynamique d‟identité qui se
construit au fil de l‟histoire, sur plusieurs années voire plusieurs siècles. La nation se
construit dès lors à travers un processus d‟intégration continu, sur une base juridique et
politique.
Au niveau international, la création de la Société des Nations (SDN) en 1918, a
entraîné la reconnaissance du « droit des peuples à disposer d‟eux-mêmes ». Des Etats et
des peuples se sont morcelés et l‟on a vu apparaître bon nombre d‟ « Etat – Nations » ou
des nations réclamant le droit de décider de leur sort. La question des nationalités, qui a
ainsi préoccupé les pays d‟Europe centrale et orientale pendant plusieurs décennies, n‟est
toujours pas entièrement réglée à ce jour.
Sur le continent africain, le modèle occidental d‟Etat- Nation a été appliqué sur des
territoires pluriethniques et sans homogénéité sociale. Ainsi, plusieurs ethnies cohabitent
au sein d‟un même Etat alors que d‟autres se retrouvent partagées entre plusieurs Etats.
4
Grange Juliette, Que veut dire intégration ? Histoire d‟une notion ; article consulté (le 02 mai 2014) sur le
site juliette.grange.free.fr/dotclear/public/Articles/Integration.pdf
5
Cf. Dictionnaire électronique Grand Robert de la langue française (1994), article « nation »).

17
C‟est pourquoi, dans ce cas de figure, le « vouloir- vivre- ensemble » ou encore le «
commun-vouloir-de-vie- commune » semble être la seule voie sûre vers l‟intégration
nationale.
Ernest Renan, pour sa part, met en lumière les divers éléments de cohésion d‟une
nation : la race, la langue, l‟affinité religieuse, la géographie, les intérêts économiques, les
nécessités militaires. Il ajoute que ces éléments ne suffisent pas à créer une nation, car
son fondement est essentiellement d‟ordre intellectuel et affectif.
Dominique Schnapper, quant à elle, relève que la nation moderne est une forme
particulière d‟unité politique. Pour elle, « comme toute unité politique, la nation se définit
par sa souveraineté qui s‟exerce, à l‟intérieur, pour intégrer les populations qu‟elle inclut et,
à l‟extérieur, pour s‟affirmer en tant que sujet historique dans un ordre mondial fondé sur
l‟existence et les relations entre nations-unités politiques. Sa spécificité est qu‟elle intègre
les populations en une communauté de citoyens, dont l‟existence légitime l‟action
intérieure et extérieure de l‟Etat. ».
La nation, en tant que forme politique, est une forme récente qui prolonge « tout en les
transcendant, les sentiments ethniques et les institutions qui lui préexistaient ». Elle est
donc une construction sociale, et sa formation apparaît comme l‟accomplissement d‟un
projet séculaire marqué d‟étapes et de prises de conscience en une communauté de
destins. Une nation n‟existe pas ex nihilo ; elle se construit à partir de mythes unificateurs,
même s‟ils ne peuvent, à eux seuls, réaliser l‟intégration nationale.
Patrie : Du latin pater, la patrie est la terre des ancêtres, le pays d‟où l‟on est originaire
et qui est cher ; la communauté politique à laquelle on appartient. C‟est le pays auquel on
se sent étroitement et affectivement lié par l‟histoire, la langue, la culture, les traditions, les
habitudes de vie, etc. Dès lors, le patriote est celui qui aime son pays, qui est prêt à le
servir et à se sacrifier pour lui.
Etat : Du latin status, forme de gouvernement, régime, l‟Etat désigne la personne
morale de droit public qui, sur le plan juridique, représente une collectivité, un peuple ou
une nation, à l‟intérieur ou à l‟extérieur d‟un territoire déterminé sur lequel il exerce un
pouvoir suprême, la souveraineté.
L‟Etat est la forme la plus élaborée de la vie commune d‟une société humaine. Il
exerce son pouvoir par le biais du gouvernement et dispose d‟un certain nombre de
monopoles comme l‟utilisation légitime de la contrainte physique, la collecte des impôts,
etc.
Tribu et Ethnie : Dans le contexte traditionnel, le terme tribu, comme celui voisin
d‟ethnie, est ambigu. Dans les sociétés négro africaines typiques et notamment
sédentaires, les deux mots sont confondus. Dans ce cas, l‟ethnie ou la tribu définit un
groupe partageant une origine, une langue ou une culture commune et ayant conscience
de son unité ou de sa personnalité par rapport aux autres. Dans certaines sociétés
pastorales, tribu et ethnie semblent se différencier, le premier étant souvent englobé par le
second et correspondant plutôt à un large groupe familial ayant toutes les caractéristiques
du clan.

18
Dominique Schnapper définit l‟ethnie comme « une collectivité caractérisée par une
culture spécifique, la conscience d‟être unique et la volonté de le rester, fondées sur la
croyance (le plus souvent fausse) d‟une ascendance commune ».
Race : Pour D. Schnapper (1998), la race est plus une réalité sociologique qu‟une
donnée scientifique, dans la mesure où elle a été et reste « un mode de perception de la
vie sociale, liée à des représentations héritées du passé et, éventuellement, à des
institutions. Pour le sociologue, c‟est le racisme qui donne naissance à la race. Ce n‟est
pas la présence de différences physiques objectives qui crée la race, mais la
reconnaissance de ces différences, réelles ou imaginaires, comme socialement
significatives. ».

I.2. COMPRENDRE LE CONCEPT D’INTEGRATION NATIONALE


L‟intégration nationale, selon les théories et selon le discours politique, vise à former
les citoyens enracinés dans leur culture, respectueux de l'intérêt général, du bien commun,
de l'éthique et des valeurs démocratiques, soucieux du vivre ensemble et ouverts au
monde. Cette notion désigne en effet les processus par lesquels les individus participent à
la société globale par l‟activité professionnelle, l‟apprentissage des normes de
consommation matérielle, l‟adoption des comportements sociaux et culturels, les
échanges et interactions avec les autres, individuellement ou en groupes, la participation
aux institutions communes. Le concept ne porte donc pas uniquement sur les formes de la
participation des populations particulières à la vie de la communauté nationale, mais aussi
à l‟évolution de la société nationale tout entière. Il renvoie à deux perspectives d‟analyse. Il
peut caractériser les relations qui se nouent entre les citoyens ou leurs regroupements et
la collectivité nationale dans son ensemble.
L'intégration nationale devrait permettre à chaque Camerounais de s'assumer comme
citoyen et de promouvoir la conscience nationale et le vivre-ensemble. C‟est la
manifestation d‟une volonté de vivre une vie d'ensemble conforme au devoir et à la
conscience morale, qui se manifeste dans les rapports interindividuels et les agissements
des personnes. Ainsi, la première perspective d‟intégration c‟est l‟intégration à une
collectivité ou intégration tropique, qui conduira à examiner, non pas tant les processus
individuels d‟intégration des « étrangers », mais les conditions de leur intégration.
Dans la deuxième perspective, l‟intégration de la collectivité ou intégration systémique,
il s‟agira de se concentrer sur le système, c‟est-à-dire sur les éléments fondateurs de la
nationalité, sans qu‟il soit nécessaire de s‟appesantir sur l‟histoire ou le développement de
l‟idée nationale. On peut alors considérer la société nationale comme un processus
d‟intégration de la société par la politique et ce processus, par essence, n‟est jamais
achevé.
L‟intégration nationale nécessite donc deux conditions :
- une volonté et une démarche individuelle de considérer l‟autre comme ayant les
mêmes droits et les mêmes devoirs, afin de relever le défi du vivre ensemble ;
- la capacité de l‟Etat et de la société à considérer tous les citoyens sur un même
pied d‟égalité, à respecter les différences et les particularités positives des individus et des
groupes, à partir desquelles devrait surgir l‟unité.

19
L‟intégration renvoie ainsi à la notion d‟unité nationale, unité faite de diversité mais
aussi de complémentarité, de solidarité et de foi en un destin commun transcendant les
particularismes de toutes sortes, notamment géographiques, historiques, linguistiques,
tribaux, religieux ou politiques. L‟unité nationale implique que les Camerounais sont
d‟abord Camerounais avant d‟être anglophones ou francophones, chrétiens, musulmans,
animistes ou autres.
Pour le « non Camerounais », il s‟agirait de la capacité de s‟insérer et de s‟adapter
dans la société camerounaise (c‟est l‟intégrabilité de la personne) et, pour l‟Etat et la
société, de leur capacité intégratrice.
L‟intégration désigne de ce fait un tout, une entité, une synergie. En sociologie,
l‟intégration est un processus ethnologique qui permet à une personne ou à un groupe de
personnes de se rapprocher des autres et de devenir membre d‟un groupe plus large par
l‟adoption de ses valeurs et des normes de son système social. De manière plus
englobante, l‟on dira que l‟intégration consiste à susciter la participation active à la société
tout entière de l‟ensemble des hommes et des femmes appelés à vivre durablement
ensemble en acceptant sans arrière-pensées que subsistent des spécificités notamment
culturelles, en mettant l‟accent sur les ressemblances et les convergences dans l‟égalité
des droits et des devoirs afin d‟assurer la cohésion sociale.

I.2.1. Les différentes conceptions de l’intégration nationale


Trois théories sont invoquées historiquement pour fonder l‟identité nationale et
permettre la compréhension de la notion d‟intégration nationale : c'est notamment la
tradition durkheimienne de la solidarité, l'École de Chicago et l'approche assimilationniste
de Milton Gordon.
La théorie de la solidarité de DURKHEIM
Le concept d'intégration remonte loin dans l'histoire sociologique puisque Durkheim en
faisait déjà la clé de voûte de son analyse du taux de suicide dans son ouvrage Le Suicide
(1930). Ferdinand Tönnies, dans son ouvrage « Gemeinschaft und Gesellschaft », voit
dans le passage aux sociétés modernes une diminution de la solidarité véritable.
Durkheim renverse cette approche et, à la suite de Weber, tente de démontrer que
l‟organisation sociale moderne, caractérisée par la division du travail, est seule productrice
de la solidarité véritable qui permet l‟intégration sociale dans une nation. Il définit
l‟intégration comme un processus par lequel l‟individu participe à la vie sociale. Cette
participation s‟opère grâce à l‟intégration des individus dans plusieurs instances : familiale,
religieuse, professionnelle… Ces instances prédisposent l‟individu à vivre en société.
L‟intégration est donc le résultat de la socialisation. Pour lui, c‟est l‟intégration des
individus aux sous-systèmes des groupes professionnels, familiaux et autres, qui permet
l‟intégration de la société elle-même, c‟est-à-dire la production de son unité, la
pérennisation de son existence et la redéfinition ou la réaffirmation de son identité.
Dans cette approche sociologique, l'intégration sociale représente la conséquence
logique de l'incorporation des individus dans les structures sociales d'appartenance, les
facteurs favorables au processus étant recherchés du côté des institutions. Toute société
doit intégrer ses membres en leur transmettant des valeurs, des modèles de

20
comportement et des normes par les instruments de socialisation tels que la famille, l'école
et le milieu professionnel. Durkheim distingue deux grands modes d'intégration typiques
des sociétés traditionnelles et modernes: la solidarité mécanique propre aux sociétés
traditionnelles et la solidarité organique des sociétés modernes.
L’école de CHICAGO ou l’approche interactionniste
L'École de Chicago désigne un ensemble de travaux de recherche sociologique
effectués au début du XXème siècle par des chercheurs et des étudiants de l'Université de
Chicago. Qualifiée d'approche interactionniste, elle marque un tournant dans la recherche
sociologique empirique.
Deux modèles développés par l'École de Chicago font référence à l'intégration
(assimilation) des immigrants: le cycle « organisation-désorganisation-réorganisation » de
William Thomas et Znaniecki et « le cycle des relations raciales » de Park et Bulgess
(1921) L‟intégration y est définie comme un continuum allant de l‟organisation sociale à la
désorganisation familiale et communautaire suite aux chocs de l‟immigration, puis à la
réorganisation sociale.
. L'approche assimilationniste de Milton Gordon
L'approche assimilationniste de Milton Gordon a souvent été vue comme découlant de
l‟école de Chicago, bien qu'elle en diffère dans ses connotations. Elle exige une ouverture
de la société d‟accueil tout autant que de l‟immigrant.

I.2.2. Les différents modèles d’intégration nationale


Les diverses conceptions de l‟intégration ont donné lieu à trois grands modèles
d‟intégration nationale : le modèle républicain, le modèle ethnique et le modèle
communautaire ou multiculturel.
Le modèle républicain d’intégration nationale
Encore appelé modèle politique, la France en est l‟exemple type. Il est fondé sur le
modèle assimilationniste, où la nationalité-citoyenneté se fonde sur l‟adhésion individuelle
au contrat social (droit du sol ou jus soli). Les identités ethniques ou religieuses sont
gommées ou refoulées dans la sphère du privé, c‟est ce modèle qui explique la politique
de la laïcité, laquelle participe du fait que le lien social national doit transcender les liens
sociaux primaires et dépasser tous les particularismes originels. Ernest RENAN, dans son
ouvrage intitulé
« Qu‟est-ce qu‟une nation ? », définit celle-ci comme un vouloir-vivre-ensemble, c‟est-
à-dire une communauté d‟individus qui, quelles que soient leurs origines culturelles ou
ethniques, ont cette envie de faire partie d‟une même entité.
Le modèle ethnique
C‟était le modèle en Allemagne jusqu‟en 1999 où la nationalité repose sur la filiation
(droit du sang- jus sanguinis), la culture, la langue, la religion. Selon Fichte, la nation est
un peuple issu de la même origine et qui a en partage la même race, la même culture, la
même religion, la même langue, la même histoire, etc. L‟idée allemande de nation n‟est
donc pas politique, mais renvoie à une conception généalogique de la communauté
nationale, selon laquelle la nation allemande est composée de tous ceux qui ont du sang

21
allemand. Si la modification constitutionnelle de 1999 consacre désormais le droit du sol,
elle ne fait pas encore l‟unanimité.
. Le modèle communautaire ou multiculturel
Ce modèle renvoie à trois registres qui, dans la pratique, ont tendance à se recouper,
voire se confondre ;
 le registre sociologique, qui constate l‟existence de demandes et d‟affirmations
identitaires, (cas du Canada depuis la fin des années 1960) ;
 le registre de la philosophie politique et de l‟éthique, qui a surtout cours dans le
monde Anglo-saxon et chez les Néerlandais, avec des débats opposant les «
communautarians », favorables à une reconnaissance des particularismes culturels et des
minorités comme acteurs politiques, et les « liberals », qui s‟y opposent ;
 le registre politique, qui s‟efforce d‟inscrire dans la loi fondamentale la
reconnaissance des particularismes culturels (cas d‟Israël où le gouvernement actuel veut
inscrire dans la Constitution qu‟Israël est l‟Etat juif).
Dans ce modèle, les minorités sont reconnues comme des acteurs politiques et leurs
droits culturels sont garantis. Les communautés peuvent se développer de façon séparée
et autonome au sein d‟un grand ensemble.
Au terme de cette revue, l‟intégration nationale apparaît comme une construction,
jamais achevée, d‟une identité nationale résultant d‟une double démarche destinée, d‟une
part, à rassembler en un tout cohérent, la nation, les diverses entités infranationales qui la
composent, tout en en préservant les caractéristiques spécifiques –c‟est l‟intégration à la
collectivité ou intégration tropique-, d‟autre part, à organiser l‟entité nationale afin d‟en
rationnaliser les mécanismes intrinsèques de fonctionnement : c‟est l‟intégration de la
collectivité ou intégration systémique.
L‟intégration se présente à la fois comme le résultat recherché ou proclamé des
politiques publiques et comme processus social susceptible, comme tout processus,
d‟avancées différentes selon les domaines, mais aussi de décalages, de retournements,
de contre- tendances ou de pistes nouvelles et inédites. C‟est donc un processus qui n‟est
ni itératif, ni cyclique, mais essentiellement progressif et ouvert. Pour Durkheim, selon que
l‟on se trouve dans des sociétés traditionnelles ou modernes, l‟on observera la
prééminence de solidarités de type mécanique ou organique, même si cette césure n‟est
pas toujours aussi nette et que subsiste un peu de l‟une ou de l‟autre. Les différentes
écoles ont permis de faire le constat du caractère polysémique de la notion d‟intégration
nationale et de passer en revue les différentes applications, selon que l‟accent est mis sur
le droit du sol ou sur le droit du sang ou encore sur une prise en compte plus ou moins
poussée des particularismes et identités infranationales.

I.3. LES DIFFERENTS ASPECTS DE L’INTEGRATION NATIONALE


La mise en place d‟une stratégie de construction de l‟intégration nationale suppose
l‟examen des différents aspects qui la caractérisent : économique, professionnel, spatial,
socioculturel, politique et que soient adressés les questionnements que suscite chacun
d‟eux.

22
I.3.1. L’intégration économique
C‟est celle qui concerne la pleine participation de l‟individu à la vie et à l‟activité
économique. Elle interroge la possibilité pour lui d‟envisager une carrière jusque dans les
plus hautes sphères, sans que son identité ethnique puisse être alléguée comme obstacle
ou invoquée comme alibi pour justifier son ascension ou le choix qui se porte sur lui. Elle
concerne aussi sa capacité d‟être reconnu par les autres membres de la communauté
nationale comme en faisant partie ès qualités. Elle concerne également la possibilité
d‟accéder à divers services, prestations ou ressources disponibles sans discrimination
aucune.
Du côté de l‟Etat, l‟intégration économique interroge les politiques et les choix
économiques destinés à accroître la richesse nationale et à en assurer une répartition
équitable. Elle prend en compte les femmes, les jeunes, les groupes sociaux fragiles,
vulnérables ou marginalisés.
Il s‟agit ici :
- d‟interroger les axes des politiques économiques dans leur capacité à assurer un
développement harmonieux et équilibré de l‟ensemble national, en veillant à préserver le
dynamisme des différentes entités infranationales ;
- de recenser et d‟analyser les politiques et institutions d‟encadrement et de
promotion de l‟emploi, en respectant l‟approche genre, l‟emploi jeunes, l‟approche
vulnérable ;
- d‟interroger l‟harmonisation entre les politiques de formation et le marché de
l‟emploi ;
- de souligner les incitations à investir et d‟analyser les cadres destinés à attirer les
investisseurs ;
- de voir si la répartition géographique des initiatives d‟investissements est de nature
à assurer la prise en compte des atouts de chacune des zones du territoire national et si
elle prend en compte le dynamisme de chacune des composantes de la population…
La composante horizontale de ce thème concerne la réponse des agents économiques
aux défis que pose la mise en valeur du potentiel économique national, mais aussi au
choix des zones d‟implantation de leurs activités économiques, la réaction des
investisseurs au regard de l‟attractivité des différentes régions du territoire national.
Les questionnements se rapportent :
- aux préférences dans le choix des zones d‟investissement et à leur pertinence au
regard des critères de ces choix ;
- à l‟influence éventuelle de l‟appartenance à une aire géographique donnée ;
- à la fluidité des échanges au regard des critères ethniques/tribaux ;
- à l‟influence de la préférence nationale ou régionale dans les décisions de
partenariats.

