Vous êtes sur la page 1sur 28

1

AVANT-PROPOS

Remerciement à mon Dieu, lui qui ma guidé, qui m’a assisté


tout au long de mon stage, qui m’a donné la vie saine, qui m’a protégé contre
toute sorte de mal, qui m’a accordé grâce et miséricorde, je dis “Grand merci”.

Nous tenons aussi à remercier au nom de la reconnaissance et


de bonne manière toute les autorités universitaires en général, à tout le corps
professorale particulier ainsi qu’à tout les membres chargés de stage pour
l’initiative et pour nous avoir recommandé à la Direction Générale des impôts
(D.G.I) Katanga.

Nous remercions également le Directeur Provincial de la D.G.I


Lubumbashi, pour nous avoir accueillir dans ses installations, je remercie le
chef de centre du centre des impôts Lubumbashi (C.D.I), pour avoir mis a notre
disposition ses agents pour l’encadrement.

D’une façon plus générale nous remercions l’ensemble du


personnel du C.D.I/ Lubumbashi pour l’intérêt qu’ils nous ont porté tout au
long de notre stage ainsi que pour leur aides et précisions ; surtout aux agents
des bureaux, ci-après:

- L’informatique
- Recherches et recoupement
- Gestion
- Accueil et information.
- Recouvrement
2

INTRODUCTION GENERALE
Ce stage de professionnalisation effectué pendant une période
d’un mois conformément au programme des cours des études des fin du
second cycle en relation internationale, cette période de stage nous a permis a
mettre en pratique les notions apprises a la faculté a fin de nous permettre de
parfaire nos connaissances face aux réalités de la vie professionnelle.

Ce travail s’est avéré très intéressant et très enrichissant pour


notre expérience professionnelle, en effet, notre formation s’inscrit précisément
dans ce secteur d’activités.

Grace a ce stage nous avons travaillé sur des dossiers qui nous
ont permis d’entrevoir en quoi consiste la profession d’agent au centre des
impôts.

L’intention premier qui nous animés dans le traitement de ce


sujet est de répondre aux besoins de l’économie nationale dont la RDC a besoin
pour relance son économie. C’est pourquoi la fiscalité particulièrement les
recettes ou financement a 80 pourcent du budget de l’état ou national

0.1. BUT DU STAGE


Le but de ce stage est celle de permettre à l’étudiant de concilier
la théorie étudié a la pratique sur terrain et aussi celle l’intégrer dans la vie
professionnelle. Faire connaitre a l’étudiant les réalités et les ambiances
existantes dans la vie professionnelle. Permettre a l’étudiant de savoir de quelle
manière les services fonctionnent c’est-à-dire (savoir comment le contribuable
se familiarise avec le fisc ou l’administration fiscale).

Le stage se déroule dans une entreprises publique, ainsi a la fin


du stage on est sensé être a mesure de rédiger un rapport. Ce rapport est
indispensable a quiconque attend être gradué ou licencié bien sur dans son
domaine.
3

CHAPITRE I : PRESENTATION
L’Etat, en dépit de ses pouvoirs extraordinaires entendus ne
peut rien faire de lui même, sa force provient de ces organes institutionnels ou
l’on trouve des agents qui gèrent ses biens.

I.I PRESENTATION DE LA D.G.I/D.P.I


I.I.I Aperçu historique
La Direction Générale des Impôts (D.G.I), est une régie
financière dont les origines remontent à l’époque coloniale. En effet, la
législation fiscale se fonde essentiellement sur ses ordonnances-lois n° 69-006,
69-007 du 16 février 1969 ainsi que celle n° 69-058 du 05 décembre 1969
relative respectivement à l’impôt réel, l’impôt exceptionnel sur les
rémunérations par les employeurs à leurs personnels et elle devient la
Direction Générale des Contributions qui avait été adoptée de manière
systématique lors de la réponse fiscale en 1969 pour atténuer la charge
émotive liée à l’impôt.

Rattaché dans l’imaginaire population, à la servitude dans


laquelle emploient les populations autochtones pendant la colonisation. Avec
les temps les quatre textes ont connus de nombreuses modifications en ce qui
concerne l’assiette, le taux ainsi que les règles de procédure.

