Vous êtes sur la page 1sur 3

Kadia Condé

3e-F

Note : Appréciation

Devoir de Maison SVT 3ème

Sujet 1 :

1- Selon le document, le gène responsable de l'hémophilie est localisé sur le chromosome


sexuel X, qui est représenté par une barre noire sur les chromosomes du document.
L’allèle N qui permet la fabriquation du facteur de coagulation est dominant sur l’allèle h,
responsable de cette maladie. Ainsi à partir de ces informations et de mes connaissances,
on peut en déduire :
- que l’individu 6 est un homme non hémophile dont le chromosome X porte l’allèle N,
qui permet la fabrication du facteur de coagulation.
- que l’individu 7 est une femme non hémophile dont son chromosome X hérité de
son père porteur de l'allèle N.
- que l'individu 8 est un homme hémophile dont le chromosome X porte l'allèle h,
responsable de l'hémophilie.
- que l'individu 4 est une femme non hémophile mais elle est porteuse sur l'un de ses
chromosomes X de l'allèle h car son frère est atteint d'hémophilie et l'un de ses fils
l'est aussi.

2- Comme l’indique le document, le gène est porté par le chromosome X. On observe que la
mère de la génération I est porteuse de l’allèle h sur l’un de ses chromosomes. Si elle
transmet ce chromosome dans son ovule et qu’il est fécondé par un spermatozoïde
contenant un chromosome Y (qui ne porte pas ce gène), alors le garçon sera hémophilie car
l’allèle h s’exprimera.
Donc, les hommes de cette famille sont les seuls à être hémophiles car les femmes sont
épargnées en recevant le chromosome X porteur de l’allèle N contenu dans le
spermatozoïde fécondant. Ainsi, elles ne sont pas hémophiles.

Sujet 2 :

1. Sur ce document, on remarque que les deux événements repérés par des flèches
correspondent à des crises de la biodiversité. On observe que la première est
survenue il y a 250 millions d’années environ et la deuxième il y a 60 millions
d’années environ. En fait, ces crises de la biodiversité correspondent à la disparition
brutale et simultanée de nombreuses familles.
2. Les grands événements de l’histoire de la vie tels que les crises sont utilisés par les
scientifiques pour diviser en plusieurs parties les temps géologiques en ères :
- à environ - 250 Ma, se situe la fin de l’ère primaire ;
- à environ - 60 Ma se situe la fin de l’ère secondaire.

Sujet 3 :

1. Le caryotype du document 1 possède 46 chromosomes classés en 23 pairs, soit un


nombre caractéristique des cellules de l’espèce humaine. Ainsi, l’hypothèse que
cette maladie soit dû à un nombre anormal de chromosomes est à bannir.
Sur le document 2, on observe que la personne atteinte de bêta-thalassémie
majeure a une présence de la version non fonctionnelle du gène bêta sur chacun de
ses chromosomes n°11.
On peut donc en conclure que l’origine de cette maladie est génétique car elle
provient de la présence de deux allèles non fonctionnels sur les chromosomes n°11.

2. La personne n°2 présente sur un chromosome n°11 la version non fonctionnelle du


gène bêta et la version fonctionnelle sur l’autre. Or le document 2 nous renseigne
que la présence de cet allèle fonctionnel sur au moins un des deux chromosomes
n°11 permet de fabriquer suffisamment de protéine (hémoglobine) pour que la
personne n°2 ne soit pas atteinte par la bêta-thalassémie majeure.
C’est pourquoi, cet individu n’aura jamais besoin d’une thérapie génique.

Sujet 4 :

1- Les éléments fléchés dans le document 2 sont des chromosomes qui abritent
l’information à l’origine des caractères héréditaires d’un individu.

2- Sur le document 1, lorsque les chercheurs ont voulu modifier l’information génétique du
maïs, ils ont alors introduit le gène bt d’une bactérie dans les cellules de maïs pour les
rendre résistantes à la pyrale. Ces espèces présentent beaucoup de différence : l’une est un
micro-organisme et l’autre un végétal. Et malgré cela, on observe que leurs gènes ont pu
être transplantés d’un programme génétique à l’autre tout en continuant à être fonctionnels.
Le document 2 nous démontre cette affirmation. En effet les chromosomes de deux espèces
différentes : le chironome et la racine d’oignon présentent des aspects identiques.
On peut donc en conclure que les êtres vivants présentent des similitudes prouvant
l’existence d’une origine commune.

Sujet 5 :

1. Titre : Le caryotype du contenu du noyau de l’enfant à naître.

2. Sur le document, on observe que le caryotype de l’enfant à naître contient un


chromosome X et un chromosome Y. Il s’agit donc d’un individu de sexe masculin.
Et on observe également un nombre anormal au niveau des chromosomes. En effet,
habituellement un caryotype humain possède 46 chromosomes répartis en 23 pairs.
Mais ce caryotype possède 3 chromosomes 18 au lieu de 2.
L’enfant à naître présente donc une anomalie, la trisomie 18.