Vous êtes sur la page 1sur 22

autant  de  vérités  révélées.

  Pour  que  la  mort 


TRAITÉ  de Dieu fut avérée, il eut fallu des certitudes, 
D’ATHÉOLOGIE  des indices, des pièces à conviction. 
Michel Onfray, philosophe  Or rien de tout cela n’existe... 
Qui a vu le cadavre ? À part Nietzsche... 
À  la  manière  du  corps  du  Délit  chez 
I  ­  L’ODYSSÉE  DES  ESPRITS 
Ionesco, on aurait subi sa présence, sa  loi,  il 
FORTS  aurait envahi, empesté, empuanti,  il  se  serait 
défait  petit  à  petit,  jour  après  jour,  et  l’on 
1 ­ Dieu respire encore.  n’aurait  pas  manqué  d’assister  à  une  réelle 
dé­composition  ­  au  sens  philosophique  du 
Dieu est mort ? Voire… Pareille bonne  terme  également.  Au  lieu  de  cela,  le  Dieu 
Nouvelle aurait produit des effets solaires  invisible  de  son  vivant  est  resté  invisible 
dont on attend toujours et en vain la moindre  même mort. 
manifestation. En lieu et place d’un champ  Effet  d’annonce...  On  attend  encore  les 
fécond découvert par une  preuves.  Mais  qui  pourra  les  donner  ?  Quel 
pareille  disparition  on  ne  peut  que  nouvel insensé pour cette impossible tâche ? 
déplorer  le  nihilisme,  le  culte  du  rien,  la 
passion  pour  le  néant,  le  goût  morbide  du  Car  Dieu  n’est  ni  mort  ni  mourant  ­ 
nocturne  des  fins  de  civilisations,  la  contrairement  à  ce  que  pensent  Nietzsche  et 
fascination  pour  les  abîmes  et  les  trous  sans  Heine.  Ni  mort  ni  mourant  parce  que  non 
fonds  où  l’on  perd  son  âme,  son  corps,  son  mortel. Une fiction ne meurt pas, une illusion 
identité, son être et tout intérêt à quoi que ce  ne trépasse jamais, un conte pour enfant ne se 
soit.  réfute  pas.  Ni  l’hippogriffe  ni  le  centaure  ne 
La  mort  de  Dieu  fut  un  gadget  subissent  la  loi  des  mammifères.  Un  paon, 
ontologique,  un  effet  de  manche  un  cheval  oui,  mais  un  animal  du  bestiaire 
consubstantiel  à  un  XX°  siècle  qui  voyait  la  mythologique, non. 
mort  partout  :  mort  de  l’art,  mort  de  la  Or Dieu relève du bestiaire mythologique, 
philosophie,  mort  du  roman,  mort  de  la  comme  des  milliers  d’autres  créatures 
tonalité,  mort  de  la  politique.  Qu’on  décrète  répertoriées  dans  des  dictionnaires  aux 
donc  aujourd’hui  la  mort  de  ces  morts  innombrables  entrées,  entre  Déméter  et 
fictives !  Dionysos. 
Ces  fausses  nouvelles  ont  jadis  servi  à  Le  soupir  de  la  créature  opprimée  durera 
quelques  uns  pour  scénographier  des  autant  que  la  créature  opprimée,  autant  dire 
paradoxes  avant  retournement  de  veste  toujours... 
métaphysique.  La  mort  de  la  philosophie  D’ailleurs, où serait­il mort ? Dans Le gai 
permettait  des  livres  de  philosophie,  la  mort  savoir  ?  Assassiné  à  Sils­Maria  par  un 
du  roman  a  généré  des  romans,  la  mort  de  philosophe  inspiré,  tragique  et  sublime  dans 
l’art des oeuvres d’art, etc... La mort de Dieu,  la  Seconde  moitié  du  XIX°  siècle  ?  Avec 
elle, a produit du sacré, du divin, du religieux  quelle arme ? Un livre, des livres, une oeuvre 
à qui mieux mieux.  ?  Des  imprécations,  des  analyses,  des 
Nous nageons dans cette eau lustrale...  démonstrations,  des  réfutations  ?  À  coup  de 
boutoir  idéologique  ?  L’arme  blanche  des 
À  l’évidence,  l’annonce de  la  fin de Dieu  écrivains... 
a  été  d’autant  plus  tonitruante  qu’elle  était  Seul,  le  tueur  ?  Embusqué  ?  En  bande  : 
fausse...  Trompettes  embouchées,  annonces  avec l’abbé Meslier et Sade en grand­parents 
théâtrales,  on  a  joué  du  tambour  en  se  du coupable ? 
réjouissant trop tôt. L’époque croule sous les  Ne  serait­il  pas  un  Dieu  supérieur  le 
informations  vénérées  comme  la  parole  meurtrier  de  Dieu  s’il  existait  ?  Et  ce  faux 
autorisée de nouveaux oracles et l’abondance  crime,  ne  masque­t­il  pas  un  désir  oedipien, 
se  fait  au  détriment  de  la  qualité  et  de  la  une  envie  impossible,  une  irrépressible 
véracité  :  jamais  autant  de  fausses  aspiration  impossible  à  mener  à  bien,  une
informations  n’ont  été  célébrées  comme 

tâche nécessaire pour générer de la liberté, de  Dieu  paraît  donc  immortel.  Ses 
l’identité, du sens ?  thuriféraires  gagnent  sur  ce  point.  Mais  pas 
pour  les  raisons  qu’ils  imaginent,  car  la 
On  ne  tue  pas  un  souffle,  un  vent,  une  névrose conduisant à forger des dieux résulte 
odeur, on ne tue pas un rêve, une aspiration.  du  mouvement  habituel  des  psychismes  et 
Dieu  fabriqué  par  les  mortels  à  leur  image  des  inconscients.  La  génération  du  divin 
hypostasiée n’existe que pour rendre possible  coexiste avec le sentiment angoissé devant le 
la vie quotidienne malgré le trajet de tout un  Vide  d’une  vie  qui  s’arrête.  Dieu  naît  des 
chacun  vers  le  néant.  Tant  que  les  hommes  raideurs,  rigidités  et  Immobilités 
auront à mourir, une partie ne pourra soutenir  cadavériques  des  membres  de  la  tribu.  Au 
cette  idée  en  face  et  inventera  des  spectacle du corps mort les songes et fumées 
subterfuges.  dont se nourrissent les dieux prennent de plus 
On n’assassine pas un subterfuge, on ne le  en  plus  consistance.  Quand  s’effondre  une 
tue  pas.  Ce  serait  même  Plutôt  lui  qui  nous  âme devant la froideur d’un être aimé, le déni 
tue : car Dieu met à mort. Quoi ? Tout ce qui  prend  le  relais  et  transforme  cette  fin  en 
lui  résiste.  En  premier  lieu  la  Raison,  commencement,  cet  aboutissement  en  début 
l’Intelligence,  l’Esprit  Critique.  Le  reste  suit  d’une  aventure.  Dieu,  le  ciel,  les  esprits 
par la réaction en chaîne...  mènent  la  danse  pour  éviter  la  douleur  et  la 
violence du pire. 
Le dernier dieu disparaîtra avec le dernier  Et  l’athée  ?  La  négation  de  Dieu  et  des 
des hommes.  arrière­mondes  se  partage  probablement 
Et  avec  lui  la  crainte,  la  peur,  l’angoisse,  l’âme du premier homme qui croit. 
ces machines à créer sans fin des divinités.  Révolte,  rébellion,  refus  de  l’évidence, 
La  terreur  devant  le  néant,  l’incapacité  à  raidissement devant les arrêtés du destin et de 
intégrer la mort comme un processus naturel,  la  nécessité,  la  généalogie  de  l’athéisme 
inévitable,  avec  lequel  il  faut  composer,  paraît  tout  aussi  simple  que  celle  de  la 
devant quoi seule l’intelligence peut produire  croyance. Satan, Lucifer,  le porteur de clarté 
des effets,  mais également  le déni,  l’absence  ­  le  philosophe  emblématique  des 
de  sens  en  dehors  de  celui  qu’on  donne,  Lumières...­, celui qui dit  non et ne  veut pas 
l’absurdité  a  priori,  voilà  les  faisceaux  se  soumettre  à  la  loi  de  Dieu,  évolue  en 
généalogiques  du  divin.  Dieu  mort  contemporain de cette période de gésines. Le 
supposerait  le  néant  apprivoisé.  Nous  Diable  et  Dieu  fonctionnent  en  avers  et 
sommes  à  des  années  lumière  de  pareil  revers de  la  même  médaille, comme théisme 
progrès ontologique...  et athéisme. 
Pour autant, le mot n’est pas ancien dans 
2 ­  Le nom des esprits forts.  l’histoire  et  son  acception  précise  ­  position 
de  celui  qui  nie  l’existence  de  Dieu  sinon 
Dieu  durera  donc  autant  que  les  raisons  comme  fiction  fabriquée  par  les  hommes 
qui  le  font  exister  ;  ses  négateurs  aussi...  pour  tâcher  de  survivre  malgré 
Toute  généalogie  paraît  fictive  :  il  n’existe  l’inéluctabilité  de  la  mort  ­  tardive  en 
pas  de  date  de  naissance  à  Dieu.  Pas  plus  à  occident. 
l’athéisme. 
Conjecturons  :  le  premier  homme  ­  une  Certes,  l’athée  existe  dans  la  Bible  ­ 
autre fiction... ­ affirmant Dieu doit en même  Psaumes  (10­4  et  14­1)  et  Jérémie  (5­12)  ­, 
temps  ou  successivement  et  alternativement  mais  dans  l’antiquité  il  qualifie  parfois, 
ne pas y croire. Douter coexiste avec croire.  souvent même, non pas celui qui ne croit pas 
Le  sentiment  religieux  habite  en  Dieu,  mais  celui  qui  se  refuse  aux  dieux 
probablement  le  même  individu  travaillé  par  dominants du moment. 
l’incertitude ou hanté par le refus.  Longtemps l’athée caractérise la personne 
Affirmer  et  nier,  savoir  et  ignorer  :  un  qui  croit  à  un  dieu  voisin,  étranger, 
temps  pour  la  génuflexion,  un  autre  pour  la  hétérodoxe. Pas celui qui vide le ciel, mais le 
rébellion, en  fonction des occasions de créer  peuple avec ses propres créatures...
une divinité ou de la brûler... 

De sorte que l’athéisme sert politiquement  invitent au plus vite à croire et bien souvent à 
à  écarter,  repérer  ou  fustiger  l’individu  se convertir. 
croyant  à  un  autre  dieu  que  celui  dont  Or  Baal  et  Yahvé,  Zeus  et  Allah,  Râ  et 
l’autorité  du  moment  et  du  lieu  se  réclame  Wotan,  mais  aussi  Manitou,  doivent  leurs 
pour asseoir son pouvoir. Car Dieu invisible,  patronymes à la géographie et à l’histoire : au 
inaccessible,  donc  silencieux  sur  ce  qu’on  regard    de  la  métaphysique  qui  les  rend 
peut lui faire dire ou endosser,  ne se rebelle  possible,  ils  nomment  avec  des  noms 
pas quand d’aucuns se prétendent investis par  différents  une  seule  et  même  réalité 
lui pour parler, édicter, agir, pour le meilleur  fantasmatique. Et aucun n’est plus vrai qu’un 
et le pire.  autre puisque tous évoluent dans un panthéon 
Le silence de Dieu permet le bavardage de  où  banquettent  Ulysse  et  Zarathoustra, 
ses  ministres  qui  usent  et  abusent  de  Dionysos  et  Don  Quichotte,  Tristan  et 
l’épithète  :  quiconque  ne  croit  pas  à  leur  Lancelot du Lac, autant de  figures  magiques 
Dieu, donc à eux, devient immédiatement un  comme  le  Renard  des  Dogons  ou  les  Loas 
athée.  Donc  le  pire  des  hommes,  vaudous... 
l’immoraliste,  le  détestable,  l’immonde, 
l’incarnation du mal...  3 ­  Les effets de l’antiphilosophie. 

Difficile dès lors de se dire athée... On est  À  défaut  de  nom  pour  qualifier 


dit  tel,    et  toujours  dans  la  perspective  l’inqualifiable, pour nommer l’innommable ­ 
insultante d’une autorité soucieuse de bannir,  le  fou  ayant  l’audace  de  ne  pas  croire  ­ 
mettre à l’écart et condamner.  faisons  donc  avec  athée...,  des  périphrases 
La  construction  du  mot  le  précise  existent ou des mots, mais les christicoles les 
d’ailleurs : a­thée.  ont forgés et lancés sur le marché intellectuel 
Préfixe  privatif,  le  mot  suppose  une  avec la même volonté dépréciatrice. Ainsi les 
négation, un  manque, un trou, une démarche  esprits  forts  si  souvent  fustigés  par  Pascal  à 
d’opposition.  Aucun  terme  n’existe  pour  longueur  des  paperolles  cousues  dans  la 
qualifier positivement  le sujet qui  ne sacrifie  doublure  de  son  manteau,  ou  encore  les 
pas  aux  chimères  en  dehors  de  cette  libertins,  voire  les  libres­penseurs  ou,  chez 
construction  linguistique  exacerbant  nos  amis  Belges  d’aujourd’hui,  les  partisans 
l’amputation  :  a­thée  donc,  mais  aussi  mé­  du libre­examen. 
créant,  a­gnostique,  in­croyant,  ir­réligieux, 
in­crédule,  a­religieux,  im­pie  –  l’a­dieu  L’antiphilosophie  ­  ce  courant  du  XVIII° 
manque  à  l’appel  !  ­  et  tous  les  mots  qui  siècle en avers sombre des Lumières qu’à tort 
procèdent de ceux là : irréligion, incroyance,  on  a  bien  oublié  et  qu’on  devrait  pourtant 
impiété,    etc...  Rien  pour  signifier  L’aspect  remettre  sous  les  feux  de  l’actualité  pour 
solaire,  affirmateur,  positif,  libre,  fort  de  montrer  combien  la  communauté  chrétienne 
l’individu    Installé  au­delà  de  la  pensée  ne recule devant aucun moyen, y compris les 
magique et des fables pour les enfants.  plus  moralement  indéfendables,  pour 
discréditer  la  pensée  des  tempéraments 
L’athéisme relève donc d’une création des  indépendants qui n’ont pas l’heur de sacrifier 
déicoles.  à  leurs  fables...,  l’antiphilosophie,  donc, 
Le  mot  ne  découle  pas  d’une  décision  combat avec une violence sans nom la liberté 
volontaire  et  souveraine  d’une  personne  qui  de  penser  et  la  réflexion  découplée  des 
se  définit  avec  ce  terme  dans  l’histoire.  dogmes chrétiens. 
L’athée  qualifie  l’autre  qui  refuse  le  dieu  D’où,  par  exemple,  le  travail  du  Père 
local  quand  tout  le  monde  ou  la  plupart  y  Garasse, ce Jésuite sans foi ni loi qui invente 
croient. Et a intérêt à croire...  la propagande moderne en plein Grand Siècle 
Car  l’exercice  théologique  en  cabinet  avec  La  Doctrine  curieuse  des  Beaux  esprits 
s’appuie toujours sur des Milices armées, des  de  ce  temps,  ou  prétendus  tels  (1623),  un 
polices  existentielles  et  des  soldats  volume  pléthorique  de  plus  de  mille  pages 
ontologiques  qui  dispensent  de  réfléchir  et  dans lequel il calomnie la vie des philosophes 
libres  présentés  comme  des  débauchés,

