Vous êtes sur la page 1sur 20

Calcul Intégral 2019-2020

CALCUL INTÉGRAL

Table des matières


I GÉNÉRALITÉS 3
I.1 FONCTIONS AYANT UNE PROPRIÉTÉ PAR MORCEAUX . . . . . . . . . . . . . 3

II INTÉGRABILE D’UNE FONCTION BORNÉE SUR UN SEGMENT 5


II.1 Intégrale d’une fonction en escalier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
II.2 Intégrale d’une fonction bornée sur un segment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
II.2.1 Intégrales inférieure et supérieure d’une fonction bornée sur un segment. . . . 6
II.2.2 Intégrale (de Riemann) d’une fonction bornée sur un segment. . . . . . . . . . 6
II.2.3 Propriétés de l’intégrale d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
II.3 Primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
II.3.1 Théorème fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
II.3.2 expression de l’intégrale d’une fonction continue sur un segment à l’aide de l’une de ses prim
II.3.3 Liste de primitives usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

III Techniques d’intégration 12


III.1 Changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
III.2 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
III.3 Primititive de fonction rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
III.4 Primitives d’une fonction rationnelle en cos et sin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
III.5 Primitives d’une fonction rationnelle en ch et sh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
III.6 Intégrale abélienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

Calcul inteegral -1-


Calcul Intégral 2019-2020

IV Exercices avec indications 19

Calcul inteegral -2-


Calcul Intégral 2019-2020

I GÉNÉRALITÉS

Dans tout ce chapitre f désigne une fonction d’un intervalle [a, b] dans R (avec naturellement a < b).

I.1 FONCTIONS AYANT UNE PROPRIÉTÉ PAR MORCEAUX

Définition 1 (Subdivision d’un intervalle)


On appelle subdivision d’ordre n (n ∈ N∗ ) de l’intervalle [a, b] toute liste σ = (x0 , ..., xn ) de n + 1
réels vérifiant :
x0 = a < x1 < ... < xn−1 < xn = b

• Les xk sont appelés les points de la subdivision, les intervalles [xk−1 , xk ], k = 1, · · · , n, les intervalles
n
fermés de la subdivision, et les intervalles ]xk−1 , xk [ les intervalles ouverts ; le réel max (xk − xk−1 )
k=1
s’appelle le pas (ou le module) de la subdivision.

• La subdivision est dite régulière si les nombres xk − xk−1 sont égaux entre eux :
b−a
donc égaux à .
n

Remarque 1
b−a
La subdivision de [a, b] est régulière d’ordre n si et seulement si xk = a + k ;
n
k
ce qui donne en particulier, lorsque a = 0 et b = 1 : xk = .
n

Définition 2
Soit P une propriété concernant des fonctions sur un intervalle ; on dira que la fonction f possède la
propriété P par morceaux (ou par intervalles) sur [a, b] s’il existe une subdivision σ = (x0 , · · · , xn )
de [a, b] telle que les n restrictions de f aux intervalles ouverts ]xk−1 , xk [ de la subdivision σ sont
prolongeables en des fonctions ayant la propriété P sur les intervalles fermés [xk−1 , xk ].

• Une subdivision ayant cette propriété sera dite adaptée à la fonction f sur [a, b] pour la propriété P.

Exemple 1 (Fonction continue par morceaux.)


Une fonction f est continue par morceaux sur [a, b] si et seulement si il existe une subdivision σ = (x0 , · · · , xn )
de [a, b] telle que

α) les n restrictions de f aux intervalles ouverts ]xk−1 , xk [ sont continues

β) f possède une limite finie à droite en x0 , · · · , xn−1 et une limite finie à gauche en x1 , · · · , xn .

Calcul inteegral -3-


Calcul Intégral 2019-2020

Si l’on définit un point de discontinuité de première espèce d’une fonction comme étant un point de discontinuité
où la fonction possède cependant une limite finie à gauche et à droite, alors :

une fonction f est continue par morceaux sur [a, b] si et seulement si elle est continue en tout point de [a, b] sauf
en un nombre fini de points où la discontinuité de la fonction est de première espèce.
Proposition 1
Une fonction continue par morceaux sur un segment [a, b] est bornée sur ce segment.

L’ensemble des fonctions réelles d’ensemble de définition [a, b] continues par morceaux sur [a, b] est
noté CM ([a, b], R) .

Théorème 1
CM ([a, b], R) est un sous-espace vectoriel de R[a,b] : c’est-à-dire pour toutes fonctions continues
par morceaux sur [a, b] et pour tous réels α et β, la fonction αf + βg est continue par morceaux
sur [a, b].

Exemple 2 (Fonctions en escalier.)


