Vous êtes sur la page 1sur 13

MODULE (AO)

CHAPITRE 0
POURQUOI UN COURS SUR L’ARCHITECTURE DES ORDINATEURS ?
Il s’agit d’abord de comprendre ce que désigne le terme ARCHITECTURE, c.-à-d. :
--Comment est « fait » un ordinateur ?
--Quels sont les éléments qui constituent un ordinateur.
--Quel est le fonctionnement d’un ordinateur ?
--Comment circule et est traitée l’INFORMATION par les différents constituants de
l’ordinateur ?
D’où la définition de l’ARCHITECTURE : L’étude et la description synthétique du
fonctionnement des composants internes d’un ordinateur ou bien la structure d’un ordinateur
que « le programmeur en langage machine » doit connaître pour écrire un programme correct
(Indépendamment du temps) pour cet ordinateur.
NB:
a) Il faut distinguer deux catégories d’architectures :
-- Matérielle : Elle est relative aux différents composants.
-- Logicielle : Elle concerne surtout les fonctionnalités des systèmes d’exploitation (
Logiciels ou programmes )
permettant le fonctionnement de l’ordinateur suivant une architecture.
b) Le choix d’une architecture est toujours le résultat d’un compromis ( Arrangement dans
lequel on se fait des concessions mutuelles ) entre :
-- Performances et coûts.
-- Efficacité et facilité de construction.
-- Performances d’ensemble et facilité de programmation. D’autre part, un
INFORMATICIEN se doit de comprendre le fonctionnement du système dans sa
globalité car les caractéristiques du MATERIEL influent sur les performances des
programmes.
CONSEQUENCE: Une BONNE connaissance du fonctionnement interne de
l’ORDINATEUR permet de comprendre
pourquoi certains programmes s’avèrent efficaces et d’autres sont mal adaptés par rapport à
une architecture donnée, et, comment améliorer le comportement. En effet, les traitements
informatiques possèdent, au regard de ceux qui les utilisent, une exigence de qualité
(Robustesse et performance) .Et, l’INFORMATIQUE s’attache à résoudre des problèmes
complexes par la structure ou par le volume des données à gérer. Donc, un cours
d’ARCHITECTURE permet d’atteindre

LES OBJECTIFS SUIVANTS :


1) La connaissance du MATERIEL : Sur quoi vos applications tournent.
2) La connaissance du VOCABULAIRE correspondant : Terminologie relative à
l’architecture d’un ordinateur.
D’où la QUESTION : COMMENT REALISER CES OBJECTIFS ?
Avec la REPONSE :
Le cours du module PFO expose les principes de fonctionnement de l’ORDINATEUR,
sachant qu’il ne s’agit pas uniquement de COMPRENDRE l’ORGANISATION de la
machine à bas niveau, mais aussi d’initier l’étudiant à programmer dans un langage
de bas niveau (TP : Travaux Pratiques en assembleur).
CHAPITRE 1
INTRODUCTION GENERALE A L’ARCHITECTURE DES ORDINATEURS
1) Historique :
1.1) Généralités :

La naissance de l’ordinateur a pris ses racines depuis les anciennes civilisations, mais la
construction de l’ordinateur n’a réellement connus des racines qu’au 17ème siècle, siècle du
début du 1er de l’industrie (l’ordinateur a vu le jour après la 2ème guerre mondiale)

Aussi la structure d’un ORDINATEUR est très complexe. Et, sa conception fait
intervenir des notions et des résultats de différents domaines de recherche : La partie
matérielle (Hardware) fait appel pour sa construction, notamment à la technologie, mais
aussi au développement de L’ALGEBRE de BOOLE, aux travaux de SHANNON et aux
systèmes d’automatisation.
Donc L’ORDINATEUR a environ plus d’un demi-siècle d’existence. Et, si l’on compare
les premières machines avec les plus récentes, on constate que l’évolution s’est faite toujours
selon les axes suivants :

*Diminution significative de la taille de machine.


