Vous êtes sur la page 1sur 9

Il y a des millions d'années le langage apparaissait chez l'homme, mais avec le langage et la diversité

des groupements humains apparaissait aussi la diversité des langues. Le besoin de communication,
qui est à I ‘origine du langage humain, donne alors naissance à la traduction ; dès qu'une pluralité de
langues apparaît, la Traduction s'impose, l'homme trouve une solution à.la punition de Babel. La
traduction, orale et écrite, est une activité humaine universelle, aussi ancienne que le langage et
l'écriture. Orale pendant des millénaires, la traduction prit sa forme moderne avec I ‘avènement de la
civilisation écrite à la Renaissance. A I ‘heure actuelle, la traduction est d'une importance
considérable. Elle est pratiquée sous quarre formes principales : la traduction écrite, la traduction
orale d'un texte écrit, I ‘interprétation simultanée et I ‘interprétation consécutive. Il existe plusieurs
types de traduction dont le fonctionnement est légèrement différent : c'est le cas de l'interprétation
par chuchotage, du sous-titrage, du doublage de films... Toutes ces activités sont en plein essor.
Depuis les années 50 on assiste à une augmentation constante de l'édition d'ouvrages et de
documents traduits, et à un développement des relations et des organisations internationales qui
donne à la traduction et à I ‘interprétation un rôle de tout premier plan à la commission des
communautés Européennes on traduit près d'un demi-million de pages par an. Pour subvenir à de
tels besoins, des écoles d'interprètes et de traducteurs ont été créées, ainsi que des associations
professionnelles tant nationales qu'internationales.

‫ ثم تؤدي الحاجة إلى‬.‫ ولكن مع اللغة وتنوع التجمعات البشرية ظهرت أيضا تنوع اللغات‬،‫منذ ماليين السنين ظهرت اللغة في اإلنسان‬
‫ يجد اإلنسان حالً لمعاقبة‬،‫ تفرض الترجمة‬،‫ إلى الترجمة؛ وبمجرد ظهور لغات متعددة‬،‫ الذي يرجع إلى اللغة اإلنسانية‬،‫االتصال‬
‫ اتخذت الترجمة شكلها‬،‫ وبالحديث آلالف السنين‬.‫ قديم قدم اللغة والكتابة‬،‫ إن الترجمة الشفوية والكتابية نشاط إنساني عالمي‬.‫بابل‬
‫ وهي تمارس في إطار‬.‫ تتسم الترجمة بأهمية كبيرة‬،‫ وفي الوقت الحاضر‬.‫الحديث مع قدوم الحضارة المكتوبة في عصر النهضة‬
‫ هناك عدة‬.‫ والترجمة الشفوية المتتابعة‬،‫ والترجمة الفورية‬،‫ والترجمة الشفوية لنص مكتوب‬،‫ الترجمة التحريرية‬:‫االشكال الرئيسية‬
...‫ ودبلجة األفالم‬،‫ والترجمة‬،‫ هذه هي حالة الترجمة الشفوية من خالل الهمس‬:‫أنواع من الترجمة تختلف طريقة عملها بعض الشيء‬
‫ وتطوير العالقات الدولية‬،‫ حدثت زيادة مطردة في نشر االعمال والوثائق المترجمة‬،‫ ومنذ الخمسينات‬.‫وكل هذه األنشطة في ازدهار‬
‫والمنظمات الذى يمنح الترجمة التحريرية والترجمة الشفوية دورا رائدا لدى لجنة الجماعات االوروبية يترجم ما يقرب من نصف‬
‫ فضال عن الرابطات المهنية الوطنية‬,‫ وقد تم انشاء مدارس للمترجمين الشفويين والمترجمين التحريريين‬,‫مليون صفحة سنويا‬
‫والدولية‬.