Une fonction f est en escalier sur [a, b] si et seulement si il existe une subdivision σ = (x0 , · · · , xn ) de [a, b] et
n réels λ1 , · · · , λn tels que
∀k ∈ {1, · · · , n} ∀x ∈ ]xk−1 , xk [ f (x) = λk

• l’ensemble des fonctions réelles d’ensemble de définition [a, b] en escalier sur [a, b] est noté Esc ([a, b], R) .

Théorème 2
Esc ([a, b], R) est un sous-espace vectoriel de CM ([a, b], R) : c’est-à-dire toute fonction en escalier
sur [a, b] est continue par morceaux ; et pour toutes fonctions en escalier sur [a, b] et pour tous
réels α et β, la fonction αf + βg est en escalier sur [a, b].

Exemple 3 (Fonctions affines par morceaux.)


Une fonction f est affine par morceaux sur [a, b] si et seulement si il existe une subdivision σ = (x0 , · · · , xn ) de
[a, b] et 2n réels a1 , · · · , an , b1 , · · · , bn tels que
∀k ∈ [1, n] ∀x ∈ ]xk−1 , xk [ f (x) = ak x + bk

• L’ensemble des fonctions réelles d’ensemble de définition [a, b] affines par morceaux sur [a, b] est
noté AM ([a, b], R) .

Théorème 3
AM ([a, b], R) est un sous-espace vectoriel de CM ([a, b], R) : c’est-à-dire pour toutes fonctions
affines par morceaux sur [a, b] et pour tous réels α et β, la fonction αf +βg est affine par morceaux
sur [a, b].

Calcul inteegral -4-


Calcul Intégral 2019-2020

Exemple 4 (Fonctions de classe C k par morceaux.)


Une fonction f est de classe C k par morceaux sur [a, b] si et seulement si il existe une subdivision σ = (x0 , · · · , xn )
de [a, b] telle que pour tout i = 0, . . . , n − 1 la restriction f|]xi ,xi+1 [ de f à ]xi , xi+1 [ se prolonge en une fonction
de classe C k sur [xi , xi+1 ].

• L’ensemble des fonctions réelles d’ensemble de définition [a, b] de classe C k par morceaux sur [a, b]
est noté C k M ([a, b], R) .

Théorème 4
C k M ([a, b], R) est un sous-espace vectoriel de CM ([a, b], R) : c’est-à-dire pour toutes fonctions
de classe C k par morceaux sur [a, b] et pour tous réels α et β, la fonction αf + βg est de classe
C k par morceaux sur [a, b].

II INTÉGRABILE D’UNE FONCTION BORNÉE SUR UN


SEGMENT

II.1 Intégrale d’une fonction en escalier

Propriété 1
Soit f une fonction en escalier sur [a, b] , σ = (x0 , ..., xn ) une subdivision adaptée à f, et λk la
valeur constante de f sur ]xk−1 , xk [ ; alors le réel
n
X
λk (xk − xk−1 )
k=1

est indépendant du choix de la subdivision adaptée.

Définition 3 Z b
La quantité ci-dessus est appélée l’intégrale de f sur [a, b] et on la note f (x)dx (x étant ici une
a
variable muette).
Z b n
X
f (x)dx = λk (xk − xk−1 )
a k=1

Proposition 2
Soit f et g sont en escalier sur [a, b],
Z b Z b
∀x ∈ [a, b] f (x) 6 g (x) ⇒ f (x)dx 6 g(x)dx.
a a

Calcul inteegral -5-


Calcul Intégral 2019-2020

II.2 Intégrale d’une fonction bornée sur un segment

Dans cette section f : [a, b] → R est une fonction bornée.

II.2.1 Intégrales inférieure et supérieure d’une fonction bornée sur un segment.

Définition 4 (Intégrale inférieure )


on désigne par intégrale inférieure de f sur [a, b] la borne supérieure des intégrales des fonctions en
escalier minorant f sur [a, b]. On la note I − (f ) :
Z b

I (f ) = sup g(x)dx.
g en escalier sur [a,b] a
∀x∈[a,b] g(x)≤f (x)

Définition 5 (Intégrale supérieure )


on désigne par intégrale supérieure de f sur [a, b] la borne inférieure des intégrales des fonctions en
escalier majorant f sur [a, b]. On la note I + (f ) :
Z b
+
I (f ) = sup g(x)dx.
g en escalier sur [a,b] a
∀x∈[a,b] g(x)≥f (x)

Proposition 3
Si ∀x ∈ [a, b] m 6 f (x) 6 M alors
m (b − a) 6 I − (f ) 6 I + (f ) 6 M (b − a)

II.2.2 Intégrale (de Riemann) d’une fonction bornée sur un segment.

Définition 6
f est dite intégrable (au sens de Riemann) sur [a, b] dès que son intégrale inférieure sur [a, b] est
égale à son intégrale supérieure :

f est intégrable sur [a, b] ⇔ I − (f ) = I + (f ) .