I.3.2. L’intégration professionnelle


L‟intégration professionnelle renvoie à la capacité d‟un individu à exercer de façon
harmonieuse son activité dans le milieu professionnel dans lequel il est appelé à travailler.
Elle fait référence à la connaissance et à la compréhension de ce qui est acceptable ou

23
non sur le plan éthique et déontologique pour quiconque est engagé dans une démarche
de travail, de recherche de travail ou d‟apprentissage. Elle évoque des notions telles que
le dynamisme, l‟équité, la conscience de l‟intérêt général, le mérite, la compétence, la
conscience professionnelle, l‟incorruptibilité, la rectitude, la moralité, la justice, l‟ouverture
d‟esprit, l‟approche genre, l‟approche jeunes, la vulnérabilité, la stigmatisation, le
handicap, etc.
Dans le contexte de l‟intégration nationale, elle concerne le dispositif que l‟Etat met en
place pour favoriser l‟accès des citoyens à des emplois décents et s‟assurer que l‟égalité
des chances ne soit pas compromise par des pratiques discriminatoires, mais également,
que l‟environnement professionnel soit conforme aux normes en la matière. Elle concerne
aussi le dispositif qu‟il met en place pour ajuster les différentes formations au marché
national et à ses potentialités.
Le questionnement sur cet aspect permettra de s’assurer :
- que le dispositif juridique et institutionnel répond aux attentes des chercheurs
d‟emplois, mais également, favorise et encourage le développement des initiatives
entrepreneuriales ;
- que le dispositif juridique et institutionnel décourage, à défaut de les sanctionner,
les initiatives discriminatoires de toutes sortes ;
- que le dispositif juridique et institutionnel veille au respect des politiques de genre
ainsi qu‟à la discrimination positive par rapport aux populations victimes du handicap ou de
la marginalisation ;
- qu‟un accent particulier est mis sur la promotion des recrutements et de l‟emploi des
jeunes, des femmes, des personnes vivant avec un handicap, etc.
Par ailleurs et sur le plan de la demande, l‟intégration professionnelle se rapporte à la
place et à l‟influence de l‟appartenance à une ethnie ou à une tribu dans la recherche d‟un
emploi, les recrutements, les promotions au sein des administrations publiques,
parapubliques ou de l‟entreprise. Elle concerne aussi la loyauté du salarié vis-à-vis de son
employeur, ainsi que l‟esprit de corps qui peut aider à transcender les différences
ethniques. Elle peut également permettre à des initiateurs de projets de s‟associer en
fonction des seuls critères d‟efficacité managériale ou de confiance.
Un questionnement sur cet aspect devra :
- interroger les critères d‟embauche dans les entreprises et identifier l‟influence de
l‟appartenance ethnique ;
- vérifier les ratios d‟ethnicité dans les effectifs de quelques entreprises cibles ;
- interroger les préférences des travailleurs par rapport à l‟appartenance ethnique
du chef de l‟entreprise ;
- interroger le degré de confort des ouvriers ou agents travaillant dans un milieu qui
n‟est pas le leur d‟origine ;
- observer les attitudes et les pratiques de vie dans les environnements anglophone
et francophone pour un sujet pratiquant à l‟origine l‟autre langue officielle.

24
I.3.3. L’intégration territoriale ou spatiale
L‟intégration territoriale quant à elle renvoie à la capacité, pour l‟Etat et les autres
collectivités publiques, de réaliser les voies de communication par route, rail, air, mer,
fleuve, lac… afin que les populations aient la possibilité de circuler aisément sur toute
l‟étendue du territoire national. Elle concerne de ce fait le maillage du territoire par des
voies de communication permettant et favorisant les transports, les liaisons, le tourisme,
l‟approvisionnement des marchés, les échanges humains et commerciaux, etc. Elle fait
ressortir le niveau de développement infrastructurel de certaines zones géographiques et
contribue à renforcer le sentiment d‟appartenance à la nation ou de participation à la vie
de celle-ci.
Un autre aspect de l‟intégration spatiale concerne l‟organisation du territoire et le
découpage administratif. En effet, celui-ci n‟est pas sans influence sur l‟intégration
nationale. Selon que les différentes unités administratives épousent ou non les entités
ethno-tribales, qu‟elles regroupent ou non plusieurs de ces entités, qu‟elles portent ou non
des noms tribalement connotés, elle est susceptible ou non de favoriser les brassages des
populations afin de contribuer au mieux vivre ensemble.
Un troisième aspect concerne les communications, les technologies de l‟information et
de la communication (TIC), les signaux radio et télé, les services postaux, etc.
Sous cette rubrique d‟intégration spatiale, seront examinés les politiques et dispositifs
destinés à rompre l‟enclavement de certaines parties du territoire national, celles
d‟aménagement du territoire et de découpage administratif et leur impact sur l‟attractivité
des territoires par rapport à l‟investissement, mais aussi la politique des équipements de
proximité (marchés, centres et aires de santé, établissements scolaires …).
Seront à questionner, sous cette rubrique :
- les politiques d‟aménagement du territoire et de répartition des investissements
structurant ;
- les politiques de découpage administratif et leur pertinence ;
- la couverture nationale par téléphone, internet, la radio, la télévision,… ;
- la question de l‟enclavement de certaines parties du territoire (l‟existence,
l‟effectivité et l‟efficacité des politiques ou initiatives de désenclavement);
- les politiques et pratiques de l‟entretien des voies de communications et leur
efficacité.
Côté bénéficiaires, l‟intégration spatiale permet aux citoyens de se sentir reliés les uns
aux autres sur l‟ensemble du territoire, dans la mesure où ils peuvent joindre, sans un coût
exorbitant et dans des conditions dignes, les autres compatriotes. A contrario, les
situations d‟enclavement développent chez les citoyens un sentiment de délaissement par
rapport aux autres ; elles peuvent même faire naître ou exacerber des replis identitaires ou
des sentiments, velléités ou initiatives sécessionnistes.
Seront notamment interrogés, sur cet aspect :
- la perception des citoyens par rapport au découpage de leur circonscription
administrative ou électorale (région, département, arrondissement, commune,…) au
regard de leur appartenance ethnique ;

25
- l‟influence de l‟état des axes routiers principaux ou des pistes de désenclavement
sur la participation à la vie nationale ;
- le degré de disponibilité et d‟engagement des citoyens à participer à l‟amélioration
de leur cadre de vie et plus spécifiquement à l‟entretien des voies de communication ;
- la couverture par les télécommunications et les médias, notamment audiovisuels,
de l‟ensemble du territoire national ;
- la répartition des infrastructures structurantes.

I.3.4. L’intégration socioculturelle


Elle comporte un volet social et un volet culturel, mais la démarcation entre les deux
aspects de la réalité socioculturelle n‟est pas toujours aisée, les deux se nourrissant
réciproquement. .
Le volet social de l‟intégration socioculturelle s‟intéresse aux expressions de
l‟appartenance et des relations de l‟individu ou d‟un groupe (ethnie, tribu, clan…), avec,
d‟autres groupes d‟une part et avec la communauté nationale d‟autre part.
- Côté offre (composante verticale), il s‟agit de procéder à l‟examen des
considérations portant sur les règles et modalités du vivre ensemble, le respect de l‟unicité
et de l‟indivisibilité du territoire national, mais aussi, les relations des communautés et
groupes entre eux, la prise en compte des questions de genre, des catégories fragiles,
vulnérables ou marginalisées. Doivent également être examinés, les politiques de non-
discrimination, les questionnements relatifs aux concepts d‟autochtone, d‟allogène et de
minorité, les politiques de quotas, d‟équilibre régional, de discrimination positive ou encore
de préférence nationale/locale, d‟équilibre régional.
Sous ce prisme, les questionnements se rapporteront aux politiques mises en place
par l‟Etat en vue de promouvoir le vivre ensemble des citoyens, leur applicabilité, leur
effectivité, l‟état de leur mise en œuvre, leur aptitude à trouver des solutions aux
problèmes qu‟engendre la coexistence des communautés d‟origines et d‟expressions
diverses. C‟est également le lieu de vérifier si lesdites politiques couvrent la totalité du
volet social, d‟en identifier les faiblesses et insuffisances et de préconiser les ajustements
éventuels.
- Côté demande (horizontalité/transversalité), il s‟agit de s‟intéresser à la perception
et au vécu, par les citoyens, de la mise en œuvre desdites politiques, mais également, des
relations au sein des groupes et entre les groupes et communautés, des manifestations
communautaristes, des solidarités primaires ou des replis identitaires, des
marginalisations sociales, des tensions et conflits et de leurs manifestations, des clichés et
préjugés. Seront également d‟interrogées les différentes discriminations, stigmatisations
ou exclusions auxquelles certains groupes ou catégories sociales peuvent être confrontés
ainsi que leurs conséquences sur le vivre ensemble.
Les questionnements à ce sujet doivent permettre aux acteurs et bénéficiaires :
- d‟apprécier la qualité de leur insertion dans le milieu dans lequel ils sont appelés à
vivre, mais aussi, la qualité de leurs relations avec les autres groupes, la place,
l‟importance ou la prééminence de la communauté nationale par rapport aux groupes et
appartenances d‟origine ;

26
- de répertorier les clichés et préjugés des groupes les uns par rapport aux autres et
leurs effets sur les rapports sociaux ;
- d‟identifier les types de conflits passés ou susceptibles de naître, leurs causes,
leurs manifestations, ainsi que les modes de résolution.
Le volet culturel met en lumière les différents héritages culturels, leurs expressions et
manifestations, leur coexistence et leurs interpénétrations, leurs influences. Il interroge la
façon dont l‟Etat définit le Cameroun comme un pays pluriculturel, dans lequel les 236
ethnies coexistent et s‟interpénètrent, et comment il organise le fait culturel au plan
national et assure sa promotion jusque dans d‟autres régions du monde. L‟offre culturelle
de l‟Etat traduit sa volonté et sa capacité de prendre en compte l‟existence d‟une richesse
et d‟une diversité culturelles qu‟il a la charge de promouvoir, d‟exprimer, de valoriser, de
faire rayonner, de diffuser, mais également d‟en canaliser certains éléments.
L‟intégration socioculturelle interroge aussi les aspects relatifs aux sports, aux loisirs, à
la gestion des rapports intergénérationnels, l‟approche genre, l‟approche vulnérable et les
fragilités sociales.
Les questionnements concernent :
- l‟étendue et l‟importance de l‟activité culturelle dans les politiques étatiques ;
- la qualité et la pertinence des politiques, incitations et interventions de l‟Etat ;
- l‟adéquation des politiques mises en place/proposées aux besoins culturels.
- Côté demande, la diversité des expressions culturelles sera examinée, mais aussi
les initiatives visant à préserver, pérenniser et promouvoir celles-ci, à assurer leur vitalité.
Elle concerne également le degré d‟accueil ou d‟assimilation par les différents groupes des
différentes expressions culturelles. Sera aussi examiné le rôle de la culture/des différentes
expressions culturelles comme facteurs d‟intégration nationale ainsi que l‟aptitude des uns
à s‟approprier les expressions culturelles des autres. Différentes initiatives de promotion
des cultures, manifestations ponctuelles ou pérennes, seront examinées au regard de leur
influence et de leur rôle de catalyseurs.
Relève du sous-domaine de l‟intégration socioculturelle, mais avec une place toute
particulière, la gestion du double héritage anglais et français, son influence sur le vécu des
Camerounais et les questionnements sur les opportunités qu‟il offre et les menaces qu‟il
comporte. Sous cette rubrique, il est question d‟examiner comment se manifeste l‟option
constitutionnelle du Cameroun comme pays bilingue, comment elle se traduit dans la
pratique des institutions, mais aussi comment elle affecte les rapports des Camerounais
entre eux.

I.3.5. L’intégration politique


Ce sous-domaine de l‟intégration se penche sur les principes et les fondamentaux de
la gestion du vivre ensemble au sein de la communauté nationale. Il s‟intéresse au cadre
constitutionnel, au respect des institutions de la République, à ses règles de
fonctionnement, à l‟organisation des pouvoirs publics, à l‟expression des opinions et des
choix des citoyens. Il invoque les notions de patrie, de patriotisme, de civisme, de
sanctuarisation et de défense du territoire national et des institutions de la République,

27
mais aussi celles de décentralisation, de gouvernance locale, de droits et devoirs des
citoyens et des droits de l‟Homme en général.
Il s‟agit, au niveau de l‟Etat, de garantir l‟intégrité du territoire national, de le défendre
contre toutes les menaces, d‟assurer la connaissance et le respect des institutions,
symboles et dispositifs juridiques de l‟Etat, mais également, de garantir son caractère
unitaire et décentralisé.
Relèvent de ce thème les questionnements tels que :
- les dispositions étatiques de diffusion des instruments juridiques (constitutionnels,
législatifs, réglementaires…) concernant l‟organisation et le fonctionnement de l‟Etat ;
- les dispositions visant à garantir les libertés des citoyens ainsi que l‟expression de
leur citoyenneté ;
- les initiatives susceptibles d‟encourager et de promouvoir, sur le plan politique, le
vivre ensemble ;
- les mesures destinées à assurer la défense du territoire national contre les
agressions extérieures, mais aussi, à combattre les éventuelles velléités centrifuges ou
menace de l‟intérieur ;
- la gestion des frustrations et revendications sociopolitiques légitimes ;
- l‟état des lieux de la décentralisation et des mesures d‟accompagnement ou de
responsabilisation ou d‟ « empowerment » des collectivités territoriales décentralisées.
L‟attitude des citoyens dans le domaine politique renseigne sur la connaissance par
eux des textes fondamentaux et leur appropriation de ceux-ci, leur conscience civique et
citoyenne, leur connaissance de leurs droits, ainsi que la façon dont ils les expriment dans
le quotidien de leur vie. Elle permet également d‟interroger leur sens du bien commun et
du respect de la chose publique, ainsi que leur participation à la politique locale dans le
cadre de la décentralisation.
I.4. Segmentation du domaine en composantes
Cette analyse et les questionnements qu‟elle suscite permettent de segmenter le
domaine de l‟intégration nationale en trois grands (03) sous-domaines :
 L‟intégration économique, qui englobe :
- la sous composante économique ;
- la sous composante professionnelle ;
- la sous composante spatiale.
 L‟intégration socioculturelle, qui comprend :
- la sous composante sociale ;
- la sous composante culturelle.
 L‟intégration politique, qui comporte :
- la sous composante institutionnelle ;
- la sous composante participative.

28
II. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC
A la lumière de ce qui précède, il est important d‟examiner le vivre ensemble tel que
perçu par les acteurs, de présenter les questionnements qu‟il suscite et de faire ressortir
les enjeux et les défis auxquels est confrontée cette œuvre de construction nationale. Ces
préalables s‟inscrivent dans la logique de la mise sur pied d‟une stratégie d‟intervention
susceptible de trouver une résonnance doctrinale, mais également une cohérence par
rapport aux différents dispositifs juridiques et institutionnels encadrant la vision
camerounaise d‟un vivre ensemble harmonieux.

II.1. ETAT DES LIEUX


L‟idée d‟un Cameroun « uni et indivisible » remonte à l‟époque de la colonisation. En
effet, en juillet 1884 les chefs Douala affirmaient déjà, lors des négociations avec les
autorités allemandes, qu‟ils s‟exprimaient au nom du Kamerun et de tous les
Camerounais. Par la suite, tous les patriotes, qui se sont illustrés dans l‟histoire de notre
pays, se sont toujours présentés comme des Camerounais sans distinction d‟ethnies, de
régions ou de religions.
Ainsi, en août 1919, après la partition du Cameroun proposée dans l‟Accord de
Londres (The London Agreement) du 04 mars 1916 par les Anglais et les Français, les «
populations du Cameroun » envoyèrent une pétition à la Conférence de Versailles, en août
de la même année, en vue de s‟opposer à la partition du Cameroun et réclamer le droit de
choisir celle des deux puissances qui devait administrer l‟ensemble de l‟ancien Kamerun
allemand. Les signataires de cette pétition des « populations du Cameroun » furent
Douala Manga Bell et d‟autres élites duala.
Cette intégration s‟est poursuivie sur l‟ensemble du territoire national à travers
l‟expansion de certains partis politiques aux dénominations évocatrices tels que :
Union des Populations du Cameroun (UPC, 1948), One Cameroon (équivalent de
l‟UPC au Cameroun sous tutelle britannique), Kamerun United National Congress (KUNC,
1950), Kamerun National Democratic Party (KNDP, 1954), Union Camerounaise (UC,
1958), Union Nationale Camerounaise (UNC, 1966), Rassemblement Démocratique du
Peuple Camerounais (RDPC,1985).
Ainsi donc, autant avant l‟Indépendance et la Réunification qu‟après ces évènements
fondateurs, l‟intention unificatrice et intégratrice des citoyens camerounais a toujours sous-
tendu l‟évolution du Cameroun.

II.1.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE ET DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL


II.1.1.1. ANALYSE DU CADRE JURIDIQUE
L’intégration nationale à travers la Constitution
Dans son préambule, la Constitution dispose : « le Peuple camerounais, fier de sa
diversité linguistique et culturelle, élément de sa personnalité nationale qu'elle contribue à
enrichir, mais, profondément conscient de la nécessité impérieuse de parfaire son unité,
proclame solennellement qu'il constitue une seule et même Nation, engagée dans le
même destin et affirme sa volonté inébranlable de construire la Patrie camerounaise sur la

29
base de l'idéal de fraternité, de justice et de progrès » cette constitution reconnaît
également les droits inaliénables et sacrés de l‟être humain sans distinction de race, de
religion, de sexe et de croyance.
L‟article 1 alinéa 2 de la loi fondamentale dispose, par ailleurs, que : « la République
du Cameroun est un Etat unitaire décentralisé. Elle est une et indivisible, laïque,
démocratique et sociale. Elle reconnaît et protège les valeurs traditionnelles conformes
aux principes démocratiques, aux droits de l’homme et à la loi. Elle assure l’égalité de tous
les citoyens devant la loi ». L‟alinéa 3, quant à lui, précise que « La République du
Cameroun adopte l’anglais et le français comme langues officielles d’égale valeur. Elle
garantit la promotion du bilinguisme sur toute l’étendue du territoire. Elle œuvre pour la
protection et la promotion des langues nationales. ».
En somme, le Peuple camerounais proclame, à travers sa Constitution, sa
détermination à bâtir une nation unie et fraternelle. Il affirme également son attachement
aux droits et libertés fondamentales reconnus dans les instruments juridiques
internationaux de protection des droits de l‟homme (Charte Africaine des Droits de
l‟Homme et des Peuples, Déclaration Universelle des Droits de l‟Homme, etc.). Ainsi, tous
les hommes sont égaux en droits et en devoirs et l'Etat assure à tous les citoyens les
conditions nécessaires à leur développement. Dans cette optique, il est garant de la
protection des couches vulnérables et défavorisées et de la préservation des droits des
populations autochtones conformément à la loi. Celle-ci dispose que : « La Nation protège
et encourage la famille… protège la femme, les jeunes, les personnes âgées et les
personnes handicapées ».
De ce fait, nul ne peut être inquiété en raison de ses origines, de ses opinions ou
croyances en matière religieuse, philosophique ou politique, sous réserve du respect de
l'ordre public et des bonnes mœurs. Et, compte tenu de la laïcité de l‟Etat, sa neutralité et
son indépendance vis-à-vis de toutes les religions sont garanties.
De toutes ces dispositions légales, se dégage l‟idée selon laquelle l‟unité est faite de
pluralité et de diversité, et que la construction d‟une nation indivisible se réalise sur la base
d‟un projet commun, d‟un socle de valeurs et d‟un ensemble de vertus auxquelles tout le
monde aspire.
L’intégration nationale dans les autres textes juridiques
L‟intégration nationale est mise en œuvre au plan institutionnel par chacune des
institutions de l‟Etat qui couvrent l‟ensemble du territoire national. Il en est de même des
textes législatifs et réglementaires. Même la gestion du commandement traditionnel a été
harmonisée, malgré la variété et la diversité des traditions camerounaises. Il en est ainsi
du décret n°77/245 du 15 juillet 1977 portant organisation des chefferies traditionnelles.
Les deux systèmes jusque-là en vigueur au Cameroun sous l‟empire de l‟arrêté portant «
recognition of chiefs » de l‟ancien Cameroun occidental et l‟arrêté de 1932, portant
organisation des chefferies indigènes de l‟ancien Cameroun oriental ont été unifiés.
Certes, au niveau de l‟éducation nationale coexistent encore deux sous-systèmes, l‟un
anglophone et l‟autre francophone. Mais chacun étant ouvert à tous les Camerounais
quelles que soient leurs origines, ainsi qu‟à tous les étrangers résidant au Cameroun, cette
coexistence de deux sous-systèmes est plutôt un enrichissement.