sodomites,  yvrognets,  luxurieux,  bâfreurs, 
pédophiles  –  pauvre  Charron...­  et  autres  4 ­ La théologie et ses fétiches. 
qualités  diaboliques  afin  de  dissuader  d’une 
fréquentation  intellectuelle  de  ces  oeuvres  La  pénurie  de  mot  positif  pour  qualifier 
progressistes.  Le  même  Ministre  de  la  l’athéisme et la déconsidération des épithètes 
Propagande  Jésuite  commet  une  Apologie  de  substitution  possibles  va  de  pair  avec 
pour  son  livre  contre  les  Athéistes  et  l’abondance du vocabulaire pour caractériser 
Libertins  de  notre  siècle  l’année  suivante.  les croyants. 
Garasse  ajoute  une  couche  sur  le  même  Pas  une  seule  variation  sur  ce  thème  qui 
principe, nullement étouffé par  le  mensonge,  ne  dispose  de  son  mot  pour  la  qualifier  : 
la  calomnie,  la  vilenie  et  l’attaque  ad  théiste,  déiste,  panthéiste,  monothéiste, 
hominem.  L’amour  du  prochain  est  sans  polythéiste,  à  quoi  on  peut  ajouter  animiste, 
limites...  totémiste, fétichiste ou encore, en regard des 
cristallisations  historiques  :  catholiques  et 
D’Epicure, calomnié de son vivant par les  protestants,  évangélistes  et  luthériens, 
bigots  et  puissants  de  L’époque,  aux  calvinistes  et  bouddhistes,  shintoïstes  et 
philosophes libres qui, ­ parfois sans renier le  musulmans,  chiites  et,  sunnites,  bien  sûr, 
christianisme  pour  autant...  ­  ne  pensent  pas  juifs  et  témoins  de  Jéhovah,  orthodoxes  et 
que la Bible constitue l’horizon indépassable  anglicans,  méthodistes  et  presbytériens,  le 
de  toute  intelligence,  la  méthode  produit  ses  catalogue ne connaît pas de fin... 
effets, encore aujourd’hui.  Les uns adorent les pierres ­ des tribus les 
Outre que certains philosophes attaqués et  plus  primitives  aux  musulmans  tournant 
fusillés par Garasse ne s’en sont toujours pas  autour  du  bétyle  de  la  Ka’aba  ­,  d’autres  la 
remis  et  croupissent  dans  un  oubli  lune  ou  le  soleil,  certains  un  Dieu  invisible, 
déplorable,  que  d’aucuns  souffrent  d’une  impossible  à  représenter  sous  peine 
réputation  fautive  d’immoralistes  et  de  gens  d’idolâtrie,  d’autres  une  figure 
infréquentables,  et  que  les  calomnies  ont  anthropomorphe  ­  blanche,  mâle,  aryenne 
également  atteint  leurs  oeuvres,  le  devenir  évidemment...  ­,  tel  voit  dieu  partout,  en 
négatif  des  athées  se  trouve  celé  pour  des  panthéiste  accompli,  tel  autre,  adepte  de  la 
siècles...  théologie  négative,  nulle  part,  une  fois  il  est 
En  philosophie,  libertin  constitue  encore  adoré  couvert  de  sang,  couronné  d’épines, 
et  toujours  une  qualification  dépréciative,  cadavre, une autre dans un brin d’herbe sur le 
polémique interdisant toute pensée sereine et  mode  oriental  shintô  :  il  n’existe  aucune 
digne de ce nom.  facétie inventée par les hommes qui n’ait été 
À  cause  du  pouvoir  dominant  de  mise  à  contribution  pour  étendre  le  champ 
l’antiphilosophie  dans  l’historiographie  des possibles divins... 
officielle de la pensée, des pans entiers d’une 
réflexion  vigoureuse,  vivante,  forte,  mais  À  ceux  qui  doutent  encore  des 
antichrétienne  ou  irrévérencieuse,  voire  extravagances  possibles  des  religions  en 
simplement  indépendante,  demeurent  matière de supports, renvoyons à la danse de 
ignorés,  y  compris  bien  souvent  des  l’urine chez les Zuni du Nouveau­Mexique, à 
professionnels  de  la  philosophie,  sauf  une  la  confection  d’amulettes  avec  les 
poignée  de  spécialistes.  Qui  a  lu  Gassendi  excréments  du  Grand  Lama  du  Tibet,  à  la 
par  exemple  ?  Ou  La  Mothe  Le  Vayer  ?  Ou  bouse et à l’urine de vache pour les ablutions 
Cyrano  de  Bergerac  ­  le  philosophe,  pas  la  de purification chez  les  hindouistes, au culte 
fiction...­ ? Si peu...  de  Stercorius,  Crepitus  et  Cloacine  chez  les 
Et  pourtant  Pascal,  Descartes,  romains  ­  respectivement  divinités  des 
Malebranche  et  autres  tenants  de  la  ordures, du pet et des égouts ­, aux offrandes 
Philosophie  officielle  sont  impensables  sans  de  fumier  offertes  à  Siva,  la  Vénus 
la connaissance de ces figures ayant travaillé  assyrienne,  à  la  consommation  de  ses 
à l’autonomie de la philosophie à l’endroit de  excréments  par  Suchiquecal,  la  déesse 
la  théologie  ­  en  l’occurrence  de  la  religion  mexicaine  mère  des  dieux,  à  la  prescription 
judéo­chrétienne...  divine  d’utiliser  les  matières  fécales

humaines pour cuire les aliments dans le livre  L’athéiste  des  Essais  de  Montaigne  et 
d’Ézéchiel  et  autres  voies  impénétrables  ou  l’athéistique  de  Voltaire  disparaissent  bien 
manières  singulières  d’entretenir  un  rapport  vite. 
avec le divin et le sacré...  L’athéiste  de  la  Révolution  Française 
aussi... 
Devant  ces  noms  multiples,  ces  pratiques 
sans  fin,  ces  détails  Infinis  dans  la  façon  de  5 ­ Les noms de l’infamie . 
concevoir Dieu, de penser la liaison avec lui, 
face  à  ce  déluge  de  variations  sur  le  thème  La  pauvreté  du  vocabulaire  athéiste 
religieux,  en  présence  de  tant  de  mots  pour  s’explique  par  l’indéfectible  domination 
dire  l’incroyable  passion  croyante,  l’athée  historique des tenants de Dieu : ils disposent 
expérimente  cette  seule  et  pauvre  épithète  des pleins pouvoirs politiques depuis plus de 
pour le discréditer ! Ceux qui adorent tout et  quinze  siècles,  leur  tolérance  n’est  pas  leur 
n’importe  quoi,  les  mêmes  qui,  au  nom  de  vertu  première  et  ils  mettent  tout  en  œuvre 
leurs  fétiches,  justifient  leurs  violences  pour rendre impossible la chose, donc le mot. 
intolérantes  et  leurs  guerres  depuis  toujours  Athéisme  date  de  1532,  athée  existe  au 
contre les sans­dieux, ceux­là donc réduisent  deuxième  siècle  de  l’ère  commune  chez  les 
l’esprit fort à n’être étymologiquement qu’un  chrétiens  qui  dénoncent  et  stigmatisent  les 
individu incomplet, amputé, morcelé, mutilé,  athées : ceux qui  ne  croient pas en  leur dieu 
une entité à laquelle il manque Dieu...  ressuscité  le troisième  jour. De  là à conclure 
qu’ils  ne  sacrifient  à  aucun  dieu,  le  pas  se 
Les  tenants  de  Dieu  disposent  même  trouve  très  vite  franchi.  De  sorte  que  les 
d’une  discipline  toute  entière  consacrée  à  païens  ­  ils  rendent  un  culte  aux  dieux  de  la 
examiner  les  noms  de  Dieu,  ses  faits  et  campagne, l’étymologie le confirme ­ passent 
gestes, ses dits  mémorables, ses pensées, ses  pour des négateurs des dieux, puis de Dieu. 
paroles  ­  car  il  parle  !  ­,  et  ses  actions,  ses  Le Jésuite Garasse fait de Luther un athée 
penseurs  affidés  et  appointés,  ses  (!), Ronsard de même avec les huguenots... 
professionnels,  ses  lois,  ses  thuriféraires,  ses 
défenseurs, ses sicaires, ses dialecticiens, ses  Le  mot  vaut  comme  une  insulte  absolue, 
rhéteurs,  ses  philosophes  ­  et  oui...  ­,  ses  l’athée,  c’est  l’immoraliste,  l’amoral, 
hommes  de  mains,  ses  serviteurs,  ses  l’immonde  personnage  dont  il  devient 
représentants  sur  terre,  ses  institutions  coupable  de  vouloir  en  savoir  plus  ou 
induites,  ses  idées,  ses  diktats  et  autres :  la  d’étudier  les  livres  une  fois  le  couperet  de 
théologie.  La  discipline  du  discours  sur  l’épithète  tombée.  Le  mot  suffit  pour 
Dieu...  empêcher l’accès à l’oeuvre. Il fonctionne en 
rouage  d’une  machine  de  guerre  lancée 
Les  rares  moments  dans  l’histoire  contre  tout  ce  qui  n’évolue  pas  dans  le 
occidentale  où  le  christianisme  a  été  mis  à  registre  de  la  plus  pure  orthodoxie 
mal ­ 1793 par exemple ­ a produit quelques  catholique,  apostolique  et  romaine.  Athée, 
activités  philosophiques  nouvelles,  donc  hérétique, c’est finalement tout un. 
généré  quelques  mots  inédits,  bien  vite  Ce qui finit par faire beaucoup ! 
renvoyés aux oubliettes.  Très  tôt  Epicure  doit  faire  face  à  des 
On  parle  encore  de  déchristianisation,  accusations  d’athéisme.  Or  ni  lui  ni  les 
certes,  mais  en  historien,  pour  nommer  cette  épicuriens  ne  nient  l’existence  des  dieux  : 
période  de  la  Révolution  Française  au  cours  composés  de  matière  subtile,  nombreux, 
de  laquelle  les  citoyens  transforment  les  installés dans les inter ­ mondes, impassibles, 
Églises  en  hôpitaux,  en  écoles,  en  maisons  insoucieux  du  destin  des  hommes  et  de  la 
pour  les  jeunes,  où  les  révolutionnaires  marche du  monde, véritables  incarnations de 
remplacent  les  croix  faîtières  par  des  l’ataraxie,  idées  de  la  raison  philosophique, 
drapeaux  tricolores  et  les  crucifix  par  des  modèles  susceptibles  de  générer  une  sagesse 
arbres.  dans  l’imitation,  les  dieux  du  philosophe  et 
de ses disciples existent bel et bien. Mais pas 
comme ceux de la cité grecque qui invitent à