La société a changé, le marché de la traduction aussi et aujourd'hui plus que jamais la traduction joue
un rôle de communication entre les peuples. La traduction est devenue indispensable dans tous les
domaines de la vie sociale (technique, scientifique, économique, etc). Du fait de cette diversification,
la traduction littéraire, qui dominait auparavant la traduction écrite, n'occupe plus qu'une place très
réduite dans la masse considérable de documents traduits. Malgré ces transformations, la question
fondamentale qui a de tout temps préoccupé les traducteurs se pose toujours avec autant d'acuité :
elle concerne le rapport entre I ‘original et sa traduction, ce que I ‘on appelle la "fidélité" au texte
original. Le débat est antique. La fidélité apparaît tout au long de I ‘histoire comme la notion-clé des
réflexions sur la traduction. Du précepte de Cicéron de ne pas traduire "verbum pro verbo" jusqu'aux
théories modernes, l'éternelle question a été de définir le rapport entre le texte original et la
traduction. [æ débat date de 2000 ans ; les réponses oscillent entre l'attachement aux formes
linguistiques de I ‘original et l'adaptation libre. Le terme reste flou et l'appellation de "fidélité"
recouvre différentes formules et conceptions : pour les uns une traduction fidèle respecte avant tout
I ‘information de I ‘original, pour les autres une traduction fidèle est celle qui rend mot à mot
l'original... On dirait qu'à force d'utiliser ce terme on IA vidé de tout contenu. La pratique de la
traduction m'a poussée à faire une recherche sur la fidélité en traduction, mais c'est aussi et surtout
mon expérience de professeur de traduction français-espagnol qui a guidé ma réflexion.
‫ وأصبحت‬.‫ واليوم أكثر من أي وقت مضى تلعب الترجمة دورا في االتصال بين الشعوب‬،‫ وتغير سوق الترجمة‬،‫ل قد تغير المجتمع‬
‫ ونتيجة لهذا‬.)‫ وما إلى ذلك‬،‫الترجمة التحريرية أمرا ال غنى عنه في جميع مجاالت الحياة االجتماعية (التقنية والعلمية واالقتصادية‬
‫ ال تشغل اآلن إال مكانا محدودا جدا في الكتلة الكبيرة من‬،‫ التي كانت تهيمن على الترجمة التحريرية‬،‫ فإن الترجمة األدبية‬،‫التنويع‬
‫ فهو يتعلق‬:‫ فإن السؤال االساسي الذي يشغل المترجمين دائما يثير بهذه الود‬،‫ وعلى الرغم من هذه التحوالت‬.‫الوثائق المترجمة‬
‫ تظهر اإلخالص عبر التاريخ كمفهوم أساسي‬.‫ إن المناقشة قديمة‬.‫ وما يسمى "بالخيانة" للنص االصلي‬،‫بالعالقة بين االصل وترجمته‬
‫ كان السؤال األبدي يتلخص في‬،‫ ومن مبدأ سيسيرو الذي ال يترجم "بوم برو فيربو" إلى النظريات الحديثة‬.‫للتأمالت في الترجمة‬
‫؛ وتتأرجحت اإلجابات بين االرتباط باألشكال‬2000 ‫ [يرجع تاريخ المناقشة إلى عام‬.‫تحديد العالقة بين النص األصلي والترجمة‬
‫ فلبعض الترجمة‬:‫ ويشمل مصطلح "اإلخالص" صيغ ومفاورات مختلفة‬،ً ‫ وال يزال المصطلح غامضا‬.‫اللغوية للتكيف األصلي والحرة‬
‫ ويبدو‬...‫ وبالنسبة آلخرين فإن الترجمة المخلصة هي التي تجعل الكلمة بكلمة األصل‬،‫المخلصة احترام أوالً كل المعلومات األصلية‬
‫ ولقد قادتني ممارسة الترجمة إلى إجراء بحث حول‬.‫أننا باستخدام هذا المصطلح قمنا بإفراغ الذكاء االصطناعي من كل المحتوى‬
‫ كانت هي التي وجهت تأملي‬،‫ كمعلم للترجمة الفرنسية األسبانية‬،‫ في المقام األول‬،ً ‫ ولكن خبرتي أيضا‬،‫أمانة الترجمة‬.

Mon outil de mon expérience de professeur de traduction français-espagnol qui a guidé ma réflexion.
Mon outil de travail a été I ‘analyse de traductions espagnoles de textes français et la traduction
comparée (la INTRODUCTION lt confrontation de différentes traductions en espagnol d'un même
texte français). Le point de départ théorique a été la "théorie du sens" développée à I'ESIT (Ecole
Supérieure d'Interprètes et de Traducteurs de Paris), notamment les analyses faites sur I
‘interprétation simultanée et consécutive par D. Seleskovitch et M. Lederer ainsi que l'étude de Jean
Delisle sur la traduction de textes pragmatiques.

‫ أداة العمل التي أستخذتها هي "تحليل الترجمات االسبانية‬.‫أنا أداة من تجربتي كمعلم ترجمة فرنسي إسباني كان يوجه تفكيري‬
‫ وكانت نقطة البداية‬.)‫للنصوص الفرنسية والترجمة المقارنة (مقدمة لمواجهة مختلف الترجمات االسبانية لنفس النص الفرنسي‬
‫ وال سيما التحليالت التي أجريت بشأن التفسير‬،‫النظرية هي "نظرية المعنى" التي وضعت في معهد الدراسات العليا في باريس‬
‫ ليديرر والدراسة التي أجراها جان ديليسل بشأن ترجمة النصوص البراغماتية‬.‫ سيليسكوفيتش و م‬.‫المتزامن والمتابع من قبل د‬.

