Vous êtes sur la page 1sur 13

J. Rech. Sci. Univ.

Lomé (Togo), 20(2) : 53-65

PROTECTION DE LA CULTURE DE MAÏS CONTRE SPODOPTERA


FRUGIPERDA AVEC LES INSECTICIDES PLANTNEEM, LAMBDACE
25 EC ET VIPER 46 EC ET REDUCTION DE PERTES DE RENDEMENT
AU BENIN
PROTECTION OF MAIZE CROP AGAINST SPODOPTERA FRUGIPERDA WITH
INSECTICIDES PLANTNEEM, LAMBDACE 25 EC AND VIPER 46 EC AND YIELD
LOSS REDUCTION IN BENIN

ADEYE A. T.1, SIKIROU R.1*, BOUKARI S.1, ABOUDOU M.1, AMAGNIDE G. Y. G.


A.2, IDRISSOU B. S.1, IDRISSOU-TOURE M.1, ZOCLI B.1
1- Laboratoire de Défense des Cultures (LDC), Centre de Recherches Agricoles de Agonkanmey
(CRA-A), Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB),
01 B.P. 884 Cotonou, Bénin. Tél. 00 229 97 88 26 20.
2- Programme Information Scientifique et Biométrique (PISB), Centre de Recherches Agricoles de
Agonkanmey (CRA-A), Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB),
01 B.P. 884 Cotonou, Bénin.
(*) Auteur correspondant : rachidatous@yahoo.fr

(Reçu le 22 Mars 2018 ; Révisé le 14 Juin 2018 ; Accepté le 28 Juin 2018)

RESUME

Spodoptera frugiperda est un lépidoptère exotique qui occasionne d’énormes dégâts à la


culture du maïs au Bénin. L’expérimentation a pour objectif de tester l’efficacité de
PlantNeem (Azadirachtine et nimbidine) et des insecticides chimiques Lambdace 25 EC
(15 g.l-1 Lambda cyhalothrine + 10 g.l-1 Acétamipride) et Viper 46 EC (Indoxacarbe 30
g.l-1 + Acétamipride 16 g.l-1). Elle a été réalisée en station et en milieu paysan. Le
dispositif expérimental utilisé était des blocs aléatoires complets avec quatre répétitions
et cinq traitements. Les traitements étaient i- parcelles non traitées, ii- parcelles traitées
avec 1 l.ha-1 de Lambdace 25 EC, iii- parcelles traitées avec 1 l.ha-1 de Viper 46 EC, iv-
parcelles traitées avec 3 l.ha-1 de PlantNeem et v- parcelles traitées avec 4,5 l.ha-1 de
PlantNeem. Les résultats ont montré que Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 et PlantNeem
à la doses de 4,5 l.ha-1 ont induit un meilleur contrôle des populations de S. frugiperda,
ont maintenu plus bas la sévérité et l’incidence des attaques du ravageur et ont montré
les faibles taux d’épis perforés. La réduction de perte en rendement a varié entre 50,0%
et 59,5% pour le produit Viper 46 EC et entre 42,8% et 57,0% pour le produit
PlantNeem. Les produits Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 et PlantNeem à la dose 4,5
l.ha-1 peuvent protéger efficacement la culture du maïs contre S. frugiperda.

Mots clés : Spodoptera frugiperda, Huile de neem, Lambda cyhalothrine, Acétamipride,


Indoxacarbe, Bénin.

ABSTRACT

Spodoptera frugiperda is a exotic lepidoptera that causes enormous damage to maize


crop in Benin. The objective of the experiment is tested the efficiency of PlantNeem
(Azadirachtine and nimbidine) and chemical insecticides Lambdace 25 EC and Viper 46
EC. The experiment has been tested in the station and on farm. The experimental design
was a completely randomized blocks with four replications and five treatments.
Treatments were i-untreated plots, ii- plots treated with 1 l.h-1a of Lambdace 25 EC, iii-
plots treated with 1 l.ha-1 of Viper 46 EC, iv- plots treated with 3 l.ha-1 of Neemoil and
v- plots treated with 4.5 l.ha-1 of Neem oil. The results showed that Viper 46 EC at
1 l.ha and Neem oil at doses of 4.5 l.ha-1 induced better control of S. frugiperda
populations, better reduction of the pest attack incidence and severity and lower

53
ADEYE A. T. & al.

percentage of perforated cobs. The insecticides Viper 46 EC and Neem oil reduced the
yield loss by 50% and 59.5% and by 42.8% and 57.0% respectively. Viper 46 EC at
doses of 1 l.ha-1 and PlantNeem at doses of 4.5 l.ha-1 can effectively protect maize
against S. frugiperda.

Key words: Spodoptera frugiperda, Neem oil, Lambda cyhalothrin, Acetamiprid,


Indoxacarb, Benin.