vie  leurs  prêtres  à  se  plier  aux  exigences  Le Dieu des philosophes entre souvent en 
communautaires et sociales. Voilà leur tort...  conflit avec  celui d’Abraham, de  Jésus et de 
Mahomet.  D’abord  parce  que  le  premier 
L’historiographie  de  l’athéisme  ­  rare,  procède  de  l’intelligence,  de  la  raison,  de  la 
parcimonieuse et plutôt mauvaise... ­ commet  déduction,  du  raisonnement,  ensuite  parce 
donc  une  erreur  à  dater  ses  premiers  que  le  second  suppose  plutôt  le  dogme,  la 
repérages  dans  les  temps  les  plus  reculés  de  révélation,  l’obéissance  ­  pour  cause  de 
l’humanité.  Probablement  l’athéisme  est  une  collusion entre pouvoirs spirituel et temporel. 
composante  essentielle  de  l’homme  des  Le  Dieu  d’Abraham  qualifie  plutôt  celui  de 
origines, autant que sa propension au sacré et  Constantin,  puis  des  Papes  ou  des  Princes 
au religieux, à part égale et simultanée.  guerriers très peu chrétiens. Pas grand chose 
Les  cristallisations  sociales  appellent  la  à  voir  avec  les  constructions  extravagantes 
transcendance  :  l’ordre,  la  hiérarchie  –  bricolées  avec  des  causes  incausées,  des 
étymologiquement : le pouvoir du sacré... La  premiers  moteurs  immobiles,  des  idées 
politique,  la  cité  peuvent  d’autant  plus  innées,  des  harmonies  préétablies  et  autres 
facilement fonctionner qu’ils en appellent au  preuves  cosmologiques,  ontologiques  ou 
pouvoir  vengeur  des  dieux  censément  physico­ théologiques... 
représentés  sur  terre  par  les  dominants  qui 
fort  opportunément  disposent  des  Souvent  toute  velléité  philosophique  de 
commandes.  penser  Dieu  en  dehors  du  Modèle  politique 
Embarqués  dans  une  entreprise  de  dominant devient athéisme. 
justification du pouvoir, les dieux ­ ou Dieu ­  Ainsi  lorsque  l’Église  coupe  la  langue  du 
passent pour les interlocuteurs privilégiés des  prêtre  Jules  ­  César  Vanini,  le  pend  puis 
chefs  de  tribu,  des  rois  et  des  princes.  Ces  l’envoie  au  bûcher  à  Toulouse  le  19  février 
figures  terrestres  prétendent  détenir  leur  1619,  elle  assassine  l’auteur  d’un  ouvrage 
puissance  des  dieux  qui  le  leur  dont le titre est : Amphithéâtre de l’éternelle 
confirmeraient  pas  des  signes  évidemment  Providence  divino­magique,  christiano­ 
décodés  par  la  caste  des  prêtres  intéressée  physique  et  non  moins  astrologico­ 
elle  aussi  aux  bénéfices  de  l’exercice  catholique, contre les philosophes, les athées, 
prétendu légal de la force.  les  épicuriens,  les  péripatéticiens  et  les 
stoïciens (1615). 
L’athéisme devient dès lors une arme, une  Sauf  si  l’on  tient  ce  titre  pour  rien  ­  un 
menace,  une  condamnation  utile  pour  tort  vu  sa  longueur  explicite...  ­  il  faut 
précipiter  tel  ou  tel,  pourvu  qu’ils  résiste  ou  comprendre que cette pensée oxymorique  ne 
regimbe un peu, dans les geôles, les cachots,  récuse pas  la providence,  le christianisme,  le 
voire le conduire aux bûchers.  catholicisme, mais qu’elle refuse en revanche 
L’athéisme  ne  commence  pas  avec  ceux  nettement  l’athéisme,  l’épicurisme,  et  autres 
que  l’Historiographie Officielle condamne et  écoles philosophiques païennes. 
identifie comme tels.  Or  tout  cela  ne  fait  pas  un  athée  ­  motif 
Le  nom  de  Socrate  ne  peut  figurer  pour  lequel  on  le  met  à  mort  ­,  mais  plus 
décemment  dans  une  histoire  de  l’athéisme.  probablement  un  genre  de  panthéiste 
Ni celui d’Epicure et des siens.  éclectique.  De  toute  façon  hérétique  parce 
Pas  plus  celui  de  Protagoras  qui  se  qu’hétérodoxe... 
contente  d’affirmer  dans  Sur  les  Dieux  qu’à 
leur  propos  il  ne  peut  rien  conclure,  ni  leur  Spinoza, panthéiste lui aussi ­ et avec une 
existence, ni  leur  inexistence. Ce qui pour le  intelligence  inégalée  ­  se  voit  également 
moins  définit  un  agnosticisme,  une  condamné pour athéisme. 
indétermination, un scepticisme même si l’on  Le 27  juillet 1656, les Parnassim siégeant 
veut,  mais  sûrement  pas  l’athéisme  qui  au  mahamad  ­  les  autorités  juives 
suppose  une  franche  affirmation  de  d’Amsterdam­  lisent  en  hébreu,  devant 
l’inexistence des dieux.  l’arche  de  la  synagogue,  sur  le  Houtgracht, 
un  texte  d’une  effroyable  violence  :  on  lui 
reproche  d’horribles  hérésies,  des  actes

monstrueux,  des  opinions  dangereuses,  une  l’existence  d’un  Dieu  unique,  catholiques, 
mauvaise  conduite,  en  conséquence  de  quoi  apostoliques et romains ; celle des tenants du 
un,  herem  est prononcé ­  jamais annulé à  ce  Dieu d’Abraham ou d’Allah eux aussi passés 
jour  !    La  communauté  prononce  des  mots  par  les  armes  en  quantités  incroyables  pour 
d’une  extrême  brutalité  :  exclus,  chassé,  n’avoir pas professé une  foi dans  les  normes 
exécré, maudit le jour et la nuit, pendant son  et  dans  les  règles  ;  celle  des  anonymes  pas 
sommeil et sa  veille, en entrant et en sortant  même rebelles ou opposants aux pouvoirs qui 
de  chez  lui...  Les  hommes  de  Dieu  en  se  réclamaient  du  monothéisme,  ni 
appellent  à  la  colère  de  leur  fiction  et  à  sa  réfractaires,  pas  plus  rétifs  ­  toutes  ces 
malédiction déchaînée sans limite.  comptabilités  macabres  témoignent  :  l’athée, 
Pour  compléter  le  cadeau,  les  parnassim  avant de qualifier le négateur de Dieu, sert à 
veulent que le nom de Spinoza soit effacé de  poursuivre  et  condamner  la  pensée  de 
la  surface  de  la  planète  et  pour  toujours.  l’individu affranchi, même de la façon la plus 
Raté...  infime, de l’autorité et de la tutelle sociale en 
À quoi  les Rabbins, tenants théoriques de  matière de pensée et de réflexion. 
l’amour  du  prochain,  ajoutent  à  cette 
excommunication  l’interdiction  pour  L’athée ? Un homme libre devant Dieu ­ y 
quiconque  d’avoir  des  relations  écrites  ou  compris pour en nier bientôt l’existence... 
verbales  avec  le  philosophe.  Personne 
n’ayant  le  droit  non  plus  de  lui  rendre  II ­ ATHÉISME ET SORTIE DU 
service,  de  l’approcher  à  moins  de  deux  NIHILISME 
mètres ou de se trouver sous le même toit que 
lui...  Interdit,    bien  sûr,  de  lire  ses  écrits  :  à  1­ L’invention de l’athéisme. 
l’époque  Spinoza  a  vingt­trois  ans,  il  n’a 
encore  rien  publié.  L’Ethique  paraîtra  de  Le  christianisme  épicurien  de  Montaigne, 
manière posthume vingt et un an plus tard en  celui  de  Gassendi,  Chanoine  de  Digne,  le 
1677. Aujourd’hui on lit son oeuvre sur toute  christianisme  pyrrhonien  de  Pierre  Charron, 
la planète...  théologal de  Condom, écolâtre de Bordeaux, 
le  déisme  du  protestant  Bayle,  celui  de 
Où est l’athéisme de Spinoza ?  Hobbes  l’anglican  méritent  parfois  à  leurs 
Nulle  part.  On  chercherait  en  vain  dans  auteurs de passer pour des impies, des athées. 
son  oeuvre  complète  une  seule  phrase  qui  Là encore le terme ne convient pas. 
affirme  clairement  l’inexistence  de  Dieu.  Croyants  hétérodoxes,  penseurs  libres, 
Certes,  il  nie  l’immortalité  d’une  âme  et  certes, mais chrétiens, philosophes affranchis 
affirme  l’impossibilité  d’un  châtiment  ou  bien  que  chrétiens  par  tradition,  cette  large 
d’une  récompense  post­mortem  ;  il  avance  gamme  permet  de  croire  en  Dieu  sans  la 
l’idée  que  la  Bible  est  un  ouvrage  composé  contrainte d’une orthodoxie appuyée  sur une 
par  divers  auteurs  et  relève  d’une  armée, une police et un pouvoir. 
composition historique, donc non révélée ; il  L’auteur des Essais passe pour un athée  ? 
ne sacrifie aucunement à la notion de peuple  Quid  de  son  pèlerinage  privé  à  Notre­Dame 
élu  et  l’affirme  clairement  dans  le  Traité  de  Lorette  ?  De  ses  professions  de  foi 
théologico­politique  ;  il enseigne une  morale  catholiques  dans  son  maître  livre,  de  sa 
hédoniste de la joie par­delà le bien et le mal  chapelle  privée  ?  Non,  tout  ce  beau  monde 
; il ne sacrifie pas à la haine judéo­chrétienne  philosophique croit en Dieu... 
de soi, du monde et du corps ; bien que Juif, 
il  trouve  des  qualités  à  Jésus.  Mais  rien  de  Or  il  faut  un  premier,  un  inventeur,  un 
tout  cela  ne  fait  un  négateur  de  Dieu,  un  nom  propre  telle  une  borne  à  partir  de 
athée...  laquelle  on  peut  affirmer  :  voici  le  premier 
athée,  celui  qui  dit  l’inexistence  de  Dieu,  le 
La  liste  des  malheureux  mis  à  mort  pour  philosophe  qui  le  pense,  l’affirme,  l’écrit 
cause  d’athéisme  dans  L’histoire  de  la  clairement,  nettement,  sans  fioritures,  et  non 
planète  et  qui  étaient  prêtres,  croyants,  avec  moult  sous  entendus,  une  infinie 
pratiquants,  sincèrement  convaincus  de  prudence  et  d’interminables  contorsions.  Un

athée  radical,  franc  du  collier,  avéré  !  Voire  vain  les  preuves  et  les  traces  d’un  travail 
fier. Un homme dont la profession de foi ­ si  digne  de  ce  nom  autour  des  figures  du 
je puis dire... ­ ne se déduit pas, ne se suppute  matérialisme  français  par  exemple  :  La 
pas,  ne  procède  pas  d’hypothèses  Mettrie  le  furieux  jubilatoire,  Dom 
alambiquées de lecteurs en chasse d’un début  Deschamps  l’inventeur  d’un  hégélianisme 
de pièce à conviction.  communaliste,  D’Holbach  l’imprécateur  de 
Et  il  me  plaît  que  cette  généalogie  de  Dieu,  Helvetius  le  matérialiste  voluptueux, 
l’athéisme philosophique procède d’un prêtre  Sylvain  Maréchal  et  son  Dictionnaire  des 
: l’Abbé Meslier, saint, héros et martyr de la  athées,  mais  aussi  les  Idéologues  Cabanis, 
cause athée enfin repérable...  Volney  ou  Destutt  de  Tracy  habituellement 
Curé  d’Etrépigny  dans  les  Ardennes,  passés sous silence alors que, entre autres, la 
discret  pendant  toute  la  durée  de  son  bibliographie  de  l’idéalisme  allemand 
ministère,  sauf  une  altercation  avec  le  déborde de titres, travaux et recherches. 
seigneur  du  village,  Jean  Meslier  (1664­ 
1729)  écrit  un  volumineux  Testament  dans  Exemple  :  le  travail  du  Baron  d’Holbach 
lequel  il  conchie  l’Eglise,  la Religion, Jésus,  n’existe pas dans  l’Université : pas d’édition 
Dieu  mais  aussi  l’aristocratie,  la  Monarchie,  savante  ou  scientifique  chez  un  éditeur 
l’Ancien  régime,  il  dénonce  avec  une  philosophique  ayant  pignon  sur  rue  ;  pas  de 
violence  sans  nom  l’injustice  sociale,  la  travaux, de thèses ou de recherches actuelles 
pensée  idéaliste,  la  morale  chrétienne  d’un professeur prescripteur dans l’institution 
doloriste  et  professe  en  même  temps  un  ;  pas  d’ouvrages  en  collections  de  poche, 
communalisme anarchiste, une authentique et  évidemment,  encore  moins  en  Pléiade  ­ 
inaugurale  philosophie  matérialiste  et  un  quand  Rousseau,  Voltaire,  Kant  ou 
athéisme  hédoniste  d’une  étonnante  Montesquieu disposent de leurs éditions ; pas 
modernité.  de  cours  ou  de  séminaires  consacrés  au 
Pour  la  première  fois  dans  l’histoire  des  démontage et à la diffusion de sa pensée ; pas 
idées, un philosophe ­ quand en conviendra­t­  une seule biographie... Affligeant ! 
on  ? ­  consacre  un  ouvrage  à  la  question  de 
l’athéisme  :  il  le  professe,  le  prouve,  le  L’Université  rabâche  toujours,  pour  en 
démontre,  argumente,  cite,  fait  part  de  ses  rester  au  seul  siècle  dit  des  Lumières,  le 
lectures,  de  ses  réflexions,  mais  s’appuie  contrat  social  rousseauiste,  la  tolérance 
également  sur  ses  commentaires  du  monde  voltairienne,  le  criticisme  kantien  ou  a 
comme il va.  séparation  des  pouvoirs  du  penseur  de  la 
Le  titre  le  dit  nettement  :  Mémoire  des  Brède,  ces  scies  musicales,  ces  images 
pensées et sentiments de Jean Meslier et son  d’Épinal philosophiques. 
développement  aussi  qui  annonce  des  Et  rien  sur  l’athéisme  de  D’Holbach,  sur 
démonstrations  claires  et  évidentes  de  la  sa  lecture  décapante  et  historique  des  textes 
Vanité  et  de  la  Fausseté  de  toutes  les  bibliques ; rien sur la critique de la théocratie 
Divinités  et  de  toutes  les  Religions  du  chrétienne,  de  la  collusion  de  l’État  et  de 
Monde.  Le  livre  paraît  en  1729,  Meslier  y  a  l’Église, de la nécessité d’une séparation des 
travaillé une grande partie de son existence.  deux  instances;  rien  sur  l’autonomisation  de 
L’histoire  de  l’athéisme  véritable  l’éthique  et  du  religieux  ;  rien  sur  le 
commence...  démontage des fables catholiques ; rien sur le 
comparatisme  des  religions;  rien  sur  les 
2 ­ L’organisation de l’oubli.  critiques  faites  sur  son  travail  par  Rousseau, 
Diderot,  Voltaire  et  la  clique  déiste 
L’historiographie  dominante  occulte  la  prétendument  éclairée  ;  rien  sur  le  concept 
philosophie athée.  d’éthocratie  ou  la  possibilité  d’une  morale 
Outre  l’oubli  pur  et  simple  de  l’abbé  post­chrétienne  ;  rien  sur  le  pouvoir  de  la 
Meslier,  vaguement  cité  comme  une  science  utile  pour  combattre  celui  de  la 
curiosité,  un  oxymore  d’école  ­  un  prêtre  croyance  ;  rien  sur  la  généalogie 
mécréant  !  ­  quand  on  lui  fait  l’honneur  physiologique  de  la  pensée  ;  rien  sur 
d’une  mention,  en  passant,  on  cherche  en  l’intolérance  constitutive  du  monothéisme

