Vous êtes sur la page 1sur 105

PSYCHIATRIE

Dr I. N. Houadef - Pr H. Hocine
QCM 1
B. Amina, 52 ans, est célibataire. Elle a été hospitalisée, une
fois en psychiatrie, il y a 5 ans pour hétéro-agressivité envers le
mari de son ancienne psychiatre dans un contexte délirant.

A la sortie, elle était sous Risperidone per os et avait un suivi


régulier et une bonne compliance thérapeutique.

A sa dernière consultation, elle a ramené des images de singes


et de grenouilles, convaincue que son ancienne psychiatre
l’insultait, à travers la publication d’images d’animaux; sur
différents sites internet.

Elle supplie son médecin actuel de l’aider à faire cesser ce


harcèlement.
QCM 1
Quelle proposition correspond le mieux au délire
de cette patiente?

A. Thème de grandeur et mécanisme hallucinatoire


B. Thème érotomaniaque et mécanisme intuitif
C. Thème de jalousie et mécanisme imaginatif
D. Thème de filiation et mécanisme illusoire
E. Thème de persécution et mécanisme interprétatif
QCM 1
Quelle proposition correspond le mieux au délire de
cette patiente?

A. Thème de grandeur et mécanisme hallucinatoire


B. Thème érotomaniaque et mécanisme intuitif
C. Thème de jalousie et mécanisme imaginatif
D. Thème de filiation et mécanisme illusoire
E. Thème de persécution et mécanisme interprétatif
Troubles délirants:
1 Mécanisme principal: INTERPRÉTATION
3 Thèmes

• Délire d’interprétation de Sérieux et Capgras

• Délires passionnels

• Délire sensitif Kretschmer


QCM 2
B. Salah, 48 ans est commissaire de police. Il est ramené sur
réquisition du procureur pour un examen d’office, suite à une
tentative d’homicide sur la personne de son épouse. Il est
coléreux et asthénique. Il reconnait, facilement, les faits; qu’il
justifie par ses soupçons de relation adultérine entre son
épouse et son voisin. S’il n’a jamais obtenu de preuves
tangibles, il cumule depuis 3 ans les signes indirects.
Exemples:
- son épouse change, souvent, de sous vêtements parce
qu’elle se sent coupable, selon lui, d’adultère
- Lorsque la porte du voisin claque, sa femme va à la cuisine,
systématiquement, pour signifier qu’elle est à la maison
- Le voisin gare sa voiture à côté de la sienne pour souligner,
indirectement, qu’ils partagent la même femme.
QCM 2
Quelle proposition correspond le mieux au délire
prédominant?

A. Thème jalousie et mécanisme interprétatif


B. Thème de grandeur et mécanisme hallucinatoire
C. Thème érotomaniaque et mécanisme intuitif
D. Thème persécution et mécanisme imaginatif
E. Thème de filiation et mécanisme illusoire
QCM 2
Quelle proposition correspond le mieux au délire
prédominant?

A. Thème jalousie et mécanisme interprétatif


B. Thème de grandeur et mécanisme hallucinatoire
C. Thème érotomaniaque et mécanisme intuitif
D. Thème persécution et mécanisme imaginatif
E. Thème de filiation et mécanisme illusoire
Délire passionnel interprétatif
• Jalousie

• Érotomanie (3 phases: espoir, dépit, rancune)

• Revendication
– Inventeurs méconnus
– Quérulents processifs
– Idéalistes passionnés
QCM 3

Vous recevez à la consultation, Nazim, un enfant


de 36 mois.
Il est ramené par ses parents pour un retard du
langage et des troubles du comportement
(mouvements répétitifs comme tourner sans
cesse les roues d’un jouet sans s’intéresser à
d’autres jeux).
A la fin de l’entretien avec les parents et l’examen
de l’enfant, vous suspectez le diagnostic
d’autisme.
QCM 3
Parmi les propositions suivantes, quel signe
spécifique complétant ce tableau, vous
orienterait vers ce diagnostic?

A. Les troubles du sommeil associés


B. L‘angoisse de l’étranger à 8 mois
C. L’intolérance au changement
D. La préférence d’aliments mixés
E. Les crises de colère répétées
QCM 3
Parmi les propositions suivantes, quel signe
spécifique complétant ce tableau, vous
orienterait vers ce diagnostic?