La valeur commune des intégrales inférieure et supérieure de f sur [a, b] est appelée intégrale de f
Z b
sur [a, b] et notée f (x) dx (x étant ici une variable muette).
a

Remarque 2
Lorsque f est en escalier, cette définition coincide avec celle donnée dans la définition 3.

Calcul inteegral -6-


Calcul Intégral 2019-2020

Exemple 5 (Exemple de fonction non intégrable au sens de Riemann)


Soit la fonction f définie sur un intervalle [a, b] par
(
1 si x ∈ Q ∩ [a, b]
f (x) =
0 si x ∈ (R\Q) ∩ [a, b]

Théorème 5

1. Toute fonction monotone sur [a, b] est intégrable sur [a, b].
2. Toute fonction continue sur [a, b] est intégrable sur [a, b].
3. Toute fonction continue par morceaux sur [a, b] est intégrable sur [a, b].

II.2.3 Propriétés de l’intégrale d’une fonction

Propriété 2 Z b
Si f est continue par morceaux sur [a, b], l’intégrale f (x)dx n’est pas modifiée si l’on modifie
a
la valeur de f en un nombre fini de points de [a, b].

Propriété 3
Si f est définie sur [a, b] sauf en un nombre fini de points, mais qu’elle est prolongeable en une
fonction continue par morceaux sur [a, b], alors l’intégrale de ce prolongement ne dépend pas de
ce prolongement ; on dira par définition que c’est l’intégrale de f sur [a, b].

Exemple 6
La fonction f définie sur [0, 1] par
 sin x

si x ∈]0, 1]
f (x) = x
0 si x = 0
est intégrable sur [0, 1].

Z b
Dans la définition de l’intégrale f (x)dx on a toujours considéré que a < b. La convention suivante
a
en donne une définition dans tous les cas.

Calcul inteegral -7-


Calcul Intégral 2019-2020

Définition 7 (Convention)
Soit f une fonction continue par morceaux sur un segment I et a, b ∈ I
Z b
- si a = b, on pose f (x)dx = 0.
a

Z b Z a
- si a > b , on pose par convention : f (x)dx = − f (x)dx.
a b

Propriété 4 (Égalité de Chasles)


Si a, b, c sont trois réels quelconques d’un segment et f une fonction continue par morceaux sur
I alors, Z c Z b Z c
f (x)dx = f (x)dx + f (x)dx.
a a b

Propriété 5 (Linéarité de l’intégrale)


Si f, g sont des fonctions continues par morceaux sur [a, b] et λ, µ ∈ R alors
Z b Z b Z b
(λf (x) + µg(x)) dx = λ f (x)dx + µ g(x)dx.
a a a

Propriété 6 (Positivité de l’intégrale)


Si f est une fonction continue par morceaux sur [a, b] telle que f (x) > 0 pour x ∈ [a, b], sauf
peut-être pour un nombre fini de x alors
Z b
f (x)dx > 0.
a

Propriété 7 (Croissance de l’intégrale)


Si f, g sont des fonctions continues par morceaux sur [a, b] telle que f (x) 6 g(x) pour x ∈ [a, b],
sauf peut-être pour un nombre fini de x alors
Z b Z b
f (x)dx 6 f (x)dx.
a a

Calcul inteegral -8-


Calcul Intégral 2019-2020

Propriété 8 (Positivité stricte de l’intégrale pour une fonction continue)


Si f est une fonction continue sur [a, b] telle que f (x) > 0 pour x ∈ [a, b]et s’il existe un réel
x0 ∈ [a, b] vérifiant f (x0 ) > 0
Z b
f (x)dx > 0.
a

Propriété 9 (Inégalité triangulaire)


Si f est une fonction continue par morceaux sur [a, b] alors
Z b Z b
(x)dx |f (x)|dx.


f 6

a a

II.3 Primitives

II.3.1 Théorème fondamental

Définition 8
Soit I un intervalle de R ; on dit que f est continue par morceaux sur I si elle est continue par
morceaux sur tout segment inclus dans I.

Exemple 7  
1
la fonction partie entière E est continue par morceaux sur R, la fonction x 7→ E est continue par morceaux
x
sur R∗+ , mais pas sur R+ .

