Vous êtes sur la page 1sur 27

La fibre optique est un câble permettant de propager des ondes lumineuses entre deux lieux.

La lumière est conduite sans perte au cœur du câble, et elle suit les éventuelles courbures de
son support.

Dans quels domaines peut être utilisée une fibre optique ?


La fibre optique est généralement utilisée en informatique, pour la transmission de données à
très haut débit et sur de grandes distances. Toutefois, elle possède d'autres applications
répandues comme en médecine (on parle alors de fibroscopie), en automatisation (pour les
mesures en temps réel des capteurs), ou en éclairage décoratif.

Quels sont les avantages de la fibre optique ?


Dans les réseaux de télécommunications, la fibre optique est particulièrement appréciée pour
son atténuation très faible et ses débits très élevés. Ces caractéristiques font de la fibre optique
la meilleure solution disponible pour transmettre des données sur de grandes distances,
comme dans le cas des câbles sous-marins intercontinentaux. De plus, la fibre optique est
insensible aux interférences électromagnétiques. Elle est donc fortement utilisée par les
armées et les entreprises exigeant une importante fiabilité, ou dans les environnements où les
câbles de cuivre seraient perturbés par des ondes radio ou de forts courants électriques.

À quoi sert la fibre optique pour l’accès à Internet ?


Initialement, la fibre optique ne servait qu'à connecter les centraux téléphoniques ou les
continents entre eux. Avec l'accroissement des besoins des entreprises et des particuliers en
très haut débit, la desserte par fibre optique se fait maintenant jusqu'en bas de l'immeuble
(FTTB) et surtout, pour des performances optimales, jusqu'au logement (FTTH).

Cette technologie augmente sensiblement les débits par rapport à l'ADSL, et fait baisser la
latence à quelques millisecondes seulement. Il en résulte des téléchargements bien plus
rapides et un meilleur confort d'utilisation dans le cadre de la visioconférence ou des jeux en
ligne.

À l'inverse de l'ADSL, la fibre optique offre un débit symétrique, et donc un débit d'émission
et de réception équivalents. Elle permet ainsi de nouveaux usages comme le stockage NAS à
domicile, ou l'envoi de flux vidéo en Ultra Haute Définition.

Fibre optique

La fibre optique désigne le support et la technologie associés à la transmission des


informations sous la forme d'impulsions lumineuses dans un fil ou une fibre de verre ou de
plastique.
Un câble en fibre optique contient un certain nombre de ces fibres de verre, de quelques-unes
à deux cents environ. L'âme de la fibre est enrobée d'une autre couche en verre dite « gaine
optique ». Une couche appelée revêtement protège la gaine optique, puis la gaine du câble
vient ajouter la couche de protection finale.

Fonctionnement de la fibre optique

La fibre optique transmet les données sous forme de particules lumineuses, ou photons,
envoyées dans un câble en fibre optique. L'âme de la fibre et la gaine optique ont des indices
de réfraction différents qui répercutent le signal lumineux entrant selon un certain angle.
Quand les signaux sont envoyés dans le câble en fibre optique, ils sont réfléchis par l'âme et la
gaine optique en une série de rebonds en zigzag selon un phénomène qu'on appelle la
réflexion totale.

A cause des couches de verre plus denses, les signaux lumineux voyagent à une vitesse
inférieure de 30 % à celle de la lumière. Pour renouveler ou amplifier le signal tout au long de
son parcours, la transmission par fibre optique a parfois recours, par intervalles, à des
répéteurs qui régénèrent le signal optique par conversion en signal électrique, traitement dudit
signal électrique et retransmission sous forme optique.

Types de câbles en fibre optique

Les fibres multimode et monomode sont les deux grands types de câble en fibre optique. La
fibre monomode, avec son âme plus fine qui réduit l'atténuation (affaiblissement du signal),
sert aux longues distances. Le diamètre plus réduit isole la lumière sur un seul faisceau : le
trajet est plus direct et le signal se propage sur une distance plus longue.

En outre, la fibre monomode présente une bande passante considérablement supérieure à la


fibre multimode. La source de lumière utilisée sur la fibre monomode est habituellement un
laser. La fibre monomode coûte généralement plus cher à cause du niveau de précision des
calculs nécessaires à l'émission de la lumière laser dans une ouverture plus petite
Câble en fibre optique

La fibre multimode sert aux petites distances : l'âme (support central physique transportant les
signaux optiques entre une source de lumière et un récepteur) d'un diamètre plus important
permet aux signaux lumineux de rebondir et se refléter davantage sur leur parcours.

Le diamètre accru permet à plusieurs impulsions lumineuses de se propager simultanément


dans le câble, ce qui augmente le volume de données transmis. Toutefois, cette technique
augmente également la perte ou l'évanouissement du signal, ou encore le bruit que subit ce
dernier. Les fibres optiques multimode créent généralement l'impulsion lumineuse avec une
diode électroluminescente.

Si le cuivre a longtemps été le support traditionnel des télécommunications, des réseaux et des
connexions câblées, la fibre optique s'est imposée en concurrente généralisée. La plupart des
lignes téléphoniques longue distance passent désormais par des câbles en fibre optique.

Avec sa bande passante plus large et ses vitesses supérieures, la fibre optique transporte
davantage d'informations que le classique câble en cuivre. Et comme le verre n'est pas
conducteur d'électricité, la fibre optique ne subit pas d'interférence électromagnétique ; les
pertes de signal s'en trouvent limitées.
De plus, les câbles en fibre optique peuvent être immergés dans l'eau et servent dans des
environnements plus exposés aux risques ; par exemple pour les câbles sous-marins.
Comparés aux câbles en cuivre, les câbles en fibre optique sont aussi plus résistants, plus fins
et plus légers, et le rythme de leur maintenance ou de leur remplacement est plus espacé.

Toutefois, le cuivre est souvent moins cher que la fibre, et est déjà installé dans de
nombreuses zones où la fibre optique n'a pas été déployée. En outre, la fibre de verre requiert
davantage de protection que le cuivre à l'intérieur de la gaine, et l'installation de nouveaux
câbles, quels qu'ils soient, nécessite beaucoup de main-d’œuvre.

Bidire
ctional dense wavelength division multiplexing (DWDM ou multiplexage en longueur d'onde)

Usages de la fibre optique

Les réseaux informatiques font un usage courant de la fibre optique du fait de sa capacité à
transmettre des données et à offrir une large bande passante. De la même façon, la fibre
optique sert souvent en radiodiffusion et en électronique pour offrir de meilleures connexions
et performances.

Les secteurs militaire et de l'aérospatiale l'utilisent également comme moyen de transmission


de signaux et de communication, ainsi que pour sa capacité de sondage thermique. L'autre
avantage des câbles optiques tient à leur poids et leur taille inférieurs.

On trouve fréquemment la fibre optique dans divers dispositifs médicaux pour fournir un
éclairage précis. Elle est également de plus en plus présente dans les capteurs biomédicaux
utilisés dans les procédures médicales peu invasives.
Comme la fibre optique ne subit aucune interférence électromagnétique, son usage se prête
bien à divers examens, notamment en IRM. Parmi ses autres applications dans le domaine
médical, citons l'imagerie médicale (rayons X), l'endoscopie, la luminothérapie et la
microscopie chirurgicale.

