Vous êtes sur la page 1sur 71

SOMMAIRE

PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE


Introduction ............................................................................................................................. ........
2
I. Situation géographique du projet………………………… .......................................................... 2
II. Caractéristiques physiques du site ..............................................................................................
5
II.1 Aspect morphologique.......................................................................................................... 5
II.2 Topographie et relief ............................................................................................................ 5
A. Pentes de 0% à 8% : ......................................................................................................... 5
B. Pentes de 8% à 15% : ....................................................................................................... 5
III. Situation climatiques .................................................................................................................
6
III.1 Les Facteurs climatiques .......................................................................................................6
IV. Situation géologique .................................................................................................................
9
V. Situation Hydrologique, Hydrogéologique et Hydrographique .............................................
10
VI. Situation Géotechnique ...........................................................................................................
12
Chapitre II : ETUDE HYDROLOGIQUE
Introduction ............................................................................................................................. ......
15
I. Analyse des données pluviométriques .......................................................................................
15
I.1. Pluie moyenne annuelle ...................................................................................................... 15
I.2. Pluies maximales journalières............................................................................................. 15
I.3. Précipitations maximales journalières ................................................................................ 17
Chapitre III : ÉVALUATION DES DEBITES

Introduction : ............................................................................................................................. ....


23
I. Evaluation des débits d’eaux pluviales ......................................................................................
23
I.1. Généralités .......................................................................................................................... 23
I.2. Méthode rationnelle ............................................................................................................ 23
I.2.1. Hypothèses de la méthode rationnelle .........................................................................
24
I.2.2. Validité de la méthode rationnelle ...............................................................................
24
I.2.3. Temps de concentration ............................................................................................... 24
I.3. Méthode superficielle.......................................................................................................... 25
I.4. Méthode de calcul ............................................................................................................... 26
I.4.1. Découpage de l’aire d’étude en sous bassins : .............................................................
26
I.4.2. Principe du tracé du réseau : ........................................................................................ 27
II. Systèmes d’évacuation du réseau d’Assainissement ................................................................ 28
II.1.1 Système unitaire : ............................................................................................................ 28
II.1.2. Système séparatif ............................................................................................................ 30
II.1.3. Système pseudo- séparatif .............................................................................................. 31
II.1.4. Le système autonome ..................................................................................................... 32
II.1.5. Les systèmes non gravitaires ..........................................................................................
33
II.2. Choix du système d’évacuation : .......................................................................................
34
III. Schémas d’évacuation ............................................................................................................. 34
III.1.1 Schéma perpendiculaire .................................................................................................
34
III.1.2. Schéma par déplacement latéral ....................................................................................
34
III.1.3. Schéma transversal ou oblique ......................................................................................
35
III.1.4. Schéma par zone étagée ................................................................................................ 35
III.1.5. Schéma radial ................................................................................................................ 35
III.2. Le choix du schéma d’évacuation .................................................................................... 36
IV. Évaluation du coefficient de ruissellement : ...........................................................................
36
IV.1. Calcul du coefficient de ruissellement pondéré total .......................................................
38
IV.2. Calcul des débits pluviaux : .............................................................................................
38
IV.2.1 Intensité uniforme i de l'averse ..................................................................................
38
Conclusion............................................................................................................................. ........
39

Chapitre IV : DIMENSIONNEMENT ET CALCUL HYDRAULIQUE


Introduction ............................................................................................................................. ......
40
I. Conception du réseau d’assainissement : ...................................................................................
40
II. Dimensionnement du réseau d’assainissement : ...................................................................... 40
II.1. Conditions d’écoulement et de dimensionnement :...........................................................
40
II.1.1. Formules d’écoulements .................................................................................................
41
II.1.1.1. Formule de CHEZY................................................................................................. 41
II.1.1.2. Formule de MANNING........................................................................................... 41
II.1.1.3. Formule de MANNING-STRICKLER ................................................................... 42
II.2. Mode de calcul................................................................................................................... 42
Conclusion :............................................................................................................................ .......
45

Chapitre V : LES ELEMENTS DU RESEAU D’EGOUT

Introduction : ............................................................................................................................. ....


46
I. Les Ouvrages Principaux ........................................................................................................... 46
I.1. Canalisations ....................................................................................................................... 46
I.1.1. Types De Canalisation .................................................................................................
46
I.1.1.1. Conduites en béton non armé................................................................................ 46
I.1.1.2. Conduites en béton armé....................................................................................... 46
I.1.1.3. Conduites en amiante – ciment : ...........................................................................
47
I.1.1.4. Conduites en grés ..................................................................................................
47
I.1.1.5. Conduites en chlorure de polyvinyle (P.V.C) non plastifié : ................................
47
I.1.2. Choix du type de canalisation : ....................................................................................
47
I.1.3. Les joints des conduites en béton armé........................................................................ 48
A. Joint type ROCLA ...................................................................................................... 48
B. Joint à demi emboîtement ...........................................................................................
48
C. Joint à collet ................................................................................................................ 48
I.1.4. Différentes actions supportées par la conduite ............................................................ 49
A. Actions mécaniques : .................................................................................................. 49
B. Actions statiques : ....................................................................................................... 49
C. Actions chimiques : .....................................................................................................
49
I.1.5. Protection des conduites : ............................................................................................ 49
I.1.6. Essai des tuyaux préfabriqués : ....................................................................................
50
A. Essai à l'écrasement : .................................................................................................. 50
B. Essai à l'étanchéité : .................................................................................................... 50
C. Essai de corrosion : ..................................................................................................... 50
II. Les ouvrages annexes ............................................................................................................... 51
II.1. Ouvrages normaux............................................................................................................. 51
II.1.1 Les branchements ........................................................................................................ 51
II.1.2 Ouvrages des surfaces ................................................................................................. 51
A. Les ouvrages des surfaces et de transport : ................................................................. 51
B. Les bouches d'égout : ..................................................................................................
52
II.1.3. Ouvrages d'accès au réseau (les regards) :.................................................................. 52
II.1.3.1. La chute toboggan : ............................................................................................. 54
II.1.3.2. Calcul des regards de chute : ............................................................................... 54
II.2. Les ouvrages spéciaux ....................................................................................................... 56
II.2.1. Les déversoirs d’orage ................................................................................................
56
II.2.1.1. Les types des déversoirs ......................................................................................
57
Conclusion :............................................................................................................................ .......
57
LISTE DES FIGURES
Chapitre I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Chapitre III : ÉVALUATION DES DEBITS


Figure N°1 : représentation des différents sous bassin
Figure N°2 : Système unitaire
Figure N°3 : système séparatif
Figure N°4 : Système pseudo séparatif
Figure N°5 : schéma des Différents systèmes d’évacuation des eaux d’assainissement
Figure N°6 : Système autonome
Figure N°7 : Système non gravitaire
Figure N°8 : Schéma
perpendiculaire
Figure N° 9 : Schéma par déplacement
latéral Figure N° 10 : Schéma transversal ou
oblique Figure N° 11 : Schéma par zone
étagée Figure N°12 : Schéma radial

Chapitre V : LES ELEMENTS DU RESEAU D’EGOUT


Figure N° 1 : Divers joints sur tuyau en béton
Figure N° 2 : représentation du caniveau
LISTE DES TABLEAUX
Chapitre I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
Figure N° 3 : Exemple d'une bouche d'égout sans décantation
Figure N° 4 : Emplacement des bouches d’égout
Figure N° 5 : les regards de chute
Introduction générale

L’urbanisation, facteur clé de l’expansion tant économique que socio-culturel d’un état ou d’une
région est généralement cause de phénomène insalubrité et d’érosion incontrôlé transformant très
souvent zone en zone de précarité dont les accès sont impraticables suite à des constructions
anarchiques aux absence études d’ouvrage hydrologique ayant pour but assainissement de la zone.
Ces phénomènes sont plus accentuer dans des du littoral baigne dont les climats venant de la mer
baignent les cote une intensité pluviométrique supérieure au zone plus enfonce dans le continent et
dont l’aspect géologique est favorable au érosion cet dans le but d, apporte des solutions durables
que nous avons porté un mini projet dans la ville de douala plus précisément au quartier maképé.

L’objectif de notre travail dans cette zone est de mettre en place un système de réseaux
d’égout capacité d’évacuer tant les eaux pluviales que des eaux domestique avec des
conditions agréables (sans aucun problème, curage, débordement.)

Notre étude a été effectuée selon un plan subdivisé en différent parties à


savoir

 Présentation de La Zone d'étude

 Etude hydrologique
 Etudes démographique
 Etudes topographique
 Évaluation des débits
 Dimensionnement et Calcul Hydraulique
 Les éléments du réseau d’égout
 Devis estimatif

Page | 1
Chapitre I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUD
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

La prise de connaissance global du site étude est une étape très primordiale, indispensable dont toute
les étapes qui la suive sont fonction elles, les données majeur dans la présentation du site sont les
suivant .
 Donnés géographique et cartographique de la zone,
 Les données topographiques,
 Les données démographiques,
 Les données climatiques
I-1 DONNES GEOGRAPHIQUE ET CARTOGRAPHIQUE DE LA ZONE
Ici nous avons porté nos études sur une portion d’un quartier résidentiel de la ville de douala dénommé
MAKEPE, d’une superficie environs 35 hectares de forme parallélépipédique dont les limitations
géographiques du projet sont les suivantes :
Au Nord par la voie de circulation rondpoint MAKEPE a espace sportif parcours Vita ;

Au Sud par un cour d’eau servant de limite naturel entre les quartiers MAKEPE et MAKEPE
MISSOKE ;

À l'Est par un la vois de circulation n’allant de rond-point petit pays a la stations BOCOM
MAKEPE MISSOKE ;

À l’Ouest par le flan est du parcours Vita.

