Vous êtes sur la page 1sur 70

Une famille unie,

c’est possible !
Comprendre le cœur de Dieu pour le couple et la famille

Miki Hardy
Une famille unie,
c’est possible !
Par Miki Hardy

9
Une famille unie, c’est possible !

Copyright © 2013 par l’éditeur Church Team Ministries International


Trianon, île Maurice

Une famille unie, c’est possible !


Livre écrit à partir d’une série de prédications du pasteur Miki Hardy

Publié par Church Team Ministries International

Première édition : décembre 2013

Illustration de couverture : Département Media CTMI

Tous droits réservés pour tous pays. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite
sous quelque forme que ce soit, ni photocopiée, ni adaptée, ni utilisée sans
l’autorisation écrite de l’auteur.

Sauf indication contraire, les citations de la Bible sont extraites de la traduction Louis
Segond, Société Biblique de Genève. Utilisé après autorisation.

Tous les produits Church Team Ministries International bénéficient de remises s’ils
sont achetés en gros pour des ventes promotionnelles, des collectes de fonds, pour
des distributions gratuites, ou pour un but éducatif. Pour plus de détails écrire à :
Media Dept., CTMI, B.P. 259, Curepipe, île Maurice; ou envoyer un email à :
media@ctmiworld.com

Visitez notre site internet : www.ctmiworld.com

Facebook: www.facebook.com/CTMIworld

10
Sommaire

.................................................................................. 5
Introduction

Ire partie – Le couple

................................................... 9
I. L’autorité au sein de la famille

.......................................................................... 17
II. Le rôle du mari

.................................................................. 27
III. Le rôle de la femme

........................................................... 37
IV. Le mariage – un mystère

IIe partie – Les enfants

............................................ 47
V. Investir dans la vie de nos enfants

................................... 57
VI. Eduquer nos enfants selon le Seigneur

3
Une famille unie, c’est possible !

4
Introduction

Aujourd’hui, la cellule familiale est de plus en plus fragile, comme en


témoigne le nombre croissant de séparations et de divorces, et il faut
bien constater que les familles chrétiennes ne sont pas épargnées.
De nombreux mariages chrétiens se brisent en laissant souvent
des blessures profondes. Pourtant, le divorce n’est pas le plan de
Dieu. La triste réalité, c’est que l’Eglise a ouvert la porte à l’esprit
du monde et a accepté beaucoup de compromissions. Il est grand
temps qu’elle réagisse !

Je suis convaincu que si nous revenons à sa Parole, Dieu nous aidera à


comprendre sa volonté dans ce domaine. Je crois qu’Il veut intervenir
dans nos vies et nous éclairer afin que nous, maris et femmes, soyons
unis et Le servions en nous aimant et en nous respectant. Les couples
chrétiens sont appelés à devenir des exemples, des modèles non
seulement pour leurs enfants, mais aussi pour ceux qui les entourent.

5
Une famille unie, c’est possible !

16
Ire partie – Le couple

7
Une famille unie, c’est possible !

8
Chapitre I

L’autorité au sein de la famille

9
Une famille unie, c’est possible !

La base de la vie chrétienne

Pour que la Parole de Dieu devienne une réalité et fasse partie


intégrante de notre vie, nous devons être prêts à nous humilier et à
nous y soumettre. Aujourd’hui, chaque couple chrétien peut garder
espoir s’il reconnaît que sa vie doit être construite sur une base solide.
Si nous sommes nés de nouveau (Jean 3 : 3), si nous croyons que,
selon les Evangiles, Jésus-Christ est le Fils de Dieu et qu’Il est notre
Sauveur, et si nous sommes prêts à nous identifier à Lui, à partager
ses souffrances et à mourir à nous-mêmes et à nos désirs, la vie de
notre couple sera alors établie sur le bon fondement. Nous devons
être prêts à prendre ce chemin, car toute notre vie chrétienne, nos
décisions, nos projets et nos plans dépendront de la fondation sur
laquelle nous nous trouvons.

Luc 9 : 23 : “Puis il dit à tous : Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il
renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il
me suive.”

Ces paroles de Jésus sont une vérité fondamentale et constituent


la clé pour que notre famille soit unie. Nous voyons que ce qui
compte n’est pas de suivre quelques commandements de la Bible ;
l’important, c’est ce que notre cœur nous conduit à vivre dans la vie
de tous les jours. C’est un renoncement quotidien à nous-mêmes,
dans tous les domaines et tous les aspects de notre vie. La bonne

10
Chapitre I – L’autorité au sein de la famille

relation entre un mari et sa femme dépend de leur attitude de cœur,


qui les pousse ou non à donner leur vie l’un pour l’autre.

Il nous faut réaliser qu’à partir du moment où nous avons donné notre
vie à Christ, nous devrions être prêts à nous identifier totalement à
Lui et à perdre nos vies pour Lui. Je suis convaincu que nous aurons
alors de la foi et de l’espérance pour notre couple, et que Dieu nous
éclairera sur la responsabilité que nous avons l’un envers l’autre et
envers nos enfants. Il est vital de comprendre que la vie de chacun des
conjoints doit impérativement s’appuyer sur ces paroles de Jésus.

L’autorité dans la famille selon Dieu

La première chose qui doit être claire et sans équivoque, c’est que Dieu
a établi un ordre d’autorité dans la famille. Selon 1 Corinthiens 11 : 3 :
“[…] Christ est le chef de tout homme, [...] l’homme est le chef de la
femme, et [...] Dieu est le chef de Christ.”

L’ordre d’autorité établi par Dieu et enseigné par sa Parole place


l’homme en position d’autorité vis-à-vis de sa femme. L’autorité
évoquée ici est une autorité comme Dieu la voit, et non comme les
hommes la conçoivent. L’autorité divine ne détruit pas, elle construit.

2 Corinthiens 10 : 8 : “Et quand même je me glorifierais un peu trop


de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et

11
Une famille unie, c’est possible !

non pour votre destruction […]” L’apôtre Paul se glorifie et se vante


presque de cette autorité que Dieu lui a donnée pour l’Eglise, mais
il est prudent dans son utilisation, car il comprend qu’elle lui a été
donnée pour construire et non détruire.

De même, le mari devrait user de l’autorité qui est la sienne dans le


but de construire la vie de sa famille. En effet, l’autorité est toujours
un danger quand elle est mal employée, et c’est ce que le mari doit
comprendre. Cette autorité ne peut en aucun cas être exercée “dans
la chair”  ; elle ne donne pas le droit au mari de manipuler ou de
contrôler sa femme, ni ne l’autorise à la considérer comme quelqu’un
d’inférieur. Elle n’a rien à voir avec l’autorité souvent manifestée dans
le monde, elle résulte avant tout d’une vie donnée et d’un cœur qui
sait s’humilier.

Dieu a donné au mari la responsabilité de la famille, et sa femme est


appelée à l’aider et à le soutenir dans ses décisions et ses choix.
Bien entendu, il est important que les conjoints parlent ensemble des
différentes décisions à prendre, mais c’est au mari que Dieu a confié
la charge de trancher. La femme est appelée à accepter son choix
final, même quand la décision prise n’est pas toujours bonne à ses
yeux, parce qu’elle reconnaît la position de son mari comme chef de
famille et fait confiance au Seigneur pour cette situation.

12
Chapitre I – L’autorité au sein de la famille

Mettre de côté notre héritage culturel

Nous sommes tous d’origine et de culture différentes, nous avons


tous été influencés dès notre enfance par la manière dont nous avons
été élevés, la façon de vivre de nos parents et leur style de relation.
Pourtant, nous devons comprendre que la relation au sein d’un couple
chrétien ne peut pas dépendre de son héritage culturel et familial.

Dans certains pays, on voit que le mari, conformément à la culture


locale, exerce une véritable domination sur sa femme qui devient, au
fil des ans, comme une domestique dans sa propre maison, quand ce
n’est pas une véritable esclave. Elle se soumet à cette autorité qu’elle
finit par voir comme quelque chose de normal, et elle accepte tout
sans remettre quoi que ce soit en cause, sans réaliser que ce n’est
pas le genre d’autorité établie par Dieu.

Il arrive même que le mari, redouté par toute sa famille, se comporte


en tyran exigeant une soumission absolue. Quand il rentre à la maison,
tout le monde se tient tranquille, car il n’est pas question de contester
ce qu’il dit ou de faire les choses autrement qu’à sa façon. Or, dans
un foyer chrétien, on s’attend à ressentir une atmosphère de liberté,
de joie et de paix, et non de peur.

Il est essentiel que le mari comprenne qu’obéir à la Parole de Dieu est


plus important que se conformer à sa culture. Un mari chrétien doit
mettre son héritage culturel de côté et envisager un tout autre type de

13
Une famille unie, c’est possible !

relation avec sa femme et ses enfants, avoir une attitude et un style


de vie complètement nouveau.

Une interprétation abusive de la Parole de Dieu

Quand le mari chrétien abuse de son autorité et, au nom de celle-ci,


fait ce qu’il veut, impose son mode de vie, ses désirs et ses idées à
son épouse sans qu’elle ait son mot à dire, c’est alors une autorité
de contrôle, cela n’a rien à voir avec les relations que le Seigneur a
prévues au sein du couple et ce n’est jamais dans l’intérêt de la famille.