Considérons une fonction f continue par morceaux sur l’intervalle I ; étant donné un point a de I,
on définit la fonction F sur I par
Z x
F (x) = f (t)dt, ∀x ∈ I. (Formule 1)
a

Rx
Remarquons queZF ne dépend de a qu’à une constante près ; en effet, si b ∈ I et G (x) = b
f (t)dt,
a
G (x) − F (x) = f (t)dt = cte.
b

Calcul inteegral -9-


Calcul Intégral 2019-2020

Théorème 6
1. La fonction F ainsi définie est continue sur I.
2. La fonction F est dérivable à droite et à gauche en tout point x0 de I (si x0 est l’une des
bornes de I, il n’y a qu’une seule de ces deux dérivabilités), et

Fg′ (x0 ) = lim f (x) , Fd′ (x0 ) = lim f (x)


< >
x→x0 x→x0

3. Si la fonction f est continue en un point x0 qui n’est pas une borne de I alors la fonction
F est de classe C 1 en x0 et
F ′ (x0 ) = f (x0 ) .
4. Si la fonction f est continue sur I, la fonction F est de classe C 1 sur I ; plus généralement,
si la fonction f est de classe C p sur I, la fonction F est de classe C p+1 sur I.

Définition 9
Une fonction F est appelée une primitive d’une f sur un intervalle I si F est dérivable sur I et si

∀x ∈ I F ′ (x) = f (x) .

Théorème 7 (Corollaire du théorème 6)


Toute fonction continue sur un intervalle possède une primitive sur cet intervalle.

Remarque 3
Si f est continue par morceaux sur un intervalle I sans y être continue, elle ne possède pas de
primitive sur I ; la fonction F définie par la Formule 1 n’est pas dérivable sur I tout entier.

II.3.2 expression de l’intégrale d’une fonction continue sur un segment à l’aide de l’une
de ses primitives

Théorème 8
Si f est continue sur [a, b] et si F est une primitive quelconque de f sur [a, b], alors
Z b
f (x) dx = F (b) − F (a), que l’on note [F (x)]ba
a

Calcul inteegral -10-


Calcul Intégral 2019-2020

A cause du lien entre les intégrales et les primitives, une primitive quelconque de f , continue sur un
intervalle qu’il faut préciser, est notée Z
f (x)dx.

Z b
Il faut bien prendre garde au fait que, dans la notation f (x)dx la variable x est muette, alors
Z a

qu’elle ne l’est pas dans l’écriture f (x)dx (que l’on appelle « intégrale indéfinie »).
Z
Par exemple on écrit sin xdx = − cos x + c où c est une constante réelle pour dire que la fonction
x → − cos +c est une primitive de la fonction x → sin x.

II.3.3 Liste de primitives usuelles

Fonction f Fonction primitive F Intervalle


xn+1
xn , n ∈ N R
n+1
1
ln |x| ] − ∞, 0[ ou ]0, +∞[
x
1 x−n+1 1
= x−n , n ∈ N \ {0, 1} = ] − ∞, 0[ ou ]0, +∞[
xn 1−n (1 − n)xn−1
xα+1
xα , α > 0 ]0, +∞[
α+1

ex ex R

cos x sin x R

sin x − cos x R
1
1 + tan2 (x) = tan x ]− π
+ kπ; π2 + kπ[ avec k ∈ Z
cos2 (x) 2

cosh x sinh x R

sinh x cosh x R
1
1 − th2 (x) = th x R
cosh2 (x)
1
−√ arccos x ] − 1, 1[
1 − x2
1
√ arcsin x ] − 1, 1[
1 − x2
1
arctan x R
1 + x2

Calcul inteegral -11-


Calcul Intégral 2019-2020

III Techniques d’intégration

III.1 Changement de variable

Théorème 9 (Changement de variable)


Soit I et J deux intervalles de R, φ : I → J une application continûment dérivable strictement
monotone (croissante ou décroissante) et f : J → R une application continue. Alors, quelque
soient α, β ∈ I, on a :
Z β Z φ(β)

f (φ(x))φ (x)dx = f (y)dy. (1)
α φ(α)

Calculer la valeur de l’intégrale suivante :


4 √
1− x
Z
√ · dx
1 x
On effectue le changement de variable suivant :

u= x
donc x = u2 et dx = 2udu et x = 1 ⇒ u = 1, x = 4 ⇒ u = 2.
On en déduit la valeur de l’intégrale :
Z 4 √ Z 2
1− x 1−u
√ · dx = · 2 · u · du
1 x 1 u

Z 2
= 2 − 2 · u · du

1

 2
2
= 2·u−u
1

= −1

III.2 Intégration par parties

Théorème 10 (Intégration par parties)


Soient I un intervalle de R, u : I → R et v : I → R deux fonctions continûment dérivables sur I.
Alors quels que soient a, b ∈ I on a :
Z b Z b

u(t)v (t)dt = u(b)v(b) − u(a)v(a) − u′ (t)v(t)dt. (2)
a a

Calcul inteegral -12-


Calcul Intégral 2019-2020

Calculer la primitive de la fonction suivante :


x − x ln x − 1
Z
dx
x(ln x)2

C’est le genre de primitive qui peut nous faire passer un certain temps sans trouver d’issue ou sans
savoir par où commencer ... Le réflexe "naturel" consisterait à vouloir décomposer l’intégrale en trois :
x − x ln x − 1 1 1 1
Z Z Z Z
dx = dx − dx − dx
x(ln x) 2 (ln x) 2 ln x x(ln x)2