1. INTRODUCTION végétales. En dehors du maïs, sa plante hôte


préférée, ses chenilles occasionnent
d’importantes pertes de rendement dans les
L e maïs (Zea mays) est la principale
ressource alimentaire dans les régions
tropicales et subtropicales [1]. Il joue un rôle
champs de canne à sucre, de riz, de sorgho, de
l’arachide, de soja, du cotonnier [7]. Il possède
capital pour la sécurité alimentaire et le bien- un grand potentiel de dispersion [8], [9]. S.
être économique de plus de 200 millions de frugiperda est originaire de l’Amérique Sud. Il
personnes en Afrique Sud-Saharienne [2]. La a été signalé pour la première fois en Afrique
production du maïs occupe une superficie de 33 en 2016 [10], où ces chenilles causent des
millions d’hectares, soit 16,5% des terres dommages importants aux cultures de maïs.
cultivées [3]. Sur le plan régional, les superficies des champs
de maïs attaquées peuvent atteindre 39.540.160
Au Bénin, le maïs est la première denrée de ha de maïs conduisant à une perte probable de
base pour la plupart de la population du pays. 41.517.168 tonnes, soit 30% de la production
Sa production est passée de 842.626 tonnes en [8]. Les pertes de rendement infligées par les
2004 à 1.354.344 tonnes en 2014 soit un attaques de S. frugiperda ont atteint 32% aux
accroissement de 60% en dix ans. Pendant la Etats-Unis [11] et variées entre 45% et 60% en
même période les superficies de production Nicaragua [12]. En cas d’attaques sévères,
sont passées de 714.155 ha à 968030 ha [3]. Il surtout sur les jeunes plants, les pertes sont
est produit sur plus de 2/3 de la superficie totales [8].
totale consacrée aux céréales [4]. La culture du
maïs contribue à plus de 100 milliards de La présence de S. frugiperda a été signalée au
francs CFA au PIB (Produit Intérieur Brut) du Bénin en avril 2016 [10], avec une
Bénin et environ 40% à la création de la recrudescence des attaques dans les champs de
richesse nationale [5]. maïs sur toute l’étendue du territoire. Pour
garantir la sécurité alimentaire au Bénin, il est
Bien qu’étant cultivé en quantités non nécessaire de développer des mesures de lutte
négligeables, la productivité du maïs reste contre ce ravageur. Au Bénin, aucun
encore faible en milieu réel. En effet, certains insecticide n’est encore spécifiquement
producteurs continuent d’avoir des rendements recommandé pour la protection du maïs contre
inférieurs à 0,5 t/ha contre un rendement ce ravageur. Pour répondre à cette nécessité,
potentiel de 3 à 5 t/ha [6]. Ces faibles cette étude se propose i) de tester l’efficacité de
rendements résultent de l’action combinée de l’insecticide botanique à base l’huile de neem
plusieurs facteurs que sont les stress abiotiques et des insecticides chimiques à base de Lambda
et biotiques liés non seulement aux maladies cyhalothrine-Acétamipride 25 EC et
mais surtout aux ravageurs. Les insectes Indoxacarbe-Acétamipride 46 EC contre S.
constituent les nuisibles les plus frugiperda et ii) d’évaluer les réductions de
économiquement importants en culture de pertes de rendement en culture de maïs.
maïs. Ceux occasionnent de lourdes pertes à la
culture du maïs au Bénin sont les lépidoptères 2. MATERIELS ET METHODES
dont le plus dommageable est Spodoptera 2.1. Site d’expérimental
frugiperda. Le papillon S. frugiperda dont la Les essais ont été conduits en station sur le site
chenille est dénommée chenille légionnaire expérimental du Laboratoire de Défense des
d’automne est un ravageur redoutable, très Cultures (LDC) de l’Institut National des
polyphage qui attaque plus de 80 espèces Recherches Agricoles de Bénin (INRAB) situé
54
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