Suite à l’évolution de la législation fiscale et face à l’intervention


de l’activité normative à partir de l’année 1997 ainsi que la multiplication qui
en découlait. Il s’est avéré non seulement inférieur mais aussi urgent de
procéder à une mise à jour du code pour promouvoir le civisme fiscal en RDC.

Les mots « contribution » sera réfuter et remplacer par le terme


« Impôts » dans tous les textes légaux et réglementaires en matières fiscale
selon la loi n° 00/2003 du 13 mars 2003, portant restauration du terme
impôts en son article 1°.
4

I.I.2 Présentation
La Direction Provinciale des Impôts du Katanga est située au n°
12 de l’avenue Sendwe dans la commune de Lubumbashi, elle a connu
évolution particulière et elle est implantée dans le chef de la province, qui est
Lubumbashi.

I.2 STRUCTURE
La structure de la direction provinciale des Impôts du Katanga
est composée des services liés à la Direction Générale à Kinshasa. La Direction
du Katanga est dirigée de la manière suivante :

1. Le Directeur dirige la province ;


2. L’inspecteur provincial comporte l’ensemble des inspecteurs affectés à la
D.P.I/Katanga ;
3. La division des services généraux et de la gestion budgétaire ;
4. La division des affaires sociales ;
5. La division des contentieux ;
6. La division des ressources et
7. La division de l’informatique ;
8. La division de la taxation et de la documentation ;
9. La division du contrôle fiscal ;
10. La division de recouvrement ;
11. (l’antenne D.G.I) dépendant de Kinshasa ;
12. Centre des impôts de Lubumbashi (C.D.I L) ;
13. Le centre des impôts synthétique (C.I.S)

I.3 SITUATION GEOGRAPHIQUE DU CENTRE DES IMPÖTS DE LUBUMBASHI


(C.D.I/L)
Le centre des impôts de Lubumbashi dont l’administration se
trouvent à Kinshasa, exerce toutes ses activités en R.D.C et disposes des
directions provinciales a travers le pays et des centre d’impôts installés dans le
différent district et territoires.
5

Le centre des impôts de Lubumbashi est situé sur l’avenue


kapenda n°13 dans la commune de Lubumbashi ; il est une division de la
D.P.I/Katanga ayant un caractère provincial en s’occupant de la mobilisation
de recettes fiscales et de la gestion des contribuables au niveau de la province
du Katanga (les contribuables des moyenne entreprises).

I.3.1 HISTORIQUE
La direction générale des impôts a été créée par le décret
n°017/2003 du 02/03/2003; la direction générale des impôts est un service
public placé sous l’autorité directe du ministre ayant les finances dans ses
attributions.

Elle est dotée d’une autonomie administrative et financière.

I.3.2 MISSIONS
La C.D.I exerce dans le des lois et règlement en vigueur toutes
les missions et prérogatives en matières fiscales, en l’occurrence celles relatives
a l’assiette, au contrôle, au recouvrement et au contentieux des impôts, taxes,
redevances et prélèvement a caractères fiscal.

A cet effet, la direction générale des impôts est chargée d’étudier


et soumettre à l’autorité compétente les projets des lois des décrets et d’arrêtés
a la matière. Elle doit être consultée pour tout texte ou toute convention à
incidence fiscale en tout agrément d’un projet d’investissement à un régime
fiscal obligatoire.

La D.G.I exerce ses compétences de manière exclusive sur toute


l’étendue du territoire national.

I.3.3 STRUCTURE ORGANIQUE


La direction générale des impôts est dirigée par un directeur
général assisté par deux directeurs généraux adjoins, nommés et, le cas
échéants, relevés de leurs fonctions par le président de la république sur
proposition du ministre ayant les finance dans ses attributions.
6

Elle comprend une administration centrale, une direction


opérationnelle, une direction urbaine, des directions provinciales et de services
extérieurs rattachés à ces deux dernières.

L’administration centrale est composée de la direction générale et des centrales


suivantes:

- Direction générale budgétaire et des services généraux


- Direction des ressources humaines
- Direction de l’informatique
- Direction des études de la législation et du contentieux
- Direction du contrôle fiscal
- Direction de recouvrement

La direction opérationnelle et la direction des grande


entreprises, D.G.E en sigle. Elle est chargée de la gestion de l’ensemble des
opérations fiscales des entreprises, personne physique ou morale dont le chiffre
d’affaires annuelle est supérieur à l’équivalent en franc congolais de 400.000.

