Vous êtes sur la page 1sur 63

TYPOLOGIE DES

STRUCTURES

ENAU 2019 - 2020


Classifications des
structures horizontales
Introduction

• Eléments de structure qui assurent la transmission par


flexion des charges aux éléments verticaux
• Contenus généralement dans un plan horizontal
1. Poutres
2. Planchers et dalles
3. Structures plissées

3
Poutres
Définition
Les poutres sont des éléments la plupart du temps horizontaux qui
doivent reprendre essentiellement des efforts de flexion. Leur section
doit par conséquent présenter une inertie adaptée dans le sens de la
flexion et donc une certaine hauteur.
La flexion comporte une composante de traction et une
composante de compression que l’on retrouve aux extrémités de chaque
section.
Ces efforts transmis dans les membrures hautes et basses sont d’autant
plus faibles que la hauteur de la poutre est plus importante.
Schématiquement, doubler la hauteur de la poutre divise par quatre les
efforts auxquels elle est soumise.
La section des membrures est par conséquent capitale pour calculer le
poids de l’acier à utiliser.
Cette caractéristique très importante pour les poutres en treillis usuelles
se retrouve dans les structures spatiales. 4
Poutres
Définition
• Une poutre est une longue pièce mécanique de forme
parallélépipédique
• Conçue pour résister à la flexion
• Placée en général en position horizontale
• Supporter des charges, les poids de la construction et du mobilier, et
à les transmettre sur le côté aux poteaux, colonnes ou aux murs sur
lesquels elle s'appuie
• Poutrelle est une poutre de faible section (moins de 20 cm d'âme).
• Les poutres sont à l'origine des pièces de bois, des troncs d'arbre
équarris
5
Poutres
Histoire
• Architecture moderne du 20e siècle, les poutres sont des éléments de
béton armé coulés sur place avec leur ferraillage
• Dans la deuxième moitié du 20e siècle, des poutres préfabriquées,
coulées au sol hors-place
• Le système d'industrialisation de la construction individuelle A abouti
au système poutrelle-hourdis
• Les poutres précontraintes, pourvues de câbles de précontraintes
incorporés et tendus avant la prise du béton, sont souvent utilisées
lorsqu'il est nécessaire d'atteindre de grandes portées ou de supporter
d'importantes charges
• Poutre en béton armé, bois, métal
6
• Rendement des poutres métalliques plus élevés
Poutres
Caractéristiques
• La poutre a une section où la hauteur est plus grande que la largeur,
selon son modèle de calcul : structure unidimensionnel linéique
• Poutre continue : poutre sur plusieurs appuis ; elle a une section plus
faible que les poutres sur deux appuis pour une même portée
• La poutre est pleine (massive) ou composée (assemblage de
membrures, assemblage à jours).
• La retombée de poutre est la face visible de la poutre par dessous.
• Si la poutre est solidaire de deux piliers séparés elle constitue alors
un portique
• La poutre sur deux appuis aux extrémités a sa partie haute en
compression et sa partie basse en tension.
• La poutre en porte-à-faux encastrée dans un appui est en flexion, a
sa partie haute en tension et sa partie basse en compression. 7
Poutres
Types – selon la forme
Poutre droite

Section constante Section variable

• Section rectangulaire pleine


• Section en Té
• Section en caisson
• Section en I ou en double Té
• Poutre en treillis

8
Poutres
Types – selon la forme
Section rectangulaire

Poutre simple Poutres croisées 9


Poutres
Types – selon la forme
Section rectangulaire
b

10
Poutres
Types – selon la forme
Section en Té
• Planchers nervurés en béton armé (à corps creux): succession des
nervures portant dans un seul sens

11
Poutres
Types – selon la forme
Section en Té
1m

nervure

33 cm hourdis

33cm
Table de compression
5cm

Ame
16 cm

(ou 19+6cm) 12
7cm
Poutres
Types – selon la forme
Section en Té

13
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle

Les poutrelles laminées peuvent avoir différentes sections, en I, en


U, ou en H.
Elles conviennent aussi bien pour les poteaux que pour les poutres
et sont fabriquées en différentes nuances d’acier (en général 235 ou
355 Mpa : limite élastique ), y compris d’acier à haute limite
d’élasticité (460 MPa).
Les longueurs maximales varient de 18 à 33 m suivant le profilé.