Traditionnellement, les études sur la traduction se sont bornées à comparer des résultats, le texte
original et le texte d'arrivée, ou la langue de départ et la langue d'arrivée. En revanche, les études
modernes sur la traduction font très souvent appel à d'autres disciplines, mais elles oublient parfois
d'examiner concrètement l'opération traduisant elle-même, ainsi que le traducteur, l'être humain,
sans lequel celle-ci ne pourrait avoir lieu. Le grand mérite de la théorie interprétative de I'ESIT est
d'être centrée sur le processus de la traduction. La "décortication" du processus de traduction met
en évidence Ies caractéristiques propres à cette opération : acte langagier, de communication,
opération d'intelligence, faite toujours par I ‘homme et pour I ‘homme... De ce point de vue, la
comparaison des langues ne peut être que d'un intérêt limité pour I ‘analyse de la traduction, car on
ne traduit pas des langues mais toujours des textes, des discours, et ceci dans un but communicatif. Il
faut que le traducteur comprenne son texte pour pouvoir le traduire, mais il faut aussi que son
récepteur comprenne la traduction. C'est pourquoi, pour D. Seleskovitch, il s'agit en traduction de
faire passer le "sens" d'un message en produisant le même "effet" chez le destinataire. A partir de
cette définition on ne peut définir la fidélité que comme une fidélité au sens. Mon but est de donner
un contenu plus précis à cette formule.
‫وتقليديا‪ ،‬اقتصرت دراسات الترجمة على مقارنة النتائج‪ ،‬والنص األصلي والنص النهائي‪ ،‬أو لغة المغادرة ولغة الوصول‪ .‬ومن ناحية‬
‫أخرى‪ ،‬فإن دراسات الترجمة الحديثة كثيراً ما تتضمن تخصصات أخرى‪ ،‬ولكنها في بعض األحيان تنسى أن تدرس بشكل ملموس‬
‫عملية الترجمة نفسها‪ ،‬وكذلك المترجم‪ ،‬اإلنسان‪ ،‬الذي بدونه ال يمكن أن تحدث‪ .‬إن الميزة العظيمة التي تتمتع بها نظرية التقرير‬
‫التفسيري هي أنها تركز على عملية الترجمة‪ .‬ويسلط "فك االرتباط" لعملية الترجمة الضوء على الخصائص الخاصة بهذه العملية‪:‬‬
‫قانون اللغة‪ ،‬قانون االتصاالت‪ ،‬عملية االستخبارات‪ ،‬التي يقوم بها اإلنسان دائماً‪ ،‬واإلنسان‪ ...‬ومن وجهة النظر هذه‪ ،‬ال يمكن أن‬
‫تكون مقارنة اللغات إال ذات أهمية محدودة في تحليل الترجمة‪ ،‬حيث أن النصوص والخطب ال تترجم‪ ،‬بل تترجم دائما لغرض‬
‫اتصال‪ .‬يجب أن يفهم المترجم النص ليتمكن من ترجمته‪ ،‬ولكن يجب أن يفهم المستلم الترجمة أيضاً‪ .‬ولهذا السبب‪ ،‬بالنسبة إلى د‪.‬‬
‫سيليسكوفيتش‪ ،‬فإن األمر يتعلق بترجمة "معنى" الرسالة عن طريق إنتاج نفس "التأثير" في المتلقي‪ .‬من هذا التعريف‪ ،‬ال يمكن‬
‫‪.‬تعريف الدقة إال على أنها أمانة بالمعنى‪ .‬وهدفي هو إعطاء محتوى أكثر دقة لهذه الصيغة‬

‫‪Ce point de départ, la fidélité au sens, a orienté ma recherche dans plusieurs directions. Ainsi, une‬‬
‫‪première partie de ce livre est consacrée à développer la définition de la fidélité au sens. J'ai LA‬‬
‫‪NOTION DE FIDELITE EN TRADUCTION I J l F t2 LA NOTION DE FIDELITE EN TRADUCTION voulu tout‬‬