Page | 2
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

Figure N°1 : CARTOGRAPHIE DE LA ZONE ETUDE


Source : Google Earth v2020

Page | 3
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

Figure N°3 : Situation du terrain / Localisation de la future zone

Figure N°4 : Délimitation de la future zone

Page | 4
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

I-2. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DU SITE


II.1 Aspect morphologique
La zone dont fait objet de notre étude culmine à une altitude moyenne de ……m elle est caractériser
par des variations de forme ce qui fait-elle une zone assez accidentée, elle présente suivant notre profil en
long deux point bas qui ferons l’objet du passage de notre système principale assainissement dont les
pentes naturelles sont assez favorables à l’écoulement dans des condition auto curage de nos ouvrages.

II.2 Topographie et relief


La connaissance au préalable de la topographie d’un site est primordiale, car la déclivité du
terrain permet d’avoir une idée sur le volume de travail au niveau des mouvement des terre.
Ces éléments constituent des indices importants sur les coûts de réalisation et les aspects
techniques de disposition du futur réseau assainissement.
Sur un fond topographique à l’échelle 1/ 2000, une carte des pentes a été établie en faisant sortir
Cinq seuils de pentes exprimés en pourcentage.
A. Pentes de 0% à 8% :
Ce sont des terrains à pentes douces qui ne posent aucun problème pour l’implantation des
Constructions et des réseaux.
B. Pentes de 8% à 15% :
Cette catégorie de pentes permet une urbanisation continue mais adaptée à la morphologie du
terrain (allongement des constructions parallèlement aux courbes de niveaux).
La limite de 15 % représente la pente maximale admissible pour le réseau de voirie secondaire
et tertiaire.
C. Pentes de 15% à 25% :
Ce sont des terrains à pentes assez raides où les constructions doivent être bien adaptées à la
morphologie du terrain en limitant les terrassements (constructions étagées en gradins)
Les talus importants créent par les terrassements doivent être stabilisés par des
ouvrages appropriés.
La réalisation du réseau de voirie devient plus compliquée et couteuse.
D. Pentes supérieurs ou égales à 25% :
Les terrains représentés par ces pentes sont à réserver de préférence aux espaces verts et aux
constructions de faibles emprises aux sols bien adaptées à la morphologie du terrain en limitant au
maximum les terrassements.

Page | 5
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

Les talus importants doivent être maintenus par des murs de soutènements équipés d’un
système de drainage des eaux d’infiltration, afin d’éviter le déséquilibre des couches superficielles
en particulier aux endroits plastiques et humides.
Tab leau N° 1 : D if fér e nt s S eu ils d e P e nt es
Pentes Surface (ha) %

0% - 8% 87.76 85.46
8% - 15% 13.44 13.09
15% - 25% 01.02 01.00

25% - 35% 0.37 0.36


supérieure à 45% 0.09 0.08

Aire d’étude 102 100 %

La lecture de ce tableau nous permet de qualifier le terrain étudié comme un site d’une
Morphologie à pentes douces et moyennes où prédomine le seuil de pentes de 0% à 8% qui couvre
98.55% du terrain étudié.

III. Situation climatiques


L’étude climatologique permet de déterminer les processus en action dans le milieu physique et
de conditionner les activités humaines.
La zone de douala est caractérisé par un Climat équatorial type côtier sud à 4 saisons, mais beaucoup
plus humide, par suite des précipitations très abondantes. Il couvre la frange côtière au sud jusqu’à la
localité d’Edéa ; En plus des deux périodes d’étiage (décembre – mars et juillet – août) et de hautes
eaux (mars – juillet et septembre – novembre), les autres principales caractéristiques sont, un climat
très peu contrasté et une forte humidité permanente.
III.1 Les Facteurs climatiques
A. Températures
La température est un facteur important régissant le phénomène d’évapotranspiration et donc le
déficit d’écoulement annuel et saisonnier
Douala étant une ville côtière on a ici des températures pouvant 27°, la figure si dessous récapitule
les moyennes des températures mensuelles dans la ville de douala.

Page | 6
CHAPITRE I Présentation de la Zone d’étude

Page | 7
B. Pluviométrie
Les précipitations sont un facteur très important dans l’établissement du bilan hydrique, elle joue un rôle primordial dans l’alimentation des
nappes aquifères et aussi dans le comportement hydrologique des cours d’eau.
L’influence océanique crée des conditions plus homogènes pour les nombres de jours pluvieux en région côtière où la plupart des stations
comptent autour de 220 jours de pluie par an. La région côtière du Cameroun est également connue pour le phénomène des pluies continues,
notamment au cours de la période de juillet à octobre. D’après les données pluviométriques issus de la climatologie au Cameroun nous avons
pour notre zone étude une pluviométrie moyenne de 4200 mm de pluies par an soit une pluviométrie mensuel de 555 mm sur une période de
10ans.
IV. Situation géologique

La ville de Douala se situe dans les séries sédimentaires côtières composées du bassin qui porte son nom
et du bassin de Campo. Ce bassin qui est encore dénommé « bassin sédimentaire de Douala », d'environ
7000 km² de superficie, est le plus vaste des bassins sédimentaires côtiers du Cameroun. La lithologie du
bassin se présente ainsi, du haut en bas :
- les sédiments du Quaternaire de type fluviaux-deltaïque, principalement des sables à matrice argileuse ;
- les sédiments du Tertiaire constitués essentiellement de formations argileuses ;
- les sédiments du Secondaire constitués de grès et d'argiles schisteuses.
Les sols sont de type ferralitiques sur les parties émergées et de type hydro morphes en bordure côtière.

Page | 9
Présentation de la Zone d’étud e

V. Situation Hydrologique, Hydrogéologique et Hydrographique


L’hydrogéologie du de notre cite est constituer principalement de deux cour d’eaux dont le
premier prend sa source

Figure N°6 : Carte hydrologique et hydrogéologique.

V.1 Hydrologie
Le bassin de Seybouse est l’un des plus grands bassins hydrographiques en Algérie, sa
superficie est de l’ordre de 6471 km2. L’oued prend naissance dans les hautes plaines de Ain
Abid et Sedrata et se termine dans la mer Méditerranée au nord, après un parcours de 160
km.
La zone d’étude est située à l’aval de l’oued Seybouse, entre la ville de Drean et la mer
Méditerranée, elle s'étend sur une superficie de 200 km2 ; elle comprend deux oueds :
 la basse vallée de l’oued Seybouse ;
 l’oued Meboudja, le dernier affluent de l'oued Seybouse, qui constitue le collecteur
des eaux du lac Fetzara et draine une superficie de 203 km2.
Les deux oueds parcourent la nappe alluviale de la basse plaine de la Seybouse qui est
constituée par des formations sablo-argileuses de 2 à 20 m d’épaisseur avec une perméabilité
de l’ordre de 10-6 à 5.10-5 m.s-1 (in Kherici 1993) et une transmissivité de l’ordre de 2,4.10 -3 à
4,2.10-3 m2.s-1. Par contre au niveau du lit de l’oued, les formations sont constituées par des
matériaux alluvionnaires, des limons et des cailloux.

Page | 10
Le débit de l’oued Seybouse varie entre 0 et 100 m3.s-1, mais pendant les périodes de
fortes averses il atteint des valeurs de l’ordre de 630 m3.s -1 (observées le 1/1/1985, selon
l’Agence Nationale des Ressources Hydrauliques d’Annaba (ANRH). Le débit de l'oued
Meboudja est moins important que celui de l'oued Seybouse (aucune station de jaugeage n'a
été installée au niveau de cet oued), une estimation de son débit par jaugeage au flotteur,
pendant la période du suivi (février – décembre 1999) a donné des valeurs qui varient entre 1 et
20 m3.s -1.