chrétien ; rien sur la nécessaire soumission de  La  théologie,  affirme  Feuerbach,  est  une 
la politique à l’éthique ; rien sur l’invitation à  pathologie  psychique  à  quoi  il  oppose  son 
utiliser  une  partie  des  biens  de  l’Église  au  anthropologie  appuyée  sur  un  genre  de 
profit  des  pauvres  ;  rien  sur  le  féminisme  et  chimie analytique. Non sans humour, il invite 
la critique de la misogynie catholique.  à  une  hydrothérapie  pneumatique  ­  utiliser 
Autant  de  thèses  holbachiques  d’une  l’eau  froide  de  la  raison  naturelle  contre  les 
actualité surprenante...  chaleurs  et  vapeurs  religieuses,  notamment 
Silence  sur  Meslier  l’imprécateur  (Le  chrétiennes... 
Testament,  1729),  silence  sur  D’Holbach  le 
démystificateur (La contagion sacrée date de  Malgré  cet  immense  chantier 
1768),  silence  également  dans  philosophique,  Feuerbach demeure un grand 
l’historiographie  sur  Feuerbach  le  oublié  de  l’histoire  de  la  philosophie 
déconstructeur  (L’essence  du  christianisme,  dominante.  Certes  son  nom  apparaît  parfois, 
1841)  ce  troisième  grand  moment  de  mais  parce  qu’aux  temps  de  la  splendeur 
l’athéisme  occidental,  un  pilier  considérable  d’Althusser, le Caïman de Normale Sup avait 
d’une  athéologie  digne  de  ce  nom  :  car  jeté  son  dévolu  sur  lui  comme  maillon 
Ludwig  Feuerbach  propose  une  explication  hégélien  utile  pour  vendre  son  jeune  Marx 
de ce qu’est Dieu.  via  sa  lecture  des  Manuscrits  de  1844  et  de 
l’idéologie allemande. 
Il  ne  nie  pas  son  existence,  il  dissèque  la  Ce  furent  moins  des  occasions  pour 
chimère.  Althusser de préparer le Grand soir que l’oral 
Pas  question  de  dire  Dieu  n’existe  pas,  d’agrégation de philosophie de  ses élèves en 
mais qu’est­ce que ce Dieu auquel la plupart  1967...  Le  génie  propre  de  Feuerbach 
croient  ?  Et  de  répondre  :  une  fiction,  une  disparaît sous les considérations utilitaires du 
création  des  hommes,  une  fabrication  professeur. 
obéissant  à  des  lois  particulières,  en  Parfois  l’oubli  pur  et  simple  vaut  mieux 
l’occurrence la projection et l’hypostase : les  que  le  malentendu  ou  la  mauvaise  et  fausse 
hommes créent Dieu à leur image inversée.  réputation... 

Mortels,  finis,  limités, douloureux de ces  3  ­  Tremblement  de  ter r e 


contraintes,  les  humains  travaillés  par  la  philosophique. 
complétude  inventent  une  puissance  dotée 
très  exactement  des  qualités  opposées  :  avec  Et Nietzsche vint... Après les imprécations 
leurs  défauts  retournés  comme  les  doigts  du  curé,  la  démythologisation  du  chimiste  – 
d’une  paire  de  gants,  ils  fabriquent  les  D’Holbach  pratiquait  la  géologie  et  la 
qualités  devant  lesquelles  ils  s’agenouillent  science de haute volée ­, la déconstruction du 
puis se prosternent. Je suis mortel ? Dieu est  chef  d’entreprise  ­  Feuerbach  n’était  pas 
immortel  ;  je  suis  fini  ?  Dieu  est  infini  ;  je  philosophe  de  profession,  refusé  par 
suis limité ? Dieu est illimité ; je ne sais pas  l’Université  pour  avoir  publié  Les  pensées 
tout  ?  Dieu  est  omniscient  ;  je  ne  peux  pas  sur la mort et l’immortalité dans lequel il nie 
tout  ?  Dieu  est  omnipotent  ;  je  ne  suis  pas  toute  immortalité  personnelle,  mais 
doué  du  talent  d’ubiquité  ?  Dieu  est  propriétaire  de  gauche  d’une  usine  de 
omniprésent  ;  je  suis  créé  ?  Dieu  est  incréé;  porcelaine  aimé  des  ouvriers...­,  Nietzsche 
je  suis  faible  ?  Dieu  incarne  la  Toute­  apparaît. 
Puissance ; je suis sur terre ? Dieu est au Ciel 
; je suis imparfait ? Dieu est parfait ; etc.  Avec  lui,  la  pensée  idéaliste,  spiritualiste, 
judéo­chrétienne,  dualiste,  autant  dire  la 
La  religion  devient  donc  la  pratique  pensée dominante, peut se faire du souci: son 
d’aliénation  par  excellence  :  elle  suppose  la  monisme dionysiaque, sa  logique des  forces, 
coupure  de  l’homme  avec  lui­même  et  la  sa  méthode  généalogique,  son  éthique  athée 
création  d’un  monde  imaginaire  dans  lequel  permettent  d’envisager  une  sortie  du 
la vérité se trouve fictivement investie.  christianisme.