A. Les troubles du sommeil associés


B. L‘angoisse de l’étranger à 8 mois
C. L’intolérance au changement
D. La préférence d’aliments mixés
E. Les crises de colère répétées
Critères DSM 5 des troubles du spectre
autistique
A. Déficit persistant de la communication et des
interactions sociales
- Déficit de réciprocité sociale et émotionnelle
- Déficit des comportement non verbaux
utilisés en cours des interactions sociales
- Déficit de développement, de maintien et de
la compréhension des relations
Critères DSM 5: Troubles du spectre
autistique
B. Caractère restreint répétitif des comportements,
des intérêts et des activités
• Caractère stéréotypé ou répétitif des mouvements
• Intolérance aux changements, adhésion inflexible
aux routines
• Intérêts extrêmement restreints et fixes
(anormaux: intensité, but, )
• Hyper ou hyporéactivité aux stimuli sensoriels ou
intérêt inhabituel pour des aspects sensoriels de
l’environnement
Critères DSM 5: Troubles du spectre
autistique
C. Symptômes présents à un stade précoce du
développement de l’enfant

D. Retentissement clinique significatif

E. Non expliqués par un handicap intellectuel ou un


déficit global du développement
QCM 4

Vous recevez à la consultation Maram, une fille de


7 ans qui souffre d’hyperactivité et de retard
scolaire.
Pour échanger avec lui et l’évaluer, vous tenez
compte de son âge.
QCM 4

Laquelle des propositions suivantes, correspond


au médian (moyen le plus adapté pour échanger)
avec cet enfant?

A. Le langage oral
B. Le dessin
C. Le jeu
D. L’écriture
E. La musique
QCM 4

Laquelle des propositions suivantes, correspond


au médian (moyen le plus adapté pour échanger)
avec cet enfant?

A. Le langage oral
B. Le dessin
C. Le jeu
D. L’écriture
E. La musique
Outils de communication en
consultation de pédopsychiatrie
Le médian dans l’entretien avec un enfant est le
vecteur associé au discours verbal et non verbal
pour communiquer.
Rôle :
- faciliter la création d’une alliance
- amorcer l’entretien
- Jouer le rôle de vecteur d’évaluation de plusieurs
compétences.
Outils de communication en
consultation de pédopsychiatrie

Age pré scolaire Age scolaire

Le médian préférentiel Le médian préférentiel


est le jeu est le dessin
QCM 5
Saifeddine, adolescent de 16 ans est ramené par de
sa mère pour un amaigrissement. Il pèse 35 Kg (perte
de 15 kg en 6 mois).
Il fait 8h/j d’exercice physique et a réduit,
progressivement, ses apports alimentaires, en
commençant par les aliments riches en calories.

Actuellement, chaque jour, il boit 2,5L/j de liquides


sans sucre (1,5 eau, 0,5 jus de citron et 0,5 thé vert)
et ne prend qu’un repas constitué d’une assiette de
salade (laitue et ½ tomate), un yaourt nature.
QCM 5
Cette forme d’anorexie mentale pourrait évoluer
vers lequel des troubles suivants?

A. Bipolaire type I
B. Dépressif caractérisé
C. Obsessionnel compulsif
D. Schizophrénie paranoïde
E. Délirant sensitif (Kretchmer)
QCM 5
Cette forme d’anorexie mentale pourrait évoluer
vers lequel des troubles suivants?

A. Bipolaire type I
B. Dépressif caractérisé
C. Obsessionnel compulsif
D. Schizophrénie paranoïde
E. Délirant sensitif (Kretchmer)
Modes d’entrée en schizophrénie
Début aigu
• Bouffée délirante aiguë polymorphe,
• Episode maniaque,
• Dépression atypique,
• Fugue,
• Actes médico-légaux,
• Automutilations,
• Suicide
Modes d’entrée en schizophrénie
Début progressif
• Fléchissement scolaire,
• Modifications des croyances (ésotérisme, sur-religiosité ),
• Modifications de l’affectivité,
• Isolement,
• Discours digressif,
• Trouble des conduites (addiction, anorexie mentale chez
le garçon, errance),
• Etrangeté (dépersonnalisation, déréalisation)
QCM 6
B. Ahmed, 25 ans, est suivi pour schizophrénie
depuis 3 ans. Son discours est rempli de pauses,
de mots incompréhensibles et de contradictions
(mes genoux sont durs et tellement mous que je
préfère me tenir debout).
Il est persuadé d’être surveillé, d’où son absence
du travail et les heures passées à épier; derrière
les volets clos, le lampadaire qui clignote.
3 fois, il s’interrompt, brusquement, au milieu
d’une phrase avant de reprendre (sans trouble de
la conscience, ni de la perception pouvant le
distraire).
QCM 6
Quelle proposition illustre, le mieux, les éléments
de discordance intellectuelle décrits chez ce
patient?

A. Ambivalence et barrage
B. Impénétrabilité et fading
C. Apragmatisme et sauts du coq à l’âne
D. Phobie et repli autistique
E. Délire et dépersonnalisation
QCM 6
Quelle proposition illustre, le mieux, les éléments
de discordance intellectuelle décrits chez ce
patient?