Elle s’occupe notamment de la tenue des dossiers uniques, du


contrôle, du recouvrement et du contentieux de ces entreprises en ce qui
concerne tous les impôts et autres droits relevant de la compétence de la
Direction générale des impôts.

Elle exerce également sa compétence en matière de gestion des


ressources humaines, de gestion budgétaire et services généraux et
informatique. Elle peut disposer des antennes dans les provinces.

La direction urbaine et les directions provinciales sont chargées,


dans leur ressort, des tâches non dévolues à l’administration centrale et à la
D.G.E.

Elle dispose des services extérieurs à savoir le centre des impôts


(C.D.I) et le centre d’impôts synthétique (C.I.S). les C.D. sont chargés de gérer
7

les contribuables dont les chiffres d’affaires annuels sont situés entre
l’équivalent en franc de 50.000 FF et 400.000FFet les C.I.S ceux dont les
chiffres d’affaires annuels sont situé entre les francs congolais 10.001 FF et
50.000 FF.

La direction Générale des Impôts dispose d’une inspection des


services placés sous l’autorité directe du Directeur Général.

Les directeurs urbains et provinciaux disposent d’une inspection des services


placés sous l’autorité directe du directeur.

I.4 LES IMPÔTS GERES PAR LA C.D.I


Les impôts gérés par la C.D.I.

Les impôts cédulaires sur les revenus:

- Impôts mobilier ;
- Impôt sur les revenus professionnels (impôts sur les rémunérations des
expatriés;
- Taxe sur la valeur ajoutée

La D.G.I. recouvre aussi les facteurs émis par le gouvernement, les entreprises
et les services publics qui sont rendus exigibles par elle.

I.5 STRUCTURE FONCTIONNELLE


La D.G.I comporte d’une part les services non opérationnels et
d’autre part les services opérationnels.

I.5.I Les structures non opérationnelles


La haute direction comporte:

- La direction générale ;
- Le directeur général adjoint chargé des questions fiscales et des
reformes;
- Le directeur général adjoint chargé de l’administration et finance ;
- L’inspection générale des services;
8

- La direction des ressources humaines : elle s’occupe de la gestion et de


tous les services de la D.G.I;
- La direction de la gestion budgétaire et des services généraux : elle
s’occupe de la gestion des ressources internes (les frais de
fonctionnement) et de la logistique;
- La direction de l’informatique : elle s’occupe des logiciels (programmes) et
des machines informatiques sur toute l’étendue de la R.D.C;
- La direction des études, législation et contentieux: chargée des analyses
et de toutes les questions touchant à la fiscalité au niveau de la
coordination de la D.G.I;
- La direction de la taxation (gestion) et de la documentation: elle s’occupe
de la supervision de tous les services de taxation ou gestion de la D.G.I;
- La direction de recouvrement : elle supervise tous les services des
recettes de la D.G.I
- La direction du contrôle fiscal : elle s’occupe de la supervision de tous les
contrôles fiscaux de la D.G.I.

I.5.3 Structures opérationnelles


- La direction des grandes entreprises (D.G.E) : elle gère les contribuables
ayant un chiffre d’affaires de plus de 400.001 USD.

- la direction urbaine de Kinshasa : elle s’occupe de la gestion des impôts au


niveau urbain de la ville de Kinshasa.

- le centre des impôts pilote de Kinshasa (C.D.I pilote) : s’occupe des


contributions ayant un chiffre d’affaires allant de 50.001 USD et 4.000.000
USD.

- le centre des impôts synthétiques (C.S.S) : ici l’impôt est global c.à.d. unique
et cette direction s’occupe de la gestion des contribuables dont le chiffre
d’affaires va de 10.000 USD à 50.000 USD.
9

- les patentes, qui sont gérées par les entités administratives


décentralisées(E.A.D); ici les contribuables ont un chiffre d’affaires allant de 0 à
10.000 USD.

N.B : les valeurs décimales sont arrondies à l’unité.

- les directions provinciales : elles s’occupent de la supervision, de la gestion


des impôts au niveau provincial.