Pour  la  première  fois,  une  pensée  post­  un  formidable  levier  pour  déplacer  les 
chrétienne  radicale  apparaît  dans  le  paysage  montagnes philosophiques. 
occidental. 
Pour  plaisanter  (?),  Nietzsche  écrit  dans  D’où  un  chantier  nouveau  et  supérieur 
Ecce  homo  qu’il  ouvre  l’histoire  en  deux  et  pour l’athéisme : Meslier a nié toute divinité, 
qu’à la manière du Christ il y a un avant et un  D’Holbach  a  démonté  le  christianisme, 
Après lui... Il manque au philosophe de Sils­  Feuerbach  a  déconstruit  Dieu,  Nietzsche 
Maria  son  Paul  et  son  Constantin,  son  révèle  la  transvaluation  :  l’athéisme  ne  doit 
voyageur  de  commerce  hystérique  et  son  pas fonctionner comme une fin seulement. 
Empereur  planétaire  pour  transformer  sa 
conversion en métamorphose de l’univers.  Supprimer  Dieu,  certes,  mais  pour  quoi 
Ce  qui  n’est  nullement  souhaitable  faire ? 
historiquement  parlant.  La  dynamite  de  sa  Une  autre  morale,  une  nouvelle  éthique, 
pensée représente un danger trop grand pour  des  valeurs  inédites,  impensées  car 
ces  brutes  que  sont  toujours  les  acteurs  de  impensables,  voilà  ce  que  permet  la 
l’histoire concrète.  réalisation et le dépassement de l’athéisme. 
Une tâche redoutable et à venir. 
Mais sur le terrain philosophique, le père  L’Antéchrist  raconte  le  nihilisme 
de Zarathoustra a raison : avant et après Par­  européen ­ le nôtre encore... ­ et propose une 
delà le bien et le mal et L’Antéchrist, ça n’est  pharmacopée  à  cette  pathologie 
plus le même monde idéologique : Nietzsche  métaphysique  et  ontologique  de  notre 
ouvre  une  brèche  dans  l’édifice  judéo­  civilisation. 
chrétien.  Nietzsche  donne  ses  solutions.  On  les 
Sans accomplir toute la tâche athéologique  connaît,  elles  accusent  plus  d’un  siècle.  Être 
à  lui  seul,  il  la  rend  enfin  possible.  D’où  nietzschéen,  c’est  proposer  d’autres 
l’utilité d’être nietzschéen.  hypothèses,  nouvelles,  post­nietzschéennes, 
À  savoir  ?  Être  nietzschéen  ­  ce  qui  ne  mais  en  intégrant  son  combat  sur  les  cimes. 
veut pas dire être Nietzsche comme le croient  Les  formes  du  nihilisme  contemporain 
les  imbéciles...  ­  exclut  de  reprendre  à  son  appellent  plus  que  jamais  une  transvaluation 
compte les thèses majeures du philosophe au  qui  dépasse  enfin  les  solutions  et  les 
serpent  :  le  ressentiment,  l’éternel  retour,  le  hypothèses  religieuses  ou  laïques  issues  des 
surhomme,  la  volonté  de  puissance,  la  monothéismes. 
physiologie de l’art et autres grands moments  Zarathoustra  doit  reprendre  du  service  : 
du système philosophique. Nul  besoin ­ quel  l’athéisme  seul  rend  possible  la  sortie  du 
intérêt ? ­ de se prendre pour lui, de se croire  nihilisme. 
Nietzsche,  et  de  devoir  endosser,  puis 
assumer toute sa pensée.  4 ­ Enseigner le fait athée. 
Seuls les esprits courts imaginent cela... 
Alors  que  le  11  septembre  vu  par  les 
Être  nietzschéen  suppose  penser  à  partir  États­Unis, donc  l’Occident,  somme tout un 
de  lui,  là  même  où  le  chantier  de  la  chacun de choisir son camp dans la guerre de 
philosophie a été transfiguré par son passage.  religion qui opposerait le judéo­christianisme 
Il  appelait  des  disciples  infidèles  qui,  par  et  l’islam,  on  peut  vouloir  échapper  aux 
leur seule trahison,  prouveraient leur fidélité,  termes  de  l’alternative  posés  par  les 
il  voulait  des  gens  qui  lui  obéissent  en  se  protagonistes  et  opter  pour  une  position 
suivant  eux­seuls  et  personne  d’autre,  pas  nietzschéenne  :  ni  judéo­chrétien,  ni 
même  lui.  Surtout  pas  lui.  Le  chameau,  le  musulman  pour  la  bonne  raison  que  ces 
lion  et  l’enfant  d’Ainsi  parlait  Zarathoustra  belligérants continuent leur guerre de religion 
enseignent  une  dialectique  et  une  poétique  à  entamée  depuis  les  invites  juives  des 
pratiquer  :  le  conserver  et  le  dépasser,  se  Nombres  ­  originellement  titré  Le  Livre  de 
souvenir  de  son  oeuvre,  certes,  mais  surtout  guerre du Seigneur et constitutifs de la Torah 
s’appuyer sur elle comme on prend appui sur  ­  qui  justifie  le  combat  sanglant  contre  les 
ennemis, jusqu’aux variations récurrentes sur
10 
ce  thème  dans  le  Coran  ­  à  massacrer  les  Pas sur  le  mode Joseph de Maistre, Louis 
infidèles  ­  Soit  tout  de  même  près  de  vingt­  de  Bonald  ou  Blanc  de  Saint  Bonnet,  ­  trop 
cinq siècles d’appels au crime !  grosses ficelles... ­ mais sur celui, gramscien, 
du  retour  des  idéaux  dilués,  dissimulés, 
Leçon  de  Nietzsche  :  entre  les  trois  travestis,  hypocritement  réactivés  du  judéo­ 
monothéismes,  on  peut  ne  pas  vouloir  christianisme. 
choisir.  Et  ne  pas  opter  pour  Israël  et  les 
USA  n’oblige  pas  de  fait  à  devenir  On ne vante pas clairement les mérites de 
compagnon de route des Talibans...  la  théocratie,  on  n’assassine  pas  1789  ­ 
encore que... ­, on ne publie pas ouvertement 
Le  Talmud  et  la  Torah,  la  Bible  et  le  un  ouvrage  intitulé  Du  Pape  pour  célébrer 
Nouveau  Testament,  le  Coran  et  les  Hadith  l’excellence  de  la  puissance  politique  du 
ne  paraissent  pas  des  garanties  suffisantes  Souverain  Pontife,    mais  on  stigmatise 
pour  la  philosophie,  la  pensée,  la  raison,  l’individu,  on  lui  dénie  des  droits  et  lui 
l’intelligence  pour  qu’on  choisisse  entre  la  inflige  des  devoirs  à  la  pelle,  on  célèbre  la 
misogynie  juive,  chrétienne  ou  musulmane,  communauté contre la monade, on en appelle 
qu’on  opte  contre  le  porc  et  l’alcool  mais  à  la  transcendance,  on  dispense  l’État  et  ses 
pour le  voile ou  la  burka, qu’on  fréquente  la  parasites de rendre des comptes sous prétexte 
Synagogue,  le  Temple,  l’Église  ou  la  de  son  extra­territorialité  ontologique,  on 
Mosquée,  tous  endroits  où  l’intelligence  se  néglige  le  peuple  et  qualifie  de  populiste  et 
porte  mal  et  où  l’on  préfère  depuis  des  de  démagogue  quiconque  s’en  soucie,  on 
siècles  l’obéissance  aux  dogmes  et  la  méprise  les  intellectuels  et  les  philosophes 
soumission  à  la  Loi  ­  donc  à  ceux  qui  se  qui effectuent leur travail et résistent, la liste 
prétendent  les  élus,  les  envoyés  et  la  parole  pourrait continuer... 
de Dieu. 
Jamais  autant  qu’aujourd’hui  ce  que  le 
À  l’heure  où  se  pose  la  question  de  XVIII°  siècle  connaissait  sous  le  nom 
l’enseignement  du  fait  religieux  à  l’école  d’Antiphilosophie  n’a  connu  à  ce  point  de 
sous  prétexte  de  fabriquer  du  lien  social,  de  vitalité : le retour du religieux, la preuve que 
ressouder une communauté en déshérence ­ à  Dieu n’est pas mort, mais qu’il fut seulement 
cause  d’un  libéralisme  qui  produit  la  quelque  temps  somnolent  et  que  son  réveil 
négativité  au  quotidien,  rappelons­le...  ­,  de  annonce des  lendemains qui déchantent, tout 
générer un nouveau type de contrat social, de  cela  oblige  à  reprendre  des  positions  qu’on 
retrouver  des  sources  communes  ­  croyait  révolues  et  à  remonter  au  créneau 
monothéistes  en  l’occurrence...  ­,  il  me  athée. 
semble  qu’on  peut  préférer  l’enseignement  L’enseignement  du  fait  religieux 
du fait athée.  réintroduit  le  loup  dans  la  bergerie  :  ce  que 
Plutôt  la  Généalogie  de  la  morale  que  les  les  prêtres  ne  peuvent  plus  commettre 
Épîtres aux Corinthiens.  ouvertement ils pourraient désormais  le  faire 
en  douce,  en  enseignant  les  fables  de 
Le  désir  de  faire  rentrer  par  la  fenêtre  la  l’Ancien et du Nouveau Testament, celles du 
Bible  et  autres  colifichets  monothéistes  que  Coran  et  des  Hadiths  sous  prétexte  de 
plusieurs siècles d’efforts philosophiques ont  permettre  aux  scolaires  d’accéder  plus 
fait sortir par  la porte ­ dont les Lumières et  facilement  à  Marc  Chagall,  à  la  Divine 
la  Révolution  française,  le  socialisme  et  la  comédie,  à  la  Chapelle  Sixtine  ou  à  la 
Commune,  la  gauche  et  le  Front  Populaire,  musique de Ziryab... 
l’esprit libertaire et Mai 68, mais aussi Freud 
et  Marx,  l’École  de  Francfort  et  celle  du  Or les religions devraient s’enseigner dans 
soupçon  des  nietzschéens  de  gauche  le cursus déjà existant ­ philosophie, histoire, 
français...  ­,  c’est  proprement  et  littérature,  arts  plastiques,  langues,  etc...  ­ 
étymologiquement  consentir  à  la  pensée  comme  on  enseigne  des  proto­sciences  :  par 
réactionnaire.  exemple  l’alchimie  dans  le  cours  de  chimie, 
la  phytognomonique  et  la  phrénologie  en
11 
science  naturelle,  le  totémisme  et  la  pensée  sépare  les  continents  païens  et  chrétien.  La 
magique  en  philosophie,  la  géométrie  fin  du  pré­chrétien  et  le  début  du  post­ 
euclidienne  en  mathématique,  la  mythologie  chrétien  se  ressemblent  étrangement  :  même 
en histoire...  nihilisme,  même  angoisse,  mêmes  jeux 
Ou  comment  épistémologiquement  dynamiques  entre  conservatisme,  tentation 
raconter de quelle manière le mythe, la fable,  réactionnaire,  désir  du  passé,  religion  de 
la  fiction,  la  déraison  précèdent  la  raison,  la  l’immobilité  et  progressisme,  positivisme, 
déduction et l’argumentation.  goût  du  futur.  La  religion  tient  le  rôle 
La  religion  procède  d’un  mode  de  philosophique  de  la  nostalgie  ;  la 
rationalité  primitif,  généalogique  et  daté.  philosophie, celui de la futurition. 
Réactiver  cette  histoire  d’avant  l’histoire 
induit  le  retard,  voire  le  ratage  de  l’histoire  Les  forces  en  jeu  sont  clairement 
d’aujourd’hui et de demain.  repérables  :  non  pas  judéo­christianisme 
occidental,  progressiste,  éclairé, 
Enseigner  le  fait  athée  supposerait  une  démocratique contre islam oriental, passéiste, 
archéologie  du  sentiment  religieux  :  la  peur,  obscurantiste,  mais  monothéismes  d’hier 
la  crainte,  l’incapacité  à  regarder  la  mort  en  contre athéisme de demain. 
face,  l’impossible  conscience  de  Non  pas  Bush  contre  Ben  Laden,  mais 
l’incomplétude  et  de  la  finitude  chez  les  Moïse,  Jésus,  Mahomet  et  leurs  religions  du 
hommes,  le  rôle  majeur  et  moteur  de  Livre  contre  D’Holbach,  Feuerbach, 
l’angoisse  existentielle.  La  religion,  cette  Nietzsche et leur formules philosophiques de 
création de fictions, appellerait un démontage  déconstruction des mythes et fictions. 
en  bonne  et  due  forme  de  ces  placebos  Le  post­chrétien  va  se  déployer 
ontologiques  ­  comme  en  philosophie  on  historiquement comme le pré­chrétien le fit : 
aborde  la  question  de  la  sorcellerie,  de  la  le  continent  monothéiste  n’est  pas 
folie  et  des  marges  pour  produire  une  insubmersible, indépassable et immortel. 
définition de la raison.  La  religion  du  Dieu  unique  ne  saurait 
devenir – comme  jadis  le communisme pour 
5  ­ Tectonique des plaques.  certains,  ou  pour  d’autres  le  libéralisme 
aujourd’hui  ...  ­  l’horizon  indépassable  de  la 
Nous  vivons  toujours  dans  un  stade  philosophie. 
théologique  ou  religieux  de  la  civilisation.  Une  ère  chrétienne  ayant  succédé  à  une 
Des  signes  montrent  des  mouvements  ère  païenne,  une  ère  post­chrétienne  va 
apparentés  à  la  tectonique  des  plaques  :  prendre  la  suite.  La  période  de  turbulence 
rapprochements,  éloignements,  mouvements,  dans laquelle nous nous trouvons indique que 
chevauchements,  craquements.  Le  continent  l’heure est aux recompositions continentales. 
pré­chrétien  existe  comme  tel  :  de  la 
mythologie  des  présocratiques  au  stoïcisme  III VERS UNE ATHÉOLOGIE 
impérial, de Parménide à Épictète, le secteur 
païen se dessine nettement.  1 ­ Spectrographie du nihilisme. 
Entre  celui­ci  et  le  continent  chrétien,  on 
repère  des  zones  de  turbulences  :  des  L’époque  semble  athée,  mais  seulement 
millénarismes  prophétiques  du  IIème  siècle  aux  yeux  des  chrétiens  ou  des  croyants.  En 
de  l’ère commune à  la décapitation de Louis  fait, elle est nihiliste. 
XVI (janvier 1793) qui marque la fin ouverte  Les tenants d’hier et d’avant­hier ont tout 
de  la  théocratie,  la  géographie  semble  intérêt  à  faire  passer  le  pire  et  la  négativité 
également  cohérente  :  des  Pères  de  l’Église  contemporaine pour un produit de l’athéisme. 
au  déisme  laïc  des  Lumières,  la  logique  La  vieille  idée  persiste  de  l’athée  immoral, 
paraît évidente.  amoral,  sans  foi  ni  loi  éthique.  Le  lieu 
commun pour classes terminales en  vertu de 
Ce troisième temps  vers  lequel  nous nous  quoi  Si  dieu  n’existe  pas,  alors  tout  est 
acheminons  ­  un  continent  post­chrétien  ­  permis  ­  rengaine  prélevée  dans  les  Frères 
fonctionne  de  la  même  manière  que  ce  qui  Karamazov  de  Dostoïevski  ­  continue  à
12 
produire  des  effets  et  l’on  associe  leurs  fidèles,  pratiquer  le  bien,  exceller  dans 
effectivement  la  mort,  la  haine,  la  misère  et  la  vertu,  montrer  l’exemple  et  prouver  aux 
la  pauvreté  à  des  individus  qui  se  pervers  sans  Dieu  que  la  moralité  se  trouve 
réclameraient  de  l’absence  de  Dieu  pour  de  leur  côté  :  qu’ils  respectent 
commettre leurs forfaits.  scrupuleusement  le  décalogue  et  obéissent  à 
Cette  thèse  fautive  mériterait  une  l’invite  des  sourates,  donc  ne  mentent  ni  ne 
démonstration  en  bonne  et  due  forme.    Car  pillent,  ne  volent  ni  ne  violent,  ne  font  de 
l’inverse  me  semble  bien  plutôt  vrai  :  Parce  faux  témoignage  ni  ne  tuent  ­  encore  moins 
que  Dieu  existe,  alors  tout  est  permis...  Je  ne  fomentent  des  attentats  terroristes  à 
m’explique.  Manhattan, des expéditions punitives dans la 
Trois millénaires témoignent des premiers  bande  de  Gaza  ou  ne  couvrent  leurs  prêtres 
textes de l’Ancien Testament à aujourd’hui :  pédophiles. 
l’affirmation  d’un  Dieu  unique,  violent,  On  verrait  dès  lors  les  fidèles  convertir 
jaloux,  querelleur,  intolérant,  belliqueux  a  autour  d’eux  par  leur  comportements 
généré  plus  de  haine,  de  sang,  de  morts,  de  radieux, exemplaires ! 
brutalité  que  de  paix...  Le  fantasme  juif  du  Au  lieu  de  cela...  Qu’on  cesse  donc 
peuple  élu  qui  légitime  le  colonialisme,  d’associer  le  mal  sur  la planète et l’athéisme 
l’expropriation, la haine, l’animosité entre les  ! 
peuples,  puis  la  théocratie  autoritaire  et  L’existence  de  Dieu,  me  semble­t­il,  a 
armée  ;  la  référence  chrétienne  des  bien plus généré en son  nom de  batailles, de 
marchands du temple ou d’un Jésus paulinien  massacres,  de  conflits  et  de  guerres  dans 
prétendant  venir  pour  apporter  le  glaive  qui  l’histoire  que  de  paix,  de  sérénité,  d’amour 
justifie  les  Croisades,  l’Inquisition,  les  du  prochain,  de  pardon  des  péchés  ou  de 
guerres de Religion, la Saint­Barthélémy, les  tolérance. 
bûchers,  l’index,  mais  aussi  le  colonialisme  Je ne sache pas que les Papes, les Princes, 
planétaire, les ethnocides nord­américains, et  les  Rois,  les  Califes,  les  Émirs  aient 
la  toute  puissance  temporelle  du  Vatican  majoritairement brillé dans  la  vertu tant déjà 
depuis  des  siècles  dans  le  moindre  détail  de  Moïse,  Paul  et  Mahomet  excellaient 
la  vie  quotidienne;  la  revendication  claire  à  respectivement  pour  leur  part  dans  le 