A. Ambivalence et barrage
B. Impénétrabilité et fading
C. Apragmatisme et sauts du coq à l’âne
D. Phobie et repli autistique
E. Délire et dépersonnalisation
Barrage
• Trouble du cours de la pensée (discordance)

• Interruption brutale au cours du discours (dûe à


une pause de la pensée) avec reprise sur le même
thème ou un autre thème
• (=/= fadding: évanouissement de la pensée)

• Non expliquée par une absence (épilepsie),


distractibilité, négativisme, simulation, ludisme
Ambivalence
• Co existence contradictoire de sentiments,
d’attitudes par rapport à un même objet.

• 4 éléments cardinaux de la discordance:


– Ambivalence
– Absurdité,
– Impénétrabilité,
– Bizarrerie
QCM 7
M. Houria, 24 ans et sans antécédents; était bien
adaptée selon ses parents jusqu’à l’éclosion des
troubles . Suite à un conflit avec son directeur d’école,
il y a 2 jours, Houria ne dort plus.
Contrairement à sa nature, elle est devenue agressive,
anxieuse et agitée. Elle est persuadée d’avoir inventé
une molécule anticancéreuse, et que le président des
USA veut acheter sa formule.
Elle est convaincue que des agents de la sécurité
l’espionnent et ont placé une caméra dans sa chambre
et qu’elle peut communiquer avec le monde entier;
dont elle entend les conversations.
Elle ne comprend pas la raison de la consultation,
puisqu’elle considère qu’elle n’est pas malade.
QCM 7
Sous réserve de l’évolution, quel diagnostic serait
le plus plausible?

A. Confusion mentale
B. Trouble psychotique bref
C. Trouble schizophréniforme
D. Schizophrénie
E. Trouble délirant
QCM 7
Sous réserve de l’évolution, quel diagnostic serait
le plus plausible?

A. Confusion mentale
B. Trouble psychotique bref
C. Trouble schizophréniforme
D. Schizophrénie
E. Trouble délirant
Critères diagnostiques
d’un trouble psychotique bref
• Délire, hallucinations, comportements et/ ou
discours désorganisés, alogie
• Survenue brutale
• Durée 1 jour – 1 mois
• Retour complet au niveau de fonctionnement
précédent.
• Dysfonctionnement durant l’épisode
• L'épisode ne peut être expliqué par un autre
trouble.
Critères diagnostiques
d’un trouble schizophréniforme
• Idées délirantes, hallucinations, discours /
comportement désorganisés, et symptômes
négatifs tels que l’émoussement de l’affect et
la perte de volonté)
• Durée > 1 mois et < 6 mois
• Il n’y a pas, nécessairement, une dégradation
du fonctionnement social ou des activités
• Pas mieux expliqué par un autre trouble
QCM 8
B. Amira, 28 ans, présente un trouble psychotique
évoluant depuis 3j. Elle est persuadé que des
gens volent ses pensées et tentent de
l’empoisonner.
Tout devient étrange, presque irréel et
angoissant. L’hostilité de son environnement est
amplifiée; d’autant qu’elle a, toujours, été repliée.
Elle partageait peu d’intérêt et de loisirs avec son
entourage. Ses plaisirs étaient restreints et elle
n’a jamais eu d’ami(e)s.
QCM 8
Parmi les éléments suivants, lequel serait un
facteur de mauvais pronostic?

A. Existence d’un facteur déclenchant


B. Présence de troubles de la conscience
C. Absence d’antécédents familiaux
D. Absence d’automatisme mental
E. Présence de personnalité prémorbide
QCM 8
Parmi les éléments suivants, lequel serait un
facteur de mauvais pronostic?

A. Existence d’un facteur déclenchant


B. Présence de troubles de la conscience
C. Absence d’antécédents familiaux
D. Absence d’automatisme mental
E. Présence de personnalité prémorbide
Facteurs de bon pronostic d’un trouble
psychotique bref/ schizophréniforme
• Début brutal
• Facteur déclenchant.
• Troubles de l'humeur importants au cours de
l’épisode.
• Délires riches polymorphes (thèmes et mécanismes)

• Antécédents de troubles de l’humeur


• Rapidité de la guérison
• Bonne réponse au traitement
• Bonne adaptation affective et sociale.
Facteurs de mauvais pronostic d’un trouble
psychotique bref/ schizophrénifome
• Début subaigu / manifestations insidieuses.
• Personnalité pré-morbide schizoïde.
• Importance de l’automatisme mental
• Résolution incomplète/ persistance d’éléments
délirants.

• Critique imparfaite du délire


• Antécédents de tentatives de suicide,
• Difficultés d'adaptation,
• Préoccupations hypochondriaques,
• Angoisse.
• Absence de variation de l'humeur.
QCM 9
Mahmoud, 70 ans, est ramené par sa famille pour
insomnie quasi-totale, évoluant depuis 4
semaines, avec une somnolence diurne.
Il a des troubles de la mémoire de fixation et de
travail. Le fils vous décrit, qu’au cours des 3
dernières années, le patient s’est perdu en ville à
5 reprises.
Le discours est fait de phrases courtes et
stéréotypées. Vous évoquez une démence type
Alzheimer.
QCM 9
Quel examen est nécessaire, en premier lieu?