Une structure non opérationnelle est une structure


administrative tandis qu’une structure opérationnelle est celle qui s’occupe de
la mobilisation des recettes de l’Etat, c.à.d. récolte les impôts auprès des
contribuables pour mettre dans la caisse de l’Etat ou le trésor public.
10

CHAPITRE II : PRESENTATION DU CENTRE DES IMPÔTS DE LUBUMBASHI


ET DEROULEMENT DU STAGE
La C.D.I est une structure émanant de la reforme du 13 mars
2003, cette reformes est une loi qui a était promulguée par le chef de l’Etat,
«c’est une loi portant la procédure fiscale ».

Le centre des impôts se trouve dans chaque chef des provinces,


pour le Katanga, le centre des impôts est à Lubumbashi et elle a une
compétence provinciale. Il existe aussi des centres synthétiques qui sont dans
chaque commune de la ville de Lubumbashi et chaque ville.

II.1 STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT


II.1.1 Structure
La structure du centre traite des impôts d’une manière
provinciale, se compose des services liés à la direction et ceux liés aux
différents bureaux ; le centre des impôts est représenté de la manière
suivante :

- Le bureau du chef de centre


- Le bureau accueille et information
- Le bureau de recouvrement
- Le bureau de recherche recoupement
- Le bureau stratégique
- Le bureau de contrôle fiscal
- Le bureau informatique
- Le bureau du contentieux
- Le bureau des ressources humaines et services généraux
- Le bureau de gestion

Ces différents bureaux sont subdivisés à leurs tours en cellule.


11

II.1.2 Fonctionnement
Le centre des impôts Lubumbashi fonctionne sous la
supervision du chef de centre secondait dans ces lourdes tâches par les chefs
de bureaux, puis par le chef des cellules.
12

ORGANIGRAMME Chef de centre

Secrétaire du
centre

1 er bureau 2ième bureau : 4ième bureau : 6 éme bureau : 7 éme bureau : 8 éme bureau : 9 éme bureau :
5ième bureau : recherche et
appoint et ressources 3ième bureau : accueil et secteur contrô le fiscal recouvrement
gestion recoupement
contentieux informatique informatique stratégique
humaines et
services

1ère cellule : 1ère cellule : 1ère cellule : 1ère cellule : 1ère cellule : 1ère cellule : 1ère cellule : Secrétariat
immatriculations et
appoint ressources suivi des accueil et secteur minier programme du
tenue des dossiers
humaines applications informatique contrô le

2éme cellule : 2éme cellule : 2éme cellule : 2éme cellule : 2éme cellule : gestion 2éme cellule : 2éme cellule :
des comptes des
contentieux services maintenance liaison contribuables
secteur des brigades de 1ére cellule :
généraux hydrocarbures contrô le recettes et
externe statistiques
3éme cellule :
secteur 2éme cellule : centre
de traitement du
forestier
recouvrement et

4éme cellule :
secteur 3éme cellule :
bancaire poursuites et
contentieux

5éme cellule :
télécommun
ications
13

En tant qu’un service mobilisateur des recettes fiscales, la C.D.I


Lubumbashi est constitué de neuf bureaux plus un secrétariat du chef de
centre qui lui permettre d’atteindre son objectif qui est «la mobilisation des
recettes»

Le secrétariat du chef de centre est dirigé par l’assistant du chef


de centre, les bureaux par les chefs de bureaux et les cellules par les chefs de
cellules.

Vue le temps qui nous a été accordé, on n’a pas eu le temps de pouvoir
fréquenter tous les bureaux ; voilà pourquoi nous aurons à parler de certains
bureaux d’une manière superficielle et d’autres bureaux de manière plus
approfondie tel que les bureaux suivants :

- bureau informatique

- bureau de recherche et recoupement

- bureau d’accueil et information

- bureau de recouvrement

- bureau de gestion

II.1 LE BUREAU SECRETARIAT DU CENTRE


Comme on l’a dit ci-dessus, ce bureau est occupé par l’assistant
du chef de centre. Il a comme tâche à accomplir :

- La rédaction de tant ce qui a comme correspondance ;


- Faire aussi et corriger tant les avis de redressement s’ils sont mal rédigés
(même s’ils sont déjà signés).
- La réception des différentes communications provenant de l’extérieur
(D.G.I, D.G.E, D.P.I, …) parce que c’est lui qui a la boite e-mail du C.D.I
(donc tout doit passer par lui avant d’atteindre le chef de centre).
14

- Dresser en cas de recouvrement non conforme des lettres d’ouverture des


actions disciplinaires.