Réseau FTTH
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article concernant les télécommunications doit être recyclé (août 2015).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Améliorez-le,


discutez des points à améliorer ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à
recycler}}.

Installation de la fibre optique chez un particulier.

Logo d'avertissement pour les lasers de classe 2 et de classe plus élevée.

Un réseau FTTH (de l'anglais : Fiber to the Home, ce qui signifie « Fibre optique jusqu'au
domicile ») est un type de réseau de télécommunications physique qui permet notamment
l'accès à internet à très haut débit et dans lequel la fibre optique se termine au domicile de
l'abonné.

Développés dans divers pays au cours des années 2000 puis 2010, ces réseaux terrestres
remplacent progressivement ceux ayant historiquement servi à la distribution du téléphone ou
encore de la télévision par câble. En 2018, les réseaux FTTH commerciaux peuvent atteindre
jusqu'à 10 Gbit/s, contre un maximum de 20 Mbit/s en ADSL 2+ et 100 à 200 Mbit/s en
VDSL2. Ils permettent également une meilleure latence, l'absence de sensibilité aux
perturbations électromagnétiques, et un débit stable pour des lignes jusqu'à environ 30 km de
longueur. La technologie FTTH qui exige l’installation d’un point de terminaison optique
chez chaque abonné est néanmoins nettement plus coûteuse que des solutions alternatives
comme la fibre jusqu’au sous-répartiteur ou jusqu’à l’immeuble, avec une terminaison VDSL
ou G.fast sur le câblage cuivre existant.

Dans les déploiements grand public, les zones urbanisées sont généralement privilégiées par
les opérateurs privés, la couverture d'un plus grand nombre d'abonnés étant facilitée par la
densité de population. Ces choix ne sont pas forcément en adéquation avec les besoins des
habitants en matière de débit, la qualité de l'accès à Internet par le réseau téléphonique
historique dépendant fortement de la distance aux centraux. En France, diverses collectivités
territoriales ont commencé le déploiement de leurs propres réseaux d'initiative publique au
cours des années 2010, afin de pallier les disparités de couverture du territoire.

Sommaire
 1 Terminologie
 2 Historique
 3 Technologies
o 3.1 Architectures
o 3.2 Rappel technique
 4 Infrastructures
o 4.1 Tranchées
o 4.2 Débits
o 4.3 Comparaison du PON et du P2P
 4.3.1 PON
 4.3.2 P2P
 5 Les usages
 6 France
o 6.1 Histoire du FTTH en France
o 6.2 Part du FTTH dans l'offre très haut débit
o 6.3 Opérateurs d'immeubles et mutualisation
o 6.4 Investissements et financement des infrastructures
o 6.5 La commercialisation des offres
 6.5.1 Le choix des opérateurs d'immeuble
o 6.6 Déploiement commercial par les opérateurs en France
 6.6.1 Orange
 6.6.2 SFR
 6.6.3 Bouygues Telecom
 6.6.4 Free
 6.6.5 Autres opérateurs
o 6.7 Le déploiement des opérateurs d'infrastructures
o 6.8 La responsabilité des Collectivités Territoriales
o 6.9 Quel est le rythme de déploiement des lignes FTTH en France ?
 7 Lieux où le FTTH est déployé dans le monde
o 7.1 Lieux où le FTTH est déployé en Suisse
 8 Images en rapport avec FTTH
 9 Voir aussi
o 9.1 Articles connexes
o 9.2 Liens externes
 10 Notes et références

Terminologie
Pour un article plus général, voir FTTx.

Le FTTH étant une solution dans laquelle la fibre optique est utilisée de bout en bout entre le
nœud de raccordement optique et l'abonné1, on peut parler de « boucle locale optique ». On
trouve également le sigle FTTO (Fiber to the Office, soit « fibre optique jusqu'au bureau »)
pour différencier les offres grand public de celles destinées aux entreprises, qui utilisent
généralement des réseaux distincts.

La commission générale de terminologie et de néologie française recommande l'usage du


terme « desserte par fibre de l'abonné », avec comme forme abrégée « DFA » et comme
synonyme en langage professionnel « fibre jusqu'à l'abonné ». La DFA ne distingue pas les
réseaux FTTH des réseaux FTTO et FTTP (« Fiber To The Premises »)2.

Historique
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
Comment faire ?

Cet article doit être actualisé (décembre 2018).

Des passages de cet article sont désuets ou annoncent des événements désormais passés.
Améliorez-le ou discutez-en. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en
utilisant {{section à actualiser}}.

En 2006, des réseaux FTTH existent déjà en milieu urbain en Asie du Sud-Est et aux États-
Unis, ainsi que dans quelques agglomérations européennes. En France, le réseau Pau
Broadband Country a fait figure de précurseur ; parmi les déploiements en cours, ceux de
Paris et des Hauts-de-Seine sont les plus avancés. Des projets sont aussi en cours dans
certains pays d'Afrique du Nord, notamment au Maroc ou certains complexes résidentiels sont
déjà équipés. En Suisse[Où ?], le FTTH a été lancée par Sierre Energie avec son Projet Vario qui
doit s'étaler sur 5 ans.[réf. souhaitée]

Technologies
Architectures
Un exemple de point à point : le P2P avec 1 fibre par abonné (tel que proposé par Free).

Un exemple de PON : le GPON avec 1 fibre partagée par plusieurs abonnés.

Il existe plusieurs architectures possibles pour aller depuis le point d'accès technique de
l'opérateur (point de présence ou NRO) jusqu'à l'abonné (FTT« Home ») :

 P2P : Point à Point passif... à ne pas confondre avec le protocole PPP ou le modèle de
réseau pair à pair.

Le P2P est une architecture point à point dans laquelle il existe au moins une fibre continue et
non partagée entre le NRO et l'utilisateur. C'est sur ce modèle, avec des liens en cuivre, qu'a
été construite la boucle locale du réseau téléphonique en France3. En France seul l'opérateur
Free utilise cette architecture P2P4.

 PON : Passive Optical Network ou Point à Multipoint passif.

Le PON est une architecture FTTH utilisant un système de couplage passif (appelé coupleur
optique en français ou splitter en anglais) installé dans le réseau d'accès, grâce auquel jusqu'à
128 utilisateurs peuvent être regroupés sur une seule fibre arrivant au NRO. Cette architecture
est la plus utilisée en France et en Europe. Les différents protocoles normalisés pour le PON
sont :

 EPON : Ethernet PON, un protocole PON basé sur Ethernet


 APON : ATM PON : Un protocole PON basé sur ATM, très peu utilisé
 BPON : Broadband PON : Une évolution du protocole APON précédent
 GPON : Gigabit Passive Optical Network
 WDM-PON : Wavelength Division Multiplexing PON : une évolution des
protocoles PON précédents basée sur le longueurs d'onde de plusieurs abonnés
sur une même fibre.