‫‪D’abord donner un aperçu historique de cette notion pour situer le problème et pour introduire mon‬‬
‫‪approche. L'étude du processus de la traduction processus cognitif de la traduction, niveau de‬‬
‫‪l'écrit...) m'a permis de tion, le sens, et aussi de repérer sa nature non-verbale et Son caractère‬‬
‫‪contextuel et dynamique. Ainsi, le sens est au centre de mon analyse et c'est pourquoi j'ai accordé‬‬
‫‪une place prépondérante à l'étude de son fonctionnement, de son rapport avec les mots, de Sa façon‬‬
‫‪d'opérer à l'écrit. L'étude de I ‘invariant en traduction m'a menée à l'étude de la recherche‬‬
‫‪d'équivalences en traduction ("équivalences de sens") pour dégager les paramètres de la fidélité,. La‬‬
‫‪deuxième partie de la présente étude est consacrée à l'analyse des "dimensions de la fidélité" : la‬‬
‫‪"subjectivité", "l'historicité" et la "fonctionnalité". J'ai tout d'abord cherché si la fidélité est toujours‬‬
‫‪la même malgré I ‘intervention de différents traducteurs et si I ‘on peut préconiser une traduction‬‬
‫‪unique pour un même original. Dans un deuxième temps, j'ai étudié le fonctionnement de la fidélité‬‬
‫‪à travers les époques et dans différents types de textes. Le glossaire, récapitulatif des principaux‬‬
‫‪termes utilisés, définit la façon dont je les emploie, et représente également une synthèse des‬‬
‫‪questions essentielles concernant I ‘analyse de la fidélité en traduction. On trouvera un parallélisme‬‬
‫‪constant entre la communication traductive et la communication unilingue, ce qui n'est pas le fruit‬‬
‫‪du hasard, ou une obsession méthodologique, mais une conséquence inévitable du rapport étroit qui‬‬
‫‪existe entre ce que parler veut dire et ce que traduire veut dire.‬‬

‫والً ‪ ،‬قم بتقديم نظرة تاريخية لهذا المفهوم لوضع المشكلة وتقديم نهجي‪ .‬دراسة عملية الترجمة العملية المعرفية للترجمة‪ ،‬مستوى‬
‫الكتابة‪ )...‬سمحت لي أن أبحث‪ ،‬معنى‪ ،‬وأيضا أن أرصد طبيعتها غير اللفظية وطابعها السياقي والديناميكي‪ .‬وهكذا‪ ،‬فإن المعنى هو‬
‫محور تحليلي‪ ،‬ولهذا السبب أعطيتي مكانا في المقام األول لدراسة طريقة عمله‪ ،‬وعالقته بالكلمات‪ ،‬وطريقة عمله كتابة‪ .‬وقد أدت‬
‫دراسة "الثبات في الحث" إلى دراسة البحث عن معادالت في الترجمة ("معادلة المعنى") لتحديد معايير الدقة‪ .‬ويخصص الجزء‬
‫الثاني من هذه الدراسة لتحليل "أبعاد اإلخالص"‪" :‬الذاتية" و"التأريخ" و"الوظيفية"‪ .‬أوالً وقبل كل شيء‪ ،‬أردت أن أعرف ما إذا‬
‫كانت اإلخالص ال تزال هي نفسها على الرغم من تدخل مترجمين مختلفين وما إذا كان من الممكن التوصية بترجمة واحدة لنفس‬
‫األصل‪ .‬في المرة الثانية‪ ،‬قمت بدراسة أداء اإلخالص من خالل العصور وفي أنواع مختلفة من النصوص‪ .‬يع ّرف قاموس‬
‫المصطلحات‪ ،‬وهو ملخص للمصطلحات األساسية المستخدمة‪ ،‬كيفية استخدامها‪ ،‬كما يمثل تجميالً لألسئلة األساسية المتعلقة بتحليل‬
‫دقة الترجمة‪ .‬سوف نجد توازيا مستمرا بين اتصال الترجمة واالتصاالت أحادية اللغة‪ ،‬وهو ليس نتيجة للصدفة‪ ،‬أو هاجس منهجي‪،‬‬
‫‪.‬بل نتيجة حتمية للعالقة الوثيقة القائمة بين ما يعنيه الكالم وما يعنيه الترجمة‬
J'ai dit au début de cette étude que le débat sur la fidélité en traduction touchait au cœur de I
‘opération traduisant et de la communication linguistique en général : le rapport entre le mot et le
sens. L'analyse du processus de traduction que j'ai faite, fondée sur la conception interprétative de la
traduction de I'ESIT, a mis en évidence que le processus de traduction est un processus en trois
temps, compréhension-dé verbalisation-réexpression, et que ce qu'on traduit, c'est le sens. Cette
analyse a permis de démontrer que traduire signifie comprendre et ré exprimer, et que I ‘analyse de
la traduction humaine est en rapport avec I ‘analyse des processus généraux de compréhension et
d'expression. Les caractéristiques propres à cette traduction, ainsi que les questions qui la
concernent, procèdent, en premier lieu, des caractéristiques propres au processus de la
communication unilingue. C'est en raison des mécanismes inhérents à ces processus que j'ai émané,
parce que je les considérais comme de faux problèmes, les exigences de symétrie totale et d'identité
de la traduction avec l'original, car ce sont des conditions qui n'existent pas dans le langage humain.
C'est par rapport à ces processus, compréhension et expression, lecture et écriture, que j'ai établi,
tout au long de ce livre, un lien entre le fonctionnement de la communication traductive et celui de la
communication unilingue. J'ai voulu montrer en même temps que la traduction met plus nettement
en évidence que la communication unilingue certaines caractéristiques fondamentales du
fonctionnement du langage : la dé verbalisation, le besoin de compléments cognitifs, la non-
existence d'identité totale, car elle enchaîne les deux processus de compréhension et d'expression.

