Vous êtes sur la page 1sur 185

GESTION

FINANCIERE
M4A 0912

GREGOIRE CHEVRANT-BRETON
VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 2/185
BILAN
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources)
ACTIF IMMOBILISE 2 CAPITAUX PROPRES
Immos Incorporelles 20 205Licence 207Fond de commercial Capital 10 101Capital 108Compte de l’exploitant
Immos Corporelles 21 211Terrain 213Construction 215ITMOI 218Autres 281 Amort Résultat 120
Immos financières 26 DETTES
ACTIF CIRCULANT Emprunts 164
Stocks 3 31MP 37Mses
Clients 411 413EAR 416Douteux 418Pdts non fact. 409Frs Av. et acpt. Frs 401 403EAP 404Immo 408Fa non parvenues 419Clts Avances et
44567Créditeur acptes
Disponibilités 511Valeurs à l’encaissement 5112Chq,CB 5113LC 5114LC à Personnel 42 421Rémunérations dues
l’escompte Sociales 43 431CGSS 437Autres
. Banque 512 Fiscales 44 445 TVA 4456D/A 4457C/V 44551à décaisser
. Caisse 53 Produits constatés d’avance 487
Charges constatées d’avance 486

COMPTE DE RESULTAT
6 CHARGES (Consommations) 7 PRODUITS
60 ACHATS 601MP 603Var° de stocks 606Non stockés 607Mses 608FAA 609RRRO/A 70 VENTES
61 SERVICES EXTERIEURS 613Locat° 615Entretien réparat° 616Assurance 618Doc° 701Produits 706Services 707Mses 708PAA 709RRRA/V
62 AUTRES S. EXT. 622Honoraires 623Pub 624Déplact 625Miss° R° 626PTT 627S.bq
63 IMPOTS ET TAXES
64 CHARGES DE PERSONNEL 641Rémun° 6451URSSAF 6453Retraite
6454ASSEDIC 75 AUTRES PROD. DE GEST° COURANTE 758Pdts
65 AUTRES CHARGES DE GEST° COURANTES 654Perte sur créances 658Ch. Div. divers
66 CHARGES FINANCIERES 661Intérêts 665Escomptes accordés 76 PROD. FINANCIERS 761Intérêts 765Escompte obtenus
67 EXCEPTIONNELLES 675VNCEAC 77 PROD. EXCEPTIONNELS 775PCEA
68 DOTATION AUX AMORTISSEMENTS 78 REPRISE SUR AMORTISSEMENT

PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE


ACTIF CHARGES PASSIF PRODUITS
+DEBIT (Emploi) -C -D + CREDIT (Ressource)
Bilan n-1 > Pièces comptables > Journal (écritures comptables) > Grand livre (mouvements des comptes) > Balance (solde des comptes) > Bilan et compte de
résultat n

TVA Métropole : 19,6 et 5,5 ; Réunion : 8,5 et 2,10 (taux normal : non alimentaire ; taux réduit : alimentaire)
Journal D C
Vente VE 411 70 4457
Achat AC 607 4456 401
TVA à décaisser OD 4457 (44567) 4456 44551 758
Règlement BQ 44551 512
TVA à décaisser 44551 (44567) = TVA collectée 4457 – TVA déductible 4456
Pas de TVA TVA non déductible
essence, loyer, assurance, véhicules de tourisme, restauration
timbre
6 par 401 2 6 (TTC) par 40

REDUCTIONS COMMERCIALES ET FINANCIERES


Sur facture Hors facture
Vendeur Acheteur Vendeur Acheteur
COMMERCIALE rab., rem., rist. 41 par 70(net co) 4457 6(net co) 4456 par 40 709RRRA/V 4457 par 41 40 par 609RRRO/A 4456
FINANCIERE escomptes 41 665 par 70(net co) 4457 6(net co) 4456 par 40 765 665EA/V 4457 par 41 40 par 765EO/A 4456

REGLEMENTS
Le fournisseur (tireur) crée la lettre de change (LC), l’envoie au client (tiré), qui la retourne « acceptée ». Le tireur la dépose ensuite à la banque à échéance « à
l’encaissement », ou avant l’échéance « à l’escompte ».
Chèques Carte bancaire LC à l’encaissement LC à l’escompte
Vente 411 par 70 4457
Acceptation LC 413 par 411
Dépôt à la banque 5112 par 411 5113 par 413 5114 par 413
Relevé 512 par 5112 512 627 4456 par 5112 512 627 4456 par 5113 512 627 4456 661 par 5114

CESSIONS D’IMMOBILISATIONS 512 par 775 (PV), 675 (VNC) 28 (AMORT) par 21 (BRUT)

STOCKS 603 par 3 (SI), 3 par 603 (SF)


PEPS (1er entré, 1er sorti) CMUP (coût moyen unitaire pondéré)
L’article entré le premier en stock sort le A chaque nouvelle entrée, on calcule le prix moyen des articles en stock
premier

AMORTISSEMENTS 681 par 28 Dépréciation certaine d’une immobilisation


Linéaire Dégressif
VO (HT+FAA), tl (1/durée), n (jours ← mise en service) VO, td (tl*coeff fiscal : 1,5 (3-4 ans) ; 2 (5-6 ans) ; 2,5 (>6 ans), m (mois ← acquisition)
A1=tl*VO*n/360 An=VO* tl A1=td*VO*m/12 An=VNCn-1*td jusque tlr>td, puis linéaire
VNCn=VNCn-1-An VNCn=VNCn-1-An

PROVISIONS 681 par 29, 39, 49, 59 ou 681 Dépréciation probable d’un élément d’actif (2, 3, 4, 5), ou du résultat (6,
7)

REGULARISATIONS DE CHARGES ET PRODUITS

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 3/185


constatée d’avance 486 par 6 constaté d’avance  7 par 487
Charge Produit
à payer  6 par 408 à recevoir  418 par 7

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 4/185


BILAN

Reconstituer le bilan de l’entreprise, et vérifier l’égalité actif - passif :

Dettes fiscales 100.000 ; stock 100.000 ; véhicule 200.000 ; apports 300.000 ; banque 200.000 ; dettes fournisseurs 300.000 ;
résultat de l’exercice 100.000 ; créances clients 100.000 ; licences 100.000 ; terrain 200.000 ; emprunt 100.000.
A___________________________ Montant P_________________________ Montant
A____________ I______________ C____________P___________
. I___________ I_______________ _ ____________
____________________________ ____________ . C________________________ ____________
_ ____________ . R________________________
____________________________
_ ____________ D________________________ ____________
. ____________ _
I___________C_______________ . E________________________
____________________________ ____________
_
____________________________ ____________
_ ____________ ____________
. I___________F_______________ ____________
____________________________ ____________ . F________________________ ____________
_ ____________ . F________________________
A___________C_______________ . S________________________
. S__________________________
. C__________________________
. D__________________________
… B_________________________
… C_________________________
TOTAL ACTIF ____________ TOTAL PASSIF ____________

Dettes sociales 100.000 ; Clients 300.000 ; Licence 200.000 ; Capital 300.000 ; Caisse 200.000 ; dettes fournisseurs 300.000 ;
résultat de l’exercice 300.000 ; Stocks 100.000 ; Fond de commerce 100.000 ; Batiment 400.000 ; Emprunt 300.000.
A___________________________ Montant P_________________________ Montant
A____________ I______________ C____________P___________
. I___________ I_______________ _ ____________
____________________________ ____________ . C________________________ ____________
_ ____________ . R________________________
____________________________
_ ____________ D________________________ ____________
. ____________ _
I___________C_______________ . E________________________
____________________________ ____________
_
____________________________ ____________
_ ____________ ____________
. I___________F_______________ ____________
____________________________ ____________ . F________________________ ____________
_ ____________ . F________________________
A___________C_______________ . S________________________
. S__________________________
. C__________________________
. D__________________________
… B_________________________
… C_________________________
TOTAL ACTIF ____________ TOTAL PASSIF ____________

Emprunts 100.000 ; Caisse 100.000 ; Matériel 200.000 ; Comptes courants associés 300.000 ; Stocks 200.000 ; Dettes sociales
300.000 ; Capital 100.000 ; Banque 100.000 ; Véhicule 100.000 ; Brevets 200.000 ; Dettes fiscales 100.000.
A___________________________ Montant P_________________________ Montant
A____________ I______________ C____________P___________
. I___________ I_______________ _ ____________
____________________________ ____________ . C________________________ ____________
_ ____________ . R________________________
____________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 5/185


_ ____________ D________________________ ____________
. ____________ _
I___________C_______________ . E________________________
____________________________ ____________
_
____________________________ ____________
_ ____________ ____________
. I___________F_______________ ____________
____________________________ ____________ . F________________________ ____________
_ ____________ . F________________________
A___________C_______________ . S________________________
. S__________________________
. C__________________________
. D__________________________
… B_________________________
… C_________________________
TOTAL ACTIF ____________ TOTAL PASSIF ____________

COMPTE DE RESULTAT

Reconstituer le comptes de résultat et calculer le résultat de l’exercice:


Publicité 5.000 ; électricité 5.000 ; services bancaires 5.000 ; taxe professionnelle 10.000 ; amortissements 10.000 ; assurance
10.000 ; vente de marchandises 250.000 ; intérêts 5.000 ; téléphone 5.000 ; loyer 10.000 ; achats de marchandises 25.000 ;
produits d’entretien 5.000 ; RAM (assurance maladie professions indépendantes) 5.000 ; URSSAF (sécu) 5.000 ; transports
25.000.
C_______________________ P_____________
A______________________ _______ Vte produits finis _________
________________________ Vte marchandises
________________________ Vte prest° de
S________ E __ __________ serv.
________________________
________________________
A________S______E______
________________________
________________________
________________________
I________ET T___________
________________________
P___________ ___________
________________________
________________________
F_______________________
________________________
E_______________________
D____A____A____________

Résultat=

Reconstituer le comptes de résultat et calculer le résultat de l’exercice:


Téléphone 10.000 ; Eau 5.000 ; Services bancaires 10.000 ; Taxe foncière 10.000 ; Amortissements 20.000 ; Honoraires 10.000 ;
Vente de produits finis 500.000 ; Intérêts 10.000 ; Publicité 20.000 ; Entretien réparation 20.000 ; Achats de matières premières
50.000 ; Essence 10.000 ; RAM (assurance maladie professions indépendantes) 10.000 ; URSSAF (sécu) 10.000 ; Déplacements
50.000.
C_______________________ P_____________
A______________________ _______ Vte produits finis _________
________________________ Vte marchandises
________________________ Vte prest° de
S________ E __ __________ serv.
________________________
________________________
A________S______E______
________________________
________________________
________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 6/185


I________ET T___________
________________________
P___________ ___________
________________________
________________________
F_______________________
________________________
E_______________________
D____A____A____________

Résultat=

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 7/185


Retrouver les postes du bilan et du compte de résultat :

Bilan Compte de résultat

A______________________ P____________________ C_____________________ P_______________________


_ _ _
A__________ C__________P_________ A_____________________ V_____P________F_______
I____________ _ ______________________ _
. I_________ I____________ . _ ______M________________
________________________ C____________________ ______________________ _
________________________ . _ ______P_________S_______
. R____________________ S_________ E __________
I_________C_____________ ______________________
________________________ D____________________ _
________________________ _ ______________________
________________________ . _
. E____________________ A______S_______E_____
I_________F_____________ _
________________________ ______________________
________________________ _
______________________
A_________C____________ _
_ ______________________
S_______________________ _
C______________________ I_______ET
_ . T___________
D______________________ F____________________ ______________________
_ . _
. F____________________ P_____________________
B______________________ . _
_ S____________________ ______________________
. _
C______________________ ______________________
_ _
F_____________________
_
______________________
_
E_____________________
_
D______A____A________

Synthèse :

Le B_____________________ représente :
. Colonne de gauche : l’A_____________________ qui représente le P_____________________ de l’entreprise:
. stable dans le temps : l’A_____________________ I_____________________ constitué des :
. I_____________________ I_____________________ (non palpables),
. I_____________________ C_____________________ (palpables),
. I_____________________ F_____________________.
. ou qui varie : l’A_____________________ C_____________________ constitué des
. S_____________________,
. C_____________________ C_____________________,
. D_____________________ (B_____________________ et C_____________________).
. Colonne de droite le P_____________________ qui représente les R_____________________ qui ont permis le constituer ce
patrimoine :
. Les C_____________________ P_____________________ , avec
. le C_____________________ qui représentent les A_____________________ du chef d’entreprise ou des
actionnaires,
. le R_____________________, ressource liée à l’activité de l’entreprise et détaillé dans le
C_____________________ de R_____________________.
. Les D_____________________ par rapport :
. à la banque appelés E_____________________,

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 8/185


. aux F_____________________,
. à l’Etat appelées F_____________________,
. aux organismes sociaux ou S_____________________.

Le C_____________________ de R_____________________ détaille la création de richesse de l’entreprise :


. Colonne de gauche : les C_____________________ qui représentent les C_____________________ de l’entreprise :
. A_____________________,
. S_____________________ E_____________________ ,
. I_____________________ et T_____________________,
. P_____________________,
. F_____________________,
. E_____________________,
. D_____________________ aux A_____________________
. Colonne de droite, les P_____________________.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 9/185


Charge ou actif ?
Les dépenses suivantes doivent-elles être comptabilisées en charges ou en éléments d’actif ?
ACTIF CHARGE
Terrain
Licence (achat)
Licence (location)
Véhicule
Essence
Loyer
Bâtiment
Assurance véhicule
Réparations < 500€
Réparation > 500€ (pneus de 4*4)
Réparation > 500€ (moteur)
Ordinateur < 500€
Ordinateur > 500€
Imprimante < 500€
Caution < 500€
Emballage (sachet plastique)
Emballage (conteneur)
Avances et acomptes versés au fournisseur
Salaire
Avances sur salaire

Charges ou remboursements de dette ?


Les dépenses suivantes doivent-elles être comptabilisées en charges ou en remboursements de dettes (passif)?
CHARGE REMBT DETTE
Salaires du mois
Achats de marchandises
Taxe professionnelle
Règlement de la TVA
Remboursement d’emprunt
Intérêts d’emprunts
Prélèvement du chef d’entreprise
Cotisations sociales du chef d’entreprise

Questions :
1° Citez 3 ressources de l’entreprise ?

2° Un emprunt bancaire augmente-t-il le bénéfice de l’entreprise ?

3°, Un emprunt bancaire augmente-t-il les ressources de l’entreprise ?

4° Quelle est la différence entre une charge et une immobilisation ?

5° Un investissement est-il une charge pour l’entreprise ?

6° Un remboursement d’emprunt est-il une charge pour l’entreprise ?

7° Le règlement de la TVA est-il une charge pour l’entreprise ?

8° Un retrait du chef d’entreprise est-il une charge pour l’entreprise ?

9°Une vente est-elle comptabilisée à la facturation, ou à l’encaissement ?

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 10/185


PLAN COMPTABLE

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vente de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Compte de l’exploitant (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vente de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Produits des activités
215 Matériel 401 Dettes Fournisseurs 608 Frais accessoires (port payé…) annexes
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 709 Rabais, R et R accordés
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et sur ventes
31 Stock MP 4457 TVA C/V réparation 616 Assurance 618 765 Escompte obtenu sur
37 Stock Mses 44551 TVA à décaisser Documentation achats
411 Clients 43 Dettes Sociales 622 Honoraires (comptable…)
409 Frs, avances 44 Dettes Fiscales 623 Publicité 624 Déplacements
4456 TVAD/A 625 Mission, réception (resto,
44567 Crédit TVA voyages…) 626 Téléphone, timbre
512 Banque 627 Services bancaires
53 Caisse 63 Impôts et taxes (taxe
professionnelle…)
64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts
665 Escompte accordé sur vente

Retrouver le numéro des comptes et dire s’ils font partie de…


N° Intitulé Ac Pa Ch Pr
Terrain
Bâtiment
Achats de Marchandises
Electricité
Honoraires comptables
TVA déductible
TVA collectée
TVA à décaisser
Crédit de TVA
Cot° sociales de l’exploitant
Banque
Loyer
Apport du chef d’entreprise
Achats de mat. premières
Emballages
Dettes sociales
Dettes fiscales
Stock de matières premières
Fournisseurs avances
Vente de produits finis
Stocks de matières premières
Capital
Fond commercial
Services bancaires
Caisse
Fournisseurs
Clients
Emprunt
RAM (Sécu indépendants)
URSSAF (Sécu)
Intérêts
Amort. du matériel industriel
Dotation aux amortissements
Matériel informatique
Produits activités annexes

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 11/185


Questionnaire :

V F NS Pts
P
1 « 21 Immobilisations corporelles » fait partie de l’actif
2 « 37 Stock de marchandises » fait partie de l’actif
3 « 26 Caution » fait partie de l’actif
4 « 512 Banque » fait partie de l’actif
5 « 10 Capital » fait partie de l’actif
6 «411 Client» fait partie de l’actif
7 «411 Client» est une créance
8 «3 Stock» fait partie de l’actif
9 « 108 » compte de l’exploitant passif
1 « 108 » compte de l’exploitant dette
0
1 409 fournisseurs, avances et acomptes versés passif
1
1 409 fournisseurs, avances et acomptes versés créance
2
1 419 clients, avances et acomptes reçus actif
3
1 419 clients, avances et acomptes reçus dette
4
1 Actif=passif
5
1 Emploi= Ressource
6
1 Tous les comptes de passif sont des dettes
7
1 Un ordinateur de moins de 500€ fait partie des charges
8
1 Des pneus de plus de 500€ font partie des charges
9
2 Le changement d’un moteur de voiture est une charge
0
2 « 401 Dettes fournisseurs » est une ressource
1
2 « 10 Capital » est une ressource
2
2 Le règlement de la TVA est une charge
3
2 Un remboursement d’emprunt est une charge
4
2 Un prélèvement du chef d’entreprise est une charge
5
2 601 Achat de marchandises
6
2 512 Caisse
7
2 411 Fournisseur
8
2 701 Vente de produits finis
9
3 401 Clients
0
3 607 Achats de matières premières
1
3 62 Impôts et taxes
2
3 707 Vente de produits finis
3
3 68 Charges financières
4

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 12/185


3 66 Dotation aux amortissements
5
3 512 banque
6
3 53 Caisse
7
3 Ordinateur <500€ compte de classe 2
8
3 Matériel>500€ compte de classe 2
9
4 «44567 Crédit TVA» créance
0
4 «44567 Crédit TVA» actif
1
4 «512 Banque» patrimoine
2
4 Une vente est comptabilisée au moment de l’encaissement
3
4 Un remboursement d’emprunt diminue le bénéfice
4
4 Les créances font partie de l’actif
5
4 Une caution pour un commerce est une charge
6
4 Un 9 en troisième position est un compte d’amortissement
7
4 Les boissons dans un snack sont des matières premières
8
4 Le capital est une dette
9
5 La banque peut être négative à l’actif du bilan
0

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 13/185


PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE
*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vente de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Compte de l’exploitant (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vente de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Produits des activités
215 Matériel 401 Dettes Fournisseurs 608 Frais accessoires (port payé…) annexes
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 709 Rabais, R et R accordés
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et sur ventes
31 Stock MP 4457 TVA C/V réparation 616 Assurance 618 765 Escompte obtenu sur
37 Stock Mses 44551 TVA à décaisser Documentation achats
411 Clients 43 Dettes Sociales 622 Honoraires (comptable…)
409 Frs, avances 44 Dettes Fiscales 623 Publicité 624 Déplacements
4456 TVAD/A 625 Mission, réception (resto,
44567 Crédit TVA voyages…) 626 Téléphone, timbre
512 Banque 627 Services bancaires
53 Caisse 63 Impôts et taxes (taxe
professionnelle…)
64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts
665 Escompte accordé sur vente
Lors des opérations suivantes, indiquez le compte qui joue au débit (emploi) et celui qui joue au crédit (ressource)
N° Intitulé débit (emploi) N° Intitulé crédit (ressource)
Vente de produits finis en espèces 53 Caisse 707 Vente de produits finis
Vente de prestations de service par chèque
Vente de marchandises au client
Achat de marchandises en espèces 607 Achats de March. 53 Caisse
Achat de matières premières par chèque
Achat de marchandises au fournisseur
Achat d’un ordinateur par chèque
Achat de matériel à crédit au fournisseur
Payé essence par chèque 606 Essence 512 Banque
Payé loyer par chèque
Payé réparations par chèque
Payé assurance par chèque
Payé honoraires comptables par chèque
Payé publicité par chèque
Payé transport en espèces
Payé timbres en espèces
Reçu facture du fournisseur de marchandises CORA 607 Achats de mses 401 Fournisseur
Reçu facture de France Télécom
Reçu facture assurance AXA
Reçu avis de taxe foncière
Reçu avis de cotisations sociales du trimestre
Réglé dette fournisseur Mses CORA par chèque 401 Fournisseur 512 Banque
Réglé dette fournisseur AXA par chèque
Réglé dette fournisseur France Télécom par chèque
Réglé dette Etat taxe foncière par chèque
Réglé dettes cotisations sociales du trimestre par chèque
Emprunté à la banque
Apport du chef d’entreprise à la banque
Retrait d’espèces à la banque
Remboursé emprunt par virement
Retrait du chef d’entreprise à la banque
Dépôt d’Espèces à la banque

Emprunté à la banque
Apport du chef d’entreprise à la banque
Retrait d’espèces à la banque
Remboursé emprunt par virement
Retrait du chef d’entreprise à la banque
Dépôt d’Espèces à la banque

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 14/185


PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE (ENTRAINEMENT)
*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vente de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Compte de l’exploitant (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vente de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Produits des activités
215 Matériel 401 Dettes Fournisseurs 608 Frais accessoires (port payé…) annexes
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 709 Rabais, R et R accordés
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et sur ventes
31 Stock MP 4457 TVA C/V réparation 616 Assurance 618 765 Escompte obtenu sur
37 Stock Mses 44551 TVA à décaisser Documentation achats
411 Clients 43 Dettes Sociales 622 Honoraires (comptable…)
409 Frs, avances 44 Dettes Fiscales 623 Publicité 624 Déplacements
4456 TVAD/A 625 Mission, réception (resto,
44567 Crédit TVA voyages…) 626 Téléphone, timbre
512 Banque 627 Services bancaires
53 Caisse 63 Impôts et taxes (taxe
professionnelle…)
64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts
665 Escompte accordé sur vente
Lors des opérations suivantes, indiquez le compte qui joue au débit (emploi) et celui qui joue au crédit (ressource)
N° Intitulé débit (emploi) N° Intitulé crédit (ressource)
Vente de produits finis en espèces 53 Caisse 707 Vente de produits finis
Vente de prestations de service par chèque
Vente de marchandises au client
Achat de marchandises en espèces 607 Achats de March. 53 Caisse
Achat de matières premières par chèque
Achat de marchandises au fournisseur
Achat d’un ordinateur par chèque
Achat de matériel à crédit au fournisseur
Payé essence par chèque 606 Essence 512 Banque
Payé loyer par chèque
Payé réparations par chèque
Payé assurance par chèque
Payé honoraires comptables par chèque
Payé publicité par chèque
Payé transport en espèces
Payé timbres en espèces
Reçu facture du fournisseur de marchandises CORA 607 Achats de mses 401 Fournisseur
Reçu facture de France Télécom
Reçu facture assurance AXA
Reçu avis de taxe foncière
Reçu avis de cotisations sociales du trimestre
Réglé dette fournisseur Mses CORA par chèque 401 Fournisseur 512 Banque
Réglé dette fournisseur AXA par chèque
Réglé dette fournisseur France Télécom par chèque
Réglé dette Etat taxe foncière par chèque
Réglé dettes cotisations sociales du trimestre par chèque
Emprunté à la banque
Apport du chef d’entreprise à la banque
Retrait d’espèces à la banque
Remboursé emprunt par virement
Retrait du chef d’entreprise à la banque
Dépôt d’Espèces à la banque

Emprunté à la banque
Apport du chef d’entreprise à la banque
Retrait d’espèces à la banque
Remboursé emprunt par virement
Retrait du chef d’entreprise à la banque
Dépôt d’Espèces à la banque

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 15/185


VENTES :

Les produits (classe 7) sont des ressources (crédit), les comptes d’emploi (512 banque, 53 Caisse,411 client) sont au débit.

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 60 Achats 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Autres (énergie, pdts d’entr., emball.) 706 Prestations de service
213 Bâtiment 108 Cpt de l’expl. 607 Achats de marchandises 707 Vte de marchandises
215 Matériel 164 Emprunt 608 Frais accessoires (port payé…) 708 Pdts des act. annexes
218 Véhicule, ordi… 401 Frs 613 Locations 615 Entretien et réparation 709 RRR A/V
411 Clients 404 Frs immos 616 Assurance 618 Documentation 765 Escompte obtenu sur
4456 TVAD/A 419 Clts, avances 622 Honoraires 623 Pub 624 Dplcts 625 achats
44567 Crédit TVA 4457 TVA C/V Mission, 626 Tél, timbre 627 S. bancaires
512 Bq53 Cs 44551 TVA à décaisser 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
43 D. Soc. 44 D. Fisc.

1. Ventes de marchandises 100.000 par chèque , Fa 128


2. Ventes de prestations de service 10.000 en espèces, Fa 129
3. Ventes de produits finis 30.000 à crédit au client Fa 130 
4. Ventes de marchandises: 25.000, frais de port 500 à crédit au client  Fa 131
5. Vente de marchandises 300.000, un tiers par chèque, deux tiers à crédit au client Fa 132 
6. Retour de Produits finis du client 10.000, Facture d’avoir A15.

Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 16/185


ACHATS (HT)

Les charges (classe 6) sont en emploi (débit), les comptes de ressource (512 banque, 53 Caisse, 401 Fournisseur, 43 Dette
sociale, 44 Dette fiscale) sont au crédit.

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Autres (énergie, pdts d’entr., emball.) 706 Prestations de service
213 Bâtiment 108 Cpt de l’expl. 607 Achats de marchandises 707 Vte de marchandises
215 Matériel 164 Emprunt 608 Frais accessoires (port payé…) 708 Pdts des act. annexes
218 Véhicule, ordi… 401 Frs 613 Locations 615 Entretien et réparation 709 RRR A/V
411 Clients 404 Frs immos 616 Assurance 618 Documentation 765 Escompte obtenu sur
512 Bq 43 D. Soc. 622 Honoraires 623 Pub 624 Dplcts 625 achats
53 Caisse 44 D. Fisc. Mission, 626 Tél, timbre 627 S. bancaires
63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)

1. Achat de marchandises 1.000 en espèces Fa 248 


2. Achat de matières premières 2.000, frais de port 500 à crédit au fournisseur Fa 554 
3. Achat ordinateur 2000, pour moitié à crédit au fournisseur d’immobilisation, le reste par chèque Fa 1223
4. Payé électricité 500 par chèque Fa 479
5. Payé loyer 1.000 par chèque Reçu 555 
6. Payé téléphone 2.000 par virement bancaire Fa 278
7. Payé expert comptable 1.500 par chèque Fa 551
8. Payé réparation du véhicule 1.000 par chèque 
9. Payé assurance 500 par virement bancaire Vir 244
10. Reçu facture opérateur téléphonie mobile 500 Fa 999
11. Reçu facture achat de marchandises 2.000  Fa 765
12. Reçu avis de taxe professionnelle 1.000;
13. Reçu appel à cotisations sociales trimestriel URSSAF 2.000 ;
14. Retour de matières premières au fournisseur 500. Facture d’avoir A16.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 17/185


ACHATS, VENTES, REGLEMENTS (HT)
*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Autres (énergie, pdts d’entr., emball.) 706 Prestations de service
213 Bâtiment 108 Cpt de l’expl. 607 Achats de marchandises 707 Vte de marchandises
215 Matériel 164 Emprunt 608 Frais accessoires (port payé…) 708 Pdts des act. annexes
218 Véhicule, ordi… 401 Frs 613 Locations 615 Entretien et réparation 709 RRR A/V
411 Clients 404 Frs immos 616 Assurance 618 Documentation 765 Escompte obtenu sur
512 Bq 43 D. Soc. 622 Honoraires 623 Pub 624 Dplcts 625 achats
53 Caisse 44 D. Fisc. Mission, 626 Tél, timbre 627 S. bancaires
63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
1. Vente de produits finis 20 000, moitié par chèque, moitié en espèces Fa 100
2. Vente de marchandises 30 000, port facturé 2000, à crédit au client Fa 101
3. Achat de marchandises 4 000, frais de port 500, à crédit au fournisseur Fa 102 
4. Achat ordinateur 2 000 au fournisseur Fa 103
5. Payé essence par chèque 1 000 Fa 104
6. Reçu facture de France Télécom 1 000 Fa 105 
7. Reçu avis de taxe foncière 1 000 Fa 106
8. Reçu avis de cotisations sociales du trimestre 3 000 Fa 107
9. Réglé fournisseur (3.) par chèque n°555 
10. Réglé la dette au fournisseur France Télécom par chèque n°556 
11. Réglé la dette Etat taxe foncière par chèque n°557 
12. Emprunté à la banque 10 000 Vir 900 
13. Apport du chef d’entreprise à la banque 15 000 Vir 901 
14. Retrait d’espèces à la banque 2 000 Vir 902 
15. Remboursé emprunt par virement 2 000 Vir 903 
16. Retrait du chef d’entreprise à la banque 4 000 Vir 9004
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 18/185


ACHATS, VENTES, REGLEMENTS : ENTRAINEMENT

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations achats
411 Clients 4457 TVA C/V 615 Entretien et réparation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 616 Assurance
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 618 Documentation
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 622 Honoraires (comptable…)
512 Banque 623 Pub
53 Caisse 624 Dplcts
625 Mission,
626 Tél, timbre
627 Services bancaires
63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts
665 Escompte accordé sur vte

1. Vente de Mses au client 300.000, un tiers par chèque, deux tiers à crédit;
2. Vente de Mses au client 200 .000, frais de déplacement 10.000 à crédit au client ;
3. Achat de Mses au fournisseur 20.000, frais de port :1.000 à crédit au fournisseur;
4. Achats de marchandises au fournisseur 50.000;
5. Achats de matières premières au fournisseur 10.000;
6. Reçu facture de France Télécom 2.000;
7. Apports du chef d’entreprise à la banque : 5.000 ;
8. Emprunté à la banque : 10.000 ;
9. Reçu avis de taxe professionnelle 5.000;
10. Reçu quittance de loyer du mois 3.000 ;
11. Réglé facture de France Télécom (6.)
12. Remboursé emprunt par virement : 1.000, intérêts 200;
13. Reçu facture assurance 2.000 ;
14. Payé timbres en espèces 300 ;
15. Prélèvement du chef d’entreprise pour lui-même à la banque : 500 ;
16. Reçu note de prix restaurant 1.000;
17. Réglé taxe professionnelle (opération 9.) ;
18. Achat véhicule tourisme au fournisseur 20.000;
19. Prélèvement du chef d’entreprise pour son propre compte 5.000 ;
20. Réglé assurance (opération 13.) ;
21. Reçu facture d’hôtel 1.000;
22. Achat ordinateur au fournisseur 2.000; 
23. Reçu règlement par chèque du client (opération 2.);
24. Retrait d’espèces à la banque : 1.000 ;
25. Retour de Mses du client 20.000 ;
26. Réglé note de prix restaurant (opération 16.) ;
27. Reçu facture d’honoraires comptables 2.000 ;
28. Retour de Mses au fournisseur Z 10.000 ;

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 19/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 20/185


TVA (10%) Métropole : 19,6 et 5,5 ; Réunion : 8,5 et 2,10 (taux normal : non alimentaire ; taux réduit : alimentaire)
Journa D C
l
Vente VE 411Client 70Vente
4457TVA collectée sur
ventes
Achat AC 60Achat, 61Services extérieurs, 62Autres SE 401Fournisseur
4456TVA déductible sur achats
TVA à OD 4457TVA C/V 4456TVA D/A
décaisser (44567Crédit de TVA si TVA D/A>TVA 44551TVA à décaisser
C/V) 758Pdts divers (arrondis)
Règlement BQ 44551 512
TVA à décaisser 44551 (44567) = TVA C/V 4457 – TVA D/A 4456
Pas de TVA TVA non déductible
loyer, assurance, timbre véhicules de tourisme, restauration
6 par 401 2 6 (TTC) par 40
*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
213 Bâtiment 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
215 Matériel 108 Cpt de l’expl. 606 Autres (énergie, pdts d’entr., emball.) 706 Prestations de service
218 Véhicule, ordi… 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 707 Vte de marchandises
411 Clients 401 Frs 404 Frs 613 Locations 615 Entretien et réparation 708 Pdts des act. annexes
4456 TVAD/A immos 616 Assurance 618 Documentation 709 RRR A/V
44567 Crédit TVA 4457 TVA C/V 622 Honoraires 623 Pub 624 Dplcts 625 765 Escompte obtenu sur
512 Bq53 Cs 44551 TVA à décaisser Mission, 626 Tél, timbre 627 S. bancaires achats
43 D. Soc. 44 D. Fisc. 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
1. Vente de Mses au client X 100.000 HT
2. Achat de Mses au fournisseur Y 20.000 HT 
3. Reçu facture de réparations du garagiste A 1.000 HT 
4. Reçu quittance de loyer du mois (D) 3.000 HT 
5. Reçu prime d’assurance de l’année 2.000 HT
6. Reçu note de prix restaurant (E) 1.000 HT
7. Achat Véhicule tourisme au fournisseur G 30.000 HT
8. Retour de Mses du client X 20.000 HT 
9. Retour de Mses au fournisseur Z 10.000 HT
10. TVA à décaisser du mois 
11. Règlement de la TVA du mois.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 21/185


ACHATS, VENTES, REGLEMENTS, TVA : ENTRAINEMENT.

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations achats
411 Clients 4457 TVA C/V 615 Entretien et réparation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 616 Assurance
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 618 Documentation
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 622 Honoraires (comptable…)
512 Banque 623 Pub
53 Caisse 624 Dplcts
625 Mission,
626 Tél, timbre
627 Services bancaires
63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts
665 Escompte accordé sur vte

1. Vente de Mses au client 300.000 HT, à crédit au client;


2. Achat de Mses 20.000 HT, frais de port :1.000 HT à crédit au fournisseur;
3. Achats de marchandises au fournisseur 50.000 HT;
4. Achats de matières premières au fournisseur 10.000 HT;
5. Reçu facture de France Télécom 2.000 HT ;
6. Apports du chef d’entreprise à la banque : 5.000 ;
7. Emprunté à la banque : 10.000 ;
8. Reçu avis de taxe professionnelle 5.000 HT ;
9. Reçu quittance de loyer du mois 3.000 HT ;
10. Réglé facture de France Télécom (5.)
11. Remboursé emprunt par virement : 1.000, intérêts 200 HT ;
12. Reçu facture assurance 2.000 HT ;
13. Prélèvement du chef d’entreprise pour lui-même à la banque : 500.
14. Reçu note de prix restaurant 1.000 HT ;
15. Réglé taxe professionnelle (opération 8.) ;
16. Achat véhicule tourisme au fournisseur 20.000 HT ;
17. Prélèvement du chef d’entreprise pour son propre compte 5.000
18. Achat ordinateur au fournisseur 2.000 HT ; 
19. Reçu règlement par chèque du client (opération 1.);
20. Retrait d’espèces à la banque : 1.000 ;
21. Retour de Mses du client 20.000 HT ;
22. Réglé note de prix restaurant (opération 14.) ;
23. Retour de Mses au fournisseur 10.000 HT ;
24. TVA à décaisser du mois ;
25. Règlement de la TVA du mois.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 22/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 23/185


REDUCTIONS COMMERCIALES (TVA 10%)

Sur facture Hors facture


Vendeur Acheteur Vendeur Acheteur
COMMERCIALE 41 par 70(net co) 6(net co) 4456 par 709RRRA/V 4457 par 40 par 609RRRO/A
. 4457 40 41 4456
*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et réparation achats
411 Clients 4457 TVA C/V 616 Assurance 618 Documentation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 622 Honoraires (comptable…) 623 Pub
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 624 Dplcts 625 Mission, 626 Tél, timbre
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 627 Services bancaires
512 Banque 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
53 Caisse 64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts 665 Escompte accordé sur vte

1. Vente de Mses au client X 100.000 HT


2. Achat de Mses au fournisseur Y 20.000 HT 
3. Vente de Mses au client Z 200.000 HT, rabais 10%
4. Achat de Mses au fournisseur K 30.000 HT, remise 20%
5. Rabais accordé au client X 20.000 HT 
6. Remise obtenue du fournisseur Y 5.000 HT 
7. Vente au client A 100.000 HT, remise 10%, rabais 10% 
8. Achat au fournisseur B 40.000 HT, rabais 20%, ristourne 10% ;

Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 24/185


REDUCTIONS COMMERCIALES ET FINANCIERES (TVA 10%)

Sur facture Hors facture


Vendeur Acheteur Vendeur Acheteur
COMMERCIALE 41 par 70(net co) 4457 6(net co) 4456 par 40 709RRRA/V 4457 par 40 par 609RRRO/A
. 41 4456
FINANCIERE 41 665EA/V par 70(net co) 6(net co) 4456 par 40 665EA/V 4457 par 41 40 par 765EO/A 4456
4457 765

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et réparation achats
411 Clients 4457 TVA C/V 616 Assurance 618 Documentation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 622 Honoraires (comptable…) 623 Pub
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 624 Dplcts 625 Mission, 626 Tél, timbre
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 627 Services bancaires
512 Banque 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
53 Caisse 64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts 665 Escompte accordé sur vte

1. Vente de Mses au client X 100.000 HT 


2. Achat de Mses au fournisseur Y 20.000 HT 
3. Vente de Mses au client Z 200.000 HT, escompte 1% 
4. Achat de Mses au fournisseur K 30.000 HT, escompte 2%
5. Escompte accordé au client X 20.000 HT 
6. Escompte obtenu du fournisseur Y 5.000 HT
7. Vente au client A 100.000 HT, remise 10%, escompte 1% 
8. Achat au fournisseur B 40.000 HT, rabais 20%, escompte 2% 
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 25/185


CAS SYNTHESE ACHATS, VENTES, REGLEMENTS, TVA, REDUCTIONS

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et réparation achats
411 Clients 4457 TVA C/V 616 Assurance 618 Documentation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 622 Honoraires (comptable…) 623 Pub
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 624 Dplcts 625 Mission, 626 Tél, timbre
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 627 Services bancaires
512 Banque 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
53 Caisse 64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts 665 Escompte accordé sur vte

1. Vente de Mses au client X 100.000 HT;


2. Vente de Mses au client Y 200 .000 HT, rabais 10% ;
3. Vente de Mses au client F 10.000, remise 20%, escompte 1% ;
4. Achat de Mses au fournisseur Z 20.000 HT ;
5. Achats de marchandises au fournisseur W 50.000 escompte 1% ;
6. Achats de matières premières au fournisseur K 10.000, rabais 20% , escompte 2% ;
7. Reçu facture de France Télécom (B) 2.000 HT ;
8. Apports du chef d’entreprise à la banque : 5.000 ;
9. Emprunté à la banque : 10.000 ;
10. Reçu avis de taxe professionnelle 5.000 HT ;
11. Reçu quittance de loyer du mois (D) 3.000 HT ;
12. Remboursé emprunt par virement : 1.000, intérêts 200 HT ;
13. Reçu facture assurance 2.000 HT ;
14. Payé timbres en espèces 300 HT ;
15. Prélèvement du chef d’entreprise pour lui-même à la banque : 500.
16. Reçu note de prix restaurant (E) 1.000 HT ;
17. Réglé taxe professionnelle (opération 10.)
18. Achat véhicule tourisme au fournisseur F 20.000 HT ;
19. Achat ordinateur au fournisseur G 2.000 HT ;
20. Retrait d’espèces à la banque : 1.000 ;
21. Retour de Mses du client 20.000 HT ;
22. Retour de Mses au fournisseur 10.000 HT ;
23. TVA à décaisser du mois ;

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 26/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 27/185


REGLEMENTS

Chèques Carte bancaire LC à l’encaissement LC à l’escompte


Vente 411 par 70 4457
Acceptation LC 413 par 411
Dépôt à la 5112 par 411 5113 par 413 5114 par 413
banque
Relevé 512 par 512 627Serv Bq 4456 par 512 627 4456 par 512 627 4456 661 par
5112 5112 5113 5114

1. Vte de Mses au client X 100.000 HT ;


2. Vte de Mses au client Y 200.000 HT ;
3. Vte de Mses au client Z 300.000 HT ;
4. Vte de Mses au client K 500.000 HT ;
5. X règle par chèque ;
6. Y règle par CB ;
7. Z accepte notre LC ;
8. K accepte notre LC ;
9. Dépôt à la banque chèque X ;
10. Dépôt à la banque CB Y ;
11. Dépôt à la banque LC Z à l’encaissement ;
12. Dépôt à la banque LC K à l’escompte ;
13. Reçu relevé : 9, 10, 11, 12 sur le compte : frais CB : 1.000 HT , frais encaissement LC : 3.000 HT, frais escompte LC : 5.000 HT,
intérêts escompte LC : 7.000.

Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit


1

10

11

12

13

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 28/185


ACHATS, VENTES, REGLEMENTS, TVA, REDUCTIONS : ENTRAINEMENT

*Créances *Dettes
ACTIF (Patrimoine) PASSIF (Ressources) CHARGES (Consommation) PRODUITS
205 Licence 10 capital 601 Achats de matières premières 701 Vte de produits finis
207 Fond comm. 101 Capital 606 Achats non stockés 706 Prestations de service
211 Terrain 108 Cpt de l’expl. (énergie, pdts d’entretien, emballage) 707 Vte de marchandises
213 Bâtiment 164 Emprunt 607 Achats de marchandises 708 Pdts des act. annexes
215 Matériel 401 Dettes Frs 608 Frais accessoires (port payé…) 709 RRR A/V
218 Véhicule, 404 Dettes frs immos 609 Rabais, R et R obtenus/achats 765 Escompte obtenu sur
ordinateur… 419 Clts, avances 613 Locations 615 Entretien et réparation achats
411 Clients 4457 TVA C/V 616 Assurance 618 Documentation
409 Frs, avances 44551 TVA à décaisser 622 Honoraires (comptable…) 623 Pub
4456 TVAD/A 43 Dettes Sociales 624 Dplcts 625 Mission, 626 Tél, timbre
44567 Crédit TVA 44 Dettes Fiscales 627 Services bancaires
512 Banque 63 Impôts et taxes (taxe professionnelle…)
53 Caisse 64 Personnel (salaires, cotisations…)
661 Intérêts 665 Escompte accordé sur vte

24. Vente de Mses au client X 100.000 HT;


25. Vente de Mses au client Y 200 .000 HT, rabais 10% ;
26. Vente de Mses au client F 10.000, remise 20%, escompte 1% ;
27. Achat de Mses au fournisseur Z 20.000 HT ;
28. Achats de marchandises au fournisseur W 50.000 escompte 1% ;
29. Achats de matières premières au fournisseur K 10.000, rabais 20% , escompte 2% ;
30. Reçu facture de France Télécom (B) 2.000 HT ;
31. Apports du chef d’entreprise à la banque : 5.000 ;
32. Emprunté à la banque : 10.000 ;
33. Reçu avis de taxe professionnelle 5.000 HT ;
34. Reçu quittance de loyer du mois (D) 3.000 HT ;
35. Remboursé emprunt par virement : 1.000, intérêts 200 HT ;
36. Reçu facture assurance 2.000 HT ;
37. Payé timbres en espèces 300 HT ;
38. Prélèvement du chef d’entreprise pour lui-même à la banque : 500.
39. Reçu note de prix restaurant (E) 1.000 HT ;
40. Réglé taxe professionnelle (opération 10.)
41. Achat véhicule tourisme au fournisseur F 20.000 HT ;
42. Achat ordinateur au fournisseur G 2.000 HT ;
43. Retrait d’espèces à la banque : 1.000 ;
44. Retour de Mses du client 20.000 HT ;
45. Retour de Mses au fournisseur 10.000 HT ;
46. TVA à décaisser du mois ;

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 29/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 30/185


Questionnaire :

V F NS Pts
P
1 Les comptes de classe 2 sont les comptes d’immobilisations
2 «411 Client» élément de patrimoine, donc à l’actif (solde est débiteur)
3 «512 Banque» élément de patrimoine, donc à l’actif (solde est débiteur)
4 «401 Dettes fournisseur» ressource, donc au passif (solde est créditeur)
5 «44 Dette état» est une ressource, donc au passif (solde est créditeur)
6 « 164 Emprunt » est une ressource, donc au passif (solde est créditeur)
7 «419 Avances clients» est une dette par rapport au client, donc au passif
8 «44551 TVA à décaisser» est une dette, donc au passif
9 « 44567 crédit de TVA » est une créance, donc à l’actif
10 Si le résultat est une perte, il apparait au passif avec un signe moins
11 Les comptes de classe 4 peuvent être débiteurs ou créditeurs
12 Les comptes de classe 6 peuvent être débiteurs ou créditeurs
13 Le solde du compte « 512 Banque » est toujours débiteur
14 Débit=emploi Crédit=ressource
15 Le total des débits est toujours égal au total des crédits
16 Le total de l’actif est égal au total du passif
17 Lorsque le compte «512 Banque» est débité, on a + d’argent à la banque
18 Lorsque «401 Fournisseur» est crédité, on a + de dettes fournisseur
19 Lorsque le compte «411 Client» est crédité, on a – de créances clients
20 L’Actif est toujours égal au Passif
21 Les comptes d’actif et les comptes de charge augmentent au débit
22 Les comptes de passif et les comptes de produits diminuent au débit
23 44551 TVA à décaisser= 4457 TVA C/V- 4456 TVA D/A
24 Il n’y a pas de TVA sur les loyers et sur les assurances
25 Il y a de la TVA sur les dépenses de restauration
26 Lorsque la TVA est non déductible, on débite la charge pour le TTC
27 Le solde du compte « 44551 TVA à décaisser » est créditeur
28 Le solde du compte «44567 crédit de TVA» est débiteur
29 Réd° financière sur facture: on débite le net commercial
30 Le solde du compte «609 RRRO/A» est créditeur
31 Le solde du compte «765 EO/A» est créditeur
32 Le solde du compte « 5112 Chèque à l’encaissement » est débiteur
33 Lors du dépôt de chèque à la banque, on débite le compte 5112
34 A réception du relevé, on crédite le compte 5112
35 Le compte « 413 » est le compte Client effet à recevoir
36 Lors de l’accord du client pour le règlement par LC, on débite 413
37 Lors du dépôt de la LC à la banque, on crédite le compte 413
38 Lors du dépôt de la LC à l’escompte à la banque, on débite 5114
39 A récept° relevé, pour LC à l’encaissement, on débite 512, 627, 4456
40 A récept° relevé, pour LC à l’encaissement, on débite 512, 627, 4456, 661

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 31/185


Charge ou actif ? ACTIF CHARGE
Terrain 1
Licence (achat) 1
Licence (location) 1
Véhicule 1
Essence 1
Loyer 1
Bâtiment 1
Assurance véhicule 1
Réparations < 500€ 1
Réparation > 500€ (pneus de 4*4) 1
Réparation > 500€ (moteur) 1
Ordinateur < 500€ 1
Ordinateur > 500€ 1
Imprimante < 500€ 1
Caution < 500€ 1
Emballage (sachet plastique) 1
Emballage (conteneur) 1
Avances et acomptes versés au fournisseur 1
Salaire 1
Avances sur salaire 1
Charges ou remboursements de dette ?
CHARGE REMBT DETTE
Salaires du mois 1
Achats de marchandises 1
Taxe professionnelle 1
Règlement de la TVA 1
Remboursement d’emprunt 1
Intérêts d’emprunts 1
Prélèvement du chef d’entreprise 1
Cotisations sociales du chef d’entreprise 1
Questions :
1° Citez 3 ressources de l’entreprise ? Tous les comptes de passif
2° Un emprunt bancaire augmente-t-il le bénéfice de l’entreprise ? Non, ce n’est pas un produit. C’est un compte de passif.
3°, Un emprunt bancaire augmente-t-il les ressources de l’entreprise ? Oui, comme tous les comptes de passif.
4° Quelle est la différence entre une charge et une immobilisation ? Une charge est une consommation, une immo un élément de patrimoine.
5° Un investissement est-il une charge pour l’entreprise ? Non, ce n’est pas une charge (consommation), c’est un élément de patrimoine.
6° Un remboursement d’emprunt est-il une charge pour l’entreprise ? Non, c’est le remboursement d’une dette (par rapport à la banque).
7° Le règlement de la TVA est-il une charge pour l’entreprise ? Non, c’est le remboursement d’une dette (par rapport à l’état).
8° Un retrait du chef d’entreprise est-il une charge pour l’entreprise ? Non, c’est le remboursement d’une dette (par rapport au chef d’entreprise).
9°Une vente est-elle comptabilisée à la facturation, ou à l’encaissement ? A la facturation. La créance client apparaît alors à l’actif du bilan.
PLAN COMPTABLE
N° Intitulé Ac Pa Ch Pr
211 Terrain +
213 Bâtiment +
607 Achats de Marchandises +
606 Electricité +
622 Honoraires comptables +
4456 TVA déductible +
4457 TVA collectée +
44551 TVA à décaisser +
44567 Crédit de TVA +
64 Cot° sociales de l’exploitant +
512 Banque +
613 Loyer +
108 Apport du chef d’entreprise +
601 Achats de mat. premières +
606 Emballages +
43 Dettes sociales +
44 Dettes fiscales +
31 Stock de matières premières +
409 Fournisseurs avances +
701 Vente de produits finis +
31 Stocks de matières premières +
101 Capital +
207 Fond commercial +
627 Services bancaires +
53 Caisse +

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 32/185


401 Fournisseurs +
411 Clients +
164 Emprunt +
64 RAM (Sécu indépendants) +
64 URSSAF (Sécu) +
661 Intérêts +
2815 Amort. du matériel industriel -
681 Dotation aux amortissements +
218 Matériel informatique +
708 Produits activités annexes +

Questionnaire :
V F NSP Pts
1 « 21 Immobilisations corporelles » fait partie de l’actif 1
2 « 37 Stock de marchandises » fait partie de l’actif 1
3 « 26 Caution » fait partie de l’actif 1
4 « 512 Banque » fait partie de l’actif 1
5 « 10 Capital » fait partie de l’actif 1
6 «411 Client» fait partie de l’actif 1
7 «411 Client» est une créance 1
8 «3 Stock» fait partie de l’actif 1
9 « 108 » compte de l’exploitant passif 1
10 « 108 » compte de l’exploitant dette 1
11 409 fournisseurs, avances et acomptes versés passif 1
12 409 fournisseurs, avances et acomptes versés créance 1
13 419 clients, avances et acomptes reçus actif 1
14 419 clients, avances et acomptes reçus dette 1
15 Actif=passif 1
16 Emploi= Ressource 1
17 Tous les comptes de passif sont des dettes 1
18 Un ordinateur de moins de 500€ fait partie des charges 1
19 Des pneus de plus de 500€ font partie des charges 1
20 Le changement d’un moteur de voiture est une charge 1
21 « 401 Dettes fournisseurs » est une ressource 1
22 « 10 Capital » est une ressource 1
23 Le règlement de la TVA est une charge 1
24 Un remboursement d’emprunt est une charge 1
25 Un prélèvement du chef d’entreprise est une charge 1
26 601 Achat de marchandises 1
27 512 caisse 1
28 411 Fournisseur 1
29 701 Vente de produits finis 1
30 401 Clients 1
31 607 Achats de matières premières 1
32 62 Impôts et taxes 1
33 707 Vente de produits finis 1
34 68 Charges financières 1
35 66 Dotation aux amortissements 1
36 512 banque 1
37 53 Caisse 1
38 Ordinateur <500€ compte de classe 2 1
39 Matériel>500€ compte de classe 2 1
40 «44567 Crédit TVA» créance 1
41 «44567 Crédit TVA» actif 1
42 «512 Banque» patrimoine 1
43 Une vente est comptabilisée au moment de l’encaissement 1
44 Un remboursement d’emprunt diminue le bénéfice 1
45 Les créances font partie de l’actif 1
46 Une caution pour un commerce est une charge 1
47 Un 9 en troisième position est un compte d’amortissement 1
48 Les boissons dans un snack sont des matières premières 1
49 Le capital est une dette 1
50 La banque peut être négative à l’actif du bilan 1

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 33/185


PRINCIPE DE LA PARTIE DOUBLE
N° Intitulé débit (emploi) N° Intitulé crédit (ressource)
Vente de produits finis en espèces 53 Caisse 707 Vente de produits finis
Vente de prestations de service par chèque 512 706
Vente de marchandises au client 411 707
Achat de marchandises en espèces 607 Achats de March. 53 Caisse
Achat de matières premières par chèque 601 512
Achat de marchandises au fournisseur 607 401
Achat d’un ordinateur par chèque 218 512
Achat de matériel à crédit au fournisseur 215 404
Payé essence par chèque 606 Essence 512 Banque
Payé loyer par chèque 613 512
Payé réparations par chèque 615 512
Payé assurance par chèque 616 512
Payé honoraires comptables par chèque 622 512
Payé publicité par chèque 623 512
Payé transport en espèces 624 53
Payé timbres en espèces 626 53
Reçu facture du fournisseur de marchandises CORA 607 Achats de mses 401 Fournisseur
Reçu facture de France Télécom 626 401
Reçu facture assurance AXA 616 401
Reçu avis de taxe foncière 63 44
Reçu avis de cotisations sociales du trimestre 64 43
Réglé dette fournisseur Mses CORA par chèque 401 Fournisseur 512 Banque
Réglé dette fournisseur AXA par chèque 401 512
Réglé dette fournisseur France Télécom par chèque 401 512
Réglé dette Etat taxe foncière par chèque 44 512
Réglé dettes cotisations sociales du trimestre par chèque 43 512
Emprunté à la banque 512 164
Apport du chef d’entreprise à la banque 512 108
Retrait d’espèces à la banque 53 512
Remboursé emprunt par virement 164 512
Retrait du chef d’entreprise à la banque 108 512
Dépôt d’Espèces à la banque 512 53

VENTES :
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 512 F128 100.000
707 100.000
2 53 F129 10.000
706 10.000
3 411 F130 30.000
701 30.000
4 411 F131 25.500
707 25.000
708 500
5 411 F132 200.000
512 100.000
707 300.000
6 701 A15 10.000
411 10.000
ACHATS (HT)
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 601 1.000
53 1.000
2 601 2.000
608 500
401 2.500
3 218 2.000
404 1.000
512 1.000
4 606 500
512 500
5 613 1.000
512 1.000
6 626 2.000
512 2.000
7 622 1.500
512 1.500

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 34/185


8 615 1.000
512 1.000
9 616 500
512 500
10 626 500
401 500
11 607 2.000
401 2.000
12 63 1.000
44 1000
13 64 2.000
43 2.000
14 401 500
601 500
ACHATS, VENTES, REGLEMENTS (HT)
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 53 10.000
512 10.000
701 20.000
2 411 30.200
707 30.000
708 200
3 607 4.000
608 500
401 4.500
4 218 2.000
401 2.000
5 606 1.000
512 1.000
6 626 1.000
401 1.000
7 63 1.000
44 1.000
8 64 3.000
43 3.000
9 401 4.500
512 4.500
10 401 1.000
512 1.000
11 44 1.000
512 1.000
12 512 10.000
164 10.000
13 512 15.000
108 15.000
14 53 2.000
512 2.000
15 164 2.000
512 2.000
16 108 4.000
512 4.000
ACHATS, VENTES, REGLEMENTS : ENTRAINEMENT
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 200.000
512 100.000
707 300.000
2 411 210.000
707 200.000
708 10.000
3 607 20.000
608 1.000
401 21.000
4 607 50.000
401 50.000
5 601 10.000
401 10.000
6 626 2.000
401 2.000
7 512 5.000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 35/185


