Vous êtes sur la page 1sur 10

Département de Génie Civil

Laboratoire de Modélisation en Hydraulique et Environnement

TP :
Poussée hydrostatique

Réalisé par :
Farhati Manel
Khnouchi Khalil
Warghi Rami

2 A GHE

2019/2020
I. Introduction
1. Définition et explication

On appelle hydrostatique une branche de l’hydraulique qui s’occupe de l’équilibre des liquides et son
interaction avec les corps solide.

Tout corps partiellement ou totalement immergé dans un fluide subit des forces de pression
équivalentes à une force unique appelée poussée. Cette poussée, verticale et dirigée de bas en haut, est
d'intensité égale au poids du fluide déplacé (fluide dont le corps occupe la place)

A l’aide des équations d’équilibre qui vont nous permettre de déterminé la pression en n’importe quel
point du volume du liquide qui est en contact avec une paroi quelconque sous l’action des forces extérieures
(pesanteur, inertie).

2. But

Ce TP nous permet de calculer les forces hydrostatiques sur une paroi partiellement et totalement
immergée, ainsi que la position du centre de poussée ainsi que déterminer le poids volumique du liquide
utilisé.

II. Partie théorique


La pression désigne la force  par unité de surface qui s'exerce perpendiculairement à un élément de

surface  de normale . On a ainsi :

Autrement, on sait que l'expression de la force hydrostatique appliquée à une surface plane, sous
différents angles, lorsqu’elle est totalement ou partiellement immergée dans un liquide est:

F yG S ==> dF= yG dS

F : Force de pression (N) ; (force hydrostatique)

: Poids volumique du liquide (N/m3) ;


S : surface de la plaque en contact avec l’eau (m²).
yG:Profondeurducentredegravitédelasurfaceencontactavecl’eaucomptéeàpartirdela surface libre (m);
Le moment de cette force dM en O est:

dM= dFyc ==>dM=  yG dS yc

fig1

Totalement immergée

F ω y G S

Avec S=B ( R2 −R 1 )

En intégrant l’expression de la force appliquée sur la totalité de la surface, on aura :


❑ R2

F tot =∫ dF=∫ ω y G Bdy


S R1

R2

F tot =∫ [ωB
R1
( cosθ
2
( R −R ) −h ) ]dy
2 1

R2 R2

(
¿ ωB ∫ ❑
R
cosθ
2 1
( R 2−R1 ) dy−∫ h dy
R 1
)
F tot =ωB ( cosθ
2
( R −R )−h ( R −R ) )
2
2
2
1 2 1

Finalement on a

F tot =ωB ( R +2 R cosθ−h)( R −R )


1 2
2 1

On cherche à déterminer y c :
I xx R 2−R1
or y c =
yG S
+ y G avec y G =
2 [
+ R 1−h/cos ɵ ]
3
a . b3 B ( R 2−R1 ) (D’après théorème de Huygens)
I xx = =
12 12

7 R ₂2 +10 R ₁❑ R ₂❑−17 R ₁2−24 R ₂❑ h−24 h ²


yc=
( 6(R1 + R2−2 h) )

Le moment théorique pour une surface totalement immergée est : M thtot =F th ( y c + h)

R1 + R2 7 R ₂2+10 R ₁❑ R ₂❑−17 R ₁2−24 R ₂ h−24 h ²


M ❑thtot =ωB ( 2 )
cosθ−h ( R2 −R1 )∗¿ [ ( 6(R 1+ R 2−2 h) )
+ h]

ωB
M ❑thtot = [ ](
12
R 2−R 1 ) [7 R ₂²+10 R ₁ R ₂−17 R ₁²−24 R ₂ h−24 h2+ 6 hR ₁+6 hR ₂−12 h]

Finalement

ωB
M ❑thtot = [ ]
12
( R 2−R 1 ) [7 R22❑ +10 R 1❑❑ R2❑❑−17 R12❑ −18 R2❑ h−36 h2 +6 hR ₁+6 hR ₂]