Figure N° 7 : Cadre Hydrologie du bassin de Seybouse Ech.1/500.000


V.2 Hydrogéologie
L’étude géologique et hydrogéologique de la basse plaine de la Seybouse (NE Algérien),
montre l’existence de trois principales ressources en eaux : Les eaux de surface dans l’oued.
Seybouse (150 - 15100 mm.an-1) et l’oued Meboudja (150 - 3000 mm.an-1), qui sont surtout
utilisées pour l’irrigation. La nappe superficielle contenue dans des formations sablo-argileuses.
Elle à une perméabilité moyenne de 10-6 à 10-5 m.s-1, son épaisseur est de 5 à 15 m, elle est
exploitée par des puits pour répondre aux besoins de l’irrigation et de l’AEP des hameaux. La
nappe des graviers, peu profonde (5-10 m) au sud et profonde au nord (50 m), présente une
potentialité en eau importante, avec une épaisseur de 10 à 50 m et une perméabilité de l’ordre
de
10-4 à 10-3 m.s-1.
Page |
11
Présentation de la Zone d’étud e

Cette nappe est fortement utilisée pour l’irrigation, l’industrie et l’alimentation en eau
potable.
Le calcul du bilan hydrologique selon la méthode de Thornthwaite pour l’année 1999,
montre qu’à partir d’une précipitation de 575 mm, seulement 14% s’infiltrent vers la nappe,
le reste partant sous forme d’évaporation (60%) et de ruissellement (26%).
La piézométrie de la nappe superficielle montre un écoulement convergent des
bordures vers le centre de la plaine. Après, il prend une direction S-N.
Par contre au niveau de la nappe des graviers, vu la limitation des forages et piézomètres
au voisinage de l’oued Seybouse, n’a pu être observée qu’une direction S-N dans la partie est
de la nappe.
V.3 Le réseau hydrographique d’Ain El Berda :
La partie montagneuse, à versants relativement raides, est sillonnée par un réseau
hydrographique dense et ramifié (Chaabets) à écoulement dense et temporaire. Ces
Chaabets convergent en aval pour former quatre oueds principaux :
 L’Oued Munchar, situé à la limite occidentale de la commune. Il se dirige vers le Nord et
rejoint l’Oued El Hout, qui se jette dans le lac Fetzara au Nord-Ouest.
 L’Oued Er Ressoul, qui occupe la partie centrale de la commune. Il reçoit deux
affluents à la hauteur de l’agglomération de Ain El Berda : l’Oued Guis et l’Oued El
Berda. Il se dirige ensuite vers le Nord, pour rejoindre l’Oued mebouja.
 L’Oued Kranga, qui occupe la périphérie orientale de la commune. Il prend sa source
au niveau des versants Nord des monts de Guelma, se dirige ensuite vers le Nord Est et
se jette dans l’Oued Sebouse.
 L’Oued Bou Athout. Ses affluents principaux, l’Oued Nechem et l’Oued Mekrane,
drainent une partie des versants du Djebel Hadjar Nahla à 203 m d’altitude et Djebel
Ouast qui culminé à 347 m d’altitude. Il se jette dans l’Oued meboudja, à la hauteur
du complexe sidérurgique d’El Hadjar.
VI. Situation Géotechnique
La reconnaissance géologique et géotechnique des sols constitue une donnée
fondamentale pour le choix et la conception des infrastructures de toute construction.
Elle permettrait de se prémunir des éventuels risques de désordres occasionnés par
des terrassements excessifs ou des affaissements et des glissements de terrains dans le cas
de fondations non adaptés aux contraintes locales des sols.
Cependant, la présente classification géotechnique qui est basée uniquement sur la nature
géologique et la déclivité des pentes ne constitue qu’une approche préliminaire. Des études
ponctuelles basées sur les sondages et les essais de laboratoire sont obligatoires pour cette
étude de maitrise d'œuvre.
Le terrain est différencie en trois zones de constructibilité.
VI.1 Zone favorable à la construction
Le terrain de cette zone est composé par les argiles de Numidie à blocs de grés et les
alluvions limono-sableuses et caillouteuses à pentes douces à moyennes (≤ 15 %). Les sols
possèdent des portances variables selon leur état physico-mécanique et hydrique ; les

Page | 12
limons

Page |
13
Présentation de la Zone d’étud e

sableux et graveleux offrent de bons sols de fondation par contre les argiles sont plastique et
compressibles à l’état humide.
Cependant le terrain permet en général l’implantation de constructions sur des fondations
superficielles.
VI.2 Zone moyennement favorable à la construction
Le terrain est composé par les argiles de Numidie à blocs et bancs de grés à pentes
assez raides comprises entre 15% et 25 %.
Les sols sont assez portants et stables à l’état sec mais peu portants à l’état humide ou
les terrassements importants peuvent provoquer des glissements superficiels d’où la
nécessité du drainage des eaux superficielles et souterrains.
Le terrain permet encore l’implantation de constructions sur des fondations superficielles.
VI.3 Zone Défavorable à la construction
Cette zone est partagée en deux sous zones :
 C1 : les sols argileux de classe B dont les pentes sont raides (supérieures à 25%) ;
les terrassements importants présentent de grands risques de glissements de terrain.
 C2 : les sols rocheux très compacts : les terrassements sont très onéreux et difficiles
à
réaliser qui nécessitent l’emploi des explosifs et des engins de brise
roche.
VII. La Séismicité
Le Violant séisme du 21 mai 2003 de Boumerdes, par son intensité, les dégâts matériels
et les pertes Humaines ont donné à réfléchir aux spécialistes. Pour cela une version du RPA
99-
2003 Dite a Cour Terme
Sous le sigle de ADDENDA du DTR –BC2 48 (document technique réglementaire) a
été adoptée et qui définit un nouveau zonage du territoire National
Cinq Zones sont définies en fonction de leur sismicité croissante.
 Zone O : sismicité négligeable
 Zone I : sismicité Faible
 Zone II : II-a et II-b : Sismicité Moyenne
 Zone III : Sismicité élevée

Page | 14
Figure N°8 : Zonage sismique de l’Algérie (RPA 2003)
La wilaya d’ANNABA est située dans la zone sismique II-a et II-b de Moyenne
Sismicité

Conclusion
Ce chapitre qui concerne la collecte des données pour notre projet, nous a permis d’avoir
une situation plus claire pour proposer une variante adéquate du système d’assainissement
afin d’évacuer les rejets de notre Parc industriel. Ces données nous permettent ainsi de
calculer tous les débits de base, qui serviront de base pour le dimensionnement de tous les
ouvrages nécessaires au bon fonctionnement de notre système projeté.

Page |
15
Chapitre II :
CHAPITRE II Etude Hydrologique

Introduction
L’étude hydrologique est indispensable pour toute mise en œuvre des projets,
d’Assainissement, de drainage, d’Irrigation, de Barrages et de navigation fluviale.
Dans le domaine d’Assainissement ; le but principal de cette étude est de déterminer
l’intensité moyenne maximale d’après l’étude des averses qui revêt une importante capitale
en Hydrologie dont l’intérêt est d’évaluer la quantité des eaux pluviales pour un bassin
versant donné.
On est contraint de passer par certaines étapes qui seront illustrées ultérieurement. A
cette fin, on définit les notions et les termes suivants :
I. Analyse des données pluviométriques
I.1. Pluie moyenne annuelle
L’analyse des pluies est basée sur les relevés pluviométriques effectués dans un certain
nombre de stations sur une surface topographique considérée. Elle est basée sur l’hypothèse
que la pluie tombée à une station soit représentative de celle tombée tout autour de cette
station sur une étendue plus ou moins large selon la densité du réseau que l’on appelle zone
d’influence du pluviomètre.
En général, l’analyse des données disponibles est le premier pas à franchir dans l’étude
d’un projet d’assainissement. Pour cela on a besoin d’une série pluviométrique qui comporte
les précipitations maximales journalières pour la période la plus longue possible.

I.2. Pluies maximales


Les pluies maximales journalières de rares fréquences sont des pluies génératrices des crues
D’importants débits, contre lesquels il faut protéger l’ouvrage.

Page | 15
III. Calcul de l’intensité de la pluie de durée de 15 minutes et de période de retour de 10

D’après une recherche sur Annales du Service Météorologique du Cameroun on a obtenu


une intensité de pluie de 160mm/h sur une période de 10 ans.

I = 160mm/h
Chapitre III :
Introduction :
Dans l’étude d’un projet d’Assainissement, il est nécessaire de définir tous les paramètres
et la
Méthodologie à suivre pour effectuer cette étude.
Il est indispensable de prendre en considération la surface d’influence et sa pente,
ainsi que les systèmes d’évacuation, leurs schémas et les coefficients caractérisant cette
surface, pour avoir une meilleure estimation des débits à évacuer dans des conditions
d’écoulement favorables.
Dans cette partie, on va s’intéresser aux éléments de base qui sont nécessaires pour le
dimensionnement du réseau appelé à assurer l’évacuation des eaux pluviales et domestique
de ladite zone étudier sans qu’il y ait de débordement. Le système et le schéma de réseau,
le nombre de sous bassins adoptés et le coefficient de ruissellement correspondant feront
également l’objet de ce chapitre.
Evaluation des débits d’eaux
Découpage de l’aire d’étude en sous bassins élémentaires
En général, le bassin versant est un secteur géographique qui est limité par les
lignes de crête ou par les lignes de partage des eaux.
Toutes les eaux qui ruissellent en surface sont recueillies par une seule ligne d’écoulement.
Donc, le découpage du site en sous bassins élémentaires doit être fait selon :
 L a nature des sols

 L a densité des habitations ;

 L e s courbes de niveaux ;

 L e s routes et voiries existantes ;

 L e s pentes et les contre pentes ;

 L e s limites naturelles ;

Pour notre projet le découpage de la zone à étudier c’est fait suivant les vois de
lotissement existant

. Système d’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales

L’établissement d u r é s e a u d ’ u n e a g g l o m é r a t i o n d o i t r é p o n d r e a u x
Préoccupation majeur, à savoir :

 Assurer une évacuation correcte des eaux pluviales de manière à empêcher la


submersion des zones urbanisées et éviter toute stagnation après les averses.

