Vous êtes sur la page 1sur 99

DÉDICACE

Toutes les lettres ne sauraient trouver les mots qu’il faut…


Tous les mots ne sauraient exprimer la gratitude,
L’amour, le respect, la reconnaissance…
Aussi, c’est tout simplement que

Je dédie ce
Mémoire…

À MA FAMILLE.

MBAGA MOUKOKO Georges L.

I
REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, nous tenons tout d’abord à rendre grâce à DIEU qui couvre de
tous ces bienfaits et rend tous ceci possible; et aussi à exprimer notre profonde gratitude envers
tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce présent mémoire :

 Pr. Léandre NNEME NNEME et le Pr. MBIHI Jean respectivement Directeur et


Directeur Adjoint de L’ENSET de Douala, pour leur couverture administrative et leur
disponibilité remarquable,

 Dr. SOSSO MAYI, chef de département génie électrique pour ses conseils judicieux,
 Pr. NYOBE YOME Jean président du jury qui nous honore de sa présence ;
 M. MBEY Camille, pour son encadrement, ses conseils et sa patience tout au long de
ces travaux,
 M. DJEPENDA Patrick qui nous honore de sa présence dans ce jury ;
 M. YEM SOUHE qui nous honore de sa présence dans ce jury ;
 Au personnel et tout le corps enseignant de l’ENSET de Douala pour la qualité de leur
formation,
 M. HERMANN DADEM pour la formation professionnelle qu’il a sue nous
prodiguer sur les outils d’ingénieries qui m’ont permis de réaliser ce projet,
 Mes camarades NANA Franck, MATJABO Paul, KWEDI Prospère et
POUNTOUGNIGNI Jean sur qui ont été d’une grande aide à travers de nombreuses
collaborations et échanges constructifs,

En fin à tous ceux qui de près ou de loin ont contribué d’une façon ou d’une autre à la
réalisation de ce travail.

II
RÉSUMÉ

L’énergie électrique est un facteur essentiel de développement et de l’évolution des


sociétés humaines, aussi bien sur le plan de l’amélioration des conditions de vie que sur le plan
du développement des activités industrielles. Dans ce document, nous proposons un système
de contrôle et d’acquisition des données (SCADA) pour la supervision et la conduite du réseau
de distribution HTA/BT étudié dans le but d’améliorer le suivi de la distribution et la continuité
de service. Ce SCADA est basé sur les modèles déjà établit par le distributeur d’énergie au
Cameroun. La combinaison des fonctionnalités des logiciels Unity Pro pour la programmation
de l’automate, Vijeo Citect pour la réalisation de l’interface de supervision et OFS comme
logiciel de serveur pour la communication réseau ; donne comme résultat, dans la plateforme
SCADA Expert notre système de contrôle-commande du réseau de distribution du corridor
BASSA-MALANGUE de la ville de Douala.

Mots clés :
 Supervision/SCADA ;
 Distribution d’énergie;
 Automate M580 ;
 Programme;
 Protocole de communication.

III
ABSTRACT

The electrical energy is an important factor for development and evolution of a society.
We propose a control and data acquisition system (SCADA) for the supervision and
management of the MV / LV distribution network studied in order to improve the monitoring
of the distribution and the continuity of service. This SCADA is based on the models already
established by the energy distributor in Cameroon. The combination of the functionality of
Unity Pro software for PLC programming, Vijeo Citect for the realization of the supervision
interface and OFS as server software for network communication; gives as result, in the
SCADA Expert platform, our control-command system for the distribution network of the
BASSA-MALANGUE corridor in the city of Douala.

Key words:
 Supervision/SCADA ;
 Power distribution ;
 Controller M580 ;
 Program ;
 Protocol communication.

IV
TABLE DES MATIÈRES
DEDICACES…………………………………………………………………………………...I
REMERCIEMENTS..………………………………………………………………………... II
RESUME…………………………………………………………………………………. . . III
ABSTRACT…………………………………………………………………………………. IV
LISTE DES FIGURES……………………………………………………………………… IX
LISTES DES TABLEAUX………………………………………………………………….. XI
ACRONYMES . ……………………………………………………………………………. XII
INTRODUCTION GENERALE………………….………………………………………… 1
CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE...………………………………………. 4
I.1 Introduction…………………………………………………………………………………5
I.2 Résumés de quelques articles……………………………………………………………….6
I.3 Définition …………………………………………………………………………………..7
I.4 Hiérarchisation du réseau électrique au Cameroun…………………………………………7
I.4.1 Les centrales de production……………………………………………………………8
I.4.2 Le réseau de transport et d’interconnexion Haute Tension niveau B………………….9
I.4.3 Le réseau de distribution Haute Tension niveau A…………………………………….9
I.4.4 Le réseau de distribution Basse Tension …………………………..…………………10
I.5 Les postes électriques et leurs architectures………………………………………………..10
I.5.1 Les postes d’interconnexion……………………………………….…………………11
I.5.2 Les postes de répartition…..……………………………………….…………………11
I.5.1 Les postes HTA/HTA…….……………………………………….…………………12
I.5.1 Les postes HTA/BT……………………………………………….…………………13
I.6 Les lignes HTA ..………………………………………………………………………… 14
I.6.1 Architectures…………………………………………………………………………14
I.6.2 Appareillage d’un poste de transformation HTA/BT…………………………………15
I.7 Outils des centres de conduite réseau Camerounais……………………………………….17
I.8 Analyse des problèmes sur le réseau de distribution………………………………………18
I.9 Nécessité de surveiller et commander à distance les installations…………………………20
I.10 Les réseaux intelligents (Smart Grids)……………………………………………………21
I.11 Avancés de la supervision des réseaux électrique de distribution………………………..23
I.11.1 Les NTIC pour la gestion des défauts dans les réseaux HTA………………………23
V
I.11.2 La téléconduite du réseau………………………………………………………….. 24
I.11.3 Protection et contrôle-commande des réseaux…………………………………….. 27
I.12 Le SCADA……………………………………………………………………………… 28
I.12.1 Définition………………………………………………………………………….. 28
I.12.2 La partie logiciel……………………………………………………………………29
I.12.3 La partie physique…………………………………………………………………..29
I.13 Fonctionnement d’un SCADA…………………………………………………………...30
I.14 Les points forts et avantages des systèmes SCADA……………………………………..30
I.15 Architecture de contrôle-commande……………………………………………………..31
I.15.1 Architecture fonctionnelle……………..…………………………………………….31
I.15.2 Architecture matérielle…………….………………………………………………...32
I.15.3 Architecture opérationnelle………..………………………………………………...34
I.16 Performances des architectures de contrôle-commande..………………………………..34
I.16.1 Temps de réponse……………………………………………………………………35
I.16.2 Temps de cycle PLC…………………………………………………………………37
I.17 Conclusion……………………………………………………………………………….37
CHAPITRE II : OUTILS ET METHODES…………...…………………………………..38
II.1 Introduction……………………………………………………………………………… 39
II.2 Analyse fonctionnelle…………………………………………………………………….39
II.2.1 Analyse fonctionnelle externe………………………………………………………...39
II.2.2 Analyse fonctionnelle interne………………………………………………………...42
II.3 Le corridor BASSA-MALANGUE………………………………………………………43
II.3.1 Présentation………………………………………………………………………….. 44
II.3.2 Déficits du corridor BASSA-MALANGUE………………………………………….45
II.4 Environnement de développement………………………………………………………..46
II.4.1 Vijeo Citect…………………………………………………………………………..46
II.4.2 Présentation du logiciel Unity Pro……………………………………………………48
II.4.3 Présentation et rôle du serveur OFS………………………………………………… 51
II.5 Les postes de supervision Vijeo Citect……………………………………………………53
II.6 Le choix et présentation du matériel………………………………………………………54
II.6.1 L’automate M580……………………………………………………………………54
II.6.2 Les racks d’extension……………………………………………………………….. 56
II.6.3 Rack extension informations disjoncteurs……………………………………………56

VI
II.7 L’horodatage……………………………………………………………………………...57
II.8 Approche adoptée………………………………………………………………………...57
II.9 Plan de protection du réseau………………………………………………………………58
II.10 Modélisation dans Vijeo Citect………………………………………………………….60
II.11 Interface de programmation……………………………………………………………..62
II.12 Architecture du réseau de communication………………………………………………65
II.13 Conclusion………………………………………………………………………………67
CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSIONS………………………..…………….69
III.1 Introduction……………………………………………………………………………...69
III.2 Simulation de l’interface de contrôle…………………………………………………….69
III.2.1 Table des variables Unity Pro……………………………………………………….69
III.2.2 Simulation PID……………………………………………………………………...70
III.3 Simulation de notre SCADA…………………………………………………………….70
III.3.1 Simulation fonctionnement normale………………………………………………...72
III.3.2 Simulation fonctionnement anormal………………………………………………..75
III.3.3 Analyseur de processus……………………………………………………………...78
III.4 Archivage de données……………………………………………………………………80
III.5 Etude de la rentabilité du projet………………………………………………………….81
III.5.1 Evaluation techno-économique……………………………………………………..81
III.5.2 Apport du projet……………………………………………………………………..82
III.6 Conclusion……………………………………………………………………………….83
CONCLUSION GENERALE………………………………………………………………...84
REFERENCES ..……………………………………………………………………………...85
ANNEXES ..………………………………………………………………………………….87

VII
LISTE DES FIGURES
Figure I-1 : Structure d’un réseau électrique. ........................................................................... 8
Figure I-2 : Composition d’un poste HTB/HTA ...................................................................... 11
Figure I-3 : Schéma descriptif du poste source……………………………………………….12
Figure I-4 : Les différents types de connexion des postes HTA/BT…………………………..14
Fiche I-5 : Architecture arboresentes………………………………………………………...15
Figure I-6 : Représentation générale d’un poste HTA/BT ………………………………......16
Figure I-7 : Evolution des END par cause……………………………………………………19
Figure I-8 : Hiérarchie des Smart Grids …………………………………………………….22
Figure I-9 : Principe général d’information et communication ……………………………..23
Figure I-10 : Système d’information et de communication ………………………………….24
Figure I-11 : Schéma fonctionnel de la téléconduite............................................................... 25
Figure I-12 : Conduite centralisée des réseaux de distribution ……………………………..26
Figure I-13 : la chaîne de protection et contrôle commande. ................................................. 28
Figure I-14 : Exemple d’une architecture de C/C pour un procédé industriel ………………31
Figure I-15 : Structure fonctionnelle…………………………………………………………32
Figure I-16 : Niveau d’architecture de contrôle-commande…………………………………33
Figure I-17 : Architecture opérationnelle……………………………………………………34
Figure I-18 : Temps de réponse aller-retour…………………………………………………35
Figure I-19 : Temps de remontée d’un évènement au scada…………………………………36
Figure I-20 : Temps de réponse entre PLC et équipements terminaux………………………36
Figure I-21 : Etapes de traitement des taches………..………………………………………37
Figure II-2 : Diagramme « pieuvre » ...................................................................................... 41
Figure II-3 : Diagramme FAST ............................................................................................... 43
Figure II-4 : Corridor BASSA-MALAGUE ………………………………………………….44
Figure II-5 : Explorateur Vijeo Citect. .................................................................................... 47
Figure II-6 : Editeur graphique Vijeo Citect …………………………………………………48
Figure II-7 : Navigateur du projet …………………………………………………………..48
Figure II-8 : Interface OFS ………………………………………………………………….52
Figure II-9 : Interface de configuration ……………………………………………………..54
Figure II-10 : Rack principal ………………………………………………………………..55
Figure II-11 : Le processeur …………………………………………………………………55
Figure II-12 : Ecran SOE ……………………………………………………………………55
Figure II-13 : Architecture des postes de transformation ……………………………………57
Figure II-14 : Vue générale du corridor …………………………………………………… .58
Figure II-15 : Positionnement des OMT ………………………………………..……………58

VIII
Figure II-16 : Architecture des postes ……………………………………………………….59
Figure II-17 : Procédure d’isolement ………………………………………………………..59
Figure II-18 : Vue générale ..................................................................................................... 60
Figure II-19 : Vue poste BASSA ……………………………………………………………..61
Figure II-20 : Vue poste MALANGUE ……………………………………………………… 61
Figure II-21 : Interface de programmation …………………………………………………..62
Figure II-22 : Grafcet de gestion des requetes ………………………………………………65
Figure II-23 : Architecture réseau …………………………………………………………...66
Figure III-1 : Programme de mesure.......................................................................................69
Figure III-2 : Mise à l’échelle de la mesure …………………………………………………70
Figure III-3 : Ecran simulation PID …………………………………………………………70
Figure III-4: Vue générale ...................................................................................................... 73
Figure III-5: Vue Zone 1 ......................................................................................................... 74
Figure III-6: Vue Zone 2 ......................................................................................................... 74
Figure III-7: Signalisation des avertissements ....................................................................... 75
Figure III-8: Signalisation du défaut sur ligne ....................................................................... 76
Figure III-9: Evolution de l’analyseur .................................................................................... 77
Figure III-10:Analyseur en évolution normal ......................................................................... 78
Figure III-11:Archivage de données ....................................................................................... 79
Figure III-12:Analyse de l’évolution du processus ................................................................. 79
Figure III-13:Analyseur en évolution normale ....................................................................... 80
Figure III-14:Archivage de données ....................................................................................... 80
Figure 1 : Principe de calcul de sureté.................................................................................... 87
Figure 2 : Représenter graphique du DBF .............................................................................. 88

IX
LISTE DES TABLEAUX

Tableau I-1: Production d’énergie au Cameroun ..................................................................... 8

Tableau I-2: Les niveaux de tension ........................................................................................ 10

Tableau I-3: Sollicitations par catégorie d’incidents .............................................................. 18

Tableau I-4 : Efficience opérationnelle....................................................................................19

Tableau I-5 : Durée et fréquence des interruptions en 2018. .................................................. 20

Tableau II-1: Formulation des fonctions de services du système. .......................................... 42

Tableau II-2 : Eléments constitutifs......................................................................................... 49

Tableau II-3: Désignations ...................................................................................................... 49

Tableau II-4: Les variables d'entrées / sorties ........................................................................ 62

Tableau II-5: Les variables d'entrées ...................................................................................... 62

Tableau II-6: Les variables de sorties ..................................................................................... 64

Tableau III-1: Code couleur.................................................................................................... 71

Tableau III-2: Caractéristiques seuil ...................................................................................... 72

Tableau III-3: Total pertes 2018 ............................................................................................. 82

Tableau III-4: Récapitulatif sur l’apport du projet ................................................................. 83

X
ACRONYMES

OPC OLE For Process Control


OFS OLE Factory Server
API Automate Programmable Industriel
HTB Haute Tension - niveau B
HTA Haute Tension - niveau A ou Moyenne Tension
BT Basse Tension
MAST Tâche principale dans le programme automate
FAST Tâche Secondaire dans le programme automate
AMM Advanced Meter Management
SCADA Système de Contrôle et d’Acquisition des données
CPL Courant Porteur en Ligne
DMS Distribution Management System
END Énergie Non Distribuée
EJP Effacement par Jour de Pointe
PID Proportionnel Intégral Dérivé
AMI Advanced Meter Infrastructure
GIS Geographic Information System
GRD Gestionnaire de Réseau de Distribution
GRT Gestionnaire de Réseau de Transport
MDE Maîtrise de la Demande Énergétique
NTIC Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication
OMT Organe de Manœuvre Télécommandé
PLC Programmable Logic Controller
SAIDI System Average Duration Interruption Index
SAIFI System Average Frequency Interruption Index
IHM Interface Homme Machine
VEH Véhicule Electrique et Hybride
SNCC Systèmes Numériques de Contrôle-Commande
ARSEL Agence de Régulation du Secteur de l’Electricité
ENEO Energy of Cameroon
SONATREL Société Nationale de Transport d’Electricité

XI
CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

INTRODUCTION GENERALE
Contexte

L’énergie électrique est un élément capital pour tout développement socio-économique


d’un pays. De nos jours, nous constatons malheureusement que le réseau électrique
Camerounais est heurté à de nombreux problèmes. En effet la consommation en énergie
électrique connait une très grande augmentation de nos jours ceci à cause de la forte évolution
démographique de la population et de l’industrialisation. Pour un pays en voie de
développement comme le Cameroun, la continuité de service des acteurs du réseau électrique
est un enjeu majeur.