 AON : Active Optical Network ou Point à Multipoint Actif, aussi appelé « Double
Étoile Active » en français. Cette architecture est très peu utilisée.
L'AON est une architecture point à multipoint utilisant un équipement actif (c'est-à-dire
alimenté en électricité) installé dans le réseau d'accès, par lequel jusqu'à 128 utilisateurs
peuvent être regroupés sur une fibre arrivant au NRO.

Rappel technique

Le backbone est un réseau longue distance de fibres optiques reliant les différentes villes d'un
pays et les pays entre eux. Lorsqu'un océan ou une mer fait obstacle, la fibre est alors déroulée
et déposée au fond de l'eau. Le réseau Internet est constitué par les liens entre ce backbone et
les réseaux d'accès des différentes villes au niveau de points de présence. Si le point est
équipé pour desservir en fibre optique les clients, il est aussi appelé nœud de raccordement
optique.

À la suite du vote de la loi de modernisation de l'économie en France en août 2008, la partie


finale du réseau (dans un immeuble ou un quartier) doit être mutualisée, c'est-à-dire que le
premier opérateur ayant installé la fibre optique (l'opérateur d'immeuble) doit permettre aux
autres (les opérateurs commerciaux) de venir s'y raccorder au travers d'un point de
mutualisation. Il doit se situer entre le pied de l'immeuble et le NRO. Dans les communes des
« zones très dense » (20 pôles urbains de 148 communes définis par l'Arcep), ce point de
mutualisation peut être situé à l'intérieur des immeubles de plus de 12 logements ou à
l'intérieur des immeubles (quelle que soit leur taille) des communes disposant d'égouts
visitables (comme à Paris). Ailleurs, ce point de mutualisation permet d'atteindre environ
1 000 logements (selon la consultation de l'Arcep datant de juin 2010). En 2013, l'ARCEP
envisage de modifier la classification des 148 communes en « zone très dense » (ZTD).

Le génie civil appartient à des collectivités ou à des opérateurs comme Numericable-SFR ou


France Télécom. Ce dernier loue le passage des gaines de câblage aux autres FAI à raison de
1,2 euro / mètre-linéaire / centimètre carré de section / an. Cela vaut à Free d'attaquer France
Télécom devant le conseil de la concurrence en juillet 20075. En juillet 2013, Orange et Free
enterrent la hache de guerre6.

Infrastructures

Cable 144FO généralement utilisé pour le fibrage horizontal.

 Fibrage horizontal : Raccordement de la fibre optique du NRO jusqu'au point de


mutualisation et du point de mutualisation jusqu'aux boîtiers d'entrée d'immeuble.
Dans le cas des « zones très denses », le boîtier d'entrée d'immeuble et le point de
mutualisations peuvent être confondus.
 Fibrage vertical : Raccordement de la fibre optique du boîtier d'entrée d'immeuble
jusque chez le résident de l'immeuble.

Tranchées

La technique des micro-tranchées, qui sont des tranchées très peu profondes, permet
d'accélérer le déploiement de la fibre dans l'espace public, comme en Italie7.

Débits

En 2015, le débit descendant disponible pour l'abonné varie de 100 Mbit/s à 1 Gbit/s, et de 50


à 200 Mbit/s dans le sens montant. Cependant, la fibre optique autorise le transport d'un débit
bien supérieur, ce qui en fait un support évolutif, c'est-à-dire que les fournisseurs d'accès
peuvent segmenter leurs offres afin de pouvoir proposer différentes gammes de débit. Au
Japon, il existe des offres à 1 Gbit/s en FTTH depuis 2006. En France, il existe des offres à
1 Gbit/s en FTTH depuis 20138.

Ce débit théorique atteignable est à mettre en regard avec la bande passante disponible pour
relier le réseau d'accès au backbone et les capacités du backbone lui-même.

Une des caractéristiques de la fibre est la faible latence (entre 0 et 2 ms vers le premier saut).

Comparaison du PON et du P2P

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de
paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie
rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage
d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (août 2015).

En France, le GPON est la technologie utilisée par Orange, SFR, Bouygues Telecom et la
majorité des réseaux d'initiative publique. Le P2P est la technologie utilisée par Free. La
société Numericable-SFR ne commercialise pas systématiquement du FTTH, mais
commercialise majoritairement du très haut débit par câble (hybride fibre coaxial) appelé
aussi FTTLA.

PON

Le déploiement de la fibre se compose :

 du fibrage horizontal : chaque opérateur pose une fibre pour, au maximum 64, voire
128 clients.
 du fibrage vertical : il faut poser une fibre par logement dans les étages des
immeubles.
 une zone de transition : La transition entre les fibres de l'opérateur résidant (et des FAI
concurrents) et les fibres des différents abonnés s'effectue au moyen de splitters
passifs9 (coupleur optique).
Les réseaux PON et GPON ont les avantages suivants :

 le système permet de regrouper jusqu'à 128 abonnés sur une seule fibre optique via du
multiplexage, une fibre unique arrivant chez chaque résident.
 le coût de déploiement est réduit (investissement initial plus faible) :
o la réduction du diamètre et du nombre de câbles limite le coût du génie civil.
o la réduction du nombre de fibres sur le tronc commun réduit le nombre de
terminaisons optiques nécessaires dans le NRO.
 la rapidité du déploiement.
 le déploiement peut couvrir une plus grande zone géographique pour un même coût.
 le retour sur investissements est plus rapide.

Les principaux inconvénients des réseaux passif multipoint sont :

 la maintenance d'une fibre peut concerner plusieurs abonnés.


 le dégroupage est plus complexe (répartition par pose d'un splitter, nouvelle fibre,
nouveau fourreau) sauf à dégrouper au niveau Ethernet.
 la bande passante d'une fibre est partagée entre les abonnés d'un même splitter, sauf à
évoluer vers des technologies telles que le WDM-PON.
 la sécurité des échanges :
o ce système nécessite la présence d'un chiffrement afin de garantir la
confidentialité des données des utilisateurs empruntant une même fibre. Ce
chiffrement est pris en charge par l'équipement de terminaison, dit ONT ou
ONU.
o Les flux télévisés sont parfois multidiffusés vers tous les utilisateurs cibles, la
réduction au périmètre effectif étant assurée par un système de multiplexage
temporel et de chiffrement pouvant poser des problèmes de confidentialité en
cas de présence d'ONT compromis sur l'arbre.

P2P

Le déploiement d'un réseau FTTH P2P (point-à-point) se fait en utilisant une seule fibre
optique par abonné et par FAI. Chaque abonné dispose d'une fibre optique bidirectionnelle qui
lui est propre le reliant directement au nœud de raccordement optique de l'opérateur. Le
fibrage horizontal (dans les rues) et le fibrage vertical (dans l'immeuble) impliquent, au
minimum, la pose d'une fibre pour chaque logement.

Avantages :

 meilleure sécurité (confidentialité) des échanges sans imposer le chiffrement des


données.
 débit garanti par l'indépendance entre les lignes des différents abonnés10.
 évolution plus simple vers des débits plus élevés.