Sans arriver à de tels excès, il y a aussi des maris chrétiens qui


laissent leur femme assumer toutes les tâches du foyer sans y
participer. S’abritant derrière des versets de la Bible, ils prétendent
mettre en pratique la Parole de Dieu, alors qu’en fait ils s’en servent
pour justifier leur paresse ou leur égoïsme. Ils se déchargent sur leur
femme de toutes les responsabilités de la maison et leur cœur ne les
pousse même pas à la soutenir en y prenant part. Là encore, on est
bien loin de l’esprit de l’Evangile.

Rappelons-nous pourtant ces paroles de l’apôtre Pierre :

1 Pierre 3 : 7 : “Maris, montrez à votre tour de la sagesse dans vos


rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible ; honorez-

14
Chapitre I – L’autorité au sein de la famille

les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il
en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières.”

Ici, l’apôtre Pierre demande aux maris de traiter leurs femmes avec
“respect et honneur”, de ne pas être durs envers elles, sachant
qu’elles ont une “nature plus fragile et plus délicate”. Il appelle
l’attention des hommes sur l’importance de les traiter avec “beaucoup
d’égards”, car hommes et femmes sont également héritiers de la vie
éternelle que Dieu nous accorde dans sa grâce. (Citations : traduction
Parole vivante)

En conclusion, je voudrais souligner qu’il est très important que l’ordre


d’autorité établi par Dieu soit respecté dans la famille chrétienne, dans
l’esprit qui plaît au Seigneur. Autrement, cela crée un déséquilibre au
sein du foyer ; or une famille sans autorité paternelle est comme un
bateau sans gouvernail. Le mari, qui est le chef de la famille, peut
compter sur la grâce du Seigneur pour assumer une responsabilité
tellement importante pour ceux qui l’entourent.

15
Une famille unie, c’est possible !

6
Chapitre II

Le rôle du mari

17
Une famille unie, c’est possible !

Permettez-moi de vous dire, maris et femmes, que notre responsabilité


de chrétiens est avant tout de répondre à l’appel de Dieu en tant
que couple, et non simplement de vivre pour nous-mêmes. Etre un
mari est un ministère dans le sens où c’est un appel de Dieu, et pas
seulement un rôle “dans le naturel”. Je crois que, en tant que mari,
j’ai un ministère envers le Seigneur et un ministère envers ma femme.
La question n’est pas d’agir d’une certaine manière envers ma femme
par principe. Ce que je fais pour elle, ce que je suis vis-à-vis d’elle
doit venir de mon cœur. Il s’agit d’une œuvre profonde de l’Esprit en
moi que je dois accepter pour pouvoir l’aimer comme Dieu l’a prévu.

J’espère que vous comprenez que, dans le domaine des relations


entre mari et femme, prendre la Bible à la lettre ne produira pas
un mariage réussi. L’important, c’est d’avoir une attitude de cœur
humble et de pouvoir ainsi prendre chacun notre place dans le couple,
comme le Seigneur l’a prévu.

Ephésiens 5  :  25-33 : “Maris, aimez vos femmes, comme Christ a


aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier
par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire
paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien
de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris
doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui
aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa
propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait
pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. C’est

18
Chapitre II – Le rôle du mari

pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa


femme, et les deux deviendront une seule chair [personne].”

Il est probable que ces versets des Ecritures, très clairs, nous sont
familiers. Mais ce n’est pas suffisant. Moi-même, dans le passé, je les
connaissais très bien, mais mon mariage était un échec parce que je
ne comprenais pas ma responsabilité en tant que mari. J’ai essayé
de faire beaucoup de choses, j’ai vraiment essayé d’aimer ma femme
comme je pensais qu’il fallait le faire, mais c’était un désastre total. Il
doit y avoir un moment où nos yeux s’ouvrent, pour nous placer sur
la bonne fondation et nous permettre de comprendre quelle attitude
nous devons avoir dans cette relation de couple, dans ce ministère
de mari : il est impossible pour un homme d’aimer sa femme de la
bonne manière s’il n’est pas prêt à renoncer à ses droits pour elle.

Le mari est appelé à “donner sa vie” pour sa femme

Penchons-nous à nouveau sur ce que disent les Ecritures : “Maris,


aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-
même pour elle.” Nous voyons que Jésus a prouvé son amour pour
nous, l’Eglise, par le sacrifice de sa vie. Il a accepté les souffrances
et la mort, il s’est donné totalement pour nous alors que nous étions
encore pécheurs. Le fait que nous ayons été pécheurs ne faisait
aucune différence pour Lui, c’est son amour qui L’a conduit à donner

19
Une famille unie, c’est possible !

sa vie pour nous. C’est ainsi que le mari est appelé à perdre sa vie
pour sa femme, quel que soit le comportement de celle-ci.

Philippiens 2 : 5-8 : “Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-
Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme
une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-
même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable
aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié
lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort
de la croix.”

Nous voyons ici que Jésus s’est humilié, qu’Il a renoncé à ses droits
et a été obéissant jusqu’à la mort sur la croix. Il a aussi pris la forme
d’un serviteur, tout cela pour manifester son amour pour l’Eglise afin
de la rendre parfaite.

Il est extraordinaire que l’apôtre Paul, inspiré par le Saint-Esprit,


demande aux maris d’aimer leurs femmes de cette manière. Il dit  :
“C’est ainsi que les maris…”

L’amour ne consiste pas simplement en paroles, émotions, sentiments.


Aucune famille, aucun couple ne peut être construit sur une base
émotionnelle. Non, l’amour dont nous parlons, la façon dont un mari
doit aimer sa femme est le fruit de son identification à Jésus, qui le
conduit à renoncer à ses droits dans sa relation avec elle. C’est le
modèle que Dieu donne à chaque mari ! La Bible ne dit pas : “Maris,

20
Chapitre II – Le rôle du mari

aimez vos femmes”, point final ! Non, elle dit : “Aimez vos femmes,
comme Christ a aimé l’Eglise”, avec la même attitude, le même cœur.

Jésus n’a pas cherché à se défendre ou à se justifier, même quand Il


était injustement traité. Il a simplement accepté le plan de Dieu et a
donné sa vie pour l’Eglise. Il s’est humilié et a accepté son sort. Il n’a
pas été facile pour Lui d’aller jusqu’à la mort sur la croix, mais Il l’a fait
par amour pour l’Eglise.

Revenons à ce verset 1 Corinthiens 11 : 3 : “Je veux cependant que


vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est
le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ.”

Il est important de se rappeler que Jésus était soumis à son Père.


Il avait de l’autorité pendant son ministère sur terre parce qu’Il était
Lui-même sous une autorité. A son tour, l’Eglise peut se soumettre
à Jésus en Le reconnaissant comme son chef parce que Jésus est
soumis à son Père. De même, la femme est appelée à se soumettre
à son mari comme il devrait être lui-même soumis à Jésus, qui est le
chef de l’Eglise. C’est la responsabilité du mari de comprendre son
rôle et son ministère dans le mariage ; cela aidera sa femme à désirer
se soumettre à lui. En tant que mari, je crois que mon appel est plus
grand que celui de ma femme dans le sens où ma responsabilité
envers elle – l’aimer comme Jésus a aimé l’Eglise – est plus grande
que celle qu’elle a envers moi. Je peux lui acheter des fleurs ou
d’autres cadeaux, mais rien ne pourra remplacer l’amour qu’elle
ressent de ma part quand je “donne ma vie” pour elle.

21
Une famille unie, c’est possible !

Un mari ne perd pas son autorité en acceptant de perdre sa vie pour


sa femme, de même que Jésus n’a jamais perdu son autorité bien
qu’Il ait été disposé à tout donner pour l’Eglise.

Matthieu 26  :  51-53  : “Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus
étendit la main, et tira son épée ; il frappa le serviteur du souverain
sacrificateur, et lui emporta l’oreille. Alors Jésus lui dit : Remets ton
épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par
l’épée. Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me
donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ?”

On voit ici que Jésus avait suffisamment d’autorité pour demander à


son Père de Lui envoyer une légion d’anges afin de Le délivrer, mais
Il a voulu aller jusqu’au bout de sa mission, montrant ainsi son amour
pour l’Eglise.

C’est une attitude très difficile à comprendre si on ne la considère pas


du point de vue spirituel, car dans ce monde, il n’est pas fréquent
qu’un mari accepte de perdre et de s’humilier devant sa femme
quand il le faut. Pourtant, c’est la plus grande preuve de son amour
pour elle.

22
Chapitre II – Le rôle du mari

Une relation non conforme au modèle de ce monde

Parfois, les maris manifestent leur amour envers leur femme en lui
faisant des cadeaux. (Cela dit, il arrive aussi qu’ils le fassent pour
compenser leurs manquements ou garder la paix dans la maison !)
Les chrétiens, eux, sont appelés à faire bien plus pour leur épouse.
Quand, en tant que maris, nos yeux s’ouvrent sur notre responsabilité
selon les Ecritures et que nous sommes prêts à prendre notre croix,
notre relation avec notre femme parvient à un autre niveau dans
l’esprit et nous pouvons avoir la foi pour croire que nous servirons
Dieu ensemble comme une seule chair, une seule personne.