Mais voilà une décomposition qui n’a en rien simplifié le travail. En effet, après cette décomposition
nous devons calculer maintenant 3 primitives, qui ne sont pas particulièrement simples et qui néces-
sitent au moins une intégration par parties chacune, à l’exception de la troisième qui est de la forme
u′
un
. Nous allons donc procéder autrement.
1 1
L’astuce consiste à remarquer sur l’intégrale d’origine que est la dérivée de − . Ainsi une
x(ln x) 2 ln x
simple intégration par parties suffit en posant :

1 1
u′ = =⇒ u = −


ln x
 2



 x(ln x)






 v = x − x ln x − 1 =⇒ v ′ = − ln x

En appliquant la formule de l’intégration par parties u′ .v = u.v − u.v ′ on obtient rapidement la


R R

primitive recherchée :

x − x ln x − 1 x − x ln x − 1
Z Z
dx = − − dx
x(ln x)2 ln x

x − x ln x − 1
=− −x
ln x

1−x
=
ln x

III.3 Primititive de fonction rationnelle

Une fonction rationnelle f admet des primitives sur tout intervalle sur lequel le dénominateur de f
ne s’annule pas. On peut les obtenir à partir de la décomposition en éléments simples de f .
u′ (x)
Toutefois au préalable on peut regarder si f n’est pas de la forme à un coefficient multiplicatif
u(x)
constant près.

NB : Pour alléger, les constantes d’intégration ne figurent pas et sont à ajouter par le lecteur.

Calcul inteegral -13-


Calcul Intégral 2019-2020

La décomposition en éléments simples de f s’écrit


   
a11 a1α1 ap1 apαp
f = E+ + ... + + ... + + ... +
X − x1 (X − x1 )α1 X − xp (X − xp )αp
! !
b11 X + c11 b1β1 X + c1β1 bq1 X + cq1 bqβq X + cqβq
+ + ... + + ... + + ... +
X 2 + u1 X + v1 (X 2 + u1 X + v1 )β1 X 2 + uq X + vq (X 2 + uq X + vq )βq

On est améné à intégrer :


1) Une fonction polynôme. (Ce qu’on sait faire.)

2) Éléments simples de première espèce :



Z
A ln |x − α| si n = 1
dx = −A
(x − α)n si n > 1
(n − 1)(x − α)n−1

3) Éléments simples de seconde espèce :

Ils sont de la forme :


Ax + B
Z
dx avec △ = α2 − 4β < 0.
(x2 + αx + β)n
A A
En remarquant que Ax + B = (2x + α) + B − α, on obtient
2 2
Ax + B 2x + α 1
Z Z  Z
A A
dx = dx + B − α dx
(x + αx + β)
2 n 2 (x + αx + β)
2 n 2 (x + αx + β)n
2

2x + α u (x)
Z Z ′
La quantité dx est de la forme dx que l’on sait intégrer.
(x2 + αx + β)n un (x)

1
Z
Pour dx, on met x2 + αx + β sous forme canonique :
(x2 + αx + β)n
2 2
4β − α2 4β − α2 2x + α
  
2 α
x + αx + β = x+ + = +1
2 4 4
p
4β − α2

2x + α 1
Z
En effectuant le changement de variable t = p dans dx, on est raméné au
4β − α2 (x2 + αx + β)n
calcul de
1
Z
In = dt.
(1 + t2 )n
On reconnait I1 = arctan(t) ! Par une intégration par parties de In , on obtient
t 2n − 1
In+1 = + In .
2n(1 + t )
2 n 2n

Calcul inteegral -14-


Calcul Intégral 2019-2020

III.4 Primitives d’une fonction rationnelle en cos et sin

Soit R(X, Y ) une fonction rationnelle « à deux indéterminées » (c’est-à-direZque un quotient de


sommes de monômes de la forme aX r Y s ) On cherche à calculer les primitives R(cos(x), sin(x)dx
sur des intervalles bien définis.

1) Cas où R est un polynôme


Z
Par linéarité de l’intégrale, on est ramené au calcul de cosp x sinq xdx.

• si p (respectivement q) est impair, on peut poser t = sin x (respectivement t = cos x) pour se


ramener à la primitive d’un polynôme ;

• si p et q sont pairs, on linéarise par l’intermédiaire des exponentielles complexes (formule de


Moivre) ou de formules de trigonométrie.