presque toutes les pages du Coran d’un appel  meurtre, les passages à tabac ou les razzias. 
à  détruire  les  infidèles,  leur  religion,  leur  Autant  de  variations  sur  le  thème  de 
culture,  leur  civilisation ­  au  nom  d’un  Dieu  l’amour du prochain... 
miséricordieux ! 
Voilà  autant  de  pistes  pour  creuser  cette  L’histoire  de  l’humanité  enseigne  sans 
idée que, justement, à cause de l’existence de  aucun  doute  les  prospérités  du  vice  et  les 
Dieu tout est  permis  ­  en  lui, par  lui, en  son  malheurs de la vertu... Il n’existe pas plus de 
nom, sans que ni les fidèles, ni le clergé, ni le  justice transcendante qu’immanente. Dieu ou 
petit peuple ni les hautes sphères ne trouvent  non, aucun  homme  n’a  jamais eu à payer de 
à redire...  l’avoir  insulté,  négligé,  méprise,  oublié  ou 
contrarié  !  Les  théistes  ont  fort  à  faire  en 
Si  l’existence  de  Dieu,  indépendamment  contorsions  métaphysiques  pour  justifier  le 
de sa forme juive, chrétienne ou musulmane,  mal  sur  la  planète  tout  en  affirmant 
prémunissait un tant soit peu de  la  haine, du  l’existence d’un Dieu à qui rien n’échappe... 
mensonge,  du  viol,  du  pillage,  de  Les déistes paraissent moins aveugles,  les 
l’immoralité, de la concussion, du parjure, de  athées semblent plus lucides. 
la  violence, du  mépris, de  la  méchanceté, du 
crime, de la corruption, de la rouerie, du faux  2 ­ Une épistémé judéo­chrétienne. 
témoignage,  de  la  dépravation,  de  la 
pédophilie, de l’infanticide, de la crapule, de  L’époque dans laquelle nous vivons n’est 
la perversion, on aurait vu non pas les athées  donc  pas  athée.  Elle  ne  paraît  pas  encore 
­ puisqu’ils sont  intrinsèquement vicieux... ­,  post­chrétienne non plus, ou si peu. 
mais  les  rabbins,  les  prêtres,  les  papes,  les  En  revanche,  elle  demeure  chrétienne,  et 
évêques, les pasteurs, les imams, et avec eux  beaucoup  plus  qu’il  n’y  paraît.  Le  nihilisme
13 
provient de ces turbulences enregistrées dans  corps, les âmes, les chairs, les esprits du plus 
la  zone  de  passage  entre  le  judéo­chrétien  grand  nombre.  Leur  repli  stratégique  ne 
encore  très  présent  et  le  post­chrétien  qui  signifie pas  la  fin de  leur empire effectif.  Le 
pointe  modestement,  e  tout  dans  une  judéo­christianisme  laisse  derrière  lui  une 
ambiance  où  s’entrecroisent  l’absence  des  épistémé,  un  socle  sur  lequel  tout  échange 
dieux,  leur  présence,  leur  prolifération,  leur  mental et symbolique s’effectue. 
multiplicité fantasque et leur extravagance. 
Le  ciel  n’est  pas  vide,  mais  au  contraire  Sans  le  Prêtre,  ni  son  ombre,  sans  les 
plein  de  divinités  fabriquées  au  jour  le  jour.  religieux  ni  leurs  thuriféraires,  les  sujets 
La  négativité  procède  du  nihilisme  demeurent  soumis,  fabriqués,  formatés  par 
consubstantiel  à  la  coexistence  d’un  judéo­  deux  millénaires  d’histoire  et  de  domination 
christianisme  déliquescent  et  d’un  post­  idéologique. 
chrétien encore dans les limbes.  D’où  la  permanence  et  l’actualité  d’un 
combat  contre  cette  force  d’autant  plus 
En  attendant  une  ère  franchement  athée,  menaçante  qu’elle  donne  l’impression  d’être 
nous  devons  compter  et  composer  avec  une  caduque. 
épistémé  judéo­chrétienne  très  prégnante.  Certes,  plus  grand  monde  ne  croit  à  la 
D’autant  plus  que  les  institutions  et  les  transsubstantiation, à  la virginité de Marie, à 
hommes  de  main  qui  l’ont  incarnée  et  l’immaculée  conception,  à  l’infaillibilité 
transmise  pendant  des  siècles  ne  disposent  papale  et  autres  dogmes  de  l’Église 
plus  d’une  exposition  et  d’une  visibilité  qui  catholique,  apostolique  et  romaine.  La 
les  rend  identifiables.  L’effacement  de  la  présence  effective  et  non  symbolique  du 
pratique religieuse, l’apparente autonomie de  corps  du  Christ  dans  l’hostie  ou  dans  le 
l’éthique  envers  la  religion,  la  prétendue  calice ? L’existence d’un Enfer, d’un Paradis 
indifférence  à  l’endroit  des  invites  papales,  ou  d’un  Purgatoire  avec  géographies 
les Églises vides le dimanche ­ mais pas pour  associées  et  logiques  propres  ?  L’existence 
les  mariages,  encore  moins  les  des  Limbes  où  stagnent  l’âme  des  enfants 
enterrements...­,  la  séparation  de  l’Église  et  morts avant le baptême ? 
de  l’État,  tous  ces  signes  donnent  Plus  personne  ne  sacrifie  à  ces 
l’impression  d’une  époque  insoucieuse  de  billevesées,  même  et  surtout  parmi  nombre 
religion.  Qu’on  y  prenne  garde...  Jamais  des  catholiques  fervents  de  messes 
peut­être cette apparent effacement n’a caché  dominicales... 
la  présence  forte,  puissante  et  déterminante 
du judéo­christianisme. La désaffection de la  Où donc demeure le substrat catholique ? 
pratique  ne  témoigne  pas  du  recul  de  la  Quid d’une épistémé judéo­chrétienne ? Dans 
croyance.  cette idée que la matière, le réel et  le monde 
Mieux : la corrélation entre la fin de l’une  n’épuisent pas la totalité. Que quelque chose 
et la disparition de  l’autre semble une  erreur  demeure en­dehors des instances explicatives 
d’interprétation. On peut même penser que la  dignes de ce nom : une force, une puissance, 
fin  du  monopole  des  professionnels  de  la  une  énergie,  un  déterminisme,  une  volonté, 
religion  sur  le  religieux  a  libéré  l’irrationnel  un vouloir. Après la mort ? 
et généré une plus grande profusion de sacré,  Non,  sûrement  pas  rien,  mais  quelque 
de  religiosité  et  de  soumission  généralisée  à  chose...  Pour  expliquer  ce  qui  advient  :  une 
la déraison.  série  de  causes,  d’enchaînements  rationnels 
Le retrait des troupes judéo­chrétiennes ne  et  déductibles  ?  Pas  totalement,  quelque 
modifie  en  rien  leur  pouvoir  et  leur  empire  chose  déborde  la  série  logique.  Le  spectacle 
sur les territoires conquis,  conserves et gérés  du  monde  :  absurde,  irrationnel,  illogique, 
par eux depuis presque deux millénaires.  monstrueux, insensé ? Sûrement pas... 
La  terre  est  un  acquis,  la  géographie  un  Quelque  chose  doit  bien  exister  qui 
témoignage d’une présence ancienne et d’une  justifie, légitime, fasse sens.  Sinon... 
infusion  idéologique,  mentale,  conceptuelle, 
spirituelle.  Absents,  les  conquérants  Cette  croyance  à  quelque  chose  génère 
demeurent  présents  car  ils  ont  conquis  les  une  superstition  vivace  qui  explique  qu’à
14 
défaut,  l’européen  sacrifie  à  la  religion  même  occasion,  les  officiants  récupèrent 
dominante – de son roi et de sa nourrice écrit  quelques clients... 
Descartes...  ­  du  pays  dans  lequel  il  voit  le 
jour.  Montaigne  affirme  qu’on  est  chrétien  3 ­ Traces de l’empire. 
comme Picard ou Breton ! 
Et  nombre  d’individus  qui  se  croient  Michel  Foucault  nommait  épistémé  ce 
athées  professent  sans  s’en  apercevoir  une  dispositif invisible mais efficace de discours, 
éthique,  une  pensée,  une  vision  du  monde  de vision des choses et du monde, de 
imbibées  de  judéo­christianisme.  Entre  le  représentation  du  réel,  qui  verrouillent, 
prêche d’un prêtre sincère sur l’excellence de  cristallisent et durcissent une époque sur des 
Jésus  et  les  éloges  du  Christ  effectués  par  représentations figées. 
l’anarchiste  Kropotkine  dans  L’Éthique,  on  L’épistémé  judéo­chrétienne  nomme  ce 
cherche en vain l’abîme...  qui,  depuis  les  crises  d’hystérie  de  Paul  de 
Tarse  sur  le  chemin  de  Damas  jusqu’aux 
L’athéisme  suppose  la  conjuration  de  interventions  planétairement  télévisées  de 
toute transcendance. Sans exclusive. Il oblige  Jean­Paul  II  sur  la  Place  Saint­Pierre 
également  à  un  dépassement  des  acquis  constitue  un  empire  conceptuel  et  mental 
chrétiens. Du moins à un droit d’inventaire, à  diffus  dans  l’ensemble  des  rouages  d’une 
un  libre  examen  des  vertus  présentées  civilisation et d’une culture. 
comme  telles  et  des  vices  affirmés  Deux  exemples,  parmi  une  multitude 
péremptoirement.  La  mise  à  plat  laïque  et  possible,  pour  illustrer  mon  hypothèse  de 
philosophique des  valeurs de  la Bible et leur  l’imprégnation : le corps et le droit. 
conservation,  puis  leur  usage  ne  suffit  pas  à 
produire une éthique post­chrétienne.  La  chair  occidentale  est  chrétienne.  Y 
Dans  la  religion  dans  les  limites  de  la  compris celle des athées, des musulmans, des 
simple  raison  Kant  propose  une  éthique  déistes,  des  agnostiques  éduqués,  élevés  ou 
laÏque.  dressés  dans  la  zone  géographique  et 
Qu’on  lise  ce  texte  majeur  pour  la  idéologique  judéo­chrétienne...  Le  corps  que 
constitution  d’une  morale  laïque  dans  nous habitons,  le schéma corporel platonico­ 
l’histoire  de  l’Europe,  on  y  découvrira  la  chrétien  dont  nous  héritons,  la  symbolique 
formulation philosophique d’un inextinguible  des organes et leurs fonctions hiérarchisées ­ 
fonds judéo­chrétien. La révolution se repère  la  noblesse  du  coeur  et  du  cerveau,  la 
dans  la  forme,  le  style,  le  vocabulaire,  elle  trivialité  des  viscères  et  du  sexe, 
paraît  évidente  en  regard  de  l’allure  et  de  neurochirurgien  contre  proctologue...  ­,  la 
l’apparence,  oui.  Mais  en  quoi  l’éthique  spiritualisation  et  la  dématérialisation  de 
chrétienne  et  celle  de  Kant  diffèrent­elles  ?  l’âme,  l’articulation  d’une  matière 
En  rien...  La  montagne  kantienne  accouche  peccamineuse  et  d’un  esprit  lumineux,  la 
d’une souris chrétienne.  connotation  ontologique  de  ces  deux 
instances  artificiellement  opposés,  les  forces 
On  rit  des  propos  du  Pape  sur  la  troublantes  d’une  économie  libidinale 
condamnation  du  préservatif  ?  Mais  on  se  moralement  appréhendée,  tout  cela  structure 
marie encore beaucoup à l’Église ­ pour faire  le  corps  en  regard  de  deux  mille  ans  de 
plaisir  aux  familles  et  belles­familles  discours  chrétiens  :  l’anatomie,  la  médecine, 
prétendent  les  hypocrites.  On  sourit  à  la  la  physiologie,  certes,  mais  également  la 
lecture  du  Catéchisme  ­  du  moins  si  on  a  la  philosophie,  la  théologie,  l’esthétique 
curiosité de compulser l’ouvrage...­ ?  contribuent  à  la  sculpture  chrétienne  de  la 
Mais  on  enregistre  un  nombre  infime  chair.
d’enterrements civils... On moque les curés et  Le regard porté sur soi, celui du médecin, 
leurs  croyances  ?  Mais  c’est  eux  qu’on  du  technicien  de  l’imagerie  médicale,  la 
sollicite  pour  les  bénédictions,  ces  philosophie  de  la  santé  et  de  la  maladie,  la 
indulgences  modernes  qui  réconcilient  les  conception  de  la  souffrance,  le  rôle  consenti 
tartufes  des  deux  bords  :  les  demandeurs  à  la douleur, donc  le rapport à la pharmacie, 
composent  avec  leur  entourage  et,  par  la  aux  substances,  aux  drogues,  le  langage  du
15 
soignant avec le soigné, mais aussi le rapport  celui  du  patient  procèdent  d’un  même  bain 
de soi à soi, l’intégration d’une image de soi  métaphysique. 
et  la  construction  d’un  idéal  du  moi 
physiologique, anatomique et psychologique,  L’athéisme  suppose  un  travail  sur  ces 
rien  de  tout  cela  ne  se  constitue  sans  les  formatages  devenus  invisibles  mais 
discours pré­cités.  prégnants  dans  le  détail  d’une  vie 
De  sorte  que  la  chirurgie  ou  la  quotidienne  corporelle  ­  une  analyse 
pharmacologie,  la  médecine  allopathique  et  circonstanciée  du  corps  sexué,  sexuel  et  des 
les  soins  palliatifs,  la  gynécologie  et  la  relations  afférentes  occuperait  un  livre 
thanatologie,  l’urgentisme  et  l’oncologie,  la  entier... 
psychiatrie  et  la  clinique  subissent  la  loi 
judéo­chrétienne  sans  visibilité  particulière  4 ­ Une torture issue du Paradis­. 
des  symptômes  de  cette  contamination 
ontologique.  La  frilosité  bioéthique  Second exemple : le droit. Dans les palais 
contemporaine  procède  de  cette  domination  de justice, les signes religieux ostentatoires et 
invisible. Les décisions politiques laïques sur  ostensibles sont interdits. 
ce  sujet  correspondent  à  peu  de  choses  près  Quand une décision de  justice  se rend, ce 
aux  positions  formulées  par  l’Église  sur  ces  ne  peut  être  sous  un  crucifix,  encore  moins 
grands  sujets.  On  ne  s’en  étonnera  pas  car  sous un verset de la Thora ou une sourate du 
l’éthique  de  la  bioéthique  reste  Coran  affichés  sur  les  murs.  Code  civil  et 
fondamentalement judéo­chrétienne.  Code  pénal  affirment  prétendument  le  droit 
À part la légalisation de l’avortement et de  et la loi indépendamment de la religion et de 
la  contraception  artificielle,  ces  deux  l’Église. 
avancées  en  direction  d’un  corps  post­  Or  rien  n’existe  dans  la  juridiction 
chrétien  ­  que  j’ai  appelé  par  ailleurs  un  française qui  contredit fondamentalement les 
corps  faustien  ­,  la  médecine  occidentale  prescriptions  de  l’Église  catholique, 
colle de très près aux invites de l’Eglise.  apostolique et romaine. 
La  Charte  des  personnels  de  la  santé  L’absence  de  croix  dans  le  prétoire  ne 
élaborée  par  le  Vatican  condamne  la  certifie  pas  l’indépendance  de  la  justice  à 
transgénèse,  l’expérimentation  sur  l’endroit de la religion dominante. 
l’embryon,  la  FIVETE,  les  mères  porteuses, 
la procréation médicalement assistée pour les  Car  les  fondations  même  de  la  logique 
couples  non  mariés  ou  homosexuels,  le  juridique  procèdent  des  premières  lignes  de 
clonage  reproductif,    mais  aussi  la  Genèse.  D’où  une  généalogie  juive  ­  le 
thérapeutique,  les  cocktails  analgésiques  qui  Pentateuque  ­  et  chrétienne  ­  la  Bible  ­  du 
suspendent  la  conscience  en  fin  de  vie,  Code  civil  français.  L’appareillage,  la 
l’usage  thérapeutique  du  cannabis,  technique,  la  logique,  la  métaphysique  du 
l’euthanasie,  elle  célèbre  en  revanche  les  droit  découlent  en  droite  ligne  de  ce 
soins palliatifs et insiste sur le rôle salvifique  qu’enseigne  la  fable du Paradis originel :  un 
de la douleur : autant de positions reprises en  homme  libre,  donc  responsable,  donc 
choeur  par  les  comités  d’éthique  possiblement coupable. 
prétendument  laïcs  et  faussement  Parce  que  doué  de  liberté,  l’individu  peut 
indépendants des religions...  choisir,  élire  et  préférer  ceci  plutôt  que  cela 
Certes,  quand  en  Occident  les  soignants  dans le champ des possibles. 
abordent  un  corps  malade,  ils  ignorent  la  Toute  action  procède  donc  d’un  libre 
plupart  du  temps  qu’ils  pensent,  agissent  et  choix,  d’une  volonté  libre,  informée  et 
diagnostiquent à partir de  leur  formation qui  manifeste. 
suppose l’épistémé chrétienne. La conscience  Le  postulat  du  libre  arbitre  est 
n’entre  pas  en  jeu,  mais  une  série  de  indispensable  pour  envisager  la  Suite  de 
déterminismes  plus  profonds,  plus  anciens  toute opération répressive. 
qui  renvoient  aux  heures  d’élaboration  d’un  Car  la  consommation  du  fruit  défendu,  la 
tempérament,  d’un  caractère  et  d’une  désobéissance,  la  faute  commise  dans  le 
conscience.  L’inconscient  du  thérapeute  et  Jardin  des  Délices,  découlent  d’un  acte
16 
volontaire  et  éclairé  donc  susceptible  d’être  est,  pourquoi  elle  se  trouve  là,  de  quelle 
reproché et puni.  manière elle fonctionne... 