30
Dans le domaine spécifique de la jeunesse et de l‟éducation civique, l‟on peut relever
que l‟arrêté interministériel n°242/L1729/MINEDUC/MJS portant organisation des activités
post et périscolaires du 25 octobre 1979 assigne aux colonies et camps de vacances, ainsi
qu‟aux chantiers de jeunesse : de nombreuses missions d‟éducation à l‟intégration
nationale, dont :
- l‟éducation à la citoyenneté
- le renforcement de l‟unité nationale par le brassage culturel des jeunes d‟origines
diverses ;
- la connaissance du pays et du milieu grâce aux déplacements ;
- l‟apprentissage de la vie en communauté.
La loi n° 98/004 d‟orientation de l‟éducation au Cameroun énonce en son article 5 que
l‟éducation a pour objectifs :
- la formation de citoyens enracinés dans leur culture, mais ouverts au monde et
respectueux de l'intérêt général et du bien commun;
- la formation aux grandes valeurs éthiques universelles que sont la dignité et
l'honneur, l'honnêteté et l'intégrité ainsi que le sens de la discipline;
- l'éducation à la vie familiale;
- la promotion des langues nationales;
- l'initiation à la culture et à la pratique de la démocratie, au respect des droits de
l'homme et des libertés, de la justice et de la tolérance, au combat contre toutes formes de
discrimination, à l'amour de la paix et du dialogue, à la responsabilité civique et à la
promotion de l'intégration régionale et sous-régionale;
- la culture de l'amour de l'effort et du travail bien fait, de la quête de l'excellence et
de l'esprit de partenariat.
A ce titre, l‟article 7 précise que « l'Etat garantit à tous l'égalité de chances d'accès à
l'éducation sans discrimination de sexe, d'opinions politiques, philosophiques et
religieuses, d'origine sociale, culturelle, linguistique ou géographique. ».
Le décret n° 2011/048 du 09 décembre 2011 portant organisation du Gouvernement,
quant à lui, dispose en son article premier, alinéa 3 que le Gouvernement est chargé de
l‟élaboration et de la mise en œuvre de la politique de la Nation telle que définie par le
Président de la République.
A cet égard, le décret n° 2012/565 du 28 novembre 2012 portant organisation et
fonctionnement du Ministère de la Jeunesse et de l‟Education Civique, fait de ce dernier le
responsable de l‟encadrement et de la mise en œuvre de la politique nationale en matière
d‟intégration nationale. A ce titre, le Ministère dispose d‟une Direction de l‟Education
civique et de l‟intégration nationale qui comprend, entre autres, une Sous-direction de la
promotion de l‟intégration nationale chargée de :
- la promotion des valeurs de paix, de solidarité et d‟intégration nationale ;
- l‟élaboration des stratégies d‟intégration des citoyens camerounais de la diaspora ;
- la définition des stratégies d‟intégration socioéconomique des réfugiés et personnes
- déplacées, en liaison avec les administrations et organismes concernés ;la
promotion de l‟intégration sociale, économique et politique des jeunes et des groupes
- sociaux vulnérables, en liaison avec les administrations concernées ;

31
- la promotion du dialogue interculturel, intergénérationnel et du brassage des
populations.
On peut également citer comme participant à l‟effort de promotion de l‟intégration
nationale au Cameroun, les textes juridiques suivants :
- la loi N° 2007/003 du 13 juillet 2007 instituant le Service Civique National de
Participation au Développement ;
- la loi n° 2011/008 du 06 mai 2011 d‟orientation pour l‟aménagement et le
développement durable du territoire au Cameroun ;
- la loi n° 2011/018 du 15 juillet 2011 relative à l‟organisation et à la promotion des
activités physiques et sportives ;
- la loi d‟orientation de l‟enseignement supérieur ;
- le statut général de la Fonction Publique de l‟Etat ;
- les statuts de la magistrature, de l‟armée, de la gendarmerie, de la police, de
l‟administration pénitentiaire, etc.
En effet, ces textes contiennent de nombreuses dispositions relatives à l‟intégration
nationale.
II.1.1.2 ANALYSE DU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL
Le dispositif institutionnel est constitué de plusieurs catégories d‟acteurs aux niveaux
national et international.
Acteurs internationaux
En ce qui concerne la coopération multilatérale on peut citer :
- les organismes du Système des Nations-Unies;
- l‟Union Africaine ;
- l‟Union Européenne ;
- la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la Société Financière
Internationale ;
- la Communauté Economique des Etats de l‟Afrique Centrale ;
- la Communauté Economique et Monétaire de l‟Afrique Centrale ;
- etc.
Pour ce qui est de la coopération bilatérale, l‟on mentionnera celle avec des pays tels
que : la France (AFD/SCAC), l‟Allemagne (KfW, GIZ), le Japon, la Chine, le Canada, la
Belgique, la Grande Bretagne, les Etats-Unis, etc.
Acteurs nationaux
Il convient de distinguer les acteurs étatiques et les autres acteurs.
Acteurs étatiques
L’exécutif : sous la haute impulsion du Président de la République, le
Gouvernement, à travers certains départements ministériels joue un rôle prépondérant
dans le processus d‟intégration nationale.
En tant que chef de file, le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique
élabore les politiques nationales en matière de jeunesse, d‟éducation civique et de
l‟intégration nationale. Il en assure la mise en œuvre et coordonne l‟action des autres

32
acteurs qui interviennent dans le sous-secteur, à l‟instar des ministères et structures en
charge du travail, de l’emploi, de l’éducation, de la santé, des travaux publics, des
télécommunications, de l’aménagement et de l’organisation du territoire, de la
défense, de la sûreté nationale, de la justice, de la fonction Publique, de
l’administration territoriale, de la culture, des transports, de la communication, etc.
Le législatif : le Sénat et l’Assemblée Nationale adoptent les lois et contrôlent
l’action du Gouvernement, y compris en matière d‟éducation civique et d‟intégration
nationale. Il est garant de la prise en compte de chaque composante culturelle, ethnique et
partisane dans la perspective de la construction de la nation, et donc de l‟intégration
nationale.
Le judiciaire : il assure la régulation sociale à travers le respect des lois et règlements
de la République et participe de ce fait à la consolidation de l‟intégration nationale en
réprimant les velléités contraires à cette dynamique et en rendant justice « au nom du
peuple camerounais ».
Les collectivités territoriales décentralisées promeuvent à la base les valeurs
d‟intégration nationale, à travers l‟exercice de leurs compétences, d‟une part, et
l‟opérationnalisation de la coopération décentralisée, d‟autre part.
Les organismes consultatifs tels que le Conseil Economique et Social
(CES/ECOSOC) jouent un rôle important dans les dimensions économique, sociale et
professionnelle de l‟intégration nationale.
Les autres organismes publics et parapublics jouent également, chacun en ce qui le
concerne, leur rôle dans ce domaine.
Acteurs non étatiques
Tous sont appelés à jouer un rôle. On peut tout de même citer, sans prétendre à
l‟exhaustivité :
La société civile (ONG, associations, syndicats, GIC, GIE, Coopératives, …)
visible et active au travers de ses multiples organisations représentatives. Elle intervient à
plusieurs niveaux : appui institutionnel au gouvernement ; exercice du contrôle citoyen de
l‟action publique; diffusion et respect des valeurs nationales ou sociétales ; renforcement
des capacités des bénéficiaires du sous-secteur ; accompagnement des populations ;
articulation et promotion du vivre-ensemble, promotion du développement économique,
social, éducatif, culturel et sportif.
Les médias : avec la promulgation des lois relatives à la libéralisation de la
communication sociale en décembre 1990, le Cameroun connaît une véritable révolution
médiatique, aussi bien dans le champ audio-visuel que dans celui de la presse écrite. Par
ailleurs, la garantie de l‟accès à internet a permis une reconfiguration de l‟espace urbain
avec la prolifération des cybercafés un peu partout dans les villes du pays. A cet effet, de
par leurs fonctions, les médias font partie des acteurs majeurs de l‟intégration nationale.
Les travaux de Harold Lasswell ont à ce sujet établi à la fin des années 1940 que les mass
media remplissent « trois principales fonctions dans la société, à savoir :
« a) la surveillance de l‟environnement, en révélant tout ce qui pourrait menacer ou
affecter le système de valeurs d‟une communauté ou des parties qui la composent ;

33
b) la mise en relation des composantes de la communauté pour produire une réponse
à l‟environnement ;

c) la transmission de l‟héritage social »19


Dans cette perspective, les média camerounais doivent être mis à contribution par les
pouvoirs publics afin « [d‟] informer et éduquer au-dedans, convaincre au dehors ». Le
000Chef de l‟Etat camerounais se veut plus précis sur cette mission au-dedans lorsqu‟il
déclare que la presse doit avoir pour mission de « catalyser l‟émergence d‟une culture
nationale fière de ses diversités ».
Mal encadrés, les médias pourraient, contrairement à leurs missions fondamentales,
jouer un rôle négatif vis-à-vis de l‟intégration nationale, comme cela s‟est vu dans certains
pays, par l‟incitation à la haine tribale ou aux replis identitaires (exemple de Radio mille
collines au Rwanda).
Le secteur privé contribue à la réalisation de la stratégie en tant que moteur de
développement économique, créateur de richesses et d‟emplois en vue de
l‟épanouissement des citoyens. C‟est l‟acteur par excellence de la promotion du
dynamisme national et des valeurs socioprofessionnelles à assimiler dans le cadre de
l‟intégration nationale.
Les partis politiques, selon la Constitution, concourent à l‟expression du suffrage. La
loi n° 90-56 du 19 décembre 1990 sur les partis politiques interdit tout parti politique
portant « atteinte à l‟intégrité territoriale, à l‟unité nationale, à la forme républicaine de
l‟Etat, à la souveraineté nationale et à l‟intégration nationale, notamment par toutes sortes
de discriminations basées sur les tribus, les régions, les groupes linguistiques ou les
confessions religieuses» (art. 9 al. 1)
Les autorités traditionnelles qui doivent respecter le principe de l‟unité nationale.
Les citoyens, qui sont les acteurs principaux de la présente stratégie. Etc.
II.1.2.3.1. La perception de l’intégration nationale
L‟intégration nationale a pour ambition de transcender les clivages ethnolinguistiques
pour arriver à promouvoir la cohésion sociale à travers un brassage de cultures, de
communautés, de régions. Cette notion met en évidence la nécessité pour le Cameroun
de constituer un véritable brassage de tous les groupes ou de tous les Camerounais en
une nation à partir des spécificités ethno tribales ; la nuance étant que les groupes gardent
leur identité avec une prédominance de la nation camerounaise et du socle national. C‟est
également un ensemble de mesures prises par l‟autorité étatique concourant, à travers un
système de valeurs appropriées et partagées, à forger le destin collectif de la nation ainsi
que son unité. En plus clair, c‟est la participation de tous à la vie commune (économique,
politique, culturelle, etc.) dans l‟harmonie et le respect de la différence. Cette notion
renvoie aussi à l‟implication de toutes les composantes de la nation camerounaise à l‟effort
national de progrès. Il s‟agit du citoyen camerounais d‟où qu‟il vienne. Il s‟agit aussi de la
participation des moins jeunes, des jeunes, des vieux, des femmes, des handicapés, des
minorités, des populations autochtones, dans les politiques publiques mises en place dans
tous les secteurs.

34
L‟intégration nationale est réalisée s‟il n‟y a plus de clivage ethnique et religieux. Elle le
sera également lorsque chaque Camerounais pourra se sentir chez lui partout au
Cameroun en acceptant les différences. Quatre piliers fondamentaux sont nécessaires
pour atteindre l‟intégration nationale : l‟ouverture, la tolérance, l‟acceptation et le respect
de l‟autre. Pour ce faire, l‟Etat à travers l‟administration œuvre à la création des
programmes facilitant la lutte contre les stéréotypes (genre, handicap, jeunes, populations
vulnérables). Cela passe par la mise en place des politiques sociales, éducatives,
communicationnelles, etc.
L‟intégration nationale est enfin perçue comme l‟expression du sentiment
d‟appartenance à un même territoire, du partage de la même histoire et d‟un destin
commun. En somme, c‟est l‟expression même de l‟unité nationale.
II.1.2.3.2. La perception de la dimension socioculturelle de l’intégration nationale
Manifestation de l’identité camerounaise
Depuis le 19ème siècle, on utilise les termes de « conscience nationale » pour parler
d‟identité nationale qui désigne le sentiment ressenti d‟appartenir à une nation.
Selon certains dictionnaires, l'identité nationale est le sentiment qu'éprouve une
personne à faire partie d'une nation. Ce sentiment est propre à chaque personne.
Cependant pour la sociologie, il est une intériorisation de repères identitaires, résultant de
la visibilité permanente des "points communs" de la nation, qui peuvent prendre la forme
de symboles. Cette visibilité est, en général, organisée volontairement par l'Etat afin d'en
imprégner les individus dès leur enfance.
Le concept d'identité nationale désigne aussi l'ensemble de "caractéristiques
communes" entre les personnes qui se reconnaissent dès lors comme appartenant à une
même nation.
L‟identité nationale camerounaise peut dès lors être perçue comme une réalité
observable et vivante. Pour les universitaires rencontrés, ce concept est à la fois stable et
dynamique. C‟est une identité plurielle et diverse qui est en conformité avec le caractère
plural et divers de la société camerounaise. Elle contribue à atteindre l‟unité qui se fonde
sur la diversité du Cameroun. Elle se doit de la transcender pour se bâtir et construire des
ponts et passerelles entre les différentes cultures afin d‟atteindre l‟objectif d‟unité.
L‟identité camerounaise est mise en exergue par un contexte de diversité et de
pluralité culturelle et une mosaïque ethnique. Elle se manifeste par le double héritage
colonial. Elle offre l‟avantage aux Camerounais de consolider les liens d‟un vivre ensemble
harmonieux permettant d‟éviter les manifestations hégémoniques ostensibles. Par ailleurs,
la perceptibilité d‟une identité camerounaise doit ressortir du fait que le Cameroun, comme
toute nation, est pourvu d‟une âme et d‟une identité qui la distingue des autres. Dans les
travaux préparatoires à l’élaboration du document de la vision 2035, des trois défis
identifiés en vue de réaliser l‟intégration nationale, deux s‟attachent à définir une identité
camerounaise : l‟élaboration d‟un consensus national de valeurs communes (us et
coutumes) partagées et l‟adoption subséquente d‟un code éthique intégrant ces valeurs, à
l‟image du discours présidentiel sur la rigueur et la moralisation. De la sorte, les cultures et
autres éléments culturels, les traditions sont appelés à manifester le vécu quotidien dans

35
nos institutions et la personnalité voire la singularité du peuple camerounais. Il existe
quelques vecteurs de l‟identité camerounaise tels que les contes et légendes (littérature
orale), les arts, l‟artisanat, les sports, la culture, l‟histoire, la cuisine....
Au Cameroun, le sport, notamment le football, contribue à la manifestation de l‟identité
camerounaise en ce sens qu‟il participe au maintien de la cohésion nationale. C‟est ainsi
que dans les années 90, le football, grâce à la bonne prestation de l‟équipe nationale en
coupe du monde, a constitué un ferment important de l‟unité nationale lorsque la paix
sociale était menacée. Ont également été mentionnés comme facteurs contribuant à la
manifestation de l‟identité camerounaise les éléments ci-après : le bilinguisme, la
solidarité, la manière de se vêtir et l‟art culinaire. Pour ce qui est de ce dernier point, on a
pu constater selon les répondants que l‟art culinaire est une fierté pour le peuple
camerounais en ce sens que les mets des différentes régions camerounaises sont
acceptés, adoptés et prisés tant à l‟intérieur qu‟à l‟extérieur de nos frontières. Toutes
choses qui font la fierté de notre pays et renforcent le sentiment d‟appartenance.
Toutefois, pour reconnaître l‟existence d‟une identité camerounaise, il est nécessaire
que tous ces éléments soient suffisamment fédérateurs et consensuels pour inciter
l‟adhésion de tous les camerounais. Or, malgré la fierté qu‟éprouvent les Camerounais
concernant quelques-uns de leurs symboles (Lions Indomptables par exemple), on
observe que les seuls vecteurs suffisamment intégrateurs et acceptés de manière
consensuelle sont ceux imposés par l‟Occident du fait de la colonisation à savoir les
langues française et anglaise. Pour encourager l‟usage des deux langues officielles, le
Gouvernement camerounais a institué une journée nationale du bilinguisme.
Le bilinguisme comme outil d’intégration nationale
Il ressort des différentes données collectées sur le terrain que le bilinguisme est une
des réponses fiables et efficaces à la question de l‟intégration nationale. Il permet un
rapprochement entre les Camerounais issus des deux systèmes linguistiques ayant eu
cours au Cameroun. Il favorise les échanges commerciaux et le brassage des populations
et vient briser les clivages de toutes sortes. Il est même un des préalables à la
construction de l‟unité nationale.
Toutefois, pour qu‟il soit un facteur réel d‟intégration nationale, le bilinguisme se doit
d‟être intégral. Pour cela, Il faut que les francophones s‟expriment sans peur ni honte en
anglais et réciproquement pour les anglophones. En ce sens, la langue doit être un facteur
qui consolide l‟identité culturelle camerounaise ; elle doit permettre à chacun de se sentir
chez lui quelle que soit la région où il se trouve.
La question de la marginalisation de certains groupes vulnérables
Au Cameroun, la marginalisation n‟est pas intrinsèque à un groupe spécifique tout le
monde peut potentiellement se sentir marginalisé ou stigmatisé, dépendamment du
contexte, de l‟environnement et d‟origine. L‟intégration de certaines catégories de
populations reste encore problématique. Il s‟agit, notamment, des Pygmées, des
populations montagnardes (Extrême-Nord) et enfin des Mbororo. Les avis restent partagés
quant à leur intégration. Pour la plupart, on note à leur égard une marginalisation ou une
discrimination effective. Ainsi, les Mbororo se plaignent de ne pas pouvoir accéder à la