L’indisponibilité du réseau de distribution de l’énergie électrique dans certains quartiers


populaires des grandes villes au Cameroun, n’est pas toujours synonyme de délestages prévus
ou programmés par le distributeur d’énergie électrique. Les causes du dysfonctionnement d’un
réseau public de distribution dans les centres urbains peuvent être multiples et complexes au
Cameroun comme dans les autres pays d’Afrique subsaharienne. La plupart des causes sont
connues et leurs effets aussi vécus presqu’au quotidien par les distributeurs aussi bien que par
les usagers des réseaux publics urbains. Ces problèmes sont facilement identifiables de parts
les coupures intempestives, les sollicitations nombreuses des consommateurs pour signaler des
pannes inconnues par le distributeur, les longues durées des interventions et la mauvaise qualité
de l’énergie.

Cadre du projet de recherche

La mise à niveau et l’amélioration du niveau technique des réseaux de distribution


d’électricité sont unes des priorités des gestionnaires des réseaux de distribution. Le réseau de
distribution doit aujourd’hui être en mesure d’analyser et d’anticiper de nouveaux usages. Pour
faire face aux mutations du paysage énergétique, il est nécessaire de moderniser le système
électrique qui conduit à privilégier le déploiement des technologies de smart grids plutôt que
le remplacement et le renforcement massif des réseaux. L’intégration aux réseaux des nouvelles
technologies de l’information et de la communication les rendra communicants et permettra de
prendre en compte les actions des acteurs du système électrique, tout en assurant une livraison
d’électricité plus efficace, économiquement viable et sûre.
Le système électrique sera ainsi piloté de manière plus flexible pour gérer les contraintes telles
que l’intermittence des énergies renouvelables et le développement de nouveaux usages tels

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 1


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

que les véhicules électriques. Ces contraintes auront également pour effet de faire évoluer le
système actuel, où l’équilibre est assuré en temps réel en adaptant la production à la
consommation, vers un système où l’ajustement se fera davantage par la demande, faisant ainsi
du consommateur un véritable acteur.
Pour faire face aux changements annoncés dans le secteur et la dégradation de la fiabilité
dans plusieurs régions causées par le manque d’investissement et l’âge avancé des équipements.
Parmi les besoins les plus criants, trois (3) constats :
• Les réseaux de distribution doivent être plus intelligents ;
• Les nouvelles technologies auront un impact sur les réseaux de distribution et leur
intégration doit être planifiée ;

• Les règles de tarification et d’opération auront le plus grand impact sur la capacité des
distributeurs d’opérer leur réseau, car ces dernières seront de plus en plus imposées par
les législateurs et les régulateurs sous l’influence du public et des groupes de pression.

Ces constats viennent renforcer l’idée que l’évolution des réseaux électriques s’organisera
suivant une pléthore de paramètres techniques, économiques et sociaux qui façonneront les
choix conceptuels des réseaux électriques de la prochaine génération.

Objectifs de recherche

Notre objectif de recherche s’intéresse principalement à l’évolution de la gestion des


réseaux électriques en général mais plus particulièrement des réseaux de distribution. Bien que
de nombreux logiciels d’analyse de réseaux existent, ces derniers partagent souvent une
contrainte commune : ils cherchent avant tout à répondre aux besoins de l’utilisateur final en
proposant des interfaces et algorithmes de calculs pour faciliter la modélisation et l’analyse de
réseaux dont les paramètres et les topologies sont le plus souvent invariants. Pour traiter
plusieurs variantes aux scénarios de base modélisés par l’utilisateur, les logiciels proposent
généralement l’utilisation de modules d’analyse de contingence qui s’appuient sur des listes de
scénarios prédéfinies par l’utilisateur.
L’usager doit donc intervenir sur son modèle de réseau à chaque fois qu’il souhaite modifier
son scénario de base. Néanmoins, certains logiciels offrent l’accès à des scripts qui permettent
de s’affranchir des restrictions imposées par les interfaces entre l’utilisateur et le code source
des logiciels. Cela permet de personnaliser les études de réseaux, mais l’utilisation de ces scripts
requiert bien souvent des aptitudes avancées en programmation.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 2


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Nous visons donc la création d’un système informatique et automatique permettant le


pilotage à distance du réseau de distribution avec des interfaces de télésurveillance, un système
d’horodatage des évènements facilitant l’analyse du réseau à temps réel, la prise de décision
améliorant ainsi sa fiabilité le tout dans un environnement simple d’utilisation dans lequel
l’usager est libre de créer ses scénarios et programmer dans un langage haut niveau et en
quelques lignes l’évolution et/ou les modifications sur son réseau. L’amélioration du suivi de
la distribution de l’énergie dans le corridor BASSA-MALANGUE sera donc notre finalité.

Contenu de ce mémoire

Ce mémoire présente donc l’approche adoptée pour développer le premier prototype de


cet outil de recherche. L’objectif du projet de maitrise étant d’aboutir à une première version
fonctionnelle afin de valider le concept, plusieurs choix techniques ont été retenus, entre autre
concernant l’algorithme de calculs d’écoulement de puissance, la structure du code et plusieurs
autres fonctionnalités, sans pour autant restreindre le développement futur de l’outil de
recherche sur ces choix techniques. L’optimisation du code et de l’outil dans son ensemble,
l’intégration d’une sélection de méthodes de calculs de réseaux parmi les plus populaires et
l’utilisation d’une interface graphique couverts par ce mémoire.
Dans la première partie de ce mémoire, une grande place est accordée à la théorie entourant
l’étude sur les réseaux électriques, car l’outil de recherche vise ultimement à répondre à la
demande de plus en plus importante d’étudier l’impact qu’ont les architectures et la composition
des réseaux électriques sur la fiabilité globale des systèmes. Le lecteur non familier avec ce
domaine sera ainsi en mesure de saisir l’importance de poursuivre le développement d’une
solution logicielle d’où la présentation du système SCADA et des généralités sur la téléconduite.
Le premier prototype de l’outil de recherche est développé sous Vijeo Citect et permet de faire
la promotion des avantages qu’offrent l’utilisation de Vijeo Citect dans la supervision des
réseaux de distribution.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 3


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE I :
REVUE DE LA LITTERATURE

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 4


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE


I.1. Introduction

L’énergie électrique est de nos jours, un élément incontournable dans la vie quotidienne
de pratiquement tous les habitants de la planète. C’est une forme d’énergie facilement
transportable, et pratique à convertir en d’autres formes : mécanique, thermique, …etc. La
consommation de l’énergie électrique est assurée par les points de production, les points de
transport, et de distribution. Cette énergie est acheminée aux points de consommation quasi
exclusivement par des réseaux électriques. L’importance de ces points dans nos sociétés est
donc aujourd’hui tout à fait centrale, et semble ne pouvoir que prendre de l’ampleur à l’avenir.
Afin de comprendre la nature du problème soulevé, une définition d’une architecture de
contrôle commande est proposée dans la première section de ce chapitre. La section suivante
présente les performances attendues d’une architecture de contrôle-commande et les
indicateurs utilisés pour leurs évaluations

I.2. Résumés de quelques articles

 [22] Thèse Doctorale de l’université de Grenoble ALPES ; M. Victor GOUIN


« Evaluation de l’impact du smart grid sur les pratiques de planification en cas
d’insertion de production décentralisée et de charge flexibles » :
Ce document, présente les travaux qui évaluent l’impact des GED et des VEH sur le réseau de
distribution, puis développent des solutions de pilotage de la phase de raccordement des
installations monophasées et de la puissance réactive des GED. Ces travaux de thèse exploitent
le déploiement de compteurs intelligents pour reconstruire la topologie des réseaux basse
tension, améliorer le pilotage des GED et des régleurs en charge et enfin proposer des stratégies
d’effacement de la pointe. Prendre en compte le réseau basse tension dans l’étape de
planification permettrait d’intégrer ces solutions déployées à ce niveau pour étudier leur impact
sur les couts d’investissement et d’opération en moyenne tension. Cela permettrait aussi à
l’inverse d’étudier les conséquences des choix en moyenne tension sur les infrastructures basse
tension. Les outils d’analyse seraient également affinés en ne considérant non plus des
consommateurs et des producteurs agrégés aux postes HTA/BT mais modélisés
individuellement, au détriment d’un besoin plus grand en données d’entrée et d’un temps de
calcul alourdi.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 5


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 [11] Thèse Doctorale de l’INP Grenoble ; M. Florin Bogdan ENACHEANU


« Outils d’aide à la conduite pour les opérateurs des réseaux de distribution » :
Ce document, présente la détermination d’une topologie d’un réseau de distribution
caractérisée par des pertes Joule minimales conduit à résoudre un problème d’optimisation
combinatoire, non linéaire avec des variables discrètes. Ce problème, à la charge du
distributeur, s’avère critique et dépendant de nombreux facteurs tels que la présence de
production décentralisée et les évolutions de la charge. Diverses approches ont été abordées.
Mais deux approches heuristiques et une approche méta heuristique, fondée sur la théorie des
graphes et des matroïdes, ont été employées pour déterminer une topologie radiale optimale
pour un état donné de charge et de production. Une procédure indiquant les permutations de
branches nécessaires pour transiter entre deux topologies radiales est ensuite présentée. Afin
d’identifier une topologie optimale suivant une courbe de charge, une procédure fondée sur
des optimisations horaires est réalisée. Finalement, des algorithmes pour l’optimisation de
topologies partiellement maillées y sont présentés.

 [29] Thèse Doctorale de l’université de Lorraine ; M. Moulaye A.A NDIAYE


« Evolution de performance d’architecture de contrôle-commande en réseau dans un
contexte incertain d’avant-garde » :
Ce mémoire, réalisé dans le cadre d’une thèse sous convention CIFRE avec la société Schneider
Electric et l’Université de Lorraine à travers le laboratoire du CRAN, porte sur l’évaluation des
performances temporelles des architectures de contrôle-commande distribuées sur un réseau de
communication. Le besoin industriel s’exprime sous la forme d’un outil d’aide au
dimensionnement des architectures en phase d’avant-vente caractérisée par une connaissance
partielle de ces dernières. Le problème scientifique sous-jacent est relatif à la génération
automatique des modèles servant de support à l’évaluation. En effet, l’évaluation des
performances doit être réalisée pour un ensemble important d’architectures, dans un temps
court, difficilement compatible avec une construction manuelle des modèles. Plusieurs
algorithmes sont proposés pour, d’une part, construire automatiquement le modèle d’une
architecture donnée, à partir d’une description formelle de sa topologie et d’une librairie de
modèles d’équipements de contrôle-commande, et, d’autre part, pour générer les observateurs
requis à partir d’une description formelle des performances à évaluer. Cette approche a été
illustrée sur la base de quelques architectures types fournies par la société Schneider-Electric.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 6


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 [28] Mémoire de fin d’étude de l’université Abderahmane MIRA-BEJAIA ; M.


KETAM Smail et M. BOUGUECHTOULI Taha « Stratégie de la téléconduite d’organes
du réseau électrique MT-DD-SDE de Bejaïa » :
Dans le cadre d’une vision stratégique de l’amélioration du fonctionnement des postes de
distribution électriques, le groupe SDE (Société de Distribution Est) de Bejaia ils ont optés pour
procéder à la rénovation de l’automatisation, l’instrumentation et la supervision de ses postes
électriques haute tension. La solution proposée prend en considération non seulement
l’intégration de nouvelles technologies mais aussi la faisabilité de la solution et aussi les
contraintes technico-économiques. Pour ce faire nous avons procédé à l’étude critique des
fonction de supervision analogique existant, puis l’élaboration de la quantité de relais
numérique ainsi une liste de matériel de la nouvelle gamme d’automates programmables
industriels choisis, ensuite on a établi une architecture de réseaux de communication
entre les modules GSM et les postes électriques superviser , afin de conclure par une
application de la supervision qui sert au contrôle et de commande à distance ainsi un système
de centralisation de l’information.

I.3. Définition
Un réseau électrique est un ensemble d'infrastructures énergétiques plus ou moins
disponibles permettant d'acheminer l'énergie électrique des centres de production vers les
consommateurs d'électricité. Il est donc constitué de lignes électriques exploitées à différents
niveaux de tension, connectées entre elles dans des postes électriques. Les postes électriques
permettent de répartir l'électricité et de la faire passer d'une tension à l'autre grâce aux
transformateurs. [2]
Etat des lieux

I.4. Hiérarchisation du réseau électrique au Cameroun

Dans la hiérarchie du réseau électrique, on peut distinguer trois parties principales : les
centrales de production, les réseaux de transport/répartition et les réseaux de distribution. Le
réseau de transport et d’interconnexion achemine en très haute tension de grandes quantités
d’énergie sur de longues distances depuis des centrales de production vers le réseau de
répartition. Les réseaux régionaux de répartition répartissent l’énergie au niveau des régions
et alimentent les réseaux de distribution ainsi que les clients industriels importants. Les réseaux
de distribution desservent les consommateurs finaux en moyenne tension ou en basse tension

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 7


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

(clientèle domestique, tertiaire, petite industrie). Cette hiérarchie du réseau est montrée
schématiquement sur la figure I.1.

225 kV

90 kV

30, 15, 10kV

230V, 400V

Figure I-1 : Structure d’un réseau électrique [11]

I.4.1. Les centrales de production

Les points de production sont les centrales qui génèrent l’énergie électrique à partir de
différentes énergies primaires (solaire, hydraulique, charbon, …), en les transformant en
électricité. Le tableau I.1 présente la puissance produite au Cameroun.

PRODUCTION D'ENERGIE 2019


Centrales Puissances (MW)
Total hydraulique 732.2
Total thermique 267.512
Renouvelable solaire 0.186
Total ENEO 999.90
Thermique de DIBAMBA 86.08
Thermique à gaz de Kribi 216
Thermique de Maroua 10
Thermique de Bertoua 5
Thermique à gaz de Logbaba 30
Hydro Memve'ele 45
Total IPP (Producteur Indépendant) 392.08
Total Cameroun 1391.98

Tableau I-1 : Production d’énergie au Cameroun 2019 [27]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 8


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

I.4.2. Le réseau de transport et d’interconnexion Haute Tension niveau B

Les réseaux de transport sont à haute tension (HTB) (de 50 kV à 450 kV) et ont pour but
de transporter l'énergie des grands centres de production vers les régions consommatrices
d'électricité. Les grandes puissances transitées imposent des lignes électriques de forte capacité
de transit, ainsi qu'une structure maillée (ou interconnectée). Les réseaux maillés garantissent
une très bonne sécurité d'alimentation.

Ces lignes parcourent plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de kilomètres et il est
possible de les considérer comme les artères principales des réseaux.

Le transport de l’électricité au Cameroun est assuré par la SONATREL (Société Nationale


de Transport de l’Electricité) depuis la signature le 08 Octobre 2015 du décret N°2015/454 par
le Président de la République.

I.4.3. Le réseau de distribution Haute Tension niveau A

Les lignes HTA servent à mailler plus finement les gros apports en puissance aux niveaux
des diverses régions des territoires. Elles à des postes de répartition et d’interconnexion d’où
partent une multitude de tronçons de plus faible tension et plus faible puissance, en cela elles
constituent les artères secondaires des réseaux. Les réseaux HTA aériens sont majoritaires en
zone rurale. Par contre en zone urbaine les contraintes d'encombrement, d'esthétique et de
sécurité conduisent à une utilisation massive des câbles souterrains.

La finalité de ce réseau est d’acheminer l’électricité du réseau de répartition aux points de


moyenne consommation. Ces points de consommation sont :

• Soit du domaine public, avec accès aux postes de distribution publique HTA/BT.
• Soit du domaine privé, avec accès aux postes de livraison aux abonnés à
moyenne consommation.
Le nombre de ces abonnés ne représente qu’un faible pourcentage du nombre total des
consommateurs livrés directement en BT. Ils sont essentiellement du secteur tertiaire, tels les
hôpitaux, les bâtiments administratifs, les petites industries…etc. Les tensions sur ces réseaux
sont comprises entre 1 kilovolt et 50 kV.

Le réseau de Distribution est constitué d’environ 15 081,48 kilomètres de lignes Moyenne


Tension ou HTA (5,5 à 33 kV) et environ 15 209,25 kilomètres de lignes Basse Tension ou BT
(230 à 400 V). Il s’agit en majorité des réseaux de type aérien. [1]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 9


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

I.4.4. Le réseau de distribution Basse Tension (BT)


Les lignes BT enfin représentent le maillage le plus fin permettant à consommateur d’être
à proximité d’une source d’énergie électrique.
La finalité de ce réseau est d’acheminer l’électricité du réseau de distribution HTA aux
points de faible consommation dans le domaine public avec l’accès aux abonnés BT. Il
représente le dernier niveau dans une structure électrique. Ce réseau permet d’alimenter un
nombre très élevé de consommateurs correspondant au domaine domestique. Sa structure, de
type aérien ou souterrain, est souvent influencée par l’environnement. Les tensions sur ces
réseaux sont inférieures ou égales à 1000 V. Ces réseaux sont le plus souvent exploités
manuellement. Le tableau suivant représente un récapitulatif des différents niveaux de tension
dans un réseau électrique.