‫ العالقة بين‬:‫قلت في بداية هذه الدراسة إن النقاش حول اإلخالص في الترجمة يمس قلب عملية الترجمة والتواصل اللغوي بشكل عام‬
‫ استناداً إلى المفهوم التفسيري للترجمة التي أجريت على تكنولوجيا‬،‫ ولقد أظهر تحليل عملية الترجمة التي أجريتها‬ .‫الكلمة والمعنى‬
‫ وأن ما يترجم هنا هو‬،‫ وهي عملية فهم التعبيروإعادة التعبير‬،‫ أن عملية الترجمة هي عملية من ثالث خطوات‬،‫المعلومات‬
‫ وأن تحليل الترجمة البشرية يرتبط بتحليل عمليات الفهم‬،‫ وقد أظهر هذا التحليل أن الترجمة تعني الفهم وإعادة التعبير‬ .‫المعنى‬
‫ تمضي في المقام األول من الخصائص‬،‫ وكذلك المسائل التي تهم الترجمة‬،‫ إن الخصائص المحددة لهذه الترجمة‬ .‫والتعبير العامة‬
،‫ ألنني اعتبرتها مشاكل زائفة‬،‫ كنت قد انبثقت‬،‫ وبسبب اآلليات الكامنة في هذه العمليات‬ .‫الخاصة بعملية االتصال األحادي اللغة‬
،‫وفيما يتعلق بهذه العمليات‬ .‫ ألن هذه ظروف ال توجد باللغة اإلنسانية‬،‫ومتطلبات التناظر الكامل والهوية للترجمة بالنسخة األصلية‬
‫ فقد أنشأت في هذا الكتاب حلقة وصل بين عمل اتصال الترجمة وعمل االتصال األحادي‬،‫ والقراءة والكتابة‬،‫والتفاهم والتعبير‬
‫ أردت أن أوضح أن الترجمة تبرز بوضوح أكثر من االتصال األحادي بعض الخصائص األساسية لعمل‬،‫ وفي الوقت نفسه‬ .‫اللغة‬
‫ ألنها تربط عمليتي الفهم والتعبير‬،‫ عدم وجود هوية كاملة‬،‫ الحاجة إلى المكمالت اإلدراكية‬،‫ إزالة الفِرد‬:‫اللغة‬.

L'origine de I ‘expression linguistique (le vouloir dire) et le produit de la compréhension (e sens) sont,
tous les deux, non-verbaux ; pour comprendre un sens comme pour exprimer un vouloir dire, il est
nécessaire d'associer un savoir linguistique et un savoir extralinguistique. L'analyse du processus de
la traduction a permis de dégager I ‘invariant en traduction, le sens, et d'en décrire la CONCLUSION
22r nature : le sens est la synthèse non-verbale produite par la compréhension à panir d'éléments
linguistiques et non-linguistiques. Par conséquent, il n'existe pas d'opposition entre mot et sens ; le
sens est lié linguistiquement au texte ou au discours, mais sa nature est non-linguistique. C'est le
sens qui est I ‘enjeu de la traduction et non les langues ; le rapport entre le texte original et la
traduction n'est pas un rapport linguistique mais un rapport de sens. La fidélité en traduction est une
fidélité au sens et non aux mots ; l'identité entre le texte original et la traduction est une identité de
sens et d'effet produits, ce n'est pas une identité linguistique ; l'équivalence de traduction est une
équivalence au niveau du sens et non au niveau des langues. De ce point de vue, I'intraduisibilité,
habituellement fondée sur la différence des langues et des cultures, se révèle être un faux problème.
L'acte de parole qui rend la communication possible, qui détn¡it les ambiguïtés, qui annule I ‘entropie
détruit aussi I'intraduisible, parce que la traduction est elle aussi acte de parole.
La traduction ajoute une différence linguistique qu'il est, certes, nécessaire de surmonter, mais si ce
qu'on traduit c'est le sens, de nature non-linguistique, la différence des langues ou des cultures (qui
est d'ailleurs la raison pour laquelle on traduit) n'est pas un obstacle à la transmission du sens.