 Assurer l’évacuation des eaux usées ménagères, les eaux vannes, ainsi que
les eaux résiduaires industrielles. Il est permis d’imaginer un ou plusieurs réseaux de
canalisations où l’effluent s’écoule généralement gravitaire.
Trois systèmes d’évacuation susceptibles d’être mis en service sont :

 Système unitaire
 Système séparatif
 Système pseudo séparatif
I.
. Système unitaire
Dans les quels un seul collecteur assure le transport des eaux usées et des eaux
pluviales. En principe, toutes les eaux arrivent à la station d'épuration qui reçoit
alors un effluent de quantité et de qualité très variables. Pour éviter cela, des
ouvrages de déviation sont répartis sur le réseau pour permettre à la station de ne pas
recevoir un débit supérieur à sa capacité. Ce système est intéressant par sa simplicité
puisqu’ il suffit d’une canalisation unique dans chaque voie publique et d’un seul
branchement pour chaque immeuble. Dans le cas où la population est relativement
dense et si le terrain accuse des dénivellations assez marquées pour qu’une évacuation
gravitaire soit possible, le système unitaire est recommandé.

Domaine d'utilisation Avantages Inconvénients Contraintes


privilégié d'exploitation
- conception simple : un seul - entretien régulier
- milieu récepteur éloigné - débit à la station
collecteur, un seul branchement des déversoirs
des points de collecte d'épuration très
par immeuble d'orage et des
variable
bassins de stockage
- topographie à faible relief - encombrement réduit du sous-sol - lors d'un orage, les ;
eaux usées sont diluées - difficulté
par les eaux pluviales d'évaluation des rejets
- à priori économique directs vers le milieu
- imperméabilisation
(dimensionnement moyen récepteur.
importante et topographie - apport de sable
imposé par les seules eaux
accentuée de la commune important à la station
pluviales)
d'épuration

- aspect traditionnel, dans - acheminement d'un


l'évolution historique des cités flot de pollution assez
- débit d'étiage du cours important lors des
d'eau récepteur important. premières pluies après
Une période sèche
- pas de risque d'inversion
de branchement. - rejet direct vers le
milieu récepteur du
mélange " eaux usées

Système séparatif

Dans les quels deux réseaux sont mis en place ;

 Réseau Pluvial : il est conçu pour évacuer les eaux d’origine pluviale, c’est à dire les
pointes pluviales, il suit la ligne de plus grande pente. Il transite l’eau vers les cours d’eau
les plus proches.

 Réseau d’Eaux Usées : il est prévu pour l’évacuation des eaux usées d’origine domestique
et industrielle jusqu’à la station d’épuration avec une pente qui peut être faible.
Le tracé des collecteurs n’est obligatoirement pas le même, ce qui est le cas la plupart du
temps. Le tracé du réseau d’eaux usées est en fonction de l’implantation des différentes entités
qu’il dessert en suivant les routes existantes. Ce réseau ne demande pas de grandes pentes vu que
les sections ne sont pas trop importantes.
Le réseau prend fin obligatoirement à la station d’épuration qui se trouve en général à la
sortie de l’agglomération.
Par contre le tracé du réseau d’eaux pluviales dépend de l’implantation des espaces
producteurs du ruissellement des eaux pluviales sont rejetées directement dans le cours d’eau le
Plus proche naturel soit-il ou artificiel.
Domaine d'utilisation Avantages Inconvénients Contraintes d'exploitation
privilégié -
- petites et diminution - encombrement
du - Surveillance accrue des
moyennes important du sous-sol
Diamètre moyen branchements ;
agglomérations
; du réseau de - coût
collecte des eaux d'investissement
usées élevé - entretien d'un linéaire
- extension des villes ; - risque important important de collecteurs (eaux
- exploitation plus
facile de la station d'erreur de usées et pluviales) ;
d'épuration branchement.
- entretien des ouvrages
- meilleure particuliers
- faible débit d'étiage du préservation de
cours d'eau récepteur. (syphons, chasses d'eau,
l'environnement des avaloirs) ;
flux polluants
domestiques - entretien des postes de
- certains coûts relèvement et des chambres à
d'exploitation sables ;
sont limités
(relevage des - détection et localisation des
effluents anomalies (inversion de
notamment). branchement, arrivée d'eaux
parasites, passage caméra).

système pseudo séparatif

Le système pseudo séparatif est un système dans lequel on divise les apports d’eaux
Pluviales en deux parties :
L’une provenant uniquement des surfaces de voirie qui s’écoule par des
ouvrages particuliers des services de la voirie municipale : caniveaux aqueducs, fossés avec
évacuation directe dans la nature
L’autre p r o v e n a n t des toitures et cours intérieures qui sont
r a c c o r d é e s a u r é s e a u d’assainissement à l’aide des mêmes branchements que ceux des
eaux usées domestiques. On recoupe ainsi les évacuations des eaux d’un même immeuble.

Dans certaines agglomérations on peut rencontrer un système mixte. Dans ce type


de système, une zone peut être assainie en partie par le système unitaire, et l’autre partie par
le système séparatif.
Il est couramment appliqué dans les villes disposant d’un ancien réseau de type unitaire
et dont l’extension ne pourrait être supportée, par le réseau ancien, qu’en assurant le stockage
d’une
Partie des eaux d’extensions.
Choix du système d’assainissement

Les paramètres prépondérants pour le choix du système d’assainissement sont :


 L’aspect économique : une étude comparative de plusieurs variantes est nécessaire.
 Il faut tenir compte les conditions de rejet.
 S’il s’agit d’une extension du réseau, il faut tenir compte du système existant.
 La topographie du terrain naturel.

L’objectif de cette étude étant assainissement d’un bloc du quartier maképé on a dont orienté notre

choix un système d’assainissement séparatifs.

III.5. Différents schémas d’évacuation

Dans les réseaux d’assainissement l’écoulement est en général, gravitaire, sauf dans des
cas particuliers, ils sont en fonction du relief et de la topographie, on distingue quatre schémas
d’évacuation.

III.5.1. Schéma Perpendiculaire

Ce schéma consiste à amener perpendiculairement à la rivière un certain nombre de


collecteurs. Il ne permet pas la concentration des eaux vers un point unique d’épuration, il
convient lorsque l’épuration n’est pas jugée nécessaire et aussi pour l’évacuation des eaux
Pluviales.
Figure: Schéma perpendiculaire
III.5.2. Schéma à Déplacement Latéral

On adopte ce type de schéma quand il y’a obligation de traitement des eaux usées, ou
toutes les eaux sont acheminées vers un seul point dans la mesure du possible.

Figure : Schéma à déplacement latéral

III.5.3. Schéma à Collecteur Transversal ou Oblique

Ce schéma est tracé pour augmenter la pente du collecteur quand celle de la rivière n’est
pas suffisante afin de profiter de la pente du terrain vers la rivière.

Figure : Schéma à Collecteur Transversal ou Oblique

III.5.4. Schéma à Collecteur Etagé

Lorsqu'on veut éviter de rendre notre réseau en charge, et lorsque notre agglomération est
étendue et notre pente est assez faible, il est nécessaire d’effectuer l’assainissement à plusieurs
niveaux.
Figure III.N°4 : Schéma à Collecteur Etagé

III.5.5. Schéma Type Radial

Si notre agglomération est sur un terrain plat, il faut donner une pente aux collecteurs en
faisant varier la profondeur de la tranchée, vers un bassin de collecte par la suite un relevage
Est nécessaire au niveau ou à partir du bassin vers la station d’épuration.

Figure : Schéma Type Radial

Choix du schéma du réseau d’évacuation


Le choix du schéma du réseau d’évacuation à adopter, dépend des divers paramètres :
 Les conditions techniques et locales du lieu : système existant, la topographie du terrain
et la répartition géographique des habitants à desservir.
 Les conditions économiques : le coût et les frais d’investissement et d’entretien.
 les conditions d’environnement : nature de rejet et le milieu récepteur.
 L’implantation des canalisations dans le domaine public.