36
propriété foncière, et les Pygmées, de perdre leurs repères culturels et leurs sanctuaires à
cause de l‟exploitation forestière.
Pour d‟autres, ils sont Camerounais au même titre que les autres. Une attention
particulière leur est accordée de la part des pouvoirs publics (politiques spécifiques de
promotion de la citoyenneté – cartes d‟identité gratuites- ou réalisation de certains
investissements tels que de l‟eau, plateforme d‟expression et de dialogue dans des
réseaux des OSC tels que le REPALEAC, etc.). De nos jours, ils participent à la gestion de
la vie publique. Des infrastructures de base (écoles, centres de santé) sont construites
chez les pygmées. Pour les populations montagnardes de l‟Extrême-Nord, des projets de
développement ayant pour finalité leur meilleure intégration sont conçus dans le cadre
agropastoral. Les bailleurs de fonds, les organisations de la société civile 26 donnent un
appui au gouvernement dans ce sens.
Cependant, le mode de vie et de fonctionnement plutôt fermé de ces catégories de la
population constitue un frein à la mise en œuvre effective des projets en leur faveur. Les
mesures d‟incitation prises dans ce sens restent encore peu efficaces. A titre d‟exemple,
l‟offre des services de base (éducation, santé, etc.) n‟est pas toujours adaptée à leur
contexte de vie nomade (cas des Mbororo). Pourtant des expériences similaires en Afrique
de l‟Ouest pour l‟éducation en milieu nomade pourraient inspirer le Gouvernement
camerounais (écoles mobiles ou itinérantes).
Pour y parvenir, quelques solutions ont été proposées par certains prospects. En effet,
pour certains d‟entre eux, il serait souhaitable de former des ressortissants de ces zones
pour en faire des pairs éducateurs qui, mieux intégrés et imprégnés des réalités de leur
milieu de vie, serviraient de relais pour la prise en charge éducative des enfants de leurs
communautés. Aussi, pour favoriser la sédentarisation des Mbororo, la création des
embouches bovines pourrait constituer une évolution par rapport à la transhumance ou
aux zones de pâturages fixes.
II.1.2.3. La perception de la dimension économique de l’intégration
nationale
La dimension économique de l‟intégration nationale est celle qui s‟intéresse à la pleine
participation de l‟individu à l‟activité économique. Elle allie à la fois l‟intégration
professionnelle et l‟intégration géographique.
L‟intégration professionnelle renvoie à la capacité d‟un individu à exercer de façon
harmonieuse son activité dans le milieu professionnel dans lequel il est appelé à travailler.
Elle se rapporte à la place et à l‟influence de l‟appartenance à une ethnie ou à une tribu
dans la recherche d‟un emploi, des recrutements, des promotions au sein de l‟entreprise.
Encore appelée intégration spatiale, l‟intégration géographique renvoie à la capacité,
pour les citoyens, de circuler aisément pour atteindre quelque partie que ce soit du
territoire national. Elle concerne donc le maillage du territoire par des voies de
communication permettant et favorisant les liaisons, l‟approvisionnement des marchés et
les échanges commerciaux. Elle concerne aussi le désenclavement de certaines zones et
contribue à renforcer le sentiment d‟appartenance à la nation et de participation à sa vie.

37
Un autre aspect de l‟intégration géographique concerne l‟organisation et
l‟aménagement du territoire et le découpage administratif. En effet, ceux-ci ne sont pas
sans influence sur l‟intégration nationale. L‟intégration spatiale permet aux citoyens de se
sentir reliés les uns aux autres sur l‟ensemble du territoire, dans la mesure où ils peuvent
joindre, sans un coût exorbitant et dans des conditions dignes, les autres compatriotes. A
contrario, les situations d‟enclavement développent chez les citoyens un sentiment de
délaissement par rapport aux autres et peuvent faire naître des sentiments d‟insularité,
des velléités ou initiatives sécessionnistes. Est également interpellée la disponibilité des
citoyens et riverains de certains axes routiers par rapport à leur entretien. Pour ce qui est
du réseau routier, il est perçu, par les populations, comme un facteur important
d‟intégration. Toutefois, dans sa configuration actuelle, il ne favorise pas beaucoup les
échanges. L‟enclavement est une réalité observable sur toute l‟étendue du territoire. Dans
certaines régions (Extrême-Nord, Nord, Adamaoua, Est, Nord-Ouest, Sud-Ouest), les
catastrophes naturelles (inondations, éboulements de terrains, fondrières…) rendent
impraticables, une bonne partie de l‟année, les voies de communication ; favorisant par là
même le sentiment d‟abandon, d‟exclusion et de marginalisation de ces populations.
En outre, pour ce qui est du développement local (Commune/ Région) et des défis qu‟il
pose, il convient de relever que le déficit d‟infrastructures routières est la première cause
de leur retard. Selon eux, ils devraient exprimer leurs propres besoins et être impliqués
dans les activités de développement de leurs localités. Par exemple, la fourniture des
commodités de base (eau potable, électricité, services de santé, établissements
d‟enseignement, etc.) est soulignée. Est ressortie également, plusieurs fois, l‟expression
d‟un besoin de modernisation de l‟agriculture et des méthodes de conservation des
produits alimentaires. De plus, le poids de la fiscalité locale n‟encouragerait pas les jeunes
à s‟investir dans l‟entreprenariat formel local.
La répartition des investissements
Il ressort des données collectées qu‟il existe un gap important quant à la répartition des
richesses et des investissements au sein des différentes régions du pays. Ainsi pour la
plupart des personnes interviewées (un peu plus de la moitié de l‟échantillon de l‟étude),
certaines régions ayant pourtant des richesses énormes sont moins loties en termes
d‟investissements, à l‟exemple des régions de l‟Est et du Sud-Ouest, qui participent pour
beaucoup au produit intérieur brut du pays. Aussi, l‟on constate que les zones de fortes
productions agricoles sont les plus enclavées à l‟exemple de l‟Extrême-Nord, du Nord-
Ouest et du Sud-Ouest.
Dans leur conception, les investissements publics sont bien pensés. Toutefois,
l‟effectivité de leur répartition montre que la cohérence dans la mise en œuvre des projets
d‟une région à l‟autre reste et demeure davantage du domaine du discours politique.
L‟addition des projets ne contribue pas toujours, dans ce contexte, à l‟intégration nationale
ou ne la favorise pas forcément. C‟est plutôt la cohérence des projets dans leur articulation
nationale qui serait un signal fort de la volonté d‟intégration. Pour la plupart des
représentants de l‟administration, les investissements sont répartis en fonction des
priorités, sur la base des objectifs de développement fixés à l‟échelle nationale et en
considération des zones les moins avancées et, dans certains cas, des minorités.

38
Toutefois, de l‟avis de certains citoyens interrogés, cette répartition des richesses et
des investissements est inéquitable; elle est perçue comme une cause de la
marginalisation de certaines régions et peut influer négativement sur l‟unité et l‟intégration
nationales.
La décentralisation apparaît comme un correctif à cette situation, au vu des données
collectées. Dans son principe, elle n‟est en rien une entrave à l‟intégration nationale. Elle
devrait plutôt participer à une réorganisation de l‟appareil décisionnel. Elle est considérée
d‟après les données collectées comme un vecteur d‟intégration nationale dans la mesure
où elle permettrait aux collectivités territoriales décentralisées d‟asseoir leur vision propre
du développement en fonction des aspirations de leurs populations et de la prise en
compte de leurs potentialités, dans le respect des orientations nationales. Pour le moment,
le transfert des compétences et des ressources de la part du pouvoir central tel
qu‟actuellement pratiqué ne tient pas toujours compte des priorités exprimées par les
communes dans leurs plans de développement. Par ailleurs, les communes ne se sentent
pas pleinement responsabilisées dans la gestion des ressources transférées.
Toutefois, la décentralisation constituerait un frein si elle suscite des velléités de repli
sur soi dans les régions les plus riches. D‟où la nécessité pour l‟Etat d‟user de son pouvoir
de contrôle, de péréquation et de préservation de l‟unité et de la solidarité nationales.
Les aménagements à faire pour une optimisation du développement des
régions
L‟optimisation des régions a pour finalité le développement durable à travers
l‟amélioration des conditions de vie des populations. Celle-ci passe inexorablement par
l‟amélioration des différentes offres en matière de santé, d‟éducation et d‟infrastructures
diverses. A terme, elle vise à améliorer leur attractivité sur le plan économique. Il est donc
question de mettre en place des politiques d‟attractivité en fonction des spécificités
propres à ces régions. Pour la plupart des interviewés, il s‟agit de créer des écoles,
universités et centres des métiers qui tiennent compte des spécificités économiques et
socioculturelles desdites régions. A titre d‟exemple, la création des universités et
institutions à vocation agropastorale dans les régions du grand Nord et du Nord-Ouest ; la
création d‟une université à vocation environnementale, des métiers du bois et du
développement durable dans la région de l‟Est. La réforme universitaire sur le plan de
l‟intégration nationale n‟aurait pas eu l‟effet escompté. La régionalisation des universités a
plutôt favorisé ou mis en exergue les communautarismes. Pour certaines personnes
interviewées, notamment les universitaires, le gouvernement aurait dû créer des pôles de
recherches spécialisées qui feraient que les Camerounais de tous horizons se trouveraient
dans une région donnée car inscrits dans le même créneau de formation.
A contrario, selon certaines personnes rencontrées, il apparaît que, pour des fins
politiques, chaque région revendique une université comportant les mêmes
établissements. Les revendications régionales des universités sont ainsi perçues comme
sujet d‟affirmation d‟une identité régionale. L‟université n‟est plus le lieu de brassage des
jeunes Camerounais. C‟est d‟abord l‟université d‟une région et non comme une université
nationale.

39
Dans certaines régions, on constate qu‟un élève commence sa scolarité à la
maternelle et l‟achève au secondaire dans un village sans jamais connaître le chef-lieu de
son département ou de sa région d‟origine. Cette situation ne favorise guère l‟intégration.
Elle en constitue plutôt un frein. Il est davantage question de revisiter la stratégie existante
et ses mécanismes pour ne pas s‟éloigner de l‟objectif recherché.
En outre, il est aussi question de créer des industries de transformation en fonction des
richesses régionales, plutôt que d‟exporter les matières premières. Ceci va entraîner une
création d‟emplois, de richesses et une plus-value pour ces régions.
Il est aussi question pour atteindre une meilleure attractivité des régions de
redynamiser les secteurs agroindustriels et touristiques. Tout ceci ne saurait être possible
que si le désenclavement de certaines régions est rendu possible. In fine, l‟enquête relève
la nécessité de doter toutes les régions du pays d‟infrastructures capables de les rendre
attrayantes en vue de créer des emplois et de favoriser l‟auto emploi.
II.1.2.4. La perception de la dimension politique de l’intégration nationale
Ce sous-domaine se penche sur les principes et les fondamentaux de la gestion du
vivre ensemble au sein de la communauté nationale. Il s‟intéresse au cadre
constitutionnel, au respect des institutions de la République, à l‟expression des opinions et
des choix des citoyens et aussi, à leur participation à la vie politique nationale.
Participation politique des citoyens et institutions de contrôle
La participation des citoyens s‟exprime à travers les organes représentatifs tels que le
Gouvernement, le Parlement et les organes délibérants des collectivités territoriales
décentralisées. Elle s‟exprime aussi par le contrôle citoyen à travers les OSC ainsi que par
la défense de leurs intérêts à travers les syndicats et autres structures comparables.
De manière générale, la participation politique du citoyen camerounais réside dans le
vote et le choix de ses dirigeants.
S‟agissant de cette participation à la vie politique, les avis recueillis sont assez
partagés. Pour d‟aucuns elle est effective, car de plus en plus, on observe une certaine
liberté du citoyen camerounais dans l‟expression et le choix politique de ses
représentants. Les pratiques d‟exclusion de certaines catégories de populations, par
rapport à leurs opinions politiques, ont diminué. Pour d‟autres, on note encore une certaine
influence/ingérence de l‟Etat. Aussi, souhaitent-elles que les organismes de contrôle
citoyen puissent réorienter leurs stratégies et d‟entreprendre des actions de plaidoyer afin
d‟encourager une plus grande participation des citoyens à la vie politique.
Influence de l’appartenance ethno tribale sur l’adhésion à un parti politique
Les réponses quant à l‟influence de l‟appartenance ethno tribale sur l‟adhésion à un
parti politique sont aussi mitigées. Cette appartenance dépend à la fois des critères tant
objectifs que subjectifs. Dans la plupart des cas et selon les réponses obtenues, les
citoyens sont plus enclins à adhérer à un parti politique en fonction de l‟appartenance
ethnique, linguistique ou tribale du leader de cette formation politique.
En outre on constate que la carte politique camerounaise révèle une disposition
ethnique de plusieurs partis politiques. En effet ceux-ci, à cause de leur implantation
géographique ou régionale et au vu de leur représentation au Parlement et aux différents

40
conseils municipaux, se rencontrent exclusivement dans les régions ou départements
d‟origine de leur leader.

II.2. DIAGNOSTIC
L‟état des lieux permet d‟observer ce qui suit :
 le principal bénéficiaire de la stratégie d‟intégration nationale est la population
camerounaise, dont la diversité culturelle est à l'image de la diversité des 236 ethnies qui
la composent ;
• au sein de cette population, il existe une importante proportion d‟étrangers et de
réfugiés qui doivent également être pris en compte dans la stratégie d‟intégration
nationale;
• l‟intégration nationale et son pendant, l‟unité nationale, ainsi que l‟attachement au
vivre ensemble harmonieux sont bien perçus par la majorité des Camerounais ;
 l‟identité camerounaise est plurielle et diverse, et repose sur certains éléments
fondamentaux tels que la mosaïque des ethnies, le caractère bilingue de l‟Etat, les arts, la
culture, les traditions, l‟artisanat, les cosmogonies locales, le sport, etc.
• quelques catégories de la population se sentent encore marginalisées et non prises
en compte dans certaines politiques publiques, ce qui interpelle la volonté d‟optimisation
de l‟intégration nationale.
Ces constats permettent d‟identifier les forces et les opportunités, les faiblesses et les
menaces à l‟intégration nationale.

II.2.1. ANALYSE DES FORCES, DES OPPORTUNITES, DES FAIBLESSES ET


DES MENACES
II.2.1.1. Les forces et les opportunités
En ce qui concerne les forces et les opportunités, on peut mentionner, du point de vue
de l‟offre, l‟existence d‟institutions, d‟administrations, de programmes, de projets et
d‟organes spécifiques de mobilisation, de sensibilisation, d‟éducation, de formation et de
promotion de l‟intégration nationale.
Il s‟agit notamment des institutions publiques, parapubliques et privées pourvoyeuses
d‟emplois qui reflètent la diversité camerounaise.
En ce qui concerne plus particulièrement le sous-secteur Jeunesse et Education
Civique, on peut citer :
- le Service Civique National de Participation au Développement (SCNPD) dont le but
est de contribuer au développement économique et social du Cameroun à travers la
mobilisation des énergies, la promotion chez tous les citoyens du sentiment national, le
sens de la discipline, de la tolérance, de l‟intérêt général, de la dignité du travail ainsi que
l‟esprit civique et la culture de la paix ;
- le Conseil National de la Jeunesse du Cameroun (CNJC), cadre de concertation,
d‟expression, de consultation, et d‟action pour les jeunes et interface entre ces derniers,
les pouvoirs publics et les partenaires au développement ;

41
- les Centres Multifonctionnels de Promotion des jeunes (CMPJ), qui sont des plates-
formes multiservices d‟action devant stimuler l‟ingéniosité et l‟émancipation de la jeunesse
ainsi que la contribution de cette catégorie sociale à l‟œuvre de développement national.
Les activités desdits CMPJ doivent être développées en direction de l‟insertion sociale, de
la promotion économique et du divertissement sain et éducatif.
II.2.1.2. Les menaces et les obstacles
S‟agissant des menaces et des obstacles à l‟intégration nationale, ils sont de diverses
natures : socioculturelle, politique et économique.
Sur le plan socioculturel
On note une forte tendance à l‟ethnocentrisme. Celle-ci se manifeste beaucoup plus
dans la perception qu‟ont les Camerounais de la gestion des affaires publiques.
A ce sujet et malgré l‟offre d‟intégration nationale, jusque-là expérimentée par le
Cameroun, la persistance du primordialisme est remarquable. Le primordialisme renvoie
ici à la communauté primaire. Cette dernière prend habituellement trois formes : la
communauté de sang (lien de parenté), la communauté de lieu (fondée sur la proximité
géographique) et la communauté de l‟esprit (relations d‟amitié, confréries et
obédiences).La communauté primaire fait référence aussi bien à l‟ethnie qu‟à la région.
Pour le cas de l‟ethnie, on peut citer les antagonismes parfois violents entre Bamiléké et
Bëti, Arabes Choa et Kotoko, Duala et Bamiléké, etc.
Analysant les dynamiques de réactivation de sites autonomes d‟initiatives en Afrique,
J.-F. Bayart parle de la revanche de la société sur l‟Etat. L‟on peut dire autant du rapport
de la mobilisation des dynamiques primordialistes au projet d‟intégration nationale si l‟on
s‟en tient au caractère jacobin de ce projet. Avec la mobilisation du primordialisme pour
entrer en relation avec l‟autre, on voit se dessiner l‟idée d‟un Cameroun pour « Eux » et un
autre pour « Nous », sorte de territoire de l‟en-groupe opposé à celui du hors-groupe. L‟on
tente de s‟approprier une part de territoire en rejetant l‟autre. La différence se crée dès lors
dans le registre de l‟exclusion, de la marginalisation, de la stigmatisation de l‟autre ou de
l‟agressivité à son égard.
A côté de l‟ethnie, il y a la région. Elle aussi introduit une discontinuité dans la mise en
ordre du vivre ensemble. La discontinuité vient ici du fait que sur le plan du discours qui a
accompagné le projet de construction nationale au Cameroun, l‟on a voulu ignorer les
origines même au niveau géographique.
L‟autre menace que l‟on peut citer, c‟est la manipulation et la récupération à des fins
politiques de replis identitaires. Nombre d‟entrepreneurs politiques sont devenus des
acteurs qui font des divisions ou de l‟exacerbation des replis identitaires leurs fonds de
commerce. Sous le prétexte de défendre les intérêts de son groupe sociologique, il s‟agit
en fait de capitaliser son appartenance primaire pour en faire une ressource politique
susceptible de servir, le moment venu, de strapontin pour un positionnement.
Il y a également un risque de détournement des objectifs des mouvements associatifs
par certains de leurs membres, qui instrumentalisent les associations et les détournent de
l‟articulation de la solidarité au profit de leurs intérêts particuliers, avec comme
conséquence l‟exclusion sociale de franges entières de la population.

