Vous êtes sur la page 1sur 12

-1 -

Chap. 2 ENERGIE CINETIQUE

I. Notion d’énergie :
L’énergie est la capacité d'un système à produire du travail. Elle se manifeste sous différentes
formes et peut passer d'une forme à une autre, ou se décomposer en plusieurs formes.
La grandeur physique caractérisant l’énergie est notée E et s’exprime en Joule.
L’énergie totale de l’Univers est constante, elle ne fait que se transformer ou se propager.
Nous aborderons dés cette année l’étude de certaines formes d’énergie : l’énergie cinétique,
l’énergie potentielle, l’énergie mécanique, l’énergie électrique, l’énergie thermique et l’énergie
chimique.

II. Energie cinétique :


II. 1 Aspect qualificatif

A. Expérience :
o Dispositif :
Un mobile autoporteur s est placé sur une table horizontale : on lui attache un fil passant dans
la gorge d’une poulie et qui porte un solide S’ à son extrémité. Quand on lâche S’, il entraîne S
dont la vitesse augmente progressivement. Plaçons alors un objet sur le trajet de S, une balle de
ping-pong par exemple.

o Observation :
La balle de ping-pong est vivement projetée lorsque S vient la frapper.
B. Interprétation :
Lorsque le mobile S est en mouvement à la vitesse v , il possède de l’énergie. En effet, est
capable est capable de mettre en mouvement un autre objet : il n’est pas capable de projeter la
balle de ping-pong s’il est immobile. On donne donc à cette énergie le nom d’énergie cinétique.
C. Définition :
L’énergie que possède un corps du fait de sa vitesse est appelée énergie de mouvement ou
cinétique (du grec kinéma qui signifie mouvement).

II. 2 Expression de l’énergie cinétique :

a. Energie cinétique d’un objet ponctuelle :

Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S


-2 -

Rappelons qu’un objet ponctuel est un objet dont les dimensions sont suffisamment petites pour
qu’on puisse l’assimiler à un point.
L’énergie cinétique d’un point matériel de masse m à un instant où sa vitesse est V est donnée
par l’expression :
1
Ec = mV2  ;
2
Remarque :
- L’énergie cinétique
est une grandeur positive.
- l’énergie cinétique d’un corps dépend du référentiel dans lequel on l’évalue.
b. Energie cinétique d’un solide en translation :
Considérons un solide de masse M en mouvement de translation de vitesse V.
On dit qu’un corps est en mouvement de translation si tous les points matériels constitutifs du
corps ont même vecteur vitesse à tout instant t.
Le solide est donc constitué d’une infinité de points matériels A 1, A2, A3,… de masses respectives
m1, m2, m3,…

L’énergie cinétique du solide (S) est la somme des énergies cinétiques de tous les points
matériels :
Ec = Ec1 + Ec2 + Ec3 + …
1 1 1
= m1V12 +
m2V22 + mV32 + …
2 2 2
1 1 1
= m1V12 +
m2V22 + mV32 + …
2 2 2
Or on a = = =… = ( car le mvt est en translation )
1
= ( m1 + m2 + m3 + … )V
2
2
D’où l’expression donnant l’énergie cinétique d’un solide :
1
Ec = MV2  ;
2
Avec M = m1 + m2 + m3 + …

Exercice d’application :
Un solide de masse M est animé d’un mouvement de translation de vitesse V. Son énergie
cinétique est de 1000 Joules.
Quelle serait la nouvelle valeur de cette énergie.
- Si la vitesse du solide était réduite de moitié ?
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-3 -

- Si la vitesse du solide devenait 4 fois plus importante ?


- Si la masse du solide devenait 4 fois plus grande ?
- Si la masse du solide devenait 4 fois plus grande et sa vitesse 2 fois plus faible ?
c. Energie cinétique d’un solide en rotation autour d’un axe fixe :
Considérons un solide de masse M animé d’un mouvement de rotation autour d’un axe fixe (Δ).
Les points matériels constitutifs du solides (A1, A2, A3,… ) décrivent tous des cercles centrés sur
l’axe de rotation, de rayons respectifs R1, R2, R3,… De plus les points ont, à tout instant, la même
vitesse angulaire ω.