108 5.000
8 512 10.000
164 10.000
9 63 5.000
44 5.000
10 613 3.000
401 3.000
11 401 2.000
512 2.000
12 164 1.000
661 200
401 1.200
13 616 2.000
401 2.000
14 626 300
53 300
15 108 500
512 500
16 625 1.000
401 1.000
17 44 5.000
512 5.000
18 218 20.000
404 20.000
19 108 5.000
512 5.000
20 401 2.000
512 2.000
21 625 1.000
401 1.000
22 218 2.000
404 2.000
23 512 210.000
411 210.000
24 53 1.000
512 1.000
25 707 20.000
411 20.000
26 401 1.000
512 1.000
27 622 2.000
401 2.000
28 401 10.000
607 10.000
TVA (10%)
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 110.000
707 100.000
4457 10.000
2 607 20.000
4456 2.000
401 22.000
3 615 1.000
4456 100
401 1.100
4 613 Pas de TVA : HT 3.000
401 3.000
5 616 Pas de TVA : HT 2.000
401 2.000
6 625 TVA non déductible : TTC 1.100
401 1.100
7 218 33.000
404 33.000
8 707 20.000
4457 2.000
411 22.000
9 401 11.000
607 10.000
4456 1.000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 36/185


10 4457 =10.000 (1)-2.000 (8) 8.000
4456 =2.000 (2)+100 (3)-1.000 (9) 1.100
44551 =8.000-1.100 6.900
11 44551 6.900
512 6.900
ACHATS, VENTES, REGLEMENTS, TVA : ENTRAINEMENT
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 330.000
707 300.000
4457 30.000
2 607 20.000
608 1.000
4456 2.100
401 23.100
3 607 50.000
4456 5.000
401 55.000
4 601 10.000
4456 1.000
401 11.000
5 626 2.000
4456 200
401 2.200
6 512 5.000
108 5.000
7 512 10.000
164 10.000
8 63 5.000
44 5.000
9 613 HT (Pas de TVA) 3.000
401 3.000
10 401 2.200
512 2.200
11 164 1.000
661 200
512 1.200
12 616 HT (pas de TVA) 2.000
401 2.000
13 108 500
512 500
14 625 TTC (TVA non déductible) 1.100
401 1.100
15 44 5.000
512 5.000
16 218 22.000
404 22.000
17 108 5.000
512 5.000
18 218 2.000
4456 200
404 2.200
19 512 330.000
411 330.000
20 53 1.000
512 1.000
21 707 20.000
4457 2.000
411 22.000
22 401 1.100
512 1.100
23 401 11.000
607 10.000
4456 1.000
24 4457
4456
44551
25 44551
512

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 37/185


REDUCTIONS COMMERCIALES (TVA 10%)
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 110.000
707 100.000
4457 10.000
2 607 20.000
4456 2.000
401 22.000
3 411 198.000
707 180.000
4457 18.000
4 607 24.000
4456 2.400
401 26.400
5 709 20.000
4457 2.000
411 22.000
6 401 5.500
609 5.000
4456 500
7 411 89.100
707 =[0,9*100.000]*0,9 81.000
4457 8.100
8 607 =[0,8*40.000]*0,9 28.800
4456 2.880
401 31.680

REDUCTIONS COMMERCIALES ET FINANCIERES (TVA 10%)


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

3 411 217.800
665 2.000
707 HT AVANT réduction financière 200.000
4457 19.800
4 607 HT AVANT réduction financière 30.000
4456 2.940
765 600
401 32.340
5 665 20.000
4457 2.000
411 22.000
6 401 5.500
765 5.000
4456 500
7 411 98.010
665 900
707 HT NET COMMERCIAL 90.000
4457 8.910
8 607 HT NET COMMERCIAL 36.000
4456 3.538
765 720
401 38.818
CAS SYNTHESE ACHATS, VENTES, REGLEMENTS, TVA, REDUCTIONS
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 110.000
707 100.000
4457 10.000
2 411 198.000
707 180.000
4457 18.000
3 411 8.712
665 80
707 8.000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 38/185


4457 792
4 607 20.000
4456 2.000
401 22.000
5 607 50.000
4456 4.950
765 500
401 54.450
6 607 8.000
4456 784
765 160
401 8.624
7 626 2.000
4456 200
401 2.200
8 512 5.000
108 5.000
9 512 10 .000
164 10.000
10 63 5.000
44 5.000
11 613 3.000
401 3.000
12 164 1.000
661 200
512 1.200
13 616 2.000
401 2.000
14 626 300
53 300
15 108 500
512 500
16 626 TTC (TVA non déductible) 1.100
401 1.100
17 44 3.000
512 3.000
18 218 22.000
404 22.000
19 218 2.000
4456 200
404 2.200
20 53 1.000
512 1.000
21 707 20.000
4457 2.000
411 22.000
22 401 11.000
607 10.000
4456 1.000
23 4457 26.792
4456 7.134
44551 19.658
24 44551
512
REGLEMENTS
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 110000
707 100000
4457 10000
2 411 220000
707 200000
4457 20000
3 411 330000
707 300000
4457 30000
4 411 550000
707 500000
4457 50000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 39/185


5 - -
- -
6 - -
- -
7 413 330000
411 330000
8 413 550000
411 550000
9 51121 110000
411 110000
10 51122 220000
411 220000
11 5113 330000
413 330000
12 5114 550000
413 550000
13 512 1.193.100
627 9000
4456 900
661 7000
51121 110000
51122 220000
5113 330000
5114 550000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 40/185


Questionnaire :
V F NSP Pts
1 Les comptes de classe 2 sont les comptes d’immobilisations I
2 «411 Client» élément de patrimoine, donc à l’actif (solde est débiteur) I
3 «512 Banque» élément de patrimoine, donc à l’actif (solde est débiteur) I
4 «401 Dettes fournisseur» ressource, donc au passif (solde est créditeur) I
5 «44 Dette état» est une ressource, donc au passif (solde est créditeur) I
6 « 164 Emprunt » est une ressource, donc au passif (solde est créditeur) I
7 «419 Avances clients» est une dette par rapport au client, donc au passif I
8 «44551 TVA à décaisser» est une dette, donc au passif I
9 « 44567 crédit de TVA » est une créance, donc à l’actif I
10 Si le résultat est une perte, il apparait au passif avec un signe moins I
11 Les comptes de classe 4 peuvent être débiteurs ou créditeurs I
12 Les comptes de classe 6 peuvent être débiteurs ou créditeurs I
13 Le solde du compte « 512 Banque » est toujours débiteur I
14 Débit=emploi Crédit=ressource I
15 Le total des débits est toujours égal au total des crédits I
16 Le total de l’actif est égal au total du passif I
17 Lorsque le compte «512 Banque» est débité, on a + d’argent à la banque I
18 Lorsque «401 Fournisseur» est crédité, on a + de dettes fournisseur I
19 Lorsque le compte «411 Client» est crédité, on a – de créances clients I
20 L’Actif est toujours égal au Passif I
21 Les comptes d’actif et les comptes de charge augmentent au débit I
22 Les comptes de passif et les comptes de produits diminuent au débit I
23 44551 TVA à décaisser= 4457 TVA C/V- 4456 TVA D/A I
24 Il n’y a pas de TVA sur les loyers et sur les assurances I
25 Il y a de la TVA sur les dépenses de restauration I
26 Lorsque la TVA est non déductible, on débite la charge pour le TTC I
27 Le solde du compte « 44551 TVA à décaisser » est créditeur I
28 Le solde du compte «44567 crédit de TVA» est débiteur I
29 Réd° financière sur facture: on débite le net commercial I
30 Le solde du compte «609 RRRO/A» est créditeur I
31 Le solde du compte «765 EO/A» est créditeur I
32 Le solde du compte « 5112 Chèque à l’encaissement » est débiteur I
33 Lors du dépôt de chèque à la banque, on débite le compte 5112 I
34 A réception du relevé, on crédite le compte 5112 I
35 Le compte « 413 » est le compte Client effet à recevoir I
36 Lors de l’accord du client pour le règlement par LC, on débite 413 I
37 Lors du dépôt de la LC à la banque, on crédite le compte 413 I
38 Lors du dépôt de la LC à l’escompte à la banque, on débite 5114 I
39 A récept° relevé, pour LC à l’encaissement, on débite 512, 627, 4456 I
40 A récept° relevé, pour LC à l’encaissement, on débite 512, 627, 4456, 661 I

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 41/185


ECRITURES DE FIN D’EXERCICE
STOCKS
PEPS (1er entré, 1er sorti) CMUP (coût moyen unitaire pondéré)
L’article entré le premier en stock sort le A chaque nouvelle entrée, on calcule le prix moyen des articles en
premier stock
Evaluation PEPS et écritures comptables en fin d’exercice :
1. BE1 10 chemises à 100 » ; 2. BS1 3 » ; 3. BE2 20 «  à 110 ; 4. BS2 2 « ;5. BS3 10 « ; 6. BE4 5 «  à 120 ; 7. BE5 10 «  à 130 ; 8.
BS4 7 » ; 9. BS5 15 « ; 10. BE6 20 «  à 140. Stock initial : 1.200.
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

Jnal Jour Numéro de compte N° Libellé Débit Crédit

1. BE1 50 pantalons à 200 ; 2. BE2 30 “ à 100 ; 3. BS1 20 « ; 4. BS2 40 « ; 5. BE3 50 «  à 150 ; 6. BS3 60 « ; 7. BE4 100 “ à 120;
8. BE5 40 “ à 110; 9. BS4 110 “; 10. BS5 10 “. Stock initial 8.000.
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 42/185


Evaluation CMUP et écritures comptables en fin d’exercice.
1. BE1 10 chemises à 100 » ; 2. BS1 3 » ; 3. BE2 20 «  à 110 ; 4. BS2 2 « ;5. BS3 10 « ; 6. BE4 5 «  à 120 ; 7. BE5 10 «  à 130 ; 8.
BS4 7 » ; 9. BS5 10 « ; 10. BE6 20 «  à 140. Stock initial : 1.200.
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

Jnal Jour Numéro de compte N° p. Libellé Débit Crédit


1

1. BE1 50 pantalons à 200 ; 2. BE2 30 “ à 100 ; 3. BS1 20 « ; 4. BS2 40 « ; 5. BE3 50 «  à 150 ; 6. BS3 60 « ; 7. BE4 100 “ à 120;
8. BE5 40 “ à 110; 9. BS4 110 “; 10. BS5 10 “. Stock initial 8.000.
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

Jnal Jour Numéro de compte N° p. Libellé Débit Crédit


1

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 43/185


ECRITURES DE FIN D’EXERCICE
AMORTISSEMENTS
Dépréciation certaine d’une immobilisation
Linéaire Dégressif
VO (HT+FAA), tl (1/durée), n (jours ← mise en VO, td (tl*coeff fiscal : 1,5 (3-4 ans) ; 2 (5-6 ans) ; 2,5 (>6 ans), m (mois ←
service) acquisition)
A1=tl*VO*n/360 An=VO* tl A1=td*VO*m/12 An=VNCn-1*td jusque tlr>td, puis linéaire
VNCn=VNCn-1-An VNCn=VNCn-1-An
Amortissement sur 4 ans d’une immobilisation de 110.000 TTC acquise le 15/04/2004, mise en service le 1/10/2004
. Linéaire :
VO
tl
n

Formule Application numérique Résultat


A2004
VNC2004
A2005 = A2006 = A2007
VNC2005
VNC 2006
VNC2007
A2008
VNC2008

Année VNCn-1 An VNCn


2004
2005
2006
2007
2008
Passer l’écriture comptable de l’amortissement de la première année :
Jnal Jour Numéro de compte Pièce Libellé Débit Crédit

Dégressif :
VO
td
m

Formule Application numérique Résultat

*tlr>td : on repasse en linéaire au taux de 0,5


Tlr Année VNCn-1 An VNCn

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 44/185


Amortissement sur 4 ans d’une immobilisation de 220.000 TTC acquise le 15/04/2004, mise en service le 1/10/2004

. Linéaire :
VO
tl
n

Formule Application numérique Résultat


A2004
VNC2004
A2005 = A2006 = A2007
VNC2005
VNC 2006
VNC2007
A2008
VNC2008

Année VNCn-1 An VNCn


2004
2005
2006
2007
2008

Passer l’écriture comptable de l’amortissement de la première année :


Jnal Jour Numéro de compte Pièce Libellé Débit Crédit

Dégressif :
VO
td
m

Formule Application numérique Résultat

*tlr>td : on repasse en linéaire au taux de 0,5


Tlr Année VNCn-1 An VNCn

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 45/185


REGULARISATIONS DE CHARGES ET PRODUITS
constatée 486 par constaté 7 par
Charg d’avance 6 Produi d’avance  487
e à payer  6 par t à recevoir  418 par
408 7
1. Reçu facture loyer semestriel 6.000 € le 30/10 Fa 333 ;
2. Reçu facture d’abonnement annuel au journal local 120 € le 30/09 Fa 442 ;
3 Etabli facture d’honoraires semestriel 300 € le 1/10 Fa 777 ;
4. Estimé facture de téléphone du mois de décembre à 300 € ;
5. Facture du fournisseur non reçue au 31/12 pour 400 €.
6. Passer les écritures de régularisation au 31 décembre n puis janvier n+1.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

PROVISIONS POUR DEPRECIATION DES CREANCES CLIENTS


D C
Le client devient douteux 416 Clt douteux (totalité de la créance) 411
Enregistrement de la perte probable 681 Dot° prov° dépréciat° créances (perte probable) 491 Prov° pour dépréciat° des clients
Aggravation probable de la perte 681 (écart) 491
Règlement d’une partie de la créance 512 416
Le reste est irrécouvrable 654 Perte sur créance 44571 (part irrecouvrable) 416
Annulation des provisions 491 781 Reprise sur provis° (total 681)
1. Vente de Mses au client A : 100.000 HT.
2. Fin n, la perte est évaluée à 40%.
3. Fin n+1, la perte est évaluée à 60%.
4. Courant n+2, A règle 33.000.
5. Fin n+2, on considère le reliquat de créance comme perdu.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

2’

5’

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 46/185


VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 47/185
QUESTIONNAIRE ECRITURES DE FIN D’EXERCICE :
V F NSP Pts
1 L’amortissement est une sortie d’argent
2 L’amortissement est une charge
3 L’amortissement diminue le bénéfice de l’entreprise
4 L’amortissement se calcule sur toutes les immobilisations
5 VO est le prix d’achat de l’immobilisation TTC+frais accessoires d’achats TTC
6 Les frais accessoires d’achat sont les frais de mise en service d’une immobilisation
7 La VNC est la valeur nette comptable du bien
8 En linéaire, l’amortissement se pratique sur n+1 exercices comptables (n=durée)
9 En linéaire tl est égal à 1/durée
1 En linéaire, A1 est égal à VO*tl*m/12
0
1 En linéaire, A2 est égal à VNC1*tl
1
1 En linéaire A1+Ad=An
2
1 En linéaire VNCn=VO-An
3
1 En linéaire, VNCd=0
4
1 En dégressif, l’amortissement se pratique sur n+1 exercices comptables (n=durée)
5
1 En dégressif, Td=tl*coefficient fiscal
6
1 En dégressif, A1 est égal à VO*tl*m/12
7
1 En dégressif, A2 est égal à VNC1*td
8
1 En dégressif, Lorsque tlr<td, on repasse en linéaire
9
2 En dégressif, VNCn=VNCn-1-An
0
2 En dégressif, VNCd=0
1
2 VNC1 est supérieure en dégressif par rapport à VNC1 en linéaire
2
2 L’amortissement dégressif permet d’augmenter toutes les annuités d’amortissement
3
2 L’amortissement dégressif permet d’économiser des impôts en début de période
4
2 La somme des amortissements est la même en linéaire qu’en dégressif
5
2 Evaluation PEPS = premier entré-premier sorti
6
2 Evaluation CMUP = charge unitaire moyenne pondérée
7
2 Le compte de variation de stock de marchandises est le compte 6031
8
2 Le compte stock de matières premières est le compte 37
9
3 Si le compte variation de stock de marchandises est négatif, l’entreprise a stocké
0

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 48/185


STOCKS
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur
1 BE1 10 100 1000 10 100 1000
2 BS1 3 100 300 7 100 700
3 BE2 20 110 2200 7 100 700
20 110 2200
4 BS2 2 100 200 5 100 500
20 110 2200
5 BS3 5 100 500 0 100 0
5 110 550 20 110 2200
6 BE4 5 120 600 20 110 2200
5 120 600
7 BE5 10 130 1300 20 110 2200
5 120 600
10 130 1300
8 BS4 7 110 770 13 110 1430
5 120 600
10 130 1300
9 BS5 13 110 1430 0 110 0
2 120 240 3 120 360
10 BE6 20 140 280 3 120 360*
20 140 2800*

Jnal Jour Numéro de compte N° Libellé Débit Crédit


1 6 0 3 7 Variation Stock Mses (SI) 1200
3 7 «  1200
2 3 7 Variation Stock Mses (SF) 3160*
6 0 3 7 «  3160*
Ex 2 :
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

Jnal Jour Numéro de compte N° Libellé Débit Crédit


1

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 49/185


Evaluation CMUP et écritures comptables en fin d’exercice.
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur
1 BE1 10 100 1000 10 100 1000
2 BS1 3 100 300 7 100 700
3 BE2 20 110 2200 27 (20+7) 107(2900/27) 2900 (2200+700)
4 BS2 2 107 334 25 (27-2) 107 2675 (107*25)

etc

Jnal Jour Numéro de compte N° p. Libellé Débit Crédit


1

Ex 2 :
ENTREES SORTIES STOCK
Date Pièce Q PU Valeur Q PU Valeur Q PU Valeur

Jnal Jour Numéro de compte N° p. Libellé Débit Crédit


1

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 50/185


AMORTISSEMENTS
Amortissement sur 4 ans d’une immobilisation de 110.000 TTC acquise le 15/04/2004, mise en service le 1/10/2004
. Linéaire :
VO 100000 (110000/1,1)
tl 0,25=1/4
n 90j (à compter de la date de mise en service)

Formule Application numérique Résultat


A2004 VO*tl*n/360 100000*0,25*90/360 6250
VNC2004 VO- A2004 100000-6250 93750
A2005 = A2006 = A2007 VO*tl 100000*0,25 25000
VNC2005 VNC2004- A2005 93750-25000 68750
VNC 2006 VNC2005- A2006 68750-25000 43750
VNC2007 VNC2006- A2007 43750-25000 18750
A2008 VO*tl*(360-n)/360 100000*0,25*(360-90)/360 18750
VNC2008 VNC2007- A2008 18750-18750 0

Année VNCn-1 An VNCn


2004 100000 6250 93750
2005 93750 25000 68750
2006 68750 25000 43750
2007 43750 25000 18750
2008 18750 18750 0
Passer l’écriture comptable de l’amortissement de la première année :
Jnal Jour Numéro de compte Pièce Libellé Débit Crédit
31 6 8 1 Dot° Amort Immo 6250
2 8 1 8 Amortissement Immo 6250
Dégressif :
VO 100000
td 0,375 (0,25*1,5)
m 9 mois (de avril inclus à décembre)

Formule Application numérique Résultat


A2004 VO*td*m/12 100000*0,375*9/12 28125
VNC2004 VO- A2004 100000-28125 71825
A2005 VNC2004*td 71825*0,375 26934
VNC2005 VNC2004- A2005 71825-26934 44891
*A2006=A2007 VNC2005*td 44891*0,5 (tlr06) 22455
VNC 2006 VNC2005- A2006 44891-22455 22455
VNC2007 VNC2006- A2007 2455-22455 0
*tlr>td : on repasse en linéaire au taux de 0,5
Tlr Année VNCn-1 An VNCn
0,25 (1/4) 2004
0,33 (1/3) 2005
0,5* (1/2) 2006
1 (1/1) 2007
Passer l’écriture comptable de l’amortissement de la première année :
Jnal Jour Numéro de compte Pièce Libellé Débit Crédit
31

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 51/185


REGULARISATIONS DE CHARGES ET PRODUITS
constatée 486 par constaté 7 par
Charg d’avance 6 Produi d’avance  487
e à payer  6 par t à recevoir  418 par
408 7
1. Reçu facture loyer semestriel 6.000 € le 30/10 Fa 333 ;
2. Reçu facture d’abonnement annuel au journal local 120 € le 30/09 Fa 442 ;
3 Etabli facture d’honoraires semestriel 300 € le 1/10 Fa 777 ;
4. Estimé facture de téléphone du mois de décembre à 300 € ;
5. Facture du fournisseur non reçue au 31/12 pour 400 €.
6. Passer les écritures de régularisation au 31 décembre n puis janvier n+1.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 486 4 mois*6000/6 4000
613 4000
2 486 9 mois*120/12 90
617 90
3 706 3 mois*300/6 150
487 150
4 626 Tél 300
408 300
5 607 Mses 400
408 400
6

PROVISIONS POUR DEPRECIATION DES CREANCES CLIENTS


D C
Le client devient douteux 416 Clt douteux (totalité de la créance) 411
Enregistrement de la perte probable 681 Dot° prov° dépréciat° créances (perte probable) 491 Prov° pour dépréciat° des clients
Aggravation probable de la perte 681 (écart) 491
Règlement d’une partie de la créance 512 416
Le reste est irrécouvrable 654 Perte sur créance 44571 (part irrecouvrable) 416
Annulation des provisions 491 781 Reprise sur provis° (total 681)
1. Vente de Mses au client A : 100.000 HT.
2. Fin n, la perte est évaluée à 40%.
3. Fin n+1, la perte est évaluée à 60%.
4. Courant n+2, A règle 33.000.
5. Fin n+2, on considère le reliquat de créance comme perdu.
Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1 411 110000
707 100000
4457 10000
2 416 TOTALITE 110000
411 110000
2’ 681 Perte probable n 44000
491 44000
3 681 Ecart perte probable n+1-n 66000
491 66000
4 512 Encaissé 33000
416 33000
5 654 Perte 70000
4457 7000
416 77000
5’ 491 Total provision 66000
781 66000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 52/185


Questionnaire :

V F NS Pts
P
1 L’amortissement est une sortie d’argent I
2 L’amortissement est une charge I
3 L’amortissement diminue le bénéfice de l’entreprise I
4 L’amortissement se calcule sur toutes les immobilisations I
5 VO est le prix d’achat de l’immobilisation TTC+frais accessoires d’achats TTC I
6 Les frais accessoires d’achat sont les frais de mise en service d’une immobilisation I
7 La VNC est la valeur nette comptable du bien I
8 En linéaire, l’amortissement se pratique sur n+1 exercices comptables (n=durée) I
9 En linéaire tl est égal à 1/durée I
1 En linéaire, A1 est égal à VO*tl*m/12 I
0
1 En linéaire, A2 est égal à VNC1*tl I
1
1 En linéaire A1+Ad=An I
2
1 En linéaire VNCn=VO-An I
3
1 En linéaire, VNCd=0 I
4
1 Evaluation PEPS = premier entré-premier sorti I
5
1 Evaluation CMUP = charge unitaire moyenne pondérée I
6
1 Le compte de variation de stock de marchandises est le compte 6031 I
7
1 Le compte stock de matières premières est le compte 37 I
8
1 Si le compte variation de stock de marchandises est négatif, l’entreprise a stocké I
9

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 53/185


CAS SYNTHESE ECRITURES FIN D’EXERCICE :

1. Vente de marchandises au client X 100.000 HT.


2. Stock initial : 2000. Stock final 3000.
3. Régularisation facture du 1er avril 2012 : abonnement au journal 240 € (annuel).
4. Régularisation facture semestrielle services établie le 1 er 12.2012 pour 600 €.
5. On pense récupérer 22.000€ du client X.
6. Ecriture d’amortissement de 2e année d’une immo acquise le 15.07.12 pour 100.000 HT amortissables sur 5 ans en dégressif
7. Facture non parvenue du fournisseur de marchandises : 3000 €.
8. Facture à établir au client Y de prestations de services : 4000 €.
9. On pense récupérer 11000 du client X.
10. On récupère 77.000 du client X.

Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit


1

2’

10

10’

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 54/185


CAS SYNTHESE ECRITURES COURANTES ET CLOTURE : Tony.
1. Vente de marchandises au client X 220.000 TTC
2. Vente de marchandises au client P 10.000 HT ; Rabais 30%
3. Achat de matières premières au fournisseur Z 30.000HT ; Escompte 2%
4. Rabais accordé au client X 20% HT (1)
5. Achat de marchandises au fournisseur A 40.000HT ; Rabais 10% ; Remise 5%
6. Retour de marchandises du client P 200 HT (2)
7. Vente de marchandises au client K 15.000 HT
8. K accepte notre LC
9. Dépôt de la LC du client K à la banque à l’escompte
10. Le client X paie par carte bancaire
11. Reçu relevé 9,10 sur le compte : frais CB 1.000 HT ; frais escompte LC 100 HT ; intérêts 20
12. Déclaration TVA du mois
13. Règlement TVA du mois
14. Amortissement du véhicule 30.000
15. Constatation stock final 12.500 (stock initial 15.000)
16. Reçu semestriel abonnement journal 6.000 1/12/N
17. Facture loyer à émettre pour le locataire 600€
18. Estimation client V douteux, facture 20.000HT
19. Perte évaluée à 40% fin n+1
20. N+2, V solde sa dette.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 55/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 56/185


CAS SYNTHESE ECRITURES COURANTES ET CLOTURE : Dimitri.
1. Vente de marchandises au client Y en espèces 500 HT
2. Vente de matières premières au client Z 40.000 HT
3. Reçu facture restaurant 200 HT
4. Vente au client X 300.000 ; 1/3 par CB, 2/3 par chèque ; SB 3.000
5. Achat matières premières au fournisseur B 2.000 HT ; Rabais 10% ; Escompte 2%
6. Achat au fournisseur A 22.000 TTC
7. Reçu facture de loyer 3.000 trimestriel le 01/12/10 ; régularisation au 31/12/10
8. Achat véhicule 7.500 HT, frais de port 200
9. Déclaration de la TVA du mois
10. Dépôt à la banque CB + Chèque client X
11. Le client Z accepte la LC à l’encaissement
12. Escompte accordé au client Y 3%
13. Facture non parvenue 1.000 HT 31/12/10
14. Facture à établir 2.000 HT
15. Amortissement du véhicule 750 HT
16. Vente marchandises au client Q 44.000 TTC
17. Perte évaluée à 25%
18. Règlement du client Q 7.000 HT
19. Stock final 1.500, stock initial 2.000
20. Reçu relevé (11) : SB 500 HT

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 57/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 58/185


CAS SYNTHESE ECRITURES COURANTES ET CLOTURE : Ruben.

1. Vente de mses 200,000 HT, rabais 10% au client A.


2. Achat Mses au Fournisseur 600 ,000 HT, Rabais 20%
3. Retour de Mses par au client A 1%
4. Remise accordée au client A 20%
5. Vente de Mses 500,000 HT, Remise 20% client B
6. Escompte accordé au client B 2% (sur le montant après remise)
7. Reçu avis de taxe foncière 1000 HT
8. Reçu avis de cotisation sociales 3,000 HT
9. Réglé la dette état foncière par cheque
10. Retrait du chef de l’entreprise 3,000 HT
11. Achat véhicule tourisme au fournisseur 3,300 TTC
12. Achat de Mses au fournisseur 500,000 HT, Rabais 10%, Escompte 1%
13. Retour Mses du client A 5,000 HT
14. TVA a décaissé du mois
15. Le client B accepte la LC
16. Le client A nous paye par LC (effet à recevoir)
17. Remboursement d’emprunt 1,000 plus intérêt 500
18. Dépôt LC du client A à l’encaissement
19. Dépôt LC du client B a l’escompte
20. Réception relevé : LC de A sur le compte, moins frais 2,000
21. Stock initial 6,000 Stock final 10,000
22. Amortissement du materiel 100,000
23. Reçu facture loyer trimestriel 6,000 le 30/11
24. Facture d’abonnement semestriel au journal 12,000 le 01/08
25. Facture fournisseur téléphone non reçu 500
26. Facture à établir au client 4,000
27. Facture de service au client pour un semestre 3,000 le 01/10
28. Vente au client 200,000 HT
29. Client douteux on peut récupérer 55,000
30. On peut récupérer 33,000
31. On peut récupérer 88,000
32. On peut récupérer 11,000
33. On récupère 77,000 le reste est perdu

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 59/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
1

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23*

24*

25*

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 60/185


Code J Jour N° de compte N° pièce Libellé Débit Crédit
26*

27*

28

29*

30*

31*

32*

33

**

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 61/185


Questionnaire :

V F NSP Pts
1 L’amortissement est une sortie d’argent
2 L’amortissement est une charge
3 L’amortissement diminue le bénéfice de l’entreprise
4 L’amortissement se calcule sur toutes les immobilisations
5 VO est le prix d’achat de l’immobilisation TTC+frais accessoires d’achats TTC
6 Les frais accessoires d’achat sont les frais de mise en service d’une immobilisation
7 La VNC est la valeur nette comptable du bien
8 En linéaire, l’amortissement se pratique sur n+1 exercices comptables (n=durée)
9 En linéaire tl est égal à 1/durée
1 En linéaire, A1 est égal à VO*tl*m/12
0
1 En linéaire, A2 est égal à VNC1*tl
1
1 En linéaire A1+Ad=An
2
1 En linéaire VNCn=VO-An
3
1 En linéaire, VNCd=0
4
1 En dégressif, l’amortissement se pratique sur n+1 exercices comptables (n=durée)
5
1 En dégressif, Td=tl*coefficient fiscal
6
1 En dégressif, A1 est égal à VO*tl*m/12
7
1 En dégressif, A2 est égal à VNC1*td
8
1 En dégressif, Lorsque tlr<td, on repasse en linéaire
9
2 En dégressif, VNCn=VNCn-1-An
0
2 En dégressif, VNCd=0
1
2 VNC1 est supérieure en dégressif par rapport à VNC1 en linéaire
2
2 L’amortissement dégressif permet d’augmenter toutes les annuités d’amortissement
3
2 L’amortissement dégressif permet d’économiser des impôts en début de période
4
2 La somme des amortissements est la même en linéaire qu’en dégressif
5
2 Evaluation PEPS = premier entré-premier sorti
6
2 Evaluation CMUP = charge unitaire moyenne pondérée
7
2 Le compte de variation de stock de marchandises est le compte 6031
8
2 Le compte stock de matières premières est le compte 37
9
3 Si le compte variation de stock de marchandises est négatif, l’entreprise a stocké
0

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 62/185


SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION (SIG)
Les SIG permettent de mettre en évidence les différentes étapes de la formation du résultat c’est-à-dire ce qu’il reste à l’entreprise après avoir
rémunéré ses partenaires.
Marge Commerciale MC Ventes de Mses 707 - Achats de Mses - 607
- Var° de stock de Mses - 6037
Coûts d’achat des Mses vendues
Valeur Ajoutée VA + Production vendue + - Achats de MP - 601
Fournisseurs
+ Production stockée 701 - Var° de stock de MP - 6031
+ Production immobilisée + 71 - Services extérieurs - 61/62
+ 72 Consommation en provenance des
tiers
Excédent Brut EBE + Subventions d’exploitation + 74 - Impôts et Taxes - Personnel - 63 - Etat/Salariés
d’Exploitation 64
Rés. d’Exploitation RE + Autres produits + 75 - Autres charges - 65 Matériel
+ Reprise sur Amort et Prov° + 78 - Dotation aux Amort et Prov° - 68
+ Rep. sur ch. et trans. de ch.
Rés. Courant Avant Impôts RCAI + Q. P. de rés. sur op° f. en c. + Q. P. de rés. sur op° f. en c. Banque
+ Produits financiers + 76 - Charges financières - 66
Rés. Net RN + Produits exceptionnels + 77 - Charges exceptionnelles - 67 Exceptionnel
- Participation des salariés - 69
- Impôts sur les bénéfices
Ratios :
Taux de marge commerciale MC/Ventes de Mses
Taux de VA, EBE, RE, RN /CA VA, EBE, RE, RN/CA
Taux d’autofinancement dégagé CAF/CA
Partage de la VA entre salariés, Etat, Ch. Personnel, Impôts et taxes, Ch Financières/VA
banque
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre :
SIGn SIGn/CAn SIGn-1 SIGn-1/CAn-1 Variation Variation %
Comparaison dans l’espace par rapport au secteur d’activité

CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT (CAF):
La CAF est la trésorerie générée par l’activité normale de l’entreprise. C’est l’excédent de produits encaissés ou encaissables sur les charges
décaissées ou décaissables.
EBE Résultat net comptable
+ Autres produits d’exploitation - Autres charges d’exploitation +75-65 + Dot° aux amt et prov°- Reprises sur amt et prov° +68-78
+ Produits financiers - Charges financières (*) +76-66 (exploitations, financiers et exceptionnels)
+ Produits exceptionnels (*), sauf produits des cessions d’éléments d’actif +77 (sauf + VNCEAC-PCEA +675-775
- Ch. exceptionnelles(*), sauf valeur nette comptable des élts d’actif 775) - Quote-part de subv° d’invt virée au résultat -777
cédés -67 (sauf 665)
- Participation des salariés au résultats - Impôts sur les bénéfices -69
*  sauf dot° et reprises sur amortisst et prov° (charges et produits calculés)
=CAF
Ratio :
Capacité de remboursement des emprunts CAF/Emprunts MLT

SEUIL DE RENTABILITE (CARé)


Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires à partir duquel l’entreprise couvre ses charges .
CA : chiffre d’affaires ; CV : coûts variables ; CF : coûts fixes ; MCV : marge sur coût variable (CA-CV) ; TMCV : taux de marge sur coût
variable (MCV/CA)
CARé CARé = CF/TMCV CA au seuil de rentabilité (B=0)
BCA BCA = TMCV*CA-CF Bénéfice pour un CA donné
CAB CAB = (CF+B)/TMCV CA pour un bénéfice donné
Le point mort est la date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint :
CA stable n = 360*CARé/CA
CA saisonnier Lorsque ∑ MVCpériode=borne inférieure CARé, interpolation linéaire

FOND DE ROULEMENT (FR), BESOIN EN FOND DE ROULEMENT (BFR), TRESORERIE (TR)


FR Fond de roulement Ressources stables-emplois stables FR=Capitaux propres+ Amort et provis°+Dettes à MLT-Immos brut
BFR Besoin en fond de Trésorerie « bloquée » dans le cycle BFR=Stocks+Clients-Founisseurs
roulement d’exploitation
TR Trésorerie TR=FR-BFR
Ratios :
Durée de stockage des Mses, MP, PF 360*Stock/Coût d’achat des Mses vendues
Durée du crédit client 360*Clients/CA TTC
Durée du crédit fournisseur 360*Fournisseurs/ABS TTC
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR
BFR
TR
Comparaison dans l’espace par rapport au secteur d’activité

PLAN DE FINANCEMENT
Le plan de financement permet de comprendre l’évolution de la trésorerie d’année en année
EMPLOIS An 1 An An 3 RESSOURCES An An 2 An 3

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 63/185


2 1
Immobilisations brut Capital
Variation du BFR CAF
Remboursement d’emprunt Emprunts
Prélèvement de l’exploitant
(EI)
TRESORERIE

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 64/185


SEUIL DE RENTABILITE (CARé)

Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires à partir duquel l’entreprise couvre ses charges .
CA : chiffre d’affaires; CV : coûts variables ; CF : coûts fixes ; MCV : marge sur coût variable (CA-CV) ; TMCV : taux de marge sur coût
variable (MCV/CA)
CARé CARé = CF/TMCV CA au seuil de rentabilité (B=0)
BCA BCA = TMCV*CA-CF Bénéfice pour un CA donné
CAB CAB = (CF+B)/TMCV CA pour un bénéfice donné
Le point mort est la date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint :
CA stable n = 360*CARé/CA
CA saisonnier Lorsque ∑ MVCpériode=borne inférieure CARé, interpolation linéaire

1. Calculer : CF, CA, CV, MCV, CARé, B réalisé si CA=200.000, CA réalisé pour B=50.000, date CARé.
CHARGES CV CF PRODUITS
Achats 20.000 CA 100.000
S. Ext 10.000 10.000
I et T 10.000
Perso 10.000
Dot° Amts 30.000

Formule Application numérique Résultat


CF
CA
CV
MCV CA-CV
TMCV MCV/CA
CARé CF/TMCV
BCA=200.000 TMCV*CA-CF

CAB=50.000 (CF+B)/TMCV

Date CARé 360* CARé/CA

2. Resto
Prix moyen par couvert 10 €, coût moyen par couvert 2,5€, charges fixes 100.000 €, 100 couverts/jour, 5 jours/semaine, 50 semaines/an.
Calculer : CA, CV, MCV, CF, Résultat, CARé ,nombre de couverts à vendre par jour, date du point mort.
Formule Application numérique Résultat
CF
CA
CV
MCV
TMCV
Résultat
CARé
Nb couverts/J
Date

3. Hôtel :
Prix moyen chambre :100 €, nombre de chambres 100, taux d’occupation : 80%, charges variables 500.000 €, charges fixes 2.000.000 €.
Calculer CA, MCV, Résultat, CARé et le taux d’occupation correspondant.
Formule Application numérique Résultat
CF
CA
CV
MCV
TMCV
Résultat
CARé
Tx occupat°

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 65/185


AGENCE CANTILIENNE DE VOYAGE

Le service jeunesse de la mairie de Vinciennes demande à l’agence Cantilienne de voyage de calculer le prix d’un week-end pour des jeunes de
16 à 20 ans, dans une station normande située à 300 km.

Vous disposez des éléments ci-dessous :


. Départ samedi matin 8h-retour dimanche soir 20h.
. Utilisation d’un autocar pouvant transporter 50 participants (sans compter le guide et le chauffeur).
. Location du car : 370€ pour le week-end (400km compris), le km supplémentaire : 0,38€.
. Prix du gazoil : 0,68€ le litre – consommation du car : 25 litres aux 100 km.
. Participation à une soirée folkorique : 8€ par personne (gratuit pour l’accompagnateur et le chauffeur.
. Restauration : l’auberge Les Flots demande 11€ par personne (prévoir 3 repas).
. Hébergement dans un centre de vacances qui demande 12€ par personne (petit déjeuner compris).
. L’accompagnateur sera rémunéré 67€ par jour.
L’hébergement du chauffeur et de l’accompagnateur est gratuit, par contre les repas sont payants.

1) Sachant que le responsable de l’agence souhaite que le prix de vente unitaire net pour l’agence soit de 75€, quel doit être le nombre minimum
de participants pour que le voyage soit rentable ?
2) Le taux de remplissage du car étant de 88%, quelle est la marge TTC et HT dégagée sur ce voyage ?
3) Calculer le taux de HT et le taux de marge HT.

AGENCE DE VOYAGE TOURAZUR

L’agence Tourazur a programmé à son catalogue un séjour à Rome. Différentes dates sont proposées à la clientèle sur une période allant du 1 er
mai au 31 août. Chaque groupe est accompagné par un guide interprète et les différentes visites sont organisées sur place par une agence
réceptive.
Départ : lundi 11h de Roissy (RDV à l’aéroport 1 heure avant le départ avec le guide) et arrivée 13h à Rome (déjeuner pris dans l’avion). Retour
vendredi suivant, départ à 16h. Prix de vente 650€.

Les différentes prestations sont les suivantes (pour un séjour) :


. Transport : 220€ par personne (y compris le guide).
. Hébergement à l’hôtel : 25€ la nuit (petit déjeuner compris) par personne.
. Assurance annulation/bagage obligatoire : 18€ par personne.
. Taxes aéroport : 12€ par personne.
. Transferts aéroport-hôtel par car affrété par Tourazur (maximum 42 passagers) : 140€, même tarif pour le trajet hôtel-aéroport.
. Organisation du séjour sur place par une agence réceptive locale : 3 300€ (y compris les différents spectacles et visites proposés).
. Hébergement et restauration du guide (compte tenu des gratuités obtenues) : 138€.
. Le jeudi excursion à Ostie, 1850€ pour le groupe, repas du midi compris.

Le service comptable estime à 400€ les charges indirectes fixes par groupe (frais généraux).

1) Quel est le seuil de rentabilité (en nombre de pax) pour un séjour ?


2) Si l’agence souhaite obtenir un bénéfice de 1 000€ par séjour, combien d’inscriptions doit-elle enregistrer ?
3) En observant la concurrence, le service commercial estime que le produit est trop cher par rapport aux prestations offertes. Le responsable de
la production propose 2 solutions :
. Proposition 1 : améliorer les services offerts sur place par l’agence réceptive (surcoût de 280€) et offrir un bon d’achat de 30€ à valoir sur des
achats effectués dans des magasins souvenirs sélectionnés par la ville. Ce bon d’achat est facturé 20€ à l’agence.
. Proposition 2 : Réduction de prix de 50€ avec changement d’hôtel (même catégorie mais plus excentré), la nuit étant facturée 20€ à l’agence,
mais les transferts augmentent de 45€ le trajet.
Calculer le nouveau seuil de rentabilité ainsi que le résultat dégagé sur un groupe de 42 personnes pour les 2 propositions. Quelle proposition
faut-il retenir ?
4) En supposant qu’il y a, en moyenne 40 inscrits à chaque date, quel est le bénéfice réalisé par l’agence sur cette destination (en tenant compte
du choix précédent) ?

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 66/185


EDELWEISS

L’hôtel Edelweiss est un hôtel trois étoiles dont la capacité est de 30 chambres, doté d’un restaurant. L’exercice comptable correspond à l’année
civile. L’établissement est ouvert 330 jours (fermeture en janvier). Suite à l’ouverture prochaine d’un spa, le directeur, M. Gilg, décide
d’effectuer une analyse de rentabilité de son établissement limitée à l’étude du secteur restauration. Il vous transmet les informations suivantes :
. Nombre de places disponibles : 60.
. Nombre de services par jour : 2.
. Prix moyen d’un repas : 30€ HT.
. Congés annuels du 01/01 au 31/01.
. Extrait de la balance de l’exercice 2007 (document 3).
. Ventilation des charges selon leur nature (document 4).

A partir des informations ci-dessus, de la balance (document 3), et du tableau de ventilation des charges (document 4) :
3.1 Déterminez le nombre de repas servis en 2007 et le taux de remplissage correspondant.
3.2 Complétez le tableau de ventilation des charges (annexe 1 à remettre avec la copie).
3.3 Présentez le compte de résultat différentiel (annexe 2 à remettre avec la copie).
3.4. calculez le seuil ,de rentabilité en valeur et en nombre de repas vendus et la date à laquelle il sera atteint (point mort).
3.5 Commentez les résultats obtenus.

Grâce à l’apport de la clientèle attirée par la présence du spa, monsieur Gilg espère obtenir une augmentation du résultat de l’activité restauration
de 50% ainsi que du ticket moyen qui serait de 32 € HT.
Monsieur Gilg a décidé d’allouer un budget publicitaire de 5.000 € HT au restaurant à l’occasion de la mise en place du spa. Ce montant est
considéré comme une charge fixe.
3.6. Calculez le chiffre d’affaires que devrait réaliser le restaurant en 2008 pour atteindre les objectifs de monsieur Gilg.
3.7. Déterminez le nombre de repas supplémentaires qui devrait être servi en 2008 par rapport à 2007

L’expert comptable quant à lui pense que la mise en place du spa devrait générer une augmentation de 15% du taux d’occupation de l’activité
d’hébergement, soit 1.300 clients supplémentaires pour l’année 2008 par rapport à 2007.
Le taux de captage au restaurant des clients de l’hôtel est de 60%.
3.8. Déduisez le nombre supplémentaire de repas engendrés par l’augmentation de l’activité hébergement d’après les prévisions de l’expert
comptable.
3.9. Commentez les résultats obtenus aux questions 3.7 et 3.8.

Document 3 : extrait de la balance de l’exercice 2007 :


Débit Crédit
6010 Achats de matières premières 190.000
6031 Variation de stocks des matières premières 500
61/62 Services extérieurs 121.700
6300 Impôts et taxes 41.500
6400 Charges de personnel 196.000
6600 Charges financières 21.000
6810 Dotation aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions 25.000
7063 Prestations restaurations 653.400

Document 4 : répartition des charges selon leur nature :


Type de charge Charges variables Charges fixes
Consommation de matières premières 100%
Services extérieurs 85% 15%
Impôts et taxes 20% 80%
Charges de personnel 10% 90%
Charges financières 100%
Dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions 100%

ANNEXE 1 (à remettre avec la copie) : Répartition des charges selon leur nature
Type de charge Montant Charges variables Charges fixes
Consommation de matières premières
Services extérieurs
Impôts et taxes
Charges de personnel
Charges financières
Dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions
Total

ANNEXE 2 : (à remettre avec la copie) : Compte de résultat différentiel


Montants %
Chiffre d’affaires
Charges variables
………………
Charges fixes
Résultat

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 67/185


LES MARRONIERS 

L’hôtel restaurant « les marronniers est situé dans le midi de la France, près d’une agglomération importante. Il bénéficie ainsi d’une clientèle de
touristes lors de la saison, mais aussi d’une clientèle d’affaires tout au long de l’année. La réputation de sa cuisine apporte également au
restaurant une clientèle locale non négligeable.
La capacité de l’hôtel est de 60 chambres classées deux étoiles et le restaurant peut accueillir 80 personnes. L’établissement est ouvert tous les
jours, mais il ferme tout le mois de novembre de chaque année pour congé annuel. Pour une simplification des calculs, il sera admis des mois de
30 jours. L’exercice comptable correspond à l’année civile.
Cet établissement est en pleine expansion, et M. Gilbert, dirigeant, a quelques projets pour l’année à venir. Il voudrait franchiser son
établissement et agrandir la salle de restaurant.

Actuellement : le restaurant fonctionne dans les conditions suivantes :


. Capacité d’accueil : 80 places.
. 2 services par jour.
. Ouvert 330 jours par an.
. Recette moyenne : 18 € HT.
. Taux de remplissage moyen : 90%.
. Les charges variables s’élèvent à 10,80 € par couvert.
. Les charges fixes s’élèvent annuellement à 248 .000 €.

Agrandissement : une étude de marché a montré qu’une clientèle potentielle existe. Dans ce cas, M. Gilbert pourrait :
. Porter la capacité d’accueil à 120 places.
. Faire 2 services par jour.
. Ouvrir 330 jours par an.
. Envisager une recette moyenne : 18 € HT.
. Maintenir le taux de remplissage moyen : 90% avec des charges variables par couvert de 11, 34 € et des charges fixes de 298.000 €.

3.1. Présentez le compte de résultat différentiel en complétant l’annexe 2 (2 pages à remettre avec la copie).
3.2. Calculez le seuil de rentabilité et la date à laquelle il est atteint dans le cadre de l’agrandissement.
3.3. M. Gilbert souhaite savoir si son projet s’avère rentable. Justifiez votre réponse.

ANNEXE 2 : Compte de résultat différentiel pour la structure actuelle : Justification des calculs .
Montant %
. Chiffre d’affaires
.
.
.
.

Compte de résultat différentiel pour la structure envisagée (agrandissement et franchise) : Justification des calculs .
Montant %
. Chiffre d’affaires
.
.
.
.

LA FERME DE L’ORGE

Le résultat de « La ferme de l’Orge » étant négatif, Monsieur Laurent et son associé s’interrogent sur le nombre de repas à servir par jour pour
couvrir leurs charges.
On vous communique les informations suivantes :
. Le restaurant est ouvert 345 jours par an, il est fermé les 2 premières semaines de novembre.
. Le ticket moyen est de 20 € HT.
. Les frais fixes annuels s’élèvent à 289.992 €.
. Le nombre de repas servis en 2002 est de 29.200 repas.
. le montant des charges variables par repas s’élève à 10,40 €.
. La capacité d’accueil de l’établissement est de 70 places.
. 2 services sont effectués tous les jours d’ouverture.

5.1 Présentez le compte de résultat différentiel (annexe 5 à remettre avec la copie).


5.2. Indiquez le nombre de repas à vendre et le taux de remplissage pour atteindre le seuil de rentabilité. Comparez ce taux avec le taux de
remplissage actuel. Qu’en concluez-vous ?
ANNEXE 5 : Compte de résultat différentiel pour la structure actuelle : Justification des calculs.
Montant %
. Chiffre d’affaires
.
.
.
.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 68/185


CENTRE DE FORMATION ISEC

L’ISEC (institut supérieur d’études commerciales) est un établissement privé d’enseignement supérieur.
En formation initiale, il accueille actuellement 190 étudiants pour la préparation de 3 BTS tertiaires (action commerciale, force de vente,
assistant de gestion PME/PMI).
Les recettes de la formation initiale proviennent exclusivement des droits de scolarité payés par les étudiants, actuellement 4500€ par année
scolaire.
Il dispose également d’un département de formation continue qui organise des séminaires de formation pour les entreprises. La facturation se fait
alors à la journée. Le tarif est actuellement de 1500€ par journée, quel que soit le nombre de stagiaires, dans la limite de 20.
L’exercice comptable est calé sur l’année scolaire (du 1 er juillet au 30 juin).

1) En utilisant les données de l’annexe, déterminez le résultat obtenu par chacun des départements : formation initiale et formation continue.
2) Déterminez le seuil de rentabilité du département formation initiale. Ce seuil de rentabilité sera exprimé en nombre d’étudiants inscrits et en
chiffre d’affaires.
3) Déterminez le seuil de rentabilité du département formation continue. Ce seuil de rentabilité sera exprimé en nombre de journées de stage et
en chiffre d’affaires.

ANNEXE
A l’arrêté des comptes du dernier exercice (1/07/N-1 au 30/06/N), le compte de résultat se présentait ainsi :
CHARGES PRODUITS
Charges d’exploitation Produits d’exploitation
. Autres achats et charges externes 210 200 . Production vendue 999 000
. Impôts et taxes 21 560
. Salaires et traitements 507 720
. Charges sociales 203 088
. Dotation aux amortissements 65 200
. Dotations aux provisions sur actif circulant 19 980
Total 1 1 027 748 Total 1 999 000
Charges finançières Produits financiers
. Intérêts et charges assimilées 3 550 . Intérêts et produits assimilés 1 822
Résultat de l’exercice 30 476
Total général 1 031 298 Total général 1 031 298

Détail de certains postes

1. Autres achats et charges externes :


Ce poste se décompose ainsi :Loyers 96 560
Consommations diverses 113 640
. Les loyers correspondent aux locaux affectés à l’enseignement : ils sont à répartir entre les départements en fonction des surfaces occupées  :
520 m2 pour la formation initiale et 130 m2 pour la formation continue.
. Les consommations diverses sont des charges variables ; elles sont à répartir en fonction du nombre d’heures d’enseignement dispensées dans
chaque département.

2. Salaires et traitements
. 105 000€ correspondent à la rémunération du personnel administratif qui comprend trois personnes employées à mi-temps  : un directeur, une
secrétaire et une personne chargée des relations avec les entreprises. On estime que ces personnes consacrent 2/3 de leur temps à la gestion de la
formation initiale et 1/3 à la gestion de la formation continue.
. Le reste des salaires concerne le personnel pédagogique.
En formation initiale le salaire mensuel est de 2 450€ sur la base d’un temps plein, correspondant à 18 heures de cours par semaine. Les
enseignants sont rémunérés sur 12 mois.
Pour une section de BTS, le nombre d’heures hebdomadaire d’enseignement à assurer est de 72 heures (36 en première année et 36 en seconde
année) sur 30 semaines.
En formation continue, les enseignant sont rémunérés par vacation, en fonction du nombre d’heures réellement assuré. La rémunération horaire
est de 65€.

3. Les charges sociales représentent 40% des salaires bruts.

4. Les dotations aux amortissements concernent plus particulièrement le mobilier de bureau, le matériel informatique, le matériel pédagogique
(vidéo projecteurs, caméscope, rétroprojecteurs, laboratoires de langue, etc.). Ces charges sont réparties entre les départements, au prorata des
surfaces occupées.

5. Les provisions sur actif circulant sont relatives à des risques de non paiement des frais de scolarité ou de factures pour des stages de
formation. Elles s’élèvent à 2% du chiffre d’affaires.

6. La production vendue correspond :


. aux frais de scolarité pour 190 étudiants, à raison de 4 500€ par étudiant ;
. à 96 journées de stage de 8 heures, facturées à 1 500€ la journée.