COURANT COURANT RESEAU


DOMAINES DE TENSION
ALTERNATIF CONTINU CONCERNE

Très Basse Tension TBT Un ≤ 50V Un ≤ 120V

BTA 50V < Un ≤ 500V 120V < Un ≤ 750V Réseau de distribution


Basse Tension
( 230V, 400V)
BTB 500V < Un ≤ 1000V 750V < Un ≤ 1500V
Réseau de distribution
HTA 1000V < Un ≤ 50kV 1500V < Un ≤ 75kV ( 10kV, 15kV, 20kV,
30kV, 45kV)
Haute Tension Réseau de repartition
(63kV, 90kV) Réseau
HTB Un > 50kV Un > 75kV de transport (150kV,
220kV,
225kV,400kV)

Tableau I-2 : Les niveaux de tension

I.5. Les postes électriques et leurs architectures

La vocation d’un poste électrique est avant tout d’assurer la transition entre deux niveaux
de tension et/ou d’alimenter l’utilisateur final. Ces postes sont les nœuds du réseau électrique.
Ce sont les points de connexion des lignes électriques. Ils peuvent avoir deux finalités :
• L'interconnexion entre les lignes de même niveau de tension : cela permet de répartir
l'énergie sur les différentes lignes issues du poste.
• La transformation de l'énergie : les transformateurs permettent de passer d'un niveau de
tension à un autre.
De plus, les postes électriques assurent des fonctions stratégiques :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 10


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Assurer la protection du réseau ;


 Permettre l'exploitation normale du réseau ;
 Assurer la surveillance du réseau.

I.5.1. Les postes d’interconnexion


Les postes d’interconnexion sont des postes HTB/HTB (225kV / 90kV). Ils assurent la
continuité du transport entre les lignes de tensions différentes. On distingue quatre postes
d’interconnexion dans le R.I.S :

 Le poste de Bekoko ;
 Le poste de Logbaba ;
 Le poste de Mangombe ;
 Le poste d’Oyomabang.

I.5.2. Les postes de répartition


Les postes de répartition sont des postes HTB/HTA (90kV /30kV /15 kV). Comme ceux
faisant partir du R.I.S, nous pouvons citer :
 Nkongsamba ;
 Bonaberi ;
 Deïdo ;
 Bassa ;
 Koumassi…

Les protections électriques mettent en œuvre différents éléments : des capteurs


(transformateurs de mesure), des relais, des automates et des disjoncteurs formant une cellule
d'un poste HTB/HTA. Elles fonctionnent typiquement en l'espace de quelques centaines de
millisecondes.

Figure I-2 : Composants électriques dans un poste (A : côté primaire B : côté secondaire) 1. Ligne électrique primaire 2.
Câble de garde 3. Ligne électrique 4. Transformateur de tension 5. Sectionneur 6. Disjoncteur 7. Transformateur de courant
8. Parafoudre 9. Transformateur (de puissance) 10. Bâtiment secondaire 11. Clôture 12. Ligne électrique secondaire).[22]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 11


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Les postes sources sont les premiers éléments du réseau de distribution. Ils transmettent
l’énergie depuis le réseau de transport et de répartition au réseau de distribution, en
transformant l’énergie électrique de la haute tension (HTB) à la moyenne tension (HTA). Leur
structure est décrite sur la figure I-3.

Figure I-3 : Schéma descriptif du poste source [22]

Les postes sources sont constitués des arrivées d’énergie côté HTB, appelées antennes.
Elles sont rattachées aux transformateurs HTB/HTA dont le nombre et la puissance dépendent
de la densité de puissance de la zone à desservir. Dans une zone de faible densité de type rural,
il y a entre 1 et 3 transformateurs dont la puissance est de 20 MVA. Pour les agglomérations
moyennes, il peut y avoir jusqu’à 3 transformateurs de 36 MVA. Pour les grandes
agglomérations, l’énergie du poste source est directement fournie par le réseau 225 kV et il
peut y avoir jusqu’à 4 transformateurs de 70 MW chacun [3]. Chaque transformateur
HTB/HTA alimente entre 1 et 8 départs [3].

I.5.3. Les postes HTA/HTA


Ce type de poste peut réaliser deux fonctions :
 Assurer la démultiplication des départs moyenne tension en aval des postes HTB/HTA.
 Assurer le passage entre deux niveaux HTA.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 12


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

De tels postes HTA/HTA intègrent des transformateurs, Ils sont nécessaires dans certains
pays qui utilisent deux niveaux successifs de tension sur leur réseau HTA.

I.5.4. Les postes HTA/BT

Les postes de distribution HTA/BT sont les centres de consommation du réseau moyenne
tension. Ils peuvent être connectés au réseau de distribution de 3 manières [7] :

 En simple dérivation, une seule ligne lie le transformateur au réseau. Si cette ligne
connaît un défaut, le transformateur non alimenté ne pourra plus approvisionner le réseau basse
tension qui dépend de lui et devra attendre que les réparations soient effectuées. Si les secours
nécessaires sont présents au niveau basse tension, les charges peuvent être alimentées par un
autre poste HTA/BT.
 En connexion en coupure d’artère, deux lignes relient le transformateur au réseau via
deux interrupteurs. Si le poste HTA/BT se trouve au milieu d’un départ, les deux interrupteurs
sont fermés. S’il se trouve en bout de départ, le dernier interrupteur est ouvert. En cas de défaut
sur le départ, les interrupteurs sont manœuvrés afin d’isoler la section en défaut et pouvoir
continuer à alimenter tous les postes si un secours avec un autre poste source est prévu.
 En connexion en double dérivation, deux lignes relient le transformateur au réseau via
deux interrupteurs et deux boîtes de dérivation. Les deux interrupteurs sont liés en opposition
d’état, le poste étant relié en permanence à une seule ligne. Si cette ligne rencontre un défaut,
les interrupteurs commutent et le poste se retrouve connecté à la ligne saine. [9] [10]

Les différents types de connexion sont illustrés sur la figure I-4.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 13


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure I-4 : Les différents types de connexion des postes HTA/BT aux lignes HTA [22]

I.6. Les lignes HTA


I.6.1. Architectures

L’architecture du réseau électrique est la manière de connecter les postes sources


HTB/HTA aux différents clients. Les types de connexion des postes HTA/BT décrits
précédemment correspondent aux différentes architectures utilisées, classées en 3 catégories
[4]. Les architectures à un point de connexion, illustrées sur la figure I.5, sont des structures
arborescentes où chaque charge est reliée au poste source par un unique chemin. Il existe
l’arborescence simple où la structure arborescente constituée d’une artère principale connectée
en coupure d’artère - architecture décrite par la suite - à partir de laquelle partent des sous-
branches arborescentes. La structure arborescente reste adaptée pour les milieux ruraux car elle
permet de couvrir des zones géographiques importantes à un coût moindre mais au détriment
de la qualité d’alimentation.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 14


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure I-5 : Architectures arborescentes [4]

Dans notre contexte, les organes de manœuvre sont des interrupteurs aériens à commande
manuelle (IACM). On distingue trois types de postes de transformation HTA/BT :
 Les postes de transformation extérieure (haut de poteau et bas de poteau) ;
 Les postes de transformation intérieure ou à cabine ;
 Les postes préfabriqués : ils sont réalisés par assemblage des cellules préfabriquées
assurant chacune une fonction spécifique et classées par famille.

I.6.2. Appareillage d’un poste de transformation HTA/BT


 Poste sur poteau : Puissances 25 – 50 – 100 kVA. Poste économiques, de faible
puissance (≤160kVA), Comprend un transformateur, un disjoncteur, éclateurs ou
parafoudre, sectionneur. Ils sont raccordés en groupe et en aval. Ces postes peuvent
être de type distribution publique, de livraison mais rarement mixte.

 Les postes d’intérieur (Postes ouverts maçonnés ou préfabriqués / Postes en cellules


préfabriquées métalliques) : Les puissances sont comprises entre 100 et 1 250 kVA.

La plupart des postes de transformation, y compris ceux affectés au réseau de transport,


comprennent les appareils principaux suivants:
* Disjoncteurs : le disjoncteur est un appareil qui peut interrompre des courants
importants ou les court-circuit ;
* Sectionneurs : les sectionneurs ne sont doués d'aucun pouvoir de coupure. Ils ne
permettent d'ouvrir un circuit qu'en l'absence de tout courant. Ils servent à réparer et à
isoler, par exemple, les lignes et les disjoncteurs des autres parties du réseau ;

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 15


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

* Les éclateurs : c’est un dispositif simple constitué de deux électrodes dans l’air. La
première est reliée au conducteur à protéger tandis que la deuxième est reliée à la terre ;
* Sectionneurs de mise à la terre : la majorité des appareils sur les lignes de moyenne
tension peuvent avoir des masses électriques. Afin d’éviter des risques de contacts
indirects et l’évacuation des surtensions vers le sol ;
* Transformateurs : selon la commission électrotechnique internationale est la suivante:
« Appareil statique a deux enroulements ou plus qui, par induction électromagnétique,
transforme un système de tension et de courant alternatif en un autre système de tension et
de courant de valeur généralement différentes, à la même fréquence, dans le but de
transmettre de la puissance électrique ». Sa principale utilité est de réduire les pertes dans
les réseaux électriques. Il peut être monophasé ou triphasé et recevoir divers couplages :
étoile, triangle et zigzag ;
* Les parafoudres : ce sont des appareils destinés à limiter les surtensions, la propriété
d'offrir une résistance qui varie inversement avec la tension qui lui est appliquée: sa
résistance est d'autant plus faible que la tension est plus élevée) ;
* Les fusibles : ils permettent d’interrompue automatiquement un circuit parcouru par une
surintensité pendant un intervalle de temps donné. L’interruption du courant est obtenue par
la fusion d’un conducteur métallique calibré.
* Etc….

H61 H59

Figure I-6 : Représentation générale d’un poste HTA/BT

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 16


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

I.7. Outils des centres de conduite réseau Camerounais

 L’application IMS [6]


L’application IMS a été développée depuis le début de l’année 2016. Cette application
essentiellement utilisée et renseignée par le Call Center de ENEO permet aux abonnés ou aux
équipes techniques de répercuter par appels téléphoniques les interruptions de longue durée non
relevées par les postes et les bases techniques, notamment pour les localités dépendant des
départs en antenne et le réseau de distribution basse tension.
Cette application est actuellement utilisée à Yaoundé, Douala, au Nord-ouest, au Sud-ouest,
à l’Est et dans le Moungo.

 L’application EJBI [6]


L’application EJBI a été développée depuis le début de l’année 2016. Et est actuellement en
phase de test. Dans un premier temps (2016), elle sera utilisée dans les régions du Centre, du
Littoral, du Sud-Ouest et de l’Est. Cette application a pour fonction le calcul automatique et
centralisé des END sur la base du journal des interruptions.
De manière générale, les utilisateurs de l’application notent le fait que les ENF calculées par
l’application EJBI sont très différentes de celles évaluées sur la base des données factuelles
fournies par les exploitants ou calculées par le journal actuel des END. L’application a tendance
à minimiser les END lors de l’intégration du journal.
De plus, l’application n’est pas régulièrement actualisée. Elle ne tient donc pas compte des
évolutions du réseau de distribution et des valeurs réelles de charge fournies par les
transformateurs même quand ces données sont disponibles.
Sur la base de toutes les constatations relevées dans toutes les régions visitées, la mission de
l’ARSEL a proposé la non validation du journal des interruptions de 2015 transmis à l’ARSEL
sous réserve de la présentation par ENEO des justificatifs des constats relevés.

 Logiciel CYMDIST
Ce logiciel est destiné à la planification optimale des réseaux de distribution. Les manœuvres
d’exploitation du réseau, la surcharge des ouvrages, la forte demande…ont un impact sur la
qualité du service. Un logiciel spécialisé a été acquis, pour les études, la planification et la
simulation du comportement des réseaux de distribution sous diverses conditions et scénarios
d’exploitation. Parmi ses fonctionnalités : la répartition des charges, la configuration optimale
du réseau, l’analyse des contingences sur le réseau, la planification du réseau, l’analyse de la
fiabilité du réseau, la localisation des défauts, etc.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 17


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Actuellement, le télécontrôle et la télécommande [5] sur le réseau de transport se fait à


partir de systèmes de type SCADA (Supervisory Control And Data Acquisition) ou, plus
récemment, WAMS (Wide Area Measurement System). Ce sont des systèmes de téléconduite
centralisée qui assurent la surveillance des équipements électriques, mécaniques ou
électroniques du réseau, et qui permettent aux opérateurs, depuis le centre de contrôle, de traiter,
en temps réel, les différents types d'incidents. [5]

I.8. Analyse des problèmes sur le réseau de distribution

L’exposé des sollicitations des usagers de l’électricité via le Call Center se caractérise par
leur typologie, leur taux de provenance par région et la tendance des actions entreprises pour
leur résolution [6].

Incidents Nombre d’incidents


Délestages 3216
Coupure de courant 436
Mauvaise qualité de courant 252
Poteau tombé 48
Transformateur brulé 30

Tableau I-3: sollicitations par catégorie d’incidents [6]

L’analyse faite à base des éléments présentés, est la preuve irréfutée de l’absence de continuité
de service de distribution de l’énergie électrique par le distributeur Eneo Cameroun.
Le distributeur a opté comme solution préliminaire, le renforcement des lignes qui n’est
pas une action mineure ou négligeable. La courbe de comparaison des sollicitations ici présenté
nous permet de faire une projection vers notre temps (année 2020). Compte tenu d’une absence
de l’amélioration des procédés technique nos prévisions en rapports aux sollicitations sont
revues à la hausse.
D’autre part, le rapport annuel d’Eneo nous ont permis d’avoir les informations concernant
les conséquences d’une continuité de service irrégulière ayant de lourdes répercutions pour le
distributeur. Le tableau suivant présente les résultats d’étude concernant les années 2017 et
2018.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 18


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Tableau I-4 : Efficience opérationnelle [6]

Le diagramme suivant présente l’évolution des énergies non distribués en fonction des
éléments : délestage, coupures programmés et les coupures dues aux incidents sur les lignes de
distribution. Tout ceci représente les pertes en énergie affectées au distributeur.