A1

A1

L’expression de l’énergie cinétique du solide à un instant où sa vitesse angulaire est ω sera  


donnée par :
Ec = Ec1 + Ec2 + Ec3 + …
1 1 1
= m1V12 +
m2V22 + mV32 + …
2 2 2
Or Vi = Ri ωi
1 1 1
=> Ec = m1( R1 ω1 )2 + m2( R2 ω2 )2 + m3( R3 ω3 )2 + …
2 2 2
1
= ( m1R12 + m2R22 + m3R3 2 + … ) ω2 car ω1 = ω2 = ω3 = … = ω
2
La quantité positive, qui ne dépend que du solide, est appelée moment d’inertie par rapport à
l’axe ( Δ ). Elle est notée JΔ et s’exprime en kg.m2 dans le système international.
L’expression de l’énergie cinétique d’un objet en mouvement de rotation autour d’un axe fixe
s’écrit finalement :

1
Ec = 2
JΔ ω2  ;

- Moments d’inertie de quelques solides


a) Cas d’un cerceau :

Mr NDONG J = MR2
Δ de Physique-Chimie1°S
Cours
-4 -

b) Cas d’un disque homogène :

1
JΔ = 2
MR2

c) Cas d’un cylindre creux :

JΔ = MR2

d) Cas d’un cylindre homogène plein :

1
JΔ = 2
MR2

e) Cas d’une sphère homogène :

2
JΔ = 5
MR2

- Exercice d’application  :
Un disque homogène de masse m = 50 g de rayon R = 20 cm tourne autour d’un axe fixe ( ∆ )
passant par son centre.
L’axe ( ∆ ) est perpendiculaire au plan du disque. Calculer le moment d’inertie du disque par
rapport à l’axe ( ∆ ).
Calculer l’énergie cinétique du disque lorsqu’il tourne à la vitesse de 5 trs/s.

Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S


-5 -

III Théorème de l’énergie cinétique :

III. 1 Etude expérimentale de la chute libre :

a) Principe de l’expérience : ( voir fiche TP )


b) Tableau des valeurs :

Z(m)
V( m/s)
V2

c) Graphe V2 = f(t)
L’équation de la droite est de la forme y = ax
Nous pouvons donc écrire que V2 = a Z
Le coefficient directeur de la droite est a = …… = 2g
<=> = 2g <=> ΔV2 = 2gΔZ
1
Multiplions les deux membres m
2
1 1
m ΔV2 = mgΔZ <=> Δ( m V2) = mgΔZ
2 2
d) Conclusion :
La variation de l’énergie cinétique de la bille entre deux dates quelconques est égale au travail
effectué entre ces 2 instants par le poids de la bille ( unique force s’exerçant sur la bille ).

III. 2 Enoncé du théorème de l’énergie cinétique :


Ce résultat expérimental dans un cas simple est en fait simple. Nous admettrons l’énoncé ci-
dessous (appelé couramment théorème de l’énergie cinétique).
La variation de l’énergie cinétique d’un système entre deux instants est égale à la somme des
travaux effectués entre ces deux instants par les différentes forces qui s’exercent sur le système.
Nous noterons :

ΔEc = W()

Ce théorème est général, il est applicable pour tous les types de mouvements : translation,
rotation, translation et rotation combinés
Remarque :
Lorsque le système est indéformable, le théorème de l’énergie cinétique s’écrit :

ΔEc = W(forces extérieures)


III. 3 Exercices d’application  :

 Exercice 1 :
Un cycliste et sa machine ont une masse totale M = 72 kg.
1) le cycliste roule sur une route horizontale à la vitesse constante de 24 km/h. les
frottements chaussée-pneus et la résistance de l’air sont équivalents à une force unique
de même direction que le vecteur vitesse. On donne f = 15 N.
Trouver la puissance développée par le cycliste.
2) Le cycliste remonte une route inclinée de pente 3%avec la même vitesse de 24 km/h. les
forces résistantes ont la même intensité précédemment. Trouver l’intensité
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-6 -

 Exercice 2 :
Un volant de masse m = 1960 kg tourne autour de son axe de révolution () à raison de
N = 1200trs/min.
Il est assimilable à un cylindre homogène plein de rayon R = 50 cm.
1) Calculer le moment d’inertie J du volant par rapport à l’axe ().
2) Quelle est la variation de la vitesse angulaire du volant (en tours par minute) lorsque le
volant perd 1/100 de son énergie cinétique ?
3) On applique au volant une force F;\s\up7(( en un point A situé à d = 40 cm de l’axe ()
et tangente au cercle passant par A et centré sur l’axe ().
Au bout de combien de tours le volant va-t-il s’immobiliser ?