II.2 LE BUREAU D’ACCEUIL ET INFORMATION


Ce bureau est dirigé par un chef de bureau et secondé par des chefs des
cellules.

Le bureau d’accueil et information est subdivisé en deux


cellules, dont la cellule d’accueil et la cellule de liaison.

II.2.1La cellule d’accueil


C’est une cellule qui a pour but de réceptionner toutes les
correspondances et toutes les déclarations.

C’est le patron de l’entreprise qui vient déclarer les nombres de


ses agents et donnes toutes les coordonnées sur son entreprise.

Le service d’accueil vérifie toutes les informations si elles sont


correctes, si oui le service d’accueil pose un sceau attestant la viabilité du
dossier et la date avec un dateur et non pas avec un stylo, puis le nom et la
signature du récepteur.

A chaque type d’impôt correspond un formulaire. Tout


document, toute déclaration doit nécessairement passé le bureau d’accueil et
information et si elle ne passe pas là bas, le document est considéré comme
étant informel.

II.2.2 La cellule de liaison


La cellule de liaison est dirigée par un chef de cellule. C’est une
cellule du fonctionnement qui distribue toutes les correspondances entrant et
sortant.

II.3 Le bureau de recouvrement


Le recouvrement de l’impôt s’entant de toutes les opérations
conduisant à la perception par le receveur des impôts. Le bureau de
15

recouvrement est chapoté par un receveur et ce bureau est subdivisé en 3


cellules qui sont :

- C.T.R.S
- Cellule de paiement et recettes (apurement)
- Poursuite

Ce bureau joue trois rôles très importants pour la C.D.I notamment :

- Celle d’en tirer les recettes ;


- Celle de déterminer les montants des recettes ;
- Et celle d’effacer les dettes des contribuables.

Du point de vue du droit commun, il convient de distinguer le


recouvrement par voie de déclaration auto liquidative et le recouvrement par
voie d’avis de mise en recouvrement(A.M.R)

a. Le recouvrement par voie de déclaration auto liquidative. Il consiste


au paiement de l’impôt en même temps que le dépôt de la
déclaration ; il s’applique notamment en matière d’impôt sur les
bénéfices et profits, …
b. Le recouvrement par voie d’avis de mise en recouvrement (A.M.R),
concerne les impôts, suppléments d’impôts et autres droits établis par
l’administration des impôts.
c. Le recouvrement par voie de rôle.
Ce mode de recouvrement est appliqué transitoirement dans les
services des impôts qui ne sont pas encore dotés des structures
permettant l’application des nouvelles procédures. Son rôle est un
acte administratif qui fixe la douane à payer pour chaque
contribuable et l’obliger à le verser au compte du receveur des impôts.
16

II.4 LE BUREAU DE RECHERCHE ET RECOUPEMENT


Ce bureau s’occupe des contribuables qui travaillent dans la
clandestinité c.à.d. qui se cache.

Ce bureau est animé par un chef de bureau secondé par les


chefs des cellules et les autres sont des vérificateurs.

Le bureau est subdivisé en deux cellules à savoir :

- La cellule de recherche
- La cellule de recoupement

II.4.1 Objectifs et missions


- La détection des opérateurs économiques qui évolue dans la
clandestinité, c.à.d. l’obligation de les dénicher ;
- La recherche des contributions qui se maintiennent volontairement ou
involontairement sous un autre régime fiscal que les leurs (ex : il n’est de
droit commun mais il dit qu’il est patentait) ;
- La mise en évidence des procédés des fraudes sur le chiffre d’affaires ;

Les principaux types d’actions à mener pour atteindre ces objectifs :

- La recherche sur les terrains des renseignements à usage fiscal ;


- La surveillance des dossiers fiscaux considérés comme inactifs par les
services des gestions ;
- L’appui aux services des vérifications

II.4.2 Recherche de renseignement


La recherche,
_ opère des recoupements auprès des administrations, des cours et
tribunaux ainsi que les operateurs économiques.
_ exploite des médias et procède a des enquêtes sur terrain, il ya des
piste sources importants des renseignements pour le recoupement dont
les administrations assimilée et les entreprises privées et public
17

concernant les administrations assimilé ; les services des recherches doit


notamment
_ exploitée les renseignements des importateurs et exportateurs par un
rapprochement auprès de la D.G.D.A, l’O.C.C, l’OGEFREM, l’ONATRA, la
R.V.A, etc.