La nature non-verbale du sens explique que la traduction soit possible entre toutes les langues,
qu'elles soient ou non apparentées, et aussi pour tout type de texte (poétique, chanson,
technique...). I e caractère dynamique et contextuel du sens, la variété de ses manifestations selon le
type de texte, selon le fonctionnement des langues ou selon la variété des traits culturels, explique le
fait que l'équivalence de sens en traduction soit elle aussi dynamique et contextuelle, qu'elle exige
un processus analogique de recherche dans la langue d'arrivée qui suit les règles de fonctionnement
de l'expression de tout vouloir dire dans cette langue ; ce caractère dynamique explique aussi le rôle
très limité du transcodage en tra- 222 LA NOTION DE FIDELITE EN TRADUCTION 223 duction, les
possibilités d'expression de la pensée humaine par le langage étant infinies. L'analyse du circuit du
sens dans la communication unilingue mis en évidence le modèle théorique d'une communication
idéale : la correspondance entre le sens compris par le récepteur et le vouloir dire de l'émetteur. En
raduction, il existe deux correspondances à établir : la correspondance du sens compris par le
traducteur avec le vouloir dire de I'auteur et la correspondance du sens compris par le destinataire
de la traduction avec le sens compris par ledestinataire du texte original. Ces deux correspondances
sont de nature non-linguistique,-elles exigent que le traducteur, pour être fidèle au sens, soit frdèle
au vouloir dire de I'auteur, au destinataire de la traduction et aux moyens de la langue d'arrivée ; ces
Eois paramètres sont indissociables les uns des autres et ce sont eux, ensemble, qui concrétisent la
fidélité au sens en traduction.

J'ai remplacé, rêspectivement, I'opposition entre mot et sens, et I'opposition entre traduction
littérale et traduction libre, par une conception nonJinguistique du sens et une conception de la
traduction qui se veut fidèle au sens, ce qui a pour effet d'annuler ces dichotomies. Les trois
paramètres de la frdélité au sens, en condamnant le "mensonge" de la traduction littérale et le
"blasphème" de la traduction libre, définissent ces deux types de traduction car ils signalent les droits
du traducteur et fixent les limites de sa liberté. Ainsi, j'ai considéré comme traduction littérale celle
qui est centrée sur la réexpression de la langue du texte original à tous les niveaux et non sur la
réexpression du sens ; elle n'est donc pas fidèle au vouloir dire de I'auteur, aux moyens de la langue
d'arrivée ou encore au destinataire de la traduction. J'ai considéré comme traduction libre celle qui,
tout en étant interprétative, rompt l'équilibre des trois paramètres, le traducteur interprétant
librement le vouloir dire de I'auteu¡ ou dépassant les limites des choix que lui impose son
destinataire ou.la langue dans laquelle la traduction est faite. Il s'agit donc de parcours différents de
celui de la traduction du sens. CONCLUSION La traduction libre est contraire aux principes de la
communication idéale et aux principes de la fidélité au sens. La traduction littérale est contraire au
fonctionnement du langage et au fonctionnement du sens, étant donné que la saisie du sens dans la
compréhension ne se fait pas mot à mot, ni phrase par phrase, Ia compréhension n'étant pas une
activité purement linguistique mais une activité qui mobilise aussi le savoir extra-linguistique de
I'individu ; I'expression d'un vouloir dire est une activité qui met en place des éléments autres que
linguistiques : il faut connaître les contextes cognitif et situationnel et posséder le savoir
extralinguistique pertinent. De plus, latraduction littérale est contradictoire dans son principe, car les
langues étant différentes (à tous les niveaux), il est contradictoi¡e de vouloir les traduire tout en les
conservant.

L'analyse de I'intervention du sujet-traducteur, de I'histoire et du contexte lors de la traduction d'un


texte a démontré I'existence de trois dimensions dans I'analyse de la frdélité : la subjectivité,
l'historicité et la fonctionnalité. J'ai voulu montrer que tes trois dimensions proviennent, en réalité,
des caractéristiques inhérentes aux processus de communication instauré par les textes écrits, et que
pour être fidèles au sens, ces trois dimensions sont "nécessaires" et "limitées" dans le processus de
traduction. Pour être fidèle au sens, I'intervention du sujet-traducteur est né. cessaire : il doit
mobiliser I'ensemble de son appareil cognitif pour pouvoir saisir le sens et le réexprimer ; mais cene
liberté d'intervention est limitée par le respect des nois paramètres de la fidétité. Il faut interpréter
le texte pour pouvoir le traduire, mais sans dépasser les limites du sens qui s'en dégage ; il faut
explorer la langue d'arrivée pour trouver l'équivalence convenable et il faut répondre aux besoins du
destinataire, mais toujours sans dépasser les limites du sens et de I'effet que I'auteur a voulu
produirç. L'opposition entre traduction littérale et taduction libre est un faux problème du point de
vue de la frdélité au sens, car le seul juge du traducteur est le sens, qui définit ses devoirs et ses liber-
,l 224 LA NOÏON DE FIDELITE EN TRADUCTION tés. Le traducteur est libre par rapport à I'auteur car il
recrée un nouveau texte, mais il est aussi son serviteur car il doit restituer le sens que I'auteur a
exprimé avec son texte et produire le même effet. En ce qui concerne I'intervention de I'histoire dans
le processus de traduction, j'ai montré que pour être fidèles au sens, la dimension historique
intervient nécessairement, car le traducteur doit être frdèle à son époque ; cependant I'intervention
de I'histoire se voit également limitée par le respect des trois paramètres de la fidélité. C'est
pourquoi j'ai écané la "traduction-érudition" ou la "traduction-adaptation" qui ne sont pas des
traductions fidèles au sens. Cependant, la traduction fidèle au sens se manifeste différemment selon
les époques car le traducteur subit des contraintes d'ord¡e linguistique et extra-linguistique en
fonction de son époque