ENERGIE POTENTIELLE - ENERGIE MECANIQUE


THEOREME DE L’ENERGIE MECANIQUE

I. Energie potentielle :
I.1 Notion d’énergie potentielle :
Du fait de sa position par rapport à la terre, l’eau accumulée derrière un barrage en amont
d’une usine hydroélectrique se comporte comme une réserve d’énergie : en s’engouffrant dans
les conduites forcées, elle acquiert de l’énergie cinétique puis se précipite sur les tribunes pour
les fait tourner.
L’énergie mise en réserve est appelée énergie potentielle de pesanteur car elle est associée à
l’interaction qui existe entre l’eau et la terre.
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-7 -

Il existe d’autres formes d’énergies potentielles associées à d’autres types d’interactions. Ainsi,
un ressort comprimé, un arc tendu, un fil de torsion tordu possèdent tous de l’énergie
potentielle élastique.
Définition : l’énergie potentielle est l’énergie en réserve que possède un système du fait de la
position de ses différentes parties en interaction.
I.2 Expression de l’énergie potentielle :
a. Energie potentielle de pesanteur :
L’énergie potentielle d’un solide S de masse m placé dans le champ de pesanteur terrestre a
pour expression :

Epp = mgZ + cte Z : la cote du centre d’inertie G du solide sur un axe
vertical Z’Z orienté vers le haut ;

Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S


-8 -

ENERGIE ELECTRIQUE TOTALE


MISE EN JEU DANS UN CIRCUIT ELECTRIQUE

P N

I. Rappels sur les dipôles:


I.1
Générateurs :
a Convention générateur :
Considérons le générateur suivant :

(E,r)
P + IPN N

UPN

Pour un générateur, les sens des flèches symbolisant l’intensité du courant ( IPN) et la tension
considérée (ici UPN) sont les mêmes.
b. Loi d’ohm d’un générateur :
Un générateur est caractérisé par sa force électromotrice (f.e.m) E et par sa résistance interne r.
La tension à ses bornes lorsqu’il débite un courant continu d’intensité I est :
C’est la loi d’ohm d’un générateur
Ou UNP = - E + rI
I.2 Récepteurs :
a. Convention récepteur :
(e’, r’)
A IAB B

UAB

Dans la convention récepteur la flèche qui symbolise l’orientation du dipôle pour l’intensité du
courant IAB et celle qui représente la tension à considérer UAB sont de sens contraires.
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-9 -

b. Loi d’ohm pour un récepteur :


Pour le récepteur, la tension UAB entre ses bornes A et B et l’intensité du courant le traversant IAB
sont reliés
par:

Avec: e’ la force contre-électromotrice (notée la f.c.e.m). Elle s’exprime en volt


r’ la résistance interne du récepteur.
Remarque : Dans le cas d’un conducteur ohmique, il n’existe pas de f.c.e.m. La loi d’ohm
s’écrit :
 ; R la résistance interne du conducteur ohmique

II. Energie électrique échangée par un dipôle :


II. 1 Travail de la force électrique :

A B

Soit Q la quantité d’électricité qui est passée de B vers A pendant l’intervalle de temps Δt
Le travail de la force électrique appliquée à la charge Q lorsqu’elle passe de B à A est :
W = Q. (VB - VA)
Or I=- <=> Q = - IΔt
=> W = - I.Δt. (VB - VA) = I.Δt. (VA – VB)
Donc
Ce travail constitue l’énergie électrique échangée par le dipôle avec le reste du circuit
pendant l’intervalle de temps Δt.
Remarque :
o Si W > 0, le dipôle reçoit de l’énergie électrique : c’est un récepteur.
o Si W< 0, le dipôle cède de l’énergie électrique : c’est un générateur

II. 2 Puissance électrique : 


La puissance électrique échangée par un dipôle AB quelconque, parcouru par un courant
continu s’écrit :
P = = = UABIAB ;
Autre unité :
On utilise souvent, en électricité, le kilowattheure de symbole kWh : 1kWh = 3.6.106J.