Figure I-7 : Evolution des END par cause (GWh)

Pour finir, le tableau suivant nous présente les temps et fréquences de coupures d’énergie
dues : au délestage, aux interventions et autres cause. La durée des interruptions est à l’origine
de l’insatisfaction des clients.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 19


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Tableau I-5 : Durée et fréquence des interruptions en 2018 [27]

I.9. Nécessité de surveiller et commander à distance les installations

Le fonctionnement d’un réseau peut être perturbé par différents facteurs dont les
principaux sont :
 Variation de charge nécessitant des modifications telles que la mise en route ou arrêt de
générateurs…
 Un défaut tel qu’un court-circuit, une défaillance d’un équipement, de fausses
manœuvres, des causes accidentelles…
Les incidents peuvent se produire à tout moment et n’importe où. Pour assurer l’équilibre
production-consommation et également la qualité de service, on est dans l’obligation d’éliminer
toute perturbation dans les plus brefs délais en minimisant le temps d’interventions. Pour cela
une surveillance en temps réelle de l’ensemble des équipements du réseau, géographiquement
dispersés, est strictement nécessaire.
L’automatisation de l’appareillage (électrique et électromécanique) de contrôle-
commande installé dans les postes est d’une priorité majeure pour pouvoir assurer en temps réel
la protection et l’intégrité des réseaux ainsi que la continuité du service. Ces opérations sont
garanties par le gestionnaire du réseau, le chef d’orchestre qui a la maîtrise directe des moyens
de conduite. Il s’agit de préparer les situations à venir, d’anticiper les possibles difficultés et de
maîtriser le système, depuis les centres de conduite.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 20


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Etat de l’art

I.10. Les réseaux intelligents (Smart Grids)


Face au développement de la production décentralisée et l’augmentation de la
consommation électrique au sein de réseaux âgés, la solution la plus simple est de renforcer
l’infrastructure existante. Il s’agit cependant d’une solution très coûteuse et générant une
infrastructure et des travaux parfois lourds. L’alternative est d’intégrer les fonctionnalités des
NTIC au sein du réseau électrique. Les technologies de l’information et de la communication
désignent l’ensemble des méthodes utilisées pour le traitement et la transmission des
informations, et regroupe les domaines de l’informatique, de l’audiovisuel, du multimédia,
d’internet et des télécommunications [30]. Les NTIC constituent l’intégration de ces techniques
au sein de nouveaux systèmes. Cela se traduit par une instrumentation importante rendant les
éléments du réseau plus communicants, offrant ainsi une nouvelle observabilité du réseau
électrique et la mise en place de nouvelles fonctionnalités. Le développement important des
NTIC dans les réseaux électriques de distribution les font aujourd’hui converger vers les
réseaux intelligents, ou Smart Grids. Les Smart Grids sont la combinaison des technologies des
réseaux électriques et des NTIC et sont formés d’une couche d’infrastructure électrique
classique, d’une seconde formée d’une architecture de communication, et d’une dernière
couche de fonctionnalités de conduite. Les NTIC sont déjà présentes depuis un moment au
niveau du réseau de transport et de répartition avec les réseaux de communication pour le plan
de protection, le contrôle-commande numérique au niveau des postes sources et les différentes
applications Internet. Elles sont aussi déjà présentes au niveau du réseau de distribution avec le
système de signal tarifaire via le courant porteur en ligne (CPL) qui permet de gérer les périodes
de pics de consommation avec les clients ayant souscrit au contrat adapté. Néanmoins les NTIC
se sont fortement développées depuis plusieurs années avec l’évolution des différents moyens
de communication (CPL, lignes dédiées, fibre optique, Wi-Fi, ADSL, etc.). De nouveaux
éléments font ainsi leur apparition dans le réseau de distribution. Le réseau de transport étant
déjà très instrumenté, les enjeux se situent principalement au niveau du réseau de distribution
qui fait l’objet de ce manuscrit. Les couches d’infrastructure électrique et de fonctionnalités de
conduite sont étudiées et mises en parallèle, tandis que la couche d’infrastructure de
communication n’est pas abordée. L’infrastructure électrique a été décrite dans la section
précédente.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 21


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Les fonctionnalités de conduite sont décrites dans les chapitres suivants. La figure I-8
représente une vision simplifiée et non unique d’une architecture de Smart Grids.
Dans le système central d’information, le GRD effectue les opérations de planification et
de maintenance des réseaux électriques. Il est composé d’un Supervisory Control and Data
Acquisition (SCADA) qui fait le lien entre les grandeurs physiques du réseau électriques et
l’ensemble des fonctions de communication et d’information permettant de le faire fonctionner.

Figure I-8 : Hiérarchie dans les smart grids [4]

Les données des concentrateurs sont transmises au SCADA via un Advanced Meter
Management (AMM). Ce système effectue l’acquisition des données et leur traitement en temps
réel. L’AMM stocke les mesures des compteurs, leur statut actuel, les informations relatives à
la qualité de l’énergie, les statuts opérationnels des différents éléments du système
(interrupteurs, capteurs, etc.), la connaissance des équipements ayant connu des pannes, et
diverses informations à propos des services des acteurs tiers. Le SCADA récupère aussi des
informations depuis le Geographic Information System (GIS) qui récupère, stocke et traite tous
les types d’informations géographiques via la cartographie, l’analyse statistique et les
technologies de bases de données. Le GIS procure au SCADA une description topologique du
réseau et la géolocalisation de ses différents équipements.
À partir des données de l’AMM et du GIS, le SCADA traite les informations et effectue
les opérations de maintenance du réseau en envoyant des consignes aux différents éléments
communicants du réseau de distribution comme les protections, les organes de manœuvres ou
la production décentralisée. Pour prendre des décisions, le GRD est aidé par un ensemble de

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 22


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

fonctions issues des méthodes traditionnelles (régleurs en charge, plans de protections, etc.) et
des méthodes dites Fonctions Avancées de Conduite (FAC). Les FAC sont réalisables grâce au
déploiement de nouveaux capteurs intelligents, de nouvelles méthodes de traitement pour les
grandes quantités d’information, et des nouveaux logiciels pour les applications temps réel ou
offline. La reconfiguration des organes de manœuvre peut minimiser les pertes sur le réseau.
Ces nouvelles fonctionnalités sont stockées dans le Distribution Management System (DMS).
Elles peuvent s’exercer en moyenne tension, voire en basse tension dans une moindre mesure,
et sur différentes échelles de temps.

I.11. Avancés de la supervision des réseaux électrique de distribution


La supervision industrielle est un système d’aide à la conduite et la surveillance, elle permet
de surveiller l’état de fonctionnement d’un procédé en temps réel, pour l’amener et le maintenir
à son point de fonctionnement optimal.

I.11.1. Les NTIC pour la gestion des défauts dans les réseaux HTA

Les technologies de l’information et de la communication (NTIC) représentent l’ensemble


des technologies nécessaires pour l’acquisition, le stockage, le traitement et la distribution de
l’information par des moyens électroniques (radio, télévision, ordinateurs). Sur la Figure I-9,
nous illustrons le principe général d’un système d’information et communication.

Figure I-9 : Principe général d’un système d’information et de communication [11]

Une première partie du système d’information est responsable de l’acquisition ou la mesure de


certaines variables (tension, courant) nécessaires pour le fonctionnement normal d’un système
(le système électrique).
La partie communication est responsable de la transmission de cette information entre
deux ou plusieurs points par différentes technologies. Les moyens de communication le plus
souvent utilisés sont :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 23


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

- Les réseaux fixes : réseaux publics de téléphonie et réseaux informatiques ;


- Les réseaux sans fil : les réseaux de téléphonie mobile, les systèmes radio, les micro - ondes
(signaux radio avec un spectre de fréquence entre 150 MHz et 20 GHz) ;
- Les courants porteurs sur les lignes ;
- Les réseaux d’ordinateurs (LANs, WANs, et Internet) ;
- Les réseaux de satellites.

L’information obtenue par le système d’information peut avoir la forme d’un signal digital
ou analogique (fonction du dispositif qui est observé ou contrôlé). Elle est ensuite transformée
en signal digital et transmise vers la deuxième partie du système d’information. Cette deuxième
partie (voir à droite sur la Figure I-10) est chargée du traitement, du stockage et de la
visualisation des données acheminées par le système de communication. De plus, une
transformation inverse de l’information (digital vers analogique) devrait être réalisée afin de
pouvoir être envoyée vers le dispositif contrôlé (par exemple un interrupteur télécommandé qui
reçoit une commande d’ouverture).

Au niveau des systèmes électriques actuels, le système d’information et de communication


est assuré par le système SCADA et par l’ensemble d’outils de gestion de type EMS (Energy
Management System) et DMS (Distribution Management System) [15].
L’utilisation d’une technologie de communication de type réseau IP facilite l’accès à
l’information pour l’ensemble des acteurs (voir sur la Figure I-10).
.

Figure I-10 : Systèmes d’information et de communication [11]

I.11.2. La Téléconduite du réseau

Dans tous les centres de conduite de réseau, il est nécessaire de disposer à tout instant
d’informations sur l’état du réseau et de ses moyens d’action. Ce besoin est satisfait grâce à

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 24


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

l’utilisation de systèmes de téléconduite. C’est la conduite à distance du fonctionnement du


réseau avec une circulation permanente des informations à l’aide d’un réseau de
télécommunication : les informations issues des postes de conduite fixes, ou mobiles sont télé
communiquées et centralisées dans un centre de téléconduite.
La téléconduite agit principalement sur les postes électriques, installations complexes qui
assurent l’interconnexion des lignes et la transformation des niveaux de tension.
Dans la pratique le terme téléconduite englobe les fonctions de télésignalisation,
télésurveillance, télémesure, et télécommande. Ces fonctions peuvent se répartir en deux
groupes liés au sens de transmission entre l’exploitant et le réseau :

 Télésurveillance, des appareils vers l’exploitant ;


 Télécommande, de l’exploitant vers les appareils.

Centre de Conduite

Sens de la Télécommande Sens de Télésurveillance

Réseau Télécommunication(Radio/Filaire)

Automates(RTU's)
des Postes

Protections Numériques (départs, arrivées et


Couplages des postes)

Transformateurs de
Tension/intensité Disjoncteur/Interrupteur

Figure I-11 : Schéma fonctionnel de la téléconduite

La conduite du réseau comprend l’ensemble des actions réalisées afin de maintenir la fourniture
à un bon niveau de qualité et rétablir la distribution d’électricité lorsque celle-ci a été
interrompue [16]. De nos jours, les actions principales de conduite concernent :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 25


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 La réalimentation des consommateurs affectés par l’apparition d’un défaut (court-


circuit sur un ouvrage du réseau)
 Le réglage de la tension. Différentes actions peuvent être conduites afin de délivrer aux
clients la tension dans des limites contractuelles
Ces actions de conduite sont réalisées à partir d’un poste de conduite de distribution qui
communique, à travers un système de communication, avec des organes manœuvrables à
distance (un interrupteur télécommandé sur le réseau) ou sur le terrain par des actions sur les
organes manœuvrables manuellement. On constate aujourd’hui, et dans la plupart des réseaux,
une convergence d’information dans un point central (le poste de conduite). Nous illustrons
cette stratégie de conduite sur la Figure I-12.
Le poste de conduite représente donc un point où convergent les informations nécessaires à la
conduite. Il est muni d’un système informatique qui peut comprendre :
- Une fonction de conduite temps réel intégrant le traitement des alarmes, des
télécommandes et des télésignalisations et la gestion des alarmes;

Figure I-12 : Conduite centralisée des réseaux de distribution [11]

- Une fonction de représentation des ouvrages, avec une visualisation des alarmes des
ouvrages du réseau (postes sources et réseau HTA)
- Des fonctions de calcul (courant, court-circuit, chutes de tension, …) ;
- Des fonctions évoluées de conduite (DMS : Distribution Management System)
proposant, à partir des données d’exploitation et des fichiers informatiques descriptifs
du réseau et éventuellement de la clientèle, des traitements complémentaires : gestion

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 26


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

de la courbe de charge, gestion des appels client sur panne. La mémorisation de


séquences automatiques de manœuvres ou la conception de séquences en fonction de
l’état du réseau pouvant être engagées automatiquement en cas de défaut sur un ouvrage
peuvent aussi être envisagées ;
- Un système de communication pour mettre en relation le point central avec les postes
asservis.

I.11.3. Protection et Contrôle-Commande des Réseaux

Les installations du Réseau de Transport d’Electricité (lignes et transformateurs) sont


équipées de systèmes temps réel permettant la surveillance et la commande à distance depuis
des centres de conduite régionaux. Les dispositifs qui permettent d’assurer ces fonctions
utilisent les technologies de l’électronique, de l’informatique industrielle et des
télécommunications par voies optique, hertzienne ou filaire. [2]

 Le Plan de Protection

La protection des réseaux électriques désigne l'ensemble des appareils de surveillance et


de protection assurant la stabilité d'un réseau électrique. Cette protection est nécessaire pour
éviter la destruction accidentelle d'équipements coûteux et pour assurer une alimentation
électrique ininterrompue. La plupart des systèmes de fourniture d’énergie électrique sont
interconnectés et doivent bénéficier de telles protections.

L’ensemble de ces éléments constitue une chaîne de protection qui assure l’élimination de
la partie défaillante du réseau en cas de défaut. On peut distinguer plusieurs types de protections
pour les réseaux électriques :

• Protection des ouvrages du réseau de transport ;


• Protection des lignes à haute tension ;
• Protection des transformateurs de puissance ;
• Protection des ouvrages du réseau de distribution.

 Le Plan de Contrôle-Commande

Sous le terme de contrôle-commande sont regroupés tous les éléments liés à l’exploitation
des réseaux. Un plan de contrôle-commande définit l’ensemble de ces éléments et
l’organisation de leur fonctionnement relatif.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 27


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

En cela le plan de contrôle commande d’un réseau doit permettre à l’exploitant (le
distributeur) de tenir compte des trois situations :

• En exploitation normale,
• En situation de défaut,
• En maintenance (hors et sous tension).
La conduite s'effectue depuis des centres de conduite régionaux (dispatchings) ou
nationaux. Ceux-ci disposent d'instruments de téléconduite (des SCADA, notamment)
comprenant des dispositifs permettant de:

• Commander les organes de coupure (disjoncteurs, sectionneurs),

• Connaître la position de ces organes,


• Mesurer un certain nombre de grandeurs (tension, intensité, fréquence),

• Signaler des dysfonctionnements (alarmes).

Un réseau électrique peut lui-même être décomposé en zones. Chacune de ces zones est
généralement protégée par un disjoncteur en association avec des dispositifs de détection
(capteur de mesure : transformateur de courant, de potentiel,), de protection et de contrôle-
commande (relais de protection), et de déclenchement (actionneurs).

Figure I-13 : la chaîne de protection et contrôle commande

I.12. Le SCADA
I.12.1 Définition

SCADA est l’acronyme de « Supervisory control and data acquisition », qui se traduit en
français par « système de contrôle et d’acquisition de données », est un système de télégestion
à grande échelle situé au cœur d’un aménagement. Il fournit une interface graphique conviviale
qui informe, en temps réel, sur l’état des installations d’un aménagement. Le système permet

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 28


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

aussi l’archivage et l’interprétation de données sous la forme de courbes de tendances. Ces


archives peuvent être conservées sur le long terme à des fins de statistiques.

I.12.2. La partie Logiciel (soft)


Un SCADA doit être muni d'un logiciel permettant d’assurer la communication entre les
éléments du SCADA et les opérateurs (interface homme-machine), et d'accomplir des tâches
telles que le traitement des données, la sauvegarde des données, le déclenchement d'alarmes, et
le contrôle automatique de processus de haut niveau.
Les logiciels SCADA gèrent des informations concernant les dispositifs connectés au
SCADA, mais généralement l'information concernant la topologie et la structure du réseau de
canalisation n'existe que sous forme de vues graphiques. Dans aucun de ces logiciels cette
information existe sous forme de tableau ou de matrice. L'information sous forme matricielle
est très utile (voir indispensable) pour la modélisation et le traitement des données en vue
d'assister automatiquement les opérateurs.

I.12.3. La partie physique (hard)


 Opérateur: opérateur humain qui surveille le système SCADA et par-formes des
fonctions de contrôle et de surveillance pour les opérations d'installation distante.

 Interface homme-machine (IHM): présente les données de l'opérateur et prévoit des


entrées de commande dans une variété de formats, y compris les graphiques, menus
schémas, fenêtres, déroulant, écrans tactiles, etc.
 Unité maître terminal (MTU): équivalent à une unité maîtresse en maître / architecture
esclave. Le MTU présente des données à l'opérateur par l'HMI, recueille des données
provenant du site distant, et transmet des signaux de commande pour le site distant. La
vitesse de transmission des données entre le MTU et l'site distant est relativement faible
et le procédé de commande est habituellement ouvert boucle en raison de retards
possibles ou des interruptions de flux de données.

 Unité terminale distante (RTU): fonctionne comme un esclave dans le maître / esclave
l'architecture. Envoie des signaux de commande au dispositif sous contrôle, acquiert les
données provenant de ces dispositifs, et transmet les données à l'unité MTU. Une RTU
peut être un automate. Le débit de données entre le dispositif RTU et contrôlée est
relativement élevée et le procédé de commande est généralement fermé en boucle.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 29


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Moyens de communication: méthode de communication entre le MTU et


télécommandes. La communication peut se faire par Internet, réseaux sans fil ou filaire
ou le réseau téléphonique public commuté.

I.13. Fonctionnement d’un SCADA


Un logiciel d'assistance aux opérateurs peut exploiter les données provenant des dispositifs
du réseau et gérés par le SCADA, et peut agir directement sur le système grâce à des actionneurs
commandés à travers le SCADA.
Le développement d'un logiciel d'assistance doit donc tenir compte d'une possible
communication avec les SCADA des réseaux concernés.
Ils sont implantés dans des systèmes tels que des réseaux de distribution d'eau, des
oléoducs de pétrole et de gaz, des réseaux de distribution électrique, des réseaux ferroviaires.
Le centre de contrôle du SCADA réalise une surveillance des sites à travers des réseaux de
communication longue distance.
Les logiciels de supervision sont une classe de programmes applicatifs dédiés à la
production dont les buts sont :
• L'assistance de l'opérateur dans ses actions de commande du processus de production
par l’IHM.
• La visualisation de l'état et de l'évolution d'une installation automatisée de contrôle
de processus, avec une mise en évidence des anomalies.
• La collecte d'informations en temps réel sur des processus depuis des sites distants
(poste électriques,) et leur archivage.