Je peux témoigner que mon ministère de pasteur, ma vie de famille,


ma relation avec ma femme et mes enfants ont commencé à changer
à partir du moment où j’ai accepté de “perdre ma vie” pour ma femme.
Aujourd’hui, j’ai une autre attitude envers elle. Je me rends compte à
quel point j’ai besoin de faire tout ce que je peux pour l’aider à être
celle que Dieu veut qu’elle soit. Et je comprends que les relations au
sein de ma famille dépendent de la façon dont je remplis mon rôle
de mari.

Lorsque, dans une dispute, il y a eu un échange de paroles blessantes


ou déplacées, c’est à nous, maris, de faire le premier pas pour essayer
de rétablir la situation. Nous ne devons pas vouloir avoir absolument
raison, défendre notre position et attendre que notre femme soit la
première à s’excuser, au motif que nous sommes le chef de la maison.

23
Une famille unie, c’est possible !

Ce n’est pas parce que nous sommes en position d’autorité que nous
pouvons éviter d’être perdant et refuser de nous humilier, que notre
femme ait tort ou raison. Au contraire, cette position suppose que
nous soyons d’autant plus responsables. Si ensuite notre femme ne
reconnaît pas ses torts, ce n’est pas notre problème, nous aurons
fait notre part. Ce qui compte, c’est de ne pas laisser les situations
difficiles entamer la relation. Comme dit ma femme : “Il faut tout faire
pour garder la relation à la bonne température”. On voit que le mari
n’a pas un rôle facile ! Mais il sait qu’il peut compter sur la grâce de
Dieu… Et comme toujours, on parle ici d’une attitude de cœur, pas
d’une règle à suivre d’une manière automatique.

Je me suis souvent retrouvé dans des conflits avec ma femme, où je


pensais n’avoir rien fait de mal. Je me suis quand même humilié pour
que la situation ne reste pas tendue, pour préserver et restaurer notre
relation et conserver une bonne atmosphère dans la maison, sachant
que le Seigneur est à l’œuvre dans nos cœurs à tous les deux.

Je suis convaincu que j’ai une grande part de responsabilité dans la


réussite de mon couple, même si ma femme a bien entendu sa part
elle aussi. Tout comme Jésus a ouvert la porte et a montré la voie à
l’Eglise, en tant que maris, nous sommes appelés à donner l’exemple
selon le Seigneur, pour aider notre femme à grandir spirituellement et
permettre à Dieu de nous unir. (Ephésiens 5 : 26)

24
Chapitre II – Le rôle du mari

Je connais beaucoup de pasteurs et de chrétiens qui ont pris cette


route et qui peuvent aujourd’hui témoigner de la restauration que
Dieu a emmenée dans leur couple. Maintenant, ils Le servent dans
une unité de cœur et d’esprit. Cela me rappelle l’histoire d’un pasteur
en Afrique qui avait entamé une procédure de divorce : après avoir
entendu une prédication sur le rôle du mari vis-à-vis de sa femme, il a
compris qu’il était complètement passé à côté de ses responsabilités
envers elle. Il a alors décidé de s’humilier et, ayant la foi que Dieu
pourrait restaurer son couple et sa famille, il a été retrouver sa femme
pour se repentir et reprendre sa vie avec elle sur de nouvelles bases.
Quelle grâce !

On voit donc le rôle déterminant que joue le mari dans la réussite de


son couple. Toutefois, cela ne diminue en rien la part importante de la
femme au sein de celui-ci et du foyer. Si le mari reconnaît et apprécie
les qualités que Dieu a données à sa femme, ce sera un grand atout
pour son couple et sa famille ! Pour ma part, je n’ai aucun problème à
reconnaître que sans ma femme, son soutien et ses encouragements,
je ne serais pas là où je suis aujourd’hui.

Par-dessus tout, n’oublions jamais que Dieu est bien plus grand que
nous et que, dans sa grâce infinie, Il peut intervenir dans un couple.
Mais il nous rappelle qu’il y aura sa bénédiction sur nos vies si nous
respectons l’ordre qu’Il a établi.

25
Une famille unie, c’est possible !

46
Chapitre III

Le rôle de la femme

27
Une famille unie, c’est possible !

La soumission selon Dieu

Précisons dès maintenant que la soumission selon Dieu est un état


de cœur, une attitude. Il ne s’agit pas de suivre une loi ou un principe,
ni d’être forcé de se soumettre à quelqu’un. La vraie soumission est
le fruit de l’intervention de Dieu, le résultat de son œuvre dans la
vie d’une personne. Sous la Nouvelle Alliance, nous ne sommes pas
régis par la loi mais par la grâce. La soumission ne peut nous être
imposée : nous sommes appelés à être vrais et à vivre dans la liberté.

La femme doit-elle être soumise ?

Ephésiens 5 : 22-24 : “Femmes, soyez soumises à vos maris, comme


au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est
le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de
même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent
l’être à leurs maris en toutes choses.”

Cette notion de soumission, tellement étrangère à la pensée de notre


époque, peut choquer. Pourtant, la Parole de Dieu est claire et nous
devons la comprendre et l’accepter : c’est l’appel de la femme d’être
soumise à son mari. Une femme doit permettre au Seigneur de lui
révéler ce qui l’empêcherait d’être disposée à se soumettre à son
mari. La soumission n’est pas un principe à appliquer par ses propres

28
Chapitre III – Le rôle de la femme

efforts, car cela deviendrait un fardeau ; pour qu’une femme puisse


l’accepter, la soumission doit être le fruit d’une œuvre de Dieu dans
son cœur.

Comme nous l’avons vu, l’apôtre Paul compare la relation de la


femme envers son mari à celle de l’Eglise avec Christ. Il déclare : “de
même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent
l’être à leurs maris”. Dans le Nouveau Testament, la relation entre mari
et femme est la seule relation qui soit comparée à celle de Jésus et
de l’Eglise, ce qui nous montre son importance et nous éclaire sur ce
qu’elle doit être.

Il est nécessaire de noter que la soumission de l’Eglise à Christ découle


de l’amour qu’Il a manifesté pour elle. De même, comme Jésus le
dit dans sa Parole, c’est Lui qui a aimé le premier ses disciples. Ils
se sont alors soumis à Lui dans leur vie de tous les jours et ils ont
été disposés à répondre à son appel et à se soumettre pleinement à
sa volonté.

Cela fait clairement apparaître que c’est le comportement du mari


envers sa femme qui aide celle-ci à se soumettre à lui et à le respecter.
Ce n’est pas parce que le mari est l’autorité de la maison que sa
femme le respectera automatiquement.

Il est difficile, même pour une épouse chrétienne, de se soumettre


de tout son cœur à un mari qui est dur, qui la traite mal ou qui n’est
pas un exemple pour elle. Pourtant, la soumission fait partie de son

29
Une famille unie, c’est possible !

appel, elle ne doit pas fuir cette responsabilité, mais compter sur la
grâce de Dieu.

Homme et femme, deux rôles différents

De nos jours, on veut établir qu’hommes et femmes sont égaux en


toutes choses, ce qui apporte une certaine confusion. Aux yeux de
Dieu, il est clair qu’il n’y a pas de différence de valeur entre l’homme
et la femme. L’un n’est pas supérieur à l’autre. La différence se situe
sur le plan de l’autorité. Selon le Seigneur, ce n’est pas la femme
qui est dans une position d’autorité au sein de sa famille, même si
dans sa vie professionnelle elle exerce une autorité. Dans ce cas,
elle doit faire très attention à ne pas avoir la même attitude dans sa
maison, car il lui serait alors très difficile d’y prendre sa place et de se
soumettre à son mari.

Maris et femmes ne devraient pas être en compétition, mais accepter


la place que Dieu a donnée à chacun d’eux et en être heureux. Si
chacun joue son rôle dans le couple de la bonne manière, ils se
complèteront.

30
Chapitre III – Le rôle de la femme

La soumission à un mari qui ne connaît pas


le Seigneur

1 Pierre 3  : 1-5  : “Femmes, soyez de même soumises à vos maris,


afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient
gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre
manière de vivre chaste et réservée. Ayez, non cette parure extérieure
qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les
habits qu’on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur,
la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand
prix devant Dieu. Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui
espéraient en Dieu, soumises à leurs maris[…]”

Voici les conseils donnés aux femmes concernant leur attitude vis-
à-vis de leur mari, même s’il n’est pas chrétien. Il est donc possible
de se soumettre à un mari non chrétien tout en servant le Seigneur.
L’apôtre Pierre évoque un esprit doux et paisible ainsi qu’une attitude
de respect, qui favorisera la conversion du mari. La soumission d’une
femme envers son mari non croyant n’est pas seulement un choix
mais aussi un défi dans des circonstances parfois très difficiles. Il
faut qu’elle soit sensible et se laisse conduire par le Saint-Esprit afin
de faire la part des choses avec sagesse, et ne pas consacrer la
majeure partie de son temps à des réunions ou activités de l’église
au détriment de sa relation avec son mari. Le Seigneur saura prendre
soin d’elle et manifester sa grâce afin de lui permettre de garder une

31
Une famille unie, c’est possible !

bonne attitude et de respecter son mari en dépit de tout. Il peut faire


une grande œuvre en elle, encore faut-il qu’elle adopte cette attitude
de soumission. Cela fait partie de la croix qu’elle doit prendre, sachant
qu’elle peut compter sur la grâce du Seigneur !