42
L‟on peut aussi citer comme menace l‟aggravation des inégalités entre catégories
sociales qui expose à l‟exclusion, les individus qui font partie des groupes sociaux
défavorisés ou vulnérables : femmes, jeunes, enfants par exemple. A ce sujet Abéga S.
C., observe que la violence qui s‟abat sur eux est telle qu‟elle a fini par se systématiser en
se reproduisant à travers le temps et en devenant le facteur structurant de leur exclusion
sociale. Devenus des citoyens de seconde zone, ces catégories sociales vulnérables
peuvent être utilisées ou exploitées par les autres pour accumuler des richesses, parfois
en toute impunité, inscrivant ainsi leurs victimes dans un processus d‟exclusion sociale qui
peut prendre des dimensions structurelles.
C‟est ce que vivent les victimes du trafic d‟enfants au Cameroun ou les naufragés de
l‟intégrisme religieux, qu‟il s‟agisse ici des islamistes ou des membres de certaines églises
dites de réveil en face de leurs prédicateurs. Ces phénomènes annoncent plutôt
l‟apparition de nouveaux acteurs sociaux qu‟on peut appeler les vulnérocrates, c‟est-à-dire
ces entrepreneurs qui tirent leur pouvoir de subsistance de la vulnérabilité des autres. A
travers les discours lénifiants sur les biens, bénédictions et délivrances que l‟on trouve
auprès de Dieu en passant exclusivement par eux, ces prédicateurs, pasteurs, apôtres,
prophètes, et autres mages suscitent les dons de ces individus vulnérables et les
arnaquent quotidiennement, les enfonçant davantage dans les itinéraires de l‟exclusion
sociale au profit de leur enrichissement personnel.
Sur le plan politique
A ce niveau, on constate les revendications de certains originaires de l‟ancien
Cameroun Occidental, lesquelles vont parfois jusqu‟à toucher au caractère indivisible du
territoire national. Justifiées ou non, ces perceptions créent parfois des sentiments de
frustration, de marginalisation, voire d‟exclusion. L‟expression pernicieuse « pays
organisateur » tend ainsi à s‟installer dans le vocabulaire courant. Ces revendications
autonomistes représentent une menace sérieuse à l‟intégration nationale. C‟est ce que l‟on
a coutume d‟appeler le problème anglophone. Selon cette perspective, les populations
originaires du Nord-Ouest et du Sud- Ouest se sentiraient doublement minoritaires : sur le
plan numérique, elles pèsent moins que les francophones, et sur le plan sociologique,
elles estiment être l‟objet d‟une domination abusive. C‟est ce qui fait dire à certaines
d‟entre elles qu‟elles sont victimes soit d‟assimilation, soit de marginalisation, soit encore
d‟exclusion. C‟est aussi ce qui les amène à qualifier l‟Etat camerounais de francophone.
Ce qui se passe sur le terrain indique que cette revendication souverainiste, bien que
minoritaire, prend le sens d‟une remise en question de l‟intégrité territoriale du Cameroun
et d‟une menace qui pèse sur l‟articulation du vivre ensemble. Elle peut, en effet, servir de
« ferment [à] une inquiétante division nationale ». Et dans ce sens ce qu‟il est convenu
d‟appeler la question anglophone au Cameroun pourrait s‟apprécier comme une remise en
cause du sentiment d‟être camerounais.
Au niveau infranational, les collectivités dominantes édictent des règles non écrites
d‟exclusion d‟autres entités. Ces attitudes sournoises et pernicieuses sont des menaces à
l‟intégration nationale. Elles se retrouvent partout (du nord au sud et de l‟est à l‟ouest), et
peuvent par conséquent conduire au sentiment d‟exclusion ou de xénophobie voire
d‟ostracisme. Ainsi du comportement de certaines élites, membres du Gouvernement, qui

43
organisent dans les locaux du département ministériel dont ils ont la charge, des réunions
officielles de leur parti politique ou des réunions de ressortissants de leur village,
arrondissement ou département d‟origine. Les convocations sont généralement adressées
par voie de presse, à travers des communiqués dans le quotidien gouvernemental
Cameroon Tribune, et les assises sont le plus souvent retransmises par les médias
publics. Cette situation, pratiquée au vu et au su de tout le monde, ne favorise pas
l‟inclusion, et surtout, donne l‟impression d‟une instrumentalisation de l‟Etat à des fins
politiques et/ou communautaristes.
Les autres menaces sont les conflits intertribaux, la corruption, la mauvaise
gouvernance, le développement asymétrique des régions les unes par rapport aux autres,
etc.
La corruption représente une menace sérieuse à l‟intégration nationale. Elle a un effet
déstructurant sur le vivre ensemble harmonieux des Camerounais. C‟est un fléau qui
favorise la segmentation sociétale en deux principaux groupes à savoir : un dominant et
un autre dominé. Cela peut encore renvoyer à la dichotomie groupe privilégié et groupe
marginalisé.
Au Cameroun, la corruption se manifeste par le trafic d‟influence, l‟achat des
consciences, le monnayage des services, la tricherie, les paiements indus, l‟évasion
fiscale, les détournements de deniers publics, etc. Toutefois, le phénomène ne doit pas
être perçu comme une fatalité. La question de la lutte contre ce fléau doit être une affaire
de tous les citoyens. La corruption peut être combattue et réduite si l‟Etat et la société
appliquent systématiquement la politique de tolérance zéro. Un arsenal de mesures de
lutte a effectivement été mis en place (création de la CONAC, de l‟ANIF, du TCS,
renforcement du Contrôle supérieur de l‟Etat, etc.), même si les résultats ne semblent pas
encore à la hauteur des attentes des populations.
La crise économique n‟a pas favorisé la sédimentation de l‟intégration nationale à
cause de la raréfaction des emplois qui a entraîné un chômage des jeunes préoccupant.
Cette situation a accentué le fossé entre riches et pauvres. Elle a aussi accentué des
manifestations de népotisme et de favoritisme. Tout cela a laissé à de nombreux jeunes
l‟impression qu‟il n‟y avait pas d‟avenir pour eux au Cameroun. Conséquence : la forte
propension à l‟émigration, notamment vers l‟Europe, perçue comme un eldorado et une
panacée à leur mal vivre. L‟attrait de l‟ailleurs, notamment auprès des jeunes constitue
certainement une menace à l‟intégration nationale, avec l‟affadissement du sentiment
national. Selon Séraphin, l‟allégeance à l‟ailleurs toucherait surtout ceux des Camerounais
qui expérimentent la vie dure alors qu‟ils possèdent des atouts pour réussir leur insertion
sociale et professionnelle. Cette révérence à l‟ailleurs de l‟Etat-nation, c‟est-à-dire à une
trajectoire cosmopolitique est porteuse de sens. Elle exprime l‟entrée en crise de
l‟identification à l‟ici ; c‟est un défi auquel le sentiment national est confronté. Comme on
peut le constater, « la mise en route du cosmopolitisme vient brouiller les repères
identitaires renvoyant à l‟Etat-nation ».
Autre menace, le traitement communautariste de l‟information dans les médias. Le
tribalisme/régionalisme, qui a envahi nombre d‟organes de la presse privée camerounaise
au point d'en devenir le déterminant de la lecture des faits ou de la réalité, apparaît aussi

44
comme une menace à l‟intégration nationale. Cette manière de faire contient des risques
bien connus de déstabilisation, comme l‟attestent la crise burundaise et l‟expérience de la
Radio Télévision Libre des Mille Collines, qui a conduit le Rwanda à la douloureuse
séquence socio-historique du génocide.
Certaines populations autochtones ou locales, à l‟instar des Pygmées et des Mbororo
s‟estiment marginalisés au plan politique. C‟est pourtant là une conséquence du rapport
ambigüe qu‟elles entretiennent avec les circuits de scolarisation du fait de leurs différences
culturelles. Elles craignent de perdre leurs spécificités, alors même que l‟école a justement
pour mission de favoriser l‟intégration nationale, y compris celle des minorités et de
proposer l‟émergence d‟une société inclusive où chacun trouve la place qui lui revient. Les
politiques de discrimination positive mises en place en leur faveur devraient permettre de
corriger cette perception.
Sur le plan économique
L‟on observe, sur le plan économique, un déséquilibre de développement entre les
différentes régions ainsi qu‟une répartition des investissements publics inéquitable.
Certaines parties du territoire demeurent enclavées par manque de voies de
communication ou d‟infrastructures de télécommunications. Elles restent en marge d‟une
grande partie des échanges économiques. Certaines constituent par ailleurs de véritables
zones de silence médiatique et suppléent à l‟absence de médias nationaux par des
médias audiovisuels étrangers.
En dehors de cette réalité qui génère de nombreuses frustrations de la part des
acteurs sociaux, il faut tenir compte de l‟explosion du chômage que connaît le Cameroun
depuis le milieu de la décennie 1980. Certains préfèrent partir du pays à la recherche d‟un
eldorado imaginaire parce que sur place les entreprises recrutent très peu. La situation est
la même au niveau des pouvoirs publics de même que l‟auto-emploi n‟offre guère
davantage de possibilités. Comme l‟atteste une étude récemment publiée, ce sont les
petits métiers de la rue qui absorbent alors le gros des effectifs. Quand on connaît la
précarité qui caractérise ces petits métiers, l‟on ne peut s‟empêcher d‟y voir une véritable
crise de l‟emploi au Cameroun,. Les jeunes constituent la couche sociale la plus touchée
par ce phénomène. Ce qui renforce leur sentiment d‟exclusion et représente une menace
à l‟intégration nationale.

Le tableau ci-après résume l‟analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces.


FORCES FAIBLESSES OPPORTUNITES MENACES
- existence d‟un cadre - absence d‟une stratégie - importance des ressources - persistance du
juridique et potentielles ou disponibles ; primordialisme tribalo-
d‟intégration nationale
institutionnel - prise de conscience du
spécifique bien définie ; ethnique
suffisamment public par rapport à la
développé ; - faiblesse du système de nécessité de l‟intégration - revendications
- diversité et multitude régulation et de sanction ; nationale ; autonomistes à caractère
des mouvements - absence des synergies - recrutements dans les politique et touchant à
associatifs; entre les institutions structures publiques et l‟intégrité du territoire
- existence des impliquées dans le domaine parapubliques ; - porosité des frontières ;
structures de l‟intégration nationale et - élections politiques et
-immigration clandestine

45
d‟encadrement les autres acteurs (Partis professionnelles ; ;
(ASCNPD, CMPJ, …) politiques, société civile…) ; - tourisme et découverte des -émigration des jeunes
- existence du CNJC; - insuffisance des territoires ;
- actes d‟exclusion ou de
- existence de ressources budgétaires - mise en œuvre du Service
marginalisation de
structures matérielles et Civique National de
certains groupes sociaux
opérationnelles infrastructurelles ; Participation au
ou catégories sociales ;
d‟appui (PAJER-U, Développement
- disparités dans les niveaux - tensions et conflits
PIFMAS, CMPJ…) - existence du Fonds
de développement des interethniques ou
- ouverture et National de
territoires; interprofessionnels
fonctionnement l‟Emploi;
de 434 CMPJ sur - répartition inéquitable des - existence de (agropastoraux) ;
l‟étendue investissements entre les structures/programmes - conflits fonciers ;
du territoire national; régions ; spécifiques orientés vers - instrumentalisation du
- - faible opérationnalité des l‟emploi des jeunes sentiment ethnique ou
- mise en place des cellules ministérielles de - approfondissement de la régional par certaines
incubateurs lutte contre la corruption; décentralisation et du élites ;
d‟entreprises dans les - insuffisance du suivi développement local ; - instrumentalisation de
CMPJ ; évaluation des projets ; - téléenseignement ; l‟Etat à des fins politiques
- prise en compte de - mouvements - renforcement du ou communautaristes par
l‟éducation civique associatifs reposant sur des partenariat avec les certaines élites ;
dans les programmes bases ethniques ou structures privées ;
- trafic des êtres humains
scolaires; régionales ; - renforcement de la
(femmes, enfants) ;
- élaboration d‟un cooperation avec les
- faibles capacités -exploitation des
référentiel organismes et structures
managériales des populations par des
d‟éducation civique et Internationales dans le
associations et autres OSC ;
d‟intégration nationale; domaine de « vulnérocrates »
- célébration annuelle - montée de l‟incivisme l‟encadrement et de -xénophobie et replis
de la fête nationale et des incivilités ; l‟auto emploi ; identitaires sournois ;
(dite de l‟unité) et de la - existence des - politiques
- traitement
fête de la jeunesse particularismes et difficulté d‟assainissement des
communautariste de
- célébration de la du vivre ensemble ; mœurs ;
l‟information
journée de la femme - prolifération de contre - référentiel d‟éducation
- diversité culturelle et civique et d‟intégration par certains médias ;
valeurs sociétales;
ethnique; nationale adopté ; - mauvaise gouvernance
- relâchement dans
- organisation des - découpage ;
l‟éducation à
activités de brassage administratif non basé sur - corruption ;
des populations ; la citoyenneté ; les ethnies ;
- intolérance
- liens historiques forts - accentuation du fossé - dynamisme et
religieuse ;
entre les diverses social entre riches et patriotisme de la diaspora
communautés; pauvres ; camerounaise; - intégrisme religieux
- existence d‟un - élaboration des ;
- désintérêt de certaines
secteur privé schémas/plans - inégale répartition
populations pour les
dynamique comportant d‟aménagement du des richesses et des
affaires politiques ;
des ressortissants de territoire ; investissements publics ;
diverses - détournement des - insistance du discours - enclavement
communautés ; mouvements associatifs par politique sur l‟unité, la
physique ou
- pluralité des médias ; certains de leurs membres ; solidarité et l‟intégration
communicationnel
- existence de - etc. nationales ; de certaines parties
structures de lutte - etc. du territoire ;
contre la corruption ;
- corporatismes et
- etc.
sectarismes ;
- etc.

46
II.3. ENJEUX ET DEFIS
L‟intégration nationale est en consolidation permanente. Elle est faite de diversité mais
aussi de complémentarité, de solidarité et de foi en un destin commun, transcendant les
particularismes de toutes sortes, notamment géographiques, historiques, linguistiques,
tribaux, religieux, pour faire du Cameroun un Etat moderne et fort, dans lequel règne
l‟équité dans la justice et l‟égalité de tous face aux charges et aux avantages du service
public.
Elle implique que les Camerounais sont d‟abord Camerounais avant d‟être Bamiléké,
Ewondo, Foulbé, Bassa, Bulu, Douala, Bakweri, Baya, Massa ou Maka par exemple. Elle
implique que les Camerounais sont d‟abord Camerounais avant d‟être Anglophones ou
Francophones, chrétiens, musulmans, ou animistes.
Elle implique aussi que tous les acteurs sont sincères dans la marche vers une
véritable intégration nationale, sans agenda caché, sans décalage entre le dire et le faire.
Elle implique encore que le président de la République, chef d‟un Etat laïc,
indépendamment de son origine ou de sa religion, est et demeure le président de tous les
Camerounais.
Elle implique enfin que les Camerounais, dans le respect des droits d‟autrui et des lois
et règlements de la République, sont partout chez eux au Cameroun et que, notamment,
les fonctionnaires doivent pouvoir servir la nation partout où l‟Etat les affecte.
En d‟autres termes, l‟intégration nationale condamne le tribalisme, le favoritisme et
toutes sortes de discriminations.. Elle appelle à une véritable unité nationale confiante,
consciente et progressive.
Chacune des catégories de la nation doit avoir à cœur de contribuer au progrès
général du pays. Cette préoccupation est présente depuis l‟accès du pays à la
souveraineté internationale. C‟est ainsi que les pouvoirs publics exhortent les populations
camerounaises à demeurer vigilante pour sauvegarder et renforcer toujours davantage
cette unité et ce consensus qui, jamais acquis une fois pour toutes, sont à conquérir
chaque jour, afin de déjouer toutes les manœuvres quelles qu‟elles soient, d‟où qu‟elles
viennent ; manœuvres de diversion, de spéculation, de dramatisation, de démoralisation,
de déstabilisation, de désinformation, de provocation, de division...
Le Cameroun demeure une nation forte, unie, paisible, prospère et juste. Il s‟agit aussi
de donner une impulsion toujours plus grande à la politique de développement équilibré du
pays, en corrigeant progressivement les clivages sociaux, les inégalités individuelles et les
disparités régionales léguées par la nature ou l‟histoire.
En définitive, les enjeux auxquels est confrontée l‟intégration nationale sont multiples.
Ils se rapportent notamment à :
- la cohésion nationale;
- la paix sociale;
- la sanctuarisation et l‟intégrité du territoire national;
- la fédération des énergies des différentes communautés en vue d‟accélérer le
développement et le bien-être de la nation;
- l‟émergence d‟une identité camerounaise;

47
- le vivre ensemble harmonieux;
- la congruence entre les discours politiques et les actes ;
- le renforcement de la sécurité transfrontalière ;
- etc.
Quant aux défis, on peut citer :
- la nécessité de vaincre les forces centrifuges;
- la sincérité chez tous les acteurs ;
- l‟exemplarité de toutes les élites politiques, économiques et sociales ;
- l‟arrimage du Cameroun à un bilinguisme véritable;
- la nécessité de vaincre les préjugés tribaux ou ethniques;
- la promotion du mérite;
- la densification des échanges intra et intercommunautaires ;
- l‟amélioration du climat des affaires à travers la bonne gouvernance et la lutte
contre la corruption;
- le désenclavement des régions ;
- l‟amélioration et l‟entretien des infrastructures de communication (routes,
technologies de l‟information et de la communication) ;
- l‟amélioration, en qualité et en quantité, des infrastructures de base
(principalement dans les domaines de la santé et de l‟éducation) ;
- la mise en place d‟un cadre d‟évaluation des politiques publiques;
- etc.

III. OBJECTIFS STRATEGIQUES ET FORMULATION DES CHOIX STRATEGIQUES


La stratégie camerounaise d‟intégration nationale concerne tous les services de l‟Etat
et tous les pans de la société. Elle est donc éminemment transversale. Toutefois, la
compétence « promotion de l‟intégration nationale » ayant été attribuée au Ministère de la
Jeunesse et de l‟Education Civique, il importe de circonscrire la présente stratégie dans le
cadre de ce ministère, en gardant à l‟esprit que de nombreuses activités seront conduites
par, ou avec le concours d‟autres acteurs.
Les choix stratégiques du MINJEC en matière d‟intégration nationale ont pour socle le
DSCE qui s‟appuie lui-même sur la vision Cameroun 2035 du développement global d‟une
part et, d‟autre part, sur les résultats de l‟état des lieux et du diagnostic qui ont permis de
relever un certain nombre d‟enjeux et de défis.
Bien qu‟un certain nombre d‟activités et de pratiques aient cours dans le domaine de
l‟intégration nationale et des notions voisines, la nécessité d‟une bonne visibilité a induit la
mise en place d‟une stratégie camerounaise de l‟intégration nationale.
La présente stratégie s‟articule autour de la promotion des valeurs d‟intégration
nationale, du développement des compétences citoyennes et de la gouvernance, du
développement institutionnel et de la coopération.