I.14. Points forts et Avantages des systèmes SCADA


 Réduction des frais de déplacement : la surveillance à distance, par communication
satellitaire bidirectionnelle en quasi-temps réel, des équipements lointains ou
inaccessibles permet de réduire les interventions sur site et de réaliser ainsi des
économies substantielles pour l’exploitant.
 Amélioration de l’efficacité des réglages : nos systèmes SCADA permettent de
corriger instantanément l'installation d'exploitation, ce qui permet de prolonger la durée
de vie des installations et de réduire les réparations coûteuses.
 Stockage et affichage des données sous différents formats, notamment sous forme de
fichiers Microsoft Excel, afin de faciliter les analyses et les comparaisons.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 30


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Souplesse et polyvalence : nos produits comportent de nombreuses fonctions leur


permettant d’être utilisés dans des cadres et des applications de surveillance très divers.
IEC Telecom s’engage à trouver des solutions nouvelles pour répondre au mieux à vos
exigences particulières.

I.15. Architecture de contrôle-commande

Une architecture de contrôle-commande est un ensemble de composants matériels et


logiciels dédiée à la réalisation de services d’automatisation pour un procédé industriel. Ces
différents services sont relatifs (Figure I-14):
- à la mesure et l’actionnement en interaction avec le procédé (lecture, filtrage et
traitement d'un signal, conversion analogique – numérique, gestion de puissance, …),
- à la commande du procédé permettant de maintenir l’état de celui-ci dans une plage de
fonctionnement donnée (notamment via l’émission de requêtes à destination des
actionneurs),
- à la surveillance et la conduite du procédé (surveillance des grandeurs caractéristiques
du procédé, gestion des alarmes, visualisation de l'état du procédé et des chaines
d'actionnement de la transmission des requêtes au système de commande.

Figure I-14: Exemple d'une architecture de C/C pour un procédé industriel [30]

Une architecture de contrôle-commande peut se décrire sous la forme d’architectures


fonctionnelles, d’architectures matérielles et d’architectures opérationnelles.

I.15.1. Architecture fonctionnelle

L’architecture fonctionnelle est définie pour un procédé que l'on suppose connu et a pour
objectif d'identifier l'ensemble des services de contrôle-commande nécessaires pour réaliser la

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 31


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

mission de l'installation et sa mise en sécurité et de structurer ces fonctions sous la forme d'un
réseau de fonctions hiérarchisées et interconnectées.
La hiérarchisation permet de structurer les fonctions de contrôle-commande selon
différents niveaux d'abstraction et d'en proposer une classification efficace. A titre d’exemple,
la norme ANSI/ISA-95.00.01-2000 (Scholten, 2007) propose six niveaux fonctionnels
hiérarchiques comme indiqué sur la Figure I-15. Cette structuration dépend néanmoins
fortement des types de procédés automatisés et des pratiques industrielles et peut donc être
variable selon les contextes.

Figure I-15: Structure fonctionnelle par ANSI/ISA-95.00.01-2000 (Scholten, 2007) [33]

L'interconnexion des fonctions au sein d'un réseau a pour objectif d'identifier les
échanges d'informations entre fonctions, sous la forme de relations entre les entrées
consommées par une fonction donnée, les informations produites par d'autres fonctions, entre
les fonctions et le procédé, c'est-à-dire les informations émises (ou reçues) à destination (ou en
provenance) du procédé.

I.15.2. Architecture matérielle

L'ensemble de ces fonctions est exécuté sur des matériels très divers tels que des cartes
électroniques, des Automates Programmables Industriels (API ou PLC), des systèmes de

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 32


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

supervision (SCADA), pouvant embarquer (ou non) du logiciel et pouvant communiquer à


l'aide de réseaux informatiques ou de liaisons filaires électriques. L’architecture matérielle
décrit l'organisation structurelle de ces différents équipements. De même que pour les fonctions,
l'architecture matérielle est généralement construite de manière hiérarchisée selon les familles
d’équipements et l’organisation des réseaux de communication. Les structures les plus
classiques font apparaître 4 niveaux représentés sur la Figure I-16 (Scholten, 2007), des
équipements de pilotage de l’entreprise jusqu’aux équipements de terrain :
- Niveau 0 : regroupant l’ensemble des composants terminaux dédiés à l’exécution et au
traitement des différentes tâches du procédé industriel (e.g. variateur de vitesses, départ
moteurs, capteurs, actionneurs). L’évolution des technologies d’actionnement et de
mesure se traduit par le fait que ces équipements matériels embarquent de plus en plus
souvent des logiciels de traitement,
- Niveau 1, regroupant l’ensemble des composants dédiés à la commande du procédé
d’automatisation (e.g. les automates programmables industriel PLC). Il sert aussi de lien
entre l’unité de production et la salle de supervision du procédé en envoyant
périodiquement le statut du procédé industriel.
- Niveau 2, regroupant l’ensemble des composants dédiés à la supervision du procédé
d’automatisation (e.g. system de commande et d’acquisition de données SCADA). Ces
systèmes sont souvent embarqués sur des serveurs capables de récupérer et d’envoyer
des informations au procédé industriel et sont en interaction avec des opérateurs
humains.
- Niveau 3, regroupant l’ensemble des composants logiciels dédiés à la planification et à
l’optimisation du procédé d’automatisation (par exemple ERP).

Figure I-16: Niveaux d’architecture de contrôle commande (Process automation, 2013) [33]

Afin de réaliser les différentes tâches d’automatisation, les composants échangent des
informations via un réseau de communication. La fréquence et la taille de ces informations

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 33


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

dépendent de la nature du composant et des services qu’il exécute. Lors de ces échanges, un
délai est induit entre l’émission de l’information, sa réception et son traitement par le(s)
composant(s) récepteur(s). Ces délais sont liés aux temps de traitements et de transmission ainsi
qu’aux ressources disponibles.

I.15.3. Architecture opérationnelle

L'architecture opérationnelle peut être définie comme la projection de l'architecture


fonctionnelle sur l'architecture organique, comme le montre la Figure I-17.

Figure I-17: Architecture opérationnelle [34]

Elle contient l'ensemble des informations caractérisant le contexte opérationnel du


système de contrôle-commande et en particulier :
- les caractéristiques des fonctions et des équipements identifiées respectivement dans les
architectures fonctionnelles et matérielles,
- une matrice d'allocation représentant les relations entre un ensemble de fonctions
élémentaires de contrôle-commande et un ensemble d’équipements,
- la caractérisation des flux de communication entre équipements induits par l'allocation
des fonctions sur les matériels.

I.16. Performances des architectures de contrôle - commande

Les performances des architectures de contrôle-commande peuvent être évaluées selon


de multiples critères :
- fonctionnels : performance des algorithmes de commande aux regards des exigences et
scénarios d’exploitation, performances de fonctionnement en conditions limites,
performances comportementales face à des aléas ou stimuli non prévus, …

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 34


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

- non fonctionnels : contraintes de sûreté de fonctionnement, de sécurité, d’ergonomie,

I.16.1. Temps de réponse

Le temps de réponse dans les architectures de contrôle commande se définit comme étant
le temps aller et retour entre une requête émise par un équipement client vers un équipement
serveur qui traite la requête et qui renvoie une réponse ou un acquittement vers le client
(Jasperneite & Neumann, 2001). Cette communication client-serveur peut se faire entre
composants sur un même niveau hiérarchique, ou entre deux composants sur deux niveaux
hiérarchiques différents.

Concernant les performances pour les communications entre deux niveaux distincts,
elles se résument principalement à la communication entre le SCADA, les PLC et les dispositifs
terminaux. Les performances peuvent être identifiées, comme l’indique la Figure I-18, par le
temps aller et retour de l’application qui correspond aux temps de réponse entre l’émission
d’une commande au niveau du SCADA, le traitement de la commande par l’automate et le
retour d’exécution de la commande.

Figure I-18: Temps de réponse aller-retour entre station de travail et équipent terminaux [31]

A cela s’ajoute les performances liées aux temps de mise à jour du système. Comme
l’indique la Figure I-19, il s’agit du temps entre l’activation d’un signal d’entrée au niveau des
E/S distant (Figure I-19 gauche) ou le changement d’une valeur au niveau de l’automate (Figure
I-19 droite) et la notification visuelle de ce changement au niveau du SCADA.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 35


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure I-19: Temps de remontée d’un événement au SCADA [31]

Les PLC, en plus d’être des équipements « serveur », peuvent initier des communications,
c'est-à-dire être « client ». Dans ce cas comme l’indique la Figure I-20, les performances se
définissent, par le délai entre une entrée physique sur un équipement jusqu'à la sortie physique
correspondante sur le même équipement ou sur un autre. Cette performance se caractérise par
la communication entre les PLC et les entrées et sorties déportées.

Figure I-20: Temps de réponse aller-retour entre PLC et équipements terminaux [31]

Dans le cas particulier des architectures de contrôle-commande basées sur Ethernet,


l’évaluation des temps de réponse est confrontée au problème de l’indéterminisme du protocole
Ethernet lié à la méthode de contrôle d’accès au médium. En effet, cet indéterminisme implique
des performances instables sous un trafic à haute densité et des performances non-bornées
(Wheels, 1993).
Face à ce problème, plusieurs évolutions ont été apportées, notamment par l’introduction
de commutateurs Ethernet de niveau 2 (Felser, 2005). Ceux-ci séparent le domaine de collisions
et permettent de créer des réseaux locaux virtuels. Ils permettent de réduire les collisions grâce
à la transmission full-duplex et le recours à des topologies point à point (Lee & Lee, 2002).
L’évolution du standard vers les réseaux Ethernet commutés et full duplex ont offert la
possibilité d’avoir une communication en temps réel, de réduire le temps de latence, la gigue,
les collisions et les pertes de paquets (Zhang, et al., 2001). Celle-ci a ainsi permis de réduire
significativement l’indéterminisme du standard Ethernet. Cette évolution ne permet cependant

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 36


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

pas de garantir le déterministe pour les architectures de contrôle-commande. En effet les


composants réseaux basés sur le protocole Ethernet, peuvent faire face à une congestion interne
due à l’envoi successif de messages vers un seul et même port de sortie pouvant entrainer une
perte de paquets. De plus, les architectures d’automatismes à base d’Ethernet facilitent la mise
en œuvre de réseaux non isolés qui laissent la porte ouverte à de multiples échanges de type
broadcast pouvant aggraver les problèmes de congestion et affecter la performance globale
(Walsh, et al., 2001).

I.16.2. Temps de cycle PLC

Les PLC possèdent des processeurs ayant des ressources limitées en termes de capacité
de traitement et de temps de traitement qui peuvent devenir critiques compte tenu de la
multiplicité des services qu’ils doivent assurer (gestion des entrées/sorties, messagerie, web,
…). Une information transmise au PLC doit donc attendre la disponibilité d’une ressource «
processeur » avant d’être traitée, ce qui engendrer des retards (Jasperneite & Neumann, 2001).
Dans la communication client-serveur, il est important de définir la performance liée au temps
de cycle des PLC.

Figure I-21: Etapes de traitement des tâches par le processeur d’un PLC [31]

I.17. Conclusion
Ce chapitre a été consacré à la présentation du réseau électrique, du SCADA, par ces
différentes structures, Il est aussi l’effet d’une étude, de système téléconduite, et les réseaux de
communications. La protection des réseaux électriques nécessite la mise en œuvre de
nombreuses et différentes techniques, dont l’organisation, ou plan de protection, nécessite les
compétences d’un spécialiste. Il en ressort que la téléconduite est le regroupement en un ou
quelques points de tout ce qui est nécessaire au contrôle-commande à distance d’un réseau
électrique de distribution pouvant représenter une solution éventuelle contre les différentes
causes conduisant vers une inefficacité de la stratégie de distribution de l’énergie électrique au
Cameroun.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 37


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE II :
OUTILS ET METHODES

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 38


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE II : OUTILS ET METHODES


II.1. Introduction

Le présent chapitre constitue une étude fonctionnelle du projet. Nous allons d’abord
présenter les éléments de base de notre travail, ainsi que la méthodologie adoptée dans ce projet
et puis, l’environnement et l’outil de modélisation où sont décrites les architectures
fonctionnelles du projet.
À la suite de cette présentation, nous allons implémenter tous les aspects de l’état de l’art
nécessaires à la réalisation de notre projet d’étude.

II.2. Analyse fonctionnelle

D’après la norme AFNOR NF X 50-151, l’analyse fonctionnelle est une démarche qui,
consiste à rechercher, ordonner, caractériser, hiérarchiser et / ou valoriser les fonctions du
produit (matériel, logiciel, processus, service) attendues par l’utilisateur. [4]

Toujours conçu dans le but de répondre à un besoin, un système est une association de
constituants ayant des relations entre eux.

II.2.1. Analyse fonctionnelle externe

Cette phase justifie la création du système et définit ce qu’il devra faire pour répondre
correctement aux besoins exprimés par notre utilisateur final.
Pour pouvoir répondre au besoin de l’utilisateur, hiérarchisons les fonctions de service du
cahier de charge afin de proposer les solutions aux fonctions les plus contraignantes.
Le client est sensible à l’évolution du contexte économique, social et environnemental
ainsi qu’au degré d’innovation, le besoin évolue donc constamment.

 Énoncé du besoin : Graphe des prestations ou « bête à cornes »


C’est un outil de la méthode d’application aux Techniques d’Entreprises qui permet d’énoncer
le besoin afin d’exprimer avec rigueur le but et les limites de l’étude. Pour élaborer le
diagramme bête à cornes, nous allons répondre à trois questions majeures [11] :
 A qui le système rend-il service ?
 Sur quoi le système agit-il ?
 Dans quel but le système existe-il ?

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 39


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

À qui rend t-il service ? Sur quoi agit-il ?

Distributeur Lignes et postes


d’énergie HTA/BT

SCADA pour la
conduite du réseau
HTA/BTA

Dans quel but ?

Avoir en temps réel les informations sur le


réseau HTA pour mener à distance les
manœuvres adéquates

Figure II-1: Diagramme bête à corne du système

Le système agit sur le processus de gestion en lui apportant une valeur ajoutée et satisfait ainsi
le besoin exprimé par l’utilisateur.

 Validation du besoin [11]


Pour valider le besoin, nous allons répondre aux trois questions suivantes :

 Pourquoi le système sera-t-il mis sur pied ?

R1 : contrôle-commande et supervision des opérations au niveau des lignes et des postes de


distribution HTA/BT.

 Dans quel but ?

R1 : D’effectuer en toute sécurité, de façon rapide et précise les manœuvres à distante sur le
réseau.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 40


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

R2 : avoir un contrôle en temps réel du processus de distribution via l’acquisition en temps réel
des données sur les lignes et postes.

 Qu’est ce qui pourrait faire disparaître ce besoin ?

R1 : Le besoin peut disparaître si la société cesse de fonctionner.

 Conclusion : Le besoin est validé.

Le diagramme des interactions diagramme « pieuvre » nous montre de manière visuelle et


littérale les relations entre un produit et ses milieux environnants. Celles-ci correspondent au
service rendu par le produit. Voir Figure 4 ci-dessous

Le rôle de « l’ingénieur système » est d’utiliser des démarches permettant d’aborder


méthodiquement cette complexité pour pouvoir étudier, prévoir et améliorer le comportement
du système.

Maintenance
Coût
Supervision des
FC1
FC5 lignes/postes du
réseau HTA
FC6
Energie FC2
SCADA pour la FP
conduite du réseau
HTA
FC3

Normes
FS2
FC4 Utilisateurs
FS1

Environnement
Equipements
Industriel
/Appareillages

Figure II-2 : Diagramme « pieuvre »

La formulation des fonctions de services est décrite dans le tableau ci-dessous.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 41


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Types de
Abréviations Intitulé
fonctions

Contrôle commande donnant à l’opérateur


Fonction
FP les informations à temps réel lors de la
Principale
distribution d'energie

Matière d’œuvre servant à la distribution


FS1
Fonction de au client
services Rendre disponible les informations sur un
FS2
synoptique pour les agents
FC1 Avoir un coût raisonnable
FC2 Être alimenté en énergie électrique
FC3 Respecter les normes
Fonctions de
FC4 S’harmoniser avec son environnement
contraintes
FC5 Être facilement maintenable
Communiquer avec les entrées d’ordre du
FC6
système

Tableau II-1: Formulation des fonctions de services du système.

II.2.2. Analyse fonctionnelle interne

L’Analyse Fonctionnelle interne permet de s’intéresser aux constituants du système


appelés « solutions techniques » et de prévoir leurs degrés de performance dans la réalisation
des fonctions de service et donc dans la satisfaction du besoin. Elle privilégie le point de vue
du concepteur, qui est chargé de concevoir un produit réel à partir d’un cahier des charges donné
traduisant le besoin de l’utilisateur [4].