but différent et fait, par exemple, une "traduction-adaptation" de ce texte. L'existence de trois
dimensions dans I'analyse de la fidélité met en lumière qu'il n'existe pas de traduction unique pour
un même texte, mais bien au contraire des traductions possibles, différentes quant aux moyens
linguistiques utilisés et quant à la méthode employée (littérale, libre, interprétative). Mais il n'existe
pas non CONCLUSION 225 plus de traduction unique fidèle au sens ; en fonction de la subjectivité et
de I'historicité signalées dans re processus de la traduction, il existe des traductions possibres fidèles
au sens. D'ailleurs, considérer qu'il'n'y a qu'une seule traduction possible pour un même texte
reviendrait à nier certaines caractéristiques importantes du langage humain (exégèse,
parasynonymie, évolution {es langues...) et à nier I'incommensurabilité des faits linguistiques3.
L'intervention du sujet-traducteur, de I'histoire et du contexte, telles que je les ai présentées,
montrent égarement les limites dans lesquelles doit agir le traducteur pour rester frdèle au sens.
c'est pourquoi j'ai énoncé que la fidéliré au sens se fait dans la subjectivité, dans I'historicité et dans
la fonctionnalité, toutes trois limitées (par les trois paramètres de la frdélité au sens) pour ne pas
tomber dans la traduction libre.
En outre, j'ai montré que I'application du même principe, frdélité au sens, prend des formes
différentes, selon-le type de texte, le milieu et la langue d'arrivée ; en d'autres termes une
application fonctionnelle du principe de frdélité au sens est nécessaire si.l'on veut être fidèle à la
dynamique du sens. Cette fonctionnali.té étant elle-même limitée par les trois paramètres de la
fidélité, il est apparu que si un traducteur poursuit un but différent de celui de I'auteur, l'équilibre de
ces trois paramètres est rompu et il en résulte des traductions qui ne sont pas fidèles au sens.
Cependant, la fin justifie les moyens ; ainsi, une tradution libre d'un texte sera érronée si le but du
traducteur était de réexprimer le sens de ce texte, mais elle ne le sera pas si le traducteur a choisi un

manières d'être fidèle à ce sens selon les cas. Il n'y a qu'un seul processus juste pour traduire le
sens :.comprendre-déverbaliser-réexprimer. [æs opérations mentales sont toujours les mêmes doit
se concrétiser en étant frdèle aux mêmes paramètres : le vouloir di¡e de I'auteur, le destinataire de
ra traduction et les moyens de la langue d'a¡rivée. Toutefois, les apprications concrètes diffèrent
selon le traducteur (sa compétence linguistique, ses aptitudes, son vécu), selon l'époque, selon le
type de texte, selon le milieu et 3 De plus, tou¡ traducteur sait très bien que lonqu'il doi¡ t¡aduire
pour la deuxième fois un même texte, il ne produira jamais une tnductiqr idenrique à la pr."rrièr*
226 LA NOTION DE FIDELITE EN TRADUCTION la langue d'arrivée, et selon le type de traduction
concernée (interprétation consécutive, traduction à vue, traduction écrite).

cependant, le fait qu'il existe différentes traducúons possibles, toutes fidèles au sens, pour un même
texte, ne signifie pas qu'il existe différentes fidélités au sens ; ce qui existe ce sont différentes