dans la commune d’Abomey Calavi et en kg.ha-1. Deux sarclages ont été réalisés dans le
milieu paysan dans la commune de Zè. Ces cadre de l’entretien des parcelles
essais se sont déroulés en petite saison des expérimentales.
pluies (mi-septembre 2016 à mi-janvier 2017). La bouillie de PlantNeem a été appliquée à 250
l.ha-1. Elle a été obtenue en mélangeant 600 g
2.2. Produits testés de savon traditionnel «Kôtô» préalablement
Les produits testés au cours de la présente dilué dans 2 l d’eau (pour favoriser l’adhésion
expérimentation étaient un insecticide du produit) au volume de PlantNeem testé et
botanique, appelé PlantNeem de formulation ajusté à 250 l d’eau. Les insecticides chimiques
liquide, constitué essentiellement d’PlantNeem de synthèse ont été aussi appliqués à raison de
(huile des graines de Azadirachta indica) et 250 l.ha-1.
deux insecticides chimiques de synthèse, Tous les produits étaient appliqués les soirs
Lambdace 25 EC (15 g.l-1 Lambda- avec une fréquence de sept jours dès
cyhalothrine et 10 g.l-1 Acétamipride) et Viper l’apparition de la première génération des
46 EC (30 g.l-1 Indoxacarbe et 16 g.l-1 chenilles dans les parcelles expérimentales (15
Acétamipride). jours après semis). Au total six applications ont
été réalisées sur chaque site. L’application des
2.3. Dispositif expérimental et mise en produits était effectuée avec un pulvérisateur
place des essais manuel à pression entretenue.
Le dispositif expérimental utilisé était les blocs
aléatoires complets avec quatre répétitions et 2.4. Paramètres mesurés et données
cinq traitements (i- parcelles témoin non collectées
traitées, ii- parcelles traitées avec Lambdace 25 La dynamique de la population de Spodoptera
EC à la dose de 1 l.ha-1, iii- parcelles traitées frugiperda dans les parcelles expérimentales a
avec Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1, iv- été évaluée par dénombrement des chenilles.
parcelles traitées avec PlantNeem à la dose de L’incidence des attaques de S. frugiperda dans
3 l.ha-1 et v- parcelles traitées avec PlantNeem les parcelles expérimentales, a été évaluée par
à la dose de 4,5 l.ha-1). le rapport entre les plants présentant les
symptômes d’attaque de la chenille sur le
En station, les parcelles élémentaires avaient nombre total de plants échantillonnés.
une superficie de 20 m² (5 m x 4 m) et étaient
distantes de 1 m. Chaque parcelle élémentaire La sévérité des dégâts de S. frugiperda a été
était constituée de six lignes de semis de 5 m déterminée comme les niveaux de dommages
de long. Les écartements étaient 0,8 m entre causés par les chenilles aux plants de maïs
lignes et 0,4 m entre poquets. suivant l’échelle ci-après:
0- plant non attaqué;
En milieu paysan, les parcelles élémentaires 1- plant présentant des perforations
avaient une superficie de 100 m² (25 m x 4 m) superficielles sous forme de fenêtre;
et étaient séparées l’une de l’autre de 1,5 m. 2- plant présentant de larges perforations;
Chaque parcelle élémentaire était constituée de 3- plant présentant un cœur/inflorescence
cinq lignes de 25 m de long, avec 1 m sévèrement attaqué;
d’écartement entre ligne et 0,8 m entre poquets. 4- plant complètement déformé ou détruit.
Le rendement a été évalué à 95 JAS par peser
Sur les deux sites, la variété de maïs EVDT 97 de la quantité de grain de maïs sec obtenue
STRW de 90 jours de cycle [13], [14] a été après la récolte. La réduction de perte de
utilisée. Le maïs a été semé à trois grains par rendement induit par l’application de chaque
poquet et démarié à deux plants, deux semaines insecticide a été déterminée comme suit :
après semis. Sur les deux sites, les parcelles ont R_rdt (en %) =
( _ – _ ) ×
été fumées avec le NPK et l’urée _
respectivement à la dose de 150 kg.ha-1 et 100 R_rdt : Réduction de perte de rendement ;

55
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
ADEYE A. T. & al.

Rdt_T : Rendement moyen en absence de moyennes ajustées ont été estimées en utilisant
protection phytosanitaire ; la fonction lsmeans [18]. Afin de séparer l’effet
Rdt_P : Rendement moyen induit par le produit des différents insecticides sur le rendement en
de protection de plante. maïs, les structurations de moyennes ont été
faites avec le test de Tukey au seuil de 5%.
Aucune donnée n’a été collectée sur les plants
des lignes de bordures des parcelles. Les 3. RESULTATS
données ont été collectées de façon aléatoire
par parcelles sur 20 plants à une fréquence de 3.1. Effet des insecticides sur la dynamique
sept jours à la veille de l’application des de S. frugiperda en culture de maïs
insecticides. Les résultats ont révélé que quel que soit le
milieu considéré (station et milieu paysan), des
2.5. Analyses statistiques différences significatives (P < 0,05) entre
Les analyses statistiques ont été réalisées dans insecticides et une tendance à la diminution de
l’environnement statistique R version 3.4.1 la population des chenilles de S. frugiperda
[15]. Le modèle linéaire à effets mixtes de [16] étaient globalement observées. En station, les
avec comme facteurs fixes les produits de insecticides qui ont induit un meilleur contrôle
protection (insecticides) et comme facteur de la population des chenilles étaient aléatoires
aléatoire les blocs a été réalisé sur le nombre de dans le temps (Figure 1a) alors qu’en milieu
chenilles, l’incidence des attaques, la sévérité paysan, les meilleurs contrôles de la population
des dégâts de S. frugiperda et le poids des des chenilles étaient observés au niveau des
récoltes. parcelles traitées avec Viper 46 EC et
Les modèles linéaires à effets mixtes ont été PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 (Figure 1b).
ajustés en utilisant la fonction lme [17]. Les

Figure 2. Dynamique de la population des chenilles de S. frugiperda dans les cultures de maïs en
station (a) et en milieu paysan (b)
T0 : Témoin non traité, T1 : Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1, T2 : Viper 46 EC à la dose de 1
l.ha-1, T3 : PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1, T4 : PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1,
* : significativité au seuil de 5%. Les barres représentent les erreurs standards.