Nous avons vu dans les sections précédentes, que la vision fonctionnelle global d’un
système permettait de comprendre l’intégration de celui-ci dans son environnement (entrées,
sorties, matière d’œuvre transformée). On peut pousser plus loin l’approche fonctionnelle en
disséquant la fonction globale sous forme de sous-fonctions.

Le diagramme FAST (Fonctionnal Analysis System Technic) est une traduction


rigoureuse de chacune des fonctions de service en fonctions des techniques puis de manière
matérielle en solutions constructives [5]. Élaborons donc le diagramme du système.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 42


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Superviseur/SCADA
pour la distribution
HTA en temps réel

Poste Poste
opérateur ingénieur

Equipements de Protocole de Communication Unité de


communication communication numérique
contrôle

Logiciel de Logiciel de
serveur data contrôle

Serveur Capteur

Figure II-3 : Diagramme FAST

II.3. Le corridor BASSA-MALANGUE


II.3.1. Présentation

En se rapprochant des centres de coordination des réseaux de distribution, nous sommes


entrés en possession du fichier Autocad du schéma d’exploitation de Douala (hors Bonaberi-
Souza) de distribution HTA de la ville de Douala dont la dernière mise à jour remonte en Février
2018. Le fichier nous renseigne sur la puissance apparente (KVA) assignée à chaque poste.
L’ouverture avec le logiciel ARCHICAD-64 20 et notre propre reproduction donne le résultat
illustré par la figure II-4 ci-dessous :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 43


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT :
CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure II-4 : Corridor BASSA-MALANGUE.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 44


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Légende Désignations Quantité

Poste H61 27

Poste préfabriqué privé 8

Ligne souterraine /

Ligne aérienne /

Interrupteur aérien à 18
commande manuelle

Poste H61 dos à dos 1

Poste préfabriqué public 3

Poste H59 classique privé 2

Disjoncteur 11

Tableau II-2 : Eléments constitutifs

Il en ressort que le corridor Bassa-Malangue choisit présente une architecture en coupure


d’artère de source à source disposant sur certaines lignes des interrupteurs aériens à commande
manuelle (IACM).

II.3.2. Déficits du corridor BASSA-MALANGUE


Cahier de charge
Du point de vue supervision, le corridor présente un ensemble de manquements à tous les
niveaux limitant les opérations de pilotages du réseau tels que :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 45


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Les lignes :
* Absence d’équipements pour la commutation à distance (interrupteur télécommandé,
capteurs de mesure) ;
* Ignorance de l’état des lignes en temps réel ;

 Les postes :
* Absence de système d’automatisation de l’appareillage des postes ;

* Absence d’équipements pour la commutation à distance (interrupteur télécommandé,


capteurs de mesure) ;
* Ignorance de l’état des postes en temps réel.

 Les centres de conduite :


* Absence d’un réseau informatique de communication ;
* Absence de logiciel de serveur data ;
* Absence de logiciel de contrôle.

II.4. Environnement de développement

Dans cette partie de notre travail nous nous attèlerons à décrire les trois logiciels qui nous
ont permis de mettre en place notre nouveau système de fonctionnement afin d’avoir un
système de supervision plus moderne.
Ces trois logiciels sont :

Unity Pro qui nous a permis d’écrire notre programme pour l’automate ;
Vijeo Citect qui a permis la réalisation des vues animées ;
OFS qui nous a permis de faire la liaison entre Unity et Vijeo.

II.4.1. Vijeo Citect

Vijeo Citect, aussi connu sous son ancien nom Vijeo SCADA, est un système d’acquisition
et de contrôle des données, développé par la compagnie Schneider Electric. Il facilite la création
de logiciels permettant de gérer et de surveiller des processus et des systèmes industriels…En
fait, on peut s’en servir partout où il y a un PC et des données à surveiller.

Vijeo Citect est gratuit et sans restriction pour le développement d’interface. Il n’est pas
obligatoire d’avoir une licence pour l’utiliser. Par contre, la simulation des interfaces est limitée
à une durée courte. Donc pour implanter une interface sur un PC et la faire tourner sans

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 46


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

interruption, il faudra une licence. Cette licence prend la forme d’une clé USB, qui est en fait
un dongle contenant les autorisations pour faire tourner Citect en mode Runtime. Vijeo Citect
est composé de trois éléments :

Explorateur Vijeo Citect : l’explorateur Vijeo Citect permet de créer et gérer les projets. Il
affiche une liste de tous les projets et offre un accès direct à tous ses éléments. Il est aussi utilisé
pour renommer, sauvegarder, restaurer ou supprimer un projet.

Figure II-5 : Explorateur Vijeo Citect.

Editeur de projets Vijeo Citect : l’éditeur de projet Vijeo Citect permet de créer et gérer les
données de configuration du projet : tags, alarmes, éléments de système, éléments de
communication, etc.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 47


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure II-6 : Editeur de projets Vijeo Citect.

Editeur graphique Vijeo Citect : l’éditeur graphique Vijeo Citect permet de


dessiner, créer et modifier les éléments graphiques d’un projet : modèles, objets
graphiques, symboles, Génies, Super Génies, etc.

Figure II-7 : éditeur graphique Vijeo Citect.

II.4.2. Présentation du logiciel Unity Pro


Le logiciel Unity Pro est un atelier logiciel destiné à programmer les automates
Télémécanique, Modicon Premium, Modicon Quantum, Modicon Atrium, le M340 ET LE
M580 [11]. Les volets de navigation de ce logiciel seront explicités par la suite :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 48


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Le navigateur de projet :

Figure II-8: Navigateur de projet


Les noms de chaque élément sont désignés dans le tableau suivant :

Numéro Désignation
1 Barre d’outils Unity
2 Le navigateur
3 Zone éditeurs, multi fenêtres
4 Barre d’information (sur la génération du
projet, les éventuelles erreurs…)

Tableau II-3 : Désignation des éléments.

Le navigateur de projet permet d’accéder aisément aux différents éditeurs tel que :
La configuration ;
Les types de variables dérivées ;
Les variables et instance ;
Le programme ;
La communication.

 La configuration : l’outil de configuration permet entre autre :

De créer, modifier, sauvegarder, les éléments constituant la configuration de la


station automate ;

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 49


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

De paramétrer les modules métier constituant la station ;


De diagnostiquer les modules configurés de la station ;
De faire le bilan du courant consommé à partir des tensions délivrées par le module
alimentation déclaré dans la configuration ;
De contrôler le nombre de voies métiers configurées par rapport aux capacités du
processeur déclaré dans la configuration ;
De faire un bilan sur l’occupation mémoire du processeur.

 L’éditeur de données : l’éditeur de données propose les fonctions suivantes :

La définition des types de variables dérivés ;


La définition des blocs fonctions dérivés (DFB) ;
La définition des variables élémentaires ;
La définition de types de données dérivées (DDT), instances de type de données
dérivées ;
L’accès aux fonctions élémentaires et dérivés.

La déclaration des variables consiste à définir le nom de chaque information sous forme
de codage. Une variable possède deux propriétés obligatoires à savoir le nom et le type et
d’autres propriétés : une adresse, un commentaire, une valeur initiale…

 L’éditeur de programme : l’éditeur de programme permet de développer les différentes


tâches de l’automate tel que : la tâche MAST, la tâche FAST, la ou les tâches EVENEMENT.
Les sections de programme et de sous-programme associés à ces taches peuvent être
programmées en utilisant les langages suivants :
FBD (langage en bloc fonctionnel) ;
LD (langage à contact) ;
SFC (diagramme fonctionnel en séquence) ou GRAFCET disposition uniquement
de la tâche MAST ;
IL (liste d’instructions) ;
ST (littéral structuré.

 L’éditeur de DFB : le logiciel Unity Pro permet de créer des blocs fonctions utilisateur DFB
en utilisant les langages ST, IL, LD ou FBD. [12]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 50


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Un DFB est un bloc de programme développé par l’utilisateur afin de répondre aux
spécificités de ses besoins il comprend :
Des paramètres d’entrées /sorties ;
Des variables internes publiques ou privées ;
Une ou plusieurs sections écrites en langage à contact, en liste d’instruction, en
littéral structuré ou langage bloc fonctionnel.
Le DFB nous permet de simplifier l’écriture et la présentation du programme. Dès que les
DFB sont terminé c’est-à-dire le développement et le test nous pourrons l’instancier autant de
fois que nécessaire. Le DFB instancié n’a pas besoin d’être testé. Le DFB permet en effet
d’optimiser l’espace mémoire de l’automate. [13]
En effet même si l’on instancie plusieurs fois notre DFB un seul espace sera réservé en
mémoire. Unity Pro permet de placer en bibliothèque les DFB que nous aurons développés
dans Customer Lib. Placés en bibliothèque les DFB seront accessible à notre application mais
aussi à partir d’autres applications et seront exportables sur d’autres machines.
Dans le cadre de notre projet nous allons utiliser un DFB de communication que nous
allons détailler par la suite.

II.4.3. Présentation et rôle du serveur OFS

L’OFS ou OPC Factory est un serveur de données multi-automates capable de


communiquer avec tous les automates Schneider Electric ou Télémécanique. L’OFS est un
serveur OPC d’accès aux données qui peut être utilisé pour lire ou écrire des données sur des
équipements (en générale des automates mais pas uniquement). Il apporte à des applicatifs
clients un ensemble de services d’accès liés à un automate cible.
Le serveur OFS assure l’interface entre les automates programmables Schneider et un ou
plusieurs applicatifs clients [14]. La figure ci-après nous montre l’exemple d’une interface OFS.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 51


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure II-9 : Interface OFS

Le serveur OFS assure plusieurs rôles tels que :


La lecture et l’écriture de variables dans un ou plusieurs automates présents sur un
ou plusieurs réseaux différents ;
La possibilité d’utiliser la liste des symboles de l’application automate ;
Une interface de navigation permettant à l’utilisateur de prendre connaissance
graphiquement des équipements accessibles et des symboles qui leur sont associés;
Une liste d’items dit spécifique dépendant des équipements et permettant la
réalisation de fonctions particulières : état et mise en route/arrêt de l’automate,
fonction de surveillance des alarmes.

 Communication et mode d’accès : le serveur OFS joue le rôle en assurant la communication


avec tous les équipements Schneider Electric. Il utilise les réseaux suivants : MODBUS
Serial (RTU) et Modbus Plus, TCP IP et Uni-TE. Il offre trois modes d’accès aux services :
Le mode local : l’applicatif client et le serveur OFS sont sur le même poste ;
Le mode distant : accès à distance sur l’intranet par l’intermédiaire de DCOM ;
Le mode via une interface Web http : le serveur OFS sont sur le même poste ; le
serveur de site et l’applicatif client sont sur des postes distincts, communicant par
internet.

 Le lien avec Unity Pro : le lien direct de l’OFS avec Unity Pro permet :
L’accès à la base de données d’un ou plusieurs projets Unity pro
Le support des symboles
La consultation des symboles
L’accès à des variables non localisées et à des données structurées

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 52


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Pour mettre en œuvre le lien Unity Pro avec le serveur OFS, il suffit d’indiquer le fichier
« projet.stu » comme fichier de symboles pour un équipement ou un groupe quelconque. Ce
fichier « .stu » vérifie la cohérence (nom et version de l’application) entre le fichier de table de
symboles et l’application de l’automate.

 La configuration : pour lire ou écrire des données sur des équipements, le serveur doit
disposer des informations suivantes sur chaque équipement :

Le réseau à utiliser
L’adresse de l’équipement sur ce réseau
Le fichier table de symboles à utiliser si l’accès aux variables de l’équipement se
fait par symbole.
 La prise en main du logiciel : la prise en main du logiciel Schneider Electric réside
principalement en l’outil de configuration.

Une fois l’outil de configuration lancé, il faudra d’abord définir l’alias c’est-à-dire donner
un nom au projet sur lequel nous travaillons dans l’OFS.
Par la suite il s’agira entre autre du :
Paramétrage des équipements
Paramétrage de l’OPC
Paramétrage du serveur OFS

II.5. Les postes de supervision Vijeo Citect


Vijeo Citect est le composant de contrôle et d’exploitation de Schneider Electric. Avec ses
puissantes fonctionnalités d’affichage et d’exploitation, il propose un aperçu pertinent de la
situation plus rapidement permettant aux opérateurs de réagir rapidement en cas de problèmes
liés au processus améliorant de ce fait leur efficacité.
Grâce à ses outils de configuration facile à utiliser et ses puissantes fonctions, ce logiciel
peut être utilisé pour rapidement développer et mettre en œuvre des solutions pour des
applications de toute taille. [15]
Le logiciel de supervision Vijeo Citect intègre toutes les fonctions d'un superviseur moderne:
Son architecture distribuée client-serveur s'applique à une multitude d'applications
(agro-alimentaire, micro-électronique, aéroports, industrie pétrolière, routes &
tunnels...).
Environnement Windows.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 53


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Architecture client-serveur de 75 points jusqu'à un nombre illimité de points.


Compatible avec tout contrôleur ou toute plateforme Schneider Electric utilisant OFS et
tout système utilisant le standard OPC.

II.6. Le choix et présentation du matériel


II.6.1. L’automate M580

La configuration matérielle consiste à faire le choix des modules de l’automate qui sont entre
autre :
 Le rack principal ;
 L’alimentation ;
 Le processeur ;
 Les cartes de communication ;
 Le rack d’extension de l’automate ;
 Les modules d’entrées / sorties.
La figure II-10 ci-après, illustre tous ces éléments configurés au niveau du bus de l’automate
dans Unity-pro.

Figure II-10: Interface de configuration.

La communication sera gérée par un automate Schneider Electric M580. L’automate M580
collecte les informations des différents relais de protection HTA associés aux arrivées.

 Le rack principal : le rack principal est une embase sur laquelle sont positionnés les
modules. L’alimentation est distribuée par un bus à l’ensemble des modules. Le processeur
communique sur le bus avec les différents modules.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 54


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure II-11: Le rack principal.

 L’alimentation : C’est l’équipement de tête de l’automate, il permet d’alimenter les


modules. Le module d’alimentation reçoit une tension de 220Vca, ce module fourni une
tension 24Vcc.

Figure II-12: L’alimentation

 Le processeur : C’est le cœur de l’automate. C’est dans le processeur qu’est exécuté le


programme de l’automate. C’est à partir de lui que toutes les informations seront envoyées
aux différents appareils.

Figure II-13: Le processeur

 Les cartes de communication : Les cartes de communication permettent d’établir la


communication internet avec certains appareils TCP/IP, MODBUS ET RS485.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 55


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

II.6.2. Les racks d’extension


Les racks d’extension de l’automate M580 seront des racks EIO. Ils seront installés en lieu
et place des Baies Modules BM9100, une plaque en face avant et une plaque en face arrière
avec fixation par vis seront prévue à cet effet.

La solution retenue pour horodater les informations à la source est l’utilisation des cartes 16
entrées BMX ERT 1604 T 125Vcc qui permettrons une précision à la milliseconde.

Vijeo Citect fera l’acquisition des informations horodatées à la source.

II.6.3. Rack extension informations des appareillages


Les informations liées aux disjoncteurs et sectionneurs sont acquises par les racks
d’extension MICOM, puis sont relayées et raccordées aux cartes d’entrées BMX ERT 1604 T
125Vcc du M580, la fonction horodatage à la source ne peut être appliquée.

II.7. L’horodatage
L’horodatage système offre une séquence d’évènements cohérente, horodatée à la source
qui permet à l’utilisateur d’analyser l’origine d’un comportement anormal dans un système
d’automatisation distribué.
Les évènements sont affichés dans un résumé d’alarme ou une page client (par exemple
Vijeo Citect).
La source de chaque évènement horodaté est un changement discret de valeur d’E/S détecté
par un module d’horodatage ou une modification de valeur de variable interne détecté par un
automate.
Le graphique ci-dessous illustre un exemple d’écran de présentation des évènements dans
Vijeo Citect.