48
III.1. Vision et objectifs stratégiques
La volonté du Cameroun à devenir un pays émergent, démocratique et uni dans sa
diversité à l‟horizon 2035 intègre quatre objectifs généraux à savoir : (i) réduire la pauvreté
à un niveau socialement acceptable ; (ii) devenir un pays à revenu intermédiaire ; (iii)
atteindre le stade de nouveau pays industrialisé ; (iv) renforcer l‟unité nationale et
consolider le processus démocratique.
En référence à la Vision qui fait du Cameroun à l‟horizon 2035 « un pays émergent,
démocratique et uni dans sa diversité ». Cet énoncé assigne un certain nombre
d‟objectifs à atteindre par le Cameroun, notamment et pour ce qui concerne l‟intégration
nationale :
une nation unie, solidaire et jouissant d‟un environnement de paix et de sécurité ;
une démocratie forte;
une administration décentralisée et au service du développement ;
une économie basée sur l‟intégration sous-régionale et régionale ainsi que sur son
insertion internationale;
une nation favorisant l‟égal accès des femmes et des hommes aux mandats
électoraux et fonctions électives autant que leur égalité professionnelle ;
une famille stable et harmonieuse ;
un accès de tous aux services sociaux de base de qualité ;
une justice indépendante, impartiale et accessible à tous ;
un niveau de pauvreté, d‟analphabétisme et d‟exclusion sociale résiduel ;
une culture camerounaise affirmée dans son unité plurielle, attrayante et exportable
au plan international ;
un niveau de chômage et de sous-emploi résiduel ;
une jeunesse bien formée exaltant le mérite et l‟expertise nationale ;
une répartition équitable de ressources entre villes et campagnes et entre les
régions du pays.
L‟unité et la cohésion puisent leur essence à la fois dans l‟émotion naturelle de tout
groupe partageant un même territoire dont les éléments objectifs nourrissent la volonté de
vivre et de vaincre ensemble toutes les adversités et de réussir un projet de société
largement partagé. Ce qui nécessite la mobilisation et l‟implication de chaque citoyen pour
une meilleure et fructueuse rencontre avec les autres. Plusieurs axes sont déclinés en
stratégies opérationnelles dans l‟optique de l‟intégration nationale.
L’intégration et la mobilisation nationales : il s‟agit d‟amener les Camerounais à
dépasser les identifications primaires pour s‟associer à la construction d‟une société plus
apte à faire face à la mondialisation et à ses nombreux défis.
La promotion des valeurs communes : il est question d‟expliciter ces valeurs en
les démarquant de leurs variantes négatives en les articulant comme éléments objectifs de
la construction de la Nation. A cet égard, il s‟agira pour les Camerounais de s‟approprier
leurs propres valeurs de manière à se reconnaître eux-mêmes et à s‟ouvrir aux autres
pour un enrichissement mutuel. Cela devra se faire tout en prenant en compte la

49
sauvegarde de l‟identité nationale notamment à travers la promotion du patrimoine culturel
national et l‟introduction des arts et des langues nationales dans les programmes
scolaires, afin que la jeunesse et toutes les populations se réapproprient leur patrimoine
commun.
La participation effective et efficace de tous les groupes : La participation de
toutes les populations est le gage indispensable de la réussite de tout projet de société.
Les stratégies envisagées dans ce contexte porteront sur la promotion des partenariats
entre l‟Etat, le secteur privé et la société civile et sur la prise en compte des groupes
vulnérables ou habituellement marginalisés (femmes, enfants, handicapés, personnes
âgées, populations autochtones…).
La lutte contre les forces centrifuges : il s‟agit de dépasser les loyautés primaires
d‟essences diverses (ethnique, religieuse, linguistique, etc.) et de décourager, voire
d‟éradiquer celles manifestement opposées à la loi et à une cohabitation harmonieuse. En
outre, il convient d‟envisager une veille permanente à l‟égard des regroupements
susceptibles d‟entretenir une ambiance de tension et de remettre en cause l‟unité
nationale.
La solidarité et la redistribution équitable des richesses : Cette solidarité doit
non seulement assurer une allocation équitable et harmonieuse des ressources, mais
également permettre de bâtir un espace économique et social intégré à travers le
développement des voies de communication permanentes, des infrastructures de
télécommunication, afin de constituer des chaînes de complémentarité et de solidarité
entre les régions ou entre les pôles de développement. Par ailleurs, la lutte contre les
discriminations sociales doit être intensifiée et l‟approche vulnérable intégrée dans toutes
les politiques de développement, afin de mieux prendre en compte les segments sociaux
vulnérables ou marginalisés par la croissance.
La mobilisation sociale et le réarmement moral : il s‟agit de susciter la
mobilisation de tous les acteurs et leur adhésion à la stratégie. Pour ce faire, la vie
associative qui permet le brassage des personnes, des idées et la mise en commun des
ressources humaines, matérielles et financières doit être encouragée. Il faudra toutefois
veiller à éviter ou à combattre des éventuelles dérives sectaires ou régionalistes.
La communication sociale : en matière de communication, l‟idée est de rechercher
à (i) renforcer les capacités de la presse pour qu‟elle informe, éduque et constitue un outil
d‟aide à la décision ; (ii) développer et soutenir la presse privée (renforcement des
capacités, régulation et financement) ; (iii) assurer la couverture intégrale du territoire
national par les médias publics, notamment audiovisuels. Par ailleurs des forums de
dialogue, de débats et d‟expression seront encouragés dans les médias pour favoriser les
échanges et la confrontation des idées.
Fondée sur ces éléments, la vision de l‟intégration nationale proposée par la présente
stratégie prend en compte à la fois les réalités nationales, les enjeux et les défis ci-dessus
énumérés, ainsi que des considérations sous-régionales, régionales et internationales.
De manière spécifique et pour la période 2014 -2020, cette stratégie vise à promouvoir
l‟intégration nationale au sein de la population pour accompagner la vision de
développement de l‟Etat et la contribution de tous les citoyens à l‟émergence. Dans cette

50
perspective, la stratégie camerounaise de l‟intégration nationale s‟articule autour de quatre
objectifs stratégiques :
- OS 1 : développer l‟intégration économique ;
- OS 2 : renforcer l‟intégration socioculturelle ;
- OS 3 : améliorer l‟intégration politique ;
- OS 4 : assurer la promotion des valeurs communes.
Vu l‟étendue du domaine qui couvre tous les pans de la vie et qui, de fait, touche l‟Etat
dans son ensemble, l‟option retenue est celle d‟une alliance stratégique visant
l‟établissement de partenariats avec les différentes composantes de l‟Etat identifiées, de
manière à créer des synergies d‟actions entre les intervenants.

III.2. Axes stratégiques


Les analyses qui précèdent permettent de définir quatre axes stratégiques devant
orienter les actions de l‟administration et des parties prenantes :
- amélioration de l‟intégration économique ;
- renforcement de l‟intégration socioculturelle ;
- amélioration de l‟intégration politique ;
- consolidation de l‟intégration nationale.
Axe stratégique 1 : amélioration de l’intégration économique
Cet axe a pour but de favoriser et de garantir l‟intégration économique, professionnelle
et spatiale pour un développement national harmonieux. Pour ce faire, les objectifs
intermédiaires suivants sont poursuivis :
- faciliter l‟exercice harmonieux des activités économiques ;
- garantir une vie professionnelle de qualité à chaque citoyen ;
- assurer un aménagement et une organisation du territoire facilitant un vivre
ensemble harmonieux.
OI 1 : faciliter un déploiement et un exercice harmonieux des activités
économiques
Cet objectif trouve son fondement dans le rôle essentiel de l‟Etat régulateur, garant de
l‟accroissement de la richesse nationale et de la répartition équitable des fruits de la
croissance nationale.
Il vise en outre à permettre à tout citoyen d‟exercer l‟activité économique de son choix
dans des conditions d‟équité, de légalité et de respect des normes en la matière.
OI 2 : garantir une vie professionnelle de qualité à chaque citoyen
Cet objectif a pour but de mettre en place des mécanismes visant à favoriser l‟accès
des citoyens à un emploi décent et de s‟assurer que l‟égalité des chances ne soit pas
compromise par des pratiques discriminatoires, mais également, que l‟environnement
professionnel soit conforme aux normes de qualité reconnues en la matière.
OI 3 : assurer un aménagement et une organisation du territoire facilitant un
développement économique harmonieux
Il s‟agit ici de garantir une répartition judicieuse des investissements et des projets de
développement et d‟assurer une circulation aisée des citoyens dans toutes les parties du

51
territoire national. Il s‟agit aussi de favoriser le brassage des populations par une
organisation du territoire et un découpage administratif conséquents.
Axe stratégique 2 : Renforcement de l’intégration socioculturelle
Il est question ici de favoriser le brassage culturel et d‟améliorer la qualité de la vie
sociale. Le renforcement de l‟intégration socioculturelle doit pouvoir assurer le vivre
ensemble et permettre la prise en compte de la diversité des valeurs traditionnelles et
culturelles nationales. Ainsi, les objectifs intermédiaires suivants sont retenus :
- promouvoir une cohabitation sociale harmonieuse ;
- développer les valeurs culturelles et traditionnelles nationales.
OI 1 : promouvoir une cohabitation sociale harmonieuse
Il s‟agit d‟amener les citoyens à construire et renforcer des liens d‟appartenance à la
société camerounaise et de favoriser la participation de chacun au développement
national.
OI 2 : développer les valeurs culturelles et traditionnelles nationales
Cet objectif doit contribuer à développer et à vulgariser les valeurs traditionnelles et
culturelles qui encouragent des rapports sociaux paisibles au sein de la population sans
distinction de sexe, d‟âge, de tribu, de langue, de rang social, etc. Il est important de
rappeler ici que le développement des valeurs culturelles traditionnelles va également être
enrichi tant des héritages anglophone et francophone que de ceux du monde globalisé.
Axe stratégiques 3 : amélioration de l’intégration politique
L‟axe 3 concerne le respect du cadre institutionnel, légal et réglementaire de l‟Etat, les
règles de fonctionnement de la République, l‟organisation des pouvoirs publics, ainsi que
l‟expression des opinions et des choix des citoyens. Les objectifs intermédiaires suivants
sont recherchés :
- veiller à l‟application du dispositif juridique et institutionnel existant en le complétant
là où c‟est nécessaire ;
- favoriser l‟expression et la participation politiques des citoyens.
OI 1 : veiller à l’application du dispositif juridique et institutionnel existant et le
compléter
Il est question ici de faire appliquer à tous les niveaux de la société les textes qui
encadrent la vie politique nationale, et de prendre tous les textes d‟application appropriés.
OI 2 : Favoriser l’expression et la participation politiques des citoyens
L‟objectif visé est d‟encourager la participation et la contribution de chaque citoyen à la
vie politique de la nation.
Axe stratégique 4 : Consolidation de l’intégration nationale
Cet axe stratégique est transversal dans le sens où il favorise l‟amélioration du cadre
juridique et institutionnel, les actions de vulgarisation et de sensibilisation, le
développement des capacités des structures et des acteurs, la communication. Pour ce
faire, trois objectifs intermédiaires sont définis :
- Renforcer le cadre juridique et institutionnel ;
- Développer les capacités des acteurs ;

52
- Exploiter les canaux de communication pour la vulgarisation de la notion et des
valeurs d‟intégration nationale.
OI 1 : Développer les capacités des acteurs
Il est question d‟amener, à travers des actions de renforcement des capacités, chaque
acteur à jouer pleinement son rôle.
OI 2 : Exploiter les canaux de communication pour la vulgarisation de la notion
et des valeurs d’intégration nationale
Cet objectif vise à vulgariser le contenu de la notion d‟intégration nationale et ses
exigences auprès des populations afin de susciter leur adhésion et leur engagement. De
ces axes stratégiques, quatre (04) programmes ont été extraits :- le développement de
l‟intégration économique ;
- le renforcement de l‟intégration socioculturelle ;
- l‟amélioration de l‟intégration politique ;
- la consolidation de l‟intégration nationale.

IV. PLAN D’ACTIONS

IV.1 Identification des programmes Synthèse des choix stratégiques du


domaine Programme N°1
1. Sous-secteur : social
2. Axe stratégique : AMELIORATION DE L‟INTEGRATION ECONOMIQUE
3. Nom du programme : Développement de l‟intégration économique
4. Objectifs du programme
- faciliter l‟exercice harmonieux des activités économiques ;
- garantir une vie professionnelle de qualité à chaque citoyen :
- assurer un aménagement et une organisation du territoire facilitant un déploiement
harmonieux des activités économiques.
5. Indicateurs

Indicateur d’effectivité Indicateur de résultat Indicateur de temps


Les schémas d‟aménagement Les mesures / 100% des objectifs
du territoire et les textes mécanismes de mise en prioritaires du pro-
législatifs /réglementaires œuvre et de contrôle sont gramme sont atteints
encadrant la vie économique fonctionnels et des d‟ici à 2017.
sont publiés et appliqués. rapports sont produits.

6. Stratégie-programme
La stratégie consiste, pour l‟Etat et plus spécifiquement pour le MINJEC et toutes les
administrations partenaires, à œuvrer pour une intégration économique garantissant
l‟accroissement de la richesse nationale et pour une répartition équitable et sans
discrimination de la fortune nationale, tout en facilitant à chaque citoyen le libre exercice
des activités économiques dans des conditions de légalité, d‟équité et de respect des

53
normes en la matière. Les capacités des acteurs devront être renforcées pour des actions
efficaces en vue d‟une réelle intégration économique permettant l‟accès de chaque
citoyen, notamment des couches vulnérables ou défavorisées, à des emplois décents, tout
en assurant l‟égalité des chances. Le développement de l‟intégration économique ne
pourra être effectif que s‟il est sous-tendu par un aménagement du territoire approprié, une
organisation territoriale et un découpage administratif, ainsi qu‟un maillage de l‟ensemble
du territoire par des voies de communication et des infrastructures de télécommunication
favorisant les échanges entre les populations et les brassages socioculturels.
7. Cadre institutionnel de mise en œuvre
Le cadre institutionnel de mise en œuvre implique le Ministère de la Jeunesse et de
l‟Education Civique, les autres administrations partenaires, la Stratégie Nationale du
Volontariat, l‟Agence du Service Civique National de Participation au Développement, les
partenaires techniques et financiers, le Comité National d‟Education Civique et
d‟Intégration Nationale, et toutes les autres parties prenantes.
8. Responsable coordonnateur de la mise en œuvre : MINJEC
Programme N°2 :
1. Sous-secteur : Social
2. Axe stratégique : AMELIORATION DE L‟INTEGRATION SOCIOCULTURELLE
3. Nom du programme : Renforcement de l‟intégration socioculturelle
4. Objectifs du programme :
- promouvoir une cohabitation sociale harmonieuse ;
- développer les valeurs culturelles et traditionnelles nationales
5. Indicateurs
Indicateur d’effectivité Indicateur de résultat Indicateur de temps
Le référentiel d‟éducation Rapports de mise en œuvre 75% des objectifs sont
civique et d‟intégration nationale, le Activités de promotion atteints d‟ici à 2017
Programme National de Volontariat sociale, culturelle et
ainsi que le volet socioculturel de la touristique
stratégie d‟intégration nationale
sont effectivement mis en œuvre et
opérationnels

6. Stratégie-programme

Ce programme vise l‟amélioration de la qualité de la vie sociale par le biais d‟actions


destinées à renforcer la cohésion, la paix et le sentiment d‟appartenance à une même
nation garantissant à tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. La prise en compte de
la diversité culturelle nationale passe par le développement et la vulgarisation des valeurs
traditionnelles et culturelles positives grâce à des actions de promotion sociale, culturelle
et touristique sur toute l‟étendue du territoire national.
7. Cadre institutionnel de mise en œuvre

54
Le cadre institutionnel de mise en œuvre implique le Ministère de la Jeunesse et de
l‟Education Civique, les autres administrations, la stratégie Nationale du Volontariat,
l‟Agence du Service Civique National de Participation au Développement, les partenaires
techniques et financiers, le Conseil National d‟Education Civique et d‟Intégration Nationale,
et toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre de la stratégie
camerounaise d‟intégration nationale.
8. Responsable coordonnateur de la mise en œuvre : MINJEC
Programme N°3 :
1. Sous-secteur : Social
2. Axe stratégique : Amélioration de l‟intégration politique
3. Nom du programme : Amélioration de l‟intégration politique
4. Objectifs du programme :
- veiller à l‟application du dispositif juridique et institutionnel existant en le complétant là
où c‟est nécessaire ;
- favoriser l‟expression et la participation politiques des citoyens.
5. Indicateurs
Indicateur d’effectivité Indicateur de résultat Indicateur de temps
Les textes juridiques Rapports de mise en œuvre 75% au moins des
encadrant la vie politique et Textes complémentaires et/ou objectifs prioritaires
institutionnelle sont publiés et d‟application, règlements intérieurs, du programme sont
appliqués ; les institutions organigrammes… disponibles atteints en 2017
prévues sont opérationnelles
6. Stratégie-programme
Il s‟agit ici d‟exploiter toutes les opportunités juridiques et les potentialités
institutionnelles pour une intégration politique de tous les citoyens. Plus spécifiquement, il
est question de passer par des actions de sensibilisation, de mobilisation, de
responsabilisation et de renforcement des capacités des acteurs. Par ailleurs, il est
question d‟assurer la participation des citoyens à la construction d‟une nation
politiquement intégrée, fondée sur le respect des valeurs civiques.
7. Responsable coordonnateur de la mise en œuvre :
Le cadre institutionnel de mise en œuvre implique le Ministère de la Jeunesse et de
l‟Education Civique, les autres administrations partenaires, la Stratégie Nationale du
Volontariat, l‟Agence du Service Civique National de Participation au Développement, les
partenaires techniques et financiers, le Conseil National d‟Education Civique et
d‟Intégration Nationale, et toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre
de la stratégie camerounaise d‟intégration nationale.
8. Responsable coordonnateur de la mise en œuvre : MINJEC
Programme N°4 :
1. Sous-secteur : Social
2. Axe stratégique : Consolidation de l‟intégration nationale
3. Nom du programme : Sensibilisation à l‟intégration nationale

55
4. Objectifs du programme :
- Développer les capacités des acteurs ;
- Exploiter les canaux de communication pour la vulgarisation de la notion et des
Valeurs du vivre ensemble harmonieux.
5. Indicateurs
Indicateur d’effectivité Indicateur de résultat Indicateur de temps
Plans de renforcement des Rapports de mise en œuvre 75% au moins des objectifs
capacités des acteurs (rapports d‟activités, de suivi prioritaires du programme
opérationnels Actions de et d‟évaluation) sont atteints en 2017
sensibilisation et de
promotion réalisées