Encore une fois, la soumission n’est pas un commandement ni une


obligation, mais devrait être une attitude de cœur, sans attente de
quoi que ce soit en retour. Je voudrais vous encourager, vous les
femmes, à laisser le Seigneur construire en vous cette attitude de
soumission. C’est seulement en étant à votre place selon l’ordre
établi par Dieu que vous trouverez la joie dans votre foyer.

Liberté et soumission

Il arrive souvent que le mari ne laisse pas sa femme libre de faire


certaines choses qu’elle aime. Il n’a pas les mêmes goûts, ou bien il
veut la contrôler, et il lui impose son autorité : cela ne l’aide pas à le
respecter et à se soumettre à lui. Or chacun a des désirs différents qui
doivent pouvoir être exprimés.

Un exemple  : ma femme a toujours beaucoup aimé les animaux


pour lesquels elle a un cœur extraordinaire… De ce fait, elle me
demande souvent de m’arrêter en voiture pour secourir un animal
blessé ou nourrir des chiens errants, parfois même elle les accueille

32
Chapitre III – Le rôle de la femme

chez nous. A une époque, elle nourrissait jusqu’à une vingtaine de


chiens errants dans les champs de canne à sucre ! C’était quelque
chose à voir ! Et elle manifeste ce cœur non seulement quand nous
sommes à l’île Maurice, mais même à l’étranger… Au départ, comme
on peut l’imaginer, cela me dérangeait énormément, mais quand j’ai
commencé à comprendre mon rôle de mari et le cœur que je dois
avoir envers elle, il y a eu beaucoup de changements. J’ai réalisé
combien il était important qu’elle puisse vivre selon son cœur, et que
je suis appelé non seulement à respecter sa liberté, mais aussi à être
un soutien pour elle dans ce qu’elle fait.

Que ma femme soit libre de faire ce qu’elle désire, même quand


mes envies sont différentes des siennes, c’est un moyen pour moi
de lui montrer mon amour et de ne pas me laisser dominer par mon
égoïsme. Je comprends aujourd’hui que, tout comme Jésus a ouvert
une porte pour que je puisse L’aimer et Le servir, je suis appelé à
faire tout ce que je peux pour qu’elle soit libre d’être ce que Dieu
veut qu’elle soit, et aussi, tout simplement, libre de faire ce qui lui fait
plaisir et non ce que je préfère.

De plus, c’est une joie pour moi de la voir heureuse de faire ce qu’elle
aime. Aujourd’hui j’ai changé et je le fais de tout mon cœur.

Dans le cas où un mari empêche sa femme de faire ce qu’elle aime,


c’est là qu’elle a besoin de garder son cœur pur, de le “relâcher”,
de lui pardonner, de prier pour lui et d’être dans la foi pour que Dieu

33
Une famille unie, c’est possible !

le change  ! Mais elle doit avoir une attitude de soumission malgré


tout, car c’est son appel. Il ne faudrait pas qu’elle se cache derrière
l’attitude autoritaire de son mari pour s’opposer à lui.

Je tiens toutefois à souligner qu’il est possible pour une femme


d’avoir une attitude de soumission envers son mari sans pour autant
faire tout ce qu’il veut, à plus forte raison s’il s’agit de quelque chose
de contraire à la Parole de Dieu. La soumission est une attitude de
cœur qui n’implique pas de faire abstraction de ses convictions. Elle
n’a rien à voir avec la soumission du soldat dans l’armée, qui n’a pas
son mot à dire et ne peut qu’exécuter obligatoirement les ordres de
son supérieur sans discuter.

Attention aux émotions !

Je pense n’étonner personne en disant que, d’une manière générale,


les femmes réagissent souvent dans les émotions, ce qui peut être
une grande richesse. Mais elles peuvent aussi être parfois d’humeur
changeante ou facilement blessées. Bien sûr, le mari doit le savoir et
en tenir compte, mais elle, de son côté, doit aussi en être consciente
et ne pas se laisser contrôler par ses émotions, ou s’en servir pour
manipuler son mari. Ainsi, pour garder la paix et éviter un “cyclone”
dans la maison, un mari préfère parfois se taire plutôt que d’affirmer
sa position ou exprimer un désir : on peut dire que, dans ce cas, il est

34
Chapitre III – Le rôle de la femme

d’une certaine manière manipulé, car sa femme a atteint le résultat


qu’elle recherchait. C’est pourquoi les femmes doivent aspirer à
réagir dans l’esprit en toutes circonstances plutôt que de se laisser
dominer par leurs émotions.

Le couple et les finances

Je voudrais appeler votre attention sur la manière dont le couple doit


administrer ses revenus. Il lui faut en effet faire attention à ne pas se
laisser influencer par la pensée de ce monde, qui veut parfois que
chacun dispose de son propre salaire sans que le conjoint n’ait le
moindre regard dessus. Le mari doit être conscient que son salaire
appartient aussi à sa femme, qu’elle perçoive ou non un salaire elle-
même. Quant à l’épouse qui a un revenu personnel, elle doit veiller à
ne pas cultiver pour autant une attitude d’indépendance vis-à-vis de
son mari et prendre dans la maison une position d’autorité qui n’est
pas la sienne. Mari et femme doivent être unis dans la gestion de
leurs revenus, décider ensemble de ce qu’ils donnent au Seigneur
et s’attacher d’un commun accord à être une bénédiction pour tous.

35
Une famille unie, c’est possible !

Nous pouvons conclure que, si le mari et la femme ont des


responsabilités différentes, le moyen pour arriver à les exercer selon
la volonté de Dieu est le même pour tous les deux : s’engager sur
un chemin étroit où ils sont appelés à prendre leur croix et à suivre
Jésus. C’est leur seule garantie d’avoir une famille durablement unie.

Ce genre de relation instituée par Christ n’est pas naturelle, mais


demande au contraire une œuvre profonde de l’Esprit dans nos
vies. Les sentiments, les émotions et l’attirance l’un pour l’autre ont
bien leur place dans un couple, mais celui-ci ne se construit pas
seulement sur une relation émotionnelle, sentimentale et physique.
Si nous voulons être un couple qui sert le Seigneur dans une unité de
cœur, nous devons expérimenter son intervention dans nos vies et
devenir un homme et une femme de l’esprit. C’est un travail de longue
haleine, nous connaîtrons de nombreuses épreuves et difficultés sur
ce parcours, mais il y aura toujours une victoire si nous demeurons
sur le chemin de la croix.

36
Chapitre IV

Le mariage – un mystère

37
Une famille unie, c’est possible !

Je rappelle constamment aux chrétiens l’ordre de Jésus : renoncer


à nous-mêmes, prendre notre croix et Le suivre. Cela devrait être la
base sur laquelle nous fondons notre vie chrétienne, ce qui aura un
impact très positif dans chaque aspect de notre vie, et en particulier
dans notre mariage.

De nos jours, maris et femmes sont nombreux à participer à des


ateliers d’aide aux couples, où on leur donne toutes sortes de
conseils sur la nécessité d’apprendre à communiquer, à s’écouter,
à exprimer et manifester leur amour, à passer du temps ensemble, à
prier ensemble, etc. Pourtant, très souvent, le résultat est l’inverse de
celui recherché : cela pousse les conjoints à avoir des attentes l’un
vis-à-vis de l’autre pour que leur couple fonctionne selon les conseils
reçus. Cela ne les aide pas, bien au contraire, car ils deviennent
plus que jamais déterminés à faire changer l’autre, plutôt que de
chercher à s’adapter et à l’aimer tel qu’il est. Ces ateliers enseignent
des principes et des idéaux qui sont bons en théorie, mais qui sont
inapplicables dans la réalité, parce que c’est le cœur qui doit changer.
Mari et femme doivent prendre leur responsabilité, s’humilier, renoncer
à eux-mêmes et permettre à Dieu de faire son œuvre en eux. Comme
on l’a dit, si c’est une révélation dans nos cœurs, nous saurons quoi
faire dans chaque situation, chaque épreuve, chaque conflit que nous
rencontrerons dans notre vie de couple.

Les couples chrétiens ne devraient pas se conformer au style de vie


du monde, où maris et femmes ont des exigences l’un vis-à-vis de

38
Chapitre IV – Le mariage – un mystère

l’autre plutôt que de s’accepter comme ils sont. Il est possible que
nous soyons complètement opposés dans ce que nous sommes,
dans ce que nous aimons et n’aimons pas, et que nous passions
de ce fait toute notre vie de couple à nous disputer parce que nous
sommes constamment occupés à essayer de changer l’autre. Mais
la Bible nous dit clairement que la loi n’a jamais réussi à changer
quelqu’un. C’est le contraire qui est vrai : c’est quand nous retirons
notre main de la vie de notre conjoint que Dieu arrive à le changer, s’il
Lui permet de le faire. Seul le Seigneur peut transformer nos cœurs
afin que nous puissions nous accepter et nous apprécier l’un l’autre.