A. Une tomodensitométrie cérébrale


B. Une imagerie par résonance magnétique
cérébrale
C. Une évaluation psychométrique
D. Un bilan biologique complet
E. Un examen du fond d’oeil
QCM 9
Quel examen est nécessaire, en premier lieu?

A. Une tomodensitométrie cérébrale


B. Une imagerie par résonance magnétique
cérébrale
C. Une évaluation psychométrique
D. Un bilan biologique complet
E. Un examen du fond d’oeil
Bilan devant un syndrome démentiel
1. Bilan psychométrique à faire juste à la fin de la
consultation (MMSE, test de l’horloge, test des
5 mots, Empan de la mémoire et test de la
fluence verbale)

2. Bilan biologique : FNS, VS, TSH us, taux sanguins


Urée, Créatinine, Ca++, Ionogramme,
Transaminases, Vit B et D, sérologies (HIV,
syphilis, HBS, HCV), IDR à la tuberculine

3. Bilan radiologique: IRM cérébrale, Rx de thorax


QCM 10
Djamel, 65 ans, retraité de l’enseignement,
souffre de démence vasculaire. Il est ramené, par
sa fille qu’il nomme par son prénom.
A l’examen, il n’arrive pas à se rappeler les faits
récents, son vocabulaire s’est appauvri mais il
vous évoque, avec précision, ses souvenirs
professionnels.
Il n’a pas de déficit moteur mais il lui est
impossible de mimer qu’il se brosse les dents.
Il nomme tous ses doigts et arrive à recopier, avec
application, une phrase courte.
QCM 10
• Quel symptôme est illustré par une des
propositions suivantes?

A. Aphasie de conduction
B. Apraxie idéo motrice
C. Agnosie digitale
D. Amnésie rétrograde
E. Agraphie apraxique
QCM 10
• Quel symptôme est illustré par une des
propositions suivantes?

A. Aphasie de conduction
B. Apraxie idéo motrice
C. Agnosie digitale
D. Amnésie rétrograde
E. Agraphie apraxique
Parmi les troubles cognitifs au cours
des démences
A. Aphasie de conduction: trouble du langage;
qui est entrecoupé de pauses, de coupures à
la recherche d’un mot
B. Apraxie idéo motrice: difficulté à effectuer
un mouvement à la demande
C. Agnosie digitale: difficulté à reconnaitre et
nommer ses doigts
D. Amnésie rétrograde: oublis des faits anciens
E. Agraphie apraxique: difficulté motrice à
écrire
Parmi les troubles cognitifs au cours
des démences
• Amnésie atteinte de la mémoire au début de
travail (faits récents) puis procédurale et
narrative (associée à l’aphasie) puis
autobiographique (rétrograde)
• Agnosie des objets et des personnes rarement
vues, puis des personnes e plus en plus
proches, puis digitale, jusqu’à ne plus se
reconnaitre soi même
• Les lieux aussi sont touchés aboutissant à une
désorientation
Parmi les troubles cognitifs au cours
des démences
• Apraxie idéo motrice au début, puis gestes
concrets allant du complexe au simple, puis
touchant les réflexes de déglutition
• Apraxie idéique concerne la structuration et la
résolution de problèmes
• Aphasie de conduction au début, puis une
aggravation progressive allant à la
jargonophasie
• Agraphie , acalculie
QCM 11
Votre patient Farid, qui consomme, en moyenne
1L/J d’alcool depuis plus de 20 ans, consulte pour
des fourmillements.
Il y a 4 j, il a arrêté, brusquement, la
consommation d’alcool et a depuis; de fausses
reconnaissances et des troubles de la mémoire.
Le soir, il a des hallucinations et un délire qui
ressemble au rêve.
A l’examen, vous objectivez une désorientation
discrète et des tremblements, ainsi que des traces
d’urine dues à une convulsion.
QCM 11
• Lequel de ces troubles serait le plus probable?

A. Une démence alcoolique


B. Une intoxication alcoolique
C. Un syndrome de Korsakoff
D. Une encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Un délirium tremens.
QCM 11
• Lequel de ces troubles serait le plus probable?