Inconvénients :

 coûts d'installation plus élevés : plus de fibres, beaucoup plus de terminaisons optiques
dans les NRO.
o il faut poser au moins une fibre par abonné, depuis le NRO jusqu'au local du
client, soit, en moyenne soixante-quatre fois plus de fibres à poser sur la partie
horizontale des tronçons10.
o le NRO est plus coûteux et volumineux car il y a plus de fibres optiques à
connecter.
 le diamètre des câbles est plus important donc le coût de passage dans le génie civil
l'est aussi. Ce point est marginal lorsque la ville permet de passer par les égouts mais
peut s'avérer bloquant dans certains autres cas.
 le déploiement est plus lent (plus de fibres à poser).

Les usages
Le très haut débit permet d'améliorer les usages liés au haut débit, et d'ajouter de nouveaux
usages :

 Jeux en ligne
 P2P
 Télétravail
 TV-HD voire dans des résolutions supérieures 4K, 8K
 Télévision en 3D
 Visioconférence
 Vidéo à la demande
 Voix sur IP
 Hébergement, en particulier l’auto-hébergement

France
Nombre d'abonnements Internet à très haut débit (évolutions)

Source Arcep11
Histoire du FTTH en France

FTTH il y a 30 ans en France : première expérience FTTH à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques)12,


une réalisation qui fut à la pointe de la technique au début des années 1980. Le réseau de
Biarritz permettait à 1 500 abonnés de bénéficier du visiophone, de la distribution de la
télévision et des programmes radiophoniques sonores en FM, l'accès à une vidéothèque. Ainsi
des essais de VoD (Video on Demand) et de télévision interactive ont pu être effectués. Cette
expérience, sous l'impulsion et la maîtrise d'ouvrage de l'Administration Française des PTT
(maintenant France Telecom) avait pour but, outre ces essais de services nouveaux, de fournir
à l'industrie française des télécommunications un champ d'action lui permettant d'acquérir la
maîtrise industrielle et opérationnelle des techniques de la transmission optique. Les études de
ce système ont commencé au début des années 1980, les premiers câbles optiques du réseau
ont été mis en place en juin 1982. Les premiers abonnés au système ont été raccordés en
juillet 1983. L'inauguration officielle, mettant en œuvre une liaison visiophonique entre le
palais de l'Élysée à Paris et un terminal à Biarritz, a eu lieu le 21 mai 1984, par le Président
François Mitterrand et le Ministre des PTT, Louis Mexandeau.
Note : Le visiophone placé à Paris, au Palais de l'Élysée, avait ses images transmises par
faisceau hertzien à Biarritz (et en secours par satellite). Certaines modifications avaient dû
être faites pour se raccorder au réseau par cette voie.

Les technologies utilisées pour la réalisation du réseau de Biarritz (fibres, câbles, connecteurs,
épissures, composants optiques actifs, points de commutation à large bande...) ont montré les
capacités de l'industrie française des télécommunications. Pendant les dix ans de
l'expérimentation, outre la visiophonie, des services tels que la vidéo à la demande, des
programmes interactifs de télévision, etc. ont pu être évalués. Ce réseau montrait la faisabilité
technique du FTTH, et les efforts qui restaient à faire pour aboutir à un coût permettant un
déploiement à grande échelle de ce concept FTTH.

Les premiers plans ne prévoyaient pas une adoption rapide des technologies FTTH, jusque
dans les années 2000. Dans les années 2000, la France fait le choix du développement l'ADSL
en attendant le FTTH.

La ville de Pau présente en 2002 un projet à l'échelle de sa communauté d'agglomération.


Nommé Pau Broadband Country, le déploiement commence en 2003 et les premières
commercialisations fin 2004.

CitéFibre lance en 2005 son offre sur Paris et choisit le même délégataire que le PBC,
Axione, filiale de Bouygues énergies & services.

Orange a débuté en 2006 des essais de déploiement du très haut débit sur 5 arrondissements
de Paris ainsi que 5 villes des Hauts-de-Seine puis 5 villes en région. Vers 2007, Free est l'un
des premiers opérateurs à annoncer l'arrivée du FTTH. Toutefois en pratique, s'il est très
discuté, le développement du FTTH reste un sujet sur lequel les différents opérateurs restent
très prudents dans leurs investissements, jusqu'en 2013. En effet, la plupart des opérateurs
restent plus intéressés par la rentabilité immédiate et préfèrent que d'autres prennent à leur
charge les investissements coûteux.

À la fin du 3e trimestre 2012, la France comptait 270 000 abonnements au très haut débit en


fibre optique jusqu’aux abonnés ; leur nombre a augmenté de 24 000 (+ 9,6 %) au cours du
trimestre et de 98 000 (+ 57 %) sur un an. Au 2e trimestre 2014, ce sont 715 000 abonnés au
FTTH qui sont comptabilisés par l'ARCEP13.
Le nombre de foyers éligibles (prises FTTH) atteint 3 420 00013 mi 2014.

En 2014, le rachat de l’opérateur SFR par Numericable conduit à un changement dans la


dynamique du développement du réseau par fibre jusqu'au domicile, Numericable pouvant,
dans les zones équipées pour la télévision par câble, se passer de la boucle locale en cuivre et
donc de sa location à Orange, grâce à ses réseaux câblés, historiquement utilisés pour la
télévision par câble.

Fin 2014, certains fournisseurs d'accès à internet passent leurs offres commerciales FTTH
grand public à 1 Gbit/s14.

Fin 2015, Orange annonce avoir équipé 1 million de clients à la fibre, et peut le proposer à
5 millions de foyers, dans 800 communes en France, l'objectif étant de rendre ce service
disponible pour 20 millions de logements à l'horizon 2020.

Part du FTTH dans l'offre très haut débit

Au 31 décembre 2014, pour 30,7 millions de lignes principales du réseau de cuivre (dont


28,5 millions de foyers), 13,3 millions de logements sont éligibles au très haut débit :

 4,064 millions via des offres FTTH, dont 2,5 millions disposent d'au moins deux
opérateurs en mesure de commercialiser des offres à très haut débit en fibre optique
grâce aux mécanismes de mutualisation
 8,7 millions de logements sont éligibles à des offres très haut débit en fibre optique
avec terminaison en câble coaxial FTTLA et HFC (dont le débit est supérieur ou égal à
30 Mbit/s), et dont 6,1 millions disposent d'un débit supérieur ou égal à 100 Mbit/s
(+15 % en un an).
 4,9 millions de lignes éligibles au très haut débit en VDSL2 (débit supérieur ou égal à
30 Mbit/s)15.

Opérateurs d'immeubles et mutualisation

En France, la loi prévoit, dans son article 24-2 de la loi no 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le
statut de la copropriété des immeubles bâtis, article créé par LOI no 2008-776 du 4 août 2008 -
art. 109 (V), une dérogation à l'article 25, facilitant la prise de décision concernant toute
proposition émanant d'un opérateur de communications électroniques relative à la fibre
optique.

En France, chaque immeuble est libre de choisir son opérateur d'immeuble, et chaque
utilisateur son opérateur commercial.

« En France, l'Arcep et la loi encadrent le déploiement de la fibre optique à domicile par une
politique de mutualisation16. Toute personne ayant établi dans un immeuble bâti ou exploitant
une ligne de communications électroniques à très haut débit en fibre optique permettant de
desservir un utilisateur final fait droit aux demandes raisonnables d’accès à ladite ligne
émanant d’opérateurs, en vue de fournir des services de communications électroniques à cet
utilisateur final »17.
Les points de mutualisation peuvent se situer au pied des immeubles des communes de la
« zone très dense », ou plus loin des immeubles dans les autres communes.