III. Etude énergétique de quelques dipôles :


III.1 Cas d’un conducteur ohmique :
A R B

UAB

Wéch = UABIABΔt
Or d’après la loi d’ohm UAB = RIAB
Wéch = RIAB2Δt > 0
Donc Wéch = WR
Le conducteur ohmique cède au milieu extérieur une quantité de chaleur
(loi de Joule)
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-10 -

La puissance correspondante est :


PJ consommée par effet Joule.
III 2 Cas d’un récepteur : électrolyseur,moteur :
Exemple du moteur :

(e’, r’)
A B


UAB

Wéch = UABIABΔt > 0


Or UAB = e’ + r’IAB
D’où Wéch = WR =(e’ + r’ IAB) IABΔt
La puissance électrique correspondante est donc :

la puissance électrique se partage en deux termes :


 Le terme r’IAB2 qui représente la puissance joule ( PJ ) et se traduit par un
dégagement de chaleur dans l’électrolyseur.
 Le terme e’IAB qui représente la puissance électrique transformée pour réaliser
les réactions chimiques qui se produisent au niveau des électrodes. On
l’appelle la puissance utile Pu.
– Bilan énergétique de l’électrolyseur

Puissance
Reçue Pr = UAB IAB

Puissance utile Puissance joule


Pu = e’IAB PJ = r’IAB2

–Rendement de l’électrolyseur
le rendement de l’électrolyseur est donné par la relation :

ρ=
Ainsi, on a :
ρ= = ; <1

III 3 Cas d’une pile

P
(e,r)
N

Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S


INP
-11 -

UPN
Loi d’ohm de la pile :
UPN = e – rINP

=> UPNINP = e INP - rINP2

<=> e INP = UPNINP + rINP2



 eINP représente la puissance « engendrée » par le générateur. On la note Pt.
 UPNINP = eINP – rINP2 représente la puissance disponible (Pd) aux bornes de la pile.
 rINP2 représente la puissance consommée par effet Joule au niveau de la pile.
On peut ainsi écrire :

Puissance engendrée par


 Bilan énergétique danslaune
pile :pile  : eINP
Pt =

Puissance disponible
Puissance consommée
aux bornes de la pile :
par effet Joule :
Pd = eINP – rINP2
PJ = rINP2

 Rendement de la Pile

ρ=
Ainsi :

ρ= <=> <1
IV. Bilan énergétique dans un circuit : loi de POUILLET

IV.1 Cas d’un circuit simple :

P + N

UPN

UBN
UAB
A B
0 

On a: UPN = UPA + UAB + UBN
=> UPNI = UABI + UBNI 
D’où Pd = Prr + Pre
Nous pouvons donc dire que la puissance cédée par le générateur est égale à la somme des
puissances reçues par de l’électrolyseur et du résistor.
 <=> (e – rI)I = (e’ – r’I)I + RI
Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S
-12 -

=> eI - e’I = rI2 + r’I2 +RI2 <=> e -e’ = ( r + r’ +R )I

D’où c’est la loi de POUILLET

o Bilan énergétique du circuit


=> eI = e’I + rI2 + r’I2 +RI2
L’équation peut s’écrire :
Pe = PJp + PJr + PJe + Pc

Puissance engendrée
Pt = eI

Puissance Joule Puissance Joule Puissance reçue par


dans la pile PJp = rI2 dans le résistor : l’électrolyseur
PJr = RI2 Pre =UAB = e’I + r’I2

Puissance Joule Puissance chimique


dans l’électrolyseur Pc = e’I
PJe = r’I2

o Rendement du circuit :
Pour le circuit le rendement s’écrit :

ρ= = ; <1
IV.2 Cas général :
 Dans un circuit, en régime permanent, comportant des dipôles (générateurs et
récepteurs) placés en série, la somme des puissances électriques cédées par les
générateurs est égale, en valeur absolue, à la somme des puissances électriques reçues
par les récepteurs.
 La loi de POUILLET généralisée s’écrit :

 : La somme des f.e.m des générateurs en série dans le même sens.


 : La somme des f.c.e.m des différents récepteurs.
 : La somme des résistances des différents dipôles du circuit.

Mr NDONG Cours de Physique-Chimie1°S

Vous aimerez peut-être aussi