A. Une démence alcoolique


B. Une intoxication alcoolique
C. Un syndrome de Korsakoff
D. Une encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Un délirium tremens.
Troubles neuropsychiques liés à
l’alcool
A. Démence alcoolique: troubles cognitifs
progressifs et chroniques
B. Intoxication alcoolique
C. Syndrome de Korsakoff
D. Encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Délirium tremens
Troubles neuropsychiques liés à
l’alcool
A. Démence alcoolique
B. Intoxication alcoolique : troubles liés à une
consommation massive et ponctuelle d’alcool
C. Syndrome de Korsakoff
D. Encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Délirium tremens
Troubles neuropsychiques liés à
l’alcool
A. Démence alcoolique
B. Intoxication alcoolique
C. Syndrome de Korsakoff: polynévrite,
confabulation et confusion liées à une
consommation prolongée
D. Encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Délirium tremens
Troubles neuropsychiques liés à
l’alcool
A. Démence alcoolique
B. Intoxication alcoolique
C. Syndrome de Korsakoff
D. Encéphalopathie de Gayet et Wernicke: confusion
et atteintes neurologiques par malabsorption de
la vit B (chez les alcooliques ou pas)
E. Délirium tremens
Troubles neuropsychiques liés à
l’alcool
A. Démence alcoolique
B. Intoxication alcoolique
C. Syndrome de Korsakoff
D. Encéphalopathie de Gayet et Wernicke
E. Délirium tremens: tableau lié au sevrage non
guidé après une consommation prolongée
d’alcool: tremblements, confusion délirante,
hallucinations, convulsion, risque de passage à
l’acte
QCM 12
Mounir, 21 ans, souffre de schizophrénie. Après 2
jours de traitement par Haloperidol, il devient
inhibé, somnolent, rigide, hébété.
Il a une hypersudation et du mal à déglutir. Son
pouls est de 125 pulsation/ min, sa PA varie de
90/50 à 180/100mmHg, sa température oscille
entre 35,7 et 39,5°C.
Taux de CPK (Créatinine phospho kinases)
2541UI/l (N<195UI/l), TGO 160 UI/l (N: 45UI/l).
Vous suspectez, avec ce tableau de syndrome
malin, une confusion mentale.
QCM 12
Quel signe permet de confirmer l’hypothèse de la
confusion ?

A. Hallucinations acoustico-verbales
B. Trouble de l’attention et la mémoire
C. Discordance affective et intellectuelle
D. Désorientation temporo-spatiale
E. Incohérence idéo verbale
QCM 12
Quel signe permet de confirmer l’hypothèse de la
confusion ?

A. Hallucinations acoustico-verbales
B. Trouble de l’attention et la mémoire
C. Discordance affective et intellectuelle
D. Désorientation temporo-spatiale
E. Incohérence idéo verbale
Valeur des symptômes dans la
confusion mentale
• Signes cardinaux:
– Désorietation temporo spatiale
– Perturbation cycle veille/ sommeil

• Signe pathognomonique: Délire onirique

• Signes d’orientation: illusions, Hallucinations


visuelles (zoopsies), gustatives, olfactives;
aggravation nocturne du tableau
QCM 13
Chérifa , 41 ans, a des insomnies du petit matin
depuis plus d’un mois.
Elle se replie, de plus en plus, et ressent une
tristesse persistante.
Elle n’éprouve aucun intérêt pour ses activités
habituelles et devient moins dynamique.
Elle se sent incapable d’agir efficacement et
n’imagine pas comment elle pourrait changer cet
état des faits.
QCM 13
• Quel serait le diagnostic le plus probable?

A. Confusion mentale
B. Bouffée délirante
C. Schizophrénie
D. État maniaque
E. État dépressif
QCM 13
• Quel serait le diagnostic le plus probable?

A. Confusion mentale
B. Bouffée délirante
C. Schizophrénie
D. État maniaque
E. État dépressif
Critère diagnostic Trouble dépressif
DSM 5 - Critère A
• ≥ 5 symptômes + ≥ 15 jours + changement du fonctionnement
• Humeur dépressive et/ou perte d’intérêt
• Perte ou gain de poids significatifs sans régime
• Insomnie/ hypersomnie
• Ralentissement/ agitation
• Fatigue / perte énergie
• Dévalorisation/ culpabilité excessives
• Diminution de l’aptitude à penser ou à se concentrer
• Pensées de mort récurrentes/ idées suicidaires
Critère diagnostic Trouble dépressif
DSM 5 - Critère B/ C
• Critère B
– Les symptômes induisent une détresse cliniquement
significative
– Ou une altération du fonctionnement social,
professionnel ou dans d’autres domaines
• Critère C
Episode non imputable aux effets d’une substance ou
d’une affection médicale
QCM 14
Boutheina, 35 ans, est ramenée par son frère, car
depuis 3 semaines, elle présente un état
d’agitation et des insomnies.
Elle est excitée, infatigable et parle sans cesse.
Son frère la décrit comme étant, par moments,
excentrique, séductrice et joyeuse, tenant des
propos décousus.
Parfois, elle redevient triste, s’isole et refuse de
voir le monde.
QCM 14
• Quel traitement curatif pourrait être proposé
lors de cet épisode?