En pratique, la concurrence et la mutualisation peuvent se heurter à des problèmes de


différentes natures :

 Les conventions entre syndic et opérateur peuvent générer des problèmes juridiques.
 Un opérateur peut refuser de signer la convention s'il considère que l'immeuble ne fait
pas partie de ses priorités.
 Les choix techniques peuvent également être source d'incompatibilité lorsqu'ils ne sont
pas inter-opérables. Le multifibre ne suffit pas à résoudre tous les problèmes. La
problématique des points de mutualisation reste centrale.

L'Arcep souhaite que chaque prise FTTH puissent être identifiée à l'aide d'un identifiant
unique composé de dix symboles : deux caractères pour l'opérateur d'immeuble et huit
chiffres pour le numéro de la prise18,19.

Les codes des opérateurs d'immeubles sont des codes composés de 2 caractères
alphanumériques destinés à identifier les prises FTTH (PTO). Ils sont attribués par l'Arcep
comme suit20 :

Code
Opérateur d’immeuble
OI
ADTIM AD
Aisne THD AS
Alliance Très Haut Débit AX
Anjou Fibre AF
Audio Visuel et Systèmes de Communication (ASC) AC
Auvergne Très Haut Débit AU
Berry Fibre Optique BF
CAPS Très Haut Débit PS
Charente-Maritime Très Haut Débit CM
Chartres Métropole Innovations Numériques (CM'IN) RC
Covage 92 92
Covage THD CO
Debitex Telecom DE
Département de la Côte d'Or CR
Département de Saône-et-Loire 71
Doubs La Fibre DB
Dunkerque Grand Littoral Networks DU
e-Tera EA
Emeraude THD
Eure et Loir THD EL
Eurek@ EN
Fibragglo FA
Fibre 31 HG
Fibreso FM
Code
Opérateur d’immeuble
OI
Free Infrastructure FE
Go Telecom G0
Grand Dax Très Haut Débit GD
Gravelines Network GR
Guyacom GY
Hérault THD HT
Inolia IN
Isère Fibre IF
La Fibre 06 (Sictiam)
Laval THD LA
Loire Atlantique numérique LN
Loiret THD LO
Losange Fibre GE
Manche Fibre MF
Manche Numérique MN
Manche Telecom MT
Metroptic MC
Moselle Numérique MO
Net 48 N4
Nivertel NI
Nouvelle-Aquitaine THD NA
Numericable NU
Numerique 66
Oise Numérique ON
Opalys Telecom 0P
Orange FI
Orne Métropole Très Haut Débit OM
Provence Alpes ConnecT (PACT) AP
Régie d’Exploitation de la Fibre Optique de Saint-Quentin-en-Yvelines (Quentiop) SY
Régie de Chooz RZ
Régie gaz et électricité de Sallanches (RGES) RS
Regie intercommunale de teledistribution de Falck et Hargarten-aux-mines RH
Resoptic AI
Réunicable SAS RU
Rosace Fibre AL
Sarthe Numérique 72
Seine Essonne Très Haut Débit SE
Seine-et-Marne THD SF
Sequantic Telecom ST
Société Française du Radiotéléphone (SFR) CT
Société paloise pour le très haut débit (SPTHD) SP
Societe Reunionnaise du Radiotelephone (SRR) SR
Solstice Grand Angoulême SO
Code
Opérateur d’immeuble
OI
SPL Sainte-Anne 2.0 PA
Syndicat des communes du pays de Bitche BI
Syndicat des Energies et de l’Aménagement Numérique de la Haute-Savoie
SA
(SYANE) ; Tutor Haute-Savoie
Syndicat Intercommunal d’énergie et de e-communication de l’Ain (SIEA) LI
Syndicat Mixte Mégalis Bretagne ; THD Bretagne MB
THD 06 SI
THD 59-62 NP
THD 73 73
THD Tel SX
THD42 Exploitation (SIEL) 42
Tutor 2 Sarres T2
Tutor Calvados TC
Tutor Côte Fleurie TF
Tutor Europ’Essonne TE
Tutor Moulins-les-Metz TM
Tutor Nancy TN
Tutor Somme TS
Val de Loire Fibre VD
Val d'Oise Fibre VF
Valofibre VL
Vannes Agglo Numérique VN
Vaucluse Numérique VA
Vendée Numérique VE
Warndt Fibre CW
Yvelines Fibre YF

Investissements et financement des infrastructures

En 2013, la Cour des comptes a publié un référé au sujet des obstacles à la mise en œuvre de
la politique FTTH. Elle y indique la frilosité des sociétés privées face à cette entreprise
titanesque que seul Orange/France Télécom semble avoir les moyens d'affronter.

 Même dans les communes de la « zone très dense », il existe certaines poches dans
lesquelles les « opérateurs ne sont pas intervenus en raison d'une densité de population
plus faible » ;
 Les initiatives engagées par Orange et SFR sans aucune subvention publique sont en
2013 « très limitées ».

Pour les réseaux entrepris sur initiative publique et financés en tout ou partie par de l'argent
public, les coûts risquent en effet d'exploser (selon la Cour des comptes) qui reprend
l'argumentaire de la DATAR : 22 milliards d'euros pour le coût de la couverture en fibre
optique des « 40 derniers pourcents de foyers français, dont 7 milliards au titre de la
couverture des 5 derniers pourcents de foyers ». Une très grande majorité de ces coûts sont
imputables au génie civil.
Par ailleurs le gouvernement considère qu'il est du ressort de l'Arcep de réfléchir à l'ouverture
à la concurrence via des offres de gros de Numericable et de Completel pour partager leurs
réseaux câblés21.

La commercialisation des offres

Les offres FTTH sont commercialisées sous forme d'offres dites « très haut débit ».

Pour ce faire, un fournisseur d'accès internet loue l'accès à l'opérateur de l'immeuble du client
depuis l'appartement jusqu'au point de mutualisation. Il organise alors à sa guise les
communications entre le point de mutualisation et le reste du réseau.

Le choix de l'opérateur d'un immeuble s'effectue en assemblée générale de copropriété,


lorsque l'AG arrive à négocier les clauses de la convention de mutualisation avec l'opérateur
qui s'est proposé de fibrer l'immeuble, le cas échéant.

Le choix des opérateurs d'immeuble

Cet article doit être actualisé (décembre 2014).

Des passages de cet article sont désuets ou annoncent des événements désormais passés.
Améliorez-le ou discutez-en. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en
utilisant {{section à actualiser}}.

Concrètement, plusieurs opérateurs d'immeubles déploient du FTTH en France au début des


années 201022 :

 Orange / France Télécom a choisi la technologie GPON. Elle propose des points de
mutualisation en bas d'immeuble.
 SFR / Neuf Cegetel (Club Internet) déploie la fibre optique soit en technologie GPON,
soit en P2P.
 Iliad / Free (Alice Telecom Italia) (en fait, Free Infrastructure SAS) a choisi le P2P,
mais réclame la possibilité de mettre des équipements actifs au niveau des points de
mutualisation pour bénéficier, comme les opérateurs ayant choisi le GPON, d'une plus
faible occupation du génie civil en amont.