2) Méthode générale :
Z
x
Si x ∈]−π+2kπ, π+2kπ[, (k ∈ Z) alors le changement de variable t = tan dans R(cos(x), sin(x)dx
2
nous ramène à la primitive d’une fonction rationnelle.
x
Rappellons qu’en posant t = tan , on a
2
1 − t2 2t 2t 2dt
cos x = ; sin x = ; tan x = et dx = .
1 + t2 1 + t2 1 − t2 1 + t2

3) Règles de Bioche :
Z
On calcule R(cos x, sin x)dx en effectuant un changement de variable selon les régles suivantes : si
R(sin x, cos x)dx est invariant quand on change
• x en π − x, alors on effectue le changement de variable sin x = t
• x en −x, alors on effectue le changement de variable cos x = t
• x en π + x, alors on effectue le changement de variable tan x = t
Exemple :

Calculer la valeur de l’intégrale suivante :

Z π
2 cos (x)
2 dx
0 sin (x) − 5 sin (x) + 6

Pour convertir la fraction rationnelle en sin(x) et cos(x) en une fraction rationnelle en u il faut faire
un changement de variable. Comme la fonction à intégrer est invariante quand on remplace x par
π − x (règle de Bioche) on effectue le changement de variable u = sin(x) :

u = sin(x) =⇒ du = cos(x) dx

Calcul inteegral -15-


Calcul Intégral 2019-2020

Après le changement de variable l’intégrale devient :


Z π Z 1
2 cos (x) 1
dx = du
0 u − 5u + 6
2 2
0 sin (x) − 5 sin (x) + 6

Il nous faut maintenant intégrer une fraction rationnelle en u à pôles réels. Pour cela on commence
par la décomposer en éléments simples. Sachant que les pôles de la fraction rationnelle sont 2 et 3 et
en remarquant que (u − 2) − (u − 3) = 1, la décomposition en éléments simples donne :

1 1
=
u2 − 5u + 6 (u − 2)(u − 3)

(u − 2) − (u − 3)
=
(u − 2)(u − 3)

u−2 u−3
= −
(u − 2)(u − 3) (u − 2)(u − 3)

1 1
= −
u−3 u−2
Nous pouvons maintenant intégrer directement les deux fractions obtenues qui sont des éléments
simples de première espèce :
Z 1 Z 1 !
1 1 1
du = − du
0 u − 5u + 6 u−3 u−2
2
0

1 1
1 1
Z Z
= du − du
0 u−3 0 u−2

" #1 " #1
= ln |u − 3| − ln |u − 2|
0 0

u − 3 1
" #
= ln

u − 2

0

3
= ln 2 − ln
2
On en déduit la valeur recherchée de l’intégrale :
Z π
2 cos (x) 4
dx = ln
2
0 sin (x) − 5 sin (x) + 6 3

Calcul inteegral -16-


Calcul Intégral 2019-2020

III.5 Primitives d’une fonction rationnelle en ch et sh

Soit R(X, Y ) une fonction rationnelle « à deux indéterminées ». On cherche à calculer les primitives
Z
R(ch(x), sh(x)dx.

• Le cas d’un polynôme en ch et sh est similaire à celui des polynômes en cos et sin.

• Méthode générale :
Z
x
Le changement de variable t = e dans R(ch(x), sh(x)dx nous ramène à la primitive d’une fonction
rationnelle.

Rappellons qu’en posant t = ex , on a

1 + t2 t2 − 1 t2 − 1 dt
ch(x)x = ; sh(x) = ; th(x) = et dx = .
2t 2t t2 + 1 t

• Règle de Bioche :

Elles s’appliquent, en remplaçant au préalable ch, sh respectivement par cos, sin, puis en appli-
quant les règles précédentes à la nouvelle intégrale obtenue. Si elles conduisent au changement de
variable u = cos x (respectivement u = sin x, respectivement u = tan x), c’est qu’on peut poser, dans
l’intégrale initiale, u = ch(x) (respectivement u = sh(x), respectivement u = th(x))

III.6 Intégrale abélienne

Soit R(X, Y ) une fonction rationnelle à deux indéterminées.


 r
n ax + b

1) Primitives de R x, , (n ≥ 2, ad − bc 6= 0).
cx + d
r
ax + b
Le changement de variable t = conduit à intégrer une fonction rationnelle en t
n

cx + d

1
Exemple : Déterminer une primitive de la fonction x 7−→ √
x+ x−1

1
La fonction x 7−→ √ est continue sur [1, +∞[, donc elle y admet des primitives. Effectuons
x+ x−1
√ 1
Z
le changement de variable t = x − 1 dans √ dx :
x+ x−1

Calcul inteegral -17-


Calcul Intégral 2019-2020


t= x − 1 ⇐⇒ t2 = x − 1, d’où 2tdt = dx, par suite
1 2tdt
Z Z
√ dx =
x+ x−1 t2 + t + 1
2t + 1 1
Z Z
= dt − dt
t +t+1
2 t +t+1
2
Z
1
= ln(t2 + t + 1) − 2 dt
1 3

t+ +
2 4
Z
4 1
= ln(t2 + t + 1) − dt
3
 2
2t+1

3
+1
2 1 2t + 1
Z
2
= ln(t + t + 1) − √ du ( on a posé u = √ )
3 u +1
2
3
2
= ln(t2 + t + 1) − √ arctan(u) + c
3
2 2t + 1
 