Pour pouvoir appliquer correctement la méthode interprétative4, il faut que le traducteur ait une
bonne connaissance de la langue de départ et possède des capacités d'analyse et de synthèse qui lui
permettront de bien comprendre le texte concerné ; il doit également bien connaître le milieu
culturel pour lequel il traduit, afin de savoir ce que son destinataire est en mesure de comprendre ;
mais il doit aussi avoir une maîtrise parfaite de sa langue maternelle (vers laquelle il traduit), ce qui
lui permettra de trouver aisément l'équivalent qui convient). Cependant, chaque modalité de
traduction exige des compétences spécifiques en fonction des caractéristiques propres à chacune ;
ainsi le traducteur doit être un bon lecteur de la langue étrangère et un bon rédacteur dans sa langue
maternelle, I'interprète doit être un bon auditeur et un bon orateur, et ils doivent posséder les
aptitudes que chacune de ces opérations exige ; il s'agit par conséquent de deux professions
différentes qui demandent deux enseignements différenciés. De même les compétences d'un
traducteur poétique et d'un traducteur technique ne sont pas les mêmes, car dans un cas il faut avoir
la sensibilité d'un poète et dans l'autre il faut posséder le savoir pertinent nécessaire pour saisir
I'information du texte et la réexprimer selon les regles de la langue de specialite concernée ; un bon
traducteur poétique n'est pas, généralement, un bon traducteur technique, et inversement. C'est
lorsqu'on ne tient pas compte de ces faits qu'on aboutit à des traductions pleines d'erreurs, donc
infidèles, car le traducteur ne possédait ni la méthode ni les compétences requises.
Sans faire une analyse du fonctionnement des erreurs de traduction, j'ai signalé que, dans les
traductions espagnoles étudiées, il y 4 Il faut également tenir compte des conditiqrs socio-poliúques
dans lesquelle-s se fait Ia traducrion ainsi que des condiúons de t¡avail du traducteur. 5 La traduction
doit se faire vers la langue matemelle dans laquclle le processus d'expressiør se produit
sponønément et naturellement. avait, d'une part, des erreurs qui procédaient d'une mauvaise
connaissance de la langue française, d'un défaut de compléments cognitifs, ou d'une maîtrise
déficientê de la rédaction en langue espagnole ; j'ai signalé, d'autre part, que l'erreur pouvait aussi
provenir de I'emploi de la méthode littérale ou de ú méthode libre, au lieu de la méthode
interprétative. ces deux grandes sources d'infidélité sont étroitement liées, car I'emploi d'une
mauvaise méthode est à I'origine d'erreurs tant dans la compréhension que dans la rédaction.
L'absence de connaissances linguitiques et extra-linguisitiques pertinentes conduit souvent le
traducteur à employer la méthode libre ou littérale. La méthode interprétative permet d'éviter des
erreurs, car le traducteur doit parcourir les trois phases (cornpréhension-déverbalisation-réex_
pression) nécessaires à la réexpression du sens. Toutefois, je n'ai fait que soulever les questions qui
concernent I'analyse de I'infidélité en traduction. En réarité cela mérite une analyse beaucoup plus
approfondie, qui est d'ailreurs d'une très grande importance pour I'enseignement de la traduction

J'ai énoncé la fidélité au sens comme le principe de fidélité requis et la méthode intelprétative
comme la seule qui puisse y parvenir. Mais cela ne signifie pas que toute traduction, pàu. ctrl ãe
quarité, doive être fidèle au sens. Il faut juger la qualité d'une traduction par rapport au but fixé par
le traducteur ; par conséquent, des traductions qui se veulent littérales ou des "traductionì-
adaptations", tout en n'étant pas fidèles au sens, peuvent être des traductions de qualité par rapport
a l'objectif visé. c'est pourquoi, pour juger de la qualité d'une traduction, il faut considérer le moyen
(la méthode employée), le résultat obtenu et la finalité visée. En revanche, c'est en fonction du degré
de fidélité aux trois paramètres de la fidélité au sens que I'on peut établir une gradatiãn qualitative
des différentes traductions possibles fidèles au sens. La no. tion de qualité en traduction est
cependant un autre point qui mérite un développement plus étendu, et son -"iyr" est très importante
pour établir des critères de correction des naductions. CONCLUSION 227 228 LA NOTION DE FIDELITE
EN TRADUCTION J'ai beaucoup insisté sur le fait que les résultats apportés dans cette étude sont
applicables à la traduction quelles que soient les langues concernees. Toutefois, cela ne veut pas dire
qu'il faille négliger les problèmes spécifiques selon les cas ; il faut être sensible aux problèmes
particuliers et y prêter attention. Dans ce sens, on ne peut négliger le danger de littéralité lorsqu'il
s'agit de traduire entre langues très proches, comme dans le cas du français et de I'espagnol. Il faut
en chercher les causes dans la contamination linguistique possible du traducteur qui rend ardue la
séparation nette entre les deux langues, et dans I'hypnose exercée par le texte de départ qui risque
de bloquer le développement correct et successif des trois phases : la phase de déverbalisation
essentielle dans la méthode interpretative est plus difficile dans le cas de deux langues apparentées.
C'est pourquoi les traductions littérales abondent, et comme le dit J. Cadalso (cf. citation ci-dessus),
"defraudan al original de su verdadero mérito, pues no dan la verdadera idea de él en la traducción",
"añaden al castellano mil frases impertinentes", "lisonjean al extranjero haciéndole creer que la
lengua espanola es subalterna a las otras".

Vous aimerez peut-être aussi