Trois d'entre eux Orange, SFR et Free concentrent la grande majorité des abonnements au très
haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés. Mi-2015, Orange a une part de marché
supérieure à 50 % des abonnements FTTH23. En 2012, les 1 220 000 autres abonnements au
très haut débit à 30 Mb/s, qui représentaient plus de trois quarts des abonnements au très haut
débit, étaient répartis entre Numericable, Bouygues Telecom, Darty Telecom et Auchan
Telecom. Darty Telecom a été racheté par Bouygues Telecom durant l’été 2012. D'autres
opérateurs commercialisent des offres très haut débit, pour plus de détails voir le très haut
débit.
Les trois opérateurs privés ont concentré leurs déploiements dans certaines zones. Au 30
septembre 2012 :

 Orange est présent dans 81 des 148 communes des zones très denses et 31 communes
des zones moins denses (communes avec au moins un point de mutualisation mis à
disposition des opérateurs tiers).
 SFR est présent dans 54 communes des zones très denses et quelques communes des
zones moins denses.
 Free est présent dans 31 communes des zones très denses et une dizaine de communes
des zones moins denses.

Enfin 48 communes des zones très denses et 294 communes des zones moins denses sont
concernées par des déploiements de réseaux FTTH d’initiative publique (notamment
Sequalum dans les Hauts-de-Seine, Axione à Pau, le SIEA dans l’Ain ou encore SFR
collectivités dans la Manche) au 30 septembre 2012.

Déploiement commercial par les opérateurs en France

En avril 2009, l'Arcep recensait en France métropolitaine cinq opérateurs de fibre optique
résidentielle24, dont un opérateur local (niveau départemental seulement), et un opérateur
couvrant tous les départements français (DOM inclus), les trois autres opérateurs se limitant à
la métropole.

En juin 2012, l'Arcep comptait en France métropolitaine vingt-quatre opérateurs de fibre


optique résidentielle25, dont quinze opérateurs locaux (dont dix mono-départementaux
seulement (un à l'outre-mer) et cinq multi-départementaux), et un opérateur couvrant tous les
départements français (DOM inclus), les huit autres opérateurs se limitant à la métropole.

Selon l'Arcep, à la fin du premier trimestre 2012, la France comptait 1 580 000 logements


éligibles au FTTH dont 704 000 logements où les services peuvent être proposés par plusieurs
opérateurs. Par ailleurs, 24 000 personnes sont abonnées via la mutualisation26.

À la fin du deuxième trimestre 2013, la France comptait 1 800 000 logements abonnés au très


haut débit dont 415 000 abonnés au FTTH27.

Depuis décembre 2014, Orange a réduit l’installation des lignes de cuivre dans les logements
neufs éligibles au FTTH.

Fin mars 2015, parmi les 3,6 millions d'abonnements internet à très haut débit en France, le
nombre d'abonnés à la fibre optique FTTH dépasse le million28. Fin juin 2017, il atteint
2,645 millions abonnés29.

Classement des abonnés FTTH chez les principaux opérateurs fin 201530
rang société clients parts de marché en décembre 2015
1 Orange 960 000 clients, 67,4 %
2 SFR + autres par déduction, 223 000 clients, 15,6 %.
3 Free 185 000 clients, 13,0 %.
4 Bouygues 57 000 clients, 4,0 %.
La France compte quatre opérateurs principaux dans le domaine de l'accès au très haut débit
par câble ou fibre optique.

Répartition des abonnés par opérateur en 2015

Source ARIASE, pour la France entre 2014 et


201631.

Orange

Orange a débuté en 2006 des essais de déploiement du très haut débit sur 5 arrondissements
de Paris ainsi que 5 villes des Hauts-de-Seine puis 5 villes en région. Son offre fournit alors
un débit descendant de 100 Mbit/s et montant de 10 Mbit/s (100 Mbit/s en option). Fin 2009,
Orange est présent à Paris, dans les Hauts-de-Seine et dans 10 villes de province. En février
2010, France Télécom a indiqué vouloir investir 2 milliards d'euros dans le FTTH jusqu'en
2015 pour être présent dans chaque région en 2012 et chaque département en 2015.
L'opérateur propose le partage de son infrastructure de génie civil (du central jusqu'à
l'immeuble) et le partage de la fibre montante (du bas d'immeuble jusqu'à l'appartement) aux
opérateurs concurrents.

Dans ses résultats annuels de l'année 2011, France Telecom indique avoir fibré
866 000 logements pour lesquels il fournit l'accessibilité au FTTH, dont 95 000 clients, au
dernier trimestre 2011. La société disposait alors de 149 000 clients FTTH au niveau du
groupe32.

À partir de février 2013 Orange propose un débit descendant de 200 Mbit/s et montant de


50 Mbit/s pour les abonnés Livebox Play.

En mars 2013, Orange annonce avoir dépassé les 200 000 clients à son offre Livebox Fibre33.

En décembre 2013, Orange annonce 350 000 clients actifs en fibre optique pour 2,2 millions
de prises clients connectables avec cette technologie34.

Depuis avril 2014, une offre de l'opérateur propose un débit descendant de 500 Mbit/s et un
débit montant de 200 Mbit/s.

Au 31 décembre 2014, Orange annonce 563 000 accès clients actifs en fibre optique35.

Dans un communiqué du 28 janvier 2016, le groupe annonce avoir dépassé le million de


clients en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH)36,37. Pour le PDG d'Orange, Stéphane Richard, « C’est
une très grande satisfaction pour Orange et une vraie marque de confiance de la part de nos
clients ; c’est aussi une fierté pour toutes les équipes engagées dans cette aventure ! En
déployant ce réseau de référence et en commercialisant des services répondant aux attentes de
nos clients pour des expériences connectées toujours plus puissantes et rapides, nous prouvons
qu’Orange est à la pointe de l’innovation sur la fibre comme sur la 4G ».Dans le même temps,
Orange indique début 2016 que « plus de cinq millions de logements (sont) raccordables dans
près de 800 communes de France métropolitaine et dans les DOMs, soit une hausse de 40 %
sur l’année 2015 ».

Au 30 juin 2018, Orange dispose de 2,249 millions de clients FTTH.[réf. souhaitée]

À la fin 2018, Orange compte 2,6 millions abonnés FTTH.

SFR

SFR est, avec Orange, l'un des principaux opérateurs ayant la capacité d'apporter le FTTH. En
2012, SFR a signé 500 000 logements avec des bailleurs ou dans des copropriétés. SFR
dispose de plusieurs dizaines de milliers d’abonnés en fibre optique. SFR compte plus de
100 000 logements commandés pour mutualisation de raccordement par les opérateurs
concurrents.

En juin 2011, la société SFR comptait 50 000 abonnés pour 550 000 logements raccordables.

En septembre 2012, SFR proposait des offres avec un débit montant (upload) parmi les plus
lents du marché38 avec seulement 10 Mbit/s en liaison montante.