II.4.3 Suivi des entreprises qui se déclare sans activités


Crée un fichier des entreprises qui se déclare sans activités ou
en veilleuses.

II.4.4 Appuis tactique aux vérificateurs


Les services de recherche doit être a mesure d’apporté son
concours aux vérificateurs, aux cours de leurs investigations sur place.

Son rôle consiste notamment a apporté une aide aux


vérificateurs pour procédé a des contrôles des stocks

- s’effectue des relèves des prix de vente afin de déterminée les marges
bénéficiaires appliquée, etc.

Schéma de transmission des renseignements

Les chefs de division et / ou le chef de bureau de recherche


sont tenu de faire parvenir au responsable du service opérationnelle compétant
un état mensuel des avis de passage et de demande de renseignement.

Nous avons des renseignements revêtis du visa de leurs chef


hiérarchique complétée par les annotations complémentaire.

II.5 LE BUREAU STRATEGIQUE


Ce bureau est divisé en 5 cellules à savoir:

- secteur minier
- secteur d’hydrocarbures
- secteur forestier
- secteur bancaire
18

- secteur de télécommunication

Il gère les dossiers physiques et les déclarations des contribuables.

Exemple reçoivent les déclarations déjà faits

Les rôles du bureau statistique, c’est de gérer tout les dossiers physiques

- les permis d’exploitation


- les lettres des correspondances
- les avis de redressement, M.E.D (mise en demeure)

II.6 LE BUREAU DU CONTROLE FISCALE


Le système congolais étant déclaratifs les contribuables dont la
bonne fois est présumées souscrire des déclarations réputées sincères et
exactes. En contre partie, l’administration fiscale dispose d’un pour de
contrôle, sur pièce et/ ou sur place.

Dans le premier cas on a le contrôle sur pièce et dans le second


cas on a le contrôle sur place.

En bref le bureau du contrôle fiscal s’occupe de la vérification et


profit de l’entreprise.

II.7 LE BUREAU INFORMATIQUE


Au bureau informatique, il existe aussi deux cellules qui sont:
la cellule de maintenance et la cellule d’exploitation et suivi des applications.

- La cellule de maintenance: elle est là pour l’assistance informatique de la


C.D.I., des machines et de l’entretien.
- La cellule d’exploitation et suivi des applications: elle est chargée de
l’exploitation du programme, rectifier les erreurs commises dans les
autres bureaux

En bref, le bureau informatique s’occupe du réseau.


19

II.8 LE BUREAU DU CONTENTIEUX ET APPOINTE


Ce bureau a pour objectif de régler les conflits entre
l’administration fiscale et le contribuable qui remarquent qu’ils ont été
surtaxés ou lésés dans leurs droits.

II.9 LE BUREAU DES RESSOUCES HUMAINES ET SERVICES GENERAUX


Ce bureau s’occupe de tout les personnelles de la C.D.I et de toutes les autres
services.
II.10 LE BUREAU DE GESTION

C’est un bureau qui gère tout les contribuables répertorié à la


C.D.I./Lubumbashi. Le bureau de gestion a deux cellules à savoir : la cellule
d’immatriculation et tenue des dossiers et la cellule de gestion des comptes des
contribuables.

1. La cellule d’immatriculation et tenue des dossiers, son rôle est celle:


- D’ouvrir le dossier pour tout contribuable, de les solliciter et ce dernier
doit déclarer toutes ses activités.
 Pour la personne morale: il doit donner sa nationalité, le numéro du
registre de commerce, le statut notarié, le permis d’exploitation.
 Pour la personne physique: si c’est un expatrié, il doit fournir même son
passeport ; on doit établir un procès verbale qui sera signe d’une part
par le fisc et d’autre part par le contribuable.

N.B: personne physique ou morale soit –il, il doit préciser l’activité principale et
l’activité secondaire s’il ya eu deux sans oublier le capital social et forme
juridique pour qu’on lui attribue le NIF qui permettra au fisc de bien
commencer à le localiser.

2. cellule gestion des comptes des contribuables

Cette cellule s’occupe de la gestion quotidienne de


contribuables et du contrôle technique et aussi la gestion des répertoires.
20

Quelques actions menées au bureau de gestion

Outres la détection des défaillants et la proposition de mis en demeurent de


déclarée, avis d’imposition d’office qui est un avis établie dans les cas ou le
contribuable n’a pas.