* Réduction du coût de la machine.
* Augmentation des performances de la machine.
Ainsi, l’évolution de la technologie des ordinateurs a fait un pas de géant. Elle nous a fait
connaître une grande diversité de machines, chacune spécifique à son temps. On parle alors
de GENERATIONS de machines ( 4 ou bien 5 générations ).
1.2) Domaines d’application de l’Informatique :
Le terme INFORMATIQUE a été créé dans les années 60 par la contraction des termes
INFORMATION et AUTOMATIQUE.
Initialement, l’utilisation de l’INFORMATIQUE était essentiellement vue comme un moyen
d’accélérer et de faciliter les calculs. Cependant, il s’est avéré nécessaire d’utiliser des
machines ayant des capacités de traitement plus rapides que celles de l’Homme et qui ne
commettent (théoriquement) pas d’erreurs.
Ainsi, les domaines d’application de l’INFORMATIQUE se sont étendus à un grand
nombre d’activités que l’on peut regrouper en différentes familles :
Calcul scientifique : Il nécessite des ordinateurs ayant des possibilités de calcul très
importantes (Virgule flottante).
Gestion : Elle nécessite des capacités de stockage et de traitement d’un très grand nombre
d’information (gestion des entreprises) .
Conduite de processus : Elle nécessite généralement des ordinateurs spécialisés dans
l’acquisition de données et de contrôle en temps réel (Cas des unités de production
industrielle).
Les loisirs, le commerce et les communications : Les jeux, les ventes et les réservations par
correspondance, les réseaux (INTERNET) et le courrier électronique.
2) NOTION DE SYSTÈME INFORMATIQUE :
L’INFORMATIQUE étant la science de l’information, les systèmes informatiques en sont le
support. Et, la mise en œuvre de ces systèmes s’appuie sur deux modèles de réalisation
distincts : Le MATERIEL et le LOGICIEL. Et, comme tout système informatique est conçu
pour répondre à certains objectifs de performances ( aller encore plus vite ), d’ergonomie (
adaptation du travail et des machines aux possibilités de l’Homme ), de fiabilité ( problème
de défaillance du système ) … , ces objectifs peuvent être atteints par des moyens divers qui
font intervenir une pondération ou bien une harmonie déterminée du MATERIEL par rapport
au LOGICIEL. L’ensemble des fonctions du système pouvant en effet être réalisé par l’un ou
par l’autre. Cet équilibre permet de définir un INTERFACE matériel-logiciel qui dépend
donc des choix du concepteur.
2.2) Différentes couches d’un système informatique :
Le désir d’améliorer un système informatique a abouti directement à des modifications
de l’architecture de base des ordinateurs, donc il est nécessaire d’avoir un système
informatique bien structuré. D’où les définitions intuitives de l’architecture d’un système
informatique :
Définition classique: C’est un ensemble de moyens logiciels et matériels nécessaires pour
satisfaire les besoins informatiques des
utilisateurs.
Définition à l’aide de couches: En général, un système informatique se compose de quatre
couches :