Je dois reconnaître que, pendant de nombreuses années, j’ai essayé


de changer mon épouse pour qu’elle devienne ce que je voulais
qu’elle soit, mais sans succès, et il en était de même pour elle. Nous
étions tous les deux très légalistes et plus nous essayions de nous
changer l’un l’autre, plus la tension montait. Aucun de nous ne voulait
céder. Mais lorsque nous avons compris que nous devions d’abord
nous aimer tels que nous étions et que seul le Seigneur serait capable
de faire de chacun de nous ce qu’Il voulait que nous devenions, nous
avons accepté, chacun de notre côté, que Dieu traite nos vies. Cela a
été une nouvelle expérience pour chacun de nous, souvent très dure
et humiliante, mais extrêmement fructueuse et enrichissante.

Bien souvent, dans le passé, ma femme me disait des choses vraies


me concernant, mais que je refusais d’entendre. Reconnaissons qu’il
est difficile pour nous, les hommes, d’accepter les vérités à notre

39
Une famille unie, c’est possible !

sujet, surtout quand cela vient de notre femme, à moins que notre
vie ne soit sur la bonne fondation, que nous soyons prêts à prendre
le chemin que nous montre le Seigneur, et à mourir à notre nature
charnelle et à nos propres désirs. Nous ne devrions pas ressentir
les interventions de notre femme – quand elles sont faites avec une
bonne intention – comme une menace vis-à-vis de notre autorité, mais
plutôt comme une aide et un soutien de sa part pour nous montrer les
failles, les manquements et les faiblesses dont Dieu veut nous libérer.

Je réalise aujourd’hui que beaucoup de remarques de ma femme, qui


ont été difficiles à accepter sur le moment, m’ont finalement souvent
aidé à grandir et à changer. Je me suis aussi rendu compte qu’elle
voit fréquemment des choses que je ne vois pas. Le fait d’être ouvert
à ce qu’elle me dit et d’en parler avec elle est non seulement un atout
pour ma vie mais aussi pour l’église. Nous, les maris, nous devons
prêter attention aux conseils de notre femme et réaliser que c’est le
Seigneur qui l’a placée à côté de nous. Si nous lui laissons la liberté
de s’exprimer, de dire ce qu’elle voit et ressent, cela ne peut qu’être
une bénédiction, non seulement pour notre famille, mais également
pour l’église. Bien sûr, c’est aussi vrai dans l’autre sens : l’épouse qui
a un cœur ouvert peut bénéficier des remarques de son mari !

Ephésiens 5  : 31-32  : “C’est pourquoi l’homme quittera son père


et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une
seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et
à l’Eglise.”

40
Chapitre IV – Le mariage – un mystère

Il y deux points à noter dans ces versets :

Le premier, c’est que le fait d’unir deux êtres, mari et femme, ayant
des différences de caractères, de désirs, de manière d’être ou de
culture, qui s’aimeront et deviendront un seul être pour servir le
Seigneur est un mystère. C’est une chose qui ne sera possible que
suite à un travail profond du Seigneur dans la vie des deux époux.

Il y a plusieurs années, ma femme et moi avons reçu une prophétie


dans l’église de la part d’un pasteur qui ne nous connaissait pas. Le
Seigneur disait que l’un de nous était comme le lièvre et l’autre comme
la tortue, l’un voulant toujours courir en avant et l’autre essayant
toujours de freiner. Toute l’église a ri parce que les chrétiens savaient
à quel point c’était une parfaite description de nos caractères. Je
vous dis cela pour vous montrer que Dieu est capable de prendre
un homme et une femme, de les conduire à être ensemble et d’unir
leurs cœurs jusqu’à produire un amour, un respect et une soumission,
même s’ils ont des caractères totalement différents. C’est un miracle
que seul Dieu peut faire.

Le deuxième point important, c’est la comparaison de la relation


du couple marié avec celle de Christ et de l’Eglise, dans la mesure
où mari et femme sont appelés à servir le Seigneur ensemble, dans
l’unité. Jésus, la tête, ne peut pas être séparé de son Eglise qui est
son corps. Nous comprenons alors que, selon les paroles de l’apôtre
Paul, c’est la raison pour laquelle ces deux êtres quittent leurs parents.

41
Une famille unie, c’est possible !

C’est une chose extraordinaire que de comprendre le mystère, le but


du mariage, qui consiste à conduire un homme et une femme à servir
le Seigneur, dans une unité de cœur et d’esprit, et dans l’amour.

Désirer le meilleur selon Dieu pour sa famille

Chaque homme qui s’engage dans le mariage devrait avoir un idéal


pour sa famille. Quand ma femme et moi nous nous sommes mariés,
nous n’étions pas chrétiens et notre plan était celui de tous ceux qui
se marient sans Christ, c’est-à-dire vivre ensemble, avoir des enfants
et notre propre maison un jour. Il n’y avait aucun but spirituel dans
notre union, aucune fondation sur laquelle construire notre couple, et
nous ne savions pas où cela nous conduirait. C’est un grand risque
aujourd’hui de fonder une famille sans avoir un but spirituel, quand
nous voyons tous les défis auxquels un couple doit faire face et les
difficultés qu’il sera appelé à surmonter.

Ce n’est pas parce qu’un couple est chrétien qu’il peut croire que
tout ira pour le mieux. La bénédiction du pasteur lors de la cérémonie
du mariage n’est certainement pas suffisante pour faire face à tous
les défis de la vie quotidienne. Il y a tant de familles chrétiennes qui
sont dans la tourmente et dans le désarroi aujourd’hui, parce que les
conjoints n’ont jamais compris l’engagement pris dans le mariage, ni
la raison de leur union qui est de servir de Seigneur.

42
Chapitre IV – Le mariage – un mystère

Luc 14 : 28 : “Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied
d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer”. La
Bible nous enseigne que l’on doit évaluer le coût de la construction
avant de bâtir une tour. De même, le chrétien doit comprendre
la valeur du mariage aux yeux de Dieu, le prix à payer pour sa
réussite, et le plan de Dieu pour lui et sa famille avant de prendre cet
engagement. Le couple doit aussi réaliser la responsabilité de faire
grandir des enfants dans les voies du Seigneur, car il est de plus en
plus difficile de le faire, avec toutes les mauvaises influences que ce
monde exerce sur eux.

Après avoir compris ce que Dieu attendait de nous, ma femme et moi


avons traversé des moments difficiles, mais nous pouvons témoigner
de la fidélité et de la grâce du Seigneur pour nous changer et nous
façonner de plus en plus à son image. Notre désir est d’être de plus
en plus unis pour servir le Seigneur et son église ensemble. Mon
souhait est qu’elle devienne de plus en plus une femme de Dieu dans
notre famille, dans l’église, et là où le Seigneur l’appelle. Je me rends
compte de la part qui m’incombe dans la réalisation de cette vision et
je suis prêt à tout pour cela. Pour nos enfants également, nous avons
vu l’intervention du Seigneur dans leur vie et aujourd’hui, nous avons
la grâce de Le servir tous ensemble.

43
Une famille unie, c’est possible !

En tant que pasteur, je parle toujours avec ceux qui veulent se marier
du mystère du mariage. Ils doivent être avertis de ce que cela signifie
car beaucoup se marient sans comprendre ce qu’implique le mariage,
ni réaliser leurs responsabilités. Or nous pouvons affirmer que Dieu,
dans toute sa sagesse, a fait du mariage une institution où sa gloire
et sa puissance peuvent se manifester. Et si le mariage en général
connaît beaucoup de turbulences aujourd’hui, ce n’est pas parce que
Dieu a échoué dans son plan mais parce que l’homme, créé libre,
ne veut pas se tourner vers Lui pour marcher dans ses voies et Lui
demander son aide.

44
IIe partie – Les enfants

45
Une famille unie, c’est possible !

26
Chapitre V

Investir dans la vie


de nos enfants

47
Une famille unie, c’est possible !

Nous devons être conscients que le premier modèle que nos enfants
ont devant eux, c’est le nôtre. Je crois que si, en tant que parents,
nous sommes unis et servons le Seigneur d’un même cœur, nous leur
donnerons toutes les chances de s’épanouir et de choisir de Le servir
eux aussi quand ils seront plus grands. Les parents sont la clé pour la
réussite d’une famille chrétienne unie et heureuse, appelée à devenir
un modèle dans l’église et pour les gens qu’elle côtoie en dehors.
De même que nous devrions être déterminés à faire la volonté du
Seigneur en tant que mari et femme, nous devrions tout faire pour
assurer l’avenir spirituel de nos enfants. Ce sujet extrêmement
important est aussi un grand défi, car trop de jeunes chrétiens, qui
sont allés à l’église dès leur enfance, la quittent un jour pour se perdre
dans le monde.