- les contribuables qui est récidiviste c a d un contribuable qui n’a pas


déclarée plus de deux déchéances
- les contribuables qui n’a pas répondu a la mis en demeurent de
déclaré.
- le contribuable qui n’a pas répondu a la demande d’éclaircissement ou
de justification dans le délai légale des deux jours etc.

Le bureau de gestion c’est le bureau principal du C.D.I en


d’autre termes on peut dire que c’est la cuisine même du C.D.I parce que pour
que les autres bureaux puisse être nourris d’information il faut que ces
derniers soient d’abord préparer a la gestion.
21

CHAPITRE III : DEROULEMENT DU STAGE


 Lundi le 14 janvier 2013

Bureau de l’informatique

Il est divisé en deus cellules

- cellule maintenance
- cellule d’exploitation
 Mardi le 15 janvier 2013

Bureau de l’informatique

On nous a montré trois types de serveurs que le bureau informatique utilise.

- Serveur d’impression
- Serveur d’application
- Serveur d’anti-virus
 Mercredi le 16 janvier : férié
 Jeudi le 17 janvier : férié
 Vendredi le 18 janvier 2013

Bureau de l’informatique

 Lundi, le 21 janvier 2013

Bureau de recherche et recoupement

On nous a parlé des objectifs et missions de ce bureau et autre Procédure peut


avoir le recoupement.

 Mardi, le 22 janvier 2013


1.1 recherche des renseignements
1.2 suivi des entreprises déclarées sans activités
 Mercredi, le 23 janvier 2013
22

On nous a parlé de l’appui tactique aux vérificateurs qui sont les trois points
d’objectifs et missions de ce bureau.

 Jeudi, le 24 janvier 2013 : bureau de recherche et recoupement

Son rôle et les articles concernés

 Vendredi, le 25 janvier 2013

Bureau d’accueil et information

a. Cellule d’accueil

Ce bureau est dirigé par Madame TCHIKA Michelle

Il est subdivisé en deux cellules dont la cellule d’accueil et la cellule de liaison.

 Lundi, le 28 janvier

Bureau d’accueil et information continuité de cette cellule qui est la cellule


d’accueil

 Mardi, le 29 janvier 2013

Bureau d’accueil et information

b. Cellule de liaison
 Mercredi, le 30 janvier 2013

Continuité de cellule qui est la cellule de liaison

 Jeudi, le 31 janvier 2013

Bureau de recouvrement

Recouvrement comme le mot …… l’entrée de l’argent dans les caisses de l’Etat.


Le bureau de recouvrement est divisé en trois cellules.

- C.T.R.S
23

- Paiement et recettes
- Cellule de poursuite
a. Cellule C.T.R.S

 Vendredi, le 02 février 2013

Bureau de recouvrement

b. Paiement et recette
 Lundi, le 04 février 2013

Bureau de recouvrement

c. Cellule de poursuite
 Mardi, le 05 février 2013

Continuité cellule de poursuite

 Mercredi, le 06 février 2013

Bureau de gestion

Le bureau de gestion a deux cellules :

- La cellule d’immatriculation
- - la cellule de gestion des comptes
a. La cellule de gestion des comptes

Quelques tâches de gestionnaire des comptes

- Les tâches permanentes ou les attributions


 Jeudi, le 07 février 2013

Continuité de cellule de gestion des comptes

 Vendredi, le 08 février 2013

Bureau de gestion
24

b. Cellule d’immatriculation
 Lundi, le 11 février 2013

Continuité cellule d’immatriculation


25

CRITIQUES ET SUGGESTIONS
Il serait mieux que chaque autorité dans son entité s’applique
avec rigueur l’honnêteté du travail pour un bon rendement des services pour
maximiser les recettes de l’Etat. Pour ce faire, (nous proposons) je propose
quelques mesures fiscales pouvant favoriser la maximisation des recettes de
l’Etat en général et de la D.P.I. en particulier.

1. A L’ADMINISTRATION FISCALE

La direction générale qui, au niveau des Kinshasa eux qui dirige


toute la république en matières d’impôts d’où provient une grande partie de
pourcentage qui permet à l’Etat d’intervenir dans le développement de notre
pays.