A. Un antidépresseur avec un antipsychotique


B. Un antidépresseur et un thymorégulateur
C. Un antipsychotique et un thymorégulateur
D. Un hypnotique et un tranquillisant
E. Un antidépresseur et un hypnotique
QCM 14
• Quel traitement curatif pourrait être proposé
lors de cet épisode?

A. Un antidépresseur avec un antipsychotique


B. Un antidépresseur et un thymorégulateur
C. Un antipsychotique et un thymorégulateur
D. Un hypnotique et un tranquillisant
E. Un antidépresseur et un hypnotique
Épisode mixte
• Au cours de la même période (journée)
éléments maniaques et éléments dépressifs

• Durée de l’épisode plus de 15 jours

• Variabilité au cours de la journée

• Équivalent de l’épisode maniaque


Traitement d’attaque d’un épisode
mixte
THYMORÉGULATEUR

• 1ere intention Antiépileptique ou ASG

• 2e intention:
ASG Antiépileptique

• 3e intention: Antiépileptique ASG

ou sismothérapie
Traitement d’attaque d’un épisode
mixte
• Thymorégulateur (épisode mixte ou maniaque du
trouble bipolaire) à visée:
– curative (court terme)
– préventive (moyen et long terme)

L’antiépileptique peut être associé (1ere ou 2e intention)


à un antipsychotique à visée:
- sédative: chlorpromazine , Levomepromazine
- thymorégulatrice : ASG si caractéristiques délirantes
ou selon la qualité de la réponse dans épisode
antérieur)
QCM 15
Billel, 27 ans, consulte pour des idées suicidaires.
L’examen mental objective un épisode dépressif
caractérisé.
Vous décidez de prescrire des antidépresseurs
appartenant à la classe des inhibiteurs spécifiques
de la recapture de la sérotonine (ISRS).
QCM 15
• Parmi les antidépresseurs suivants, lequel
appartient à cette classe?
A. Amitriptylline (Laroxyl®)
B. Paroxétine (Deroxat®)
C. Venlafaxine (Effexor®)
D. Clomipramine (Anafranil®)
E. Miansérine (Athymil®)
QCM 15
• Parmi les antidépresseurs suivants, lequel
appartient à cette classe?
A. Amitriptylline (Laroxyl®)
B. Paroxétine (Deroxat®)
C. Venlafaxine (Effexor®)
D. Clomipramine (Anafranil®)
E. Miansérine (Athymil®)
Antidépresseurs

A. Amitriptylline (Laroxyl®) Tricyclique


B. Paroxétine (Deroxat®) ISRS
C. Venlafaxine (Effexor®) ISrNA
D. Clomipramine (Anafranil®) Tricyclique
E. Miansérine (Athymil®) Tétracyclique
Molécules
ISRS
• Posologie: 20 -40mg
Fluoxétine gel 20mg
• Dépression, TOC
Sertraline gel 50/ cp 100mg
• Boulimie,
Paroxétine cp 10 -20mg
• TAG, TP, Phobie sociale
Escitalopram cp 10 – 20mg

IsrSN • Posologie 75 -225 mg


Venlafaxine • Dépression inhibée,
• Sévère, résistante
gel 37,5 – 75 mg
Molécules
Tétracycliques
• Posologie: 60 120mg
Miansérine Athymil® cp • Dépression anxieuse
10 – 30 mg

IsrNA • Posologie 30 -60mg


• Dépression avec douleur
Duloxétine 30 -60mg • Douleurs neuropathiques (diab)

Tricycliques • Posologie
Amiitryptilline gtt cp 25, 50 mg • Dépressions inhibées sévères,
récurrentes
Clomipramine Anafranil ® cp10,
• Douleurs (migraine, neuropathie)
25, 75mg, amp 25mg
QCM 16
Mansour souffre de schizophrénie.
Il est délirant (il est convaincu d’être possédé
par une djinia qui lui parle intérieurement).
Il adhère à ces hallucinations acoustico
verbales intrapsychiques et ne critique pas leur
caractère morbide.

Vous décidez de lui prescrire un neuroleptique


classique incisif.
QCM 16
• Laquelle des molécules suivantes choisiriez-
vous?
A. Olanzapine (Zyprexa®)
B. Chlropromazine (Largactil®)
C. Halopéridol (Haldol®)
D. Levomepromazine (Nozinan®)
E. Amisulpride (Solian®)
QCM 16
• Laquelle des moélcules suivantes choisiriez-
vous?
A. Olanzapine (Zyprexa®)
B. Chlropromazine (Largactil®)
C. Halopéridol (Haldol®)
D. Levomepromazine (Nozinan®)
E. Amisulpride (Solian®)
Antipsychotiques
1ere génération 2e génération
• Halopéridol (Haldol®) • Olanzapine (Zyprexa®)
• Amisulpride (Solian®)
• Chlropromazine • Aripiprazole (Abilify ®)
(Largactil®) • Risperidone (Risperdal ®)
• Quetiapine (Seroquel ®)
• Levomepromazine
(Nozinan®)
Antipsychotiques
1ere génération
Halopéridol (Haldol®)
INCISIF

