Vous êtes sur la page 1sur 4

Des filaments d’épice qui alimentent vos neurones ?

Chère lectrice, cher lecteur, 

Aujourd’hui j’aimerais vous parler d’une petite épice qui fait beaucoup parler d’elle dans
la communauté scientifique, et pour cause : 
C’est un des seuls aliments qui permettrait, à lui seul, de freiner le déclin cognitif !
Non, il ne s’agit pas du curcuma. 
Mais d’une épice rouge, qui rappelle étrangement l’aspect filamenteux des neurones : 

les neurones
L'extrait de crocus sativus

Cette épice rouge, extraite du crocus sativus, est plus connue pour son rôle culinaire – c’est
l’épice principal de la paëlla, elle donne son goût à la bouillabaisse et au risotto milanais. 
Mais il serait dommage de limiter son usage à la cuisine…
Car des dizaines de recherches montrent aujourd’hui ses effets bénéfiques contre
la dépression, les troubles de la vue… et Alzheimer.
Cela dit, les hommes n’ont pas attendu la science pour s’en servir. 

Déjà au XIVème siècle, les médecins Européens la préconisent contre la peste noire. 
Au XIXème siècle on la retrouve dans toutes les officines d’apothicaires. 
Et dans les années 1850, le Docteur Delaberre en fait l’ingrédient principal de son sirop de
dentition, qui soulage notamment les gencives des bébés lors de poussées dentaires.  

Mais les études récentes vont bien plus loin : 


 Cette épice favorise la vision, grâce à sa teneur en crocine, un caroténoïde qui se
transforme en vitamine A lorsqu’il est assimilé par notre intestin. La vitamine A joue
un rôle central au niveau des pigments de l’œil et des tissus de la rétine, mais aussi
contre la DMLA, la dégénérescence maculaire liée à l’âge.
 Des chercheurs ont étudié l’impact du safran sur la dépression : les résultats sont sans
appel. 30mg de cette poudre par jour aurait un effet équivalent à la fluoxétine, la
molécule présente dans le… Prozac !  Bien sûr, sans aucun de ses redoutables effets

1
secondaires…  
Mais comme je vous l’ai dit, là où cette épice est plus intéressante… c’est face à Alzheimer !
Alzheimer : elle « éclaire » le cerveau des malades
Une étude a été menée sur des patients atteints d’Alzheimer.
Dans le premier groupe, les patients ont reçu un placebo. 
Dans le deuxième groupe, les patients ont reçu 30 mg/jour de cette petite épice rouge en
gélule (15 mg deux fois par jour). 
Le graphique suivant affiche l’évolution du déclin cognitif dans les deux groupes. 
Ne vous trompez pas, il faut le lire à l’envers : plus la courbe est BASSE, plus les capacités
cérébrales S’AMELIORENT.
Regardez ce qu’il s’est passé après 16 semaines :  

Alors que les patients qui avaient pris le placebo ont vu leur score de déclin
cognitif s’empirer semaine après semaine… ceux qui avaient ingéré quotidiennement 30mg
de cette épice, au contraire, récupéraient leurs fonctions cérébrales.
Autrement dit, ces patients atteints d’Alzheimer modéré retrouvaient de meilleures capacités
de raisonnement qu’auparavant, jusque 30% supérieures au groupe « placebo ».
Et des études parallèles ont confirmé cet effet : 
 L’extrait de crocus sativus fait mieux que le Donépézil, un médicament utilisé contre
Alzheimer (amélioration similaire et moins d’effets secondaires comme les
vomissements)
 Et une autre étude, indique que les propriétés antioxydantes de cette
épice stimulent les fonctions cognitives chez les personnes atteintes par la maladie.
Et c’est SIMPLEMENT en utilisant cette épice rouge : aucun autre changement n’a été
effectué dans les 2 groupes. 
Alors imaginez ce que l’on peut faire lorsqu’on intègre ce piment à une stratégie globale
contre Alzheimer, comme celle du Dr Michael Nehls en Allemagne, qui a réussi à stopper le

2
développement de la maladie… 
Si cette épice est efficace pour les personnes atteintes d’Alzheimer, c’est qu’elle peut avoir
des effets encore plus puissants sur votre mémoire, en prévention de la maladie. 
Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire…
Maintenant, si vous avez déjà cuisiné une paëlla ou un tajine marocain, vous avez sans doute
reconnu cette épice : il s’agit du safran. 
Vous savez donc qu’il y a un tout petit problème avec cette épice : c’est son coût. Mais ne
vous inquiétez pas, j’ai une astuce pour éviter de vous ruiner en protégeant votre cerveau.   
Comment s’en procurer sans se ruiner
Le safran peut vite être très couteux.
1 kilo de pistils de crocus sativus vaut aujourd’hui environ 30 000 euros.
C’est presque le prix…d’un lingot d’or !
Mais rassurez-vous : il existe un moyen peu couteux de vous en procurer : plantez quelques bulbes de
crocus sativus dans votre jardin. 
 

35 bulbes vous reviendront à 11,33€ dans


une jardinerie, ce qui est
considérablement moins cher que les
pistils ou les compléments alimentaires ! 

Vous pourrez ainsi les récolter vous-même, gratuitement, et les utiliser en cuisine. 
Cependant, si vous décidez quand même d’en acheter dans le commerce, il y a quelques
précautions à prendre.
Car les contrefaçons sont courantes. 

L’expert en nutrition Benoît Dauriac donne 3 conseils simples pour éviter de se faire avoir : 
1. N’achetez pas de safran en poudre… les commerçants n’hésitent pas à la mélanger à
n’importe quel ingrédient, comme du curcuma… 
2. Regardez bien la forme et la couleur. Du safran. Normalement, les filaments des
stigmates sont attachés par trois, et ils se terminent en forme de trompettes ; leur
couleur est un beau rouge vermillon, un rouge foncé avec une pointe orangée.
3. Contrairement à ce que l’on pense parfois, le safran n’est jamais jaune. Il ne prend sa
couleur jaune que lorsqu’il est infusé.
Maintenant, vous savez tout !

3
Alors n’hésitez plus, plantez vos propres crocus sativa et régalez votre cerveau !
Bien entendu, cette épice ne remplace pas une démarche globale pour vous protéger contre
Alzheimer. Mais c’est un bon début. 
Soyez attentifs à mes prochaines lettres, où je vous dévoilerai point par point comment
renforcer chacune des parties de votre cerveau. 
Portez-vous bien,
Charles Combaz
Le projet AV, Alzheimer Vaincu !