2
= ln(t + t + 1) − √ arctan √ +c
3 3
 √
√ 2 2 x−1+1

= ln(x − 1 + x − 1 + 1) − √ arctan √ +c
3 3
 √
1 √ 2 2 x−1+1
Z 
√ dx = ln(x + x − 1) − √ arctan √ + c; c ∈ R.
x+ x−1 3 3


 
2) Primitives de R x, ax2 + bx + c , avec b2 − 4ac > 0.

En utilisant la forme canonique de axZ2 + bx


 + c et par
 unZchangement devariable
Z approprié on est
√ √ √
 
amené à l’une des primitives suivantes R t, 1 + t2 dt, R t, 1 − t2 dt et R t, t2 − 1 dt


Z  
• Pour R t, 1+ dt, on fait le changement de variable t = sh(u) et on obtient ainsi une
t2
primitive de fonction rationnelle


Z  
• Pour R t, 1 − t2 dt, on fait le changement de variable t = sin(u) ou t = cos(u) et on obtient
ainsi une primitive de fonction rationnelle


Z  
• Pour R t, t2 − 1 dt, on fait le changement de vaeiable t = ch(u) si t ≥ 1 ou t = −ch(u) si
t ≤ −1 et on obtient ainsi une primitive de fonction rationnelle

Remarque : √ √ √ √
Lorsque que a > 0, changement de variable ax2 + bx + c = x a + t ou ax2 + bx + c = −x a + t
nous ramène égalité à la primitive d’une fonction rationnelle.

Calcul inteegral -18-


Calcul Intégral 2019-2020

IV Exercices avec indications

EXERCICES
Exercice 1
Calculer les primitives des fonctions rationnelles suivantes.
1 1 x3
1. 2 , (a 6= 0) 2. 3.
a +x 2
(1 + x2 )2 x2 − 4
4x 1 1
4. 5. 2 6.
(x − 2) 2
x +x+1 (t2 + 2t − 1)2
3t + 1 3t + 1 1
7. 8. 2 9. 3
(t − 2t + 10)
2 2
t − 2t + 10 t +1
x +2
3
x+1 (x2 − 1)(x3 + 3)
10. 11. 12.
(x + 1) 2
x(x − 2)2 2x + 2x2
x2 x7 + x3 − 4x − 1
13. 14.
(x2 + 3)3 (x + 1) x(x2 + 1)2
3x4 − 9x3 + 12x2 − 11x + 7 1 1
15. 16. 17.
(x − 1) (x + 1)
3 2 1 − x2 x3 − 7x + 6
2x4 + 3x3 + 5x2 + 17x + 30 4x2
18. 19.
x3 + 8 x4 − 1

Indications :
Résultats valables sur chaque intervalle du domaine de continuité des fonctions ci-dessus.
1. 1
x2 +a2
est un élément simple. Primitives : a1 arctan( xa ) + k.
2. 1
(1+x2 )2
est un élément simple. Primitives : 12 arctan x + 2(1+x x
2) + k.
x3 2
3. x2 −4
= x + x−2
2
+ x+2
2
. Primitives : x2 + ln(x2 − 4)2 + k.
4. 4x
(x−2)2
= x−2
4
+ (x−2)
8
2 . Primitives : 4 ln |x − 2| − x−2
8
+ k.
5. 1
x2 +x+1
est un élément simple. Primitives : √2
3
arctan (2x+1)

3
+ k.
√ √
6. 1
(t2 +2t−1)2
= 1
√ 2 + 2√
16(t+1+ 2)
+ 1
√ 2 + − 2√
16(t+1− 2)
.
8(t+1+ 2) 8(t+1− 2)
√ √
Primitives : − 4(t2 +2t−1) + 16 ln t+1− 2 + k.
t+1 2 t+1+√2