7. Les autres éléments du compte de résultat sont considérés comme des charges administratives et répartis sur les mêmes bases que les charges
de personnel administratif.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 69/185


Corrigés :
1. Calculer : CF, CA, CV, MCV, CARé, B réalisé si CA=200.000, CA réalisé pour B=50.000, date CARé.
CHARGES CV CF PRODUITS
40.000 50.000 CA 100.000

Formule Application numérique Résultat

CF 50.000

CA 100.000

CV 40.000

MCV CA-CV 60.000

TMCV MCV/CA 0,6

CARé CF/TMCV 83.334

BCA=200.000 TMCV*CA-CF 0,6*200.000-50.000 70.000

CAB=50.000 (CF+B)/TMCV (50.000+50.000)/0,6 166.667

Date CARé 360* CARé/CA 300j

2. Resto : Prix moyen par couvert 10 €, coût moyen par couvert 2,5€, charges fixes 100.000 €, 100 couverts/jour, 5 jours/semaine, 50 semaines/an.
Formule Application numérique Résultat

CF 100.000

CA 250.000

CV 62.500

MCV 187.500

TMCV 0,75

Résultat 87.500

CARé 133.333

Nb couverts/J 54 Cv/J

Date 192 j

3. Hôtel : Prix moyen chambre :100 €, nombre de chambres 100, taux d’occupation : 80%, charges variables 500.000 €, charges fixes 2.000.000 €.
Formule Application numérique Résultat

CF 2.000.000

CA 100*100*360*0,8 2.880.000

CV 500.000

MCV 2.380.000

TMCV 0,83

Résultat MCV-CF 380.000

CARé 2.409.638

Tx occupat° CARé /CA potentiel 2.409.638/(100*100*360) 66,9%

AGENCE CANTILIENNE DE VOYAGE


CF CV
Location car 446€ Soirée 8€
Gazoil 102€ Restaurant 33€
Accompagnateur 134€ Hébergement 12€
Repas accompagnateur 66€
748€ 53€
TMCV=MCV/PU=(75-53)/75=0,29
CARé=CF/TMCV=748/0,29=2 579
Nb participants=CARé :PU=2 579/75=35

2) CA88%=PU*T0*Nb places=75*0,88*50=3 300 ; MCV=TMCV*CA88%=0,29*3 300=957 ; B=MCV-CF=957-748=209

AGENCE DE VOYAGE TOURAZUR


Charges fixes Charges variables unitaire
Transfert aéroport-hôtel AR : 280€ (140€*2 Transport : 220€
trajets) Hébergement : 100€ (25€*4 nuits)
Agence réceptive : 3 300€ Assurance : 18€
Guide : 138€ Taxes aéroport : 12€
Excursion : 1850€
Charges indirectes fixes : 400€
1) Seuil de rentabilité:CF=5968€; CVU=350€ (220+100+18+12); CAU=650€; MCVU =300€ (650-350); TMCV=MCVU/CAU=300/650=0,46
CARé=CF/TMCV=5968/0,46=12.974 soit 20 pax

2) CA pour B=1000€ CA=(CF+B)/TMCV=(5968+1000)/0,46=15.148 soit 24 pax

3) Proposition 1 : CF=5968+280=6248 ; CVU=350+20=370, MCVU=280€, TMCV=MCVU/CAU=280/650=0,43


CARé=CF/TMCV= 6248/0,43=14.530 soit 23 pax
B42=TMCV*CA42-CF=0,43*(650*42)-6248=5491
Proposition 2 : CF=5968+2*45=6058 ; CVU=350-(4*5)=330, MCVU=600-330=270€, TMCV=MCVU/CAU=270/600=0,45
CARé=CF/TMCV= 6058/0,45=13.462 soit 21 pax
B42=TMCV*CA42-CF=0,45*(600*42)-6058=5282
EDELWEISS :

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 70/185


3.1. Nombre de repas servis en 2007 et taux de remplissage correspondant : 653.400/30=21.780 21.780/(60*2*330)=0,55 soit 55%
3.2. ANNEXE 1 (à remettre avec la copie) : Répartition des charges selon leur nature
Type de charge Montant Charges variables Charges fixes
Consommation de matières premières 189.500 189.500
Services extérieurs 121.700 103.445 18.255
Impôts et taxes 41.500 8.300 33.200
Charges de personnel 196.000 19.600 176.400
Charges financières 21.000 21.000
Dotations aux amortissements, aux dépréciations et aux provisions 25.000 25.000
Total 594.700 320.845 273.855
3.3. ANNEXE 2 : (à remettre avec la copie) : Compte de résultat différentiel
Montants %
Chiffre d’affaires 653.400 100%
Charges variables 320.845 49,10
Marge sur coût variable 332.555 50 ,90
Charges fixes 273.855 41,91
Résultat 58.700 8,9
3.4. Calcul du seuil de rentabilité en valeur et en nombre de repas vendus : (273.855)/0,509=538.026 soit 17.935 repas ; 17.935/(60*2*330)=0,4529 soit 45,29%
Date à laquelle le seuil de rentabilité sera atteint : (538.026*330)/653.400=272 jours, soit le 2 novembre.
3.5. Commentez les résultats obtenus : le seuil de rentabilité est atteint assez facilement puisqu’il a 2 mois de battement. Il est à l’abri d’un problème impromptu.
<Valerie Doris> 3.7 : CA en 2007 > 653 400 prix 30 nb repas = 653400/30 soit nb repas = 21780 pour 2007  CA 2008 > 687750 prix 32 nb repas = 21492
LES MARONNIERS
ANNEXE 2 : Compte de résultat différentiel pour la structure actuelle
Montant %
. Chiffre d’affaires 855.360 100
. Charges variables 513.216 60
. Marges sur charges variables 342.144 40
. Charges fixes 248.000
. Résultat 94.144 11
Justification des calculs : 855.360+18*(80*2*0,9*330) 513.216=10,8*(80*2*0,9*330)
ANNEXE 2 : Compte de résultat différentiel pour la structure envisagée (agrandissement et franchise)
Montant %
. Chiffre d’affaires 1.283.040,00 100
. Charges variables 808.315,20 63
. Marges sur charges variables 474.724,80 37
. Charges fixes 298.000,00
. Résultat 476.724,80 14
Justification des calculs : 1.283.040=2*120*0,9*18*330 808=2*120*0,9*11,34*330
3.2. Seuils et dates de rentabilité :
Situation actuelle Situation envisagée
CA Ré 248.000/0,4=620.000 € 298.000/0,37=805.405 €
Date 240e jour, soit le 1er septembre. 208e jour, soit fin juillet.
3.3. Le projet est-il rentable ? Oui. Le seuil est atteint plus tôt dans l’année. Le résultat est plus élevé.
LA FERME DE L’ORGE
Montant %
. Chiffre d’affaires (29.200*20€) 584.000,00 100
. Charges variables (29.200*10,40€) 303.680,00 52
. MCV 280.320,00 48
. Frais fixes 289.992,80
. RCAI - 9.672,80 -1,65
5.2.CA Ré=289.992,80/0,48=604.152 ; Seuil en quantité =604.152/20=30.208 repas soit un tx remplissage=(30.208/70*2*345)*100=62,54%
5.3. Actuellement, le taux de remplissage est de 29.200/483=60,45%
Il est donc nécessaire d’augmenter le nombre de repas vendus pour accroitre le chiffre d’affaires de plus de 2 points par une publicité média, hors média, un meilleur rapport qualité prix.
ISEC
A. Résultats et seuils de rentabilité formation initiale et formation continue :
1. Résultat : FI FC Total
CV CF CV CF
(1) Loyers 77.248 19.312 96.560
(2) Charges diverses 101.599 12.041 113.640
(3) personnel 591.920 69.888 49.000 710.808
(4) Dotation aux amortissements 52.160 13.040 65.200
(5) Provisions 17.100 2.880 19.980
(6) Autres 16.740 8.370 25.110
Total 100.933 738.068 102.576 89.722 1.031.298
(1) Loyers (CF) : 96.560€ répartis suivant la surface :
FI (520m2 sur 650m2)=96.560*520/650=77.248€ FC (130m2 sur 650m2)=96.560*130/650=19.312€
(2) Charges diverses (CV) : 210.200€ répartis suivant les heures d’enseignement :
FI (72h*30sem*3BTS=6.480h)=113.640*6.480/7.248=101.599€ FC (96j*8h=768h)=113.640*768/7.248=12.041€
(3) Salaires et traitements, charges sociales: 507.720€ + 40% charges sociales répartis comme suit :
. personnel administratif (CF) : 105.000€ répartis 2/3 en FI et 1/3 en FC
FI=2/3*105.000*1,4=70.000€*1,4 FC=1/3*105.000*1,4=35.000€*1,4=
. personnel pédagogique : 507.720-105.000=402.720€ répartis en :
FC (CV): 96j*8h*65€*1,4=49.920€*1,4=69.888€ FI (CF) : (402.720-49.920)*1,4=352.800€*1,4=493.920€
(4) Dotation aux amortissements (CF):65.200 répartis suivant la surface :
FI=65.200*520/650=52.160€ FC=65.200*130/650=13.040€
(5) Provisions (CV) : 19.980 répartis suivant le CA (2% du CA)
FI (CA=999.000€-144.000€=855.000€)=855.000*0,02=17.100€ FC (CA=96j*1.500€=144.000€)=144.000*0,02=2.880€
(6) Autres (CF): 25.110€ (Impôts et taxes : 21.560€+Ch. Financières :3.550€) répartis 2/3 en FI et 1/3 en FC
FI=2/3*25.110=16.740€ FC=1/3*25.110=8.370€
2 et 3. Seuils de rentabilité :
FI Taux FC Taux
(1) CA 855.000 144.000
(2) CV 100.933 84.809
(3) MCV 754.067 88,19% 102.575 71,23%
(4) CF 738.068 89.722
(5) Résultat 15.999 12.853
(6) Seuil de rentabilité 836.860 125.956
(1) CA FC : CA= 96j*1.500€=144.000€ FI : CA=999.000€-CA FC= 999.999€-144.000€=855.000€
(2) CV : voir ci-dessus (3) MCV=CA-CV (4) CF : voir ci-dessus (5) Résultat=MCV-CF (6) CA Ré=CF/TMCV

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 71/185


SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION (SIG)

Les SIG permettent de mettre en évidence les différentes étapes de la formation du résultat c’est-à-dire ce qu’il reste à l’entreprise après avoir
rémunéré ses partenaires.

Marge Commerciale MC Ventes de Mses 707 - Achats de Mses - 607


- Var° de stock de Mses - 6037
Coûts d’achat des Mses vendues
Valeur Ajoutée VA + Production vendue + - Achats de MP - 601
Fournisseurs
+ Production stockée 701 - Var° de stock de MP - 6031
+ Production immobilisée + 71 - Services extérieurs - 61/62
+ 72 Consommation en provenance des
tiers
Excédent Brut EBE + Subventions + 74 - Impôts et Taxes - Personnel - 63 - Etat/Salariés
d’Exploitation d’exploitation 64
Rés. d’Exploitation RE + Autres produits + 75 - Autres charges - 65 Matériel
+ Reprise sur Amort et + 78 - Dotation aux Amort et Prov° - 68
Prov°
+ Rep. sur ch. et trans. de
ch.
Rés. Courant Avant Impôts RCAI + Q. P. de rés. sur op° f. en + Q. P. de rés. sur op° f. en c. Banque
c. + 76 - Charges financières - 66
+ Produits financiers
Rés. Net RN + Produits exceptionnels + 77 - Charges exceptionnelles - 67 Exceptionnel
- Participation des salariés - 69
- Impôts sur les bénéfices

1. Calculer les SIG de l’entreprise commerciale :

CHARGES PRODUITS
Achats de Mses 20.000 Vente de Mses 200.000
Services extérieurs 40.000
Impôts et taxes 10.000
Personnel 40.000
Financier 10.000
Exceptionnel 0
Dotation aux amortissements 20.000
Total Charges 140.000 Total Produits 200.000

SIG Calcul
V_________________________________________________ = ____________________
-A____________________ M__________________________ -___________________

= M____________________ C_________________________ = ____________________


-S____________________E___________________________ -___________________

= V____________________A__________________________ = ____________________
- I___________________ et T_________________________- -___________________
Ch_________________ de P___________________________ -___________________

= E_________________ B___________ d’E_______________ = ____________________


- D__________________ aux A_________________________ -___________________

= R___________________ d’E_________________________ = ____________________


-Ch_________________ F_____________________________ -___________________

= R________________ C______________ avant I__________ = ____________________


- Ch_________________ E____________________________ -____________________
R_________________ N________ C____________________ _____________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 72/185


2. Calculer les SIG de l’entreprise commerciale et de production:

CHARGES PRODUITS
Achats de Matières Premières 100.000 Production vendue 200.000
Variation de stock de MP -10.000 Ventes de marchandises 500.000
Achats de Mses 200.000
Variation de stock de Mses -20.000
Services extérieurs 40.000
Impôts et taxes 10.000 Subvention d’exploitation 20.000
Personnel 40.000
Financier 10.000 Produits financiers 10.000
Exceptionnel 20.000 Produits exceptionnels 50.000
Dotation aux amortissements 20.000

SIG Calcul
V_____________________ de M______________________ = ____________________
-A____________________ M________________________ -_____________________
- V________________ de S___________ de M___________ - _____________________

= M____________________ C________________________ = ____________________


+ P__________________ V__________________________ +_____________________
-A__________________ M____________ P _____________ -_____________________
- V_____________ de S__________ de M________ P______ -_____________________
S____________________E___________________________ -_____________________

= V__________________A___________________________ = ____________________
+ S________________ d’E___________________________ -_____________________
- I___________________ et T_________________________ -_____________________
- Ch_________________ de P_________________________ -_____________________

= E_________________ B___________ d’E______________ = ____________________


- D__________________ aux A_______________________ -_____________________

= R___________________ d’E________________________ = ____________________


+ P__________________ F___________________________ +____________________
-Ch_________________ F___________________________ -_____________________

= R_______________ C______________ avant I__________ = ____________________


+ P__________________ E___________________________ -_____________________
- Ch_________________ E___________________________ - _____________________

R_________________ N________ C___________________ _____________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 73/185


SIG Exercice 1 :

CHARGES 2011 2012 PRODUITS 2011 2012


Achats de Mses 200.00 300.000 Ventes de marchandises 400.000 600.000
Services extérieurs 0 70.000
Impôts et taxes 60.000 40.000
Personnel 30.000 50.000 Subvention d’exploitation 0 20.000
Financier 40.000 30.000
Exceptionnel 20.000 30.000 Produits financiers 0 0
Dotation aux 20.000 20.000 Produits exceptionnels 0 50.000
amortissements 40.000

1. Tableau de SIG :
SIG 2011 2012 Variation Pourcentage
V_____________________________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= M__________________ C_______________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
-_____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= V________________A________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +_____________
- ____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- ____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= E__________ B_________ d’E___________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= R________________ d’E________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= R__________ C_________ avant I________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
- _____________________________________ - ____________ - ____________ - ___________ - ____________
R_____________ N________ C____________ ______________ ______________ ____________ _____________

2. Analyse :
La marge commerciale a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

La valeur ajoutée a
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________
L’excédent brut d’exploitation a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat d’exploitation a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat courant avant impôts a


____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat net comptable a


____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 74/185


SIG Exercice 2 :

CHARGES 2011 2012 PRODUITS 2011 2012


Achats de Matières Premières 200.00 300.00 Production vendue 500.00 800.000
Variation de stock de MP 0 0 Ventes de marchandises 0 600.000
Achats de Mses 0 0 400.00
Variation de stock de Mses 200.00 300.00 0
Services extérieurs 0 0
Impôts et taxes -20.000 0 Subvention d’exploitation 20.000
Personnel 60.000 70.000
Financier 30.000 40.000 Produits financiers 0 0
Exceptionnel 40.000 50.000 Produits exceptionnels 50.000
Dotation aux amortissements 20.000 30.000 0
20.000 30.000 0
40.000 20.000

1. Tableau de SIG :
SIG 2011 2012 Variation Pourcentage
V_____________________________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- _____________________________________ - ____________ - ____________ - ___________ - ____________
= M__________________ C_______________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
-_____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= V________________A________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +_____________
- ____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
- ____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= E__________ B_________ d’E___________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= R________________ d’E________________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
- _____________________________________ -_____________ -_____________ -____________ -_____________
= R__________ C_________ avant I________ = ____________ = ____________ = ___________ = ____________
+ ____________________________________ +____________ +____________ +___________ +____________
- _____________________________________ - ____________ - ____________ - ___________ - ____________
R_____________ N________ C____________ ______________ ______________ ____________ _____________

2. Analyse :
La marge commerciale a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

La valeur ajoutée a
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________
L’excédent brut d’exploitation a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat d’exploitation a
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat courant avant impôts a


____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

Le résultat net comptable a


____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 75/185


AGENCE DE VOYAGE ORLEANE

Compte de résultat ORLEANE

N
PRODUITS D'EXPLOITATION  
Vente de voyages fabriqués 1 450,00
Prestations de services: commissions 350,00
CHIFFRE D'AFFAIRES 1 800,00
Production immobilisée  
Subventions d'exploitation  
Reprises sur amort et prov° 5,00
Transferts de charges  
Autres produits 15,00
Total des produits d'exploitation 1 820,00
CHARGES D'EXPLOITATION  
Achats pour la fabrication de voyages 1 000,00
Autres achats et charges externes 180,00
Impôts, taxes et versements assimilés 45,00
Salaires et traitements 240,00
Charges sociales 110,00
Dotations aux amortissements et provisions  
. Sur immobilisation: dotation aux amortissements 30,00
. Sur immobilisation: dotation aux provisions  
. Sur actif circulant: dotations aux provisions 10,00
. Pour risques et charges: dotations aux provisions  
Autres charges 15,00
Total des charges d'exploitation 1 630,00
RESULTAT D'EXPLOITATION 190,00
PRODUITS FINANCIERS  
De valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé 7,00
Autres Intérêts et produits assimilés 12,00
Reprises sur provisions, transferts de charges 4,00
Différences positives de change 7,00
Produits nets sur cessions de VMP  
Total des produits financiers 30,00
CHARGES FINANCIERES  
Dotations provisions 5,00
Intérêts et charges assimilées 38,00
Différences négatives de change 7,00
Total des charges finançières 50,00
RESULTAT FINANCIER -20,00
PRODUITS EXCEPTIONNELS  
Produits exceptionnels sur opérations de gestion  
Produits exceptionnels sur opérations en capital 15,00
Reprises sur provisions, transferts de charges  
Total des produits exceptionnels 15,00
CHARGES EXCEPTIONNELLES  
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion  
Charges exceptionnelles sur opérations en capital 20,00
Dotations aux amortissements et provisions  
Total des charges exceptionnelles 20,00
RESULTAT EXCEPTIONNEL -5,00
Participation des salariés aux résultats  
Impôts sur les bénéfices 50,00
BENEFICE OU PERTE 115,00
Soldes intermédiaires de gestion ORLEANE

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 76/185


N
Production vendue
Production stockée
Production immobilisée
PRODUCTION DE L'EXERCICE
Consommation en provenance de tiers
VALEUR AJOUTEE
Subventions
Impôts, taxes et versements assimilés
Charges de personnel
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION
Reprises sur charges d'exploitation
Autres produits de gestion courante
Dot° aux amortissements et prov° d'expl°
Autres charges de gestion courante
RESULTAT D'EXPLOITATION
Produits financiers
Charges financières
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
Produits exceptionnels
Charges exceptionnelles
Participation des salariés aux résultats
Impôts sur les bénéfices
RESULTAT NET COMPTABLE

Ratios Formules Secteur N-1 N


Part CA Tourisme Ventes voy. Fab./CA 25% 28%
Part CA Billeterie CA Billeterie/CA 75% 32%
Rentabilité économique Résultat/CA 1,85% 2,51%
Productivité personnel CA/Effectif 275 338
Taux VA VA/CA 11% 13%
Répartition VA Perso/VA 50% 55%
Taux de marge brute d’exploitation EBE/CA 5,3% 4,9%

L’agence Orléane vous communique les informations suivantes :


. Le taux de commission moyen de l’agence est de 10%.
. Nombre d’employés : 15.

Commentaires :

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 77/185


AGENCE DE VOYAGE ORLEANE

Soldes intermédiaires de gestion ORLEANE

N
Production vendue 1 800,00
Production stockée 0,00
Production immobilisée 0,00
PRODUCTION DE L'EXERCICE 1 800,00
Consommation en provenance de tiers 1 180,00
VALEUR AJOUTEE 620,00
Subventions 0,00
Impôts, taxes et versements assimilés 45,00
Charges de personnel 350,00
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 225,00
Reprises sur charges d'exploitation 5,00
Autres produits de gestion courante 15,00
Dot° aux amortissements et prov° d'expl° 40,00
Autres charges de gestion courante 15,00
RESULTAT D'EXPLOITATION 190,00
Produits financiers 30,00
Charges financières 50,00
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT 170,00
Produits exceptionnels 15,00
Charges exceptionnelles 20,00
Participation des salariés aux résultats 0,00
Impôts sur les bénéfices 50,00
RESULTAT NET COMPTABLE 115,00
Produits de cession d'éléments d'actif 15,00
Valeur comptable des éléments d'actif 20,00
Résultat de cession d'éléments d'actif -5,00

CA billetterie : 350/10%=3 500 CA Total : 1 450+3 500=4 950


Ratios Formules Secteur N-1 N
Part CA Tourisme Ventes voy. Fab./CA 25% 28% 30%
Part CA Billeterie CA Billeterie/CA 75% 72% 70%
Rentabilité économique Résultat/CA 1,85% 2,51% 2,32%
Productivité personnel CA/Effectif 275 338 330
Taux VA VA/CA 11% 13% 12,5%
Répartition VA Perso/VA 50% 55% 56,5%
Taux de marge brute EBE/CA 5,3% 4,9% 4,5%
d’exploitation

L’agence Orléanne se recentre sur l’activité tourisme, plus rémunératrice. Le personnel est très productif (330€/salarié contre 275€ pour le
secteur), ce qui explique sans doute sa rémunération élevée (55% de la VA contre 50% pour le secteur).

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 78/185


TO TOUFLOR

Compte de résultat TOUFLOR


N N-1
PRODUITS D'EXPLOITATION    
Vente de voyages fabriqués 3 520 000,00 3 258 000,00
CHIFFRE D'AFFAIRES 3 520 000,00 3 258 000,00
Prestations de services: commissions    
Production immobilisée    
Subventions d'exploitation    
Reprises sur amort et prov° 1 200,00 1 600,00
Transferts de charges    
Autres produits 24 000,00 34 000,00
Total des produits d'exploitation 3 545 200,00 3 293 600,00
CHARGES D'EXPLOITATION    
Achats pour la fabrication de voyages 3 110 000,00 2 924 500,00
Autres achats et charges externes 14 800,00 12 100,00
Impôts, taxes et versements assimilés 32 700,00 31 600,00
Salaires et traitements 142 600,00 148 600,00
Charges sociales 71 200,00 74 500,00
Dotations aux amortissements et provisions    
. Sur immobilisation: dotation aux amortissements 900,00 800,00
. Sur immobilisation: dotation aux provisions 1 100,00 700,00
. Sur actif circulant: dotations aux provisions 600,00 1 200,00
. Pour risques et charges: dotations aux provisions    
Autres charges 200,00 300,00
Total des charges d'exploitation 3 374 100,00 3 194 300,00
RESULTAT D'EXPLOITATION 171 100,00 99 300,00
PRODUITS FINANCIERS    
De participations    
De valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé 4 200,00 3 100,00
Autres Intérêts et produits assimilés 4 600,00 1 900,00
Reprises sur provisions, transferts de charges    
Différences positives de change 18 400,00 8 700,00
Produits nets sur cessions de VMP 23 700,00 41 600,00
Total des produits financiers 50 900,00 55 300,00
CHARGES FINANCIERES    
Dotations provisions 2 900,00 1 700,00
Intérêts et charges assimilées 8 100,00 8 400,00
Différences négatives de change 4 300,00 12 600,00
Charges nettes sur cession de VMP   10 300,00
Total des charges finançières 15 300,00 33 000,00
RESULTAT FINANCIER 35 600,00 22 300,00
PRODUITS EXCEPTIONNELS    
Produits exceptionnels sur opérations de gestion    
Produits exceptionnels sur opérations en capital 1 600,00 700,00
Reprises sur provisions, transferts de charges    
Total des produits exceptionnels 1 600,00 700,00
CHARGES EXCEPTIONNELLES    
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion    
Charges exceptionnelles sur opérations en capital 2 200,00 400,00
Dotations aux amortissements et provisions    
Total des charges exceptionnelles 2 200,00 400,00
RESULTAT EXCEPTIONNEL -600,00 300,00
Participation des salariés aux résultats    
Impôts sur les bénéfices 74 900,00 37 200,00
BENEFICE OU PERTE 131 200,00 84 700,00

Soldes intermédiaires de gestion TOUFLOR

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 79/185


N N-1 Variation %
Production vendue
Production stockée
Production immobilisée
PRODUCTION DE L'EXERCICE
Consommation en provenance de tiers
VALEUR AJOUTEE
Subventions
Impôts, taxes et versements assimilés
Charges de personnel
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION
Reprises sur charges d'exploitation
Autres produits de gestion courante
Dot° aux amortissements et prov° d'expl°
Autres charges de gestion courante
RESULTAT D'EXPLOITATION
Produits financiers
Charges financières
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
Produits exceptionnels
Charges exceptionnelles
Participation des salariés aux résultats
Impôts sur les bénéfices
RESULTAT NET COMPTABLE

Données complémentaires  N N-1


Effectifs 8 9
Dettes fournisseurs fabrication voyage 345 000 340 000

Ratios Formules Secteur N N-1


Taux var° CA (CA N- CA N-1)/CA N-1 +15%
Taux marge brute exploitation EBE/CA
Rentabilité économique Résultat/CA 2%
Productivité personnel CA/Effectif 420 000
Rendement main d’oeuvre VA/Effectif 54 000
Taux VA VA/CA 12%
Répartition VA Perso/VA 50%
Durée Frs Frs*360/Achats TTC 35 jours

. Le taux de commission moyen de l’agence est de 10% : (DONC CA billeterie=350/0,1=3.500


Commentaires :

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 80/185


TOUFLOR

Soldes intermédiaires de gestion TOUFLOR

N N-1 Variation %
3 520
Production vendue 000,00 3 258 000,00 -262 000,00 -7%
Production stockée 0,00 0,00 0,00  
Production immobilisée 0,00 0,00 0,00  
3 520
PRODUCTION DE L'EXERCICE 000,00 3 258 000,00 -262 000,00 -7%
3 124
Consommation en provenance de tiers 800,00 2 936 600,00 -188 200,00 -6%
VALEUR AJOUTEE 395 200,00 321 400,00 -73 800,00 -19%
Subventions 0,00 0,00 0,00  
Impôts, taxes et versements assimilés 32 700,00 31 600,00 -1 100,00 -3%
Charges de personnel 213 800,00 223 100,00 -9 300,00 -4%
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 148 700,00 66 700,00 -82 000,00 -55%
Reprises sur charges d'exploitation 1 200,00 1 600,00 400,00 33%
Autres produits de gestion courante 24 000,00 34 000,00 10 000,00 42%
Dot° aux amortissements et prov° d'expl° 2 600,00 2 700,00 100,00 4%
Autres charges de gestion courante 200,00 300,00 100,00 50%
RESULTAT D'EXPLOITATION 171 100,00 99 300,00 -71 800,00 -42%
Produits financiers 50 900,00 55 300,00 4 400,00 9%

Charges financières 15 300,00 33 000,00 17 700,00 116%


RESULTAT COURANT AVANT
IMPOT 206 700,00 121 600,00 -85 100,00 -41%
Produits exceptionnels 1 600,00 700,00 -900,00 -56%
Charges exceptionnelles 2 200,00 400,00 -1 800,00 -82%
Participation des salariés aux résultats 0,00 0,00    
Impôts sur les bénéfices 74 900,00 37 200,00    
RESULTAT NET COMPTABLE 131 200,00 84 700,00 -46 500,00 -35%

Ratios Formules Secteur N N-1


Taux var° CA (CA N- CA N-1)/CA N-1 8% +15%
Taux marge brute exploitation EBE/CA 4% 2%
Rentabilité économique Résultat/CA 2% 3,73% 2,6%
Productivité personnel CA/Effectif 420 000 440 000 362 000
Rendement main d’oeuvre VA/Effectif 54 000 49 400 35 711
Taux VA VA/CA 12% 11% 10%
Répartition VA Perso/VA 50% 54% 69%
Durée Frs Frs*360/Achats TTC 35 jours 34 jours 35 jours

La forte croissance du CA entraîne une augmentation de la rentabilité économique du TO Touflor. De plus, l’amélioration du rendement et de la
productivité du personnel grâce au licenciement d’un employé permettent à l’entreprise de dégager un résultat 2 fois supérieur à son secteur
d’activité.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 81/185


AGENCE EDUCTOUR

Compte de résultat EDUCTOUR

N N-1
PRODUITS D'EXPLOITATION    
Vente de voyages fabriqués 1 138,00 1 002,00
Prestations de services: commissions 220,00 231,00
CHIFFRE D'AFFAIRES 1 358,00 1 233,00
Production stockée    
Production immobilisée    
Subventions d'exploitation    
Reprises sur amort et prov° 2,00 3,00
Transferts de charges 3,00  
Autres produits 13,00 11,00
Total des produits d'exploitation 1 376,00 1 247,00
CHARGES D'EXPLOITATION    
Achats pour la fabrication de voyages 970,00 894,00
Autres achats et charges externes 11,00 10,00
Impôts, taxes et versements assimilés 8,00 8,00
Salaires et traitements 210,00 199,00
Charges sociales 103,00 92,00
Dotations aux amortissements et provisions    
. Sur immobilisation: dotation aux amortissements 6,00 6,00
. Sur actif circulant: dotations aux provisions 27,00 19,00
. Pour risques et charges: dotations aux provisions 1,00  
Autres charges 9,00 7,00
Total des charges d'exploitation 1 345,00 1 235,00
RESULTAT D'EXPLOITATION 31,00 12,00
PRODUITS FINANCIERS    
De valeurs mobilières et créances de l'actif immobilisé 10,00 6,00
Autres Intérêts et produits assimilés 2,00 2,00
Reprises sur provisions, transferts de charges    
Différences positives de change 9,00 7,00
Produits nets sur cessions de VMP 11,00 5,00
Total des produits financiers 32,00 20,00
CHARGES FINANCIERES    
Dotations provisions 2,00 1,00
Intérêts et charges assimilées 1,00 1,00
Différences négatives de change 3,00 5,00
Charges nettes sur cession de VMP 2,00 15,00
Total des charges finançières 8,00 22,00
RESULTAT FINANCIER 24,00 -2,00
PRODUITS EXCEPTIONNELS    
Produits exceptionnels sur opérations de gestion 1,00  
Produits exceptionnels sur opérations en capital   3,00
Reprises sur provisions, transferts de charges    
Total des produits exceptionnels 1,00 3,00
CHARGES EXCEPTIONNELLES    
Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 3,00 1,00
Charges exceptionnelles sur opérations en capital   4,00
Total des charges exceptionnelles 3,00 5,00
RESULTAT EXCEPTIONNEL -2,00 -2,00
Participation des salariés aux résultats    
Impôts sur les bénéfices 17,00 3,00
BENEFICE OU PERTE 36,00 5,00

Soldes intermédiaires de gestion EDUCTOUR

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 82/185


N N-1 Variation %
Production vendue
Production stockée
Production immobilisée
PRODUCTION DE L'EXERCICE
Consommation en provenance de tiers
VALEUR AJOUTEE
Subventions
Impôts, taxes et versements assimilés
Charges de personnel
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION
Reprises sur charges d'exploitation
Autres produits de gestion courante
Dot° aux amortissements et prov° d'expl°
Autres charges de gestion courante
RESULTAT D'EXPLOITATION
Produits financiers
Charges financières
RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
Produits exceptionnels
Charges exceptionnelles
Participation des salariés aux résultats
Impôts sur les bénéfices
RESULTAT NET COMPTABLE

Ratios Formules Secteur N-1 N


Répartition des ventes Ventes voy fab./CA 30%
Taux de var° des ventes voyages f (CA N-1-CA N)/CA N-1 +5% +8%
Taux de var° commissions (Com N-Com N-1)/Com N-1 +1% -3%
Rentabilité économique Résultat/CA 2%
Productivité du personnel CA/Effectif 320 K€
Rendement de la main d’œuvre VA/Effectif 40 K€
Nombre de forfaits vendus/employé Nb forfaits vendus/Effectif 480
Coût moyen du forfait CA/Nb forfaits 500€

L’agence Eductour, SARL située à Bordeaux propose à son catalogue de nombreux séjours à vocation éducative en Europe. Elle
diffuse aussi les voyages culturels organisés par les TO. Vous disposez du compte de résultat en liste et en K€ . Elle emploie 12
salariés en N et 11 en N-1.

Présentez le tableau des SIG pour les exercices N et N-1 et calculez la CAF pour les deux années.
Sachant que l’agence bénéficie d’un taux de commission moyen de 11% sur les séjours des voyagistes, et qu’elle a vendu 4 000
forfaits (tant catalogue propre que ceux des autres TO) en N et 3 900 en N-1, calculez pour les 2 années : le volume d’affaires
billeterie (séjour des TO), le volume d’affaires total  et les ratios proposés ci-dessus.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 83/185


Commentaires :
AGENCE EDUCTOUR

Soldes intermédiaires de gestion EDUCTOUR

Variatio
N N-1 n %
1
Production vendue 1 358,00 233,00 125,00 9%
Production stockée 0,00 0,00 0,00  
Production immobilisée 0,00 0,00 0,00  
1
PRODUCTION DE L'EXERCICE 1 358,00 233,00 125,00 9%
Consommation en provenance de tiers 981,00 904,00 77,00 8%
VALEUR AJOUTEE 377,00 329,00 48,00 13%
Subventions 0,00 0,00 0,00  
Impôts, taxes et versements assimilés 8,00 8,00 0,00 0%
Charges de personnel 313,00 291,00 22,00 7%
EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION 56,00 30,00 26,00 46%
Reprises sur charges d'exploitation 5,00 3,00 2,00 40%
Autres produits de gestion courante 13,00 11,00 2,00 15%
Dot° aux amortissements et prov° d'expl° 34,00 25,00 9,00 26%
Autres charges de gestion courante 9,00 7,00 2,00 22%
RESULTAT D'EXPLOITATION 31,00 12,00 19,00 61%
Produits financiers 32,00 20,00 12,00 38%
Charges financières 8,00 22,00 -14,00 -175%
RESULTAT COURANT AVANT
IMPOT 55,00 10,00 45,00 82%
Produits exceptionnels 1,00 3,00 -2,00 -200%
Charges exceptionnelles 3,00 5,00 -2,00 -67%
Participation des salariés aux résultats 0,00 0,00 0,00  
Impôts sur les bénéfices 17,00 3,00 14,00  
RESULTAT NET COMPTABLE 36,00 5,00 31,00 86%

Ratios Formules Secteur N-1 N


Répartition des ventes Ventes voy fab./CA 30% 32% 36%
Tx de var° des vtes voy. fabriqués (CA N-1-CA N)/CA N-1 +5% +8% +14%
Taux de var° commissions (Com N-Com N-1)/Com N-1 +1% -3% -4,7%
Rentabilité économique Résultat/CA 2% 0,16% 1,14%
Productivité du personnel CA/Effectif 320 K€ 258,5 K€ 261,5 K€
Rendement de la main d’œuvre VA/Effectif 40 K€ 27,44 K€ 31,42 K€
Nombre de forfaits vendus/employé Nb forfaits vendus/Effectif 480 325 333
Coût moyen du forfait CA/Nb forfaits 500€ 795€ 784€

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 84/185


LE MERCANTOUR

Dossier 1 : Analyse de l’activité


Monsieur Puelos a constaté une baisse du résultat de l’entreprise en 2003 (document 1), et souhaite en connaître les causes. Il vous confie
l’analyse de l’activité de l’hôtel et du restaurant.
1.1. A l’aide des documents 1 et 2, répartir les charges et le chiffre d’affaires entre l’hôtel et le restaurant pour l’exercice 2003 (annexe1 à
remettre avec la copie).
1.2. Compléter le tableau de gestion pour 2003 de l’hôtel et du restaurant (annexe 2 à remettre avec la copie).
1.3. Calculer les ratios d’activité pour 2002 et 2003 (annexe 3 à remettre avec la copie).
1.4. Commentez en quelques lignes les principaux résultats.

Dossier 2 : Analyse des soldes intermédiaires de gestion


Afin de mieux comprendre les difficultés repérées par l’analyse du résultat, monsieur Puelos décide d’élaborer un tableau des soldes
intermédiaires de gestion.

2.1. A partir du compte de résultat 2003 (document 1), établir le tableau des soldes intermédiaires de gestion (Annexe 4 à remettre avec la
copie)
2.2. Pour suivre l’évolution des soldes caractéristiques, complétez l’annexe 5 (à remettre avec la copie), et calculer les principaux soldes en
pourcentage du chiffre d’affaires.
2.3. Commenter les résultats obtenus en annexe 4 et 5.

Document 1 : Compte de résultat « Le Mercantour » 2003


Libellé Montant
PRODUITS D’EXPLOITATION
Production vendue 189.420 (a) dont redevance : 1.800 loyer : 27.600

CHARGES D’EXPLOITATION Document 2 : répartition des charges et du chiffre d’affaires en


Achats de matières premières 24.100 2003 en %
Variation de stock de matières premières Hôtel % - 1.600 Restaurant %
Charges externes (a)
Charges 45.780
Impôts,
Coût taxes
d’achat desetmatières
versements assimilés
premières 35 13.720 65
Chargesextérieurs
Services de personnel 50 84.200 50
Dotations
Impôts taxesaux amortissements
et versements et aux provisions70
assimilés 12.500 30
Total
Charges charges d’exploitation
de personnel 65 178.700 35
Chiffre d’affaires
PRODUITS FINANCIERS
Production vendue 65 3.890 35
CHARGES FINANCIERES 1.800
Résultat financier 2.090 ANNEXE 1 (à remettre avec la copie)
Hôtel en € Restaurant en €
PRODUITS EXCEPTIONNELS /
Charges
CHARGES EXCEPTIONNELLES /
Coût d’achat des matières premières
Résultat exceptionnel /
Charges externes (hors redevances et loyer)
Impôts taxes et versements assimilés
Impôt sur les bénéfices 7.950
Charges de personnel
Chiffre d’affaires
Résultat de l’exercice 4.860
Production vendue

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 85/185


ANNEXE 2 (à remettre avec la copie)
2002 Entreprise 2003 Entreprise
2002 2003
Hôtel Restauran Hôtel Restauran
t t
Chiffre d’affaires HT 118.267,50 63.682,50 181.950,0 _ _ _
0
Coûts de consommation :
Coût matière 6.607,00 11.333,00 17.940,00 _ _ _
Total des coûts de consom°
MARGE BRUTE 111.660,50 52.349,50 164.010,0 _ _ _
0
Coûts fonctionnels
Services ext. hors red. et loy. 5.545,00 5.545,00 _ _ _
Impôts et taxes 7.038,50 3.016,50 11.090,00 _ _ _
Charges de personnel 49.153,00 26.467,00 10.055,00 _ _ _
Total coûts fonctionnels 61.736,50 35.028,50 75.620,00 _ _ _
RBE 49.924,00 17.321,00 96.765,00 _ _ _
67.245,00
Coûts d’occupation _
Redevance _
Loyers 1.730,00 _
Charges financières 27.600,00 _
Dotation aux amortissements 7.850,00 _
Total des coûts d’occupation 10.850,00 _
RESULTAT COURANT 48.030,00 _
Produits financiers 19.215,00 _
RCAI 2.560,00 _
Impôts sur les bénéfices 21.775,00 _
RESULTAT NET 11.415,00 _
10.360,00

ANNEXE 3 : Ratios d’activité (A remettre avec la copie).


2002 2003
Ratios (% CA HT) Hôtel Restaurant Hôtel Restaurant
Marge brute
R.B.E

ANNEXE 4 : Tableau des SIG (à remettre avec la copie)


PRODUITS 2003 CHARGES 2003 SOLDES 2003
Vente de marchandises Coût d’achat des marchandises Marge comm
Production vendue Production de
Production stocké Ou destockage de production l’exercice
Production immobilisée
TOTAL TOTAL
Marge commerciale C° en provenance de tiers Valeur
Production de l’exercice ajoutée
TOTAL TOTAL
Valeur ajoutée produite Impôts, taxes… EBE
Subv° d’exploitation Charges de personnel (insuffisance)
TOTAL TOTAL
EBE Insuffisance brute d’exploitation Résultat
RAP et transferts de ch. DAP d’exploitation d’exploitation
Autres produits Autres charges
TOTAL TOTAL
Résultat d’exploitation Résultat d’exploitation (pertes) RCAI
Produits financiers Charges financières
TOTAL TOTAL
Produits exceptionnels Charges exceptionnelles R. except°
RCAI RCAI (perte) Résultat de
Résultat exceptionnel Résultat exceptionnel (perte) l’exercice
Participation des salariés
Impôt sur les bénéfices
TOTAL TOTAL

ANNEXE 5 : Evolution de 4 soldes intermédiaires de gestion (à remettre avec la copie)


Ratios
Soldes Valeur 2002 2002 2003 Evolution 2002/2003
Production de l’exercice 181.950
Valeur ajoutée 123.590

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 86/185


Excédent brut d’exploitation 37.915
Résultat d’exploitation 27.065

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 87/185


FOND DE ROULEMENT (FR), BESOIN EN FOND DE ROULEMENT (BFR), TRESORERIE (TR)
FR Fond de roulement Ressources stables-emplois stables FR=Capitaux propres+ Amort et provis°+Dettes à MLT-Immos brut
BFR Besoin en fond de Trésorerie « bloquée » dans le cycle BFR=Stocks+Clients-Founisseurs
roulement d’exploitation
TR Trésorerie TR=FR-BFR
Ratios :
Durée de stockage des Mses, MP, PF 360*Stock/Coût d’achat des Mses vendues
Durée du crédit client 360*Clients/CA TTC
Durée du crédit fournisseur 360*Fournisseurs/ABS TTC
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR
BFR
TR
Comparaison dans l’espace par rapport au secteur d’activité

Exercice 1 :

2011 2012
ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF
Immos 100 Capital 1.000 Immos 300 Capital 1.000

Stocks 100 Fournisseurs 200 Stocks 100 Fournisseurs 400


Clients 300 Clients 900
Disponibilités 700 Disponibilités 100

2011 2012
CA TTC 900 1.800
Achats TTC 800 1.600

Comparaison dans le temps d’une année à l’autre


Année n Année n+1 Variation
FR

BFR

TR

Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks

Nb j clients

Nb j fournisseurs

Analyse :
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 88/185


Exercice 2 :
2011 2012
ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF
Immos 100 Capital 1.000 Immos 100 Capital 1.300

Stocks 200 Fournisseurs 200 Stocks 400 Fournisseurs 400


Clients 600 Clients 1.20
Disponibilités 300 Disponibilités 0
0

2011 2012
CA TTC 900 1.800
Achats TTC 800 1.600
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR
BFR
TR
Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks
Nb j clients
Nb j fournisseurs
Analyse :
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________

Exercice 3 :
2011 2012
ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF
Immos 100 Capital 1.000 Immos 100 Capital 1.000

Stocks 200 Fournisseurs 200 Stocks 200 Concours bq 100


Clients 600 Clients 1.20 Fournisseurs 400
Disponibilités 300 Disponibilités 0
0

2011 2012
CA TTC 1.200 3.600
Achats TTC 800 1.600
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR
BFR
TR
Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks
Nb j clients
Nb j fournisseurs

Analyse :
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________
_______________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 89/185


_______________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 90/185


Ex 1 :
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR 900 700 -200

BFR 200 600 400

TR 700 100 -600

Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks 45 23 -22j
Nb j clients 120 180 +60j
Nb j fournisseurs 90 90 0
Analyse :
Baisse trésorerie car FR a diminué et BFR augmenté.
. FR a diminué car in,vestissements sans ressources nouvelles.
. BFR a augmenté car le CA a augmenté (de 900 à 1800) et les délais de règlements clients se sont dégradés (de 120 à 180j). Tout cela malgré les efforts faits sur
les délais de stockage (-22 jours).

Ex2 :
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR 900 1.200 300
BFR 600 1.200 600
TR 300 0 -300
Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks 90 90 0
Nb j clients 240 240 0
Nb j fournisseurs 90 90 0
Analyse :
Baisse de la trésorerie de 300 à 0 car le BFR a augmenté plus vite que le FR.
. Le FR a augmenté grâce à l’augmentation du capital 300.
. Le BFR a augmenté d’avantage à cause de l’augmentation de l’activité, et ce malgré la tenue des délais de stockage et de règlements clients.

Ex3 :
Comparaison dans le temps d’une année à l’autre
Année n Année n+1 Variation
FR 900 900 0
BFR 600 1000 +400
TR 300 -100 -400
Ratios :
Année n Année n+1 Variation
Nb j stocks 90 45 -45
Nb j clients 180 120 -60
Nb j fournisseurs 90 90 0
Analyse :

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 91/185


BILAN FONCTIONNEL, FR, BFR et TRESORERIE

LE BILAN FONCTIONNEL :

1. LES RETRAITEMENTS :

1. L’actif fictif : (non-valeurs)


. Les frais d’établissement.
. Les charges à répartir sur plusieurs exercices.
. Les primes de remboursement des obligations.
. Le fonds commercial.

2. Les autres retraitements de l’actif :


. Les VMP : ré-intégrés dans les liquidités.
. Les effets escomptés non échus : ré-intégrés dans les créances et dans les dettes à moins d’un an.

3. Les retraitements à payer :


. Les dividendes à payer : ré-intégrés dans les dettes à moins d’un an.
. Les dettes fiscales latentes : ré-intégrés dans les dettes à plus d’un an.
. Les provisions pour risques et charges : dettes probables à répartir au cas par cas en dettes à plus ou moins d’un an.

II. LES RATIOS :

1. Les ratios de liquidité :

. Ratio de liquidité générale : Actif -1 ans / dettes – 1 an


Ce ratio mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme en utilisant ses actifs à court terme.

. Ratio de liquidité réduite : Créances -1an / dettes -1an


Ce ratio mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme en utilisant ses créances et ses liquidités.
Ce ratio exclue les stocks du numérateurs, peu liquides.

. Ratio de liquidité immédiate : Disponibilités / dettes -1 an


Ce ratio mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes à court terme en utilisant ses disponibilités.

2. Les ratios de solvabilité :

. Ratio d’autonomie financière : Capitaux propres/Total Passif


Ce’ ratio mesure la capacité de l’entreprise à s’endetter.

. Ratio de solvabilité générale : Total de l’actif/ Total Dettes


Ce ratio mesure la capacité de l’entreprise à payer ses dettes en utilisant l’ensemble de l’actif.
Endettement global : Dettes Totales/ Total Passif inf. 2/3
Endettement à terme Dettes MLT/Ressources propres inf. 1
Dettes MLT/ Capitaux permanents inf. 1/2

. Ratios de couverture : CAF/Dettes financières MLT inf. 3


Ce ratio mesure la capacité de l’entreprise à rembourses des emprunts avec ses ressources propres.

3. Ratios de rentabilité :

. Ratio de rentabilité économique : R. Exploitation/Actif total


EBE/Actif total

. Ratio de rentabilité financière : R. Net/Capitaux propres


Ce ratio mesure le taux de rémunération des apports des propriétaires de l’entreprise
CAF/Capitaux propres
Voir aussi : effet de levier.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 92/185


LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS

I. LES MOYENS DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS


I.1 CAF : Interne .
I.2. Capital
I.3. Cessions d’éléments d’actif : immos, titres immobilisés, VMP)
I.4. Emprunt :
. Remboursement d’une partie du capital : amortissement de l’emprunt.
. Intérêt du prêt calculé sur le montant restant à rembourser.
. Frais de dossier : en général à la souscription.
. Frais d’assurance : sur le montant à emprunter.
I.4.1. Remboursement par amortissement constant :
. A chaque échéance, le même montant de capital est amorti (amortissement « constant »).
. Le montant des intérêts est décroissant, car calculé sur le capital restant dû.
. Les annuités sont donc décroissantes.
a. Calcul de l’amortissement constant :
Montant emprunté/Nombre de périodes de remboursements.
b. Calcul de l’intérêt :
Capital restant dû en début de période * taux de la période.
c. Calcul de l’annuité :
Amortissement constant+Intérêts.
d. Calcul du capital restant dû en fin de période :
Capital restant dû en fin de période-Amortissement de la période.

Ex : Le 1er mars 2011, un restaurateur emprunte 10.000 euros au taux de 5% remboursable sur 4 ans par amortissement constant, le premier
remboursement aura lieu à terme échu le 1er mai 2012.

Date rembt K restant dû début période Intérêts 5% Amortissement Annuité K restant dû en fin de période
1/05/11 10.000
1/05/12 500 2.500
1/05/13
1/05/14
1/05/15 2.500 125 2.500 2.625 0
TOTAL 1.250 10.000 11.250

Date rembt K restant dû début période Intérêts 5% Amortissement Annuité K restant dû en fin de période
1/05/11 10.000
1/11/11 250 1.250
1/05/12
1/11/12
1/05/13
1/11/13
1/05/14
1/11/14
1/05/15 2.500 125 1.250 2.625 0
TOTAL 1.125 10.000 11.125

I.4.2 Remboursement par annuité constante :


A chaque échéance, on rembourse la même annuité. Le montant des intérêts est donc décroissant.
i : taux d’intérêt
n : nombre de période de remboursements
K : capital emprunté
Annuité=K . i/[1-(1+i)-n]

Date rembt K restant dû début période Intérêts 5% Amortissement Annuité K restant dû en fin de période
1/05/11 10.000
1/05/12 10.000 500 2.320,12 2.820,12 7.679,88
1/05/13 7.679,88
1/05/14
1/05/15 2.685,82 134,30 2.685,82 2.820,12 0
TOTAL 1.280,47 10.000 11.280,47

I.4.3. Le coût de l’emprunt :


Coût de l’emprunt = total des intérêts+frais liés à l’emprunt
= total des annuités versées-montantb emprunté+frais liés à l’emprunt.
I.4.4. Le taux effectif global :
Le taux effectif global est le taux qui permet de mesurer le coût total du crédit incluant les intérêts ainsi que tous les frais liés à l’emprunt.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 93/185


UNIFORM SYSTEM OF ACCOUNTS FOR HOTELS

Ce système utilisé par les grands groups hôteliers repose sur la distinction entre départements opérationnels et départements fonctionnels.
Les départements opérationnels sont ceux qui réalisent le chiffre d’affaires de l’établissement : hébergement, restauration, casino, thalasso…
Les départements fonctionnels accomplissent une mission indispensable au fonctionnement de l’établissement, à savoir l’administration, la
commercialisation, l’entretien…

Départ. opérationnel Recettes Achats conso. Ch. de personnel Autres chg directes Marge sur chg direct.
Département « chambres »
Dpt « restauration »
Dpt « téléphone »
Autres dpt opérationnels
Total des dpt opérationnels
Départ. Fonctionnels
. Administration
. Marketing
. Entretien Energie
Total des dpt fonctionnels
Résultat brut d’exploitation
. Redevances de gestion
. Loyers, redevances crédit-bail
. Intérêts des emprunts
. Dotations aux amortissements
Résultat courant
. Résultat exceptionnel
Résultat avant impôts
. Impôt sur les bénéfices
Résultat net

Vocabulaire :
Income before management fees Résultat brut d’exploitation
- Management fees -Redevances de gestion Redevances généralement calculées sur le RBE versées par les propriétaires
qui confient leur gestion à une chaine.
Ne pas confondre avec les redevances de franchise (charges du dpt
marketing)
=Income before fixes charges =Résultat avant charges de
structures fixes
-Rent -Loyers et redevances de Loyers de l’immeuble et des biens d’équipement communs. Les loyers
crédit-bail concernant les équipements affectés à une destination précise (copieur du
service banquet par exemple) sont affectés au coût du département
concerné.
-Taxes Taxe professionnelle
-Insurance Assurance Prime d’assurance de l’immeuble et de son contenu.
-Interest expense Charges d’intérêts Ne comprennent pas les commissions sur moyens de paiement qui sont
affectées au coût du département administration.
-Depreciation and amortization Dotation provis° et amort. Ne comprennet pas les provisions pour dépréciation des créances douteuses
qui sont affectées au coût du département « administration »
Income before income taxes
Income taxes
Net income

Matières consommées :
. Achats de matières
- Variation de stock
- Production consommée (coût des matières des offerts et des repas du personnel.

Frais généraux :
. Autres charges externes
- Loyers
+ commissions surs moyens de paiement (si 668)
+ Impôts et taxes
+ Autres charges d’exploitation

Coûts d’occupation :
. Dotation aux amortissements
+ loyers
+ Charges financières
- Commissions sur moyens de paiements.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 94/185


SAINT-NAZAIRE

Compléter le tableau de bord :

CHARGES n PRODUITS n
Charges d’exploitation Produits d’exploitation
. Achats de MP 74.934 . Ventes de marchandises
. Var° Stock -3.103 . Production vendue 215.183
. Autres charges externes (1) 46.796 Montant du Chiffre d’affaires 215.183
. Impôts et taxes 1.987 Production consommée (3) 2.636
. Salaires et traitements 58.412 TOTAL 217.819
. Charges sociales 15.832
. Dotation aux amortissements 12.097
. Autres charges 484
TOTAL 207.439
Charges financières (2) 4.026 Produits financiers
Charges exceptionnelles 186 Produits exceptionnels 381
Impôts sur les bénéfices 2.463
TOTAL DES CHARGES 214.114 TOTAL DES PRODUITS
BENEFICE 4.086

TOTAL GENERAL 218.200 TOTAL GENERAL 218.200


(1) Dont loyers 5.960
(2) Dont comm° moyens de paiement 1.643
(3) Coût matière des offerts et repas personnel

Tableau de bord :
euros %
Chiffre d’affaires

Matières consommées

Marge brute

Charges de personnel

Marge sur coût principal

Frais généraux

Résultat brut d’exploitation

Coûts d’occupation

Résultat courant avant impôts

Calculs :

Matières consommées : ____________________________________________________________________________________________

Frais généraux : _______________________________________________________________________________________________

Coût d’occupation :_______________________________________________________________________________________________

Rappel :
Matières consommées  Frais généraux  Coûts d’occupation
Achats de matières Autres charges externes Dotation aux amortissements
- Variation de stock - Loyers + loyers
- Production consommée + comm° moyens de paiement (si 668) + Charges financières
(coût matières offerts+repas du personnel) + Impôts et taxes - Commissions sur moyens de paiements.
+ Autres charges d’exploitation

Points de repère en hotellerie restauration : % des frais généraux/CA.

Restauration « 1 assiette ». Restauration « 2 assiettes ». Restauration « 3 assiettes ».


. Coupe faim. 12 à 15% . Crêperies 7 à 9% . Grills 10 à 13%
. Fast food 10 à 13% . Pâtes fraiches 10 à 12% . Restaurants à thême 10 à 13%
. Snacks 8 à 10% . Pizzérias 8 à 10% . Traditionnels 9 à 10%
. Cafétérias 7 à 9% . Traditionnels 10 à 12% . Luxe 10 à 12%
. Restaurants, buffets 7 à 9%

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 95/185


GRAND HOTEL

Tableau de résultat des départements opérationnels :

Chambres Restauration Téléphone Autres


Produits : Produits Produits Produits :
.Individuels 961.278 32,1 .Nourriture 593.743 .Tél 139.873 .Location
.Groupes 693.893 23,2 .Boissons 320.862 .Fax 13.937 …Salon 129.99 93,2
.Sociétés 1.093.736 36,6 …Boutique 4 3,3
.Agences 242.824 8,1 .Comm° 4.535
.Autres 93 …Parking 1,0
…Change 1.452 0,3
…Loc voit 464 1,9
.Pressing 2.670 0,2
319
Total recettes 2.991.824 Total recettes 914.605 Tot. recette 139.43 100,0
4
Charges : Charges : Charges Charges :
.Ct matière conso 260.622 .Tél 75.531
-Ct repas perso -56.201 .Fax 6.690
=Ct matière net 204.421 =Tot 82.221
.Ct boiss. conso 77.368
-ct boiss. perso -9.918
=Ct boiss. net 67.450
.Salaires .Salaires 296.232 .Salaires .Salaires
.Ch. soc. et fisc 679.506 22,7 .Ch. soc. et fisc 133.090 .Ch. soc. .Ch. soc. fi. 14.882 10,7
287.128 9,6 6.686 4,8
Tot. personnel 966.634 Tot. personnel 429.322 Tot. Tot. perso 21.568 15,5
Perso
.Commissions 10.911 0,4 .Vaiss, couv, linge 10.898 .Frn bur. 175 .Frn bureau 384 0,3
.Ctt nettoyage 118.540 4,0 .Nettoyage ext. 0 .Div 565 .Divers 145 0,1
.Transp. Clts 1.459 0,0 .Blanch. ext. 25.233
.Blanchissage 69.749 2,3 .Licences 464
.Linge 19.246 0,6 .Musique et anim° 1.144
.Pdts acc. entret 17.009 0,6 .Fournitur exploit° 10.910
.Réservation 44.202 1,5 .Tenues personnel 3.886
.Tenues pers. 8.763 0,3 .Divers 6.932
.Divers 5.454 0,2
Tot. autres dép. 295.333 Tot. autres dép. 59.467 T. aut d. 740 T. autres d. 529 0,4
Tot. Dépenses 1.261.967 Tot. Dépenses 760.660 To. Dép. 82.961 Tot. Dép. 22.097 15,8
Résultat départ. 1.729.857 Résultat départ. 153.945 Rés. dpt 70.849 Résultat d. 117.33 84,2
7

Tableau de coût des départements fonctionnels

Département Marketing Département Administration Département Entretien et énergie


.Salaires 49.836 .Salaires 165.964 4,0 .Salaires
.Charges soc. et fisc. 17.913 .Charges soc. et fisc. 72.513 1,7 .Charges soc. et fisc.
Tot. Ch. personnel 67.749 Tot. Ch. de personnel 238.477 5,7 Tot. Ch. de personnel
.Fournitures administ. 2.511 .Fournitures administratives 4.490 0,1 .Maintenance immob. 8.144 0,2
.Honoraires Marktg .Locat° de mat. et mob. 1.471 0,0 .Mainten. mat. et mob. 14.707 0,4
.Annonces et insertion 16.682 .Primes d’assurances 14.928 0,4 .Fournitures d’entretien 27.975 0,7
.Signalisation 7.994 .Frais postaux 990 0,0 =Total entretien 50.826 1,2
.Imprimés 8.165 .Documentation 263 0,0
.Cadeaux offerts 10.279 .Frais d’actes et de contentieux 69 0,0 .Eau. 43.840 1,0
.Miss° réception 3.667 .Honoraires 10.910 0,3 .Gaz, électricité 87.699 2,1
.Frais postaux 1.492 .Voyages et déplacements 2.486 0,1 .Divers
.Voyages et dplcts 8.762 .Réception. 1.043 0,0 =Total énergie 131.539 3,1
.Divers 427 .Frais bancaires 226 0,0
.Commiss° moy de paiement 30.101 0,7
.Frais de recrutement 568 0,0
.Impôts et taxes 67.611 1,6
.Dons 171 0,0
.Dot° prov° créances doutx
.Divers 1459 0,0
Total autres dépenses 59.979 Total autres dépenses 136.686 3,3
Total dépenses 127.728 Total des charges 375.263 8,9 Total charges 182.365

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 96/185


GFN 106 ANALYSE FINANCIERE

L’article suivant est tiré du journal « L’Entreprise » (n°236, juillet-août 2005). Il est intitulé « Comment
la banque vous juge » :
Avant de vous accorder un financement ou un prêt, votre banquier examine vos comptes et utilise
plusieurs critères pour prendre sa décision […]. La banque vous juge également d’après des critères
financiers tirés de vos bilans : les éléments pris dans ces documents (chiffre d’affaires, trésorerie,
résultat et capacité d’autofinancement) sont retraités ensuite afin d’établir un profil type et une image de
votre entreprise qui soit la plus proche possible de la réalité économique. Ces calculs sont effectués sur
les trois derniers exercices afin de dégager les tendances probables pour les années à venir.
Par ailleurs, tous les clients des banques, entreprises ou personnes physiques sont notés (« scorés ») […].
Pour les entreprises, le scoring fait appel à des techniques informatiques expertes et peut être réalisé en
interne et/ou à l’aide de notations externes délivrées par la Banque de France ou les agences
spécialisées. Ces méthodes de scoring s’appuient sur des modèles élaborés à partir d’échantillons
d’entreprises représentatifs.
L’analyse financière ainsi menée par le banquier est également pratiquée par de nombreux utilisateurs :
- l’actionnaire potentiel apprécie la rentabilité de l’entreprise avant d’y investir ses économies,
- le fournisseur apprécie sa solvabilité à court terme avant de lui accorder des délais de règlement,
- le comité d’entreprise étudie la richesse de l’entreprise avant de poser des revendications.
- le dirigeant de l’entreprise mesure sa propre performance et la compare à celle de ses concurrents,
L’analyse financière est une démarche, qui s’appuie sur l’examen critique de l’information
comptable et financière fournie par une entreprise dans le but d’apprécier sa performance ainsi
que sa solidité financière.
Le résultat de ces analyses est fortement contextualisé et doit être utilisé avec recul et bon sens (le
même ratio n’aura pas la même signification dans un hypermarché et chez un industriel !).
L’objectif de ce cours est d’acquérir, non seulement la maîtrise des principaux d’outils du diagnostic
financier, mais surtout la logique du raisonnement qui les sous-tend.
Nous étudierons ainsi :
Les bases de l’analyse financière ................................................................................................................2
Chapitre 1 – La démarche de diagnostic........................................................................................................2
L’analyse de l’activité et de la rentabilité..................................................................................................6
Chapitre 2 – Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) ..............................................................................6
Chapitre 3 – La capacité d’autofinancement (CAF)......................................................................................8
Chapitre 4 – La rentabilité économique et la rentabilité financière...............................................................9
L’analyse de l’équilibre financier.............................................................................................................12
Chapitre 5 – Le bilan fonctionnel ................................................................................................................12
Chapitre 6 – Les flux de trésorerie ..............................................................................................................17
Chapitre 7 – Les ratios de structure financière ............................................................................................19
Liste des abréviations utilisées..................................................................................................................21

Le contenu des comptes annuels a déjà été étudié lors des cours de comptabilité de 1ère année et n’est donc pas au programme de ce
module. Toutefois, il constitue une base incontournable pour l’analyse financière. Si ces notions ne sont pas maîtrisées, des révisions sont
donc indispensables.