EXPLICATIONS:
Machine physique : C’est la couche la plus basse de tout système informatique. A son niveau
le plus bas se trouvent les unités physiques constituées de tout ce qui est tangible : Circuits
intégrés, cartes, alimentation … (Ensuite vient le niveau microprogramme qui contrôle ces
unités physiques et qui joue le rôle d’interface avec le prochain niveau à savoir le langage
machine qui est formé de l’ensemble des instructions que le micro programme interprète) .
Système d’exploitation : Cette couche permet de cacher la complexité d’utilisation de la
couche précédente en offrant au
programmeur des instructions simples à manier.
Utilitaires : Cette couche renferme un ensemble de logiciels facilitant l’écriture, l’exécution
et la mise au point des programmes.
NB: Bien qu’ils soient fournis par le constructeur, ces logiciels ne sont pas considérés
comme faisant partie du système d’exploitation.
Programmes d’application : Cette couche est constituée par des programmes développés par
les utilisateurs pour résoudre leurs
problèmes particuliers.
Rôle d’un SI : il doit satisfaire aux besoins des différents utilisateurs
3) Matériel - Logiciel :
Les programmes écrits dans le langage de l’ordinateur peuvent être exécutés par
l’électronique (Sans interprétation, ni traduction Cette électronique à laquelle on ajoute la
mémoire et les unités d’entrée /sorties, forme ce qu’on appelle le MATERIEL (C’est tout ce
qui est tangible : Circuits, cartes, mémoire, imprimantes, …).
Au contraire, le LOGICIEL est formé d’algorithmes et de leur représentation
informatique appelés programmes. Les programmes sont stockés sur des supports tels que les
disques, les bandes, …, mais le LOGICIEL est immatériel, puisqu’il
s’agit de l’ensemble des instructions qui forment les programmes.
NB :
Toute opération effectuée par LOGICIEL peut l’être directement par MATERIEL et toute
instruction exécutée par MATERIEL peut être simulée par LOGICIEL .On décide de réaliser
telle opération par LOGICIEL et telle autre par MATERIEL en tenant compte des facteurs
comme le coût de réalisation, la vitesse d’exécution nécessaire, la fiabilité, … Il n’existe pas
de règles qui permettent de faire un choix.
La frontière entre LOGICIEL et MATERIEL est très mouvante (Instable). Ce qui est
logiciel aujourd’hui sera matériel
demain et réciproquement.
4) Exploitation de l’ordinateur:
NB:
Il s’agit de la programmation, c.-à-d. l’écriture des programmes qui seront exécutés par
l’ordinateur qui n’est autre qu’une machine électronique conçue pour effectuer des calculs et
traiter des informations de manière automatique.
Principe:
Il suffit de « dire » à l’ordinateur ce que vous voulez qu’il fasse. Pour ce faire, il faut décrire
à l’ordinateur, lui « dire » dans un langage qu’il comprend, la suite d’instructions et les
données qu’il va manipuler. C’est dans ce but qu’on utilise un langage de programmation.
4.1) Langage de programmation:
C’est un ensemble de symboles et de règles destiné à décrire les actions qu’un ordinateur
doit exécuter. Autrement dit, c’est une manière de donner des instructions (ordres) à un
ordinateur qui sont, le plus souvent lisibles par un humain, mais pas par l’ordinateur.
NB:
L’utilisation d’un langage de programmation se justifie par la difficulté d’exprimer la suite
d’instructions dans le langage de l’ordinateur.
4.2) Langage machine: (LM)
C’est le « langage » de base compréhensible par un ordinateur (utilisé par le processeur), soit
une suite de 0 et de 1 (binaire).
NB:
Le langage machine n’est pas compréhensible facilement par l’humain. Mais il est plus
pratique de trouver un langage intermédiaire, compréhensible par l’Homme et qui sera
ensuite transformé en langage machine pour être exploitable par le processeur de l’ordinateur
: Il s’agit d’un langage de haut niveau (Langage évolué).
4.3) Langage de haut niveau:
Langage proche de la langue utilisée quotidiennement par l’Homme.
NB:
-Plus le langage est compréhensible par l’Homme, plus on dira qu’il est évolué. Ainsi, si un
programme est écrit dans un langage
proche de l’ordinateur, on dira qu’il est écrit dans un langage de bas niveau (non évolué).
- Un programme écrit dans un LM dépend étroitement du type de processeur utilisé car
chaque type de processeur
peut avoir son propre LM.
- Un langage informatique a plusieurs avantages:
*Il est facilement plus compréhensible que le LM.
*Il permet une plus grande portabilité (plus grande facilité d’adaptation sur les machines de
type différents).
4.4) Compilation - Interprétation:
Problème:
Il s’agit de transformer un programme écrit sous la forme d’une suite d’instructions
compréhensibles par
l’Homme (en langage évolué) en une suite d’instructions compréhensibles par l’ordinateur
(en LM).
Solution:
Il suffit de traduire le programme écrit dans un langage évolué (Programme source). Cette
opération ( traduction) peut se faire de deux manières :
**COMPILATION:
Le programme source écrit dans un langage dit « compilé » va être traduit une fois pour toute
par un programme appelé COMPILATEUR.
NB:
A chaque langage évolué correspond un compilateur.
**INTERPRETATION:
Un programme écrit dans un langage « interprété » a besoin d’un programme auxiliaire
appelé INTERPRETEUR qui analyse, traduit et exécute les instructions d’un programme.
CHAPITRE 2
A R C H I T E C T U R E DE VON NEUMANN
1) Architecture de base d’un ordinateur :
Les travaux réalisés autour du mathématicien américain, d’origine allemande (ou hongroise)
VON NEUMANN constituent le fondement des ordinateurs actuels. Les principes de VON
NEUMANN sont encore en œuvre dans la quasi-totalité des ordinateurs
contemporains, avec naturellement de nombreuses améliorations.
NB :
Les machines parallèles (à plusieurs processeurs) ne sont pas considérées comme des
machines de type VON NEUMANN.
2) Définition d’une architecture :
C’est l’étude et la description du fonctionnement des composants internes d’un ordinateur.
Elle traite :
- Du type des informations manipulés et de leur codage.
- Du « dialogue » entre composants.
- Du fonctionnement logique (Non électronique) interne des composants.
3) Structure générale d’un ordinateur
L’architecture schématique suivante illustre bien un ordinateur classique (de type VON
NEUMANN)
3-3 Schéma d’un ordinateur :
1-carte mère :
L’élément principal de l’ordinateur est la carte mère (Ang mainboard ou motherboard). C’est
une carte maitresse qui prend la forme d’un grand circuit imprimé possédant des connecteurs
pour les cartes d’extension les bavettes de mémoires, le processeur et c’est elle qui accueil
l’ensemble des composants interne de votre ordinateur (processeur, mémoire…) et gère les
différents interfaces avec vos périphériques pris pour les éléments internes et porte USB pour
les périphériques externe.
2-Processeur : Souvent
qualifié de cerveau de l’ordinateur, le processeur permet de manipuler et de traiter les
données qui lui sont fournies. Sa vitesse a une influence sur la vitesse d’exécution de vos
logiciels et des opérations que vous effectués.

