Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 2 Transformée en z

I. Définition

La transformée en z, qui ne s’applique qu’aux signaux à temps discret joue un rôle identique à la

transformation de Laplace pour les signaux à temps continu.

Ces transformations (en z et de Laplace, dites à variables complexes, permettent de calculer des

transformées de signaux qui divergent exponentiellement. Elles sont essentielles à l’étude et à

l’analyse des signaux et des systèmes. On se limitera dans ce cours à la transformée en z mono-

latérale.

Pour un signal échantillonné ( ), la transformée de Laplace est donné par :

( ) = ( )= ( ) (1)

On effectue la substitution : ≜ , on obtient :

( )= ( ) = ( ) (2)

Exemples :

1. Impulsion discrète : ( )
1, ! = 0$
( )= ( )=
0, ! ≠0 1

( )= ( ) =∑ ( ) =1

2. Echelon discret : Γ( )

1, ! ≥ 0$
( ) = Γ( ) =
0, ! <0
1

( )= Γ( ) = Γ( ) =1+ )
+ *
+ +
+⋯

( )= =
) /
Cette série converge si | | > 1 vers
) / 01 / )

3. Fonction exponentielle :

H.Balaska 1
Chapitre 2 Transformée en z

( )= 2
. Γ( ) = 41, 2
, *2
, +2
,…6

1
( )= Γ( ) = 2
= ( 2 )
) =
1− 2 )

Avec la région de convergence : | 2 )|


<1⇒| |> 2

II. Propriétés

• Linéarité :
/ /
Etant donné : )( ) 9::; )( ), *( ) 9::; *( ),<) , <* deux constantes :

<) ) ( ) + <* *( ) = <) )( ) + <* *( ) (3)

• Retard :
>
( ) 9:; ( )
x(k) x(k-n)

>
( − ?) 9:; @
. ( ) (4)

n
• Avance :

Soit B( ) une séquence discrète issus de l’avance de ‘n’ échantillons d’un signal causal x(k) :

B( ) = ( + ?). Γ( )
x(k+n)

y(k) x(k)

-n

C( ) = B( ) = ( + ?)Γ( )

En posant : D = + ?, on obtient :

H.Balaska 2
Chapitre 2 Transformée en z

C( ) = (D)Γ(D − ?) (E @)
= @
. (D) E

E @ E @

@ )

C( ) = @
F (D) E
− (D) E
G
E E

@ )

C( ) = @
. ( )− (D) @ E
(5)
E

I ( + ?). Γ( )J = @
. ( )− @
. (0) − @ )
. (1) − ⋯ − . (? − 1)

• Changement d’echelle :

I< . ( )J = < ( ) = ( ).K L = K L (6)


< <

• Multiplication d’une suite par l’indice temporel N :


>
( ) 9:; ( )

> O
B( ) = . ( ) 9:; − ( ) (7)
O

• Théorème de la valeur initiale :

(0) = lim ( ) (8)


/→

• Théorème de la valeur finale :

(∞) = lim (1 − )
) ( ) (9)
/→)

• Théorème de la somme :

( ) = lim ( ) (10)
/→)

• Convolution discrète :
>
( ) 9:; ( )

>
B( ) 9:; C( )

I ( ) ∗ B( )J = ( ). C( ) (11)

H.Balaska 3
Chapitre 2 Transformée en z

III. Calcul de la transformée en Z

III.1. Par la formule de définition

Y( ) = Z( ) (12)

Cette méthode est souvent lourde à mettre en œuvre.

Exemples :

• Z( ) = λ[

1
Y( ) = = 1+ )
+ *λ *
+⋯= = (13)
1− ) −
λ λ
λ λ

• Z( ) =

O O
Y( ) = = = )
=− =−
O O

O 1 *
=− = = (14)
O 1− ) (1 − ) )* ( − 1)*

III.2. Par la méthode des résidus

Y( )
Y( ) = \é !O^ _ (15)
1− )
`
`

Où les a sont les pôles de la fonction de transfert Y( )

Exemple :

1
Y( ) = (16)
( + 1)

H.Balaska 4
Chapitre 2 Transformée en z

1
( + 1)
Y( ) = \é !O^ b c
1− )
`
` , )

1 1 1 1
= lim( ) + lim ( )
→ 1− ) +1 → ) 1− )

1 1
= − (17)
1− ) 1− )

III.3. Par l’utilisation des tables

Le plus souvent on possède la transformée de Laplace du système. On procède à une décomposition

en éléments simples puis, à l’aide du tableau donnée à la fin de ce document, on obtient la

transformée en z. Notez que la connaissance des propriétés de la transformée en z est souvent

nécessaire.