Pour n o t r e cas, en tenant compte de la disposition des voiries et de la topographie du secteur


on est contraint d’effectuer l’assainissement à plusieurs niveaux ; d’où on optera à un schéma de
collecte par zones étagées.
Choix du coefficient de ruissellement

Le coefficient de ruissellement d’une surface donnée est défini comme étant le rapport du
volume d’eau qui ruisselle sur le volume tombé sur le bassin considéré. Il a un rôle prépondérant dans
l’évaluation des débits de pointes pluviaux qui servent au dimensionnement du réseau.
Ce coefficient a la possibilité de faire varier le débit d’eau pluviale du simple au double, c’est
pour cela que lors du découpage des sous bassins il faut que ces derniers soient aussi homogènes
que possible, pour minimiser les erreurs commises sur l’évaluation du coefficient de ruissellement.
La valeur du coefficient de ruissellement varie de 0,05 à 1, elle dépend de plusieurs facteurs :

 La nature du sol.
 La pente du terrain.
 Le mode d’occupation du sol.
 La densité de la population.
 La durée de pluie.
 L’humidité de l’air et du sol.
III.7.1. Evaluation du coefficient de ruissellement

Pour le cas de notre projet, le coefficient de ruissellement est estimé en fonction des surfaces
drainées en tenant compte la densité des habitats.
Le coefficient de ruissellement augmente avec l’accroissement de la population car on aura une
augmentation d e la s u r f a c e c o u v e r t e p a r r a p p o r t à c e l l e p e r m é a b l e . Ce q u i d o n n e u n
ruissellement important

Le coefficient de ruissèlement est assimilé au coefficient imperméabilisation du site


Notre zone étude étant relativement dense le coefficient occupation du sol est égal a 75% de la superficie
global du site
D’où un coefficient de ruissellement égal a :

Cr = (surface imperméable) % (surface total)

Cr=(0,75x35,1) / 35,1 = 0,75 Cr=0,75


Le tableau si dessus apporte des affirmations au choix de notre coefficient en fonction de la catégorie
urbanisation des secteurs

Catégorie d’urbanisation Cr

47
Habitations très denses 0.90
Habitations denses 0.60 – 0.70
Habitations moins denses 0.40 – 0.50
Quartiers résidentiels 0.20 – 0.30
Square – garde – prairie 0.05 – 0.20

Evaluation des débit d’eaux usées et


pluviales
Introduction

L'établissement des réseaux d'assainissement d'une agglomération doit répondre à deux


objectifs principaux :
 l'évacuation correcte des eaux pluviales permettant :
 d'empêcher la submersion des zones urbanisées.
 d'éviter la stagnation de ces eaux particulièrement dans les points bas de l'agglomération.
 la collecte et l'évacuation des eaux usées de toutes natures (eaux vannes, eaux ménagères, eaux
industrielles) en assurant leur transport, le plus rapidement possible, jusqu'au lieu de leur
traitement (la station d'épuration).
IV.1. Objectif [5]

Le but principal de l’évaluation des débits des eaux usées est de connaître la quantité et la
Qualité des rejets liquides provenant des habitations et lieux d’activités.

Comme ces eaux ont une composition qui peut être source de maladies à transmission
hydrique (choléra fièvre typhoïde ; fièvre paratyphoïde ; dysenterie ; diarrhées infectieuses), il
faut les évacuer le plus tôt possible et par le moyen le plus sûr.

D’où ressort l’utilité de l’évaluation des quantités à traiter.

IV.2. Nature des eaux usées à évacuer

La nature des matières polluantes contenues dans l’effluent dépend de l’origine de ces eaux
Usées.

On distingue :

 Les eaux usées d’origine domestique


 Les eaux usées d’origine industrielle.
ales

A. Les eaux usées d’origine domestique

Ce sont des eaux qui trouvent leur origine à partir des habitations de l’agglomération,

Elles sont constituées essentiellement des eaux ménagères et des eaux des vannes.

 les eaux ménagères englobent les eaux des vaisselles, de lavage, de bain et de douche.
 les eaux des vannes englobent les eaux provenant des sanitaires.
Ces eaux ici seront le sujet principal du calcul de nos conduit assainissement domestique

Les eaux usées industrielles


Ces eaux proviennent de diverses usines. E l l e s contiennent des s u b s t a n c e s chimiques
( acide, basique) et toxiques.

La quantité des eaux évacuées par les industries dépend de plusieurs facteurs :

1. Nature de l’industrie : (Fabrications ou de transformations) ;


2. Procédé de fabrication utilisé ;
3. Taux de recyclage effectivement réalisé.

49
Mis à part la quantité à évacuer, il y a toujours certains paramètres à prendre
en considération à savoir :

 Les eaux chaudes doivent avoir une température inférieure à 35°c


 Elles ne doivent pas contenir de matières corrosives, solides ou toxiques. Si non elles
Doivent subir un prétraitement à l’intérieur de l’unité industrielle.

. Quantités à évacuer

La quantité des eaux à évacuer dépend des normes de consommation en eaux potable
et qui à leur tour dépendent de :

 Evaluation de la consommation actuelle.


Pour la quantification actuelle ou prévisible de la consommation en eaux potable, on a les
facteurs suivants qui interviennent :

 Type d’habitats et leur degré de confort.


 Dotation en eau potable.
 Conditions climatiques.
 Prise en compte forfaitaire des eaux publiques et industrielles.
C. Les eaux des services publics

Les eaux usées du service public proviennent essentiellement du lavage des espaces
publics et pour éteindre les incendies. Ces eaux sont généralement chargées de matières grasses.

Les autres besoins publics seront pris en compte avec les besoins domestiques.

IV.3. Estimation des débits des eaux usées

L’évaluation de la quantité d’eaux usées à évacuer journellement s’effectuera à partir de


la consommation d’eau par habitant.

L’évacuation quantitative des rejets est fonction du type de l’agglomération ainsi que le
mode d’occupation du sol. Plus l’agglomération est urbanisée, plus la proportion d’eau
rejetée est élevée.

. Estimation des débits d’eaux usées domestiques

Pour calculer le débit des eaux usées à évacuer, nous prendrons comme base une
dotation d’eau potable de 150 l/j hab., et nous considérons que les 80% de l’eau consommée
sont rejetées comme eaux usées dans le réseau d’évacuation.
51
Calcul du nombre d’habitants de la zone du projet

Evaluation du nombre habitant c’est fait par une campagne de comptage sommaire majoré d’un
coefficient accroissement dans le temps de notre population
Nombre habitant suite au comptage a étés évaluer à 13500 hab.

La va valeur exact retenue cour le calcul de notre débit a étés la valeur nominale du nombre habitant
multiplier par le coefficient accroissement sur 10 ans de la population de douala
Ce coefficient fournit par la communauté urbaine de douala est de 6,4%

D’où, le nombre total habitant est de =hab. (1+%accroissement démographique)

Nombre total habitant =13500(1+6,4%) = 14364 hab

Calcul du débit moyen journalier

La base de calcul de ce débit est la consommation en eau potable, à laquelle on ajoute un coefficient
de rejet Kr

Qmoy = = =0,01995m3/S

Qmoy=0,01995m3/S

Avec :
Qmoy: Débit d’eau usée rejetée quotidiennement (l/s).
Kr : Coefficient de rejet, on estime que 80% de l’eau potable consommée est rejetée.
D : Dotation journalière en eau potable, estimée à 0,150 m3/j/ hab.
N : Nombre d’habitants total, N = 14364 habitants.
. Evaluation du débit de pointe

Le régime du rejet est conditionné par le train de vie des citadins, ce qui nous donne des
heures ou on a un pic et des heures creuses où le débit est presque nul (la nuit).

Il est donné par la formule qui suit :

Q pte = Kp. Qmoyj (m3/s)

Avec :
Kp : coefficient de pointe.

Pour estimer le coefficient de pointe on a plusieurs méthodes, parmi lesquelles on a :

 Méthode liée à la position de la conduite dans le réseau.


 Le coefficient de pointe est estimé selon l’importance de la ville.
 Le coefficient de pointe est estimé à partir débit moyen.
Ou,

Kp=1,5+ si Qmoy > 2,8 l/s

Kp=3 si Qmoy ≤ 2,8 l/s

La consommation moyenne journalière de notre zone d’étude est égale 19,95 (l/s) ce qui est

Supérieure à 2,8 (Qmoy > 2,8 (l/s) alors le Kpse calcul par la formule suivante :

Kp=1,5+

Kp=1,5+ =2,059
D’où le volume d’eau domestique rejeter est de
Q pte = 2,059.x0,01995 = 0 , 0 4 1 m 3

Q pte = 0,041m 3

Calcul du diamètre du conduit

D=1,5483x

AN : D=1,5483x

D=500mm
53
n = coefficient de Manning=75
Pm=pente moyenne=0,028
D=diamètres du tronçon en mm
Calcul de l’aire de la section

A=

A= 0,19625m2
Calcul de la vitesse moyenne

V=

V= V=

V=0,1m/s

. Evaluation des débits des eaux pluviales

L’étude d’un réseau d’assainissement nécessite la détermination des


Débits des eaux pluviales à évacuer car étant prépondérant vis-à-vis des eaux domestique il font objet
principale dans le cas du calcul d’un réseau égout dans lequel les eaux pluviales se mélange au eaux
domestique.
Les eaux pluviales comprennent les eaux de pluies et les eaux d e drainage Le problème de
l’évacuation des débits pluviaux dans les bassins versants à fait l’objet de nombreuses études
théoriques, on peut citer deux méthodes principales d’évacuation des débits pluviaux :
 Méthode rationnelle.
 Méthode superficielle.
. Méthode rationnelle

C’est une méthode qui consiste à estimer le débit à partir d’un découpage du bassin versant
en secteurs limités par les lignes isochrones, cette méthode fut découverte en 1889, mais ce n’est
qu’en 1906 qu’elle a été généralsé, elle est connue aussi par la méthode de LIOYD DAVIS,
c’est une méthode qui a fait et fait ses preuves surtout pour les bassins urbains a faible surface
(  10 ha).
Elle consiste à estimer les débits pluviaux suite à une averse d’intensité moyenne « i »
Supposée constante durant la chute de pluie sur des surfaces d’influence de superficie « A »,
caractérisée par un coefficient de ruissellement « Cr ».