3-Mémoire vive :

Partenaire de travail du processeur, la mémoire vive (appelée aussi RAM) stocke


temporairement les données à traiter pour le processeur .Ainsi plus il y a de mémoire
disponible, plus il est possible d’y conserver des données temporairement (ce qui évite
d’accéder au disque dur qui est plus lent). La mémoire vive est vidée à chaque arrêt au
démarrage de votre ordinateur.

4-Les unités D’E/S :


4-1 Disque dur(5) :
Contrairement à la mémoire vive, les données stockées sur disque dur sont permanentes et
ne sont pas effacés à l’arrêt de votre ordinateur. C’est donc sur disque dur que votre système
d’exploitation (Linux, Windows ….), vos logiciels et vos documents sont conservées. C’est
donc un espace de stockage permanent. Où vous pouvez copier ou supprimer.
4-2 L’alimentation(6) :
L’alimentation a pour rôle d’assurer la fourniture en électricité a tous les composants de
votre ordinateur.

4-3 La carte graphique(7) :


La carte graphique permet de traiter et d’afficher sur un écran les données provenant de votre
ordinateur. Les cartes graphiques récentes disposent de processeurs spécialisés dans la
manipulation de données en 3D (jeu vidéo)

4-4 Lecteur /graveur(8) :


Un lecteur de DVD vous permet de lire les données qui se trouvent sur les CD et les DVD
(jeux, logiciels, photo) .Dans sa fonction graveur, en plus de la lecture de données, il permet
de stockes des fichiers sur des CD et des DVD (musique, film…

4-5 cartes son (9) :


La carte son permet de gérer les entrées (Microprocesseur, ligne) et les sorties (vers les haut
parleurs) de votre ordinateurs elle comporte un processeur chargée de tous les traitements.
3-4 Définition d’un ordinateur
Un ORDINATEUR est donc un ensemble très complexe de MATERIEL et de LOGICIEL :
a) PARTIE MATERIELLE :
L’ordinateur est composé essentiellement des éléments suivants :
-- Un élément permettant d’exécuter les instructions d’un programme : C’est le
PROCESSEUR CENTRAL.
-- Des éléments permettant de stocker les données : Ce sont les MEMOIRES.
-- Des éléments permettant la communication entre l’ordinateur et l’être humain : Ce sont les
PERIPHERIQUES.
-- Des éléments permettant aux différents composants (CPU, mémoires et périphériques) de
l’ordinateur de communiquer : Ce sont les BUS.
b) PARTIE LOGICIELLE :
Les logiciels se répartissent en 2 catégories :
-- Logiciel de base : ( Système d’exploitation)
Un logiciel de base est constitué d’un ensemble de programmes qui assure le BON
fonctionnement de l’ordinateur et gère les différents périphériques. (WINDOWS, UNIX, …)
-- Logiciel d’application : Un logiciel d’application est un ensemble de programmes
coopérant pour exécuter une tâche particulière. (WORD, ACROBAT READER, … )
c) rôle d’un ordinateur de type de VON NEUMANN :
C’est une machine de traitement de l’information capable :