56
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

3.2. Effet des insecticides sur l’incidence culture de maïs. Toutefois, l’effet des
des attaques de S. frugiperda en culture de insecticides tendait à être significatif (P =
maïs 0,077) en milieu paysan. Dans ce milieu,
l’interaction insecticides et temps de mesure
En station comme en milieu paysan, le temps était significative (P < 0,05), révélant que les
était le principal facteur qui a induit un effet insecticides ont une influence sur l’incidence
significatif (P < 0,05) dans l’incidence des des attaques de S. frugiperda dans le temps et
attaques des chenilles de S. frugiperda en vice-versa (Tableau 1).

Tableau 1. Effets des insecticides et du temps sur l’incidence d’attaques


de S. frugiperda en culture de maïs

Station Milieu paysan


Source de Variation
F P (> F) F P (> F)
Insecticides 1,36 0,250 12,93 0,077
Temps 86,55 0,000 570,55 0,000
Insecticides × Temps 1,75 0,144 5,44 0,000

En station (Figure 2a), bien que les tendances l.ha-1 et 4,5 l.ha-1.
évolutives de l’incidence des attaques des
chenilles de S. frugiperda en culture de maïs en En milieu paysan (Figure 2b), les tendances
fonction des différents insecticides aient évolutives de l’incidence des attaques des
montré des allures globalement décroissantes, chenilles ont été également croissantes dans les
celles des parcelles témoins et des parcelles parcelles témoins et celles traitées avec
traitées avec Lambdace 25 EC ont montré une Lambdace 25 EC avec des taux moyens
incidence moyenne des attaques plus élevée. respectifs de 77% et 75%. Au niveau des
Les incidences moyennes des attaques de S. parcelles traitées avec Viper 46 EC et celles
frugiperda dans les parcelles témoins et celles traitées avec PlantNeem aux doses de 3 l.ha-1 et
traitées avec Lambdace 25 EC étaient 4,5 l.ha-1, les tendances évolutives des attaques
respectivement 64% et 67%. Elles étaient par ont été décroissantes avec respectivement des
contre respectivement 29%, 43% et 39% dans incidences moyennes d’attaques de 32%, 48%
les parcelles traitées avec Viper 46 EC et dans et 35%.
celles traitées avec PlantNeem aux doses de 3

57
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
ADEYE A. T. & al.

100

100
(a) (b)

Incidence des attaques (%)


Incidence des attaques (%)

80

80
60

60
40

40
T0 T0
T1 T1

20
20

T2 T2
T3 T3
T4 T4
0

0
15 22 29 36 43 50 15 22 29 36 43 50

Jours après semis Jours après semis

Figure 2. Evolution de l’incidence des attaques de S. frugiperda dans les cultures de maïs en (a)
station et (b) en milieu paysan
T0 : Témoin non traité, T1 : Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1, T2 : Viper 46 EC à la dose de 1
l.ha-1, T3 : PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1, T4 : PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1.

3.3. Effet des insecticides sur la sévérité des paysan). Par ailleurs, les interactions entre
dégâts de S. frugiperda en culture de maïs insecticides et temps étaient significatives (P <
0,05) en milieu paysan, révélant que dans ce
L’analyse des résultats a révélé que les milieu, les différences de la sévérité des dégâts
insecticides et le temps ont induit des effets de S. frugiperda en culture de maïs observées
significatifs (P < 0,05) sur la sévérité des entre insecticides dépendaient du temps et vice-
dégâts de S. frugiperda en culture de maïs quel versa (Tableau 2).
que soit le milieu considéré (station et milieu

Tableau 2. Effets des insecticides et du temps sur la sévérité des dégâts


de S. frugiperda en culture de maïs

Station Milieu paysan


Source de Variation
F P (>F) F P (>F)
Insecticides 12,17 0,000 13,05 0,000
Temps 124,03 0,000 358,94 0,000
Insecticides × Temps 1,84 0,119 16,44 0,000

La sévérité des dégâts de S. frugiperda en EC (entre 36% et 5%). Les dégâts les moins
culture de maïs selon les différents insecticides sévères étaient observés au niveau des parcelles
ont montré une tendance évolutive globalement traitées avec Viper 46 EC (entre 24% et 2%),
décroissante du 22ème JAS au 50ème JAS. Quel au niveau de celles traitées avec PlantNeem à
que soit le milieu considéré, les dégâts de S. la dose de 3 l.ha-1 (entre 16% et 4%) et au
frugiperda les plus sévères étaient observés au niveau de celles traitées avec PlantNeem à la
niveau des parcelles témoins non traités (entre dose de 4,5 l.ha-1 (entre 17% et 1%) (Figure 3).
52% et 9%) et celles traitées avec Lambdace 25

58
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

60

60
(a) T0 (b) T0
T1 T1
Sévérité des dégâts (%)

Sévérité des dégâts (%)


48

48
T2 T2
T3 T3
T4 T4
36

36
24

24
12

12
0

0
15 22 29 36 43 50 15 22 29 36 43 50

Jours après semis Jours après semis

Figure 3. Evolution de la sévérité des dégâts de S. frugiperda dans les cultures de maïs en (a)
station et (b) milieu paysan.
T0 : Témoin non traité, T1 : Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1, T2 : Viper 46 EC à la dose de 1
l.ha-1, T3 : PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1, T4 : PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1.