55
ales

A. Les Hypothèses De La Méthode Rationnelle

Les hypothèses de base sont, par conséquent, les suivantes :

 L’intensité de l’averse en mm/h est uniforme, dans le temps et dans l’espace, sur
l’ensemble du bassin drainé .

 Le débit de pointe Qp en m3/s de l’hydro gramme de ruissellement est une fonction du


débit précipité i. A .

 L’intervalle de la récurrence du débit de pointe Qp est le même que celui de l’averse


D’intensité uniforme
i.

 En fin, le coefficient de ruissellement est invariable d’une averse à l’autre.


. Validité De La Méthode Rationnelle

Cette méthode est utilisée pour les surfaces limitées (généralement inférieures à 10 ha) le
résultat est encore plus fiable du fait de la bonne estimation du coefficient de ruissellement, ainsi
elle est applicable pour des zones ou le temps de concentration ne dépasse pas 30 minutes. Par
contre, elle n’est pas susceptible d’être utilisée que pour les zones étendues, car les calculs
deviendraient fastidieux.
Tableau : Domaines de validité de la méthode rationnelle

Libellé Minimum Maximum


Pente 0.002 m/m 0.05 m/m
Coefficient de ruissellement 0.2 1
Surface du bassin versant 0.001 ha 5 ha

. Temps de concentration

C’est une caractéristique d’un bassin, définie comme étant le temps mis par la pluie
tombée au point le plus éloigné en durée de l’écoulement, pour atteindre l’entrée du collecteur
qui doit évacuer l’apport de l’aire considérée.
0.77 -.0385
 Pour Bassin versant sans réseaux : Tc1 = 0. 0195.L .I
 Pour B.V avec réseaux : Tc = Tc1 + Tc2
0.77 -.0385
Tc1 = 0. 0195.L .I

Méthode superficielle (méthode de Caquot)


Evalution des débits d’eaux usées et pluvi

Avec :
C’est une méthode globale de calcul du débit maximum correspondant à une période de
retour donnée, à l’exutoire d’un bassin versant urbain.

. Coefficient d’allongement

Le coefficient d’allongement d’un sous bassin est définie comme étant le rapport du
plus long parcourt hydraulique (L) par le coté du carré ayant une surface équivalente à celle du
Bassin en question, d’où on a :

L
M
A

Avec :

 M : Coefficient d’allongement du sous bassin.


 L : Longueur du plus long parcourt hydraulique (m).
 A : Surface du sou bassin considéré (m²).

IV.4.5. Pente moyenne :

La pente moyenne d’un sou bassin est prise généralement égale à la pente moyenne du
Collecteur qui le dessert.

Quand le parcours de l’eau ruisselante ne présente pas de déclivité, la pente serra calculée
Comme étant le rapport entre la différence des cotes amont et aval sur la longueur de ce parcours.

57
ales
Cam  Cav
I (m/m)
L
Evalution des débits d’eaux usées et pluviales

Avec :

Cam : Côte amont du parcours (m).

Cav : Côte aval du parcours (m).

L : Longueur du tronçon (m).

a. Cas des bassins versants en série ou en parallèle :

L’application de la méthode de Caquot à un ensemble de bassins versants hétérogènes placés


en série ou en parallèle est délicate.

Il est en effet nécessaire de rechercher les caractéristiques du bassin versant équivalent, le


tableau suivant fournie les règles d’assemblage à utiliser, sachant que dans certains cas des
anomalies peuvent apparaître.

Tableau: Détermination des paramètres équivalents dans le cas de l’assemblage des bassins
versants en série ou en parallèle

Paramètres

Equivalents Aeq Ceq Ieq Meq

 N 
  Ci A i 
2
 N

Bassins
 i 1N    Li   N 
  Ai   Ni 1  
  Li 

 Li 
( Ii ) 
i 1
En série N    
 Ai  i 1  
N
 i 1 
  Ai 
i 1
 i 1 

 N   
  Ci A i 
2
 N IiQi  
Bassins N    L(Q pjMAX ) 
Ai  N 
i 1
    i 1N   
En parallèle i 1
 i 1   Qi   A 
N

 i 1   i 
 i 1 

. Validité de la méthode superficielle

 La limite supérieure de la surface du bassin est 200 ha ;


 La pente est comprise entre 0.2 % et 5%

59
 Le coefficient de ruissellement supérieur à 20 % ;
 Le coefficient d’allongement M ≥ 0.8 ;
De façon plus qualitative ; la méthode de Caquot ne s’applique correctement qu’à des
bassins v e r s a n t s urbains, h o m o g è n e s , é q u i p é d ’ u n r é s e a u d ’ A s s a i n i s s e m e n t
c o r r e c t e m e n t dimensionné, sans ouvrages spéciaux (Particulièrement de stockage), et
fonctionnant à surface libre.

. Choix de la méthode

Nous choisirons pour notre site la méthode rationnelle. En considérant un coefficient de


ruissèlement constant sur toute les surface étude

Application de la méthode rationnelle

Temps de concentration

C'est une caractéristique du bassin, définie comme étant le temps mis par la pluie tombée au
point le plus éloigné en durée de l'écoulement, pour atteindre 1'entrée du collecteur qui doit
évacuer 1'apport de la surface considérée.

Pour notre agglomération, il s’agit d'un bassin versant urbanisé qui doit comporter des
Canalisations d'évacuation.

Alors le temps de concentration sera donné par Tc = Tcl + Tc2.


Le calcul de notre débit se fera suivant la méthode rationnel suivi une sommation de nos sous bassin
pour obtenir le débit en amont du réseau principal.
Le tableau si dessous récapitule le calcul du débit de
chaque sous bassin
Une fois que la totalité des débits est déterminée, on passe au dimensionnement proprement dit
des ouvrages tout en respectant certaines normes d’écoulement du point de vue sanitaire les réseaux
d’assainissement devront assurer :

 L ’ é v a c u a t i o n rapide des matières fécales hors de l’habitation ;


 L e transport des eaux usées dans des conditions d’hygiène satisfaisantes ;

Le calcul du débit et du diamètre théorique du collecteur de fera par les formules suivantes :
 Calcul du Débit orage brute

61
Q=1,4 3xPm0,29xCr1,20xA0,75

Avec :
Q : débit d’eau de ruissellement brute en

m3/s

A : surface de l’aire d’influence (ha)

Cr : coefficient de ruissellement

Pm : Pente moyenne du terrain


 Calcul du Débit de pointe

Qp=2,70x10-3xCrxAxI
Avec :
A=surface du bassin
I=intensité de la pluie
Cr=coefficient de ruissellement
 Calcul du Débit corriger
Qc=m x Qp
Le calcul du coefficient de correction s’effectue suivant la formule si
dessous

M= et m= avec X=0,5979

Ces calculs ont été programmés dans le tableur Excel et sont consigné
sans le tableau ci-dessous
intensité Longueur
surface
de la débit Orage débit de suivant la Débit
N°SB en ha Pente Cr M coéf m
pluie brute pointe direction corriger
(A)
I( m/h) du bassin
144 1,34003997 0,59915867
1 1,38 0,16 0,0138889 0,75 0,372986012 0,44712 1,2258094
116 1,35960569 0,41408151
2 0,94 0,16 0,0086207 0,75 0,243535781 0,30456 1,19644865
52,7 2,26516346 0,78528687
3 1,07 0,16 0,0189753 0,75 0,337382145 0,34668 0,50947013
0,017762 56,3 1,57222066 0,18338382
4 0,36 0,16 0,75 0,146214038 0,11664 0,93833333