Il serait mieux que l’administration fiscale prévoit des primes conséquentes aux
agents de la D.P.I. KATANGA en général, c’est de cette façon que les agents
seront motivés dans l’accomplissement de leur tâches et s’abstiendra à la
corruption et ne participeront pas à la fraude. Et demandons aux responsables
de la CDI de bien vouloir dotée des charrois automobile suffisant au bureau
recherche et recoupement afin permettre a ce bureau de bien fonctionner.

2. AU GOUVERNEMENT CONGOLAIS

Le gouvernement congolais doit savoir que les conditions de


travail du personnel de l’administration publique n’est pas mieux gérées :

- L’instauration d’une fiscalité permettant d’atteindre tout les membres et


ayant pour principe, la participation de tout un chacun ou charge
publique.
- Un salaire digne et des moyens logistiques en conséquent doivent être
attribués aux agents de fisc. Dans le contraire, l’efficacité de
l’administration fiscale sera toujours minime.
26

CONCLUSION
Je remercie les efforts consentis par les dirigeants de la
direction provinciale des impôts en général et en particulier le
C.D.I/Lubumbashi qui a participé à notre formation, celle de concilier la
théorie à la pratique par l’information, la sensibilisation et l’encadrement
pendant notre passage dans les différents services, et nous souhaitons que les
dirigeants de notre pays puissent intervenir dans l’administration fiscale.
27

Table des matières

AVANT-PROPOS...........................................................................................................................................1
INTRODUCTION GENERALE..........................................................................................................................2
0.1. BUT DU STAGE..................................................................................................................................2
CHAPITRE I : PRESENTATION.......................................................................................................................3
I.I PRESENTATION DE LA D.G.I/D.P.I........................................................................................................3
I.I.I Aperçu historique..........................................................................................................................3
I.I.2 Présentation.................................................................................................................................4
I.2 STRUCTURE.........................................................................................................................................4
I.3 SITUATION GEOGRAPHIQUE DU CENTRE DES IMPÖTS DE LUBUMBASHI (C.D.I/L).............................4
I.3.1 HISTORIQUE.................................................................................................................................5
I.3.2 MISSIONS.....................................................................................................................................5
I.3.3 STRUCTURE ORGANIQUE.............................................................................................................5
I.4 LES IMPÔTS GERES PAR LA C.D.I.........................................................................................................7
I.5 STRUCTURE FONCTIONNELLE.............................................................................................................7
I.5.I Les structures non opérationnelles...............................................................................................7
I.5.3 Structures opérationnelles..........................................................................................................8
CHAPITRE II : PRESENTATION DU CENTRE DES IMPÔTS DE LUBUMBASHI ET DEROULEMENT DU STAGE. 10
II.1 STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT.................................................................................................10
II.1.1 Structure...................................................................................................................................10
II.1.2 Fonctionnement.......................................................................................................................11
ORGANIGRAMME......................................................................................................................................12
II.1 LE BUREAU SECRETARIAT DU CENTRE.............................................................................................13
II.2 LE BUREAU D’ACCEUIL ET INFORMATION........................................................................................14
II.2.1La cellule d’accueil.....................................................................................................................14
II.2.2 La cellule de liaison...................................................................................................................14
II.3 Le bureau de recouvrement............................................................................................................14
II.4 LE BUREAU DE RECHERCHE ET RECOUPEMENT...............................................................................16
II.4.1 Objectifs et missions.................................................................................................................16
II.4.2 Recherche de renseignement...................................................................................................16
28

II.4.3 Suivi des entreprises qui se déclare sans activités....................................................................17


II.4.4 Appuis tactique aux vérificateurs..............................................................................................17
II.5 LE BUREAU STRATEGIQUE...............................................................................................................17
II.6 LE BUREAU DU CONTROLE FISCALE.................................................................................................18
II.7 LE BUREAU INFORMATIQUE............................................................................................................18
II.8 LE BUREAU DU CONTENTIEUX ET APPOINTE...................................................................................19
II.9 LE BUREAU DES RESSOUCES HUMAINES ET SERVICES GENERAUX..................................................19
CHAPITRE III : DEROULEMENT DU STAGE..................................................................................................21
CRITIQUES ET SUGGESTIONS.....................................................................................................................25
CONCLUSION.............................................................................................................................................26
Table des matières....................................................................................................................................27