LES BASES DE L’ANALYSE FINANCIERE

CHAPITRE 1 : LA DEMARCHE DE DIAGNOSTIC

L’analyste financier va se forger une opinion sur la performance et le risque d’une entreprise à partir de diverses informations la concernant,
mais c’est surtout de la comparaison que naîtra le diagnostic. En effet, la même rentabilité peut être excellente dans un secteur d’activité et
nettement insuffisante dans un autre. Il faut donc, pour mener une analyse financière, se documenter non seulement sur l’entreprise
mais également sur ses concurrents et sur son secteur d’activité.
L’analyste financier collectera donc également des informations non financières qui vont le renseigner sur
le contexte et donner du sens aux résultats de ses calculs.

1. Les matériaux non financiers


De nombreuses informations sont disponibles au Greffe du tribunal de commerce :
- extrait « K bis » sur lequel on trouvera notamment la date de création et la forme juridique de l’entreprise, l’identité de ses dirigeants,
l’indication selon laquelle elle est propriétaire ou locataire de son fonds de commerce, …
- le détail des garanties données par l’entreprise (biens nantis ou hypothéqués)
- le détail des contrats de crédit-bail immobiliers
- les éventuels incidents de paiements de la part de l’entreprise.
La Banque de France collecte et centralise les bilans de centaines de milliers d’entreprises et publie des analyses sectorielles très utiles.
Enfin, les plaquettes de présentation de l’entreprise et de ses concurrents (communication institutionnelle, financière ou commerciale) donnent
de nombreuses indications sur l’activité de l’entreprise et sur sa stratégie.

2. Les matériaux financiers


Les matériaux financiers comprennent le bilan et le compte de résultat. Ils sont publiés au moins annuellement par les sociétés (les entreprises les
plus importantes et/ou celles faisant appel public à l’épargne publient des comptes semestriels, voire trimestriels).
Pour comprendre ces documents, il faudra étudier l’annexe qui comprend des informations capitales :
- explication de la variation de certains postes : immobilisations, amortissements et provisions,

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 97/185


- échéancier des créances et des dettes,
- engagements donnés et reçus mais non comptabilisés (engagements « hors bilan ») : crédit bail, effets escomptés non échus, cautions, etc ….
Le bilan décrit le patrimoine de l’entreprise à une date donnée. Ainsi, contrairement au compte de résultat, on parle du bilan « au 31/12/N » et
non pas « de l’année N ». Il présente séparément :
- l’actif de l’entreprise, c’est-à-dire ce qu’elle possède : machines, stocks, créances, caisse, etc ...
- le passif de l’entreprise, c’est-à-dire ce qu’elle doit (dettes envers ses banquiers, fournisseurs, …) ainsi que ses fonds propres (apports en
capital et bénéfices accumulés).
On peut également considérer que l’actif regroupe les éléments que l’entreprise utilise pour les besoins de son activité et que le passif regroupe
les ressources qui lui ont permis de se procurer ces éléments.

Les éléments de l’actif sont classés par ordre croissant de liquidité :


- l’actif immobilisé regroupe les emplois stables de l’entreprise : bâtiments, matériel industriel, licences
acquises, cautions versées, etc …
- l’actif circulant regroupe les éléments qui ont vocation à se transformer rapidement : stocks, créances
clients, argent en banque ou en caisse, etc …

Les éléments du passif sont classés par origine et par ordre croissant d’exigibilité :
- les fonds propres représentent les ressources mises à la disposition de l’entreprise par ses actionnaires
(capital social) et/ou générées par l’activité de l’entreprise (bénéfices non distribués).
- les dettes sont classées selon leur origine : banques, fournisseurs, etc …

Le choix d’une date de clôture n’est pas neutre sur la présentation du bilan, en particulier lorsque l’activité est saisonnière. En effet, avant la
pointe d’activité, l’entreprise aura payé ses fournisseurs et accumulé des stocks : la trésorerie sera donc au plus bas. En revanche, quelques mois
plus tard, les stocks auront été vendus et les créances encaissées : la trésorerie sera donc au plus haut. Ainsi, l’entreprise aura tendance à choisir
la date de clôture qui lui permettra de donner de son bilan l’image la plus flatteuse possible.

Le compte de résultat est le tableau qui explique la formation du résultat de l’exercice. Ainsi on parle du compte de résultat « de l’année N » et
non pas « au 31/12/N ». Il récapitule les produits et les charges de la période et, par différence, détermine le résultat de l’exercice :
- bénéfice si produits > charges,
- perte si charges > produits.
Le résultat de l’exercice est une notion distincte de la trésorerie car les produits et les charges sont comptabilisées indépendamment de leur
encaissement ou de leur décaissement.

Les produits sont les ressources générées par l’activité de l’entreprise : essentiellement sa production, mais aussi les intérêts perçus, etc … Les
charges d’un exercice sont les consommations nécessaires pour réaliser l’activité.

Les charges sont les consommations de l’exercice.


Attention : la notion de charge est différente de celle d’achat, notamment en ce qui concerne les immobilisations, les stocks et les provisions :
- Immobilisations : une immobilisation est un bien qui va être utilisé, donc « consommé », pendant plusieurs exercices. Dans le cas d’une
machine prévue pour être utilisée pendant 5 ans, la charge figurant au compte de résultat d’un exercice ne sera pas égale au prix d’achat de la
machine mais à la onstatation de son usure, de son « amortissement » (par simplification, 1/5 e du prix d’achat).
- Stocks : la consommation de matières premières ou de marchandises n’est pas nécessairement égale aux achats de l’exercice car le stock de
l’exercice précédent a été consommé alors que – au contraire - une partie des achats de l’exercice n’a pas été consommée et reste en stock. Ainsi
la ligne « variation de stock » doit être ajoutée au montant des achats pour obtenir la consommation de l’exercice :
Consommation = achats + SI – SF = achats + variation de stock (présentée parmi les charges)
De façon symétrique, pour les produits finis, la variation de stock permet de passer des ventes à la production :
Production = ventes + SF – SI = ventes + variation de stock (présentée parmi les produits)
- Provisions : Le principe de prudence impose aux entreprises de comptabiliser une charge dès le moment où un risque d’appauvrissement
apparaît, sans attendre sa réalisation. Lorsque le risque se réalise ou disparaît, la provision est alors reprise.

Les charges et les produits sont classés en trois catégories :


- les charges et les produits d’exploitation reflètent l’activité économique proprement dite de l’entreprise : ventes, achats de matières premières
et de marchandises, salaires et cotisations sociales versés, dotation aux amortissements de l’outil de travail, etc ….
- les charges et les produits financiers reflètent l’activité de financement de l’entreprise : intérêts payés sur l’argent emprunté, intérêts perçus sur
les sommes placées, etc ….
- les charges et les produits exceptionnels reflètent les opérations à caractère exceptionnel : dommages et intérêts versés ou reçus, vente d’une
immobilisation, etc ….

Au sein de chaque catégorie, les produits et les charges sont détaillés selon leur nature (achat de biens, services, salaires, taxes, etc …).

3. Le retraitement des comptes annuels


Si les comptes annuels sont la matière essentielle du travail de l’analyste financier, ceux-ci ne sont toutefois pas directement exploitables et
nécessitent certains retraitements, en particulier en ce qui concerne les contrats de crédit bail, les effets escomptés non échus et les actifs fictifs.
En effet, alors que le comptable traite les opérations selon leur apparence juridique, l’analyste financier s’intéressera à leur réalité économique.

3.1. Le retraitement du crédit-bail :


Le crédit bail est un contrat de location, qui prévoit pour le locataire la possibilité d’acquérir le bien pour un montant symbolique à la fin du
contrat (option d’achat). Tant que cette option d’achat n’est pas exercée, l’entreprise n’est pas juridiquement considérée comme le propriétaire
du bien. De ce fait, en comptabilité générale, aucune immobilisation n’apparaît à l’actif de l’entreprise. Le loyer versé périodiquement est, quant
à lui, comptabilisé comme une charge d’exploitation. En réalité, d’un point de vue économique, le crédit-bail est un moyen de financement, au
ême titre que l’obtention d’un prêt bancaire. C’est pourquoi l’analyste financier souhaitera faire apparaître à l’actif du bilan la valeur du bien «
acquis » grâce au crédit-bail. En contrepartie, une dette financière de même montant sera constatée au passif.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 98/185


Le bien exploité en crédit-bail sera ensuite amorti sur sa durée d’utilisation probable alors que le loyer de crédit-bail sera décomposé en
remboursement de l’emprunt et charge d’intérêts.
Exemple d’un photocopieur d’une valeur de 3 000 € et financé par crédit bail sur 5 ans (loyer annuel de 791 €) :
Au bilan, le retraitement initial sera le suivant : + 3 000 € à l’actif en immobilisations corporelles et + 3 000 € au passif en dettes financières.
Puis, en considérant par simplification que le remboursement de la dette est égal à l’amortissement, on constatera un amortissement de 600 € et
un remboursement de la dette du même montant.
Au compte de résultat, on remplacera le loyer de 791 € par une dotation aux amortissements de 600 € et une charge d’intérêts de 191 €.
NB : ce retraitement améliore le résultat d’exploitation (une part des charges d’exploitation est transférée dans le résultat financier) mais peut
détériorer les ratios de rentabilité économique (augmentation des emplois stables).

3.2. Le retraitement des effets escomptés non échus :


L’escompte d’effets de commerce consiste à céder des créances commerciales à un banquier avant leur date d’échéance. Cette technique permet
à l’entreprise de disposer immédiatement de liquidités pour faire face à ses besoins de trésorerie.
Comptablement, on considère que ces créances ont été cédées et ne font plus partie du patrimoine de l’entreprise. Elles ont donc été « sorties »
de l’actif en contrepartie d’une augmentation et des liquidités et de quelques charges financières. Là encore, l’analyste financier souhaitera
retraiter cette opération comme s’il s’agissait d’un prêt à court terme. Il réintégrera ainsi le montant des créances escomptées non échues à l’actif
du bilan par contrepartie d’un passif de trésorerie (concours bancaires courants).

3.3. Le retraitement des actifs fictifs :


Pour certains types de charges, les entreprises disposent d’une marge de manœuvre et peuvent choisir de les comptabiliser en charges diminution
immédiate du résultat) ou en actif (diminution étalée dans le temps par le biais des amortissements) : frais de R&D, frais d’établissement, frais
d’émission d’emprunts, etc … En cas d’insuffisance du bénéfice comptable, elles peuvent donc choisir de les retirer des charges et de les porter à
l’actif du bilan. Toutefois, pour l’analyste financier, ces actifs sont « fictifs » en ce sens qu’ils n’ont aucune valeur économique. Ils seront donc
retirés de l’actif et réintégrés en charge pour les montants activés sur l’exercice. Les montants activés lors d’exercices antérieurs seront
également retirés de l’actif mais par contrepartie des capitaux propres. Enfin, le montant des dotations aux amortissements concernant ces actifs
sera annulé au compte de résultat.
Dans la suite du cours, lorsque nous parlerons des comptes annuels de l’entreprise, nous supposerons que ceux-ci ont été retraités.

4. Les étapes du diagnostic


Les documents financiers et non financiers ainsi collectés vont ensuite être analysés selon plusieurs méthodes complémentaires, chacune
apportant un éclairage différent sur un aspect de la situation de l’entreprise, en particulier sur sa performance et sur sa solidité.
En résumé, la démarche du diagnostic est la suivante :
Collecte de données sur le secteur d’activité et sur la concurrence
Collecte de données financières (comptes de l’année écoulée et des années antérieures)
Etude de l’activité et de la rentabilité :
- Compte de résultat
- SIG et CAF
- Ratios de rentabilité
Etude de l’équilibre financier :
- Bilan
- FR, BFR et trésorerie
- Ratios et scores

L’ANALYSE DE L’ACTIVITE ET DE LA RENTABILITE

CHAPITRE 2–LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION (SIG)

1. Le calcul des soldes intermédiaires de gestion


Le compte de résultat fournit de nombreuses informations concernant l’activité de l’entreprise : est-elle bénéficiaire ou déficitaire ? Le bénéfice
est-il lié à l’activité habituelle ou à un élément exceptionnel ? …
Toutefois, pour un analyste financier, cette approche est insuffisante et doit être complétée par une analyse plus poussée de la formation du
résultat. Celui-ci est ainsi décomposé en plusieurs soldes intermédiaires de gestion (SIG) s’imbriquant les uns dans les autres.

2.1. La marge commerciale :


La marge commerciale est égale à la différence entre les ventes et les consommations de marchandises (consommations = achats de l’exercice +
stock initial – stock final). Elle reflète l’activité de négoce de l’entreprise (activité d’achat – revente en l’Etat).
Il est intéressant de comparer le montant de la marge commerciale à celui des ventes de marchandises. On peut ainsi calculer le taux de marge
de la façon suivante : marge commerciale * 100 / ventes de marchandises.

2.2. La production :
La production est égale au montant des biens et services vendus, stockés, ou conservés pour l’utilisation de l’entreprise. Elle reflète l’activité
industrielle ou de service de l’entreprise.
Ce solde sera également utilisé pour mesurer la productivité de l’entreprise grâce à des ratios de type « production / actif immobilisé » ou «
production / effectifs ».
2.3. La valeur ajoutée :
La valeur ajoutée indique le volume de richesse nette créé par l’entreprise. Elle se calcule par différence entre ce que l’entreprise a produit
(marge commerciale + production) et ce qu’elle a consommé en provenance de l’extérieur pour réaliser cette production (achats de biens et
services).
Au niveau macro-économique (comptabilité nationale) la somme des valeurs ajoutées des entreprises basées en France donne le PIB (produit
intérieur brut).
2.4. L’excédent brut d’exploitation (EBE) :
L’excédent brut d’exploitation s’obtient en retranchant de la valeur ajoutée le montant des charges de personnel et des impôts et taxes et en y

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 99/185


ajoutant les subventions d’exploitation.
On considère que l’EBE est une bonne mesure de la performance économique de l’entreprise car il n’est pas « pollué » par des décisions de
nature fiscale (rythme d’amortissement des immobilisations) ou de financement.
Cet indicateur est très proche de l’EBITDA (Earning Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) utilisé par les analystes boursiers.
2.5. Le résultat d’exploitation :
Le résultat d’exploitation s’obtient en retranchant de l’EBE le montant des dotations aux amortissements et provisions (DAP) et en rajoutant les
reprises sur amortissements et provisions (RAP) ainsi que les autres charges et produits d’exploitation. Ce solde est également disponible en
lecture directe sur le compte de résultat.
2.6. Le résultat courant avant impôts :
Le résultat courant avant impôt est égal à la somme du résultat d’exploitation et du résultat financier. Il reflète l’activité récurrente (non
exceptionnelle de l’entreprise). Ce solde est également disponible en lecture directe sur le compte de résultat.
le terme exact est « taux de marque » mais cette approximation est courante en analyse financière.
2.7. Le résultat net :
Le résultat net est égal à la somme du résultat courant avant impôts et du résultat exceptionnel, diminué de l’impôt sur les sociétés et de la
participation des salariés. C’est le résultat de l’exercice que l’on retrouve en dernière ligne du compte de résultat ainsi qu’au bilan.

NB : les soldes obtenus n’ont que peu de signification en valeur absolue. En revanche, ils sont très intéressants pour analyser l’évolution d’une
entreprise ou pour comparer plusieurs entreprises appartenant à un même secteur d’activité.

Ventes de marchandises
-Consommation de marchandises
+Ventes de biens et services
=Marge commerciale

Production de l’exercice
-Consommations en provenance de
tiers (achats de MP et de services)
=Valeur ajoutée
-Impôts, taxes +subventions d’exploitation=charges de personnel
=Excédent brut d’exploitation
-DAP, +RAP, -autres charges+autres produits d’exploitation
=Résultat d’exploitation
+Résultat financier
=Résultat courant avant impôt
+Résultat exceptionnel
-Participation et impôt sur les bénéfices
=Résultat de l’exercice

CHAPITRE 3–LA CAPACITE D’AUTOFINANCEMENT (CAF)

1. Signification de la CAF
La capacité d’autofinancement reflète la trésorerie potentielle dégagée par l’activité de l’entreprise.
Elle est égale à la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables liés à l’activité de l’entreprise.
Les produits encaissables sont les produits du compte de résultat qui ont été encaissés ou qui vont l’être. De même les charges décaissables sont
les charges du compte de résultat qui ont été décaissées ou qui vont l’être.
Sont ainsi exclus de la CAF les charges et les produits « calculés » qui ne donneront pas lieu à un encaissement ou un décaissement (dotations et
reprises aux amortissements et aux provisions).
Sont également exclus les charges et les produits liés au cycle d’investissement (plus et moins-values sur cession d’immobilisations).
Cet indicateur est observé avec une attention particulière par les investisseurs car il s’agit du montant
disponible pour l’entreprise pour :
- investir : achat d’immobilisations ou financement de l’augmentation du besoin en fonds de roulement
- rembourser ses dettes financières
- verser des dividendes à ses actionnaires.

2. Calcul de la CAF
La CAF peut se calculer de deux façons :
2.1. Méthode additive :
La CAF est obtenue par addition des produits encaissables (à l’exception de ceux liés au cycle d’investissement) et par soustraction des charges
décaissables (à l’exception de celles liées au cycle d’investissement).
Pour simplifier les calculs, il est possible (et recommandé) de démarrer ce calcul à partir de l’EBE qui ne contient lui-même que des charges et
produits décaissables et encaissables.
2.2. Méthode soustractive :
On peut également retrouver la CAF en partant du résultat net et en retirant les éléments exclus de la CAF :
- on ajoute ainsi les charges exclues de la CAF : dotations aux amortissements et provisions et valeur nette comptable des immobilisations
cédées,
- on soustrait ainsi les produits exclus de la CAF : reprises sur provisions et produits de cession d’immobilisations.

3. Utilisation de la CAF
La CAF apparaît dans les tableaux de flux de trésorerie (cf. chapitre 6 ci après). C’est souvent la principale source de financement pour
l’entreprise.
Elle est utilisée pour investir, payer les actionnaires (dividendes), et rembourser les emprunts.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 100/185


VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 101/185
CHAPITRE 4–LA RENTABILITE ECONOMIQUE ET LA RENTABILITE FINANCIERE
Rentabilité économique et rentabilité financière sont deux indicateurs qui envisagent la performance de l’entreprise sous deux aspects différents
et complémentaires :
- la rentabilité économique mesure la rentabilité de l’entreprise dans son ensemble, sans distinction de l’origine des montants investis (fonds
propres ou endettement),
- la rentabilité financière mesure la rentabilité du point de vus de l’actionnaire, en s’intéressant uniquement au rendement des fonds propres.
Lorsque l’entreprise n’est pas endettée, les deux montants sont identiques mais dans le cas contraire ils peuvent être très différents. Le recours à
l’endettement est d’ailleurs un moyen risqué mais efficace d’obtenir une rentabilité financière élevée à partir d’une rentabilité économique
médiocre.
1. Le diagnostic de la rentabilité économique
1.1. Le calcul de la rentabilité économique
La rentabilité économique est un ratio. Elle est obtenue en divisant le résultat économique (résultat d’exploitation après impôt) par le montant
des capitaux engagés pour obtenir ce résultat (actif économique) :

Rentabilité économique = résultat d’exploitation après impôt / actif économique

L’impôt à déduire est celui calculé sur le résultat d’exploitation : il ne faut pas utiliser tel quel le montant d’impôt sur les sociétés figurant au
compte de résultat et qui tient également compte des éléments financiers et exceptionnels.
L’actif économique, est égal à la somme de l’actif immobilisé et du besoin en fonds de roulement d’exploitation (cf. chapitre suivant).
De même que pour les SIG, l’utilité de ces calculs est avant tout comparative : un taux de rentabilité de 7% n’a de signification que comparé à la
rentabilité moyenne du secteur d’activité ou étudié dans son évolution sur plusieurs années.
1.2. Profitabilité et rentabilité économique
On peut décomposer la formule de calcul de la rentabilité économique en y intégrant le chiffre d’affaires (noté CA) :

Rentabilité économique = résultat économique / CA * CA / capitaux engagés.

Le premier ratio (résultat économique / CA) mesure la profitabilité de l’entreprise et le second (CA / capitaux engagés) le taux de rotation de
l’actif économique.
On s’aperçoit ainsi que deux entreprises peuvent atteindre le même taux de rentabilité économique de deux façons totalement différentes :
- soit en réalisant un faible taux de marge mais en ayant besoin de peu de capitaux pour réaliser leur chiffre d’affaires (hypermarchés),
- soit en réalisant un taux de marge plus élevé mais nécessitant un investissement plus important pour réaliser le même chiffre d’affaires
(industrie).
Cette analyse donne également deux solutions possibles à une entreprise souhaitant améliorer sa rentabilité économique :
- soit augmenter son taux de marge,
- soit accélérer la rotation de son actif économique.
Profitabilité
Rotation de l’actif économique

2. Le diagnostic de la rentabilité financière

2.1. Le calcul de la rentabilité financière :


La rentabilité financière est un ratio. Elle est obtenue en divisant le résultat net par le montant des capitaux propres :

Rentabilité financière = résultat net / capitaux propres

Les capitaux propres sont égaux à la somme du capital social, des réserves et report à nouveau (bénéfices accumulés non distribués) et du
résultat de l’exercice.

Capitaux propres = capital + réserves + report à nouveau + résultat de l’exercice

2.2. L’effet de levier :


L’effet de levier explique le passage de la rentabilité économique à la rentabilité financière, en fonction du taux d’endettement et du coût de la dette.
En effet, le passage d’une notion à l’autre se fait de la façon suivante :
- actif économique = fonds propres + dettes financières
- résultat d’exploitation après impôt = résultat net – résultat financier.
Si on considère, par simplification, que le résultat financier reflète le coût des dettes financières, on en déduit que :
- si le coût de la dette est inférieur à la rentabilité économique, alors la rentabilité financière sera supérieure à la rentabilité économique,
- inversement, si le coût de la dette est supérieur à la rentabilité économique, alors la rentabilité financière sera inférieure à la rentabilité économique.
L’impact de cet écart sera d’autant plus important que le taux d’endettement est élevé, c’est pourquoi on parle d’effet de levier.
Exemple :
Les entreprises A et B disposent du même actif économique (100 000 €) et réalisent le même résultat d’exploitation après impôt (8 000 €). Toutes deux ont donc une rentabilité
économique de 8%.
L’entreprise A a financé son actif économique exclusivement sur fonds propres. Son résultat financier et son résultat exceptionnel sont nuls. Sa rentabilité financière est donc égale à sa
rentabilité économique, soit 8 %.
En revanche, l’entreprise B a financé 60% de son actif économique par endettement au taux de 5 %. Elle réalise un résultat économique de 8 000 € tout comme l’entreprise A. En
revanche, elle a un résultat
financier négatif de 3 000 € avant impôt (60 000 * 5 %). Si on considère que le taux d’impôt est de 33,33
%, le résultat financier après impôt sera donc de 2 000 € (3000 – 33,33% * 3000).
Sa rentabilité financière sera donc de (8 000 – 2 000) / 40 000 = 15 %.
L’effet de levier est égal à la différence entre la rentabilité financière et la rentabilité économique divisée par la rentabilité économique.

Effet de levier = (Rf – Re) / Re

avec Re = rentabilité économique et Rf = rentabilité financière.


Dans le cas de l’entreprise B il est de 87,5 % = (15 – 8) / 8

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 102/185


L’effet de levier est très recherché, en particulier en période de faibles taux d’intérêts. Il faut toutefois l’utiliser avec précaution car il accroît le risque de l’entreprise. En effet, si le taux
de rentabilité économique diminue jusqu’à être inférieur au coût de la dette, la rentabilité financière sera d’autant plus faible (voire négative) que le taux d’endettement est élevé. On parle
alors d’effet de massue.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 103/185


Analyse financière
Olivier Levyne (2010)

1. Objet de l’analyse financière

La place de la trésorerie. L’analyse fonctionnelle est centrée sur la trésorerie. Elle met en évidence le décalage entre la réalisation des opérations
(achats, ventes…) et leur impact sur la trésorerie. Cette méthode cherche donc à vérifier que l’entreprise dispose des ressources financières
nécessaires à la couverture des besoins financiers liés à l’immobilisation des capitaux dans le cycle d’exploitation. En d’autres termes,
l’entreprise doit être capable de financer les actifs qui donneront lieu à un encaissement ultérieur à savoir :
. les stocks ;
. les créances.
Corrélativement, le crédit consenti à l’entreprise par ses fournisseurs constitue une ressource financière.
Les besoins immédiats de trésorerie (pour faire face à une dette qui arrive à l’échéance) peuvent être couverts par l’octroi par la banque d’un
découvert, par des concours bancaires courants ou par toute autre forme de mobilisation de créances (escompte, Dailly, affacturage).
L’amélioration passagère de la trésorerie qui en résulte est retraitée dans l’approche fonctionnelle.

Le fonctionnement de l’entreprise. S’intéressant au fonctionnement de l’entreprise, l’analyse fonctionnelle conduit à distinguer au bilan :
. les actifs liés à l’activité courante (actifs circulants d’exploitation) des autres actifs (actifs circulants hors exploitation).
. les dettes liées à l’activité courantes (passif circulant d’exploitation) des autres dettes (passif circulant hors exploitation)
NB : Définition des actifs et passifs circulants :
- Les actifs circulants comprennent tous les actifs sauf les immobilisations.
- Les passifs circulants comprennent toutes les dettes sauf les dettes financières

2. Le bilan fonctionnel :

2.1 Regroupements et retraitements :

1. Le fonds d’amortissement et de provision :


L’équilibre du bilan repose sur des valeurs nettes alors que les décaissements correspondent aux valeurs brutes. Par conséquent, l’analyse
fonctionnelle retient les valeurs brutes.

Bilan financier Bilan fonctionnel


Actif Passif Emploi Ressources
Brut Amort Net
Actif 500 (200) 300 CP 150 Actif Brut 500 CP 150
Dettes 150 Dettes 150
Amort et P 200
Total 300 300 Total 500 500

Le passage des valeurs nettes dans le bilan comptable aux valeurs brutes dans le bilan fonctionnel, conduit à augmenter l’actif des
amortissements et provisions. Pour équilibrer le bilan, il convient de créer au passif un fonds d’amortissement et de provisions.

2. Découverts et concours bancaires courants :


Comptablement, il s’agit de dettes financières. En analyse fonctionnelle, ces postes sont déduits des dettes financières pour constituer la
trésorerie de passif.
NB : exemples de concours bancaires courants :
- Crédit de Mobilisation des Créances Commerciales (CMCC) : avance consentie par la banque à l’entreprise à hauteur du montant des créances
qu’elle souhaite mobiliser
- Mobilisation des Créances nées sur l’Etranger (MCNE) : CMCC lorsque les créances mobilisées résultent de l’activité d’exportation
Dans les deux cas, il s’agit de crédits à court terme consentis par la banque et qui permettent une amélioration passagère du poste Disponibilités.

La trésorerie calculée dans le cadre de l’analyse fonctionnelle neutralise les effets favorables de ces crédits. Ainsi on calcule :
- La trésorerie d’actif (TA) : TA = VMP + Disponibilités
- La trésorerie de passif (TP) : TP = Découvert + Concours bancaires courants + Autres mobilisations de créances
- La trésorerie (T) : T = TA – TP
Bilan comptable
Immos, stocks, créances 100 Capitaux propres 200
VMP 200 Dettes financières (1) 100
Dispos 300 Autres dettes 300
Total 600
(1) Dont découverts et autres concours bancaires courants : 50

Trésorerie=TA-TP=(200+300)-50=450

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 104/185


3. Capital souscrit non appelé :
Lors de sa constitution, l’entreprise inscrit au passif le capital inscrit dans les statuts, même si les fonds correspondants n’ont pas été intégralement versés à l’entreprise par ses
actionnaires fondateurs.
Juridiquement, les actionnaires doivent verser au moins un quart du capital. La capital souscrit mais non encore libéré est alors inscrit à l’actif sous forme de capital souscrit non appelé.
En analyse fonctionnelle, le capital souscrit non appelé est retraité : on le déduit de l’actif et on le déduit des ressources stables (auxquelles appartiennent les capitaux propres)
4. Ecarts de conversion :
Le 10/02/N : vente pour 100$ ; à cette date 1€=1,50$ ; La créance vaut alors : 100 / 1,5 = 67 €
Bilan comptable au 10/02/N en €
Créance 67 Capitaux propres 67
Le 31/12/N, le client n’a toujours pas payé, à cette date 1€=1,30$
La valeur de la créance est alors portée à : 100 / 1,3 = 77 €.
On réévalue alors la créance à l’actif du bilan et on augmente corrélativement le passif du bilan en comptabilisant un écart de conversion-passif qui donc à un gain de change latent.
Ainsi :
Bilan comptable au 31/12/N en €
Créance 77 Capitaux propres 67
Ecart de conversion passif 10
Dans le bilan comptable, les écarts de conversion font partie des comptes de régularisation  ; dans le bilan fonctionnel, les écarts de conversion passif sont retraités dans les ressources
stables. Ils s’ajoutent donc aux capitaux propres anticipant ainsi la réalisation du gain de change.
Corrélativement, les pertes de change latentes conduisent à comptabiliser des écarts de conversion actifs. Dans le bilan fonctionnel, ces écarts de conversion actifs sont retraités dans les
emplois stables.
5. Charges à répartir sur plusieurs exercices :
Les charges à répartir ont pour effet d’étaler dans le temps (c’est-à-dire sur plusieurs exercices comptables), l’impact négatif de certaines charges sur le résultat de l’entreprise.
La charge est d’abord comptabilisée dans le compte de résultat : débit d’un compte de classe 6. En contrepartie, le paiement de la dépense conduit à diminuer le solde du compte en
banque (c’est-à-dire à créditer le compte 512).
Puis la charge est neutralisée par une écriture de produit : transfert de charge (compte 79). En contrepartie, une écriture de Charge à répartir (compte 481) est passée à l’actif du bilan.
Les charges à répartir sont, ensuite, chaque année, amorties selon le principe de l’amortissement direct :
. dotation aux amortissements (compte 6812) ;
. diminution directe de la valeur brute et de la valeur nette de la charge à répartir.
Exemple : Frais de personnel de 300 (liés à la préexploitation d’une installation) différés et amortissements sur 3 ans.
641 Frais de personnel 300
512 Banque (ex 1) 300
4811 Charges différées 300
791 Transferts de charges d’exploitation (ex 1) 300
6812 Dotation aux amortissements des ch à répartir 100
4811 Charges différées (ex 1) 100
6812 Dotation aux amortissements des ch à répartir 100
4811 Charges différées (ex 2) 100
6812 Dotation aux amortissements des ch à répartir 100
4811 Charges différées (ex 3) 100
A noter que dans les cas habituels d’amortissement des immobilisations corporelles, on pratique l’amortissement indirect. En d’autres termes, chaque année, la contrepartie comptable la
dotation aux amortissements (débit du compte : 6811) correspond au crédit du compte 281 (amortissement des immobilisations corporelles).
Les charges à répartir sont considérées comme des non-valeurs. Elles sont donc éliminées de l’actif du bilan fonctionnel. Pour le rééquilibrer, les ressources stables sont diminuées
d’autant.
6. Charges constatées d’avance :
Les charges constatées d'avance sont des actifs qui correspondent à des achats de biens ou de services dont la fourniture ou la prestation interviendra ultérieurement.
La charge est d’abord comptabilisée dans le compte de résultat : débit d’un compte de classe 6. En contrepartie, le paiement de la dépense conduit à diminuer le solde du compte en
banque (c’est-à-dire à créditer le compte 512).
Puis la charge est neutralisée par une écriture de crédit du compte de charge. En contrepartie, une écriture de Charge constatée d’avance (compte 486) est passée à l’actif du bilan.
Exemple : Achat d’une prestation de services pour 100 € qui sera exécutée l’an prochain
6 Achat 100
512 Banque 100
486 Charges constatées d’avance 100
6 Achat 100
En analyse fonctionnelle, les charges constatées d'avance sont retraitées dans l’actif circulant d’exploitation ou dans l’actif circulant hors exploitation, en fonction de leur utilité à
l’activité courante de l’entreprise.
Corrélativement, les produits constatés d’avance sont retraités dans le passif circulant d’exploitation ou dans le passif circulant hors exploitation, en fonction de leur utilité à l’activité
courante de l’entreprise.
7. Primes de remboursement des obligations :
Lorsqu’une émission obligataire est assortie d’une prime de remboursement, le montant à rembourser, à l’échéance aux obligataires, est supérieur au montant effectivement prêté par les
obligataires à l’entreprise. L’écart entre la dette financière et le montant des disponibilités procurées par l’emprunt obligataire correspond à la prime de remboursement.
Exemple : Emission d’un emprunt obligataire de 1 000 € assorti d’une prime de remboursement de 100 €.
Bilan comptable au 31/12/N en €
Prime de remboursement 100 Dettes financières 1100
Disponibilités 1000
Total 1100 Total 1100
Les primes de remboursement des obligations sont considérées comme des non-valeurs. Elles sont donc éliminées de l’actif du bilan fonctionnel. Pour le rééquilibrer, les ressources
stables sont diminuées d’autant.
8. Créances mobilisées :
Lorsqu’une créance a été mobilisée sous forme d’escompte, de Dailly ou d’affacturage, elle a été sortie du bilan et remplacée par des disponibilités avancées par la banque. Cet
accroissement de disponibilités a augmenté la trésorerie d’actif que l’analyse fonctionnelle se propose de retraiter.
Ainsi, le montant de la créance est réintégré dans l’actif circulant d’exploitation et la trésorerie de passif est augmentée d’autant. L’impact positif de la mobilisation de la créance sur la
trésorerie est alors neutralisé.
Exemple : Escompte d’une créance de 100 €
Bilan comptable avant escompte
Créance 100 Capitaux propres 100
Disponibilités 0
Total 100 Total 100

Bilan comptable après escompte


Créance 0 Capitaux propres 100
Disponibilités 100
Total 100 Total 100

Bilan fonctionnel après escompte


Créance 100 Capitaux propres 100
Disponibilités 100 Effets escomptés non-échus=TP 100
Total 200 Total 200
T=TA-TP=100-100=0

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 105/185


9. Crédit bail et location financière :
Le crédit bail est une location avec option d’achat.
Dans l’hypothèse d’une location financière d’un bien, l’entreprise ne dispose pas d’option d’achat.
Dans les 2 cas, l’entreprise n’est pas propriétaire du bien ainsi financé. Dès lors, la valeur du bien ne figure pas à l’actif du bilan comptable.
Corrélativement, aucune dette ne figure au passif.
Le bilan fonctionnel retraite le crédit bail et la location financière comme si l’entreprise était propriétaire du bien et l’avait financé par
endettement. Dès lors :
. La valeur brute du bien est inscrite dans les emplois stables à l’actif
. La part non amortie de la dette s’ajoute aux dettes financières (ressources stables)
. La part amortie de la dette s’ajoute au fonds d’amortissements et provisions (ressources stables)

Exemple :
Une entreprise finance par crédit bail sur 5 ans un bien dont la valeur d’origine est de 1200 €. Sa valeur résiduelle, en fin de contrat, est de 200 €.

2.2 Relation FDR, BFR et Trésorerie :

Le bilan comptable est, par hypothèse équilibré. Les retraitements qui ont permis de passer du bilan comptable au bilan
fonctionnel correspondent à des écritures en partie double :
. Suppression d’un actif considéré comme une non valeur et déduction du montant correspondant au niveau des ressources stables :
Capital souscrit non appelé
Primes de remboursement des obligations
Charges à répartir
. Remontée d’un actif dans le bilan
Ecart de conversion mis dans les emplois stables
Charges constatées d’avance mises dans l’actif circulant
. Remontée d’un passif dans le bilan
Ecart de conversion mis dans les ressources stables
Produits constatées d’avance mis dans le passif circulant
. Descente d’un passif dans le bilan
. Découvert et concours bancaires courants mis en trésorerie de passif
. Prise en compte des valeurs brutes à l’actif ce qui conduit à augmenter le total de l’actif du montant égal au total des amortissements et
provisions. En contrepartie, un fonds d’amortissement et provision, augmente d’autant le passif, au sein des ressources stables.
Actif comptable / fonctionnel Passif comptable / fonctionnel
Capital souscrit non appelé Capitaux propres
Non valeur déduite de l'actif ES Immobilisations nettes brutes - Capital souscrit appelé non versé
f onctionnel et déduite des RS + Ecarts de conversion actif - Primes de remboursement des obligations
- Charges à répartir RS
Avances et acomptes versés nets bruts + Ecarts de conversion passif
ACE Stocks nets bruts + Fonds d'amortissement et de provision
Créances clients nettes brutes Provisions pour risques et charges Déplace
+ Charges constatées d'avance à caractère d'exploitation ment en
Primes de remboursement des obligations nettes Dette financière y compris TP
Non valeur déduite de l'actif
f onctionnel et déduite des RS - Découvert
Capital souscrit appelé non versé net bruts - Concours bancaires courants
ACHE Autres créances nettes brutes
+ Charges constatées d'avance à caractère hors exploitation Avances et acomptes reçus
+ Produits constatées d'avance à caractère d'exploitation
VMP nettes brutes Dettes fournisseurs PCE
TA Disponibilités nettes brutes Dettes fiscales et sociales
Ventilation
entre PCE
Non valeur déduite de l'actif Dettes sur immobilisations PCHE et PCHE
f onctionnel et déduite des RS Dettes diverses
+ Produits constatées d'avance à caractère hors exploitation
Charges à répartir
Ventilation entre ACE et ACHE Charges constatées d'avance Produits constatées d'avance
Ecarts de conversion-actif Ecarts de conversion-passif
Mise en RS
(anticipation
Mise en ES (anticipation de la - Découvert de la
réalisation de la perte de - Concours bancaires courants TP réalisation
change) du gain de
change)

Passage du net au brut compensé


par le f onds d'amortissement et de
provision en RS

Le bilan fonctionnel est donc également équilibré.


Dès lors :
Actif fonctionnel = Passif fonctionnel
ES+ACE+ACHE+TA = RS+PCE+PCHE+TP
TA-TP = RS-ES + PCE-ACE + PCHE-ACHE
T = RS-ES – (ACE-PCE) – (ACHE – PCHE)
Soit :
FDR = fonds de roulement = RS – ES
BFRE = besoin en fonds de roulement d’exploitation = ACE – PCE
BFRHE = besoin en fonds de roulement hors exploitation = ACHE – PCHE
Conclusion :
T= FDR – BFRE – BFRHE

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 106/185


2.Exemples :

Bilan 1
ES : 600 RS :1000
TA : 400
FR=RS-ES=1000-600=400=T
BFR=0

Bilan 2
ES : 600 RS :1000
AC : 400
FR=RS-ES=1000-600=400
BFR=AC-PC=400-0=400
T=FR-BFR=400-400=0

Bilan 3
ES :1200 RS :1000
TP :200
FR=RS-ES=1000-1200=-200
BFR=AC-PC=0
T=FR-BFR=-200-0=-200

Bilan 4
ES : 600 RS : 800
AC : 400 PC : 200

FR =RS-ES= 800 – 600 = 200 finance l’AC à hauteur de 200, or AC = 400


Le solde de l’AC est financé par le PC

Bilan 5
ES : 600 RS : 800
AC : 400 PC : 200
TP : 100

Bilan 6
ES : 600 RS : 800
AC : 400 PC : 200
TA : 500 TP : 600

La situation du bilan n°6 est transitoire car si l’entreprise a 500 de trésorerie d’actif, elle utilise ses disponibilités et revend ses VMP pour
rembourser ses découverts et concours bancaires courants. Dans ce cas, la trésorerie de passif est ramenée à 100 et la trésorerie d’actif à 0. Le
bilan fonctionnel correspond alors au bilan n°5.
On peut dire par ailleurs que les ressources stables correspondent aux fonds mis durablement à disposition de l’entreprise par les actionnaires
(capitaux propres) et par les banques (dettes financières autres que le découvert et les concours bancaires courants). Ces ressources ont été
destinées à financer les emplois stables qui ont vocation à rester durablement dans l’entreprise.
L’excédent des ressources stables sur les emplois stables, permet de financer une partie des autres actifs, c’est-à-dire de l’actif circulant (AC).
L’actif circulant est aussi financé par des ressources à court terme (passif circulant). Ainsi, dans le cas n°5, si l’entreprise a des stocks pour 400
(AC = 400) et des dettes fournisseurs de 100, le montant qui a été financer par l’entreprise est ramené à 300. Dès lors, le financement des 300
restants est assuré par le fond de roulement (FDR = 200) et par la trésorerie de passif (TP = 100).
Finalement, le FDR correspond à l’excédent des RS sur les ES. Le FDR permet de financer une partie de l’actif circulant. Si l’AC ne peut être
financé en totalité par le FDR et le PC, l’entreprise doit avoir recours au découvert. Il en résulte alors une trésorerie négative.
Le BFR correspond à l’excédent de l’AC sur le PC. En d’autres termes, il s’agit de la partie de l’actif circulant qui n’est pas financée par le
passif circulant. Ce BFR doit être financé par le FDR ; toutefois si le FDR est insuffisant, le financement est assuré par un découvert, il en résulte
une trésorerie de passif.
Bilan 7
ES : 600 RS : 800
AC : 400 PC : 200
TA : 500 TP : 600

Cette situation est typique d’un distributeur. Le FDR est négatif mais le BFR est encore plus négatif. La trésorerie qui en résulte est positive. Elle
s’explique par l’absence de créance et des stocks réduits (gestion en flux tendus). Il y a en revanche des fournisseurs qui font crédit à
l’entreprise, c'est-à-dire qui lui accordent un délai de paiement.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 107/185


2. Premiers commentaires d’analyse financière
Il a été établi que : FDR – BFR = T
Dès lors, pour améliorer la trésorerie, l’entreprise peut :
1. Augmenter le FDR, à savoir :
a) augmenter les RS, c’est-à-dire :
. augmenter les capitaux propres par une augmentation de capital par appel public à l’épargne si la société est cotée ;
. augmenter la dette financière (autrement que par du découvert): il peut alors s’agir soit de l’obtention d’un nouveau crédit, soit de la
transformation du découvert en dette financière classique (restructuration de la dette) ;
b) diminuer les ES, c'est-à-dire revendre des immobilisations. Comptablement, on remplace donc des immobilisations par des disponibilités.
Fonctionnellement on diminue les ES et on augmente la TA

NB : Les capitaux propres correspondent à ce que reviendrait aux actionnaires après avoir revendu tous les actifs sur la base de leurs VNC et
après avoir remboursé toutes les dettes. En réalité, en cas de liquidation de l’entreprise, les actionnaires peuvent recevoir un montant supérieur
au montant comptable des capitaux propres car le prix de revente des actifs peut-être supérieur à leur VNC :

. les actifs totalement amortis sont vendus à un montant différent de zéro ;


. la valeur économique (vénale) est supérieure à la valeur comptable compte tenu de l’existence de plus-values latentes

2. Diminuer le BFR, à savoir :


c) Diminuer les actifs circulants c'est-à-dire réduire les stocks par une gestion en flux tendu, diminuer les créances clients qui passe par un
raccourcissement des délais de paiement accordés au client
d) Augmenter le passif circulant en obtenu des délais de paiement plus long pour les dettes fournisseurs

3. Soldes intermédiaires de gestion

Vente de marchandises
(Coût d’achat des marchandises vendues CAMV
_______________________________________
Marge commerciale (1) La marge commerciale concerne les entreprises qui achètent des produits
Production vendues et les revendent sans transformation
Production stockée
Production immobilisée
Production (2) La production concerne les entreprises industrielles

Consommation en provenance des tiers (A)


Valeur ajoutée (3) = (1) + (2) – (A)

Valeur ajoutée
+ subventions d’exploitations
- Frais de personnel
- Impôts, taxes et versements assimilés
Excédent Brut d’Exploitation (EBE) = (4) En anglais : EBITDA Earnings before Interests, Taxes, Depreciations and
Amortizations

EBE
- Dotations aux amortissements et aux provisions à caractère d’exploitation
+ Reprise d’amortissements et aux provisions à caractère d’exploitation
Résultat d’exploitation = (5) En anglais EBIT

Rex
+ Produits financiers
- Charges financières
- Dotations à caractère financier
+ Reprises à caractère financier
Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) = (6) En anglais : Pretax profit

Produits exceptionnels (y compris 775 et 777)


- Charges exceptionnels (y compris 675)
- Dotations à caractère exceptionnel
+ Reprises à caractère exceptionnel
Résultat exceptionnel = (7)

RCAI
+ Résultat Exceptionnel
- Impôt sur les sociétés En anglais : corporate tax
- Participation aux bénéfices En anglais : Employee profit sharing
Résultat net = (8)

Produit de cession d’éléments d’actifs (775)


- VNC des actifs cédés (675)
Résultat de cession = (9)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 108/185


4. La capacité d’autofinancement
La CAF correspond à la différence entre les produits encaissables ou encaissés d’une part et les charges décaissables ou décaissées d’autre part.
La CAF se calcul donc uniquement à partir du compte de résultat. Tous les produits pris en compte dans le calcul de l’EBE sont encaissables ou
déjà encaissé et toutes les charges prises en compte dans l’EBE sont décaissables ou déjà décaissées.
On a donc :

EBE
+ Résultat financier
+ Produits exceptionnels sauf 775 et 777
- Charges exceptionnelles sauf 675
- Impôt sur les sociétés
- Participation des salariés aux bénéfices
_______________________________________
CAF

Le compte 777 : quote-part de subvention virée au compte de résultat


Lorsqu’une entreprise perçoit une subvention d’investissement, elle peut :
. soit l’inscrire directement en produit dans le compte de résultat (imposée en totalité à 34%) ;
. soit l’inscrire au bilan dans les capitaux propres. Dans ce cas, l’entreprise s’engage à réintégrer chaque année une quote-part de cette
subvention dans le compte de résultat en vue de l’imposer. La réintégration complète de la subvention doit être réalisée dans un délai maximum
de 5 ans. Ainsi, chaque année, l’entreprise réduit le montant de sa subvention portée au bilan et crédite en contrepartie le compte 777 du compte
de résultat. Par conséquent, elle paye chaque année un impôt égal à 34% du montant viré au compte de résultat. Au bout de 5 ans, la totalité de la
subvention aura été réintégrée dans le compte de résultat. L’entreprise aura ainsi globalement payé un impôt sur les sociétés égal à  : 5 x 34% x
quote-part virée annuellement au compte de résultat = 34% x montant de la subvention.
Finalement, le compte 777 est un produit non encaissable qui n’a aucune raison d’apparaitre dans le calcul de la CAF. Il s’agit en effet seulement
d’une écriture comptable qui permet de lisser sur 5 ans l’impôt dû sur la subvention
Le compte 675 : valeur comptable des actifs cédés
Le compte 675 permet de calculer la plus value de cession. L’encaissement correspond au compte 775 mais la cession n’engendre aucun
décaissement. Donc le compte 675 qui ne sert qu’à calculer la plus value, n’est pas retenu pour le calcul de la CAF.
Le compte 775 : produits de cessions d’éléments d’actifs
Bien que correspond à un encaissement, le compte 775 n’est pas retenu dans le calcul de la CAF car la CAF est la première ressource du tableau
de financement qui traite par ailleurs spécifiquement les encaissements engendrés par les cessions d’actifs

Exemple du Club Med :


Le FDR s’améliore de 99 M€ en 2009 du fait d’une augmentation de capital de 69 M€ et d’une émission d’obligations remboursables en actions
nouvelles ou existantes (ORANE) ; par ailleurs, l’entreprise a investit en 2009 à hauteur de 57 M€ (variation des emplois stables) ce qui réduit
d’autant le FDR 2009.
La trésorerie n’augmente pas de 99 M€ car le fonds de roulement commence par couvrir l’augmentation du BFR qui est porté de 120 M€ en
2008 à 166 M€ en 2009. L’augmentation du BFR a hauteur de 46 M€ conduit donc à une amélioration de la trésorerie limitée à 53 M€. La
trésorerie étant négative, à hauteur de -69 M€ en 2008, celle-ci reste négative en 2009 et est ainsi seulement portée à -16 M€. Pour améliorer la
situation financière de l’entreprise (rendre sa trésorerie positive), il conviendrait :
- d’améliorer le FDR c'est-à-dire d’envisager un nouveau renforcement des fonds propres (augmentation de capital ;
- de restructurer la dette c'est-à-dire de faire accepter par les banques le principe de convertir toute ou partie des concours bancaires courants en
dette à long ou moyen terme. Dans ce cas, on assisterait dans le bilan fonctionnel à une diminution de la trésorerie de passif et une augmentation
corrélative de la dette financière retenue dans les ressources stables.
- diminuer les emplois stables ce qui passe par des reventes d’actifs pour continuer à exploiter ses villages/hôtels, le club méditerranée peut
décider le les mettre en lease back. Il les revend à une banque et en devient locataire par un contrat de crédit bail. Dans le futur, le lease back va
engendrer une augmentation des charges correspondant au paiement des loyers ; mais dans l’immédiat, la réduction des emplois stables est
compensée par une amélioration de la trésorerie.
- diminuer le BFR

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 109/185


5. Les ratios :

5.1. Analyse de l’activité et des marges :

1. Variation du CA et de la VA :

Taux de variation du CA = ΔCA/CA


Taux de variation de la VA = ΔVA/VA

2. Ratios de profitabilité :

Taux de marge = Marge commerciale/Prix d’achat


Taux de marque HT = Marge commerciale/Prix de vente
Taux de marge brute d’exploitation = EBA/CA
Taux de marge nette = RN/CA

5.2 Analyse de la gestion courante :

1. Poids du BFRE :

Poids du BFRE = BFRE / CA

Les 3 principales composantes du BRFE (stocks, créances et dettes fournisseurs) augmentent proportionnellement à l’activité.
Tout accroissement du poids du BFRE est donc la conséquence soit:
- d’une augmentation des créances ou des stocks pour un même niveau de CA ce qui correspond à un allongement du délai de paiement des
clients ou à une rotation des stocks plus lente ;
- d’une diminution de la dette fournisseurs ce qui correspond à un raccourcissement du délai de paiement des fournisseurs

2. Ratios de rotation :

Durée de rotation = (Poste de BFRE moyen / Flux annuel) x 360 (en jours)

Durée de rotation (ou d’écoulement) des stocks = (Stocks moyens / Coût annuel des achats 1) x 360 (en jours)

Durée du crédit client = (créances retraitées /ventes TTC) x 360 (en jours)

Exemple :
Ventes TTC = 100 ; Créances = 25 ; Créances/ventes TTC = 25%.

Par conséquent, au 31/12, 25% des ventes de l’année ne sont pas encaissées car l’entreprise accorde un délai de paiement à ses clients. S’agissant
donc des ventes d’un trimestre et nécessairement du dernier, la durée du crédit client est de 3 mois ; soit 25% de l’année ; soit 25% x 360 jours =
90 jours.

Retraitements :
Il se peut que, le 30/12, l’entreprise recouvre à titre exceptionnel des créances sur des clients qui avaient la possibilité de payer l’entreprise plus
tardivement. Pour limiter cet impact sur le calcul du ratio, on préfère retenir au numérateur les créances moyennes [(créances au 21/12/N +
créances au 31/12/N-1)] / 2.
Par ailleurs les créances doivent être augmentées des créances mobilisées et des écarts de conversion-actif ; elles doivent être réduites des écarts
de conversion passifs.
La déduction des écarts de conversion-passif et l’addition des écarts de conversion actif permettent de neutraliser les gains et pertes de change
latents qui ont affectés les créances sans affecter les ventes.
Par ailleurs, les créances doivent être réduites des avances et acomptes reçus.

Créances moyennes au bilan


+ Créances mobilisées
+ Ecarts de conversion-actif
- Ecarts de conversion-passif
- Avances et acomptes reçus
=Créances retraitées pour le calcul de la durée du crédit client

Durée du crédit fournisseurs = (Dettes fournisseurs retraitées / achats TTC) x 360 (en jours)

Avec :

Dettes fournisseurs moyennes au bilan


+ Ecarts de conversion-passif
- Ecarts de conversion-actif
- Avances et acomptes versés
__________________________
Dettes fournisseurs retraitées pour le calcul de la durée du crédit fournisseurs

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 110/185


5.3 Analyse de la structure financière :

5.3.1 Les causes du déséquilibre financier :

1. Croissance non maitrisée :


CA
BFR
FR

Si la croissance est non maitrisée, le BFR augmente au même rythme que le chiffre d’affaires tandis que le fonds de roulement progresse
seulement sous l’effet de génération de bénéfice. Par exemple, si l’entreprise a un taux de marge nette de 5%, une augmentation du CA de 100 €
engendre une augmentation du bénéfice de 5 €, donc des capitaux propres et du fonds de roulement de 5 €. Lorsque le BFR devient plus
important que le FR, l’entreprise connaît une crise de trésorerie.

2. Relance de l’activité :
CA
BFR

FR
R
Pour relancer son activité, c'est-à-dire développer son CA, l’entreprise se procure des stocks et accepte le principe du paiement différé de ses
clients. Il s’ensuit une augmentation du BFR qui lorsqu’il devient supérieur au FDR provoque une crise de trésorerie.

3. Rattrapage du retard d’investissement : CATemps (années)


BFR

FR
R
La réalisation d’investissement provoque une augmentation des immobilisations donc des emplois stables ; dans la mesure où FDR = RS – ES,
toute augmentation des ES se traduit par une baisse du FDR. Lorsque les investissements sont tels que le FDR devient inférieur au BFR,
l’entreprise rencontre une crise de trésorerie

4. Accumulation de pertes :
CA
BFR

FR
R
L’accumulation de pertes conduit à un report à nouveau de plus en plus négatif chaque année. Le report à nouveau fait partie des capitaux
propres donc des ressources stables. Par conséquent, l’augmentation du report à nouveau négatif se traduit par une baisse du FDR. Lorsque le
FDR devient inférieur au BFR, l’entreprise connaît une crise de trésorerie.

5. Paradoxe de la réduction d’activité :

CA

BFR
FR
R
Le ralentissement de l’activité conduit à une amélioration passagère de la trésorerie, en effet l’entreprise commence par écouler ses stocks ce qui
se traduit par une baisse du BFR. Ainsi, tant que l’entreprise reste rentable, le FDR augmente légèrement et la baisse du BFR permet d’améliorer
la trésorerie. Toutefois, lorsque le niveau d’activité devient inférieur au CA critique (seuil d’équilibre, break even point) l’entreprise commence à
accumuler des pertes ce qui provoque une dégradation du FDR. Lorsque le FDR devient inférieur au BFR l’entreprise connait une crise de
trésorerie.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 111/185


5.3.2 Les ratios de structure :

Ratio d’endettement = Dette nette/CP <1

Couverture de la dette = Dette nette/EBE <3

La dette doit donc être inférieure à 3 fois l’EBE.