63
87,8 1,19527987 0,13554474
5 0,35 0,16 0,0113895 0,75 0,12584818 0,1134 1,48409087
6 0,98 0,16 0,0435256 0,75 0,401850956 0,31752 91,9 0,92833019 1,58232804 0,5024208
7 0,85 0,16 0,04944376 0,75 0,374771088 0,2754 80,9 0,8774837 1,6365271 0,45069956
8 0,53 0,16 0,013947 0,75 0,182186372 0,17172 71,7 0,98487524 1,52736629 0,26227934
9 0,72 0,16 0,013947 0,75 0,229249479 0,23328 71,7 0,8449926 1,6738652 0,39047927
10 0,31 0,16 0,041841 0,75 0,167569672 0,10044 71,7 1,28777002 1,30110849 0,13068334
11 0,44 0,16 0,02083333 0,75 0,17800782 0,14256 48 0,72362723 1,8364617 0,26180598
12 1,04 0,16 0 0,75 0 0,33696 59,7 0,58540666 2,08460079 0,70242708
13 0,41 0,16 0 0,75 0 0,13284 50,2 0,78399228 1,75055926 0,23254429
14 0,34 0,16 0,01992032 0,75 0,144815374 0,11016 99,7 1,70984089 1,09825104 0,12098333
15 0,32 0,16 0,01003009 0,75 0,113409762 0,10368 98,8 1,74655375 1,08438935 0,11242949
16 0,26 0,16 0,02024291 0,75 0,118975823 0,08424 103 2,01999619 0,99406948 0,08374041
17 0,22 0,16 0,01941748 0,75 0,103705669 0,07128 109 2,32388781 0,91416753 0,06516186
18 0,22 0,16 0,00917431 0,75 0,083439723 0,07128 83,2 1,77382996 1,07438852 0,07658241
19 0,98 0,16 0,01201923 0,75 0,27668992 0,31752 51,2 0,5171981 2,24486568 0,71278975
20 0,23 0,16 0,01953125 0,75 0,10740318 0,07452 138 2,87749891 0,80452708 0,05995336
21 0,23 0,16 0,00724638 0,75 0,080563913 0,07452 139 2,89835036 0,80106143 0,0596951
22 0,84 0,16 0,02158273 0,75 0,292085412 0,27216 98 1,06926766 1,45410262 0,39574857
23 0,57 0,16 0,02040816 0,75 0,214861603 0,18468 75 0,99339927 1,51951675 0,28062435
24 0,65 0,16 0,02666667 0,75 0,25622737 0,2106 75,8 0,94018329 1,57037027 0,33071998
25 0,91 0,16 0,01319261 0,75 0,268897341 0,29484 83,6 0,87636612 1,63777458 0,48288146
26 0,66 0,16 0,01196172 0,75 0,205412874 0,21384 83,7 1,03027578 1,48676025 0,31792881
27 0,72 0,16 0,02389486 0,75 0,26798916 0,23328 64,6 0,7613183 1,78154732 0,41559936
28 0,21 0,16 0,01547988 0,75 0,093779222 0,06804 141 3,07687225 0,77293894 0,05259077
29 0,88 0,16 0,0212766 0,75 0,301205712 0,28512 111 1,18326398 1,36864344 0,39022762
30 0,69 0,16 0,01801802 0,75 0,239167091 0,22356 115 1,38443731 1,2460014 0,27855607
31 0,34 0,16 0,04347826 0,75 0,181600762 0,11016 115 1,97223373 1,00839392 0,11108467
32 0,46 0,16 0,03478261 0,75 0,213536911 0,14904 109 1,60711732 1,13969852 0,16986067
33 0,6 0,16 0,02752294 0,75 0,243519919 0,1944 111 1,43300384 1,22057801 0,23728037
34 0,32 0,16 0,00900901 0,75 0,109933078 0,10368 108 1,90918831 1,02817338 0,10660102
35 0,25 0,16 0,00925926 0,75 0,092081351 0,081 101 2,02 0,99406836 0,08051954
36 0,59 0,16 0,01980198 0,75 0,218571766 0,19116 99 1,28887022 1,30044431 0,24859294
37 0,51 0,16 0,01010101 0,75 0,161195524 0,16524 157 2,19843973 0,94500811 0,15615314
38 0,32 0,16 0,00636943 0,75 0,099417126 0,10368 17,5 0,30935922 3,05237559 0,3164703
39 0,71 0,16 0 0,75 0 0,23004 174 2,06500009 0,98105899 0,22568281
40 0,67 0,16 0,00574713 0,75 0,167960227 0,21708 104 1,27056222 1,31161587 0,28472557
41 0,81 0,16 0,03846154 0,75 0,33607101 0,26244 103 1,14444444 1,39621421 0,36642246
42 0,78 0,16 0,01941748 0,75 0,267951651 0,25272 170 1,92487096 1,02315659 0,25857213
43 0,65 0,16 0,02352941 0,75 0,247093756 0,2106 79 0,9798744 1,53202215 0,32264386
44 0,68 0,16 0,02531646 0,75 0,261082704 0,22032 91,1 1,10474977 1,4259961 0,31417546
45 0,84 0,16 0,01097695 0,75 0,240081506 0,27216 92 1,0038023 1,51008149 0,41098378
46 0,09 0,16 0,02173913 0,75 0,054814021 0,02916 95,9 3,19666667 0,75548751 0,02203002
47 0,55 0,16 0,05213764 0,75 0,274571507 0,1782 176 2,37318352 0,90276609 0,16087292
48 0,81 0,16 0,0113636 0,75 0,235978774 0,26244 95 1,05555556 1,46536727 0,38457099
49 0,91 0,16 0,0210526 0,75 0,307928057 0,29484 127 1,33132174 1,27548987 0,37606543
50 1,9 0,16 0,01547988 0,75 0,489223551 0,6156 96 0,6964572 1,87896743 1,15669235
51 0,43 0,16 0,0212766 0,75 0,176036426 0,13932 72 1,09798971 1,43123889 0,1994002
52 0,5 0,16 0,01801802 0,75 0,187841741 0,162 45 0,6363961 1,98306594 0,32125668
53 0,58 0,16 0,04347826 0,75 0,271068763 0,18792 67 0,8797531 1,63400172 0,3070616
54 0,56 0,16 0,03478261 0,75 0,247483131 0,18144 66 0,8819621 1,63155353 0,29602907
55 1,11 0,16 0,02752294 0,75 0,386289841 0,35964 91 0,86373378 1,6520542 0,59414477
volume total en tete d'egout 11,39956379 11,10672 500 0,89087081 1,62177876 18,0126426

 Calcul du diamètre théorique du conduit

Dth=

Avec :
n : coefficient de Manning caractérisant le matériau de la conduite
Qmoy : débit moyen corriger
I : La pente de la conduite.
Le calcul de nos diamètres a été fait avec le programme Excel et figure dans le tableau si dessus
A la suite du calcul du diamètre théorique de nos égouts il est question de recalculer le débit a
plaine section

 Calcul de La vitesse à plein section

Vps= .n.Pm.

Avec
n = coefficient de Manning Strickler
Pm= pente moyenne
Dc=diamètre de la conduite

 Calcule le rapport du débit

Rq=

 Calcul de la hauteur du conduit


h = 0,8xDc
 Calcul de la vitesse écoulement
65
V=1,14xVPs
Vérification des condition auto curage
: Condition 1: Vitesse d'écoulement (Vps>1.00 m / s)

Condition 2:
 Vmin> 0.60 m/s pour (QPS / 10)  Qmin
 Vmin> 0.30 m/s pour (QPS / 100)  Qmin

67
Ces calculs ont été programmés dans le tableur Excel et sont
consigné sans le tableau ci-dessous
calcul du
vitesse en
diamètre diamètre calcul du
section V (m/s) H vérification
théorique commercial débit QPs
pleine
Dth
0,564324229 0,6 2,31345561 1,867253472 2,12866896 0,48 supérieure ou égal a 1