--D’acquérir de l’information
--De stocker de l’information
--De transformer de l’information (en effectuant des opérations quelconques)
--De restituer de l’information sous une autre forme ( Résultat ).
NB : nos ordinateurs basés sur l’architecture de VON VEUMANN signifie que les
instructions et les données(les opérateurs et les opérandes) sont stockées dans la même
mémoire. Ainsi le microprocesseur doit accéder 2 fois à la mémoire une pour l’instruction,
une pour la donnée.
4) Processeur central : (Microprocesseur)
CPU (Central Processing Unit) C’est un circuit électronique complexe qui exécute chaque
instruction très rapidement, en quelques cycles d’horloge. (Ex : Intel)
NB
Machines CISC et RISC :
Les processeurs généraux actuels se répartissent en aux grandes catégories appelées CISC
(Complex Instruction Set Computer) et RISC (Reduced Instruction Set Computer). Les
processeurs de ces deux catégories se distinguent par la conception de leurs jeux
d’instructions. Les processeurs CISC possèdent un jeu étendu d’instructions complexes.
Chacune de ces instructions peut effectuer plusieurs opérations élémentaires comme charger
une valeur en mémoire, faire une opération arithmétique et changer le résultat en mémoire.
Au contraire, les processeurs RISC possèdent un jeu d’instruction réduit où chaque
instruction effectue une seule opération élémentaire. Le jeu d’instruction d’un processeur
RISC est plus uniforme. Toutes les instructions sont codées sur la même taille et toutes
s’exécute dans le même temps (un cycle d’horloge en général).

Architecture RISC Architecture CISC


- Instructions simples ne prenant qu’un - Instructions complexes prenant
seul cycle plusieurs cycle
- Instructions au format fixe - Instructions au format variable
- Décodeur simple (cablé) - Décodeur complexe (microcode)
- Beaucoup de registres - Peu de registres
- Peu de mode d’adressage - Peu de mode d’adressage
- Compilateur complexe - Compilateur simple
Famille de processeur : La classification des processeurs par familles se fait selon :
*L’exécution d’un même ensemble d’instructions de base
*La taille de données qu’ils peuvent manipuler 4bits, 8, 16,64
Fréquence du processeur :Un processeur fonctionne à une certaine fréquence
--Guidée par une horloge extérieure.
--Exprimée en MHz ou en GHz.
A chaque tic d’horloge, le CPU peut effectuer du travail :
Chaque instruction du CPU nécessite un certain nombres de cycles dépend de la complexité.
4.1) Composition interne:
-- Composition physique : « vulgaire » morceau de silicium de quelques mm2.
-- Composition électrique : Il est constitué électriquement d’interrupteurs commandées par
des tensions. Les interrupteurs sont appelés TRANSISTORS et leur agencement forme un
ensemble de fonctions logiques élémentaires comme OU, ET, ADD, SUB,
-- Composition logique :Le processeur de base est constitué de 2 unités fonctionnellement
séparées : L’ UC et L’UAL.
UC (Unité de contrôle ou unité de commande) : Elle dirige le fonctionnement du processeur.
Ses circuits génèrent les signaux nécessaires à l’exécution de chaque instruction d’un
programme. Elle est constituée du
. Séquenceur qui génère des signaux de commandes pour piloter les autres entités du
processeur et synchroniser ce dernier avec la mémoire centrale.
. Décodeur qui détermine quelle opération doit être effectuée.
UAL (Unité arithmétique et logique) : Elle effectue les opérations logiques telles que les
fonctions OU, ET et le DECALAGE.
-- Rôle du processeur :
Il doit exécuter les instructions d’un programme.

4.2) Registres du processeur:


NB:
-- Les registres sont des mémoires internes au processeur.
-- Leur temps d’accès est rapide.
-- Leur nombre et leur type varient d’une architecture à une autre.
Les registres sont classés en plusieurs catégories :
-- Les registres généraux : Ils contiennent les données et les résultats des opérations
réalisées par le processeur.
-- CO (Compteur ordinal) Il contient l’adresse de la case mémoire où est rangée
l’instruction suivante à chercher.
-- RI (Registre instruction) Il contient le code opération de la prochaine instruction à
exécuter.
-- Registre d’état : (registre condition) Il contient différents bits appelés drapeaux (Flags)
indiquant l’état d’une condition particulière dans le processeur.
-- Registre pointeur de pile: Il permet de gérer une dans la mémoire centrale.
-- Registre de base: Ils sont conçus pour contenir des adresses de référence.
-- Registre d’index ou d’indice: Ils permettent de manipuler des tableaux de données.
-- Registres spécialisés: Dans certains ordinateurs, on peut trouver des registres
spécialisés pour réaliser des opérations particulières (Registres à décalage).