3.4. Effet des insecticides sur l’état différents traitements (P = 0,000) pour les épis
sanitaire des épis de maïs à la récolte perforés. Le pourcentage d’épis perforés était
Le pourcentage moyen des épis perforés significativement élevé (81%) dans les
récoltés en station, n’a montré aucune parcelles non traitées et celles traitées avec
différence significative entre les parcelles (P > Lambdace 25 EC mais faible dans les parcelles
0,05). Ce pourcentage a varié entre 29% et traitées avec Viper 46 EC et PlantNeem aux
42% dans les parcelles traitées contre 45% dans doses de 3 l.ha-1 et 4,5 l.ha-1 (avec des
les parcelles non traitées (Figure 4a). pourcentages moyens variant entre 21% et
Par contre en milieu paysan, une différence 29%) (Figure 4b).
hautement significative a été observée entre les

59
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
ADEYE A. T. & al.

(a) (b)
100 100

80 80

Epis perforés (%)


Epis perforés (%)

60 60

40 40

20 20

0 0
To T1 T2 T3 T4 To T1 T2 T3 T4
Traitements Traitements

Figure 4. Pourcentage moyen d’épis perforés dans les différents traitements


en station (a) et en milieu paysan (b)

T0 : Témoin non traité, T1 : Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1, T2 : Viper 46 EC à la dose de 1


l.ha-1, T3 : PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1, T4 : PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1.

3.5. Effet des insecticides sur le rendement EC (4057 kg.ha-1 et 3091 kg.ha-1) et celles
du maïs traitées avec PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1
Les modèles linéaires à effets mixtes effectués (3960 kg.ha-1 et 2705 kg.ha-1) comparativement
sur les rendements de maïs en station n’ont aux parcelles témoins non traitées (2318 kg.ha-1
montré aucune différence significative entre les et 1545 kg.ha-1), celles traitées avec Lambdace
traitements (P = 0,083). Bien que non- 25 EC (2898 kg.ha-1 et 2125 kg.ha-1) et celles
significativement différents, les rendements traitées avec PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1
moyens de maïs en épis et en grain ont été plus (3043 kg.ha-1 et 2705 kg.ha-1) (Tableau 4).
élevés dans les parcelles traitées avec Viper 46

Tableau 4. Rendement de maïs en station

Rendement (kg.ha-1)
Insecticides
maïs épis maïs grains
Témoin non traité 2318,59a 1545,73a
Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1 2898,24ab 2125,38ab
Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 4057,54b 3091,46b
PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1 3043,15ab 212538ab
PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 3960,93ab 2705,02ab
Probabilité 0,083 0,083

Pour un même paramètre de rendement, les moyennes suivies de lettres différentes sont
significativement différentes suivant le test de Tukey au seuil de 5%.

60
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

Les modèles linéaires à effets mixtes portés sur et 1321 kg.ha-1). Des rendements
les rendements du maïs en milieu paysan ont intermédiaires ont été obtenus sur les parcelles
montré des différences hautement significatives traitées avec PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1
entre les traitements (P = 0,000). (1470 kg.ha-1 et 1119 kg.ha-1). Les plus faibles
Les meilleurs rendements de maïs en épis et en rendements ont été enregistrés au niveau des
grain ont été obtenus au niveau des parcelles parcelles témoins (888 kg.ha-1 et 567 kg.ha-1) et
traitées avec Viper 46 EC (1843 kg.ha-1 et 1403 celles traitées avec Lambdace 25 EC (813
kg.ha-1) suivies de celles traitées avec kg.ha-1 et 559 kg.ha-1) (Tableau 5).
PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 (1731 kg.ha-1

Tableau 5. Rendement de maïs en milieu paysan

Rendement (kg.ha-1)
Insecticides
maïs en épis maïs grain
Témoin non traité 888,17a 567,24a
Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1 813,54 a
559,77a
Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 1843,52 c
1403,17c
PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1 1470,34 b
1119,55b
PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 1731,57 bc
1321,07bc
Probabilité 0,000 0,000

Pour un même paramètre de rendement, les moyennes suivies de lettres différentes sont
significativement différentes suivant le test de Tukey au seuil de 5%.

3.6. Effet des insecticides sur la réduction rendement les plus élevées ont été également
de perte de rendement observées avec le produit Viper 46 EC à la
En station, le produit Viper 46 EC à la dose de dose de 1 l.ha-1 et PlantNeem à la doses de 4,5
1 l.ha-1 et PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha1 ont l.ha-1 avec respectivement des réductions de
respectivement induit des réductions de 50% et 59,5% et 57,0% de perte de rendement.
42,8% de perte de rendement. Les produits PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1 a induit une
PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1 et Lambdace 25 réduction de pertes de rendement de 27% alors
EC à la dose de 1 l.ha-1 ont réduit de 27% les que le Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1 n’a
pertes de rendement (Tableau 6). eu aucun effet sur le rendement (Tableau 7).
En milieu paysan, les réductions de pertes de

Tableau 6. Réduction de pertes de rendement induite par les insecticides en station

Rendement Réduction de perte de rendement


Insecticides
(kg.ha-1) (kg.ha -1) (%)
Témoin non traité 1545,73 - -
Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1 2125,38 579,65 27,27
Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 3091,46 1545,73 50
à la dose de 3 l.ha-1 2125,38 579,65 27,27
PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 2705,02 1159,29 42,85

61
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
ADEYE A. T. & al.