0,537271359 0,6 1,82262998 1,158985377 1,32124333 0,48 supérieure ou égal a 1

0,589082307 0,6 2,70409266 2,551079985 2,90823118 0,48 supérieure ou égal a 1

0,345685672 0,375 2,19345225 1,745610324 1,98999577 0,3 supérieure ou égal a 1

0,335457186 0,375 1,7564451 1,119335029 1,27604193 0,3 supérieure ou égal a 1

0,426418946 0,45 3,67660905 4,830447882 5,50671059 0,36 supérieure ou égal a 1


0,399726092 0,45 3,91860026 5,487245906 6,25546033 0,36 supérieure ou égal a 1
0,413663408 0,45 2,08120863 1,547831691 1,76452813 0,36 superieure ou egal a 1
0,480241648 0,525 2,20506129 1,715358613 1,95550882 0,42 superieure ou egal a 1
0,25925845 0,3 3,09629281 3,543649964 4,03976096 0,24 superieure ou egal a 1
0,383420921 0,45 2,54363367 2,31207345 2,63576373 0,36 superieure ou egal a 1
#DIV/0! 0 0 0 0 0 inferieure a 1
#DIV/0! 0 0 0 0 0 inferieure a 1
0,289470791 0,3 2,13643238 1,687116494 1,9233128 0,24 superieure ou egal a 1
0,320284673 0,375 1,64829396 0,985735202 1,12373813 0,3 superieure ou egal a 1
0,251405752 0,3 2,15366162 1,714437688 1,95445896 0,24 superieure ou egal a 1
0,230628046 0,25 1,96990128 1,456311 1,66019454 0,2 superieure ou egal a 1
0,282011361 0,3 1,44986545 0,777002063 0,88578235 0,24 superieure ou egal a 1
0,618848577 0,75 2,33995132 1,875075442 2,137586 0,6 superieure ou egal a 1
0,223289813 0,25 1,97566383 1,46484375 1,66992188 0,2 superieure ou egal a 1
0,268475722 0,3 1,28855081 0,613719419 0,69964014 0,24 superieure ou egal a 1
0,444721409 0,45 2,58897828 2,39524152 2,73057533 0,36 superieure ou egal a 1
0,395056774 0,45 2,51754443 2,264888277 2,58197264 0,36 superieure ou egal a 1
0,39960346 0,45 2,8777934 2,959454859 3,37377854 0,36 superieure ou egal a 1
0,525507493 0,6 2,25471994 1,773642752 2,02195274 0,48 superieure ou egal a 1
0,457602225 0,525 2,04210035 1,471186594 1,67715272 0,42 superieure ou egal a 1
0,444397604 0,525 2,88624045 2,938858099 3,35029823 0,42 superieure ou egal a 1
0,2220549 0,25 1,75886223 1,160991 1,32352974 0,2 superieure ou egal a 1
0,443571167 0,45 2,57055164 2,361267352 2,69184478 0,36 superieure ou egal a 1
0,403271832 0,45 2,36553158 1,999631632 2,27958006 0,36 superieure ou egal a 1
0,242183751 0,3 3,15629127 3,682314822 4,1978389 0,24 superieure ou egal a 1
0,296128447 0,3 2,82307281 2,945852027 3,35827131 0,24 superieure ou egal a 1
0,350736628 0,45 2,92363148 3,054483313 3,48211098 0,36 superieure ou egal a 1
0,320338605 0,375 1,56214299 0,885385704 1,0093397 0,3 superieure ou egal a 1
0,286867038 0,3 1,45656254 0,784196753 0,8939843 0,24 superieure ou egal a 1
0,379643661 0,45 2,4798735 2,197614698 2,50528076 0,36 superieure ou egal a 1
0,361796071 0,45 1,77115928 1,121005477 1,27794624 0,36 superieure ou egal a 1
0,514110802 0,525 1,49015193 0,783383997 0,89305776 0,42 superieure ou egal a 1
#DIV/0! 0 0 0 0 0 inferieure a 1
0,503748293 0,525 1,41548664 0,706846558 0,80580508 0,42 superieure ou egal a 1
0,387705093 0,45 3,45611793 4,268444146 4,86602633 0,36 superieure ou egal a 1
0,3867076 0,45 2,45567931 2,154943063 2,45663509 0,36 superieure ou egal a 1
0,405317108 0,45 2,70321592 2,611283177 2,97686282 0,36 superieure ou egal a 1
0,395824128 0,45 2,80399159 2,80960917 3,20295445 0,36 superieure ou egal a 1
0,512029125 0,525 1,95623537 1,350068525 1,53907812 0,42 superieure ou egal a 1
0,150348248 0,25 2,08434262 1,63043475 1,85869562 0,2 superieure ou egal a 1
0,26894653 0,3 3,45634178 4,415705793 5,0339046 0,24 superieure ou egal a 1
0,496201052 0,525 1,99039024 1,397623083 1,59329031 0,42 superieure ou egal a 1
0,438333517 0,45 2,55698445 2,336407934 2,66350505 0,36 superieure ou egal a 1
0,707662205 0,75 2,65553662 2,414958598 2,7530528 0,6 superieure ou egal a 1
0,344838824 0,425 2,5160397 2,272982576 2,59120014 0,34 superieure ou egal a 1
0,425427162 0,525 2,50630429 2,216058349 2,52630652 0,42 superieure ou egal a 1
0,354596352 0,425 3,5966854 4,64478946 5,29505998 0,34 superieure ou egal a 1
0,364708349 0,425 3,21697331 3,715831781 4,23604823 0,34 superieure ou egal a 1
0,494843136 0,525 3,09761669 3,385080102 3,85899132 0,42 superieure ou egal a 1
1,772964875 1,8 15,6829129 7,830225915 8,92645754 1,44 superieure ou egal a 1

Le diamètres pour eaux domestique est récapituler ci-dessous


Page | 70
Terminologie du model d’égout
Ouvrages Principaux
Les ouvrages principaux correspondant aux ouvrages d’évacuation des effluents vers le
Point de rejet ou vers la station d’épuration comprennent les conduites et les joints.
. Canalisations
Elles se présentent sous plusieurs formes cylindriques préfabriquées en usine. Elles sont
désignées par leurs diamètres intérieurs, dites diamètres nominaux exprimés en millimètre,
ou ovoïdes préfabriqués désignés par leur hauteur exprimée en centimètre et, des ouvrages
visitables.
Dans notre projet nous adoptons pour les canalisations de forme circulaire.
. Types De Canalisation
Il existe plusieurs types de conduites qui sont différents suivant leur matériau et
leur destination.
. Conduites en béton non armé
Les tuyaux en béton non armé sont fabriqués mécaniquement par procédé assurant une
compacité élevée du béton. La longueur utile ne doit pas dépasser 2,50m. Ces types de
tuyaux ont une rupture brutale, mais à moins que la hauteur de recouvrement ne soit
insuffisante. Elle survient aux premiers âges de la canalisation. Il est déconseillé d'utiliser les
tuyaux non armés pour des canalisations visitables.
I.1.1.2. Conduites en béton armé
Les tuyaux en béton armé sont fabriqués mécaniquement par un procédé assurant une
compacité élevée du béton (compression radiale, vibration, centrifugation). Les tuyaux
comportent deux séries d'armatures, la première est formée des barres droites appelées
génératrices, la deuxième est formée des spires en hélice continues d'un pas régulier maximal
de

Page | 46
1,5 m. La longueur utile ne doit pas être supérieure à 2m.

Page | 47
. Conduites en chlorure de polyvinyle (P.V.C) non plastifié :
Les tuyaux sont sensibles à l'effet de température au-dessous de 0°C. Ils présentent une
certaine sensibilité aux chocs. L'influence de la dilatation est spécialement importante et il
doit en être tenu compte au moment de la pose. La longueur minimale est 6 m.

. Choix du type de canalisation :


Pour faire le choix des différents types de conduite on doit tenir compte
 Des pentes du terrain.
 Des diamètres utilisés.
 De la nature du sol traversé.
 Des efforts extérieurs dus au remblai.
Pour notre projet, les conduites utilisées seront en béton armé de profil circulaire vu
les avantages qu'elles présentent :
 Étanchéité primordiale.
 Résistance attaques chimiques.
 Bonne résistance mécanique.
 Leur bonne stabilité dans les tranchées.
 Pose et assemblage facile.
 La disponibilité sur le marché national.

Page | 48
Organe de protection des conduit

Les bouches d'égout : sont les éléments (ponctuels) d'un réseau d'assainissement permettant
l'introduction des eaux de ruissellement dans le réseau. Elles peuvent être avec ou sans grille,
avec ou sans puisard.

Les Siphoïdes : ils sont à utiliser en cas de problème d’odeur ou pour piéger des flottants,
mais ne doivent pas être généralisés car lorsqu’un siphoïde se bouche, il reste en eau et on est
"aveugle" pour le désobstruer. D'autres dispositifs anti-odeurs peuvent être installés. Les
coudes plongeurs doivent être en forme de T ou amovible an de permettre le passage d’un
tuyau d’aspiration. Le fond des bouches d'égout avec un coude plongeur ne doit pas être pente

Grille sélective : le choix entre une bouche d’engorgement ou une grille doit être fait en
fonction de la localisation, des activités à proximité, de la fréquence et du type passage
(piétons, routier. Attention, si beaucoup d’arbres, il y a un risque d’obstruction de la grille par
les feuilles. Le type de grille sélective (espacement, verrouillage, cadre, )doit être choisi au cas
par cas en fonction de la localisation

Page | 49
Les bétons utilisés pour la fabrication des tuyaux et ouvrages d'assainissement subissent
des formes d'agression ; sous l'aspect de corrosion chimique qui entraîne la destruction des
canalisations ; sous l'aspect d'abrasion qui est une action physique non négligée du fait de
faible résistance du matériau et compte tenu de la vitesse limite maximale des écoulements
dans le réseau.
Pour cela les moyens de lutte peuvent se résumer comme suit
 Les temps de rétention des eaux usées dans les canalisations doivent être réduits au
maximum.
 L'élimination des dépôts doit s'opérer régulièrement, car ceux-ci favorisent le
Développement des fermentations anaérobies génératrices d'hydrogène sulfuré (H 2S).

Page | 50
 Une bonne aération permet d'éviter les condensations d'humidité sur les parois et
de réduire ainsi la teneur en H2S.
 Revêtement intérieur des conduites par du ciment limoneux ou du ciment sulfaté avec
un dosage suffisant dans le béton (300 à 350 kg/m3 de béton). [06]
 Empêcher l'entrée des sables par l'implantation des bouches d'égout.

Page | 51
. Les bouches d'égout :
. Ouvrages d'accès au réseau (les regards) :
Les bouches d'égout sont destinées à collecter les eaux en surface (pluviale et de lavage
des chaussées) Elles sont généralement disposées au point bas des caniveaux, soit sur le
trottoir. La distance entre deux bouches d'égout est en moyenne de 50m, la section d'entrée est
en fonction de l'écartement entre les deux bouches afin d'absorber le flot d'orage venant de
l’amont. Elles peuvent être classées selon deux critères : la manière de recueillir des eaux et la
manière dont les déchets sont retenus.
Les regards sont en fait des fenêtres par lesquelles le personnel d'entretien pénètre
pour assurer le service et la surveillance du réseau. Ce type de regard varie en fonction de
l'encombrement et de la pente du terrain ainsi que du système d'évacuation.
 Regard de jonction simple : pour raccordement des collecteurs de mêmes ou
différents diamètres.
 Regard latéral : en cas d'encombrement du V.R.D ou collecteurs de diamètre important.
 Regard double : pour système séparatif
 Regard toboggan : en cas d'exhaussement de remous
 Regard de chute : à forte pente
La distance entre deux regards est variable
 35 à 50 m en terrain accidenté.
 50 à 80 m en terrain plat.
Sur les canalisations les regards doivent être installés :
- À chaque changement direction ;
- À chaque jonction de canalisation ;
- Aux points de chute ;
 À chaque changement pente ;
 À chaque changement diamètre ;

Page | 52
Page | 53

Vous aimerez peut-être aussi