Chlropromazine (Largactil®)

SÉDATIF
Levomepromazine (Nozinan®)
QCM 17
Sonia, mère de famille, a 3 enfants. C’est une
personne prévoyante.
Sa maison est, toujours, très bien rangée, elle ne
laisse rien trainer. Le diner est, toujours, servi à
heure fixe; elle est intransigeante sur ce point.
Quand un vêtement est usé, elle ne s’en
débarrasse pas mais le garde car il pourrait,
toujours, servir.
Elle ne gaspille pas son argent et fait beaucoup
d’économies.
QCM 17
Ces traits sont en faveur de quel type de
personnalité?

A. Obsessionnelle
B. Évitante
C. Dépendante
D. Paranoïaque
E. Perfectionniste
QCM 17
Ces traits sont en faveur de quel type de
personnalité?

A. Obsessionnelle
B. Évitante
C. Dépendante
D. Paranoïaque
E. Perfectionniste
Critères DSM 5 Personnalité Obsessionnelle
• Mode général de préoccupation par l'ordre, le
perfectionnisme et le contrôle mental et
interpersonnel, aux dépens d'une souplesse,
d'une ouverture et de l'efficacité (présent au
début de l'âge adulte et est présent dans des
contextes divers), ≥ 4 des manifestations
suivantes :
• 1. Préoccupations par les détails, les règles, les
inventaires, l'organisation ou les plans au point
que le but principal de l'activité est perdu de vue
Critères DSM 5 Personnalité Obsessionnelle
2. Perfectionnisme qui entrave l'achèvement des
tâches
3. Dévotion excessive pour le travail et la
productivité, à l'exclusion des loisirs et des
amitiés
4. Est trop consciencieux, scrupuleux et rigide sur
des questions de morale, d'éthique ou de
valeurs
5. Incapacité de jeter des objets usés ou sans
utilité, même si ceux-ci n'ont pas de valeur
sentimentale
Critères DSM 5 Personnalité Obsessionnelle

6. Réticence à déléguer des tâches ou à travailler avec


autrui, à moins que les autres se soumettent,
exactement, à sa manière de faire les choses

7. Se montre avare avec l'argent pour soi-même et les


autres; l'argent est perçu comme quelques chose qui
doit être thésaurisé, en vue de catastrophe futures

8. Se montre rigide et têtu.


QCM 18
Lamia est, tout le temps, angoissée, elle a un
sentiment de vide permanent. Elle se scarifie
lorsqu’elle se sent seule.
Elle a travaillé comme vendeuse dans différents
magasins et arrête, parce qu’à chaque fois, elle a des
conflits avec le patron.
Elle a fait une tentative de suicide suite à une rupture
amoureuse. Actuellement, elle est très attachée à son
nouveau copain et au terme de 3 semaines, elle
menace de se faire du mal, si jamais il la quitte.
Elle a tendance à prendre des drogues, tout en se
culpabilisant.
QCM 18
De quel trouble de la personnalité s’agit-il?

A. Dépressive
B. Histrionique
C. Dépendante
D. Anti sociale
E. Borderline
QCM 18
De quel trouble de la personnalité s’agit-il?

A. Dépressive
B. Histrionique
C. Dépendante
D. Anti sociale
E. Borderline
Critères DSM 5 personnalité Border line

Mode général d’instabilité des relations interpersonnelles,


de l’image de soi et des affects, impulsivité marquée,
(début de l’âge adulte, et est présent dans des contextes
divers)
≥ 5 des manifestations suivantes :
1. Efforts effrénés pour éviter les abandons réels ou
imaginés.

2. Mode de relations interpersonnelles instables et intenses


(alternance de positions extrêmes d’idéalisation excessive
et de dévalorisation).
Critères DSM 5 personnalité Border line

3. Perturbation de l’identité : instabilité marquée et


persistante de l’image ou de la notion de soi.

4. Impulsivité dans au moins deux domaines


potentiellement dommageables pour le sujet (dépenses,
sexualité, toxicomanie, conduite automobile dangereuse,
crises de boulimie).

5. Répétition de comportements, de gestes ou de menaces


suicidaires, ou d’automutilations.
Critères DSM 5 personnalité Border line

6. Instabilité affective due à une réactivité marquée de


l’humeur (p. ex. dysphorie épisodique intense,
irritabilité ou anxiété
7. Sentiments chroniques de vide.