Tableau 7. Réduction de pertes de rendement induite par les insecticides en milieu paysan

Rendement Réduction de perte de rendement


Insecticides (kg.ha-1)
(kg.ha-1) (%)
Témoin non traité 567,24 - -
Lambdace 25 EC à la dose de 1 l.ha-1 559,77 - -
Viper 46 EC à la dose de 1 l.ha-1 1403,17 835,93 59,57
PlantNeem à la dose de 3 l.ha-1 1119,55 552,31 49,33
PlantNeem à la dose de 4,5 l.ha-1 1321,07 753,83 57,06

4. DISCUSSION contre les chenilles de Plutella xylostella et


Hellula undalis dans la culture de chou.
Nos résultats ont montré que l’infestation a été
plus élevée en milieu paysan qu’en station. L’insecticide Viper 46 EC composé
D’une façon générale, les résultats ont montré d’Indoxacarbe 30 g.l-1 et d’Acétamipride 16 g.l-
qu’en station comme en milieu paysan, la 1
a réduit significativement la population de S.
population des chenilles a chuté dans le temps frugiperda. Les travaux de [25] ont montré que
non seulement dans les parcelles traitées mais l’indoxacarbe a réduit la population des
aussi dans les témoins non traitées. Cette chute chenilles de Spodoptera litura. Les mêmes
a été notée dans les parcelles traitées avant la auteurs ont démontré l’efficacité du produit par
floraison des plants de maïs et dans les la mortalité des chenilles et la limitation des
parcelles témoins non traitées bien après la dégâts sur les différents organes (feuilles,
floraison. La chute de la population des fleurs, épis) du maïs. L’insecticide Viper 46 EC
chenilles dans les parcelles non traitées se testé par [26] en culture de tomate a réduit la
justifie d’une part par leur entrée en proportion des fruits de tomate perforés par H.
chrysalidation et d’autre part par la disparition armigera de plus de 70%. Les études de [27]
des cornets où se logeaient les chenilles qui ont conduites sur la susceptibilité de la chenille
laissé place aux fleurs de maïs. La chute de la légionnaire d’automne à plusieurs insecticides
population des chenilles avant la floraison dans y compris Indoxacarbe 30% a montré que ce
les parcelles traitées avec PlantNeem et Viper dernier a induit plus de 80% de mortalité
46 EC montre que ces produits ont agi pendant 96 heures. L’application des produits
efficacement sur les chenilles de S. frugiperda. PlantNeem et Viper 46 EC dans les parcelles
Nos résultats confirment ceux de [19]qui ont de maïs ont également réduit de façon
montré que l’huile de neem réduit la longévité significative l’incidence et la sévérité des
et la fécondité chez les papillons. La référence dégâts des chenilles de S. frugiperda et
[20] a révélé l’efficacité de l’extrait des graines amélioré l’état sanitaire des épis et le
de neem contre Spodoptera littoralis, un rendement en grains de maïs. Tout ceci
lépidoptère de même genre que S. frugiperda. confirme l’efficacité des produits Viper 46 EC
La réduction de la population de Helicoverpa à la dose de 1 l.ha-1 et PlantNeem surtout à la
armigera par l’huile de neem en culture de dose de 4,5 l.ha-1.
tomate a été rapportée par [21]. Les travaux de
[22] ont montré que l’huile de neem a réduit la Pour l’incidence des attaques, la sévérité des
population des chenilles de maruca vitrata en dégâts et la population moyenne des chenilles,
culture de Niébé. En culture de coton, [23] a les résultats ont montré que les valeurs les plus
rapporté l’efficacité de l’extrait de Neem (Top élevées ont été enregistrées dans les parcelles
bio) sur Helicoverpa armigera. En dehors de témoins non traitées et les parcelles traitées
l’huile de neem, [24] ont rapporté que l’extrait avec le produit Lambdace 25 EC à la dose de 1
aqueux des feuilles de neem a été efficace l.ha-1. De plus entre ces deux parcelles, aucune
62
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