En d’autres termes, les banques acceptent d’accorder des crédits à l’entreprise tant que la dette nette est inférieure à trois années d’EBE. Les
banques considèrent donc que la dette nette doit être remboursée grâce à l’EBE généré en 3 ans.

Couverture des emplois stables = Ressources stables/emplois stable <1

Si ce ratio est supérieur à 1, les ressources stables sont supérieures aux emplois stables ; donc le fonds de roulement est positif.

Couverture stable des capitaux investis = Ressources stables/(Immobilisations+BFR)

6.3.1 Autres ratios

Couverture des frais financiers = Rés Exploit° / Frais financiers nets >4

Taux d’investissement = Investissements / Dotations >1

Si ce ratio est supérieur à 1, cela signifie que l’entreprise investit plus qu’elle amortit. C’est la caractéristique d’une entreprise en développement
qui n’a pas encore atteint son rythme de croisière. Dans une entreprise mature, les immobilisations sont renouvelées chaque année au rythme des
amortissements. En d’autres termes, investissement = dotations, donc le taux d’investissement est égal à 1

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 112/185


7. Plan détaillé d’une analyse financière
a) Introduction
Elle présente rapidement la société étudiée en 3 ou 4 points

 Métier et le positionnement concurrentiel (Ex : TF1 est le leader incontesté de la TV gratuite tant en termes de part
d’audience que de recettes publicitaires)
 Caractérisation du mode de développement (croissance interne ou organique versus croissance externe)
 Synthèse sur la structure financière et la marge de manœuvre de l’entreprise pour réaliser, dans le futur, des investissements
 Rentabilité

b) Analyse de l’activité
 Evolution du CA et de la valeur ajoutée, comparaison du taux de croissance à l’inflation afin de s’assurer que l’entreprise
connait une croissance en volume
 Evolution de l’efficacité de l’entreprise industrielle caractérisée par le ratio VA/Production
 Evolution du rendement des machines, issu du ratio VA/Immos brutes
 Evolution du rendement du travail VA/Effectif. Le calcul de ce ration est complété par le ratio Frais personnel/EBE. Si ce
ratio augmente, cela signifie qu’une part croissante de l’EBE sert à rémunérer le personnel. Dans ce cas la politique salariale
est à revoir.

c) Analyse de la rentabilité
d) Analyse des politiques
e) Analyse de la structure financière

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 113/185


BABYLON : ANALYSE FINANCIERE

INTRODUCTION

Définition de l’analyse financière


Un ensemble de techniques qui permet de synthétiser et d’analyser d’un point de vue économique et financier les documents comptables d’une
société et d’une entreprise individuelle. Ces documents comptables (bilan ou compte de résultat) sont remplis avec des règles de comptabilité
générale et des règles fiscales. Ils sont donc difficilement exploitables dans l’état pour une analyse détaillée du patrimoine, de l’activité   et de la
rentabilité de l’entreprise.

Rappels sur le bilan : Actif et Passif


Le bilan reprend le patrimoine de l’entreprise à un instant donné le jour de la clôture de l’exercice avec à gauche l’actif (les emplois de
l’entreprise) et qui répond à la question où est l’argent, à droite le passif (les ressources de l’entreprise) question d’où vient l’argent.
Net = Brut – Amortissement
Provision : quand on a un doute sur le paiement, surtout au poste client, pour donner une réalité économique.
Compte courant de l’associé : Lorsque l’associé prête de l’argent.
Dans le bilan, il faut toujours prendre en compte les activités cycliques et les événement exceptionnels par rapport à la date choisie de clôture de
l’exercice.

Rappels sur le compte de résultat


Le compte de résultat retrace les opérations d’une entreprise, liés à une époque donnée qu’on appel exercice. Il va constater les produits de
l’exercice en les répertoriant par catégorie :
- Les produits et les charges concernant l’exploitation de l’entreprise, la différence est égale au résultat d’exploitation.
- Les produits et les charges concernant les éléments financiers, la différence est égale au résultat financier.
- Les produits et les charges concernant les éléments exceptionnels, la différence est égale au résultat exceptionnel.

On fait le somme des 3 résultats, on retranche l’impôt sur les bénéfices et la participation des salariés. On trouve le bénéfice et la perte.
CA = vente de marchandise + produit fini
Production immobilisée : produite pour elle-même
Production stockées : produite mais pas vendue
La taxe professionnelle va dans les charges d’exploitation.

Objectif du cours d’analyse financière


Nous allons apprendre à lire, à modifier, à retraiter les documents comptables pour les analyser. L’objectif va être de porter un diagnostique sur
l’activité, la rentabilité et la situation patrimoniale de l’entreprise. Cela va permettre de répondre à deux problèmes principaux :
. Est-ce que l’entreprise est rentable ? Pour analyser la rentabilité de l’entreprise, l’étude se fera principalement au travers du compte de résultat.
. Est-ce que l’entreprise est solvable ? La solvabilité de l’entreprise est sa capacité à faire face à ses engagements actuels et futures. Il faudra
donc évaluer sa capacité à surmonter les chocs. Le jugement sur la solvabilité de l’entreprise va se faire par l’analyse du bilan.

Les études complémentaire à l’analyse financière


Pour pouvoir répondre complètement aux questions sur la rentabilité et la solvabilité, l’analyse financière pure devra être complétée par l’étude
de l’environnement interne et externe de l’entreprise.
On peut se poser des questions sur le produit vendu. Dans les PME, le dirigeant, son âge, son expérience, l’ancienneté de l’entreprise. La forme
juridique, individuel ou capital. La structure du capital, à qui appartient l’entreprise, la position de l’entreprise sur le marché, qui sont ses clients,
dépendance de l’entreprise aux matières premières.

Les personnes susceptibles d’être intéressées par l’analyse financière


. L’entreprise elle-même, le dirigeant, les associés, les actionnaires, les employés de l’entreprise.
. Les partenaires commerciaux, les fournisseurs les clients.
. Les partenaires financiers, les banques, les organismes d’assurance crédit, la banque de France qui fait des cotations qu’elle attribue à toutes les
entreprises ayant un chiffre d’affaire de plus de 750 000 euros, cette cotation est composé de 2 cotes :
une cote de crédit, avec l’analyse financière de la société et de la régularité dans ses paiements, il y a 4 familles principales de note, la
classe 3 = la capacité à honorer ses engagements est forte ; la classe 4 = la capacité est jugé acceptable ; la classe 5 = la capacité est jugé faible ;
la classe 6 = la capacité est jugée très faible.
La note d’activité avec le CA.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 114/185


I) Analyse du compte de résultat
Le compte de résultat est le tableau qui reprend les produits et les charges de l’exercice et dont l’objectif est de déterminer le résultat fiscal.
Le problème de cette présentation est qu’elle privilégie l’aspect fonctionnel à l’aspect économique de la société. Elle ne met pas assez en
évidence comment ce forme le résultat dans l’entreprise et son évolution avec le temps. C’est pourquoi on va calculer 9 soldes intermédiaires de
gestion qui vont permettre d’expliquer le résultat et son évolution.

A) les soldes intermédiaires de gestion (SIG)


Il y a 9 SIG qui vont correspondre soit à des valeurs qui vont indiquer l’activité, soit la rentabilité. Certains SIG sont indiqués déjà dans le
compte de fiscal, d’autres sont à calculer.

1) Analyse de l’activité
Le chiffre d’affaires
Le CA est le montant des affaires réalisées avec les tiers dans l’exercice de l’activité professionnelle normale et courante de l’entreprise.
Le CA mesure le niveau d’activité HT de l’entreprise.
Il est composé :
- Des ventes de marchandises (activité commerciale)
- De la production vendue de biens (activité industrielle)
- De la production vendue de service (prestation de service)
Il figure à la ligne FL du compte de résultat fiscal
Le CA reflète les performances commerciales de l’entreprise et représente une référence traditionnelle sur la taille de l’entreprise et l’évolution
de son activité.

La marge commerciale
La marge commerciale est égale à la différence entre le montant des ventes de marchandises et leur coût d’achat.
C’est l’indicateur essentiel de la performance des entreprises commerciales revendant en l’état les marchandises achetées.
 Les ventes de marchandises FC = Vente Fr FA + Vente export FB
 Le coût d’achat = Achat des marchandises FS + Variation des stocks FT

Marge co =
Vente Mse FC (Ventes Fr FA+Ventes export FB)
– Coût d’achat des mses vendues.
La marge commerciale n’est pas un pourcentage mais une valeur.

La production de l’exercice
La production de l’exercice est la valeur des produits et services fabriqués par l’entreprise que ces valeurs soient vendues, stockées ou
immobilisées. Il ne concerne que les entreprises industrielles ou de prestation de service.
Production de l’exercice =
Production vendue (FF+FI)
+ Production stockée (FM)
+ Production immobilisée (FN)
Attention la production est composée d’éléments non homogène c a d pas évalués avec la même méthode :
- La production vendue est évaluée au prix de vente.
- La production stockée et immobilisée est évaluée au coût de production.

La valeur ajoutée
La valeur ajoutée représente l’accroissement de valeur que l’entreprise apporte aux biens et services en provenance des tiers dans l’exercice de
ses activités professionnelles courantes.
C’est la création de valeur apportée par l’entreprise, la somme des valeurs ajoutées des entreprises sert à calculer le PIB.
C’est de la différence entre :
- La production globale de l’exercice c a d la production de l’exercice et la marge commerciale.
- La consommation des biens et services fournis par les tiers pour cette production.
VA =
Marge Co
+ Production de l’exercice
- Achat mat 1ère FU
+ Variation des stocks FV
+ Autres achats FW

2)Analyse de la rentabilité
L’excédent brut d’exploitation
L’EBE est la ressource que l’entreprise tire de son exploitation après avoir rémunérer le facteur travail.
Il mesure la performance économique de l’entreprise indépendamment de sa politique financière, fiscal, d’investissement et de distribution.
Il représente la capacité de l’activité de l’entreprise à gagner de l’argent. Si l’EBE est négatif, il s’appelle Insuffisance Brut d’Exploitation.
EBE =
Valeur Ajoutée
+ Subvention d’exploitation FO
- Impôts, taxes et versements assimilés FX
+ Charges du personnel FY + FZ

Le résultat d’exploitation
Il mesure la performance industrielle et commerciale d’une entreprise indépendamment de toute politique financière et de distribution.
C’est un résultat économique qui tient compte de la dépréciation des actifs par les amortissements et les provisions.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 115/185


Il est calculé soit à partir de l’EBE, soit dans la case GG du compte de résultat.
Résultat d’exploitation =
EBE
+ RAP, transfert de charge FP
+ Autres produits FQ
- Dotation d’exploitation : GA + GB + GC + GD
- Autre charge GE

Le résultat courant avant impôt


Le RCAI est le résultat dégagé par l’activité normale (exploitation et financier) de l’entreprise avant impôt et participation des salariés sur ce
résultat.
Cette activité se traduit par des opérations de gestion courante qui sont bien distinctes des opérations exceptionnelles.
Il prend en compte la politique financière de l’entreprise.
RCAI GW =
Résultat d’exploitation GG
+ Bénéfice attribué ou perte GH
-Perte supposée ou bénéfice GI
+Résultat financier GV

Le résultat exceptionnel
Le résultat exceptionnel est le résultat d’opérations non liées à l’activité normale et habituelle de l’entreprise.
Il intègre des charges et des produits non récurrent et a pour objet de mettre en évidence le poids des événements exceptionnels sur les résultats
dégagés.
Ce résultat cas HI est calculé indépendamment des soldes précédent, il est égal à la différence entre les charges et les produits exceptionnels.

On distingue :
- Les produits et les charges exceptionnels de gestion qui regroupent les opérations de gestion qui ne relève pas d’une exploitation
normale, pénalité sur marché, perte ou reprise d’une créance irrécouvrable.
- Les produits et les charges exceptionnelles sur opération en capital. Ils regroupent principalement pour les produits le montant
brut de cession d’un élément d’actif immobilisé, et pour les charges la valeur nette comptable de cet actifs.
- Les reprises et les provisions exceptionnelles, provision pour risques et charges dérogatoires.

Le résultat de l’exercice
Le résultat de l’exercice mesure l’augmentation ou la diminution de la richesse des actionnaires et la capacité de l’entreprise à conforter ses
fonds propres.
Le résultat de l’exercice est le solde qui figure au bilan de l’entreprise au passif lige DI.
Il sera ensuite soit distribué aux actionnaires, soit incorporé dans les fonds propres de l’entreprise dans les réserves.
Le résultat de l’exercice sert de base au calcul de l’impôt sur les bénéfices après déduction et de la participation des salariés au fruit de
l’expansion (obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés)

Résultat net =
RCAI
+ Résultat exceptionnel
- Participation des salariés
- Impôt sur les bénéfices

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 116/185


B) Capacité d’autofinancement
1) Définition et calcul
La CAF mesure le montant des ressources, sécrétées au cours de l’exercice, qui resteront à la disposition de l’entreprise.
Il y a deux méthodes de calcul :

. En partant du résultat de l’exercice :


Résultat de l’exercice HN
+ DAP exploitation GA, GB, GC, GD
+ DAP financière GQ
+ DAP exceptionnel HG
- RAP exploitation FP
- RAP financière GM
- RAP exceptionnel HC
+ Charges exceptionnelles sur opération en capital HF
- Produits exceptionnels sur opération en capital HB
En partant de l’EBE :
EBE
+Autres produits d’exploitation FQ
- Autres charges d’exploitation GE
+ Résultat financier GV
+ Produit exceptionnel sur opération de gestion HA
- Charges exceptionnelles sur opération de gestion HE
- Participation des salariés HJ
- Impôt sur le bénéfice HK
2) Analyse et utilité de la CAF
La CAF va servir à :
- rembourser les emprunts
- autofinancer les investissements
- rémunérer les apporteurs de fonds
La CAF est une donnée fondamentale pour la vie et le développement d’une entreprise.
Pour toutes les activités industrielles il faut une CAF d’au moins 5 %.

C) Méthode d’Analyse
1) Le tableau des SIG
On remplit le tableau puis on calcul la CAF.

2) Les principaux ratios


Le taux de marque
Taux de marque = Marge commerciale X 100
Vente de marchandises
Ce ratio permet de connaître pour chaque exercice la variation de la marge commerciale par rapport aux prix d’achat.
Il est pertinent pour les entreprises ayant une activité uniquement commerciale.
Son évolution tient compte de deux phénomènes :
. évolution des prix de vente de l’entreprise à ses clients
. évolution des prix d’achat aux fournisseurs

Valeur ajoutée par salarié


Valeur ajouté par salarié = VA / Effectif
Ce ratio indique la productivité moyenne par salarié dans l’entreprise. Il est intéressant de connaître son évolution dans le temps.

Le poids des charges financières


Le poids des charges financières = Charges financière GR
EBE
Ce ratio permet de mettre en rapport le poids du coût de l’endettement court et moyen terme avec la performance économique de l’entreprise.
!! Si ce ratio dépasse 30 %

La capacité d’endettement en années de CAF


Capacité = Emprunts LMT (DU – EH)
CAF
Emprunt LMT = Emprunts et dettes DU-Concours bancaires EH
Ce ratio permet de déterminer en combien d’année la capacité d’autofinancement de l’entreprise peut rembourser les prêts.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 117/185


II Analyse du bilan
Les étapes de l’analyse
Trois notions sont fondamentales pour l’analyse du bilan, et elle font toutes les trois l’objet d’une analyse séparée.
. Etude du fonds de roulement net global, FRNG
. Le besoin en fonds de roulement, BFR
. Le solde net de trésorerie, SNT
Ces trois notions sont en fait liées entre elles et le SNT dépend de l’évolution des deux autres valeurs. Pour chacune des valeurs, la méthodologie sera la même avec :
. Le calcul de la valeur
. La mesure de son évolution
. Analyse des causes de l’évolution
. Analyse des conséquences

A) Le FRNG

1) Approche globale du FRNG

a) Le financement des emplois stables


Les emplois stables représentent tous les biens destinés à rester durablement dans l’entreprise contrairement aux emplois circulants qui restent provisoirement.
Une règle de gestion saine veut que les emplois stables soient financés par des ressources elles même stables. Si celles-ci sont insuffisantes, il faut faire appel à des ressources à court
terme ce qui constitue un danger pour l’entreprise.
C’est cette règle de base qui est à l’origine de la définition du FRNG.

b) Définition du FRNG
FRNG = Ressources stables – emplois stables
Si c’est positif, ça indique que les ressources stables financent non seulement les emplois stables mais aussi les emplois circulants.
S’Il n’y a pas assez de ressources stables on va utiliserdes ressources court termes pour compenser.

2) Le mode de calcul et ses retraitements

a) Composition des ressources stables


Les ressources :
. Ressources propres,
 Capitaux propres et autres fonds DL + DO
 Provision pour risques et charges DR
 Amortissement et provision de l’actif 1A
. Comptes courants d’associés, avances faîtes qu’on assimile à des ressources stables si elles ont un caractère de stabilité. Intégrés dans le poste emprunt et dettes financières divers DV.
. Emprunts stables, emprunt avec un caractère de stabilité, c'est-à-dire les emprunts obligataires DT et les emprunts bancaires moyen terme DU – EH = DT + (DU-EH)

b) Composition des emplois stables


Les emplois :
. Actif immobilisé brut BJ,
 Immo incorporelles
 Immo corporelles
 Immo financières
c) Tableau récapitulatif

3) Analyse de l’évolution du FRNG

a) Mesure de l’évolution du FRNG


On mesure son évolution de deux façons :
. Par la différence des deux valeurs
. A partir des montants exprimés en jours de CA : FRNG/CA x 365

b) Analyse des causes de l’évolution


Les causes de l’augmentation du FRNG
A) Augmentation des ressources stables :
. Augmentation du K du soit à la mise en réserve du résultat des exercices précédents, soit à l’augmentation du résultat
. Augmentation des comptes courants d’associés
B) Baisse des emplois stables :
. Désinvestissement
. Cession de l’actif immobilisé
Les causes de la baisse du FRNG
A) Baisse des ressources stables :
. Baisse du résultat ou perte
. Baisse des comptes courants d’associés
B) Augmentation des emplois stables :
. Acquisition d’un investissement sans emprunt moyen terme

c) Calcul et analyse des ratio liés au FRNG


Ratio de solvabilité
Ce ratio indique la part de financement interne dans le patrimoine de l’entreprise. Cette par doit représenter au moins 20 % du total du bilan de l’entreprise.
Capitaux propres DL + Provisions pour risque et charge DR
Total bilan net
Ratio sur la structure des ressources stables
Il indique le niveau des emprunts stables (moyen et long terme) par rapport aux apports des actionnaires ou associés. Ce ratio doit être inférieur à 100 %.
Emprunt stable DT + (DU-EH)
K propres DL + provisions pour risques et charges DR + Cpte courant d’A
Ratio sur le vieillissement des immobilisations corporelles
Ce ratio indique le degré d’amortissement de l’outil de production pour les entreprises industrielles.
Un ratio < à 50% indique un outil de production plutôt récent.
Un ratio > à 75% indique un outil de production vétuste.
Amortissement des immo corporelles
Immobilisations corporelles brut

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 118/185


B) Le BFR

1) Approche globale du BFR


a) La notion du cycle d’exploitation
Le cycle d’exploitation concerne toutes les étapes de la vie courante de l’entreprise. Il commence au moment de l’arrivée des matières premières et non au moment où elles sont payées et
se termine au moment où les produits sont payés et non au moment où elles sortent de l’entreprise.
. Pour les entreprises industrielles :
Arrivée des matières premières → stockage → production → sortie du produit → encaissement
. Pour les sociétés commerciales :
Arrivée des marchandises → stockage → vente et sortie des marchandises → encaissement
a) Définition du BFR
BFR = emplois circulant – ressources court terme (hors trésorerie)
Le BFR est la partie des emplois circulants hors trésorerie non financés par des ressources à court terme hors trésorerie. Le besoin de financer des emplois circulants hors trésorerie, va
donc dépendre de la durée du cycle d’exploitation. Quand on analyse le BFR, il faut regarder le type d’activité de l’entreprise.

2) Mode de calcul et retraitement


a) La composition des emplois circulants
Ils sont composés de tous les stocks (BL, BN, BP, BR, BT) ; des créances (BV, BX) et des encours d’escompte, il s’agit du montant des effets de commerce remis à l’escompte qu’on
réintègre dans les créances tant qu’elles ne sont pas réglées. Ce montant n’est pas dans le bilan comptable mais dans ces annexes (CH).
b) La composition des ressources à court terme
* Avances et acomptes reçus sur commande DW
* Dettes fournisseurs et comptes rattachés DX
* Dette fiscale et sociale DY
* Dette sur immo DZ
* Autres dettes EA
* Produits constatés d’avance EB

3) Analyse de l’évolution du BFR


a) Mesure de l’évolution
. On mesure à partir des montants calculés et leur % de progression
. On mesure aussi à partir des montants exprimés en jour de CA : BFR*365/CA.
b) Analyse des causes de l’évolution
Augmentation du BFR :
. Gonflement des stocks soit suite à des achats (trop) soit suite à des méventes (ppale raison).
. Augmentation des créances soit parce que le délai accordé au client augmente, soit on ne facture pas donc les gens ne paient pas, soit ils ne peuvent pas payer.
. Baisse des dettes, ou baisse des crédits fournisseurs (perte de confiance, délai accordés baisses).
. Augmentation de l’activité qui augmente mécaniquement stocks et clients (calculés en jours de CA)
Diminution du BFR :
. Baisse des stocks (meilleure gestion)
. Baisse des créances clients (meilleure gestion du poste client)
. Augmentation des dettes fournisseurs
. Baisse de l’activité.
a) Calcul et analyse des ratio liés au BFR
Durée de rotation des marchandises :
Stock marchandise BT x 365
Achat de marchandise FS
Durée de rotation des matières premières :
Stock mat premières BL x 365
Achat mat premières FU
Durée de crédit accordée au client :
(Créance client BX + encours d’escompte) x 365
CA TTC
Durée de crédit obtenue des fournisseurs :
Dette fournisseur DX x 365
Achats, autres achats et charges externes TTC

C) Le solde net de trésorerie

1) Approche globale du SNT


Lorsque le FRNG est insuffisant pour financer le BFR, il faut faire appel à des ressources de trésorerie pour financer le manque déterminer.
Le SNT se calcule de deux manières :
* Trésorerie actif (CD + CF) – Trésorerie passive (EH + escpte)
* FRNG – BFR
Le SNT est positif si FRNG > BFR
Le SNT est négatif si FRNG < BFR

2) Mode de calcul du SNT


a) Composition de la trésorerie actif
Celle-ci comprend :
 Les valeurs mobilières de placement CD
 Les disponibilités CF
b) La composition de la trésorerie passive
Celle-ci comprend :
 Emprunts court terme EH
 Les encours d’escompte

3) Analyse et évolution du SNT


a) Mesure de l’évolution du SNT
On analyse l’évolution du SNT :
 Par comparaison des valeurs en %
 En jour de CA en utilisant le ratio :
SNT x 365
CA HT
b) Analyse des causes de l’évolution du SNT
L’évolution du SNT dépend uniquement et totalement de l’évolution conjointe du FRNG et du BFR vu précédemment.
Il est intéressant de calculer la couverture et son évolution du BFR par le FRNG par le ratio
FRNG
BFR
c) Analyse des conséquences liées à l’évolution du SNT
Un SNT positif ne présente aucun risque pour l’entreprise.
Un SNT négatif peut présenter des risques surtout si l’on constate un dérapage important.
Il peut résulter soit d’un FRNG trop faible soit d’un BFR trop important.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 119/185


IZIS

Vous effectuez un stage à l’hôtel restaurant IZIS comprenant 200 chambres. L’établissement est ouvert 365 jours par an, sans interruption.

La recette moyenne par chambre est de 100 euros, et e taux d’occupation est en moyenne de 85%.
L’indice de fréquentation est de 1,6.
Le taux de captage de l’activité restauration par rapport à l’hôtel est de 60%.
Le ticket moyen pour l’activité restaurant est de 62,5€ (par jour).
Le taux de captage de l’activité « spa » par rapport à l’hôtel est de 5%.
La facture moyenne pour cette activité est de 50€ HT par client.
Pour les autres départements opérationnels, il est prévu un chiffre d’affaires de 720.000 € HT en 2011.

Pour l’hôtel, les produits d’accueil représentent 1% du CA de l’hôtel.


Pour l’activité « restauration », le ratio matière est de 28% du CA restaurant.
Pour l’activité « spa », les achats consommés représentent 35% du CA « spa ».
Les charges de personnel 2011 devraient s’élever à 2.920.000 € à répartir de la façon suivante :
. 37% pour l’hôtel.
. 49% pour le restaurant.
. 4% pour l’activité « spa »
.10% pour les autres départements opérationnels.
Les autres charges directes sont estimées pour 2012 à :
. 661.000 pour l’hôtel.
. 234.000 pour le restaurant.
. 71.200 pour l’activité « welness ».
. 17.700 pour les autres départements opérationnels.
Les charges fonctionnelles devraient s’élever pour 2012 à :
. Administration et gestion : 1.142.600 (59% pour les frais de personnel et 41% pour les autres charges directes).
. Marketing : 749.600 (26% les frais de personnel et 74% pour les autres charges directes).
. Entretien et énergie : 619.500 (16% les frais de personnel et 84% pour les autres charges directes).
Montant des loyers et assurances 2012 : 1.171.800.
Frais financiers estimés 2012 : 115.600
Dotations 2012 : 1.780.650
Elaborer le tableau de bord prévisionnel 2012 selon le Uniform system.
Départ. Opérationnel Recettes Achats conso. Ch. de personnel Autres chg directes Marge sur chg direct.
Département « chambres »
Dpt « restauration »
Dpt « téléphone »
Autres dpt opérationnels
Total des dpt opérationnels
Départ. Fonctionnels
. Administration
. Marketing
. Entretien Energie
Total des dpt fonctionnels
Résultat brut d’exploitation
. Redevances de gestion
. Loyers, redevances crédit-bail
. Intérêts des emprunts
. Dotations aux amortissements
Résultat courant
. Résultat exceptionnel 464.600
Résultat avant impôts
. Impôt sur les bénéfices (32.400)
Résultat net
Département chambres :
Recettes :____________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Charges : :____________________________________________________________________________________________
Département restauration :
Recettes :____________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Charges : :____________________________________________________________________________________________
Département Spa
Recettes :____________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Charges : :____________________________________________________________________________________________
Autres charges fonctionnelles
Recettes :____________________________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________________________________
Charges : :____________________________________________________________________________________________

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 120/185


Corrigé SAINT-NAZAIRE
Tableau de bord :
euros %
Chiffre d’affaires 215.183 100%
Matières consommées 69.195 32,16%
Marge brute 145.988 67,84%
Charges de personnel 74.244 34,50
Marge sur coût principal 71.744 33,34%
Frais généraux 44.950 20,89%
Résultat brut d’exploitation 26.794 12,45%
Coûts d’occupation 20.440 9,50%
Résultat courant avant impôts 6.354 2,95%

Matières consommées : 74.194-3.103-2.636


Frais généraux : 46.796-5.960+1.643+1.987+484
Coût d’occupation : 12.097+5.960+4.026-1.643

Frais généraux : mauvaise gestion des frais généraux : 20,89% du CA, soit le double du secteur :

Corrigé « GRAND LARGE »


Départ. opérationnel Recettes Achats conso. Ch. de personnel Autres chg directes Marge sur chg direct.
Département « chambres » 2.991.824 - 966.634 295.333 1.729.857
Dpt « restauration » 914.605 271.871* 429.322 59.467 153.945
Dpt « téléphone » 153.810 82.221 - 740 70.849
Autres dpt opérationnels 139.434 - 21.568 529 117.337
Total des dpt opérationnels 4.199.673 354.092 1.417.524 356.069 2.071.988
Départ. Fonctionnels
. Administration 238.477 136.786 (375.263)
. Marketing 67.749 59.979 (127.728)
. Entretien Energie - 182.365 (182.355)
Total des dpt fonctionnels 306.226 379.130 (685.356)
Résultat brut d’exploitation 1.386.632
. Redevances de gestion 201.765
. Loyers, redevances crédit-bail 571.754
. Intérêts des emprunts 26.109
. Dotations aux amortissements 534.300
Résultat courant 52.704
. Résultat exceptionnel -173
Résultat avant impôts 52.531
. Impôt sur les bénéfices 18.315
Résultat net 34.216

* matières +boissons=204.421+67.450

Corrigé IZIS :

Départ. opérationnel Recettes Achats conso. Ch. de personnel Autres chg directes Marge sur chg direct.
Département « chambres » 6.205.000 62.050 1.080.400 661.000 4.401.550
Dpt « restauration » 3.723.000 1.042.440 1.430.800 234.000 1.015.760
Dpt « téléphone » 248.200 86.870 116.800 71.200 (26.670)
Autres dpt opérationnels 720.000 - 292.000 17.700 410.300
Total des dpt opérationnels 10.896.200 1.191.360 2.920.000 983.900 5.800.940
Départ. Fonctionnels
. Administration 674.134 468.466 1.142.600
. Marketing 194.896 554.704 749.600
. Entretien Energie 99.120 520.380 619.500
Total des dpt fonctionnels 96.850 1.543.550 2.511.700
Résultat brut d’exploitation 3.289.240
. Redevances de gestion
. Loyers, redevances crédit-bail (1.171.800)
. Intérêts des emprunts (115.600)
. Dotations aux amortissements (1.780.650)
Résultat courant 221.190
. Résultat exceptionnel 464.600
Résultat avant impôts 685.790
. Impôt sur les bénéfices (32.400)
Résultat net 653.390

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 121/185


Questionnaire :

V F NSP Pts
1 La marge commerciale (MC) n’existe que dans une entreprise commerciale
2 Le coût d’achat des Mses vendues=Achats de Mses-Var° de stock
3 MC=CA (70)-Achats (60)
4 MC=Ventes Mses-Achats de Mses-Var° Stock Mses
5 Dans un entreprise commerciale, VA=MC-Services extérieurs
6 La consommat° en provenance des tiers représente les comptes 61 et 62
7 VA=MC-consommation en provenance des tiers
8 VA=MC+P° de l’exercice-Achats de MP-Var° stock MP
9 VA=EBE-Subv° d’exploitation+Impôts et taxes+Ch. de personnel
1 EBE=VA+subv° d’exploitation-Impôts et taxes-Ch de personnel
0
1 Rés. Expl°=EBE+autres pdts+reprises/transferts de ch.+RAP-DAP-autres ch.
1
1 RCAI=RE+résultat financier
2
1 Rés. Net=RCAI+Pdts except°-Ch. Except°-Particip° salariés-Impôts sur bénéfices
3
1 Une augmentation de la marge commerciale accroît la valeur ajoutée
4
1 Une augmentation des services extérieurs diminue la marge commerciale
5
1 Une augmentation des services extérieurs diminue la valeur ajoutée
6
1 Une augmentation des impôts et taxes diminue la valeur ajoutée
7
1 Une augmentation des services extérieurs accroît l’excédent brut d’exploitation
8
1 Une baisse de la valeur ajoutée diminue l’excédent brut d’exploitation
9
2 Si la VA diminue, les impôts et taxes et les salaires augmentent, alors l’EBE diminue
0
2 Si la MC diminue, alors la VA diminue forcément
1
2 Si le résultat financier est négatif, alors le RCAI est forcément inférieur au RE
2
2 Si VA/CA est plus « grand » que le secteur d’activité, c’est bien pour l’entreprise
3
2 Si Sal/VA augmente, c’est bien pour les salariés
4
2 Si Charges financières/VA diminue, c’est bien pour l’entreprise
5
2 Si TMCV augmente, le seuil de rentabilité augmente
6
2 Si CF diminue, le seuil de rentabilité augmente
7
2 Si CA augmente, le seuil de rentabilité augmente
8
2 CARé = TMCV / CF
9
3 B = MCV – CF
0
3 Au seuil de rentabilité, B = 0
1
3 Au seuil de rentabilité, MCV = CF
2
3 MCV = CA * TMCV
3
3 TMCV = MCV : CV
4
3 B = TMCV * CA – CF
5
3 CAB=X = (CF+B) / TMCV
6
3 Si B voulu augmente, alors CAB=X augmente
7
3 Si TMCV augmente, alors CAB=X augmente
8

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 122/185


3 Date seuil de rentabilité = CA/ CARé * 360
9
4 Quantité seuil de rentabilité = CARé/ PVU
0
4 Le fonds de roulement FR = Ressources stables – emplois stables
1
4 Pour calculer les emplois stables, on prend l’actif immobilisé brut
2
4 Si le capital augmente, les autres éléments du FR restant stables, le FR augmente
3
4 Pour calculer le FR, on prend les « Emprunts » tels quels au passif du bilan
4
4 Le besoin en fonds de roulement BFR = ressources CT – emplois CT
5
4 Si le FR augmente, à CA constant, c’est bien pour la trésorerie
6
4 Si le BFR augmente, à CA constant, c’est bien pour la trésorerie
7
4 Une augmentation du poste client accroît le BFR
8
4 Une diminution des stocks augmente le BFR
9
5 Un accroissement des dettes fournisseurs augmente le FR
0
5 Un accroissement des dettes fournisseurs augmente le BFR
1
5 Si le FR est stable et le BFR augmente, la trésorerie (TR) diminue
2
5 Si le FR augmente et le BFR est stable, la TR diminue
3
5 Le FR peut être négatif
4
5 Le BFR peut être négatif
5
5 Si FR négatif, alors TR forcément négatif
6
5 Nb j stock = 360 * Stock TTC/Achats TTC
7
5 Nb j clients = 360 * Clients/Ventes HT
8
5 Nb j fournisseurs = 360 * Fournisseurs/Achats TTC
9
6 L’augmentation du délai de stockage est bonne pour la trésorerie de l’entreprise
0
6 La diminution du délai de règlement des clients est bonne pour la trésorerie
1
6 La diminution du délai de règlement des clients est bonne pour la trésorerie
2

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 123/185


QUESTIONNAIRE : Corrigé commenté

V F NSP Pts
1 La marge commerciale (MC) n’existe que dans une entreprise commerciale(p°et coale) I
2 Le coût d’achat des Mses vendues=Achats de Mses-Var° de stock(+) I
3 MC=CA (70)-Achats (60) (707-607-6037-6097) I
4 MC=Ventes Mses-Achats de Mses-Var° Stock Mses (-RRRO/A mses) I
5 Dans un entreprise commerciale, VA=MC-Services extérieurs (pas de prod° ni MP) I
6 La consommat° en provenance des tiers représente les comptes 61 et 62 (°+MP…) I
7 VA=MC-consommation en provenance des tiers (+P° vendue, sto, immo) I
8 VA=MC+P° de l’exercice-Achats de MP-Var° stock MP (-services) I
9 VA=EBE-Subv° d’exploitation+Impôts et taxes+Ch. de personnel I
1 EBE=VA+subv° d’exploitation-Impôts et taxes-Ch de personnel I
0
1 Rés. Expl°=EBE+autres pdts+reprises/transferts de ch.+RAP-DAP-autres ch. I
1
1 RCAI=RE+résultat financier I
2
1 Rés. Net=RCAI+Pdts except°-Ch. Except°-Particip° salariés-Impôts sur bénéfices I
3
1 Une augmentation de la marge commerciale accroît la valeur ajoutée I
4
1 Une augmentation des services extérieurs diminue la marge commerciale (services :VA) I
5
1 Une augmentation des services extérieurs diminue la valeur ajoutée I
6
1 Une augmentation des impôts et taxes diminue la valeur ajoutée (EBE) I
7
1 Une augmentation des services extérieurs accroît l’excédent brut d’exploitation (diminue) I
8
1 Une baisse de la valeur ajoutée diminue l’excédent brut d’exploitation I
9
2 Si la VA diminue, les impôts et taxes et les salaires augmentent, alors l’EBE diminue I
0
2 Si la MC diminue, alors la VA diminue forcément (si baisse MP ou hausse Prod°) I
1
2 Si le résultat financier est négatif, alors le RCAI est forcément inférieur au RE I
2
2 Si VA/CA est plus « grand » que le secteur d’activité, c’est bien pour l’entreprise I
3
2 Si Sal/VA augmente, c’est bien pour les salariés I
4
2 Si Charges financières/VA diminue, c’est bien pour l’entreprise I
5
2 Si TMCV augmente, le seuil de rentabilité augmente (+ vite rentable) I
6
2 Si CF diminue, le seuil de rentabilité augmente (SR diminue) I
7
2 Si CA augmente, le seuil de rentabilité augmente (pas si TMCV et CF constants) I
8
2 CARé = TMCV / CF (inverse) I
9
3 B = MCV – CF (vrai : très important pour résoudre exos) I
0
3 Au seuil de rentabilité, B = 0 I
1
3 Au seuil de rentabilité, MCV = CF I
2
3 MCV = CA * TMCV I
3
3 TMCV = MCV : CV (TMCV=MCV/CA) I
4
3 B = TMCV * CA – CF I
5
3 CAB=X = (CF+B) / TMCV I
6
3 Si B voulu augmente, alors CAB=X augmente (pour faire + B, il faut + CA) I
7
3 Si TMCV augmente, alors CAB=X augmente (si TMCV augmente, CA nécessaire moindre) I
8

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 124/185


3 Date seuil de rentabilité = CA/ CARé * 360 (c’est l’inverse) I
9
4 Quantité seuil de rentabilité = CARé/ PVU I
0
4 Le fonds de roulement FR = Ressources stables – emplois stables I
1
4 Pour calculer les emplois stables, on prend l’actif immobilisé brut I
2
4 Si le capital augmente, les autres éléments du FR restant stables, le FR augmente (TR=FR-BFR) I
3
4 Pour calculer le FR, on prend les « Emprunts » tels quels au passif du bilan (hors concours) I
4
4 Le besoin en fonds de roulement BFR = ressources CT – emplois CT I
5
4 Si le FR augmente, à CA constant, c’est bien pour la trésorerie I
6
4 Si le BFR augmente, à CA constant, c’est bien pour la trésorerie I
7
4 Une augmentation du poste client accroît le BFR I
8
4 Une diminution des stocks augmente le BFR I
9
5 Un accroissement des dettes fournisseurs augmente le FR (frs=BFR) I
0
5 Un accroissement des dettes fournisseurs augmente le BFR I
1
5 Si le FR est stable et le BFR augmente, la trésorerie (TR) diminue I
2
5 Si le FR augmente et le BFR est stable, la TR diminue I
3
5 Le FR peut être négatif (cas gdes surfaces : les frs financent tréso. Dans ce cas, BFR négatif) I
4
5 Le BFR peut être négatif I
5
5 Si FR négatif, alors TR forcément négatif (sf gdes surfaces : tréso financée par frs) I
6
5 Nb j stock = 360 * Stock TTC/Achats TTC (stocks HT) I
7
5 Nb j clients = 360 * Clients/Ventes HT (clients, et donc ventes TTC) I
8
5 Nb j fournisseurs = 360 * Fournisseurs/Achats TTC I
9
6 L’augmentation du délai de stockage est bonne pour la trésorerie de l’entreprise I
0
6 La diminution du délai de règlement des clients est bonne pour la trésorerie I
1
6 La diminution du délai de règlement des fournisseurs est bonne pour la trésorerie I
2

LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION :


Les soldes intermédiaires de gestion représentent ce qu’il reste à l’entreprise après avoir « rémunéré » chacun de ses partenaires :
. fournisseurs (marge commerciale puis valeur ajoutée),
. état et salariés (EBE),
. matériel (résultat d’exploitation),
. banque (résultat courant avant impôts) et
. éléments exceptionnels (résultat net comptable).
Ils permettent de mieux appréhender la création de richesse de l’entreprise

1. La marge commerciale mesure l’activité commerciale de l’entreprise (achat-revente sans transformation) .


MC= Ventes de marchandises – Coût d’achat des marchandises vendues.
MC=707 – 607, 6097, 6037.

2. La production de l’exercice mesure l’activité industrielle de l’entreprise (vente de produits finis après transformation de matières premières ;
prestations de services). C’est la somme de la production vendue (évaluée au prix de vente), la productions stockées et la production
immobilisées (évaluées au coût de production).

3. La valeur ajoutée mesure ce qu’il reste à l’entreprise après avoir payé ses fournisseurs. C’est la création de valeur par l’entreprise.
L’agrégation des valeurs ajoutées de l’ensemble des entités économiques du pays donne le Produit Intérieur Brut (PIB).

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 125/185


VA=Marge commerciale+Production de l’exercice-consommations de l’exercice en provenance de tiers.
VA=70, 71, 72 – 60, 61, 62.

4. L’excédent brut d’exploitation (E. B. E.) représente ce qu’il reste à l’entreprise après avoir payé ses fournisseurs, l’état et son personnel.
L’EBE représente la performance industrielle et commerciale de l’entreprise, avant prise en compte de la politique d’amortissement pratiquée,
ainsi que des modes de financement utilisés.
EBE=VA+Subventions d’exploitation-Impôts et taxes-Personnel.
EBE=VA+74-63-64.

5. Le résultat d’exploitation représente ce qu’il reste à l’entreprise après avoir payé ses fournisseurs, l’état, son personnel et son matériel.
Le résultat d’exploitation est indépendant des modes de financement, puisque calculé hors éléments financiers, mais il est marqué par la
politique d’amortissement pratiquée par l’entreprise, ce qui rend les comparaisons moins pertinentes avec d’autres entreprises du même secteur.
RE=EBE+RAP-DAP+Autres produits-Autres charges.
RE=EBE+78-68+75-65.

6. Le résultat courant avant impôts représente ce qu’il reste à l’entreprise après avoir payé ses fournisseurs, l’état, son personnel, son matériel
et son banquier.
Le résultat courant avant impôts est le résultat de l’entité, hors éléments exceptionnels et fiscaux, qui peuvent avoir un caractère très variable
selon les exercices.
RCAI=RE+Produits financiers-Charges financières.
RCAI=RE+76-66.

7. Le résultat de l’exercice : c’est évidemment le solde le plus diffusé, qui apparaît également aux capitaux propres du bilan avant répartition, et
qui est donc l’un des indicateurs les plus important des performances de l’entreprise, même si sa signification réelle peut être altérée par les
éléments financiers, exceptionnels ou fiscaux.

Retraitements : Certains soldes sont calculés de façon discutables :


. Production  de l’exercice :
- La production stockée est valorisée à son coût de production différent du prix de vente des produits vendus.
. Valeur ajoutée :
- Le crédit bail est un moyen de financement on aurait dû l’intégrer par partie en charges financières.
- Le personnel intérimaire devrait se trouver en charge de personnel et non dans les services extérieurs.
. Résultat Net :
- La participation aux salariés présentés comme un élément exceptionnel représente une charge de personnel.
- Les impôts et taxes hors IS sont assimilables à des consommations externes.

9. La capacité d’autofinancement représente la trésorerie « générée » par l’activité courante de l’entreprise.


CAF=produits encaissés ou encaissables-charges décaissées ou décaissables.
A partir de l’EBE : A partir du résultat net comptable : Résultat de l’exercice
+75 Autres produits d’exploitation -65 Autres charges d’exploitation + charges calculées – produits calculés
+76 Produits financiers (a) -66 Charges financières (b)
+77 Produits exceptionnelles (c) -67 Charges exceptionnelles (d)
+791 Transferts de charges d’exploitation -691 Particip° des salariés aux résultats
-695 Impôts sur les bénéfices
(a) sauf reprise sur provisions (b) sauf dot° aux amort. et aux prov° fin.
(c) sauf : (d) sauf :
. produits des cessions d’immobilisation . valeur nette comptable des immos cédées
. quote-part des subv° d’invt virées au résultat . dotations amortissements et prov° except.
. reprises sur provisions exceptionnelles

IV) RATIO D’AUTOFINANCEMENT :


Capacité d’endettement=Dettes financières/CAF
Les banquiers demandent que ce ratio soit inférieur à 3 ans.

V) RATIOS, PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTEE:

Ratios de profitabilité :
Mettent en relation un profit ou une marge avec le niveau d’activité mesuré par le chiffre d’affaires :
Taux de marge brute d’exploitation : = E. B.E. / Chiffre d’affaires H.T
Taux de marge bénéficiaire : = Résultat de l’exercice / Chiffre d’affaires H.T

Ratios de rentabilité :
La rentabilité peut se définir comme le rapport entre un profit et les capitaux mis en oeuvre pour l’obtenir :.
Taux de rentabilité financière : = Résultat de l’exercice / Capitaux propres
Taux de rentabilité économique : = (Résultat + charges d’intérêts) / (Capitaux propres + Emprunts)

Le partage de la valeur ajoutée : la valeur ajoutée réalisée par l’entreprise est partagée entre :
- le personnel de l’entreprise (charges de personnel)
- l’Etat (Impôts)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 126/185


- les apporteurs de capitaux ( intérêts versés aux prêteurs, dividendes versés aux apporteurs de capitaux propres)
- l’entreprise elle-même (dotations aux amortissements et provisions pour compenser la dépréciation des éléments d’actif)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 127/185


L’ANALYSE FONCTIONNELLE DU BILAN
L’analyse fonctionnelle du bilan classe les éléments de l’actif (EMPLOIS) et du passif (RESSOURCES) selon les fonctions auxquelles on peut
les rattacher
- investissement et financement (éléments durables)
- cycle d’exploitation (éléments circulants)
qui correspondent également à des CYCLES (cycles longs d’investissement et financement et cycles courts d’exploitation).
L’analyse fonctionnelle du bilan correspond donc à une analyse structurelle de l’entreprise, de type économique.

1. Le bilan fonctionnel :
Cette analyse se fait à partir du bilan comptable avant répartition (c’est à dire y compris le résultat de l’exercice dans les capitaux propres), on
présente le bilan fonctionnel condensé en grandes masses faisant apparaître :
ACTIF PASSIF
EMPLOIS STABLES : RESSOURCES STABLES (DURABLES) :
- actif immobilisé - ressources propres
ACTIF CIRCULANT : - ressources empruntées
- stocks PASSIF CIRCULANT :
- créances - dettes circulantes
- trésorerie positive - trésorerie passive
L’élaboration du bilan fonctionnel se fait à partir des valeurs d’origine brutes du bilan comptable.
Les amortissements et provisions pour dépréciation sont donc éliminés de l’actif soustractif et rajoutés aux capitaux propres du passif (ainsi
que les provisions pour risques et charges)
les concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque sont retranchées des dettes financières et considérées comme de la trésorerie de
passif

2. Fond de roulement, besoin en fond de roulement et trésorerie :

Le fonds de roulement net global représente l’excédent de ressources stables

F. R. = ressources stables - emplois stables

Le besoin en fonds de roulement est la résultante du décalage entre l’achat et la vente des biens (existence de stocks), les ventes et leur
encaissements (constitution de créances sur les clients), les achats et leur décaissements (constitution de dettes envers les fournisseurs). C’est la
différence entre les éléments circulants du bilan :

BFR=Stocks+Clients-Fournisseurs

La trésorerie :
Le Fonds de Roulement (FRNG) doit être normalement suffisant pour faire face au besoin de roulement (BFR), l’équilibre se faisant avec la
Trésorerie.

TR=FR-BFR

3. Les ratios liés à l’analyse fonctionnelle :

A) Ratios de structure financière:


Ratio de couverture des emplois stables Ressources stables / Emplois stables > 1, sinon FRNG < 0
(ou ratio de financement des immobilisations)
Ratio de couverture des capitaux investis Ressources stables / (Emplois stables + BFRE) > 1, sinon Trésorerie < 0
Ratio d’autonomie financière Ressources propres / Totalité des dettes
Ratio d’indépendance financière Ressources propres / Ressources stables

B) Ratios de rotation :
Délai de rotation des stocks (en jours) : = (Stock moyen / Coût d’achat annuel) x 360
Délai de rotation des clients (en jours) : = (Créances clients / Ventes annuelles TTC) x 360
Délai de rotation des fournisseurs (en jours) : = (Dettes frs / Achats TTC + Serv. Ext. TTC) x 360

Retraitements ou reclassements supplémentaires :


Certains retraitements ou reclassements sont opérés sur des postes particuliers du bilan :
. les primes de remboursement des obligations (cpte 169) sont éliminées de l’actif et retranchées des dettes financières au passif
. le poste «actionnaires - capital non-appelé (cpte 109)» est éliminé de l’actif et retiré des capitaux propres
. les écarts de conversion (cptes 476 et 477) sont éliminés de l’actif et du passif par retour des dettes et créances concernées à leur valeur d’origine
. les intérêts courus sur emprunts (cpte 1688) sont reclassées des dettes financières en dettes circulantes hors exploitation
. les charges à répartir sur plusieurs exercices (cpte 481) sont reclassées dans les emplois stables
Distinction entre éléments d’exploitation et hors exploitation dans la partie circulante du bilan :
Les éléments hors exploitation sont :
au passif :
. les dettes fournisseurs d’immobilisations
. les dettes fiscales relatives à l’I. S.
. les intérêts courus non-échus sur emprunts
. éventuellement certains éléments de dettes diverses et de produits constatés d’avance
à l’actif :
. les acomptes versés sur I. S.
. éventuellement certains éléments de créances diverses et de charges constatées d’avance

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 128/185


CCG101 CONTROLE DE GESTION

LA GESTION D’ENTREPRISE :

La gestion, science des choix et de l'action, consiste à conduire une organisation en utilisant de nombreuses techniques et démarches pour aider
aux décisions.
La gestion est à la fois théories et pratiques, application de plusieurs sciences, hybride entre des sciences exactes et des sciences humaines,
carrefour de plusieurs disciplines (économie, histoire, géographie, sciences politiques, droit, sociologie, mathématiques).
Dans son acception actuelle, la gestion (traduction du terme anglo-saxon management) regroupe deux dimensions : la gestion stratégique et la
gestion opérationnelle.
La performance :
Pour être compétitive, toute entreprise doit être performante, c'est-à-dire meilleure que ses concurrents tant dans sa stratégie que dans son
organisation. En gestion, le terme de performance est défini comme l'association de l'efficacité et de l'efficience.
L'efficacité (traduction de l'anglais effectiveness) consiste pour une entreprise à obtenir des résultats dans le cadre des objectifs définis.
L'efficience (traduction de l'anglais efficiency) correspond à la meilleure gestion possible des moyens, des capacités en relation avec les
résultats.
La performance oblige une vision globale interdépendante de tous les paramètres internes et externes, quantitatifs et qualitatifs, techniques et
humains, physiques et financiers de la gestion.
Valeur et coût :
Aujourd'hui, la notion de valeur prend une importance cruciale dans la gestion, au-delà de son sens économique premier. La valeur concerne le
produit et l'entreprise.
La valeur d'un produit n'est pas seulement la différence entre un prix de vente et un coût de revient mais l'appréciation subjective par la
demande, de l'utilité apportée par les fonctions d'un produit.
La valeur d'un produit ne s'obtient pas seulement par l'activité de transformation de matières premières en biens et ne se limite pas à la notion de
valeur ajoutée ; elle découle aussi de l'apport de toutes les activités principales et de soutien de l'organisation comme l'analyse la notion de «
chaîne de valeur » de M. Porter.
La valeur de l'entreprise dépendra ainsi, en partie, de la valeur de ses produits et de ses activités. Le gestionnaire n'agit plus seulement en
fonction des coûts mais doit piloter le couple valeur-coût.

INTRODUCTION AU CONTROLE DE GESTION :

Le contrôle de gestion en tant que fonction est apparu dans les années 1920 au sein de quelques grandes entreprises industrielles américaines. Il a
été pleinement développé dans les entreprises européennes au début des années 1970. La principale mission du contrôle de gestion est
d'identifier et de maîtriser les sources de la création de valeur.
La fonction et le métier de contrôleur de gestion ont considérablement évolué au cours de ces dernières décennies : d'une fonction technique
traditionnelle centrée sur des outils quantitatifs et monétaires, le métier de contrôleur de gestion évolue actuellement vers des fonctions de
conseil et de communication.

La notion de contrôle :
Le mot « contrôle » est souvent associé à celui de vérification. Lorsque au cours d'une vérification, il apparaît que les règles ne sont pas
respectées, il s’ensuit généralement une sanction. Limiter le terme « contrôle » à un processus de vérification-sanction conduirait à réduire
considérablement le champ de cette discipline. L'acception anglo-saxonne du mot « contrôle » entendue au sens de maîtrise traduit davantage la
complexité de ce domaine de la gestion. (cost controlling, cost analyst, business controlling, management controlling…)
Contrôler une situation signifie être capable de la maitriser et de la diriger dans le sens voulu. Tout contrôle vise à mesurer les résultats d’une
action et à comparer ces résultats avec les objectifs fixés à priori pour savoir s’il y a concordance ou divergence.
Au sein d’une organisation, le contrôle se développe d’une manière dynamique ; c’est pourquoi il faut plutôt parler du processus de contrôle. Ce
dernier comprend toutes les étapes qui préparent, coordonnent, vérifient les décisions et les actions d’une organisation.
Décision Action Résultat
Avant Pendant Après
Le contrôle organisationnel :
Pour piloter la performance, le gestionnaire ne peut se contenter de réguler les actions et leurs résultats; il doit aussi surveiller la fiabilité et la
qualité du fonctionnement de l'organisation, c'est-à-dire ses processus décisionnels. L'entreprise dispose de ressources internes propres qui
doivent être contrôlables pour être en permanence opérationnelles et tournées vers l'objectif à atteindre.
Le contrôle organisationnel cherche à améliorer les règles et les procédures qui structurent les décisions et auxquelles les décideurs se réfèrent
pour déterminer leurs comportements.
Les méthodes utilisées par le contrôle organisationnel sont :
- La planification ;
- La fixation des règles et des procédures ;
- L’évaluation des résultats et de la performance.

Le contrôle interne :
Le contrôle interne est un procédé, mis en œuvre par les dirigeants et le personnel d’une organisation, à quelque niveau que ce soit, destiné à leur
donner en permanence une assurance raisonnable que :
- Les opérations sont réalisées, sécurisées, optimisées et permettent ainsi à l’organisation d’atteindre ses objectifs de base, de performance, de
rentabilité et de protection du patrimoine ;
- Les informations financières et opérationnelles sont fiables et les lois, les règlementations et les directives de l’organisions sont respectées.
Le contrôle interne est un état à atteindre et à maintenir et non une fonction. C’est un moyen et non un but.
Une institution des experts comptables définit le contrôle interne comme suit  : « C'est l'ensemble des sécurités contribuant à la maîtrise de
l'entreprise. Il a pour but, d'un côté d'assurer la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité de l'information, de l'autre, l'application des
instructions de la direction et de favoriser l'amélioration des performances. Il se manifeste par l'organisation, les méthodes et les procédures de
chacune des activités de l'entreprise pour maintenir la pérennité de celle-ci »
D’une maniéré plus simple ; le contrôle interne concerne la fixation des règles, des procédures et le respect de celles-ci.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 129/185


L’audit :
Le terme « audit » est actuellement largement répandu dans les entreprises, touchant plusieurs domaines et activités à savoir l’audit interne,
l’audit financier et comptable, l’audit opérationnel…
Selon une institution des auditeurs, l’audit interne est une activité autonome d'expertise, assistant le management pour le contrôle de l'ensemble
de ses activités. L'audit doit permettre un avis sur l'efficacité des moyens de contrôle à la disposition des dirigeants.
L'audit doit permettre de :
-Mesurer et améliorer la fiabilité des systèmes d'information comptable et financier existant ;
-Mettre en place des systèmes efficaces de contrôle de tous les domaines de l'entreprise.
Le terme « interne » précise que le contrôleur fait partie de l'entreprise mais l'audit peut être aussi externe.
La première acception de l'audit est la révision comptable, c'est-à-dire l'examen des états financiers. Mais son champ s'est élargi à d'autres
domaines : audit informatique, audit social, audit juridique, audit fiscal, etc.
Si l'audit financier, le plus répandu, a pour champ d'analyse les comptes de l'entreprise, l'audit opérationnel cherche à améliorer toutes les
dimensions de la gestion d'une entreprise. C'est pourquoi la délimitation entre contrôle de gestion et audit est parfois tenue surtout si, au sein
d'une organisation, les deux fonctions sont effectuées par la même personne.
La différence essentielle entre audit et contrôle de gestion tient à la temporalité :
-L’audit est une mission ponctuelle ;
-Le contrôle de gestion fonctionne en permanence dans une entreprise

Définitions du contrôle de gestion


II existe de nombreuses définitions du contrôle de gestion. Chacune développe un aspect particulier de cette discipline en constante évolution.
Longtemps considéré comme un contrôle de l'utilisation des ressources allouées aux différentes divisions d'une organisation, le contrôle de
gestion est actuellement envisagé comme une fonction indispensable au pilotage de la performance.