Adam et Eve pouvaient ne pas pécher, car  Cette  machine  de  la  colonie  pénitentiaire 


ils ont été créés libres, mais ils ont préféré le  de Kafka produit ses effets au quotidien dans 
vice  à  la  vertu.  Ainsi  peut­on  leur  demander  les  palais  dits  de  justices  européens  et  dans 
des comptes. Voir les faire payer. Et Dieu ne  leurs prisons attenantes. 
s’en prive pas qui condamne à la pudeur, à la  Cette  collusion  entre  libre­arbitre  et 
honte,  au  travail,  à  l’enfantement  dans  la  préférence  volontaire  du  Mal  au  Bien  qui 
douleur,  à  la  souffrance,  au  vieillissement,  à  légitime la responsabilité, donc la culpabilité, 
la soumission des  femmes aux  hommes, à  la  donc  la  punition,  suppose  le  fonctionnement 
difficulté de toute intersubjectivité sexuée.  d’une  pensée  magique  ignorant  ce  que  la 
Dès  lors,  sur  ce  schéma,  et  en  vertu  du  démarche  post­chrétienne  de  Freud  éclaire 
principe  édicté  dans  les  premiers  moments  avec  la psychanalyse et d’autres philosophes 
des  Écritures,  le  juge  peut  jouer  à  Dieu  sur  qui  mettent  en  évidence  la  puissance  des 
terre...  déterminismes sociaux. Marx par exemple. 