6. Stratégie-programme
Il s‟agit de mettre en œuvre des actions d‟information, de sensibilisation et de
formationdans le domaine de l‟intégration nationale à travers l‟appui à la mise en œuvre de
chacun des programmes.
7. Cadre institutionnel de mise en œuvre
Le cadre institutionnel de mise en œuvre implique le Ministère de la Jeunesse et de
l‟Education Civique, les autres administrations partenaires, la StratégieNationale du
Volontariat, l‟Agence du Service Civique National de Participation au Développement, les
partenaires techniques et financiers, le Conseil National d‟Education Civique et
d‟Intégration Nationale, et toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre
de la stratégie camerounaise d‟intégration nationale.
8. Responsable coordonnateur de la mise en œuvre : MINJEC

IV.2. Identification des actions des programmes

PROGRAMME 1 : Développement de l’intégration économique


Responsable de la mise en œuvre : Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique

Actions et caractéristiques

Actions Objectifs Indicateurs Baseline Cible Lieu Cadre institutionnel de


d’exécution mise en œuvre
Appui aux Contribuer à la Rapports N.A. Populations Territoire MINJEC
activités de participation produits camero national Administrations
développement des citoyens à (activités, suivi unaises publiques concernées
économique l‟intégration et évaluation) Société civile
des citoyens économique
Lutte contre les Favoriser Rapports // Territoire MINJEC Toutes les
discriminations l‟égalité des produits national administrations
dans les milieux chances et (activités, publiques
professionnels l‟emploi décent enquêtes

56
pour tous d‟opinion, suivi
et
évaluation…)
Appui à Améliorer Rapports Territoire MINJECAdministrations
l‟intégration l‟intégration produits national Publiques concernées
économique économique (activités,
des groupes des groupes enquêtes
défavorisés ou défavorisés ou d‟opinion, suivi
marginalisés marginalisés et
évaluation…)
Appui à la mise Contribuer au Rapports Territoire MINJEC
en place des développement produits national Administrations
schémas/plans économique (activités, suivi Publiques concernées
d‟aménagement équitable des et évaluation)
du territoire territoires tout
en favorisant
la mobilité, les
échanges et le
brassage des
populations

PROGRAMME 2 : Renforcement de l’intégration socioculturelle

Responsable de mise en œuvre : MINJEC

Actions Objectifs Indicateurs Baseline Cible Lieu Cadre institutionnel


d’exécution de mise en œuvre

Appui à Améliorer Rapports N.A. Population Territoire MINJEC


l‟intégration l‟intégration produits s camer national Pouvoirs publics
sociale des sociale des (activités, suivi ounais es
populations et citoyens et évaluation)
des groupes
défavorisés ou
marginalisés

Appui au Contribuer au Rapports // Territoire MINJEC


développement développement produits national Toutes les parties
et à la des cultures (activités, suivi prenantes
vulgarisation Cultiver la et évaluation)
des cultures tolérance et
nationales l‟acceptation
des autres

57
PROGRAMME 3 : Amélioration de l’intégration politique
Responsable de mise en œuvre : MINJEC

Actions Objectifs Indicateurs Baseline Cible Lieu Cadre institutionnel


d’exécution de mise en œuvre
Appui à la Favoriser Rapports N.A. Population Territoire MINJEC
participation l‟expression et produits s camer national Toutes les parties
politique la participation (activités, suivi ounais es prenantes
responsable des citoyens à et évaluation)
des citoyens la vie politique

Renforcement Conscientiser Rapports Territoire MINJEC


du civisme et du les populations produits national Toutes les parties
patriotisme des sur les valeurs (activités, suivi prenantes
populations du civisme et et évaluation)
du patriotisme

Appui à la lutte Favoriser Rapports Territoire MINJEC


contre la l‟émergence produits national Toutes les parties
corruption d‟une société (activités, suivi prenantes
juste et et évaluation)
équitable pour
chaque citoyen

PROGRAMME 4 : Sensibilisation à l’intégration nationale


Responsable de mise en œuvre : MINJEC

Actions Objectifs Indicateurs Baseline Cible Lieu Cadre institutionnel


d’exécution de mise en œuvre
Appui à la Promouvoir et Rapports Population Territoire MINJEC
conservation, vulgariser les produits s camero national Toutes les parties
au dévelop- langues (activités, suivi unaises prenantes
pement et à la nationales et évaluation)
vulgarisation
des langues
nationales
Renforcement Assurer Rapports Territoire MINJEC
des capacités l‟efficacité et produits national Toutes les parties
des acteurs de l‟efficience de (activités, suivi prenantes
la mise en la mise en et évaluation)
œuvre de la œuvre de la
stratégie SCIN
camerounaise
de l‟intégration
nationale
Sensibilisation Promouvoir la Rapports // MINJEC
des populations notion produits Toutes les parties
d‟intégration (activités, suivi prenantes
nationale et

58
ses exigences et évaluation)
valoriser les
cultures et les
langues
nationales
Promotion de Améliorer les Rapports Territoire MINJEC
l‟inter échanges produits national Toutes les parties
culturalité et du culturels entre (activités, prenantes
tourisme de les citoyens suivi et
masses évaluation)
Promotion des Conscientiser Rapports de Territoire MINJEC
valeurs chaque mise en national Toutes les parties
nationales citoyen sur la œuvre et prenantes
camerounaises nécessité de d‟évaluation
respecter les des Plans
valeurs d‟éducation,
camerounaise information et
s communicat
ion (PEIC)

IV.3. ACTIVITES PROPOSEES


Les activités ci-après sont susceptibles d‟être menées dans le cadre de la mise en
œuvre des différents programmes.
PROGRAMME 1 : Développement de l’intégration économique :
Plaidoyer pour l‟aménagement des accès aux bâtiments publics pour les personnes
souffrant de handicaps moteurs ;
PROGRAMME 2 : Renforcement de l’intégration socioculturelle
- Plaidoyer pour le développement d‟un tourisme intérieur (pour les jeunes : coûts de
transports réduits, hébergement dans des internats…) ;
- Organisation de festivals interculturels et/ou salons mettant en valeur les traditions
artistiques, artisanales, culinaires, vestimentaires et autres;
- Organisation de concours sur une thématique de l‟intégration nationale ;
- Concours de la meilleure fresque historique camerounaise à travers la peinture, le
théâtre, le cinéma, etc.
- Plaidoyer pour la création d‟infrastructures et d‟activités de promotion de l‟intégration
nationale;
- Mise en œuvre du programme national d‟éducation civique
PROGRAMME 3 : Amélioration de l’intégration politique :
- Organiser au niveau des CMPJ, des activités de vulgarisation des emblèmes et
symboles nationaux
- Initier des actions de volontariat pour l‟éducation à la citoyenneté et aux obligations
politiques des citoyens ;
PROGRAMME 4 : Sensibilisation à l’intégration nationale :

59
Organisation des camps d‟intégration nationale et des rencontres intergénérationnelles

V. MECANISMES DE MISE EN ŒUVRE ET DISPOSITIF DE SUIVI


EVALUATION

V.1. Conditions de réussite


La mise en œuvre efficace et efficiente de la stratégie camerounaise de promotion de
l‟intégration nationale appelle les conditions ci-après :
- une volonté politique clairement affirmée au plus haut niveau de l‟Etat ;
- l‟implication des élus dans les opérations de mise en œuvre ;
- l‟adhésion des acteurs, notamment les élites et les populations à la base ;
- l‟exemplarité des élites politiques, administratives et autres aînés sociaux;
- l‟allocation effective des ressources nécessaires ;
- la mise en place d‟un dispositif de pilotage politique assuré par le Premier Ministre,
Chef du Gouvernement et d‟un pilotage technique par le ministre chargé de l‟Education
Civique et de l‟intégration nationale ;
- la mise en place d‟un plan Information – Education – Communication, afin de
favoriser l‟appropriation de la SCIN ;
- l‟évaluation périodique de la mise en œuvre de la SCIN, ainsi que la vulgarisation des
résultats obtenus.

V.2. Dispositif de pilotage et de suivi évaluation


Dans le cadre de l‟étude portant sur l‟élaboration du référentiel national de l‟éducation
civique et de l‟intégration nationale au Cameroun, le MINJEC préconisela création d‟un
organe de pilotage et de suivi-évaluation appelé : Conseil National de L‟Education Civique
et de L‟intégration Nationale (CONECIN). Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a
bien voulu en accepter le principe et a annoncé la création et l‟opérationnalisation de cette
instance lors du colloque international sur l‟éducation civique et l‟intégration nationale au
Cameroun, qui s‟est tenu à Yaoundé en juillet 2013.
V.2.1. Un organe de pilotage et de suivi-évaluation : le Conseil National
de l’Education Civique et de l’Intégration Nationale (CONECIN)
Ce dispositif figure au rang des résolutions prises par le Gouvernement lors du
colloque sus- évoqué.
Le CONECIN serait ainsi une instance d‟orientation, de coordination, de concertation
et de consultation des opérations, projets, programmes et politiques relatifs à l‟éducation
civique et à la promotion de l‟intégration nationale. Il a pour mission d‟assister le
Gouvernement dans l‟élaboration, la mise en œuvre, l‟évaluation et le contrôle de
l‟exécution de la politique nationale en matière d‟éducation civique et d‟intégration
nationale.
Il est notamment chargé :

60
- d‟émettre des avis sur les questions relevant du domaine de l‟éducation civique et de
l‟intégration nationale au Cameroun ;
- de coordonner et d‟harmoniser les interventions des différents partenaires,
administrations et organismes concernés par la mise en œuvre de la politique nationale
d‟éducation civique et d‟intégration nationale ;
- de veiller au suivi de la mise en œuvre de la politique nationale d‟éducation civique et
d‟intégration nationale, ainsi qu‟à son évaluation.
Il est placé sous l‟autorité du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, et regroupe en
son sein des représentants du secteur public, du secteur privé et de la société civile.
Dans l‟exercice de sa mission, le CONECIN est assisté d‟un secrétariat technique
permanent placé sous la coordination du Ministre chargé de l‟Education civique et de la
promotion de l‟intégration nationale.
V.2.2. Un organe d’appui technique du conseil : le Secrétariat
Technique Permanent
Le secrétariat technique permanent serait chargé :
- de suivre et d‟évaluer en permanence l‟exécution des missions, des résolutions, des
recommandations et des directives du Conseil ;
- d‟instruire et de préparer les dossiers à soumettre au Conseil ;
- d‟assurer le secrétariat du Conseil ;
- de préparer les programmes d‟actions et les rapports d‟activités du Conseil ;
- de conserver les archives et la documentation du Conseil ;
- d‟exécuter toutes autres missions à lui confiées par le Conseil.

VI. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS


À la lumière des expériences passées et des actions qui restent à mener dans la
promotion de l‟intégration nationale au Cameroun, la présente stratégie s'appuie sur un
projet global associant toutes les composantes du corps social. Au niveau de l‟Etat, il reste
entendu que tous les départements ministériels et toutes les administrations seront parties
prenantes. Dans cette perspective, une appropriation judicieuse et pertinente de la
stratégie par les différents acteurs est une condition essentielle de son succès.
En effet, tous les acteurs de la communauté nationale doivent avoir une parfaite
connaissance de cette stratégie, dont l‟Etat devra assurer le leadership de la mise en
œuvre et plus particulièrement la coordination des actions relevant des partenaires publics
et privés. Par ailleurs, l‟Etat devra veiller à son respect scrupuleux, surtout par la
hiérarchie politique et les élites et mettre en place un système de sanctions aussi bien
positives que négatives. Les curricula des enseignements devront également s‟en inspirer.
La stratégie d’intervention globale doit se baser sur :
• la mobilisation de toutes les autorités politiques, administratives, traditionnelles,
élites…, qui devront être au premier plan de toute cette dynamique ;

61
• les manifestations de la reconnaissance de la nation aux
organismes/structures/citoyens qui se seront distingués dans la promotion des valeurs
d‟intégration nationale ;
• la vulgarisation la plus large possible de la stratégie ;
• la sensibilisation des différents intervenants sur l‟importance de leurs rôles respectifs;
• les actions de plaidoyer ;
• la répression et la sanction sévère des agissements contraires à l‟intégration
nationale d‟où qu‟ils viennent.
Le MINJEC en tant que département ministériel en charge de la promotion de
l‟intégration nationale, devrait jouer un rôle majeur dans la vulgarisation et le suivi de la
mise en œuvre de la présente stratégie.

62
BIBLIOGRAPHIE
Abé C., Pratique et productivité de la criminalité transfrontalière : l’expérience des
Zargina, Bulletin de l’APAD, 25, 2003, pp. 9-28.
Abé C., Multiculturalisme, cosmopolitisme et intégration politique en milieu urbain
au Cameroun : les défis contemporains de la citoyenneté de type républicain à Douala et
Yaoundé, Polis (revue camerounaise de sciences politiques), vol. 12, numéro spécial,
2005, pp. 43-73.
Abé C., Pratiques circulatoires et territorialités transfrontalières : l’expérience des
communautés transnationales fang, pygmées et Gbaya, in S. C. Abega et P. Bigombe-
Logo (éds.), La marginalisation des pygmées d’Afrique centrale, Paris, Africaine d‟éditions,
2006, pp.235-256.
Abé C., Les nouvelles figures de l’entrepreneuriat au Cameroun. Les acteurs de la
traite des enfants entre accumulation et déconstruction, Bulletin de l’APAD, 29-30, 2009,
pp.109-128.
Abé, C., Société civile et mobilisation de la solidarité en période de crise : entre
courtage et altruisme, Cahiers de l’UCAC, 12, 2011, pp. 75-95.
Abé C., Rapports inégalitaires entre Pygmées et Bantous : discrimination et
inégalités scolaires au Sud-Cameroun, Autrepart, Revue de sciences sociales au Sud, 59,
2011, pp.145-160.
Abé C., Sexualité, pouvoir et société au Cameroun : sur l’imagination socio-
anthropologique de Sévérin Cécile Abéga (1955-2007), Terroirs, Revue africaine de
sciences sociales et de philosophie, vol. 8, 1-2, 2012, pp. 87-101.
Abé C., Les pouvoirs publics face à l’emploi au Cameroun (1960-2013, in D.
Abouem à Tchoyi et S. C. Mbafou (éds.), 50 ans de réformes au Cameroun. Stratégies,
bilans et Perspectives, Yaoundé, l‟Harmattan, 2013, pp. 141-161.
Abé C., Construction et dé(re)composition de la nation en postcolonie :
discontinuités et continuités des trajectoires et figures du vivre ensemble au Cameroun,
inédit.
Abega S. C. et Bigombe-Logo P. (éds.), La marginalisation des pygmées d’Afrique
centrale, Paris, Africaine d‟éditions, 2006.
Abega S. C., Les violences sexuelles et l’Etat au Cameroun, Paris, Karthala, 2007.
Abega S. C., Les Pygmées Baka : le droit à la différence, Yaoundé, INADES-
Formation UCAC, 2009.
Atéba-Eyene C., Les paradoxes du « Pays organisateur » : élites productrices ou
prédatrices : le cas de la province du Sud-Cameroun à l’ère Biya (1982-2007), Editions
Saint-Paul, 2008, 222 P.
Badie B., L’Etat importé. Occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992.
Bassek Ba Kobhio, Cameroun la fin du maquis ? Presse, livre et « ouverture
démocratique », Paris, l‟Harmattan, 1986.
Bayart J.- F., La revanche des sociétés africaines, in J.- F. Bayart et al., La politique
par le bas en Afrique noire, Paris, Paris, Karthala, 1992, pp. 65- 106.
Blundo, G., Les courtiers en développement en milieu rural sénégalais.
Anthropologie des intermédiaires locaux dans le système de distribution de l’aide au
développement au Saloum oriental, Cahiers d‟études africaines, 137, XXXV, 1, 1995, pp.
73-99.
Biya P., Pour le libéralisme communautaire, Paris, Pierre-Marcel FAVRE, 1986.

63
Discours du Président de la République, Paul Biya, in « Le Message du Renouveau
An 1 », éditions SOPECAM.
Dozon J.-P., La Côte d’Ivoire entre démocratie, nationalisme et ethnonationalisme,
Politique africaine, 78, 2000, pp. 45-62.
Fogui J.-P., L’intégration politique au Cameroun : une analyse centre-périphérie,
Paris, LGDJ, 1990.
Gahutu J.-B., Médias burundais, combien de divisions ?, in M. Ben Arrous, Médias
et conflits en Afrique, Paris, Institut Panos Afrique de l‟Ouest/Karthala, 2001, pp. 57-67.
Kayibanda L., Rwanda : RTLM n’était pas une affaire d’amateurs, in M. Ben Arrous,
Médias et conflits en Afrique, Paris, Institut Panos Afrique de l‟Ouest/Karthala, 2001, pp.
68-69.
Könings P. et Nyamnjoh F. B., Construction and Deconstruction. Anglophones or
Autochtones, The African Anthropologist, vol. 7, n°1, march, 2000, pp. 5-32.
Könings P. and Nyamnjoh F. B., Negotiating an Anglophone Identity. A Study of the
Politics of Recongnition in Cameroon, Leiden/London, Brill, 2003.
Les Cahiers de Mutations, n°005, 2002.
Mattelart A. et Mattelart M., Histoire des théories de la communication, Paris, La
Découverte, 2004.
Nkoum-Me-Ntseny L.-M. M., Question anglophone, libéralisation politique et crise
de l’Etat-nation : « les ennemis dans la maison ? » , in L. Sindjoun (éd.), La révolution
passive au Cameroun. Etat, société et changement, Dakar, CODESRIA, 1999, pp. 157-
229.
Nyamnjoh F.B., « Media, Tribalism and Democracy in Cameroon », in GERDDES,
Cameroun : La démocratie à l'épreuve du tribalisme, Yaoundé, Ed terroir/ fondation
Friedrich Ebert, 1997, pp.60-80.
Rosny (de) E., L’Afrique des migrations : les échappées de la jeunesse de Douala,
Etudes, 3965, mai, 2002, pp. 623-33.
Saïbou I., Les coupeurs de route. Histoire du banditisme rural et transfrontalier dans
le bassin du lac Tchad, Paris, Karthala, 2010.
Saïbou I., Ethnicité, frontières et stabilité. Aux confins du Cameroun du Nigéria et du
Tchad, Yaoundé, l‟Harmattan, 2012.
Séraphin G., Vivre à Douala : l’imaginaire et l’action d’une ville africaine en crise,
Paris, l‟Harmattan, 2000.
Sindjoun L., L’Etat ailleurs. Entre noyau dur et case vide, Paris, Economica, 2002.
Wansi E., La toxicomanie est-elle un phénomène de société important au
Cameroun? Enquête sur le phénomène de la toxicomanie au Cameroun, Observatoire
géopolitique des drogues (OGD), Les drogues en Afrique subsaharienne, Paris,
Karthala/UNESCO, 1998, pp. 31-37.
Yenshu Vubo E., Inventer un nouvel espace public en Afrique. Le défi de la diversité
ethnique, Yaoundé, l‟Harmattan, 2011.
Zambo-Belinga J.-M., Démocratisation, exacerbation, régime identitaire et rivalités
ethniques: le cas du Sud-Cameroun, Afrique et développement, vol.XXVII, 1-2, 2002,
pp.175-204