différence significative n’a été obtenue pour des parcelles traitées avec l’insecticide
tous les paramètres. Cela suppose que ce Lambdace 25 EC et les parcelles témoins non
produit Lambdace 25 EC composé traitées. Ces résultats ont montré que les
d’Acétamipride et de Lambda cyhalothrine a insecticides Viper 46 EC et PlantNeem à la
été donc inefficace sur les chenilles de S. dose de 4,5 l.ha-1 ont impacté positivement la
frugiperda. Cependant [27]ont reporté que le production de maïs suite à la réduction de la
produit Warrior formulé à base de Cyhalotrine population de S. frugiperda.
(11,4%) qui est proche de Lambda cyhalothrine
a éliminé plus de 80% des larves de S. 5. CONCLUSION
frugiperda dans l’intervalle de 4 jours.
Au regard des résultats obtenus, nous pouvons
conclure que les chenilles les insecticides Viper
La référence [26] a montré que le produit
46 EC à base de Indoxacarbe et de
Lambdace 25 EC composé d’Acétamipride et
Acétamipride à la dose de 1 l.ha-1 et PlantNeem
de Lambda cyhalothrine avait été plus efficace
à base de Azadirachtine et Nimbidine à la dose
contre la mouche blanche et les pucerons que
de 4,5 l.ha-1 ont été efficaces contre la chenille
les chenilles de H. armigera. Des résultats
légionnaire d’automne avec respectivement un
similaires avaient été rapportés par [28] qui ont
gain en rendement de l’ordre de 59 % et 57%
montré la faible efficacité du Lambdace 25 EC
en cas d’infestation moyenne et de l’ordre de
dans la gestion intégrée de H. armigera.
50% et 43% en cas de forte infestation après
leur application en culture de maïs au Sud-
Les rendements des parcelles traitées avec les
Bénin.
produits Viper 46 EC et PlantNeem à la dose
de 4,5 l.ha-1 étaient nettement supérieurs à ceux

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

H. A. N'da, L. Akanvou, et C. K. Kouakou, ajoutée de maïs”. Rapport de consultation


“Gestion locale de la diversité variétale du maïs ProCGRN/GTZ, DPP/MAEP, Bénin, 2011.
(Zea mays L.) violet par les Tagouana au
Centre-Nord de la Cote d'Ivoire”. International A. Azontonde, F. A. G., Hazoumé, C.,
Journal of Biological and Chemical Sciences, Gnagassi, et G. Kpagbin, “Impact d'une plante
pp. 2058-2068, 2013. de couverture (Mucuna pruriens) sur la
productivité du maïs et les propriétés d'un sol
H. Macauley, et T. Ramadjita, “Les cultures ferralitique du Sud- Bénin”, Bulletin de la
céréalières : riz, maïs, millet, sorgho et blé”, Recherche Agronomique du Bénin, vol. 50, pp.
AfricaRice Center, Bénin, 2015. 47-56, 2005.

FAO, FAOSTAT, 2016. [Online] A. Casmuz, M. L. Juárez, M. G.Socías, Murúa,


http://Faostat.fao.org/download/Q/QC/E (15 S. Prieto, S.Medina, E. Willink, and G.
Aout 2017). Gastaminza, “Revisión de los hospederos del
gusano cogollero del maíz, Spodoptera
FAO, FAO Advisory on Fall Armyworm frugiperda (Lepidoptera: Noctuidae) ”, Revista
(FAW) in Africa, 2017 [Online] de la Sociedad Entomológica Argentina, vol.
http://www.fao.org/3/a-i7470e.pdf (2 Janvier 69, pp. 209-231, 2010.
2018).
I. Maiga, M. Ndiaye, S. Gagare, G. Oumarou,
D. Sohinto, et M. Aïna, “Analyse de la et S. Oumarou, “La chenille d’automne
rentabilité économique de 5 chaines de valeur Spodoptera frugiperda, nouveau ravageur du
63
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
ADEYE A. T. & al.

maïs en Afrique de l’Ouest, a atteint le Niger”, J. C. Pinheiro, and D. M. Bates, “Linear


Centre Régional AGRHYMET, 2017. Mixed-Effects Models: Basic Concepts and
Examples. In: Mixed-Effects Models in S and
B. M. Prasanna, J. E. Huesing, R., Eddy, and S-PLUS”, Springer, New York, NY, 2000. doi:
V. M. “Peschke, Fall Armyworm in Africa : A https://doi.org/10.1007/0-387-22747-4_1
Guide for Integrated Pest Management”,
USAID & Oakside Editorial Services Pinheiro, D. Bates, S. DebRoy, D. Sarkar, and
CIMMYT, 2018. R Core Team, “nlme: Linear and Nonlinear
Mixed Effects Models”, R package version,
G. Goergen, P. L. Kumar, S. B. Sankung, A. vol. 3, pp. 1-125, 2016.
Togola, and M. Tamò, “First report of
outbreaks of the fall armyworm Spodoptera V. L. Russell, “Least-Squares Means: The R
frugiperda (J.E. Smith) (Lepidoptera, Package lsmeans”, Journal of Statistical
Noctuidae), a new alien invasive pest in West Software, vol. 69, no. 1, pp. 1-33, 2016.
and Central Africa”, PLoS One, vol. 11, no. 10,
e0165632, 2016. B. Mouffok, E. Raffy, N. Urruty, et J. Zjcola,
http://dx.doi.org/10.1371/journal. “Le neem, un insecticide biologique efficace”,
pone.0165632. Université Paul-Sabatier-IUT- S2, 2008.