A l’origine avec la définition de R.N. Anthony (1965), le contrôle de gestion apparaissait comme le « garant » du non gaspillage des ressources
confiées à un manager. Cette définition indiquait :
« le contrôle de gestion est le processus par lequel les managers obtiennent l’assurance que les ressources sont obtenues et utilisées de manière
efficace et efficiente pour la réalisation des objectifs de l’organisation ».
L’efficacité met en relation objectifs et résultats, l’efficience quant à elle s’assure que les ressources ont été utilisées de façon optimum pour
atteindre les résultats.

Plus tard, dans les années 80, cette vision du contrôle a été jugée trop restrictive. Cela a conduit à une modification de la définition précédente
pour la préciser et l’élargir de la façon suivante :
« Le contrôle de gestion est le processus par lequel les managers influencent d’autres membres de l’organisation pour mettre en œuvre les
stratégies de l’organisation de manière efficace et efficiente » (R.N. Anthony, 1988).
De cette évolution, on constate que le contrôle de gestion joue un rôle beaucoup plus actif quant à la réalisation de la stratégie définie par
l’organisation. Deux points importants sont mis en évidence par l’auteur avec d’une part la nécessaire relation entre la stratégie et le contrôle de
gestion et d’autre part, le fait que le contrôle ne se limite pas au processus de comparaison des résultats avec les objectifs.

A. Burlaud et C. Simon donnent la définition suivante :


« Le contrôle de gestion est un système de régulation des comportements de l'homme dans l'exercice de sa profession et, plus particulièrement,
lorsque celle-ci s'exerce dans le cadre d'une organisation ».
Cette définition souligne le rôle du contrôle de gestion (développé par les théories des organisations) dans la coordination des comportements.
Une organisation est constituée d’êtres humains poursuivant leurs objectifs propres qui sont généralement différents de ceux de l’organisation.
Le contrôle de gestion met en place des dispositifs qui conduisent à une convergence des intérêts individuels vers l’objectif de l’organisation.

Le contrôle de gestion et la performance :


L'objet du contrôle de gestion est de maîtriser la performance. Le concept de performance n'est pas simple à cerner. Il existe néanmoins un
consensus relatif aux conditions requises pour qualifier une organisation de performante. Une organisation est performante lorsqu'elle est
efficace et efficiente. Elle est efficace lorsqu'elle atteint les objectifs poursuivis et elle est efficiente lorsqu'elle maximise les quantités (ou les
valeurs) obtenues à partir d'une quantité de moyens donnée.
Maîtriser la performance d'une organisation suppose la mise en œuvre d'un ensemble de dispositifs (outils du contrôle de gestion) afin que les
objectifs stratégiques (efficacité) soient atteints et que les moyens engagés maximisent obtenue et perçue par les clients et les actionnaires
(efficience).

Conditions de mise en œuvre du contrôle de gestion


La mise en œuvre du contrôle de gestion est soumise à deux conditions :
1. Le caractère non ambigu des objectifs :
Si les objectifs ne sont pas correctement identifiables par les membres d'une organisation, il est impossible de mettre en œuvre des dispositifs
pour les atteindre ; dans ce cas l'organisation n'est pas efficace et elle n'est donc pas performante.
2. La possibilité de mesurer des résultats
II est parfois impossible de quantifier les résultats obtenus, soit parce qu'ils sont trop qualitatifs ou soit qu'il n'existe pas de représentation de
l'activité. Il est alors impossible d'évaluer l'efficience de l'organisation. Dans la plupart des cas, on se limite alors à un contrôle des moyens
engagés.
Exemple : Le contrôle de gestion est difficile à mettre en œuvre dans l'hôpital public car sa mission n'est pas totalement limpide. Doit-il
maximiser sa production d'actes ou contribuer à l'amélioration de l'état de santé de la population ? Quelle est dans ce dernier cas sa production
? Il n'existe pas de solution unique qui permette de déterminer sans ambiguïté une mesure de l'activité médicale. Le choix d'une représentation
dépend des objectifs poursuivis par les acteurs.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 130/185


FINALITES DU CONTROLE DE GESTION :

1. Orchestrer la décentralisation
La décentralisation peut être souhaitée a priori pour motiver les acteurs. En outre, elle devient nécessaire lorsque l'organisation s'avère trop
complexe par sa taille, par ses activités ou par son environnement. Le contrôle de gestion doit répondre aux besoins de coordination des
organisations décentralisées.
La décentralisation repose sur une délégation de l'autorité qu'il convient d'organiser pratiquement :
- en fixant des objectifs clairs à atteindre par les opérationnels ;
- en informant la direction générale de l'efficacité du processus ;
- en définissant le niveau de délégation, c'est-à-dire la nature et les limites des décisions que peut prendre un responsable pour atteindre
les objectifs qui lui sont assignés.
En tant que mode de coordination, le contrôle de gestion doit veiller à la cohérence interne des objectifs au regard de la stratégie poursuivie et
organiser le système d'information qui permettra de déterminer si les objectifs ont été atteints.

2. Produire l’information :
Dans une organisation décentralisée, l'information doit circuler dans le sens vertical comme dans le sens horizontal. La fonction du contrôle de
gestion est de concevoir, de formaliser et de traiter ces flux d'informations dans le but d'améliorer la performance de l'organisation.
2.1 Informations verticales
- Descendantes : La direction générale doit diffuser aux niveaux inférieurs des informations sur l'environnement économique ainsi que les
options stratégiques retenues. Le contrôle de gestion a pour fonction :
. de formuler ces informations de manières qu’elles soient claires et comprises de tous ;
. de décliner et d'expliquer les objectifs stratégiques à tous les niveaux hiérarchiques.
- Ascendantes : Le contrôle de gestion organise la remontée du flux d'informations indispensables à la réflexion stratégique. La sélection de ces
informations doit être suffisamment large et ne pas être limitée à des informations strictement financières telles que le niveau de coûts et la
rentabilité des différents produits. D’autres facteurs doivent être prisent en considération tels que la qualité des produits ou les services offerts.
2.2 Informations horizontales :
Le contrôle de gestion produit des informations horizontales pour répondre au besoin de coordination des unités de même niveau hiérarchique.
Exemple : Pour accepter une commande, la structure commerciale d'une entreprise doit s'assurer que l'unité de production est capable de
fabriquer les quantités dans les délais exigés.

3. Fournir les instruments de pilotage :


Dans un environnement décentralisé, il existe deux niveaux de pilotage.
-Le premier niveau est centralisé afin d'assurer la cohérence de l'ensemble des actions. Ce pilotage organise puis vérifie l'utilisation de la
délégation d'autorité. Il fixe des objectifs à atteindre et s'assure de leur réalisation. La planification et le reporting sont les principaux instruments
de pilotage centralisé.
- Le deuxième niveau de pilotage est local. Il permet un autocontrôle des unités décentralisées qui sont soumises à une obligation de résultats 2
(par opposition à une obligation de moyens). Le contrôle de gestion donne également aux entités les moyens de comprendre les conséquences de
leurs actions afin que les responsables corrigent les éventuels écarts. Les tableaux de bord de gestion et la comptabilité de gestion sont les outils
de ce type de pilotage. Ils peuvent être conçus avec les responsables des unités décentralisées et ce dans le but d'accroître leur pertinence et leur
acceptation.

LES OUTILS DU CONTROLE DE GESTION

Le contrôle de gestion dispose de nombreux outils pour exercer ses différentes missions. Ces outils sont apparus en fonction des besoins qu’ils
doivent satisfaire et pour quel champs d’action ils se situent. Ainsi apparaissent trois grands types d’outils :
- La comptabilité de gestion (le calcul des coûts) ;
- Les budgets (gestion budgétaire) ;
- Les tableaux de bord (indicateurs de performance).
Ces outils répondent à plusieurs objectifs à des niveaux de décision différents (stratégique, structure et suivi des fonctions).
Champs d’utilisation/Outils Comptabilité de gestion (les coûts) Budgets Tableaux de bord
Stratégie x x
Fonctions (suivi opérationnel) x x x
Structure organisationnelle x x

Ainsi le calcul des coûts est utile aussi bien pour le pilotage stratégique que pour le suivi opérationnel des fonctions…

1. La comptabilité de gestion (outil de calcul des coûts)


La comptabilité de gestion réalise le calcul et l'analyse des coûts qui sont nécessaires à la prévision, à la mesure et au contrôle des résultats. Elle
apporte aux dirigeants et aux gestionnaires de l'entreprise des informations utiles à leurs décisions, qu’elles soient stratégique ou opérationnelles,
elle contribue ainsi à l’amélioration de la performance de l'organisation.
Niveau de décision stratégique Fixer des prix de vente
Niveau de décision opérationnel Suivre une fonction/une activité
Niveau d’utilisation Type de coûts
Stratégie . Coût complet des produits
. Coût par activité des produits, des activités
Tactique . Imputation rationnelle
. Coûts préétabli, coût standard, écarts
Execution . Coûts partiels (direct costing)
L’apport de l’analyse des coûts à la gestion prévisionnelle et au contrôle :

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 131/185


La comptabilité de gestion est prétendue pour répondre à certaines questions ; Quel sera le coût de fabrication, de distribution d'un produit ?
Quel sera le coût total d'une activité"? Quel sera le prix à partir duquel le seuil de rentabilité sera atteint ?
Le gestionnaire a besoin de prévoir, d'anticiper des résultats pour décider. Il a également besoin de vérifier a posteriori si la réalité est conforme
à la prévision pour orienter ses actions (calcul des écarts). Ces besoins sont apparus dès le début de l'industrialisation et correspondent aux
premières demandes faites à la comptabilité de gestion et au contrôle de gestion.

L’apport pour une nouvelle approche du coût des produits et un besoin de nouvelles informations :
Avec l'extension de la concurrence, le gestionnaire cherche à obtenir des informations en amont pour réduire les coûts des produits. Il ne lui
suffit plus d'avoir une image d'un coût à un instant donné mais il désire une vision dynamique de la structure du coût pour trouver des moyens de
diminuer certaines composantes de ce coût.
Ensuite, avec l'intégration de la variable qualité, l'importance du délai de réaction, la nécessité d'être flexible, le gestionnaire a besoin
d'informations plus nombreuses, plus diversifiées et plus qualitatives que le seul coût quantitatif. Il faut alors élaborer et calculer de nouveaux
coûts comme le coût d'opportunité le coût de la qualité et de la non-qualité, le coût de conception, etc.
L'évolution des besoins liés au calcul des coûts en trois phases :
1. Connaître, mesurer et contrôler les coûts (statique) ;
2. Réduire les coûts (dynamique) ;
3. Maîtriser et améliorer l'ensemble (pilotage permanent).

2. Les budgets (gestion budgétaire) :


Un budget est une affectation prévisionnelle quantifiée, aux centres de responsabilité, d'objectifs et / ou de moyens pour une période
déterminée limitée au court terme (une année).
L'analyse budgétaire (élaboration des budgets et contrôle budgétaire) a été conçue pour aider à la gestion des différentes fonctions des
entreprises en termes financiers et humains. La gestion budgétaire doit donc servir pour le suivi opérationnel et pour la structure.
Les budgets sont des instruments de cohésion et de coordination entre les différents centres de responsabilité notamment pour les entreprises de
grande taille. Ils permettent de maîtriser le processus de décentralisation en introduisant la notion d'engagement (ou de contrat) conclu entre la
direction générale et les responsables auxquels les décisions sont déléguées. En confrontant les réalisations aux prévisions, le contrôle budgétaire
évalue la performance des centres de responsabilité. Cette performance présente l'inconvénient d'être uniquement financière.

1.3 Les tableaux de bord (indicateurs de performance) :


Les tableaux de bord sont des instruments de pilotage à court terme dirigés vers l'action. Ils comportent un nombre limité d'indicateurs clairs,
pertinents, obtenus rapidement traduisant les facteurs de compétitivité de l'entreprise ou d'un centre de responsabilité. Ainsi au-delà des coûts
et des budgets strictement quantitatifs et financiers, le contrôle de gestion élabore des indicateurs qui peuvent aider au pilotage de la qualité, du
temps, des processus, de l'amélioration du management, de l'ensemble de l'organisation.
Les managers américains utilisaient principalement le tableau de bord comme un outil d'évaluation des performances financières de l'entreprise.
Une nouvelle génération de tableaux de bord américains dénommée Balanced Scorecard intègre des indicateurs de diverses natures afin d'agir de
manière prospective sur les différents facteurs de la performance.

2. Le contrôleur de gestion :
Le rôle du contrôleur de gestion a évolué, d’une fonction technique traditionnelle à une fonction de conseil et de communication. Sa situation
dans l’organigramme de l’entreprise a aussi changé ainsi que son profil.

Attributions classiques du contrôleur de gestion


Le contrôleur de gestion a pour mission :
-Etablir un diagnostic des besoins de contrôle de gestion et créer les outils et les procédures appropriés à ces besoins ;
-Superviser le fonctionnement technique des outils prévisionnels : le budget, en analysant la cohérence des chiffres transmis et en veillant au
respect des directives reçues.
-Expliquer la formation des résultats en analysant rétrospectivement les coûts, les résultats, les performances…
-Calculer les écarts en comparant les états prévisionnels aux réalisations.
-Assurer le reporting : rendre compte au niveau hiérarchique supérieur.

Le nouveau rôle du contrôleur de gestion :


A ses fonctions techniques viennent s’ajouter des fonctions de :
-Conseil et d’aide à la décision stratégique et opérationnelle.
-Conception des indicateurs non financiers plus pertinents, auprès des opérationnels, tels que les indicateurs de qualité, des indicateur
commerciaux, de satisfaction de clientèle, de sécurité.
-Conseil auprès de la direction pour une meilleure réflexion sur la fixation des objectifs. La pratique du « benchmarking » qui consiste à se
comparer aux meilleurs permet une validation externe des objectifs.

2.3 Profil du contrôleur de gestion


Dans de nombreuses entreprises, le contrôle de gestion est encore rattaché à la direction administrative et financière, il est amené à remplir des
fonctions techniques traditionnelles. En revanche, lorsque celui-ci est rattaché directement à la direction générale, son rôle s'étend davantage vers
les fonctions de conseil et de communication.
D'après une étude menée sur le métier de contrôleur de gestion, la direction générale et les opérationnels s'accordent à juger les qualités
humaines du contrôleur comme primordiales. Cependant, les opérationnels attachent davantage d'importance aux compétences techniques et aux
qualités d'organisation et de rigueur du contrôleur.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 132/185


LA COMPTABILITE DE GESTION : L’ESSENTIEL

Chap 1 : DEFINITION ET OBJECTIFS DE LA COMPTABILITE DE GESTION


Eclairer et orienter les prises de décision ; améliorer la performance de l’entreprise.

1. Objectifs :
. Connaitre les couts des différentes fonctions de l’entreprise.
. Expliquer les couts et les résultats des produits (biens ou services) ou des activités (passation des commandes, livraison des clients…)
. Etudier le comportement des charges par rapport au niveau d’activité de l’entreprise.
. Déterminer les bases d’évaluation de certains éléments du bilan (stocks, production immobilisée).
. Etablir des prévisions de charges et de produits.
. En constater la réalisation et expliquer les écarts.

2. Coûts :
Un coût se détermine par l’accumulation de charges significatives sur un produit ou tout autre objet de coût.
La périodicité de calcul des coûts est le plus souvent mensuelle.
Un coût est défini par deux caractéristiques indépendantes les unes des autres :
. Le champ d’application : s’adapter à l’organisation et à l’activité de l’entreprise :
. Coût par fonction économique (approvisionnement, production, distribution…).
. Coût par moyen d’exploitation (magasin, usine…).
. Coût par activité d’exploitation  (ensemble des activités, familles de produits…).
. Coût par responsabilité (direction, chef de service, chef d’atelier…).
. Le contenu :
. Les coûts complets.
. Les coût partiels.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 133/185


CCG101 PARTIE I : LES COUTS COMPLETS 
La méthode des coûts complets vise à dégager un résultat par produit ou service.

Chap 1 LES CHARGES INCORPOREES AUX COUTS


Afin de déterminer des coûts pertinents, l’entreprise intègre dans sa comptabilité de gestion :
. les charges de la comptabilité générale qui lui ont permis d’exercer son activité dans des conditions normales.
. les rémunérations de certains facteurs considérées comme des éléments de coût mais ne constituant pas des charges de la comptabilité
générale.

1. Les charges non incorporables aux coûts : correspondent aux charges qui sortent des conditions normales d’exploitation :
Ex : charges exceptionnelles, la participation des salariés, l’impôt sur les sociétés, certaines dotations (dotation aux amortissements des frais
d’établissement, dotation aux amortissements dérogatoires).

2. Les charges incorporables aux coûts : correspondent aux conditions normales d’exercice de l’activité.
Il faut intégrer :
. Les charges de substitution : certaines charges sont calculées suivant des critères juridiques ou fiscaux, comme les dotations aux
amortissements. On leur substitue une charge d’usage, calculée sur la valeur actuelle, incorporée aux coûts tant que l’immobilisation reste en
service, avec valeur et durée d’usage estimée à la date de calcul.
Charge d’usage=Valeur d’usage/Durée d’usage
. L’abonnement des charges : certaines charges sont enregistrées en comptabilité générale annuellement ou trimestriellement. On les réparti sur
les mois de l’année.

3. Les charges supplétives : éléments de coûts non comptabilisés en charges.


Ex : rémunération de l’exploitant et rémunération des capitaux propres.

4. Les charges incorporées aux coûts :


Charges incorporées aux coûts= charges de la comptabilité générale-charges non incorporables + charges supplétives.

5. Les différences d’incorporation :


La différence entre le montant de la charge enregistrée en comptabilité générale et le montant économiquement justifié retenu en comptabilité de
gestion constitue une différence d’incorporation.

Chap 2 L’INVENTAIRE PERMANENT DES STOCKS


La comptabilité de gestion évalue les stocks selon la méthode de l’inventaire permanent qui permet de connaitre à tout moment les entrées en
stock, les sorties de stock et l’état des stocks grâce à la tenue systématique des fiches de stocks.

1. Classification des fiches de stocks :


Les stocks sont constitués de l’ensemble des biens ou des services qui interviennent dans le cycle d’exploitation de l’entreprise pour être :
. Soit vendus en l’état ou au terme d’un processus de production à venir ou en-cours ;
. Soit consommés au premier usage.
On distingue :
. Les stocks d’approvisionnement (marchandises, matières premières, matières consommables, emballages) ;
. Les stocks de production (produits intermédiaires, en-cours, finis).

2. Valorisation des mouvements de stocks :


. Entrées en stock :
Les stocks d’approvisionnement sont valorisés au coût d’achat.
Les stocks de production sont valorisés au coût de production.
. Sorties de stocks : 5 méthodes, dont 3 préconisées par le PCG.
. Méthodes d’évaluation
CMUP : on calcule un nouveau coût unitaire moyen à chaque nouvelle entrée.
PEPS : les sorties sont valorisées au prix de l’article le plus ancien des stocks.

Chap 3 LES CHARGES DIRECTES ET INDIRECTES


La méthode des coûts complets nécessite de classer les charges incorporées aux coûts en charges directes et charges indirectes.

1. Définition des charges directes et indirectes :


. Les charges directes sont affectées sans ambiguité à un coût, sans calcul préalable.
Elles ne concernent qu’un seul coût.
Exemple : les achats de matières premières consommées pour fabriquer un produit.
. Les charges indirectes concernent plusieurs coûts ; elles doivent donc être réparties avant d’être imputées aux coûts d’un produit déterminé.
Exemple : les consommations téléphoniques, le salaire du comptable...

2. Répartition des charges indirectes d’après la méthode des centres d’analyse :


Les charges indirectes sont regroupées dans un tableau de répartition à double entrée :
. en ligne : les charges indirectes par nature à répartir.
. en colonnes : les centres d’analyse.

Les centres d’analyse sont définis soit comme :


. une division réelle de l’entreprise en centre de travail, en fonction de son organisation (atelier coupe, atelier assemblage, atelier finition…).
. une division fictive de l’entreprise en rapport avec les fonctions économiques assumées (administration, approvisionnement…).

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 134/185


Chaque centre d’analyse doit être caractérisé par une activité homogène et mesurable.

On distingue 2 catégories de centres d’analyse suivant leur destination :


. les centres auxiliaires qui regroupent des charges indirectes destinées à être imputées à d’autres centres auxiliaires ou principaux (centres
entretien, énergie....).
. les centres principaux qui regroupent les charges indirectes destinées à être imputées directement aux coûts (centre approvisionnement,
production…).

Cette distinction peut être aussi liée à la nature de l’unité de mesure :


. les centres opérationnels sont des centres d’analyse dont l’activité peut être mesurée par une unité de mesure physique (unité d’œuvre).
. les centres de structures sont des centres d’analyse dont l’activité est mesurée par une unité monétaire (taux de frais).

Répartition primaire et secondaire des charges indirectes :


. Répartition primaire : le montant de chaque charge indirecte est réparti dans les centres auxiliaires et principaux d’après des clefs de
répartition exprimées en pourcentages. La répartition primaire permet de calculer le coût de chaque centre auxiliaire et principal.
. Répartition secondaire : les centres auxiliaires sont répartis dans les centres principaux. Certains centres auxiliaires peuvent fournir des
prestations à d’autres centres auxiliaires :
. soit sans réciprocité : il s’agit alors d’un transfert en cascade ou en escalier.
. soit de manière réciproque : dans ce cas, un calcul s’impose pour évaluer le coût de chaque centre auxiliaire concerné.

Imputation des charges indirectes :


Les coûts des centres d’analyse principaux sont imputés aux coûts des produits ou objets de coût au moyen d’ unités de mesure (physique ou
monétaire) de l’activité ou du centre.

a) Unité d’oeuvre et taux de frais :


. Lorsque l’activité d’un centre principal peut être mesurée par une unité physique (kilo, heure machine, heure de main d’œuvre…), cette unité
de mesure est appelée unité d’œuvre et le centre principal est qualifié de centre opérationnel.
. Lorsque l’activité d’un centre principal n’est pas mesurée par une unité physique, mais par une unité monétaire (euro de chiffre d’affaires…),
cette unité est appelée taux de frais et le centre principal est appelé centre de structure.

b) Calcul du coût d’unité d’œuvre et du taux de frais.


Les calculs sont effectués dans le tableau de répartition des charges indirectes :
Coût de l’unité d’œuvre = coût total du centre principal/nombre d’unités d’œuvre.
Taux de frais = coût total du centre principal /valeur de l’assiette de frais.

c) Calcul du coût direct à imputer au produit ou à l’objet de coût :


L’imputation s’effectue proportionnellement au nombre d’unités physiques ou monétaires consommé par le produit ou l’objet de coût :
Coût de l’unité d’œuvre*nombre d’unités d’œuvre consommé
Taux de frais*part de l’assiette de frais attachée au produit ou à l’objet de coût.

Cas des prestations réciproques :


Les centres auxiliaires se fournissent réciproquement des prestations.

Chap 4 LES COUTS D’ACHATS


Tout ce qui est acheté à l’extérieur de l’entreprise : matières, marchandises, approvisionnements, etc supporte généralement des frais d’achat.
Ces frais s’ajoutent au prix d’achat pour donner le coût d’achat, qui est la valeur d’entrée en stock.
Les coûts d’achat sont calculés selon l’activité et les besoins de l’entreprise, par marchandise ou matière achetée, par catégorie de
marchandises ou matières achetées, par fournisseur…

1. Nature des achats:


. Les marchandises : biens achetés par l’entreprise commerciale, pour être revendus en l’état.
. Les matières premières : biens achetés par l’entreprise industrielle, pour être transformés et incorporés aux produits fabriqués qui seront remis
en vente.
. Les matières et fournitures consommables : bien achetés par l’entreprise industrielle pour être consommés au premier usage ou rapidement et
qui participent à la fabrication des produits sans y être incorporés.

2. Composition des coûts d’achat :


Le coût d’achat est composé du prix d’achat et de l’ensemble des autres charges d’approvisionnement engagées pour acheminer les
marchandises, les matières premières ou les fournitures jusqu’à leur entrée en stock (prix HT net de RRRO/A et escompte).

Charges directes d’approvisionnement= Prix d’achat net HT +autres ch. directes d’appro (transports, commissions, main d’œuvre…)

Charges indirectes d’approvisionnement= Coût de l’UO ou taux de frais *nb d’UO consommé ou part de l’assiette de frais utilisés.

Les entrées en stocks des marchandises, matières ou fournitures sont valorisées au coût d’achat.
Les sorties des stocks sont évaluées selon l’une des méthodes du chapitre 3.

Chap 5 LES COUTS DE PRODUCTION


Les coûts de production correspondent à la phase de fabrication du cycle d’exploitation des entreprises de production uniquement.
Plusieurs coûts de production sont calculés selon :
. les types de production.
. les différents stades d’élaboration des produits.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 135/185


1. Classification des coûts de production :
Une entreprise doit établir la structure des coûts de production à calculer selon deux critères :
. Les stades de fabrication des produits : l’entreprise calcule successivement les coûts de production :
. des produits intermédiaires : produits achevés destinés à entrer dans une nouvelle phase de production. Ils font l’objet d’un calcul de
coût et d’une tenue de stock.
. des en-cours de production : produits non-achevés. Ils font l’objet d’un calcul de coût et affectent le coût des produits achevés.
. des produits finis : produits prêts à la vente.
. Les types de production :
. production de produits identiques par séries : l’entreprise calcule un coût global, puis un coût unitaire.
. production par commande de produits différents : l’entreprise calcule un coût par produit.

2. Composition des coûts de production :


Le coût de production est composé du coût d’achat des matières et fournitures consommées et de l’ensemble des autres charges engagées
par l’entreprise pour produire des biens ou des services et les amener dans l’état et le lieu où ils se trouvent.
Les coûts de productions comprennent les éléments suivants :

Charges directes d’approvisionnement=


Coût d’achat des matières premières et fournitures consommées
+Coût de production des produits intermédiaires utilisés
+Autres charges directes de production (main-d’œuvre…)

Charges indirectes d’approvisionnement=


Coût de l’unité d’œuvre ou taux de frais de chaque centre de production
*nombre d’unités d’œuvre ou part de l’assiette de frais utilisés pour chaque produit ou service.

3. En-cours de production de biens ou de services correspondent aux produits dont la fabrication n’est pas achevée ou aux travaux en-cours de
réalisation. On distingue :
. Les en-cours de début de période ou initiaux : ils sont achevés pendant la période considérée ;
. Les en-cours de fin de période ou finals : ils seront achevés lors de la période suivante.
La prise en compte des en-cours de production dans le calcul des coûts de production permet de distinguer le coût de production de la période de
celui des produits terminés pendant la période.

Coût de production des produits finis=


Coût de production de la période
+En-cours initial
-En-cours final.
L’évaluation des en-cours s’effectue le plus souvent forfaitairement.

Chap 6 : LES PRODUITS DERIVES

Chap 7 : LES COUTS HORS PRODUCTION


Les coûts hors production correspondent à la dernière phase du cycle d’exploitation. Il s’agit :
. du coût de distribution.
. des autres coûts hors production.
Ils sont indépendants des coûts de production, n’ont pas d’incidence sur les stocks et ne concernent que les produits, les marchandises ou les
services vendus.

1. Coût de distribution :
Le coût de distribution est composé exclusivement des charges directes et indirectes qui concernent les différentes opérations liées à la vente des
marchandises, des produits ou des services (promotion des ventes, réalisation des ventes, service après-vente…).
Suivant l’organisation de la fonction distribution, le coût de distribution peut être calculé par secteur géographique, par canal de distribution, par
commande, par produit…

Charges directes de distribution=


Emballages perdus consommés pour la livraison des produits
+ autres charges directes de distribution (main d’œuvre, transport, publicité…)

Charges indirectes de distribution=


Coût de l’unité d’œuvre ou taux de frais de chaque centre de distribution
*nombre d’unités d’œuvre ou part de l’assiette de frais utilisés.

Coût de distribution=charges directes de distribution + charges indirectes de distribution

2. Autres coûts hors production : regroupent essentiellement les charges indirectes à caractère général qui figurent dans les centres d’analyse de
structure :
. administration ;
. gestion financière ;
. autres frais à couvrir.
Le montant de chaque centre est imputé directement aux coûts de revient concernés.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 136/185


Chap 8 LES COUTS DE REVIENT ET LES RESULTATS ANALYTIQUES
Les coûts de revient représentent l’ensemble des coûts supportés durant le cycle d’exploitation jusqu’au stade final. Ils concernent les produits,
les services ou les marchandises vendus.
Les coûts de revient sont comparés aux prix de vente pour déterminer le résultat analytique de chaque produit, service ou marchandise.

1.Coût de revient :
Le coût de revient est le coût complet d’un objet, d’un produit, d’un service ou d’une marchandise distribué.
La composition de ce coût de revient diffère selon l’activité de l’entreprise :

. Entreprise commerciale :
Coût de revient=
Coût d’achat des marchandises vendues (sorties du stock permanent)
+Coût de distribution
+Autres coûts hors production.

. Entreprise de production :
Coût de revient=
Coût de production des produits vendus (sorties du stock permanent)
+Coût de distribution
+Autres coûts hors production.

2. Résultat analytique :
Un résultat analytique peut être calculé par produit, par marchandise, par service ou par activité.
Il s’obtient par différence entre le prix de vente de l’objet de coût et son coût de revient.

Résultat analytique=prix de vente-coût de revient.

L’analyse du résultat analytique de chaque objet de coût est l’objectif principal de la méthode des coûts complets. Elle permet d’apprécier sa
rentabilité dans le temps et de prendre les décisions nécessaires.
La somme algébrique des résultats analytiques permet d’obtenir le résultat global analytique qui doit être comparé périodiquement au résultat
courant fournit par la comptabilité générale.

Chap 9 LA CONCORDANCE ENTRE LE RESULTAT GLOBAL ANALYTIQUE ET LE RESULTAT COMPTABLE


Le résultat global analytique est égal à la somme algébrique des résultats analytiques des produits. Il doit être rapproché du résultat de la comptabilité générale afin de contrôler leur
concordance et l’exactitude des données de la comptabilité analytique.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 137/185


ELYO
(Identification des charges incorporables, non incorporables et supplétives)

Comptes
60 Achats 2500000
61 Autres charges et charges externes dont : 428000
. loyer semestriel versé en mars. 18000
64 Charges de personnel 65000
661 Charges financières-charges d’intérêts 35000
667 Charges nettes sur cessions de VMP (vente de SICAV action) 50000
67 Charges exceptionnelles 3000
681 Dotations aux amortissements : charges d’exploitation 26000
687 Dotations aux amortissements et aux provisions : charges exceptionneles 3500
691 Participation des salariés aux fruits de l’expansion 20000
695 Impôts sur les bénéfices 110000

Les capitaux propres s’élèvent à 450000 euros.


L’entreprise retient un taux moyen de 5% pour rémunérer les capitaux investis.
Identifier et calculer les charges incorporables, non-incorporables et supplétives du mois de mars N.

MONTABORD
L’entreprise individuelle Montabord et fils dont les capitaux propres sont évalués à 100.000€ est dirigée de fait par Mr Rigal, salarié. Ce dernier
esr assisté de Mr Montabord, propriétaire, qui consacre l’essentiel de son temps (80%) à prospecter les clients et assurer la prospection
commerciale auprès des sociétés. Le salaire annuel brut, hors charges patronales (taux de 45%), de Mr Montabord serait évalué à 48780€ si ce
dernier assurait ce travail dans une société concurrente. Ses salaires ne sont pas comptabilisés en comptabilité financière.
Les salaires annuels bruts versés par l’entreprise s’élèvent à 487804€. Les autres charges s’élèvent à 865900€, dont 83200€ de charges
exceptionnelles, et 15300€ d’impôts et taxes d’exploitation.
L’entreprise finance ses investissements en partie par emprunt au taux moyen de 7%. Ses charges financières annuelles s’élèvent à 16500€ ; ses
fonds propres pourraient être rémunérés au taux de 6,5% auprès des établissements financiers.
1. Pourquoi les salaires de Monsieur Montabord ne sont-ils pas enregistrés en comptabilité générale ? Doit-on les incorporer aux charges de
l’exercice ? Pourquoi ?
2. Quelles sont les autres charges supplétives à incorporer aux coûts ?
3. Indiquer dans un tableau les montants des charges incorporables, non-incorporables et supplétives.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 138/185


DELVART
L’entreprise Delvart a enregistré les charges suivantes au cours du mois de juin :
. Achats de matières premières 1980
. Autres charges externes 1842
. Charges de personnel 19800
. Autres charges de gestion courante 320
. Charges financières 1230
. Charges exceptionnelles 582
Fin juin :
. 280€ d’achats non stockés ne sont pas consommés
. les autres charges externes incluent :
. un abonnement annuel de 180€
. la prime d’assurance annuelle de 420€
. le loyer du premier semestre : 900€
. une dépréciation pour créance douteuse de 745€ est injustifiée sur un montant de 1630€
. les dotations aux amortissements s’élèvent à 9840€. Les durées d’usage étant différentes des durées prévues dans le plan d’amortissement, il y a
lieu de prendre en compte 12432€ d’amortissement annuel.
. la rémunération mensuelle de l’exploitant est de 1200€.
. rémunération des capitaux propres : 36000€ de 8% l’an.
Calculer le montant des charges à incorporer dans les coûts pour le mois de juin.
DELVART (2) :
Autres charges externes :
. abonnement mensuel : _______________
. assurance mensuelle : _______________
. loyer : _______________
. charges non incorporables  _______________
Dépréciation incorporables : _______________
Amortissements
. Constatés pour un mois : _______________
. Valeur d’usage : _______________
. Différence sur charge de substitution : _______________
Rémunération des capitaux propres : _______________
Tableau des charges incorporées :
Charges par nature Charges non Charges Différences Charges Charges
Intitulé Montant incorporables incorporables d’incorporation supplétives incorporées
Achat de matières premières 1980 1980
Autres charges externes 1842 542
Charges de personnel 19800 19800
Autres charges de gestion courantes 320 320
Dotation aux dépréciations 1630 885
Dotation aux amortissements 9840 1036
Rémunération de l’exploitant 1200 1200
Rémunération des capitaux propres 240 240
Charges financières 1230 1230
Charges exceptionnelles 582 0
38664 11431 25577 216 1440 27233
Corrigé DELVART
Autres charges externes :
. abonnement mensuel : 180/12=15€
. assurance mensuelle : 420/12=35€
. loyer : 900/6=150€
. charges non incorporables : (180-15)+(420-35)+(900-150)=1300€
Dépréciation incorporables : 1630-745=885€
Amortissements
. Constatés pour un mois : 9840/12=820€
. Valeur d’usage : 12432/12=1036€
. Différence sur charge de substitution : 1036-820=216€
Rémunération des capitaux propres : (36000*8%)1/12=240€
Tableau des charges incorporées :
Charges par nature Charges non Charges Différences Charges Charges
Intitulé Montant incorporables incorporables d’incorporation supplétives incorporées
Achat de matières premières 1980 1980 1980
Autres charges externes 1842 1300 542 542
Charges de personnel 19800 19800 19800
Autres charges de gestion courantes 320 320 320
Dotation aux dépréciations 1630 745 885 885
Dotation aux amortissements 9840 8804 820 +216 1036
Rémunération de l’exploitant 1200 1200 1200
Rémunération des capitaux propres 240 240 240
Charges financières 1230 1230 1230
Charges exceptionnelles 582 582 0
38664 11431 25577 216 1440 27233

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 139/185


EXEMPLE 1
(Répartition primaire, sans prestations réciproques)
Clefs de répartition :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
Etudes Prestat° connexes Approvis Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Mat consommables 25000 10% 40% 40% 10%
Services extérieurs 72000 1/6 1/6 1/6 1/6 1/6 1/6
Charges de personnel 40000 10% 10% 20% 20% 20% 20%
DAP 30000 1/5 2/5 2/5
Centre étude 1 4 5
Centre pr° connexes 10% 50% 30% 10%
Exemple 1 (2)
Tableau de répartition :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
Etudes Prestat° connexes Approvis Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Mat consommables 25000 2500 10000 10000 2500
Services extérieurs 72000 12000 12000 12000 12000 12000 12000
Charges de personnel 40000 4000 4000 8000 8000 8000 8000
DAP 30000 6000 12000 12000
Totaux primaires 167000 16000 24500 20000 42000 42000 22500
Centre étude -16000 1600 6400 8000
Centre pr° connexes -24500 2450 12250 7350 2450
Totaux définitifs 167000 0 0 24050 60650 57350 24950
Corrigé Exemple 1 :
Tableau de répartition :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
Etudes Prestat° connexes Approvis Atelier 1 Atelier 2 Distribution
Mat consommables 25000 2500 10000 10000 2500
Services extérieurs 72000 12000 12000 12000 12000 12000 12000
Charges de personnel 40000 4000 4000 8000 8000 8000 8000
DAP 30000 6000 12000 12000
Totaux primaires 167000 16000 24500 20000 42000 42000 22500
Centre étude -16000 1600 6400 8000
Centre pr° connexes -24500 2450 12250 7350 2450
Totaux définitifs 167000 0 0 24050 60650 57350 24950

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 140/185


FUN ROLLERS
(Répartition primaire et secondaire, sans prestations réciproques et sans stocks, avec calcul de coûts d’achat, production et distribution)
L’entreprise Fun Rollers a pour activité la fabrication et la commercialisation de deux types de rollers :
. Les rollers de perfectionnement.
. Les rollers d’initiation.

On vous communique le compte de résultat suivant :


Charges Produits
Achats de MP 63000 Ventes de produits finis (4)
Charges externes . Rollers de perfectionnement 72000
. Assurance 1100 . Rollers d’initiation 48000
. EDF 4400
. Téléphone 2440
. Publicité 6800
Impôts, taxes et versements assimilés 10100
Charges de personnel 28000
DAP 3500
Charges exceptionnelles 929
Tot charges 120269 Tot produits 120000
Perte 269
Tot général Tot général 120269
Renseignements complémentaires :
Dans cette entreprise, les charges exceptionnelles sont considérées comme des charges non incorporables.
On considère les charges supplétives pour un montant de 1900 euros.
Le schéma de production de l’entreprise est le suivant :

Approvisionnement Atelier moulage Atelier assemblage Atelier finition (3) Distribution

P° de coques de rollers Assemblage rollers Ventes rollers


Initiation initiation initiation
Achats de MP
P° de coques de rollers Assemblages rollers Finition des rollers Ventes rollers
perfectionnement perfectionnement perfectionnement perfectionnement

Au sein de cette entreprise, il existe :


. 1 centre auxiliaire (réparti): «gestion du matériel»,
. 4 centres principaux (direct coûts): « approvisionnement », » moulage », « assemblage », « finition ».
. 1 centre de structure (unité monétaire): « distribution ».
(1) Dans l’entreprise, les matières premières et la publicité sont considérées comme des charges directes, ainsi que 20000 euros de personnel.
Les autres charges vont faire l’objet d’un retraitement en utilisant la répartition suivante :
Charges Total GM Appro Moul Assem Fini Distri
Assurance 1100 35 16 8 8 8 25
EDF 4400 5 5 20 35 5 30
Téléphone 2440 5 20 5 5 5 60
Impôts et taxes 10100 20 20 15 30 10 5
Charges de personnel 8000 5 35 25 20 5 10
DAP 3500 2 35 30 25 5 3
Charges supplétives 1900 20 30 10 10 20 10
Total répartition primaire 31440
La répartition secondaire permet de répartir la gestion du matériel par quart (25%) entre les centres principaux.
Après concertation des services concernés, il a été convenu d’appliquer les unités d’œuvre ou assiettes de frais suivantes :
Centres Unités d’œuvre ou assiette de frais
Approvisionnement Quantités commandées
Moulage Heure de main d’œuvre directe
Assemblage Heure machine
Finition Nombre de produits fabriqués
Distribution 15€ de ventes
Il y a eu :
. 12000 quantités commandées (dont 6000 pour les rollers perfectionnement),
. 2000 MOD (dont 1200 pour les rollers perfectionnement),
. 10000 heures machine (dont 6000 pour les rollers perfectionnement) et la publicité est à partager en deux.
(2) Par mesure de simplification, tous les achats correspondent à de la production et à de la vente, soit 12000 paires (6000 paires de rollers
initiation et 6000 perfectionnement)
Une heure de MOD est payée en moyenne à 10 euros.

1. Calculer le montant de charges directes et de charges indirectes.


2. Etablir le tableau de répartition primaire et secondaire.
3. Calculer :
. Le coût d’achat par type de matières premières.
. Le coût de production par produits fabriqués et vendus.
. Le coût de distribution par produits fabriqués et vendus.
. Le coût de revient total et le résultat analytique.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 141/185


FUN ROLLERS (2)
1. Charges directes et indirectes (1):
. Charges directes (concernent une seule fonction) =_________________________________________________________ = 89800
. Charges indirectes (concernent plusieurs fonctions) =_________________________________________________________ = 31 440
2. Répartition primaire et secondaire :
Charges Total GM Appro. Moulage Assemblage Finition (3) Distribution
Assurances 1100
EDF 4400
Téléphone 2440
Impôts 10100
Personnel 8000
DAP 3500
Ch.supplét. 1900
Total 31440
GM
Tot. Rep secondaire 31440 8398,25 6744,25 8344,25 3294,25 4659,00
Quantité 1h de main 1h d’utilisation Qté fabriquée
Nature UO 15€ Vente
commandée d’œuvre directe de machine (2) et (3)
Nb d’UO (4)
Coût UO 0,69985416 3,372125 0,834425 0,5490416667 0,582375
(3) Uniquement rollers perfectionnement. (4) (72 000 + 48 000)/15 = 8000
Pour une unité de matière première commandée, on aura une charge indirecte supplémentaire de 0,69€.
Pour 1h de main d’œuvre directe, on aura 3,37€ de charge indirecte.
Pour chaque heure d’utilisation de machine, on aura une charge indirecte supplémentaire de 0,83€.
Pour une unité de quantité/produit fabriquée (pour un roller perfectionnement), on aura 0,54€ de charge indirecte supplémentaire.
Pour 15€ de vente, on aura 0,58€ de charge indirecte supplémentaire.
3. Calcul du coût de revient par produit vendu :
. Etape 1 : calculer le coût d’achat par type de matières premières
. Etape 2 : calculer le coût de production par produits fabriqués et vendus
. Etape 3 : calculer le coût de distribution par produits fabriqués et vendus
. Etape 4 : calculer le coût d’administration par produits fabriqués et vendus
Pour chacun des 4 coûts intermédiaires, il faut prendre en compte l’ensemble des charges directes et indirectes.
Pour affecter les charges indirectes à un coût par produit, on utilise un critère de répartition appelé unité d’œuvre.
Grâce à ce critère de répartition, on pourra calculer le coût de l’unité d’œuvre.
Coût UO = Total après répartition secondaire / Nombre d’unité d’œuvre.
Coût d’achat des matières premières :
Socle Plastique
Eléments
Prix Unitaire Quantité Montant
Charges Directes : Achat de matière 1ère
Charges Indirectes* : Centre Approvisionnement
Coût achat des matières 1ères achetées
*Concernant les charges indirectes :
Dans la colonne prix unitaire, on retrouve toujours le coût de l’unité d’œuvre ;
Dans la colonne quantité, on doit retrouver le nombre d’unité d’œuvre.
Coût de production des produits fabriqués :
Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
Eléments
PU Quantité Montant PU Quantité Montant
Ch. Directes : Coût d’achat MP conso
Charges du personnel
Charges Indirectes
Centre moulage
Centre assemblage
Centre finition
Coût production de produits fabriqués 8,28 6000 10,00… 6000
Coût de distribution des produits fabriqués :
Eléments Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
PU Quantité* M PU Quantité Montant
Charges directes : publicité
Charges indirectes : distribution
Coût distribution des produits vendus 0,87 6000 1,0325 6000
Quantités : Par mesure de simplification, tous les achats correspondent à la production.
Coût de revient total et résultat analytique :
Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
Eléments
PU Quantité Montant PU Quantité Montant
Coût prod° des produits vendus
+ Coût dist° des produits vendus
+ Cout d’administration
Coût de revient
CA-CR
Résultat Analytique -1,16 6000 -6998,125 0,96 6000 5758,125

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 142/185


Corrigé FUN ROLLER
1. Charges directes et indirectes (1):
. Charges directes (concernent une seule fonction) =  63000 (MP) + 6800 (Pub) + 20000 (Ch Perso) = 89800
. Charges indirectes (concernent plusieurs fonctions)=1 100 + 4 400 + 2 440 + 10 100 + 3 500 + 8 000 (Ch Perso) + 1 900 = 31 440
2. Répartition primaire et secondaire :
Charges Total GM Appro. Moulage Assemblage Finition Distribution
Assurances 1100 385 176 88 88 88 275
EDF 4400 220 220 880 1540 220 1320
Téléphone 2440 122 488 122 122 122 1464
Impôts 10100 2020 2020 1515 3030 1010 505
Personnel 8000 400 2800 2000 1600 400 800
DAP 3500 70 1225 1050 875 175 105
Ch.supplét. 1900 380 570 190 190 380 190
Total 31440 3597 7499 5845 7445 2395 4659
GM 3597 899,25 899,25 899,25 899,25
Tot. Rep secondaire 31440 8398,25 6744,25 8344,25 3294,25 4659
Quantité 1h de main 1h d’utilisation Quantité
Nature UO 15€ Vente
commandée d’œuvre directe de machine fabriquée
Nb d’UO 12000 2000 10000 6000* 8000**
Coût UO 0,69985416 3,372125 0,834425 0,5490416667 0,582375
*Uniquement rollers perfectionnement. **(Ventes initiation + ventes perfectionnement/15=72 000 + 48 000)/15 = 8000
Pour une unité de matière première commandée, on aura une charge indirecte supplémentaire de 0,69€.
Pour 1h de main d’œuvre directe, on aura 3,37€ de charge indirecte.
Pour chaque heure d’utilisation de machine, on aura une charge indirecte supplémentaire de 0,83€.
Pour une unité de quantité/produit fabriquée (pour un roller perfectionnement), on aura 0,54€ de charge indirecte supplémentaire.
Pour 15€ de vente, on aura 0,58€ de charge indirecte supplémentaire.
3. Calcul du coût de revient par produit vendu :
. Etape 1 : calculer le coût d’achat par type de matières premières
. Etape 2 : calculer le coût de production par produits fabriqués et vendus
. Etape 3 : calculer le coût de distribution par produits fabriqués et vendus
. Etape 4 : calculer le coût d’administration par produits fabriqués et vendus
Pour chacun des 4 coûts intermédiaires, il faut prendre en compte l’ensemble des charges directes et indirectes.
Pour affecter les charges indirectes à un coût par produit, on utilise un critère de répartition appelé unité d’œuvre.
Grâce à ce critère de répartition, on pourra calculer le coût de l’unité d’œuvre.
Coût UO = Total après répartition secondaire / Nombre d’unité d’œuvre.
Coût d’achat des matières premières :
Socle Plastique
Eléments
Prix Unitaire Quantité Montant
Charges Directes : Achat de matière 1ère =5,25 (63000/12000) 12000 63000 (achats MP)
Charges Indirectes* : Centre Approvisionnement 0,6999 (Ct UO appro) 12000 =8398,25 (0,6999*12000)
Coût achat des matières 1ères achetées 5,9499 (5,25+0,6999) 12000 =71 398,25 (63000+8398,25)
*Concernant les charges indirectes :
dans la colonne prix unitaire, on retrouve toujours le coût de l’unité d’œuvre ;
dans la colonne quantité, on doit retrouver le nombre d’unité d’œuvre.
Coût de production des produits fabriqués :
Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
Eléments
PU Quantité Montant PU Quantité Montant
Ch. Directes :Coût d’achat MP conso 5,94 6000 35 699,125 5,94 6000 35699,125
Charges du personnel 10,00 800 (2000-1200) 8000 10 1200 12000
Charges Indirectes
Centre moulage (Ct UO : 3,37) 3,37 800 (2000-1200) 2697,70 3,37 1200 4046,55
Centre assemblage (Ct UO : 0,83) 0,83 4000 (10000-6000) 3337,70 0,83 6000 5006,55
Centre finition (Ct UO perf : 0,54) 0,54 6000 3294,25
Coût production de produits fabriqués 8,28 6000 49 734, 525 10,00… 6000 60046,475
Coût de distribution des produits fabriqués :
Eléments Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
PU Quantité M PU Quantité Montant
Charges directes : publicité (*6800/2) 3400* 3400*
Charges indirectes : distribution 0,58 3200 (72000/15) 1863,60 0,58 4800 (48000/15) 2795,40
Coût distribution des produits vendus 0,87 6000 1,0325 6000
Coût de revient total et résultat analytique :
Rollers Initiation Rollers Perfectionnement
Eléments
PU Quantité Montant PU Quantité Montant
Coût prod° des produits vendus 8,2890 6000 49734,525 10,0077 6000 60046,475
+ Coût dist° des produits vendus 0,8773 6000 5263,60 1,0325 6000 6195,40
+ Cout d’administration
Coût de revient 9,1664 6000 54998,125 11,0405 6000 66241,875
CA-CR 8-9,1664 6000 48 000-54 998,125 12-11,0405 6000 72 000-66 241,875
Résultat Analytique -1,1664 6000 -6998,125 0,9595 6000 5758,125

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 143/185


Analyse:
On se rend compte que l’entreprise a une perte de 1,16€ pour les rollers initiation et un bénéfice de 0,96€ pour les rollers de perfectionnement.
Résultat Analytique : -6998,125 + 5758,125 = -1240
Vérification concordance avec comptabilité générale :
Résultat comptable = Résultat analytique + Charges supplétives = -1240 + 1900 = 660 – 929 = - 269

. Réduire ou stopper la production des rollers initiation et éventuellement augmenter la production des rollers perfectionnement.
Inconvénient : si les rollers initiation correspondent à des produits d’appel (produit bas qui attire le consommateur), l’arrêt de sa production
risque de faire baisser également les ventes des rollers perfectionnement.
De plus, l’arrêt de la production des rollers initiation va augmenter le coût de revient des rollers perfectionnements (par le biais des charges
fixes) et diminuer sa profitabilité.

. On conserve les deux productions mais on va augmenter le prix de vente unitaire des rollers initiation.
Dans ce cas, il faut que le nouveau prix fixé ne soit pas supérieur au prix pratiqué par la concurrence, sinon l’entreprise risque de voir ses ventes
chuter.

. Baisser le coût de revient.

. Diminuer l’approvisionnement des matières premières. Négocié avec les fournisseurs ou changer. Trouver une source d’approvisionnement à
l’étranger.

Autres :
Baisser le coût de production et donc baisser la main d’œuvre (licenciement)
Mécanisation de la production.
Délocalisation de la production.
Utiliser la règlementation en vigueur : Retraite anticipée ou stagiaire. Contrats aidés.
Baisser le coût de production.
Dépense d’administration : Externalisation, faire faire les missions par des entreprises extérieures.

EXEMPLE 2
(Répartition primaire et secondaires, avec prestations réciproques)
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
G° du personnel G° des matériels Approvisionnement Production Distribution
Mat consommables 15000 10% 30% 30% 30%
Services extérieurs 25000 10% 10% 40% 40%
DAP 10000 10% 88% 2%
50000
Centre G° personnel 20% 15% 30% 35%
Centre G° matériel 10% 40% 40% 10%
Répartition primaire :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
G° du personnel G° des matériels Approvisionnement Production Distribution
Services extérieurs 15000 1500 4500 4500 4500
Autres services ext 25000 2500 2500 10000 10000
Dotation 10000 1000 8800 200
Totaux primaires 50000 5000 8800 7000 14700 14500
Prestations réciproques :
. Le centre GP a un total provisoire de 5000 auquel on va ajouter (verticalement) 10% du total définitif du centre GM, pour obtenir son total
définitif x.
. Le centre GM a un total provisoire de 8800 auquel on va ajouter (verticalement) 20% du total définitif du centre GP, pour obtenir son total
définitif y.
GP GM
Totaux provisoires→ 5000 8800
+10% GM +20% GP
Prestations reçues→ (soit10% de y et non de 8800) (soit 20% de x, et non de 5000)
=x =y
Et on a le système : GP x=5000+10%y GM y=8800+20%x,
D’où x=6000 y=10000
Répartition secondaire :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
G° du personnel G° des matériels Approvisionnement Production Distribution
Totaux primaires 50000 5000 88000 7000 14700 14500
Gestion matériels -6000 1200 900 1800 2100
1000 -10000 4000 4000 1000
50000 0 0 11900 20500 17600

Les deux répartitions sont normalement présentées dans un même tableau.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 144/185


P’TI LOU (Calcul coût unité d’œuvre, avec prestations réciproques, sans stocks) Exo Zoom’s p49
L’entreprise P’TI LOU spécialisée dans la confection de chemisiers en soie pour enfants vous communique les renseignements utiles au
traitement des charges indirectes.
L’organisation des centres d’analyse est la suivante :
. Centres auxiliaires : Gestion de personnel ; Entretien ; Energie.
. Centres principaux : Approvisionnement ; Coupe ; Assemblage/Finition ; Distribution.
Montant des charges incorporées :
. Charges externes 74.000
. Charges de personnel 106.000
. Dotations 62.800
Clefs de répartitions primaires et secondaires :
G personnel Entretien Energie Approv Coupe Ass. Finit° Distribution
Clefs de Ch. externes 15 8 5 17 20 10 25
répartition Ch. personnel 20 5 20 18 10 12 15
primaire Dotat° Ats et p° 15 10 15 10 25 20 5
Clefs de Gest° personnel 20 10 10 20 30 10
répartition Entretien 5 10 20 30 20 15
secondaire Energie 10 40 30 20
Les unités d’œuvre sont de :
. 7200 m2 de tissus acheté pour le centre « approvisionnement » ;
. 34000 pièces coupées pour le centre « coupe » ;
. 8500 chemisiers montés pour le centre « assemblage-finition » ;
. 100 euros de chiffre d’affaires hors taxes pour le centre « distribution », avec chiffre d’affaires : 393 700 €.
. arrondir les calculs à l’euro pour les centres « gest° du personnel » et « entretien » ; 2 chiffres après la virgule pour les coûts d’unité d’oeuvre.
Etablir le tableau de répartition des charges indirectes pour le mois de juin.
P’TI LOU (2)
Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges Montant Centres auxiliaires Centres principaux
par nature G° personnel Entretien Energie Approvis Coupe Ass Finition Distribution
Rép° primaire
Charges externes 74000,00
Ch. de personnel 106000,0
0
DAP 62800,00
Totaux primaire 242800,0
0
Rép. secondaire
Gestion personnel
Entretien
0 0 41233,00
Energie -41233,00
0
Tot. secondaire
Unité d’œuvre m2 Pièces Chemises 100€ de
tissus acheté coupées montées CA HT
Nb unités d’oeuvre 7200 34000 8500 3937
Coût de l’unité d’œuvre

Corrigé P’TI LOU :


. Prestations réciproques :
Les centres gestion du personnel et entretien se fournissent réciproquement des prestations.
Soit x : total du centre gestion du personnel à répartir et y :  total du centre entretien à répartir.
On a x=41720+0,05y et y=17500+0,20x ; L’équation y peut être multipliée par 5, soit 5y=87500+x, d’où
y=129220/4,95=26105 et x=41720+(0,05*26105)=43025
. Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges par Montant Centres auxiliaires Centres principaux
nature G° personn Entretien Energie Approvis Coupe Ass/Finition Distribution
Rép° primaire
Charges externes 74000,00 11100,00 5920,00 3700,00 12580,00 14800,00 7400,00 18500,00
Ch. de personnel 106000,00 21200,00 5300,00 21200,00 19080,00 10600,00 12720,00 15900,00
DAP 62800,00 9420,00 6280,00 9420,00 6280,00 15700,00 12560,00 3140,00
Totaux primaire 242800,00 41720,00 17500,00 34320,00 37940,00 41100,00 32680,00 37540,00
Rép. secondaire
Gestion personnel (*43025*0,2) -43025,00 8605,00* 4302,50 4302,50 8605,00 12907,50 4302,50
Entretien (**26105*0,05) 1305,00** -26105,00 2610,50 5221,00 7831,50 5221,00 3916,00
0 0 41233,00
Energie -41233,00 4123,30 16493,20 12369,90 8246,50
0
Tot. secondaire 51586,80 74029,70 63178,40 54005,10
Unité d’œuvre m2 tiss. ach. Pièces coup. Chem. Mont. 100€ de CA

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 145/185


Nb unités d’oeuvre74 7200 34000 8500 3937
Coût de l’unité d’œuvre 7,1648 2,1773 7,4328 13,7173
BELOTHY SA Situation 2
(Prestations réciproques, pas de stock)
La comptabilité de gestion de la société Belothy, fabricant de vêtements de spectacles (cinéma, danse et théâtre), présente les charges suivantes
constatées au cours de l’année N. L’exercice comptable coïncide avec l’année civile.