14
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I
Les poutrelles en I sont de deux sortes :
– IPN : poutrelles en I normales. Les ailes sont d’épaisseur variable, ce qui
entraîne des petites difficultés pour les attaches ;
– IPE : poutrelles en I européennes. Les ailes présentent des bords parallèles,
les extrémités sont à angles vifs (seuls les angles rentrants sont arrondis).
Les IPE sont un peu plus onéreux, mais plus commodes et sont d’usage courant.

15
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I

• Matériau porté vers les


fibres extrêmes
• Flexion prise presque
uniquement par les semelles

16
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I

17
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I
La poutrelle alvéolaire ou ajourée
Les poutrelles ajourées, appelées aussi poutrelles alvéolaires, sont
obtenues à partir de laminés courants découpés en demi-poutrelles
dont l’âme est elle-même découpée en cercle ou hexagones ; elles
sont ensuite reconstituées par soudage.
Ceci permet d’alléger le poids et surtout de faciliter le passage des
gaines et des fluides dans la hauteur de la poutre. Elles sont donc
particulièrement intéressantes pour les immeubles de bureaux en
permettant des portées de 20 m en solution mixte acier-béton.

18
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I

La poutrelle alvéolaire ou ajourée 19


Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I

La poutrelle alvéolaire ou ajourée 20


Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en I La poutrelle alvéolaire ou ajourée

21
Poutres
Types – selon la forme
Type âme - semelle
Les poutrelles en H
Elles se décomposent en trois séries : HEA,
HEB et HEM, suivant l’épaisseur relative de
leur âme et de leurs ailes. Leur section
s’inscrit approximativement dans un carré (la
semelle a une largeur sensiblement égale à la
hauteur du profil jusqu’à 300 mm de hauteur).
Les ailes présentent toujours des bords
parallèles. Les hauteurs varient de 100 à 1100
mm.
Les profils HEA, les plus légers, présentent le
meilleur rapport performance/poids en général
et sont donc les plus utilisés.
22
Poutres
Types – selon la forme
Profil creux
Les tubes de construction sont appelés
« profils creux ».
Ils sont fabriqués en continu à partir
de tôles minces ou moyennes repliées
dans le sens de leur longueur.
Les profilés creux dits « de forme »
sont en général formés à partir de
tubes ronds : ils peuvent être carrés,
rectangulaires, hexagonaux,
elliptiques, voire demi-elliptiques.
On fabrique aussi par extrusion des
tubes sans soudure capables de plus
fortes épaisseurs. Les longueurs
standards sont de 6 à 15 m 23
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
On appelle indifféremment treillis, triangulation ou structure réticulée,
un ensemble de barres assemblées les unes aux autres à leurs
extrémités, de manière à former une structure portante stable, plane ou
spatiale.
Elle est constituée par l’assemblage de plats, de cornières, de profils I
ou T et de profils creux.
Légères, les poutres en treillis (ou poutres triangulées) permettent
de franchir de plus grandes portées mais nécessitent des assemblages
parfois complexes.

24
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes

Les poutres en treillis à membrures parallèles


Il en existe plusieurs sortes et notamment :
– les poutres à treillis en N.
C’est une des solutions les plus anciennes.
En charge, les montants sont comprimés et les diagonales
sont soit tendues, soit comprimées ;
– les poutres à treillis en V, dites poutres Warren.
C’est une des formes les plus courantes ;
– les poutres à treillis en croix de Saint-André.

25
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures parallèles

Compression
Résistance axiale :
Traction

26
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures parallèles

Treillis à diagonales en V

Treillis à diagonales en N

Treillis inférieur à diagonales en V

Treillis à diagonales en N
Treillis inférieur à diagonales en V 27
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures parallèles

28
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures parallèles

Treillis avec montants et diagonales en X Treillis à diagonales en K

29
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures non parallèles

Ces poutres permettent de répondre de


manière optimale aux efforts auxquels
elles sont soumises.
Il est même possible que les membrures
ne soient pas de même profil, l’une
étant en compression, l’autre étant en
traction.

30
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les poutres en treillis à membrures non parallèles

Treillis lenticulaire Treillis lenticulaire


31
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les fermes
Les fermes sont des poutres en treillis dont les membrures supérieures
suivent la pente de la toiture. L’entrait des fermes est souvent retroussé
pour mieux dégager le gabarit ou l’espace libre sous la charpente.