8. Colères intenses et inappropriées ou difficulté à


contrôler sa colère

9. Survenue transitoire dans des situations de stress, d’une


idéation persécutoire ou de symptômes dissociatifs
sévères.
QCM 19
Votre patient est orienté du service de
cardiologie pour des précordialgies.
Il se plaint de sensation de mort imminente, de
constriction thoracique, avec des tremblements,
et une hypersudation qui durent quelques
minutes de façon répétée.
Ces accès surviennent sans explication, à des
heures variables. Tous ses bilans sont sans
anomalie.
C’est un trouble panique, vous entamez une
thérapie cognitive et comportementale.
QCM 19
Quelle prescription, à visée curative, (sous réserve
d’efficacité et de tolérance) serait adaptée, en association
avec la thérapie?

A. Sertraline gel 50mg 2 gel à midi après le repas sur 12


mois
B. Olanzapine 1cp à 10mg à 20h sur 6 mois
C. Bromazepam cp6mg ¼ de Cp 8h, 12h et 1cp à 20h sur 6
mois
D. Paroxétine Cp 20mg 1cp à 8h sur 6 mois
E. Clomipramine cp 75mg 1cp à 8h et 12h sur 6 mois
QCM 19
Quelle prescription, à visée curative, (sous réserve
d’efficacité et de tolérance) serait adaptée, en association
avec la thérapie?

A. Sertraline gel 50mg 2 gel à midi après le repas sur 12


mois
B. Olanzapine 1cp à 10mg à 20h sur 6 mois
C. Bromazepam cp6mg ¼ de Cp 8h, 12h et 1cp à 20h sur 6
mois
D. Paroxétine Cp 20mg 1cp à 8h sur 6 mois
E. Clomipramine cp 75mg 1cp à 8h et 12h sur 6 mois
A. Sertraline gel 50mg 2 gel à A. ISRS mais pas d’indication dans
midi après le repas sur 12 le TP
mois
B. Olanzapine 1cp à 10mg à 20h B. ASG pas d’indication dans le TP
sur 6 mois
C. Bromazepam cp6mg ¼ de Cp C. Effet sédatif et anxiolytique
8h, 12h et 1cp à 20h sur 6 d’appoint, à éviter. Pas d’effet
mois curatif
D. Paroxétine Cp 20mg 1cp à 8h D. Posologie et durée adaptées
sur 6 mois indications anti dépresseur,
anti TAG, anti TP, anti TOC,
anti-phobie sociale,
E. Clomipramine cp 75mg 1cp à E. Posologie anti TP 10 -25mg.
8h et 12h sur 6 mois Anti dépressive 75-100mg 2 fois / j
Anti TOC 100 - 150 mg 2 fois / j
Pharmacothérapie du trouble panique
6 mois
• ISRS
- Paroxétine 10 à 20mg à 8h
- Escitalopram 10mg à 8h

• ISrNA venlafaxine 75 à 150 mg à midi

• Clomipramine 10 à 25mg 3fois par jour


QCM 20
Un des agents de la protection civile a? plusieurs fois
dans sa carrière? eu à récupérer et mettre en
condition des cadavres.
Depuis 5 ans, il a peur, de dormir à cause des
cauchemars épouvantables où il revoit les visages des
morts.
Il n’arrive plus à se rendre, régulièrement, au travail.
En sortant de la caserne à chaque alerte, il ressent la
même angoisse et un sentiment d’impuissance
croissant, d’inutilité puisqu’il ne sauve aucune vie et
arrive trop tard.
Il ne regarde plus la télévision, parce que chaque
scène de danger ou de secourisme déclenche,
invariablement, un sentiment d’horreur.
QCM 20
• Quelle proposition pourrait expliquer
biologiquement cet état de stress post
traumatique?
A. Une hyperactivation dopaminergique du circuit
mésolimbique
B. Une élévation de la sérotonine dans le noyau dorso
latéral
C. Une élévation du GABA dans le liquide céphalo
rachidien
D. Une hyperactivation de l’axe hypothalamo
hypophysaire
E. Une désensibilisation des centres de la vigilance
QCM 20
• Quelle proposition pourrait expliquer
biologiquement cet état de stress post
traumatique?
A. Une hyperactivation dopaminergique du circuit
mésolimbique
B. Une élévation de la sérotonine dans le noyau dorso
latéral
C. Une élévation du GABA dans le liquide céphalo
rachidien
D. Une hyperactivation de l’axe hypothalamo
hypophysaire
E. Une désensibilisation des centres de la vigilance
Parmi les mécanismes du PTSD
Propositions PTSD
A. Hyperactivation A. Hyperactivation circuit
dopaminergique du circuit amygdale et cortex cingulaire
mésolimbique antérieur
B. Elévation de la sérotonine B. Baisse de la sérotonine dans
les noyaux du raphé
dans le noyau dorso latéral
C. Elévation du GABA dans le
C. Baisse du GABA dans le LCR
LCR
D. Hyperactivation de l’axe
D. Une hyperactivation de l’axe Hypothalamo hypophyso
hypothalamo hypophysaire corticotrope
E. Une désensibilisation des E. Hypersensibilisation des
centres de la vigilance centres de la vigilance