Exemple :

Soit à transformer en z, le système donné par sa fonction de transfert en s :

4 +
Y( ) = (18)
( * + 1)( + 1)+

Décomposition en éléments simples

La forme de sa décomposition en éléments simples se déduit de la valeur et de la multiplicité de ses

pôles. Nous avons :

4 + < d e (O + )
Y( ) = = + + + * (19)
( + 1)( + 1)
* + + 1 ( + 1) * ( + 1) + ( + 1)

Il s’agit désormais de déterminer la valeur de chaque coefficient a, b, c, d, e

4 + 1 4 2 ( − 1)
Y( ) = = − + − + (20)
( * + 1)( + 1)+ + 1 ( + 1)* ( + 1)+ ( * + 1)

Transformations en z d’après la table des transformées

1 /
− 9; − (21)
+1 −

H.Balaska 5
Chapitre 2 Transformée en z

4 /
9:
; 4 (22)
( + 1)* ( − )*

( − 1) 1 / ( − ef ) !?
= − 9:; − (23)
( * + 1) ( * + 1) ( * + 1) * − 2 ef +1 * − 2 ef +1

2 /
− 9:; ?
( + 1) +

D’après la table, nous avons :

1 h01 > 2
9:; 2[
9:;
( + <)* ( − 2 )*

i* j=(
) * 2[ )
k2)l
Aussi

I . ( )J = − ( )
m
m/
Sachant que :

Donc :

O 2 2 2
I . 2[ J
=− n o=− n −2 o
O ( − 2 )* ( − 2 )* ( − 2 )+

* 2
( + 2
)
= (24)
( − 2 )+

Enfin, nous aurons :

4 +
Y( ) = n o
( * + 1)( + 1)+

* 2
( + 2
)
=− +4 +
− ( − ) * ( − 2 )+

*
− (ef + !? )
+ * − 2 ef
(25)
+1

)
IV. Transformée en z inverse :

Connaissant ( ), transformée en z d’un signal x(k), on cherche à retrouver l’originale temporelle

de ce signal. Dans ce qui suit, nous présenterons trois méthodes de calcul.

IV.1. Théorie des résidus

H.Balaska 6
Chapitre 2 Transformée en z

Z( )= \é !O^ 4 )
Y( )6/ /` (26)
/`

Où les a sont les pôles de la fonction Y( )

Exemple

Y( ) =
−< −1

Il y a deux résidus en z=a et z=1


*
1
\ = lim )
=
/ )
/→)
−< 1−<

*
< k)
\ = lim )
=
/ 2
/→2
−1 <−1

Donc :

1 < k) 1 − < k)
Z( )= + =
1−< <−1 1−<

IV.2. Par division polynomiale

On ne cherche alors que les premiers échantillons de la réponse d’un système à une entrée spécifiée.
/
Exemple : original de / .p

t t-0.5
−t + q. r
1+0.5t u
+ q. srt s
+⋯
q + q. r

−q. r + q. srt u

q + q. srt u

Nous aurons alors :

Z ∗ ( ) = ( ) + 0.5 ( − ) + 0.25 ( − 2 ) + ⋯

Donc : Z(0) = 1, Z( ) = 0.5, Z(2 ) = 0.25, …

H.Balaska 7
Chapitre 2 Transformée en z

IV.3. Par l’utilisation des tables

La méthode consiste à :

v(/)
/
Décomposer en éléments simples, puis à l’aide de la table des transformées retrouver les

originaux.

= + + +⋯+
v(/) v(/) w1 wx wl wy
/ / / /1 / /x / /l / /y
Décomposer en éléments simples, construire , revenir à

Y( ) = / 1/ + / x/ + / l/ + ⋯ + / y/ .
w / w / w / w /
1 x l y

/ 01
En utilisant : K/ 2L 9::; < Γ( ), on obtient :
/

Z( ) = z) ) + z* * + z+ + + ⋯ + z@ @ , ≥0 (27)

H.Balaska 8
Chapitre 2 Transformée en z

Table des transformées

{(|). Γ(|) F(s) F(z)

( ) 1 1

( − )

1 1
1− )
Γ(t)

1 )
. Γ( ) * (1 − ) )*

* 1 *
(1 + ) )
)
Γ( )
2! + 2(1 − ) )+

1 1
2[
Γ( )
+< 1− 2 )

1 2 )
. 2[
Γ( )
( + <)* (1 − 2 ) )*

1 − cos (• ) )
cos (• ). Γ( )
( * + •*) 1 − 2 cos(• ) ) + *

• sin (• ) )
sin (• ). Γ( )
( + •*)
*
1 − 2 cos(• ) ) + *

+< *
− 2
cos (• )
2[
cos(• ) . Γ( )
( + <)* + • * * −2 2 cos(• ) + *2

• 2
sin(• )
2[
sin(• ) . Γ( )
( + <)* + • * * −2 2 cos(• ) + *2

2[
. Z( ). Γ( ) Y( + <) Y( 2
)

! O
. Γ( ) − ( )
. Γ( ))
k) O

H.Balaska 9

Vous aimerez peut-être aussi