32
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les fermes

Treillis Pratt (portée >20m) Treillis Howe (portée jusqu’à 15m)

Treillis Polonceau (portée entre 12 et 20m)


Treillis Flink (portée jusqu’à 10m)

Treillis Double-Flink (portée entre 10 et 15m) 33


Treillis Bowstring (portée > 30m)
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Sections typiques des treillis :

Éléments de membrures

34
Eléments de diagonales et montants
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les organes de liaison :

• Par Soudage
• Par es boulons

35
Poutres
Types – selon la forme
Poutre en treillis et fermes
Les organes de liaison :

• Par Soudage
• Par Les boulons

36
Poutres
En béton armé

• Béton:
– Bonne résistance à la compression
– Faible résistance à la traction
• Béton armé:
– Combinaison entre béton et armatures en acier
– Armatures produit la résistance à la traction

37
Poutres
En béton armé

Essai de flexion

38
Poutres
En béton armé
Pré-dimensionnement

• Poutres continues hyperstatiques: L/16 ≤ h ≤ L/12


• Poutres isostatiques: L/12 ≤ h ≤ L/10
• Largeur de la poutre: 0.3d ≤ b ≤ 0.5d ; avec d =7/8 h
• Largeur de la poutre égale à celle du poteau pour des
dispositions constructives

39
Poutres
En béton armé
Concept de flexion : - Effet de la portée
- Effet des conditions aux limites
- Optimisation de la section
- Effet de la continuité
• Effet de la portée :
flèche : ∆= (5/384) qL4/ (EI)

Moment fléchissant maximum : M0= qL2/8

Moment fléchissant M Effort tranchant maximum V= qL/2

Effort tranchant V 40
Poutres
En béton armé
- Effets des conditions aux limites :

41
Poutres
En béton armé
- Effets de continuité

42
Poutres
- Dispositions relatives :

Encadrement affleurant: le dessus des solives et des poutres s'alignent

- Nécessite moins de hauteur structurelle du plancher


- Peut nécessiter une profondeur supplémentaire pour les gaines

- Cadrage en couches: les solives reposent sur le dessus des poutres

- Plus simple,
- Moins coûteux
- Possibilité d’avoir les gaines principales entre les poutres et les
43
gaines secondaires entre les solives
Plancher et dalle
Définition

• Plaque horizontale en béton d'une surface pouvant être importante


• Elément de structure dont l’épaisseur a une dimension largement
inférieure aux deux autres, lesquelles se trouvent sur un même plan
• Structure étendue sur deux directions horizontales supportant des
charges essentiellement verticales.

44
Plancher et dalle
Caractéristiques

• Bonne ductilité structurelle : capacité à se déformer plastiquement


sans se rompre, et en conditions extrêmes de pouvoir résister en
subissant des déformations importantes au-delà de l’apparition d’une
première rupture
• Cette propriété assure généralement la tenue des ouvrages en
conditions extrêmes comme, par exemple, pendant les séismes
• Les grandes portées sont faites avec du béton précontraint

45
Plancher et dalle
Types

Unidirectionnelle
• À nervures : dalle béton renforcée par des nervures verticales (poutres) qui
permettent d’augmenter la portée de la dalle ; plancher nervuré ou corps
creux
• À poutrelles et entrevous : plancher composé de poutrelles précontraintes et
d’entrevous sur lequel est coulé in situ une dalle de compression
• Alvéolées précontraintes : dalle préfabriquée précontrainte allégée par ses
alvéoles
Bidirectionnelle
• À caissons : dalle nervurée dans les deux directions
• À dalle pleine : les armatures principales sont disposées suivant deux
directions
• Bidirectionnelles à champignon : plancher constitué d’une dalle en béton
reposant sur des poteaux évasés à leur sommet
46
Plancher et dalle
Dalles plissées
• opération ayant pour but d'augmenter considérablement l'inertie.
• On trouve de nombreuses formes de structures plissées dont les structures parallèles
avec travée de stabilisation, les structures radiales ou encore les ouvrages plissés à
arcs ou à portiques.