Figure II-14: Page d'écran SOE

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 56


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

II.8. Approche adoptée

Pour les réseaux électriques à notre disposition, nous ne connaissons pas la longueur des
lignes ni les caractéristiques propres à chaque poste de livraison. Nous avons choisi de
considérer 400 A comme étant la valeur maximale du courant coupé et au niveau des postes
sources nous avons considérés que chaque jeu de barre était alimenté par un transformateur
90KV/15KV.
Les architectures en coupure d’artère utilisent des postes à deux points de connexion [22].
Les lignes partent d’un poste source HTB/HTA, alimentent successivement plusieurs postes
HTA/BT et rejoignent une autre source d’alimentation qui peut être un autre poste source, le
même poste source de départ, un point de réflexion ou un câble de secours. Tous les
interrupteurs des postes HTA/BT d’une ligne sont normalement fermés à l’exception de
l’interrupteur normalement ouvert qui marque la séparation entre les deux départs de la ligne.
Une structure en coupure d’artère avec deux postes sources différents est appelée coupure
d’artère de source à source, illustrée sur la figure II-15. Ses principaux intérêts sont sa fiabilité
et sa facilité à l’exploiter. Elle assure la sûreté des postes HTB/HTA, une bonne qualité
d’alimentation et de faibles pertes Joule. Elle est de plus économique et facile à faire évoluer
[22]. Elle est retenue pour nos cas d’étude car elle est caractéristique des milieux urbains et des
réseaux réels étudiés.

Figure II-15 : Positionnement des OMT [22]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 57


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Dans notre modélisation, la norme NF C 13-100 sera de rigueur pour la conformité de notre
modèle.

H59

Figure II-16 : Architectures des postes de transformation [21]

Un point de réflexion peut être un emplacement stratégique pour un futur poste source et
est généralement lié au premier poste source par un câble de secours. Ce câble est appelé
secours spécialisé s’il est dédié, ou secours intégré si le câble sert également à alimenter des
charges. Si le centre de gravité des charges est éloigné du poste source, on peut utiliser une
structure en pétale de marguerite : le poste source alimente via une ou deux lignes.

II.9. Plan de protection du réseau


Un ensemble de protections est déployé sur le réseau pour faire face aux différents
incidents. Elles sont constituées d’éléments physiques (capteurs, disjoncteurs, etc.) soutenus
par un ensemble d’algorithmes et d’automatismes formant ce que l’on appelle le plan de
protection. C’est un compromis entre sensibilité, sélectivité, vitesse, robustesse et simplicité. Il
doit permettre de détecter et isoler le défaut dans un premier temps pour le réparer dans un
second temps, et si nécessaire faire basculer le réseau du mode d’opération normal au mode de
secours. L’objectif est triple : protéger les personnes, protéger les matériels et assurer la
continuité d’alimentation.
Les défauts peuvent être polyphasés (court-circuit) ou monophasés (défauts à la terre).
Les défauts polyphasés sont facilement détectables grâce à leur forte valeur de courant mais les
défauts monophasés sont plus compliqués à traiter car leur manifestation dépend de la
connexion du neutre à la terre. 80 % des défauts étant monophasés, le choix de la mise à la terre
du neutre des transformateurs HTB/HTA est donc très important [23,24].

Les défauts polyphasés ou monophasés peuvent être de quatre types [23], les trois premiers
types étant plutôt associés à des défauts monophasés :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 58


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

• Les défauts auto-extincteurs (10 % des défauts) : ils disparaissent spontanément dans un
temps très court, sans provoquer le déclenchement d’une protection.
• Les défauts fugitifs (75 % des défauts) : pour les faire disparaître, il faut procéder à une
très courte coupure d’alimentation du réseau (quelques dixièmes de seconde) ou s’il s’agit
d’un défaut monophasé - une connexion à la terre via un disjoncteur shunt.
• Les défauts semi-permanents (10 % des défauts) : contrairement aux défauts fugitifs, ils
nécessitent une coupure d’alimentation plus longue, à savoir quelques dizaines de
secondes.
• Les défauts permanents (5 % des défauts) : ils provoquent le déclenchement des
protections et une intervention est nécessaire pour permettre au réseau de revenir à un
mode d’opération normale.

Dans nos études, les seuls défauts étudiés sont les défauts permanents, dont la figure II.16
illustre le principe d’isolation. Dans un premier temps, le disjoncteur du départ défectueux
s’enclenche à l’apparition du défaut, déconnectant les clients du départ. Le GRD manœuvre
alors les interrupteurs télécommandés afin d’isoler la section comprise entre deux interrupteurs
qui est en défaut. Cette opération peut prendre de 3 à 5 minutes. Une fois la section isolée, des
équipes sont envoyées sur place afin de manœuvrer les organes de coupure non télécommandés
et ainsi isoler la section de ligne entre deux postes HTA/BT qui est en défaut. Cette opération
peut prendre de 40 à 60 minutes.

Notre système télécommandé permet de réduire la durée de ces interventions. Les travaux
de réparation de la ligne peuvent alors être effectués en conservant l’alimentation des clients
de la ligne.

charges alimentées par le courant


transitant dans le tronçon étudié

OMT I1
défaut fermé
Cas 1
tronçon étudié

charges alimentées par le courant


transitant dans le tronçon étudiée

OMT I2
fermé défaut
Cas 2
tronçon étudié

Figure II-17 : Procédure d’isolation d’un défaut permanent [22]

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 59


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

II.10. Modélisation dans Vijeo Citect


Grace à toute la méthodologie dévoilée précédemment, nous avons pu ressortir le
modèle final présentant une ligne de secours et des OMT ici désignés par des commutateurs
(COM) comme illustré par la figure II.18.

Figure II-18 : Vue générale du corridor

Il est présenté ici, l’aspect générale de notre corridor :

 Les bases techniques concernées (BASSA et MALANGUE) ;


 La disposition des différents postes de livraison HTA ;
 La puissance apparente souscrite ;
 La position des différents interrupteurs implémentés.

C’est uniquement dans cette page que la conduite du réseau est possible. Cette page
permettra la visualisation des données concernant la puissance active et enfin permettra la
visualisation de l’état de fonctionnement des postes/lignes et la signalisation par une alarme
des dysfonctionnements.
Les pages suivantes représentent pour nous les zones (1 et 2) de notre SCADA. Les figures
II.19 et II.20 illustrent l’architecture interne des postes de livraison H59 et H61.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 60


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Dans ces pages nous nous attarderons sur l’aspect contrôle-commande de l’appareillage
avec un suivi des valeurs courant tension.

Figure II-19 : Vue des départs du poste source BASSA

La page suivante nous présente les départs HTA du poste de MALANGUE. Elle représente
la zone 2 de notre système.

Figure II-20 : Vue des départs du poste source MALANGUE

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 61


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Il est donc temps de passer à la programmation du fonctionnement de notre réseau électrique.


Ceci grâce aux interfaces de programmation des différentes animations, signalisations et
alarmes.

II.11. Interface de programmation


Concernant le type de langage de programmation adoptée pour notre système, nous avons
optée pour une programmation PID en bloc fonction (DBF)dans Unity pro.

Figure II-21 : Vue de l’interface de programmation

 Les variables d’entrées/sorties : les variables d’entrées sorties peuvent être lues et
écrites par le DFB.

Variables Types Commentaires


ReqNo INT Numéro de la requête à exécuter
ReqExe EBOOL Demande exécution de la requête/ Variable
mise à un par le programme.
Variable mise à zéro par le DFB lorsque la requête
s’est terminé avec ou sans erreur.
Tableau II-4: Les variables d'entrées / sorties

 Les variables d’entrées : les variables d’entrées sont uniquement lues par le DFB.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 62


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Variables Types Commentaires


Adresse STRING Adresse du destinataire : R, M, V, E’ : R
Rack, M emplacement du module de
communication, V numéro de voie utilisée,
E numéro du destinataire (numéro
d’esclave).
ReqType STRING Type de requête à exécuter :
R Fonction de lecture
W Fonction d’écriture
ReqVar STRING Type d’objet (registre) adressé
%M Bits
%MW Mots
ReqAd DINT Adresse du premier Objet (Registre) à lire ou à écrire

ReqLg INT Nombre d’Objets (Registres) à lire ou à écrire


TabEmise ARRAY OF INT Lorsque la requête est une requête d’écriture, le
programme en fonction de la requête et donc de
l’équipement charge la table correspondante dans la
table d’émission qui sera envoyée au destinataire. La
table d’émission est dimensionnée à 128 mots qui est
la taille maximale, les tailles des tables à émettre
peuvent être de taille inférieure, c’est la longueur qui
est la référence.

Tableau II-5: Les variables d'entrées

 Les variables de sorties : les variables de sorties sont écrites uniquement par le DFB,
lues par le programme.

Variables Types Commentaires


TabRecep ARRAY OF INT Lorsque la requête est une requête de lecture, les
données reçues de l’équipement cible sont rangées
dans la table de réception, puis le programme se
charge de ranger les données reçues dans les
Tables associées à chaque équipement.
La table de réception est dimensionnée à 128 mots
qui est la taille maximale, les tailles des tables de
réception des équipements peuvent être de taille
inférieure, c’est la longueur qui est la référence.
DefCom BOOL Indicateur de défaut de communication.
ExeSansErreur BOOL Indicateur la requête a été exécutée sans erreur.
ExeAvecErreur BOOL Indicateur la requête a été exécutée avec erreur.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 63


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CRCommunication INT Compte rendu de communication de la dernière


requête exécutée.
CROperation INT Compte rendu d’Opération de la dernière requête
exécutée.
CptNbRequete INT Compteur incrémenté à chaque requête demandée
au DFB.
CptEchangeReussi INT Compteur incrémenté à chaque requête terminée
sans erreur.
CptEchangeErreur INT Compteur incrémenté à chaque requête terminée
avec erreur.
CptNonTraitee INT Compteur incrémenté à chaque requête non traitée,
liée à un problème matériel du coupleur ou
plantage du noyau de communication de
l’automate.
CptNbAbandon INT Compteur incrémenté à chaque requête
abandonnée, le DFB ne répond pas à la demande.

Tableau II-6: Les variables de sorties

 Les variables publiques : les variables publiques sont des variables qui sont accessibles
par le DFB et par le programme.
Elles sont masquées et non visibles lors de la représentation du DFB. Nous n’en avons pas
utilisées.

 Les variables privées : les variables privées sont des variables qui sont accessibles
uniquement par le DFB. Elles sont masquées et non visibles lors de la représentation du
DFB.

Variable Type Commentaire


TON_Etape3 TON Temporisation Attente Prise en compte Requête
ComEtape INT Etape du traitement de la requête.
ComCR ARRAY OF Table de gestion des échanges, longueur 4 mots.
INT
TON_Etape4 TON Temporisation non prise en compte de la requête

Tableau II-6: Les variables privées.

 Section Programme : la section programme COM a été écrite en langage Structuré,


mieux adapté au besoin.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 64


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Le programme gère l’exécution des requêtes suivant le grafcet présenté ci -après.

0
Figure II-22 : Grafcet de gestion des requêtes

II.12. Architecture du réseau de communication


Notre centre de conduite est constitué de :
Un poste ingénieur où sont écrit les différents programmes auxquels obéit le système.
C’est aussi à ce poste que sont faites toutes les modifications nécessaires à l’optimisation
dudit système. Ce poste est hautement sécurisé.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 65


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Un poste opérateur où le superviseur agit sur le système en temps réel. C’est aussi à ce
niveau que se déroule l’acquisition des données ainsi que la signalisation et le contrôle-
commande.
Deux serveur redondants, l’un en attente et l’autre en fonctionnement. Le serveur en
attente devient actif lorsque le serveur principal est défaillant ; celui-ci prend donc le relai
pendant la période de maintenance du serveur principal.
Deux baies réseau pour centraliser à deux points les éléments de réseaux.
Tout ceci est illustré par la figure II.21. Le protocole de communication adopté est le protocole
TCP/IP.

Figure II-23 : Architecture réseau.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 66


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

II.12. Conclusion
Arrivé à la fin de ce palier de travail, où il était question pour nous de présenter notre
environnement de travail ainsi que la méthodologie adoptée pour résoudre notre problématique.
Il en ressort que le logiciel Vijeo par son interface graphique nous a permis de réaliser nos
modèles et d’engager la programmation par le logiciel Unity pro. Nous pouvons donc passer à
la dernière phase qui est la simulation et l’analyse des résultats.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 67


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE III :
RESULTATS ET DISCUSSIONS

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 68


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CHAPITRE III : RÉSULTATS ET DISCUSSIONS


III.1. Introduction

Dans ce chapitre, il est présenté les résultats de nos différentes simulations réalisées dans
le but d’estimer à quel point le SCADA mis sur pieds permet d’atteindre les objectifs fixés en
rapport à notre problématique susmentionnée.
Nous notons que l’absence d’une licence sur le produit Vijeo Citect empêche de réaliser
des simulations de plus de 20 minutes.

III.2. Simulation de l’interface de contrôle


III.2.1. Table des variables Unity-pro

Cette table liste l’ensemble des variables de toute l’application à savoir les variables
élémentaires, les variables dérivées, les variables d’équipement etc.

Acquisition et mise à l’échelle de la mesure dans M580

Dans un premier temps la mesure est acquise sous forme de 2 mots (INT) qu’il faut
transformer en double mot (DINT) puis en un nombre réel (REAL).

Figure III-1: Programme de mesure

Editeur de données
Le DFB Scaling, appartenant à la bibliothèque des fonctions Unity, permet de mettre à l’échelle
la mesure.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 69


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-2: Mise à l'échelle de la mesure

Le DFB Scaling, utilise une variable structurée instanciée depuis la variable de type dérivée
Para-SCALING qui permet de calculer la mesure en grandeur physique (kW).

III.2.2. Simulation PID


Cette vue dans Unity pro est un écran d’exploitation, ici sont affichés les paramètres PID
souhaités. A partir de cette vue nous pouvons entrer les différentes consignes nous permettant
de simuler les variations de mesure de notre application.

Figure III-3 : Ecran de simulation PID.

III.3. Simulation de notre SCADA

Un environnement d'exécution ou runtime est le logiciel responsable de l'exécution des


programmes informatiques écrits dans un langage de programmation donné. Le runtime sert

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 70


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

alors à exécuter le code objet en mettant le code natif à disposition du processeur pour
exécution.
Pour la mise en place de notre système pour simulation, nous avons considérés comme
hypothèses :
 La fréquence constante et fixé à 50 Hz ;
 Le facteur de puissance est pris à une valeur standard de 0,9325 ;
 Le déphasage n’est pas pris en compte ;
 La tension d’alimentation des clients est paramétrée pour un seuil de 400V ;
 Le courant seuil au primaire du transformateur HTA/BT est donné par :
𝑆𝑐𝑐
𝑈𝑐𝑐 = 𝑈𝑐𝑐∗√3 (III.1)

 La puissance active seuil est donnée par :


𝑃 = 𝑆 ∗ 𝑐𝑜𝑠𝜑 (III.2)
 Le temps de simulation n’excède pas 20 minutes.
 Le code couleur :

DESIGNATIONS COULEURS
Bon fonctionnement
Avertissement
Présence d’un défaut

Tableau III-1 : code couleur

Le tableau ci-dessous nous présente les caractéristiques permettant à l’étalonnage de nos PID
dans l’interface Unity-pro.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 71


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Tableau III-2 : Caractéristiques seuil

III.3.1. Simulation en fonctionnement normal

 Page Générale

À ce niveau, les paramètres de notre supervision SCADA prend en compte les éléments
suivant :
L’acquisition des données en rapport à la puissance active de chaque poste ;
La signalisation du bon fonctionnement des lignes et postes (couleur verte), atteinte des
seuils pour des valeurs critiques (couleur jaune), en fin des défauts réels sur les lignes
et les postes (couleur rouge plus alarme) ;
Action sur les commutateurs (ou interrupteurs télécommandés) donnant la possibilité
d’ouverture et de fermeture de différentes lignes liées entre elles.

La figure III.1 suivante présente les résultats obtenus lors de la simulation de notre
système en fonctionnement normal

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 72


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-4 : Vue page générale

Lors du bon fonctionnement du système, l’on observe un affichage temps réel des valeurs
de puissance actives en kilowatts sur les différents postes de ce corridor. Tout est au vert donc
le système est à son état de fonctionnement nominal.

 Page Zone 1
Cette page, nous présente le résultat de la simulation au niveau des différentes arrivées
venant de la base technique BASSA vers le poste MALANGUE et les structures internes des
différents postes qui lui sont attribué.
Notre système permet de faire les animations sur les éléments voire figure III.5 et III.6 :
 Les transformateurs HTB/HTA et HTA/BT ;
 Les disjoncteurs ;
 Les modules de couplage au niveau des jeux de barres ;
 Les sectionneurs de lignes ;
 Les liaisons de mise à la terre ;
 Les sectionneurs de mise à la terre.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 73


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-5 : Vue page Zone 1

 Page Zone 2
Cette page, nous présente les départs depuis le poste MALANGUE vers le poste source
BASSA. Les mêmes fonctionnalités que la page zone 1 y sont intégrés.