B. R. Wiseman, and D. J. Isenhour, “Response J. A. Gnago, M. Danho, T. Atcham Agneroh, I.


of four commercial corn hybrids to infestations K. Fofana, et A. G. Kohou, “Efficacité des
of fall armyworm and corn earworm extraits de neem (Azadirachta indica) et de
(Lepidoptera: Noctuidae)”, Florida papayer (Carica papaya) dans la lutte contre
Entomology, vol. 76, pp. 283-292, 1993. les insectes ravageurs du gombo (Abelmoschus
esculentus) et du chou (Brassica oleracea) en
A. J. Hruska, and S. M. Gladstone, “Effect of Côte d’Ivoire”, International Journal of
period and level of infestation on the fall Biological and Chemical Sciences, vol. 4 no. 4,
armyworm, Spodoptera frugiperda, on pp. 953-966, 2010.
irrigated maize yield”, Florida Entomology, http://ajol.info/index.php/ijbcs.
vol. 71, pp. 249-254, 1988.
O. Traoré, A. Serère, C. M. Dabire, K. Somé,
M. A. Toukourou, P. Y. Adégbola, C. G. et R. H. Nebie, . “Effet des extraits du thé de
Yallou, et G. Gbèhounou, “Evaluation des Gambie (Lippia multiflora Moldenk) et du
variétés améliorées de maïs EVDT 97 STR C1 neem (Azadirachta indica A. Juss.) sur
et TZEE-W SR (variété extra précoce) dans les Helicoverpa armigera et les Thrips de la
zones infestées par Striga hermonthica au Sud- tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) ”,
Bénin”, Bulletin de la Recherche Agronomique Journal of Applied Biosciences, vol. 95, pp.
du Bénin, vol. 46, pp. 36-46, 2004. 8930-8936, 2015.

MAEP (Ministère de l’Agriculture, de J. T., Mehinto, P., Atachi, M., Elégbédé, O. K.


l’Elevage et de la Pêche), “Catalogue Béninois D., Kpindou, & M. Tamò, “Efficacité
des Espèces et Variétés végétales (CaBEV)”, comparée des insecticides de natures
INRAB/DPVPPAAO/ProCAD/MAEP & différentes dans la gestion des insectes
CORAF/WAAPP, 2016. ISBN : 978-99919-2- ravageurs du niébé au Centre du Bénin”,
548-6. Journal of Applied Biosciences, vol. 84 no. 1,
pp . 7695-7706, 2014.
R. Core Team, “R : A language and
environment for statistical computing” R G. K. Mahapatro, “Insecticidal activity of
Foundation for Statistical Computing, Vienna, Cashew Nut Shell Liquid Against two
Austria, 2017. https://www.R-project.org/. Lepidopteran”, Indian Journal of Entomology,
vol.73, no. 2, pp. 121-124, 2011.
64
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65
Protection de la culture de maïs contre spodoptera frugiperda avec les insecticides plantneem,
Lambdace 25 EC et Viper 46 EC et réduction de pertes de rendement au Bénin.

A. D. Mondedji, W. S. Nyamador, K. g+ Acétamipride 16 g.l-1) contre les ravageurs


Amevoin, G. K. Ketoh, et I. A. Glitho, de la tomate”. Rapport d’activités LDC/CRA-
“Efficacité d’extraits de feuilles de neem Agonkanmey/INRAB, Bénin, 2014.
Azadirachta indica (Sapindale) sur Plutella
xylostella (Lepidoptera: Plutellidae), Hellula D. K. Belay, R. M., Huckaba, and J. E. Foster,
undalis (Lepidoptera: Pyralidae) et Lipaphis “Susceptibility of the fall armyworm,
erysimi (Hemiptera: Aphididae) du chou Spodoptera frugiperda (Lepidoptera:
Brassica oleracea (Brassicaceae)”, Noctuidae), at Santa Isabel, Puerto Rico, to
International Journal of Biological and different insecticides”, Florida Entomologist,
Chemical Sciences, vol. 8, no. 5, pp. 2286- vol. 95, no. 2, pp. 476-478, 2012.
2295, 2014.
O. Douro Kpindou, D. Djegui, S. Maffon, A.
H. Ton, Q. Su, X. Zhou, and L. Bai, “Field Paraïso, I. A. Glitho, and M. Tamò,
resistance of Spodoptera litura (Lepidotera: “Comparative study of the efficacy of
Noctuidae) to organophosphates, pyretroids, entomopathogenic fungi, chemicals and
carbamates and four newer chemistry botanical pesticides in the management of
insecticides in Hunan, China”, Journal of Pest cotton pests and their natural enemies in
Science, vol. 86, no. 3, pp. 599-609, 2013. Benin”, International Journal of Science and
Advanced Technology, vol. 3, no. 1, pp. 21-33,
R., Sikirou, S., Bello, et B. Zocli, “Efficacité de 2013.
l’insecticide VIPER 46 EC (Indoxacarbe 30g.l1

65
J. Rech. Sci. Univ. Lomé (Togo), 20(2) : 53-65

Vous aimerez peut-être aussi