64
ANNEXES

65
ANNEXE

Questionnaire

Dans le cadre de l‟élaboration de la Stratégie camerounaise d‟Intégration Nationale, le


cabinet Agora Consulting a été mandaté par le Ministère de la Jeunesse et de l‟Education
Civique (MINJEC) pour mener à bien cette étude, objet de la lettre commande
n°007/LC/MINJEC/CPM/13 du 07 octobre 2013.
La réalisation de cette dernière appelle la participation de tous les acteurs de la société
(administration publique centrales, déconcentrées et décentralisées ; organismes de la
société civile ; partenaires et étrangers vivant au Cameroun) ainsi que toute la population.
A ce titre, et afin de susciter l‟adhésion de tous les camerounais au vivre ensemble dans
un brassage culturelle, socioéconomique et politique, il est établi un guide d‟entretien pour
recueillir l‟avis du plus large public sur la situation de l‟intégration nationale au Cameroun.
Le Cabinet garantit que les informations collectées seront exploitées avec une absolue
confidentialité, et dans un cadre exclusivement scientifique et professionnel.
Noms et prénoms Fonction
ABOUEM A TCHOYI David Chef de mission
BEKOUME André Chef de projet
ADAMA KOUBA Chargée d‟études

Identification
Nom de la structure/ Personne rencontrée :
Qualité :
Couverture Géographique (Régions, Département, etc.…) :

Perception de l’intégration nationale

1. Pour vous, que signifie intégration nationale (intégration économique, sociale,


culturelle, professionnelle, politique, territoriale) ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

66
2. Selon vous, quelle est la place des femmes, des jeunes, des personnes
handicapées dans la société ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
3. Pensez-vous que les pygmées et les mbororo sont des camerounais au même
titre que vous ? Si oui pensez-vous qu’ils soient suffisamment pris en compte dans
les politiques économiques, sociales, professionnels, etc. ? Justifiez votre réponse.
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

AU PLAN SOCIOCULTUREL
4. Existe-t-il, selon vous, une identité camerounaise ? Justifiez votre réponse
(Comment se manifeste t-elle ?).
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
5. Avec les cultures importées et les valeurs qu’elles véhiculent, ne pensez-vous
pas que la diffusion de certains programmes par les médias nationaux sont une
menace à la formation de l’identité camerounaise ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

67
6. D’après vous, que peuvent faire les responsables des médias nationaux pour
promouvoir la culture camerounaise ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
7. Selon vous, certaines ethnies/groupes tribaux, linguistiques sont-ils plus
avantagés que d’autres ? De quelle manière ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
8. La pratique du bilinguisme peut-elle être un facteur d’intégration nationale
pour tous les camerounais ? Justifiez.
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
9. Avez-vous connaissance d’activités ou de fait pouvant nuire à la cohésion
sociale ?
Citez quelques exemples.
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
10. Quels sont, selon vous, les freins et menaces à l’intégration nationale ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

68
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
11. Quelles solutions proposées-vous ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

AU PLAN ECONOMIQUE
12. D’après vous, la décentralisation est-elle un vecteur de l’intégration nationale
ou un frein ? Pourquoi ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
13. Les investissements publics sont-ils répartis au mieux des intérêts des
différentes régions du pays et en fonction de leurs potentialités ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
14. La politique d’équilibre régionale comme outil d’intégration nationale est-elle
suffisante et efficace ? Si non quelles autres options proposeriez-vous ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

69
15. Quelles sont selon vous les politiques sectorielles mises (ou à mettre) en
place pour l’intégration professionnelle des groupes vulnérables (handicapés,
pygmées, mbororo, etc.)
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

16. Le découpage territorial actuel est-il de nature à favoriser l’intégration


nationale ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

17. Quels aménagements pourraient être faits pour optimiser l’attractivité des
régions, communes, etc. ?

……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

18. Dans le cadre de l’intégration économique régionale, quels sont selon vous
les grands défis à relever :
- Par rapport à la facilitation des échanges commerciaux internes et externes ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

70
- Par rapport à l’attractivité des territoires et aux investissements y relatifs ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

AU PLAN POLITIQUE
19. Pensez-vous que les revendications autonomistes représentent une réelle
menace à l’intégration de notre territoire ? Justifiez votre réponse.
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
20. Les institutions de contrôle de l’expression politique mises en place
favorisent elles la participation politique de tous les citoyens ? D’après vous, ces
institutions jouent- elles leur rôle ?
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
21. Le choix d’un parti politique par un individu est-il tributaire de son
appartenance ethnique ou régionale ? Justifiez.
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………

SPECIFICS INFORMATIONS RESEARCHED


Propose and formulate questions for Interviews and Field Survey
CENTRAL AND DECENTRALIZED SERVICES OF THE PUBLIC SERVICE.

71
1. MINJEC.
i. Could you briefly tell us the link between Civic Education and National Integration?
ii. The role and place of youths in the National Integration process?
iii. Does the Cameroon National Youth Policy (CNYP), make enough provision for the
integration of this category of the population in all aspects of National life – how?
iv. What about PAJER-U/PIFMAS? Do you think these programs are helpful to NI?
v. What are your personal convictions vis-a-vis National Integration?
2. MINAS.
i. What, in your opinion is National Integration? What does it involve?
ii. What policies and programmes does your ministerial department have that promote
NI?
iii. What would you suggest as the best strategies to integrate the handicap and street
children?
iv. Deviant tendencies like homosexuality, prostitution, drug abuse and others? How
could these Cameroonians be brought in?
3. MINPROFF.
i. What policies and programmes does your ministerial department have that promote
NI?
ii. Do you think NI should begin in the family – how?
iii. The role and place of women in the NI process. Is gender an issue here?
4. MINEPAT.
i. What elements were taken into consideration in the administrative demarcation of the
Cameroon national territory?
ii. Would you say the current regional grouping is favorable to NI – how?
iii. How does the quota system in the selection of candidates into professional schools
and appointments to top administrative positions foster NI?
iv. What special measures are taken to encourage civil servants to move happily
when transferred to any part of the national territory?
5. MINEFOP.
i. How inclusive are the employment and professional training policies in Cameroon?
ii. Are the training programmes adapted to all levels and include all trades?
iii. How can your ministerial department contribute effectively to NI?
6. MINESEC.
i. The cameroonian educational system and NI: how would you describe the
relationship?
ii. What is being done about implementing a real bilingual system in secondary schools
– what about the bilingual system in Lycée Molyko, Buea in the 70‟s. Does it seem to you it
has worked out well?

72
7. MINEDUB.
i. What are the specific programmes designed at this level to inculcate citizenship and
love of our Country in the children?
ii. What exactly is being practiced in the “Bilingual” nursery/primary schools around the
country; does it reflect true bilingualism?
iii. What impact do you think Bilingualism, introduced at the base can have on NI?

8. MINATD.

9. MINTP.
i. How does the development policy for rural and urban areas in Cameroon create a
spirit of nationalism?
ii. Development in the rural areas – is it adequate enough to make the rural population
feel like Cameroonians?
10. MINREX.
i. In your opinion, what is NI?
ii. How does NI in Cameroon include non-Cameroonians?

11. MINT.

12. MINCULT.
I. The culture of a people is generally considered a very strong element of its identity.
How does MINCULT exploit this strength to foster NI?

13. MINESUP.
I. Could our universities be looked up to as citadels of NI – Why and how?

14. MINJUSTICE.

15. MINCOM.

i. Communication strategies for NI?

ORGANIZATIONS.
I. HOW DOES YOUR ORGANIZATION FOSTER NATIONAL INTEGRATION? II.
WHAT POLICIES AND PROGRAMMES DO YOU HAVE TO ENABLE THIS?

73
LISTE DES PERSONNES RENCONTREES
NOMS ET PRENOMS QUALIFICATION
MONSIEUR LE PREFET DE LA BENOUE
e
MADAME LE SOUS PREFET GAROUA 3
HALIDOU DJINGUI DELEGUE REGIONAL NORD
DELEGUE REGIONAL MINJEC NORD
DELEGUE REGIONAL MINTP NORD
CHEF SERVICE REGIONAL PROMOTION
ECONOMIQUE DE LA FEMME MINPROFF NORD
CHEF SERVICE REGIONAL DE LA PLANIFICATION
SOUINA HAKINA JANVIER
MINEPAT
S E ANTOINE NTALOU ARCHEVEQUE DE GAROUA
DJAFAROU MARAFA IMAM DE LA GRANDE MOSQUEE DE POUMPOUMRE
KAMKUIMO SIMO MARCEL INGENIEUR GENIE CIVIL
ABDOURAMAN NAFISSATOU ANIMATRICE RADIO ACMS
ADJABA THERESE FLORE CONSEILLER DE JEUNESSE ET ANIMATION
MANOU GODJI AGRONOME
NSOM EBA BORIS OPERATEUR ECONOMIQUE
LE GOUVERNEUR DE LA REGIONS DE L’EXTREME
NORD
LE CHEF DE DIVISION DU DEVELOPPEMENT REGIONAL
SA MAJESTE LE LAMIDO DE MAROUA
MAHAMAT SALE DELEGUE REGIONAL MINPROFF
CHEF DE BRIGADE REGIONAL DES CONTROLES DES
MAGILA SARSAR
INSTITUTIONS PUBLICS ET PRIVES MINAS
CHEF DE SERVICE AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
ISSOUFA SOUGOUDOU
MINEPAT
CHEF DE SERVICE REGIONAL DE L’EDUCATION
PAWOUANG
CIVIQUE ET DE L’INTEGRATION NATIONALE
SECRETAIRE GENERAL ADJOINT UNION DES EGLISES
REV TCHAO JEAN
BAPTISTES DU CAMEROUN
UNIVERSITAIRE HISTORIEN DIRECTEUR DE L’ECOLE
PR SOUAIBOU ISSA
NORMALE SUPERIEURE
PR GONNE BERNARD UNIVERSITAIRE GEOGRAPHE
DR NGUEMBA GUILLAUME UNIVERSITAIRE PHILOSOPHE
GNISSIMAOUSSOU MAGLOIRE UNIVERSITAIRE SOCIOLOGUE DOCTORANT
EBONGUE SYBILLE ASSISTANTE ADJOINT DES AFFAIRES SOCIALES
MARIAMA SOULEY ASSISTANTE PRINCIPALE DES AFFAIRES SOCIALES
AMINA DJIBRILLA ANIMATRICE RADIO ACMS
EFFA OYONO DANIELLE CONSEILLER PRINCIPALE DE JEUNESSE ET D’ANIMATION
YAN’NONE ROSINE CONSEILLER DE JEUNESSE ET D’ANIMATION
BIKELE JUNIOR ETUDIANT
er
BALISSOU BOUBA RESEAU DES ORGANISATIONS FEMININES DE MAROUA 1
e
MME FADIMATOU AZAM RESEAU DES ORGANISATIONS FEMININES DE MAROUA 2
MME SAID VAGAI RESEAU DES ORGANISATIONS FEMININES DE
e
RACHEL MAROUA 3
BELL LUC RENE SENATEUR / CHEF TRADITIONNEL
ADAMOU NDAM NJOYA MAIRE / LEADER POLITIQUE
MITOK CLAIRE CADRE MINESUP
DAN FAUSTIN LE DIRECTEUR DES ETUDES ET DES PROJETS AU MINJEC
LE DIRECTEUR DE L’EDUCATIONS CIVIQUE ET DE
NZO AUGUSTINE
L‘INTEGRATION NATIONALE AU MINJEC

74
LE DIRECTEUR DES AFFAIRES POLITIQUES (AI) MINATD
DAHIROU MAKIE PRESIDENT ASSOCIATION DES MBOROROS (MBOSCUDA)
BILOA JEANNE PYGMEES (MEMBRE ASSOCIATION BAKOUDA)
OUMAROU SANDA
ABOAH JEANNETTE
NDO’O NDONGO CATHERINE
CNDHL (CHEF DE LA DIVISION DE LA PROMOTION ET DE LA
EVA ETONGUE MAYER
PROTECTION DES DROITS DE L’HOMME)
ANGOS ZANGUE MINEPAT
ABOUNA ZOA MINTP
NSOH JEAN PIERRE SGMINTRANSPORT
NDJERE A MOUNGAM SG MINCOM
ENOW ABRAHAM EGBE MINATD
ABDOUALAYE
INSPECTEUR GENERAL MINREX
TAOUSSET
FOZEING THOMAS MINREX
AKEUM PIERRE MARIE MINPROFF
POUGOUE GERARD MINESEC
NKE JEAN MARIE MINJUSTICE
NASAKO FRITZ-GERALD SECRETAIRE GENERAL MINDCAF
OWOTSOGO AMBROISE MINEBASE
HAMAN MANA JOURNALISTE
Dr. EBA EBE GABIN ENSEIGNANT D’UNIVERSITE (IRIC)
NDZI JANET SOCIETE CIVILE
Pr. OLINGA ALAIN DIDIER ENSEIGNANT D’UNIVERSITE (IRIC)
Pr. ZANG LAURENT ENSEIGNANT D’UNIVERSITE (IRIC)
MASSI GAM’S DIEUDONNE PRESIDENT DE LA CONAC – LEADER RELIGIEUX
NGNIMAN ZACHARIE CONAC
ENAMA LEON
SECRETAIRE EXECUTIF IDAY CAMEROUN
BERTHRAND
EDZIGUI NDZANA SANDRA MEMBRE IDAY CAMEROUN
er
MANGA TOMO ACHILLE TRESOIRIER CNJC YDE 1
er
OSSOMBA OSSOMBA PAUL P SG CNJC YDE 1
er
MVOGO ETOGO POLYCARPE MEMBRE CNJC YDE 1
AGUINI MARCELLE HCR
KEMZANG THEOPHILE G. PROGRAM ASSISTANT HCR
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
OLINGA NOEL
OKANI)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION PYGMEES (ASSOCIATION
NDINDO DANIEL
OKANI)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION PYGMEES (ASSOCIATION
NDOMBA ANDRE
OKANI)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
MABAYA JEAN BAPTISTE
OKANI)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
SIMEKOR JOAKIM
OKANI)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
ETOLO AVOM A.
OKANI)
BOUBA AESSATOU MBORORO (MEMBRE DE L’ASSOCIATION MBOSCOUDA)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
KOKPA PASCAL
ASBAK)
75
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
AKPAKOUA VALERE
ASBAK)
MEMBRE D’UNE ASSOCIATION DES PYGMEES (ASSOCIATION
MBETINA CHRISTA
ASBAK)
AGOU GARGA MBORORO (MEMBRE DE L’ASSOCIATION MBOSCOUDA)
ADOLPHE LELE LAFRIQUE GOUVERNEUR DE LA REGION DU NORD OUEST
KELLY NCHIA VICTORINE DELEGUE REGIONAL MINJEC
OMER SONGWE JOURNALISTE
ANGWNJA PATIENCE COORDINATRICE D’ONG
SANGBONG DENIS N. ER
1 ADJOINT AU MAIRE D BAMENDA
FON FOBUZIE II MARTIN FON OF CHOMBA MEZAM DIVISION
BARRISTER HILDA W. NDUMU AVOCAT
VICE CHANCELLOR, CATHOLIC, UNIVERSITY OF
REV. FATHER MIKE
CAMEROUN
JUDY ABONG DELEGUE DEPARTEMENTAL MINPROFF
NGONG PRODENCIA MINEFOP
NYANGCHO SAMUEL COORDINATEUR D’ASSOCIATION
ACHEINEGETS RUTH PRESIDENT D’ASSOCIATION
ASABA JOSEPH COMMERCANT
BOTAMBA COLLINS CINEASTE
TAWAH VERA KHAN ETUDIANTE
NNOKO ERNEST AGENT DE DEVELOPPMENT
WAMBO NWARTO IRENE D. ETUDIANTE
TANGYE BIH NJUALA ETUDIANTE
CHEFOR NGWINFORM VERA PRESIDENTE D’ASSOCIATION
CHE CHARLES PRESIDENT D’ASSOCIATION
NSOM ELVIS AYAH MUKONG S G REGIONAL
NDINGEH CATHERINE F MEMBRE CNJC BAMENDA CNJC NORD OUEST
PIVADGA VALERY MEMBRE CNJC BAMENDA CNJC NORD OUEST
KUM PROMISE MEMBRE CNJC BAMENDA CNJC NORD OUEST
NCHIA MILDRED KWALA SECRETAIRE GENERAL DEPARTEMENTAL CNJC BAMENDA
YGUMI L. CONSEILLER CNJC BAMENDA
SHU RELINDIS L DELEGUE CNJC BAMENDA 2
AHAVA CALENCIA PRESIDENT DEPARTEMENTAL CNJC MEZAM
SHAFE THERESE V SECRETAIRE GENERAL COMMUNAL CNJC
IMIMBRU VINCENT BACHE PRESIDENT REGIONAL CNJC NORD OUEST
KARI JACKSON B PRESIDENT COMMUNAL CNJC
NDIKUM CLEMENT FON SECRETAIRE GENERAL DE REGIONS DU SUD OUEST
MANDE PETEGA BELISE MINJEC
MOTOMBY MBOME EMMANUEL ADJOINT AU MAIRE BUEA
MOTANGA ANDREW
DELEGUE DU GOUVERNEMENT LIMBE
MONJIMBA
MOLA NJOH LITUMBE POLITICIEN – LEADER D’OPINION
MME NJOMO RESPONSABLE D’ONG
DELEGUE REGIONAL MINEFOP
DELEGUE REGIONAL MINAS
PRO CHANCELLOR – PRESIDENT CATHOLIC
REV FATHER GEORGE NKEZE N.
UNIVERSITY INSTITUTE OF BUEA
ACHU ROSETTE MUMA B DELEGUE REGIONAL MINCOM
MME MOFFAH NÉE LUMA DELEGUE REGIONAL MINPROFF
76
NEMBO PALULINE MALU ENSEIGNANT
DR MRS MUKETE EDITH NGWA ENSEIGNANT
OSCAR MALANGE WOSE ENSEIGNANT
KEKIA EMMANUEL ENSEIGNANT
TIBUI ROLAND TANYI ENSEIGNANT
FUONDJING STARS ZOHSIE ENSEIGNANT
MARY DIABE ENSEIGNANT A LA RETRAITE
MONONOE HUMPHREY DIRECTEUR GENERAL DU GCE BORD
TASI NTANG LUCAS JOURNALISTE
FUONDJING TERRY JOURNALISTE
JACKIE EKO FONDATEUR D’ECOLE
GLADYS NTALA CHEKA
ENSEIGNANT
EPSE LUMA
LAWRENCE VUYOHGAH DIRECTEUR D’ECOLE
CYPRAIN KOMYUWI DIRECTEUR D’ECOLE
EGBE SYLVESTER ENSEIGNANT
NJIE ROSE ENJENI ENSEIGNANT

N.B. QUELQUES FOCUS GROUPS ONT ETE EGALEMENT ORGANISES DANS


LES MILIEUX ESTUDIANTINS ET ASSOCIATIFS BIEN QUE LES NOMS DE TOUS LES
PARTICIPANTS NE FIGURENT PAS SUR CETTE LISTE

77