Informations :
Achats de MP de l’exercice :
. 1500 kg à 7,80€ pour le tissus.
. 2500 kg à 51,40€ pour les accessoires.
. 10 kg à 25€ en moyenne pour le fil de nylon.
MOD utilisée :
. 2780h à 62,50€ pour la production.
. 1200h à 55€ pour la distribution.
Ventes de l’exercice :
. Costumes pour le théâtre : 12800 unités à 75€.
. Costumes pour le cinéma : 35200 unités à 60€ en moyenne.

Clefs de répartitions primaire et secondaire :


Centres auxiliaires Centres principaux
G° matériel G° personnel Appro Production Distribution
Totaux primaires 100350 3750 4600 2000 80000 10000
Gest° matériel 10% 25% 50% 15%
Gest° personnel 5% 15% 65% 15%
Tot. Secondaire 100350
Nature UO Kg MP achetée H de MOD 1€ de CA TTC
Nb UO
Coût UO

Compléter le tableau de répartition des charges indirectes de l’exercice N en calculant les coûts des unités d’œuvre et les taux de frais :

BELOTHY (2)

Prestations réciproques :
x=______________________________ et y=____________________________.
x=____________+__________%_____ et y=____________+__________%_____.
x=____________+__________ _____ et y=____________+_________ _____.
x=____________+_________ _____ et y=____________+_________ _____.

Tableau de répartition des charges indirectes:


Centres auxiliaires Centres principaux
G° matériel G° personnel Appro Production Distribution
Totaux primaires 100350 3750 4600 2000 80000 10000
Gest° matériel
Gest° personnel
Tot. Secondaire 100350
Nature UO Kg MP achetée H de MOD 1€ de CA TTC
Nb UO 0,9352 30,67 0,0037
Coût UO 0,53 30,62 0,0036

Corrigé BELOTHY: (corrigé ?)


Prestations réciproques :
x=gestion du matériel et y=gestion personnel
x=3750+5%y et y=4600+10%x (fois 10) donne
x=3750+0,05y et 10y=46000+x
x=3750+0,05y et –x=46000-10y en additionnant membre à membre :
0=49750-9,95y, soit y=49750/9,95=5000 et x=3750+5%(5000)=4000.
Centres auxiliaires Centres principaux
G° matériel G° personnel Appro Production Distribution
Totaux primaires 100350 3750 4600 2000 80000 10000
Gest° matériel -4000 400 1000 2000 600
Gest° personnel 250 -5000 750 3250 750
Tot. Secondaire 100350 3750 85250 11350
Nature UO Kg MP achetée H de MOD 1€ de CA TTC
Nb UO 4010 2780 3072000
Coût UO 0,9352 30,67 0,0037

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 146/185


LOTIS Situation 3
(Pas de stocks)

La société Lotis SA fabrique et commercialise des jantes en alliage léger pour véhicules haut de gamme. Les dirigeants de la société s’intéressent
à la répartition des charges indirectes, aux coûts des produits et aux coûts hors production.
Présenter le tableau de répartition des charges indirectes.
Calculer les coût des unités d’œuvre et des taux de frais.
Informations :
. Achats du mois de juin N : matières premières 90000 kg à 5€ le kg.
. Ventes du mois de juin N : 21000 jantes à 390€ l’unité.
. Charges indirectes du mois de juin N : réparties dans les centres suivant le tableau de répartition. Total répartition primaire : 5480500€.
. Centre usinage :
. 20000kg de matières premières et 1732 h de MOD à 11€/h ont été utilisées pour produire le produit intermédiaire Alux 54.
. 50000kg de matières premières et 2263 h de MOD à 11€/h ont été utilisées pour produire le produit intermédiaire Pax 20.
. Centre assemblage : production de 21000 jantes. 5500 h de MOD à 15€ ont été consommées.

Tableau de répartition des charges indirectes du mois :


Centres auxilliaires Centres principaux C. Structure
Adm° G° locaux G° personnel Appro C. usinage C. Assemblage C. distribution
Tot. Primaires 300000 264000 454000 110000 2466000 1158500 728000
Adm° 10% 10% 10% 30% 30% 10%
G° locaux 20% 10% 10% 30% 30%
G° personnel 10% 30% 30% 30%
Tot. Sec
UO et tx frais Kg MP achetée h MOD h MOD Montant ventes
Nb unités
Coût UO

LOTIS (2)
Tableau de répartition des charges indirectes du mois LOTIS:
Centres auxiliaires Centres principaux C. Structure
Adm° G° locaux G° personnel Appro C. usinage C. Assemblage C. distribution
Tot. Primaires 300000 264000 454000 110000 2466000 1158500 728000
Adm°
G° locaux
G° personnel
Tot. Sec
UO et tx frais Kg MP achetée h MOD h MOD Montant ventes
Nb unités
Coût UO

Corrigé LOTIS : Attention aux calculs des prestations réciproques.


Centres auxiliaires Centres principaux C. Structure
Adm° G° locaux G° personnel Approvisiont C. usinage C. Assemblage C. distribution
Tot. primaires 300000 264000 454000 110000 2466000 1158500 728000
Adm°
G° locaux
G° personnel
Tot. sec
UO et tx frais Kg MP achetée h MOD h MOD Montant ventes
Nb unités
Coût UO

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 147/185


BERGER I –Zoom-
(Coûts d’achat, de production, de distribution, coût de revient et résultat analytique)

L’entreprise Berger cherche à étudier un de ses produits plat cuisiné pour bébé « purée carottes jambon » pour le mois de juin, selon la méthode
des coûts complets.

La fabrication de ce plat nécessite les ingrédients suivants :


. Carottes ;
. Tomates ;
. Jambon ;
. Sel.

Et comporte plusieurs opérations :


. Eplucher et laver les légumes.
. Cuire les légumes à la vapeur.
. Couper le jambon en morceaux.
. Mixer l’ensemble des ingrédients.

Après fabrication, le plat est conditionné sous vide en pot individuel de 200g.

La comptabilité générale fournit les renseignements suivants :


Achats Carottes 100000 kg à 0,50€ le kg
Tomates 15000 kg à 0,80€ le kg
Jambon 33000 kg à 9,00€ le kg
Sel 200 sacs à 4,00€ le sac de 25 kg (4)
Pots (9) 800000 pots à 30€ le mille
Consommations Carottes 105000 kg
Tomates 18000 kg
Jambon 30000 kg
Sel 4500 kg
Pots A déterminer
Production 150000 kg de purée (5)
Ventes 700000 pots à 2,20€

Etat des stocks :


Stock au 1er juin Stock au 30 juin
Carottes 10000 kg à 0,50€ le kg 5000
Tomates 3500 kg à 0,78€ le kg 500
Jambon 7000 kg à 9,20€ le kg 10000
Sel 40 sacs à 3,80€ le sac 60
Pots vides (8) 250000 pots à 30€ le mille 35000
Pots conditionnés 45000 pots à 0,52€ 75000
En cours de fabrication 4000 €

Les sorties de stock sont évaluées au coût moyen unitaire pondéré en fin de période.

Charges indirectes :
Charges Total Approvisionnement Fabrication Conditionnement Distribution
Répartit° secondaire 44238 4500 26526 7500 6406
Nature de l’UO Kg de mat. première Kg de purée fabriqué Pot conditionné 500€ de CA

Charges directes main d’œuvre :


. Approvisionnement : 169 h à 8,50€.
. Fabrication : 507 h à 10€.
. Conditionnement : 338 h à 8,90€.

La main d’œuvre directe pour l’approvisionnement est à répartir proportionnellement au nombre de kilos pour chaque matière première (6).

1. Calculer le coût de l’unité d’œuvre des centres d’analyse.


2. Calculer le coût d’achat de chaque matière première.
3. Présenter l’inventaire permanent de chaque matière première pour les entrées uniquement (arrondir les nombres à 2 chiffres après la virgule).

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 148/185


BERGER I (2):

1. Coût d’unité d’œuvre des centres d’analyse :

Charges Total Approvisionnement Fabrication Conditionnement Distribution


Répartit° secondaire 44238 4500 26526 7500 6406
Nature de l’UO Kg de MP Kg de purée fabriqué Pot conditionné 500€ de CA HT
Nb d’unités d’œuvre (1) (2) (3)
Coût de l’UO 0,03 0,18 0,01 2,08
(1) Nombre d’unités d’œuvre d’approvisionnement : _______________________________________=153000
(2) Nombre d’unités d’œuvre de conditionnement : _______________________________________=750000
(3) Nombre d’unités d’œuvre de distribution :  _______________________________________=3080

2. Coût d’achat des matières premières :

Eléments Carottes Tomates Jambon Sel


Prix d’achat (4)
Main d’œuvre directe* (5)
Centre approvisionnement (6)
Total 54000
Coût d’achat unitaire 0,54 0,84 9,04 4 (7)
(4)_____________________________=50000 
(5)_____________________________=1000 
(6)_____________________________=3000
(7) Pour un sac.

3. Inventaire permanent de chaque matière première pour les entrées :

Carottes :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 10000 0,50 5000
Achats 100000 0,50 50000
110000 0,54 55000
Tomates :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 0,78
Achats 0,84
0,83
Jambon :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial
Achats

Sel :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial
Achats

Pots vides :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial (8)
Achats (9)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 149/185


Corrigé BERGER I

1. Coût d’unité d’œuvre des centres d’analyse :

Charges Total Approvisionnements Fabrication Conditionnement Distribution


Répartit° secondaire 44238 4500 26526 7500 6406
Nature de l’UO Kg de MP Kg de purée fabriqué Pot conditionné 500€ de CA HT
Nb d’unités d’œuvre 153000 (1) 150000 750000 (2) 3080 (3)
Coût de l’UO 0,03 0,18 0,01 2,08
(1) Nombre d’unités d’œuvre d’approvisionnement : 100000+15000+33000+(25 kg*200 sacs)=153000 kg
(2) Nombre d’unités d’œuvre de conditionnement : 150000 kg/0,2 kg par pot=750000 pots
(3) Nombre d’unités d’œuvre de distribution : (700000 pots*2,20 € par pot)/500 €=3080 unités

2. Coût d’achat des matières premières :

Eléments Carottes Tomates Jambon Sel


Prix d’achat 50000 (4) 12000 297000 600
Main d’œuvre directe* 1000 (5) 150 330 50
Centre approvisionnement 3000 (6) 450 990 150
Total 54000 12600 298320 800
Coût d’achat unitaire 0,54 0,84 9,04 4 (7)
(4) Prix d’achat : 100000 kg carottes*0,5 € par kg=50000 €;
(5) Main d’œuvre directe : 100000 kg*0,01€ par kg =1000 € (avec MOD par kg arrondie à 0,01=8,50€ de l’heure*169heure /153000 kg MP).
(6) Centre approvisionnement : 100000 kg*0,03 l’UO d’appro=3000 € ;
(7) Pour un sac.

3. Inventaire permanent de chaque matière première pour les entrées :

Carottes :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 10000 0,50 5000
Achats 100000 0,50 50000
110000 0,50 55000

Tomates :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 3500 0,78 2730
Achats 15000 0,80 12000
18500 0,80 14730

Jambon :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 7000 9,20 64400
Achats 33000 9,00 297000
40000 9,04 361400

Sel :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 40 3,80 152
Achats 200 4,00 800
240 3,97 952

Pots vides :
Quantités Prix unitaires (8) Total
Stock initial 250000 0,03 (8) 7500
Achats 800000 0,03 (9) 24000
1050000 0,03 31500
(8) Etat des stocks « pots vides »: 30 € le mille, soit 30 /1000=0,03€ ;
(9) Achats « pots » : 30,00 le mille, soit 30,00/1000=0,03€.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 150/185


BERGER II (Les coûts de production et les en-cours de production) :

L’entreprise vous communique les informations suivantes relatives à la production d’un pot de « purée carottes jambon » :

Consommations Carottes 105000 kg


Tomates 18000 kg
Jambon 30000 kg
Sel 4500 kg
Pots 750000 unités

Charges directes main d’œuvre :


. Fabrication : 507 h à 10€.
. Conditionnement : 338 h à 8,90€.

Centre d’analyse :
Centre de fabrication Centre de conditionnement
Nombre d’unités d’œuvre 150000 750000
Coût de l’unité d’oeuvre 0,18€ 0,01€

Production : 150000 kg de purée.

Etat des stocks :


Stock au 1er juin Stock au 30 juin
En-cours de fabrication 4000 € 8000 €
Pots conditionnés 45000 pots à 0,52€ 75000 pots

Les sorties de stocks sont évaluées au coût moyen pondéré en fin de période.

Carottes :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 10000 0,50 5000
Achats 100000 0,50 50000
110000 0,50 55000

Tomates :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 3500 0,78 2730
Achats 15000 0,84 12600
18500 0,83 15330

Jambon :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 7000 9,20 64400
Achats 33000 9,04 298320
40000 9,07 362720

Sel :
Quantités Prix unitaires Total
Stock initial 40 3,80 152
Achats 200 4,00 800
240 3,97 952

Pots vides :
Quantités Prix unitaires (1) Total
Stock initial 250000 0,03 7500
Achats 800000 0,03 24000
1050000 0,03 31500

1. Evaluer les sorties de stock des matières premières et des pots vides.
2. Calculer le coût de production d’un pot de « purée carottes jambon »
3. Evaluer les entrées en stock d’un pot de « purée carottes jambon » (arrondir les nombres à 2 chiffres après la virgule).

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 151/185


BERGER II (2)

Inventaire permanent « évaluation des sorties »


Carottes :
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 10000 0,50 5000 Sorties 105000 0,50 56700
Achats 100000 0,50 50000 Stock final 5000 0,50 2500
110000 0,50 55000 110000 0,50 55000
Tomates
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial Sorties
Achats Stock final
18500 0,83 15355
Jambon
Qté PU Total Qté PU Total

Sel
Qté PU Total Qté PU Total

Pots vides
Qté PU Total Qté PU Total

Coût de production d’un pot de « purée carottes jambon » :

Coût de production global :


Carottes 105000 0,54 56700,00
Tomates
Jambon
Sel
Main d’œuvre directe de fabricat
MOD de conditionnement
Pots
Centre de fabrication
Centre de conditionnement
+ en-cours de production initial
-En-cours de fabrication final
Coût de production global 405058,80

Coût de production d’un pot : ________________/__________________=0,54€

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 152/185


Corrigé BERGER II
Inventaire permanent « évaluation des sorties »
Carottes :
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 10000 0,50 5000 Sorties 105000 0,54 56700
Achats 100000 0,54 54000 Stock final 5000 0,54 2700
110000 0,54 59000 110000 0,54 59400
Tomates
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 3500 0,78 2730 Sorties 18000 0,83 14940
Achats 15000 0,84 12600 Stock final 500 0,83 415
18500 0,83 15330 18500 0,83 15355
Jambon
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 7000 9,20 64400 Sorties 30000 9,07 272100
Achats 33000 9,04 298320 Stock final 10000 9,07 90700
40000 9,07 362720 40000 9,07 362800
Sel
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 40 3,80 152 Sorties 180 3,97 714,60
Achats 200 4,00 800 Stock final 60 3,97 238,20
240 3,97 952 240 3,97 952,80
Pots vides
Qté PU Total Qté PU Total
Stock initial 250000 0,03 7500 Sorties 750000 0,03 22500
Achats 800000 0,03 24000 Stock final 300000 0,03 9000
1050000 0,03 31500 1050000 0,03 31500

Coût de production d’un pot de « purée carottes jambon » :


Coût de production global :
Carottes 105000 0,54 56700,00
Tomates 18000 0,83 14940,00
Jambon 30000 9,07 272100,00
Sel 180 3,97 714,60
Main d’œuvre directe de fabricat 507 10 5070,00
MOD de conditionnement 338 8,90 3008,20
Pots 750000 0,03 22500,00
Centre de fabrication 150000 0,18 26526,00
Centre de conditionnement 750000 0,01 7500,00
+ en-cours de production initial +4000,00
-En-cours de fabrication final -8000,00
Coût de production global 405058,80

Coût de production d’un pot : 405058,80/750000=0,54€

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 153/185


CHABEUIL SALAISON Application 5 :

L’entreprise Chabeuil Salaisons fabrique une spécialité locale appelée « caillette » qu’elle vend aux grandes surfaces. La caillette est un pâté à
base de porc et d’un mélange à base de légumes (salade, épinards, blettes). Le processus de fabrication se déroule comme suit :
. dans l’atelier 1, la viande est préparée, hachée et assaisonnée ;
. dans l’atelier 2, les légumes sont lavés, ébouillantés et hachés ;
. dans l’atelier 3, le produit est moulé en boules de 250 g, les boules sont coiffées de crépines de porc avant d’être cuites par plaque de 8.
. dans l’atelier 4, les caillettes, regroupées par plaques, sont emballées sous vide et étiquetées. Cette opération de conditionnement est
entièrement automatisée.
L’entreprise vous communique les informations suivantes, qui concernent l’activité du mois d’octobre.

Appros Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4


Tot. après répartit° primaire 3150 6000 4580 7600 2800
UO 1 kg de MP 1h de MOD 1h de MOD 1 caillette moulée 1h de machine

Informations :
. Achats :
. 8000 kg de viande de porc à 2,30€ le kg.
. 2500 kg de mélange de légumes pour un total de 2000€.

. Nombre d’heures de MOD :


. Atelier 1 : 500 heures.
. Atelier 2 : 400 heures.
. Atelier 3 : 250 heures.
Le coût de la main d’œuvre directe est de 16€ de l’heure, charges sociales comprises.

. Coût de l’atelier conditionnement (entièrement automatisé) :


400 heures/machine et 1200€ d’emballages et étiquettes.

. Fabrication et ventes :
5000 plaques de 8 caillettes, vendues 19€ la plaque.

Appros Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4


Tot. après rép° primaire 3150 6000 4580 7600 2800
UO 1 kg de MP 1h de MOD 1h de MOD 1 caillette moulée 1h de machine

CHABEUIL SALAISONS (2)
Tableau de répartition:
Appros Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4
Tot. après rép° primaire
UO
Nombre d’unités d’œuvre
Coût de l’unité d’oeuvre 0,3 12 11,45 0,19 7

Corrigé CHABEUIL SALAISONS :


Appros Atelier 1 Atelier 2 Atelier 3 Atelier 4
Tot. après rép° primaire 3150 6000 4580 7600 2800
UO 1 kg de MP 1h de MOD 1h de MOD 1 caillette moulée 1h de machine
Nombre d’unités d’œuvre 10500 500 400 40000 400
Coût de l’unité d’oeuvre 0,3 12 11,45 0,19 7

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 154/185


TY BEURRE

La société Ty beurre est une petite biscuiterie de la région centre. Es produits sont distribués auprès des magasins régionaux, 30% de la
production est exportée vers le Japon. La production s’opère dans troix ateliers successifs : l’atelier Mélange, l’atelier Cuisson, et l’atelier
Conditionnement.

Vous êtes chargé de traiter les données suivantes extraites du système comptable de la société.

1. Présenter à l’aide des documents 1 et 2, le détail du calcul du coût de l’unité d’œuvre dont le résultat figure dans le document 1.
2. Déterminer le coût d’achat des matières premières et ingrédients achetés.
3. Présentez les comptes de stock des matières premières et ingrédients, sur le modèle du document 4, à l’aide des documents 2 et 3.
4. Vérifier le calcul du montant des variations des stocks figurant au compte de résultat de janvier N (document 5).

Centres auxiliaires Centres principaux C. de structure


Dir° générale G° des moyens Mélange Appro Cuisson Conditionnement Distribution
Tot. primaire 67500 59400 84000 90000 300000 30500 120000
Dir° générale 10% 10% 10% 20% 30% 20%
G° des moyens 20% 10% 30% 30% 10%
Unité d’œuvre 100 sachets 0,1 tonne H de MOD H MOD 100 sachets
produits achetée produits
Nb d’U.O. 5000 2080 10000 5000 5000
Coût de l’U.O. 19 ,77 47,163 33,65 15,01 28,59

Charges directes :
. Atelier mélange : 5000 h de main d’œuvre directe à 12€ de l’heure.
. Atelier cuisson : 10000 heures de main d’œuvre directe à 13€ de l’heure.
. Atelier conditionnement : 5000 heures de main d’œuvre directe à 12€ de l’heure.
Achats :
. 90 tonnes de farine à 200€ la tonne.
. 75 tonnes de sucre à 320€ la tonne.
. 40 tonnes de beure à 1000€ la tonne.
. 3 tonnes de vanille à 1500€ la tonne.
Production :
. 500.000 sachets de biscuits conditionnés vendus.
Consommation :
. 43 tonnes de beurre.
. 96 tonnes de farine.
. 77 tonnes de sucre.
. 2 tonnes de vanille.

Etat des stocks initiaux :


Quantité Coût unitaire Montant
Farine 10 tonnes 190€ 1900
Sucre 5 tonnes 300€ 1500
Beurre 5 tonnes 850€ 4250
Vanille 1 tonne 1500€ 1500

Stock de farine
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI

Stock de sucre
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant

Compte de résultat du mois de janvier N


Charges Montant Produits Montant
Achats d’approvisionnement 86500 Ventes de produits finis 900000
Variation des stocks d’approvisionnement 1994
Autres charges externes 125500
Impôts, taxes et versements 150000
Charges de personnel 351400
Dotation aux amortissements 100000
Charges financières 24500
Résultat de l’exercice 60106
Total général 900000 Total général 900000

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 155/185


Equation réciproque :
DG = 67 500 + 20%GM
GM = 59 400 + 10%DG
1) DG=__________________________________
) _______________________________________
) _______________________________________
) _______________________________________ = 81 000
2) GM= _________________________________
) _______________________________________
) _______________________________________= 67 500
Coût d’achat des matières premières achetées :
Farine Sucre Beurre Vanille
PU Qté Montant PU Qté Montant PU Qté Montant PU Qté Montant
Ch. Directes
Achats MP
C. Indirectes
Centre appro
Ct achat
671,63 90 60466,7 791,63 75 59 372,25 1471,63 40 58 865,20 1971,63 3 5914,89
MP achetées
Coût de production des produits fabriqués :
Biscuits
PU Quantité Montant
Charges directes
Farine
Sucre
Beure
Vanille
MOD
Atelier mélange
Atelier cuisson
Atelier conditionnement
Charges indirectes
Mélange
Cuisson
Conditionnement
Coût de production des produits fabriqués 1,91 935 055,34

Coût de distribution des produits vendus :


Biscuits
Charges directes
Charges indirectes
Centre Distribution
Coût de distribution des produits vendus 28,59
Coût de revient :
Eléments Biscuits
PU Quantité Montant
Coût de production
Coût de distribution
Coût de revient 2,20 1 078 005,34
Comptes de stocks des matières premières et ingrédients achetés :
Stock de farine
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI

Stock de sucre
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant

Stock de beure : CMUP :


Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI Ct MP vendues
Coût d’achat SF
Total Total
Stock de vanille : CMUP :
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI
Coût d’achat
Total

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 156/185


Corrigé TY BEURRE
Equation réciproque :
DG = 67 500 + 20%GM
GM = 59 400 + 10%DG
1) DG = 67 500 + 0,2 (59 400 + 0,1GM)= 67 500 + 11 880 + 0,02GM
DG – 0,02GM = 67 500 + 11 880
0,98DG = 79 380
DG = 79 380 / 0,98 = 81 000
2) GM = 59 400 + (0,10 x 81 000)= 59 400 + 8100 = 67 500
Coût d’achat des matières premières achetées :
Farine Sucre Beurre Vanille
PU Qté Montant PU Qté Montant PU Qté Montant PU Qté Montant
Ch. Directes
200 90 18000 320 75 24000 1000 40 40000 1500 3 4500
Achats MP
C. Indirectes
47,163 900 42446,7 47,163 750 35372,25 47,163 400 18865,2 47,163 30 1414,89
Centre appro
Ct achat
671,63 90 60466,7 791,63 75 59 372,25 1471,63 40 58 865,20 1971,63 3 5914,89
MP achetées
Coût de production des produits fabriqués :
Biscuits
PU Quantité Montant
Charges directes
Farine 671,63 96 64 476,48
Sucre 791,63 77 60 955,51
Beure 1 471,63 43 63 280,09
Vanille 1 971,63 2 3943,26
MOD
Atelier mélange 12 5000 60 000
Atelier cuisson 13 10 000 130 000
Atelier conditionnement 12 5000 60 000
Charges indirectes
Mélange 19,77 5000 98 850
Cuisson 33,65 10 000 336 500
Conditionnement 15,01 5000 75 050
Coût de production des produits fabriqués 1,91 500 000 935 055,34
Coût de distribution des produits vendus :
Biscuits
Charges directes
Charges indirectes
Centre Distribution 28,59 5000 142 950
Coût de distribution des produits vendus 28,59 5000 142 950
Coût de revient :
Biscuits
PU Quantité Montant
Coût de production 1,91 500 000 935 055,34
Coût de distribution 28,59 5 000 142 950
Coût de revient 2,20 500 000 1 078 005,34
Comptes de stocks des matières premières et ingrédients achetés : (vérifier calculs patrick)
Stock de farine : CMUP :623,467
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 10 190 1900 Ct MP vendues 96 623,67 59872,3
Coût d’achat 90 672,63 60446,7 SF 4 623,62 2494,63
Total 100 ? 661,63 ? 6946,7 ? Total 100 623,67 62367
Stock de sucre : CMUP : 760,90
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 5 300 500 Ct MP vendues ? etc
Coût d’achat 75 792,63 ? 59372,3 SF
Total 80 760,90 ? 60872 Total
Stock de beure : CMUP :623,467
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 5 850,00 4250,20 Ct MP vendues 43 1402,56 60310,08
Coût d’achat 40 1471,63 58865,2 SF 2 1402,56 2805,12
Total 45 1042,56 63115,2 Total 45 1402,56 43115,20
Stock de vanille : CMUP : 760,90
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 1 1500 1500 Ct MP vendues 2 1853,65 3707,32
Coût d’achat 3 1971,63 5914,63 SF 2 1853,68 3707,32
Total 4 1853,65 7414,63 Total 4 1853,65 7414,63

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 157/185


ARABICO (Entreprise commerciale, sans prestations réciproques, avec stock marchandises)

Le responsable « petit électro-ménager » d’une grande surface spécialisée souhaite comparer les coûts et les résultats réalisés sur deux modèles de cafetières présents en rayon :
ARABICO et ROBUSTO. Le service comptable fournit les données nécessaires au calcul pour le mois de mars :
Montant total des achats de la période (tous produits confondus) : 338.000 euros ; montant des ventes : 453.000 euros.
Le comptable lui indique que les charges indirectes du magasin ont été les suivantes :
Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
Entretien Transport Approvisionnt Magasin SAV
Charges externes 2196 1464 8052 2928
Impôts et taxes 144 288 1872 576
Salaires 4215 7025 6744 29224 8992
Charges sociales 1725 2875 2760 11960 3680
Dot° amortissts 1460 408 8352 6496
Ch. financières 60 300 1076 5970 2388
Tot. après primaire
Centre entretien 20% 30% 40% 10%
Centre transport 60% 30% 10%
Prestat° connexes
Tot. après secondaire
Unité d’oeuvre 1€ d’achat 100€ de CA 100€ de CA
Nb unités d’oeuvre
Coût de l’unité d’œuvre
Début mars, on avait en stock 3 cafetières ARABICO évaluées au coût unitaire de 72€, et 2 caf. ROBUSTO évaluées au coût unitaire de 76,25€.
Au cours du mois de mars, on a acheté 12 cafetières ARABICAO au prix unitaire de 70€ et 14 cafetières ROBUSTO au prix unitaire de 75€.
Durant le même mois, on a vendu 10 cafetières ARABICO au prix unitaire de 120€ et 12 cafetières ROBUSTO au prix unitaire de 125€ HT.
Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges par nature Montant Centres auxiliaires Centres principaux
Entretien Transport Approvisionnt Magasin SAV
Charges externes 2196 1464 8052 2928
Impôts et taxes 144 288 1872 576
Salaires 4215 7025 6744 29224 8992
Charges sociales 1725 2875 2760 11960 3680
Dot° amortissts 1460 408 8352 6496
Ch. financières 60 300 1076 5970 2388
Tot. après primaire
Centre entretien
Centre transport
Prestat° connexes
Tot. après secondaire
Unité d’oeuvre 1€ d’achat 100€ de CA 100€ de CA
Nb unités d’oeuvre
Coût de l’unité d’œuvre
Coût d’achat des cafetières achetées :
ARABICO ROBUSTO
Prix d’achat
Centre d’achat
TOTAL
Fiches de stocks ARABICO :
Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
TOTAL TOTAL
Fiches de stocks ROBUSTO :
Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
Total Total
Coût de revient :
ARABICO ROBUSTO
Coût d’achat des cafetières vendues
Centre magasin
Cantre SAV
Total
Calcul du résultat :
ARABICO ROBUSTO
Chiffre d’affaires
Coût de revient
Résultat

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 158/185


CHTI
Une entreprise du nord de la France s’est spécialisée dans la fabrication de produits finis qu’elle vend à des grossistes.
A partir de deux matières premières M1 et M2, elle produit deux modèles de produits finis : l’un codifié P1 exclusivement à base de matière M1,
l’autre codifié P2 uniquement à base de matière M2.
Les matières premières achetées au mètre sont traitées successivement dans trois centres de production : le centre de découpe, le centre de
teinture et le centre de finissage d’où sortent les produits finis.
Le chef comptable de l’entreprise a retenu la méthode des centres d’analyse pour déterminer le bénéfice unitaire réalisé sur chaque modèle
vendu.

L’extrait du tableau de répartition des charges indirectes du mois d’avril se présente ainsi :
Gestion appros Découpe Teinture Finissage Distribution Administration
Tot. secondaires 40680 81450 51765 38850 36750 12250
Unité d’œuvre m matière acheté h machine h MOD Pdts fabriqués 100€ de CA 100€ de CA
Nb d’unités d’œuvres
Coût de l’u. d’oeuvres

En outre, vous disposez des informations suivantes :

Stock au 1er avril :


. 11300 mètres de matières M1 estimées à 12100€.
. 8000 mètres de matières M2 estimées à 4800€.
. 300 produits P1 estimés à 27237,50€.
. 400 produits P2 estimés à 46602,50€.

Au cours du mois d’avril ; les achats de matières premières s’élèvent à 61700 mètres de M1 à 0,80€ le mètre, et 40000 mètres M2 à 0,50€ le
mètre.

Les stocks de matières premières et de produits finis sont évalués selon la méthode du CMUP.

Charges directes de production relatives à chacun des modèles :


Charges directes de production P1 P2
Matière premières consommées 65000 mètres de matières M1 30000 mètres de matières M1
Main d’œuvre directe 1215,5 h à 20€ de l’heure 510 h à 20€ de l’heure
. Les heures machine de l’atelier découpe sont à répartir à raison de 350h pour le modèle P1 et 250 pour le modèle P2.
. Les coûts hors production (centres administration et distribution) sont imputées à raison de 100€ de chiffre d’affaires (cf tableau de répartition
des charges indirectes).

Au cours du mois d’avril, 2200 produits P1 et 800 produits P2 ont été fabriqués.

Durant la même période, les ventes s’élèvent à :


. 2400 produits P1 au prix de vente unitaire de 150€.
. 1000 produits P2 au prix de vente unitaire de 130€.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 159/185


CHTI (2)

Tableau de répartition des charges indirectes :


Gest° appros Découpe Teinture Finissage Distribution Administration
Tot. secondaires 40680 81450 51765 38850 36750 12250
Unité d’œuvre m matière acheté h de machine h MOD Pdts fabriqués 100€ de CA 100€ de CA
Nb d’U. d’œuvres
Coût de l’U. d’oeuvres

Coût d’achat des matières premières achetées :


Matières M1 Matières M2
Q PU T Q PU T
Prix d’achat
Gestion des approvisionnements
Coût d’achat des mat. 1ères achetées

Coût d’achat des matières utilisées :


Compte de stock de la matière M1 :
M1 Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
TOTAL TOTAL
Compte de stocks de la matière M2 :
M2 Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
TOTAL TOTAL

Coût de production des produits fabriqués :


Produit P1 Produit P2
Q PU T Q PU T
Coût d’achat des MP utilisées
Main d’œuvre directe
Centre découpe
Centre teinture
Centre finissage
Coût de prod° des produits fabriqués

Coût de production des produits vendus :


Compte de stock du produit P1 :
P1 Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
TOTAL TOTAL

Compte de stock du produit P2 :


P2 Q PU Total Q PU Total
Stock initial Sorties
Entrées Stock final
TOTAL TOTAL

Coût de revient des produits vendus :


Produit P1 Produit P2
Q PU T Q PU T
Coût de product° des produits vendus
Main d’œuvre directe
Centre distribution
Centre administration
Coût de revient des produits vendus

Calcul du résultat :
Produit P1 Produit P2
Q PU T Q PU T
Chiffre d’affaires
Coût de revient
Résultat

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 160/185


LENOU
(Coût complet d’un produit, sans prestations réciproques, avec stocks)

L’entreprise Lénou fabrique et vend des rouleaux de tapisserie.


Le processus de production consomme deux catégories de matières premières : un papier solide qui sert de support et permet un encollage facile.
Une surcouche supérieure en tissu qui sera teinté et décorée en fonction du dessin présenté sur le modèle du lot en fabrication.
Le papier et la surcouche sont découpés dans un premier atelier, il n’y a pas de perte.
La surcouche est ensuite décorée et collée sur le papier dans un deuxième atelier.

Vous êtes chargé de calculer le coût complet et le résultat analytique de cette production pour le mois de juin. Voici les données nécessaires aux
calculs :

Matières premières et produits finis


Stocks et mouvements Papier Surcouche Rouleaux de tapisserie
Stocks au 1er juin 100 rouleaux de 100m à 20€/roul. 500 rouleaux de 50m à 25€/roul. 500 rouleaux de 10m à 12€ le roul.
Achats du mois de juin 600 rouleaux de 100m à 18€/roul. 900 rouleaux de 50 m à 26€roul.
Stocks au 30 juin 200 rouleaux de 100 m 400 rouleaux de 50m à roul. 300 rouleaux de 10m
Ventes de rouleaux 5200 rouleaux de 10m à 15€/roul.

Main d’œuvre directe :


. 2400 heures pour l’atelier 1 à 15€ l’heure.
. 1200 heures pour l’atelier 2 à 12,50€ l’heure.

Tableau de répartition des charges indirectes par nature :


Centr. auxiliaires Centres principaux C. de structure
G° des moyens Approvisionnemen Atelier A1 Atelier A2 Distribution Administration
t
Tot. primaire 2300 4270 7600 1900 4532 4000
Gestion moyens 10% 40% 20% 20% 10%
Tot. secondaire
Nature de l’UO Rouleau acheté Heure de Rouleau 1€ de ventes Coût de P° des
MOD terminé pdts vendus
Nb d’U.O.
Coût de l’U.O.

1. Présenter le schéma de production des rouleaux.


2. Calculer les quantités de matières consommées et les quantités de produits fabriqués.
3. Terminer le tableau de répartition des charges indirectes.
4. Calculer le coût d’achat des matières premières achetées.
5. Présenter schématiquement les fiches de stock de ces matières et repérez le coût des matières consommées.
6. Calculer le coût de production total et unitaire des rouleaux de tapisserie.
7. Présenter schématiquement la fiche de stock des rouleaux de tapisserie et calculer le coût de production des rouleaux vendus.
8. Calculer le coût de revient total et unitaire des rouleaux de tapisserie.
9. Calculer le résultat analytique.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 161/185


Question 2 : quantités de matières consommées et les quantités de produits fabriqués.
- __________ mètres de papier consommé.
- __________mètres de surcouche consommée.
- __________ rouleaux de tapisserie fabriqués.
Question 3 : Tableau de répartition des charges indirectes.
Centr. auxiliaire Centres principaux C. de structure
G° des moyens Approvisionnement Atelier A1 Atelier A2 Distribution Administration
Tot. primaire 2300 4270 7600 1900 4532 4000
Gestion moyens
Tot. secondaire
Nature de l’UO Rouleau acheté Heure de MOD Rouleau terminé 1€ de ventes Coût P° pdts vendus
Nb d’U.O.
Coût de l’U.O. 3 3,55 0,472 0,064 0,0422
Question 4 : Coût d’achat des matières premières achetées :
Eléments Papier Surcouche
PU Qté Montant PU Qté Montant
Charges directes : Achats mat.premières
Charges indirectes : Centre Approv
Coût achat MP achetées 12600 26100

Eléments Rouleau Tapisserie


Charges directes
Coût d’achat :
. Papier
. Tapisserie
Main d’œuvre directe
. Atelier 1
. Atelier 2
Charges indirectes
Centre 1
Centre 2
CPPF 19,976 5000 99 880
Question 5 : Fiches de stocks et coût des matières consommées
Papier
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI CAMPU
CAMPA SF
Total 14 602 Total 14 602
Surcouche
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI CAMPU
CAMPA SF
Total 38 600 Total 38 600
Question 7 : fiche de stock et coût de production des rouleaux de tapisserie fabriqués :
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI CPPV
CPPF SF
Total 105 880 Total 105 880
Question 8 : coût de revient total et unitaire des rouleaux de tapisserie :
Eléments Rouleau Tapisserie
Charges directes
Charges indirectes
Coût d’administration 4230

Eléments Rouleau Tapisserie


Charges directes
Charges indirectes
Coût de distribution 4992
Question 9 : résultat analytique :
Eléments Rouleau tapisserie
PU Quantité Montant

CPMV
Coût de distribution
Coût d’administration
Coût de revient
CA- CR
Résultat Analytique -6,023 -31 319,6

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 162/185


Corrigé LENOU.
Question 2 : quantités de matières consommées et les quantités de produits fabriqués.
- 50 000 mètres de papier consommé.
- 50 000 mètres de surcouche consommée.
- 5 000 rouleaux de tapisserie fabriqués.
Question 3 : Tableau de répartition des charges indirectes.
Centr. auxiliair Centres principaux C. de structure
G° des moyens Approvisionnt Atelier A1 Atelier A2 Distribution Administration
Tot. primaire 2300 4270 7600 1900 4532 4000
Gestion moyens 230 920 460 460 230
Tot. secondaire 4500 8520 2360 4992 4230
Nature de l’UO Rouleau acheté Heure de MOD Rouleau terminé 1€ de ventes Coût P° pdts vendus
Nb d’U.O. 1500 2400 5000 (5200*15=70000) 100100
Coût de l’U.O. 3 3,55 0,472 0,064 0,0422
Question 4 : Coût d’achat des matières premières achetées :
Eléments Papier Surcouche
PU Qté Montant PU Qté Montant
Charges directes : Achats mat.premières 18 600 10800 26 900 23400
Charges indirectes : Centre Approv 3 600 1800 3 900 2 700
Coût achat MP achetées 21 600 12600 29 900 26100

Eléments Rouleau Tapisserie


Charges directes
Coût d’achat :
. Papier 20,86 500 10 430
. Tapisserie 27,57 1000 27 570
Main d’œuvre directe
. Atelier 1 15 2400 36 000
. Atelier 2 12,5 1200 15 000
Charges indirectes
Centre 1 3,55 2400 8520
Centre 2 0,472 5000 2360
CPPF 19,976 5000 99 880
Question 5 : fiches de stocks et coût des matières consommées :
Papier
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 100 20 2 000 CAMPU 500 20,86 10 430
CAMPA 600 21 12 600 SF 200 20,86 4172
Total 700 20,86 14 602 Total 700 20,86 14 602
Surcouche
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 500 25 12 500 CAMPU 1000 27,57 27 570
CAMPA 900 29 26 100 SF 400 27,57 11 028
Total 1400 27,57 38 600 Total 1400 27,57 38 600
Question 7 : fiche de stock et coût de production des rouleaux de tapisserie fabriqués :
Libellé Quantité CU Montant Libellé Quantité CU Montant
SI 500 12 6000 CPPV 5200 19,25 100 100
CPPF 5000 19,976 99 880 SF 300 19,25 5775
Total 5500 CUMP = 19,25 105 880 Total 5500 19,25 105 880
Question 8 : coût de revient total et unitaire des rouleaux de tapisserie :
Coût d’administration :
Eléments Rouleau Tapisserie
Charges directes
Charges indirectes 0,0422 100 100 4230
Coût d’administration 0,0422 100 100 4230
Coût de distribution :
Eléments Rouleau Tapisserie
Charges directes
Charges indirectes 0,064 78 000 4992
Coût de distribution 0,064 78 000 4992
Question 9 : résultat analytique :
Eléments Rouleau tapisserie
PU Quantité Montant
CPMV 19,2500 5200 100 100
Coût de distribution 0,0640 78000 4992
Coût d’administration 0,0422 100100 4230
Coût de revient 21,023 5200 109 322
CA- CR 15-21,023 5200 78 000-109322
Résultat Analytique -6,023 -31 319,6

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 163/185


MILUPA (Calcul coût unité d’œuvre, avec prestations réciproques, sans stocks)

L’entreprise Milupa vous communique la liste de ses centres d’analyse :


Centres auxiliaires : Gestion du personnel ; Gestion des bâtiments ; Prestations connexes
Centres principaux : Atelier A ; Atelier B ; Atelier C
Fin juin, on vous communique les renseignements suivants :
Conso Mat 1ères C° matières consommables Main d’œuvre indirecte Charges diverses Amortissements
Gestion du personnel  7014 6956 21847
Gest° des bâtiments  6153 6065 22082
prestations connexes 9452 6854 8598 6029
Atelier A  12650 8510 10300 33650 6640
Atelier B  17070 12750 17600 33470 8621
Atelier C  17992 13294 13600 28670 6821
. La gestion de personnel est répartie à raison de 10% pour les bâtiments, 10% pour les prestations connexes, et le reste entre les trois ateliers
proportionnellement à la main d’œuvre indirecte de chacun d’eux.
. La gestion des bâtiments est répartie à raison de 30% pour l’atelier « A », 40% pour l’atelier « B », 30% pour l’atelier « C ».
. Les prestations connexes sont réparties à raison de 20% pour la gestion du personnel, 40% pour l’atelier « A », 15% pour l’atelier « B », 25%
pour l’atelier « C ».
. Les unités d’œuvre sont de : 8000 kg de matières pour l’atelier A ; 6000 h de main d’œuvre pour l’atelier B ; 14000 unités de produits finis.
1) Effectuer la répartition primaire et secondaire des charges indirectes.
2) Calculer le coût de l’unité d’œuvre pour chaque centre principal.
MILUPA (2)
Tableau de répartition des charges :
Charges par Montant Centres auxiliaires Centres principaux
nature G° personnel G° bâtim Prest Co. Atelier A Atelier B Atelier C
Rép° primaire
Matières premières 47712,00
Mat. consommables 57173,00
MO directe 61375,00
Ch diverses 148317,00
Amortissements 28111,00
Totaux primaire
Rép. secondaire
Gestion personnel
Gestion bâtiments
Prestat° connexes
Totaux secondaire 0 0 0
Unité d’oeuvre kg h unités
Nb unités d’oeuvre 8000 6000 14000
Coût de l’unité d’œuvre
Corrigé MILUPA
1) Montants des centres auxiliaires à répartir :
. Prestations réciproques entre centre gestion du personnel et centre prestations connexes :
x total centre gestion du personnel.
y total du centre prestations connexes.
On a : x=35817+0,20y et y=30933+0,10x
Soit : y=35219,08 et x=42860,82.
. Répartition du centre gestion du personnel dans les ateliers :
Montant à répartir : 42860,82-(4286,08+4286,08)=34288,66.
. Atelier A : (34288,66*103)/(103+176+136)=8510,20.
. Atelier B : (34288,66*176)/415=14541,70.
. Atelier C : 34288,66*136/415=11236,76.
2) Tableau de répartition des charges indirectes :
Charges par Montant Centres auxiliaires Centres principaux
nature G° personnel G° bâtim Prest Co. Atelier A Atelier B Atelier C
Rép° primaire
Matières premières 47712,00 12650,00 17070,00 17992,00
Mat. consommables 57173,00 7014,00 6153,00 9452,00 8510,00 12750,00 13294,00
MO directe 61375,00 6956,00 6065,00 6854,00 10300,00 17600 ,00 13600,00
Ch diverses 148317,00 21847,00 22082,00 8598,00 33650,00 33470,00 28670,00
Amortissements 28111,00 6029,00 6640,00 8621,00 6821,00
Totaux primaire 342688,00 35817 34300 30933 71750,00 89511,00 80377,00
Rép. secondaire
Gestion personnel -42680,82 +4286,08 +4286,08 8510,20 14541,70 11236,76
Gestion bâtiments -38856,08 11575,82 15434,44 11575,82
Prestat° connexes +7043,82 -31219,08 14087,63 5282,86 8804,77
Totaux secondaire 342688,00 0 0 0 105923,65 124770,00 111994,35
Unité d’oeuvre kg h unités
Nb unités d’oeuvre 8000 6000 14000
Coût de l’unité d’œuvre 13,2404 20,795 78,995

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 164/185


PARTIE II  LES COUTS PARTIELS

Chap 1 LA VARIABILITE DES CHARGES : 

1. Les charges variables :


Appelées aussi charges opérationnelles ou charges d’activités sont des charges dont le montant varie dans le même sens que le niveau d’activité.
Le niveau d’activité peut être mesuré :
. En unité physique, qui peut être le nombre d’unités produites, le nombre d’unités vendues, le nombre d’unités consommées.
. En unité monétaire, le chiffre d’affaires très souvent.
Exemples : consommation de matières premières, d’énergie, transport sur achats
Représentation graphique : ( Charges variables ) y
. droite de la forme :
y=ax y=ax

. avec « a » coefficient de variabilité et « x » niveau d’activité.


.
x (niveau d ' activité )
2. Les charges fixes :
Les charges de structure restent stables même en la variation du niveau d’activité. Ils augmentent uniquement par paliers correspondant à de
nouvelles capacités de production.
Exemples : Prime d’assurance, salaires, loyer, …
Représentation graphique :
. droite de la forme : ( Charges Fixes ) y y=b
y=b

. avec « b » : charges fixes totales.

x (niveau d ' activité )


3. Les charges semi-variables (ou mixtes) :
Exemple : Salaires des représentants commerciaux, dépenses du téléphone (abonnement + communication), …
Représentation graphique :
. droite de la forme : ( Charges ) y
y=ax+b y=ax+ b

y=b
x (niveau d ' activité )
4. L’incidence du niveau d’activité sur les coûts :
La décomposition du coût complet global ou unitaire, pour une activité donnée, en coût variable et en cout fixe permet de mesurer l’incidence du
niveau d’activité sur les coûts, et d’effectuer des prévisions
. Le coût complet global est représenté par la fonction ax+b, avec a : CVU, x : activité et b : CF.

Coût complet global=CVU*unités vendues+CF

. Le coût complet unitaire se détermine à partir du coût total que l’on divise par le nombre d’unités de mesure de l’activité.

F(x)/x=[ax+b]/x=a+b/x

Coût complet unitaire=CVU+CF/CA

. Les fonctions ax+b et a+b/x permettent de prévoir le coût total complet et le coût unitaire pour un chiffre d’affaires prévisionnel donné.
5. Les variations d’activité et les conséquences sur les coûts :
Les variations d’activité affectent les coûts du fait d’une plus ou moins bonne absorption des charges fixes pour une structure donnée.
Le tableau suivant résume les différentes situations :
Variations d’activité Conséquences sur les coûts
Augmentation de l’activité Augmentation du coût complet global Diminution du coût complet unitaire
Augmentation des charges variables Coût variable unitaire constant
Charges fixes constantes Diminution du coût fixe unitaire
Diminution de l’activité Diminution du coût complet global Augmentation du coût complet unitaire
Diminution des charges variables Coût variable unitaire constant
Charges fixes constantes Augmentation du coût fixe unitaire

L’étude de la variabilité des charges est le point de départ de plusieurs méthodes de calcul de coûts (méthode des coûts partiels, méthode de
l’imputation rationnelle) et permet de calculer et d’analyser les indicateurs de gestion qui en découlent (marge sur coût variable, seuil de
rentabilité…)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 165/185


MALAVITA
Le coût global de l’activité de l’entreprise Malavita se décompose comme suit :
. 250000€ de charges fixes
. 400000e de charges variables
Pour 100000 unités vendues et 500000€ de chiffre d’affaires.
1.Calculer le coût complet et unitaire.
2.Calculer le coût total et le coût unitaire pour un chiffre d’affaires de 600000€, puis de 250000e

MALAVITA (2)
1. Coût complet et coût unitaire :
Coût variable unitaire par unité vendues :
400000/100000=4,00€
Coût variable unitaire pour 1€ de chiffre d’affaires :
400000/500000=0,80€
Coût complet :
(4,00*100000)+250000
Ou (0,80*500000)+250000=650000
Coût complet unitaire pour une unité vendue
4,00+250000/100000=6,50€
Coût complet unitaire pour 1€ de chiffre d’affaires
0,80+250000/500000=1,30€.

2. Coût total et le coût unitaire pour 600000e et 250000€


Pour un chiffre d’affaires de 600000€ :
. Coût total complet :
(0,8*600000)+250000=730000€
. Coût unitaire complet :
0,80+250000/600000=1,22€

Pour un chiffre d’affaires de 250000€ :


. Coût total complet :
(0,8*250000)+250000=450000€
. Coût unitaire complet :
0,80+250000/250000=1,80€

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 166/185


Chap 2 METHODE DE L’IMPUTATION RATIONNELLE DES CHARGES FIXES
La méthode de l’imputation rationnelle des charges fixes permet de déterminer des coûts de revient unitaires constants d’une période à l’autre, malgré la variation du niveau d’activité.
La méthode a pour effet de rendre constants les coûts fixes unitaires et de ce fait d’annuler, pour une structure identique, l’incidence du niveau d’activité sur le coût unitaire.
Les coûts sont calculés d’après un niveau normal d’activité.

1. Principe et objectif de la méthode de l’imputation rationnelle :

Exemple, les coûts de revient du produit X pour le trimestre sont les suivants :
Mars Avril Mai
Charges variables 80000 120000 64000
Charges fixes 40000 40000 40000
Coût total 120000 160000 104000
Unités vendues 10000 15000 8000
Coût unitaire 12,00 10,66 13,00
On constate sur la période une instabilité du coût de revient unitaire.

La méthode de l’imputation rationnelle consiste :


. à ventiler les charges directes et indirectes en charges variables et en charges fixes ;
. à déterminer une activité normale, d’après les capacités de production de l’entreprise ou d’après une moyenne mensuelle de l’activité réelle de l’année précédente et
. à inclure dans les coûts la part de charges fixes calculée par rapport au niveau d’activité normale.

L’objectif est de :


. Faciliter la détermination d’un prix de vente à partir d’un prix de revient ;
. Permettre une comparaison pertinente des coûts d’une période à l’autre ;
. Chiffrer le coût d’une sous-activité ou le gain d’une sur-activité par rapport à l’activité normale ;
. Mettre en évidence les variations des coûts unitaires dues aux charges variables.

Charges fixes à imputer aux coûts :


Les charges fixes constatées sont corrigées à l’aide d’un coefficient d’imputation rationnelle ou taux d’activité (TA) :
Coefficient d’imputation rationnelle ou taux d’activité=activité réelle/activité normale.
Le montant des charges fixes à imputer aux coûts se calcule de la manière suivantes :
Charges fixes à imputer=charges fixes constatées*coefficient d’imputation rationnelle.
Le coût de revient global avec imputation rationnelle se détermine ainsi :
Coût d’imputation rationnelle global=charges variables constatées+charges fixes constatées.
Le coût de revient unitaire avec imputation rationnelle est constant, il est égal à :
Coût d’imputation rationnelle global/nombre d’unités ou
Coût variable unitaire constant+coût fixe unitaire constant.

Lorsque le coût de revient unitaire avec imputation rationnelle diffère d’une période à l’autre, pour une structure identique, cela provient des charges variables qui évoluent d’une manière
non strictement proportionnelle à l’activité (variation du prix de matières…). Le coût variable unitaire n’est donc plus constant. La méthode de l’imputation rationnelle permet de mieux
cerner les causes de variations des coûts.

2. Différence sur niveau d’activité :


La différence entre charges fixes constatées et charges fixes imputées représente une différence d’imputation rationnelle qui peut être positive ou négative.
Le calcul s’effectue toujours dans le sens :
Charges fixes constatées-charges fixes imputées=différence d’incorporation.
La différence d’imputation traduit : soit un gain de sur-activité, soit un coût de sous-activité.
Gain de sur-activité  Coût de sous-activité 
Activité réelle>activité normale Activité réelle<activité normale
Coefficient d’imputation rationnelle>1 Coefficient d’imputation rationnelle<1
Coûts fixes constatés<coûts fixes imputés. Coûts fixes constatés>coûts fixes imputés.
Gain de sur-activité=coût fixe unitaire normal*nombre d’unités produites en plus. Gain de sur-activité=coût fixe unitaire normal*nombre d’unités non produites.