Assumer nos responsabilités de parents

Il est triste de constater que certains parents ont tendance à fuir leurs
responsabilités concernant l’éducation de leurs enfants. Nous devons
faire de notre mieux pour qu’ils puissent répondre le moment venu à
l’appel de Dieu dans leur vie. Il ne faudrait surtout pas croire que,
parce que des parents chrétiens emmènent leurs enfants à l’église
depuis leur plus jeune âge, cela fait d’eux des chrétiens. Encore
faudrait-il qu’un jour ils se repentent, naissent de nouveau comme
le dit Jean 3  : 3, et donnent leur vie au Seigneur, ce qui, j’en suis

48
Chapitre V – Investir dans la vie de nos enfants

convaincu, est son plan pour leur vie. L’apôtre Paul dit en effet, dans
1 Corinthiens 7 : 14, que même dans une famille où l’un des conjoints
est non croyant, l’un est sanctifié par l’autre et que les enfants sont
saints, c’est-à-dire “consacrés à Dieu, préparés pour Lui” (traduction
Parole vivante). Je crois qu’il est juste de dire que les enfants vivant
dans une famille chrétienne ont une grâce sur leur vie, dans le sens où
ils peuvent entendre la Parole de Dieu et recevoir un investissement
de la part du parent chrétien alors qu’ils grandissent. Il est grand
temps de nous assurer qu’en tant que parents, nous prenons bien
nos responsabilités !

Un amour inconditionnel pour nos enfants

Rien ne peut être construit dans la vie des enfants s’ils ne ressentent
pas que leurs parents les aiment de manière inconditionnelle et qu’ils
seront toujours là pour eux quoi qu’ils fassent. C’est ce qui leur donne
un sentiment de sécurité.

Cette assurance est la condition pour que l’autorité des parents soit
respectée. Les parents ont alors un libre accès dans leur vie pour les
encourager, les récompenser ou les reprendre quand il le faut. Les
enfants doivent savoir qu’il y a cette autorité parentale dans leur vie
et ne pas ressentir qu’ils sont livrés à eux-mêmes.

49
Une famille unie, c’est possible !

L’état spirituel des parents est déterminant

L’état spirituel des parents a une grande influence sur le domaine le


plus important de la vie de leurs enfants : leur avenir spirituel. Tout
ce qui se passe dans la maison dépend de la manière dont vivent
les parents. Nous pouvons enseigner la Bible à nos enfants, mais la
réalité de ce que nous sommes, l’exemple que nous leur donnons
dans la vie quotidienne, principalement à la maison, a un impact
beaucoup plus grand.

Les enfants doivent voir que leurs parents s’aiment et se respectent,


ressentir la paix et la joie dans la maison, et non être témoins ou victimes
de disputes fréquentes, conflits, explosions de colère… Les parents
peuvent se réclamer de principes excellents, faire des déclarations
admirables, et en réalité vivre dans une mésentente permanente.
Malheureusement, il est évident que la mauvaise atmosphère qui
règne dans la maison peut provoquer un sentiment d’insécurité et
de tristesse chez les enfants. S’ils n’ont pas sous les yeux l’exemple
d’une vraie vie chrétienne, et que pourtant leurs parents se disent
chrétiens fervents, vont à l’église tous les dimanches et à des réunions
en semaine, les enfants sont d’autant plus dans la confusion. De ce
fait, ces enfants n’aiment pas accompagner leurs parents à l’église,
ils y vont par stricte obéissance ou par obligation et se demandent si
ça a un sens d’être chrétien en voyant ce qui se passe à la maison.
Pour eux, l’église est comme une mascarade, ils développent une

50
Chapitre V – Investir dans la vie de nos enfants

attitude de rébellion vis-à-vis d’elle, et parfois même vis-à-vis du


Seigneur. Il devient alors très difficile de les éduquer dans ses voies.
Les parents ne peuvent pas se comporter comme les pharisiens qui
imposaient aux juifs de faire des choses qu’eux-mêmes ne faisaient
pas. C’est le fameux : “Fais ce que je dis, pas ce que je fais !”

Question clé : la télévision

Un point très important à considérer est l’usage de la télévision et de


la radio à la maison. Est-ce que les enfants ont la liberté de voir et
d’écouter les programmes qu’ils veulent ? Les parents contrôlent-ils
ce que les enfants regardent ? Aujourd’hui, très peu de programmes
de télévision peuvent être regardés par les enfants. La télévision
peut être un outil qui les détruit si nous ne savons pas l’utiliser de la
bonne manière. Pourtant, dans de nombreuses familles chrétiennes,
les enfants sont livrés à eux-mêmes, libres de regarder et d’écouter
n’importe quoi sans aucun contrôle. Quelle attitude irresponsable de
la part des parents, qui devraient pourtant les protéger ! Ce qui est
triste, c’est que c’est souvent en raison de leur fatigue, pour avoir la
paix, qu’ils laissent les enfants seuls devant la télévision sans même
se soucier de ce qu’ils regardent, qui est souvent violent ou malsain.
Comment éduquer les enfants dans les voies du Seigneur de cette
manière  ? C’est impossible. Souvent les parents se demandent
pourquoi leurs enfants sont rebelles, désobéissants, coléreux, etc.

51
Une famille unie, c’est possible !

Mais ce que les enfants regardent et écoutent ne fait que nourrir


cela en eux. Attention à ce que nous regardons nous-mêmes en leur
présence, car certaines scènes peuvent être très néfastes pour eux.

Je me souviens que, quand nos deux filles étaient petites, elles avaient
notre accord pour regarder les programmes chrétiens pour enfants,
mais elles n’avaient pas le droit d’allumer la télévision sans le feu vert
d’une personne responsable. Pourtant, à cette époque, il n’y avait
pas autant de programmes pouvant nuire spirituellement aux enfants
qu’aujourd’hui. Elles écoutaient des chants chrétiens, regardaient
des dessins animés ou des films chrétiens, chantaient, dansaient et
s’amusaient devant la télévision, elles aimaient se distraire par ces
moyens sains. Elles ont ainsi pu grandir sans être sous l’influence de
l’esprit qui règne dans le monde. Certes, cet exemple date maintenant
d’une trentaine d’années – autant dire une éternité, vu la vitesse à
laquelle les choses évoluent – mais ce que je souhaite, c’est souligner
que nous avons beaucoup investi dans les livres, cassettes et films
chrétiens parce que nous avions compris que c’était leur protection et
leur préparation pour leur avenir dans le Seigneur. Nous avons préféré
investir dans leur vie spirituelle plutôt que d’acheter certaines choses
pour nous, quitte à nous priver souvent. Il y a beaucoup de parents
aujourd’hui qui ne voient pas cela de cette manière et n’assument
pas leur responsabilité. C’est pourquoi je ne cesse d’encourager les
parents chrétiens à se procurer des livres, CD et DVD chrétiens pour
leurs enfants, afin de les protéger et de les préparer pour l’avenir.

52
Chapitre V – Investir dans la vie de nos enfants

Quand je vois mes filles maintenant, je suis convaincu que notre


décision d’investir dans leur vie spirituelle depuis leur plus jeune âge
les a grandement aidées à servir le Seigneur aujourd’hui. Beaucoup
d’autres parents peuvent dire la même chose.

La question difficile du téléphone portable


et d’internet

On ne peut nier que le téléphone portable et internet, dont nous nous


servons tous, permettent aux enfants d’être en contact avec l’esprit
malsain qui règne dans le monde. Aujourd’hui, tout est accessible
par ces outils, outils de construction et d’éducation, mais également
outils de destruction pour la vie des enfants – aussi bien que celles
des adultes d’ailleurs. Je comprends évidemment qu’il est aujourd’hui
impensable que les enfants se passent d’ordinateur et d’internet,
qu’ils utilisent pour leurs programmes scolaires. Mais cela n’enlève
pas la responsabilité des parents de leur expliquer les dangers de ces
différents moyens de communication et d’exercer une surveillance
très attentive à la maison concernant leur utilisation de l’ordinateur. Il
est vrai que ce n’est pas toujours facile à gérer, et d’autant moins si on
les a laissé faire ce qu’ils voulaient auparavant. Il est certain qu’il est
difficile pour les enfants de fonctionner différemment de leurs amis à
l’école et de risquer d’être ainsi mis à l’écart, mais il faut bien avoir
conscience de ce qui est en jeu. Là encore, la relation de confiance

53
Une famille unie, c’est possible !

entre parents et enfants est essentielle. Il est vital de la cultiver, car


c’est elle qui fera la différence.

Et il est bien évident que si nous sommes nous-mêmes scotchés à


nos écrans, nous ne serons pas très crédibles… Encore une fois, tout
dépend de ce que nous faisons nous-mêmes !

Tout ceci nous montre comment nous, parents, nous devons être bien
établis dans le Seigneur afin de pouvoir discerner ce qui peut nuire à
nos enfants, et ensuite faire de bons choix dans l’achat de ce qui peut
les aider à grandir dans les voies du Seigneur. Il y sûrement un peu
de ménage à faire à la maison si nous acceptons de reconnaître que
nous avons agi d’une manière irresponsable !

Cela nous montre aussi qu’il faut manifester discipline et fermeté


dans l’application de nos convictions afin de voir des résultats positifs
dans la vie de nos enfants, tout en veillant bien sûr à ne pas nous
comporter d’une manière dure et légaliste.