Partiellement immergée

Dans le cas d'une surface partiellement immergée on aura

S=B.(R2-h/cos ɵ)

1 h
yG= ∗
2 cos ɵ (
+ R 2 cos ɵ -h )
=1/2*( R 2cos ɵ -h)

B ( R2−h )3
I xx =
12

y c = ( ( R 2−h ) ²+3 R2 cosθ−3 h¿ ¿ ¿ 6 )


❑ h / cosɵ
F p ar=∫ dF= ∫ ω y G Bdy
S R2

h /cosɵ
cosθ h
F par = ∫
R2
ωB (R 2−h)[
2

cosθ (
+ R 2 −h]dy )

F par =ω B ( cos2 ɵ ( R 2 −h se c ɵ )−h ( R 2−h secɵ))


2 2 2

F par =ω B(R 2−h sec ɵ) ( cos2 ɵ ( R 2 +h se c


❑ ❑ ❑
ɵ )−h )

Donc
1
F par = ∗ωB( R 2−h)²
2


Le moment théorique pour une surface partiellement immergée est : M th par =F th ( y c + h)

❑ 1
¿ M th par = ∗ωB (R 2−h) ² . ¿ ( ( R 2−h ) ²+3 R2 cosθ−3 h¿ ¿ ¿ 6 ) +h ¿
2

1
M ❑th par = ∗ωB ( R 2−h ) ² [ ( R 2−h )2 +3 R 2 cosθ +3 h]
12

Pour calculer la somme des moments agissant autour du pivot du bras de levier de dispositif
expérimental, on applique l’équilibre des moments par rapport au point O :

∑M/o = 0 ==> M exp−mg R3=0

==> M exp=mg R3
III. Equipement
Les figures suivantes illustrent le montage expérimental utilisé pour cette expérience.

fig2
1. Les conditions de mesure

L’appareil de la pression hydrostatique (fig1) est la balance qui permet d’équilibrer les
moments des forces de pression du liquide agissant sur le cadrant immergé, laide des poids  mis
sur le plateau de la balance.
Le cadran de cette appareil qui est fixé solidement au fléau de la balance est le quart de la
baque avec la section rectangulaire .Le centre de courbure de ce cadrant coïncide avec le pivot ɵ
de la balance c'est-à-dire avec le point O. C’est pourquoi les résultantes des forces de pression qui
agissent sur les surfaces courbes du cadrant passent parle point O est le moment de ces forces par
rapport au point O sont égales à zéro .Par conséquent on ne doit tenir compte que de l’action des
deux forces agissant sur le fléau de la balance :
1) la force de pression du liquide agissant sur la force d’extrémité du cadran
2) la pesanteur des poids sur le plateau de la balance.
La figure 2 montre le schéma de calcule de l’appareil de pression hydrostatique pour les
deux cas suivant :
* surface plane rectangulaire de la face d’extrémité du cadran est partiellement immergée
dans le liquide c'est-à-dire la hauteur du cadran (y) est plus grande que la hauteur d’eau y>h
*surface plane rectangulaire de la face d’extrémité du cadran est complètement immergé
dans le liquide (h≥y)

2. procédure expérimental :
 Disposer la cuve sur le banc du fléau sur le coussinet du pilot à couteau
 Accrocher le plateau à l’extrémité du fléau et équilibrer la balance
 Mettre les poids sur le plateau de la balance. Le premier poids doit être égale à10g,
mais les seconds peuvent être recommandés 50, 100, 150, 200, 250, 300, 350 et 400
(pour l’immersion partielle de la force d’extrémité du cadrant) et 450, 500,550 et
600(pour l’immersion totale).
 Noter le niveau de l’eau y sur l’échelle du cadran et la valeur du poids sur le plateau
de la balance.
 Le réglage du niveau précis d’eau est effectué en remplissant la cuve
IV. Les résultats
En mesurant la hauteur correspondant à chaque masse ajoutée à l’équilibre hydrostatique, on
obtient le tableau suivant :

D'après le tableau ci-dessus, la surface devient totalement immergée pour h=100m qui
correspond à m=400g