En 2013, SFR indique garantir le déploiement dans les six mois après la signature du contrat.

Depuis le 6 juin 2013, SFR propose la fibre jusqu'à 300 Mbit/s en réception (liaison
descendante) et 100 Mbit/s en débit montant39.

À compter du 1er octobre 2013, l'offre fibre SFR évolue à nouveau en augmentant ses débits
en réception à 1 Gbit/s (liaison descendante) et en émission à 200 Mbit/s (liaison montante)40.

En novembre 2013, SFR indique également disposer de plus d'un million de logements
éligibles avec des bailleurs ou dans des copropriétés ; plusieurs dizaines de milliers d’abonnés
en fibre optique ; plus de 400 000 logements commandés pour raccordement par les
opérateurs concurrents à SFR (mutualisation)41.

En avril 2014, SFR dispose de 200 000 foyers abonnés à son offre fibre optique.

Toutefois, à la suite du rachat de SFR par Numericable, la stratégie FTTH de SFR a été revue.

Au troisième trimestre 2018, SFR revendique 2 281 000 clients FTTH et FTTB[réf. nécessaire].

Bouygues Telecom

Bouygues Telecom est également un opérateur très haut débit.

Alors que sa stratégie initiale était axée sur le très haut débit au travers du réseau câblé (HFC)
de Numericable, Bouygues a développé à partir de 2011 une stratégie FTTH42.
En juillet 2015, il dessert environ 1 400 000 foyers pour 23 000 abonnés23. Au même moment,
les foyers sont connectés à 3,9 millions de prises Orange et à 9 millions de prises SFR (en
comptant à la fois le câble et le FTTH).

La stratégie de développement du réseau FTTH de Bouygues s'appuie principalement sur un


partenariat avec SFR (co-construction), et Sequalum (localisé dans 4 communes des Hauts-
de-Seine : Clamart, Antony, Rueil-Malmaison et Sèvres)43. Un accord a aussi été signé en
2012 avec Orange pour un déploiement dans les zones moins denses (ZMD) mais sans avoir
été mis en œuvre jusqu'ici44.

En novembre 2016, BT compte 93 000 clients FTTH45.

Fin juin 2017, l'opérateur revendique 171 000 clients FTTH46.

Fin septembre 2017, l'opérateur revendique 209 000 clients FTTH.

À la fin de l'année 2017, 265 000 abonnés étaient chez Bouygues en FTTH.

Au 30 juin 2018, Bouygues dispose de 391 000 clients FTTH.[réf. souhaitée]

À la fin 2018, Bouygues comptait 569 000 abonnés FTTH.

Free

Avec 40 000 abonnés environ fin 2012, Free détenait environ 10 % de parts de marché, loin
derrière Orange et SFR.

Free a une offre très haut débit à 1 Gbit/s en réception et 200 Mbit/s en émission. La société a
également annoncé que son réseau serait ouvert aux opérateurs concurrents ; ils pourront
s'appuyer pour déployer leurs propres offres. Le déploiement a concerné dans un premier
temps l'ensemble de la ville de Paris puis la petite couronne et le reste de la France dans les
secteurs où la société compte au moins 15 % de clients. Pour les zones dont la desserte
nécessite des travaux de génie civil, Free a annoncé rechercher des accords de cofinancement
avec les collectivités concernées.

Free a été le premier opérateur à déclarer vouloir déployer le très haut débit en France, dès
avant 200747. Il a même eu recours à de la publicité illégale pour cela48. Cependant en 2011,
l'Association des Responsables de Copropriété dresse un bilan très négatif, indiquant que
85 % des plaintes liées à la fibre optique concernent la non exécution des travaux dans le délai
légal de 6 mois par Free Infrastructure49, et que de plus ce dernier ne raccorde pas toujours
l'immeuble à son réseau de fibre optique par la suite, laissant donc les copropriétaires sans
accès effectif à la fibre.

À la suite d'une plainte de France Telecom, en juillet 2011, l'Arcep a prescrit la modification
de certaines clauses du contrat de mutualisation de Free Infrastructure afin de simplifier le
raccordement des clients au fibrage vertical par les opérateurs tiers50.

Au 31 décembre 2014, Free annonce le 100 000e accès client actif en fibre optique.

Au 31 décembre 2015, Free annonce plus de 200 000 abonnés raccordés en fibre optique.


Au 30 juin 2017, Free revendique 419 000 abonnés FTTH.

Au 15 octobre 2017, Free revendique 503 500 abonnés FTTH51.

Au 30 juin 2018, Free dispose de 734 000 abonnés FTTH.[réf. souhaitée]

Au 30 septembre 2018, Free revendique 835 000 abonnés FTTH[réf. souhaitée].

Début 2019, Free atteint le million d'abonnés FTTH.52

Autres opérateurs

Neuf, disparu en 2009, avait lancé en avril 2007, grâce aux rachats successifs de Mediafibre
(à Pau) et Erenis (à Paris), une offre très haut débit à 50 Mbit/s dans les deux sens. En zone
Paris, l’offre était proposée à 29,90 € mensuel, contre 34,90 € en zone Pau. Neuf Cegetel a
depuis été racheté et intégré à SFR.

Toutes ces offres peuvent inclure l'accès à internet très haut débit, la téléphonie et la télévision
(triple play).

Le déploiement des opérateurs d'infrastructures

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015). 

Cet article doit être actualisé (décembre 2014).

Des passages de cet article sont désuets ou annoncent des événements désormais passés.
Améliorez-le ou discutez-en. Vous pouvez également préciser les sections à actualiser en
utilisant {{section à actualiser}}.

Plusieurs Délégations de Service Public (DSP) ou Réseaux d’Initiative Publique (RIP) 53 sont
en cours de déploiement en France pour faciliter l'accès aux opérateurs commerciaux.

Début 2009, on compte ainsi une cinquantaine de projets notamment :

 dans les Hauts-de-Seine


 à Pau (Pau Broadband Country)
 dans la Manche (Manche Numérique)
 en Guadeloupe (Sainte-Anne 2.054 ).

Toutes les Collectivités ayant des projets de déploiement fibre sont regroupées au sein de
l'Avicca. À fin 2016, 32 Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dits de seconde génération (=
FttH) étaient en cours. Ils représentent 45 départements français.55
Pour que le client final puisse bénéficier d'un service à Très Haut Débit, il faut que les
opérateurs commerciaux viennent louer ces infrastructures. Les tarifs sont actuellement très
variés :

 à Pau, la location d'une ligne FTTH entre le particulier et le Nœud de Raccordement


d'Axione pour faire du triple play revient à 26 euros par mois (prix catalogue),
 dans les Hauts-de-Seine, elle serait facturée 14,50 euros par mois selon le cahier des
charges de la DSP du Conseil Général.

La responsabilité des Collectivités Territoriales

Depuis plusieurs années, les Collectivités Territoriales s’intéressent aux infrastructures de


télécommunications, car elles constatent que la bonne couverture de leur territoire est un
facteur d’attractivité important, tant pour l’implantation des entreprises que pour la qualité de
vie des habitants : on parle d'aménagement numérique des territoires.