4-3)Fonctionnement d’un ordinateur :

Le processeur unique d’ordinateur classique exécute un programme d’un utilisateurs .

Il dispose d’une mémoire dans laquelle.

Il peut aller (lire/ecrire) des données.

D’où le principe d’exécution d’un programme :

a-le programme (instruction+données) est chargé la mémoire centrale(MC).

b-les instructions sont ramenées une sequentiellement à l’unité de de contrôle (UC) qui les
analyse ,déclonche le traitement approprié en envoyent des signaux à l’unité arithmétique et
logique .

c-le traitement pour nécessite de faire un appel ……………………………..

 Les etapes du cycle recherche sont :

1-transfert d’adresse de la nouvelle instruction du registre CO vers le registre RA.

2- une impulsion de lecture générée par l’unité de commande provoque le transfert de


l’instruction cherché RM .

3- transfert de l’instruction vers le registre RI.

4- pendant que l’adresse de l’operande est envoyée vers RA,le code opération est
transmis au décodeur qui determine le type d’operation demandé et le transmet au
séquenceur en envoyant un signal sur la ligne de sortie correspondante

5-le registre co est incrémenté en vue du cycle de recherche suivant :


RA MC RM

CO RI

décodeur

Séquenceur

Unité de contrôle
clk

- Les différentes étapes du cvl2 d’exécution sont :


1) Le séquenceur commence à envoyer les signaux de commande vers MC pour lire
l’opérande (à l’adressage déjà stocké dans la RA) et le fait parvenir dans le registre
RM.
2) Transfert du contenu du registre RM vers l’UAC (et plus précisément vers
l’accumulateur ou vers tout autre registre affecté à l’opération spécifiée).
3) L’opération est effectuée sous le contrôle du séquenceur.

RA MC RM

ACC
UC

Séquenceur

NB :

1)-le cycle recherche est associes à l’UC


2)-le cycle éxecuté est associes à l’UAL.

3)-le cycle de recherche et le cycle de éxécution composant le cylce insruction .

4)-le cycle recherche est suivi par le cycle exécute une fois le cycle d’exécution terminié
,l’UAL passe immédiatement au cycle de recherche suivant et prend en compte la nouvelle
instruction idiqué par l’adresse contenue dans le registre CO.

NB :

1)- le cycle recherche est associé à l’UAL.

2)-le cycle exécute est associe à l’UAL

3)- le cycle de recherche et le cycle d’execution composent le cycle .

-les processeurs multi-cœurs :

Ils possédent plusieurs unités de calcule qui

-d’augmentes la puissance de calcule sans augments la fréquence d’horloge (et donc de


réduire la chaleur dissipées) en traitent en paralléle plusieurs taches).

6)- Taille de Registre :

T(RI)=T(emp)=m(bits)=T(RM)

Meme contenu

T(IND)=1 mot mémoire

T(acc)=2 T(emp)

Taille<T(MC)=N

Capacité> C(MC)=N

T(co)=P bits=T(RA)>mm contenu(@) ;2p=N=2q


7)-Performance :

NB :

Tous les ordinateurs sont construits avec une horloge de fréquence constatnte qui
détermine à quel moment les évènements se produisent dans la machine

7)-1)- motivations :

-comment décrire les performances ?

-Quelles sont les principaux facteurs qui déterminent les performances ?

-Pour différents types d’applications, on utilise des nitriques (ensemble de mesures) de


performance différentes .

7)-2)-Notion de performance :

Que veut dire <<un ordinateur a de meilleurs performances qu’un autre ?>>

7)-3)-Performance :

Pour maximiser les performance ,il faut minimiser le temps de reponse

Perf=1/temps d’exécution

Exemple :

Soient X et Y deux machines

Si perf(X) >perf(Y) alors : 1/T ex(X) > 1/T ex(Y)  T ex(Y)>T ex(X)

machine X est plus rapide que la machine Y ,aussi on dit que la machine X est N fois plus
rapide que la machine Y, si non :perf(X)/perf(Y)=T ex(Y)/T ex(X)=N

7)-4)- Mesure des performances :