7. 3t+1
(t2 −2t+10)2
est un élément simple.
2(t−1)
Primitives : − 2(t2 −2t+10)
3
+ 9(t2 −2t+10)
+ 2
27
arctan( t−1
3
) + k.
8. 3t+1
t2 −2t+10
est un élément simple. Primitives : 23 ln(t2 − 2t + 10) + 34 arctan( t−1
3
) + k.
9. 1
t3 +1
= 3(t+1)
1
− 3(t2t−2
−t+1)
. Primitives : 13 ln |t + 1| − 61 ln(t2 − t + 1) + √1
3
arctan( 2t−1
√ ) + k.
3
x3 +2 x2
10. (x+1)2
=x−2+ 3
x+1
+ 1
(x+1)2
. Primitives : 2
− 2x + 3 ln |x + 1| − 1
x+1
+ k.
11. x+1
x(x−2)2
= 1
4x
− 1
4(x−2)
+ 3
2(x−2)2
. Primitives : 1
4
ln |x| − 14 ln |x − 2| − 3
2(x−2)
+ k.
(x2 −1)(x3 +3) x4 3
12. 2x+2x2
= 12 (x3 − x2 + 3) − 3
2x
. Primitives :
8
− x6 + 3x
2
− 23 ln |x| + k.
x2 3(1−x)
13. (x2 +3)3 (x+1)
= 43 (x+1)
1
+ 43 (x
1−x
2 +3) + 2 2
1−x
4 (x +3)2
− 4(x 2 +3)3 .

Primitives : − 42 (x2 +3)2 − 3.25 (x2 +3) − 27 ln(x + 3) − 3√13 26 arctan( √x3 ) + 413 ln |x
x+3 2x−3 1 2
+ 1| + k.

Calcul inteegral -19-


Calcul Intégral 2019-2020

x7 +x3 −4x−1
14. x(x2 +1)2
= x2 − 2 − 1
x
+x+4
x2 +1
+ (xx−6
2 +1)2
.
x3
Primitives : 3
− 2x − ln |x| + 21 ln(1 + x2 ) + arctan x − 6x+1
2(x2 +1)
+ k.
3x4 −9x3 +12x2 −11x+7
15. (x−1)3 (x2 +1)
= (x−1)
1 2
3 − (x−1)2 + 3
x−1
− 1
x2 +1
.
1/2
Primitives : − (x−1) 2 + x−1 + 3 ln |x
2
− 1| − arctan x + k.
16. = 21 ln |x + 1| − 12 ln |x − 1|.
R dx
1−x2

4 (x+3)
17. 1
dx = 1 1
+ 5(x−2)
1
dx = 20 1
ln (x−2) + C.
R R
− 4(x−1)

x3 −7x+6 20(x+3) (x−1)5
R 2x4 +3x3 +5x2 +17x+30
18. dx = 2x + 3 + x+2 2
+ x23x−1 dx = x2 + 3x + ln(x + 2)2 + 23 ln(x2 − 2x +
R
x3 +8 −2x+4
4) + √23 arctan x−1√ + C.
3
R 4x2
19. x4 −1 dx = x2 +1 − x+1 + x−1 dx = ln x+1 + 2 arctan x + C
R 2 1 1 x−1

Exercice 2
Calculer les primitives des fonctions suivantes.
2
1. esin x
sin 2x , 2. cos5 x ,
cos4 x (sh x)4 .(ch x)3 ,
1
3. x3 ex , 4. ln x , arcsin x , 6. ch x sin x , 7. .
sin x
e2x x
r
ax
8. √ x , 9. e cos bx , 10. , pour 0 < x < 1.
e +1 (1 − x)3

x2 x dx ch x
11. √ , 2. √ avec 0 < x < a , 12. .
1 − x2 a3 − x3 ch x + sh x

Indications :

2
1. Changement de variable u = sin2 x (ou d’abord u = sin x) ; esin x + C.
2. Deux méthodes : changement de variable u = sin t (ou u = sh t), ou linéarisation.
1
15
(15 sin t − 10 sin3 t + 3 sin5 t) + C ou 80 1
sin 5t + 48
5
sin 3t + 85 sin t + C ;
sh t + 31 sh3 t + C ou 121
sh 3t + 43 sh t + C ;
1
32
(sin 4t + 8 sin 2t + 12t) + C ; 321
(sh 4t − 8 sh 2t + 12t) + C.
3. Intégrations par parties : (x − 3x2 + 6x − 6)ex + C.
3

4. Intégration par parties : x ln x − x + C ; x arcsin x + 1 − x2 + C.
5. Intégrations par parties : 12 (sh t sin t − ch t cos t) + C.
6. Changement de variable t = tan x2 ; ln tan x2 + C sur chaque intervalle. . .


7. Changement de variable u = ex ; 32 ex + 1(ex − 2) + C.
8. Intégrations par parties : a2 +b1
2e
ax
(a cos bx + b sin bx) + C ;
1
a2 +b2
e (−b cos bx + a sin bx) + C.
ax

9. Changement de variable t = 1−x ; 2 1−x − 2 arctan 1−x + C.


p x p x p x

10. Changement de variable t = arcsin x ; 2 (arcsin x − x 1 − x2 ) + C.
1
q
3
11. Changement de variable x3 = u2 ; 32 arcsin xa3 + C.
12. Multiplier et diviser par ch x − sh x, ou passer en ex ; x
2
+ sh 2x
4
− ch 2x
4
+ C ou x
2
− e−2x
4
+ C.

Calcul inteegral -20-