La Parole de Dieu et notre enfant

Proverbes 1: 8-9 : “Ecoute, mon fils, l’instruction de ton père et ne


rejette pas l’enseignement de ta mère  ; car c’est une couronne de
grâce pour ta tête et une parure pour ton cou.”

54
Chapitre V – Investir dans la vie de nos enfants

Proverbes 22 : 6 : “Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et
quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.”

Dès que notre enfant commence à comprendre, nous sommes appelés


à lui parler de Jésus et à lui raconter des histoires bibliques. Nous
devons lui enseigner la Parole de Dieu et non nous reposer sur ce que
qu’il apprend à l’église des enfants le dimanche. Malheureusement,
c’est ce que font de nombreux parents, qui prient rarement avec leurs
enfants et ne lisent pas la Bible avec eux à la maison.

Donnons du temps à notre enfant

Par-dessus tout, passons du temps avec lui et pour lui, c’est


tellement important  ! Votre enfant sait que vous travaillez et faites
beaucoup de choses, mais il est important qu’il ne passe pas après
toutes vos occupations. Attention à ne pas privilégier les réunions et
activités de l’église au détriment de votre famille. Jouez avec votre
enfant, accompagnez-le dans ce qu’il fait, que ce soit un sport, de la
peinture, de la musique, et encouragez-le. Priez ensemble en famille,
lisez la Parole avec lui, écoutez-le… Donnez-lui du temps, tout ce
temps passé avec lui quand il est jeune produira de bons fruits quand
il grandira.

55
Une famille unie, c’est possible !

Nous, chrétiens, nous ne pouvons jouer avec l’avenir de nos enfants,


nous devons réaliser que c’est une question de vie ou de mort
spirituelle. De nos jours, avoir des enfants est plus que jamais une
lourde responsabilité, de plus en plus difficile à exercer. Assumer
pleinement notre rôle de parents nous demandera parfois de payer un
prix élevé : investir pour eux dans des loisirs chrétiens, nous priver de
certaines choses dans leur intérêt, leur consacrer du temps, surveiller
ce qu’ils font même quand nous sommes fatigués, etc. Sans ce
réel esprit de sacrifice, il y a malheureusement de grandes chances
pour qu’ils refusent un jour la volonté du Seigneur pour leur vie. Il y
a aujourd’hui beaucoup de parents qui pleurent et se lamentent en
voyant leurs enfants perdus dans le monde… mais il y a par contre
tellement de joie quand les enfants grandissent dans les voies du
Seigneur, Lui donnent leur vie et Le suivent !

56
Chapitre VI

Eduquer nos enfants selon


le Seigneur

57
Une famille unie, c’est possible !

Notre responsabilité de parents est d’éduquer l’enfant que Dieu a


placé sous notre autorité. Notre enfant doit savoir qu’il y a une
hiérarchie dans la famille, il doit comprendre quelle est sa place
et quelle est la nôtre. C’est pour cela que la Bible l’appelle à nous
obéir : “Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est
juste.” (Ephésiens 6 : 1)  

Eduquer notre enfant consiste entre autres à lui donner des règles
et des limites qu’il faudra l’aider à respecter depuis tout petit. Il est
essentiel qu’en tant que parents nous soyons unis et constants pour
veiller à cela. Ce que nous voulons, c’est lui donner des repères pour
sa sécurité, qu’il apprenne qu’il y a des choses que l’on fait et d’autres
que l’on ne fait pas, afin qu’il ait un comportement responsable
en grandissant.

C’est évidemment par le dialogue que nous enseignons ces règles


à notre enfant, même s’il n’est pas obligatoire de tout expliquer et
justifier tout le temps. Nous n’avons pas à craindre qu’il soit frustré par
les limites que nous lui fixons, si nous sommes convaincus que c’est
pour son bien-être physique, affectif ou spirituel : c’est comme cela
qu’il se construira solidement et éprouvera un sentiment de sécurité.

58
Chapitre VI – Eduquer nos enfants selon le Seigneur

Que faire face à un enfant qui désobéit ?

Notre enfant a tout à apprendre, y compris les limites qu’il ne devra


pas dépasser. Cet apprentissage se fait sur la durée et nous demande,
à nous parents, la même constance et la même patience que celle
que le Seigneur manifeste à notre égard.

Parfois, notre enfant peut désobéir volontairement à une règle qu’il


a pourtant comprise et manifester une véritable opposition. Il est en
train de tester l’autorité et les limites que nous lui avons fixées. Il est
alors indispensable de lui rappeler tout d’abord calmement la règle
qu’il refuse de respecter. Mais s’il persiste à désobéir et à ne vouloir
faire que sa propre volonté, comment réagir ? Souvent, les mots ne
sont pas suffisants, et il est alors nécessaire de le remettre sur la
bonne voie, de le réorienter dans la bonne direction. 2 Timothée 3 : 16
déclare que toute Ecriture est utile “pour corriger”, c’est-à-dire, selon
la traduction Parole vivante, “pour réformer notre conduite”  : c’est
en ce sens que nous devons reprendre notre enfant. Il n’y a pas une
seule façon de le faire, chaque parent doit connaître son enfant. Il est
par exemple possible de le faire asseoir, de le priver de dessert ou de
télévision, de le corriger, etc. Quand nous reprenons notre enfant de
la bonne façon, nous savons que nous agissons pour son bien. “Qui
refuse de châtier son fils ne l’aime pas ; celui qui l’aime le corrigera de
bonne heure.” (Proverbes 13 : 24, traduction Bible du Semeur). Bien
sûr, l’enfant n’aime pas être repris, mais quand il est en train de défier
volontairement l’autorité de ses parents, il sait que c’est mérité.

59
Une famille unie, c’est possible !

En aucun cas un acte de violence

Reprendre notre enfant n’est évidemment jamais l’humilier, ni lui


faire du mal, lui donner des gifles ou le frapper, il ne s’agit pas de
violence, de brutalité ou de maltraitance. D’ailleurs, des lois sont là
pour assurer la protection des enfants vis-à-vis de parents brutaux et
coléreux. Mais ce dont nous parlons n’a rien à voir avec cela, il s’agit
de reprendre l’enfant selon le Seigneur, selon sa Parole, la Bible, qui
est notre référence.

Nous savons bien qu’il n’est jamais facile pour nous, parents, de
reprendre et corriger nos enfants, et il est extrêmement important
de le faire de la bonne façon, avec la bonne attitude. Nous devons
avoir du bon sens, de la sensibilité et le cœur du Seigneur. Si nous
en manquons, prions le Seigneur de nous aider, et Il saura nous
éclairer. Mais je crois qu’il n’est pas inutile de rappeler certains
points essentiels qui doivent être bien clairs pour nous, afin que nous
puissions vraiment aider notre enfant à se construire.

60
Chapitre VI – Eduquer nos enfants selon le Seigneur

Ne pas craindre que notre enfant ne nous


aime plus

Quels que soient les conflits ou les situations difficiles, ce qui compte
avant tout est de toujours préserver, à tout prix, notre relation avec
notre enfant. Mais cela ne signifie pas que nous devons avoir peur de
le discipliner, comme le Seigneur le fait par amour pour nous : “Car le
Seigneur prend sous sa discipline celui qu’il aime : Il corrige tous ceux
qu’il reconnaît pour ses fils.” (Hébreux 12 :6, traduction Parole vivante)

Il y a des parents chrétiens qui espèrent qu’il suffira de parler à leur


enfant pour régler les problèmes, mais cela ne marche pas. Nous ne
devons pas nous laisser dominer par nos émotions ou nos sentiments
et craindre de perdre son amour, sinon nous serons incapables de le
reprendre ou de le punir quand ce sera nécessaire.

Notre enfant doit être assuré que nous l’aimons

Oui, la réprimande ou la punition sont parfois indispensables, mais


nous parlons de discipline dans l’amour, où nous expliquons à notre
enfant pourquoi il est nécessaire de le reprendre. L’important est qu’il
comprenne bien que nous le faisons en raison de son comportement,
mais que ça ne change rien à l’amour que nous éprouvons pour lui. Il
doit être assuré que notre amour pour lui est inconditionnel, qu’il ne

61
Une famille unie, c’est possible !

diminuera pas parce qu’il a désobéi, comme l’amour de Dieu envers


nous (2 Timothée 2 : 13). C’est ce qui lui donnera un sentiment de
sécurité et lui permettra d’accepter la réprimande ou la punition.

L’importance de la maîtrise de soi

Nous devons veiller à ne pas corriger notre enfant sous le coup de la


colère, de la frustration, de l’énervement ou de l’irritation. Ce serait
abuser d’une position de force. De même, nous ne devons pas le
faire parce que nous sommes fatigués et que nous “craquons”, sinon,
cela créerait à juste titre un sentiment d’injustice dans son cœur. Si
nous sentons que nous n’allons pas le faire avec le cœur du Seigneur,
mieux vaut nous abstenir, car cela ne sera pas constructif ! Mais s’il
arrive que nous ayons agi sous le coup de la colère ou de la fatigue, il
est important de le reconnaître devant lui et de lui demander pardon.
De toute façon, il sait très bien que nous étions en colère ! Si nous ne
lui demandons pas pardon, il risque alors de ressentir cela comme
une injustice, comme un abus d’une position de supériorité de notre
part qui peut faire naître en lui un sentiment de révolte.