De nombreux départements et collectivités (Oise, Manche, Moselle, Grand Nancy, région


Alsace, région Bretagne56…) ont investi dans des réseaux de collecte en fibre optique qui
permettent le dégroupage effectif des centraux téléphoniques de France Télécom (NRA) et
l’ouverture de services ADSL concurrentiels. En région parisienne, le Syndicat
intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication a
déployé le réseau Irisé (délégué à une filiale de Neuf Cegetel) qui a joué un rôle décisif dans
le dégroupage des trois départements de la Petite Ceinture et le « boom » qui a ensuite connu
l’ADSL. De son côté, le Conseil général des Yvelines a connu le même succès avec un projet
de réseau, qui vise aussi à connecter les zones d’activités des zones économiques les plus
dynamiques du département.

L’émergence du FTTH crée l’opportunité de nouvelles initiatives, à l'image de ce que Pau a


entrepris à partir de 2002.

À Paris, le déploiement du réseau de chacun des opérateurs devrait se faire par un passage
quasi systématique dans les égouts de Paris. Ce déploiement a été grandement facilité par le
plan Paris Ville Numérique, lancé à l'initiative de la municipalité, et qui prévoit notamment
une réduction de 90 % de la redevance d'utilisation des égouts de la ville.

Sur la Plaine de France, les Conseils généraux de Seine-St-Denis et du Val d’Oise chargent
leur Établissement Public commun de conduire un projet FTTH, Debitex57. Le département de
Seine-et-Marne oriente également en ce sens une « délégation de service public ». Dans les
Hauts-de-Seine, le Conseil général a annoncé dès octobre 2005 un projet de desserte en fibre
de l'ensemble du département, soit plus de 800 000 logements, ce qui en ferait le plus grand
projet FTTH public d'Europe. Le projet traîne et est attaqué par plusieurs opérateurs privés.
En mai 2010, il n'y a qu'un seul immeuble qui soit raccordé.

Le souci des collectivités est de dynamiser le passage au FTTH en déployant une


infrastructure mutualisée capable de faire jouer la concurrence entre opérateurs. Dans le cas
du projet des Hauts-de-Seine, déployé par Numericable, le programme annoncé est celui
d’une infrastructure de desserte neutre, passive, bi-compatible PON / point-à-point, pénétrant
dans les immeubles jusqu’au seuil des appartements, et commercialisée selon un barème
tarifaire public identique pour tous les opérateurs.
Face à ces initiatives, les opérateurs sont perplexes. Free indique souhaiter trouver des accords
avec les Collectivités, mais uniquement dans les zones qu’il ne peut atteindre lui-même.
France Télécom qui multiplie les annonces ponctuelles n’est, au fond, pas si pressée que le
FTTH concurrence la desserte en cuivre dont elle détient le lucratif monopole. Numericable
préfère déployer en FTTLA, de qualité intermédiaire entre ADSL et FTTH, en utilisant
toujours le câble coaxial du réseau câble sur la partie terminale.

D'un côté, les opérateurs savent qu’ils devront s’appuyer sur les investissements des
Collectivités Locales, comme le montrent les faibles investissements qu’ils ont annoncés au
regard de ce qui doit être réalisé. D'un autre côté, constatant que les Collectivités Locales
investissent dans des zones denses, où l'infrastructure existe souvent déjà, certains peuvent
être tentés de porter plainte (comme l'a fait l'opérateur Colt en décembre 2007 contre le
Conseil général des Hauts-de-Seine) pour concurrence déloyale.

Quel est le rythme de déploiement des lignes FTTH en France ?

En 2013, l’État français a lancé le Plan France Très Haut Débit (France THD), qui vise à
couvrir l’intégralité du territoire en Très Haut Débit d’ici 2022. Il représente un
investissement public et privé d’un total de 20 milliards d’euros. Les deux mots d’ordre du
gouvernement sont :

 Cohésion : l’État veut garantir à tous l’accès au bon haut débit (> 8 Mbits/s) ou au très
haut débit et généraliser la couverture mobile de qualité (4G) d’ici 2020,
 Ambition : l’État veut doter tous les territoires de la République d’infrastructures
numériques de pointe, en offrant des accès THD (> 30 Mbits/s) d’ici 2022.

À la date du 31 mars 2019, 14,5 millions de locaux sont raccordables au FttH sur environ 37
millions de locaux.

L’accélération des déploiements FttH sur les zones d’initiative publique (RIP) est une réalité
constatée trimestre après trimestre. Selon les données de l'ARCEP, entre le 1er semestre 2018
et le 1er semestre 2019, on constate une augmentation de plus de 90 % du nombre de lignes
rendues éligibles sur les réseaux d'initiatives publiques, soit un passage de 280 000 à 540 000
lignes58.

Lieux où le FTTH est déployé dans le monde


Le FTTH est partiellement déployée en Europe : en septembre 2016, la France est le
deuxième pays pour le nombre de lignes FTTH, mais se trouvait en queue de classement pour
le taux de pénétration avec 11,1 % de foyers abonnés (chiffres FTTH et câbles HFC
combinés)59.

Google Maps diffuse une carte de déploiement du FTTH dans le Monde60.

Lieux où le FTTH est déployé en Suisse

Depuis 2006, Télévision Sierre SA61 déploie un réseau FTTH dans la plupart des communes
du district de Sierre. Des services Triple Play sont offerts au grand public sous la marque
Vario62.
Swisscom63 déploie activement depuis 2009 la fibre optique dans les grandes villes de Suisse.
Zurich est raccordée en fibre optique et une offre Triple Play (téléphonie, Internet, télévision)
a été lancée le 3 avril 2009. Certaines localités des cantons de Genève et de Bâle sont elles
aussi raccordées depuis 2009 Les villes de Lausanne et Berne sont en cours. De plus,
Swisscom collabore avec les entreprises de Services Industriels régionaux afin de ne pas poser
plusieurs réseaux de fibre optique qui s'entre croiseraient. Pour Genève, les Services
Industriels de Genève (SIG) ont d'ailleurs établi un partenariat avec des entreprises
fournissant les services FTTH pour les particuliers et pour les entreprises (K-SYS, DFi
Service SA, MyGate, Vtx...).

CATV Group est la première entreprise à avoir installé du FTTH en Suisse. Celle-ci est basée
à Bâle (CH). Elle délivre du signal sur Bâle, Zurich et Berne.

Images en rapport avec FTTH

Boîte Abonné (ONU) Optical Network Unit qui équipe le village d'Hermillon

Boîte Abonné (ONU) Optical Network Unit qui équipe le village d'Hermillon

Sur les autres projets Wikimedia :

 Réseau FTTH, sur Wikimedia Commons

Voir aussi
Articles connexes

 FTTx
 citéFibre
 Free Infrastructure
 FTTH P2P
 Gpon - PON
 NRO
 Point de mutualisation
 Pau Broadband Country
 Très haut débit

Liens externes

 Le point sur… Le FTTx : réseau optique de desserte [archive] Fiche sur le FTTx par le
ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement Durable.
 Photos de la réalisation d'un raccordement FTTH [archive] Verizon, États-Unis
 Conférence de  [archive]Benjamin Bayart sur le FTTH
 Terminologie ARCEP [archive]