3. Représentation graphique :
Le coût de revient complet et le coût d’imputation rationnelle sont représentés à partir des équations suivantes :
. coût complet : y=ax+b
. coût d’imputation rationnelle : y=ax

4. L’imputation rationnelle des charges indirectes :


Les charges indirectes sont réparties en charges fixes et charges variables dans les centres d’analyse auxiliaires et principaux.
Le coefficient d’imputation rationnelle peut être différent pour chaque centre.
L’imputation rationnelle peut être pratiquée à deux niveaux, selon les situations suivantes :
Activité des centres auxiliaires non mesurables Activité des centres auxiliaires mesurables
L’imputation rationnelle est pratiquée uniquement au niveau des centres principaux, avant L’imputation rationnelle est pratiquée dans tous les centres. La répartition secondaire est
ou après répartition secondaire réalisée à partir des totaux primaires après imputation rationnelle.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 167/185


ROCH :
L’entreprise Roch fabrique un produit A. les charges suivantes sont constatées :
Eléments Janvier Février Mars
Production (unités) 1500 1350 1800
Charges variables :
-Matières premières 60000 52000 71700
-Main d’œuvre 120000 107600 150000
Charges fixes 37500 37500 37500
Coût total (charges variables + charges fixes) 217500 197100 259200
Coût d’un produit (Coût total/Production) 145 146 144
L’entreprise produit normalement 1500 unités.
Calculer les coefficients mensuels d’imputation rationnelle et les différences d’incorporation. Commenter les résultats trouvés.
ROCH (2) :
Étape 1 : Une activité normale de __________unités.
Étape 2 : Des coûts fixes de __________€.
Étape 3 : Un coefficient d’imputation rationnelle est déterminé d’après le tableau suivant :
Janvier Février Mars
Rapport : Activité Réelle/Activité Normale
=Coefficient d’IR
Étape 4 : Des coûts fixes incorporables aux coûts qui sont calculés d’après le tableau suivant :
Janvier Février Mars
Charges Fixes× Coefficient d’IR
= Charges fixes Imputés
Étape 5 : Des coûts selon la méthode de l’imputation rationnelle qui sont comme suit :
Janvier Février Mars
Charges Variables+Charges Fixes Imputés
=Coût total
Étape 6 : Une différence entre CFI et CFR qui est comme suit :
Janvier Février Mars
Coût Total÷Production (unités)
=Coût d’un produit
Décomposition :
Variable (CVT/unités)
Fixe (CFT/unités)
Différence d’Incorporation (CFR – CFI)
Commentaires :
. En février, l’entreprise est en ____________ puisqu’elle a fabriqué 150 produits de moins que la norme. Cette sous-activité lui coûte _______€.
. En mars, l’entreprise est en __________, elle a fabriqué 300 produits de plus que la norme. Cette sur-activité lui procure un gain de ______€.
Corrigé ROCH :_
Étape 1 : Une activité normale de 1500 unités.
Étape 2 : Des coûts fixes de 37500.
Étape 3 : Un coefficient d’imputation rationnelle est déterminé d’après le tableau suivant :
Janvier Février Mars
Rapport : Activité Réelle/Activité Normale 1500/1500 1350/1500 1800/1500
=Coefficient d’IR 1 0,90 1,20
Étape 4 : Des coûts fixes incorporables aux coûts qui sont calculés d’après le tableau suivant :
Janvier Février Mars
Charges Fixes× Coefficient d’IR 37500×1 37500×0,90 37500×1,20
= Charges fixes Imputés 37500 33750 45000
Étape 5 : Des coûts selon la méthode de l’imputation rationnelle qui sont comme suit :
Janvier Février Mars
Charges Variables+Charges Fixes Imputés 180000+37500 159600+33750 221700+45000
=Coût total 217500 193350 266700
Étape 6 : Une différence entre CFI et CFR qui est comme suit :
Janvier Février Mars
Coût Total÷Production (unités) 217500/1500 193350/1350 266700/1800
=Coût d’un produit 145 143,22 148,17
Décomposition :
Variable (CVT/unités) 120 118,22 123,17
Fixe (CFT/unités) 25 25,00 25,00
Différence d’Incorporation (CFR – CFI) - +3750 -7500
Remarque :
. La méthode de l’imputation rationnelle permet d’obtenir un montant unitaire de charges fixes indépendant du niveau d’activité (25 €).
. La méthode de l’imputation rationnelle permet d’isoler le coût variable unitaire et d’isoler son évolution.
Commentaires :
. En février, l’entreprise est en sous-activité puisqu’elle a fabriqué 150 produits de moins que la norme.
Cette sous-activité lui coûte 3750€ (Coût de revient réel-Coût de revient d’imputation rationnelle=197100-193350=3750€).
Le coût de sous-activité correspond à la différence entre les charges fixes constatées et les charges fixes imputées (27500-33750=3750).
. En mars, l’entreprise est en sur-activité, elle a fabriqué 300 produits de plus que la norme.
Cette sur-activité lui procure un gain de 7500€, soit (Coût de revient réel-Coût de revient d’imputation rationnelle=259200-266700=7500€).
Le boni de sur-activité provient de la différence entre les charges fixes constatées et les charges fixes imputées (37500-45000=-7500€)
LUPINO
L’entreprise « Lupino » vous communique la liste de ses centres d’analyses :
. Centres auxiliaires : Gestion des bâtiments et prestations connexes.
. Centres principaux : Atelier A et Atelier B.
Les centres auxiliaires se répartissent comme suit :
. Gestion des bâtiments :
Atelier A : 20%
Atelier B : 80%
. Prestations connexes :
Atelier A : 30%
Atelier B : 70%
L’activité des centres par rapport à la normale est la suivante :
Gestion des bâtiments : 80%
Prestations connexes : 110%
Atelier A : 90%
Atelier B : 120%
Fin mars, les renseignements concernant les charges indirectes vous sont fournis :
Matières consommables (variables) : 44500
. Gestion des bâtiments : 10000
. Prestations connexes : 2500

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 168/185


. Atelier A : 14000
. Atelier B : 18000
Charges de personnel : 80000 (Variables 60000, Fixes 20000)
. Gestion des bâtiments : 20%
. Prestations connexes : 20%
. Atelier A : 30%
. Atelier B : 30%
Présenter le tableau de répartition des charges indirectes :
LUPINO (2)
Centres auxiliaires Centres principaux Différences
Charges par nature Gestion des bâtiments Prestations connexes Atelier A Atelier B d’incorporation
F V F V F V F V - +
Matières consommables
Charges de personnel
Totaux
Taux d’activité
Imputation CF

Différence d’incorporation
Tot=CFT+CVT-Diff d’incorp.
Gestion des bâtiments
Prestations connexes
Totaux
Corrigé LUPINO :
Tableau de répartition des charges indirectes:
Centres auxiliaires Centres principaux Différences
Charges par nature Gestion des bâtiments Prestations connexes Atelier A Atelier B d’incorporation
F V F V F V F V - +
Matières consommables 10000 2500 14000 18000
Charges de personnel 4000 12000 4000 12000 6000 18000 6000 18000
Totaux 4000 22000 4000 14500 6000 32000 6000 36000
Taux d’activité 0,8 1,1 0,9 1,2
Imputation CF 3200 4400 5400 7200

Différence d’incorporation +800 -400 +600 -1200 1600 1400

Tot=CFT+CVT-Diff d’incorp. 25200 18900 37400 43200


Gestion des bâtiments -25200 25200×20%=5040 25200×0,8=20160
Prestations connexes -18900 18900×30%=5670 18900×0,7=13230
Totaux 0 0 48110 76590 1600 1400

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 169/185


Chap 3 LA METHODE DES COUTS VARIABLES

1. Le cout variable :
Un coût variable est un coût partiel constitué uniquement par les charges directes et indirectes qui varient avec le volume d’activité. Il s’agit des charges variables ou opérationnelles.
Elles sont réparties entre les produits afin de calculer le coût variable de chaque produit.
La différence entre le total des charges et les charges variables donne les charges fixes qui sont supportées par l’entreprise quel que soit le volume des ventes réalisées dans une structure
donnée.
Les charges fixes ne sont pas réparties par produit, elles sont traitées globalement pour la détermination du résultat.
La méthode des coûts variables exclut, au niveau des coûts unitaires, l’incidence des charges fixes lors des variations d’activité.

2 .La marge sur coût variable :


La comparaison entre le chiffre d’affaires d’un produit ou d’une activité et son coût variable permet de calculer la marge sur coût variable (MCV) par produit ou par activité.

Marge sur coût variable=Prix de vente-Coût variable

Taux de marge sur coût variable=Marge sur coût variable/Chiffre d’affaires,

La marge sur coût variable est proportionnelle au chiffre d’affaires. Elle s’exprime en pourcentage de ce dernier :
La marge sur coût variable unitaire est fixe, ainsi que le taux de marge sur coût variable.
La somme des marges sur coût variable par produit, déduction faite des coûts fixes globaux, permet de déterminer le résultat global de l’entreprise :

Résultat global= somme des marges sur coût variables-coûts fixes globaux.

La marge sur coût variable est un indicateur de gestion qui mesure la performance d’un produit ou d’une activité.
Elle permet de répondre aux questions suivantes :
. Quelle est la contribution du produit ou de l’activité à absorber les charges fixes ?
. Ce produit ou cette activité est-elle rentable ? L’entreprise a-t’elle intérêt à développer ou à supprimer sa production ou sa commercialisation ? . Faut-il sous-traiter ou non telle
activité ?
Attention : avant de décider de la suppression d’un produit ou d’une activité, il faut s’assurer que cette suppression n’entrainera pas une diminution du résultat global (par le jeu de
l’abandon de la marge sur coût variable de ce produit).
. Quelles sont les conséquences d’une augmentation ou d’une diminution des coûts variables ou des coûts fixes sur la rentabilité ?
La méthode des coûts variables permet d’effectuer aisément des prévisions à court terme de calculs de coûts, de résultats, de seuil de rentabilité.

3. Le compte de résultat différentiel :


Les calculs de coûts variables, de marges sur coût variable et de résultats se présentent dans un tableau intitulé compte de résultat différentiel.

Le compte de résultat dans une entreprise de production (à partir des quantités vendues et non pas à partir des quantités produites) :
Par produit Par activité Pour l’entreprise
1 Prix de vente pendant la période X
2 Charges variables de production X
3 Charges variables de distribution X
4 Coût variable (2+3) X
5 Marge sur coût variable n°1 (1-4) X
6 Ensemble des MCV n°1 de tous les produits X
7 Coûts fixes des centres opérationnels de l’activité X
8 Coûts fixes des centres de structure de l’activité X
9 Coûts fixes (7+8) X
10 Marge n°2 (6-9) X
11 Ensemble des marges n°2 de toutes les activités X
12 Coûts des centres de structure de l’entreprise X
13 Marge n°3 (11-12) ou résultat d’exploitation X
Pour déterminer le coût variable des matières premières consommées, la variation positive ou négative des stocks de matières premières doit être ajoutée au coût variable des matières
premières achetées.
Pour déterminer le coût variable de production des produits vendus, la production stockée positive ou négative doit être retranchée du coût variable de production des produits fabriqués.

Le compte de résultat différentiel d’une entreprise commerciale :


Montant %
1 Chiffre d’affaires X
2 Coût d’achat des marchandises vendues
3 +Autres charges variables d’approvisionnement
4 =coût variable des marchandises vendues -X
5 Marge sur coût variable d’achat (1-4) =X
6 Charges variables de distribution -X
7 Marge sur coût variable (5-6) =X
8 Charges fixes -X
9 Résultat d’exploitation (7-8) =X
Pour déterminer le coût variable des marchandises vendues, la variation positive ou négative des stocks de marchandises doit être ajoutée au coût variable des marchandises achetées.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 170/185


PIAGGIOLA
(Entreprise de production)
Vous disposez des renseignements suivants relatifs à l’entreprise Piaggiola (entreprise de production )
Ventilation des charges variables:
Montant Produit
A B C
Coût d’achat des matières consommées 155000 98000 20000 37000
Production 750000 480000 120000 150000
Distribution 85000 17000 38000 30000
Totaux 990000 595000 178000 217000
Charges fixes :
. De production : 380000
. De distribution : 47500
. D’autres charges : 255000
Ventes de produits Stock I. Pdts F. évalué au CV Stock F. PF évalués au CV
A 1385000 120000 100000
B 375000 15000 18000
C 495000 22500 20000
Le résultat analytique du produit B est négatif.
1. Etablir le compte de résultat différentiel de cette entreprise.
2. L’entreprise a-t-elle intérêt à abandonner le produit B ?
PIAGGIOLA (2)
1. Calcul des productions stockées :
. Produit A : 100000-12000=-20000 . Produit B : _________-_________=_________ . Produit C : _________-_________=_________
Compte de résultat différentiel :
Produits
Pour l’entreprise A B C
1 Chiffre d’affaires
2 Coût d’achat variable des matières consommées
3 Charges variables de production
4 Coûts variables de production (2+3)
5 Variation de stock de produits finis
6 Coûts variables de production des produits vendus (4+5)
7 Charges variables de distribution
8 Coûts variables (après distribution) (6+7)
9 Marge sur coût variable (1-8)
Marges en pourcentage
10 Charges fixes
11 Résultat (9-10)
2. Décision relative à l’abandon du produit B :
Si l’entreprise décidait de supprimer le produit B, le résultat serait de :
(MCV __________ + MCV __________)-Coûts __________=__________, soit __________+__________-__________=__________
Le résultat global diminuerait du montant de la marge sur coût variable du produit__________: __________-__________=__________.
L’entreprise a donc intérêt à poursuivre la commercialisation du produit B qui dégage une marge sur ____________________ positive, même si le résultat de ce produit, issu du calcul
des coûts complets, est __________dans la mesure ou les coûts __________ restent constants.

Corrigé PIAGGIOLA :
Calcul des productions stockées :
. Produit A : 100000-12000=-20000 . Produit B : 18000-15000=3000 . Produit C : 20000-22500=-2500
Compte de résultat différentiel :
Produits
Pour l’entreprise A B C
1 Chiffre d’affaires 2255000 1385000 375000 495000
2 Coût d’achat variable des matières consommées 155000 98000 20000 37000
3 Charges variables de production 750000 480000 120000 150000
4 Coûts variables de production (2+3) 905000 578000 140000 187000
5 Variation de stock de produits finis +19500 -(-20000) -(+3000) -(-2500)
6 Coûts variables de production des produits vendus (4+5) 924500 598000 137000 189500
7 Charges variables de distribution 85000 17000 38000 30000
8 Coûts variables (après distribution) (6+7) 1009500 615000 175000 219500
9 Marge sur coût variable (1-8) 124500 770000 200000 275500
Marges en pourcentage 55,23% 55,60% 53,33% 55,66%
10 Charges fixes 682500
11 Résultat (9-10) 563000
Décision relative à l’abandon du produit B :
Si l’entreprise décidait de supprimer le produit B, les coûts fixes seraient alors supportés entièrement par les produits A et C. Dans ce cas, le résultat serait  de MCV A + MCV B-Coûts
fixes=Nouveau résultat, soit 770000+225500)-682500=363000€
Le résultat global diminuerait du montant de la marge sur coût variable du produit B : (563000-363000=200000)
L’entreprise a donc intérêt à poursuivre la commercialisation du produit B qui dégage une marge sur coût variable positive, même si le résultat de ce produit, issu du calcul des coûts
complets, est négatif dans la mesure ou les coûts fixes restent constants.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 171/185


ATOLL
L’entreprise Atoll a produit et vendu au cours d’une période deux types d’articles, 50 articles A et 30 articles B.
Le prix de vente unitaire est de 200€ pour A et 180€ pour B. Les charges de la période sont les suivants :
. Charges indirectes :
Eléments Atelier 1 Atelier 2
Total répartition secondaire 2000 1200
Nature d’unités d’œuvre H machine H machine
Nombre d’unités d’œuvre 100 80
Coût de l’unité d’œuvre 200 15
L’atelier 1 a utilisé 70 heures pour A et 30 heures pour B.
L’atelier 2 a travaillé 40 heures pour A et 40 heures pour B.
. Charges directes :
Eléments Produit A Produit B
Matières Premières 60 €/produit 60 €/produit
MOD 1 h à 60 €/h 1,5 h à 60 €/h
1. Calculez les résultats selon la méthode des coûts complets.
2. Calculez les résultats selon la méthode des coûts variables, sachant que les :
. Matières premières et la MOD sont des charges variables.
. Charges indirectes sont supposées fixes.
3. Comparez et commentez les résultats des deux méthodes.
ATOLL (2)
1. Méthode des coûts complets :
Produit A Produit B
Q PU M Q PU M
Charges Directes :
Matières Premières
MOD
Charges Indirectes :
Atelier 1
Atelier 2
CA-Coût de Revient
Résultat
2.Méthode des coûts variables :
Produit A Produit B Total
CA-Charges Variables :
Matières premières
MOD
=MCV-Charges Fixes :
Atelier 1
Atelier 2
=Résultat
Corrigé ATOLL
1. Méthode des coûts complets :
Produit A Produit B
Q PU M Q PU M
Charges Directes :
Matières Premières 50 60 3000 30 60 1800
MOD 50 60 3000 45 60 2700
Charges Indirectes :
Atelier 1 70 20 1400 30 20 600
Atelier 2 40 15 600 40 15 600
CA-Coût de Revient 50-50 200-160 10000-8000 30-30 180-190 5400-5700
Résultat 50 40 2000 30 -10 -300
Le montant du coût de revient est égale au montant de l’ensemble des charges directes et indirectes.
Tandis que le prix unitaire est égal au montant du coût de revient sur la quantité (50 unité de A ou 30 unité de B) des produits.
2.Méthode des coûts variables :
Produit A Produit B Total
CA-Charges Variables : 10000-6000 5400-4500 15400-10500
Matières premières 3000 1800 4800
MOD 3000 2700 5700
=MCV-Charges Fixes : 4000 900 4900-3200
Atelier 1 2000
Atelier 2 1200
=Résultat 1700
3.Comparaison entre les méthodes :
Suivant la méthode des coûts complets, le produit B est déficitaire de 300. L’entreprise peut envisager l’arrêt de sa fabrication et se contenter de la production du produit A et réaliser un
résultat de 2000 au lieu de 1700.
Selon la méthode des coûts variables, on remarque que le produit B dégage un MCV de 900, ce qui contribue dans cette limite à la couverture des charges fixes. En cas d’abandon de ce
produit, le résultat sera :
Résultat= MCV du produit A-Charges fixes totales=4000-3200=800<1700
Cela indique que l’entreprise n’a pas intérêt à abandonner le produit B mais à chercher à améliorer sa rentabilité.
2. Avantages et inconvénients de la méthode:
Les avantages :
. Abandonner une activité ou un produit, si la MCV est négative.
. Des charges fixes absorbées, si le coût variable est inférieur au prix d’achat. Sous-traiter, si le coût variable est supérieur au prix d’achat.
Les inconvénients :
. On parle de charges directes au lieu de charges variables.
. La séparation entre Coûts fixes/coûts variables et coûts directs/coûts indirectes n’est pas facile à établir.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 172/185


3. Méthode du coût variable évolué :
Cette méthode consiste à distinguer les charges fixes en :
. Charges fixes spécifiques c'est-à-dire propres à chaque produit ou service.
. Charges fixes communes à l’ensemble des produits ou services.

Compte d’exploitation analytique :


Eléments Produit A Produit B Produit C Total
Chiffre d’Affaires …………. …………. …………. ………….
-Charges Variables …………. …………. …………. ………….
=Marge sur Coût Variable …………. …………. …………. ………….
-Charges Fixes Spécifiques …………. …………. …………. ………….
=Marge sur Coût Spécifiques …………. …………. …………. ………….
-Charges Fixes Spécifiques ………….
Résultat Global ………….

Marge sur coût spécifique=MCV- Charges fixes spécifiques.

Elle mesure la contribution du produit à la couverture des coûts fixes communs et à la formation du résultat.

ENTREPRISE 2
Une entreprise fabrique et commercialise deux produits A et B. Pour une période déterminée, elle met à votre disposition les informations suivantes :
Eléments Produit A Produit B
CA 15000 20000
CV 4000 13000
CF spécifiques 2000 7500
CF communes 6500
1.Pour chaque produit, calculer la MCV selon la méthode du CV évolué.
2.Calculer le résultat global et commenter les résultats obtenus. 20000→100 ⇒ x = (7000×100)/20000
7000→X x = 35
Corrigé ENTREPRISE 2 :
Total % Produit A % Produit B %
CA 35000 100 15000 100 20000 100
-CV 17000 4000 13000
=MCV 18000 51,42 11000 73,33 7000 35
-CF spécifiques 9500 2000 7500
=MC Spécifiques 8500 24,28 9000 60 -500 -2,5
-CF communes 6500
=Résultat 2000 5,71

35000→100 ⇒ x = (2000×100)/35000 20000→100 ⇒ x = (-500×100)/20000


2000→x x = 5,71 -500→x x = -2,5
L’analyse du tableau montre que le produit B dégage une marge sur coûts spécifique négative. Cela veut dire que non seulement il ne participe pas à la couverture des charges fixes
communes mais il n’arrive pas à absorber la totalité de ses propres charges fixes spécifiques.
Donc, s’il existe des possibilités d’améliorer sa MCV en agissant sur ses déterminants on peut le garder sinon sa suppression sera nécessaire.
L’utilité de la méthode du coût variable évolué pour la gestion est évidente :
Elle permet de connaître avec plus de précision la contribution de chaque produit à la couverture des charges fixes communes, donc à la rentabilité globale de l’entreprise.
La comparaison des apports de chaque produit (MC spécifiques) peut résoudre le problème de l’opportunité de maintenir ou d’abandonner une activité.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 173/185


Chap 4: « LE SEUIL DE RENTABILITE (SR) »

Le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires ou le niveau d’activité que l’entreprise doit réaliser pour couvrir l’ensemble des charges
variables et fixes et pour lequel elle ne réalise ni bénéfice ni perte.
Ou encore : le seuil de rentabilité est le niveau de chiffre d’affaires pour lequel la marge sur coût variable finance exactement le montant des
charges fixes.

1. Calcul du seuil de rentabilité:


Le calcul du seuil de rentabilité s’effectue à partir des éléments du compte de résultat différentiel.

On a : Résultat=Chiffre d’affaires-Charges

Résultat= Chiffre d’affaires-Charges variables-Charges fixes

Résultat=Marge sur coûts variables-Charges fixes

Avec : Marge sur coût variable=Taux de marge sur coût variable*Chiffre d’affaires,

Résultat= Taux de marge sur coût variable*Chiffre d’affaires-Charges fixes

Par définition, au seuil de rentabilité, le résultat est nul, donc :

0= Taux de marge sur coût variable*Chiffre d’affaires au seuil de rentabilité-Charges fixes

Chiffre d’affaires au seuil de rentabilité =CF/TMCV

Quantité=Seuil de rentabilité en valeur/Prix de vente HT d’un produit.


MCV=ax
2. Représentation graphique :
MCV
Avec : x=CA Zone de
a=TMCV bénéfice
MCV=ax Zone de CF=b
CF=b Perte
SR

FOUR CA = x
L’entreprise « Four » réalise la fabrication et la vente d’un article donné dans les conditions suivantes :
.Prix de vente unitaire : 20€
.Charges variables unitaires : 120€
.Charges fixes globales : 80 000€
.Ventes de l’exercice : 3000 articles
1.Calculer le résultat global et unitaire.
2.Déterminer par calcul le seuil de rentabilité.

FOUR (2)
Eléments Unitaire Global
Chiffre d’affaires
-Charges variables
Marge sur coûts variables
-charges fixes
Résultat 53,33 160000

Corrigé FOUR

1.Le résultat global et unitaire :


Eléments Unitaire Global
Chiffre d’affaires 200 600000
-Charges variables 120 360000
Marge sur coûts variables 80 240000
-charges fixes 26,67 80000
Résultat 53,33 160000

2.Calcul du seuil de rentabilité :


. Seuil de rentabilité en valeur : CF=80000 et TMCV=240000/600000=0,4
SR (valeur)=CF/TMCV=80000/0,4=200000€
. Seuil de rentabilité en quantité :
SR (quantité)=SR (valeur)/Prix de vente unitaire=200000/200=1000 articles

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 174/185


3. Calcul du point mort :
Le point mort représente la date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint. Il permet de connaitre le temps nécessaire pour atteindre le seuil de
rentabilité. Plus ce temps est court, plus la période d’activité rentable est longue.

Pour une activité régulière :

Point mort=Seuil de rentabilité/CA annuel*360

Pour une activité saisonnière :


Les entreprises à activité saisonnière réalisent leur CA de façon irrégulière au cours de l’exercice. Il n’est donc pas possible de retenir
l’hypothèse de régularité de l’activité.
Ces variations saisonnières en cours de l’exercice n’ont pas d’incidence sur les conditions d’exploitation de l’entreprise et n’influencent pas la
valeur du CA critique, mais par contre elles modifient la date à laquelle il sera atteint. On décompose période par période le CA et on procède
comme suit :

Le point mort se détermine à partir de la série cumulée du chiffre d’affaires par interpolation linéaire. Les calculs s’ordonnent en 3 étapes :
. Calculer le CA HT par période. . Calcul du SR.
. Cumuler les CA.
. Calcul du PM par interpolation linéaire.

4. Calcul de la marge de sécurité :


La marge de sécurité est l’excédent du CA de l’entreprise sur son SR.

Marge de sécurité=Chiffre d’affaires-seuil de rentabilité.

L’indice de sécurité mesure la marge de sécurité en % du CA. Il indique la baisse de CA que l’entreprise peut supporter avant d’être en perte.

Indice de sécurité=Marge de sécurité/Chiffre d’affaires

Plus l’indice de sécurité est fort, plus le risque d’exploitation est faible, et inversement.

7. Avantages du seuil de rentabilité :


Le seuil de rentabilité permet à l’entreprise :
. De calculer le montant du chiffre d’affaires à partir duquel elle est rentable.
. De déterminer la date à laquelle l’activité devient rentable.
. D’apprécier le risque d’exploitation ; la sécurité dont dispose l’entreprise si la conjoncture devient défavorable.
. D’analyser l’incidence de l’évolution du comportement des charges sur la rentabilité de l’exploitation.
. D’estimer rapidement des résultats prévisionnels.

PADOV » a établi le compte de résultat différentiel suivant :


Eléments Montant %
CA net 650 000 100
CV des marchandises vendues 400 000 61,54
MCV 250 000 38,46
CF 175 000
Résultat 75000 11,54
Calculer :
1. Le seuil de rentabilité et le point mort.
2. Le point mort dans l’hypothèse d’une activité saisonnière si le chiffre d’affaires annuel se décompose comme suit :
1er trimestre : 220 000 ; 2ème trimestre : 200 000 ; 3ème trimestre : 120 000 ; 4ème trimestre : 110 000
3. La marge de sécurité et l’indice de sécurité.

Corrigé PADOV :
1.Seuil de rentabilité :
SR=CF/TMCV=175000/0,3846=455018
Point mort :
Point mort=455000/650000*360=252 jours ou 8 mois (252/30=8,4) et 12 jours (0,4*30=12)
Le seuil de rentabilité est atteint le 12 septembre.
2. Point mort dans l’hypothèse d’une activité saisonnière :
Période CA cumulé
1er trimestre 220 000
2ème trimestre 420 000 Le SR se situe dans cette tranche
3ème trimestre 540 000
4ème trimestre 650 000
Interpolation linéaire :
( t−0) 455 000−420 000 35 000
= ⟹ ×90=t ⟹ t=26,25
(90−0) 540 000−420 000 120 000
Le point mort est atteint le 26 juillet.
3.La marge de sécurité et l’indice de sécurité :
Marge de sécurité=650000-455000=195000
Indice de sécurité=(195000/650000)*100=30%

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 175/185


L’entreprise PADOV peut supporter une baisse de CA de 30% avant d’être en perte.

Chap 5 LE LEVIER D’EXPLOITATION OU LEVIER OPERATIONNEL 


Le rapport entre la variation du résultat et la variation du CA s’appelle coefficient de levier d’exploitation. Il exprime la performance économique dans les cas d’une hausse du CA, mais
aussi le risque économique résultant d’une baisse du CA.

ΔR /R
Coefficient de levier d ' exploitation=
ΔCA /CA
Application :
Pour un chiffre d’affaires de 500 000€, le résultat est de 50 000€. Quelle est la variation du résultat pour une variation de CA de 10 000€ et quel est le coefficient de levier d’exploitation
sachant que le taux de MCV est de 40% et le montant des coûts fixes est de 150 000€.
Solution :
Résultat prévisionnel=( 510 000 × 0,4 )−150 000=54 000 €
∆ R=54 000−50 000=4000 ou bien4000=10 000 ×0,4
4000 /50000
Coefficient de levier d ' exploitation= =0,08×50=4
10000/500000
Si le chiffre d’affaires croit de 1% cela entraîne une augmentation du résultat d’exploitation de 4%.

Avantages et inconvénients :
Avantage :
C’est un instrument de décision en matière de préparation des budgets et de choix des investissements. Le seuil de rentabilité permet de déterminer :
. La marge de sécurité.
. Le volume des ventes qui doit être réalisé.
. Quel bénéfice permet de réaliser un CA d’un montant donné.
. Cette technique constitue un instrument de prévision à court terme, ce qui facilite la recherche des solutions.
Inconvénient :
. Le modèle suppose qu’il existe une relation linéaire entre les coûts et le CA.
. Le modèle suppose que les charges de structure restent fixes.
. On suppose une demande illimitée à un prix fixe.
. Le modèle considère le CA comme représentant le niveau d’activité, alors que le CA peut varier.
. Une autre difficulté tient à l’exclusion des entreprises multi-productives.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 176/185


Chap 6 LE COUT MARGINAL
Le coût marginal est la différence entre l’ensemble des charges courantes nécessaires à une production donnée et l’ensemble de celles qui sont nécessaires à cette même production
majorée ou minorée d’une unité. L’unité peut correspondre à un lot, une série, un produit, …

AGORAH
L’entreprise Agorah fabrique normalement 10 séries de 25 articles par mois.
Le coût total des 10 séries est de 2 000 € ; il comprend 1200 € de CV et 800€ de CF.
Il est envisagé de limiter la production à 9 séries pour la période à venir. Les CF resteraient inchangées et les CV totales diminueraient de 120€.

Calcul du coût marginal :


Série Charges variables Charges fixes Coût total Coût marginal
10 1200 800 2000
9 1080 800 1880 120
Le coût marginal de la production d’une série en un mois, 120€, est appelé coût marginal de régression. Par unité le coût marginal=120/25=4,8€

Il prévu de produire une série supplémentaire. Dans cette hypothèse, les CV passeraient à 1 320€ et les CF sont constantes.
Calcul du coût marginal relatif à la 11ème série.
Série Charges variables Charges fixes Coût total Coût marginal
10 1200 800 2000
11 1320 800 2120 120
Le coût marginal de la production d’une série en plus, est appelé coût marginal de développement.
Par article, le coût marginal = 120/25 = 4,8€.
Coût marginal à l’unité=Δ du coût total/Δ de la quantité.
Recette marginale-Coût marginal=Résultat marginal

Chap 7 COUT MARGINAL ET COUT VARIABLE UNITAIRE :


Le coût marginal est composé de charges variables majorées éventuellement des coûts fixes supplémentaires qu’il est nécessaire de supporter pour augmenter la production.

On distingue deux cas possibles.


Cas 1 : Coût marginal = Coût variable unitaire, lorsque deux conditions sont satisfaites :
. La production supplémentaire n’entraîne pas d’augmentation des coûts fixes.
. L’augmentation des charges variables est proportionnelle aux quantités produite :
CV=ax
Cas 2 : Coût marginal ≠ Coût variable unitaire, lorsque deux conditions sont satisfaites :
. Les charges fixes sont modifiées suite à la variation de la production.
. L’augmentation des charges variables n’est pas proportionnelle aux quantités produite.

Exemple :
Le tableau suivant indique le calcul des coûts marginaux par une variation de la production de 10 à 13 séries.
Charges variables
Séries Coût total Coût marginal Charges fixes
Totales Unitaires
10 2 000 - 1 200 120 800
11 2 120 120 1 320 120 800
12 2 270 150 1 440 120 830
13 2 420 150 1 590 122,31 830
Dans cet exemple :
. Le coût marginal de la 11ème série = coût variable unitaire = 120€
. Le coût marginal de la 12ème série = 150€ comprend :
Le coût variable unitaire 120€.
La variation des CF = 30€
. Le coût marginal de la 13ème série = 150€ représente l’accroissement non proportionnel du coût variable total.
Une commande supplémentaire par rapport à la production actuelle sera acceptée si elle permet d’augmenter le profit total c'est-à-dire pour cette commande on a :
Recette Marginal > Coût Marginal

Exemple :
Une entreprise fabrique et vend un produit au prix de 60€. Le CV unitaire est de 32€. Les coûts fixes annuels de 1 000 000€. Production annuelle : 80 000 unités.
La société reçoit une commande ponctuelle de 10 000 unités. L’entreprise peut adopter un rythme de 90 000 unités produite par an sans modifier sa structure. La commande est à livrer au
prix unitaire de 42€, doit-elle être acceptée ?
. Raisonnement en coûts de revient :
CR unitaire pour 80000 unités produites=[(80000*32)+1000000]/80000=44,5€
CR unitaire pour 90000 unités produites=[90000*32)+1000000]/90000=43,11€
Du fait de la constance des CF le CR unitaire a diminué. Le prix de vente unitaire de la commande supplémentaire < CR unitaire (42 < 43,11) par conséquent, l’entreprise serait amenée à
refuser cette commande.
. Raisonnement en coût marginal :
Coût marginal=32*10000=320000
Recettes marginale=42*10000=420000
Bénéfice marginal=10*10000=100000
Coût marginal unitaire=[3880000-3560000]/10000=320000/10000=32
Il faut accepter la commande.

Chap 8 LES COUTS PRE-ETABLIS


Les entreprises sont amenées à faire des prévisions et à les comparer aux coûts réellement constatés. De cette façon, il sera possible de voir si les réalisations futures peuvent faire
l’objet de mesures afin de rester dans les prévisions, ou s’il convient de procéder à une révision du budget prévisionnel.
Les écarts constatés peuvent être regroupés en 2 catégories :
. les écarts sur charges directes.
. Les écarts sur charges indirectes.
Les écarts sur charges directes :
Ces écarts sont au nombre de deux :
. L’écart sur la quantité ou sur temps.
. L’écart sur les prix ou sur taux horaire.
Ecart sur Qté =(Qté prévue-Qté réelle)*prix prévu.
Ecart sur Prix =(Prix prévu-prix réel)*Qté réelle.
Ecart sur temps =(Temps prévu-temps réel)*taux prévu.
Ecart sur taux =(taux prévu-taux réel)*temps réel.
Cas TAXI :
Un chauffeur de taxi analyse chaque semaine ses consommations de carburant. Pour ses prévisions, il utilise :
. Ses consommations moyennes et le prix moyen de ses 6 derniers mois.
. La distance parcourue la même semaine de l’année précédente.
Ses prévisions sont :
. Une distance parcourue de 1.350 km.
. Une consommation moyenne de 7,5 litres/100 km.
. Un prix moyen du gazoil de 1,28 litres.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 177/185


La semaine dernière, il a parcouru une distance de 1.150 km, il a consommé 80 litres de gazoil au prix de 1,40 euros/litre.
1. Calculer le coût prévisionnel ; 2. Le coût réel ; 3. L’écart puis l’analyser ; 4. Décomposer en écart sur volume, prix et quantité; 5. Conclure.
1. Coût prévisionnel 2. Coût réel 3. Ecart
Km*Conso*px/l Conso*px/l Coût prévisionnel-coût réel
1.350*(7,5/100)*1,2 80*1,40 129,60-112
8
129,60 euros 112 euros 17,60 euros
4. Décomposition des écarts :
Ecart sur volume Ecart sur prix Ecart sur quantité
(prod° prévue-prod° réelle)*coût de prod° (prix prévu-prix réel)*quantité réelle (quantité prévue-quantité réelle)*prix prévu
(1350km-1150km)*[(7,5/100)*1,28] (1,28-1,40)*80 [(1.150*7,5/100)-80]*1,28
19,20 FAVORABLE -9,6 DEFAVORABLE 8 FAVORABLE
5. Conclusion :
. écart sur volume 19,20 favorable
. écart sur prix -9,60 défavorable
. écart sur quantité 8 favorable
. Total écart : 17,60 favorable.
Cas DELTA :
L’entreprise delta vous demande d’analyser les différents écarts sur matière première et main d’œuvre directe.
Pour cela elle vous donne les éléments suivants concernant ses prévisions de production :
Production mensuelle prévue : 20.000 produits
Consommation de matière première X : 8.000 kg à 12,00 euros =96.000 euros
Consommation de matière première Y : 6.000 kg à 15 euros =90.000 euros
Prévisions de MOD : 5.000 h à 22 euros =110.000 euros
Elle a constaté les éléments suivants pour cette même période :
Production réelle 20.500
Consommation de matière première X : 8.000 kg à 12,10 euros =96.800 euros
Consommation de matière première Y : 6.100 kg à 14,90 euros =90.890 euros
Prévisions de MOD : 5.100 h à 22,25 euros =113.475 euros
1. Déterminez les écarts sur matières premières X, Y et MOD.
Ecart sur matière première X Ecart sur matière première Y Ecart sur MOD
Prévu-réalisé Prévu-réalisé Prévu-réalisé

2. Décomposez ces écarts en écarts sur volume, sur prix et sur quantité pour chacun d’entre eux
Ecart sur volume Ecart sur prix Ecart sur quantité
(p°prévue-réelle)*coût p° unitaire prévu (prix prévu-prix réel)*qté réelle (qté prévue-qté réelle)*px prévu
Mat 1ère X
Mat 1ère Y
MOD
3. Vérification :
Mat 1ère X Mat 1ère Y MOD
Ecart/volume
Ecart sur px (taux)
Ecart sur qté (temps)
Ecart global

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 178/185


Chap 9 LES BUDGETS
La gestion de la trésorerie a pour objectif d’assurer la liquidité de l’entreprise à moindre coût.
La présentation des budgets de trésorerie varie en fonction des besoins : activité de l’entreprise, périodicité…

1. Le budget des ventes :


Caractère saisonnier de la demande :
Ventes du mois=(Ventes annuelles prévues/12)*coefficient saisonnier.
Ex :
La société X retient une prévision des ventes de 144.000 produits par an. Le responsable dispose d’une étude concernant le caractère saisonnier de la demande :
Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Total
Coef 0,7 0,7 1,4 2 1,6 1 0,6 0,2 0,6 1 1,4 0,8 12
La demande devrait concerner à raison de 65% le modèle A vendu 390 HT et à raison de 35% le modèle B vendu 680 HT.
Le directeur veut établir le budget des ventes du premier semestre avec un taux de TVA de 19,6%.
Calculer le budget des ventes en quantité, puis en valeur (HT, TVA, TTC).
BUDGET DES VENTES EN QUANTITES
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
Vtes tot. (mens.*coef) 8.400
Vtes Produit A (65%) 5.460
Vtes Produit B (35%) 2.940
BUDGET DES VENTES EN VALEUR
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
HT produit A 2.129.400
HT produit B 1.999.200
CA HT 4.128.600
TVA 809.206
CA TTC 4.937.806

2. Le budget des frais commerciaux :


La société emploie 3 responsables commerciaux rémunérés par un fixe et une commission de 1,5% du montant HT de leur carnet de commande. Le montant fixe de leur rémunération est
une charge indirecte qui représente 9 cts d’euros par euro de vente (HT).
La campagne de publicité sera réalisée en mars pour un coût total de 1.600.000 euros (TVA de 19,6% : 1.913.600 TTC), réglée moitié en mars, et moitié en avril.
BUDGET DE DISTRIBUTION ET DE FRAIS COMMERCIAUX :
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
CA HT (info) 4.128.600
Charges ind. (1,5%CA) 61.629
0,09 pour 1 de CA 371.574
Campagne pub 956.800 956.800
Total 433.503 1.823.806

3. Le budget des encaissements sur ventes :


En général, les encaissements ne sont pas concomitants avec les ventes en raison du crédit commercial (à 30, 60… jours).
On vous informe que les ventes de la société sont réglées 10% au comptant, 40% à 30 jours, 50% à 60 jours.
BUDGET DES ENCAISSEMENTS ET DES VENTES
Mois Ventes TTC Jan Fév Mar Avr Mai Juin
Jan 4.937.806 493.781(10%) 1.975.122(40%) 2.468.903(50%) 0 0 0
Fév 0 493.781 1.975.122 2.468.903
Mar 0 0 987.561 3.950.244 4.937.806
Avr 0 0 0
Mai 0 0 0 0
Juin 0 0 0 0 0
Tot. encaiss 493.781 2.468.903 543.586 7.829.949 11.709.653 12.273.974

4. Le budget des autres encaissements :


Tous les autres encaissements comme augmentations de capital en numéraire, emprunts, subventions à recevoir…

5. Le budget global des encaissements :


Total des encaissements sur ventes et autres encaissements.

6. Le budget des achats (en quantité, HT, TTC) :


Fonctionne de la même façon que les ventes, mais pour les achats.

7. Le budget des décaissements sur achats :


Fonctionne de la même façon que le budget des encaissements sur ventes, mais pour les achats : on tient compte des délais de règlement fournisseurs.

8. Le budget des autres charges :


Concerne les autres charges de l’entreprise : on raisonne en TTC.

9. Le budget des investissements :


On prend dans ce budget le montant des investissements prévus en fonction des dates de décaissement. Toujours TTC.

10. Le budget de TVA :


On prend le montant de la TVA collectée sur les ventes, à laquelle on soustrait la TVA déductible sur achats de biens et services et sur immobilisations.
On calcule ainsi la TVA à décaisser au titre du mois.
La TVA à décaisser au titre du mois m sera payée le 15 ou le 25 du mois suivant.
En cas de crédit de TVA, on le reporte sur les mois suivants jusqu’à épuisement.

11. Le budget des charges de personnel :


On reprend le montant des salaires versés, ainsi que les montants des charges sociales versées aux organismes sociaux.

12 .Le budget global de décaissements :


On centralise l’ensemble des décaissements qui figurent dans les budgets précédents pour établir le burget global des décaissements.

13. Le budget de trésorerie :


Le flux de trésorerie du mois « m » est égal à la somme des encaissements du mois « m » - la somme des décaissements du mois « m ».
En cas de déséquilibre, l’entreprise devra soit accroître ses ressources stables (capital, emprunt à MLT), soit envisager des solutions de découvert à court terme avec son banquier
(autorisations de découvert).

Corrigé application :
1. Le budget des ventes :
Caractère saisonnier de la demande :
Ventes du mois=(Ventes annuelles prévues/12)*coefficient saisonnier.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 179/185


Ex :
La société X retient une prévision des ventes de 12.000 produits. Le responsable dispose d’une étude concernant le caractère saisonnier de la demande :
Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Total
Coef 0,7 0,7 1,4 2 1,6 1 0,6 0,2 0,6 1 1,4 0,8 12
BUDGET DES VENTES EN QUANTITES
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
Vtes tot. (annuel*coef) 8.400 8.400 16.800 24.000 19.200 12.000
Vtes Produit A (65%) 5.460 5.460 10.920 15.600 12.480 7.800
Vtes Produit B (35%) 2.940 2.940 5.880 8.400 6.720 4.200
BUDGET DES VENTES EN VALEUR
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
HT produit A 2.129.400 2.129.400 4.258.800 6.084.000 4.867.200 3.042.000
HT produit B 1.999.200 1.999.200 3.998.400 5.712.000 4.569.600 2.856.000
TTC produit A 4.128.600 4.128.600 8.257.200 11.796.000 9.436.800 5.898.000
TTC produit B 809.206 809.206 1.618.411 2.312.016 1.849.613 1.156.008
CA TTC 4.937.806 4.937.806 9 .875.611 14.108.016 11.286.413 7.054.008

2. Le budget des frais commerciaux :


BUDGET DE DISTRIBUTION ET DE FRAIS COMMERCIAUX :
Jan Fév Mar Avr Mai Juin
CA HT (info) 4.128.600 4.128.600 8.257.200 11.796.000 9.436.800 5.898.000
Charges ind. (1,5%CA) 61.629 61.629 123.858 176.940 141.552 88.470
0,09 pour 1 de CA 371.574 371.574 743.148 1.061.640 849.312 530.820
Campagne pub 956.800 956.800
Total 433.503 433.503 1.823.806 2.195.380 990.864 619.290

3. Le budget des encaissements sur ventes :


BUDGET DES ENCAISSEMENTS ET DES VENTES
Mois Vtes TTC Jan Fév Mar Avr Mai Juin Cr. clts
Jan 4.937.806 493.781(10%) 1.975.122(40%) 2.468.903(50%) 0 0 0
Fév 0 493.781 1.975.122 2.468.903
Mar 0 0 987.561 3.950.244 4.937.806 0
Avr 0 0 0 1.410.802 5.643.206 7.054.008
Mai 0 0 0 0 1.128.641 4.514.565 5.643.207
Juin 0 0 0 0 0 705.401 6.348.607
Tot. encaiss 493.781 2.468.903 543.586 7.829.949 11.709.653 12.273.974 11.991.814

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 180/185


HECTO :
La société Hecto vous communique ses ventes pour le premier trimestre de l’année N. La TVA est à 19,6%
Janvier Achats 82.000 Ventes 160.000
Février 75.000 148.000
Mars 91.000 187.000
Les ventes sont payées pour 40% à 30 jours fin de mois, et le solde à 60 jours fin de mois.
Les achats sont intégralement réglés à 30 jours fin de mois.
Au 1er janvier, l’entreprise possède des créances TTC sur ses clients pour 260.400 encaissables à raison de 180.200 en janvier, et
le solde en février (80.200).
A cette même date, les dettes sur achats à payer en janvier s’élèvent à 92.800.
Chaque mois, la société supporte :
. Des salaires pour un montant net de 22.000 payés en fin de mois.
. Des charges sociales à raison de 15.000 qui sont payées le mois suivant.
. Les dettes sociales figurent au bilan au 31/12 n-1 pour 14.500. Elles représentent les charges sociales de décembre versées le 15
janvier.
. Les charges externes soumises à TVA s’élèvent à 25.000 HT chaque mois.
La TVA à décaisser n-1 est inscrite dans le bilan initial pour 5.600.
Un système informatique doit être acheté et payé en mars pour un montant de 12.000 HT.
Le 1er janvier, la trésorerie s’élève à 10.120.
Présenter :
1. Le budget des ventes, des encaissements sur ventes, des achats, des décaissements sur achats, de TVA, global de décaissements,
de trésorerie.
Faites un commentaire.
1. Le budget des ventes.
Jan Fév Mar
CA HT
TVA 19,6%
CA TTC
2. Le budget des encaissements sur ventes.
Jan Fév Mar Créances au 31/03
Créances clients au 1er jan 40% 60%
CA TTC jan
CA TTC fév
CA TTC mars
Total encaissements
3. Le budget des achats.
Jan Fév Mar
Achats HT
TVA 19,6%
Achats TTC
4. Le budget des décaissements sur achats.
Jan Fév Mar Créances au 31/03
Dettes sur achats au 1er jan
Achats TTC jan
Achats TTC fév
Achats TTC mars
Total encaissements
5. Le budget de TVA :
Jan Fév Mar Créances au 31/03
TVA Collectée
TVA Déductible sur ABS
TVA D/Ch. externes
TVA D/Immo
TVA à décaisser au titre de m
Mois de règlement
6. Le budget global de décaissements :
Jan Fév Mar
Budget des décaissements sur achats
Budget de TVA du mois
Salaires nets
Charges sociales
Autres charges TTC
Acquisitions d’immobilisations
Total
7. le budget de trésorerie :
Jan Fév Mar
Total des encaissements
Total des décaissements
Flux net de trésorerie du mois
Trésorerie de début de mois
Trésorerie fin de mois

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 181/185


Corrigé HECTO

1. Le budget des ventes.


Jan Fév Mar
CA HT 160.000 148.000 187.000
TVA 19,6% 31.360 29.008 36.652
CA TTC 191.360 177.008 223.652
2. Le budget des encaissements sur ventes.
Jan Fév Mar Créances au 31/03
Créances clients au 1er jan 180.200 (40%) 80.200 (60%)
CA TTC jan 0 76.544 114.816
CA TTC fév 0 0 70.803 106.205
CA TTC mars 223.652
Total encaissements 180.200 156.744 185.619 329.857
3. Le budget des achats.
Jan Fév Mar
Achats HT 82.000 75.000 91.000
TVA 19,6% 16.072 14.700 17.836
Achats TTC 98.072 89.700 108.836
4. Le budget des décaissements sur achats.
Jan Fév Mar Dettes frs au 15/05
Dettes sur achats au 1er jan 92.800
Achats TTC jan 98.072
Achats TTC fév 89.700
Achats TTC mars 108.836
Total encaissements 92.800 98.072 89.700 108.836
5. Le budget de TVA
Jan Fév Mar Créances au 31/03
TVA Collectée 31.360 29.008 36.652
(TVA Déductible sur ABS) (16.072) (14.700) (17.738)
(TVA D/Ch. Externes) (4.900) (4.900) (4.900)
(TVA D/Immo) (2.352)
TVA à décaisser au titre de m 10.388 9.408 11.565
Mois de règlement 5.600 10.388 9.408 11.565
6. Le budget global de décaissements
Jan Fév Mar
Budget des décaissements sur achats 92.800 98.072 89.700
Budget de TVA du mois 5.600 10.388 9.408
Salaires nets 22.000 22.000 22.000
Charges sociales 14.500 15.000 15.000
Autres charges TTC 29.900 29.900 29.900
Acquisitions d’immobilisations 0 0 14.352
Total 164.800 175.360 180.360
7. le budget de trésorerie.
Jan Fév Mar
Total des encaissements 180.200 156.744 185.619
(Total des décaissements) (164.800) (175.360) (180.360)
Flux net de trésorerie du mois 15.400 (18.616) 5.259
Trésorerie de début de mois 10.120 25.520 6.904
Trésorerie fin de mois 25.520 6.904 12.163
Commentaire : Trésorerie satisfaisante, malgré la baisse d’activité et le financement du système informatique.

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 182/185


Exercice hôtel :

Hôtel 3* de 120 chambres, le prix moyen de la chambre est de 90 euros HT.


L’établissement comprend un hôtel restaurant, mais également une piscine et une boutique.
Le chef comptable vous confie la gestion de l’activité boutique
Vous êtes chargés d’établir le budget de trésorerie pour le premier trimestre 2012.
Ventes :
L’hôtel est ouvert toute l’année.
VENTES 01 02 03
Ventes HT 42.687 38.556 42.687
Le taux de captage de l’activité boutique par rapport à l’hôtel est de 15%.
70% des produits sont soumis au taux de 19,6%, 30% à 5,5% (pour les achats et les ventes).
Tous les clients règlent immédiatement dans le mois.
Achats :
Ils représentent 42% des ventes, 20% d’entre eux sont réglés dans le mois, 80% le mois suivant.
Vous constatez une dette fournisseur au bilan du 31 12 2011 à payer en janvier 2012 pour 6 .0345 euros.
Autres charges :
Les autres charges d’exploitation s’élèvent à 21.300 HT par mois et sont réglées le mois suivant.
La TVA déductible sur ces charges est de 3.340 euros.
Vous relevez au bilan une dette relative à des charges pour un montant de 19.712 euros.
Les charges de personnel s’élèvent à :
. 3.400 euros par mois pour les salaires (ils sont payés en fin de mois).
. les charges sociales représentent 38% des salaires et sont réglées le mois suivant.
Trésorerie :
Au 31 12 2011, les disponibilités sont de 3.100 euros.
Vous relevez au bilan du 31.12.2011 :
. Une dette fournisseur à payer en janvier 2012 pour 6.345 euros.
. Des charges d’exploitation à payer en janvier 2012 pour 19.712 euros.
. Des dettes sociales pour 969 euros.
. Une TVA à payer au titre du mois de décembre 2011 pour 558 euros.

BUDGET DE TVA 01 02 03 Bilan


TVA Collectée
TVA déductible sur achats
TVA déductible sur charges
TVA à payer
Décaissements de TVA

BUDGET DES VENTES/ENCAISSEMENTS 01 02 03 Bilan


Ventes HT
TVA Collectée 19,6%
TVA Collectée 5,5%
Ventes TTC/Encaissements

BUDGET DES ACHATS 01 02 03 Bilan


Achats HT
TVA Déductible 19,6%
5,5%
Achats TTC
Règlements dans le mois
Règlements le mois suivant
Dettes fournisseurs (bilan)
Décaissements (Achats)

BUDGET DES DECAISSEMENTS 01 02 03 Bilan


Règlements des achats
Charges d’exploitation
Salaires
Charges sociales
TVA
Total des décaissements

BUDGET DE TRESORERIE 01 02 03 Bilan


Solde en début de période
Encaissements
Total des décaissements
Solde en fin de période

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 183/185


Corrigé hôtel.

BUDGET DE TVA 01 02 03 Bilan


TVA Collectée 6.561 5.926 6.561
TVA déductible sur achats (2.756) (2.489) (2.756)
TVA déductible sur charges (3.340) (3.340) (3.340)
TVA à payer 465 97 465
Décaissements de TVA 558 465 97 465

BUDGET DES VENTES/ENCAISSEMENTS 01 02 03 Bilan


Ventes HT 42.687 38.556 42.687
TVA Collectée 19,6% 5.857 5.290 5.857
TVA Collectée 5,5% 704 636 704
Ventes TTC/Encaissements 49.247 44.487 49.247

BUDGET DES ACHATS 01 02 03 Bilan


Achats HT 17.929 16.194 17.929
TVA Déductible 19,6% 2.460 2.222 2.460
5,5% 296 267 295
Achats TTC 20.685 18.683 20.685
Règlements dans le mois 4.137 3.737 4.137
Règlements le mois suivant 16.548 14.946 16.548
Dettes fournisseurs (bilan) 6.345
Décaissements (Achats) 10.482 20.285 19.983 16.548

BUDGET DES DECAISSEMENTS 01 02 03 Bilan


Règlements des achats 10.482 20.285 19.083 16.548
Charges d’exploitation 19.712 24.640 24.640 24.640
Salaires 3.400 3.400 3.400
Charges sociales 969 1.292 1.292 1292
TVA 558 465 97 465
Total des décaissements 35.121 50.082 48.512 41.653

BUDGET DE TRESORERIE 01 02 03 Bilan


Solde en début de période 3.100 (17.227) (11.627) 12.364
Encaissements 49.247 44.482 49.247
Total des décaissements (35.121) (50.082) (48.512)
Solde en fin de période (17.227) (11.627) (12.363)

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 184/185


LOGICIELS EBP COMPTABILITE, GESTION COMMERCIALE, PAIE
RACCOURCIS
Accéder à un menu Alt_
Accéder à un sous-menu _
Se déplacer dans une boîte de dialogue Tab
Sortir d’une boîte de dialogue Esc
EBP COMPTABILITE
RACCOURCIS
Afficher le plan comptable *
Insérer une ligne en +
dessous
Insérer une ligne au dessus Inser
Saisie standard Ctrl S
PARAMETRAGE
Coordonnées DOSSIER/Nouveau Exercice ; Plan comptable
TVA DOSSIER/Propriétés/Racine des comptes/Taux de 19,6 5,5 8,5 2,10
TVA
Echéances DOSSIER/Propriétés/Préférences/Saisie 1 ou plusieurs
Libellé 1ère écriture DOSSIER/Propriétés/Préférences/Saisie Libellé 1ère écriture
Plan comptable DONNEES/Plan comptable (alpha-)numérique ; TVA
Journaux trésorerie DONNEES/Journaux/Trésorerie/Contrepartie Pied de journal ; N° compte (512, 514, 53)
Modes de DONNEES/Modes de règlement
règlements
Guides d’écriture DONNEES/Guides d’écritures
SAISIE
Jnal n° pièce Libellé D C
BO AN BO BO Actif Passif
Achats HA Fact FRS Fa n° 6, 4456 40
Ventes VE Fact CLT Fa n° 41 7, 4457
Règlements Clts BQ, CP, CS Chèque, PdC CLT Fa n° Chq n° 5 41
Règlements Frs BQ, CP, CS Chèque, PdC FRS Fa n° Chq n° 40 5
Clients effets à reçevoir OD CLT EAR 413 411
Valeurs à l’encaissement OD CLT Chq, CB, LC encaisst, LC escpte 511 (21, 22, 3, 4) 413
TVA OD TVA + mois 4457 4456/51
Salaires OD Salaires + mois 64 42,43
Amortissements OD Amortissement + année 681 28
Correction erreurs : Balance>Gd livre>Journaux (montant, D/C, contrepartie auto, 2 fois la même écriture, oubli écritures, n° de compte)
EBP GESTION COMMERCIALE
RACCOURCIS
Nouvelle fiche Inser
PARAMETRAGE
Coordonnées DOSSIER/Nouveau
TVA DOSSIER/Propriétés/Taux de TVA 19,6 5,5 8,5 2,10
Coefficient HA VE DOSSIER/Propriétés/Préférences Tarif si coeff HA VE
Commerciaux FICHIER/Commerciaux + Nouveau
Clients, Fournisseurs… FICHIER/Clients, Fournisseurs… ≠ « Famille »
Articles FICHIER/Article TVA; Fournisseur; STOCK/Entrée/Suppr&FICHIER/Article/Sup
Remises quantitatives FICHIER/Code remise Onglet «Achats » ; A partir de ; Taux
Achats : BC/BL/Facture ACHAT/Pièce comptable En tête : Frs Corps : Article+Qté Pied : Remise, Escpt, Port…
Réapprov° automatique ACHATS/Réapprovisionnement
Ventes : Devis/BC/BL/Fact VENTE/Pièce comptable En tête (Client); Corps (Article+Qté); Pied (Remise, Escpt, Port)
Avoir VENTE/Facture/Avoir Créer la facture avec le signe « -«   PUIS Cocher « Avoir »
Livraison partielle VENTE/Livraison globale ou partielle Saisir la quantité à livrer
Mise à jour des prix STOCK/Mise à jour des tarifs PV HT; Tous
Règlements clients VENTES/Facture/Modifier/Onglet règlt Mode de règlement
Remise en banque OPERATION/Remise en banque Date Clic droit « tout pointer » ; Clic droit « valider »
Transfert en comptabilité OPERATIONS/Transfert en comptabilité
SAISIE
En tête Date, Fournisseur, Client
Corps Articles, Quantités
Pieds Remise, Escompte, Frais de port…
Règlement
EBP PAIE
PARAMETRAGE
Coordonnées DOSSIER/Nouveau Période : mois 1ère paie-fin exercice
Organismes ORGANISMES/Organisme URSSAF (6451, 431), ARRCO (6451, 4375) ASSEDIC (6454, 4374)
Variables VARIABLES/Variables SMIC (7,61), Plafond Sécu (2432)
Cotisations COTISATIONS AT, ASSEDIC (2,40/4,00);AGS (ex-FNGS)(-/0,45); Formation professionnelle (-/0,40)
Salariés SALARIE FICHE/Nouvelle
BULLETINS SALARIE/Salarié/Bulletin/Profil, vérifier cot° et taux puis « Calculer » ; Pour passer au bulletin suivant, imprimer le bulletin
Transfert en comptabilité : GESTION/Transfert en comptabilité/Mois/Date écriture/Journal OD/Dossier comptabilité
Déclarations trimestrielles : IMPRESSION/ Etat des cotisations

VATEL MAURICE 2012- Grégoire Chevrant-Breton – M4A 0912 185/185

Vous aimerez peut-être aussi