Quand un tribunal fonctionne sans signes  Le  corps  et  le  droit  même  et  surtout 


religieux,  il  s’active  pourtant  en  regard  de  quand  ils  se  pensent,  se  croient  et  se  disent 
cette  métaphysique  :  le  violeur  d’enfant  est  laïcs,    procèdent  de  l’épistémé  judéo­ 
libre, il a le choix entre une sexualité normale  chrétienne. À quoi l’on pourrait ajouter, pour 
avec un partenaire consentant et une violence  compléter  l’inventaire  des  domaines 
ahurissante  avec  des  victimes  détruites  pour  concernés,  mais  ça  n’est  pas  le  lieu,  des 
toujours.  En  son  âme  et  conscience,  doté  analyses  sur  la  pédagogie,  l’esthétique,  la 
d’un  libre­arbitre  qui  lui  permet  de  vouloir  philosophie, la politique ­ ah ! la sacro­sainte 
ceci  plutôt  que  cela,  il  préfère  ­  quand  il  trinité  :  travail,  famille,  patrie...­,  et  tant 
aurait pu décider autrement.  d’autres  activités  dont  on  pourrait  montrer 
De  sorte  qu’au  tribunal,  on  peut  lui  l’imprégnation religieuse biblique. 
demander des comptes, vaguement l’écouter, 
ne  pas  l’entendre  et  l’envoyer  passer  des  Encore  un  effort  pour  être  vraiment 
années dans une prison où probablement il se  républicain... 
fera  violer  en  guise  de  bienvenue  avant  de 
croupir  dans  une  cellule  d’où  on  le  sortira  5 ­  Sur l’ignorance chrétienne. 
après  avoir  négligé  absolument  la  maladie 
qui l’afflige.  La méconnaissance du fonctionnent de ces 
logiques  d’imprégnation  peut  se  comprendre 
Qui accepterait d’un hôpital qu’il enferme  si  l’on  souligne  que  nombre  de  ces 
un  homme  ou  une  femme  à  qui  l’on  déterminations  se  propagent  sur  le  registre 
découvrirait une tumeur au cerveau ­ pas plus  inconscient,  en    échappant  aux  niveaux  de 
choisie  qu’un  tropisme  pédophilique  ­  dans  clarté de la conscience informée et lucide. 
une  cellule,  l’exposant  à  la  violence  Les  interférences  entre  les  sujets  et  cette 
répressive  de  quelques  compagnons  de  idéologie  se  manifestent  hors  langage,    sans 
chambre  entretenus  dans  la  sauvagerie  les  signes  d’une  revendication  ouverte.  Hors 
éthologique  d’un  confinement  cellulaire  cas  de  théocratie  revendiquée  ­  les  régimes 
avant  de  l’abandonner,  un  quart  de  son  politiques  clairement  inspirés  par  l’un  des 
existence, au travail du cancer sans soin, sans  trois Livres ­, la généalogie judéo­chrétienne 
souci, sans thérapie ?  des  pratiques  laïques  échappe  la  plupart  du 
Qui ?  temps  au  plus  grand  nombre,  y  compris  aux 
Réponse  :  tout  ceux  qui  activent  la  praticiens, acteurs et individus concernés. 
machine  judiciaire  et  la  font  fonctionner 
comme une mécanique trouvée aux portes du  L’invisibilité de ce processus ne tient pas 
jardin  d’Eden  sans  se  demander  ce  qu’elle  qu’à  son  mode  de  diffusion  inconscient.  Il 
suppose  également  l’inculture  judéo­
17 
chrétienne  de  nombre  des  parties  prenantes.  motif retenu contre Jésus à son procès on ne 
Y  compris  chez  les  croyants  et  pratiquants  crucifiait  pas,  mais  on  lapidait  ;  et  tant 
souvent sous informés voire informés par les  d’autres  impasses  culturelles  pour  cause  de 
seuls  brouets  idéologiques  infligés  par  fétichisation  des  rites  et  des  pratiques,  voilà 
l’institution et ses relais.  qui  pose  problème  pour  un  exercice  éclairé 
La  messe  dominicale  n’a  jamais  brillé  de sa religion... 
comme  un  lieu  de  réflexion,  d’analyse,  de 
culture,  de  savoir  diffusé  et  échangé,  le  L’antique  invite  de  la  Genèse  à  ne  pas 
catéchisme  non  plus,  ni  même  les  autres  vouloir  savoir,  à  se  contenter  de  croire  et 
occasions  cultuelles  des  autres  religions  d’obéir,  à  préférer  la  Foi  à  la  Connaissance, 
monothéistes.  à récuser le goût de la science et à célébrer la 
Mêmes remarques avec les prières au Mur  passion pour la soumission et l’obéissance ne 
des  Lamentations  ou  les  Cinq  occasions  contribue  pas  à  rehausser  le  débat  ; 
quotidiennes  des  Musulmans  :  on  prie,  on  l’étymologie de  musulman qui  signifie, dixit 
pratique  la  réitération  des  invocations,  on  Littré,  soumis  à  Dieu  et  à  Mahomet  ; 
exerce sa mémoire, mais pas son intelligence.  l’impossibilité  de  penser  et  d’agir  dans  le 
Pour  les  Chrétiens,  le  prêche  de  Bossuet  moindre  détail  du  quotidien  en  dehors  des 
constitue  une  exception  au  milieu  d’un  flot  prescriptions  millimétriques  de  la  Torah  ; 
de  platitudes  deux  fois  millénaires... Et  pour  tout  cela  dissuade  de  préférer  la  Raison  à  la 
un  Averroès, ou un Avicenne ­ ces prétextes  soumission...  Comme  si  la  religion  avait 
tellement  utiles...  ­  combien  d’imams  hyper­  besoin  d’innocence,  d’inculture  et 
mnésiques ?  d’ignorance  pour  proliférer  et  exister  plus 
sûrement ! 
La  construction  de  leur  religion,  la 
connaissance  des  débats  et  controverses,  les  Quand  par  ailleurs  la  culture  religieuse  et 
invitations à réfléchir, analyser, critiquer,  les  historique  existe  ­  souvent  chez  des 
confrontations  d’informations  professionnels de la religion... ­, elle est mise 
contradictoires,  les  débats  polémiques  au service d’un arsenal jésuitique sans nom ! 
brillent par leur absence dans la communauté  Des siècles de rhétorique, un millénaire de 
où  triomphe  plutôt  le  psittacisme  et  le  sophisteries  théologiques,  des  bibliothèques 
recyclage  des  fables  à  l’aide  d’une  de pinaillages scolastiques permettent l’usage 
mécanique  bien  huilée  qui  répète  mais  du savoir comme d’une arme :  le souci tient 
n’innove pas, qui sollicite la mémoire et non  moins  de  l’argumentation  honnête  que  de 
l’intelligence.  l’apologétique,  un  art  dont  Tertullien  a  posé 
Psalmodier,  réciter,  répéter  n’est  pas  les  bases  pour  le  christianisme,  et  qui 
penser. Loin de là.  suppose  la  soumission  de  toute  l’Histoire  et 
de  toutes  les  références  au  présupposé 
Entendre  pour  la  xième  fois  un  texte  de  idéologique du polémiste. 
Paul  et  ignorer  l’existence  du  nom  de  Voir  la  double  acception  de  l’épithète 
Grégoire de Naziance ; reconstituer la crèche  jésuite... 
tous les ans et ne pas savoir ce qu’étaient les 
querelles  fondatrices  de  l’arianisme  ou  le  Fait­on  remarquer  à  un  chrétien  que 
concile  sur  l’iconophilie  ;  communier  avec  depuis la conversion de Constantin l’Église a 
du pain azyme et méconnaître  l’existence du  choisi le camp des puissants en négligeant les 
dogme de  l’infaillibilité papale ; assister à  la  petits, les misérables ? 
messe  de  Noël  et  ne  rien  savoir  de  la  Il  répond  :  théologie  de  la  libération  ­ 
récupération  par  l’Église  de  cette  date  oubliant  en  même  temps  sa  condamnation 
païenne  du  solstice  d’hiver  où  se  fêtait  sol  par Jean­Paul II. 
invictus  ;  assister  aux  baptêmes,  mariages  et  Avance­t­on  cette  évidence  que  le 
enterrements  familiaux  devant  l’autel  et  ne  christianisme  paulinien,  l’officiel  donc,  a 
jamais  avoir  entendu  parler  des  évangiles  discrédité  le  corps,  la  chair,  le  plaisir,  qu’il 
apocryphes  ;  s’exposer  sous  des  crucifix  et  méprise les femmes ?
passer  à  côté  de  l’information  que  pour  le 
18 
Le  même  rétorque  :  extase  mystique  ­  À  la  manière  de  marxistes  qui  se  croient 
passant  sous  silence  que  toute  manifestation  tels  et  nient  la  lutte  des  classes  puis 
mystique  a  suscité  au  Vatican  une  abandonnent  la  dictature  du  prolétarait, 
condamnation  du  vivant  de  l’érotomane  nombre  de  juifs  et  de  chrétiens  ­  des 
avant  récupération  via  canonisation,  musulmans aussi, mais moins semble­t­il – se 
béatification  et  autres  cérémonies  de  fabriquent  une  morale  sur  mesure  qui 
récupération des égarés d’hier.  suppose  à  leur  convenance  le  prélèvement 
Lui  parle­t­on  des  génocides  amérindiens  dans  le  corpus  pour  constituer  une  règle  du 
au nom de la religion très catholique, du déni  jeu  et  une  appartenance  communautaire  au 
de  l’âme  et  de  l’humanité  des  indiens  détriment de l’essentiel ­  la référence à Dieu 
professé par les colonisateurs dévots ?  par exemple. 
Il  s’esclaffe  :  Bartolomeo  de  Las  Casas  ­  D’où  le  double  mouvement  d’une 
négligeant  en  passant  que  tout  défenseur  disparition  des  pratiques  visibles  coextensif 
théorique  des  indiens  qu’il  était,  ce  brave  au  renforcement  de  l’épistémé  dominante. 
chrétien  n’en a pas  moins  nourri  les  bûchers  Ainsi l’athéisme chrétien... 
des  livres  écrits  par  les  Guatémaltèques  tout 
en prenant soin qu’on découvre après sa mort  6 ­ L’athéisme chrétien. 
seulement, et par testament, qu’il  considérait 
la  cause  des  Noirs  identique  à  celle  des  Trop  longtemps  l’athée  a  fonctionné  en 
Indiens...  inversion  du  prêtre  point  par  point.  Le 
négateur de Dieu, fasciné par son ennemi, lui 
La même logique anime les interprètes de  a  souvent  emprunté  nombre  de  ses  tics  et 
la  loi coranique ­ ayatollahs et  mollahs ­ qui  travers. 
tâchent  de  donner  sens  et  cohérence  à  des  Or  le  cléricalisme  athée  ne  présente 
textes contradictoires dans le corps même de  aucune forme d’intérêt. 
leur  livre saint en  jonglant avec  les sourates,  Les chapelles de Libre­pensée, les Unions 
les  versets  et  les  milliers  de  hadiths  ou  en  rationalistes  aussi  prosélytes  que  le  clergé, 
finassant  avec  versets  abrogeants  et  versets  les  Loges  maçonniques  sur  le  modèle  de  la 
abrogés !  III° République ne méritent guère l’attention. 
On  attire  leur  attention  sur  la  haine  des 
Juifs  et  des  non  musulmans  qui  truffent  à  Désormais  il  s’agit  de  viser  ce  que 
longueur de pages le Coran ?  Deleuze  nomme  un  athéisme  tranquille,  à 
Ils  renvoient  à  la  pratique  de  la  dhimma  savoir un souci moins statique de négation ou 
qui  permet  aux  gens  du  livre  non  musulman  de  combat  de  Dieu  qu’une  méthode 
d’exister et d’être protégés.  dynamique  débouchant  sur  une  proposition 
Mais  ils  évitent  soigneusement  positive  destinée  à  construire  après  le 
d’expliquer  que  cette  protection  existe  combat. 
seulement  après  le  versement  sonnant  et  La  négation  de  Dieu  n’est  pas  une  fin, 
trébuchant  d’un  impôt  ­  la  gizya.  Ce  qui  mais  un  moyen  pour  viser  une  éthique  post­ 
apparente  cette  prétendue  loi  de  tolérance  à  chrétienne ou franchement laïque. 
une  pratique  mafieuse  de  protection  de  Pour  dessiner  les  contours  de  l’athéisme 
l’individu  soumise  au  financement  de  post­chrétien,  arrêtons­nous sur ce qu’il faut 
l’entreprise qui le rackette...  dépasser  encore  aujourd’hui  :  l’athéisme 
Ou  comment  inventer  l’impôt  chrétien – ou le christianisme sans Dieu. 
révolutionnaire !  Quelle étrange chimère une fois encore ! 
Ces  oublis,  cette  déperdition 
d’informations,  cette  soumission  à  La  chose  existe,  elle  caractérise  un 
l’obéissance  plus  qu’à  l’intelligence  vide  la  négateur de Dieu qui affirme en même temps 
religion de ses contenus authentiques pour ne  l’excellence  des  valeurs  chrétiennes  et  le 
plus produire qu’une pâle vulgate vaguement  caractère  indépassable  de  la  morale 
susceptible  d’être  accommodée  à  toutes  les  évangélique. 
sauces métaphysiques et sociologiques.  Son  travail  suppose  la  dissociation  de  la 
morale  et  de  la  transcendance  :  le  bien  n’a
19 
pas  besoin  de  Dieu,  du  ciel  ou  d’un  ancrage  effort post­chrétien mais une relecture laïque, 
intelligible,  il  se  suffit  à  lui­même  et  relève  immanente  du  contenu  et  du  message  laissé 
d’une  nécessité  immanente  ­  proposer  une  par le Christ. 
règle  du  jeu,  un  code  de  conduite  entre  les  Venus  du  continent  juif,  Vladimir 
hommes.  Jankélévitch – voir son Traité des vertus ­ et 
La théologie cesse d’être généalogique de  Emmanuel  Levinas  ­  lire  Humanisme  de 
la  morale,  la  philosophie  prend  le  relais.  l’autre  homme  ou  Totalité  et  infini 
Quand  la  lecture  judéo­chrétienne  suppose  fournissent  à  ce  judéo­christianisme  sans 
une  logique  verticale  ­  du  bas  des  humains  Dieu une partie de ses modèles. 
vers  le  haut  des  valeurs  ­,  l’hypothèse  de 
l’athéisme  chrétien  annonce  une  exposition  7 ­ Un athéisme post­moderne. 
horizontale  :  rien  en  dehors  du 
rationnellement  déductible,  pas  Le dépassement de cet athéisme chrétien ­ 
d’agencements  sur  un  autre  terrain  que  le  pas assez athée et encore trop chrétien à mon 
monde réel et sensible. Dieu n’existe pas, les  goût  ­  permet  d’envisager  sans  qu’il  soit 
vertus  ne  découlent  pas  d’une  révélation,  redondant  de  le  qualifier  ainsi,    un 
elles  ne  descendent  pas  du  ciel,  mais  authentique  athéisme  athée...  Ce  presque 
procèdent  d’une  mise  au  point  utilitariste  et  pléonasme  pour  signifier  une  négation  de 
pragmatique.  Dieu couplée à une négation d’une partie des 
valeurs  qui  en  découlent,  certes,  mais  aussi 
Les hommes se donnent à eux­mêmes des  pour  changer  d’épistémé,  puis  déplacer  la 
lois  et  n’ont  pas  besoin  pour  cela  d’en  morale et  la politique sur un  autre socle  non 
appeler à une puissance extra­terrestre.  pas nihiliste, mais post­chrétien. 
L’écriture immanente du monde distingue  Non pas aménager les Églises, pas plus les 
l’athée chrétien du Chrétien croyant.  détruire,  mais  construire  ailleurs,  autrement, 
Mais  pas  les  valeurs  qui  restent  autre  chose  pour  ceux  qui  ne  voudraient  pas 
communes.  Le  prêtre  et  le  philosophe,  le  continuer  de  loger  intellectuellement  dans 
Vatican  et  Kant,  les  Évangiles  et  la  Critique  des lieux de culte ayant beaucoup servi. 
de  la    raison  pratique,  Mère  Teresa  et  Paul 
Ricoeur,  l’amour  du  prochain  catholique  et  L’athéisme  post­moderne  abolit  la 
l’humanisme  transcendantal  de  Luc  Ferry  référence  théologique,  mais  aussi 
exposé  dans  L’Homme­Dieu,  l’éthique  scientifique, pour construire une morale. 
chrétienne  et  les  grandes  vertus  d’André  Ni Dieu ni la Science, ni le ciel intelligible 
Comte­Sponville  évoluent  sur  un  terrain  ni  l’agencement  de  propositions 
commun  :  la  charité,  la  tempérance,  la  mathématiques,  ni  Thomas  d’Aquin  ni 
compassion,  la  miséricorde,  l’humilité,  mais  Auguste  Comte  ou  Marx.  Mais  la 
aussi  l’amour  du  prochain  et  le  pardon  des  philosophie,  la  Raison,  l’Utilité,  le 
offenses,  l’autre  joue  tendue  quand  on  est  Pragmatisme,  autant  d’invitations  à  évoluer 
frappé  une  fois,  le  désintérêt  pour  les  biens  sur  le  terrain  de  l’immanence  pure,  dans  le 
de  ce  monde,  l’ascèse  éthique  qui  récuse  le  souci des hommes, par eux, pour eux, et non 
pouvoir,  les  honneurs,  les  richesses  comme  par Dieu, pour Dieu. 
autant de fausses valeurs qui détournent de la 
sagesse  véritable.  Voilà  leurs  options  Le  dépassement  des  modèles  religieux  et 
théoriques…  géométriques  s’effectue  dans  l’histoire  du 
côté des anglo­saxons Jeremy Bentham ­ lire 
Cet athéisme chrétien évacue la plupart du  et relire Déontologie ! ­ par exemple ­ ou son 
temps  la  haine  paulinienne  du  corps,  son  disciple  John­Stuart  Mill.  Tous  deux 
refus  des  désirs,  des  plaisirs,  des  pulsions  et  échafaudent  des  constructions  intellectuelles 
des passions. Plus en phase avec son époque  ici  et  maintenant,  ils  visent  des  édifices 
sur  les  questions  de  morale  sexuelle  que  les  modestes,  certes,  mais  habitables  :  non  pas 
chrétiens  avec  Dieu,  ces  tenants  d’un  retour  d’immenses  cathédrales  invivables,  belles  à 
aux  Évangiles  considèrent  que  le  remède  au  voir,  ­  ainsi  les  édifices  de  l’idéalisme
nihilisme de notre époque ne nécessite pas un 
20 
allemand  ! ­  impraticables,  mais des  bâtisses  Après  le  démontage  de  la  réactivité  des 
à même d’être réellement habitées.  monothéismes  à  l’endroit  de  la  vie 
immanente  et  possiblement  jubilatoire, 
Bien et Mal existent non plus parce qu’ils  l’athéologie  peut  s’occuper  particulièrement 
coïncident  avec  les  notions  de  fidèle  ou  de  l’une  des  trois  religions  pour  regarder 
d’infidèle  dans  une  religion,  mais  en  regard  comment  elle  se  constitue,  s’installe  et 
de  l’utilité  et  du  bonheur  du  plus  grand  s’enracine  sur  des  principes  qui  supposent 
nombre  possible.  Le  contrat  hédoniste,  ­  on  toujours  la  falsification,  l’hystérie collective, 
ne  peut  plus  immanent…  ­,  légitime  toute  le  mensonge,  la  fiction  et  les  mythes 
intersubjectivité,  il  conditionne  la  pensée  et  auxquels on donne les pleins pouvoir. 
l’action,  il  se passe tout à fait de Dieu, de  la  La  réitération  d’une  somme  d’erreurs  par 
religion et des prêtres.  le  plus  grand  nombre  finit  par  devenir  un 
Nul  besoin  de  menacer  d’un  Enfer  ou  de  corpus  de  vérités  auquel  il  est  interdit  de 
faire  miroiter  un  Paradis,  pas  utile  de  mettre  toucher,  sous  peine  des  dangers  les  plus 
sur pied une ontologie de la récompense et de  graves  pour  les  esprits  forts  ­  des  bûchers 
la  punition  post­mortem  pour  inviter  à  chrétiens  d’avant­hier  aux  fatwas 
l’action bonne, juste et droite.  musulmanes d’aujourd’hui. 
8 ­ Principes d’athéologie. 
Pour tâcher  de  voir  comment  se  fabrique 
L’athéologie  se  propose  trois  tâches  :  une mythologie, on peut proposer ­ deuxième 
d’abord  ­  première  partie  ­  déconstruire  les  partie  ­  une  déconstruction  du  christianisme. 
trois  monothéismes  et  montrer  combien,  En  effet,  la  construction  de  Jésus  procède 
malgré  leurs  diversités  historiques  et  d’une  forgerie  réductible  à  des  moments 
géographiques,  malgré  la  haine  animant  les  visibles  dans  l’histoire  pendant  un  ou  deux 
protagonistes  des  trois  religions  depuis  des  siècles  :  la  cristallisation  de  l’hystérie  d’une 
siècles,  malgré  l’apparente  irréductibilité  en  époque  dans  une  figure  qui  catalyse  le 
surface de  la  loi  mosaïque, des dits de  Jésus  merveilleux,  ramasse  les  aspirations 
et de la parole du Prophète, malgré les temps  millénaristes,  prophétiques  et  apocalyptique 
généalogiques  différents  de  ces  trois  du  moment  dans  un  personnage  conceptuel 
variations  effectuées  sur  dix  siècles  avec  un  nommé Jésus ; l’existence méthodologique et 
seul  et  même  thème,  le  fonds  demeure  le  nullement  historique  de  cette  fiction  ; 
même.  l’amplification et la promotion de cette fable 
par  Paul  de  Tarse  qui  se  croit  mandaté  par 
Qu’en est­il de ce fonds, justement ?  Dieu quand  il se contente de gérer sa propre 
Une série de haines violemment imposées  névrose  ;  sa  haine  de  soi  transformée  en 
dans  l’histoire  par  des  hommes  qui  se  haine  du  monde;  son  impuissance,  son 
prétendent  dépositaires  et  interprètes  de  la  ressentiment,  la  revanche  d’un  avorton  ­ 
parole  de  Dieu  ­  les  Clergés  :  haine  de  selon  son  propre  terme...  ­  transformés  en 
l’intelligence  à  laquelle  les  monothéistes  moteur  d’une  individualité  qui  se  répand 
préfèrent  l’obéissance  et  la  soumission  ;  dans  tout  le  bassin  méditerranéen  ;  la 
haine  de  la  vie  doublée  d’une  indéfectible  jouissance masochiste d’un homme étendue à 
passion  thanatophilique  ;  haine  de  l’ici­bas  la dimension d’une secte parmi des milliers à 
sans cesse dévalorisé en regard d’un au­delà,  l’époque : tout cela surgit quand on réfléchit 
seul réservoir de sens, de vérité, de certitude  un  tant  soit  peu  et  qu’en  matière  de  religion 
et  de  béatitude  possibles  ;  haine  du  corps  on récuse l’obéissance ou la soumission pour 
corruptible  déprécié  dans  le  moindre  détail  réactiver  un  acte  ancien  et  défendu  :  goûter 
quand  l’âme  éternelle,  immortelle  et  divine  du fruit de l’arbre de la connaissance... 
est parée de toutes les qualités et de toutes les 
vertus; haine des femmes enfin, du sexe libre  Cette  déconstruction  du  christianisme 
et  libéré  au  nom  de  l’Ange,  cet  anticorps  suppose  certes  un  démontage  de  la 
archétypal commun aux trois religions.  fabrication  de  la  fiction,  mais  aussi  une 
analyse  du  devenir  planétaire  de  cette 
névrose.
21 
D’où des considérations historiques sur la  colonialisme,  des  ethnocides,  des  génocides, 
conversion  politique  de  Constantin  à  la  des  Croisades,  des  Inquisitions,  aujourd’hui 
religion  sectaire  pour  de  pures  raisons  l’hyper­terrorisme planétaire... 
d’opportunisme  historique.  Conséquemment,  Déconstruire  les  monothéismes, 
le  devenir  impérial  d’une  pratique  limitée  à  démystifier  le  judéo­christianisme  ­  mais 
une  poignée  d’illuminés  devient  clair  :  de  aussi  l’islam,  bien  sûr­,  puis  démonter  la 
persécutés  et  minoritaires  les  chrétiens  théocratie,  voilà  trois  chantiers  inauguraux 
deviennent persécuteurs et majoritaires grâce  pour l’athéologie. 
à  l’intercession  d’un  Empereur  devenu  l’un  De  quoi  travailler  ensuite  à  une  nouvelle 
des leurs.  donne  éthique  et  produire  en  Occident  les 
Le  Treizième  apôtre,  comme  Constantin  conditions  d’une  véritable  morale  post­ 
se  proclame  en  un  Concile,  met  sur  pied  un  chrétienne  où  le  corps  cesse  d’être  une 
Empire  totalitaire  qui  édicte  des  lois  punition, la terre une vallée de larmes, la vie 
violentes  à  l’endroit  des  non­chrétiens  et  une  catastrophe,  le  plaisir  un  péché,  les 
pratique  une  politique  systématique  femmes  une  malédiction,  l’intelligence  une 
d’éradication de la différence culturelle.  présomption, la volupté une damnation. 
Bûchers  et  autodafés,  persécutions 
physiques,  confiscations  des  biens,  exils  À  quoi  pourrait  dès  lors  s’ajouter  une 
contraints  et  forcés,  assassinats  et  voies  de  politique  moins  fascinée  par  la  pulsion  de 
faits,  destructions  d’édifices  païens,  mort que par la pulsion de vie. 
profanation  de  lieux  et  d’objets  de  culte,  L’Autre  ne  s’y  penserait  pas  comme  un 
incendie  de  bibliothèques,  recyclages  ennemi,  un  adversaire,  une  différence  à 
architecturaux  de  bâtiments  religieux  supprimer, réduire et soumettre, mais comme 
antiques  dans  les  nouveaux  monuments  ou  la chance d’une  intersubjectivité à construire 
dans le remblayage des routes, etc.  ici  et  maintenant,  non  pas  sous  le  regard  de 
Avec  les  pleins  pouvoirs  pendant  Dieu ou des dieux, mais sous celui des seuls 
plusieurs  siècles,  le  spirituel  se  confond  au  protagonistes,  dans  l’immanence  la  plus 
temporel...  radicale.  De  sorte  que  le  Paradis  fonctionne 
moins  en  fiction  pour  le  Ciel  qu’en  idéal  de 
D’où  ­  troisième  partie  ­  une  la raison ici­bas.
déconstruction  des  théocraties  qui  supposent 
la  revendication  pratique  et  politique  du 
pouvoir  prétendument  issu  de  Dieu  qui  ne 
parle pas, et pour cause, mais que font parler 
les prêtres et le clergé. Au nom de Dieu, mais 
via  ses  prétendus  serviteurs,  le  Ciel 
commande  ce  qui  doit  être  fait,  pensé,  vécu 
et pratiqué sur Terre pour Lui être agréable ! 
Et les mêmes qui prétendent porter Sa parole 
affirment  leur  compétence  dans 
l’interprétation  de  ce  qu’Il  pense  des  actions 
effectuées en Son nom... 
La  Théocratie  trouve  son  remède  dans  la 
démocratie  :  le  pouvoir  du  peuple,  la 
souveraineté  immanente  des  citoyens  contre 
le  prétendu  magistère  de  Dieu,  en  fait  de 
ceux  qui  s’en  réclament...  Au  nom  de  Dieu, 
l’histoire  témoigne,  les  trois  monothéismes 
font couler pendant des siècles d’incroyables 
fleuves  de  sang  !  Des  guerres,  des 
expéditions  punitives,  des  massacres,  des 
assassinats  ­  Moïse  lui  même,  Mahomet 
également,  Paul  probablement  ­,  du 
22 

Vous aimerez peut-être aussi