Figure III-6 : Vue page Zone 2

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 74


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

III.3.2. Simulation en fonctionnement anormal

 Cas d’un avertissement sur l’état de deux postes de livraison :

La simulation du dépassement minimum de la crête de consommation (KW) sur deux


postes de livraison de notre corridor étudié, nous donne le résultat illustré par la figure III.7.

Figure III-7 : Signalisation des avertissements

Ce genre de scénario donne une valeur très importante à l’archivage des données car les
variations de la puissance appelée peuvent être dues à :

 Une variation normale de la charge qui dans une étude et une enquête sur le terrain
donnera lieu à un redimensionnement ;
 Une variation anormale présentant une situation de fraude réalisée par le client.

 Cas d’un défaut sur des lignes :

La simulation présentée est celle effectuée sur deux lignes de notre corridor d’étude. La
signalisation du défaut est présentée dans la figure III.5 :

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 75


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-8 : Signalisation du défaut sur ligne

Ce scénario peut être due à un court-circuit ou à la chute d’un support de ligne. Les
manœuvres à adopter pour essayer au mieux de parer à cette situation qui est dangereuse pour
tout autres équipement connectés à cette ligne sont :

 Action sur les interrupteurs télécommandés (COM 12 fermé, COM 5 ouvert) pour
la ligne 1;
 Action (ouverture) sur le disjoncteur de départ de poste source de la Ramp 2 ;
 Action sur l’interrupteur sectionneur de la cellule IM du poste CETIC ;
 Planification de l’intervention de maintenance pour les lignes 1 et 2.

Toutes ces actions permettent l’Isolation du défaut et la connaissance à temps réel du défaut
facilite la rapidité de l’intervention de maintenance sur ces lignes.

 Cas d’un défaut sur des postes de livraison :

Dans cette simulation, le défaut considéré est celui de la surintensité entrainant la fusion
fusible.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 76


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-9 : Signalisation du défaut sur poste

 Vue des alarmes :


Ici nous présentons la vue des alarmes. Dans notre cas, l’alarme retentit (sonorisation non
configurée) quand un équipement passe en défaut. Dans ce cas il faudrait que les exploitants
soient avertis sur ce défaut cela donne droit à l’exploitant de prendre acte de la situation et en
fonction de la démarche établit dans la prise de décision, les opérations de contre manœuvre
sont entrepris.

Les alarmes sonores sont acquittées avant l’intervention. Une fois le problème résolu, le
défaut peut être acquitté au niveau de la supervision et permettre le retour du fonctionnement
normal du système.

La figure III.10 illustre les l’interface d’enregistrement des alarmes lors de la simulation
du fonctionnement anormal de notre SCADA Expert.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 77


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-10: Alarmes générés

III.3.3. Analyseur de processus

L’analyseur de processus est un contrôle actif qui est intégré dans Vijeo Citect scada. Il
affiche les variations courant, tension et puissance en fonction du temps. Cela permet de retracer
à temps réel, l’évolution de nos paramètres pris en compte.

Comme vous le constater, l’interface process analyst de notre SCADA Expert nous présente
nos trois variables étalonnées :

▪ La tension en couleur rouge ;


▪ Le courant en couleur bleu ;
▪ La puissance en couleur noir.

Les consignes sont donc : de 400 V pour la tension de sortie BT des postes de livraison, de
400 A pour la valeur du courant nominal sur les lignes.

La puissance active par poste n’a pas pu être implémentée dans l’analyseur du processus
de notre système mais nous avons pu réaliser une analyse en prenant pour valeur attendu à la
sortie 120 KW.

Les résultats obtenus après programmation et étalonnage de notre système nous donne
le résultat illustré par la figure III.8.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 78


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Figure III-11 : Analyseur à l’état initial

Dès que nous lançons la simulation pour une durée de 175 ms, le système nous présente
aisément l’évolution de nos paramètres courant, puissance et tension en fonction du
temps de simulation.

Figure III-12 : Analyse de l’évolution du processus

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 79


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

Quand nous sommes donc en fonctionnement normal, les valeurs restent constantes au cours
du temps.

Figure III-13 : Analyseur en évolution normale

L’analyseur nous permet de par sa fonction première d’apprécier le comportement de notre


système ; les états de fonctionnement normale et anormales peuvent facilement être détecter
par les changements brusque passagers, permanent ou évolutif qui apparaitrons aux niveau de
cette page de notre SCADA Expert.

Les données collectées peuvent donc être archiver dans le logiciel Microsoft EXCEL.

III.4. L’archivage des données

L’archivage des données réalisé par notre SCADA Expert est un élément essentiel dans le
suivi de la distribution de l’énergie. Notre interface nous permet d’exporter tout simplement les
données de Vijeo Citect vers le logiciel EXCEL. Il permet entre autre :

 La création d’une base de donnée sur les paramètres suivis ;


 La planification des travaux de maintenance ;
 Le suivi de l’évolution de la consommation sur le réseau ;
 D’évaluer la qualité de l’énergie fournit ;

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 80


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 D’enregistrer les scénarios ainsi que les mesures adéquates utilisées.

FigureIII-14 : Archivage de données

III.5. Etude de la rentabilité du projet


III.5.1. Evaluation technico-économique

 Calcul des pertes sur la distribution

L’évaluation des pertes au niveau de la distribution de l’énergie électrique sera donnée en


fonction de deux paramètres essentiels :

 Les pertes en END : le tableau I-4 nous renseigne sur les pertes en énergie non distribué au
niveau du réseau de distribution au Cameroun durant l’année 2018 [27]. Celles-ci étant
estimé à 25.684 MW. En prenant comme hypothèse du coût du kilowatt à 80 FCFA on peut
estimer les pertes à :
Pertes END = 25 684 * 1000 * 80 = 2 054 720 000 FCFA (deux milliards cinquante-quatre
million sept cent vingt mille).
Avec une augmentation estimée à 22,3% [27], les pertes concernant l’année 2019 peuvent être
évalués à au moins 2 512 922 560 FCFA (deux milliards cinq cent douze million neuf cent
vingt-deux mille cinq cent soixante).
Ces montant représentent des pertes énormes pour le distributeur d’énergie au Cameroun.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 81


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

 Les fraudes : aux pertes en END la fraude électrique vient s’ajouter et estimé en 2018 à
près de 200MW pour le montant estimé à au moins 16 000 000 FCFA (seize millions).

Année 2018
Pertes Montants (FCFA)
END 2 054 720 000
Fraudes 16 000 000
Total 2 070 720 000

Tableau III-3 : Total pertes 2018

 Solution envisagées par le distributeur

Comme mesure prise par le distributeur pour pallier dans un premier temps aux problèmes
rencontrés sur les lignes de distribution, nous retenons le renforcement des lignes par le
changement des supports bois par des supports béton pour diminuer le nombre de chute de
supports.

En effet, c’est un montant estimé à 59% de 37,53 milliards qui sont déboursés pour ce
projet en 2018 pour une période d’exécution allant jusqu’à 5ans [27].

Sachant que les chutes de poteaux ne représentent que 7% des problèmes menant aux
pertes en END et à la mauvaise qualité de service nous considérons cette manœuvre coûteuse
par rapport aux attentes et objectifs fixés.

III.5.2. APPORT DU PROJET

Lorsqu’une infrastructure d’automation SCADA est correctement conçue, elle permet :

 Mieux répondre aux questions opérationnelles ;


 Faire plus, faire mieux et à moindre coût ;
 Accroitre la disponibilité et le cycle de vie des équipements ;
 Améliorer les performances et réduire les coûts de maintenance de leurs équipements ;
 Etc…

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 82


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

SCADA Expert
MISE EN
FONCTIONNALITES IMPACTS APPORTS
OEURVRE
*Intégration simplifiée des logiciels
COMPATIBILITE AVEC LES Plate forme pour la
et pilotes; Effective
SYSTEMES D'EXPLOITATION conception des SCADA
*Prise en main facile.
*Données en temps ;
*Etat des équipements en
IHM Visibilité du système Effective
temps réel ;
*Ingénieurie simplifiée
Téléconduite du processus de
CONTRÔLE-COMMANDE A *Organes télécommandés
distribution et amélioration de la Effective
DISTANCE *Maintenance prédictive
maintenance
*Support technique de
*Archivage des données
COLLECTE ET TRAITEMENT qualité
*Visualisation des tendances à long Effective
DES DONNEES *Amélioration de la gestion
terme
des données
AUTOMATISATION DES
Réseau SCADA distribué Innovation Effective
PROCESSUS
DETECTION RAPIDE DES
Réduction des temps d'arrets Déclenchement des alarmes Effective
DEFAUTS
*les SCADA basé sur
*Vulnérabilité des cyber attaques; TCP/IP jouissent de pare feu
SECURITE SENSIBLE *Accès non autorisé *empecher les modifications Non effective
*les virus informatiques non autorisés des
applications

Tableau III-4 : Récapitulatif sur l’apport du projet


Le système SCAD A expert permet d’améliorer de 50% l’efficacité de la distribution électrique
réduisant ainsi les pertes en END, réduit de 70% les temps de coupure qui se reflète sur la
diminution des SAIDI, et enfin optimise la maintenance de 24%. A cet effet, le système offre
donc une application fiable, robuste et disponible.

III.6. Conclusion

En définitive, ce chapitre présente les différents résultats de nos simulations. En plus nous
avons ressorti des analyses dénonçant une mauvaise stratégie dans le suivi de la distribution
d’énergie au Cameroun. En sortant de ce chapitre, nous présentons notre système dans son
aspect robuste pour la résolution de notre problématique.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 83


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

CONCLUSION GENERALE

Au terme de notre travail, nous pouvons dire que dans cet avant-projet, il a tout d’abord
été question d’effectuer une analyse du réseau de distribution HTA dans le cadre de la continuité
de service. En effet notre corridor était dotée d’aucun système de supervision à temps réel. Ce
qui rendait le suivi de la distribution d’énergie difficile.
En effet, la modernisation de ce corridor à partir d’un système SCADA Expert intégrant
un automate de grande capacité tel que le M580 de Schneider Electric a permis des mettre en
place un ensemble d’interface de contrôle-commande pour une amélioration de la gestion de
notre réseau. L’intégration de ce nouveau système aura beaucoup d’avantage vu qu’il permettra
de gagner en temps et de faire l’acquisition d’informations justes et en temps réel. La
modernisation de notre système de supervision va permettre de piloter en temps réel
l’installation.
Il en ressort que notre contribution présente toutefois des limites tels que l’architecture des
postes qui doit être optimisé pour que notre système puisse gérer un grand nombre de
consommateurs. De plus, la sécurité de notre SCADA n’a pas été pris en compte dans ce travail,
ce qui le rend vulnérable aux cyber attaques. Ceci pouvant faire l’objet d’un autre projet
d’étude.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 84


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

RÉFÉRENCES
[1] ENEO CAMEROON S.A., http://bienvenueneo.com, août 2015.
[2] M. Boudour ; A. Hellal « Réseaux électrique, fondamentaux et concepts de base »2010

[3] E. Gain. Réseaux de distribution - conception et dimensionnement. Technical report,


Techniques de l’Ingénieur, 1993.
[4] M.C. Alvarez-Hérault. Architectures des réseaux de distribution du futur en présence de
production décentralisée. PhD thesis, Institut polytechnique de Grenoble, 2009.
[5] M. Virlogeux, « Systèmes De Téléconduite Des Postes Electriques », Technique De
L’ingénieur, d4850, pages 1-11, 1999
[6] ARSEL_Rapport_annuel_2016.pdf
[7] P. Carrive. Réseaux de distribution - structure et planification. Technical report, Techniques
de l’Ingénieur, 1991.
[8] Mr A Adnane ; protection réseau électrique, (école technique de Blida).
[9] Mémoire magistère « stratégie de la conduite d’organe du réseau électrique MT-DDSDE de
Bejaïa » université de Bejaia.
[10] www.schneiderelectric.com/documents/technicalpublications/fr/électrotechnique/reseaux
-électriques/haute-tension-plus-1KV/ct155.pdf.
[11] Thèse_bogdan_enacheanu « Outils d’aide à la conduite pour les opérateurs des réseaux de
distribution » pdf.
[12] M. Fontela, C. Andrieu, S. Bacha, N. Hadjsaid, Y. Besanger, “Distributed Generation as
a means to increase system robustness”, Delivrable D 1.4, CRISP, 2004.
[13] J. G. Harry, “The Irwin Handbook of Telecommunications”, Fourth Edition, Ed. McGraw
Hill, 2000.
[14] B. Naduvathuparambil et al,“Communication Delays in Wide Area Measurement Systems”,
Proceedings of the Thirty-Fourth Southeastern Symposium on System Theory, 18-19 March
2002, Pages: 118 – 122.
[15] D.J. Marihart “Communications Technology Guidelines for EMS/SCADA Systems”, IEEE
Transactions on Power Delivery, Vol.16, No.2, April 2000.
[16] “Postes à haute tension”, Techniques de l’ingénieur, D 4600.
[17] “Postes à moyenne tension”, Techniques de l’ingénieur, D 4600.
[18] “Réseaux de distribution. Conception et dimensionnement”, Techniques de l’ingénieur, D
4220.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 85


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

[19] EDF,Centre de normalisation,Mars 2001.“Interrupteurs aériens de type 3 télécommandés”,


Spécifications techniques, HN 64-S-46.
[20] EDF, Centre de normalisation, Octobre 2003. “Armoire de coupure de réseau souterrain
HTA”, Spécifications techniques, HN 64-S-49.
[21] M. M. Nordman, M. Lehtonen, “Distributed Agent-Based State Estimation for Electrical
Distribution Networks,” IEEE Transaction on Power Systems, vol. 20, no. 2, pp. 652–658, May,
2005.
[22] GOUIN_2015_archive. pdf
[23] M. Oddi. Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension -
principes. Technical report, Techniques de l’Ingénieur, 2001.
[24] M. Oddi. Plan de protection des réseaux de distribution publique à moyenne tension - mise
en œuvre. Technical report, Techniques de l’Ingénieur, 2011.
[25] M. MBEY Camille « cours complet sur la distribution de l’énergie ». pdf
[26] M. MBEY Camille « cours transport et distribution de l’énergie ». pdf
[27] Rapport_eneo_année_2018 pdf
[28] Mémoire de fin d’étude de l’université Abderahmane MIRA-BEJAIA ; M. KETAM Smail
et M. BOUGUECHTOULI Taha « Stratégie de la téléconduite d’organes du réseau électrique
MT-DD-SDE de Bejaïa » pdf
[29] Thèse Doctorale de l’université de Lorraine ; M. Moulaye A.A NDIAYE « Evolution de
performance d’architecture de contrôle-commande en réseau dans un contexte incertain
d’avant-garde »
[30] Felser, M., 2005. Real-time ethernet-industry prospective. Proceedings of the IEEE,
93(6), pp. 1118-1129.
[31] Jasperneite, J. & Neumann, P., 2001. Performance evaluation of switched ethernet in
realtime applications. Fourth international conference on Fieldbus systems and their
applications, pp. 144-151.
[32] Lee, K.-C. & Lee, S., 2002. Performance evaluation of switched Ethernet for real-time
industrial communications. Computer standards & interfaces, 24(5), pp. 411 - 423.
[33] Scholten, B., 2007. Integrating ISA-88 and ISA-95, Rosmalen: Ordina ISA-95 & MES
competence centre.
[34] Walsh, G., Ye, H. & BushNell, L., 2001. Stability analysis of networked control systems.
Control Systems Technology, IEEE Transactions, 10(3), pp. 438-446.

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 86


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

ANNEXES

ANNEXE 1

Figure 1 : Principe de calcul des indices de sûreté

Avec : τdef : taux de défaillance (en nombre de défaillance / an / km)


Lsection(k) : longueur de la section k (en km)
Nclients(k) : nombre de clients basse tension de la section j, chaque consommateur moyenne
tension étant considéré comme un seul client
Nclientsdépart : nombre de clients basse tension du départ, chaque consommateur moyenne
tension étant considéré comme un seul client
T1 : temps d’isolation du défaut (en heure)
T2 : temps de réparation du défaut (en heure)
Pmoyendépart : puissance moyenne du départ (en MW)
Pmoyen(k) : puissance moyenne de la section k (en MW)

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 87


CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DU CONTROLE-COMMANDE DU RESEAU HTA/BT DE
LA VILLE DE DOUALA A L’AIDE DU SCADA EXPERT : CAS DU CORRIDOR BASSA-MALANGUE

ANNEXE 2

Figure 2: Représentation graphique du DFB

MBAGA MOUKOKO Georges L. ENSET 2019/2020 88