En traçant la courbe du moment expérimental en fonction de l'hauteur on obtient la courbe


suivante:

La courbe Mexp=f(h) obtenue est une droite affine d'équation de la forme a.x+b=0

avec a:pente de la courbe

b:ordonnées à l'origine
ωB 2
d'après la courbe a=(1.2-0.8)/(0.062-0.1) ==> a= -10.53 ¿− ( R 2−R21 ) cosθ=−ω∗0,0005625
4

−a
d'ou ω= =18720=1.872.104 N . m−3
0.0005625

Pour calculer l’erreur entre les résultats théoriques et pratiques du moment on applique la formule

⃓ Mth−Mexp⃓
Erreur(%) = 100.
Mexp

D'après l'expérimentale nous obtenons un poids volumique qui nous permet de calculer M th .

Ainsi on aura le tableau suivant :

m(g) Mexp (Nm) h (m) Mth (Nm) Yc (m) F (N) Mth(Nm) Erreur
50 0.1 0.178 0.009 0.0504 0.182 0.064 35.76
100 0.2 0.158 0.034 0.0507 0.662 0.222 11.01
150 0.3 0.144 0.060 0.0509 1.176 0.380 26.60
200 0.4 0.13 0.094 0.0512 1.838 0.570 42.59
250 0.5 0.12 0.123 0.0513 2.400 0.724 44.73
300 0.6 0.112 0.147 0.0515 2.850 0.855 42.51
350 0.7 0.11 0.155 0.0515 3.000 0.889 27.01
400 0.8 0.1 0.208 0.056 3.750 0.913 14.08
450 0.9 0.094 0.255 0.061 4.200 0.888 1.34
500 1 0.084 0.343 0.069 4.950 0.840 16.00
550 1.1 0.076 0.424 0.076 5.550 0.796 27.67
600 1.2 0.062 0.590 0.089 6.600 0.705 41.24

 couleur bleu correspond au cas partiellement immergé


 couleur jaune correspond au cas totalement immergé

D'après ce tableau on remarque qu'il existe une marge d'erreur entre les valeurs expérimentales et
les valeurs théoriques varient entre 1.34% et 44.73%.

* La courbe yc =f(h) pour le cas partiellement immergé, on obtient


h (m) Yc (m)
0,178 0,0487
0,158 0,0490
0,144 0,0493
0,13 0,0495
0,12 0,0497
0,112 0,0498
0,11 0,0498

==> La courbe est une droite affine décroissante d'équation a x + b = 0

Avec a= (0.0498-0.0487)/(0.11-0.178)= -0.016 et b=0.053

* La courbe yc =f(h) pour le cas totalement immergé, on obtient

h (m) Yc (m)
0,1 0,06666667 ==> la courbe est une droite affine décroissante d'équation ax+b=0
0,094 0,07088095
avec a= (0.0974-0.0666)/(0.062-01)= -0.888 et b=0.144
0,084 0,07862626
V. 0,076 0,08526126 L’interprétation
0,062 0,0974697
Les deux courbes obtenues sont des droites affines de pentes
négatives. Donc la distance du point d’application de la force de poussée sur la partie immergée
par rapport à la surface libre y c diminue en fonction de la hauteur h.

On remarque que la pente du cas totalement immergé (-0.888) est plus grande dans le sens
négatif du celle du cas partiellement immergé (-0.016)

VI. La conclusion
Ce TP nous permet de déterminer la variation la distance du point d’application de la force
de poussée sur la partie immergée par rapport à la surface libre y c qui diminue en fonction de
l'hauteur h donc conclure que ces deux paramètres sont inversement proportionnelles, de plus
comparer les valeurs expérimentales et théoriques ce qui nous permet de déterminer une marge
d'erreur entre eux plus importante dans le cas partiellement immergé (entre 11.01 et 44.72)que
dans le cas totalement immergé (entre 1.34 et 41.24) . Cette marge d'erreur est prévue puisque une
mesure n'est pas absolue en considérant les incertitudes qui font une partie intégrante de l'activité.