• Le principe est un module initial répété ou transformé par rotation (rayonnement


autour du centre), par translation, par duplication ou par superposition
• Le principe du plissage offre généralement des plans de toiture d'une grande
finesse. L'orientation des plis et leurs géométries permettent de construire des
formes spatiales abstraites mais aussi fortement figuratives (l'aile, le coquillage, la
cocotte, etc.) comme dans la technique de l'origami.

47
Plancher et dalle
Dalles plissées
Si on pose une feuille de papier entre deux appuis, elle fléchit sous son poids
propre : elle n'a pas d'inertie, donc pas de rigidité.
Si on lui fait une série de plis parallèles dans le sens de la portée, elle devient
rigide

1- Déformation du papier sous son propre poids 2- Le pliage du papier augmente la


résistance et la rigidité

48
3- Déformation du papier sous forte charge 4 La fixation des extrémités augmente la résistance
Plancher et dalle
Dalles plissées

2- Tendance du pli à se
déformer sous charge
gravitaire

1- Flexion représentée par une


compression en parties supérieures 3- Mur et cadre pour
et une traction en zones inférieures augmenter la résistance

4- Déformation des bords des plaques 5- Panneaux d’extrémités


d’extrémités stabilisés par poutres de rive
49
Plancher et dalle
Dalles plissées
1 dalle plissée avec un bord droit et un bord à pignon

2 dalle plissée avec des bords à pignons décalés

3 dalle plissée avec des bords à pignons décalés à


mi- portée

4 dalle plissée avec pliage des supports et décalage


des bords à mi- portée

50
Plancher et dalle
Dalles plissées

1 dalle plissée à trois directions avec assemblage sur


base triangulaire

2 dalle plissée à trois directions avec assemblage sur


base carrée

3 dalle plissée à trois directions avec assemblage sur


base hexagonale

51
Plancher et dalle
Coque cylindrique

52
Plancher et dalle
Coque cylindrique

1 Contrainte de compression sur le dessus, contrainte de


traction en bas avec quelques effet d’arc.

2 Cisaillement horizontal généré par les contraintes de compression et de


traction différentielles

3 cisaillement vertical

53
Plancher et dalle
Coque cylindrique

4 Distribution des contraintes de flexion 5 Répartition des contraintes de cisaillement

6 Déformation sous la charge de gravité 7 Flambement sous charge latérale


54
Plancher et dalle
Coque cylindrique
Les coques cylindriques peuvent avoir diverses configurations:
- sections transversales de demi-cylindres
- sections transversales de quart de cylindres
- sections transversales d'autres formes incurvées.

Les extrémités peuvent être :


- toutes les deux fermées
- parfois fermées et parfois ouvertes.

1 Coquilles cylindriques semi-circulaires, simplement supportées,


avec des extrémités en verre 55
Plancher et dalle
Coque cylindrique
Les coques cylindriques peuvent comporter des porte-à-faux qui s’étendent des 2
extrémités. Des sections transversales en forme de papillon sont également possibles
si elles sont conçues pour résister à la flexion dans le sens de la largeur.

2 Unités peu profondes en porte-à-faux, conçues pour résister à la rotation

3 Unités de papillon en porte-à-faux sur pylônes 56


Structure spatiale

Les composants usuels de la construction en charpente métallique


(poteaux, poutres, fermes et portiques) forment généralement un
plan dans lequel se trouvent situées toutes les forces, charges et
efforts qui sollicitent la structure.
C’est l’assemblage de plusieurs composants plans qui permet
d’obtenir une construction à trois dimensions et une stabilité
dans l’espace.
Lors du montage de portiques, il faut par exemple prévoir des
étaiements provisoires car la rigidité hors plan des éléments est trop
faible.

57
Structure spatiale

Ces structures présentent les avantages suivants :


– montage : possibilité de pré-assemblage au sol et de levage
d’ensembles ;
– économie de matière ;
– légèreté ;
– transparence ;
– esthétique ;
– flexibilité.
Il peut y avoir en revanche des difficultés éventuelles de transport ainsi
qu’un coût élevé des assemblages

58
Structure spatiale

59
Structure spatiale
Typologie des nappes :

(a) Maille Carré (b) Maille diagonale

(c) Maille triangulaire (d) Maille hexagonale

60
Structure spatiale

61
Structure spatiale
Assemblage :

Tube en acier Nœuds en acier

62
Structure spatiale
Assemblage :

63