62
Chapitre VI – Eduquer nos enfants selon le Seigneur

Rien d’automatique

Reprendre ou punir ne se fait pas par principe, ce n’est pas non


plus un réflexe. Nous devons être sensibles pour savoir quand c’est
nécessaire, si c’est vraiment mérité, et cela vient forcément après un
ou plusieurs avertissements. Concernant les règles de bases ou les
situations dangereuses pour lui, par exemple donner la main pour
traverser la rue, il n’est pas question de céder, mais dans les autres
cas, il est possible d’être plus souple. Je crois que si nous avons
un cœur ouvert, le Saint-Esprit peut nous donner de la sagesse en
toutes circonstances.

Il faut aussi comprendre que nous ne devons pas vouloir traiter tous
les points à la fois. Il faut établir des priorités, sinon, nous serons sans
arrêt en train de reprendre notre enfant sur tout et nous ne ferons que
le décourager.

Ce qui est dommage, c’est que les parents manquent parfois de


certaines connaissances. Par exemple, les personnes qui travaillent
dans une crèche pourront vous dire que, vers deux ans, l’enfant
traverse une phase d’opposition, où il dit toujours “non”, non à tout. Il
découvre qu’il peut être autonome et veut tester les limites, c’est une
phase qui lui permet de grandir, de se construire et de se détacher
de nous. Il faut le savoir et le comprendre, afin de manifester de la
patience, le laisser s’exprimer et ne pas le traiter comme un “rebelle”.
Il n’est bien sûr pas question de le laisser faire tout ce qu’il veut et

63
Une famille unie, c’est possible !

nous devons le reprendre si c’est nécessaire, notamment quand sa


sécurité est en jeu – s’il veut jouer avec un couteau ou du feu, par
exemple – mais si nous n’avons pas cette compréhension, nous
risquons d’être trop sévères et de le décourager. Il faut aussi savoir
qu’un enfant très jeune fait souvent des bêtises sans penser à mal. Il
n’est pas interdit d’avoir un peu d’humour !

Je me souviens très bien que ma deuxième fille, à l’âge de deux ans,


trouvait très intéressant d’attraper et de manger de grosses chenilles
noires qui rampaient dans le jardin, et ça ne nous amusait vraiment
pas de la trouver en train de les mâcher. Bien sûr, on cherchait à l’en
empêcher, ce qui ne lui plaisait pas du tout, mais en même temps, on
comprenait que c’était sa façon de découvrir les choses…

Reprendre de façon adaptée

La réprimande ou la punition de l’enfant doivent être adaptées. Elles


dépendent des circonstances – est-ce que notre enfant désobéit
pour la première fois, ou bien est-ce qu’il s’obstine ? – et de l’enfant,
de son âge et de sa sensibilité. Nous devons voir ce qui est le plus
efficace avec lui et aussi comprendre que l’on ne reprend pas deux
enfants de la même façon. Les tempéraments sont différents, l’un
peut être plus sensible que l’autre et ce qui aidera l’un pourrait être
néfaste pour l’autre. On voit là encore combien il est important de
bien connaître nos enfants !

64
Chapitre VI – Eduquer nos enfants selon le Seigneur

Pour être crédibles, soyons constants

Il doit y avoir une continuité dans les limites que nous donnons à
nos enfants. Nous ne pouvons pas changer les règles du jeu sans
arrêt !  Quand nous lui avons interdit quelque chose et qu’il a compris
qu’il aurait une punition s’il ne respectait pas la règle posée, il faut
aller jusqu’au bout de ce que l’on a dit et dans ce cas lui donner
la punition annoncée, sinon, il pensera que ce que nous disons n’a
aucune valeur et il ne changera pas de comportement.

Les règles doivent aussi être les mêmes pour tous nos enfants. Surtout,
veillons à ne pas manifester de préférence pour l’un d’entre eux !

L’accord entre les parents est primordial

Notre enfant doit savoir que nous, ses deux parents, lui donnerons
toujours la même réponse et que nous sommes d’accord sur les règles
que nous posons et sur notre façon de l’éduquer, de le reprendre ou
de le punir. Les enfants ressentent si les parents ont un avis différent,
et ils essaieront d’avoir avec l’un ce qu’ils ne peuvent obtenir de
l’autre. Ils savent exactement à qui s’adresser pour avoir ce qu’ils
veulent ! Lorsque nous avons la même conception de l’éducation,
notre enfant saura à quoi s’en tenir.

65
Une famille unie, c’est possible !

Un cœur de grâce
Eduquer, c’est sans arrêt rechercher un équilibre, pas toujours facile
à trouver ! D’un côté, comme on l’a dit, nous devons poser des règles
et faire attention à être fermes et constants pour qu’elles soient
observées. Mais attention à ne pas vouloir un enfant irréprochable !
Nous devons respecter sa personnalité et ne pas exiger qu’il soit
parfait, ce que nous ne sommes pas nous-mêmes ! Nous cherchons
à éduquer notre enfant, pas à le casser, ni à le dresser ou à en faire
un robot…

Il faut être conscient que notre enfant reste un enfant et qu’il est
normal qu’il agisse comme tel. Nous ne pouvons pas avoir les mêmes
attentes envers lui qu’envers un adulte et être comme des policiers
derrière lui. Avec un esprit de grâce, notre maison sera un lieu où
règnera l’ordre, mais aussi la liberté, l’amour et la paix.

Je pense au jour où ma fille aînée, âgée de 6 ans, a réussi à détourner


l’attention de la personne qui la gardait pour partir à l’aventure sur la
grande route avec une amie de son âge. Inutile de dire notre choc,
pour ma femme et moi, quand nous nous en sommes aperçus,
vu les risques d’accident ou d’enlèvement  ! Mais nous avons bien
compris qu’à son âge, c’était simplement de l’insouciance et qu’elle
ne comprenait pas le danger encouru. Donc bien sûr, nous lui avons
expliqué qu’elle ne devait pas refaire ça et pourquoi, mais sans nous
montrer sévères envers elle. Je suis sûr que tous les parents ont
beaucoup d’histoires du même genre à raconter !

66
Une famille unie, c’est possible !

Une famille unie, c’est possible !


Aujourd’hui, les familles chrétiennes connaissent, comme les autres,
beaucoup de turbulences. Il est temps que les chrétiens se réveillent,
reviennent à la Parole de Dieu, comprennent leur rôle et prennent au
sérieux leurs responsabilités au sein de leur famille. C’est comme cela
que l’amour, la paix et l’unité y règneront, selon le plan du Seigneur.

Church Team Ministries International est une organisation qui rassemble des
dirigeants de différentes églises et pays autour du message de la croix et de la
grâce de Dieu, pour qu’ils travaillent d’un même coeur et dans la même vision.

Découvrez tous nos produits sur www.ctmistore.com

Miki Hardy

Cat Nº: 09-G-012-800005

www.ctmiworld.com
6 091402 812388
Chapitre VI – Eduquer nos enfants selon le Seigneur

Ne jamais oublier d’encourager notre enfant

L’une des choses les plus importantes que nous puissions faire
pour notre enfant est de lui donner confiance en lui. Le féliciter pour
ses efforts ou ses réussites, ou même le récompenser, lui donner
un cadeau ou faire quelque chose qui lui fait plaisir, tout cela va
l’encourager et c’est essentiel. Cela suppose aussi de lui donner
beaucoup de notre temps, la chose la plus précieuse à ses yeux.

Un verset de la Bible résume de façon admirable notre programme


de parents :

Ephésiens 6  : 4  : “Vous, les parents, n’exaspérez pas vos enfants


par une sévérité excessive afin qu’ils ne conçoivent pas d’amers
ressentiments contre vous. Eduquez-les comme le Seigneur vous
éduque, en vous inspirant de ses conseils pour avertir et reprendre.
Elevez-les dans une discipline aimante que le Seigneur puisse
approuver.”  (Traduction Parole vivante)

67
Une famille unie, c’est possible !

Aujourd’hui, beaucoup de parents n’ont plus aucune autorité sur


leurs enfants qui, à l’adolescence, deviennent indépendants et
rebelles. Les parents les ont laissé faire leurs propres activités, avoir
leurs propres relations et organiser leur vie à leur guise, sans contrôle.
Et si jamais ils essaient de s’opposer à leurs plans, cela peut très
mal se passer. Ceci montre combien il est important que les parents
prennent leurs responsabilités depuis le jeune âge de leurs enfants. Il
est vrai que certains actes ont malheureusement des conséquences
irréversibles, mais, dans sa grâce, le Seigneur est toujours capable
de restaurer une relation brisée.

Quelle grande responsabilité aujourd’hui de construire une famille ! Il


est difficile d’élever des enfants dans les voies de Dieu pour les voir Le
servir quand ils grandissent, dans ce monde où tellement de choses
sont là pour les détruire. Mais quel témoignage puissant d’avoir une
famille heureuse et unie qui sert le Seigneur ! Et c’est possible !

68